LABORATOIRE IUSTI UMR 6595

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LABORATOIRE IUSTI UMR 6595"

Transcription

1 LABORATOIRE IUSTI UMR 6595 PROJET SCIENTIFIQUE DE L UNITE

2 2

3 SOMMAIRE I- PROGRAMME GÉNÉRAL 5 I-1 PREAMBULE 7 I-2 AUTOANALYSE 8 I-3 PROJET ET OBJECTIFS SCIENTIFIQUES DE L UNITE 12 I-4 MOYENS MIS EN ŒUVRE POUR LA REALISATION DU PROJET 15 II- PROJET SCIENTIFIQUE PAR AXE 19 II-1 AXE PHYSIQUE DES TRANSFERTS 21 II-2 AXE ECOULEMENTS COMPRESSIBLES, ONDES DE CHOC ET INTERFACES 29 II-3 AXE COMBUSTION ET RISQUES 33 II-4 AXE MILIEUX DIVISES 37 III- ACTIVITES DE RECHERCHE TRANSVERSES 41 III-1 BIOMECANIQUE : BIOMECANIQUE ET MODELES POUR LA MEDECINE ET LA BIOLOGIE 43 III-2 DIAGNOSTICS OPTIQUES 45 III-3 GENIE CIVIL 47 3

4 4

5 I. PROGRAMME GENERAL DE L UNITE 5

6 6

7 I. PROGRAMME GENERAL DE L UNITE I.1 PREAMBULE Le Laboratoire IUSTI, UMR 6595 est une unité mixte de recherche de l'université de Provence (tutelle principale), de l Université de la Méditerranée et du CNRS. Le laboratoire doit son nom à l école d ingénieur IUSTI créée en 1985 lorsque ces deux entités étaient fortement imbriquées. En 2000, cette école est devenue le département de «Mécanique-Energétique» de l école Polytech Marseille (EPUM), membre du réseau national des onze Ecoles Polytechniques Universitaires. Le laboratoire IUSTI a connu des évolutions au cours de ce quadriennal dans un contexte de changements importants des structures et de l organisation de la recherche au niveau national. Un renouvellement important des ressources humaines a eu lieu suite au départ de personnes qui ont fait valoir leurs droits à la retraite et à une restructuration du laboratoire. Cela a été l occasion de structurer le laboratoire sur des thématiques scientifiques relevant pour l essentiel de la section 10 du CoNRS de l Institut National des Sciences de l Ingénerie et des Systèmes et des sections 60 et 62 du Comité National des Universités. Plusieurs activités de recherche ont atteint maintenant une reconnaissance au niveau national et international. Elles se manifestent par plusieurs indicateurs et, en particulier, par de nombreuses collaborations formalisées ou non, entre les établissements, suivant le degré de maturité des échanges. Les domaines de recherche concernent pour l essentiel : la physique des transferts, les écoulements compressibles, polyphasiques et réactifs, les ondes de chocs, les détonations et les milieux divisés. La dynamique du laboratoire se manifeste également par de nouvelles thématiques de recherche en émergence dans les domaines en relation avec le milieu vivant comme la biologie et la santé et avec le génie civil. Tous ces développements sont réalisés en cohérence avec l environnement scientifique et technique du pôle de l étoile (Technopôle de Château Gombert et Faculté des Sciences de Jérôme). L élaboration d un projet à 4 et 8 ans n est pas une tâche facile. En effet des bouleversements importants du paysage de la recherche au niveau international, national et local sont en cours et vont sans doute remodeler l environnement de la recherche dans les années futures. Les mises en place de l ANR, de l AERES, d OSEO, du FUI, des pôles de compétitivités (CAPENERGIE, MER, SCS, ) contribuent à ce nouvel environnement. Deux événements récents vont impacter le développement du laboratoire dans le prochain quadriennal. Pour le premier, Il s agit de la mise en place de la fédération de Mécanique-Energétique regroupant les quatre laboratoires IRPHE, IUSTI, LMA et le M2P2 avec corrélativement le déménagement du LMA sur le site de Château- Gombert. Ce nouveau dispositif donnera une lisibilité internationale accrue de la Mécanique-Energétique sur Aix-Marseille. Le second événement est relatif à l initiative d excellence lancée par le gouvernement en Le laboratoire a pris une part importante dans l élabortation de ce nouveau dispositif pour les équipements (Projet de mésogrille Equipex dans le cadre du Grand Emprunt), les laboratoires d excellence et de l Institut d excellence sur les énergies décarbonées. 7

8 Ces différentes structures en constante évolution sont une bonne opportunité, mais qui nécessite une vigilance pour maintenir une bonne cohésion du laboratoire. A ces changements récents, il faut rajouter que le paysage universitaire d Aix- Marseille va également évoluer et voir l émergence de l université d Aix-Marseille qui sera le regroupement des trois universités actuelles. Ce choix, exprime la volonté de donner une nouvelle dimension à l université d Aix-Marseille. Elle engendrera des dynamiques nouvelles au niveau régional et international, en particulier avec les pays de la rive sud de la Méditerranée. Par conséquent, c est dans un contexte d un paysage en pleine mutation que le laboratoire IUSTI inscrit son projet pour le prochain quadriennal. Avant de détailler ce projet nous commençons par présenter une auto analyse s appuyant sur le bilan Elle guidera les évolutions nécessaires à mettre en œuvre pour la réalisation du projet scientifique. I.2. AUTO-ANALYSE Le laboratoire a, depuis ses origines, connu plusieurs évolutions de ses personnels, des thématiques de recherche, et de sa structuration. Actuellement son coeur de métier est centré sur la mécanique-énergétique en relation avec d autres disciplines comme la physique, les mathématiques appliquées, et la biologie. Il a maintenant atteint un degré de maturité qui lui permet d avoir un niveau de reconnaissance international. Celle-ci est due à plusieurs effets combinés qui sont principalement : -le souci de maintenir un bon équilibre entre les recherches amont et les recherches en relation avec les activités aval, -une bonne sensibilité au triptique : recherche, formation, valorisation. -un renouvellement des sujets de recherche et une remise en question permanente des méthodes d analyses. Cette culture «IUSTI» se traduit aujourd hui par des retombées qui se situent à plusieurs niveaux comme une bonne attractivité, un niveau scientifique de qualité et en constante évolution, une bonne implication dans les différentes instances et commissions au niveau local et national,. Sur la base du bilan scientifique effectué, nous présentons ci-dessous l auto-analyse déclinée en quatre points. 1. Les points forts La recherche : Pour les raisons évoquées précédemment, le laboratoire possède maintenant une bonne dynamique de recherche avec des thématiques d avenir s appuyant sur un fort potentiel de recherche. Au cours de ce quadriennal nous avons renforcé les axes de recherche du laboratoire au nombre de quatre : physique des transferts, écoulements compressibles - ondes de choc et interfaces, combustion et risques, milieux divisés. Les ressources humaines : Au cours de la période , suite à de nombreux départs à la retraite, il y a eu 9 recrutements de jeunes maîtres de conférences et 1 chargé de recherche CNRS. Il y a eu une très bonne reconnaissance des personnels ITA et IATOS. Elle s est 8

