TROISIEME PARTIE : QUESTIONS - REPONSES... 12

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TROISIEME PARTIE : QUESTIONS - REPONSES... 12"

Transcription

1 LE 23 MAI 2012 ~ «MIXITE ET LOGEMENT SOCIAL A LA SAMARITAINE AMARITAINE» Contenu INTRODUCTION... 2 CETTE MIXITE, EST-CE QUE NOUS L AVONS VOULUE? DE QUOI RESULTE-T-ELLE?... 2 POURQUOI DES LOGEMENTS SOCIAUX DANS LE 1ER ARRONDISSEMENT? ET POURQUOI A LA SAMARITAINE?... 4 PREMIERE PARTIE INTERVENTION D HELENE SCHWOERER, ADJOINTE AU DIRECTEUR GENERAL DE PARIS HABITAT... 4 COMMENT SONT ATTRIBUES CES LOGEMENTS?... 6 DEUXIEME PARTIE INTERVENTION DE FRANÇOIS BRUGEL, ARCHITECTE DES LOGEMENTS SOCIAUX DE LA SAMARITAINE / RAPPEL DU PROGRAMME / LES ENJEUX DU CONCEPT ARCHITECTURAL / UN BATIMENT EPAIS TROISIEME PARTIE QUESTIONS - REPONSES... 12

2 INTRODUCTION EMMAN MMANUEL Bonsoir, merci d être venus ce soir pour ce débat sur la mixité et le logement social, un thème qui s illustre très concrètement à La Samaritaine. Pour débattre, autour de Marie-Line Antonios, directrice générale de La Samaritaine, nous avons invité Hélène Schwoerer, adjointe au Directeur Général de Paris Habitat, et l architecte chargé des logements de cette opération, François Brugel. MARIE Cette conférence fait partie d un cycle de rencontres dont l objectif est de mettre en perspective le projet de La Samaritaine pour mesurer les enjeux urbains, architecturaux et sociétaux. Le thème de la mixité n est pas un thème choisi au hasard. La mixité est identitaire du nouveau site de La Samaritaine. On y trouvera plusieurs formes de mixités Une mixité des fonctions avec un programme qui agrègera cinq activités très différentes un palace de 80 clés, des bureaux pour m2² environ, un grand magasin, des commerces, une crèche et 100 logements sociaux, 96 pour être plus précis. Une mixité des formes. La diversité architecturale résulte du fait que les activités se développent sur plusieurs bâtiments, des bâtiments XVIIème, des bâtiments Art nouveau, des bâtiments Art déco et enfin une architecture contemporaine dessinée par l agence Sanaa. Une diversité sociale assez inédite puisque nous verrons une clientèle de palace côtoyer 200 locataires de logements sociaux. CETTE MIXITE, EST-CE QUE NOUS L AVONS L VOULUE? DE E QUOI RESULTE-T-ELLE ELLE? Revenons à la genèse du projet en Quand nous avons constaté qu on ne pouvait plus rouvrir un grand magasin sur la totalité du site en raison des contraintes de sécurité incendie et de conservation du patrimoine (les deux étant liés car on ne pouvait pas mettre aux normes sans altérer le patrimoine), il a fallu trouver une autre destination au site. D où l idée d un projet mixte. A l origine du projet il était prévu de rénover les quelques immeubles d habitation du XVIIe situés dans la rue de l Arbre Sec de le remettre aux normes et de les destiner à du logement libre. Par la suite, pour répondre aux exigences induites par la modification du PLU, la création de logements sociaux s est imposée à nous. Les logements libres initialement prévus (qui représentaient environ 1800 m²) ont donc été transformés en logements sociaux. Mais la Ville jugeant que c était encore insuffisant, nous avons créé 56 logements supplémentaires dans le bâtiment principal, dans le périmètre de l ancien magasin. Aujourd hui ce sont 7000m² de logements sociaux qui sont projetés. A ma connaissance, une telle reconversion d usage constitue une première. C est en tout cas un défi technique, architectural et financier auquel nous sommes confrontés au quotidien avec toutes les équipes qui travaillent sur le projet. Il s agit en effet, dans un monument protégé au titre des monuments historiques, de faire coexister des activités qui ne sont

3 pas naturellement appelées à cohabiter. Un hôtel de luxe à côté de logements sociaux, c est une première mondiale!. Quoiqu il en soit, une telle initiative requiert de la part de nos équipes une ingéniosité et une créativité de tous les instants. Mais ce challenge mérite d être relevé. A l inverse de certains visiteurs de la Maison du Projet pour qui faire du logement social sur ce site est surprenant, voire même choquant, cette perspective ne nous parait pas incongrue. La Samaritaine appartient un peu à tous les parisiens et il est important qu ils s y retrouvent sans discrimination. Projection du film «Voyage au cœur de La Samaritaine» COMMENTAIRE D E D L idée de ce film est de montrer l état de La Samaritaine avant sa rénovation, car tout le monde n aura pas la chance de visiter le monument tel qu il est aujourd hui.

4 POURQUOI DES LOGEMENTS S SOCIAUX DANS LE 1ER ARRONDISSEMENT? ET T POURQUOI A LA SAMARITAINE? PREMIERE PARTIE INTERVENTION D H D HELENE SCHWOERER CHWOERER, ADJOINTE AU DIRECTEUR GENERAL DE PARIS HABITAT Paris Habitat est l ancien OPAC (office public HLM de la ville de Paris), le plus gros bailleur social d Europe donc forcément le plus important de France. Et le plus gros propriétaire parisien de logements avec plus de logements sociaux aujourd hui, dont plus de à Paris Intra-muros, et le reste en banlieue. C est là le fruit de l histoire, l héritage d une époque où Paris n était pas seulement Paris, mais le département de la Seine, et où l on construisait des logements sociaux au-delà du périphérique. Comme vous le savez, depuis 2001, la municipalité parisienne poursuit l objectif ambitieux de respecter la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain) qui impose à toutes les villes de plus de 3500 habitants d avoir au moins 20% de logements sociaux. Par rapport à d autres métropoles européennes comme Berlin et Londres, Paris est une «petite» capitale où les opportunités foncières sont limitées. Comme vous le savez tous, le foncier y est hors de prix. Quel que soit le secteur, acheter un appartement c est investir plus de euros par m². Par conséquent, les loyers ont flambé les grandes surfaces louées varient entre 23 et 25 euros le m², sans parler des petites surfaces où les prix s établissent entre 30 ou 40 euros du m². Pour répondre aux aspirations des parisiens de se maintenir dans Paris (Paris a heureusement gagné des habitants!), faire en sorte que cette ville continue à vivre, il est donc nécessaire de créer du logement social adapté à la diversité des situations composition familiale, étudiants, jeunes, personnes âgées, certains ayant peu de ressources d autres plus POUR MEMOIRE, QUELQUES CHIFFRES - plus de 50% du patrimoine existant à Paris est constitué de tous petits logements qui font moins de 45m², alors que la croissance démographique intramuros montre qu il y a de plus en plus de familles avec des enfants - plus de 60% des ménages parisiens de par leurs ressources peuvent prétendre à un logement social dans l une des trois catégories de la loi SRU (PLA-I, PLUS, PLS) et 70% au logement social PLI non comptabilisé dans la loi SRU - pour être éligible à un logement en PLA-I, le plafond de ressources pour un couple et un enfant est de euros annuels, soit euros de revenus mensuels. Un instituteur, un professeur, un policier, une vendeuse sont donc éligibles à un logement en PLA-I, qui est vraiment le logement «très très» social - pour le logement PLUS qui est le logement classique social, le plafond exigé, par exemple pour un couple avec deux enfants, est tout de même de euros. - pour avoir un logement social PLS, le plafond est de euros de revenu annuel pour une personne seule Quant aux loyers on est très loin de ce que sont aujourd hui les loyers dans Paris! Dans les logements PLA-I, il faut compter à peu près 6,50 du m² mensuel hors charges ; dans les logements PLUS, environ 8,40 hors charges ; dans les logements PLS à Paris, 12,48 du m². Et dans les logements PLI, cela peut aller de 14 à 17 du m².

