RÔLES ÉMERGEANTS DU CONSEILLER PÉDAGOGIQUE EN FPT ET SAVOIRS DE CONSEILLANCE REVISITÉS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RÔLES ÉMERGEANTS DU CONSEILLER PÉDAGOGIQUE EN FPT ET SAVOIRS DE CONSEILLANCE REVISITÉS"

Transcription

1 RÔLES ÉMERGEANTS DU CONSEILLER PÉDAGOGIQUE EN FPT ET SAVOIRS DE CONSEILLANCE REVISITÉS COLLOQUE CCCFPT 27 MARS Yves Boucher et Louise Royal, Université de Sherbrooke, Département de gestion de l éducation et de la formation Microprogramme en conseillance pédagogique

2 INTENTIONS DE L ATELIER Dégager collectivement : - les rôles du Cp attendus actuellement par le milieu; - les savoirs de conseillance nécessaires pour répondre à ces attentes; - des pistes d actions susceptibles de favoriser le développement professionnel du CP en cohérence avec ces attentes. 2

3 LES RÔLES DU CP ATTENDUS ACTUELLEMENT PAR LE MILIEU À partir de la grille: «Les attentes de rôles à l égard du conseiller pédagogique en FPT» (inspirée de l analyse de situation de travail CCCPFT, 2000) - Réflexion personnelle (ajouts si nécessaire) - Partage en sous-groupes (éléments convergents) - Mise en commun 3

4 NOTRE POSITION COMME CP Qu est-ce qu il serait souhaitable que j exerce comme rôles pour améliorer l efficacité de mon centre? - Discussion en sous-groupes (ajouts si nécessaire) - Mise en commun 4

5 REGARD SUR LE CONTEXTE ORGANISATIONNEL EN - La gestion axée sur les résultats (GAR) - La recherche sur les principaux facteurs de réussite et de persévérance scolaires - Le CP comme «agent de changement» 5

6 LA GESTION AXÉE SUR LES RÉSULTATS (GAR) Origine et définition: Colloque CCCPFPT - Boucher et Royal, Le Secrétariat du Conseil du trésor (2000) définit ainsi la gestion axée sur les résultats : La gestion axée sur les résultats est une approche de gestion fondée sur des résultats mesurables répondant aux objectifs et aux cibles définis préalablement en fonction des services à fournir. Elle s exerce dans un contexte de transparence, de responsabilisation et de flexibilité quant aux moyens utilisés pour atteindre les buts visés. MELS, 2009, Guide d implantation 6

7 LA GESTION AXÉE SUR LES RÉSULTATS (GAR) Il s agit d un virage important dans la gouvernance scolaire : un mode de gouvernance axée sur la responsabilisation de chaque palier et une meilleure cohérence des actions de chacun dans le respect de l autonomie de la commission scolaire et de la spécificité de chaque établissement. La persévérance et la réussite scolaires seront au cœur de la première génération de conventions de partenariat. C est donc pour canaliser nos efforts que nous concentrerons nos énergies sur cinq buts dans les premières conventions. Bien entendu, une commission scolaire pourrait décider de se fixer ellemême des objectifs additionnels, si elle le juge à propos. Le succès de la démarche reposera sur la mobilisation des milliers d intervenants des commissions scolaires, des établissements, des parents et des partenaires socioéconomiques. Le leadership qu exercera la commission scolaire sera ainsi primordial dans la mise en place des conventions. MELS, 2009, Guide d implantation 7

8 L ÉCOLE, J Y TIENS! MELS 2009 «Il nous faut tout mettre en oeuvre pour améliorer le taux de diplomation, d abord pour les jeunes eux-mêmes, dont l avenir est directement lié à leur formation, mais également pour le Québec, qui a besoin d eux pour relever les défis sociaux, économiques et culturels qui se posent à lui.» Ministère de l Éducation du Loisir et du Sport du Québec. (2009). L école, j y tiens : Tous ensemble pour la réussite scolaire. 8

9 POURQUOI EST-CE SI IMPORTANT AUJOURD HUI DE FAIRE RÉUSSIR L ENSEMBLE DES ÉLÈVES? 9

10 Effets du décrochage scolaire Données issues du Rapport Ménard (2008) Colloque CCCPFPT - Boucher et Royal, LES CONSÉQUENCES 1. Enjeux pour les individus Non-diplômés Diplômés Revenu annuel moyen $ $ Taux de chômage moyen 15 % 7 % Espérance de vie moyenne 75 ans 82 ans Risque de dépression à l âge adulte 15 % 9 % Proportion de la population carcérale 63 % 37 % 2. Enjeux pour la société 2.1 L engagement citoyen Quelques exemples: Les diplômés font du bénévolat de 2 à 5 fois plus que les non-diplômés; Les diplômés votent de 15 % à 30 % plus que les non-diplômés;. 2.2 Les coûts sociaux Pour chaque cohorte annuelle et ce, sur la durée moyenne de vie, le manque à gagner, soit les sommes d argent qu ils ne paieront pas en taxes et impôts versus les sommes d argent qu ils nécessiteront en services sociaux, représente 1,9 milliard $. 10

11 LES DÉBOUCHÉS POUR LES NON DIPLÔMÉS Au Canada, en 1976, 25 % des emplois étaient dans le secteur manufacturier. Au Canada, en 2005, 10% des emplois étaient dans le secteur manufacturier. Statistique Canada,

