s invente aujourd hui

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "s invente aujourd hui"

Transcription

1 RAPPORT ANNUEL 2013 L eau de demain s invente aujourd hui Un ancrage territorial durable Des métiers industriels innovants Une conception citoyenne du service Un mode de gestion responsable Dossier spécial 8 solutions innovantes pour relever les défis de demain

2 2 Sommaire Sommaire 3 Questions à... Qui sommes-nous? p.4 p.8 Des métiers industriels innovants p.26 Une conception citoyenne du service p.48 p.72 Les données chiffrées 2013 p. 6 Une nouvelle gouvernance p.16 Un ancrage territorial durable DOSSIER SPÉCIAL p.38 8 solutions innovantes pour demain p.62 Un mode de gestion responsable PARIS DEMAIN Les visuels de couverture et d ouverture de parties de ce rapport d activité sont des créations du collectif d architectes Et alors, qui explore Paris dans l hypothèse d une hausse globale des températures de 2 o C. Dans ce Paris réinventé, la place de l eau y est repensée de façon inédite et ingénieuse.

3 4 Questions à... Questions à... 5 Anne Le Strat Présidente d Eau de Paris «Eau de Paris a gagné en visibilité et en reconnaissance et sa dimension citoyenne s affirme» 2013 marque votre dernière année pleine en tant que Présidente d Eau de Paris. Qu aimeriez-vous réaffirmer après vos treize ans passés à défendre la cause de l eau à Paris? En occupant successivement les postes de Présidente-Directrice générale de la Sagep (Société anonyme de gestion des eaux de Paris), puis de Présidente d Eau de Paris, j ai expérimenté différents modes de gestion de l eau. D abord en délégation de service public, puis en régie publique grâce à la réforme que nous avons menée pour aboutir à la création en 2009 d Eau de Paris, seul et unique opérateur de la capitale. Après cinq années d expérimentation de ce modèle de gestion, c est pour moi le meilleur pour le service de l eau à Paris, et de loin. D abord sur un plan économique : grâce au retour en régie municipale, nous maintenons l équilibre budgétaire tout en ayant baissé le prix de l eau. Sur un plan social, ce mode de gestion a permis une harmonisation salariale pour le personnel d Eau de Paris et la mise en place d une aide sociale spécifique à l eau, qui rend effectif le droit à l eau d accès à Paris pour tout un chacun. D un point de vue environnemental, nous menons une politique innovante et très ambitieuse de préservation de la ressource, via des actions menées en concertation avec le milieu agricole. Enfin, sur le plan démocratique, Eau de Paris a innové en faisant participer les usagers à sa gouvernance, dans un souci de concertation et de grande transparence. Quel bilan tirez-vous du passage en régie en 2010? Il est globalement très positif. Nous assurons l alimentation en eau de tous les Parisiens dans le cadre d une mission de service public, conduite selon l intérêt général. Grâce aux multiples actions de sensibilisation et de concertation avec les usagers et les différents acteurs de l eau, Eau de Paris a gagné en visibilité et en reconnaissance. Et la dimension citoyenne de la régie s affirme grâce aux nombreuses actions de terrain conduites à Paris et sur les territoires. La création d Eau de Paris a aussi permis un contrôle accru de la collectivité parisienne sur son service de distribution d eau et sur l ensemble de son activité. Un bémol quand même, nous avons encore parfois des difficultés à créer une culture commune dans l entreprise. C est un travail à moyen terme et Eau de Paris reste une jeune régie. Les objectifs ont été atteints, mais pas toujours avec la fluidité et l accompagnement attendu et nécessaire. C est un point à améliorer. La gouvernance d Eau de Paris est particulièrement observée par d autres régies voire d autres opérateurs. Qu est-ce qui fait la spécificité d Eau de Paris? C est un modèle très observé effectivement, en France, mais aussi à l international. Nous menons une concertation citoyenne autour de notre politique de l eau, pour sortir de l entre-soi opérationnel ou de la relation unique avec les élus. Notre contrat d objectifs est ainsi discuté dans le cadre de l Observatoire parisien de l eau, ainsi que tous les grands actes de gestion. Tous les rapports sont soumis à cette assemblée avant d être présentés au Conseil de Paris, ce qui constitue une vraie valeur ajoutée. Notre Conseil d administration a été ouvert aux usagers et aux acteurs du monde de la recherche et de l action territoriale qui ont une autre approche des enjeux. Ces acteurs proposent un éclairage différent de celui des équipes et des élus. Eau de Paris a souhaité ainsi élargir le cercle de la discussion pour enrichir le débat. Si vous deviez définir en une phrase ce que représente Eau de Paris pour la cause de l eau, comment l exprimeriez-vous? Eau de Paris est devenue le symbole d un passage en gestion publique réussi, avec la mise en œuvre d actions environnementales innovantes et d avancées démocratiques fortes. Qu aimeriez-vous transmettre à vos successeurs? La protection de la ressource et le lien initié par la régie avec le monde agricole pour y parvenir sont des enjeux fondamentaux pour ces prochaines années. C est un beau projet citoyen à mener. Il est souvent difficile, mais les résultats sont très encourageants. Il faut aller encore plus loin dans cette démarche partenariale et affirmer davantage la spécificité d Eau de Paris en continuant d impliquer des acteurs extérieurs dans le cadre de sa gouvernance. Il y a un enjeu démocratique essentiel autour de l eau, qu il convient de poursuivre et de consolider. Il faut aussi garder une ambition de développement pour Eau de Paris. Continuer d innover sur nos activités métiers pour les valoriser. Quels sont selon vous les grands enjeux de l eau en France? Ils sont les mêmes que pour Eau de Paris : la protection et la qualité de la ressource et le lien nécessaire entre politique de l eau et politique agricole. Par ailleurs, il faut organiser des débats publics sur les enjeux de l eau : inventons la démocratie de l eau! L eau est la première ressource vitale. C est LE service essentiel. Or les Français méconnaissent les enjeux quantitatifs, qualitatifs et d organisation du service et ses différents acteurs. Il y a là un enjeu de politique publique pour une meilleure maîtrise du service de l eau, avec une évaluation et des contrôles par la collectivité mais aussi par les associations d usagers. Nous devons également informer les Français sur les enjeux de l eau pour mieux s adapter au changement climatique, avec de vrais sujets comme les conflits d usages face à un stress hydrique qui sera plus important dans certaines régions de France. Parcours 2001 Anne Le Strat est élue conseillère de Paris et désignée Présidente-Directrice générale de la SAGEP-SEM Elle conduit avec la ville de Paris la renégociation des contrats des deux distributeurs privés Elle signe la charte de la Diversité dans la continuité des actions mises en œuvre depuis Eau de Paris obtient le label Égalité (égalité professionnelle Femmes/Hommes). Elle fut l une des cinq premières entreprises labellisées Sous l impulsion de la Présidente-Directrice générale, Eau de Paris lance la démarche «Eau de Paris demain», réflexion collective autour du devenir du service de l eau parisien Anne Le Strat est réélue conseillère de Paris et désignée adjointe au maire de Paris en charge de l Eau, de l assainissement et de la gestion des canaux. Elle est élue Présidente d Eau de Paris. Le Conseil de Paris en novembre prend la décision d engager la réforme du service public de l eau Année de la création de la régie municipale Eau de Paris, opérateur public unique de l eau à Paris. Cette même année, Anne Le Strat est nommée Présidente d Aqua Publica Europea (réseau d entreprises publiques européennes du secteur de l eau et de l assainissement engagé dans la défense et la promotion de la gestion publique de l eau) Anne Le Strat participe à la création de France Eau Publique (réseau de collectivités territoriales et d opérateurs publics dont le but est de promouvoir la gestion publique de l eau en France) L expérience parisienne est retracée dans un ouvrage «L Eau à Paris, retour vers le public».

4 6 Une nouvelle gouvernance Une nouvelle gouvernance 7 Une gouvernance ouverte et transparente Célia Blauel Présidente d Eau de Paris mars 2014 «Je veux encourager la transition écologique» 180 C est le nombre de délibérations approuvées par le Conseil d administration en Conseil d administration d Eau de Paris au 6 juin 2014 Ouverture à la société civile et gestion transparente : voici ce qui gouverne Eau de Paris depuis sa création en Des principes inscrits dans les statuts de la régie ainsi que dans le contrat d objectifs qui la lie à la municipalité pour la période L e Conseil d administration d Eau de Paris est composé d élus de la municipalité, de représentants des salariés, ainsi que d associations de défense des consommateurs et de l environnement. Il compte 20 membres dont 13 représentants de la collectivité parisienne (7 femmes et 6 hommes) et permet un véritable débat entre toutes les parties prenantes du service public de l eau. En 2013, il s est réuni six fois en séances ordinaires et une fois en séance exceptionnelle. À noter que les membres du Conseil ne perçoivent pas de jetons de présence (rémunérations) et assistent aux séances de façon assidue. Le Conseil d administration de la régie est présidé depuis le 6 juin 2014 par Célia Blauel, adjointe à la maire de Paris en charge de l Environnement, du développement durable, de l eau, de la politique des canaux et du «plan climat-énergie territorial». Le vice-président, François Vauglin, maire du 11 e arrondissement de Paris, a été élu le 27 juin LE SAVIEZ-VOUS? Le 1 er avril 2013, le nouveau règlement du service public de l eau, adopté par le Conseil de Paris des 11 et 12 février 2013, est entré en vigueur. Eau de Paris a présenté en cours d année à l Observatoire parisien de l eau ses réflexions sur la tarification de l eau et l éducation à l eau. COMPOSITION DU CONSEIL D ADMINISTRATION AU 27 JUIN 2014 REPRÉSENTANTS DE LA VILLE DE PARIS Célia BLAUEL, présidente François VAUGLIN, vice-président Jean-Noël AQUA Eric AZIÈRE Jean-Didier BERTHAULT Colombe BROSSEL Anne-Charlotte BUFFETEAU Jérôme GLEIZES Pénélope KOMITES Catherine LECUYER Véronique LEVIEUX Thomas LAURET Karen TAIEB REPRÉSENTANTS ÉLUS DU PERSONNEL AU SEIN DU COMITÉ D ENTREPRISE Damien BOISSINOT Alain PLATEAU REPRÉSENTANTS DU MONDE ASSOCIATIF, AVEC VOIX DÉLIBÉRATIVES Martine DEPUY (Observatoire de l eau) Henri COING (UFC-Que Choisir) Abelardo ZAMORANO (France Nature Environnement) Originaire de l une des plus petites communes de France, Ferette, en Alsace, Célia Blauel s est installée à Paris au début des années 2000 pour suivre un DESS de communication à la Sorbonne, après avoir fait l Institut d études politiques de Strasbourg. À Paris, elle entame une carrière professionnelle à la mairie du 14 e arrondissement de Paris, au service des Espaces verts, puis en tant que chargée des questions de logement et de l insalubrité. L expulsion d un immeuble de mal-logés rue de la Tombe-Issoire le jour de la rentrée scolaire 2005 provoque son engagement en politique au sein d EELV (Europe Écologie - Les Verts). Son parcours professionnel se poursuit dans une municipalité de l Essonne, où elle est chargée du développement durable ; puis à l INPES (Institut national de prévention et d éducation à la santé) où elle mène des campagnes de communication nationales sur les addictions ; et enfin en tant qu attachée parlementaire d un député de Paris EELV. Candidate aux dernières élections municipales dans le 14 e arrondissement, elle est nommée maire adjointe de Paris chargée de l Environnement, du développement durable, de l eau, de la politique des canaux et du «plan climat énergie territorial.» Récemment élue présidente d Eau de Paris, Célia Blauel souhaite mettre l accent sur tout ce qui fait de l entreprise un acteur majeur de la transition écologique : renforcer le travail sur la protection de la ressource et des aires de captage, en favorisant notamment les partenariats avec les agriculteurs ; proposer une tarification sociale de l eau adaptée au contexte parisien ; garantir un juste accès à une eau de qualité pour tous, quelle que soit la situation économique et sociale des Parisiens ; repenser la place de l eau dans la ville, à la fois comme un élément de convivialité et d amélioration du cadre de vie, mais aussi pour faire face au changement climatique. «L eau est au carrefour de tellement de problématiques environnementales, technologiques, économiques, sociales, qu elle est sans aucun doute une des clés pour répondre aux grands enjeux de la Ville de demain.»

