EDITO. Valsè hè sitation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EDITO. Valsè hè sitation"

Transcription

1 Janèt Yèllèn prèndra son postè a la tè tè dè la FED èn Ellè n a pas cachè què son prèmièr objèctif sèra dè sortir dès mèsurès non convèntionnèllès sans impactèr la rèprisè è conomiquè aux E tats-unis. EDITO Valsè hè sitation Aprè s dès mois dè prè paration a la rè duction dès injèctions massivès dè liquiditè par la FED, lè marchè a è tè surpris dè la marchè arriè rè opè rè è par la Banquè Cèntralè dès E tats-unis. Positivèmènt surpris, puisquè cèttè non dè cision a propulsè lès marchè s actions prochè dè lèur plus haut annuèl èt a brutalèmènt dè tèndu lès taux d intè rè ts èuropè èns, fait rèmontèr l ènsèmblè dès marchè s obligatairès èt amorcè unè rèprisè dès marchè s è mèrgènts qui avaiènt particuliè rèmènt souffèrt dè la pèrspèctivè d unè diminution dès liquiditè s mondialès. Lès spè cialistès s intèrrogènt sur cèttè modification dè la politiquè annoncè è par la FED qui rèmèt èn quèstion la visibilitè èt la transparèncè qu affèctionnènt lès marchè s. La prè visibilitè dès intèntions dè la FED sur lè maintièn a un bas nivèau objèctif dès taux d intè rè ts, gra cè a l alimèntation massivè dè liquiditè, a è tè un dès motèurs lès plus puissants dè la haussè dès marchè s actions. Modifièr la communication, mè mè pour dès bonnès raisons, rè introduit un è lè mènt d incèrtitudè sur la vision èt donc l apprè ciation dès valèurs par lès invèstissèurs. Dèux è lè mènts pourraiènt èxpliquèr cèttè dè cision. Tout d abord, l arrivè è a è chè ancè du mandat dè l actuèl Prè sidènt dè la FED, Bèn Bèrnankè, qui prè fè rèrait sans doutè nè pas apparaîtrè commè lè rèsponsablè d un fort rècul dès marchè s avèc l arrè t dè la politiquè qu il a agrèssivèmènt mis èn œuvrè aprè s la crisè bancairè dè 2007 èt la faillitè dè Lèhman Brothèrs. Il laissèrait ainsi cè privilè gè a son succèssèur, Janèt Yèllèn, 1è rè fèmmè à è trè nommè è à cè postè, qui prèndrà sès fonctions èn dè but d ànnè è 2014 èt qui n a pas cachè què son prèmièr objèctif sèrait dè sortir dès mèsurès non convèntionnèllès sans impactèr la rèprisè è conomiquè aux E tats-unis. Ensuitè, nous pouvons aisè mènt imaginèr què la pèrspèctivè d un blocagè du votè du budgèt annuèl èt du montant du plafond dè la dèttè amè ricainè par l opposition rè publicainè a è tè un puissant frèin a toutè mèsurè modifiant lè statu quo du nivèau dès taux dès obligations du Trè sor amè ricain. La sèulè è vocation d un tèl blocagè dans unè autrè è conomiè du G20 aurait sans doutè èntraînè un rècul immè diat dès marchè s afin dè sanctionnèr l incèrtitudè èt lè risquè dè dè faut. S agissant dè la prèmiè rè è conomiè mondialè èt dè la monnaiè dè rè fè rèncè actuèllè dè notrè systè mè capitalistè, l ènsèmblè dès

2 ,,«Le mécénat d entreprise correspond au soutien matériel apporté, sans contrepartie directe du bénéficiaire, à une œuvre ou à une personne pour l exercice d activités présentant un intérêt général» (Arrêté du 6 janvier 1989 relatif à la terminologie économique et financière) invèstissèurs rè agit commè si lè problè mè n èxistait pas ou a tout lè moins nè rèprè sèntait qu un problè mè politiquè intèrnè èt nè saurait dè gè nè rèr. Nous l èspè rons tous! Quèllè què soit l issuè dè cè bras dè fèr budgè tairè, la rèprisè mondialè rèstè fragilè èt n accè lè rè pas èncorè suffisammènt pour rèlancèr lès crè ations d èmplois, particuliè rèmènt èn Europè. Mais lès rè cènts mouvèmènts dès banquès cèntralès ont profondè mènt impactè lès dèvisès dès pays è mèrgènts èt consè cutivèmènt lèurs è conomiès, cè qui nè facilitèra pas lèur soutièn a la rèprisè dè la consommation. Aprè s plusièurs mois dè pèrformancès positivès dans un ènvironnèmènt difficilè, il faudra dèmèurèr prudènt dans lès sèmainès a vènir èn èngrangèant lès è vèntuèls bè nè ficès dè ja rè alisè s èt èn augmèntant lè volant dè liquiditè dès portèfèuillès afin dè profitèr d un è vèntuèl rètournèmènt dè marchè. LE ME CE NAT EN FRANCE Dès incitants fiscaux pour lès èntrèprisès èt lès particulièrs Cèrtains organismès sè financènt par dès dons. Lès pèrsonnès ou èntrèprisès qui rè alisènt cès dons font du mè cè nat èt bè nè ficiènt a lèur tour d aidès fiscalès. Cès mèsurès incitativès sè rètrouvènt dans la loi du 1 èr àou t Lè mè cè nat nè sè limitè pas a dès vèrsèmènts èn numè rairè. L apport pèut aussi è trè èn naturè ou èn compè tèncè, cè qui corrèspond a un don èn produits ou èn sèrvicès. Lès trois formès dè dons sont soumisès aux mè mès rè glès. POUR LES ENTREPRISES Quels sont les bénéficiaires possibles? Lès bè nè ficiairès doivènt è trè rèconnus «organismes d intérêt général». Cè qui signifiè plus prè cisè mènt qu ils doivènt: Avoir unè activitè non lucrativè èt non concurrèntièllè Avoir unè gèstion dè sintè rèssè è Avoir unè activitè qui nè profitè pas a un cèrclè rèstrèint dè pèrsonnès. Attèntion a nè pas confondrè mè cè nat èt parrainagè. Contrairèmènt au mè cè nat, lè parrainagè nè donnè pas droit a dès avantagès fiscaux. Il sè dè finit commè «un soutien matériel apporté à une manifestation, une personne, un produit ou une organisation en vue d'en retirer un bénéfice direct." (Arrè tè du 6 jànvièr 1989 rèlàtif à là tèrminologiè è conomiquè èt financiè rè). Dans lè cas d un mè cè nat, si lè bè nè ficiairè èst è ligiblè, la rè duction d impo t èst dè 60% du montant donnè, dans la limitè dè 5%0 du chiffrè d affairès (hors tàxès). A notèr, là possibilitè, èn càs dè dè pàssèmènt dè cè plàfond, dè rèportèr l èxcè dènt au titrè dès cinq èxèrcicès suivants. Lè bè nè ficiairè du don fournira au donatèur un rèçu fiscal a joindrè a la dè claration (sauf si dè claration par intèrnèt). Être mécène d une activité culturelle Œuvres d art contemporain et instruments de musique: lès œuvrès d art doivènt è trè inscritès a un comptè d actif immobilisè ; èllès sont èxcluès dè la taxè profèssionnèllè èt pèndant toutè la durè è dè la dè duction èllès doivènt è trè èxposè ès dans un lièu ouvèrt au public, aux salariè s ou aux cliènts. Quant aux instrumènts dè musiquè, ils doivènt è trè mis gratuitèmènt a disposition d intèrprè tès profèssionnèls ou è tudiants. Spectacles vivants et expositions d art contemporain: si l àctivitè principalè èst la prè sèntation au public èt dont la gèstion èst dè sintè rèssè è. Trésors nationaux et œuvres d intérêt patrimonial majeur: si lè bièn èst rèconnu «trè sor national» ou «œuvrè d intè rè t patrimonial majèur» èt sè fait au profit d unè collèction publiquè.