9 concrétisée par des promotions au choix (5) et par des réussites aux concours internes (2). Par ailleurs un effort important de mutualisation des personnels techniques et administratifs a été réalisé. Visibilité, attractivité du laboratoire et relations internationales Le laboratoire possède actuellement une bonne visibilité, aux niveaux national et international dans les différents domaines de recherche, qui se concrétise par de nombreuses actions. Cette visibilité s accompagne d une attractivité du laboratoire qui s est traduite par l obtention d une chaire CNES, l engagement de post-doctorants, le séjour de plusieurs chercheurs étrangers, et une implication de personnes dans les instances aux niveaux local, national et international (Université, Ecole, CoNRS, CNU, AERES, ESF, ESA ). Au plan international, le laboratoire développe de nombreuses relations internationales qui sont en forte croissance. Elles se sont concrétisées par l accueil de doctorants en co-tutelle, l invitation et la visite de nombreux professeurs invités, et des collaborations formalisées. Formation Dès son origine, le laboratoire était fortement imbriqué avec l école d ingénieur IUSTI «Institut Universitaire des Systèmes Thermiques Industriels». L implication s est renforcée au fil des années et se traduit actuellement par une forte participation dans les enseignements, et la gouvernance des différentes formations (ED, Ecole d ingénieur, Master, ). Le laboratoire est tout naturellement adossé aux structures de formations de différents niveaux (ED, Masters, Ecole d ingénieur Polytech Marseille, Licences, IUT). Valorisation Le laboratoire a toujours été bien impliqué dans la valorisation. Il développe des relations avec le tissu industriel et aussi avec plusieurs organismes de recherche comme le CEA, l ONERA, le CNES, le CEMAGREF, Les actions de valorisation se concrétisent par près de 70 contrats de collaboration avec les entreprises et le monde socio-économique et par la création de 4 start-up. Les activités de recherche du laboratoire ont un fort potentiel d applications. Les domaines les plus en vue à l heure actuelle sont l énergie, l environnement et les risques, l aéronautique et l espace. 2. Points faibles Aux points forts, résultant d un effort accru des membres du laboratoire, nous présentons ci-dessous les points faibles qui sont essentiellement liés aux ressources humaines. Nous déclinons les différents points faibles qui retiennent notre attention pour les années futures. Les ressources humaines : -Le recrutement de chercheurs CNRS reste faible malgré les efforts réalisés. Ce point est vital dans le dispositif actuel d un laboratoire de recherche de type UMR. 9

10 -Pour les Jeunes Maitres de Conférences, beaucoup de charges administratives leurs sont confiées. Elles deviennent très vite pénalisantes car elles sont souvent faites au détriment des activités de recherche. -Le nombre de doctorants reste insuffisant par rapport au potentiel d encadrement du laboratoire. Ce point a été corrigé au cours des deux dernières années et un effort important a été engagé pour atteindre des niveaux de recrutements satisfaisants. Un flux annuel de 20 doctorants serait idéal pour le laboratoire. -L autre point concerne la parité homme femme qui reste toujours en fort déséquilibre. -Le dernier point est lié à la forte réduction des moyens pour l accueil de chercheurs invités. La disponibilité offerte par l université depuis de nombreuses années s est fortement réduite et de nouvelles sources de financement sont à trouver pour maintenir cette action importante rythmant la vie scientifique du laboratoire. 3. Opportunités Paysage de la recherche en pleine mutation Le paysage de la recherche subit actuellement de profondes mutations. C est l occasion de formidables opportunités qui s offrent au laboratoire pour mener de nouvelles dynamiques. Voici listé ci-dessous les principales opportunités pour lequelles le laboratoire est fortement impliqué : -La fusion des trois Universités d Aix-Marseille va donner lieu à l université unique dès le prochain quadriennal. Cette opération d envergure permettra le regroupement des sciences qui va engendrer une nouvelle dimension et une structuration plus harmonieuse: homogénéisation des statuts, nouvelles dynamiques de recherche et de collaboration, simplification des procédures administratives, -La mise en place de la fédération de recherche de Mécanique-Energétique avec l émergence d un pôle d un niveau international dans ce domaine (projet de laboratoire d excellence). Cette fédération, qui regroupera les quatre laboratoires IRPHE, IUSTI, LMA, M2P2, envisage de postuler pour le label de laboratoire d excellence dans le projet du grand emprunt. -Le grand emprunt est une bonne opportunité que le laboratoire devra saisir pour son développement. Actuellement notre unité est partie prenante du projet de laboratoire d excellence en «Mécanique-Energétique» qui sera porté dans le cadre de la fédération des quatre laboratoires, de la demande d équipement d une grille de calcul et, de celle de la création d un Institut d excellence sur les énergies décarbonées. Recherche du laboratoire - Le laboratoire souhaite développer de nouvelles activités de recherche en relation avec le génie civil et la biomécanique. Ces deux activités associées à celle des diagnostics optiques sont transverses aux quatre axes de recherches. C est une opportunité intéressante pour renforcer des collaborations et générer de nouvelles dynamiques entre les chercheurs et enseignants chercheurs des différents axes du laboratoire. Pour le génie civil, la Commission des Titres d Ingénieurs (CTI) a fortement insisté sur le développement de recherches dans le domaine pour appuyer la formation en génie civil de l école Polytech Marseille notamment sur les aspects granulaires. 10

11 Collaborations et relations internationales - Il y a une forte demande de collaboration et de formation par la recherche dans les domaines où le laboratoire possède des compétences reconnues (Brésil, EU, Canada, Inde, Chine, Maghreb, Australie, ) -Les acteurs socio-économiques sollicitent fortement le laboratoire pour des recherches en relation avec l énergie (entreprises, collectivités) -Le laboratoire a initié des collaborations avec d autres laboratoires de l Institut CARNOT STAR: LSIS, IM2NP, PIMM, 4. Risques Les risques sont essentiellement liés aux ressources humaines. Etant données les opportunités et les mutations profondes qui s opèrent actuellement aux niveaux local et national des risques importants de dispersion peuvent émerger. C est pourquoi il est nécessaire de définir une politique scientifique claire et cohérente dans un paysage scientifique en évolution. Cette politique s appuyera sur une gouvernance du laboratoire clairevoyante pour permettre le développement des recherches de haut niveau tout en assurant des retombées socio-économiques à fort impact. Plusieurs risques existent pour le laboratoire à court et moyen termes. Il s agit d abord de l activité de recherche liée aux écoulements turbulents et supersoniques. Celle-ci, assurée actuellement par 3 chercheurs CNRS et un Maître de Conférence, est menacée par 2 départs à la retraite à échéance de deux ans. Cela va engendrer une réduction conséquente (>55%) des effectifs. Compte tenu de cette taille réduite (1,5 ETP chercheur) l activité sera sous critique et sera à terme menacée d extinction. Ceci est d autant plus dommageable que la soufflerie supersonique a été déménagée sur site de Château Gombert en 2008 après plusieurs années de travail. L autre risque est lié à la rareté des promotions pour les maîtres de conférences au niveau professoral. En effet, le pic des départs à la retraite est maintenant passé. De ce fait les possibilités de promotions seront réduites drastiquement dans les années futures. Il y a donc de forts risques de démotivation des Maîtres de Conférences. Dans le même esprit, le passage DR2-DR1 reste encore faible malgré une bonne campagne Nous espérons que les engagements annoncés permettront une évolution positive de la situation actuelle qui a été longtemps une source de découragement des personnels concernés. L autre risque concerne le découragement des personnels administratifs et techniques de l université pour lesquels les possibilités de promotions sont également faibles ce qui fragilise de fait la cohésion des différents personnels du laboratoire. 11