5 8 Qui sommes-nous? Qui sommes-nous? 9 Francois Poupard Directeur général d Eau de Paris «Le service public de l eau a le droit et le devoir d être innovant» Vous avez engagé en 2013 une réflexion collective sur l avenir d Eau de Paris, pouvez-vous nous dire pourquoi? La situation d Eau de Paris est pour l heure extrêmement saine puisque l entreprise enregistre en 2013 un résultat d environ 50 millions d euros. Mais elle se trouve confrontée à une équation préoccupante à moyen terme. En effet, les volumes distribués baissent chaque année en raison des économies d eau que font les Parisiens tandis que nos charges continuent d augmenter. Sans changement, cet «effet ciseaux» se poursuivra et amènera un déficit d exploitation, à l horizon Il est donc nécessaire de fixer des orientations stratégiques ad hoc pour repousser l échéance, un déficit d exploitation n étant pas envisageable pour une entreprise publique. «L avenir du service public de l eau se joue aujourd hui à Paris» Dans cette perspective, j ai initié une vaste réflexion avec une centaine de collaborateurs et des experts extérieurs dans un premier temps, puis avec l ensemble des salariés, pour réfléchir et bâtir une stratégie de développement dans le cadre d un projet d entreprise baptisé «Horizon 2025». Sur quoi a porté cette réflexion? Une grande diversité de sujets a été évoquée : notamment sur la stratégie de développement, les ruptures technologiques à mettre en œuvre pour gagner en efficacité ou l évolution des ressources humaines à dix ans (pyramide des âges vieillissante, adaptation des métiers aux nouveaux enjeux). L objectif est à la fois de retrouver des leviers de développement, d optimiser les process, de préparer les ressources humaines aux changements de techniques. Quelles sont les grandes orientations issues de cette réflexion que vous auriez envie de voir inscrites au nouveau contrat d objectifs liant la Ville et sa régie? Les grandes orientations issues de cette réflexion reposent sur trois axes qui nous donneront l opportunité de défendre des choix stratégiques pour une meilleure visibilité du développement de l entreprise les cinq prochaines années : doter Eau de Paris d un plan de développement de l activité, en allant chercher de nouveaux marchés sur nos domaines d expertise ; favoriser l optimisation industrielle et technologique, mais aussi organisationnelle en initiant des rapprochements avec les entreprises publiques proches, dans les domaines de l assainissement ou de la chaleur urbaine par exemple ; valoriser et exporter notre expertise auprès de nouveaux clients et partenaires. Je défends une stratégie de développement et d innovation plutôt que de restriction et de décroissance : je souhaite qu Eau de Paris ait confiance en son futur. Le service de l eau a le droit et le devoir d être ambitieux et innovant. Chantier de géothermie d Eau de Paris pour fournir la chaleur de l éco-quartier Clichy-Batignolles (Paris 17 e ) - juillet 2014 Comment qualifieriez-vous la performance d Eau de Paris? La performance d Eau de Paris est globalement très bonne avec d excellents résultats sanitaires, de très bons indicateurs techniques, un résultat économique qui permet des investissements sur l avenir à hauteur de 70 millions d euros par an. D un point de vue social, nous avons conclu de nombreux accords avec les partenaires sociaux au fil des années, tout en maîtrisant l augmentation de la masse salariale. Les avancées ont été nombreuses, en particulier sur la diversité et l égalité femmeshommes, la prise en compte des spécificités des différentes provenances de salariés. Malgré tout, il reste des progrès à faire dans cette entreprise composée de personnes provenant d horizons très différents et instaurer un climat de confiance est une nécessité dans les prochaines années. Quels atouts et expertises Eau de Paris peut-elle mettre en avant pour participer à la transition écologique qu Anne Hidalgo, la maire de Paris, appelle de ses vœux dans le cadre de la métropolisation? Pour l instant, les dispositifs législatifs ne prévoient pas de métropolisation de la question de l eau. C est peut être dommage, alors que les réseaux sont totalement interconnectés dans notre agglomération. Malgré cela rien n empêche Eau de Paris d imaginer des services à destination des communes limitrophes de nos installations : vente d eau en gros, eau non potable, eaux brutes... Certaines collectivités nous ont d ailleurs contactés en ce sens. La transition écologique est dans l ADN même d Eau de Paris puisque nous sommes en recherche constante de performance environnementale et technologique pour proposer une eau toujours pure et bonne à boire et parallèlement pour en maîtriser sa consommation, avec des process de production très économes en énergie. L eau non potable est à ce titre une alternative très intéressante à étudier. Nous pourrions aussi proposer nos compétences en agro-écologie, sur les territoires sur lesquels nous captons l eau... La transition écologique, c est aussi réfléchir à comment mieux connecter les réseaux urbains pour fabriquer des économies d échelle. Il faut réinvestir le sous-sol parisien et rassembler ses acteurs pour innover. Ce qui est un déchet pour l un est une source d énergie pour l autre : les eaux d exhaure, pompées autour des stations de métro, peuvent servir à nettoyer les rues ou les arroser pour rafraîchir la ville l été ; les calories ou frigories contenues dans l eau peuvent contribuer au chauffage des logements ou au rafraîchissement des bureaux... Cela ouvre un champ d expérimentation immense en phase avec le projet municipal de faire de Paris une ville pionnière en matière énergétique. Qu aimeriez-vous faire savoir sur Eau de Paris à ceux qui liront ce rapport annuel? Les contraintes économiques et «l effet ciseaux» nous concernent tous et obligent le Conseil d administration et la ville de Paris à se soucier de l avenir du fleuron Eau de Paris. Cela nous pousse à bousculer nos habitudes et à innover pour trouver d autres solutions que l augmentation du prix de l eau. Un sujet stimulant aussi, qui donne du sens à notre action et nous mobilise sur notre cœur de métier et ses évolutions. C est l avenir du service public de l eau qui se joue aujourd hui à Paris. Mais notre capacité à inventer et à nous mobiliser, montrée par les salariés au cours de l année écoulée sur la construction de ce projet stratégique, est pour moi un vrai motif d optimisme et même d enthousiasme.

6 10 Qui sommes-nous? Qui sommes-nous? 11 Une entreprise publique au service des Parisiens Du robinet à l arrosage : histoires d eaux Un accès à l eau pour tous Eau de Paris prélève, traite et distribue de l eau potable à plus de 3 millions d usagers, avec un souci constant : la qualité. Ouverte à la société civile, responsable, moderne et innovante, la régie parisienne constitue depuis 2009 le porte-drapeau du retour en gestion publique de l eau. Avec 938 collaborateurs, Eau de Paris est la plus importante entreprise publique de l eau en France. Ses missions? Approvisionner Paris en eau en toute circonstance, tout en limitant son impact sur le milieu naturel et la ressource disponible ; garantir aux Parisiens une eau de qualité au meilleur coût ; assurer la relation avec les abonnés et les usagers ainsi que des territoires où elle est implantée. La régie parisienne assure l entretien et le renouvellement du patrimoine hydraulique parisien : 3 aqueducs principaux (470 km au total), km de conduites d eau potable (dont km intramuros), km de canalisations d eau non potable (dont km intramuros), 6 usines de production d eau potable (2 pour les eaux de rivière et 4 pour les eaux souterraines) et un réseau d environ compteurs gérés en télé-relevé. Une gouvernance ouverte à la société civile En tant qu entreprise tournée vers ses usagers, Eau de Paris a fait le choix de la transparence. Son Conseil d administration, renouvelé en juin 2014 (voir p. 6), est composé d élus de la municipalité, de représentants des salariés, ainsi que de membres d associations de défense des consommateurs et de l environnement. (voir l interview d Anne Le Strat p. 4-5) Une gestion responsable et solidaire La régie entend incarner un modèle de gestion publique fondé sur un principe simple : l eau, bien commun de l humanité, doit être gérée de manière responsable et solidaire, selon des critères sociaux, environnementaux, techniques, économiques et démocratiques de long terme. Un engagement sur la durée Un contrat d objectifs a été signé en 2010 entre la collectivité parisienne et sa régie. Il comporte 10 engagements permettant à Eau de Paris de tisser un lien de confiance avec les Parisiens. Des indicateurs de performance sont associés à chacun de ces objectifs (cf. les données financières p ). Les 10 engagements d Eau de Paris 1. Garantir un approvisionnement en eau en toute circonstance. 2. Placer l usager au cœur du service de l eau. 3. Assurer une gestion rigoureuse et transparente. 4. Garantir l accès à l eau de tous les usagers, notamment les plus démunis, sans discrimination. 5. Assurer la performance du réseau et des installations. 6. Maintenir un haut niveau d entretien et de valorisation du patrimoine. 7. Développer une vision prospective du système d alimentation en eau. 8. Offrir un modèle d entreprise socialement avancée. 9. Mettre en œuvre un système de management certifié et écologiquement responsable. 10. Accompagner les évolutions du service de l eau non potable. Avant d arriver au robinet des Parisiens, l eau effectue un long parcours : après son prélèvement, elle est traitée, analysée, acheminée aux portes de Paris, puis distribuée. Autant d étapes au cours desquelles Eau de Paris intervient pour garantir une qualité optimale. Quant au réseau d eau non potable, il est en plein renouveau. L eau potable parisienne provient à parts égales d eaux de rivière la Marne et la Seine et d eaux souterraines, issues de 102 points de captage situés dans un rayon de 100 à 150 km autour de la capitale. Les plus lointains se trouvent en Normandie et en Bourgogne. La ressource brute n étant pas naturellement potable, Eau de Paris développe des traitements qui utilisent des techniques de filtrage inspirées de celles de la nature. Sur les eaux souterraines captées aux environs de Provins et de Fontainebleau, naturellement clarifiées, un simple traitement par filtration sur charbon actif est effectué pour retirer les pesticides. Deux usines ont été construites à proximité des sources, à Longueville (77) et à Sorques (77). Sur les eaux de rivière et les eaux souterraines prélevées dans des milieux calcaires, un traitement plus complexe est nécessaire. Particules, bactéries, virus, pesticides et autres pollutions de l environnement doivent être éliminés. Le traitement des eaux de la Seine et de la Marne s opère dans deux usines, situées à Orly (94) et à Joinville (94) ; celui des eaux souterraines est réalisé dans les usines de Saint-Cloud (92) et de L Haÿ-les-Roses (94). Ainsi, quelle que soit sa provenance à l entrée de l usine, l eau qui en sort est de la même qualité. Une pression continue garantie Arrivées aux portes de Paris, les eaux sont réparties dans cinq grands réservoirs : L Haÿ-les-Roses (94), Saint-Cloud (92), Ménilmontant (75), Les Lilas (75) et Montsouris (75). L équivalent de deux jours de consommation d eau des Parisiens y est stocké. Le réseau parisien est piloté depuis le Centre de contrôle et de commande (CCC) d Eau de Paris. Grâce à une gestion technique centralisée, le CCC organise en temps réel la production de l eau et régule la circulation dans le réseau de distribution depuis les réservoirs. Il le fait en fonction des besoins, pour garantir en continu aux Parisiens une eau du robinet à la bonne pression. Paris ne peut pas manquer d eau! La diversité des sources d approvisionnement et l autonomie des vecteurs de transport de l eau les uns par rapport aux autres permettent à Eau de Paris de garantir aux Parisiens une alimentation en eau continue, en toute circonstance. Et ce, quels que soient les événements : canicule, crue, sécheresse, pollution accidentelle ou rupture imprévue de canalisation. Eau de Paris dispose en effet de 5 dessertes d eau indépendantes, structurées autour de 3 aqueducs principaux la Vanne (77), le Loing (77) et l Avre (28) et de plusieurs conduites majeures au départ des usines d Orly et de Joinville. En cas d indisponibilité d un des vecteurs, les autres peuvent compenser. Réservoir d eau non potable de Passy (Paris 16 e ) LE SAVIEZ-VOUS? L eau non potable a elle aussi un avenir! Paris dispose d un double réseau d alimentation en eau, potable et non potable, spécificité héritée du XIX e siècle. Les deux réseaux ont connu une évolution différente. Le premier s est étendu à l ensemble des bâtiments de la capitale et délivre de l eau potable à 3 millions d usagers. Le second, qui puise sa source dans la Seine et dans le canal de l Ourcq, est principalement utilisé par les services municipaux de la ville de Paris pour le nettoyage des trottoirs, des caniveaux et des chaussées, l arrosage des parcs et jardins, l alimentation des bois de Vincennes et de Boulogne. En mars 2012, le Conseil de Paris a confié à Eau de Paris la rénovation du réseau d eau non potable et le développement de nouveaux usages. Un vaste chantier en perspective pour une alternative durable à la consommation de l eau potable.

