Troubles fonctionnels digestifs et déficits nutritionnels après chirurgie bariatrique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Troubles fonctionnels digestifs et déficits nutritionnels après chirurgie bariatrique"

Transcription

1 Troubles fonctionnels digestifs et déficits nutritionnels après chirurgie bariatrique Paul Bauret & Robert Benamouzig Services de Gastro-entérologie Centre de Recherche en Nutrition Humaine IdF CHU Avicenne & CHU Montpellier Videodigest 2013

2 Méthodes restrictives Chirurgie bariatrique anneau, gastroplastie verticale, sleeve gastrectomie Réduction des apports solides Intolérance alimentaire Risque vomissements ++ Réduction volume HCL (SG ) Absorption duodénale respectée

3 Chirurgie bariatrique Méthodes malabsoptives diversion bilio-pancréatique Malabsorption graisses Syndrome grêle court ( grêle commun cm ) Absorption duodénale nulle Anse borgne ( pullulation )

4 Chirurgie bariatrique Méthodes mixtes, combinées Gastric bypass Poche gastrique ( ml ) Absorption duodénale nulle Malabsorption graisses Grêle commun majoritaire( >50 % ) Anse borgne ( pullulation )

5 Chirurgie bariatrique Perte de poids : méta-analyse essais contrôlés Gloy VL, BMJ, Oct 2013

6 En France Chirurgie bariatrique

7 Complications fréquentes de la chirurgie bariatrique : Top 10 Restrictive Mixte Dumping Carences nutritionnelles Vomissements/nausées Défaut d agraphage Infection Sténose Ulcération Hémorragie Lésion splénique Décès Monteforte et al, Surg Obes 2000

8 Complications post-opératoires luminales

9 Complications post opératoires luminales Anneau / gastroplastie verticale Vomissements Glissement (4-10,7%) / ulcérations, migration (0,8 2,9 %) Suivi moyen 7 ans (minimum 5,6 ) Aucun déficit vitamines (supplémenta3on inconstante) Schouten R, OBES SURG,2010

10 Complications post opératoires luminales Sleeve gastrectomie 2ème chirurgie bariatrique = 25% Pech N BMC Surgery 2012

11 Fistule sur Sleeve gastrectomie prothèse en pont oeso-gastrique

12 Fistule sur Sleeve gastrectomie clip Ovesco

13 Complications post opératoires luminales By-pass gastrique fistule gastr/anastom 1-5 % occlusion / hernie interne 2-4 % ( Dg difficile ) sténose / ulcère anastom 3-5 % Dilatation anastomose gastro-jéjunale

14 P. Bernard Cas clinique kg /183 cm IMC 44 Anneau gastrique ( n= 2 ) 2008 Sleeve gastrectomie J2 hémorragie Péritonite/fistule reprise coelio / drain >> échec J10 état septique majeur >>> CHU MTPL reanimat + chir : drainage /jejunostomie - beriplast > échec - prothèse > migration - plug > échec

15 P.Bernard 2008 abcès sous phrénique > pction scan 2009 CH Marseille Multiples Tt endoscopiques (20 mois) >> échecs drainages 11 prothèses 9 clips 15 ovesco 5 glubran 7 drains NC DQDC 6

16 Au total anesthésies générales 35 endoscopies kg IMC nov Recoupe gastrique +anast gastro-jéjunale échec (3 mois ) 2012 Injection autologue de cellules souches échec 2013 Gastrectomie totale + anast oeso-jéjunale échec >>> abcès + fistules prothèses queues de cochon Suture système APOLLO + endoprothèse échec + migration pth dans jéjunum Décision de anast oeso-jej ou coloplastie intra thoraciques

17 FISTULES POST SG EVALUATION MULTICENTRIQUE DE L EFFICACITE DU TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE 104/110 patients inclus dans 6 centres d endoscopie Hôpital St Eloi CHU Montpellier: 53 patients Clinique St Sauveur Mulhouse: 15 patients Hôpital Claude Huriez CHU Lille: 10 patients Hôpital Cochin APHP: 15 patients Clinique de la Louvière Lille: 13 patients Hôpital Hôtel Dieu CHU Nantes: 4 patients Perte de poids fistule post LSG LSG sans fistule ¹ p (test Z) moyenne (min-max) moyenne Perte de poids excédant à 6 mois 64,2 % (18 264) 49 0,001 Perte de poids excédant à 12 mois 89,1 % (33 342) 59,5 < 0, Nocca D. Obes Surg mai;18(5):560-5

18 FISTULES POST SG EVALUATION MULTICENTRIQUE DE L EFFICACITE DU TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE 104/110 paaents inclus dans 6 centres d endoscopie Hôpital St Eloi CHU Montpellier: 53 paaents Clinique St Sauveur Mulhouse: 15 paaents Hôpital Claude Huriez CHU Lille: 10 paaents Hôpital Cochin APHP: 15 paaents Clinique de la Louvière Lille: 13 paaents Hôpital Hôtel Dieu CHU Nantes: 4 paaents CicatrisaAon % de cicatrisation mois 3 mois 6 mois 12 mois Cicatrisation endoscopique 77, ,9 40 Cicatrisation chirurgicale 19,8 31,6 53,1 60 CHRISTOPHOROU D, JFHOD, 2013

19 Cas clinique B..Berenice kg / 160 cm IMC 45 Anneau gastrique 2007 Cholécystectomie - 30 kg 2010 oct Sleeve gastrectomie IMC 43 J5 >> fistule drainage chirurgical >> échec dec prothèse >> migration 2011 janv nutrition parentérale >> PAC infecté

20 avril thrombose veineuse s.clav, TVBC, VC sup,jug int dt jejunostomie alimentation nystagmus, ataxie IRM cérébrale 2011 juin Gastrectomie polaire sup / splénectomie ( abcès loge splénique ) aout alimentation orale + enterale oct retrait jejunostomie dégout, nausées, vomissements 2012 juin 80 kg ( IMC 31) ataxie dysarthrie

21 BILAN - Syndrome cérébelleux, dysarthrie, tremblements - Cuivre, TSH, vitamine D Naux Folates, vitamine B12 : bas - Vit B1 abaissée - EMG, ophtalmo PEV Naux - IRM :atrophie cérébelleuse hyper signaux péri acqueducaux Ataxie cérébelleuse par carence

22

23 FISTULES POST SG EVALUATION MULTICENTRIQUE DE L EFFICACITE DU TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE 104/110 paaents inclus dans 6 centres d endoscopie Hôpital St Eloi CHU Montpellier: 53 paaents Clinique St Sauveur Mulhouse: 15 paaents Hôpital Claude Huriez CHU Lille: 10 paaents Hôpital Cochin APHP: 15 paaents Clinique de la Louvière Lille: 13 paaents Hôpital Hôtel Dieu CHU Nantes: 4 paaents Autres complicaaons retenues N (%) Accidents thromboemboliques InfecAon sur VVC / PAC 14 (13,5) 15 (16,2) Gayet Wernicke 4 (3,8) CHRISTOPHOROU D,JFOD, 2013