3 LE MÉCÉNAT D ENTREPRISE EN CHIFFRES 1,9 milliards d euros: c èst lè budgèt total du mè cè nat d èntrèprisè 47%: la part dès PME dans lè budgèt global du mè cè nat d èntrèprisè 93%: c èst la part dès PME dans lè total dès mè cè nès 31% dès èntrèprisès dè plus dè 20 salariè s sont mè cè nès 83% dès èntrèprisès agissènt au nivèau local ISF 2013: UNE MESURE DE DERNIÈRE MINUTE SUSCITE LA COLÈRE DES FISCA- LISTES ET DE LEURS CLIENTS Quelques lignes ajoutées par Bercy le 14 juin 2013 (3 jours avant la date butoir!) indiquent que désormais, le contribuable doit intégrer dans sa déclaration les intérêts des fonds euros d assurance-vie. Ces intérêts sont à ajouter aux revenus déterminant le plafonnement de l ISF, au-delà duquel il est réduit. Une disposition qui vise tant les contrats «monosupports» que les compartiments des contrats «multisupports». Les plus-values latentes des supports en unités de compte demeurent, elles, exclues du calcul en l absence de rachat. Les contribuables ont jusqu au 15 octobre pour déposer une déclaration rectificative et précise. Une décision qu il vaut mieux prendre avec votre conseiller fiscal. Apport en nature ou en compétence Dans cè cas dè figurè, lè mè cè nè n apportè pas dè numè rairè mais dès bièns ou dès compè tèncès (connaissancès) au bè nè ficiairè. La quèstion qui sè posè alors èst dè savoir commènt valorisèr cèt apport. Pour les services (compè tèncès, màin-d œuvrè, ), il fàut càlculèr lès cou ts sàlàriàux (sàlàirès + chàrgès). Pour le mécénat en nature (àpport dè produits), lè càlcul sè fèrà èn fonction dè l originè du produit livrè. Il pèut s agir d unè valorisation au prix du stock, du prix dè rèviènt dè la prèstation, dè la moins-valuè a court tèrmè pour un è lè mènt d actif (un bièn totalèmènt amorti n èst pas è ligiblè). En cas dè doutè sur la valorisation, il èst rècommandè dè prèndrè contact avèc lès sèrvicès fiscaux compè tènts. La convention «mécène-mécéné» èntrè bè nè ficiairè èt donatèur èst un documènt important. Il pèrmèt dè s èntèndrè sur la contribution dè «compè tèncè» èt sèra lè plus prè - cis possiblè. Sèlon lès projèts, un cahièr dès chargès complèt sèra joint. Dans la convèntion sèront è galèmènt è tablis un calèndrièr dè livraison dès bièns ou sèrvicès èt unè valorisation dè la contribution (voir supra). Enfin, la convèntion pèrmèt dè mèttrè par è crit lès garantiès contractuèllès ou rè glèmèntairès. POUR LES PARTICULIERS Lè mè cè nat n èst pas rè sèrvè aux èntrèprisès. Lès particulièrs, èn pèrsonnè physiquè, pèuvènt aussi bè nè ficièr d unè rè duction d impo t sur lè rèvènu voirè d unè rè duction d ISF. Lè don sèra alors a imputèr sur l'impo t dè solidaritè sur la fortunè. La rè duction èst dè 75% du montant du don, dans la limitè dè èuros par an. Pour pouvoir bè nè ficièr d unè rè duction d ISF, lès dons doivènt è trè rè alisè s au profit notammènt dès fondations rèconnuès d utilitè publiquè èt dès è tablissèmènts dè rèchèrchè ou d ènsèignèmènt supè rièur ou d ènsèignèmènt artistiquè publics ou privè s, d intè rè t gè nè ral, a but non lucratif. Lè bè nè ficiairè pèut sè trouvèr èn Francè ou dans un E tat mèmbrè dè l Union èuropè ènnè ou dè l èspacè è conomiquè èuropè èn. DLU TER La DLU bis a è tè un succè s. La DLU tèr coincè. En Bèlgiquè, la prèmiè rè DLU datè dè 2004 èt pèrmèttait aux contribuablès ayant placè dès montants a l è trangèr d è trè amnistiè s. Dans la DLU bis il n è tait plus quèstion d amnistiè; lè contribuablè dèvait payèr l impo t è ludè. Ellè s èst tèrminè è èn juillèt 2013 èt a connu un bèau succè s. Placè a la DLU tèr qui coincè pour plusièurs raisons. Il y a d abord l amèndè dè 35% sur lès capitaux prèscrits fiscalèmènt, contrè 10% lors dè la DLU bis. Unè mèsurè qui pourrait par aillèurs è trè jugè è illè galè. Toujours dans lès pè nalitè s pour lès impo ts è ludè s, lès taux ont è tè rèvus a la haussè: 15% pour lès fraudès ordinairès èt 20% pour lès fraudès gravès. Il y a ènsuitè l obligation dè communiquèr l originè èt lè schè ma dè la fraudè. Pas toujours facilè, èn cas d hè ritagè datant dè plusièurs dizainès d annè ès notammènt. Et ènfin, lès montants rè clamè s aux contribuablès «rèpèntants» nè sont pas incitatifs. Ainsi, lè montant dè la rè gularisation fiscalè pèut allèr jusqu a 90% d un hè ritagè (si vous n è tès pas parènt èt si vous avèz hè ritè au cours dès 10 dèrniè rès annè ès). Autrè diffè rèncè avèc la DLU bis, l è largissèmènt dè la ciblè. Au-dèla dès pèrsonnès physiquès èt dès sociè tè s, lès pèrsonnès moralès èt lès organismès sans pèrsonnalitè juridiquè sont aussi concèrnè s.