7 12 Temps forts 2013 Temps forts , entre reconnaissance et nouvel élan Janvier Juin Août Septembre Un nouveau Directeur général... François Poupard a pris ses fonctions le 1 er janvier.... et un tout nouveau siège Haute qualité environnementale Fin janvier, près de 430 collaborateurs-trices d Eau de Paris ont intégré le nouveau siège de la régie situé rue Neuve-Tolbiac (Paris 13 e ). Ce site est certifié Haute qualité environnementale. Une charte de diversité Après le renouvellement du label diversité en 2012, la régie a poursuivi son action pour l égalité professionnelle. En janvier, elle a signé dans ce cadre la charte Lesbiennes, Gays, Bi et transgenres (LGBT), au même titre que huit autres entreprises engagées dans cette démarche. Février Eau, réseaux et vidéo Le réseau parisien étant composé à 95 % de galeries souterraines visitables, les km de canalisations de distribution d eau potable et les km de canalisations d eau non potable donnent lieu à deux visites par an, permettant d identifier les fuites et travaux à conduire. En 2013, pour accroître la connaissance du réseau, Eau de Paris a choisi d expérimenter des inspections par vidéo. En 2013, 180 km de canalisations ont été filmées pour exploitation des données recueillies. > p.20 Mars Zep et Plantu accompagnent Eau de Paris En 2013, Eau de Paris a eu la chance de collaborer avec deux grands noms de l illustration et du dessin de presse français. Zep a accepté que son personnage Titeuf soit mis en scène dans l exposition pour enfants «Enquête sur l eau» présentée par Eau de Paris au Pavillon de l eau de mars à octobre Parallèlement, une exposition créée avec Cartooning for Peace et l accord de Plantu a permis de sensibiliser les Parisiens aux enjeux de l eau via des dessins de presse du monde entier. > p.59 Avril De nouvelles perspectives pour l eau non potable Suite à la décision du Conseil de Paris, en mars 2012, de maintenir le réseau d eau non potable, Eau de Paris a engagé les travaux de remise à niveau des installations, avec des travaux sur les usines d Austerlitz et de la Villette. En avril 2013, la régie a par ailleurs expérimenté de nouveaux usages, notamment la climatisation de l Hôtel de Ville de Paris sur le réseau d eau non potable. > p.46 De l eau plaisir dans la ville Eau de Paris a agrandi son parc de fontaines pétillantes dans la rue, favorisant ainsi l accès à l eau pour tous et l envie de la consommer. Les quatre Pétillantes que compte la capitale (12 e, 13 e, 15 e, 18 e ) délivrent une eau fraîche ou à température ambiante, plate ou gazeuse. Elles remportent un vif succès auprès de tous les riverains. Deux nouvelles fontaines seront implantées, notamment sur les berges de la Seine, courant > p.45 Juillet La Pétillante, star de Paris Plages Comme tous les étés depuis maintenant douze ans, Eau de Paris était présente à Paris Plages en Parisiens et touristes ont pu se désaltérer aux différentes fontaines d eau potable mis à leur disposition, et notamment aux deux fontaines d eau pétillante installées pour l occasion au niveau de sa buvette éphémère située près du pont Notre-Dame. Il était une fois Eau de Paris... Eau de Paris a édité en exemplaires l ouvrage «L Eau à Paris, retour vers le public», qui retrace la démarche ayant conduit à la constitution de l opérateur unique. Réunissant un fonds documentaire riche et des témoignages de membres du Conseil d administration qui ont vécu et accompagné la démarche, ce livre a été conçu comme un guide pour accompagner un processus de remunicipalisation. Il a été diffusé à l ensemble des salariés et adressé aux contacts de la régie, fin août Les aqueducs à l honneur Célébrant les 400 ans de l aqueduc Médicis plus long monument historique de France, 2013 a été l année des aqueducs à Eau de Paris. L exposition «Aqueducs, des chemins pour l eau» a permis de faire comprendre aux Parisiens le fonctionnement de ces ouvrages encore utilisés aujourd hui par la régie pour acheminer l eau. Des visites de presse ont par ailleurs été organisées à l occasion de l arrêt pour travaux de l aqueduc de la Vanne (au printemps), puis de l aqueduc du Loing (à l automne) pour faire découvrir ces édifices chargés d histoire. Octobre Le 17 octobre et pour la seconde année consécutive, Eau de Paris a été désignée Élu Service Client de l Année 2014, avec une note de 15,39 sur 20, dans la catégorie «Distribution d eau». Cette qualité de service est confirmée par le baromètre conduit auprès des usagers, qui à 96 % s estiment satisfaits du service qui leur est rendu. > p.51 Novembre La biodiversité à tout prix Le 18 novembre, la ville de Paris et sa régie ont été récompensées pour leur action en faveur de la protection de la ressource et le développement de milieux humides en recevant le prix «Grandes villes» du concours 2013 «Capitale française de la biodiversité» organisé par l association Natureparif. > p.25 Décembre 2013, un nouveau départ Dans la poursuite des travaux entamés avec les bailleurs sociaux en mars 2012, Eau de Paris s est engagée aux côtés de la ville de Paris auprès des bailleurs du parc privé parisien, en signant le 10 décembre 2013 une nouvelle charte sur la gestion responsable de l eau. > p.50 Bienvenue madame la ministre! Anne Le Strat, alors Présidente d Eau de Paris, et François Poupard, Directeur général, ont reçu Najat Vallaud-Belkacem, alors ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement, le 6 décembre à l usine d eau potable de Joinville (94). Ce temps de rencontre avec des salarié(e)s de la régie notamment été l occasion de souligner l enjeu de la mixité des métiers. > p.68

8 14 Chiffres clés 2013 Chiffres clés ,89 % CONSOMMATION +57,61 % ÉGALITÉ FEMMES-HOMMES SOLIDARITÉ 78 % INVESTISSEMENTS C est le taux de réalisation des dépenses d investissement en 2013 contre 82 % en Ces dépenses ont atteint un total de 65,65 millions d euros. Elles ont été autofinancées sans recours à l emprunt. C est la baisse de consommation d eau potable enregistrée à Paris en 2013 par rapport à Ce chiffre correspond à une consommation moyenne quotidienne de m³ (contre environ m³ en 2012) par 3 millions de consommateurs, soit 160 litres par jour et par personne. Parallèlement, l exercice 2013 présente un résultat de 50,7 millions d euros, en baisse de 12,1 millions d euros par rapport à l exercice précédent. C est la part des recrutements des femmes dans le total des recrutements réalisés par Eau de Paris en 2013, contre 54,64 % en C est le montant de la contribution d Eau de Paris au Fonds de solidarité logement (FSL), en Ce montant était identique en TÉLÉ-RELEVÉ 79 % C est le nombre de compteurs d eau géré par Eau de Paris qui bénéficient pour 98,99 % d entre eux d un système de relevé des consommations ultramoderne, en temps quasi-réel. (Chiffres au 1 er avril 2014) SATISFACTION CLIENT C est le taux de satisfaction des abonnés en Il était de 78 % en AGRICULTEURS ENGAGÉS C est le nombre d agriculteurs travaillant en partenariat étroit avec Eau de Paris pour réduire l apport de nitrates et de pesticides. Ce chiffre est en stagnation (ils étaient 140 en 2012). Les efforts engagés en 2013 verront leurs résultats concrétisés en SENSIBILISATION C est le nombre de visiteurs reçus au Pavillon de l eau en 2013, lieu d information du public sur l eau géré par Eau de Paris, soit 8,6 % de plus qu en 2012.

9 16 17 «L hydrogéologue fait le lien entre histoire, territoires et actions» Un ancrage territorial durable Frédéric Barrez Direction de la Ressource en eau et de la production / Service protection de la ressource Vous exercez un métier nouveau à Eau de Paris. En quoi consiste-t-il? J ai en effet rejoint les équipes d Eau de Paris en mars 2013 en tant qu hydrogéologue. Mon travail consiste à coordonner, améliorer et exploiter les bases de données (débits, pluviométrie, paramètres physico-chimiques...) afin de mieux caractériser la ressource en eau brute en termes de qualité et de quantité, suivre l impact des actions de protection et enfin définir des tendances sur le long terme. Je conduis des études de terrain pour comprendre l origine des pollutions et mieux positionner les actions de préservation de la ressource. C est une mission transversale et proactive, qui porte autant sur les eaux souterraines que sur les eaux de rivière. L engagement fort de la régie en faveur du développement soutenable se poursuit en 2013 avec une attention particulière portée aux territoires, qui catalysent les enjeux liés à l eau. Via une politique volontaire, Eau de Paris fait son possible pour inciter les acteurs locaux (collectivités, agriculteurs, industriels) à repenser leurs modes de gestion des milieux naturels, notamment en diminuant ou, mieux, en supprimant l utilisation d intrants chimiques. Pour y parvenir, la régie mobilise des compétences de plus en plus pointues et des profils nouveaux voire inédits dans ce secteur industriel. De nouveaux métiers hydrogéologue (lire page ci-contre), animateurs de territoire... ont ainsi fait leur apparition dans l entreprise, plaçant Eau de Paris à l avant-garde dans sa mission de production d eau. Pourquoi ce nouveau métier à Eau de Paris? Le fait de développer une expertise propre en interne permet d avoir une meilleure mise en perspective de l historique des actions et des chroniques de données. Par ailleurs, les producteurs d eau doivent de plus en plus faire face à des problématiques liées aux pollutions diffuses. Ma bonne connaissance des produits phytosanitaires apporte une plus-value pour mieux comprendre comment se font ces transferts de pollution. Cela me permet également de mieux informer les acteurs locaux agricoles des impacts de leurs pratiques sur la qualité de l eau. En quoi ce nouveau métier constitue-t-il un atout pour Eau de Paris? La connaissance historique accumulée par Eau de Paris est plus que centenaire, certaines archives de surveillance pouvant même dater du début du XIX e siècle. Ces données permettent notamment de mieux cerner les conséquences du changement climatique sur les quantités d eau disponibles mais aussi sur l évolution de la qualité de la ressource. Finalement, l hydrogéologue fait le lien entre histoire, territoires et actions. Eau de Paris est moteur sur la préservation de l eau en France, grâce à la ressource analytique accumulée et une expertise interne reconnue sur le territoire national.

10 18 Un ancrage territorial durable Un ancrage territorial durable 19 Construire un lien étroit avec les territoires m 3 C est la quantité d eau fournie gratuitement aux communes par Eau de Paris en vertu de droits d eau. En 2012, ce volume était de m 3. Garantir un approvisionnement compétitif aux communes Lors de la dérivation des eaux, à la fin du XIX e siècle, le captage des eaux pour Paris a été compensé entre autres, par l attribution de «droits d eau» permettant l alimentation en eau potable des communes locales qui ne disposaient pas de ressources propres. Complétés au cours du XX e siècle, ces droits d eau leur permettent de bénéficier de volumes d eau gratuits. Cinq communes les utilisent toujours : Léchelle, Mortery et Saint-Loup de Naud, dans la région de Provins (77), Villemer et Nemours sur le bassin du Loing-Lunain (77). La ville de Sens bénéficie aussi d une connexion sur l aqueduc de la Vanne qui participe à son alimentation en eau potable. Eau de Paris a fourni à titre gracieux m 3 d eau en 2013 à l ensemble de ces communes. Pour les communes qui se situent sur le passage des aqueducs et qui en font la demande, Eau de Paris étudie techniquement la possibilité de leur distribuer de l eau captée par ses soins à des prix compétitifs. En 2013, la régie a ainsi continué d alimenter la commune de Saint Benoist-sur-Vanne ( m³), l hôpital de Champcueil ( m³) et le SAN du Val d Europe ( m³ via l aqueduc de la Dhuis). Arcades de Cuy, aqueduc de la Vanne, région de Sens SOLIDARITÉ TERRITORIALE Compte tenu de l importance des enjeux territoriaux liés à la gestion de l eau, Eau de Paris multiplie les partenariats avec les départements et communes où sont implantées ses installations. Objectif? Favoriser des projets communs respectueux des réalités locales. Héritière d un schéma d alimentation en eau conçu au XIXe siècle, Eau de Paris s appuie sur un vaste et exceptionnel patrimoine industriel et naturel, qui s étend sur cinq départements (Seineet-Marne, Eure, Eure-et-Loir, Yonne, Aube). Anticiper les besoins locaux en eau Alors que l eau constitue un enjeu majeur dans le développement des territoires, Eau de Paris veille au quotidien à respecter l équilibre des milieux naturels et à prendre en compte les besoins locaux. Notamment en période d étiage, lorsque le niveau des cours d eau est particulièrement bas. Les sources d eau souterraine participant à l alimentation en eau de Paris sont des émergences naturelles, exutoires de la nappe vers les cours d eaux. Si les captages sont sans incidence sur le niveau même des nappes (l eau sort naturellement sans être pompée), ils peuvent en revanche avoir un effet sur l état des rivières situées à l aval, en période de sécheresse. Aussi, l entreprise suit-elle au jour le jour l état des rivières Vanne (89 et 77), Loing (77), Lunain (77) et Avre (28 et 27) en période sensible, et adapte ses prélèvements pour maintenir un niveau suffisant dans les cours d eau. En 2013, seul le bassin de l Avre a été soumis à des arrêtés sécheresse, pris par la préfecture de l Eure en août. Accompagner les agriculteurs bio Eau de Paris participe activement et de multiples façons à la vie économique des territoires qu elle traverse, se positionnant comme un partenaire au quotidien. Sur les terrains situés sur les aires d alimentation de captages, la régie met en œuvre des partenariats avec des agriculteurs, en les accompagnant techniquement au changement de pratiques favorables à la qualité de l eau au travers d animations par bassin. Les terrains acquis pour la protection de l eau sont mis à leur disposition via des baux ruraux, qui favorisent l installation d exploitants et le développement de cultures biologiques. Des objectifs durables S inscrivant dans les démarches engagées depuis les années 2000, Eau de Paris a développé une politique de protection durable des ressources en eau, inscrite dans les territoires. Cette politique s articule autour de quatre axes. 1. MAINTENIR la diversité d approvisionnement en eau potable de Paris tout en limitant la pression des prélèvements sur les ressources en eau et les territoires. 2. RESTAURER ET PRÉSERVER la qualité des eaux brutes. 3. RENFORCER le lien entre les acteurs dans le domaine de l eau, développer la solidarité territoriale et contribuer au développement local. 4. MULTIPLIER les actions de recherche/innovation appliquées à la protection des ressources. Cette politique a permis à la régie de se positionner comme un acteur à part entière du territoire, actionnant des leviers d action bénéfiques pour le développement local et la protection globale des territoires. Canal de décharge des sources de Villemer (77) permettant de restituer l eau dans la nature En 2013, les Parisiens n ont pas manqué d eau, ni qualitativement ni quantitativement. Eau de Paris a respecté les obligations auxquelles elle est tenue, notamment en fournissant de l eau à certaines communes de Seine-et-Marne et de l Yonne, agissant ainsi en solidarité avec les territoires sur lesquels elle est implantée JEAN-MICHEL LAYA, directeur adjoint de la direction de la Ressource en eau et de la production