12 I.3. PROJET ET OBJECTIFS SCIENTIFIQUES DE L UNITE Objectifs généraux du laboratoire : Le laboratoire a connu différentes phases de développements avec des activités de recherche portant sur de nombreux sujets couvrant un large spectre d applications dans le domaine de la mécanique-énergétique. Cette démarche a conduit au développement d outils d analyse et de compréhension qu ils soient théoriques, numériques et/ou expérimentaux. Ces développements réalisés au fil des années ont permis au laboratoire de forger un socle original de connaissances, d outils et de méthodes sur lesquelles l unité s appuiera pour développer le projet scientifique dans le prochain quadriennal. L ambition scientifique du laboratoire pour les prochaines années se décline en trois points comme suit : - devenir un laboratoire de référence au plan international dans le domaine des écoulements, des transferts de chaleur et de masse dans les fluides «complexes», et les milieux granulaires ceci en présence ou non d ondes de choc, de fronts, de changement de phase, d interfaces et de singularités. Ces recherches s appuieront sur une approche pluridisciplinaire (thermodynamique, thermique, mécanique, physique, et mathématique) en utilisant des méthodes à la fois théoriques, numériques et expérimentales. Les applications essentielles de ces recherches se retrouvent dans trois grands domaines que sont l énergie, l environnement et les risques, l aéronautique et l espace. - favoriser des activités transverses de recherche dans les domaines de la biomécanique, des diagnostics optiques, et du génie civil. Ces domaines ont émergé pour des raisons différentes : collaborations externes, formation,... Si l une de ces activités atteind une maturité suffisante, elle pourra alors se transformer en axe de recherche à part entière. Ces activités transverses de recherche trouvent également des applications dans les domaines de la biologie et de la santé, du bâtiment et de l énergie. - renforcer la démarche de valorisation de la recherche que le laboratoire a développé depuis près de 30 ans. La recherche menée à l UMR N 6595 a été développée de façon équilibrée entre les approches fondamentales et le traitement de problèmes venant de l'aval, nécessitant pour les résoudre, la compréhension des mécanismes fondamentaux. Cette démarche a donné un grand nombre d actions de valorisation. Nous comptons renforcer ces actions d autant qu il y a maintenant des structures permettant l accompagnement à la valorisation avec la défense de la propriété intellectuelle. Pour atteindre ces objectifs, l effort de structuration du laboratoire sera poursuivi. En effet jusqu en 2005, les activités de recherche du laboratoire s articulaient autour de 13 équipes de recherche ( intégration) et corrélativement le développement de nombreux sujets de recherche. En 2006 une première étape a été franchie et a donné lieu à une réduction à 8 d équipes de recherche. Cette action a été poursuivie au cours de ce quadriennal et une seconde étape vient d être franchi. Le laboratoire sera organisé suivant les quatre axes de recherche qui représenteront les piliers de base du projet scientifique pour le prochain quadriennal. Trois activités transverses seront associées à ces quatre axes: biomécanique, diagnostics 12

13 optiques, génie civil. Cette structuration simplifiée permettra de mener le projet scientifique et de favoriser l émergence de nouvelles thématiques de recherche tout en assurant une bonne cohésion du laboratoire. Nous donnons ci-dessous les grandes lignes de développement du laboratoire dans les quatre axes de recherche. Nous présentons également les trois activités transverses qui feront l objet de développements dans le cadre du prochain quadriennal. La structuration scientifique : Les quatre axes de recherche Axe Physique des Transferts (PT) Les activités de recherche porteront sur les transferts de chaleur et de masse dans les milieux hétérogènes. La démarche d analyse des couplages Ecoulements - Particules - Structures Transferts s articule autour de l acquisition des moyens et des méthodes nécessaires à la compréhension des phénomènes de transfert en milieux solides, fluides, multiphasiques ou poreux. Les travaux se regroupent autour du couplage par des approches numériques et expérimentales soutenues par les apports d outils de diagnostics dédiés. Les directions de développement se déclinent en deux parties : i) la compréhension des mécanismes de transfert multi-échelle (nano ou micro, méso, macro) et la maîtrise des transferts ; ii) le développement de méthodes et d outils de diagnostics des transferts dans les systèmes complexes. Les activités de recherche de cet axe s inscrivent dans le contexte de la maîtrise et l intensification des transferts en vue d augmenter l efficacité énergétique des composants et des systèmes. Cet axe sera constitué d un groupe de 18 chercheurs et enseignants chercheurs. Axe Ecoulements Compressibles, Ondes de Choc et Interfaces (E2CI) Les projets scientifiques de l axe Ecoulements Compressibles Chocs et Interfaces s articulent autour de la modélisation d écoulements compressibles multiphasiques et/ou multi-échelles présentant ou non des interfaces, et d une composante expérimentale importante basée sur les installations que sont la soufflerie supersonique et les tubes à chocs. Les thématiques abordées sont complémentaires et conduisent à des interactions fortes entre l ensemble des membres de l axe E2CI et les autres axes du laboratoire. Les recherches s appuieront sur ses collaborations internes et externes. Les projets de recherche viseront à proposer un modèle global capable de traiter par simulation directe l ensemble des phénomènes pouvant se présenter à une interface. Ceci comprend les transferts de masse, d énergie, ainsi que les effets de capillarité, de tension de surface ou d interactions fluide-structure. Ces modèles seront validés par de nouvelles expériences menées au laboratoire (axes E2CI, PT). Les modélisations du développement de la turbulence et les effets d échelles seront validés sur des expériences concernant l instabilité de Richtmyer-Meshkov ou sur celles d interactions choc-couche limite. Dans cette dernière thématique, une attention particulière sera portée aux instabilités basses fréquences relatives aux mouvements oscillants auto-entretenus. La modélisation de l interaction fluidestructure sera confrontée à de nouvelles expériences mettant en jeu des matériaux à comportement non-linéaire. Concernant les problèmes de transfert de chaleur et de masse, les modèles seront comparés aux expériences d évaporation de bulles ou de gouttes isolées entreprises dans l axe physique des transferts. Cet axe sera constitué d un groupe de 25 chercheurs et enseignants chercheurs. 13

