Working Paper IMRI 2008/01

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Working Paper IMRI 2008/01"

Transcription

1 Working Paper IMRI 2008/01 IMRI, Université Paris Dauphine, PARIS CEDEX 16 / Tel : 33.(0) Fax : 33(0) site internet :

2 Attractivité R&D des territoires : Politiques nationales et régionales de recherche et d innovation en France RAPPORT FINAL Mars 2007 Emilie-Pauline Gallié Chargée de recherche, IMRI, Université Paris-Dauphine

3 Sommaire 1. Introduction Méthodologie Le système français de soutien à la recherche et à l innovation Principaux acteurs et instruments nationaux Les instruments nationaux de financement Instruments nationaux territorialisés L émergence du niveau régional dans la politique nationale de recherche et d innovation Soutien à la R&D en France : Un paysage confus Un cadre commun des politiques régionales, des adaptations locales D une politique de soutien à une stratégie d innovation Des faiblesses à surmonter Une stratégie volontariste mais un positionnement différent selon les régions Implications technologiques, politiques et budgétaires d une stratégie forte Principales mesures : une logique de projet et la mise en réseau des acteurs L agence régionale d innovation pour une meilleure cohérence du système : des spécificités régionales Mission principale des agences régionales d innovation Des missions communes Des spécificités régionales Articulation avec les aides de l Etat Relations des régions avec les acteurs nationaux Appropriation des outils nationaux territorialisés Effets leviers Quelques bonnes pratiques Conclusion et recommandations...31 Principaux résultats...31 Recommandations...32 Prolongements...33 Remerciement...34 Bibliographie...35 Annexes

4 Liste des tableaux Tableau n 1 : Liste des personnes rencontrées Tableau n 2 : Critères d éligibilité des projets des structures de soutien à la R&D Liste des encadrés Encadré n 1 : Forces et faiblesses des régions : quelques grandes lignes Encadré n 2 : Budget 2007 des régions en matière de recherche, enseignement supérieur et innovation Principaux sigles AII Agence de l innovation industrielle ANR Agence nationale de la recherche ARITT Agence régionale pour l innovation et le transfert de technologie CPER Contrat Plan État Région/ Contrat Projet État Région CRITT Centre régional et de transfert technologique CTRS Centre thématique de recherche et de soins DIM Domaine d intérêt majeur (Île-de-France) DRIRE Direction régionale de l industrie, de la recherche et de l environnement DRRT Délégation régionale à la recherche et à la technologie FCE Fond de compétitivité des entreprises PME Petites et moyennes entreprises PRES Pôles de recherche et d enseignement supérieur RDT Réseau de développement technologique RTRA Réseaux thématique de recherche avancée SRDE Schéma régional de développement économique TPE Très petites entreprises 3

5 1. Introduction L internationalisation croissante des activités de recherche et développement (R&D) (OCDE, 2005) met les pays ainsi que les régions en concurrence pour attirer les entreprises, et en particulier leurs centres de recherche. Dans ce contexte, depuis quelques années des politiques publiques cherchent à renforcer l attractivité de leurs territoires en matière de R&D. Ces politiques s appuient sur une littérature foisonnante relative au rôle du territoire dans les activités de R&D. La concentration des activités de R&D renforcerait le potentiel innovant d un territoire (Audretsch et Feldman, 1996 ; Feldman, 1999), et donc des firmes présentes. La proximité géographique jouerait un rôle important dans le transfert des connaissances. Le rapport d Ana Colovic (2006) souligne que les principaux facteurs dans le choix de localisation des activités de R&D des entreprises sont l existence de centres d excellence, la qualité de la main d œuvre scientifique, la présence d autres équipes de recherche dans la proximité, la présence d universités et d équipes de recherche reconnus, la coopération entre les universités et les entreprises (notamment pour le transfert des connaissances), l attractivité du marché, la nécessité d adaptation au marché local, les coûts pour l entreprise. Dans cette liste, on constate que si l attractivité d un territoire ne se décrète pas, les politiques publiques peuvent contribuer à agir sur la majorité de ces facteurs si ce n est la nécessité d adaptation au marché local. Ainsi, agir sur l attractivité R&D des territoires consisterait essentiellement à agir sur le niveau et la qualité de R&D de la région, les relations entre acteurs, la qualité de la main d œuvre ainsi que sur les infrastructures. En favorisant la R&D, les politiques publiques envoient un signal positif aux entreprises sur la dynamique de recherche locale. La question de l attractivité R&D des territoires relève tout d abord des politiques nationales (Lundvall, 1992, Nelson, 1993). Les réflexions sur le lien Région et politique de recherche innovation est récente (Dohse, 2001 ; Crespy, 2006).La littérature sur les systèmes régionaux d innovation (Cooke et al., 2004) et les learning regions a conduit à s intéresser au rôle des régions sur le développement de l innovation sur leur territoire. Les principaux travaux concernent les Etats fédéraux, comme les länder allemands (Koschatzky, 2005) ou les communautés autonomes espagnoles (Sanz-Menéndez et Cruz-Castro, 2005). Ils apportent des éléments de compréhension au concept de systèmes régionaux d innovation, même si l autonomie dont disposent ces régions ne permet pas de proposer un cadre d analyse général pour l ensemble des régions européennes. Néanmoins, ils montrent que les régions pourraient devenir des acteurs pertinents dans le jeu du processus de création de technologie et d innovation puisque les externalités de connaissances sont localisées (Feldman, 1994). Dans ce contexte, face à l enjeu de l internationalisation de la R&D, la problématique de l attractivité de leurs territoires en matière de R&D prend de l ampleur dans les politiques nationales ainsi que dans les politiques régionales. Néanmoins, l intervention publique reste largement une boîte noire (Cooke et al., 2004). L objectif de cette étude est alors de contribuer à une meilleure compréhension des politiques publiques en matière d attractivité R&D des territoires. Dans ce cadre, nous nous intéressons plus précisément aux modalités d action publiques mises en œuvre en France à l échelle nationale ainsi qu à l échelle régionale pour maintenir et stimuler l attractivité R&D des territoires - développer leur RD, stimuler les coopérations et nous cherchons à en analyser les méthodes et pratiques. Notre étude s intéresse aux instruments mis en place par l État et les régions. Elle n aborde donc pas directement l action récurrente de l État auprès des organismes de recherche et d enseignement supérieur. Nous entendons par région, les unités administratives françaises qui regroupent différents institutions politiques publiques tels les conseils régionaux, les conseils généraux, les mairies, les agglomérations de communes. Toutefois, notre étude aborde essentiellement l action des conseils régionaux 1 car pour l instant, ils sont majoritairement les plus actifs. Après avoir exposé la méthodologie de recherche, nous présentons les principaux acteurs et instruments de soutien à la recherche et à l innovation. Nous montrons que la complexité du système le rend peu lisible pour les acteurs de la recherche. Une telle situation est source d inefficience, en termes d attractivité de la R&D. Ensuite, nous présentons les résultats de notre étude de terrain. L analyse de six régions permet de dégager des tendances sur les politiques régionales relatives à la recherche et l innovation et de proposer quelques bonnes pratiques. 1 Dans la suite du rapport, le terme «région», sauf cas explicite, fait référence au conseil régional. 4

6 2. Méthodologie La première phase de l étude a consisté à dresser l inventaire des modalités d actions publiques mises en œuvre en France à l échelle nationale ainsi qu à l échelle régionale pour maintenir et stimuler l attractivité en recherche et développement des territoires. Les sites Internet des organisations institutionnelles ont été notre principale source d information. Plus précisément, nous avons étudié les sites des ministères de l éducation, de la recherche et de l industrie ainsi que l ensemble des sites internet des régions françaises métropolitaines. La deuxième phase de l étude a consisté à réaliser des entretiens dans six régions afin d évaluer et d analyser les outils d aides à l innovation et à la recherche, les effets de leviers et l efficacité ou l inefficacité des procédures en place. Nous avons mené des entretiens semi-directifs auprès de 22 acteurs régionaux. En accord avec Pierre Papon et Catherine Raffour, nous avons observé six régions : Alsace, Centre, Île-de- France, Midi-Pyrénées, Nord-Pas-de-Calais et Rhône-Alpes. Ces régions ont été principalement choisies pour leur dynamisme en matière de politique de recherche et d innovation ou pour leur position dans le système de recherche français. Les interlocuteurs ont été déterminés par Pierre Papon et Catherine Raffour, par certains des interlocuteurs ou par l auteur du présent rapport sur le critère des fonctions occupées au sein des conseils régionaux ou de leurs bonnes connaissances du système national et régional d innovation. Au début de l étude, il avait été envisagé d interroger des acteurs institutionnels, des entreprises et des chercheurs. Etant donné les échéances de l étude, nous avons préféré nous focaliser essentiellement sur les acteurs institutionnels régionaux afin d assurer ainsi une cohérence dans les questions abordées et permettre une analyse de la conception des politiques d innovation par les acteurs institutionnels. En outre, l analyse des relations entre les régions et l Union européenne n a pas pu être envisagée dans le cadre de cette étude. La liste des personnes interrogées est présentée dans le tableau ci-dessous. Le guide d entretien comportait les thèmes suivants : La politique régionale d innovation Inscription des aides régionales dans le système français Agence régionale d innovation Identification des acteurs Evaluation du système Ce guide d entretien était adapté selon les interlocuteurs. L objectif initial de l étude était l analyse et l évaluation des aides régionales et nationales ainsi que leur articulation. Toutefois, en raison de l absence de données précises sur les budgets des aides ainsi que dans certains cas, la jeunesse de ces aides, nous n avons pas été en mesure de nous focaliser précisément sur chacune d entre elles. De surcroît, la diversité des aides régionales rend difficile l analyse de l articulation entre le niveau étatique et le niveau régional. Il faut d ailleurs préciser que les régions elles-mêmes n établissent pas une réelle évaluation de leurs aides. Nous avons donc choisi d analyser la cohérence du système et les mécanismes mis en place pour améliorer l attractivité R&D des régions. 5