24 Gayet Wernicke après chirurgie bariatrique Revue littérature 84 cas / GBP +++, chir restrictive 95% - délai survenue <6 mois 94% - vomissements répétés (moy 21 j) 90% - glucose IV sans vit B1 18% - IRM : aspect typique 47% - récupération incomplète 49% Aashheim ET, Ann Surg, 2008

25 Carences nutritionnelles et chirurgie bariatrique

26 Evaluation pré-thérapeutique Nécessité d évaluer le statut nutritionnel et vitaminique avant l intervention : albumine, hémoglobine, ferritine, coefficient de saturation du fer et de la transferrine, calcémie, vitamine D, vitamines B1, B9 et B12 Recommandations HAS de 2009

27 HAS : Suivi recommandé Suivi à moyen et à long terme doit être pratiqué après l acte chirurgical. Ce suivi s attache à contrôler le bilan nutritionnel et vitaminique, orienté par la clinique : Celui-ci peut comporter albumine et préalbumine hémoglobine ferritine, coefficient de saturation de la transferrine calcémie, vitamine D, PTH, vitamines A, B1, B9, B12 Zinc, sélénium Dosages recommandés 3 à 6 mois après l intervention puis au moins annuellement

28 Suivi recommandé

29 Supplémentations proposées Systématique après chirurgie bariatrique entraînant une malabsorption : multivitamines et oligoéléments fer calcium vitamine D, vitamine B12 Après chirurgie restrictive, la supplémentation doit se discuter en fonction du bilan Alvithyl plus, Gestarelle, UPSA multivitamines, Elevit B9,... A la charge du patient : 9 a 25 euros/mois Tardyferon, Ferograd vit C

30 L observance des patients reste faible N=170 patients avec by-pass suivis 3 ans Blume et al, Obes Surg 2012

31 Carence protéique Caractérisée par une albuminémie et/ou une préalbuminémie basse et/ou une perte de masse maigre albuminéminémie < 35g/L après by-pass 13 % après 2 ans 28% après 10 ans taux similaires après diversion bilio-pancréatique Anasarque peut être exceptionnellement observée La carence protéique serait liée diminution spontanée des apports diminution de l absorption des protéines : 50 à 60% des ingestats Carence protéique moindre voire absente après sleevegastrectomie

32 Carence protéique Apport de plus de 1,1 voire 1,5 g de protéines par kilogramme de poids corporel Recommandations peu suivies : consommation de viande peut être mal tolérée après chirurgie bariatrique le recours à d autres sources protéiques, poisson, oeufs, lait, produits laitiers, doit être encouragé suppléments à base de protéines de lactosérum, de protéines de soja ou de protéines d oeuf Le recours à la nutrition parentérale est exceptionnellement nécessaire

33 Apports protéiques après chirurgie bariatrique Sans supplémentation protéique Avec supplémentation protéique % de pa3ents ayant des apports > 1,2 g/kg de poids/jour après by- pass Andreu et al, Obes Surg 2010

34 Malabsorption lipidique Le by-pass et les diversions bilio-pancréatiques entraînent une diminution importante de l absorption des lipides le plus souvent asymptomatique (absence de stéatorrhée) La sleeve gastrectomie n entraînerait pas ou peu de modification de l absorption des lipides. Une diminution des apports lipidiques est observée après chirurgie bariatrique. Odstrcil et al Am J Clin Nutr 2010

35 Anémie et carence martiale Anémie : > 10% des patients Carence martiale : 20 à 50% femmes en période d activité génitale et chez les patients présentant un antécédent de maladie ulcéreuse patients n ayant pas reçu de supplémentation martiale ou ne suivant pas les recommandations de supplémentation plus fréquente et importante après by-pass vs sleeve Mécanismes moindre consommation de viande rouge diminution de la production d acide chlorhydrique avec moindre conversion du fer ferrique (Fe3+) en fer ferreux absorbable (Fe2+) rôle de modification du métabolisme des transporteurs du fer lié à l atteinte hépatique secondaire à l obésité Supplémentation orale, associée ou non à supplémentation en vitamine C Traitement parentéral peut être nécessaire (Ferinject)

36 Anémie et carence en vitamine B12 Carence en vitamine B12 Liée à l exclusion ou à la résection gastrique ± SIBO le plus souvent après 2 à 3 ans de délai (réserves hépatiques) 30 % des patients après by-pass Anémie Tableau neurologique : neuropathie périphérique, ataxie, atrophie optique, démence La carence en vitamine B12 peut entraîner l accumulation d acide méthylmalonique qui est responsable de crises d épilepsie Supplémentation orale : 1000 µg par semaine Dans certains cas, une supplémentation parentérale doit être envisagée

37 Anémie et carence en folates Carence en acide folique a été rapportée après sleeve-gastrectomie et by-pass Une supplémentation en folates de 800mg/j est recommandée

38 Carence en vitamine A Peut être observée après by-pass ou après diversion duodénale Plus fréquente en cas de pré-albuminémie basse Cas symptomatiques restent exceptionnels : troubles visuels en particulier cécité nocturne, anomalies des conjonctives et de la cornée Une supplémentation par unités de vitamine A toutes les deux semaines a été proposée En cas de carence symptomatique, un apport de 50 à unités par jour doit être réalisé

39 Ocon et al, JPEN 2012 Carence en vitamine A

40 Carence en vitamine D Fréquente : 30 à 50% en préopératoire 30 à 90% après chirurgie Plus important après by-pass et surtout diversion biliopancréatique qu après sleeve gastrectomie Mécanismes Hyperparathyroïdie secondaire contribue au remodelage osseux accru observé même en présence d une calcémie normale Rôle de la ghréline et de la leptine dans la construction osseuse reste à préciser dans ces situations

41 Densité osseuse après by-pass Diminution de 5 à 8% dans la première année suivant l intervention. Risque fracturaire accru? Casagrande et al, Obes Surg 2012

42 Carence en vitamine D Supplémentation en calcium et en vitamine D recommandée La forme citrate de calcium serait mieux absorbée (500 à 1000 mg/j) absorption ph-indépendante Apport de vitamine D quotidien (2000 à 5000 unités) ou mensuel ( unités) par voie orale

43 Carence en vitamine E Taux faibles de vitamine E observés environ 6 à 12mois après la chirurgie Ce déficit peut parfois n être observé que plusieurs années plus tard Diminution des réflexes ostéotendineux, ataxie et diminution de la perception motrice, ophtalmoplégie, faiblesse musculaire, ptôsis et dysarthrie Il n existe pas de recommandation établie pour les apports de vitamine E L effet antioxydant est obtenu avec 100 à 400 unités par jour

44 Carence en vitamine K en particulier après dérivation biliopancréatique Exceptionnellement symptomatique Un risque hémorragique néonatal a été rapporté chez les patientes obèses carencées