5 Paris au 1 er Janvier 2011 comptait 17,2% de logements sociaux soit logements à comparer aux résidences principales à Paris aujourd hui. Un zoom sur le 1 er arrondissement montre qu il ne compte que 7,24% de logements sociaux, soit 735 logements sociaux pour résidences principales, ce qui reste faible au regard du 13 ème ou du 19 ème arrondissement où l on est à 34%! Il existe donc à Paris une grande disparité de l équilibre social en terme géographique. Notre combat de tous les jours est de rééquilibrer et aussi de faire vivre des commerces de proximité, ouvrir des crèches, créer des écoles En résumé, faire vivre les quartiers, c està-dire ne pas faire des quartiers de touristes comme on peut le voir dans certains cœurs de villes A Paris, le but est donc vraiment d atteindre les 20% à fin 2013 en logements financés. On polémique beaucoup sur le fait que le logement social à Paris est un puits sans fond. C est vrai qu il y a beaucoup de demandeurs ménages sont inscrits sur les fichiers parisiens. Et en passant bientôt sur un numéro unique au niveau régional, ce chiffre va tripler, voire quadrupler. Sur ces , sont des ménages parisiens dont un fort pourcentage habite dans le parc privé, dans des logements qui ne répondent plus à leurs besoins, parce que la famille s est agrandie et qu ils sont trop petits. Mais il y a aussi des personnes qui sont en situation d handicap dans le 1 er arrondissement il y a une forte demande de personnes, de tout âge, qui ont subi des accidents de la vie et qui se retrouvent du jour au lendemain dans une chaise roulante. Et c est dans le logement social qu on respecte les normes en termes d accessibilité PMR! Sur ces demandeurs, on a aussi une part non négligeable de gens qui sont déjà dans le parc social mais demandent des mutations pour avoir des logements plus grands, voire pour certains plus petits, parce que leurs revenus ont diminué considérablement. Tout cela pour vous rappeler que parmi ces demandeurs, il y a 70% des ménages qui nous entourent dont certains ont des ressources inférieures au PLA-I tout en étant des actifs. Cumulé, 91% sont éligibles au PLUS, 96% au PLS et donc après, pratiquement 100% au PLI. Dans le 1 er arrondissement, la demande est faible car c est un tout petit arrondissement. Il y a 466 demandeurs dont plus de la moitié ont des ressources faibles, très faibles et dont une grande part sont des personnes qui ont des taux d efforts aujourd hui supérieurs à 34%, et qui se demandent tous les jours comment ils vont payer leurs loyers, font des coupes sombres dans leur qualité de vie quotidienne pour rester dans Paris. L idée est de pouvoir leur offrir un logement dans lequel ils vont pouvoir élever leurs enfants ou vieillir. Pour développer l'offre des logements sociaux dans tous les arrondissements, la Ville a donc mis en place la règle des 25% de logements sociaux. Dès qu un promoteur construit 800m², 25% des logements doivent être réservés au logement social. Dans le cas de La Samaritaine, on ne parle pas de foncier car c est un bâtiment déjà existant. C est une réelle opportunité d utiliser ce volume, ce potentiel pour faire évoluer nos pratiques. Redonnons donc leur fonction d origine aux immeubles du XVIIème, qui étaient déjà des logements, et inventons un nouveau produit logement dans ce qui était

6 avant un ancien magasin. Les usages et les besoins ont évolué, ne nous laissons pas enfermer dans des carcans de m²! Dans le 1 er arrondissement, beaucoup d opérations de ce type sont en cours. En face, rue de Rivoli, nous développons une opération avec Vinci. D autres bailleurs sociaux comme la SGIM développe du logement rue du Louvre, la RIVP en développe également dans un hôtel particulier rue Richelieu/Molière. On utilise toutes les opportunités pour créer des logements et répondre aux attentes et aux besoins des parisiens. Depuis 100 ans, Paris Habitat construit du logement social dans des bâtiments ayant une vraie qualité patrimoniale. A titre d exemple le très beau bâtiment de l architecte Henri Sauvage «les Amiraux» dans le 18 ème arrondissement qui héberge une très jolie piscine et du logement. COMMENT SONT ATTRIBUES S CES LOGEMENTS? Ces logements sont attribués de façon très claire, très transparente. Il y a plusieurs contingents selon la nature des financements et différents types de réservataires. Essentiellement aujourd hui, c est la Ville de Paris et le Département qui attribuent entre 50 et 60% des logements sociaux des opérations. Sur ces 50-60% de logements par opérations, la moitié est aujourd hui attribuée par la mairie centrale, et l autre moitié attribuée par le maire d arrondissement, qui lui aussi fait des propositions. Le reste des logements est ensuite attribué selon des critères très précis, par l Etat, par la Région et puis par des collecteurs. Il y également d autres critères objectifs qui ont été conjointement établis pour répondre aux urgences. Avez-vous déjà la répartition en terme de PLA-I, PLUS, PLS etc. de cette opération? HELENE SCHWOERER Précisément, non. Mais sur ces 96 logements, au moins 50% de logements classiques seront des PLUS compte tenu de la demande et du niveau des ressources dans le 1 er arrondissement. Pour le reste, ce seront vraisemblablement des logements familiaux. On essaiera ici comme ailleurs de respecter la règle que l on s est fixé à Paris faire 30% de logements type T4 et plus, afin de répondre aux besoins des ménages, donc forcément 50% de PLUS. Puis il y aura forcément au moins 15% de PLA-I pour répondre à ceux qui ont les ressources les plus faibles et ensuite du PLS. Cette répartition représente un travail précis avec la Ville, les financeurs, pour trouver un juste équilibre. Dans cet arrondissement-là, nous allons favoriser le logement social type PLUS, alors que dans d autres arrondissements comme le 13 ème, le 19 ème ou le 20 ème déjà très chargés en logements «très très sociaux», nous faisons plutôt du logement type PLS, voire du logement spécifique étudiants et jeunes travailleurs. On travaille toujours finement avec les élus pour définir correctement ces catégories, et je pense que d ici 4-5mois, tout sera calé.

7 QUESTION DE LA 1ERE ADJOINTE AU MAIRE DU 1ER ARRONDISSEMENT Je voulais juste émettre le souhait que vous puissiez travailler avec les élus sur la catégorisation de logements, car sauf erreur de ma part pour le moment cela n a pas été fait. Je m occupe notamment et plus particulièrement de la petite enfance et je reformule le souhait qu un nombre de places extrêmement important puisse être attribué aux enfants des parents qui habitent l arrondissement. Vu le nombre de logements - je me félicite qu il y ait autant de logements familiaux projetés-, il est absolument indispensable que la plus grande partie des places en crèche soit attribuée à des enfants dont les parents habitent dans le 1er arrondissement. Je crois que la crèche n est pas une crèche municipale MARIE Effectivement cette crèche de 60 à 72 berceaux n est pas a priori une crèche municipale. Mais il est question que la Ville y réserve un certain nombre de places. Nous sommes en discussion et pour l instant la Ville y réfléchit. A MARIE Revenons sur la genèse de la création de ces logements. Vous étiez propriétaire de la totalité de l îlot sauf la partie qui est occupée par des copropriétés privées. Y a-t-il eu négociation avec la Ville, comment cela s est-il passé? MARIE Le site était classé en grand magasin au regard du PLU en 2006 et cela cadrait avec notre volonté de refaire un grand magasin sur l intégralité du site. Lorsque cela s est avéré techniquement infaisable, nous avons décidé de faire un projet mixte. Il fallait donc modifier le PLU et pour que cela soit possible, le projet devait avoir une dimension d intérêt général. En plus de la création d emplois et de la redynamisation économique du quartier qui le justifiaient, la Ville a souhaité ajouter un volet logement social. Nous avons donc adapté notre programme pour accueillir du logement social. Donc effectivement il y a bien eu négociation avec la ville. Vous avez vendu ces logements à la ville? MAR ARIE IE-LINE A l issue de la construction, nous vendrons les logements à Paris Habitat qui est le bailleur social. La commande de l architecte est donc privée?

8 MARIE Oui, nous sommes le maître d ouvrage de cette opération, mais nous travaillons sur la base d un cahier des charges établi par Paris Habitat, avec un architecte spécialisé dans le logement social qui a l habitude de travailler avec ce bailleur. Il y a eu un concours? MARIE Non, nous avons consulté plusieurs architectes qui font du social et nous avons choisi celui qui avait une sensibilité particulière pour réaliser de l aménagement intérieur. Car il s agit bien ici de remodeler l intérieur puisque l on ne touche pas aux façades (toutes les façades sont protégées au titre des Monuments Historiques). SE TOURNANT VERS FRANÇOIS BRUGEL Justement, François Brugel, vous avez déjà réalisé des opérations pas exactement similaires, rue de la Verrerie, rue Lafayette, mais déjà des réhabilitations de bâtiments anciens en logements sociaux...pouvez-vous nous expliquer les spécificités de votre projet à La Samaritaine?