7 Tableau 1 : Liste des personnes rencontrées Région Nom Fonction Institution Durée de l'entretien Alsace Centre Île-de- France Midi- Pyrénées Nord-Pasde-Calais Rhône- Alpes Guy-René Perrin Directeur de la recherche, de l'enseignement supérieur et du transfert de technologies Conseil régional Alsace Carmen Muller Directrice Agence régionale de l'innovation 1h15 Frédéric Pinna Directeur ARITT 1h30 Jean-Louis Garcia Directeur Innovation, Economie, Emploi Région Centre 1h Nicolas Dubouloz Direction Enseignement supérieur, Recherche et Transferts de technologie Région Centre 1h Jean-Yves Mérindol Conseiller au cabinet du Maire de Paris chargé de l Education, de l Université et de la Recherche Mairie de Paris Suzanne Srogodora Directrice de la recherche, de l'innovation et de l'enseignement supérieur Région Île-de-France 2h Annette Chantegros Chargée de mission innovation et transfert de technologie Région Île-de-France 2h Catherine Paradeise Professeur Université de Marne-la-Vallée 30 min Alain Beneteau Vice-président en charge de l'enseignement supérieur, de la recherche, du transfert de technologie et des NTIC. Conseil régional Midi-Pyrénées Alain Costes Professeur, Ancien directeur de la technologie Laas 1h30 Pierre Monsan Président du CCRRDT Midi-Pyrénées INSA 1h45 Cathy Buquet Directrice Adjointe, Enseignement Supérieur, Recherche et nouvelles technologies Région Nord-Pas-de-Calais Isabelle Hennion Chef de service, Direction de la recherche Région Nord-Pas-de-Calais 1h30 Christian Michel-Dansac Chef de service, Direction de l'action économique Région Nord-Pas-de-Calais 1h30 Gaetan Mairesse Délégué régional, DRRT DRRT 1H15 Julien Tognola Responsable du développement industriel, DRIRE DRIRE 1H15 Jean-Claude Carlu Directeur du Réseau Nord-Ouest, OSEO OSEO 1H15 Alexandra Mahé Responsable du service Intelligence économique Lille Métropole Communauté Urbaine 1h30 Anne-Françoise Berthon Corporate Vice-President Merieux Alliance 1h30 Roger Fougères Vice-président, en charge de l'enseignement supérieur et de la recherche Conseil régional Rhône-Alpes 1h30 Eddy BenBrahim Secrétariat Général pour les Affaires Régionales Rhône-Alpes Préfecture de région/drire 1h30 2H 1h45 2h 1 heure 6

8 3. Le système français de soutien à la recherche et à l innovation L étude du système français de soutien à la recherche et à l innovation met en exergue une diversité des acteurs et des instruments. Cette section a pour objectif d en présenter succinctement les principaux. Elle doit permettre de clarifier les missions de chacun et de proposer une vision schématique de l ensemble des acteurs Principaux acteurs et instruments nationaux Depuis 2004, les réflexions et débats menés sur le système français de recherche et d innovation ont conduit à de nombreux changements dans l organisation du système. L État n a pas vocation à renforcer l attractivité des régions en tant que telle, mais il y contribue en cherchant à accroître l attractivité du territoire français. Les ministères de l industrie et de la recherche sont les principaux acteurs des politiques de recherche et d innovation, même si de nombreux autres ministères comme l Agriculture, la Défense ou les Transports y prennent également part. Pour mener son action, l État développe des outils strictement nationaux et des outils nationaux territorialisés. De plus, les ministères ont des services déconcentrés tels que la DRIRE et la DRRT, qui représentent l État dans les régions. Leur mission est d appliquer la stratégie de l État au niveau régional. Notre objectif n est pas de décrire dans les détails les différents instruments mais de préciser leurs principaux objectifs et de montrer comment ils s inscrivent dans le système français de recherche et d innovation. Nous présentons dans un premier temps les agences de financement, principaux instruments nationaux 2 puis dans un second temps, les instruments nationaux territorialisés Les instruments nationaux de financement Nous qualifions d instruments nationaux les instruments créés par l État et dont les missions et objectifs ne sont pas attachés à des préoccupations régionales. Ces instruments sont destinés à l ensemble des acteurs nationaux, quelle que soit leur localisation et celle de leurs partenaires. Leur objectif principal consiste à financer des projets de recherche ou d innovation émanant de laboratoires publics et/ou d entreprises. Nous présentons les principaux anciens et nouveaux- instruments nationaux. 1) L agence de l innovation industrielle (AII) soutient des programmes mobilisateurs pour l innovation industrielle proposés par des grandes entreprises pour des activités qui dépassent leur R&D habituelle, en vue de les aider à atteindre une dimension mondiale, avec deux objectifs : les emplois hautement qualifiés et les exportations 3. Les projets financés par l AII sont des projets de rupture. Ils peuvent mobiliser des PME et des laboratoires de recherche autour d une grande entreprise. L AII intervient dans de nombreux domaines tels que la santé, les systèmes d information et de communication et leurs applications, le bâtiment, les transports, les biocarburants, l énergie et l environnement. Pour remplir ces missions, elle dispose à sa création, d un budget d un milliard d euros par an. 2) L agence nationale de la recherche (ANR) 4, quant à elle, est chargée de : - Soutenir le développement de recherches fondamentales et appliquées, - Encourager les partenariats entre secteurs public et privé, 2 L État dispose d autres outils d aide à l innovation comme la fiscalité via notamment les Crédit d impôt. Nous avons choisi de ne pas les développer ici. De même les aides à la création d entreprises, dépassant le stricte cadre de l innovation, n ont pas fait l objet d une analyse approfondie. 3 Cf. 4 Cf. 7

9 - Contribuer au transfert technologique des résultats de la recherche publique vers le monde économique. Pour remplir ses missions, l ANR s adresse à la fois aux établissements publics de recherche et aux entreprises. En finançant des projets de recherche mis en concurrence et évalués par les pairs, la mission initiale de l ANR est de développer la dynamique du système de recherche et de faciliter l évolution de celui-ci vers une meilleure prise en compte des priorités de développement des connaissances, de support à l activité économique et de réponse aux besoins de la société. Les appels à projets (AAP) constituent l activité centrale de l ANR puisqu ils représentent, en 2006, 80% de son budget, soit 620 Millions d euros d autorisation d engagement. Ils sont répartis entre les programmes thématiques et les programmes blancs, c est-à-dire s inscrivant dans tous les domaines et issus directement de la communauté scientifique. Les autres financements de l ANR portent sur une série de mécanismes incitatifs qui ne relèvent pas directement d une logique de projets : Concours de création d entreprise innovante, Programme Jeunes chercheurs, Euréka, Contrat État-Région, les RRIT... 3) Le fond unique interministériel est hébergé au sein du Fonds de Compétitivité des Entreprises du ministère de l industrie. Il finance les projets industriels de recherche et de développement, émanant des pôles de compétitivité qui sont collaboratifs. Ces projets doivent en effet être labellisés par un pôle de compétitivité, et impliquer plusieurs entreprises et au moins un laboratoire ou centre de recherche. Pour la période , ce fond dispose de 600M. 4) OSEO 5 Innovation a pour objectif de promouvoir et de soutenir les PME dans leur développement industriel et leur croissance par l aide à l innovation, notamment technologique. Plus précisément, OSEO a pour mission de : - Fournir des réponses aux besoins des PME, essentielles à leur émergence et à leur développement, et qui ne sont pas couverts par les acteurs privés ; - Favoriser l'innovation sous toutes ses formes au sein des entreprises, en tant que facteur clé de compétitivité ; - Renforcer la lisibilité, l efficacité et les effets de levier attachés aux dispositifs de soutien nationaux et locaux actuels en faveur des PME. Son action s articule autour de trois principaux axes : - Donner envie d entreprendre et faciliter l'accès au financement : en accompagnant les chefs d entreprises dans leurs projets et en leur permettant d avoir un meilleur accès aux financements ; - Mettre les PME au cœur d un réseau et leur faciliter l'accès aux partenaires et services utiles : sur le plan local, national, européen et international ; les banques, les organismes de fonds propres, les réseaux d'accompagnement, les milieux scientifiques et technologiques, les grands comptes... ; - Être présent tout au long de la vie de l entreprise, en particulier dans les moments les plus risqués : création, innovation, développement, export, transmission. Pour cela, OSEO dispose d une palette d outils : aide au projet innovant, au transfert technologique, prêts participatif d Amorçage, aide au recrutement pour l'innovation, aide à la création d'entreprise innovante, prestation technologique réseau (PTR), sensibilisation des jeunes à l'innovation. Elle gère également le Crédit Impôt Recherche. L activité d OSEO se distingue des autres agences précédemment cités car OSEO est présent sur l ensemble du territoire grâce à ses directions régionales et agit en appui tant des politiques nationales que régionales. En effet, l État, par acte unilatéral ou par convention, et les collectivités territoriales, ainsi que leurs établissements publics, par convention, peuvent confier à l établissement des missions de service public ou d intérêt général. 5 Cf. 8