12 LES CINQ BUTS DU MELS PLAN STRATÉGIQUE La première génération de conventions de partenariat deviendra le porte-étendard des orientations ministérielles notamment en matière de persévérance et de réussite scolaires. Un nombre restreint de buts sont déterminés : L augmentation de la diplomation et de la qualification avant l âge de 20 ans; L amélioration de la maîtrise de la langue française; L amélioration de la persévérance scolaire et de la réussite scolaire chez certains groupes cibles, particulièrement les élèves handicapés ou en difficulté d adaptation ou d apprentissage; L amélioration de l environnement sain et sécuritaire dans les établissements; L augmentation du nombre d élèves de moins de 20 ans en formation professionnelle. 12

13 SYSTÈME MELS POUR L IMPLANTATION DE LA GAR MELS Convention C.S. (plan str.) (plan str.) Réussite Convention École/Centre (p.é., p.r.) Schéma p.5-guide d implantation MELS,

14 AU REGARD DE LA GESTION AXÉE SUR LES RÉSULTATS Quels rôles déjà identifiés sont particulièrement sollicités? Y a-t-il des rôles nouveaux qui émergent? 14

15 QU EST-CE QUI FAIT RÉUSSIR ET PERSÉVÉRER LES ÉLÈVES? OU, VU AUTREMENT, QU EST-CE QUI LES FAIT ÉCHOUER, ABANDONNER? 15

16 L ENSEMBLE DE LA RECHERCHE AU QUÉBEC ET AILLEURS NOUS DIT QUE: - Entre 40% et 50% des décrocheurs ont comme principale caractéristique le manque d engagement, d intérêt, de motivation. - La moitié seulement des décrocheurs a des troubles d apprentissage et/ou de comportement. (Archambault, Janosz, Potvin, Royer ) 16

17 L INCONTOURNABLE QUESTION DE L ENGAGEMENT / MOTIVATION (USA) Dimensions of motivation Researchers Competence Control / autonomy Interest / Value Relatedness Ryan & Decl Pintrich Seifert The students believes he or she has the ability to complete the task The student feels in control by seeing a direct link between his or her actions and an outcome, and retains autonomy having some choice about whether or how to undertake the task The students has some interest in the task or sees the value of completing it Completing the task brings the student social rewards such as a sense of belonging or approval from a person of social importance Adapté de : Usher, A. & Kober, N. Student Motivation: An Overlooked Piece of School Reform, 2012 CENTER ON EDUCATION POLICY, THE GEORGE WASHINGTON UNIVERSITY 17

18 L INCONTOURNABLE QUESTION DE L ENGAGEMENT / MOTIVATION(QC) La tâche devrait tenir compte de la «perception» de l élève : - du sentiment de compétence; - du sentiment de contrôle (choix); - de sa valeur ou de son utilité (sens); - du but de performance ou de maîtrise. Tiré de: Archambault, J. et Chouinard, R. (2009). Vers une gestion éducative de la classe. 3 e édition. Montréal. : Chenelière Éducation. p

19 DIT AUTREMENT Les cinq «C» pour la génération «C» L école semble condamnée à être «intéressante» i.e. de satisfaire les besoins des jeunes de: 1- comprendre/connaître (curiosité, sens) 2- choisir ( les modalités, les moments, le médium, ) 3- créer (résoudre, innover) 4- collaborer (travailler avec d autres pour apprendre et pour produire) 5- communiquer (être en relation avec ses pairs, d autres élèves, sa communauté, la planète ). Les enseignants devront être de plus en plus capables d offrir assez régulièrement aux élèves des environnements pédagogiques qui tiendront compte de ces éléments. 19

20 AU REGARD DES FACTEURS DE RÉUSSITE ET DE PERSÉVÉRANCE SCOLAIRES Quels rôles déjà identifiés sont particulièrement sollicités? Y a-t-il des rôles nouveaux qui émergent? 20

21 OUTRE LA RÉUSSITE DISCIPLINAIRE, QUELLES COMPÉTENCES ET ATTITUDES LES JEUNES DOIVENT-ILS DÉVELOPPER POUR FAIRE FACE AUX DÉFIS DU 21 E SIÈCLE? 21

22 RÉFLEXIONS DES ORGANISATIONS Au nombre des compétences les plus importantes que l école permet d acquérir pour ce qui touche à la viabilité, figurent la réflexion critique, l auto-analyse, l analyse des médias, la prise de décisions individuelles et collectives et la résolution des problèmes. (p.43) les compétences cruciales plus élevées, transversales aux individus et aux disciplines, qui préparent de futurs adultes informés et responsables dans le monde du XXIe siècle. (p.44) OCDE, (2001). L école de demain : Quel avenir pour nos écoles? 22

23 RÉFLEXIONS DES ORGANISATIONS (SUITE) UNESCO, 2009 Une société innovante prépare les gens non seulement à embrasser le changement et à s y adapter, mais aussi à le gérer et à l influencer. Alors que les sociétés sont confrontées à des changements rapides, on privilégie l aptitude des citoyens à penser de façon critique, à résoudre les problèmes, à respecter la diversité et à adopter un mode de vie durable. Vers une vision holistique de l éducation : UNESCO, 2009,Document d information 35C/INF.16 23

24 RÉFLEXIONS DES ORGANISATIONS (SUITE) The Assessment and Teaching of 21st-Century Skills project brought together more than 250 researchers across 60 institutions worldwide who categorized 21st-century skills internationally into four broad categories: Ways of thinking: Creativity, critical thinking, problem-solving, decisionmaking and learning Ways of working: Communication and collaboration Tools for working: Information and communications technology (ICT) and information literacy Skills for living in the world: Citizenship, life and career, and personal and social responsibility OCDE, (2012). Preparing Teachers and Developing School Leaders for the 21st Century: Lessons from around the World, Schleicher, A.(ed.) 24