4 LE MARCHÉ CÔTIER : LA CÔTE BELGE A la co tè bèlgè, lè nombrè d achètèurs diminuè. Cè qui pourrait amènèr unè baissè dès transactions. Surtout si on y ajoutè la possibilitè futurè d unè taxè sur lès bièns immobilièrs mis a disposition par lès sociè tè s au gè rant ou aux administratèurs. Pourtant lès prix nè baissènt pas ou prèsquè pas. Knokkè-Hèist rèstè la placè la plus chè rè pour lès villas avèc jardin, avèc un prix dè rè fè rèncè dè 1,5 million d èuros. Pour lès appartèmènts dè sècondè main, lè budgèt nè cèssairè pèut varièr dè 60% sèlon la communè. Avèc dès prix au m 2 qui vont dè à èuros. Pour lès appartèmènts nèufs, qui rèstènt la rè fè rèncè, lè prix au m2 va du simplè au doublè. Dè èuros a La Pannè a èuros a Knokkè-Hèist. Rèstè un autrè marchè, sans doutè moins couru: lès parkings èt garagès prochès du front dè mèr. LA CÔTE D OPALE Altèrnativè intè rèssantè pour lès bèlgès, la Cotè d Opalè offrè dès prix jusqu a 40% moins chèr. Mais lès prix grimpènt èt la fiscalitè a è tè alourdiè (voir ci-contrè). Un pèu plus bas, a Dèauvillè ou Lè Touquèt, lès transactions diminuènt èt lès prix sè nè gociènt plus. On nè pèut pourtant pas parlèr dè diminution dès prix. On rèstè sur un prix moyèn au m2 qui tournè IMMOBILIER EN FRANCE Lès taxès sur lès plus-valuès ont è tè rè formè ès Alors què lè marchè français dè l immobilièr sè montrè èn pètitè formè avèc dès prix èt dès transactions èn baissè, lè gouvèrnèmènt a procè dè a unè rè formè sur lès plus-valuès immobiliè rès. A è tudièr d urgèncè pour lès particulièrs souhaitant vèndrè lèur rè sidèncè sècondairè. La principalè nouvèautè dè la rè formè rè sidè dans l èxonè ration totalè dè l impo t sur la plus-valuè qui intèrviènt dè sormais aprè s 22 ans dè dè tèntion d un bièn contrè 30 annè ès au prè alablè. L èffort èst notablè mè mè s il conviènt dè lè rèlativisèr dans la mèsurè ou la durè è dè dè tèntion pèrmèttant dè bè nè ficièr d unè èxonè ration totalè dè la plus-valuè n è tait què dè 15 ans, il y a èncorè quèlquès annè ès a pèinè. La multiplication par dèux dè cè laps dè tèmps èst intèrvènuè dans lè cadrè dè la loi dè financès rèctificativè dè Entrè è èn viguèur dèpuis lè mois dè sèptèmbrè dèrnièr, cèttè mèsurè concèrnè lès propriè tairès dè rè sidèncès sècondairès (lès rè sidèncès principalès èn sont èxonè rè ès) èt dè logèmènts dèstinè s a la location. Lè systè mè d abattèmènts mis èn placè èst dè sormais organisè commè suit: 6% par an dè la 6 è mè à là 21 è mè ànnè è puis 4% là 22 è mè annè è. En rèvanchè, l èxonè ration totalè dè prè lè vèmènts sociaux sur la plus-valuè continuè, èllè, a intèrvènir aprè s 30 ans. ABATTEMENT EXCEPTIONNEL Pour dynamisèr èt fluidifièr lè marchè mais è galèmènt pèrmèttrè aux collèctivitè s qui prè - lè vènt unè partiè dè l impo t dè rèntrèr dè l argènt dans lès caissès, lè gouvèrnèmènt a è galèmènt dè cidè dè crè èr un èffèt d aubainè. Jusqu au 31 aou t 2014, un abattèmènt èxcèptionnèl dè 25% sur lè montant dè la plus-valuè nèt imposablè, autrèmènt dit aprè s lès abattèmènts è voquè s supra, sèra appliquè. Mais il y a dès rèstrictions. Il èst notammènt prè cisè què la cèssion nè doit pas sè fairè dans lè cadrè du cèrclè familial. A notèr ènfin, si cèttè rè formè èst positivè pour lès vèndèurs car cèla sè traduit concrè tèmènt par dès millièrs d èuros d è conomiè d impo t, la Loi dè financès 2014 nè comportè pas què dès bonnès nouvèllès èn matiè rè d immobilièr. C èst notammènt lè cas pour lès achètèurs puisqu unè haussè dès frais notariaux sè dèssinè èt pour lès possèssèurs dè tèrrain a ba tir è tant donnè què lès abattèmènts liè s a la durè è dè dè tèntion sèront supprimè s a comptèr du 1 èr jànvièr prochàin. LE PORTUGAL Lè Portugal vèut dèvènir la Floridè èuropè ènnè Pour attirèr lès rètraitè s dè toutè l Europè, lè Portugal misè sur unè fiscalitè attrayantè èt un marchè dè l immobilièr èn dè licatèssè. Prisè par lès golfèurs britanniquès, lès sèniors allèmands èt scandinavès, notammènt, lè Portugal ambitionnè dè sè duirè d autrès èuropè èns èt tout particuliè rèmènt lès rètraitè s. Et pour cè fairè, lè pays nè sè contèntè pas dè promouvoir la doucèur dè vivrè dè l Algarvè, dans lè sud du pays, èt l accè s facilè gra cè aux nombrèux vols qui dèssèrvènt quotidiènnèmènt Faro. La sè duction passè è galèmènt par unè politiquè fiscalè particuliè - rèmènt attrayantè. Dèpuis lè dè but dè cèttè annè è, tous lès rètraitè s èuropè èns du sèctèur privè qui s'installènt pour la prèmiè rè fois au Portugal sont èn èffèt èxonè rè s d'impo ts sur lèurs pènsions pèrçuès dans lèur pays d'originè. Dè nombrèux Français èn ont profitè mè mè si cèrtainès conditions sont a rèspèctèr. La loi imposè notammènt dè passèr un cèrtain nombrè dè jours par an sur lè tèrritoirè portugais. Il èst vrai aussi, qu a la fiscalitè attrayantè, s ajoutènt è galèmènt dès prix dans l immobilièr èn chutè dè prè s dè 30% dèpuis la crisè. Sèlon l Institut national dè la statistiquè du Portugal, si l on nè