10 L ensemble de ces acteurs publics du soutien à la R&D disposent d une grande diversité d aides. Elles peuvent être regroupées en plusieurs catégories : Crédit d impôt, jeune entreprise innovante, la mise en réseau des acteurs, les aides au recrutement, les aides aux projets innovant et les fonds financiers, aide à l enseignement supérieur. L annexe 1 présente l ensemble de ces aides. Pour conclure, par souci de clarification du système, nous comparons les caractéristiques des différents acteurs publics du soutien à la R&D. Ils se distinguent par la taille des projets qu ils financent : l ANR et l OSEO financent plutôt des petits projets (moins de euros 6 ) pour une durée de deux à trois ans, le FCE des projets plus conséquents (1,3 M en moyenne), et l AII des projets dont les financements peuvent varier de 20 à 200 millions d euros, pour des durées allant de 4 à 7 ans. En outre, le FCE et l AII financent des projets collaboratifs, incluant des entreprises et des laboratoires (condition sine qua non pour le FCE) et portant sur une recherche finalisée. OSEO finance des projets individuels de PME. L ANR, quant à elle, finance des projets individuels et collaboratifs entièrement consacrés à la recherche publique ainsi que dans une moindre mesure, les projets partenariaux public/privée. Elle ne finance pas les projets qui ne réunissent que des entreprises. Les projets financés portent principalement sur la recherche amont. Ainsi, chacune de ces structures propose des financements spécifiques basés sur des critères de taille et de nature du projet ainsi que de nature de la recherche. Elles auraient donc été construites avec un souci de complémentarité, chacune finançant un type de projet. Toutefois, il semble que le système manque pour l instant de lisibilité pour les acteurs de la recherche. Le tableau 2 résume les différents critères d éligibilité des financeurs. Le schéma ci-après de la DGE présente le positionnement de ces différents financeurs en fonction de la taille des projets et de la nature de la recherche. Tableau 2 : Critères d éligibilité des projets des structures de soutien à la R&D Instruments Public Financement moyen du projet Type de recherche Agence pour l innovation industrielle Agence nationale de la recherche FCE Grandes entreprises, en partenariats avec PME et éventuellement des laboratoires publics Laboratoires publics Entreprises dans les partenariats Public-Privé Plusieurs entreprises et un laboratoire public Financement > 20 M Innovation de rupture 370,84 K 7 Recherche fondamentale 2005 : 2 M 2006 : 1,33 M OSEO PME Ensemble des aides : 69,38K Développement et faisabilité de projet : 119,56K 8 Recherche partenariale Projet collaboratif, en aval des projets ANR Projet innovant d une PME Recherche finalisée 6 Ce chiffre, notamment pour l ANR, est en réalité très variable selon les secteurs sur lesquels portent les projets. 7 Chiffres 2005 : 1454 projets financés pour un montant 539,2 M 8 Données 1995, Rapport annuel d activité OSEO Anvar,

11 Source, DGE 10

12 Instruments nationaux territorialisés Nous présentons les instruments mis en place par l État qui de fait sont territorialisés. Nous distinguons les instruments de mise en réseau des acteurs de la recherche des instruments de valorisation. Instruments de mise en réseau : des mécanismes nouveaux, prometteurs Les pôles de compétitivité ont pour but d accroître les synergies locales en aidant le développement d activités industrielles et d emplois afin de conforter les territoires. Ils concernent non seulement les domaines technologiques en émergence (nanotechnologies, biotechnologies, microélectronique) mais également des domaines plus matures. Cette nouvelle politique industrielle cherche à encourager le renforcement des réseaux et des collaborations. Elle combine mieux que par le passé le territoire, la recherche, la formation, l innovation et l industrie. Selon la définition officielle 9, un pôle de compétitivité résulte de la combinaison, sur un même territoire, d entreprises, de centres de formation et d unités de recherche. Les pôles de compétitivité ont pour objectif de stimuler l innovation et l excellence technologique et scientifique sur des thématiques identifiées. Le développement de partenariats technologiques et scientifiques entre des acteurs majeurs du domaine (PME et grands groupes), et des acteurs de la recherche publique constitue un élément central pour la réalisation de cet objectif. L action des pôles, en lien avec les actions des collectivités locales, doit accroître la visibilité et l attractivité internationales de ces filières et favoriser la création d emplois. Cet outil joue donc pleinement dans le renforcement de l attractivité du territoire dans lequel il se déploie. Les réseaux thématiques de recherche avancée 10 rassemblent, autour d un noyau dur d unités de recherche géographiquement proches, une masse critique de chercheurs de très haut niveau, fédérés dans le cadre d une stratégie partagée autour d un objectif scientifique commun. Ils allient par ailleurs la formation, à et par la recherche, de haut niveau et la recherche scientifique. Avec cette disposition, le Gouvernement souhaite, à partir des meilleures unités françaises, favoriser l émergence de hauts lieux scientifiques en France, reconnus parmi les tout premiers au plan international. Les Pôles de recherche et d enseignement supérieur (PRES) 11 doivent permettre aux établissements d enseignement supérieur et de recherche de fédérer localement les principales activités d enseignement supérieur et de recherche pour ainsi renforcer leur efficacité et leur attractivité. Le rassemblement des forces et l acquisition d une certaine taille critique en matière de recherche et d enseignement doivent donner, dans un contexte de compétition internationale croissante, une meilleure visibilité, et en conséquence renforcer l attractivité des établissements français d enseignement supérieur. A l initiative des acteurs et sous réserve d une validation par les conseils de chaque établissement partenaire, les projets de PRES peuvent, par exemple : - coordonner les formations doctorales, - mutualiser des activités support au sein de structures communes à tous les acteurs, aussi bien en enseignement supérieur qu en recherche (valorisation, équipements partagés, relations internationales..), - renforcer les partenariats académiques et/ou de recherche, - assurer la promotion du PRES, notamment au niveau international, - décliner les activités de recherche et d enseignement supérieur d un pôle de compétitivité, - renforcer les activités de valorisation