14 Axe Combustion et Risques (C&R) Les thématiques de recherche qui seront abordées sur la période se rattachent principalement au risque incendie et aux écoulements environnementaux. Les sujets de recherche qui seront développés au sein de cet axe porteront sur les feux en milieu confiné sous-oxygéné et aéraulique des fumées d incendie, la dégradation thermique de matériaux exposés au feu, la modélisation stochastique de la propagation d un feu de végétation, les écoulements environnementaux et enfin les jets et les écoulements de type «fontaines». Les moyens utilisés seront la simulation numérique, l approche théorique et l expérimentation à différentes échelles. Une partie importante des activités de l axe «Combustion et Risques» sera menée dans le cadre du laboratoire de recherche commun ETIC sur l incendie en milieu confiné et ventilé. Cette opération concerne essentiellement l axe «Combustion et Risques» et l axe Physique des transferts pour les aspects liés à la métrologie thermique. Cet axe de recherche sera composé de 14 enseignants chercheurs. Axe Milieux Divisés (MD) Les projets de recherche au sein de cet axe s inscrivent en partie dans la suite des travaux déjà développés, mais présentent également des thématiques nouvelles notamment sur l'influence de l'inertie et de la turbulence sur les écoulements de suspensions et les milieux granulaires complexes. Leurs réalisations s appuieront sur l arrivée de deux nouveaux permanents Gilles Bouchet Chargé de Recherche au CNRS en mutation de l IMFS et affecté au laboratoire le 1 er Juillet 2010, qui s investira sur les problèmes de sédimentation turbulente, et Geoffroy Guena jeune Maître de Conférence recruté au 1er Septembre 2010 qui démarrera des projets à cheval sur les suspensions de particules et de gel, et des problèmes biomimétiques. Les thèmes de recherche qui seront abordés dans les quatre années à venir concerneront les suspensions inertielles et turbulentes, les suspensions denses et les granulaires mouillés, les milieux granulaires plus complexes et la biomécanique des plantes. Cet axe de recherche sera composé de 10 chercheurs et enseignants-chercheurs. Les trois activités de recherche transverses AT1- Biomécanique Depuis plusieurs années des collaborations existent avec la communauté des médecins et des biologistes sur des sujets à l interface entre les sciences pour l ingénieur et les sciences de la vie. Ces études témoignent d un besoin croissant de la part des médecins et des biologistes d outils issus de la mécanique/physique, et constituent une source d applications biomédicales (diagnostic de l ostéoporose, prothèses) ou biomimétiques (pompes actives en micro-fluidique, biopolymère végétaux). Le laboratoire souhaite renforcer cette activité pour envisager des développements plus conséquents dans ce domaine. AT2- Diagnostics optiques : Pour ses besoins propres ou dans le cadre de collaborations, le laboratoire utilise et développe un nombre croissant de diagnostics optiques pour caractériser les écoulements fluides; les systèmes particulaires, thermiques ou biomécaniques. 14

15 Cependant, la maîtrise théorique et numérique, comme la mise en œuvre matérielle de "l'outil optique" exigent des compétences pointues et des investissements conséquents. De ce fait, le laboratoire a pour projet de fédérer scientifiquement et étendre ses activités dans le domaine des diagnostics laser et électromagnétiques (infrarouge, visible, UV ou X), les techniques d'imagerie et les analyses morphologiques. AT3- Génie Civil : Le département Génie civil de Polytech Marseille a été créé en 2006 et il accueille 60 étudiants par promotion. Cette composante de l école est fortement adossée au laboratoire et de nombreux enseignants chercheurs interviennent dans cette formation. Une des recommandations de la CTI en 2008 était de trouver un appui de la recherche à cette formation jeune et dynamique. Cette formation est actuellement très prisée au vu de l appui de la profession et à la forte demande pour la formation en génie civil. Corrélativement, les recherches développées au laboratoire IUSTI dans les différentes axes ont des retombées directes dans le domaine du génie civil et en particulier dans le bâtiment. Le laboratoire souhaite faire émerger des activites de recherche en relation avec le génie civil sur la base des compétences acquises dans le domaine de la mécanique énergétique. Les thèmes qui seront abordés concerneront : la liquéfaction des sols, la performance énergétique des bâtiments, la rhéologie et la résistance des bétons fibrés (BEFUP). Cette activité menée dans les différents axes du laboratoire pourra faire l objet d un axe de recherche à part entière si des développements significatifs ont lieu au cours du prochain quadriennal. I.4. MOYENS MIS EN ŒUVRE POUR LA REALISATION DU PROJET Les recherches effectuées au laboratoire sont abordées de façon pluridisciplinaire. Elles sont à la fois dues à la nature des recherches et à la politique scientifique du laboratoire. La structuration scientifique suivant les quatre axes de recherche associés aux activités transverses, nécessite la mise en œuvre d une politique scientifique pour permettre le développement au plus haut niveau des recherches tout en ayant une bonne sensibilité pour la valorisation. Cette politique nécessite des ressources humaines et des structures appropriées pour anticiper les changements et les évolutions permanentes auquelles le laboratoire est constamment confronté. Sur ce point, pour apporter des visions nouvelles, une politique de recrutement extérieur a été mise en place (2 EC extérieurs en 2010 et 1 CR CNRS). Adéquation des moyens humains et financiers Les 4 axes de recherche viennent d atteindre une taille critique. C est une situation unique que le laboratoire exploitera dans le prochain quadriennal. Il existe maintenant un bon équilibre entre les différents axes avec cependant quelques faiblesses dans certains domaines qu il sera nécessaire de soutenir. C est le cas de l activité supersonique où deux départs à la retraite vont avoir lieu dans un avenir très proche. Cette activité est actuellement en phase de transition. Seul le recrutement de nouveaux personnels permettra la pérénité et le développement des activités expérimentales en cours. L autre activité qu il faudra renforcer concerne l axe combustion et risques où auront lieu également plusieurs départs à la retraite. Notons que le laboratoire vient de 15