9 DEUXIEME PARTIE INTERVENTION DE FRANÇOIS BRUGEL RUGEL, ARCHITECTE DES LOGEMENTS ENTS SOCIAUX DE LA SAMARITAINE Avant de développer les grandes lignes de notre projet, je souhaiterais remettre les logements de la Samaritaine à leur place dans le contexte d un quartier qui est en fait un morceau de ville. L opération dépasse le contexte normal d une opération de logements sociaux. L opération du 209 rue de Lafayette, par exemple, compte 73 logements sur 7000m² avec 10% d équipements au rez-de-chaussée et au 1 er étage. Dans le projet de La Samaritaine, c est l inverse il y a toujours 7000m² de logements, mais ce sont les logements qui font 10% de l ensemble. C est là une situation tout à fait exceptionnelle. L autre particularité, c est que nous intervenons à l intérieur d un projet préexistant, celui de l agence Sanaa qui travaille sur l ensemble du projet. 1/ RAPPEL DU PROGRAMME LA SAMARITAINE Programme Logements La Samaritaine, ce n est pas une parcelle ce sont deux énormes îlots dans Paris. Les commerces représentent m² ils partent des sous-sols jusqu au 2 ème étage et occupent une grande partie de l espace foncier au sol. Le deuxième élément, autonome d une certaine façon, se situe en proue de l opération, c est l hôtel réalisé par Edouard François, qui fait m². Un petit équipement de 1000 m², la crèche, se situe au cœur du projet. Enfin la zone du programme des bureaux occupera environ m². Les logements se développent dans la rue de l Arbre Sec, une rue ancienne de Paris à l origine résidentielle. Un certain nombre de parcelles sont d ailleurs encore les parcelles d origine. Une partie de l opération des logements (40 logements) se situe dans l ilot Rivoli, l autre partie, est localisée dans le bâtiment historique (Jourdain Plateau) juste à côté qui accueillera 56 logements.

10 Parmi ces logements, une trentaine de logements familiaux seront des types t4, t5 avec 3 et 4 chambres. Ils monopolisent de la surface et c est là l un des enjeux du projet. 2/ LES ENJEUX DU CONCEPT ARCHITECTURAL Notre approche est de nous inscrire dans la logique et la continuité du travail initié par l agence japonaise Sanaa. Le travail de Sanaa est de toujours essayer de rendre les choses le plus visible, le plus claire, le plus distinct possibles. Côté Plateau, Sanaa dessine et réinstalle un espace vide qui va venir éclairer le centre de l opération, là où ce n est pour l instant qu un enchevêtrement d éléments de programme, un ensemble occupé à 100%. Une zone de plancher au niveau de la rue de l Arbre Sec est néanmoins conservée. Sur cette partie-là, les logements viennent s installer à la fois sur de l existant et sur du neuf. Les logements occupent par étage peu de place. Ils se superposent là où nous ne sommes plus en contact avec des commerces. Seule la crèche est imbriquée entre des commerces et des bureaux au- dessus. En parallèle, la notion de façade unitaire est respectée. Sanaa a fait un dessin de façade intérieure qui permet d accepter des bureaux, des commerces et des logements sur la partie patio. Pour 60% des anciens bâtiments, les murs sont conservés, et les planchers vont être réparés, l idée étant de rester au maximum sur la logique structurelle préexistante. Dans cette partie du bâtiment Jourdain-Plateau, nous projetons une structure capable, quelque chose d extrêmement souple dans laquelle nous allons insérer du logement. Cette structure capable, avec ses plateaux, permet de ménager une certaine réversibilité. Méthode inhabituelle dans la tradition de construction du logement où l on a l habitude de faire des intervalles structurels de 6 m entre les voiles en béton. L autre particularité de ce projet consiste à installer des logements derrière la façade historique. Le parti retenu est de se mettre à distance de cette façade en créant des jardins d hiver qui constituent une première peau, une première épaisseur. La même idée est reprise côté patio pour mettre à distance les logements des bureaux, les logements des commerces et les logements de la crèche. A partir de Jourdain Plateau, cette double peau va s étendre vers la rue de Rivoli pour devenir le même élément. Dans cette structure capable, il y a donc deux noyaux, deux verticalités, qui permettent d installer les logements tout autour. 3/ UN BATIMENT EPAIS La Samaritaine fait 23,50m de profondeur. C est une situation très différente des immeubles haussmanniens habituels comme celui présenté ci -après sis 62 rue de Passy, dont la profondeur du bâtiment est de 12m.

11 RIVOLI - Logements Travailler dans l épaisseur 24,40m 23,50m 12m La Cité Radieuse Immeuble de Le Corbusier 1952 La Samaritaine îlot Rivoli Coupe sur le n 30 rue de l arbre Sec. Immeuble Haussmanien Coupe sur le 62 rue de Passy. Je n ai pas trouvé beaucoup de projets avec cette épaisseur et un tel travail sur la longueur. L exemple le plus illustratif est celui de la cité Radieuse de Le Corbusier qui fait 24,40m. Le Corbusier lui, dessine ce qu il veut, lorsqu il installe les différents éléments de programmes (logements, commerce, hôtel, équipement public sur le toit). Mais dans le cas de La Samaritaine, nous avons à faire à un bâtiment beaucoup plus bas et extrêmement épais, dans lequel on doit respecter des minimas de surfaces, une certaine qualité de lumière et de distribution. Rue de l Arbre Sec où préexistent des petites surfaces et une petite cour, nous allons installer de petits logements d environ 30m², aussi appelé «type 1 bis», avec des zones de services au plus près du noyau central, de façon à rassembler au maximum les éléments pour dégager ensuite les façades. Ces petits logements donnent donc sur la rue, ce qui est assez naturel et surtout peu dégradant pour les structures existantes. On travaille dans les intervalles structurels existants, et de ce fait nous pourrons installer dans les parties arrière des logements de plus grand type qui vont bénéficier d un espace de loggia, dessiné pour eux. Ici, il est permis d installer des séjours avec des vues diagonales. On a essayé ensuite de libérer au maximum les façades, pour donner de la transparence. Sur Jourdain-Plateau, plus que dans la véritable épaisseur, on est dans la profondeur, celle des 23,50m². Dans cette structure capable, il faut essayer de ne pas trop mettre de logements par cage. S agissant d un bâtiment épais, il y a des noyaux possibles, notamment des petits celliers qui sont installés dans les épaisseurs. Ce bâtiment se découpe ainsi en plan dans sa profondeur. Reste ensuite à travailler sur la lumière, en bénéficiant de la totale transparence de la double peau.

12 TROISIEME PARTIE QUESTIONS - REPONSES QUESTION Historiquement, comment s est passée la répartition des éléments du programme. Est-ce Sanaa qui l a décidé? A quel moment? Vous avez vendu à Louis Vuitton l hôtel? MARIE La Samaritaine est propriétaire de l ensemble. La seule activité qu elle vend ce sont les logements sociaux à Paris Habitat. QUESTION Qui a fait le programme, qui a décidé de la répartition des espaces? MARIE C est La Samaritaine qui a élaboré la programmation. Il y a eu concertation avec la Ville sur les logements sociaux et nous avons respecté l obligation de faire un minimum de 36% de surfaces commerciales sur l ensemble. L hôtel sera naturellement positionné dans le bâtiment Henri Sauvage en front de Seine, qui bénéficie de vues uniques, c était vraiment le lieu pour le faire. Les commerces quant à eux occupent le rez-de-chaussée, le R+1 et le R-1. Et puis, au-dessus, nous avons regroupés les logements dans une logique d usage. Sanaa était d accord avec nous, mais ces décisions ont été prises en amont et de façon collégiale avec l ensemble du groupement d architectes. FRANÇOIS BRUGEL On s est effectivement posé la question de savoir si les logements étaient à la bonne place. Dans les parties du XVIIème, originellement dévolues au logement, il était extrêmement difficile d installer un autre élément du programme. Le seul problème étant qu ils datent du XVIIème, ce qui ne simplifie pas le travail. A peu près tous les cinq mètres, il y a un mur séparatif, un mur coupe-feu. On peut percer un mur, mais à un moment donné, cela devient compliqué. MARIE La proximité est aussi un critère important. Comme il y a déjà une crèche et une école rue de l Arbre Sec, c est la partie de l îlot qui était le plus adapté au logement. Quand on voit les plans de l architecte, on se dit que c est très compliqué cette mixité, et donc qu elle a un coût. Ne serait-ce que parce qu il faut superposer des fonctions avec des règlementations différentes