25 RÉFLEXIONS DES ORGANISATIONS (SUITE) Or, le citoyen du XXIe siècle est confronté à des enjeux de plus en plus complexes, où l intégration des connaissances et la capacité de les transférer dans des contextes changeants deviennent incontournables. Les attentes actuelles de la société envers l école se font plus grandes. Si elle doit toujours viser la réussite du plus grand nombre selon des barèmes scolaires, elle doit aussi préparer l ensemble des jeunes à réussir leur vie et à contribuer à l essor de la société. PFÉQ sec 2 e cycle, chapitre 1, page 1 25

26 RÉFLEXIONS DES ORGANISATIONS (SUITE) Problemsolving, reflection, creativity, critical thinking, learning to learn, risk-taking, collaboration, and entrepreneurship will become key competences for a successful life (p.10) The Future of Learning: Preparing for Change European Commission, 2011, Institute for Prospective Technological Studies 26

27 DES COMPÉTENCES TRANSVERSALES? ordre intellectuel: exploiter l information; résoudre des problèmes; exercer son jugement critique; mettre en oeuvre sa pensée créatrice; ordre méthodologique: se donner des méthodes de travail efficaces; exploiter les technologies de l information et de la communication; ordre personnel et social: coopérer; (actualiser son potentiel); ordre de la communication: communiquer de façon appropriée. 27

28 Quelles sont les caractéristiques des environnements d apprentissage efficaces pour justement faire réussir l ensemble des élèves et favoriser le développement des compétences et attitudes nécessaires aux jeunes d aujourd hui? 28

29 OCDE Colloque CCCPFPT - Boucher et Royal, AU-DELÀ DES CONTENUS DISCIPLINAIRES: CONCLUSIONS TRANSVERSALES SUR L APPRENTISSAGE: 1-L environnement d apprentissage reconnaît que les apprenants sont ses participants essentiels, encourage leur implication active et les aide à comprendre leur activité apprenante 2- L environnement d apprentissage se fonde sur la nature sociale de l apprentissage et encourage activement l apprentissage coopératif bien organisé. 3-Les professionnels de la communauté d apprentissage sont très conscients des motivations des apprenants et du rôle déterminant des émotions dans les résultats. 4- L environnement d apprentissage est très attentif aux particularités individuelles de ses apprenants, notamment au plan de leur bagage cognitif. 5- L environnement d apprentissage conçoit des programmes qui demandent du travail et sont stimulants pour tous, mais sans excès. 6- L environnement d apprentissage opère dans la clarté des attentes et déploie des stratégies d évaluation conformes à celles-ci ; il accorde une place privilégiée au feedback formatif en appui aux apprentissages. 7- L environnement d apprentissage promeut fortement la «connexité horizontale» entre domaines de connaissances et disciplines, mais aussi avec la communauté et le monde par l apprentissage par investigation (projets, résolution de problème, ) et l utilisation des TIC. - COMMENT APPREND-ON? LA RECHERCHE AU SERVICE DE LA PRATIQUE OECD Preparing Teachers and Developing School Leaders for the 21st Century, Lessons from around the World, OECD

30 TROP POUR UN PROF? Une piste moderne La CAP 30

31 LES ORGANISATIONS APPRENANTES DANS LA LITTÉRATURE Fin des années 1980: le terme ORGANISATION APPRENANTE apparaît explicitement dans la littérature Depuis les années 90: un nouveau paradigme de changement marque les travaux de recherche: les théories de l apprentissage, et certaines approches d orientation constructiviste.

32 LES CARACTÉRISTIQUES D UNE CAP QUE L ON RETROUVE DANS L ENSEMBLE DE LA LITTÉRATURE SCIENTIFIQUE ET PROFESSIONNELLE Vision et valeurs communes Mise en commun des pratiques professionnelles Mise à l essai de nouvelles pratiques Dialogue réflexif Centration sur les apprentissages Utilisation de CIR

33 CONTEXTE PERTINENT POUR AMÉLIORER L EFFICACITÉ DE L ORGANISATION, PARTICULIÈREMENT POUR LES MILIEUX OÙ L ON FAIT FACE À: La complexité du mandat (connaissances et compétences requises) La pression externe (compétition/reddition de comptes) Le besoin d innovation (amélioration continue) L abondance de R&D L interdépendance des acteurs Des ressources limitées Cohendet, Roberts et Simon, Revue Gestion, Hiver 2011

34 ET CE CONTEXTE ÇA NOUS RESSEMBLE? «Tous les intervenants membres de la direction de l école, du personnel enseignant, du personnel des services éducatifs complémentaires et du personnel de soutien doivent collaborer pour créer les conditions d enseignement-apprentissage les plus favorables. Il faut ainsi dépasser les compétences individuelles et faire émerger une compétence collective. L école : une organisation apprenante: À cette fin, ces organisations s assurent de l adhésion de tous les personnels à une vision commune; elles font appel au partage d expertise de même qu à la communication et à la concertation entre des acteurs aux formations et aux talents divers; elles investissent dans la formation continue; elles constituent un lieu de construction de savoirs et d émergence de solutions inédites aux problèmes auxquels elles font face.» PFEQ, sec. 2e cycle, p22

35 AU REGARD DES COMPÉTENCES DU 21 E SIÈCLE ET DES ENVIRONNEMENTS D APPRENTISSAGE EFFICACES Quels rôles déjà identifiés sont particulièrement sollicités? Y a-t-il des rôles nouveaux qui émergent? 35

36 LE CP COMME AGENT DE CHANGEMENT Facilitateur Spécialiste du processus Chercheur Conseil à la prise de décision Collaborateur Formateur Expert Avocat Système-CLIENT CONSEILLER Centré sur le processus Centré sur l expertise Lippitt et Lippitt,