16 bénéficier d un poste d Ingénieur de Recherche CNRS qui sera pourvu en fin d année Cet effort important permettra d initier des activités expérimentales dans le domaine des feux. Nous sollicitons un soutien de nos tutelles pour permettre la poursuite des activités de recherche dans ces deux domaines. Politique d animation de l unité L animation scientifique a été une préoccupation du laboratoire et a conduit à l engagement de plusieurs actions. L IUSTI et l IRPHE organisent depuis dix ans un séminaire hebdomadaire qui a lieu en alternance entre les deux laboratoires et d autres séminaires ont également lieu à l occasion de visites de chercheurs invités. Le service informatique organise également un séminaire sur les développements informatiques du laboratoire. Plus généralement des séminaires internes sont également organisés au sein du laboratoire sur des thématiques scientifiques transverses intéressant plusieurs membres du laboratoire. Nous organisons également la journée annuelle du laboratoire. Cette occasion permet de faire le point sur la vie du laboratoire, les activités de recherche et de renforcer les échanges internes. Le Laboratoire participe depuis de nombreuses années à la fête de la science et plus récemment aux journées portes ouvertes de l école Polytech Marseille. Des réunions sont organisées à plusieurs niveaux pour favoriser les échanges et discussions pour les projets et le développement d activités de recherche. La commission prospective constituée d une dizaine de personnes, débat des orientations scientifiques, et des moyens nécessaires au développement du laboratoire. L ensemble de ces actions contribue à une bonne cohésion du laboratoire. Cette cohésion sera amplifiée par la mise en place du développement des activités de recherche transverses proposées pour le prochain quadriennal et par la poursuite des actions de mutualisation des moyens. Analyse prospective des besoins et des compétences nécessaires aux mutations scientifiques et techniques, la politique de formation Comme nous l avions souligné dans le préambule, des changements se profilent dans les années futures. Ils concernent les aspects scientifiques, techniques et administratifs. D une manière générale, les évolutions futures vont nécessiter des moyens de mesures et des instruments à haute technicité dans les domaines de la microfluidique, microthermique, des diagnostics optiques,. De ce fait les personnels techniques devront avoir le niveau approprié pour la manipulation de ces instruments. Le laboratoire poursuivra une politique de recrutement et de formation appropriée en adéquation à ces mutations scientifiques. Cette démarche est d autant nécessaire pour alléger les chercheurs dans ces tâches et leur permettre de plus se focaliser sur la recherche. Le laboratoire renforcera sa politique de formation pour favoriser une participation plus importante des personnels à tous les niveaux. Les récents changements ont conduit à une augmentation significative des activités administratives. Elles ne feront que s amplifier compte tenu des changements et des évolutions en cours. Le laboratoire devra disposer de ces moyens pour assister la direction et les usagers dans les différentes tâches relevant de l administration. La gestionnaire du laboratoire fera valoir ses droits à la retraite à échéance de deux années et nous sollicitons son remplacement auprès de notre tutelle CNRS. 16

17 La construction des partenaires se fait à plusieurs niveaux pour des objectifs de recherche, de formation et de valorisation. Une des particularités du laboratoire réside dans le développement d activités de recherche au croisement de plusieurs disciplines. Nous développons des partenariats avec d autres chercheurs dans des disciplines voisines (mathématique, biologie, chimie, ). La politique des partenariats vise avant tout à developper des recherches de haut niveau tout en s impliquant dans le tissu socio-économique. Cette démarche nous a tout naturellement amenés à la création du laboratoire de recherche ETIC Etudes des Incendies en milieux Confinés en collaboration avec l IRSN et la platefrome partenariale «COPERNIC» qui engage de nombreux industriels. Nous avons également de nombreuses collaborations dans les différents Groupements de Recherche et les chercheurs sont très impliqués dans ces GDR nationaux. La laboratoire est également impliqué dans plusieurs projets au niveau européen (9). La mise en place des laboratoires d excellence dans le cadre du grand emprunt nous conduit tout naturellement à structurer ces partenariats. Il s agit du projet LABEX «Fusion» et LABEX «Mécanique-Energétique». Nous développons également des partenariats à l international dans un esprit d ouverture à de nouvelles thématiques et d échanges de chercheurs et d accueil de doctorants. Enfin la construction de nos partenariats va également en direction du monde socioéconomique qui se traduit par des collaborations avec les entreprises. Nous envisageons également des partenariats avec d autres laboratoires différents de ceux de l institut CARNOT STAR dans le cadre du projet d IEED Institut d Excellence sur les Energies Décarbonées. Cette politique de construction des partenariats nous conduit à avoir les collaborations avec un haut niveau de recherche international tout en tissant des liens forts avec le monde socio économique. Pour le prochain quadriennal, les investissements que nous souhaitons faire sont dans les moyens matériels dans les domaines de l informatique : grille de calcul envisagée dans le cadre du grand emprunt, des moyens de mesures et pour les diagnostics optiques, de caractérisation des matériaux pour le génie civil, la combustion et les risques, l énergie. Pour le génie civil des demandes de moyens sont envisgés dans le cadre d un projet de construction d une halle de génie civil en relation avec la formation (EPUM, IUT, ) La répartition des moyens vise au renforcement des axes de recherche, à aider l émergence de nouvelles thématiques de recherche et à optimiser les moyens. En particulier nous poursuivrons les actions de mutualisation tant sur le plan de moyens humains que matériels. Nous souhaitons au cours du prochain quadriennal créer un service instrumentation pour faciliter aux chercheurs l accès aux chercheurs des appareils nécessitant un investissement technique important. La capacité de l unité à valoriser ses recherches : Depuis toujours la recherche menée à l UMR N 6595 a été développée suivant une démarche équilibrée entre les approches fondamentales et le traitement de problèmes venant de l'aval, nécessitant pour les résoudre, la compréhension des mécanismes fondamentaux. Depuis 2007, ce nécessaire équilibre a été amplifié par la création de l Institut Carnot STAR qui regroupe huit laboratoires (IRPHE, IM2NP, IUSTI, LMA, LCP, M2P2, LSIS, PIMM). Par ailleurs dans le cadre de l Incubateur 17

18 Impulse le laboratoire apporte un soutien aux jeunes entreprises portées par des membres de l Unité: RS2N, URATEK, SERIMED, VIGICAPTE. Cette demarche de valorisation sera poursuivie d autant que les structures de valorisation existent et permettent d aborder la valorisation de façon plus sereine et plus efficace. Par ailleurs, le laboratoire est partie prenante dans plusieurs pôles de compétitivité au niveau local (CAPENEGIES, RISQUES, PEGASE, MER). Cette implication permet d accéder au tissu des PME qui reste encore à explorer. Le laboratoire est impliqué dans les actions de diffusion de l information scientifique et technique. Ces actions seront poursuivies et renforcées par la création d un service de communication pour assurer la mise en place et le suivi de ces différentes actions. Les problèmes d hygiène et sécurité ont beaucoup évolué au niveau du bâtiment et de l ensemble des installations. Deux personnels ACMO sous la responsabilité des Directeurs de l unité et du département de Mécanique-Energétique de l école ont pris en charge toutes les tâches relevant de l hygiène et la sécurité. Un registre hygiène et sécurité a été mis en place, dans lequel est intégrée l information aux nouveaux entrants. Des dispositions existent pour la protection du patrimoine, le respect des procédures, la sécurité des systèmes d information, la protection de la propriété intellectuelle. Elles sont en partie mentionnées dans le règlement intérieur du laboratoire. 18