13 Par rapport au foncier, ces logements vont coûter quatre fois plus cher que des logements normaux. Pas pour la ville de Paris car pour elle ce sera le même prix, mais ce sera beaucoup plus cher pour La Samaritaine. On aurait donc pu imaginer qu avec cet argent on construise quatre fois plus de logements ailleurs HELENE SCHWOERER On peut toujours construire dans les champs de betteraves, là où il n y pas de transports en commun. Mais à Paris le choix était clair, dès 2001, de mettre des réserves «logements sociaux» dans les secteurs très déficitaires, avec un pourcentage plus ou moins important selon la nature des emprises. Aujourd hui, Paris Habitat a l habitude de travailler avec pas mal de promoteurs. Nous travaillons notamment avec un gros promoteur national sur une opération dans le 4 ème arrondissement, qui se développe sur un terrain appartenant à l Etat, et où se trouve une réserve de 50% de logements sociaux. Ce promoteur va nous livrer 70 logements sociaux de très grande qualité en bord de Seine, au prix de 3600 euros du m² habitable. Le promoteur, qu il achète un terrain à l Etat ou à des privés, fait son calcul pour faire son offre de charges foncières afin de sortir des logements sociaux compatibles avec le financement. A la Samaritaine, je reconnais que le prix de revient est élevé compte tenu des contraintes liées à un bâtiment inscrit. En revanche je ne pense pas que ce soit quatre fois plus cher que du logement social dans une ZAC. Après c est aussi un choix de mettre un peu d argent dans des projets de qualité. On négocie au quotidien avec La Samaritaine pour trouver un accord financier. Pour nous, cela fait partie des péréquations, des choses qui doivent s équilibrer. Nous avons également des opérations dans le 19 ème, dans le 20 ème et dans le 18 ème arrondissement qui, là, pour d autres raisons (la préservation d un patrimoine de type faubourien), coûtent aussi plus cher que le logement classique social neuf. QUESTION Est-ce qu il y a des grosses contraintes acoustiques dans ce projet? FRANÇOIS BRUGEL Pour la réhabilitation d une façon générale, la réglementation dit de faire au mieux de ce que vous pouvez faire. A la Samaritaine, la maitrise d ouvrage nous a demandé de mettre aux normes, en tout cas de s en approcher le plus. Nous bénéficions des conseils d un acousticien pour résoudre ces questions, en collaboration étroite avec l architecte. Par exemple, l acousticien veut du béton, l architecte non, et l ingénieur structure non plus. L architecte souhaite avoir du métal, car ce matériau est lié à l histoire du bâtiment et qu il présente en plus l avantage de la souplesse. Entre les deux, à nous de trouver une solution. C est ainsi que ce projet avance

14 pas à pas, avec à chaque moment une véritable question à résoudre. L acoustique en est une parmi d autres. A MARIE Combien allez-vous vendre ces logements au m²? Et savez-vous combien vous les vendriez s ils étaient sur du marché privé? MARIE Pour du privé, cela dépend de l étage. Un 7 ème exceptionnel étage avec vue sur le Louvre, sur l église Saint Germain l Auxerrois et la tour Eiffel, cela pourrait valoir dans un immeuble de standing, classé monument historique, aux alentours de euros du m². MMANUEL AILLE Et Paris Habitat, vous avez une idée du prix auquel vous voulez acheter? HELENE SCHWOERER Les règles de financement sont claires à Paris, sachant que la ville de Paris participe en moyenne à hauteur de euros par logement crées. L Etat en donne , la Région donne euros. Nos prix d achat se situent au niveau de 3600 le m². On comprend bien l intérêt politique, social, la fonction symbolique de la mixité, mais estce que vous-même, vous vous interrogez sur les limites de ce coût? HELENE SCHWOERER La Ville de Paris n irait jamais acheter des logements à ou euros du m² pour développer du logement social. Il y a des seuils qui ne sont jamais dépassés. Aujourd hui, pour des opérations très exceptionnelles et en pleine propriété, le prix d achat n excède pas du m². Il y a aussi des exceptions pour des produits spécifiques. Par exemple, la création d une résidence sociale rue d Aboukir, dans l immeuble qui appartient au ministère de la culture, et qui avait été massacré, le prix dépasse les /m² du logement familial, mais aussi parce qu il y a plus de prestations et des petites typologies. QUESTION Quel est le coût global du projet et le différentiel si cette opération avait été vendue à des promoteurs privés?

15 MARIE Aujourd hui, l investissement global est de l ordre de 450 millions d euros, valeur Ce coût inclus la construction mais également la rémunération des bureaux d études, les assurances ; donc effectivement il s agit de 450 millions hors prix du foncier. Si les logements avaient été vendus à un promoteur privé cela aurait été bien sûr beaucoup plus cher, car dans les arrondissements du centre de Paris, les logements neufs sont aujourd hui vendus à partir de euros du m². Je voudrais ajouter que le surcoût des logements sociaux est en partie financé par les promoteurs. Ainsi, quand ils vendent 50% de leur programme à 3600 euros aux bailleurs sociaux, ils répercutent ensuite le «manque à gagner» sur le prix de vente des logements libres. Au bout du compte, il est à craindre que Paris ne soit plus éligible qu aux très très riches et à ceux qui bénéficient du logement social, la classe moyenne étant quelque part un peu sacrifiée par ce système d équilibre. HELENE SCHWOERER QUESTION UESTION Si les promoteurs se battent tous aujourd hui pour construire à Paris, c est qu ils y trouvent largement leur compte. Pour l opération précédemment évoquée dans le 4 ème arrondissement, je connais exactement le coût d acquisition du terrain par le promoteur. Celui-ci lui permet des marges très confortables. En ce qui concerne le 16ème arrondissement, Sanaa a été interdit de logement social HELENE SCHWOERER Paris Habitat a l ambition de promouvoir la qualité architecturale et l innovation. Il y a quelques années, la Ville a transféré un terrain dans le XVIe arrondissement à Paris Habitat sur lequel il y avait un potentiel important. Un concours avait été lancé auprès de plusieurs architectes et c est l agence Sanaa qui avait alors été lauréate. Cependant, à cause des recours de certaines personnes qui semblent avoir beaucoup de moyens et du temps, le permis est tombé mais nous sommes tenaces. Je ne vous dis pas que c est gagné, mais nous ne lâcherons pas. Nous avons vraiment tous à cœur de travailler avec Sejima. Savez-vous chiffrer le coût de cette contestation? Le fait que ça soit repoussé? HELENE SCHWOERER Le terrain sur lequel a travaillé l agence Sanaa appartient à la Ville, ce qui en limite les conséquences. En revanche, sur l autre terrain qui est la gare d Auteuil, Paris Habitat fait tous les mois le bilan des frais de portage de ce terrain qui a été acheté à l Etat. In fine, ce sont plus de 400 logements sociaux bloqués dans le 16 ème et 350 logements privés (puisqu il s agit de programme mixte, comme à la Gare d Auteuil qui présente 50% de

16 social et 50% de privé). En l occurrence c est Paris Habitat qui a apporté le foncier pour le privé. Ce n est pas le seul projet bloqué puisque Varize-Murat, toujours dans le 16 ème connait le même sort. Nous n en savons pas plus sur la suite qui sera donnée.

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

Mise en copropriété des immeubles HLM

Mise en copropriété des immeubles HLM Mise en copropriété des immeubles HLM Opportunités et risques Soraya DAOU, architecte DPLG Sommaire Anah Enjeux de la vente HLM PLH et politique de l habitat Leviers L Anah L'Anah, établissement public

Plus en détail

Ordre du jour. Date et lieu. Participants

Ordre du jour. Date et lieu. Participants Ordre du jour Présentation et débat autour des grands principes du règlement et du zonage du projet de Plan local d urbanisme Date et lieu Mardi 19 mars 2013 de 18h30 à 20h30 à l espace Gérard Philipe.

Plus en détail

Vous avez l opportunité de devenir propriétaire

Vous avez l opportunité de devenir propriétaire Vous avez l opportunité de devenir propriétaire Une grande majorité des Français souhaitent acquérir leur logement car devenir propriétaire est synonyme de placement financier, de sécurité pour l avenir

Plus en détail

PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010

PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010 PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010 Les enjeux de l accession sociale PREAMBULE DANS LE CADRE DES ORIENTATIONS DEFINIES PAR LE PROTOCOLE D ACCORD D NATIONAL INTERPROFESSIONNEL ET

Plus en détail

Remise du 3000 Chèque Premier Logement

Remise du 3000 Chèque Premier Logement ème Remise du 3000 Chèque Premier Logement Vendredi 6 juillet 2012 à 11h30 Hémicycle Bargemon, 13002 Marseille I. Remise du 3000 ème Chèque Premier Logement II. III. IV. Le Chèque Premier Logement Un Engagement

Plus en détail

Intervention de Mme Christine BOUTIN. Présentation des grandes lignes du projet de loi «Plan d actions pour l accès au logement»

Intervention de Mme Christine BOUTIN. Présentation des grandes lignes du projet de loi «Plan d actions pour l accès au logement» Intervention de Mme Christine BOUTIN Ministre du Logement et de la Ville Conférence de presse jeudi 10 juillet 2008, 14h00 Présentation des grandes lignes du projet de loi «Plan d actions pour l accès

Plus en détail

MÉMO PRATIQUE JE CHERCHE UN LOGEMENT SOCIAL

MÉMO PRATIQUE JE CHERCHE UN LOGEMENT SOCIAL MÉMO PRATIQUE JE CHERCHE UN LOGEMENT SOCIAL Vous trouverez dans ce MÉMO PRATIQUE Dialoge des informations et des conseils qui vous aideront dans votre recherche de logement. Étape 1 Bien cibler votre recherche

Plus en détail

Se loger en Pays d Ancenis // Quel(s) habitat(s) pour quels habitants? L Habitat dans le PayS d AnceniS. LE locatif Social