45 Lithiase oxalique La malabsorption des graisses entraîne une augmentation du taux d oxalate libre avec oxalaturie Risque accru de formation de calculs rénaux : 7% après bypass vs 5% chez des obèses non opérés Insuffisance rénale chronique par nephropathie oxalique Matlaga et al, J Urol 2009; Nasr et al Clin J Am Soc Nephrol 2008

46 Carence en vitamine B1 Peut être observé dès la sixième semaine Quelques cas d encéphalopathie de Wernicke- Korsakoff ou de béribéri En particulier en cas de vomissements chroniques et/ou après perfusion de sérum glucosé Une supplémentation orale (20 mg/j) est suffisante si les troubles sont rapidement caractérisés, mais des apports parentéraux sont nécessaires en cas de symptomatologie installée

47 Autres carences Carence en zinc, en sélénium troubles cutanés et phanériens (anomalies unguéales, alopécie, ) plus fréquentes après by-pass que sleeve

48 Autres carences Carence en cuivre N = 65 De Luis et al, J Gastroenterol Surg 2011

49 Hypomagnésémie Rôle de l obésité, associée ou non à un diabète Rôle de de la chirurgie bariatrique?

50 Carences et symptômes neurologiques

51 Troubles fonctionnels digestifs et chirurgie bariatrique

52 BMI & digestive symptoms n = 1001 Abdominal pain Epigastric pain Pyrosis Nausea Diarrhea IBS Normal Obese BMI>30 (16%) 1.59* 1.63* 2* 3.11* 2.2* 1.6* Functional symptoms in 89% of 120 obese patients (2.5 functional digestive symptoms/subject) Aro et al, Gut 2005 Fysekadis et al, Obes Surg 2012

53 Obésité & Reflux 25 < IMC < 30 IMC > 30 Hampel, 2005.

54 Obésité et EBO Stein et al, Aliment Pharmacol Ther. 2005

55 Reflux & Obésité: Perte de poids Amélioration : Stable Weight Loss Increase OR 1.0 0,6 à 0,9 1.2 à 2,7 Nilsson, 2003 Mathus-Vliegen, 2002

56 Reflux : Facteurs hormonaux? IMC < >35 Male 1.0 (317/7378) 2.2 (916/9151) 3.1 (271/1926) 3.3 (46/289) Female 1.0 (401/10558) 2.0 (612/7402) 3.9 (365/2245) 6.3 (159/687) Female with HRT 1.3 (45/967) 3.3 (101/826) 7.9 (58/198) 16.0 (32/55) Nilsson, 2003

57 Reflux gastro-oesophagien La survenue d un reflux après anneau peut nécessiter son ajustement La chirurgie de type by-pass peut améliorer le reflux La sleeve gastrectomie est associée à une majoration du reflux Une évolution en deux temps peut être observée. 20% des patients présentent un reflux dans les suites immédiates de la sleeve gastrectomie avant une période d amélioration associée à la perte pondérale et une possible reprise de la symptomatologie Le traitement médical est le plus souvent efficace En cas de RGO sévère, un by-pass peut être discuté

58 Pseudo-achalasie Une pseudo-achalasie avec dilatation de l oesophage peut exceptionnellement être observée après anneau Evolution favorable après ajustement ou ablation de l anneau Evolution autonome nécessitant un traitement endoscopique voire chirurgical Robert et al, Obes Surg 2012

59 Dumping syndrome Tachycardie, sueurs, hypotension, sensation de flush perte de connaissance diarrhée Après ingestion d un volume plus ou moins important de sucres ou de graisses Fréquent : 15 à 70 % des patients après by-pass mais aussi après sleeve-gastrectomie Plus fréquent chez les patients diabétiques de type II Le plus souvent transitoire, observé la première année suivant la chirurgie

60 Dumping syndrome Survenue précoce en rapport avec une «inondation» hyperosmolaire de l intestin grêle Survenue plus tardive est en rapport avec des modifications hormonales (glucagon, incrétines) Une diminution des apports en glucides et une augmentation des fibres ainsi qu un fractionnement des repas sont proposés Analogues de la somatostatine en cas de dumping syndrome persistant : 50 µg sc 30 min avant chaque repas

61 Hypoglycémies By-pass : 0,4 % des cas mais < 100 cas symptomatiques rapportés Plus fréquente chez les femmes et en cas de perte de poids importante Le plus souvent non sévère : vision trouble, troubles de l humeur, sensation de vertige, lenteur d élocution, diminution de la vigilance mais une confusion, des convulsions parfois compliquées d accident, voire un coma, peuvent être observés. Postprandiale. Triade de Whipple : survenue de symptômes en rapport avec une hypoglycémie, glycémie plasmatique inférieure à 2,8 mmol/l (0,5 g/l) et correction des symptômes après recharge en glucose Le plus souvent après la première année postopératoire. Elles seraient liées à une nésidioblastose (hyperplasie des cellules bêta du pancréas) avec augmentation de la production des incrétines, en particulier de GLP-1 Ritz et al, Diabetes Metab 2011

62 Hypoglycémies : thérapeutique Régime pauvre en hydrates de carbone Repas fractionnés Apport d inhibiteur de l α-glucosidase : acarbose, 50 à 100 mg, 3 x par jour Dans certains cas extrêmes : chirurgie avec démontage du by-pass gastrique

63 Transit et chirurgie bariatrique Potoczna et al, Obes Surg 2008

64 Transit et chirurgie bariatrique Wasserberg et al, Obes Surg 2008

65 Troubles du transit Constipation en rapport avec les modifications diététiques mais peut être améliorée La persistance d une diarrhée est inhabituelle et doit conduire à des explorations complètes La chirurgie de type by-pass est associée à un risque augmenté de syndrome de l anse borgne avec pullulation microbienne, diarrhée, flatulences, rapporté dans 2 à 20% des séries

66 Gaz et chirurgie bariatrique Potoczna et al, Obes Surg 2008

67 Lithiase biliaire Risque augmenté chez les patients obèses Perte de poids rapide favorise la lithiase Lithiase biliaire : 25% en pré-opératoire 10 à 40% de nouveaux cas en postopératoire symptomatique dans environ 40% des cas Ce risque justifierait pour certains une cholécystectomie prophylactique (réalisé par 1/3 des chirurgiens) Lorsque ce geste n a pas été réalisé, un apport d acide ursodésoxycholique (Ursolvan 200 mg 3 ou Delursan 250 mg 2) a été proposé pendant les 6 premiers mois suivant la chirurgie (risque passe de 32% à 2% si observance)

68 Lithiase biliaire Les calculs de la voie biliaire principale sont de diagnostic et de traitement plus difficiles, inaccessibilité au duodénum lié au court-circuit par l anse montée en Y qui est plus ou moins longue dans le GBP Abord percutané de l estomac exclu par une gastrostomie chirurgicale qui permet un accès rapide à la papille avec le matériel d ERCP approprié