11 20 Un ancrage territorial durable Un ancrage territorial durable 21 Assurer la qualité de l eau aujourd hui et demain LE SAVIEZ-VOUS? Les habitants de Viry-Châtillon boivent de l eau de Paris! ANCRAGE TERRITORIAL En juin 2013, le Conseil d administration a autorisé la signature d une convention de fourniture d eau entre Eau de Paris et la Communauté des Lacs de l Essonne (91), laquelle souhaitait sécuriser son schéma d alimentation en bénéficiant d une nouvelle source d approvisionnement de qualité, à un prix compétitif m³ d eau par jour seront ainsi fournis aux habitants de Viry-Châtillon, acheminés par l aqueduc du Loing, avec une pointe estimée à m³. Les travaux conduits par les équipes des deux régies se sont achevés en février De plus en plus sollicitée pour des ventes d eau, Eau de Paris n exclut ainsi pas de répondre positivement à de nouvelles collectivités ou opérateurs souhaitant se raccorder au schéma d alimentation parisien. Cela est rendu possible sans préjudice de la sécurité d approvisionnement des Parisiens et sans impact sur les prélèvements opérés dans le milieu naturel en raison de la baisse tendancielle de la consommation constatée depuis plus de vingt-cinq ans. Cette démarche se fonde pleinement dans la volonté de la régie de s inscrire dans les territoires et de les accompagner en prenant en compte leurs enjeux. L aqueduc du Loing est enterré sur la majeure partie de son parcours Soutenir les associations de terrain En 2013, Eau de Paris a poursuivi ses partenariats avec les associations engagées à l échelle des territoires en matière de protection des ressources en eau, notamment à travers des actions de sensibilisation. C est ainsi qu elle a subventionné l association des naturalistes de la vallée du Loing/Lunain (ANVL), et accompagné dans ce cadre les animations conduites vers les promeneurs, habitants et usagers. Elle a aussi reconduit sa participation au forum de Provins dédié en 2013 à la biodiversité. Enfin, le projet «Eau précieuse ressource», programme éducatif à l intention des élèves de primaire et de secondaire initialement conduit sur la Seine-et-Marne, s est poursuivi, avec un nouveau financement accordé pour l année , sur un territoire étendu au département de l Essonne. Sources d Armentières (89) PROTECTION DE LA RESSOURCE La protection des eaux souterraines et de rivière constitue l un des axes prioritaires de l action d Eau de Paris. Son ambition est de prélever une eau de la meilleure qualité possible, tout en préservant un patrimoine naturel commun, indispensable au développement des territoires et à la biodiversité dans les décennies à venir. Eau de Paris gère 102 points de captage d eau souterraine, répartis sur 4 grandes zones de prélèvement : Avre (région de Dreux), Vanne (région de Sens), Voulzie (région de Provins), Loing (région de Fontainebleau). Situés en zone rurale et semiurbaine, les captages sont principalement influencés par l activité agricole qui y est majoritaire. Si les actions mises en œuvre ont pour but de protéger les ressources de toutes pollutions, potentielles ou déjà identifiées, en agissant avec l ensemble des acteurs du territoire, une attention plus particulière est portée à l accompagnement des agriculteurs pour développer et pérenniser des pratiques capables d améliorer la qualité de l eau. Les eaux de rivière, quant à elles, sont 102 C est le nombre de captages d eau souterraine gérés par Eau de Paris. plutôt concernées par la qualité des rejets en amont des deux prises d eau de la régie qui sont Orly et Joinville (lire aussi p. 4-5) : assainissements non conformes, rejets industriels, eaux pluviales issues des voiries. Protéger l environnement proche d un captage Le code de la Santé publique impose l établissement de périmètres de protection pour tout captage destiné à l alimentation en eau potable. Cette procédure réglementaire établie par arrêté préfectoral (déclaration d utilité publique - DUP) permet d établir différents zonages de protection autour des captages, accompagnés de contraintes limitant les activités existantes ou futures. Les 102 points de captages d eau souterraine et les 2 prises d eau de rivière d Eau de Paris sont regroupés en 15 ensembles de captage pour l établissement des périmètres de protection. En 2013, 11 d entre eux disposent d un arrêté de DUP. Dans tous les cas, Eau de Paris suit attentivement l évolution des activités sur les aires d alimentation des captages. Elle intervient de façon systématique auprès de l administration lors des enquêtes publiques, en cas de risque identifié pour les ressources en eau qu elle gère mais également pour les captages communaux influencés par les mêmes aires d alimentation.

12 22 Un ancrage territorial durable Un ancrage territorial durable 23 Prélèvement d eau de Seine pour en analyser la qualité biologique à Orly (94) ha C est la superficie totale (récemment réévaluée) des aires d alimentation des captages d eaux souterraines, gérées par Eau de Paris. Sur ces territoires, Eau de Paris agit pour limiter les pollutions présentes ou potentielles avec l ensemble des acteurs concernés. D autres captages de collectivités locales sont influencés par ces mêmes aires d alimentation, ce qui conduit à la mise en œuvre de partenariats pour améliorer collectivement la qualité de ces eaux. Champ de semences biologiques en Seine-et-Marne (77) LE SAVIEZ-VOUS? 137 agriculteurs sont engagés aux côtés d Eau de Paris DÉVELOPPEMENT LOCAL Sur les aires d alimentation des captages de la Voulzie en Seine-et-Marne (77), de la Vigne, en Eure-et-Loir (28), et de la vallée de la Vanne dans l Yonne (89) et l Aube (10), Eau de Paris travaille main dans la main avec des agriculteurs. Fin 2013, ils étaient 137. Leur engagement consiste à maintenir en herbe des terrains agricoles (1 076 hectares sur le bassin des sources de la Vigne), à les cultiver en agriculture biologique (1 863 hectares au total sur ces trois aires d alimentation de captages) ou réduire de manière significative les quantités d azote ou de pesticides pour préserver la qualité de l eau (7 424 hectares engagés au total). Ce sont ainsi plus de hectares qui bénéficient de cette démarche sur les hectares de surfaces agricoles des trois bassins. Protéger les eaux de rivière en concertation avec les acteurs franciliens L amélioration de la qualité des rivières relève notamment d un programme lancé en 2007 et reconduit en 2013 : Phyt Eaux Cités, dont le but est de diminuer l usage des pesticides en zone non agricole. En mai 2013, de nouveaux engagements ont vu le jour. Eau de Paris a signé la charte Plaines et coteaux de la Seine centrale urbaine, qui engage la régie sur cinq domaines : connaître et protéger la Seine et ses affluents ; préserver la ressource en eau et améliorer sa qualité ; rendre la ville plus perméable en prenant en compte le cycle naturel de l eau ; restaurer la Seine et les milieux aquatiques en association avec la population ; mettre l eau au centre de l aménagement du territoire. Dans le même temps, Eau de Paris a accompagné l association Espaces, porteuse de la démarche, dans la préparation du contrat de bassin Seine-centrale urbaine, qui devrait être signé par Paris et Eau de Paris en Les actions identifiées s inscrivent en effet pleinement dans l esprit des celles de la régie : mise en place de plans de gestion écologique et de Trames vertes et bleues (voir p ) ; sensibilisations des populations au Pavillon de l eau ; réhabilitation de réservoirs et de canalisations structurantes ; réalisation d un puits à l Albien dans le cadre du plan de secours régional ou du maintien du réseau d eau non potable ; réalisation de toitures végétalisées. Protéger les eaux souterraines de façon durable, avec les agriculteurs Pour réduire les teneurs en nitrates et en pesticides dans les eaux souterraines, Eau de Paris encourage activement le développement de systèmes agricoles compatibles avec la protection de la ressource souterraine et pérennes économiquement. Sur l aire d alimentation des captages de Vert-en-Drouais (28) L année 2013 a permis la réalisation d un diagnostic approfondi des pressions agricoles et non agricoles sur l aire d alimentation des captages. Partagé au sein d un comité de pilotage et auprès des agriculteurs, ce diagnostic a conduit à la rédaction d un programme d actions pour protéger les captages. Sur l aire d alimentation de Villemer (77) et de Villeron (77) Des enquêtes menées auprès des agriculteurs en 2013 ont permis d analyser les systèmes de cultures, les stratégies des exploitants agricoles et leurs impacts sur la protection de la ressource en eau, dans le but de mettre en œuvre des actions adaptées, durables et efficaces. Sur les aires d alimentation de la Joie-Chaintréauville (77) et de Bourron (77), une étude d impact des activités sur la qualité des captages d eau potable (activités agricoles mais également industries, assainissement, entretiens des espaces verts...) a été réalisée en Ce diagnostic a été communiqué aux organismes agricoles situés sur le territoire afin de les inviter à s impliquer dans des actions adaptées pour résoudre les problématiques de qualité.

13 24 Un ancrage territorial durable Un ancrage territorial durable 25 Agir pour la biodiversité Eau de Paris s est engagée en 2012 dans une démarche volontaire visant à préserver la biodiversité sur l ensemble de son territoire et dans toutes ses activités. Cette démarche s appuie sur un patrimoine qui abrite d importantes richesses naturelles, et sur des pratiques de gestion écologique des espaces naturels mises en place depuis plusieurs années. L es installations de production alimentant Paris en eau potable comportent de vastes espaces naturels variés : bois, prairies, zones humides... En particulier, l emprise des 470 km d aqueducs est enherbée sur 80 % de leur linéaire. Ces espaces constituent des refuges pour la faune et la flore, notamment en zones urbaines ou agricoles où la nature est moins présente. Affirmer une forte sensibilité écologique Il y a une dizaine d années, après de premiers diagnostics réalisés avec le Muséum national d Histoire naturelle sur les arcades du Grand Maître, en forêt de Fontainebleau (77), Eau de Paris a pris conscience de la valeur écologique de son patrimoine en y découvrant l existence d espèces rares, voire très rares. Elle a alors converti ses méthodes C est le nombre total d hectares du patrimoine naturel gérés par Eau de Paris, plaçant ainsi la régie comme un acteur à part entière du territoire et de la gestion des espaces naturels. Aqueduc de la Vanne en forêt de Fontainebleau (77) d entretien des espaces naturels, adoptant une gestion écologique favorable au développement de la faune et de la flore. Pour permettre aux espaces naturels gérés par Eau de Paris de jouer pleinement leur rôle de réservoirs de biodiversité et de continuités écologiques, en milieu rural comme en milieu urbain dense, la régie municipale a étendu la démarche à l ensemble de ses ouvrages et installations, y compris en zone urbaine. Elle a également choisi de mieux prendre en compte la biodiversité dans ses activités, notamment dans ses projets de travaux. Après avoir adhéré en 2011 à la Stratégie nationale pour la biodiversité, elle a formalisé en 2013 une démarche volontaire en faveur de la diversité biologique. Cérémonie de remise des prix du concours Capitale française de la biodiversité organisé par Natureparif (novembre 2013) LE SAVIEZ-VOUS? Les aqueducs sont des corridors écologiques naturels Sur demande d Eau de Paris et de la ville de Paris, le Schéma régional de cohérence écologique d Île-de-France, approuvé par le Conseil régional puis adopté le 21 octobre 2013 par le préfet de région, a inscrit les aqueducs alimentant Paris en eau potable comme des composantes de la Trame verte et bleue régionale. En effet, reliant des zones rurales aux zones plus denses de l agglomération parisienne, ces ouvrages hydrauliques séculaires constituent par nature des corridors écologiques sur les territoires. En 2013 également, Eau de Paris et la ville de Paris ont obtenu le premier prix dans la catégorie «Grandes villes» du concours Capitale française de la biodiversité, organisé par Natureparif (Agence régionale pour la nature et la biodiversité). La thématique de cette quatrième édition était «L eau, la ville, la vie». La régie a été récompensée pour sa démarche de valorisation écologique de ses installations (entretien sans aucun pesticide, création de zones refuges permettent aux espèces végétales et animales de vivre et de se déplacer). Créer des continuités écologiques La stratégie d entreprise en faveur de la biodiversité a été lancée en 2012 à l occasion d un appel à projets du ministère en charge de l Écologie, portant sur la Trame verte et bleue en milieu urbain. Elle prévoit notamment de tirer parti du réseau d aqueducs de la régie qui constitue un ensemble de continuités écologiques fonctionnelles. En 2013, cette stratégie a été complétée sur la base d un diagnostic du patrimoine naturel, des acteurs des territoires et des pratiques d Eau de Paris, que des parties prenantes externes à la régie (représentants de la ville de Paris, direction régionale et interdépartementale de l Environnement et de l énergie, région Île-de-France, Natureparif, agence de l Eau Seine-Normandie, Muséum national d Histoire naturelle), sollicitées dans ce cadre, ont largement partagé. Parallèlement, des «rencontres Trame verte et bleue» ont été organisées entre Eau de Paris et les communes riveraines de ses ouvrages intéressées par la démarche de la régie en faveur de la biodiversité. Seize communes ont manifesté leur intérêt et un travail partenarial a été engagé avec plusieurs d entre elles. Entreprendre des inventaires écologiques En 2013, les sites ayant fait l objet d inventaires faune-flore sont les réservoirs parisiens et celui de Villejuif (94), les usines d Orly (94) et de Joinville (94) et le périmètre sourcier de la Vigne (28). Ces inventaires permettent d enrichir la connaissance qu a la régie de son patrimoine naturel, afin de bâtir des plans de gestion des espaces naturels adaptés à chaque site et d adapter ses projets de travaux aux enjeux écologiques. Gestion écologique : suivez le guide! Les bonnes pratiques mises en place par PÉDAGOGIE la régie depuis le début des années 2000 et qui avaient alors fait l objet d un guide interne en 2006, ont été consolidées dans un ouvrage sur la gestion écologique des espaces naturels. Réalisé en 2013 et publié en avril 2014, il sera diffusé en interne pour une harmonisation des pratiques sur l ensemble du patrimoine parisien de l eau ainsi qu aux partenaires de la régie pour une meilleure reconnaissance des pratiques engagées par Eau de Paris. JEAN-MARC BERNARD Chargé de mission «planification et biodiversité» à la Direction régionale et interdépartementale de l environnement et de l énergie (DRIEE) Eau de Paris impulse un effet d entraînement profitable à tous L ail à tête ronde «Afin d alimenter les Schémas régionaux de cohérence écologique, le ministère en charge de l Écologie a lancé en 2012 un appel à projets pour faire émerger des bonnes pratiques en matière de préservation et de remise en bon état des continuités écologiques. La démarche d Eau de Paris en faveur de la biodiversité et de la Trame verte et bleue, via notamment ses aqueducs, s inscrit pleinement dans cet objectif. Le territoire couvert par la régie s étend bien au-delà de l Île-de-France et la diversité des milieux est telle que les enjeux environnementaux sont protéiformes. C est là toute l originalité du projet défendu par Eau de Paris, qui doit engager un dialogue avec les territoires voisins du sien et faire preuve de pédagogie. Par exemple, si elle gère écologiquement un espace, elle peut expliquer aux agriculteurs et aux collectivités locales pourquoi elle le fait et l intérêt qu ils peuvent y trouver. Si ces derniers, par effet de proximité, appliquent des démarches similaires, Eau de Paris aura alors un effet centripète sur son voisinage. Au final, la régie participe à cette politique nationale en faveur de la biodiversité et de la Trame verte et bleue avec un effet d entraînement local profitable à tous.» 25 C est le nombre d espèces classées très rares en Île de-france, inventoriées par l Association des naturalistes de la vallée du Loing de 2006 à 2011, sur des sites d Eau de Paris.