Se loger en Pays d Ancenis // Quel(s) habitat(s) pour quels habitants? L Habitat dans le PayS d AnceniS. LE locatif Social Se loger en Pays d Ancenis // Quel(s) habitat(s) pour quels habitants? L Habitat dans le PayS d AnceniS LE locatif Social LE LOCATIF SOCIAL Les principes Locatif social, abordable, conventionné, etc :

Plus en détail

CHARTE SUR LES MUTATIONS INTERNES AU SEIN DU PARC SOCIAL

CHARTE SUR LES MUTATIONS INTERNES AU SEIN DU PARC SOCIAL CHARTE SUR LES MUTATIONS INTERNES AU SEIN DU PARC SOCIAL Introduction Avec 115 810 demandeurs d un logement HLM dont 91105 parisiens au 31 décembre 2008, l ampleur de la demande de logements sociaux exprimée

Plus en détail

Elaboration du PLH 2013-2019

Elaboration du PLH 2013-2019 Elaboration du PLH 2013-2019 Présentation du projet de PLH2 Communauté de Communes du Genevois Mars 2013 Programme Le PLH : qu est-ce que c est? Principales conclusions du diagnostic Objectifs quantitatifs

Plus en détail

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T Diagnostic 11 DIAGNOSTIC 2500 2000 1500 1000 500 0 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 Production neuve : nombre de logements par an entre 1999 et 2005 (point mort de production à 1 100 logements)

Plus en détail

ACCES AU LOGEMENT SOCIAL : GARANTIR L EGALITE

ACCES AU LOGEMENT SOCIAL : GARANTIR L EGALITE Analyse et recueil des bonnes pratiques Accès au logement social : garantir l égalité Janvier 2011 1. Nature de l action La Ville d Aubervilliers développe une politique de prévention des discriminations,

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

Maisons 2020. les cinq projets

Maisons 2020. les cinq projets D O S S I E R d e p r e s s e Maisons 2020 les cinq projets P L U R I A L L E F F O R T R É M O I S S E P R O J E T T E E N 2 0 2 0 Toujours soucieux d anticiper les évolutions à venir, Plurial L Effort

Plus en détail

CHARTE ARCHITECTURALE TYPOLOGIE, PROPORTIONS ET RYTHMES

CHARTE ARCHITECTURALE TYPOLOGIE, PROPORTIONS ET RYTHMES TYPOLOGIE,PROPORTION ET RYTHMES ELEMENTS REMARQUABLES DU BATI 1 Pignon Mur extérieur dont les contours épousent la forme des pentes d un comble. Dans les immeubles, même à toit plat, on a pris l habitude

Plus en détail

Permis de construire pour une maison individuelle et / ou ses annexes comprenant ou non des démolitions

Permis de construire pour une maison individuelle et / ou ses annexes comprenant ou non des démolitions Demande de Permis de construire pour une maison individuelle et / ou ses annexes comprenant ou non des démolitions N 13406*01 1/5 * Informations nécessaires à l instruction du permis Informations nécessaires

Plus en détail

Observatoire des marchés de l Habitat de l ADIL 93

Observatoire des marchés de l Habitat de l ADIL 93 Les primo accédants très modestes de Seine-Saint-Denis Extrait des données statistiques issues de l étude sur le Prêt à taux Zéro en 2010 (Juin 2012) Sources: DRIEA-IF selon SGFGAS/Exploitation ANIL/représentation

Plus en détail

Habitat participatif: le rôle des aménageurs et bailleurs sociaux. Sophie BARTH Chef du service juridique S.E.R.S.

Habitat participatif: le rôle des aménageurs et bailleurs sociaux. Sophie BARTH Chef du service juridique S.E.R.S. Habitat participatif: le rôle des aménageurs et bailleurs sociaux Sophie BARTH Chef du service juridique S.E.R.S. Petit rappel: qu est-ce qu un aménageur? Un aménageur est une société, publique ou privée,

Plus en détail

GEOGRAPHIE Thème 4 La France et l Europe dans le monde Question 2 La France dans la mondialisation

GEOGRAPHIE Thème 4 La France et l Europe dans le monde Question 2 La France dans la mondialisation GEOGRAPHIE Thème 4 La France et l Europe dans le monde Question 2 La France dans la mondialisation Cours 3 Paris, ville mondiale I. Un rayonnement planétaire 1. Une mégapole de rang mondial Par sa population,

Plus en détail

Un chez nous entre nous

Un chez nous entre nous Un chez nous entre nous Les propriétaires récents et anciens sont aujourd hui confrontés à des défis similaires. Pour certains, le défi consiste à trouver un espace séparé pour des membres de leur famille

Plus en détail

Opportunité d investissement n 13

Opportunité d investissement n 13 Opportunité d investissement n 13 EN BREF Objectif de collecte : 375 960 Montant de la part : 5 371 Nombre de parts : 70 Rendement annuel avant impôt : 7 % Type de bien : Commerce 28m² Localisation : Enghien-les-Bains

Plus en détail

REVISION DU PLU D ARCUEIL COMPTE RENDU DE L ATELIER PLU «ARCUEIL, UNE VILLE A TAILLE HUMAINE» DU 28 MAI 2015

REVISION DU PLU D ARCUEIL COMPTE RENDU DE L ATELIER PLU «ARCUEIL, UNE VILLE A TAILLE HUMAINE» DU 28 MAI 2015 REVISION DU PLU D ARCUEIL COMPTE RENDU DE L ATELIER PLU «ARCUEIL, UNE VILLE A TAILLE HUMAINE» DU 28 MAI 2015 Lieu : Hôtel de Ville Les intervenants : Max Staat Maire adjoint au Développement et renouvellement

Plus en détail

ARRA HLM Réseau des acteurs de la ville

ARRA HLM Réseau des acteurs de la ville ARRA HLM Réseau des acteurs de la ville «Des coûts de production du logement social en Rhône-Alpes aux enjeux partagés par les partenaires pour produire plus, mieux et abordable» Vendredi 26 juin 2009

Plus en détail

Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique. Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015

Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique. Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015 Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015 Logements neufs / logements d occasion 7 700 logements d occasion vendus en 2013 dans l aire urbaine

Plus en détail

B O O K D E P R E S E N T A T I O N : D E C O U V R I R L A R E S I D E N C E

B O O K D E P R E S E N T A T I O N : D E C O U V R I R L A R E S I D E N C E B O O K D E P R E S E N T A T I O N : D E C O U V R I R L A R E S I D E N C E D E C O U V R I R L A R E S I D E N C E : N O M B R E & T Y P O L O G I E D E S L O G E M E N T S TYPOLOGIE & SURFACES La typologie

Plus en détail

Paris, ville mondiale

Paris, ville mondiale Première S, géographie LMA, 2011-2012 Thème 4 La France et l Europe dans le monde Question 2 La France dans la mondialisation Paris, ville mondiale Cours 3 I Un rayonnement planétaire 1. Une mégapole de

Plus en détail

LE PLU et l article 55 de la loi SRU

LE PLU et l article 55 de la loi SRU LE PLU et l article 55 de la loi SRU Contexte réglementaire Inventaires et bilans communaux Perspectives 1- Contexte réglementaire : les clés pour bien comprendre Naissance de la loi SRU du 13 décembre

Plus en détail

ATELIER PARISIEN D URBANISME. Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation

ATELIER PARISIEN D URBANISME. Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation ATELIER PARISIEN D URBANISME Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation AVRIL 2015 Directrice de la publication : Dominique Alba Étude réalisée par : François Mohrt Sous la direction

Plus en détail

ASSOCIATION DEPARTEMENTALE Hlm D ILLE ET VILAINE

ASSOCIATION DEPARTEMENTALE Hlm D ILLE ET VILAINE ASSOCIATION DEPARTEMENTALE Hlm D ILLE ET VILAINE CONVENTION PARTENARIALE INTERBAILLEURS POUR LE RELOGEMENT DES LOCATAIRES CONCERNES PAR LES PROGRAMMES DE DEMOLITION ET DE RENOUVELLEMENT URBAIN SUR LE TERRITOIRE

Plus en détail

Le modèle économique du logement social

Le modèle économique du logement social a Le modèle économique du logement social Discussion L habitat dégradé et indigne en Ile-de-France OFCE, Journée d étude Étude : ville et publiée logement, en 4 février décembre 2011 2012 1 Le modèle économique

Plus en détail

RÉSIDENCE «U Shegaru»

RÉSIDENCE «U Shegaru» PORTO VECCHIO RÉSIDENCE «U Shegaru» COMMERCIALISATION EXCLUSIVE 1 SOMMAIRE Porto Vecchio - Corse du sud Résidence - Emplacement Prestations Pourquoi investir p.3 p.6 p.11 p.15 2 PORTO VECCHIO - CORSE DU

Plus en détail

ICF La Sablière réalise 70 logements sociaux dans des immeubles haussmaniens au cœur du 8 ème arrondissement de Paris