19 II. PROJET SCIENTIFIQUE PAR AXE DE RECHERCHE 19

20 20

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Lille 1 Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Centre d Etudes et de Recherche en Thermique Environnement et Systèmes (CERTES) EA 3481 de l'université Paris 12 février

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

ACCÉLÉRER LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉNERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE PAR L INNOVATION TECHNOLOGIQUE

ACCÉLÉRER LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉNERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE PAR L INNOVATION TECHNOLOGIQUE ACCÉLÉRER LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉNERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE PAR L INNOVATION TECHNOLOGIQUE 150 MILLIONS D EUROS DE BUDGET DE LANCEMENT L Institut Photovoltaïque d Île-de-France (IPVF) a pour ambition

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Cinéma, documentaire, médias de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE SOCRATE - Janvier 2011

DOSSIER DE PRESSE SOCRATE - Janvier 2011 DOSSIER DE PRESSE SOCRATE - Janvier 2011 EQUIPEX à Perpignan et Font Romeu : un impact scientifique international - L'appel à projet "équipements d'excellence" - Le Laboratoire PROMES-CNRS - SOCRATE :

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Matériaux de l Université d Evry-Val-d Essonne - UEVE Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des

Plus en détail

Les métiers évoluent, la formation s adapte. Témoignages de Centrale Marseille. Franck JOURNEAU

Les métiers évoluent, la formation s adapte. Témoignages de Centrale Marseille. Franck JOURNEAU Les métiers évoluent, la formation s adapte. Témoignages de Centrale Marseille. Franck JOURNEAU Les Métiers évoluent, la formation s adapte - Présentation rapide de l Ecole Centrale Marseille et de quelques

Plus en détail

Programme détaillé 2014-2015. Filière d Ingénieur MECANIQUE ENERGETIQUE

Programme détaillé 2014-2015. Filière d Ingénieur MECANIQUE ENERGETIQUE Libellé long UE Crédits ECTS PHYSIQUE ME I 10 Electronique de puissance Thermodynamique Ondes et Vibrations Mesure de PDNT TP de Physique I Optique MECANIQUE ME I Mécanique des Milieux continus Elasticité-RDM

Plus en détail

Dossier de presse LabEx SOLSTICE

Dossier de presse LabEx SOLSTICE Dossier de presse LabEx SOLSTICE Le Centre de Recherche RAPSODEE de l Ecole des Mines d Albi partie prenante du Laboratoire d'excellence "SOLSTICE» (SOLaire : Science, Technologie, Innovation pour la Conversion

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité :

Évaluation du HCERES sur l unité : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Centre de Recherche en Management CRM sous tutelle des établissements et organismes : Université Toulouse 1 Capitole - UT1 Centre National de la

Plus en détail

La spécialité «Mathématiques pour l enseignement» qui n est pas évaluée ici fera partie de la deuxième mention.

La spécialité «Mathématiques pour l enseignement» qui n est pas évaluée ici fera partie de la deuxième mention. Evaluation des diplômes Masters Vague A ACADÉMIE : LYON Établissement : Université Lyon 1 - Claude Bernard Demande n S3110048058 Domaine : Sciences, technologies, santé Mention : Mathématiques et applications,

Plus en détail

Projet d école d ingénieur de l UAG

Projet d école d ingénieur de l UAG Projet d école d ingénieur de l UAG 1 ALEX MERIL ALAIN ARCONTE RUDDY BLONBOU SARRA GASPARD ENGUERRAN GRANDCHAMP LAURENCE ROMANA Répartie sur trois pôles UAG Guadeloupe, Guyane, Martinique 11 804 étudiants

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des

Plus en détail

Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact

Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact 2009 2012 Paolo Caccamo Université de Grenoble Encadrants : Florence Naaim-Bouvet, Thierry Faug,

Plus en détail

Spécialité Sciences Mécaniques et Ingénierie

Spécialité Sciences Mécaniques et Ingénierie Master 2 Sciences, Technologies, Santé Mention Mécanique Spécialité Sciences Mécaniques et Ingénierie Parcours R&D en mécanique des fluides Parcours R&D en matériaux et structures Parcours Energétique

Plus en détail

Formations et diplômes. Master Informatique. Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM (déposant) Ecole nationale supérieure des Mines de Saint-Etienne

Formations et diplômes. Master Informatique. Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM (déposant) Ecole nationale supérieure des Mines de Saint-Etienne Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Informatique Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM (déposant) Ecole nationale supérieure des Mines de Saint-Etienne Campagne d évaluation 2014-2015

Plus en détail

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) :

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) : Evaluation des diplômes Masters Vague D Académie : Paris Etablissement déposant : Académie(s) : / Etablissement(s) co-habilité(s) : / Mention : Economie managériale et industrielle Domaine : Economie,

Plus en détail

Rapport d'évaluation. de l'université Paris 4. Unité de recherche : Civilisations et Littératures d Espagne et d Amérique (CLEA) EA 4083

Rapport d'évaluation. de l'université Paris 4. Unité de recherche : Civilisations et Littératures d Espagne et d Amérique (CLEA) EA 4083 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche : Civilisations et Littératures d Espagne et d Amérique (CLEA) EA 4083 de l'université Paris 4 Mars 2009 Section des Unités de recherche

Plus en détail

Présentation. Présentation. générale. générale 23.01.2013. 1 ère Réunion Suivi ANR

Présentation. Présentation. générale. générale 23.01.2013. 1 ère Réunion Suivi ANR Labex Labex SOLSTICE SOLSTICE Présentation Présentation générale générale Gilles Gilles Flamant 23.01.2013 1 ère Réunion Suivi ANR Sommaire Introduction Partenaires Objectifs de R&D Domaines d intervention

Plus en détail

IUT de POITIERS Département Génie Thermique et Energie 14 allée jean Monnet BP 389 86010 POITIERS cedex

IUT de POITIERS Département Génie Thermique et Energie 14 allée jean Monnet BP 389 86010 POITIERS cedex IUT de POITIERS Département Génie Thermique et Energie 14 allée jean Monnet BP 389 86010 POITIERS cedex Tél / Fax : 05 49 45 34 14 / 34 06 iutp.gte@univ-poitiers.fr Le Génie Thermique et Energie, c'est

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Informatique de l Université Paris-Sud Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Lab s Dating 56 Rencontre Entreprises et Laboratoires de l Université de Bretagne-Sud 17 octobre 2014

Lab s Dating 56 Rencontre Entreprises et Laboratoires de l Université de Bretagne-Sud 17 octobre 2014 Organisé par Lab s Dating 56 Rencontre Entreprises et Laboratoires de l Université de Bretagne-Sud 17 octobre 2014 Pascal Berruet Vice Président Relations Socio Economiques et industrielles L Université