14 26 27 Des métiers industriels innovants En 2013, Eau de Paris a entrepris des investissements majeurs sur son outil industriel. Ils visent d abord à optimiser la performance de ses installations, qu il s agisse de son réseau de canalisations, surveillé par vidéo (lire page ci-contre), de ses unités de production, avec la construction d une nouvelle unité de traitement des eaux du Loing ou l amélioration de la technologie membranaire, ou de la distribution de l eau, bouleversée par une technologie de contrôle ultra-rapide de la qualité (Maldi-Tof). Afin de répondre au mieux aux enjeux de demain, la régie mise sur son réseau d eau non potable pour en faire une alternative écologique à l eau potable et sur les énergies renouvelables en multipliant les expérimentations en matière de diversité énergétique (géothermie, climatisation). «Grâce à la vidéo, nous passons trois fois moins de temps qu avant dans les égouts» Bruno Dupont Direction de la Distribution / Pôle Réseaux et installations / Agence exploitation Ouest Vous avez choisi la vidéo comme outil de travail lors des descentes en galeries souterraines, pourquoi? Chaque année, nous procédons à des visites des réseaux souterrains dans Paris pour mieux connaître l état de nos canalisations. Certaines de nos interventions en galeries souterraines sont quotidiennes. Je cherchais une autre façon de travailler, moins fastidieuse pour nos fontainiers. L utilisation d une caméra miniature s est imposée à moi. J ai sélectionné un équipement grand angle de type Contour qui se fixe sur le côté du casque pour ne pas gêner les mouvements et la progression dans les tunnels. Quels sont les avantages de cette nouvelle façon de travailler? Cette technologie permet de faire des relevés plus pertinents des canalisations et des branchements pour fiabiliser nos données. Le fontainier décrit ainsi en même temps qu il filme les réseaux et les branchements, leur nature et leur position. La formation des plus jeunes est facilitée puisqu ils peuvent repérer in situ les nombreuses pièces de fontaineries existantes, dont certaines très anciennes. La technologie présente aussi un avantage pour le cartographe, qui bénéficie de 100 % des données présentes sur le terrain et n a plus qu à les retranscrire en suivant la vidéo. En quoi les inspections vidéo sont-elles un atout pour Eau de Paris? Grâce à ces inspections, nous passons trois fois moins de temps qu avant dans un milieu insalubre pour faire le même travail. Sans la caméra, nous traitions 700 mètres de réseau en deux heures. Avec, nous pouvons visiter jusqu à 2 kilomètres de réseau. Pour l heure, l intégralité du 9 e arrondissement de Paris a été inspectée et cartographiée. L inspection du 16 e arrondissement est achevée et en cours d analyse. Au final, l idée est de réaliser une archive vivante de l ensemble du réseau parisien de distribution d eau, de la cartographier fidèlement et de disposer ainsi d un outil de connaissance et d aide à la décision moderne pour améliorer le fonctionnement d Eau de Paris et les conditions de travail des salariés de la régie. Cette initiative interne innovante destinée à optimiser le travail d investigation du réseau parisien est une avancée non négligeable.

15 28 Des métiers industriels innovants Des métiers industriels innovants 29 Équilibrer et sécuriser la production -0,37 % C est la baisse de la production d eau potable enregistrée en 2013 par rapport à Eau de Paris a produit 194,5 millions de m³ d eau en 2013, contre 195,2 millions en Des eaux souterraines moins prélevées Sur les vingt dernières années, les volumes prélevés dans les nappes souterraines pour alimenter Paris en eau de qualité ont été réduits de 30 %. Cette réduction contribue à la préservation des milieux, sachant que les zones de captage d Eau de Paris sont constituées pour la plupart d émergences naturelles, dont le prélèvement n influence pas le niveau des nappes elles-mêmes (voir p. 18) Usine d eau souterraine de Saint-Cloud (92) - Contrôle du fonctionnement de la filière Usine de traitement des eaux de la Seine à Orly (94) Afin de respecter les besoins des territoires en ressources naturelles, Eau de Paris a sécurisé le schéma d alimentation en eau potable des Parisiens en maintenant un équilibre entre eaux souterraines et eaux de rivière. Parallèlement, la régie assure des travaux de maintenance réguliers dans ses usines pour garantir leur performance. L a sécurité d alimentation en eau des Parisiens est assurée par une grande variété de ressources. La part respective des eaux d origine souterraine et des eaux de surface varie selon les années (de 45 à 55 %), en fonction des travaux réalisés sur les ouvrages et de la pluviométrie. Eau de Paris veille en effet à minimiser en période de sécheresse les impacts sur les cours d eau à l aval de ses prélèvements. La régie s impose pour cela de restituer au milieu naturel des quantités d eau le plus souvent supérieures aux obligations réglementaires en pareil cas. Pour la consommation de la capitale, Eau de Paris a produit 194,5 millions de m 3 en % proviennent d eaux souterraines, 52 % d eaux de rivière, ce qui est conforme aux orientations du contrat d objectifs qui lie la ville de Paris à sa régie. Pour l année passée, ce résultat s explique principalement par les arrêts successifs de l aqueduc de la Vanne au printemps et de l aqueduc du Loing à l automne durant deux mois l un et l autre. L usine de traitement des eaux souterraines de Saint-Cloud (92), d une capacité théorique de m 3 /j a également été limitée tout au long de l année, en raison des travaux conduits sur la filière, à m 3 /j jusqu en octobre puis progressivement jusqu à m 3 /j. Assurer une performance accrue des installations Qu il s agisse des eaux souterraines ou des eaux de rivière, les vecteurs de production ont fait l objet d un certain nombre de travaux en 2013 visant à assurer la performance des deux filières. En avril, l usine de L Haÿ-les-Roses (94) a été mise à l arrêt pendant près d un mois. Des aménagements destinés à réduire les nuisances sonores dues au fonctionnement de la station de relevage de l usine ont été réalisés. La souplesse d exploitation de l usine a également été améliorée : un canal hydraulique supplémentaire a été créé qui permet aux deux décanteurs qui précèdent l étape de filtration membranaire dans le processus du traitement de l eau, de fonctionner de manière indépendante. Autre chantier de l année, les travaux de sécurisation des conduites du surpresseur d Ivry (94). Cette installation de pompage, qui augmente la pression au sein d un réseau de conduites, permet de passer de l eau de la Seine traitée à l usine Orly vers l est parisien de manière à palier la fermeture de l usine d Ivry en Enfin, les modules membranaires de l usine de Saint-Cloud, ont été remplacés. Usées par le temps, les membranes étaient devenues très cassantes et ne pouvaient plus assurer l efficacité du traitement (rétention des virus, des bactéries...). Anticiper les crises En tant qu opérateur d importance vitale, Eau de Paris a continué tout au long de l année 2013 à mettre en place la directive nationale de Sécurité en relation avec la préfecture de Police et le ministère de l Écologie. Les Plans particuliers de protection (PPP) qui concernent les Points d importance vitale (PIV) pour l alimentation en eau potable de Paris sont ainsi entrés en phase de rédaction définitive en cours d année. Un exercice de crise a été organisé le 11 juin 2013 dans le cadre du Plan régional d alimentation en eau potable par la préfecture de Région (PRAEP), la préfecture de Paris et l Agence régionale de santé d Île-de-France. Ses objectifs? Tester l alerte des services et opérateurs, le fonctionnement des cellules de crise, la circulation de l information pendant l incident et le caractère opérationnel du partage des responsabilités entre les acteurs. De même, la régie a participé à un exercice interministériel sur le risque de crise de pandémie, en novembre 2013, exercice visant à tester le plan gouvernemental de pandémie grippale. UNE PRODUCTION D EAU POTABLE EN BAISSE Évolution de la production d eau en m Vecteur Loing ,25 % ,69 % Vecteur Avre / Usine de Saint Cloud ,66 % ,68 % Vecteur Vanne / Usine de L Haÿ-les-Roses ,07 % ,90 % Vecteur Seine / Usine d Orly ,56 % ,33 % Vecteur Marne / Usine de Joinville ,46 % ,40 % Volume total produit % %

16 30 Des métiers industriels innovants Des métiers industriels innovants 31 Alimenter Paris en eau potable en toute circonstance Fournir de l eau potable en continu aux Parisiens : telle est la mission première d Eau de Paris. Pour ce faire, l entreprise a maintenu le haut niveau de rendement de son réseau et a garanti une distribution sans coupures. Mais elle doit toujours faire face à une baisse tendancielle de la consommation. Avant leur mise en distribution à travers un réseau intramuros de km de canalisations souterraines d eau potable, Eau de Paris stocke les eaux dans cinq réservoirs situés aux portes de Paris. Ces derniers (voir l encadré ci-après) assurent aux Parisiens une disponibilité permanente de l eau potable et constituent un élément essentiel de régulation du réseau. Pour acheminer l eau jusqu au robinet des Parisiens, Eau de Paris doit maintenir une pression suffisante contrôlée par des capteurs en tous points du réseau. Les incidents une canalisation qui se brise, par exemple sont ainsi compensés grâce à des vannes commandées à distance, qui injectent davantage d eau pour maintenir la pression jusqu à m 3 C est la quantité moyenne d eau potable consommée chaque jour à Paris durant l année. ELLE ÉTAIT D ENVIRON M 3 EN Un fontainier en intervention sur une canalisation d eau potable, dans les galeries souterraines de Paris réparation de la fuite. Les durées totales annuelles cumulées pendant lesquelles la pression dans le réseau de distribution a été, à un endroit, en dessous des valeurs cibles, se sont élevées à 563 minutes (1h38), contre 419 en Mais elles restent en deçà des seuils de vigilance qu Eau de Paris s est fixés. Gérer une baisse tendancielle de la consommation En 2013, la consommation des Parisiens en eau potable a baissé de 0,89 % pour atteindre 174,73 millions de m 3 contre 176,93 millions de m³ l année précédente. Ce chiffre correspond à une consommation moyenne de m³ par jour. Cette baisse est une tendance de fond, à l œuvre depuis de nombreuses années, conséquence directe de la responsabilisation des usagers. En 1990, le volume d eau consommée atteignait plus de 250 millions de m³. La consommation d eau potable est très loin d être linéaire et le réseau de distribution doit donc être en mesure de faire face à des écarts allant pratiquement du simple au double selon le jour et l heure. Une mission rendue possible grâce à la surveillance du Centre de contrôle et de commande (CCC) d Eau de Paris qui 24h/24, 7/7, surveille les installations et régule la circulation de l eau dans le réseau. Au plus près des réalités terrain Eau de Paris a revu son organisation en 2013 de telle façon à ce que ses équipes opérationnelles en lien avec la distribution de l eau répondent au mieux et au plus vite aux demandes des abonnés ou des partenaires. Trois agences territoriales gèrent les métiers de l exploitation, des travaux et fonctionnent de manière autonome administrativement : - l agence Ouest (Paris 17 e ) couvre les 1, 2, 8, 9, 16, 17, 18 e arr., ainsi que le bois de Boulogne ; - l agence Est (Paris 10 e ) couvre les 3, 4, 10, 11, 12, 19, 20 e arr., ainsi que le bois de Vincennes ; - l agence Sud (Paris 14 e ) couvre les 5, 6, 7, 13, 14, et 15 e arr. Vérifier la performance des compteurs d eau Le relevé des consommations d eau se fait à Paris via un système de télé-relevé, mis en place pour 98,99 % (1) des (1) compteurs parisiens. Cette technologie de relevé à distance, via liaison radio, est très prisée des collectivités parce qu elle permet une collecte relativement rapide des informations (48 heures) en s appuyant sur des équipements autonomes en énergie et ne nécessitant pas le passage d un opérateur terrain. En 2013, une campagne d étalonnage d un échantillon représentatif des compteurs a été lancée pour vérifier leur performance. Plus de 730 compteurs, de tout diamètre et de tout âge, ont été transmis chaque mois au laboratoire de métrologie d Eau de Paris pour être étalonnés selon cinq débits différents. Cette campagne permet de modéliser l incertitude de comptage par âge et diamètre : sur la base des données recueillies, des projections sur la performance du parc des (1) compteurs parisiens seront ainsi établies. Cette campagne est réalisée à 60 % et devrait se terminer mi Maintenir un haut niveau de rendement Le rendement du réseau pourcentage de l eau produite par rapport à celle effectivement consommée a retrouvé son niveau de 2011 avec un taux de 91,7 % contre 92,3 % l année précédente. Ce résultat reste très significatif pour une ville comme Paris l une des villes les plus denses au monde avec habitants/km² qui dispose d un réseau de canalisations très fourni et atypique. De ce fait, le diamètre des canalisations est très élevé (de l ordre de 370 mm contre environ 150 mm dans une ville classique), ce qui devrait contribuer à un volume de fuites plus important. (1) Chiffres au 01/04/2014. Conduite de communication entre deux niveau de compartiments - Réservoir de Montsouris (75) Le CCC est un maillon essentiel de la chaîne de production et de distribution de l eau potable car il exerce une surveillance depuis la mise en eau des aqueducs jusqu à la sortie de l eau aux robinets des Parisiens. La finesse des informations que nous recevons grâce aux données recueillies par des capteurs installés tout au long du parcours de l eau et par les équipes de terrain nous permettent de repérer le moindre problème et d y remédier en coordination avec les agents de terrain. LOÏC ÉTARD, responsable du Centre de contrôle et de commande (CCC) LE SAVIEZ-VOUS? L eau de la capitale est stockée dans cinq réservoirs Montsouris ( m³) stocke les eaux en provenance de l aqueduc du Loing. Saint-Cloud, d une capacité nominale de m³, stocke les eaux transportées par l aqueduc de l Avre et traitées dans l enceinte du réservoir. Les Lilas et Ménilmontant (respectivement m³ et m³) stockent les eaux de l usine de Joinville et celles de L Haÿ-les-Roses, relevées par un surpresseur à Ivry. L Haÿ-les-Roses ( m³) stocke les eaux de l usine d Orly et celles de l aqueduc de la Vanne traitées dans l enceinte du réservoir.