69 Diet and FD/IBS : Nutrinet Nutrinautes (23 of may 2013) questionnaires

70 Place du gastroentérologue?

71 Place du gastroentérologue Avant la chirurgie bariatrique Après la chirurgie bariatrique - a l occasion d une pathologie des voies biliaires - a l occasion d une complica3on mineure /majeure

72

Suivi nutritionnel après chirurgie bariatrique. Dr Véronique TAILLARD CCA CHU Caremeau, Nîmes Service MME

Suivi nutritionnel après chirurgie bariatrique. Dr Véronique TAILLARD CCA CHU Caremeau, Nîmes Service MME Suivi nutritionnel après chirurgie bariatrique Dr Véronique TAILLARD CCA CHU Caremeau, Nîmes Service MME CB : Indications Recommandations HAS Janvier 2009 CB : Indications Recommandations HAS Janvier 2009

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE FAUT ' IL OPERER LES OBESES? CHIRURGIE DE L OBESITE DEFINITION DE L OBESITE Excès de masse grasse délétère pour la santé IMC > 30 kg / m² CLASSIFICATION

Plus en détail

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition INFORMATION DES PATIENTS 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition Dr Michel AST Patient type Une femme dans 80 % des cas 40 ans 120 kg / 1,66 m soit un imc de 43 Chirurgie de rattrapage

Plus en détail

Chirurgie de l obésité

Chirurgie de l obésité Chirurgie de l obésité Dr Ch. de Séguin (clinique Saint Louis Ganges ) 12/06/2008 L obésité problème majeur de santé publique Complications de l obésité Diabète et obésité Quels obèses? Classification

Plus en détail

Chirurgie de l obésité

Chirurgie de l obésité Chirurgie de l obésité Place du médecin généraliste dans l équipe pluridisciplinaire Jean-Pierre Lamandé Médecin généraliste Médecin coordonnateur du réseau ROMDES Jean-Pierre Lamandé 1 Les protagonistes

Plus en détail

Dr Yves ANDUZE ACHER

Dr Yves ANDUZE ACHER Dr Yves ANDUZE ACHER REGIME ET OBSERVANCE Gerard REACH (HOPITAL AVICENNE) CRITERES D INDICATION OPERATOIRE BMI maximum supérieur 40 ou 35 en cas de co-morbidité Surcharge pondérale stabilisée depuis plus

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ. Quel rôle pour le médecin traitant dans le parcours pré-opératoire?

CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ. Quel rôle pour le médecin traitant dans le parcours pré-opératoire? CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ Quel rôle pour le médecin traitant dans le parcours pré-opératoire? CRITÈRES DE CHOIX DES PATIENTS - IMC supérieur ou égal à 40 kg/m2 - IMC supérieur ou égal à 35 kg/m2 avec un facteur

Plus en détail

Prise en charge d une femme enceinte après chirurgie bariatrique Conséquences des restrictions alimentaires sur la grossesse

Prise en charge d une femme enceinte après chirurgie bariatrique Conséquences des restrictions alimentaires sur la grossesse Prise en charge d une femme enceinte après chirurgie bariatrique Conséquences des restrictions alimentaires sur la grossesse Dr Véronique TAILLARD Service MME Unité Transversale de Nutrition Clinique Chirurgie

Plus en détail

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY JM Chevallier La FISTULE après SLEEVE Sleeve = procédure la plus fréquemment réalisée en France (18 000 en 2013) Grande efficacité à court terme Bonne qualité de vie

Plus en détail

Carence en vitamine D après chirurgie bariatrique 14ème meeting d Endocrinologie-Diabétologie Endocrinologues du Sud Marocain

Carence en vitamine D après chirurgie bariatrique 14ème meeting d Endocrinologie-Diabétologie Endocrinologues du Sud Marocain Carence en vitamine D après chirurgie bariatrique 14ème meeting d Endocrinologie-Diabétologie Endocrinologues du Sud Marocain Cécile Ciangura Paris 1. Vitamine D et obésité Vitamine D et obésité Relation

Plus en détail

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com L Index de Masse Corporelle IMC= poids/taille² IMC > 25 et < 30 kg/m² : surpoids IMC > 30 kg/m² : obésité Type 1 : 30 à 35 kg/m² Type 2 : 35 à 40

Plus en détail

Besoins nutritionnels au cours de la grossesse après by pass gastrique

Besoins nutritionnels au cours de la grossesse après by pass gastrique CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE D'ANGERS Besoins nutritionnels au cours de la grossesse après by pass gastrique Conséquences des modifications anatomiques Docteur Agnès Sallé Département d Endocrinologie-Diabétologie-Nutrition

Plus en détail

Les complications de la chirurgie bariatrique

Les complications de la chirurgie bariatrique Les complications de la chirurgie bariatrique Je suis juste un peu envellopé! Dr O. EMUNGANIA Service de chirurgie digestive et endocrinienne - Pr Brunet Pr Berdah Service de gastro-entérologie et endoscopie

Plus en détail

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION INTRODUCTION INTRODUCTION INTRODUCTION DEFINITION DE L OBESITE Etat d'un individu ayant un excès de poids par augmentation

Plus en détail

Le traitement de l obl morbide: Indications, techniques et résultats r

Le traitement de l obl morbide: Indications, techniques et résultats r obesity Le traitement de l obl obésité morbide: Indications, techniques et résultats r des gastroplasties Dr Elie CHOUILLARD Service de Chirurgie Générale et Digestive Centre Hospitalier de Poissy Avril

Plus en détail

La chirurgie bariatrique. Docteur Blandine Ga5a Cherifi Mardi 12 Octobre 2010

La chirurgie bariatrique. Docteur Blandine Ga5a Cherifi Mardi 12 Octobre 2010 La chirurgie bariatrique Docteur Blandine Ga5a Cherifi Mardi 12 Octobre 2010 L obésité : une maladie chronique grave L obésité : une maladie chronique grave Reeves GK et al, BMJ 2007 L obésité : un problème

Plus en détail

Les répercussions en termes

Les répercussions en termes TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBÉSITÉ DE L ADULTE L approche du médecin Dr Henry Dabadie service de nutrition, hôpital Haut-Lévêque, CHU de Bordeaux L obésité de l adulte, définie par un indice de masse

Plus en détail

Comment ré-intervenir après gastrectomie longitudinale (en manchon)

Comment ré-intervenir après gastrectomie longitudinale (en manchon) Comment ré-intervenir après gastrectomie longitudinale (en manchon) Dr D.Nocca, Dr P.Noel, Dr C. de Seguin de Hons,,Dr V.Salsano, Dr PM.Blanc, Dr JG. Rodier,, V.Harivel, B.Daynes, Dr P.Lefebvre, Dr N.Berlandier,

Plus en détail

LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier. Service de Chirurgie générale et digestive Hôpital Européen G.

LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier. Service de Chirurgie générale et digestive Hôpital Européen G. LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier Epidémiologie Obésité Obésité sévère (IMC > 40) 1980 6.1 % - 1991 6.5 % - 1997 8.5 % 0.3 % 2000 10.1 % - 2003 11.2 % 0.6 % (360 000) Insee / OBEPI

Plus en détail

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies.