37 AU REGARD DU CONTINUUM DE RÔLES DE LIPPITT & LIPPITT Quels rôles déjà identifiés sont particulièrement sollicités? Y a-t-il des rôles nouveaux qui émergent? 37

38 ATTENTES, RÔLES ET SAVOIRS DE CONSEILLANCE Le CP détient une fonction conseil auprès de tous les intervenants scolaires Le CP est un accompagnateur et intervient afin d atteindre des cibles organisationnelles Il est un acteur important au sein des équipes Ses interventions font appel à de nouveaux savoirs sans égard à leur domaine d expertise: les savoirs de conseillance Royal, Gagnon et Ménard (2013). La création d un microprogramme en conseillance pédagogique: une expérience de partenariat. In Formation continue, recherche et partenariat, Landry et Garant (Dir.). Québec: PUQ, p

39 SAVOIRS DE CONSEILLANCE REGROUPÉS 1- Formateur d adultes (andragogie, formation professionnalisante/transfert, vigie de recherche, ) 2- Savoirs relationnels (travail d équipe, CAP, conseil, distribution du leadership, ) 3- Facilitateur de changement (analyse de situation, analyse des forces et défis, propositions de stratégies de changement, ) 39

40 À PARTIR DE CE QUE L ON DEVRAIT FAIRE Quels sont les savoirs de conseillance qui découlent des rôles jugés souhaitables et qui sont essentiels pour être efficace et efficient? - Discussion en sous-groupes - Mise en commun 40

41 POUR PERMETTRE LE DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU DES CP AU REGARD DES SAVOIRS DE CONSEILLANCE ESSENTIELS AUJOURD HUI Ensemble, pouvons-nous identifier des ressources et des conditions organisationnelles favorables et réalistes? Ressources: formations externes, co-développement, CAP, organismes, colloques, réseautage, sites web Conditions: conditions de travail, organisation du travail, organisation des services 41

42 RETOUR SUR LES INTENTIONS Dégager collectivement : - les rôles du Cp attendus actuellement par le milieu; - les savoirs de conseillance nécessaires pour répondre à ces attentes; - des pistes d actions susceptibles de favoriser le développement professionnel du CP en cohérence avec ces attentes. 42

43 RÉFÉRENCES Archambault, J. et Chouinard, R. (2009). Vers une gestion éducative de la classe. 3 e édition. Montréal. : Chenelière Éducation. p. 172 Janosz, (2000). L ABANDON SCOLAIRE CHEZ LES ADOLESCENTS, Lippitt, G. et Lipptt R. (1980). La pratique de la consultation. Ottawa : Éditions NHP (1 re édition américaine 1978). MELS, Guide d implantation, GAR, 200 enariat_guideimplantation.pdf Ministère de l Éducation du Loisir et du Sport du Québec. (2009). L école, j y tiens : Tous ensemble pour la réussite scolaire. ion_jeunes/lecolejytiens_tousensemblepourlareussitescolaire.pdf 43

44 RÉFÉRENCES Ménard, (2008). Savoir pour pouvoir : Entreprendre un chantier national pour la persévérance scolaire OCDE, (2001). L école de demain : Quel avenir pour nos écoles? OCDE, (2010). Comment apprend-on? La recherche au service de la pratique OCDE, (2012). Preparing Teachers and Developing School Leaders for the 21st Century: Lessons from around the World, Schleicher, A.(ed.) 44

45 RÉFÉRENCES Royal, Gagnon et Ménard (2013). La création d un microprogramme en conseillance pédagogique: une expérience de partenariat. In Formation continue, recherche et partenariat, Landry et Garant (Dir.). Québec: PUQ, p Royal (À paraître). Processus d intervention du conseiller pédagogique. Tardif, J. (1997). Pour un enseignement stratégique. L apport de la psychologie cognitive. 2 e édition, Montréal, Éditions Logiques UNESCO, 2009,Document d information 35C/INF.16 : Vers une vision holistique de l éducation Usher, A. & Kober, N., (2012). Student Motivation: An Overlooked Piece of School Reform, CENTER ON EDUCATION POLICY, The George Washington University 45

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE Ce qui définit «le changement» préscolaire primaire secondaire Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005-05-00511 ISBN 2-550-45274-7 (version

Plus en détail

Quand le bâtiment va, tout va

Quand le bâtiment va, tout va Quand le bâtiment va, tout va Citation de Martin Nadeau en 1849 à l Assemblée législative de la France Martin Nadeau Ancien ouvrier maçon Député à l Assemblée législative Les sots font bâtir les maisons

Plus en détail

Sawsen Lakhal. Ce que représente PeDTICE pour moi

Sawsen Lakhal. Ce que représente PeDTICE pour moi Sawsen Lakhal Ce que représente PeDTICE pour moi En tant que nouvelle professeure, PeDTICE représente pour moi des occasions de rencontres très enrichissantes. Ces rencontres permettent un codéveloppement

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Formation continue obligatoire

Formation continue obligatoire Formation continue obligatoire POLITIQUE (Organismes) Version décembre 2010 S E R V I C E D U D É V E L O P P E M E N T P R O F E S S I O N N E L Table des matières Section 1 : Information générale 3 1.