17 32 Des métiers industriels innovants Des métiers industriels innovants 33 1,7 M Organiser une autosurveillance rigoureuse de l eau à long terme C est le montant consacré par Eau de Paris à ses activités de recherche, soit 0,8 % de son budget alors que le contrat d objectif fixe un objectif à 0,6 %. IL ÉTAIT DE 1,4 M EN Analyse d un échantillon au laboratoire d Ivry-sur-Seine (94) Responsable de la qualité de l eau délivrée au consommateur, Eau de Paris assure une surveillance de celle-ci depuis le prélèvement dans le milieu naturel jusqu au robinet. Le laboratoire d Eau de Paris mène par ailleurs des programmes de recherche sur l eau qui lui valent d être reconnu comme l un des plus importants centres d expertises publics sur l eau en France. En complément du contrôle sanitaire mis en place par le ministère de la Santé, le code de la Santé publique (article L ) prévoit que «toute personne qui offre au public de l eau, à titre onéreux ou à titre gratuit et sous quelque forme que ce soit (...) est tenue de s assurer que cette eau est propre à la consommation». Multiplier les analyses C est dans ce cadre que le laboratoire d Eau de Paris réalise des analyses d auto-surveillance des prélèvements à la source, en production, aux points de mise en distribution (sortie des réservoirs) et sur le Le plomb en question La présence de plomb dans notre environnement est une question de santé publique. Une directive européenne de 1998 relative à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine a prévu que la teneur maximale en plomb dans l eau du robinet devait passer de 25 à 10 microgrammes par litre (µg/l) au 25 décembre L eau distribuée à Paris est de grande qualité et ne contient pas de plomb dans le réseau public. Elle peut en revanche se charger de ce métal lorsque les canalisations intérieures des immeubles qui l acheminent au robinet des Parisiens sont en plomb. Pour être efficace et garantir en permanence une eau non chargée en plomb en sortie de robinet, l action d Eau de Paris doit être combinée à celles des syndics d immeubles ou des propriétaires, responsables de l état des canalisations dans les parties privatives. En 2013, la régie a diffusé vers ces derniers des informations sur le changement de la réglementation sur le plomb les invitant à prendre les mesures nécessaires au respect de la nouvelle réglementation. réseau de distribution. Il effectue également des analyses dans le cadre de contrats extérieurs ou d activités concurrentielles. Situé depuis 2010 à Ivry-sur-Seine (94), le laboratoire emploie 75 personnes et se compose de deux pôles : le pôle recherche (voir plus loin) et le pôle analyses, qui regroupe les activités suivantes : prélèvements, logistique, clientèle, microbiologie, chimie minérale, chimie organique. Maintenir un niveau d excellence En 2013, Eau de Paris a délivré aux Parisiens une eau d excellente qualité, tout au long de l année. Les analyses du contrôle sanitaire Desquinemare, point de jonction des aqueducs de la Vanne, du Loing et de la Voulzie - Contrôle de la qualité de l eau (77) des eaux distribuées, assuré par l Agence régionale de santé (ARS), ont en effet montré que les taux de conformité réglementaire étaient de 99,9 % en microbiologie (recherche de bactéries du type entérocoques ou Escherichia coli) et de 99,9 % en physico-chimie (composition de l eau, présence de plomb, de pesticides...). À noter que les non conformités observées sont généralement liées à une mauvaise qualité des réseaux intérieurs des immeubles. S appuyer sur une équipe de recherche dynamique Le pôle recherche du laboratoire d Eau de Paris comprend trois secteurs (biologie, chimie, corrosion des matériaux) et regroupe du personnel spécifiquement dédié à des activités de recherche. En 2013, plusieurs programmes d études ont été lancés dans le domaine de la sécurité sanitaire, de l optimisation des procédés de traitements et dans la détection des micropolluants. À titre d exemple, afin d améliorer la maîtrise sanitaire des eaux et de compléter la connaissance sur l écologie microbienne au sein des réseaux d eaux, les programmes engagés ont pour objet principal de développer des techniques innovantes basées sur des méthodes de LE SAVIEZ-VOUS? Le laboratoire d analyses d Eau de Paris qui réalise plus de 1 million de mesures de contrôle qualité par an est confirmé Iso Délivrée en 2008, cette accréditation, qui intervient tous les cinq ans, a été renouvelée fin septembre 2013 par le Comité français de l accréditation (Cofrac) avec prise d effet au 1 er octobre. Le renouvellement s est accompagné d un élargissement de l accréditation à de nouveaux paramètres. Ces résultats soulignent la qualité et la fiabilité des résultats du laboratoire qualité de la régie. Instruments de laboratoire UNE QUALITÉ SANITAIRE IRRÉPROCHABLE Taux de conformité des prélèvements réalisés dans le cadre du contrôle sanitaire Microbiologie 99,6 % 99,9 % 99,9 % Physico-chimie 100 % 99,7 % 99,9 % détection génomique (recherche d ADN ou d ARN, par biologie moléculaire) ou protéomique (identification de protéines bactériennes) permettant pour les unes d accroître la fiabilité et la rapidité de la réponse attendue par rapport aux approches habituelles, et pour les autres d étendre le champ d identification tout en proposant une spécificité accrue par rapport aux méthodes classiques. Ces travaux ont fait l objet de plusieurs publications internationales. Retrouvez plus d information dans le dossier Innovation page 43

18 34 Des métiers industriels innovants Des métiers industriels innovants 35 Investir dans un patrimoine industriel exceptionnel 65,6 M HT C est la somme investie en 2013 pour entretenir et valoriser le patrimoine historique d Eau de Paris. Coulage de la fondation en béton armé de la pièce de raccordement amont de l aqueduc du Loing à la future unité de traitement des eaux du Loing Réservoir en quête d étanchéité EXPÉRIMENTATION Depuis quelques années, une dégradation des étanchéités intérieures des réservoirs (décollement, fissures) pouvant entraîner des pertes d eau et la présence de «morceaux» dans l eau stockée a été observée. En 2013, le réservoir de Montmartre a été choisi pour faire l objet d une expérimentation visant à assurer l étanchéité des parois de l une de ses cuves, en reproduisant les techniques de protection utilisées pour les aqueducs. (Voir notre dossier innovation, p. 42). Les arcades du Grand Maître, une portion de l aqueduc de la Vanne (77) réhabilitée en 2013 Afin d assurer la production et la distribution de l eau dans les meilleures conditions, Eau de Paris maintient un haut niveau d investissement dans le patrimoine industriel de l eau, c est-à-dire l ensemble des ouvrages permettant de produire, stocker et distribuer la ressource. Et s engage dans des chantiers résolument tournés vers l avenir. L e schéma d investissement dont s est dotée Eau de Paris en 2011 pour la période prévoit environ 70 millions d euros de travaux par an sur l ensemble du patrimoine du service public de l eau, notamment les ouvrages historiques, âgés pour certains de plus de cent ans. En 2013, 65 millions d euros ont été investis, ce qui traduit un haut niveau d activité. Poursuivre la réhabilitation des aqueducs Les aqueducs (Vanne, Avre et Loing) constituent l un des axes du programme de travaux. Construits entre 1870 et 1924, ils font l objet chaque année de réhabilitation, à l issue de diagnostics portant sur leur état intérieur et extérieur, réalisés par les équipes de l entreprise. En 2013, 10,558 millions d euros ont été engagés dans les travaux sur les aqueducs, patrimoine d un linéaire de 470 km. Ces travaux sont généralement programmés tous les deux ou quatre ans selon l aqueduc. Pour la première fois depuis plusieurs années, l aqueduc de la Vanne (au printemps), puis l aqueduc du Loing (à l automne) ont été arrêtés pendant deux mois environ chacun, la même année. Si l arrêt de l aqueduc de la Vanne correspondait à ce qui avait été planifié, celle du Loing s explique par la préparation du chantier de raccordement de la commune de Viry-Châtillon (voir p. 20), à laquelle est venue s ajouter la préparation de l installation de la future usine de désinfection des eaux du Loing, à la porte d Arcueil (voir ci-contre). Les travaux sur l aqueduc de la Vanne ont consisté à maintenir l étanchéité de l ouvrage à plan d eau libre sur sept points de son parcours. Ils ont également compris la fin de la spectaculaire opération de rénovation des 192 arcades du Grand Maître en forêt de Fontainebleau (77), qui supportent, sur plus de mètres, l aqueduc de la Vanne. Offrir aux eaux du Loing une unité de traitement par UV Les eaux du Loing sont les seules eaux souterraines distribuées à Paris à ne pas bénéficier d une double barrière sanitaire de désinfection. Très protégées et d excellente qualité, elles n ont pas besoin d être traitées contre des pollutions particulaires pour lesquelles les technologies de l ultra filtration par membrane sont efficaces. La technique de traitement par UV est apparue la plus adaptée et la plus économique. Elle ne vise pas à enlever un polluant particulier ou à faire face à un nouveau danger spécifique, mais à atteindre des conditions de sécurité optimales pour les cinquante prochaines années. Le chantier de création de l unité de traitement des eaux du Loing aux ultraviolets (UV) a été lancé en Estimé à 10 millions d euros, il fait partie des investissements majeurs de la régie en faveur de la qualité de l eau du robinet. Cette unité sera installée à l entrée de Paris, dans le 14 e arrondissement, au plus près possible des consommateurs. Elle sera mise en route en Développer les énergies renouvelables La politique de gestion de l énergie de l entreprise est au cœur du schéma directeur des investissements pour la période Objectifs visés? Réduire les émissions et les consommations énergétiques par rapport à 2004 et promouvoir les énergies renouvelables. Dans la droite ligne du plan Climat adopté par la ville de Paris en 2007, Eau de Paris a lancé un programme de mise en œuvre de centrales photovoltaïques sur ses sites extra-muros : 600 m² de panneaux pour une capacité de production de 75 kwc (kilowattcrête) ont été installés sur la galerie des filtres à charbon actif en grains de l usine d Orly (94) en En 2013, outre l usine d Orly qui a vu la surface de ses panneaux étendue, huit autres sites (soit une surface totale de m²) ont été équipés pour une puissance de crête de 464 kwc : il s agit des usines de L Haÿ-les-Roses (94), de Joinville (94), de Sorques (77), de Maillot (89), de Montreuil (28), des installations de Rueil-la-Gadelière (28), de Monthulé (27) et de l atelier des Ormes (77). PASCAL RAULT Directeur adjoint du service Travaux spéciaux de la SADE En innovant, Eau de Paris contribue à la revalorisation de nos métiers «Pour la réhabilitation intérieure du réservoir de Montmartre, Eau de Paris a opté pour une technique innovante : un revêtement constitué de plaques en PEhd (Polyéthylène haute densité) plus performant et entièrement recyclable (voir notre dossier spécial innovation, p. 44). La technique était en outre plus économique qu un revêtement traditionnel à base d enduits, tout en étant pérenne. La valeur ajoutée de la Sade a porté sur les études d exécution pour adapter le nouveau revêtement au plus près de la structure en maçonnerie ancienne du réservoir, grâce à des découpes et des soudures de précision. Au total, nous avons posé près de m 2 de plaques en trois mois. Cette mission a requis une grande technicité, car on est ici sur du sur mesure. Il a enfin été réalisé dans des délais très courts. Ce chantier a valeur de test car cette technique n avait jamais été appliquée dans cette dimension. C est une expérience valorisante pour notre personnel, qui a relevé un vrai challenge pour tenir les délais. Elle contribue d ailleurs à la revalorisation de nos métiers pour attirer des jeunes techniciens et ingénieurs, en modernisant l image des travaux publics.»