ICF La Sablière réalise 70 logements sociaux dans des immeubles haussmaniens au cœur du 8 ème arrondissement de Paris ICF La Sablière réalise 70 logements sociaux dans des immeubles haussmaniens au cœur du 8 ème arrondissement de Paris Dossier de presse, 23 février 2011 SOMMAIRE Page 3-4 : présentation de l opération

Plus en détail

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND RODEZ AMENAGEMENT DE LA ZAC COMBAREL

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND RODEZ AMENAGEMENT DE LA ZAC COMBAREL COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND RODEZ AMENAGEMENT DE LA ZAC COMBAREL COMMUNE DE RODEZ CESSION LOT B1- PROGRAMME IMMOBILIER RESIDENTIEL CONSULTATION DE PROMOTEURS ET D ARCHITECTES PHASE 1- CANDIDATURES

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES SUR LES VENTES HLM

CHARTE DES BONNES PRATIQUES SUR LES VENTES HLM CHARTE DES BONNES PRATIQUES SUR LES VENTES HLM 1. Introduction Le parc HLM existant : un des enjeux forts du second PLH Assurer une vigilance sur les politiques de ventes HLM est l un des volets prioritaires

Plus en détail

LE SERVICE URBANISME DE LA C.C. LOIRE SEMÈNE. QUELLE AUTORISATION POUR QUELS TRAVAUX? p. 6 à 11. + SES MISSIONS p. 2 à 3

LE SERVICE URBANISME DE LA C.C. LOIRE SEMÈNE. QUELLE AUTORISATION POUR QUELS TRAVAUX? p. 6 à 11. + SES MISSIONS p. 2 à 3 LE SERVICE URBANISME DE LA C.C. LOIRE SEMÈNE + SES MISSIONS p. 2 à 3 DÉFINITIONS UTILES p. 4 LES DIFFÉRENTS TYPES DE DEMANDES p. 5 QUELLE AUTORISATION POUR QUELS TRAVAUX? p. 6 à 11 LE SERVICE URBANISME

Plus en détail

LE MOST DU 17 e HEADQUARTERS

LE MOST DU 17 e HEADQUARTERS HEADQUARTERS LE MOST DU 17 e INVESCO REAL ESTATE FAIT APPEL À L AGENCE AXEL SCHOENERT ARCHITECTES POUR LA RESTRUCTURATION COMPLÈTE, LA MISE EN CONFORMITÉ ET L'ACCESSIBILITÉ DE SON IMMEUBLE SITUÉ AU 2,

Plus en détail

LES GRANDS ENJEUX DES POLITIQUES DE L HABITAT ET DU LOGEMENT

LES GRANDS ENJEUX DES POLITIQUES DE L HABITAT ET DU LOGEMENT LES GRANDS ENJEUX DES POLITIQUES DE L HABITAT ET DU LOGEMENT Séminaire PLH Caen la mer 07/11/2014 1 I. La place du logement et de l habitat dans le quotidien de nos concitoyens 2 LA PLACE DU LOGEMENT ET

Plus en détail

4450 rue St-Hubert, local 328, Montréal (Québec) H2J 2W9 Téléphone : (514) 527-3495 Télécopieur : (514) 527-6653 Courriel : clplateau@yahoo.

4450 rue St-Hubert, local 328, Montréal (Québec) H2J 2W9 Téléphone : (514) 527-3495 Télécopieur : (514) 527-6653 Courriel : clplateau@yahoo. 4450 rue St-Hubert, local 328, Montréal (Québec) H2J 2W9 Téléphone : (514) 527-3495 Télécopieur : (514) 527-6653 Courriel : clplateau@yahoo.ca Mémoire sur le Programme particulier d urbanisme (PPU) Du

Plus en détail

Icade inaugure la résidence «Auguste RODIN» Mardi 12 juillet 2011

Icade inaugure la résidence «Auguste RODIN» Mardi 12 juillet 2011 Icade inaugure la résidence «Auguste RODIN» Mardi 12 juillet 2011 LE TERRAIN : Localisation : Située au sud-ouest de Rennes, la commune de Saint-Jacques de la Lande pénètre largement intrarocade et se

Plus en détail

Foncier, logements abordables et stratégie de développement économique dans le Grand Genève Français

Foncier, logements abordables et stratégie de développement économique dans le Grand Genève Français Foncier, logements abordables et stratégie de développement économique dans le Grand Genève Français 1. SYNTHÈSE Juillet 2015 Réalisé avec le support de : ARC note de synthèse juillet 2015 page 1 LE Le

Plus en détail

Parlons vrai, créons ensemble. www.groupe-sodec.com

Parlons vrai, créons ensemble. www.groupe-sodec.com www.groupe-sodec.com Accompagner les projets des villes et des territoires Nos projets de centres commerciaux sont aussi les vôtres. La confiance et l écoute réciproques sont les meilleurs garants de leur

Plus en détail

Les pratiques de stationnement automobile des habitants de la grande agglomération toulousaine

Les pratiques de stationnement automobile des habitants de la grande agglomération toulousaine Enquête Ménages Déplacements 213 Les pratiques de stationnement automobile des habitants de la grande agglomération toulousaine Le poids de l histoire L avènement de la voiture s est accompagné d une offre

Plus en détail

Inauguration du programme Gambetta Mardi 10 novembre 2015

Inauguration du programme Gambetta Mardi 10 novembre 2015 Inauguration du programme Gambetta Mardi 10 novembre 2015 Aujourd hui, Nantes Habitat inaugure le programme neuf «Gambetta» composé de 56 logements locatifs sociaux, de 4 locaux d activités, une résidence

Plus en détail

Rapport d utilitésociale

Rapport d utilitésociale Rapport d utilitésociale 2013 RAPPORT D UTILITÉ SOCIALE 2013-3 Aiguillon construction, c est : Une Entreprise Sociale pour l Habitat implantée dans l ouest depuis 1902. Filiale du groupe Arcade, Aiguillon

Plus en détail

ETUDE URBAINE ET PAYSAGERE PRE-OPERATIONNELLE DU CŒUR DE LANSLEVILLARD, DU QUARTIER DE LA MAIRIE ET DE LA RUE ST ROCH

ETUDE URBAINE ET PAYSAGERE PRE-OPERATIONNELLE DU CŒUR DE LANSLEVILLARD, DU QUARTIER DE LA MAIRIE ET DE LA RUE ST ROCH CAHIER DES CHARGES Commune de Lanslevillard MAI 2013 ETUDE URBAINE ET PAYSAGERE PRE-OPERATIONNELLE DU CŒUR DE LANSLEVILLARD, DU QUARTIER DE LA MAIRIE ET DE LA RUE ST ROCH SOMMAIRE 1/ Modalités d intervention

Plus en détail

Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban. Forum ANRU du 28 mars 2006

Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban. Forum ANRU du 28 mars 2006 Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban Forum ANRU du 28 mars 2006 1 Préambule Montauban, face à un enjeu classique : devenir une banlieue de Toulouse ou s affirmer comme pôle d équilibre

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social LOGEMENT SOCIAL - Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : aucun - Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 2 Offices publics de l Habitat (Département de Loire Atlantique et

Plus en détail

Charte de relogement de l ensemble résidentiel Fulton - Paris 13 e. Charte de relogement de l ensemble Résidentiel Fulton Paris 13 e

Charte de relogement de l ensemble résidentiel Fulton - Paris 13 e. Charte de relogement de l ensemble Résidentiel Fulton Paris 13 e Charte de relogement de l ensemble résidentiel Fulton - Paris 13 e Charte de relogement de l ensemble Résidentiel Fulton Paris 13 e Entre - La Ville de Paris représentée par le directeur de cabinet de

Plus en détail

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux 1 Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13 I Etat des lieux Le parc d ateliers «publics» loués aux artistes contemporains à Marseille est de : - 10 ateliers

Plus en détail

Le Secteur du Logement en France 2013 : Activité et Données de Cadrage. Dernières tendances et perspectives

Le Secteur du Logement en France 2013 : Activité et Données de Cadrage. Dernières tendances et perspectives Le Secteur du Logement en France : Activité et Données de Cadrage Dernières tendances et perspectives Septembre Depuis le début de l année, l activité immobilière se dégrade progressivement, et ce tant

Plus en détail

ATELIER N 2 Identification et programmation des produits logement

ATELIER N 2 Identification et programmation des produits logement ATELIER N 2 Identification et programmation des produits logement SOMMAIRE Rappel du diagnostic La programmation logements La programmation locative sociale Les publics spécifiques Rappel du diagnostic

Plus en détail

47. MIRADOR 40 29 15 N - 03 39 16 W MVRDV - Madrid - Espagne 2005

47. MIRADOR 40 29 15 N - 03 39 16 W MVRDV - Madrid - Espagne 2005 47. MIRADOR 40 29 15 N - 03 39 16 W MVRDV - Madrid - Espagne 2005 0 25 50 150 LE TOTEM DU QUARTIER A une demi-heure du centre ville de Madrid, le quartier de Sanchinarro est sorti de terre en 2000 et est