Plus en détail

Guide explicatif Nouveau barème d allocation des UFC

Guide explicatif Nouveau barème d allocation des UFC Guide explicatif Nouveau barème d allocation des UFC Table des matières Introduction p.3 Mise en contexte Objectifs Barème d allocation des UFC Guide de pointage des activités professionnelles p.5 Activités

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

ET TRAVAIL ENSEIGNANT Quand la société change, la classe doit-elle suivre? 2005 Presses de l Université du Québec

ET TRAVAIL ENSEIGNANT Quand la société change, la classe doit-elle suivre? 2005 Presses de l Université du Québec INTRODUCTION INTÉGRATION DES TIC ET TRAVAIL ENSEIGNANT Quand la société change, la classe doit-elle suivre? THIERRY KARSENTI UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL FRANÇOIS LAROSE UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE 2 L intégration

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mai 2013 PRÉAMBULE... 3 1. DISTRIBUER LA BONIFICATION DE 25M$... 4 2. OPTIMISER L AFE... 5 3. AMÉLIORER LA SENSIBILISATION DES

Plus en détail

Service de l adaptation scolaire et des services complémentaires

Service de l adaptation scolaire et des services complémentaires Service de l adaptation scolaire et des services complémentaires 2955, boulevard de l Université, Sherbrooke (Québec) J1K 2Y3 Téléphone : 819 822-5540 Télécopieur : 819 822-5286 Le concept de besoin Dans

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

Le M.B.A. professionnel

Le M.B.A. professionnel Le M.B.A. professionnel Un M.B.A. à temps partiel pour les professionnels qui travaillent un programme unique Le nouveau M.B.A. professionnel de la Faculté de gestion Desautels de l Université McGill est

Plus en détail

Bien-être des élèves Cadre de recherche

Bien-être des élèves Cadre de recherche Bien-être des élèves Cadre de recherche Introduction Ces dernières années, on s intéresse de plus en plus à l importance de mesurer le bien-être des enfants et d en assurer le suivi (Ben-Arieh, 2006).

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

Certification Appreciative Inquiry Accompagnement des Transformations dans les Organisations

Certification Appreciative Inquiry Accompagnement des Transformations dans les Organisations Certification Appreciative Inquiry Accompagnement des Transformations dans les Organisations Ce programme a été conçu par les professeurs de la Weatherhead School of Management de la Case Western Reserve

Plus en détail

Présentation de l équipe

Présentation de l équipe Libérer et révéler les potentiels individuels et collectifs Présentation de l équipe Consultants coachs et formateurs : Certifiés en coaching individuel et team building Formés en AT, PNL, approche systémique.

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

École communautaire accréditée du Nouveau-Brunswick

École communautaire accréditée du Nouveau-Brunswick École communautaire accréditée du Nouveau-Brunswick L implantation, école par école, d une culture d apprentissage autonome et d entrepreneuriat conscient Présenté par Rino Levesque, directeur général

Plus en détail

La réforme : une opportunité pour la fonction formation

La réforme : une opportunité pour la fonction formation Nombreux sont les articles concernant la réforme de la formation professionnelle. Grâce à ses experts qui récoltent l information législative et réglementaire à sa source, Demos fait un tour d horizon

Plus en détail

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique.

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Mandats Conseiller l Agence sur les orientations et les actions à privilégier en sécurité alimentaire; Planifier,

Plus en détail

setup news financement Soutien aux projets syndicaux européens

setup news financement Soutien aux projets syndicaux européens setup news financement Soutien aux projets syndicaux européens Bulletin d information de l ETUI sur les opportunités de financements européens pour les syndicats N 23 février 2014 Le nouveau programme

Plus en détail

Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie

Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie -Version FR Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie Communiqué de la Conférence des ministres européens chargés de l Enseignement supérieur,

Plus en détail

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013 Document de synthèse Service de la planification et de la performance, 2 mai 2013 1 Table ronde : Besoins futurs de la société et débouchés

Plus en détail

GUIDE ORGANISATIONNEL LA CONCEPTION DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS

GUIDE ORGANISATIONNEL LA CONCEPTION DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS LA CONCEPTION DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS 24 L adhésion à la formule d alternance travail-études peut donner lieu à des situations non prévues aux procédés habituellement en application dans les établissements

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche de la Commission Scolaire de la Région de Sherbrooke.

Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche de la Commission Scolaire de la Région de Sherbrooke. Engagement scolaire et persévérance rance au secondaire : Modèle théorique, types, évaluation et intervention Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche

Plus en détail

Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec. Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud

Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec. Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud Une démarche d'accompagnement pour une autoévaluation réflexive Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud Université

Plus en détail

Adoptée : 27 avril 2010 (CC-2010-199) En vigueur : 27 avril 2010. Section 07

Adoptée : 27 avril 2010 (CC-2010-199) En vigueur : 27 avril 2010. Section 07 Politique relative au développement durable Adoptée : 27 avril 2010 (CC-2010-199) En vigueur : 27 avril 2010 Recueil des règles de gestion Service des ressources matérielles 1. Préambule Cette politique

Plus en détail

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE RELATIVE À LA FORMATION GÉNÉRALE COMPLÉMENTAIRE

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE RELATIVE À LA FORMATION GÉNÉRALE COMPLÉMENTAIRE COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE RELATIVE À LA FORMATION GÉNÉRALE COMPLÉMENTAIRE 1055, 116 e rue Ville Saint-Georges (Québec) G5Y 3G1 La présente politique a

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

DESCRIPTION DES CONFÉRENCES

DESCRIPTION DES CONFÉRENCES DESCRIPTION DES CONFÉRENCES L innovation pédagogique dans l enseignement aux adultes et la réalité de demain du 31 octobre au 2 novembre 2012 à l Université de Moncton HAROLD JARCHE Les raisons de l innovation

Plus en détail

Les 7 Facteurs clés de Succès pour s'épanouir sur le plan personnel, familial et professionnel au Canada