19 36 Des métiers industriels innovants Des métiers industriels innovants 37 Innover et devenir un expert industriel de l eau Travaux dans l usine d eau non potable de la Villette (Paris 19 e ) Usine de production d eau non potable d Austerlitz (Paris 13 e ) 76,68 MILLIONS DE M 3 À la rencontre des C est la production d eau non potable annuelle d Eau de Paris. ELLE ÉTAIT DE 65,07 MILLIONS DE M³ EN 2012, SOIT UNE HAUSSE DE 17,82 %. Et si on utilisait davantage l eau non potable? PROMOTION La volonté d Eau de Paris est de développer de nouveaux usages à l eau non potable autres que ceux actuels : curage des égouts, nettoyage des voiries, arrosage de parcs et jardins... En 2013, cela s est traduit par l élaboration d un guide et d un formulaire de demande de branchement d eau non potable, qui présentent les prescriptions techniques et sanitaires liées à l eau non potable (documents téléchargeables sur Sans oublier le démarchage des clients eau potable pour des utilisations potentielles à l eau non potable (clients privés, bailleurs sociaux...). communes limitrophes «Approfondir à l échelle métropolitaine par des études techniques et des échanges d expérience, la réflexion sur la gestion de l eau non potable et ses usages.» Cette priorité définie par la ville de Paris dans le cadre de la métropolisation des politiques publiques parisiennes a conduit Eau de Paris à mener en 2013 des études de potentialité sur l utilisation du réseau d eau non potable. Les résultats montrent un réel intérêt de la part des services municipaux (nettoyage des voiries, arrosage) et des industriels (filière béton ou incinération des déchets notamment). Les aspects économiques, de qualité de l eau et de continuité de service, sont primordiaux pour ces clients de demain. Eau de Paris travaillera en 2014 à ces aspects pour rendre attractif le service de l eau non potable parisien en banlieue. Disposer d une équipe interne pour les études et le suivi des travaux sur les installations est un choix qu Eau de Paris a fait pour garder son autonomie. L expertise en ingénierie publique ainsi acquise dans les secteurs hydrauliques lui permet de proposer des services performants à d autres, et d innover pour accompagner la transition écologique. Si Eau de Paris est très impliquée dans les projets liés au devenir du réseau d eau non potable de la capitale, son activité d ingénierie conserve pour principale mission la réalisation de diagnostics, d études et de suivi des travaux nécessaires à la modernisation et à l évolution du patrimoine du service public de l eau au travers des extensions et du renouvellement de ses installations. Valoriser l eau non potable Suite au vote par le Conseil de Paris, en mars 2012, du maintien du réseau d eau non potable (ENP) et aux études conduites avec l Atelier parisien d urbanisme (APUR), Eau de Paris a engagé en 2013 des travaux de remise à niveau des installations liées à ce réseau, en particulier l usine de la Villette (Paris 19 e ). La régie a par ailleurs engagé une réflexion sur une diversification des sources d alimentation de ce réseau, penchant en faveur des eaux d exhaure. Ces dernières sont des eaux de nappe phréatique qui resurgissent dans les niveaux bas de structures profondes (métro, parkings). Aujourd hui, elles sont rejetées au réseau d assainissement, dans la Seine ou dans le canal de l Ourcq, sans qu elles aient été utilisées. Leur réinjection dans le réseau d ENP, dans le respect des paramètres de qualité des eaux et des prescriptions techniques de réinjection imposés à tout producteur d eau, représenterait un intérêt environnemental (usage conféré aux eaux d exhaure avant d aller à l égout) et économique. Cette démarche permet en effet d éviter des coûts de production et conduit à de nouvelles recettes. Une expérimentation de réinjection des eaux de nappe va être suivie en 2015 à Paris pour le parking Meyerbeer (Paris 9 e ), dans le cadre du renouvellement de la délégation de service public pour l exploitation de ce parking. Utiliser l eau non potable comme vecteur d énergie Accompagnant les réflexions en faveur de la transition énergétique, Eau de Paris tente de faire de l eau non potable un vecteur d énergie. Deux expérimentations vont être menées dans ce sens à Paris en 2014 après étude de faisabilibité en 2013 : l une avec l association Coordination des œuvres sociales et médicales (Paris 9 e ) pour des besoins de climatisation et de chauffage, l autre avec Climespace pour la climatisation de l hôtel de ville de Paris (Paris 4 e ), qui modernise son installation de rafraîchissement d air (voir aussi notre dossier innovation, p. 46). Ces expérimentations pourraient trouver de réelles applications sous certaines conditions : le rafraîchissement des espaces clos ou la climatisation inversée. De façon générale Eau de Paris réfléchit à utiliser le pouvoir caloporteur des différentes eaux qu elle a en gestion (de surface, souterraines, non potable...).

20 38 Des métiers industriels innovants DOSSIER INNOVATION 39 S impliquer dans des activités d ingénierie innovantes Dans un tout autre domaine, l équipe experte en ingénierie publique de la régie participe au développement de nouvelles méthodes utiles à l exécution des missions de l entreprise, comme la modélisation hydraulique des réseaux ou encore l analyse du cycle de vie (ACV) du produit des activités. Elle mène des études prospectives sur les installations de production et les réseaux. Celles-ci portent par exemple sur la création d un modèle sur la qualité de l eau, équivalent au modèle hydraulique (pression, débit) ; l intégration dans le Système d information géolocalisé de l ensemble des aspects environnementaux des ouvrages d Eau de Paris (potentiel en terme de biodiversité, d énergie...) ; le développement en coordination de pilotes pour le traitement de nouveaux polluants, de type perchlorates. Assister d autres régies ou collectivités 2013 a été marquée par des activités annexes concurrentielles significatives. Afin de maintenir ses compétences au meilleur niveau, Eau de Paris effectue des prestations de diagnostic, d assistance à la maîtrise d ouvrage et de maîtrise d œuvre pour le compte de collectivités et de maîtrises d ouvrages externes, en génie civil des ouvrages de transport d eau, en traitement de l eau, équipements hydrauliques, ainsi que des travaux sur les réseaux (voir l encadré). Zoom sur les chantiers phares de 2013 À Belle-Île-en-Mer (56), Eau de Paris a assuré la construction d une nouvelle station de production d eau potable en association avec Artelia, pour la Communauté de communes de Belle-Île-en-Mer (CCBI). Cette station traitera les eaux de ruissellement, en tenant compte des paramètres suivants : turbidité, matières organiques, fer, manganèse, ammoniaque, algues, parasites (Giardia et Cryptosporidium), bactéries et virus. Sa capacité de production nominale est de 250 m 3 /h. À Paris (19 e ), la régie rénove la vanne Sagebien de l usine de Trilbardou, non loin du canal de l Ourcq, dont le maître d ouvrage est le service des canaux de la ville de Paris. Il s agit d une mission de maîtrise d œuvre complète (études et travaux). En outre, Eau de Paris fabrique elle-même la vanne (dispositif servant à arrêter ou modifier le débit d un fluide liquide) dans son atelier de l usine des Ormes. À Paris encore, Eau de Paris a entrepris une mission d étude et de diagnostic structurel de l émissaire Nord-Est de la ville de Paris sur un linéaire de 5 km entre la porte de Vincennes (Paris 12 e ) et la porte de Pantin (Paris 19 e ). Cette mission a été commandée par le Syndicat interdépartemental d assainissement de la région parisienne SIAAP. En Belgique, la régie a assuré le contrôle de l efficacité des travaux de restructuration d un égout sur 500 m de linéaire à Molenbeek-Saint-Jean pour la régie publique de l eau Vivaqua (Bruxelles). Contrôle des canalisations dans des galeries visitables Robot inspectant les canalisations non visitables DOSSIER 8 solutions innovantes POUR DEMAIN A fin de faire face aux nouvelles expérimentations audacieuses, nouveaux usages : huit exemples significa- contraintes réglementaires, économiques et sociétales dans tifs de ce dynamisme sont présentés le domaine de l eau, Eau de Paris réinvente son process à toutes les étapes cité d adaptation et de mobilisation de dans ce dossier. Ils illustrent la capa- de son activité, de la protection de la la régie municipale rendue possible ressource en amont aux développements énergétiques du futur, en passant confèrent à l opérateur public un grâce à l ingéniosité de ses équipes et par le traitement de l eau et sa caractère pionnier dans de nombreux consommation. Technologies de domaines. pointe, techniques de réhabilitation,

RAPPORT ANNUEL. Dossier spécial UNE PRODUCTION DE QUALITÉ ET RESPECTUEUSE DE L ENVIRONNEMENT UNE VISION SOLIDAIRE DU SERVICE

RAPPORT ANNUEL. Dossier spécial UNE PRODUCTION DE QUALITÉ ET RESPECTUEUSE DE L ENVIRONNEMENT UNE VISION SOLIDAIRE DU SERVICE RAPPORT ANNUEL 2012 UNE PRODUCTION DE QUALITÉ ET RESPECTUEUSE DE L ENVIRONNEMENT UNE VISION SOLIDAIRE DU SERVICE UN MODE DE GESTION RESPONSABLE Dossier spécial Zoom sur les quelque 1 200 fontaines à boire

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau SCHEMA D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DU BASSIN VERSANT DE L ARMANÇON Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau Année 2009 Adopté en séance plénière le 25 mai 2010 Siège de la Commission

Plus en détail

rapport annuel 2011 : Baisse du prix de l eau potable Cœur de métier relation aux usagers et abonnés gouvernance et gestion

rapport annuel 2011 : Baisse du prix de l eau potable Cœur de métier relation aux usagers et abonnés gouvernance et gestion rapport annuel 2011 Cœur de métier relation aux usagers et abonnés gouvernance et gestion 2011 : Baisse du prix de l eau potable Sommaire Éditorial De la source au robinet Eau de Paris en chiffres Une

Plus en détail

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux Préserver la biodiversité dans la commune La commune dispose-t-elle d'un inventaire du patrimoine écologique local? Quelle part de budget

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

Contrat d objectifs du service public de l eau de Paris

Contrat d objectifs du service public de l eau de Paris Contrat d objectifs du service public de l eau de Paris révisé par délibération du conseil de Paris de mars 2012 et du conseil d administration de la régie Eau de Paris d avril 2012 Sommaire Préambule

Plus en détail

INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES... 10

INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES... 10 Rapport d avancement des travaux de lla Commiissiion Localle de ll Eau du bassiin du Loiiret ANNÉE 2004 INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES...

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS. Mardi 8 juillet 2014

Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS. Mardi 8 juillet 2014 A Paris, le 17 juillet 2014 Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS Mardi 8 juillet 2014 I / INTRODUCTION Monsieur DAUBIGNY, Préfet de la région d Ile-de-France, Préfet de Paris, Président de la mission

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères

Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères CO.TE.CO du 09 juin 2015 Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères Institution interdépartementale des barrages-réservoirs du bassin de la Seine 8,

Plus en détail

Commission Locale de l Eau du SAGE Clain. Rapport annuel d activités. Validé par la CLE le 6 juillet 2015

Commission Locale de l Eau du SAGE Clain. Rapport annuel d activités. Validé par la CLE le 6 juillet 2015 Commission Locale de l Eau du SAGE Clain Rapport annuel d activités 2014 Validé par la CLE le 6 juillet 2015 1 2 SOMMAIRE Le bassin du Clain et les enjeux de gestion de l eau p4 Historique et avancement

Plus en détail

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION Pourquoi les élu-es EELV au Conseil Régional ne voteront pas le Plan Bio Midi-Pyrénées 2014-2020 en l état? Plan Bio Midi-Pyrénées, un plan sans

Plus en détail

Rapport annuel. sur le prix et la qualité des services publics d eau potable et d assainissement

Rapport annuel. sur le prix et la qualité des services publics d eau potable et d assainissement Rapport annuel sur le prix et la qualité des services publics d eau potable et d assainissement 2012 Albin Michel / Eau de Paris Ce rapport est établi pour l exercice 2012, en application des articles

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Strasbourg, le 14 novembre 2014. Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Philippe Richert, Président du Conseil Régional d Alsace, Ancien Ministre, a ouvert

Plus en détail

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 EAU ET MILIEUX AQUATIQUES Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 Janvier 2007 9 es 2007-2012 programmes des agences de l eau «L Europe s est dotée d un cadre communautaire pour

Plus en détail

La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse

La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse Auribeau-sur-Siagne Grasse Mouans-Sartoux Pégomas La Roquette-sur-Siagne Préambule... Le besoin de retrouver ses racines, une alimentation plus sûre,

Plus en détail

L eau à Paris. Un service public. transparence proximité qualité responsabilité

L eau à Paris. Un service public. transparence proximité qualité responsabilité L eau à Paris. Un service public transparence proximité qualité responsabilité 1 Transparence Aperçu sur Eau de Paris, son histoire, son organisation, ses valeurs et les enjeux qui l animent 7 Proximité

Plus en détail

Soutenir le développement durable des quartiers sensibles

Soutenir le développement durable des quartiers sensibles FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REGIONAL (FEDER) AQUITAINE PROGRAMME OPERATIONNEL REGIONAL 2007-2013 Soutenir le développement durable des quartiers sensibles Cahier des charges de l appel à projet régional

Plus en détail

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités SAGE DVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités BOCAGE RIVIERE ZONES HUMIDES TRAIT DE CÔTE D66 Réaliser des diagnostics partagés du fonctionnement hydraulique D67 Mettre

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

Journées Des animateurs territoriaux d Ile de France. 22 & 23 novembre 2010, Paris

Journées Des animateurs territoriaux d Ile de France. 22 & 23 novembre 2010, Paris Journées Des animateurs territoriaux d Ile de France Coorganisées par la région Ile de France et l Agence de l eau Seine Normandie Journées des animateurs territoriaux d Ile de France Les CONTRATS avec

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 COMMUNAUTE D AGGLOMERATION MARNE ET CHANTEREINE AGENDA 21 - DEVELOPPEMENT DURABLE PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL Présentation et proposition d engagement Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 DE QUOI

Plus en détail

SCHÉMA D AMÉNAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DU BASSIN VERSANT OISE-ARONDE. COMPTE RENDU du BUREAU de la COMMISSION LOCALE de l EAU du 22 avril 2010

SCHÉMA D AMÉNAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DU BASSIN VERSANT OISE-ARONDE. COMPTE RENDU du BUREAU de la COMMISSION LOCALE de l EAU du 22 avril 2010 SCHÉMA D AMÉNAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DU BASSIN VERSANT OISE-ARONDE COMPTE RENDU du BUREAU de la COMMISSION LOCALE de l EAU du 22 avril 2010 Lieu : Salle 212 Agglomération de la Région de Compiègne

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE

DISTRIBUTION D EAU POTABLE Département du LOT SYNDICAT D ADDUCTION D EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT DE SARRAZAC CRESSENSAC S/Préfecture de GOURDON Mairie de SARRAZAC 466OO DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL PRIX QUALITE TRANSPARENCE

Plus en détail

Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris. Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015

Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris. Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015 Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015 A l origine de l étude, un triple constat établi par l AESN, la DRIEE et la DRIEA

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE UNE NOUVELLE GAMME DE SERVICES GRATUITS ET INNOVANTS POUR OPTIMISER CONSOMMATIONS ET FACTURES D EAU

DOSSIER DE PRESSE UNE NOUVELLE GAMME DE SERVICES GRATUITS ET INNOVANTS POUR OPTIMISER CONSOMMATIONS ET FACTURES D EAU DOSSIER DE PRESSE UNE NOUVELLE GAMME DE SERVICES GRATUITS ET INNOVANTS POUR OPTIMISER CONSOMMATIONS ET FACTURES D EAU DOSSIER DE PRESSE - LANCEMENT NOUVELLE GAMME DE SERVICES NOVEO 1/11 Paris, le 5 octobre

Plus en détail

COMMUNICATION SUR LE PROGRES GLOBAL COMPACT

COMMUNICATION SUR LE PROGRES GLOBAL COMPACT COMMUNICATION SUR LE PROGRES GLOBAL COMPACT NOVEMBRE 2013 2 Le mot de la direction Lorsque nous avons fondé NEXEO, nous avions déjà une expérience significative du métier de la prestation intellectuelle

Plus en détail

Pays Vallée de la Sarthe

Pays Vallée de la Sarthe PLAN D ACTIONS POUR LE CLIMAT ET LA TRANSITION ENERGÉTIQUE Contact Adeline Charré - 0 43 94 80 80 energie@vallee-de-la-sarthe.com Pourquoi se mobiliser contre le changement climatique? Une charte : pourquoi?