Plus en détail

Le CNRS : une grande diversité de métiers

Le CNRS : une grande diversité de métiers - Septembre 2004 Le CNRS : une grande diversité de métiers Une grande variété de métiers sont exercés dans les unités de recherche et de services du CNRS. Le CNRS compte 25 283 agents : 11 349 chercheurs,

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Métiers de la mesure, de l'instrumentation et du contrôle de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018

Plus en détail

MASTERE MODELISATION EN HYDRAULIQUE

MASTERE MODELISATION EN HYDRAULIQUE MASTERE MODELISATION EN HYDRAULIQUE ET ENVIRONNEMENT Coordinateur du Mastère : JAMEL CHAHED ENIT, Département Génie Civil, Laboratoire LMHE BP 37, Le Belvédère, 1002-Tunis jamel.chahed@enit.rnu.tn 1. Le

Plus en détail

Des méninges au service de l efficacité. énergétique NOVEMBRE 2012 DOSSIER DE PRESSE. 4 doctorants soutiennent leur thèse

Des méninges au service de l efficacité. énergétique NOVEMBRE 2012 DOSSIER DE PRESSE. 4 doctorants soutiennent leur thèse NOVEMBRE 2012 DO DOSSIER DE PRESSE Des méninges au service de l efficacité 4 doctorants soutiennent leur thèse 1 Des méninges au service de l efficacité 4 doctorants soutiennent leur thèse» Le mois prochain,

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Évaluation des masters de l Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique

Section des Formations et des diplômes. Évaluation des masters de l Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique Section des Formations et des diplômes Évaluation des masters de l Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique juin 2008 Section des Formations et des diplômes Évaluation des masters de l Ecole des Hautes

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Fédération de Recherche Charles Hermite : Automatique, Informatique et Mathématiques de Lorraine de l'epcs Nancy Université

Plus en détail

1. OBJET 3 2. PERIMETRE DES PRESTATIONS 3 3. EXEMPLES TYPES DE PRESTATIONS 4 4. EXEMPLES TYPES DE REALISATIONS 5

1. OBJET 3 2. PERIMETRE DES PRESTATIONS 3 3. EXEMPLES TYPES DE PRESTATIONS 4 4. EXEMPLES TYPES DE REALISATIONS 5 SOMMAIRE 1. OBJET 3 2. PERIMETRE DES PRESTATIONS 3 3. EXEMPLES TYPES DE PRESTATIONS 4 4. EXEMPLES TYPES DE REALISATIONS 5 5. TYPES DE LIVRABLES A REMETTRE PAR LE TITULAIRE 6 6. SAVOIR-FAIRE REQUIS 6 2

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

Charte des PLATEAUX TECHNIQUES

Charte des PLATEAUX TECHNIQUES Charte des PLATEAUX TECHNIQUES L université Blaise Pascal affiche sa volonté de mutualisation de ses équipements scientifiques et sa volonté d ouverture vers son environnement institutionnel et économique.

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

Section des formations et des diplômes. Rapport d évaluation de l Ecole doctorale 251 «Sciences de l environnement» Université d Aix-Marseille III

Section des formations et des diplômes. Rapport d évaluation de l Ecole doctorale 251 «Sciences de l environnement» Université d Aix-Marseille III Section des formations et des diplômes Rapport d évaluation de l Ecole doctorale 251 «Sciences de l environnement» Université d Aix-Marseille III Contexte général L Ecole doctorale n 251 «Sciences de l

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

Cerea. Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique

Cerea. Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique Cerea Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique Laboratoire commun École des Ponts ParisTech / EDF R&D Université Paris-Est Le Cerea : une cinquantaine de chercheurs sur trois

Plus en détail

L IDEX DE TOULOUSE EN BREF

L IDEX DE TOULOUSE EN BREF L IDEX DE TOULOUSE EN BREF Pourquoi des Initiatives D EXcellence (IDEX)? Depuis 18 mois, les universités, les grandes écoles et les organismes de recherche ont travaillé ensemble pour répondre à l appel

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Statistique et informatique décisionnelle pour la santé de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne

Plus en détail

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Grenoble INP ENSE Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Licence Science politique

Licence Science politique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Science politique Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

CURSUS MASTER EN INGENIERIE INFORMATIQUE : SYSTEMES INTELLIGENTS COMMUNICANTS

CURSUS MASTER EN INGENIERIE INFORMATIQUE : SYSTEMES INTELLIGENTS COMMUNICANTS CURSUS MASTER EN INGENIERIE INFORMATIQUE : SYSTEMES INTELLIGENTS COMMUNICANTS Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Présentation Nature de la formation : Diplôme national de l'enseignement

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Electronique, informatique et communication embarquées appliquées aux transports de l Université de Valenciennes

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES

PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Préambule Aujourd hui à travers l activité de «Recherche-Développement» l application technologique des acquis de la science est devenue non seulement l équivalent d une

Plus en détail

MASTER GENIE CIVIL PARCOURS : MATERIAUX OUVRAGES RECHERCHE INNOVATION

MASTER GENIE CIVIL PARCOURS : MATERIAUX OUVRAGES RECHERCHE INNOVATION MASTER GENIE CIVIL UFR de Sciences et Techniques Département Génie Civil PARCOURS : MATERIAUX OUVRAGES RECHERCHE INNOVATION PRESENTATION Formation initiale et formation continue Le parcours Matériaux Ouvrages

Plus en détail

L Institut National des Sciences Mathématique et de leurs. Premiers éléments d un bilan à deux ans.

L Institut National des Sciences Mathématique et de leurs. Premiers éléments d un bilan à deux ans. L Institut National des Sciences Mathématique et de leurs Interactions (INSMI) : Premiers éléments d un bilan à deux ans. 1. Mise en place de l INSMI Au CNRS, l année 2009 a été une année de transition

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 La sécurité ferroviaire demande de réinterroger périodiquement

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Islam et droit de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

L air pur où il fait bon vivre!