Les 7 Facteurs clés de Succès pour s'épanouir sur le plan personnel, familial et professionnel au Canada Formation et Coaching en Leadership inclusif et en Management interculturel Les 7 Facteurs clés de Succès pour s'épanouir sur le plan personnel, familial et professionnel au Canada Une approche holistique

Plus en détail

DES INDICATEURS DE PERFORMANCE UTILES ET PERTINENTS

DES INDICATEURS DE PERFORMANCE UTILES ET PERTINENTS DES INDICATEURS DE PERFORMANCE UTILES ET PERTINENTS Marthe HURTEAU, professeure - Université du Québec à Montréal Gilles RAÎCHE, professeur - Université du Québec à Montréal RÉSUMÉ Les indicateurs de performance

Plus en détail

INDUSTRIE ELECTRICIEN INSTALLATEUR MONTEUR ELECTRICIENNE INSTALLATRICE MONTEUSE SECTEUR : 2. Projet : Ecole Compétences -Entreprise

INDUSTRIE ELECTRICIEN INSTALLATEUR MONTEUR ELECTRICIENNE INSTALLATRICE MONTEUSE SECTEUR : 2. Projet : Ecole Compétences -Entreprise Projet : Ecole Compétences -Entreprise SECTEUR : 2 INDUSTRIE ORIENTATION D'ETUDES : ELECTRICIEN INSTALLATEUR MONTEUR ELECTRICIENNE INSTALLATRICE MONTEUSE Formation en cours de Carrière Avec l aide du Fonds

Plus en détail

Programme de Maîtrise en administration des affaires (MBA) Description officielle

Programme de Maîtrise en administration des affaires (MBA) Description officielle Programme de Maîtrise en administration des affaires (MBA) Description officielle Ce document constitue la version officielle du programme à compter de juin 2015. Les étudiants sont soumis aux règlements

Plus en détail

L évaluation du transfert des apprentissages suite à un programme de perfectionnement

L évaluation du transfert des apprentissages suite à un programme de perfectionnement L évaluation du transfert des apprentissages suite à un programme de perfectionnement Johann Jacob, M.A.P. et Richard Marceau, Ph. D. Centre de recherche et d expertise en évaluation (CREXE) Colloque annuel

Plus en détail

Une organisation qui apprend : le cas des Écoquartiers de Montréal

Une organisation qui apprend : le cas des Écoquartiers de Montréal Une organisation qui apprend : le cas des Écoquartiers de Montréal Robert St-Onge conseiller en développement de l organisation Ville de Montréal [rstonge@ville.montreal.qc.ca] RÉSUMÉ Ce texte décrit une

Plus en détail

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication

Plus en détail

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif La recherche du lauréat du prix Nobel de Sciences économiques James Heckman et sa pertinence pour les communautés francophones en milieu

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

Ensemble vers de saines habitudes de vie!

Ensemble vers de saines habitudes de vie! Ensemble vers de saines habitudes de vie! Du plan d action gouvernemental «Investir«pour l avenir» et du Fonds pour la promotion des saines habitudes de vie aux balises de déploiement du soutien de Québec

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne PRONONCEZ-VOUS SUR LA QUESTION! Faites-nous parvenir vos commentaires et vos réflexions. Pour les membres de l AMQ : commentez

Plus en détail

La formation interprofessionnelle pour les professions de la santé: L avenir C est dès maintenant!

La formation interprofessionnelle pour les professions de la santé: L avenir C est dès maintenant! 2 e Swiss Congress for Health Professions Winterthur 1 juin 2012 La formation interprofessionnelle pour les professions de la santé: L avenir C est dès maintenant! Prof. Diane Morin, Inf, PhD Plan de présentation

Plus en détail

à l aune de Prof. Eric Cornuel WWW.EFMD.ORG E U R O P E A N F O U N D A T I O N F O R M A N A G E M E N T D E V E L O P M E N T Liège, le 29 Jan 2007

à l aune de Prof. Eric Cornuel WWW.EFMD.ORG E U R O P E A N F O U N D A T I O N F O R M A N A G E M E N T D E V E L O P M E N T Liège, le 29 Jan 2007 La Pédagogie P à l aune de l Accréditation Prof. Eric Cornuel Directeur Général, G EFMD L éducation au Management en Europe: Panorama général Modèle continental versus anglo-saxon Convergence vers un format

Plus en détail

Nous désirons tout mettre en œuvre pour découvrir le travail d enseignant et surtout, améliorer nos

Nous désirons tout mettre en œuvre pour découvrir le travail d enseignant et surtout, améliorer nos L A P P R E N T I S S A G E E N P R O F O N D E U R Présenté par : Michael Lafontaine, CGA, M. Fisc. Bruce Lagrange, CA, M. Sc. Patricia Michaud, CA, MBA Francis Belzile, CA, M. Fisc. Janie Bérubé, CA,

Plus en détail

Une stratégie d enseignement de la pensée critique

Une stratégie d enseignement de la pensée critique Une stratégie d enseignement de la pensée critique Jacques Boisvert Professeur de psychologie Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu La pensée critique fait partie des capacités à développer dans la formation

Plus en détail

ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE D APPRENTISSAGE TIC PÉDAGOGIE APPRENTISSAGE ENA

ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE D APPRENTISSAGE TIC PÉDAGOGIE APPRENTISSAGE ENA ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE D APPRENTISSAGE TIC PÉDAGOGIE APPRENTISSAGE ENA Chantale Desrosiers Conseillère pédagogique TIC - Répondante REPTIC Personne-ressource à Performa Ce document présente au personnel

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

Le TBI, véritable outil pour une médiation cognitive en maternelle

Le TBI, véritable outil pour une médiation cognitive en maternelle Le TBI, véritable outil pour une médiation cognitive en maternelle Comme nous le témoignent les recherches sur le tableau blanc interactif (TBI), The interactive whiteboard revolution: Teaching with IWBs