13 Les Centres thématiques de recherche et de soins (CTRS) 12 ont pour ambition de favoriser le progrès médical à la faveur du développement d'interactions fortes entre la recherche fondamentale et la recherche clinique. Ils peuvent rassembler les équipes d'un site unique ou intégrer dans un «centre/réseau thématique de recherche et de soins» (CTRS/RTRS) des équipes appartenant à plusieurs sites. Ils associent des équipes de recherche et des structures de soin réunissant une masse critique de chercheurs et de médecins dont la haute valeur scientifique est avérée, fédérés dans le cadre d'une stratégie partagée autour d'un objectif scientifique et médical commun. Grâce à la reconnaissance d'utilité publique qui s'y attache, leur statut de Fondation de coopération scientifique leur permet, notamment, d'engager, dans des conditions privilégiées, la recherche d'autres sources de financement et d'associer d'autres partenaires aux équipes du secteur public, en particulier des entreprises, des collectivités territoriales ou des associations. Les CTRS/RTRS ont comme caractéristique majeure d'associer des équipes scientifiques et médicales du meilleur niveau, pour développer des projets démontrant une continuité entre recherche fondamentale, recherche clinique et soins innovants, au bénéfice de la santé de l'homme et du progrès médical. Les RTRA, les PRES et les CTRS ne se substituent cependant pas aux organismes et établissements d enseignement supérieur et de recherche, auxquels les unités resteront rattachées, et qui siègeront au conseil d administration des fondations. Le dispositif Carnot vise à reconnaître la capacité de structures de recherche effectuant des missions d'intérêt général à collaborer efficacement avec des partenaires socio-économiques, notamment avec des entreprises. Il doit renforcer la visibilité de ces structures et leur accorder des moyens financiers supplémentaires (par rapport à leur dotation budgétaire) qui les soutiendront pour pérenniser leurs compétences scientifiques et technologiques et pour développer et professionnaliser leurs relations partenariales. Ce dispositif, qui s'inspire d'expériences réussies dans plusieurs pays européens, a vocation à améliorer la visibilité de la recherche technologique française en donnant aux instituts Carnot une image commune de compétence, d'efficacité et de professionnalisme. Les "instituts Carnot", reçoivent de l'anr un abondement financier calculé en fonction du volume de l'accroissement des contrats de recherche partenariale réalisés. La mise en place de tous ces dispositifs vise à structurer l organisation des acteurs de la recherche publique et privée pour favoriser l émergence de pôles, de réseaux ou de centres d excellence visibles. Le renforcement de l attractivité du territoire régional est au cœur de ces politiques, même si ces dernières émanent de l État. Les instruments de valorisation de la recherche : Une grande confusion, connue mais toujours problématique Les centres régionaux d innovation et de transfert technologique (CRITT) ont été créés au début des années 1980 par le ministère chargé de la recherche en partenariat avec les collectivités territoriales afin de faire progresser le niveau technologique des PME. En pratique, on retrouve sous cette dénomination une grande variété de situations. Ainsi présentent-ils, d une part, une pluralité de missions destinées à une diversité de secteurs et, d autre part, des singularités dans leur gestion (IGAENR, 2005). On peut distinguer les CRITT Plateforme, proposant des prestations de nature technologique des CRITT Interface qui privilégient le conseil technologique. Cette confusion dans les missions nous semble source d inefficacité car les acteurs de la recherche peuvent rencontrer des difficultés pour identifier le bon interlocuteur. Les réseaux de développement technologiques, quant à eux, ont pour mission «de soutenir le développement des PME par du conseil et de la relation». Ils réunissent des conseillers d horizon varié (CRITT, Service déconcentré de l État, Université ) concerné par le transfert de technologies. Les plateformes technologiques répondent à la nécessité de valoriser et d optimiser les moyens disponibles dans les établissements scolaires et universitaires pour la formation et les prestations technologiques au service des PME-PMI (IGAENR, 2005)

14 Ces dispositifs visent tous à développer le lien entre PME et recherche publique. Le problème est qu il n est pas toujours évident de préciser les missions de chacun. Se pose la question de leur complémentarité et donc de leur efficacité. Les précédents rapports avaient déjà soulevé cette question. Ainsi, selon le rapport sur la valorisation de la recherche (IGF-IGAENR, 2007), les structures d interface (CRITT, plateforme, RDT) se sont multipliées sur le territoire sans que leur performance globale n ait été vraiment évaluée. La cohérence du dispositif et la complémentarité des structures sont incertaines. Or, bien que l interrogation sur l efficacité de ces structures soit ancienne, aucune évaluation globale ni a fortiori aucune rationalisation n ont été conduites par le ministère, qui continue de financer le dispositif en dépit de sa complexité (IGF-IGAENR, 2007). Le rapport de l IGAENR (2005), non sans humour, souligne que l accès à ces dispositifs requiert de la part des PME «bien des finesses de compréhension institutionnelle» (p.48). Les agences mutualisées de valorisation, créées suite à un appel à projet de l ANR portant sur «l organisation mutualisée du transfert de technologie et de la maturation de projets innovants», visant la mutualisation des moyens entre établissements doivent œuvrer pour une meilleure lisibilité de la valorisation dans les universités, écoles et organismes de recherche. Elles ont pour objectif d encourager la mutualisation des moyens au plan local afin de lutter contre l éclatement excessif des structures de valorisation des organismes de recherche et des établissements d enseignement supérieur. Le Rapport sur la valorisation de la recherche (IGF-IGAENR 2007) souligne que certains projets financés apportent des améliorations certaines, tirant le meilleur parti des compétences disponibles au plan local. Ainsi, lorsque le CEA est présent dans le projet comme à Grenoble et à Paris Sud, il pourra faire bénéficier les établissements partenaires des compétences de son bureau d études marketing (BEM) dans le domaine des études de marché et de la recherche de partenaires industriels (IGF-IGAENR, 2007). Toutefois, dans l ensemble le rapport souligne que «les projets prévoient davantage une collaboration entre les services existants qu une véritable mutualisation qui, aux termes même de l appel à projet, devait se traduire par «l émergence de véritables services partagés dédiés au transfert de technologie et au soutien à la maturation de projets innovants». Il est à craindre que les services mutualisés ajoutent une couche supplémentaire dans un système déjà excessivement complexe, et que les fonds de l ANR servent à financer les coûts de coordination entre acteurs plutôt qu un dispositif efficace de valorisation (IGF-IGAENR, 2007). Le système d aide à la recherche et à l innovation mis en place par l État français est complexe. L inscription des nouveaux instruments dans le paysage français n est pas toujours évidente. De plus, les anciens instruments ont des fonctions qui ne sont pas toujours clairement définies, d autant que sous le même vocable, ils peuvent regrouper une diversité de fonctions et d actions. À ce sujet, la confusion dans les instruments de valorisation nous semble un bon exemple de la nécessité de penser la politique de la recherche et de l innovation comme un système et non instrument par instrument. Les nouveaux instruments et agences de financement semblent avoir été créés avec un souci de cohérence afin de simplifier le système. Toutefois, pour l instant, ils ne le rendent a priori pas plus lisibles pour les acteurs de la recherche, notamment pour les PME. La France a besoin pour disposer d un système plus performant de le rendre plus lisible, soit en définissant plus précisément les missions de chacun soit en cherchant à simplifier le système, en réduisant, par exemple, le nombre des acteurs ou des instruments. Cette conclusion rejoint celles du rapport sur la valorisation de la recherche et du rapport «Recherche et Territoire» L émergence du niveau régional dans la politique nationale de recherche et d innovation L action des collectivités territoriales est marquée par deux grands événements : la loi de décentralisation en 1982 et l acte II de la loi de décentralisation en Depuis 1982, les régions sont associées «à l élaboration de la politique nationale de recherche et à sa mise en œuvre». Tout comme les autres collectivités territoriales, elles s impliquent de plus en plus dans les politiques d innovation (Filatre, 2005). Les régions se positionnent dès 2000 sur ces questions, mais leurs actions deviennent vraiment déterminantes à partir de Ainsi, «for research and innovation we can no longer equate public policy with national policy» (Laredo, 2003, 13