L air pur où il fait bon vivre! L air pur où il fait bon vivre! Un partenariat empreint de confiance Conjointement avec deux sociétés partenaires installées en Allemagne et en Autriche, l entreprise fondée en 1978 fabrique des produits

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Métiers de l'immobilier de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section

Plus en détail

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant Présentateur Date 1 Qu'est-ce que SolidWorks Flow Simulation? SolidWorks Flow Simulation est un logiciel d'analyse des écoulements de fluide et du

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Administrateur de systèmes de l Université de Perpignan Via Domitia - UPVD Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation

Plus en détail

ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE

ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE MASTERE et 3 CYCLE SPECIALISE EN ENTREPRENEURIAT SYLLABUS Année 2013/2014 Responsables : Olivier IGON Secrétaire : Zohra BA ( : (33) 05.61.29.48.80 Bâtiment Le Bosco Bureau

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Marketing de l Université Lille 1 Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management et gestion des bâtis de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation

Plus en détail

L expérience des Hommes

L expérience des Hommes L expérience des Hommes audia est un cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes, fort d une équipe qualifiée et experte installée au Maroc à Casablanca. Notre cabinet vous apportera l

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droits de l'homme de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Travaux publics et environnement de l Université Montpellier 2 Sciences et techniques UM2 Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI Prof. Michel LEONARD Département des Systèmes d Information Faculté des Sciences Économiques et Sociales CUI Batelle Bât A 7 route de Drize CH-1227 Carouge Tél. +41 22 379 02 27 Fax. +41 22 379 02 79 Rapport

Plus en détail

L IRT de l aéronautique, de l espace et des systèmes embarqués devient l IRT Saint Exupéry

L IRT de l aéronautique, de l espace et des systèmes embarqués devient l IRT Saint Exupéry L IRT de l aéronautique, de l espace et des systèmes embarqués devient l IRT Saint Exupéry Après une période de gestation de plusieurs années sous l appellation «IRT AESE», l «IRT Antoine de Saint Exupéry»

Plus en détail

Baccalauréat Sciences Physiques et Chimiques en Laboratoire

Baccalauréat Sciences Physiques et Chimiques en Laboratoire Baccalauréat Sciences STL Physiques et Chimiques en Laboratoire A l heure où la pratique des sciences s oriente vers une voie plus raisonnée, la création de la section Sciences Physiques et Chimiques en

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestionnaire de projets en ressources humaines de l Université de Valenciennes et du Hainaut- Cambrésis - UVHC

Plus en détail

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Paris 13 Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues du monde et formation appliquée en relations internationales de l Institut National des Langues et Civilisations Orientales

Plus en détail

FICHE DE POSTE Stages - Eskal Eureka

FICHE DE POSTE Stages - Eskal Eureka Description de la structure d accueil «Le Cluster pose un cadre de référence et d action. Dans cette période économique particulière, rien ne sera plus comme avant. Imaginons ensemble le BTP du futur,

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Energies renouvelables et efficacité énergétique de l Université de Lille1 - Sciences et technologies - USTL Vague

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Mathématiques et finance de l Université Lille 1 Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Les besoins. Le capital existant. Les nouvelles ambitions. Les projets. Conclusions. Compétences et ressources humaines Les ressources

Les besoins. Le capital existant. Les nouvelles ambitions. Les projets. Conclusions. Compétences et ressources humaines Les ressources Les besoins Le capital existant Compétences et ressources humaines Les ressources Les nouvelles ambitions Les projets Conclusions 2 Les thématiques P2IO reposent sur la production et l exploitation de

Plus en détail

Formation L.M.D. en instrumentation biomédicale. Mise en œuvre dans une université scientifique et médicale : Claude Bernard Lyon I

Formation L.M.D. en instrumentation biomédicale. Mise en œuvre dans une université scientifique et médicale : Claude Bernard Lyon I J3eA, Journal sur l enseignement des sciences et technologies de l information et des systèmes, Volume 3, Hors-Série 1, 11 (2004) DOI : http://dx.doi.org/10.1051/bib-j3ea:2004611 EDP Sciences, 2004 Formation

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Assistant chef de projet dans le tertiaire de l Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines - UVSQ Vague

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Eco-conception des produits innovants de l Université de Lille1 - Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Maquette pédagogique 2012-2013 spécialité Sciences de la Terre

Maquette pédagogique 2012-2013 spécialité Sciences de la Terre Maquette pédagogique 2012-2013 spécialité Sciences de la Terre Sciences de la Terre Premier semestre du cycle d ingénieur (S5) Il commence par la période d intégration que suivent tous les élèves de Polytech

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit des personnes et de la famille : aspects internes et internationaux de l Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis Vague D 2014-2018

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion d'actifs financiers back et middle offices de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Optique et nanotechnologies de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion opérationnelle et juridique des ressources humaines de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Licence Sciences pour l ingénieur

Licence Sciences pour l ingénieur Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Sciences pour l ingénieur Université de Toulouse III Paul Sabatier - UPS Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE TECHNOLOGIE COMPIÈGNE. Mécatronique Mécanique UTC 2022

UNIVERSITÉ DE TECHNOLOGIE COMPIÈGNE. Mécatronique Mécanique UTC 2022 UNIVERSITÉ DE TECHNOLOGIE COMPIÈGNE Mécatronique Mécanique UTC 2022 Mécatronique UTC 2022 2 Méthode de travail Groupe de travail: Christine Prelle, Didier Lemoine, M Bricogne, F. Lamarque, Guy Friedrich

Plus en détail

Partenariat pour une durée de 5 ans

Partenariat pour une durée de 5 ans Partenariat pour une durée de 5 ans 1- Contrat-cadre de recherche LCR - Laboratoire Navier 2- Chaire d enseignement et de recherche Lafarge R&D : Un réseau international reliant la recherche centrale et

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Efficacité énergétique et énergies renouvelables de l Université d Evry-Vald Essonne - UEVE Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Information et communication de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. 1. Cadre 2.

Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. 1. Cadre 2. THEMATIQUE A Titre : Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. Présenté par : Professeur Chrysostôme RAMINOSOA, Directeur de l

Plus en détail

Alternance d excellence

Alternance d excellence Recrutez un(e) futur(e) Ingénieur(e) en Systèmes, Réseaux et Télécommunications Formation ingénieur en alternance Alternance d excellence 4 jours / semaine en entreprise Université de technologie de Troyes

Plus en détail

Dossier de presse Université de Lille

Dossier de presse Université de Lille Dossier de presse Université de Lille 14 octobre 2013 Présentation de la stratégie politique globale Le projet Université de Lille correspond à une démarche de rapprochement des trois universités lilloises

Plus en détail

Sujet de bourse de thèse en Sciences de Gestion

Sujet de bourse de thèse en Sciences de Gestion Sujet de bourse de thèse en Sciences de Gestion Parcours de santé de la personne âgée en Auvergne : adéquation et complémentarité de l offre de soins Laboratoire d accueil : Centre de Recherche Clermontois

Plus en détail

Charte des thèses commune aux Ecoles Doctorales coaccréditées des 7 établissements du Nord - Pas-de-Calais

Charte des thèses commune aux Ecoles Doctorales coaccréditées des 7 établissements du Nord - Pas-de-Calais Juin 2007 Charte des thèses commune aux Ecoles Doctorales coaccréditées des 7 établissements du Nord - Pas-de-Calais Suite au protocole d accord des Présidents des six Universités de la région Nord - Pas-de-

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GES-SOCO)

MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GES-SOCO) MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GESSOCO) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : ENERGIE Spécialité : GESTION,

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Management des organisations sociales, territoriales et culturelles de l Université Lille 1 Sciences et technologies - USTL Vague E

Plus en détail