5 pèut pas parlèr dè bullè immobiliè rè commè èn Espagnè, lè marchè comptèrait logèmènts vidès. Unè grandè partiè dè cès bièns a è tè rè cupè rè è par lès banquès suitè a dès impayè s. Dès logèmènts què cès dèrniè rès s attachènt dè sormais a rèvèndrè èn accordant dès conditions dè crè dits particuliè rèmènt avantagèusès aux è trangèrs solvablès. Un argumènt dè plus pour commèrcialisèr la «Floridè» èuropè ènnè. AVOIR 60 ANS ET UNE ÉPARGNE-PENSION Si vous fè tèz vos 60 ans, prè voyèz la rètènuè d un impo t uniquè dè 16,5% èt/ou un prè lè vèmènt dè 10% sur lès primès accumulè ès. Si vous avèz unè assurancè è pargnèpènsion, lès pourcèntagès rètènus s appliquènt au rèndèmènt rè èl. Si vous avèz un fonds d è pargnè-pènsion, vous è tès taxè sur un rèndèmènt minimum dè 4,75%/àn (6,25% pour lès primès vèrsè ès avant 1993). Vous è tès donc pèrdant si votrè fond a un taux dè rèndèmènt infè rièur. ALMAGEST WEALTH MANAGEMENT 8A, Boulèvàrd Josèph II L-1840 Luxèmbourg Tèl: Fax: Mail: BELGIQUE: E PARGNE-PENSION Fonds ou assurancè? En matiè rè d è pargnè-pènsion, dèux formulès cohabitènt: fonds d è pargnè-pènsion ou assurancè è pargnè-pènsion. Dans lè cas dè l assurancè-pènsion, il y a un rèndèmènt fixè èt un bonus variablè sèlon lès bè nè ficès annuèls. Dans la formulè du fonds, il vous faudra bièn choisir un gèstionnairè dè confiancè. Quèl què soit votrè choix, dèpuis 2012, l administration appliquè unè rè - duction fiscalè forfaitairè dè 30% (plus taxè communalè è pargnè è). Et dèpuis 2013, la primè è ligiblè èst dè maximum 940 èuros par è pargnant. FONDS D ÉPARGNE-PENSION C èst un fonds dè placèmènt dans lè cadrè d unè è pargnè-pènsion. Il èst gè rè par unè banquè ou unè sociè tè dè boursè. Commè lè risquè èst plus è lèvè, lè rèndèmènt lè sèra aussi. Dans la catè goriè dès fonds d è pargnè-pènsion, l è pargnant nè connait pas lè bè nè ficè qui sèra èngèndrè par lès primès vèrsè ès. C èst unè formulè qui offrè moins dè sè curitè èt qui dèvrait donc pluto t è trè choisiè par dès è pargnants plus jèunès. Il faut èncorè fairè la diffè rèncè èntrè : Fonds d épargne-pension dynamique : lès primès vèrsè ès sont surtout invèstiès èn actions. Fonds d épargne-pension défensif : la majoritè dès primès vèrsè ès èst invèstiè èn obligations. Fonds d épargne-pension neutre : l invèstissèmènt sè fàit pour moitiè èn àctions èt pour l autrè moitiè èn obligations. Sachant qu il n y a pourtant pas dè grossès diffè rèncès èntrè lès trois formulès. En cè qui concèrnè lès rèndèmènts, on pèut dirè què 2012 a è tè unè annè è favorablè, èn sè basant sur lès rèvènus dès 3 dèrniè rès annè ès. Sur un moyèn tèrmè dè 5 ans, on constatè què cès rèndèmènts ont è tè positifs. En fait, il faut considè rèr què lès fonds dè fènsifs èt nèutrès pèrmèttènt dè limitèr lès pèrtès pèndant lès annè ès difficilès, tout èn profitant du bon climat lors dès annè ès favorablès. ASSURANCE ÉPARGNE-PENSION Il s agit d un contrat d assurancè-viè dont lè paièmènt donnè droit a unè rè duction d impo t commè è pargnè-pènsion. L assurancè è pargnè-pènsion, èt son co tè plus stablè, èst unè formulè plus consèillè è aux pèrsonnès plus a gè ès. D aillèurs, on pèut avoir un fonds d è pargnè-pènsion plus jèunè èt basculèr vèrs unè assurancè è pargnè-pènsion plus tard. En vèillant malgrè tout a nè pas transfè rèr lè capital qui sèrait alors taxè a 33%. Lè principè a rètènir èst dè rè flè chir a l a gè ou l on souhaitè rètirèr l argènt. Plus on s èn approchè, plus lè capital doit è trè sè curisè. DISCLAIMER This non-contractual papèr is issuèd by Almagèst Wèalth Managèmènt S.A. Luxèmbourg. This documènt was prèparèd for profèssional invèstors privatè usè and is not, and should not bè usèd as an offèr to sèll or a solicitation to buy or sèll any sècuritiès. Thè information and opinions in this documènt arè author s opinions or havè bèèn compilèd or arrivèd at from sourcès bèlièvèd to bè rèliablè and in good faith, but no rèprèsèntation or warranty, èxprèss or implièd, is madè as to thèir accuracy, complètènèss or corrèctnèss. All opinions and èstimatès includèd in this documènt rèprèsènt a judgmènt as of thè data of this documènt and arè subjèct to changè without furthèr noticè. Wè do not accèpt any liability whatsoèvèr for any dirèct or consèquèntial loss arising from any usè of this documènt or its contènts.

LES TAUX REMONTENT? L injection massive de liquidite s par les banques centrales et ses conse quences

LES TAUX REMONTENT? L injection massive de liquidite s par les banques centrales et ses conse quences LES TAUX REMONTENT? L injection massive de liquidite s par les banques centrales et ses conse quences Comme présagé dans notre note du trimestre précédent et alors que la plupart des opérateurs financiers

Plus en détail

Une opportunite unique!

Une opportunite unique! Welcome to Detroit! Une opportunite unique! «Suite a l eclatement de la bulle immobiliere dans les annees 2006-2007, le marche immobilier de Detroit a subi une decote de plus de 50%, connaissant l une

Plus en détail

Un choix re fle chi! É pargner pour l avenir de vos enfants. Formation sur les re gimes enregistre s d e pargne-e tudes (RÉÉÉ)

Un choix re fle chi! É pargner pour l avenir de vos enfants. Formation sur les re gimes enregistre s d e pargne-e tudes (RÉÉÉ) É pargner pour l avenir de vos enfants Un choix re fle chi! Formation sur les re gimes enregistre s d e pargne-e tudes (RÉÉÉ) Ce projet est finance en partie par le Gouvernement du Canada.. 1 Qu est-ce

Plus en détail

Livre I. Le droit patrimonial luxembourgeois (civil et fiscal)... 7

Livre I. Le droit patrimonial luxembourgeois (civil et fiscal)... 7 TABLE DES MATIE` RES Pre sentation des auteurs.... Pre faces... V IX Introduction générale et avertissement.... 1 Livre I. Le droit patrimonial luxembourgeois (civil et fiscal).... 7 Partie I. Le droit

Plus en détail

Présentation Gérer le risque de taux d intérêt d un immobilier de rendement

Présentation Gérer le risque de taux d intérêt d un immobilier de rendement Présentation Gérer le risque de taux d intérêt d un immobilier de rendement Ce document présente une approche visant à évaluer le risque de taux d intérêt propre à chaque investissement immobilier et propose

Plus en détail

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation.

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation. Présentation Optimiser la gestion d un portefeuille obligataire Dans un contexte de rendements historiquement bas, RMG propose une stratégie de gestion de portefeuilles obligataires permettant d améliorer

Plus en détail

Droit des e trangers a` l usage des CPAS et des services sociaux

Droit des e trangers a` l usage des CPAS et des services sociaux Droit des e trangers a` l usage des CPAS et des services sociaux Aide sociale, sécurite sociale, marche du travail, programmes d insertion professionnelle Denis Feron Manager social, charge des Etrangers

Plus en détail

La SARL. De 1 a 100 associe s (l EURL peut e tre unipersonnelle)

La SARL. De 1 a 100 associe s (l EURL peut e tre unipersonnelle) La mise en place d une activite ne cessite une maîtrise parfaite du cadre juridique de la cre ation d entreprise. Nous proposons un re capitulatif des deux principales formes de socie te s (la SARL et

Plus en détail

Re forme de la Taxe d Apprentissage 2015

Re forme de la Taxe d Apprentissage 2015 Re forme de la Taxe d Apprentissage 2015 Donner la capacité aux entreprises de financer la formation de leur(s) apprenti(s) Service des relations entreprises 1 Textes de référence LOI n 2014-891 du 8 aou

Plus en détail

POURQUOI INVESTIR EN BOURSE? 17/10/2015. Documentation d introduction aux modules de formation

POURQUOI INVESTIR EN BOURSE? 17/10/2015. Documentation d introduction aux modules de formation POURQUOI INVESTIR EN BOURSE? 17/10/2015 Documentation d introduction aux modules de formation Les pre sentations QUI SUIS-JE? Je m appelle François HUET, j ai 37 ans et cela fait de sormais 15 ans que

Plus en détail

La lettre de gage suisse. 8050 Zurich, 16 octobre 2015, 0907, MR

La lettre de gage suisse. 8050 Zurich, 16 octobre 2015, 0907, MR La lettre de gage suisse 8050 Zurich, 16 octobre 2015, 0907, MR 1 Agenda Désirs d'un investisseur: Sûreté Émetteur actif, un marché liquide, bon prix 2 La lettre de gage suisse n'est pas un covered bond

Plus en détail

Synthè sè - Rè ponsè à l Appèl à Projèts Contràt dè Structuràtion dè Po lès Touristiquès Tèrritoriàux. PERPIGNAN, Centre des Mondes

Synthè sè - Rè ponsè à l Appèl à Projèts Contràt dè Structuràtion dè Po lès Touristiquès Tèrritoriàux. PERPIGNAN, Centre des Mondes Synthè sè - Rè ponsè à l Appèl à Projèts Contràt dè Structuràtion dè Po lès Touristiquès Tèrritoriàux PERPIGNAN, Centre des Mondes LE PERIMETRE Le projet de Structuràtion d un Pôle Touristique Territorial

Plus en détail

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib.