Plus en détail

Questions aux têtes de liste posées par les 3 Fédérations de locataires CNL ; CLCV ; CSF

Questions aux têtes de liste posées par les 3 Fédérations de locataires CNL ; CLCV ; CSF Questions aux têtes de liste posées par les 3 Fédérations de locataires CNL ; CLCV ; CSF Réponse de la Liste Grenoble Une ville pour tous, conduite par Eric Piolle 1/ RENOVER L HABITAT Les logements les

Plus en détail

Projet de loi Habitat pour tous

Projet de loi Habitat pour tous Ministère du logement Novembre 2004 Projet de loi Habitat pour tous 1. Urbanisme et foncier L objectif est de favoriser la construction de logements, en particulier pour la réalisation du volet logement

Plus en détail

RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES COMMUNALES

RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES COMMUNALES RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES COMMUNALES AU RAVALEMENT DE FACADES PREAMBULE Depuis de nombreuses années, la Ville de Vincennes s implique fortement dans la réhabilitation patrimoniale de ses quartiers

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION DE L AGGLOMERATION COTE BASQUE- ADOUR

REGLEMENT D INTERVENTION DE L AGGLOMERATION COTE BASQUE- ADOUR REGLEMENT D INTERVENTION DE L AGGLOMERATION COTE BASQUE- ADOUR RELATIF AU LOGEMENT AIDE VOLET LOGEMENT LOCATIF SOCIAL LOCATIF Janvier 2011 I- Le logement locatif social public..p.3 I-1. Les logements familiaux

Plus en détail

Plan de présentation PROJETS EXEMPLAIRES :

Plan de présentation PROJETS EXEMPLAIRES : Plan de présentation PROJETS EXEMPLAIRES : 1. - VENISE 2. - GRENOBLE 3. - BORDEAUX 4. - BERLIN 5. - STRASBOURG 6. - COPENHAGUE 7. - ALMERE 1e ÉTAPE VENISE QUARTIER JUNGHANS ÎLE DE LA GIUDECCA VENISE QUARTIER

Plus en détail

Ville de Rosny sous Bois Elaboration du PLH 2013 2018 Programme d actions

Ville de Rosny sous Bois Elaboration du PLH 2013 2018 Programme d actions Ville de Rosny sous Bois Elaboration du PLH 2013 2018 Programme d actions Mars 2013 Ville de Rosny sous Bois Programme d actions PLH 2013 2018 Page 2 Sommaire 1 Déclinaison du programme d actions selon

Plus en détail

La Communauté urbaine de Dunkerque au service du logement social et de la rénovation de l habitat privé

La Communauté urbaine de Dunkerque au service du logement social et de la rénovation de l habitat privé Communiqué de Presse Dunkerque, lundi 4 avril 2005 La Communauté urbaine de Dunkerque au service du logement social et de la rénovation de l habitat privé Michel Delebarre, Ancien Ministre d Etat, Député-Maire

Plus en détail

La politique foncière au service du logement social. La politique foncière au service du logement social Intervention du 26 mai 2010

La politique foncière au service du logement social. La politique foncière au service du logement social Intervention du 26 mai 2010 La politique foncière au service du logement social Intervention du 26 mai 2010 23/04/2009 La communauté Urbaine de Lyon a voté en décembre 2006 son 2 ième Programme Local de l Habitat 2007 / 2012 Rappel

Plus en détail

Mi-2004, les résidences principales représentent

Mi-2004, les résidences principales représentent 5 LOGEMENT PRÉSENTATION Mi-2004, les résidences principales représentent près de 83 % des logements bourguignons et parmi elles, près des deux tiers sont des maisons individuelles. En proportion, ces dernières

Plus en détail

" Pourquoi les bailleurs sociaux ne construisent-ils plus assez de logements sociaux? "

 Pourquoi les bailleurs sociaux ne construisent-ils plus assez de logements sociaux? 1 ASSOCIATION «UN CENTRE VILLE POUR TOUS» Le 4 ème débat organisé dans le cadre des "Rendez-vous d'un Centre-Ville Pour Tous" pour l'année 2013-2014 porte sur le thème : " Pourquoi les bailleurs sociaux

Plus en détail

Assistance pour la modification du Plan Local d Urbanisme. 17 novembre 2014. Atelier Habitat - Equipement. Révision du. Plan Local.

Assistance pour la modification du Plan Local d Urbanisme. 17 novembre 2014. Atelier Habitat - Equipement. Révision du. Plan Local. Atelier Habitat - Equipement 17 novembre 2014 Assistance pour la modification du Plan Local d Urbanisme Révision du Plan Local d Urbanisme 1 Situation et structuration Plan réalisé par CAZAL Source : Département

Plus en détail

Commentaires sur le projet de réaménagement de l ancienne gare-hôtel Viger

Commentaires sur le projet de réaménagement de l ancienne gare-hôtel Viger Commentaires sur le projet de réaménagement de l ancienne gare-hôtel Viger Consultations publiques menées par l Office de consultation publique de Montréal 22 novembre 2007 1. Présentation d Héritage Montréal

Plus en détail

La démarche de conception et de concertation

La démarche de conception et de concertation Ont contribué à cet atelier : Paris Batignolles Aménagement : Catherine CENTLIVRE, Marie JOUDINAUD, Corinne MARTIN Atelier Grether : François GRETHER DAC communication : Gaëlle BARBE et Gilles VRAIN. Environ

Plus en détail

La mutualisation du stationnement

La mutualisation du stationnement La mutualisation du stationnement Eric GANTELET, Président SARECO SARECO est un bureau d études spécialisé sur les questions de stationnement qui conseille les collectivités territoriales depuis la définition

Plus en détail

Libérez la valeur de votre résidence.

Libérez la valeur de votre résidence. CHIPMC hypothèque inversée Libérez la valeur de votre résidence. Guide de prêts hypothécaires inversés 2 Banque HomEquity MD Cher propriétaire, Lorsque nous rêvons de notre retraite, la plupart d entre

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME MODIFICATION SIMPLIFIEE

PLAN LOCAL D URBANISME MODIFICATION SIMPLIFIEE DEPARTEMENT DU NORD PLAN LOCAL D URBANISME MODIFICATION SIMPLIFIEE NOTICE EXPLICATIVE Approbation : Vu pour être annexé à la délibération du Conseil Municipal en date du : Ville de Valenciennes Direction

Plus en détail

2 nd Réunion publique. Vieux bourg de Lormont : comment le mettre en valeur? 9 février 2015 salle Castelldefels

2 nd Réunion publique. Vieux bourg de Lormont : comment le mettre en valeur? 9 février 2015 salle Castelldefels 2 nd Réunion publique Vieux bourg de Lormont : comment le mettre en valeur? 9 février 2015 salle Castelldefels Le cadre réglementaire La loi Grenelle II du 12 juillet 2010 impose la transformation des

Plus en détail

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Préambule La convention de mixité sociale est prévue à l article 8 de la loi de Programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

changez vos menuiseries et faites des économies!

changez vos menuiseries et faites des économies! changez vos menuiseries et faites des économies! AIDES FINANCIÈRES POUR LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2014 The world looks better Remplacez vos menuiseries par des fenêtres aluminium et

Plus en détail

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites»

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Etudier le patrimoine urbain et architectural avec des élèves du secondaire, en relation avec les ressources de la CAPA 1. Sensibiliser

Plus en détail

ACCES AU LOGEMENT ET SITUATION DE HANDICAP

ACCES AU LOGEMENT ET SITUATION DE HANDICAP ACCES AU LOGEMENT ET SITUATION DE HANDICAP REVENDICATION DE L APF Octobre 2010 Le logement constitue un droit fondamental : il permet de disposer d un habitat et il conditionne l ouverture à des démarches

Plus en détail

Passages Pasteur, Lancement des travaux de construction 19 avril 2013

Passages Pasteur, Lancement des travaux de construction 19 avril 2013 DOSSIER DE PRESSE Passages Pasteur, Lancement des travaux de construction Contacts VILLE DE BESANÇON Direction de l'urbanisme et de l'habitat Franck BOURGAIGNE 03 81 61 52 86 Contact presse Laurence DEFEUILLE

Plus en détail

Book Commercial // Bordeaux

Book Commercial // Bordeaux Book Commercial // Bordeaux Résidence Services Seniors Domitys Infos pratiques Nom de la résidence : Le Millésime Adresse : Rue Ouagadougou, ZAC des bassins à Flots, 33 000 Bordeaux Nombre de lots : 143