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. A.GUILLAUD, L.REBIBO,D. MOSZKOWICZ, M. NEDELCU, O.FACY, F.RECHE,C.ARVIEUX. DESC Poitiers juin 2013. 2-3% fistule après

Plus en détail

Obésité : prise en charge chirurgicale chez l adulte

Obésité : prise en charge chirurgicale chez l adulte Obésité : prise en charge chirurgicale chez l adulte Janvier 2009 Indications de la chirurgie bariatrique Choix des techniques chirurgicales Contre-Indications de la chirurgie bariatrique Suivi et prise

Plus en détail

INTRODUCTION (1) morbi-mortalité. mortalité.

INTRODUCTION (1) morbi-mortalité. mortalité. Bilan radiologique de la chirurgie bariatrique : une approche conventionnelle des attentes du chirurgien Paul-Emile Labeyrie (1), Nicole Provost (1), Yannick Leroux(2), Michèle Hamon(1) (1), Service d

Plus en détail

LE POINT SUR... «Ce que vous devez savoir sur un patient qui a eu une chirurgie bariatrique» Indications et contre-indications :

LE POINT SUR... «Ce que vous devez savoir sur un patient qui a eu une chirurgie bariatrique» Indications et contre-indications : LE POINT SUR... «Ce que vous devez savoir sur un patient qui a eu une chirurgie bariatrique» Léa Lucas-Martini, CHU Pitié Salpétrière, Paris - lea.lucas-martini@psl.aphp.fr Judith Aron-Wisnewsky, CHU Pitié

Plus en détail

Suivi infirmier post-opératoire. de la clinique externe. de chirurgie bariatrique

Suivi infirmier post-opératoire. de la clinique externe. de chirurgie bariatrique Suivi infirmier post-opératoire de la clinique externe de chirurgie bariatrique Présentée par Annick Dallaire et Mireille Pelletier, Infirmières cliniciennes Objectifs de la présentation 1) Informer et

Plus en détail

Définition. Indications de la chirurgie de l obésité

Définition. Indications de la chirurgie de l obésité CHIRURGIE DE L OBESITE Gilles FOURTANIER L accroissement de la prévalence de l obésité et de sa gravité en France comme dans tous les pays européens, désigne ce phénomène comme un des enjeux importants

Plus en détail

Sommaire. I. L obésité, une maladie qui nous concerne tous... P.4. II. Une maladie, de nombreux traitements... P.7

Sommaire. I. L obésité, une maladie qui nous concerne tous... P.4. II. Une maladie, de nombreux traitements... P.7 Sommaire I. L obésité, une maladie qui nous concerne tous............. P.4 UNE MALADIE DE PLUS EN PLUS FRÉQUENTE.................................. P.4 UNE MALADIE GRAVE.......................................................

Plus en détail

La chirurgie bariatrique est-elle aussi efficace sur le SAOS que sur le diabète?

La chirurgie bariatrique est-elle aussi efficace sur le SAOS que sur le diabète? Syndrome d apnées du sommeil et risques cardiométaboliques La chirurgie bariatrique est-elle aussi efficace sur le SAOS que sur le diabète? Expert - E. FRIJA-ORVOEN (Paris) Animateur - H. PEGLIASCO (Marseille)

Plus en détail

LA GASTROPLASTIE VERTICALE CALIBREE AVEC RESECTION GASTRIQUE OU SLEEVE GASTRECTOMIE Sleeve signifie manche ou manchette. C est ainsi que l on nomme cette résection (ablation) de l estomac qui enlève environ

Plus en détail

Chirurgie de L Obésité. Pr Ibrahim DAGHER

Chirurgie de L Obésité. Pr Ibrahim DAGHER Chirurgie de L Obésité Pr Ibrahim DAGHER Evolution de la Chirurgie Leçon d'anatomie Dr Nicolaes Tulp 1632 La Haye - Mauritshuis Museum Nouvelles technologies chirurgicales Evolution de la Chirurgie Les

Plus en détail

d un diététicien à propos des maladies inflammatoires de l intestin? Dr Arnaud Colard CHC, Liège

d un diététicien à propos des maladies inflammatoires de l intestin? Dr Arnaud Colard CHC, Liège Qu attend un gastroentérologue de la collaboration d un diététicien à propos des maladies inflammatoires de l intestin? Dr Arnaud Colard CHC, Liège Réponses! 1. Connaissance des MICIs 2. Connaissance de

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBESITE

CHIRURGIE DE L OBESITE CHIRURGIE DE L OBESITE Information destinée aux patients Docteur D. LEONARD Centre de consultations Médico-Chirurgicales Rue des Rolletières 49402 Saumur Tél : 02 41 83 33 52 Site web : http://david-leonard.docvadis.fr

Plus en détail

Gastric Bypass, Mini-Gastric Bypass et Sleeve Gastrectomy

Gastric Bypass, Mini-Gastric Bypass et Sleeve Gastrectomy Service de Chirurgie Viscérale Centre Hospitalier de Saint Malo Gastric Bypass, Mini-Gastric Bypass et Sleeve Gastrectomy Chère Patiente, Cher Patient, Vous devez être opéré(e) en raison de votre forte

Plus en détail

23,1 % 13,8 % 1979 2004

23,1 % 13,8 % 1979 2004 L OBÉSITÉ et son traitement... Dr Pierre Y. Garneau MD, FRCS, FACS, FASMBS Chef du service de chirurgie général Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal Assistant professeur Université de Montréal Objectifs

Plus en détail

Obésité : prise en charge chirurgicale chez l adulte

Obésité : prise en charge chirurgicale chez l adulte RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE Obésité : prise en charge chirurgicale chez l adulte Recommandations Janvier 2009 1 L argumentaire scientifique de ces recommandations est téléchargeable sur www.has-sante.fr

Plus en détail

La chirurgie bariatrique est actuellement reconnue comme une procédure

La chirurgie bariatrique est actuellement reconnue comme une procédure REVUES GENERALES 25 A. SALLE Département d Endocrinologie, Diabétologie, Nutrition, CHU, ANGERS. La chirurgie bariatrique est actuellement le traitement de choix de l obésité morbide. Cette chirurgie n

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBESITE

CHIRURGIE DE L OBESITE CHIRURGIE DE L OBESITE Centre Hospitalier de Boulogne-sur-Mer Allée Jacques Monod 62321 Boulogne-sur-Mer cédex Contact : 03.21.99.30.38 Madame, Monsieur, Vous êtes venu(e) consulter un médecin ou un chirurgien

Plus en détail

Comment accompagner une grossesse dans le contexte d une chirurgie bariatrique. Dr Estelle Nobécourt-Dupuy

Comment accompagner une grossesse dans le contexte d une chirurgie bariatrique. Dr Estelle Nobécourt-Dupuy Comment accompagner une grossesse dans le contexte d une chirurgie bariatrique Dr Estelle Nobécourt-Dupuy Mme V, 36 ans Vous voyez en consultation Mme D, qui a bénéficié d un by-pass gastrique il y a 3