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib. Crédit Agricole CIB Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change Paris, Jeudi 6 Février 2014 www.ca-cib.com Le marché Euro PP Le développement du marché Euro PP Volumes

Plus en détail

Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs

Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs Paris 5 avril 2013 Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs Serge LESCOAT Associé INDAR ENERGY Conseiller en Investissements Financiers Membre du CNCIF Association agréé

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION

NOTICE D INFORMATION 2015 NOTICE D INFORMATION Chirurgien dentiste Rachat d années d études supérieures et d années civiles validées Informations pratiques Depuis la loi Fillon du 21 aou t 2003, deux nouvelles possibilite

Plus en détail

EDITO. Surprénanté annéé 2013. vraiment jusqu aux individus, pme, pmi, artisans...»

EDITO. Surprénanté annéé 2013. vraiment jusqu aux individus, pme, pmi, artisans...» EDITO Surprénanté annéé 2013 Bourse de Tokyo,, «...Les banques centrales constatent que leurs interventions ne filtrent pas encore vraiment jusqu aux individus, pme, pmi, artisans...» L annéé 2013 s ést

Plus en détail

Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI.

Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI. Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI. François Banville Partenaire exécutif chez Gartner Gartner is a registered trademark of Gartner, Inc. or its affiliates.

Plus en détail

FATCA Retour d expérience FATCA sur les Sociétés de Gestion : règles d identification, reporting réglementaire,

FATCA Retour d expérience FATCA sur les Sociétés de Gestion : règles d identification, reporting réglementaire, FATCA Retour d expérience FATCA sur les Sociétés de Gestion : règles d identification, reporting réglementaire, Laure Capron BNP Paribas Securities Services Responsable FATCA France 18 septembre 014 Table

Plus en détail

Cours de Droit Commercial. Anné e 2000-2001 DROIT DES SOCIETES

Cours de Droit Commercial. Anné e 2000-2001 DROIT DES SOCIETES Cours de Anné e 2000-2001 2 nde PARTIE : 4 Titre 1 : Thé orie Gé né rale des Socié té s 4 Chapitre 1 : Le contrat de socié té 4 Section 1 : Les règles gé né rales de validité du contrat 4 I- Le consentement

Plus en détail

Introduction 2. Comprendre le Concept 3. L Entreprise 4 Comment cre er ce revenu mensuel 5

Introduction 2. Comprendre le Concept 3. L Entreprise 4 Comment cre er ce revenu mensuel 5 Introduction 2 Comprendre le Concept 3 L Entreprise 4 Comment cre er ce revenu mensuel 5 FGXpress et la législation 7 Quel statut juridique adopter 8 FGXpress et la Vente directe par réseau 10 Quel est

Plus en détail

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 Les principales dispositions du projet de loi de finances pour adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème

Plus en détail

MEMENTO MARS 2014. www.bdo.lu. Convention tendant à éviter les doubles impositions entre l Allemagne et le Luxembourg

MEMENTO MARS 2014. www.bdo.lu. Convention tendant à éviter les doubles impositions entre l Allemagne et le Luxembourg Convention tendant à éviter les doubles impositions entre l Allemagne et le Luxembourg Nouvelles règles au 1 er janvier 2014 MEMENTO MARS 2014 www.bdo.lu 1 5 Mars 2014 Nouvelle convention fiscale entre

Plus en détail

SMAEG Syndicat Mixte d Action pour l Expansion de la Gâtine. pour l'amé lioration de l'habitat O.P.A.H. des cantons. de THENEZAY et MENIGOUTE

SMAEG Syndicat Mixte d Action pour l Expansion de la Gâtine. pour l'amé lioration de l'habitat O.P.A.H. des cantons. de THENEZAY et MENIGOUTE SMAEG Syndicat Mixte d Action pour l Expansion de la Gâtine PACT ARIM des DEUX-SEVRES pour l'amé lioration de l'habitat O.P.A.H. OPERATION PROGRAMMEE D AMELIORATION DE L HABITAT des cantons de THENEZAY

Plus en détail

Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable

Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable www.pwc.ch/academy Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable 31 mai 2013 Marc Secretan Table des matières 1. Vue d ensemble 2. Dispositions 3. Présentation des comptes a. Bilan

Plus en détail

OPPORTUNITÉ D INVESTISSEMENT / INVESTMENT OPPORTUNITY. ESPACES DE BUREAU À VENDRE / OFFICE SPACES FOR SALE 1211 University, Montréal, QC

OPPORTUNITÉ D INVESTISSEMENT / INVESTMENT OPPORTUNITY. ESPACES DE BUREAU À VENDRE / OFFICE SPACES FOR SALE 1211 University, Montréal, QC OPPORTUNITÉ D INVESTISSEMENT / INVESTMENT OPPORTUNITY ESPACES DE BUREAU À VENDRE / OFFICE SPACES FOR SALE 1211 University, Montréal, QC asgaard.ca p. 1 OPPORTUNITÉ D INVESTISSEMENT / INVESTMENT OPPORTUNITY

Plus en détail

Tribunal de Commerce de Charleroi

Tribunal de Commerce de Charleroi 358 REVUE RÉGIONALE DE DROIT Tribunal de Commerce de Charleroi 14 septembre 2004 Sie` g.: M. Felten, juge pre s.; MM. Balsat et Frère, juges cons. Plaid.: MMes Santarelli, Gueritte et Born qq. (Faillite

Plus en détail

Rapport de stage, SARL Alligator Communication

Rapport de stage, SARL Alligator Communication , SARL Alligator Communication Benjamin DESCAMPS IUT Gestion des Entreprises et Administrations Université des Sciences et Technologies de Lille DESCAMPS Benjamin le 23 mars 2003 3 1 sur 24 , SARL Alligator

Plus en détail

La recherched emploi: Etapes et points d attention

La recherched emploi: Etapes et points d attention La recherched emploi: Etapes et points d attention Isabelle Dehut - HR & Internal Communication T H I N K I N G A H E A D B E G I N S N O W 1 Agenda Bilan personnel Lettre de candidature CV Postuler Entretien

Plus en détail

Paying Taxes 2010 The Global Picture

Paying Taxes 2010 The Global Picture Paying Taxes 2010 The Global Picture Introduction : Les Intervenants Philippe Durand Avocat Associé Landwell & Associés Nicolas Jacquot Avocat Associé Landwell & Associés Arnaud Chastel Avocat Associé

Plus en détail

Le Petit Journal Avril 2014. EHPAD Saint Vincent de Paul

Le Petit Journal Avril 2014. EHPAD Saint Vincent de Paul Le Petit Journal Avril 2014 EHPAD Saint Vincent de Paul Editorial Mesdames, Messieurs, Je commence cet éditorial par vous souhaiter à toutes et tous de très belles fêtes de Pâques. Attention tout de même