Plus en détail

Pour l exclusion des offices d habitation des décrets sur le personnel d entretien des édifices publics

Pour l exclusion des offices d habitation des décrets sur le personnel d entretien des édifices publics Pour l exclusion des offices d habitation des décrets sur le personnel d entretien des édifices publics Mémoire présenté au ministère du Travail dans le cadre de la consultation de la Loi sur les décrets

Plus en détail

MODULES DE COURS BILINGUES EN GESTION DE COOPÉRATIVES

MODULES DE COURS BILINGUES EN GESTION DE COOPÉRATIVES MODULES DE COURS BILINGUES EN GESTION DE COOPÉRATIVES Claude-André Guillotte Directeur, IRECUS Université de Sherbrooke Claude-Andre.Guillotte@USherbrooke.ca Karen Miner Directrice générale Co-operative

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Quel sera le parcours des étudiants de 2010?

Quel sera le parcours des étudiants de 2010? Quel sera le parcrs des étudiants de 2010? Les principaux changements Le Programme de formation de l école québécoise (PFÉQ) place l élève au cœur de ses apprentissages. Il vise l élaboration d une vision

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions Dispositif de professionnalisation des acteurs de l accueil, l information, l orientation, l emploi, la formation professionnelle initiale (par la voie de l apprentissage) et la formation

Plus en détail

LA TABLETTE TACTILE DANS LES ÉCOLES DE LA FRANCOPHONIE : QUELS DÉFIS POUR LES ENSEIGNANTS DE LA BELGIQUE, DU CANADA ET DE LA FRANCE?

LA TABLETTE TACTILE DANS LES ÉCOLES DE LA FRANCOPHONIE : QUELS DÉFIS POUR LES ENSEIGNANTS DE LA BELGIQUE, DU CANADA ET DE LA FRANCE? LA TABLETTE TACTILE DANS LES ÉCOLES DE LA FRANCOPHONIE : QUELS DÉFIS POUR LES ENSEIGNANTS DE LA BELGIQUE, DU CANADA ET DE LA FRANCE? UNESCO Mobile Learning Week 2014 Aurélien Fievez et Thierry Karsenti

Plus en détail

Luce Landry, DESS sc. infirmières, UQAR. Résumé

Luce Landry, DESS sc. infirmières, UQAR. Résumé Le groupe de codéveloppement professionnel : une stratégie d amélioration de l aptitude à gérer des situations complexes pour les infirmières qui pratiquent en prévention et contrôle des infections au

Plus en détail

22 2011 (CC-20111-110)

22 2011 (CC-20111-110) Politiquee linguistique Adoptée : En vigueur : Amendement : 22 mars 2011 (CC-2011-110) 22 mars 2011 Table des matières 1. PRÉAMBULE... 1 2. CHAMP D APPLICATION... 1 3. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE...

Plus en détail

«L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?»

«L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?» «L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?» Introduction Le travail que nous présentons ici repose sur une expérience

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er

Plus en détail

- 6 - RéféRENCES ET SOuRCES BIBLIOgRAPhIquES

- 6 - RéféRENCES ET SOuRCES BIBLIOgRAPhIquES - 6 - Références et sources bibliographiques références Alberta Education. (2005). Pleins feux sur l enquête : Guide de mise en œuvre de l apprentissage fondé sur l enquête. Edmonton : Alberta Education.

Plus en détail

Education en vue du développement durable : Une définition

Education en vue du développement durable : Une définition Education en vue du développement durable : Une définition Contenu : Le développement durable : Une définition 1. Historique et contexte Suisse 2. Le développement durable Le lien entre développement durable

Plus en détail

Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation et qualification

Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation et qualification Reconnaissance de la professionnalité de stagiaires en enseignement au secondaire et rôles des superviseurs Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation

Plus en détail

Conception de la page couverture : Stéphane Lizotte, conseiller en communication (designer Web)

Conception de la page couverture : Stéphane Lizotte, conseiller en communication (designer Web) Conception de la page couverture : Stéphane Lizotte, conseiller en communication (designer Web) Table des matières BACCALAURÉAT EN ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE ET EN ENSEIGNEMENT PRIMAIRE... 5 LE PROFIL DU DIPLÔMÉ...

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION À L INTENTION DES PARENTS

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION À L INTENTION DES PARENTS École secondaire Louis-Philippe-Paré 235, boulevard Brisebois, Châteauguay (Québec) J6K 3X4 Téléphone : 514 380-8899 Télécopieur : 450 692-0031 Site Web : http://lpp.csdgs.qc.ca/ Courriel : lpp@csdgs.qc.ca

Plus en détail

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE Cette fi che est un outil d introduction au concept de la gestion interculturelle. Elle est destinée aux gestionnaires de PME afi

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Attestation de spécialisation professionnelle (ASP) LANCEMENT D UNE ENTREPRISE. www.lancement-e.com

Attestation de spécialisation professionnelle (ASP) LANCEMENT D UNE ENTREPRISE. www.lancement-e.com Attestation de spécialisation professionnelle (ASP) LANCEMENT D UNE ENTREPRISE 5264 Guide du promoteur Les étapes à suivre 2014-2015 www.lancement-e.com Prenez votre avenir en main Créez votre emploi Passez

Plus en détail

Commentaire des articles

Commentaire des articles - 1 - Luxembourg, le 25 septembre 2013 Objet : Projets de règlements grands-ducaux - portant sur l élaboration et l application du plan de développement scolaire - portant sur l accompagnement des élèves

Plus en détail

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Objet Ce document établit la raison d être, la composition et le mode de fonctionnement du Comité tripartite, créé le

Plus en détail

Section 1. Qu est-ce que la réussite à l'université d un étudiant?