Plus en détail

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement Mathias VIDON Définition Passage d une partie du contenu gastrique dans l oesophage En pratique clinique : symptômes ou lésions oesophagienne en rapport

Plus en détail

La chirurgie de l obésité en plein

La chirurgie de l obésité en plein 1 sur 6 14/10/2014 13:52 La chirurgie de l obésité en plein essor LE MONDE SCIENCE ET TECHNO 13.10.2014 à 14h25 Mis à jour le 14.10.2014 à 11h51 Par Pascale Santi (/journaliste/pascale-santi/) «Sans titre»,

Plus en détail

LA CHIRURGIE BARIATRIQUE Aspects techniques

LA CHIRURGIE BARIATRIQUE Aspects techniques LA CHIRURGIE BARIATRIQUE Aspects techniques Dr D.Nocca, Dr C. de Seguin de Hons,Dr V.Salsano, Dr PM.Blanc, Dr E.Deneve, Dr S.Faure, Dr R.Altwegg, Dr M.Veyrac, Dr P.Bauret, Dr JC Valats, Pr D.Larrey, V.Harivel,

Plus en détail

é ch Chirurgie de l obésité Information aux patients www.chwapi.be Equipe de la Chirurgie de l Obésité

é ch Chirurgie de l obésité Information aux patients www.chwapi.be Equipe de la Chirurgie de l Obésité é ch Equipe de la Chirurgie de l Obésité Chirurgie de l obésité Information aux patients www.chwapi.be 1 é ch Equipe de la Chirurgie de l Obésité L équipe Coordinateur médical - nutritionniste : Dr DEREPPE

Plus en détail

La chirurgie bariatrique

La chirurgie bariatrique La chirurgie bariatrique Dr LIENARD François Chirurgien digestif CHR Haute Senne Soignies Pourquoi une chirurgie bariatrique? Echec des traitements conservateurs > perte de poids minime et non persistante

Plus en détail

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Place du Mini Nutritional Assessment (MNA) Gaëlle Soriano, Sophie Guyonnet Besoins nutritionnels chez la PA Les besoins énergétiques correspondent

Plus en détail

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Complications de l obésité (1) Diminution de l espérance de vie Diminution de la qualité de

Plus en détail

GASTRIC BYPASS: TECHNIQUES ET SURVEILLANCE POST-OPERATOIRE OPERATOIRE

GASTRIC BYPASS: TECHNIQUES ET SURVEILLANCE POST-OPERATOIRE OPERATOIRE GASTRIC BYPASS: TECHNIQUES ET SURVEILLANCE POST-OPERATOIRE OPERATOIRE Journées de DESC de Chirurgie Viscérale, Tours, 18 et 19 juin 2009 C. AUDOUY, CHU de BREST Généralités Gastric bypass ou court-circuit

Plus en détail

Armelle Wastiaux Symposium octobre 2008

Armelle Wastiaux Symposium octobre 2008 Armelle Wastiaux Symposium octobre 2008 Cas clinique : Mr R. 52 ans ATCD : éthylisme chronique. Apparition aiguë de confusion, troubles de la mémoire m moire et de l él équilibre, diplopie. Anorexie Examen

Plus en détail

LA CHIRURGIE BARIATRIQUE

LA CHIRURGIE BARIATRIQUE EPU-95 Montmorency Formation Médicale Continue du Val d'oise - Agrément provisoire DPC ASSOCIATION AMICALE D ENSEIGNEMENT POST UNIVERSITAIRE DE LA RÉGION DE MONTMORENCY Siège social : 1 rue Jean Moulin

Plus en détail

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Université Montpellier I A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Les Objectifs Questions posées Personnes et/ou les situations à risque? Outils de dépistage et de diagnostic? Diagnostic de

Plus en détail

Reflu l x u g as a t s r t o r -o - eso s phag a ie i n Pr. H.SIBAI

Reflu l x u g as a t s r t o r -o - eso s phag a ie i n Pr. H.SIBAI Reflux gastro-oesophagien Pr. H.SIBAI Oesophage Cardia Estomac R.G.O Introduction Définition : Ensemble des manifestations cliniques secondaires au passage de liquide gastrique dans l œsophage Complication

Plus en détail

GUIDE D AIDE À LA DÉCISION

GUIDE D AIDE À LA DÉCISION GUIDE D AIDE À LA DÉCISION PROGRAMME DE CHIRURGIE BARIATRIQUE Avril 2012 Page 1 Document rédigé par : Nathalie Turgeon, infirmière clinicienne Hélène Boutin, conseillère clinicienne en soins infirmiers

Plus en détail

PRÉVENTION DE LA DÉNUTRITION PRISE EN CHARGE PALLIATIVE PRISE EN CHARGE A DOMICILE

PRÉVENTION DE LA DÉNUTRITION PRISE EN CHARGE PALLIATIVE PRISE EN CHARGE A DOMICILE PRÉVENTION DE LA DÉNUTRITION PRISE EN CHARGE PALLIATIVE PRISE EN CHARGE A DOMICILE PLAN PREVALENCE et MECANISMES CONSEQUENCES EVALUATION DE L ETAT NUTRITIONNEL QUAND ALERTER LA DIETETICIENNE ET/OU LE MEDECIN

Plus en détail

Chirurgie de l obésité. Ce qu il faut savoir avant de se décider!

Chirurgie de l obésité. Ce qu il faut savoir avant de se décider! Chirurgie de l obésité Ce qu il faut savoir avant de se décider! Consultez le site Internet de la HAS : www.has-sante.fr Vous y trouverez des informations complémentaires et des outils pour bien préparer

Plus en détail

Qu est-ce que? Poids (en Kilogrammes) IMC = Taille (en Mètre) x Taille (en Mètre) 110 Mon IMC = = 40,4 (obésité massive ou morbide) 1.65 x 1.

Qu est-ce que? Poids (en Kilogrammes) IMC = Taille (en Mètre) x Taille (en Mètre) 110 Mon IMC = = 40,4 (obésité massive ou morbide) 1.65 x 1. Qu est-ce que? Reso13 signifie «Réseau Obésité des Bouches-du-Rhône». Il est basé à la clinique Axium d Aix-en-Provence. Sa mission est de proposer une prise en charge chirurgicale globale et pluridisciplinaire

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale de l obésité morbide E. Letessier,, P. Lemeunier Clinique Chirurgicale, CHU Hôtel Dieu, Nantes eric.