Plus en détail

Etude Habitat - Cadre de vie Foncier

Etude Habitat - Cadre de vie Foncier Bassin de vie De Nailloux Etude Habitat - Cadre de vie Foncier Diagnostic et enjeux septembre 2011 Sommaire Evolutions démographiques et économiques Dynamiques démographiques et économiques Mobilités domicile-travail

Plus en détail

La nouvelle place de l habitant

La nouvelle place de l habitant FORUM DES NOUVEAUX ENJEUX ET BESOINS DE LA VILLE La nouvelle place de l habitant 24 et 25 novembre 2012 Lille Grand Palais Synthèse de la conférence Sommaire La nouvelle place de l habitant... 3 L association

Plus en détail

INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 01 2013 OBJET. 1/Le plafond de loyer à appliquer afin de pouvoir bénéficier du dispositif Duflot

INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 01 2013 OBJET. 1/Le plafond de loyer à appliquer afin de pouvoir bénéficier du dispositif Duflot INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 01 2013 RUBRIQUE Fiscalité Décret 2012-1532 du 29 déc. 2012 NOR : ETLL1240760D Journal officiel du 30 déc. 2012 Loi de finances pour 2013 du 29 déc. 2012 NOR : EFIX1234869L

Plus en détail

SDIS DES ALPES MARITIMES Mise en place du système d alerte ARTEMIS Interview du Commandant Ruggieri. Société d Informatique et de Systèmes

SDIS DES ALPES MARITIMES Mise en place du système d alerte ARTEMIS Interview du Commandant Ruggieri. Société d Informatique et de Systèmes Mise en place du système d alerte ARTEMIS Interview du Commandant Ruggieri Société d Informatique et de Systèmes SIS Immeuble Informatique l Eden et Office, systèmes 2 rue de l Egalité 25, 92748 avenue

Plus en détail

Logement Le Secteur Protégé

Logement Le Secteur Protégé Logement Le Secteur Protégé V 29.04.2013 IMSEE Avril 2013 2 Cette étude a été réalisée par l IMSEE à la demande de S.E. M. le Ministre d Etat suite à une recommandation formulée par le Conseil Scientifique

Plus en détail

Livret d accompagnement

Livret d accompagnement Livret d accompagnement Bien penser son projet... Construire ensemble le patrimoine de demain... Sommaire Qui êtes-vous? Quelle maison imaginez-vous? Premiers pas sur le terrain Les caractéristiques du

Plus en détail

Résidence «10-12 rue Bonnet» 92110 Clichy 38 logements locatifs sociaux Un local commercial Une extension des locaux du club de billard

Résidence «10-12 rue Bonnet» 92110 Clichy 38 logements locatifs sociaux Un local commercial Une extension des locaux du club de billard Résidence «10-12 rue Bonnet» 92110 Clichy 38 logements locatifs sociaux Un local commercial Une extension des locaux du club de billard 1 ère pierre, le 19 novembre 2014 à 11 h 30 Novembre 2014 Les dernières

Plus en détail

La SEMAEST, opérateur commercial des quartiers

La SEMAEST, opérateur commercial des quartiers La SEMAEST, opérateur commercial des quartiers De l aménagement urbain au développement économique La SEMAEST, Société d économie mixte de la Ville de Paris, spécialisée dans La SEMAEST, Société d économie

Plus en détail

LE MARCHE DE LA RENOVATION

LE MARCHE DE LA RENOVATION 21èmes Journées d Etudes Professionnelles de la Fédération des Promoteurs Immobiliers LE MARCHE DE LA RENOVATION 9 février 2011 Hôtel Méridien Etoile Paris 17 ème 21èmes Journées d Etudes Professionnelles

Plus en détail

Parc résidentiel: des solutions adaptées à la typologie

Parc résidentiel: des solutions adaptées à la typologie Parc résidentiel: des solutions adaptées à la typologie A. De Herde 1 1. Typologie du logement wallon (dans le cadre du projet de recherche LEHR, mené conjointement par la PHP, le CSTC et l UCL, financé

Plus en détail

2005/5479 - Procédure de délégation de service public de la fourrière pour automobiles - Désignation du délégataire

2005/5479 - Procédure de délégation de service public de la fourrière pour automobiles - Désignation du délégataire 2005/5479 - Procédure de délégation de service public de la fourrière pour automobiles - Désignation du délégataire ( Direction Régulation Urbaine) (BMO du 22/08/2005, p. 1395) Rapporteur : M. TETE Etienne

Plus en détail

DEVENEZ ACTEUR DU LOGEMENT SOCIAL EN VAUCLUSE

DEVENEZ ACTEUR DU LOGEMENT SOCIAL EN VAUCLUSE - Document réalisé par la Direction Départementale de l Équipement de Vaucluse - Décembre 2008 - www.vaucluse.equipement-agriculture.gouv.fr DEVENEZ ACTEUR DU LOGEMENT SOCIAL EN VAUCLUSE SOMMAIRE 2 Le

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS. 1 Q Est-ce que les étrangers peuvent acheter des propriétés au Vanuatu? 2 Q Y a-t-il des terrains en propriété libre au Vanuatu?

FOIRE AUX QUESTIONS. 1 Q Est-ce que les étrangers peuvent acheter des propriétés au Vanuatu? 2 Q Y a-t-il des terrains en propriété libre au Vanuatu? FOIRE AUX QUESTIONS 1 Q Est-ce que les étrangers peuvent acheter des propriétés au Vanuatu? R Oui. Il n y a aucune restriction à ce qu un étranger achète une (des) propriété(s). Il se peut qu un non citoyen

Plus en détail

VILLE DE SAINT-MAIXENT L ECOLE PROJET DE REVITALISATION DU CENTRE-BOURG. COMITE DE PILOTAGE N 1 Mercredi 13 mai 2015

VILLE DE SAINT-MAIXENT L ECOLE PROJET DE REVITALISATION DU CENTRE-BOURG. COMITE DE PILOTAGE N 1 Mercredi 13 mai 2015 VILLE DE SAINT-MAIXENT L ECOLE PROJET DE REVITALISATION DU CENTRE-BOURG COMITE DE PILOTAGE N 1 Mercredi 13 mai 2015 L APPEL A MANIFESTATION D INTERET Rappel de la démarche Un programme concernant les communes

Plus en détail

Fiche communale BOURG LES VALENCE

Fiche communale BOURG LES VALENCE Fiche communale BOURG LES VALENCE Synthèse de l entretien en commune du 30 juin 2011 CARACTERISTIQUES GENERALES DE LA COMMUNE La ville de Bourg les Valence est traversée par différents axes de communication

Plus en détail

Conditions d éligibilité pour l accession à la propriété d un logement du programme accession abordable

Conditions d éligibilité pour l accession à la propriété d un logement du programme accession abordable Conditions d éligibilité pour l accession à la propriété d un logement du programme accession abordable L acquéreur dispose de ressources ne dépassant pas les plafonds de ressources retenus pour bénéficier

Plus en détail

Dossier n 24 L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS?

Dossier n 24 L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS? P É R I SSOL, BESSON, ROBIEN QUE SONT DEVENUS L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS? 79 80 Dossier n 24 Introduction Cette partie résume une étude de l OLAP réalisée en 2010 pour la DRIHL (Direction Régionale

Plus en détail

Guide pratique pour l urbanisme

Guide pratique pour l urbanisme Guide pratique pour l urbanisme Plan Local d Urbanisme - P.L.U. La commune de La Mure est soumise à un Plan Local d'urbanisme approuvé le 23 février 2010, actuellement en cours de modification. Vous pouvez

Plus en détail

Résidences seniors : une alternative à développer

Résidences seniors : une alternative à développer Résidences seniors : une alternative à développer IStock - YvanDube Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays. Afin

Plus en détail

Chapitre 1A, Québec, une ville patrimoniale (p.266 à p. 277)

Chapitre 1A, Québec, une ville patrimoniale (p.266 à p. 277) Chapitre 1A, Québec, une ville patrimoniale (p.266 à p. 277) Section 1 : Définition de Patrimoine (p.266) _ Patrimoine : Exemple : Toutes choses connectées à l histoire, l héritage, et la culture d un

Plus en détail

L O G E M E N T S O C I A L

L O G E M E N T S O C I A L L O G E M E N T S O C I A L OUTILS ET PUBLICS Juillet 2013 1 L HABITAT SOCIAL : UN ENJEU MAJEUR EN PAYS D AIX Une compétence obligatoire L «Equilibre social de l habitat» est l une des 4 compétences obligatoires

Plus en détail

«PÉRISSOl, BESSON, ROBIEN...

«PÉRISSOl, BESSON, ROBIEN... 11 2010 R EPÈRES CONSTRUIRE «PÉRISSOl, BESSON, ROBIEN... Que sont devenus les logements locatifs neufs?» UNE EXPLOITATION CONJOINTE DE FILOCOM ET DE LA BASE DE LOYERS DE L OLAP AUTEURS GENEVIÈVE PRANDI,

Plus en détail