Section 1. Qu est-ce que la réussite à l'université d un étudiant? Section 1 Qu est-ce que la réussite à l'université d un étudiant? Dieudonné Leclercq et Philippe Parmentier Réussir la première année est un défi majeur pour tout étudiant qui entame des études supérieures

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 1. Contexte PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 Dans le passé, on recherchait des superviseurs compétents au plan technique. Ce genre d expertise demeurera toujours

Plus en détail

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 Carol Campbell, Ann Lieberman et Anna Yashkina avec Nathalie Carrier, Sofya Malik et Jacqueline

Plus en détail

Tableau de bord de l expédition

Tableau de bord de l expédition 2003-2006 Octobre 2004 COMMISSION SCOLAIRE DES HAUTS-BOIS-DE L OUTAOUAIS UNE GRANDE EXPÉDITION 2003-2006 INTRODUCTION GÉNÉRALE 2003-2006 Quelques constats préliminaires Le taux de redoublement a diminué

Plus en détail

Bienvenue à l UCL, dans une

Bienvenue à l UCL, dans une Bienvenue à l UCL, dans une des 9 universités de la Communauté française des 3300 universités de l Union européenne des 4000 universités européennes (4194 aux USA) des 17000 universités dans le monde Bologne

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Organisation des enseignements au semestre 7

Organisation des enseignements au semestre 7 Organisation des enseignements au semestre 7 UE1 : Pratiques pédagogiques différenciées et adaptées aux besoins éducatifs particuliers (responsable : J. Divry) Transmettre des connaissances et des références

Plus en détail

Apprendre avec les TICE? Projet de recherche PluriFormation (PPF) Une approche pluridisciplinaire Alain Mille Journées Eductice 14-15 mai 2009

Apprendre avec les TICE? Projet de recherche PluriFormation (PPF) Une approche pluridisciplinaire Alain Mille Journées Eductice 14-15 mai 2009 Apprendre avec les TICE? Projet de recherche PluriFormation (PPF) Une approche pluridisciplinaire Alain Mille Journées Eductice 14-15 mai 2009 Plan de l exposé Apprendre avec les TICE? Les questions qui

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE

CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE École du Portage Tous ensemble pour mon avenir - de l Arc-en-Ciel (Ste-Jeanne d Arc), - du Clair-Soleil (La Rédemption) et de la Rivière (Ste-Angèle-de-Mérici) CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE

Plus en détail

Expertise. Catherine NADIG

Expertise. Catherine NADIG Expertise Catherine NADIG Expérience Head of Human Resources & Learning Development, DHL Suisse Certification en Coaching IDC, Genève et Montréal Master en Programmation Neuro Linguistique Spécialisation

Plus en détail

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE)

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Réflexion sur les enjeux municipaux et pistes d action en lien avec le dossier de la petite enfance André

Plus en détail

Devenez expert en éducation. Une formation d excellence avec le master Métiers de l Enseignement, de l Education et de la Formation

Devenez expert en éducation. Une formation d excellence avec le master Métiers de l Enseignement, de l Education et de la Formation Institut Universitaire de Formation des Maîtres Université de Provence - Aix-Marseille Université 20 ans d expérience dans la formation des professionnels dans les métiers de l enseignement, de l éducation

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE N 198 PETREIN Olivier L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE Introduction L'emploi des Nouvelles Technologies de l'information et de la Communication

Plus en détail

ICT-Manager. avec diplôme fédéral

ICT-Manager. avec diplôme fédéral ICT-Manager avec diplôme fédéral Introduction L examen du diplôme fédéral d ICT-Manager fait partie de la formation professionnelle supérieure et permet d acquérir des qualifications en vue d exercer des

Plus en détail

C EST QUOI UNE ÉCOLE PUBLIQUE ALTERNATIVE QUÉBÉCOISE?

C EST QUOI UNE ÉCOLE PUBLIQUE ALTERNATIVE QUÉBÉCOISE? C EST QUOI UNE ÉCOLE PUBLIQUE ALTERNATIVE QUÉBÉCOISE? L école alternative, c est une école publique, intégrée aux commissions scolaires du Québec qui relève du choix des parents à offrir à leur enfant

Plus en détail

Développement personnel

Développement personnel Développement personnel 50 REPÉRAGE DES TALENTS : COMPÉTENCES ET PERFORMANCE DE L'ENTREPRISE Repérer dans l'organisation les "talents" nécessaires à l'atteinte des objectifs de l'entreprise Construire

Plus en détail

Résumé de l évaluation périodique complémentaire à celle de l organisme d agrément (CAPFE) Programmes de : (4107-8207)

Résumé de l évaluation périodique complémentaire à celle de l organisme d agrément (CAPFE) Programmes de : (4107-8207) Résumé de l évaluation périodique complémentaire à celle de l organisme d agrément (CAPFE) Programmes de : BACCALAURÉAT EN ENSEIGNEMENT DE L ÉDUCATION PHYSIQUE ET À LA SAN TÉ (7208) CERTIFICAT OU MINEURE

Plus en détail

L apparition de la notion d inclusion dans le débat concernant la scolarisation. Intégration ou inclusion? Études et formations

L apparition de la notion d inclusion dans le débat concernant la scolarisation. Intégration ou inclusion? Études et formations Intégration ou inclusion? Éléments pour contribuer au débat Éric Plaisance Professeur des universités Brigitte Belmont Ingénieur d études Aliette Vérillon Ingénieur de recherche Cornelia Schneider Attachée

Plus en détail