Prise en charge chirurgicale de l obésité morbide E. Letessier,, P. Lemeunier Clinique Chirurgicale, CHU Hôtel Dieu, Nantes eric. Prise en charge chirurgicale de l obésité morbide E. Letessier,, P. Lemeunier Clinique Chirurgicale, CHU Hôtel Dieu, Nantes eric.letessier letessier@chu-nantes. nantes.fr DIU Tours Brest TOURS, le 13 décembre

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

RADIOLOGIE DIGESTIVE CONVENTIONNELLLE Cours n 3 TO-TPO-TOGD. Dr Céline Savoye-Collet 2009

RADIOLOGIE DIGESTIVE CONVENTIONNELLLE Cours n 3 TO-TPO-TOGD. Dr Céline Savoye-Collet 2009 RADIOLOGIE DIGESTIVE CONVENTIONNELLLE Cours n 3 TO-TPO-TOGD Dr Céline Savoye-Collet 2009 I DEFINITION Opacification de l œsophage = transit oesophagien de l œsophage et du pharynx = transit pharyngo-oesophagien

Plus en détail

CHIRURGIE BARIATRIQUE Quel bilan tirer et quels choix pour le futur? B. NAVEZ. Clin Univ St Luc, Bruxelles

CHIRURGIE BARIATRIQUE Quel bilan tirer et quels choix pour le futur? B. NAVEZ. Clin Univ St Luc, Bruxelles CHIRURGIE BARIATRIQUE Quel bilan tirer et quels choix pour le futur? B. NAVEZ Clin Univ St Luc, Bruxelles Service de Chirurgie et Transplantation Abdominale GHdC, Charleroi (consultant) GSM: 0475 91 38

Plus en détail

Pourquoi la chirurgie pour traiter l obésité? années

Pourquoi la chirurgie pour traiter l obésité? années Pourquoi la chirurgie pour traiter l obésité? années Au cœur de l obésité Obésité = processus dynamique d inflation de la MG Obésité = maladie chronique du tissu adipeux hypertrophie Infiltration macrophagique

Plus en détail

Université Paris Descartes, Hôpital Cochin, APHP, Paris

Université Paris Descartes, Hôpital Cochin, APHP, Paris 51 ème JAND 28 janvier 2011 Traitement chirurgical de l obésité Pr Jean Luc Bouillot Université Paris Descartes, Hôpital Cochin, APHP, Paris Résumé La chirurgie bariatrique est le seul traitement permettant

Plus en détail

IMAGERIE DE LA SLEEVE GASTRECTOMIE DANS LE TRAITEMENT DE L OBESITE MORBIDE

IMAGERIE DE LA SLEEVE GASTRECTOMIE DANS LE TRAITEMENT DE L OBESITE MORBIDE IMAGERIE DE LA SLEEVE GASTRECTOMIE DANS LE TRAITEMENT DE L OBESITE MORBIDE I Khettab, CA Cuenod, L Fournier, N Siauve, C Grataloup, A Hernigou, O Clement, JM Chevallier *, G Frija. Service de Radiologie

Plus en détail

Techniques de chirurgie bariatrique : Conséquences Anesthésiques

Techniques de chirurgie bariatrique : Conséquences Anesthésiques ICAR 2010 Techniques de chirurgie bariatrique : Conséquences Anesthésiques Dr Mathieu SCHOEFFLER Département d Anesthésie Réanimation de l Hôpital de la Croix Rousse, Groupement Hospitalier Nord, CHU LYON

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Actes doubles : bonnes (et mauvaises) indications

Actes doubles : bonnes (et mauvaises) indications > 15 e Journée de Réflexion < sur l Endoscopie Digestive en France Samedi 26 janvier 2013 Paris, Eurosites Georges V Actes doubles : bonnes (et mauvaises) indications Docteur Gilles Lesur, Boulogne-Billancourt

Plus en détail

Que savoir sur la chirurgie de l Obésité A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

Que savoir sur la chirurgie de l Obésité A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Que savoir sur la chirurgie de l Obésité A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? VOUS ÊTES DESIREUX(SE) DE BENEFICIER A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE D UNE CHIRURGIE DE L OBESITE APPELEE AUSSI CHIRURGIE BARIATRIQUE PAR

Plus en détail

Chirurgie bariatrique de l adolescent

Chirurgie bariatrique de l adolescent Chirurgie bariatrique de l adolescent P. Tounian 1 Nutrition et Gastroentérologie Pédiatriques Hôpital Trousseau, Paris INSERM 872 Nutriomique, Université Paris 6 Institut de Cardiométabolisme et Nutrition

Plus en détail

Prescrire les incrétines. Module FMC à distance ANCRED N 3

Prescrire les incrétines. Module FMC à distance ANCRED N 3 Prescrire les incrétines Module FMC à distance ANCRED N 3 1 Qu est ce que l effet incrétine? Une sécrétion accrue d insuline après charge Glucose oral Glucose IV orale en glucose comparée à la charge Peptide

Plus en détail

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ)

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) 1 Définition Hémopathie maligne grave d étiologie inconnue caractérisée par la prolifération de plasmocytes

Plus en détail

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI)

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI) 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT Vitalipid Novum Adult, solution à diluer pour perfusion Vitalipid Novum Infant, solution à diluer pour perfusion 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Vitalipid Novum

Plus en détail

Items 295, 42 : Conduite à tenir devant un amaigrissement

Items 295, 42 : Conduite à tenir devant un amaigrissement Items 295, 42 : Conduite à tenir devant un amaigrissement Collège des Enseignants du Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Recherche de signes

Plus en détail

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Causes de la dénutrition du sujet âgé...1 1. 1 Modifications physiologiques liées à l'âge...

Plus en détail

Ou le «Y a qu à, faut qu on!!!»

Ou le «Y a qu à, faut qu on!!!» Les «traitements» de l obésité Ou le «Y a qu à, faut qu on!!!» Dr C. ANTOINE Pharmacien Praticien Hospitalier Hôpitaux Civils de Colmar Association des Centres de Cours Professionnels pour les Préparateurs

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA GROSSESSE

PRISE EN CHARGE DE LA GROSSESSE TROUBLES DU COMPORTEMENT ALIMENTAIRE PRISE EN CHARGE DE LA GROSSESSE Journées YOPI 4-11juin 2014 Dr Valérie Bonnenfant-Mezeray TCA : définition Anomalies qualitatives et /ou quantitatives des conduites

Plus en détail

Gastroparésie Comment faire le diagnostic? Comment traiter? Philippe DUCROTTE (Rouen)

Gastroparésie Comment faire le diagnostic? Comment traiter? Philippe DUCROTTE (Rouen) Gastroparésie Comment faire le diagnostic? Comment traiter? Philippe DUCROTTE (Rouen) Symposium FMC-HGE/GFNG Paris 25 mars 2011 Objectifs pédagogiques : Savoir reconnaître et authentifier une gastroparésie

Plus en détail

Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004

Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004 Pré-requis : Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004 Notions sur le vieillissement normal et pathologique Concept de fragilité Résumé : La dénutrition proteino-calorique

Plus en détail

La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014

La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014 La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014 Plan Généralités Effets de l alcool sur la santé Autres effets Rôle du médecin

Plus en détail

Constat. Quelques chiffres

Constat. Quelques chiffres La création d une au Centre Hospitalier Hornu-Frameries est venue d un constat simple : l obésité et le surpoids sont deux phénomènes sans cesse en augmentation. La personne victime du poids est souvent