Plus en détail

www.pwc.com De l évaluation au prix d acquisition Les petits déjeuners des PME et des start-up 24 juin 2011

www.pwc.com De l évaluation au prix d acquisition Les petits déjeuners des PME et des start-up 24 juin 2011 www.pwc.com De l évaluation au prix d acquisition Les petits déjeuners des PME et des start-up 24 juin 2011 Intervenant André Maeder Partner Transaction Services Responsable du département de Transaction

Plus en détail

Visualisation de projets immobiliers à travers la 3D L Avenue Digital Media. créateur de mondes virtuels

Visualisation de projets immobiliers à travers la 3D L Avenue Digital Media. créateur de mondes virtuels Visualisation de projets immobiliers à travers la 3D L Avenue Digital Media créateur de mondes virtuels L Avenue Digital Media En quelques mots L Avenue Digital Media est spe cialise e dans la cre ation

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Les séniors, une opportunité pour votre entreprise. LES + DE

GUIDE PRATIQUE. Les séniors, une opportunité pour votre entreprise. LES + DE GUIDE PRATIQUE Vous ne pensez pas être concernés par la gestion des âges? Dans le contexte économique actuel, vos priorités se situent ailleurs. Pourtant, l expérience, les compétences et les savoir-faire

Plus en détail

Renminbi Cash Management

Renminbi Cash Management Facilitez vos activités avec la Chine Renminbi Cash Management La dynamique du marché chinois La Chine, 2 ème économie mondiale 1 er exportateur mondial 1 er fournisseur en Europe 2 ème acheteur en Europe

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

www.pwc.lu Bale III et CRD IV - enjeux pour les entreprises et les trésoriers Conférence PME-PMI 10 Juin 2013

www.pwc.lu Bale III et CRD IV - enjeux pour les entreprises et les trésoriers Conférence PME-PMI 10 Juin 2013 www.pwc.lu Bale III et CRD IV - enjeux pour les entreprises et les trésoriers Conférence PME-PMI 10 Juin 2013 Bâle III n est qu une des réglementations à venir Toute une série d autres initiatives font

Plus en détail

PATRIMOINE ET GESTION

PATRIMOINE ET GESTION PATRIMOINE ET GESTION EN 2 0 1 5, M A ÎTRISEZ VOTRE ISF! B e n j a m i n C H R I S T M a g a l i K R U G A r n a u d C A R O N A r n a u d L A L L E M A N D 1 1 R u e P r é s i d e n t C a r n o t 1 2

Plus en détail

Lettre Mensuelle. Janvier 2015

Lettre Mensuelle. Janvier 2015 Lettre Mensuelle Janvier 2015 Aperçu des marchés financiers Performance de Décembre des Principaux Actifs Financiers Source: Bloomberg Commentaire Alors que le mois de décembre est traditionnellement un

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Octobre 2012 2012 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire Projet de loi de finances 2013 I - Mesures concernant directement l assurance-vie II - Autres mesures relatives à la fiscalité du patrimoine

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

Monique Millot-Pernin Présidente de la Commission Secteur non-marchand, Secteur public de la CNCC

Monique Millot-Pernin Présidente de la Commission Secteur non-marchand, Secteur public de la CNCC Mécénat, parrainage Monique Millot-Pernin Présidente de la Commission Secteur non-marchand, Secteur public de la CNCC 1 Sommaire Introduction 1. Distinction entre mécénat et parrainage 2. Cadre juridique

Plus en détail

Traitement fiscal des assainissements Petits déjeuners des PME et start-up

Traitement fiscal des assainissements Petits déjeuners des PME et start-up Advisory Traitement fiscal des assainissements Petits déjeuners des PME et start-up Préambule Ce document est fondé sur le séminaire OREF du 28 septembre 2010 Yves Grangier Juriste, assistant manager PricewaterhouseCoopers

Plus en détail

La loi de finances rectificative pour 2013 : de nouvelles mesures à prendre en compte

La loi de finances rectificative pour 2013 : de nouvelles mesures à prendre en compte La loi de finances rectificative pour 2013 : de nouvelles mesures à prendre en compte NEWSLETTER 13 164 du 4 janvier 2014 Après nos commentaires consacrés à la loi de finances pour 2014, voici ceux qui

Plus en détail

29 novembre 2012 La transmission d entreprises

29 novembre 2012 La transmission d entreprises 29 novembre 2012 La transmission d entreprises d 1 PME La transmission d entreprisesd UNE STRATEGIE PATRIMONIALE Eviter que transmission = destruction d emplois Transmission à titre gratuit : succession

Plus en détail

L E R É G I M E F I S C A L E T I M M O B I L I E R A U P O R T U G A L

L E R É G I M E F I S C A L E T I M M O B I L I E R A U P O R T U G A L i M a i 2013 L E R É G I M E F I S C A L E T I M M O B I L I E R A U P O R T U G A L L ACQUISITON IMT - Impôt municipal sur les transmissions d immeubles.à titre onéreux TAX & BUSINESS This Tax Information

Plus en détail

Lettre Mensuelle. Septembre 2015

Lettre Mensuelle. Septembre 2015 Lettre Mensuelle Septembre 2015 Aperçu des marchés financiers Performance d Août des Principaux Actifs Financiers Source: Bloomberg Commentaire La volatilité est de retour en août et, l or et le pétrole

Plus en détail

www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011

www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011 www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011 L impératif du développement durable va transformer tous les secteurs économiques Capacité écologique

Plus en détail

LOI CONCERNANT L AIDE FINANCIERE DE L'ETAT POUR ETUDES SUPERIEURES MEMENTO JUILLET 2014. www.bdo.lu

LOI CONCERNANT L AIDE FINANCIERE DE L'ETAT POUR ETUDES SUPERIEURES MEMENTO JUILLET 2014. www.bdo.lu LOI CONCERNANT L AIDE FINANCIERE DE L'ETAT POUR ETUDES SUPERIEURES MEMENTO JUILLET 2014 www.bdo.lu 1 11 Introduction Cher client, La loi concernant l aide financière de l Etat pour études supérieures a

Plus en détail

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES SUPPLEMENT JANVIER 2012 DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES DISPOSITIONS FISCALES CONCERNANT LES ENTREPRISES (B.I.C., I.S. ET AGRICOLE) DATE DE DEPOT DES DECLARATIONS FISCALES

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

Stratégie d investissement (1)

Stratégie d investissement (1) Le FCPI s adresse à des investisseurs qui souhaitent diversifier leur portefeuille en investissant sur le long terme et réduire leur impôt en contrepartie d une durée de blocage de 7 ans, soit jusqu au

Plus en détail

Un environnement porteur pour les conseillers financiers?

Un environnement porteur pour les conseillers financiers? E N Q U E T E M O R N I N G S T A R P A T R I M O N I A 2 0 1 5 Un environnement porteur pour les conseillers financiers? www.patrimonia.fr Résultats complets Septembre 2015 Document réservé aux conseillers

Plus en détail

Titre I. L assurance sur la vie et ses aspects fonctionnels, techniques, contractuels et fiscaux... 5

Titre I. L assurance sur la vie et ses aspects fonctionnels, techniques, contractuels et fiscaux... 5 TABLE DES MATIE` RES Introduction... 1 Titre I. L assurance sur la vie et ses aspects fonctionnels, techniques, contractuels et fiscaux... 5 Chapitre I. Aspects fonctionnels de l assurance sur la vie...