Plus en détail

Règlement du service public de l eau à Paris

Règlement du service public de l eau à Paris Règlement du service public de l eau à Paris Adopté par le conseil de Paris en date des 11 et 12 février 2013 et applicable à compter du 1 er avril 2013 Sommaire PRÉAMBULE 4 INTRODUCTION QUALITÉ ET PROVENANCE

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau ROYAUME DU MAROC Secrétariat d État chargé de l Eau et de l Environnement Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau Mohamed HACHIMI Du 08 au 09/07/2009 à Tunis Gouvernance au niveau des Agences

Plus en détail

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Ingrid HERMITEAU Agence de l eau Loire-Bretagne Cap sur la révision du Sdage 1. Rappel : qu est-ce que le Sdage? 2. Les éléments de réflexion

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Conception, rédaction, réalisation : Parménion/RFF - Crédit photos : Biotope, CREN Poitou-Charentes, Ecosphère, RFF Impression

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt La Charte forestière du Pilat Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt Réalisation Jecom - RCS 493 898 043 - Avril 2011 - Imprimé sur papier issues de forêts françaises et belges gérées

Plus en détail

Réussir ensemble l Éco-Vallée : le PROJET STRATÉGIQUE ET OPÉRATIONNEL

Réussir ensemble l Éco-Vallée : le PROJET STRATÉGIQUE ET OPÉRATIONNEL Réussir ensemble l Éco-Vallée : le PROJET STRATÉGIQUE ET OPÉRATIONNEL LIVRET DE LA CONCERTATION L EPA PLAINE DU VAR ENGAGE UNE NOUVELLE CONCERTATION SUR L AVENIR DE L ÉCO-VALLÉE, DE JUIN À DÉCEMBRE 2014.

Plus en détail

Eau potable EPANOUISSEMENT DE CHACUN DANS UN CADRE DE VIE SATISFAISANT

Eau potable EPANOUISSEMENT DE CHACUN DANS UN CADRE DE VIE SATISFAISANT C 1 EPANOUISSEMENT DE CHACUN DANS UN CADRE DE VIE SATISFAISANT L alimentation en eau potable n'apparaît pas comme un problème majeur au niveau de la ville. Les réseaux d alimentation sont récents et l

Plus en détail

La Géothermie arrive à Bagneux. En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous

La Géothermie arrive à Bagneux. En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous La Géothermie arrive à Bagneux En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous Le réseau de chaleur géothermique arrive à Bagneux La ville de Bagneux a fait le choix de

Plus en détail

Démarche, indicateurs et méthodologie Vigeo

Démarche, indicateurs et méthodologie Vigeo lyonnaise des eaux 16 place de l Iris Tour CB 21 92040 Paris La Défense Tél. : +33 (0)1 58 18 40 00 Fax : +33 (0)1 58 18 44 44 sur notre site www.lyonnaise-des-eaux.fr Les 12 de lyonnaise des eaux Démarche,

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 Institués dès 2000 par l AdCF, au lendemain de la naissance des premières communautés d agglomération issues de la loi Chevènement, le Club des agglomérations et la

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Bases juridiques et dernières évolutions règlementaires Séminaire des animateurs territoriaux, le 26 juin 2012 Ludiana KORTH, chargée d étude juridique

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

chiroptères Monts du matin Sommaire n 1 Bulletin d information Andrea Iacovella Eté 2010

chiroptères Monts du matin Sommaire n 1 Bulletin d information Andrea Iacovella Eté 2010 n 1 Bulletin d information Eté 2010 Site Natura 2000 Tunnels à Bulletin d information Bulletin d information chiroptères Monts du matin Monts du matin Edito Le patrimoine naturel constitue aujourd hui

Plus en détail

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE DOSSIER DE PRESSE 12 DÉCEMBRE 2012 Contact Presse : Agathe LOBET Courriel : agathe.lobet@ars.sante.fr

Plus en détail

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE) Réunion commission EauBiodiversité-Déchets 22 janvier 2015 DGALN - Direction de l'eau et de la Biodiversité 1 Ordre du jour

Plus en détail

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Accroître les soutiens aux projets de territoire Budget total du 10 e programme : 3 653 M dont 3561 M pour le bassin Rhône Méditerranée,

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVII e Édition Règlement n o 2014-02 : Règlement sur le développement des toits verts et l agriculture urbaine PRÉSENTATION Présenté par M. Charles Marois, membre du comité exécutif,

Plus en détail

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE RESEAU DE CHALEUR DE L ECO- QUARTIER «CAP AZUR» A ROQUEBRUNE-CAP-MARTIN : Un réseau de chaleur innovant,

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA Préparé par l ARD de Kaolack Dans le Cadre de la Convention PNDL Enda ECOPOP Table des matières Sigles et acronymes

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80

EPLEFPA LES SARDIERES 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Maître d'ouvrage : EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Objet : Récupération des eaux pluviales pour le jardin partagé des Sardières CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention 3 CR 72-12 Budget participatif des lycées Règlement d intervention Préambule : La mise en œuvre du budget participatif des lycées manifeste la volonté de la région de poursuivre la démarche de dialogue

Plus en détail

PARC DES EXPOSITIONS DE LA BEAUJOIRE

PARC DES EXPOSITIONS DE LA BEAUJOIRE PARC DES EXPOSITIONS DE LA BEAUJOIRE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC Pour l'exploitation du Parc des expositions de la Beaujoire RAPPORT DE PRESENTATION DES CARACTERISTIQUES DU SERVICE DELEGUE 1 er juin 2010

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Identifier les enjeux. de recul car un diagnostic sans enjeux serait un diagnostic sans conclusion!

Identifier les enjeux. de recul car un diagnostic sans enjeux serait un diagnostic sans conclusion! Liens vers d'autres fiches A quel moment de la démarche? Fiche 5 «Structurer le diagnostic» Fiche 6 «Inclure une dimension transversale» Fiche 9 «Mobiliser les acteurs» A la fin du diagnostic, en conclusion

Plus en détail

Projet de loi «Engagement national pour l environnement» Guide «simplifié» des principales mesures

Projet de loi «Engagement national pour l environnement» Guide «simplifié» des principales mesures Projet de loi «Engagement national pour l environnement» Guide «simplifié» des principales mesures Titre 1 : Bâtiments et urbanisme Chapitre 1 : amélioration de la performance énergétique des bâtiments

Plus en détail

METAMORPHOSE un projet pour Lausanne. Vevey / 20 mai 2008

METAMORPHOSE un projet pour Lausanne. Vevey / 20 mai 2008 METAMORPHOSE un projet pour Lausanne Vevey / 20 mai 2008 Programme de législature: une continuité Quatre thématiques principales : 1 Les équipements sportifs à Lausanne 2 Les quartiers à haute valeur environnementale

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

Montvalezan La Rosière

Montvalezan La Rosière Montvalezan La Rosière Elaboration du Plan Local d Urbanisme Réunion publique n 2 Synthèse du diagnostic Février 2015 1 Déroulement 1. Rappel de la démarche 2. Les enjeux identifiés par thématique 3. Synthèse

Plus en détail

Le réseau des lacs alpins

Le réseau des lacs alpins François TRUSSON Chargé de mission «montagne», Conseil régional Rhône-Alpes Le réseau des lacs alpins L es montagnes occupent une place importante dans la maîtrise et à la réduction des pollutions, mais

Plus en détail

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER I. BILAN QUANTITATIF A. Evolution de la programmation Un taux de programmation de 73,73%, en progression forte depuis le mi parcours mais à poursuivre

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

RECONSTRUCTION DE LA LIGNE A 225 000 VOLTS ENTRE LE PUY-EN-VELAY, YSSINGELAIS ET SAINT-ETIENNE

RECONSTRUCTION DE LA LIGNE A 225 000 VOLTS ENTRE LE PUY-EN-VELAY, YSSINGELAIS ET SAINT-ETIENNE PROJET 2 LOIRES RECONSTRUCTION DE LA LIGNE A 225 000 VOLTS ENTRE LE PUY-EN-VELAY, YSSINGELAIS ET SAINT-ETIENNE DOSSIER DE PRESSE Première étape de concertation pour le projet 2 Loires Cette «dorsale» électrique,

Plus en détail

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous.

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous. Madame, Monsieur, Dans un courrier électronique en date du 10 février 2014, vous nous avez interrogés en matière de transition énergétique et de lutte contre le changement climatique. Nous vous prions

Plus en détail

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014 CAHIER DES CHARGES ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE LA STRATEGIE LEADER DU PNR DE LA BRENNE Appel d offres Novembre 2014 Parc naturel régional de la Brenne Maison du Parc Le Bouchet - 36300 ROSNAY 02

Plus en détail

4 projets d aménagement et de construction primés et distingués, accompagnés par la SELA

4 projets d aménagement et de construction primés et distingués, accompagnés par la SELA 4 projets d aménagement et de construction primés et distingués, accompagnés par la SELA Dossier de Presse Nantes, le 6 janvier 2012 Sommaire Communiqué de presse p. 3 I - Présentation des 4 projets et

Plus en détail

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation Présenté par l'ars de Poitou-Charentes UFC Que Choisir le 17 février 2011 L évolution de la société et la volonté d assurer un haut niveau

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1 REGIE DES EAUX DE VENELLES Service de l Eau Potable Année 2006 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU Etabli par Max

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 L eau dans les documents d urbanisme L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 Pourquoi ce guide? Participer à «décloisonner» les services «Environnement Eau» et «Urbanisme»

Plus en détail

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises?

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Pierre MANGEOT 3 juillet 2014 Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Agence de l eau Rhin- Meuse, quelques repères

Plus en détail

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012 Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres 18 septembre 2012 Sommaire Communiqué de synthèse P. 1 Le projet de regroupement des fonctions support : un projet stratégique P.

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL Prix Qualité Transparence 2010 1 Le présent rapport a pour objet de Présenter les différents éléments techniques et financiers relatif au prix et à la qualité

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

CONTRôLES DE RéCEPTION DES TRAVAUX DE RéALISATION DE LA PARTIE PRIVATIVE DES BRANCHEMENTS PARTICULIERS

CONTRôLES DE RéCEPTION DES TRAVAUX DE RéALISATION DE LA PARTIE PRIVATIVE DES BRANCHEMENTS PARTICULIERS L agence de l eau Seine-Normandie est un établissement public du Ministère de l Ecologie, de l Energie et du Développement durable et de la mer. Sa mission est de financer les ouvrages et les actions qui

Plus en détail

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation.

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation. chemise 20/02/07 16:49 Page 1 VEOLINK Votre contact : tout au long de votre projet VEOLINK Com VEOLINK Tech VEOLINK Advanced Control VEOLINK Star VEOLINK Data Base VEOLINK Maintenance VEOLINK Pro VEOLINK

Plus en détail

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2 Initiative du CICM Proposition au Sommet de la GR "Green Deal en vue d une politique énergétique et climatique efficiente dans la GR en coopération avec les PME de l artisanat" L Artisanat de la Grande

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN

DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN SDAGE 2010-2015 DOCUMENTS D ACCOMPAGNEMENT DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT n 2 Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération

Plus en détail

Plan d actions 2011/2014

Plan d actions 2011/2014 Plan d actions 2011/2014 Le présent plan d actions s organise en fiches actions, qui précisent les objectifs opérationnels des actions et explicite les modalités de mise en œuvre. Ces fiches répondent

Plus en détail

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Julien St-Laurent, M.Sc.Env. Spécialiste environnement Direction de l Aménagement, gestion et développement durable

Plus en détail

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE En 2012, toutes les universités françaises seront autonomes ; elles le seront dans un contexte mondial où leur rôle est à la fois fortement réaffirmé et sujet à de profondes

Plus en détail

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2.

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2. Appel à proposition Projet Alimen terre Un système d'alimentation local sur le Pays de Vannes 3 ème année Avec près de 60 % de surfaces agricoles, l agriculture demeure prépondérante sur notre territoire.

Plus en détail

«Identifier et définir le besoin en recrutement»

«Identifier et définir le besoin en recrutement» «Identifier et définir le besoin en recrutement» LES ETAPES DU RECRUTEMENT Le recrutement est une démarche structurée qui comporte plusieurs étapes aux quelles il faut attacher de l importance. La majorité

Plus en détail