Plus en détail

FCC 8. Les perturbations endocriniennes après. chirurgie de l obésité

FCC 8. Les perturbations endocriniennes après. chirurgie de l obésité Congrès de l Association Française de Chirurgie Paris du 30 septembre au 2 octobre 2009 Séance de Formation Chirurgicale Continue FCC 8 Les perturbations endocriniennes après chirurgie de l obésité Organisateur

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

JAMG le 5 avril 2014 Dr Eric Letessier Eric.letessier@chu-nantes.fr

JAMG le 5 avril 2014 Dr Eric Letessier Eric.letessier@chu-nantes.fr Les interventions de chirurgie bariatrique JAMG le 5 avril 2014 Dr Eric Letessier Eric.letessier@chu-nantes.fr Définition : Généralités IMC > 30 = Obésité (Obésité sévère > 35) IMC > 40 = Obésité morbide

Plus en détail

La physiopathologie du RGO est multifactorielle

La physiopathologie du RGO est multifactorielle La physiopathologie du RGO est multifactorielle Altération de la barrière anti-reflux Reflux duodénogastro-oesophagien Diminution de l efficacité des contractions de l œsophage ou de ses défenses naturelles

Plus en détail

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL NUTRITION ET CHUTES DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL 1. Nutrition correcte, normale, bonne Une alimentation équilibrée et diversifiée qui arrive à subvenir aux besoins de la personne : quantitatifs et qualitatifs.

Plus en détail

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES Première Journée du Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

Plus en détail

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Pré-Requis : Dans le corpus en pédiatrie : nutrition de l enfant. Dans

Plus en détail

Conduite à tenir devant un amaigrissement involontaire isolé

Conduite à tenir devant un amaigrissement involontaire isolé Conduite à tenir devant un amaigrissement involontaire isolé Pr P Cathébras Médecine interne Principe général L'amaigrissement est un signe aspécifique. Il est rarement réellement isolé et la démarche

Plus en détail

HOPITAL KIRCHBERG CHIRURGIE DE L'OBÉSITÉ NOTE INFORMATIVE AUX PATIENTS

HOPITAL KIRCHBERG CHIRURGIE DE L'OBÉSITÉ NOTE INFORMATIVE AUX PATIENTS HOPITAL KIRCHBERG CHIRURGIE DE L'OBÉSITÉ NOTE INFORMATIVE AUX PATIENTS Définitions: L'obésité ne peut être définie par le poids seulement. Idéalement il faudrait mesurer la part de masse adipeuse d'un

Plus en détail

PRÉSENTATION DU CENTRE HOSPITALIER DE CHARLEVILLE-MÉZIÈRES

PRÉSENTATION DU CENTRE HOSPITALIER DE CHARLEVILLE-MÉZIÈRES NUTRITION ET PLAIES CHRONIQUES CH DE CHARLEVILLE-MÉZIÈRES LEMPEREUR CHRISTINE CADRE DE SANTE ANDRY PATRICIA: IDE ADAM MELINE:IDE VOTION ALEXANDRA:IDE DOM VANESSA: AS GROSLIN CHRISTINE: DIETETICIENNE PRÉSENTATION

Plus en détail

Risque thrombo-embolique chez l'obèse

Risque thrombo-embolique chez l'obèse Risque thrombo-embolique chez l'obèse Pierre Albaladejo Charles Marc SAMAMA pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Loi de santé publique du 09 août 2004 Recommandations pour la Pratique Clinique (RPC) Prévention

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

La chirurgie de l obésité en mutation

La chirurgie de l obésité en mutation ARTICLE DE REVUE 225 Indications actuelles, techniques opératoires et résultats La chirurgie de l obésité en mutation Marc Schiesser Adipositaszentrum Kantonsspital St. Gallen Quintessence La chirurgie

Plus en détail

2. Indications (Figure 2)

2. Indications (Figure 2) Conseil de pratique Techniques et indication de l entéroscopie Rédacteur : Gabriel Rahmi Documents de référence : Di Caro S, May A, Heine DG et al; DBE-European Study Group. The European experience with

Plus en détail

Obésité et contraception. Dr Manigart FLPF/CHU Saint Pierre

Obésité et contraception. Dr Manigart FLPF/CHU Saint Pierre Obésité et contraception Dr Manigart FLPF/CHU Saint Pierre Obésité et risque de TVP Augmentation des facteurs pro-coagulants (7,8,12 et du fibrinogène) stase veineuse augmentée Risque de TVP augmenté (=

Plus en détail

Traitement opératoire de l obésité morbide

Traitement opératoire de l obésité morbide 48 Traitement opératoire de l obésité morbide Bypass gastrique / Consentement éclairé du patient (méthode ouverte, division reservoir gastrique par agrafes) Avant-propos Les suites et complications de

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 octobre 2011 PEDIAVEN AP-HP G15, solution pour perfusion 1000 ml de solution en poche bi-compartiment, boîte de 4 (CIP: 419 999-0) PEDIAVEN AP-HP G20, solution pour

Plus en détail

DIVERTICULES GASTRIQUES DE DECOUVERTE FORTUITE

DIVERTICULES GASTRIQUES DE DECOUVERTE FORTUITE DIVERTICULES GASTRIQUES DE DECOUVERTE FORTUITE I. Huynh, H. Ghannem, A. Hernigou, C. Grataloup-Oriez, MP. Revel, G. Frija Service de Radiodiagnostic de l Hôpital Européen G. Pompidou, Paris - France EXEMPLE

Plus en détail

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Généralités / Contexte La chirurgie bariatrique: pas de relation quantitative claire entre

Plus en détail

INDICATEURS D ACTIVITÉ. OBÉSITÉ Activité produite en Région Centre 2009-2010

INDICATEURS D ACTIVITÉ. OBÉSITÉ Activité produite en Région Centre 2009-2010 INDICATEURS D ACTIVITÉ OBÉSITÉ Activité produite en Région Centre 2009-2010 Cahier des charges «Centres spécialisés» dans la prise en charge de l obésité sévère 1 MATÉRIEL ET MÉTHODE I. HOSPITALISATION

Plus en détail

Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé. Atelier sur l alimentation

Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé. Atelier sur l alimentation Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé Atelier sur l alimentation Alimentation & Marathon Demi-journée scientifique 3 mars 2012 Genève marathon Anne-Catherine Morend Diététicienne dipl.

Plus en détail

COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI?"

COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI? COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI?" 106 Témoignage du Dr Benjamin Rimaud 107 La dénutrition protéino-énergétique de la personne âgée Quelques chiffres 1 A domicile " 4 à 10% des personnes âgées En

Plus en détail

Grossesse, Poids et Nutrition

Grossesse, Poids et Nutrition Service de Gynécologie Obstétrique et service de Nutrition Hôpital de la Pitié-Salpêtrière Grossesse, Poids et Nutrition Si vous avez un problème de poids, voici des conseils pour la préparation et le

Plus en détail