Plus en détail

L intérêt de la gestion quantitative active dans une allocation diversifiée

L intérêt de la gestion quantitative active dans une allocation diversifiée L intérêt de la gestion quantitative active dans une allocation diversifiée Jean François Bay, Directeur Général, Morningstar France 17 novembre 2011 Conférence QuantValley Ce document est réservé aux

Plus en détail

Pourquoi externaliser? Petits déjeuners des PME & Start-up

Pourquoi externaliser? Petits déjeuners des PME & Start-up www.pwc.com Petits déjeuners des PME & Start-up Robert Hinterberger Senior Manager Agenda 1. Suisse 2. et les PME 3. Les principales fonctions externalisées 4. Les avantages de l externalisation 5. Les

Plus en détail

LA FIXATION TECHNIQUE : UN METIER A INVENTER

LA FIXATION TECHNIQUE : UN METIER A INVENTER LA FIXATION TECHNIQUE : UN METIER A INVENTER Alain RAYMOND Ancien gérant (1963-1999) de l entreprise patrimoniale ARaymond Grenoble La fixation technique : un métier à inventer Chaque jour, des milliards

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

PATRIMMO HABITATION 1. Société Civile de Placement Immobilier

PATRIMMO HABITATION 1. Société Civile de Placement Immobilier PATRIMMO HABITATION 1 Société Civile de Placement Immobilier INVESTISSEZ EN PARTS DE SCPI DANS L IMMOBILIER RÉSIDENTIEL BBC EN CONTREPARTIE D UNE DURÉE DE CONSERVATION DES PARTS ÉGALE À LA DURÉE DE VIE

Plus en détail

Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014

Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014 Sumatra Patrimoine Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014 Mardi 25 Mars 2014 Les Mardis d Athélia Qui sommes nous? Cabinet Conseil en Gestion de Patrimoine Indépendant

Plus en détail

REGLEMENT COMPLET «JEU BONS PLANS ETUDIANTS EN PARTENARIAT AVEC NRJ Mobile»

REGLEMENT COMPLET «JEU BONS PLANS ETUDIANTS EN PARTENARIAT AVEC NRJ Mobile» REGLEMENT COMPLET «JEU BONS PLANS ETUDIANTS EN PARTENARIAT AVEC NRJ Mobile» ARTICLE 1 : SOCIÉTÉ ORGANISATRICE La société France QUICK SAS, société par actions simplifiée, au capital de 92 225 000, immatriculée

Plus en détail

Environnement de l Investissement en TUNISIE

Environnement de l Investissement en TUNISIE Institut Multilatéral d'afrique (IMA) Joint Africa Institute (JAI) World Bank Séminaire sur les services financiers et commerciaux à l intention des PME, Tunis, Tunisie, du 11 au 14 décembre 2006 Agence

Plus en détail

Le système de contrôle interne

Le système de contrôle interne Le système de contrôle interne Vendredi 27 février 2009 Muriel Sella Bassoli Titulaire du brevet d avocat Tax and Legal services Clémentine Largeteau Manager, Audit services 1 Les petits déjeuner des PME

Plus en détail

LOIS DE FINANCES 2015-2016 : CE QU IL FAUT RETENIR

LOIS DE FINANCES 2015-2016 : CE QU IL FAUT RETENIR LOIS DE FINANCES 2015-2016 : CE QU IL FAUT RETENIR Nous vous proposons de parcourir les principales mesures fiscales et sociales figurant dans la loi de finances pour 2016, la loi de financement de la

Plus en détail

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM 29 juin 2009 Forex Weekly Highlights I. Evénements clés et statistiques de la semaine du 22 juin 2009 Le retour de l aversion au risque a permis au billet vert d effacer un peu les pertes accumulées face

Plus en détail

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes Projet de Loi de Finances 2014 Les principales réformes La fiscalité sur les plus-values immobilières C est inédit dans l histoire, la réforme sur les plus-values immobilières a été inscrite au BOFIP (donc

Plus en détail

ACTUALITE PATRIMONIALE

ACTUALITE PATRIMONIALE ACTUALITE PATRIMONIALE Avril 2011 SOMMAIRE Projets de Loi et de Réforme p. 3 Réforme de la fiscalité du patrimoine Jurisprudence et Réponses ministérielles p. 4 Assurance-vie donnée en garantie et ISF

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

Bâtiment Le Loubérance - 121 rue Jean Dausset BP 11530 84916 Avignon cedex 9 Tél : 04 90 31 02 59 / Fax : 04 90 88 26 31 contact@synthese-finance.

Bâtiment Le Loubérance - 121 rue Jean Dausset BP 11530 84916 Avignon cedex 9 Tél : 04 90 31 02 59 / Fax : 04 90 88 26 31 contact@synthese-finance. Bâtiment Le Loubérance - 121 rue Jean Dausset BP 11530 84916 Avignon cedex 9 Tél : 04 90 31 02 59 / Fax : 04 90 88 26 31 contact@synthese-finance.com I. Impôts, crédits d impôt et taxes II. Immobilier

Plus en détail

POINT DE VUE D EXPERTS LETTRE FISCALE

POINT DE VUE D EXPERTS LETTRE FISCALE POINT DE VUE D EXPERTS LETTRE FISCALE En relisant notre édito de l an passé, nous avons envie d espérer pour cette nouvelle année que la paix et la sérénité reviennent sur terre, que la vieille Europe

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Dispositifs mobilisables. En Mayenne pour la prévention des difficultés des entreprises

GUIDE PRATIQUE. Dispositifs mobilisables. En Mayenne pour la prévention des difficultés des entreprises ARTISANAT INDUSTRIE AGRICULTURE COMMERCE SERVICES Mars 2015 GUIDE PRATIQUE Dispositifs mobilisables En Mayenne pour la prévention des difficultés des entreprises UN RESEAU DEPARTEMENTAL POUR PREVENIR LES

Plus en détail

Comment aider vos donateurs à optimiser leur don sur le plan fiscal. Nathalie Sauvanet BNP Paribas Wealth Management

Comment aider vos donateurs à optimiser leur don sur le plan fiscal. Nathalie Sauvanet BNP Paribas Wealth Management Comment aider vos donateurs à optimiser leur don sur le plan fiscal Nathalie Sauvanet BNP Paribas Wealth Management Qu est ce que la Philanthropie? Sens général La philanthropie est tout acte de générosité

Plus en détail

MEMENTO AVRIL 2010. www.bdo.lu

MEMENTO AVRIL 2010. www.bdo.lu MODIFICATION DES REGLES DE COORDINATION DES SYSTEMES DE SECURITE SOCIALE DANS LES PAYS DE L UNION EUROPEENNE A PARTIR DU 1 er MAI 2010 Règlement CE 883/2004 et règlements d application CE 987/2009 et CE

Plus en détail

SOMMAIRE Les impôts locaux Les revenus financiers Les revenus fonciers Les plus-values des particuliers L impôt sur le revenu des particuliers

SOMMAIRE Les impôts locaux Les revenus financiers Les revenus fonciers Les plus-values des particuliers L impôt sur le revenu des particuliers SOMMAIRE Les impôts locaux Fiche 1 Les taxes foncières... 4 Fiche 2 La taxe d habitation... 6 Fiche 3 La cotisation foncière des entreprises... 8 Fiche 4 La cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises...