15 p.7). L idée d un gouvernement national qui définit, organise et réalise la politique publique de R&D est désormais caduque (Larédo et Mustar, 2001, p.26). Traditionnellement, les collectivités territoriales finançaient essentiellement des projets immobiliers liés à l innovation ou à la recherche via l aide à la construction ou à la rénovation de bâtiments pour les universités (Larédo et Mustar, 2001) ou la création d un incubateur. De plus en plus, elles apportent également leur soutien à une diversité d actions «structurantes». Or, les tendances politiques et les situations économiques propres à chaque région ainsi que la loi de décentralisation laissant le choix aux régions de s approprier ou non les compétences partagées, conduisent à une diversité d actions qui ne permettent pas de tirer un modèle général d intervention des régions a priori. La présentation de l action de quelques régions dans la section 4 doit permettre de proposer une analyse de ces interventions. Toutefois, on peut préciser que les actions s articulent aujourd hui principalement autour de la promotion de la recherche, de l aide aux jeunes chercheurs, de la promotion de réseaux, de la contribution à la construction de grands équipements, de l accompagnement des dossiers de projets communautaires, de la mutualisation des dispositifs de transfert technologique, de l aide aux start-up et la mobilisation du capital-risque (Cf. Annexe 2). Il faut noter que jusqu à présent, la région est la principale collectivité à s impliquer très fortement dans les politiques de recherche et d innovation. Toutefois, l appel à projets relatifs aux pôles de compétitivité a conduit les communautés urbaines, les villes et dans certains cas, les conseils généraux à se mobiliser pour élaborer les projets. Il semble que leur implication va se renforcer, notamment dans le cadre des CPER Soutien à la R&D en France : Un paysage confus Cette section avait pour objectif de présenter rapidement les principaux acteurs et instruments d aide à l innovation et à la recherche en France. Elle met en avant, la diversité des instruments et la complexité du système qui en résulte. Ainsi, de nouveaux instruments sont créés, se superposant parfois aux anciens, sans que l efficacité de ceux-ci, et la complémentarité et la lisibilité entre les instruments ne fassent l objet d études approfondies, qui pourtant pourraient, dans certains cas, conduire à la suppression de structures, devenues obsolètes du fait des nouveaux instruments. Précisons que les nouveaux instruments et agences de moyens mis en place récemment (AII, ANR, Pôle de compétitivité, RTRA, PRES) semble chercher à améliorer la lisibilité, sans que toutefois, les acteurs de la recherche s en rendent compte. Nous considérons qu un outil de communication clair à destination des acteurs, présentant succinctement les missions, les destinataires, la nature de la recherche visée et l organisation de la recherche financés ainsi que les montants alloués de chaque instrument contribuerait à rendre le système plus lisible, et donc selon nous, plus efficace. Cela permettrait notamment d impliquer davantage de PME. Outre les outils étatiques, de nouveaux acteurs comme les régions s impliquent de plus en plus dans les problématiques d innovation et de la recherche. Or, la faible définition des compétences, qu on pourrait qualifier de décentralisation à la Française, conduit à la multiplication des domaines d intervention pour chaque niveau de collectivité (Crespy, 2006). En effet, «Legally, core competences are assigned to each of them. But the actual division of domains is far more informal as well as being more subtle (Thoenig, 2005, p.689). Ainsi, des domaines traditionnellement réservés à l'état sont investis par les collectivités locales. Une telle organisation entraîne une grande confusion sur les responsabilités de chacun. Si les missions de chacun ne sont pas clairement définies et précises, montrant ainsi une division du travail et la complémentarité des acteurs, le système va manquer de lisibilité, devenir de plus en plus complexe, et perdre donc en efficacité. Nous considérons que cela se fera au détriment de l attractivité R&D des territoires puisque le système ne sera pas utilisé en pleine capacité. Cette question nous semble primordiale car les instruments mis en place par l État ont souvent une dimension territoriale. Il est nécessaire de comprendre comment les régions se les approprient. En guise de résumé, le tableau ci-dessous rassemble l ensemble des acteurs concernés par la recherche et l innovation. Il a pour simple objectif de positionner chaque acteur dans le système. Nous avons volontairement choisi de ne pas relier les différents acteurs, les relations, notamment financières entre les différentes structures étant trop diverses et complexes. Le schéma ne serait plus lisible. 14

16 ÉTAT Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche Ministère de l industrie Agences de financements ANR AII FCE Représentants de l ETAT DRRT OSEO-région DRIRE Acteurs politiques locaux Conseils régionaux Interface (Agence régionale d innovation) CRITT RDT Réseaux locaux PRES RTRA Institut Carnot Pôle de compétitivité Acteurs de la recherche et de l innovation Universités, Ecoles, Organismes Entreprises Schéma : Acteurs du soutien à la recherche et à l innovation 15

17 4. Un cadre commun des politiques régionales, des adaptations locales Cette section présente les principaux résultats de notre étude de terrain, menée auprès de responsables de la recherche au sein des conseils régionaux et d acteurs du soutien à la recherche et à l innovation (cf. Méthodologie, pour une présentation complète). Nous rappelons que si nous cherchons à observer les caractéristiques des politiques régionales, la diversité des régions françaises rend difficile cet exercice. Nous serons amenés à préciser parfois, un certain nombre de spécificités. Keating et al. (2003) et Pasquier (2004) montrent la variabilité du potentiel mobilisateur des régions en Europe, mettant en évidence la fragmentation et la différenciation (Crespy, 2006). Notre analyse de ces régions montre l évolution récente des politiques régionales en matière de recherche. Les régions 13 ont remplacé leur politique de soutien et d assistance par une véritable stratégie (4.1.). Ce changement de comportement s est accompagné par le développement d aides à l innovation et à la recherche centrées essentiellement sur une logique de projets et de mise en réseaux des acteurs de la recherche (4.2.). La mise en réseau des structures d interface entre la recherche publique et la recherche privée, via la mise en place d agence régionale de l innovation (4.3.) doit contribuer également à l attractivité du territoire. L analyse des actions régionales ne serait pas complète sans l étude de l articulation des aides régionales avec les aides nationales (4.4.) et l identification de possibles effets levier (4.5.). La présentation de quelques bonnes pratiques observées au cours de notre étude conclue la section (4.6.) D une politique de soutien à une stratégie d innovation Des faiblesses à surmonter Les 22 régions françaises peuvent constituer 22 objets d analyse différents en raison de leur diversité. Il est difficile d exposer conjointement leurs forces et faiblesses car leur taille et leur développement économique les rendent incomparables, d une manière rigoureuse et systématique. Toutefois, il apparaît qu elles font face aux mêmes difficultés, qui peuvent contribuer à expliquer l intérêt des collectivités territoriales pour les questions d innovation. Cette section propose d identifier les problèmes communs aux régions, qui les conduisent à développer des politiques régionales d innovation 14. Les régions souffrent d un manque de grosses PME comme celles que l on peut trouver en Allemagne et de relations entre les laboratoires publics et les PME. De plus, la recherche privée est jugée insuffisante, notamment aux vues des critères de Lisbonne. D une manière générale, la France souffre d un manque de culture de l innovation, même dans les régions considérées comme dynamiques, comme l Alsace. Par ailleurs, les régions étudiées, même les plus importantes, comme Rhône-Alpes, pâtissent de l absence de centres de décision des grandes entreprises sur leurs territoires. Une telle situation les fragilise et les conduit à subir des décisions sur lesquelles elles ne peuvent pas agir. Or, l implantation régionale de ces entreprises semble plus fragile, car plus sensible aux aléas des marchés que lorsque les centres de décision sont présents. De surcroît, les régions françaises sont de plus en plus soumises à la concurrence interrégionale mais également européenne et mondiale. Enfin, on observe que certaines régions disposent d une recherche privée pas assez diversifiée, comme en Midi-Pyrénées, ou trop diversifiée comme en région Centre ou en Alsace. Ainsi, quelle que soit la taille de la région et son niveau de développement, les collectivités territoriales partagent une problématique commune qui est de renforcer l innovation et l attractivité du territoire afin de favoriser la croissance économique. 13 Le terme Région fait référence à l institution régionale, le Conseil régional, et non à l entité administrative ou géographique. 14 La présentation générale des faiblesses des régions se rapproche du positionnement global de la France. 16

18 Encadré n 1 : Forces et faiblesses des régions : quelques grandes lignes L Alsace tire des forces de la petite taille de son territoire. Le réseau est très facile à organiser. Tout est accessible en moins d une heure de voiture et de plus les gens se connaissent. La recherche publique est très concentrée à Strasbourg et spécialisée essentiellement en Chimie et Science de la vie. La recherche publique est de très bonne qualité mais n est pas liée à la puissance industrielle du territoire, sauf en Chimie. L industrie est quant à elle très diversifiée. La R&D est dispersée dans une dizaine de thématiques ce qui fait que l Alsace est en général bonne mais jamais leader européen. Le potentiel de R&D privé est très faible. Il est en dessous de la moyenne nationale et en plus ne représente qu un tiers de la recherche totale au lieu de 2/3 selon les critères de Lisbonne. Il manque une culture de l innovation en raison notamment d un niveau de qualification insuffisant. En effet, les entreprises de la région embauchent à des niveaux de qualification bas. Le potentiel d innovation est très faible. Ceci peut expliquer que les relations public-privé ne soient pas suffisamment développées. Le tissu économique est marqué par la présence de grands groupes industriels étrangers qui ont implanté un centre de production en Alsace. Aujourd hui la région est caractérisée par de nombreuses TPE et des soustraitants. Le tissu industriel est fragile car les entreprises ont vieilli. La région Centre souffre d une dispersion thématique en recherche. Cette recherche est de bonne qualité mais aucun domaine clé ne s impose. De plus, il y a une multiplicité de structures de valorisation et un manque de cohérence entre ces structures. Enfin, les PME sont de petite taille et les grandes entreprises installées n ont pas leur centre de décision dans la région. Mais la région Centre bénéficie d un niveau d intervention fort du Conseil régional depuis longtemps en matière de recherche. Elle a ainsi permis l installation d équipements de qualité dans les organismes et universités. L Île-de-France bénéficie d une recherche publique et privée de haute qualité. Elle accueille 40% de l activité nationale dans le domaine. Toutefois, elle souffre parfois de la trop forte proximité avec les instances et les outils nationaux, ce qui peut rendre plus difficile le développement d une politique autonome. De plus, la multiplicité des acteurs rend également la coordination difficile. Au prorata de sa taille, elle n est pas assez dynamique en termes de création d entreprise et de développement de grandes PME. De plus, elle a proportionnellement moins de chercheurs dans les entreprises de moins de 250 salariés que la moyenne française (CROCIS-IAURIF 2005). La région Midi-Pyrénées bénéficie d une recherche publique de très bonne qualité. Toutefois, elle a des activités dans tous les secteurs scientifiques, ce qui conduit à un manque de visibilité. Les nouvelles politiques de recherche visent à réduire cette dispersion. De plus, le nombre de création d entreprise est important et les outils disponibles et efficaces (incubateurs et pépinières). Toutefois, le tissu industriel n est pas assez diversifié. L activité économique est essentiellement mono-industrie. La région Nord-Pas-de-Calais se situe au cœur de l Europe, ce qui lui donne une force d attractivité importante. Toutefois, elle souffre d un insuffisant niveau de R&D privé et publique, d un manque d esprit entrepreneurial et d une culture d innovation peu développée. Il faut néanmoins noter que l action de la région sur la période a permis d accroître le niveau de la recherche publique. Les chiffres économiques de Rhône-Alpes sont globalement bons. La région possède des compétences technologiques fortes comme les nanotechnologies à Grenoble, la biotechnologie à Lyon, la plasturgie dans l Ain, le textile technique Rhône-Alpes bénéficie d un tissu d entreprises dense et diversifié qui couvre tous les secteurs d activités, et d une offre de compétences techniques et technologiques, qu elle soit publique ou privée, riche et interdisciplinaire. En outre, elle présente une dynamique entrepreneuriale importante, y compris pour les jeunes entreprises innovantes. En revanche, la taille de la région fait qu il est difficile de l appréhender dans son ensemble. Il y a beaucoup d acteurs et collectivités territoriales. Il y a de fortes disparités territoriales. En outre, si le niveau de R&D est 17

19 bon, il ne permet pas encore de rivaliser avec les plus grandes régions européennes. Par ailleurs, la région manque de grosses PME. Enfin, certains secteurs sont en perte de vitesse. Malgré des faiblesses communes, les régions françaises ne disposent pas des mêmes capacités d attractivité. D une part, les faiblesses présentées supra n ont pas la même intensité selon les régions. Dans notre échantillon, on observe que l Île-de-France et Rhône-Alpes par la qualité de leurs infrastructures, de leur recherche publique et privée sont des régions très dynamiques et attractives. Le Nord-Pas-de-Calais et l Alsace pour leur position frontalière, Midi-Pyrénées, en raison de son climat ont une capacité d attraction importante. Ces avantages «géographiques» ne suffissent plus pour être une région attractive. La région Centre, quant à elle, souffre davantage du fait de la proximité avec l Île-de-France. Il faut préciser que cette relative attractivité des régions étudiées repose sur le choix méthodologique lors de la constitution de notre échantillon. Nous avons décidé d étudier les régions relativement dynamiques en matière de recherche et d innovation afin de mettre en exergue les bonnes pratiques. L importance croissante de la connaissance rend l attractivité en recherche et développement primordiale pour concurrencer les autres régions européennes. Les résultats de notre étude pourront servir d appui à l élaboration de politiques de recherche dans des régions moins avancées. De plus, toutes les régions quels que soient leurs avantages sont confrontées à des problématiques d attractivité pour réagir à la concurrence internationale Une stratégie volontariste mais un positionnement différent selon les régions Les difficultés économiques, la concurrence internationale, les objectifs de Lisbonne ont conduit les régions à prendre conscience de l importance de la recherche et de l innovation dans le développement économique. La réelle mobilisation des régions en la matière est très récente et remonte à Elle coïncide notamment avec les nouvelles dispositions de l acte II de décentralisation de Mais le niveau d appropriation des politiques d innovation est variable selon les régions, puisqu il est à leur discrétion, ces compétences étant encore légalement du domaine de l État. Cette mobilisation se concrétise par l inscription dans le Schéma régional de développement économique (SRDE) ou dans le Schéma régional de l enseignement supérieur et de la recherche (SRESR), de l innovation comme axe prioritaire dans les politiques régionales. Le second schéma, le SRESR, a été développé par les régions, telles que Rhône-Alpes, qui ont choisi de s approprier les compétences en matière de recherche et d enseignement supérieur, bien qu elles ne soient pas décentralisées. Un tel schéma reflète donc la volonté forte de ces régions d agir dans ces domaines. Ces schémas régionaux constituent une petite révolution au sein des régions puisque celles-ci se dotent ainsi d une stratégie en matière d innovation et de recherche. Pendant longtemps, les régions ont eu davantage des politiques de soutien à la recherche et à l innovation que de réelles politiques réfléchies. Dans ce cadre, elles finançaient des projets de recherche ou d innovation qui leur étaient soumis sans chercher une cohérence entre ces différentes actions. Il faut noter toutefois que certaines régions comme Rhône-Alpes avaient néanmoins déjà une action relativement plus coordonnée bien que jamais aussi élaborée. Ces schémas sont construits en concertation avec l ensemble des acteurs de la recherche et de l innovation afin d identifier au mieux les capacités et les besoins de la région. Quelles que soient leurs performances économiques, toutes les régions ont développé de telles politiques, car la concurrence est mondiale, et aucune région ne peut se contenter de bons résultats au niveau français. Il est vrai que nous n avons pas étudié les régions les moins innovantes. Il est possible que leurs actions soient plus réduites. Toutefois, l importance croissante de l économie de la connaissance nous porte à croire que ces régions devront également miser sur la recherche et l innovation. L objectif principal de ces politiques est le développement économique. L innovation est considérée comme le moyen d accroître la compétitivité des territoires et de maintenir et de créer des emplois. Une activité de recherche et d innovation de qualité et dynamique au niveau régional contribue à l attractivité de la région. L enjeu pour les régions est de «faire de leur territoire un «lieu-aimant» (attirer et fixer la création de richesse) et de construire leur territoire comme un actif spécifique» (Crespy, 2006). On observe d ailleurs que les régions financent une recherche stratégique (Rip, 2002) qui combine l excellence scientifique et l intérêt pour le développement local et les problématiques régionales. Si l objectif global est commun à l ensemble des régions, selon la manière dont elles s approprient les compétences, les objectifs plus détaillés peuvent légèrement différer. En effet, la recherche et l enseignement supérieur ne sont pas dans les compétences des régions. L innovation relève de compétences partagées. 18

20 Néanmoins, l ensemble des régions s y intéresse directement ou indirectement par le biais du développement économique. La majorité des régions étudiées a plutôt choisi de s intéresser à la recherche par le biais du développement économique. L objectif est principalement centré sur les entreprises. La stratégie doit permettre de structurer le tissu économique et industriel et d anticiper les mutations en pariant sur la recherche et le transfert technologique. Il faut inciter les entreprises à innover davantage. Les aides réservées à la recherche publique sont moins nombreuses et souvent conditionnées à la présence d entreprises dans le projet (cf. Infra). En revanche, la politique régionale de Rhône-Alpes a un objectif plus large qui vise à renforcer le lien structurant entre recherche et innovation. Elle doit promouvoir une culture de l innovation et de la valorisation, tout en recherchant une plus grande lisibilité et accessibilité du dispositif existant au bénéfice de la demande socio-économique. Elle doit également favoriser la mise en réseau de la recherche. La stratégie régionale d innovation doit chercher à accompagner la stimulation de l innovation sous toutes ses formes. Cette politique couvre l ensemble du processus d innovation de la recherche fondamentale au développement industriel. L Îlede-France, dans une certaine mesure, suit également cette politique large d aide à la recherche et à l innovation. Dans tous les cas, il est important une fois la stratégie élaborée de la faire accepter de tous les acteurs. L élaboration de la stratégie en concertation avec les acteurs de la recherche contribue à faciliter cette deuxième étape Implications technologiques, politiques et budgétaires d une stratégie forte Les régions se sont donc approprié la problématique de l innovation et de la recherche comme source de développement économique et d attractivité. Le développement d une stratégie forte a plusieurs implications en termes de choix technologiques et politiques et de ressources allouées. Tout d abord, l élaboration d une stratégie de l innovation conduit à un recentrage des actions sur quelques thématiques choisies. En effet, les régions ont des moyens financiers limités. Elles ne peuvent pas efficacement agir sur l ensemble des secteurs. La réussite du développement économique régional passe par un meilleur ciblage et une meilleure hiérarchisation des actions. Ainsi, les régions concentrent la majorité de leurs actions sur quelques grands domaines qu elles jugent prioritaires pour leur développement afin d en optimiser l impact. Ainsi, la région Midi-Pyrénées a choisi de s impliquer principalement dans les thématiques du pôle AerospaceValley, dans celles du Canceropole et d Agrimip. Elle a également monté un appel à projet non-thématique pour permettre à de nouvelles thématiques d émerger. Ce point paraît essentiel pour ne pas «borner» la recherche. Ce recentrage constitue un réel changement puisque auparavant, les appels à projets de la région concernaient l ensemble des secteurs. Ils doivent permettre d orienter les recherches dans les axes stratégiques définis. Le développement d une véritable stratégie permet de mettre en œuvre une procédure d évaluation de l action publique. En effet, une stratégie définit des objectifs pour lesquels il est possible de construire des indicateurs qui mesureront l impact de la politique. Le recours à l évaluation est certes d actualité dans toutes les administrations publiques. Toutefois, il constitue un grand changement puisque les laboratoires de recherche avaient jusqu à la fin des années 1990 et au début des années 2000 tendance à considérer les financements régionaux comme des subventions pour lesquelles ils avaient peu de comptes à rendre. En contrepartie de cette évaluation, les régions ont dans l ensemble augmenté de manière très substantielle les budgets consacrés à la recherche et à l innovation. On observe également que certaines régions, suite à l élaboration du SRDE (Schéma régional de développement économique), ont choisi de regrouper au sein d une même direction les services de la recherche et du développement économique. Ces services sont considérés comme ayant des problématiques communes et doivent de ce fait travailler en étroite collaboration. Toutefois, d autres régions ont préféré garder séparés ces services (Alsace, Rhône-Alpes), voire les ont re-séparés (cas de l Île-de-France), considérant que s ils devaient travailler ensemble, ils ne se positionnaient pas sur les mêmes problématiques de l entreprise. De plus, certaines régions craignent dans ce cas, que la recherche et l innovation soient «noyées» dans le développement économique, et ne soient pas considérées comme le moteur de la croissance. En revanche, il apparaît souvent que la recherche et l enseignement supérieur ont été réunis au sein d une même direction car ce sont deux facettes d un même problème. La lecture des fonctions des personnes interrogées dans les régions (cf. section 2.), illustre ces deux positions. 19

AFPC Positionnement à l'europe

AFPC Positionnement à l'europe Positionnement à l'europe Des clusters innovants au service de la croissance, de l emploi et de l innovation en Europe À travers leurs activités et services, les clusters innovants accompagnent les acteurs

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

Salon de la création d entreprises

Salon de la création d entreprises Salon de la création d entreprises Tunis 17 octobre 2008 «Comment mettre l innovation au cœur de l entreprise» soutient l innovation et la croissance des PME oseo.fr 2 OSEO Soutient l innovation et la

Plus en détail

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET Cette étude est cofinancée par l Union européenne. L Europe s engage en Ile-de- France avec le Fonds européen de développement régional. Synthèse de l Etude «Innovation dans les entreprises de services

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

23 juin 2006 Polytech Lille. Forum i-trans SYNTHESE

23 juin 2006 Polytech Lille. Forum i-trans SYNTHESE 23 juin 2006 Polytech Lille Forum i-trans SYNTHESE Forum i-trans 2 Sommaire Table ronde/ Le financement de l innovation... 3 Débat...5 Conclusion d Yves Ravalard...5 Sigles... 6 Intervenants Yves RAVALARD...

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet :

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Horizon PME Etude des besoins pour la croissance des PME Synthèse Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Quels besoins pour financer leurs activités innovantes? Auteurs :

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE DOSSIER DE PRESSE Contacts presse Région Rhône-Alpes Clémence CAPRON 04 26 73 49 57 06 87 56 05 48 + CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE SALON DES

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

amur La Défense dans le Grand Paris: l enjeu de son Territoire-Réseau mastère spécialisé promotion 2012-2013 Directeur d étude Partenaire

amur La Défense dans le Grand Paris: l enjeu de son Territoire-Réseau mastère spécialisé promotion 2012-2013 Directeur d étude Partenaire amur promotion 2012-2013 La Défense dans le Grand Paris: l enjeu de son Territoire-Réseau mastère spécialisé Partenaire Equipe Projet Laure Bellon-Serre Marie Chevillotte Clément Javouret Pierre Le Moual

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Consultation du Groupe conseil sur l actualisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l innovation 8 septembre 2009 Préambule

Plus en détail

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS»

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» 1/ LE CONTEXTE 1.1 VERS UNE NOUVELLE POLITIQUE TOURISTIQUE DES TERRITOIRES Le règlement d intervention 2007-2013 proposait

Plus en détail

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Axe 1 Objectif Thématique 1 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l innovation Investissement prioritaire B : Promotion

Plus en détail

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 18/12/2014. ILE-DE-FRANCE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Les

Plus en détail

DOMAINE N 1.2.1 : RENFORCER LE POTENTIEL D INNOVATION DES

DOMAINE N 1.2.1 : RENFORCER LE POTENTIEL D INNOVATION DES O B J E C T I F 1. 2 F A I R E D E L I N N O V A T I O N L E M O T E U R D E L A C O M P E T I T I V I T E D E S E N T R E P R I S E S PRESENTATION GENERALE DE L OBJECTIF Cet objectif vise à améliorer

Plus en détail

L INNOVATION SOCIALE. Rencontre FUTURIS 20 décembre 2011

L INNOVATION SOCIALE. Rencontre FUTURIS 20 décembre 2011 L INNOVATION SOCIALE Rencontre FUTURIS 20 décembre 2011 INTRODUCTION 3 INNOVATIONS 2005 : Risque de dépôt de bilan Réponse : Activité à 80 % industrielle activité à 80 % tertiaire Aujourd hui : Un des

Plus en détail

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM.

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM. Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE CONFIEE A MM. COLLIN ET COLIN) Février 2013 2 FISCALITE DU NUMERIQUE

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 «seul le prononcé fait foi» Mesdames et Messieurs les présidents, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Raphaël Mehr Directeur de l Unité de Production Hydraulique Est EDF s engage en faveur du développement économique et

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

LES ENTREPRISES DE L AGGLOMERATION LYONNAISE ONT LEUR CELLULE DE RENSEIGNEMENTS ECONOMIQUES. dossier de presse MARDI 29 MARS 2011

LES ENTREPRISES DE L AGGLOMERATION LYONNAISE ONT LEUR CELLULE DE RENSEIGNEMENTS ECONOMIQUES. dossier de presse MARDI 29 MARS 2011 LES ENTREPRISES DE dossier de presse MARDI 29 MARS 2011 Contact presse CCI de Lyon Aurélie Husson 04 72 40 58 39 husson@lyon.cci.fr SOMMAIRE LES ENTREPRISES DE Intelligence économique : le constat Un levier

Plus en détail

HYDROELECTRICITE ARIEGEOISE

HYDROELECTRICITE ARIEGEOISE HYDROELECTRICITE ARIEGEOISE LES ENJEUX INSUFFISAMMENT CONNUS D UNE FILIERE PRESENTES PAR LA CCI LE 21 AVRIL DERNIER Parce que l histoire économique de l Ariège est étroitement liée à celle de la valorisation

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Les actions de la Caisse des dépôts en faveur du développement économique en Ile de France

Les actions de la Caisse des dépôts en faveur du développement économique en Ile de France Les actions de la Caisse des dépôts en faveur du développement économique en Ile de France Anne de Richecour Directeur Interrégional Adjoint CDC Ile de France 8 juin 2010 - Nanterre 1 Le développement

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley

Pôle de compétitivité Aerospace Valley Pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués Pôle de compétitivité Aerospace Valley Cahier des charges Définition de la Vision «Aerospace Valley 2018» Cahier des Charges n 15-ADMIN-CS-208

Plus en détail

AG ECONOMIE, EMPLOI, INDUSTRIE Section Paris 2 ème 28/02/2013

AG ECONOMIE, EMPLOI, INDUSTRIE Section Paris 2 ème 28/02/2013 AG ECONOMIE, EMPLOI, INDUSTRIE Section Paris 2 ème 28/02/2013 Compte rendu Exposé sur les outils économiques de la région île de France Guillaume Balas (Président du groupe socialiste au Conseil régional

Plus en détail

Le financement de l ESS par la BPI en France

Le financement de l ESS par la BPI en France 1 Le financement de l ESS par la BPI en France Encourager un moteur du développement urbain local Cette fiche utile se propose de revenir sur l importance de l Economie Sociale et Solidaire pour les territoires

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

Les pôles de compétitivité Compte-rendu du colloque du 11 octobre 2007

Les pôles de compétitivité Compte-rendu du colloque du 11 octobre 2007 Les pôles de compétitivité Un outil pour le développement économique des villes et régions européennes. Compte rendu du colloque des 11 et 12 octobre 2007, Organisé par l Ambassade de France en République

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché?

Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché? Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché? 3 Principaux objectifs de l atelier Partager les ambitions de l axe Innovation technologique, transfert et KET de la SRI SI visant à

Plus en détail

CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT

CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE LA POSTE Société Anonyme au capital de 3.400.000.000 euros, dont le siège social est situé 44 Boulevard de Vaugirard 75757 PARIS cedex 15, immatriculée au RCS Paris

Plus en détail

Lancement des schémas territoriaux des services aux familles

Lancement des schémas territoriaux des services aux familles Dossier de presse Lancement des schémas territoriaux des services aux familles 7 février 2014 Contact presse francois.coen@famille.gouv.fr 1. UNE MOBILISATION SANS PRÉCÉDENT Le gouvernement a annoncé en

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Création des commissions d assistance aux entreprises en Poitou-Charentes

DOSSIER DE PRESSE. Création des commissions d assistance aux entreprises en Poitou-Charentes wwww.poitou-charentes.gouv.fr DOSSIER DE PRESSE Création des commissions d assistance aux entreprises en Poitou-Charentes Lundi 19 décembre 2011 Le marché de l emploi en Poitou-Charentes touché par la

Plus en détail

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire Parler d économie sociale et solidaire n est plus aujourd hui ni une incongruité, ni une affirmation écoutée avec commisération

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans lequel s inscrit Alter Incub ainsi que les modalités et

Plus en détail

OBJECTIFS. Objectif N 1 : renouvellement des approches et des méthodes de formation pour atteindre une forme d excellence de la formation

OBJECTIFS. Objectif N 1 : renouvellement des approches et des méthodes de formation pour atteindre une forme d excellence de la formation Politique TICE UBP L université ne peut pas rester à l écart des mutations profondes qui traversent nos sociétés ; la question n est plus de savoir s il faut ou non prendre en compte l usage du numérique

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes?

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? KPMG ENTREPRISES - ÉTUDE 2008-1ères conclusions de l étude PME et croissance Conférence de presse Mardi 16 septembre 2008 Sommaire

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

POLITIQUE DE PROMOTION DE LA PME EN ALGERIE

POLITIQUE DE PROMOTION DE LA PME EN ALGERIE RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de l Industrie, de la PME et de la Promotion de l Investissement POLITIQUE DE PROMOTION DE LA PME EN ALGERIE SAID BENDRIMIA DIRECTEUR D ETUDES/

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

MONTAGE ET REALISATION DU PROGRAMME SOFT-WHERE EXPORT 2013 CAHIER DES CHARGES

MONTAGE ET REALISATION DU PROGRAMME SOFT-WHERE EXPORT 2013 CAHIER DES CHARGES MONTAGE ET REALISATION DU PROGRAMME SOFT-WHERE EXPORT 2013 CAHIER DES CHARGES 1) Introduction Dans le cadre de son PDI (Plan de Développement International), le Cluster EDIT a mis en place une action nommée

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES

Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES ALPES DE HAUTE-PROVENCE ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE REFLEXION MARKETING ET ACCOMPAGNEMENT A LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature 4 AXES STRATEGIQUES Plan de mandature Un projet pour notre territoire 9 ObjECTIFS OPERATIONNELS B âtir un programme au service de l économie dans lequel une large majorité d entre vous se reconnaît est

Plus en détail

LE SEPTIÈME PROGRAMME-CADRE

LE SEPTIÈME PROGRAMME-CADRE La recherche européenne en action LE SEPTIÈME PROGRAMME-CADRE (7 e PC) Placer la recherche européenne au premier plan Définir un nouveau standard pour la recherche européenne Le septième programme-cadre

Plus en détail

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux FONDS AQUI-INVEST I. Présentation de l action AQUI-INVEST, est le premier fonds de co-investissement en capital risque régional français. Il s'agit d une nouvelle génération d investissement public impulsée

Plus en détail

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement A l occasion de la Cérémonie de lancement du Cluster Solaire Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Monsieur

Plus en détail

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739 Séance publique du 21 juin 2005 Délibération n 2005-2739 commission principale : développement économique objet : Démarche Lyon ville de l'entrepreneuriat - Soutien à l'association Action'elles pour son

Plus en détail

LA DIRECTION DE LA RECHERCHE ET DE LA VALORISATION

LA DIRECTION DE LA RECHERCHE ET DE LA VALORISATION LA DIRECTION DE LA RECHERCHE ET DE LA VALORISATION ACTIVITÉS & CHIFFRES CLÉS 2012-2013 Qui sommes-nous? Né de la fusion du service Valorisation / SAIC et du service de la Recherche, la Direction de la

Plus en détail

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible.

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible. Mars 2010 Synthèse de l étude de faisabilité sur la mise en place d une offre structurée de formation continue en matière de design, répondant aux besoins des entreprises I- L état des lieux fait le constat

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis.

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 11/12/2014. ALSACE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Le Programme

Plus en détail

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Un projet financé par l Union Européenne Réunion de Travail des Coordonnateurs du SBA et des Conseillers

Plus en détail

«Entrepreneurs des quartiers»

«Entrepreneurs des quartiers» «Entrepreneurs des quartiers» Dossier de presse Pour surmonter les défis de la crise, le développement de l entreprenariat et de l activité économique dans les territoires en Politique de la Ville, constitue

Plus en détail

Plateforme commune. Etat- Régions : ensemble pour l emploi

Plateforme commune. Etat- Régions : ensemble pour l emploi Plateforme commune Etat- Régions : ensemble pour l emploi L Etat et les Régions s allient pour mener la bataille de l emploi et impulsent une nouvelle façon de travailler ensemble par la signature d une

Plus en détail

Actions en Régions de Coopération Universitaire et Scientifique Programme ARCUS : 7 ème appel à projets 2012-2013

Actions en Régions de Coopération Universitaire et Scientifique Programme ARCUS : 7 ème appel à projets 2012-2013 Actions en Régions de Coopération Universitaire et Scientifique Programme ARCUS : 7 ème appel à projets 2012-2013 Le Ministère des Affaires Étrangères (MAE), en partenariat avec les Régions de France et

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES I. Présentation de l action La Région Guadeloupe a créé en 2007 une Agence régionale de développement économique (ARDE) afin de se doter d un outil performant capable

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

Nous n avons volontairement pas corrigé les imperfections de forme qui peuvent survenir dans chaque copie. Meilleure copie Note : 16/20

Nous n avons volontairement pas corrigé les imperfections de forme qui peuvent survenir dans chaque copie. Meilleure copie Note : 16/20 Nous n avons volontairement pas corrigé les imperfections de forme qui peuvent survenir dans chaque copie. Concours interne 2 ème épreuve d admissibilité : Economie Meilleure copie Note : 16/20 Ministère

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Charte Automobile 2012-2015. CPREFP 7 mai 2013

Charte Automobile 2012-2015. CPREFP 7 mai 2013 Charte Automobile 2012-2015 CPREFP 7 mai 2013 1 Bilan de la Charte Automobile 2008 2011 2 L UIMM est engagée depuis 2008 dans le pilotage de la charte automobile avec les branches qui constituent cette

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP Assises de l autonomie 10/06/10 PARIS Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux L Agence

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

1. Garanties accordées sur les interventions en matière d innovation et d investissement

1. Garanties accordées sur les interventions en matière d innovation et d investissement Fiche N : 504 Version : 20/06/2014 Les interventions de Bpifrance en garantie des financements bancaires Mots clés : Bpifrance, financements, investissements, international, garantie Objet : présenter

Plus en détail

ETUDES SUR LES AIDES PUBLIQUES AUX ENTREPRISES PAR LES DIFFERENTES COLLECTIVITES

ETUDES SUR LES AIDES PUBLIQUES AUX ENTREPRISES PAR LES DIFFERENTES COLLECTIVITES Avant-propos ETUDES SUR LES AIDES PUBLIQUES AUX ENTREPRISES PAR LES DIFFERENTES COLLECTIVITES En France, il y a 4 500 d aides fiscales aux entreprises! Il me paraît impossible de les passer toutes en revue,

Plus en détail

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Prospective des dispositifs médicauxm : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Dominique Carlac h - Directrice Générale D&C LYON 19 Bd Deruelle 69 003 Lyon Tél :

Plus en détail

«l investissement des pays dans l acquisition et le développement des compétences des formateurs et des entrepreneurs la formation des formateurs

«l investissement des pays dans l acquisition et le développement des compétences des formateurs et des entrepreneurs la formation des formateurs Note conceptuelle de la conférence PQIP/DCTP de Kigali sur «Encourager l investissement des pays dans l acquisition des compétences des formateurs et entrepreneurs» Introduction La conférence de Kigali

Plus en détail