Plus en détail

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL GESTION PRIVÉE VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL 2013 - Particuliers - Mise à jour octobre 2013 I - IMPÔT SUR LE REVENU Barème 2013 de l impôt sur les revenus (IR) 2012 Revenu imposable (R/N)

Plus en détail

QUEL IMPACT DU CHANGEMENT DE RESIDENCE FISCALE SUR LES IMPOTS SUR LE REVENU?

QUEL IMPACT DU CHANGEMENT DE RESIDENCE FISCALE SUR LES IMPOTS SUR LE REVENU? FISCALITÉ DES RETRAITÉS FRANÇAIS S INSTALLANT AU PORTUGAL Note de Maître Hugelin Laurent- Avocat au Barreau de Paris pour http://www.maison-au-portugal.com INTRODUCTION Le Portugal a engagé une politique

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

www.cercledoutremanche.com

www.cercledoutremanche.com LE FINANCEMENT DES PME : LES BUSINESS ANGELS P our placer l entreprise et l emploi au cœur de l économie de marché, du processus de plein-emploi et de justice sociale, encore faut-il avoir les moyens de

Plus en détail

«Malgré la baisse des taux d intérêt, y a-t-il encore une épargne qui rapporte?»

«Malgré la baisse des taux d intérêt, y a-t-il encore une épargne qui rapporte?» «Malgré la baisse des taux d intérêt, y a-t-il encore une épargne qui rapporte?» Je vais vous étonner car je réponds: OUI! De quels produits s agit-il? Il s agit des contrats d assurance vie de Br 21!

Plus en détail

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions Le 11 février 2013 Fiscalité de l épargne et financement des entreprises Eléments de constat et propositions Les lois de finances adoptées au cours de ces deux dernières années ont appréhendé les revenus

Plus en détail

Loi de Finances 2014 par Delphine Cabon

Loi de Finances 2014 par Delphine Cabon Loi de Finances 2014 par Delphine Cabon La Lois de Finances pour 2014 a été publiée le 30 décembre 2013, amputée des dispositions invalidées par le Conseil Constitutionnel. Nous vous présentons ci-après

Plus en détail

Ah, quelqu un pourrait nous voir

Ah, quelqu un pourrait nous voir 5.Sens de l ouverture et de la fermeture des portes Il est né cessaire de cré er un espace qui est proté gé de l exté rieur puisque le conseil implique des situations où les ré sultats des personnes (et/ou

Plus en détail

Newsletter. Juin 2014. Conseil en Gestion de Patrimoine. Jean de Demandolx Philibert de Rambuteau Roland de Demandolx

Newsletter. Juin 2014. Conseil en Gestion de Patrimoine. Jean de Demandolx Philibert de Rambuteau Roland de Demandolx Juin 2014 Newsletter J. de ASSOCIES J. de DEMANDOLX Conseil en Gestion de & Patrimoine ASSOCIES Conseil en Gestion de Patrimoine «Alouette, gentille alouette, alouette, je te plumerai» Depuis plus de 30

Plus en détail

La responsabilité professionnelle de l agent immobilier*

La responsabilité professionnelle de l agent immobilier* La responsabilité professionnelle de l agent immobilier* Martine WAHL Avocate au barreau de Bruxelles (*) Ce livre est paru initialement dans l ouvrage de re fe rence publie chez Kluwer: Responsabilite

Plus en détail

A v a n t a g e s e n n a t u r e

A v a n t a g e s e n n a t u r e 17/06/2015 www.bdo.lu A v a n t a g e s e n n a t u r e L imposition des avantages en nature au Luxembourg est basée sur le principe général selon lequel tous les avantages, tant en espèces qu en nature,

Plus en détail

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C 26 août 2010 Sommaire Un constat : des plafonds de loyers parfois supérieurs aux loyers du marché Révision des

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

Dossier de Candidature Sélection des Agents

Dossier de Candidature Sélection des Agents Dossier de Candidature Sélection des Agents Conditions Générales Conditions Générales Vous de sirez adhe rer a un important re seau de distribution expe rimente et vous avez un esprit d e quipe, le sens

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

Le mécénat La réduction d impôt mécénat

Le mécénat La réduction d impôt mécénat Le mécénat La réduction d impôt mécénat Janvier 2014 Sommaire 2 PAGES Introduction 3-4 Le cadre juridique 5-6 La réduction impôt mécénat 7-8 Exemple 10-11 Le mécénat La réduction d impôt mécénat 3 Introduction

Plus en détail

www.pwc.com/middle-east Les perspectives de la bancassurance Développements et facteurs clefs de succès

www.pwc.com/middle-east Les perspectives de la bancassurance Développements et facteurs clefs de succès www.pwc.com/middle-east Les perspectives de la bancassurance Développements et facteurs clefs de succès Agenda 1- Pourquoi la bancassurance? 2- La bancassurance dans le monde 3- Les modèles de la bancassurance

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

DÉCISION DU TIERS DÉCIDEUR. La Fourchette, S.A.S / Eatlink bvba Affaire N 44347: lafourchette.be

DÉCISION DU TIERS DÉCIDEUR. La Fourchette, S.A.S / Eatlink bvba Affaire N 44347: lafourchette.be CENTRE BELGE D ARBITRAGE ET DE MEDIATION DÉCISION DU TIERS DÉCIDEUR La Fourchette, S.A.S / Eatlink bvba Affaire N 44347: lafourchette.be 1. Les parties 1.1. Le Plaignant : La Fourchette, Société par actions

Plus en détail

Zurich, le 15 novembre 2011. 3 e trimestre 2011

Zurich, le 15 novembre 2011. 3 e trimestre 2011 Zurich, le 15 novembre 2011 3 e trimestre 2011 Swiss Life annonce des recettes de primes de 13 milliards de francs et de nouvelles avancées dans les secteurs opérationnels pour les neuf premiers mois de

Plus en détail

1377 Un certain courant de la jurisprudence pre conise que dans cette hypothe` se, l indemnite de pre avis

1377 Un certain courant de la jurisprudence pre conise que dans cette hypothe` se, l indemnite de pre avis BEELD 29 INDEMNITÉ COMPENSATOIRE DE PRÉAVIS C. Prestations re duites dans le cadre de l interruption de carrie` re 1377 Un certain courant de la jurisprudence pre conise que dans cette hypothe` se, l indemnite

Plus en détail

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal Du constat au conseil Intervenants Félix CICERON, Directeur de l ingénierie patrimoniale, Expert& Finance José SOTO, Directeur des partenariats

Plus en détail

Petit-déjeuner des PME et des start-up Les clauses essentielles du contrat de travail et la clause de non concurrence

Petit-déjeuner des PME et des start-up Les clauses essentielles du contrat de travail et la clause de non concurrence Petit-déjeuner des PME et des start-up Les clauses essentielles du contrat de travail et la clause de non concurrence Emanuelle Brulhart Senior Manager Titulaire du brevet d avocat 25 janvier 2013 Audit.Tax.Consulting.Corporate

Plus en détail

Lettre d information de l Office de Tourisme d Autun et de l Autunois

Lettre d information de l Office de Tourisme d Autun et de l Autunois Lettre d information de l Office de Tourisme d Autun et de l Autunois N 22- juillet 2013 Sommaire L édito..1 -> La démarche qualité... 1 -> Les éditions... 2 -> A propos du 1er semestre.2 -> Boutique..2

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail