RÔLES ÉMERGEANTS DU CONSEILLER PÉDAGOGIQUE EN FPT ET SAVOIRS DE CONSEILLANCE REVISITÉS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RÔLES ÉMERGEANTS DU CONSEILLER PÉDAGOGIQUE EN FPT ET SAVOIRS DE CONSEILLANCE REVISITÉS"

Transcription

1 RÔLES ÉMERGEANTS DU CONSEILLER PÉDAGOGIQUE EN FPT ET SAVOIRS DE CONSEILLANCE REVISITÉS COLLOQUE CCCFPT 27 MARS Yves Boucher et Louise Royal, Université de Sherbrooke, Département de gestion de l éducation et de la formation Microprogramme en conseillance pédagogique

2 INTENTIONS DE L ATELIER Dégager collectivement : - les rôles du Cp attendus actuellement par le milieu; - les savoirs de conseillance nécessaires pour répondre à ces attentes; - des pistes d actions susceptibles de favoriser le développement professionnel du CP en cohérence avec ces attentes. 2

3 LES RÔLES DU CP ATTENDUS ACTUELLEMENT PAR LE MILIEU À partir de la grille: «Les attentes de rôles à l égard du conseiller pédagogique en FPT» (inspirée de l analyse de situation de travail CCCPFT, 2000) - Réflexion personnelle (ajouts si nécessaire) - Partage en sous-groupes (éléments convergents) - Mise en commun 3

4 NOTRE POSITION COMME CP Qu est-ce qu il serait souhaitable que j exerce comme rôles pour améliorer l efficacité de mon centre? - Discussion en sous-groupes (ajouts si nécessaire) - Mise en commun 4

5 REGARD SUR LE CONTEXTE ORGANISATIONNEL EN - La gestion axée sur les résultats (GAR) - La recherche sur les principaux facteurs de réussite et de persévérance scolaires - Le CP comme «agent de changement» 5

6 LA GESTION AXÉE SUR LES RÉSULTATS (GAR) Origine et définition: Colloque CCCPFPT - Boucher et Royal, Le Secrétariat du Conseil du trésor (2000) définit ainsi la gestion axée sur les résultats : La gestion axée sur les résultats est une approche de gestion fondée sur des résultats mesurables répondant aux objectifs et aux cibles définis préalablement en fonction des services à fournir. Elle s exerce dans un contexte de transparence, de responsabilisation et de flexibilité quant aux moyens utilisés pour atteindre les buts visés. MELS, 2009, Guide d implantation 6

7 LA GESTION AXÉE SUR LES RÉSULTATS (GAR) Il s agit d un virage important dans la gouvernance scolaire : un mode de gouvernance axée sur la responsabilisation de chaque palier et une meilleure cohérence des actions de chacun dans le respect de l autonomie de la commission scolaire et de la spécificité de chaque établissement. La persévérance et la réussite scolaires seront au cœur de la première génération de conventions de partenariat. C est donc pour canaliser nos efforts que nous concentrerons nos énergies sur cinq buts dans les premières conventions. Bien entendu, une commission scolaire pourrait décider de se fixer ellemême des objectifs additionnels, si elle le juge à propos. Le succès de la démarche reposera sur la mobilisation des milliers d intervenants des commissions scolaires, des établissements, des parents et des partenaires socioéconomiques. Le leadership qu exercera la commission scolaire sera ainsi primordial dans la mise en place des conventions. MELS, 2009, Guide d implantation 7

8 L ÉCOLE, J Y TIENS! MELS 2009 «Il nous faut tout mettre en oeuvre pour améliorer le taux de diplomation, d abord pour les jeunes eux-mêmes, dont l avenir est directement lié à leur formation, mais également pour le Québec, qui a besoin d eux pour relever les défis sociaux, économiques et culturels qui se posent à lui.» Ministère de l Éducation du Loisir et du Sport du Québec. (2009). L école, j y tiens : Tous ensemble pour la réussite scolaire. 8

9 POURQUOI EST-CE SI IMPORTANT AUJOURD HUI DE FAIRE RÉUSSIR L ENSEMBLE DES ÉLÈVES? 9

10 Effets du décrochage scolaire Données issues du Rapport Ménard (2008) Colloque CCCPFPT - Boucher et Royal, LES CONSÉQUENCES 1. Enjeux pour les individus Non-diplômés Diplômés Revenu annuel moyen $ $ Taux de chômage moyen 15 % 7 % Espérance de vie moyenne 75 ans 82 ans Risque de dépression à l âge adulte 15 % 9 % Proportion de la population carcérale 63 % 37 % 2. Enjeux pour la société 2.1 L engagement citoyen Quelques exemples: Les diplômés font du bénévolat de 2 à 5 fois plus que les non-diplômés; Les diplômés votent de 15 % à 30 % plus que les non-diplômés;. 2.2 Les coûts sociaux Pour chaque cohorte annuelle et ce, sur la durée moyenne de vie, le manque à gagner, soit les sommes d argent qu ils ne paieront pas en taxes et impôts versus les sommes d argent qu ils nécessiteront en services sociaux, représente 1,9 milliard $. 10

11 LES DÉBOUCHÉS POUR LES NON DIPLÔMÉS Au Canada, en 1976, 25 % des emplois étaient dans le secteur manufacturier. Au Canada, en 2005, 10% des emplois étaient dans le secteur manufacturier. Statistique Canada,

12 LES CINQ BUTS DU MELS PLAN STRATÉGIQUE La première génération de conventions de partenariat deviendra le porte-étendard des orientations ministérielles notamment en matière de persévérance et de réussite scolaires. Un nombre restreint de buts sont déterminés : L augmentation de la diplomation et de la qualification avant l âge de 20 ans; L amélioration de la maîtrise de la langue française; L amélioration de la persévérance scolaire et de la réussite scolaire chez certains groupes cibles, particulièrement les élèves handicapés ou en difficulté d adaptation ou d apprentissage; L amélioration de l environnement sain et sécuritaire dans les établissements; L augmentation du nombre d élèves de moins de 20 ans en formation professionnelle. 12

13 SYSTÈME MELS POUR L IMPLANTATION DE LA GAR MELS Convention C.S. (plan str.) (plan str.) Réussite Convention École/Centre (p.é., p.r.) Schéma p.5-guide d implantation MELS,

14 AU REGARD DE LA GESTION AXÉE SUR LES RÉSULTATS Quels rôles déjà identifiés sont particulièrement sollicités? Y a-t-il des rôles nouveaux qui émergent? 14

15 QU EST-CE QUI FAIT RÉUSSIR ET PERSÉVÉRER LES ÉLÈVES? OU, VU AUTREMENT, QU EST-CE QUI LES FAIT ÉCHOUER, ABANDONNER? 15

16 L ENSEMBLE DE LA RECHERCHE AU QUÉBEC ET AILLEURS NOUS DIT QUE: - Entre 40% et 50% des décrocheurs ont comme principale caractéristique le manque d engagement, d intérêt, de motivation. - La moitié seulement des décrocheurs a des troubles d apprentissage et/ou de comportement. (Archambault, Janosz, Potvin, Royer ) 16

17 L INCONTOURNABLE QUESTION DE L ENGAGEMENT / MOTIVATION (USA) Dimensions of motivation Researchers Competence Control / autonomy Interest / Value Relatedness Ryan & Decl Pintrich Seifert The students believes he or she has the ability to complete the task The student feels in control by seeing a direct link between his or her actions and an outcome, and retains autonomy having some choice about whether or how to undertake the task The students has some interest in the task or sees the value of completing it Completing the task brings the student social rewards such as a sense of belonging or approval from a person of social importance Adapté de : Usher, A. & Kober, N. Student Motivation: An Overlooked Piece of School Reform, 2012 CENTER ON EDUCATION POLICY, THE GEORGE WASHINGTON UNIVERSITY 17

18 L INCONTOURNABLE QUESTION DE L ENGAGEMENT / MOTIVATION(QC) La tâche devrait tenir compte de la «perception» de l élève : - du sentiment de compétence; - du sentiment de contrôle (choix); - de sa valeur ou de son utilité (sens); - du but de performance ou de maîtrise. Tiré de: Archambault, J. et Chouinard, R. (2009). Vers une gestion éducative de la classe. 3 e édition. Montréal. : Chenelière Éducation. p

19 DIT AUTREMENT Les cinq «C» pour la génération «C» L école semble condamnée à être «intéressante» i.e. de satisfaire les besoins des jeunes de: 1- comprendre/connaître (curiosité, sens) 2- choisir ( les modalités, les moments, le médium, ) 3- créer (résoudre, innover) 4- collaborer (travailler avec d autres pour apprendre et pour produire) 5- communiquer (être en relation avec ses pairs, d autres élèves, sa communauté, la planète ). Les enseignants devront être de plus en plus capables d offrir assez régulièrement aux élèves des environnements pédagogiques qui tiendront compte de ces éléments. 19

20 AU REGARD DES FACTEURS DE RÉUSSITE ET DE PERSÉVÉRANCE SCOLAIRES Quels rôles déjà identifiés sont particulièrement sollicités? Y a-t-il des rôles nouveaux qui émergent? 20

21 OUTRE LA RÉUSSITE DISCIPLINAIRE, QUELLES COMPÉTENCES ET ATTITUDES LES JEUNES DOIVENT-ILS DÉVELOPPER POUR FAIRE FACE AUX DÉFIS DU 21 E SIÈCLE? 21

22 RÉFLEXIONS DES ORGANISATIONS Au nombre des compétences les plus importantes que l école permet d acquérir pour ce qui touche à la viabilité, figurent la réflexion critique, l auto-analyse, l analyse des médias, la prise de décisions individuelles et collectives et la résolution des problèmes. (p.43) les compétences cruciales plus élevées, transversales aux individus et aux disciplines, qui préparent de futurs adultes informés et responsables dans le monde du XXIe siècle. (p.44) OCDE, (2001). L école de demain : Quel avenir pour nos écoles? 22

23 RÉFLEXIONS DES ORGANISATIONS (SUITE) UNESCO, 2009 Une société innovante prépare les gens non seulement à embrasser le changement et à s y adapter, mais aussi à le gérer et à l influencer. Alors que les sociétés sont confrontées à des changements rapides, on privilégie l aptitude des citoyens à penser de façon critique, à résoudre les problèmes, à respecter la diversité et à adopter un mode de vie durable. Vers une vision holistique de l éducation : UNESCO, 2009,Document d information 35C/INF.16 23

24 RÉFLEXIONS DES ORGANISATIONS (SUITE) The Assessment and Teaching of 21st-Century Skills project brought together more than 250 researchers across 60 institutions worldwide who categorized 21st-century skills internationally into four broad categories: Ways of thinking: Creativity, critical thinking, problem-solving, decisionmaking and learning Ways of working: Communication and collaboration Tools for working: Information and communications technology (ICT) and information literacy Skills for living in the world: Citizenship, life and career, and personal and social responsibility OCDE, (2012). Preparing Teachers and Developing School Leaders for the 21st Century: Lessons from around the World, Schleicher, A.(ed.) 24

25 RÉFLEXIONS DES ORGANISATIONS (SUITE) Or, le citoyen du XXIe siècle est confronté à des enjeux de plus en plus complexes, où l intégration des connaissances et la capacité de les transférer dans des contextes changeants deviennent incontournables. Les attentes actuelles de la société envers l école se font plus grandes. Si elle doit toujours viser la réussite du plus grand nombre selon des barèmes scolaires, elle doit aussi préparer l ensemble des jeunes à réussir leur vie et à contribuer à l essor de la société. PFÉQ sec 2 e cycle, chapitre 1, page 1 25

26 RÉFLEXIONS DES ORGANISATIONS (SUITE) Problemsolving, reflection, creativity, critical thinking, learning to learn, risk-taking, collaboration, and entrepreneurship will become key competences for a successful life (p.10) The Future of Learning: Preparing for Change European Commission, 2011, Institute for Prospective Technological Studies 26

27 DES COMPÉTENCES TRANSVERSALES? ordre intellectuel: exploiter l information; résoudre des problèmes; exercer son jugement critique; mettre en oeuvre sa pensée créatrice; ordre méthodologique: se donner des méthodes de travail efficaces; exploiter les technologies de l information et de la communication; ordre personnel et social: coopérer; (actualiser son potentiel); ordre de la communication: communiquer de façon appropriée. 27

28 Quelles sont les caractéristiques des environnements d apprentissage efficaces pour justement faire réussir l ensemble des élèves et favoriser le développement des compétences et attitudes nécessaires aux jeunes d aujourd hui? 28

29 OCDE Colloque CCCPFPT - Boucher et Royal, AU-DELÀ DES CONTENUS DISCIPLINAIRES: CONCLUSIONS TRANSVERSALES SUR L APPRENTISSAGE: 1-L environnement d apprentissage reconnaît que les apprenants sont ses participants essentiels, encourage leur implication active et les aide à comprendre leur activité apprenante 2- L environnement d apprentissage se fonde sur la nature sociale de l apprentissage et encourage activement l apprentissage coopératif bien organisé. 3-Les professionnels de la communauté d apprentissage sont très conscients des motivations des apprenants et du rôle déterminant des émotions dans les résultats. 4- L environnement d apprentissage est très attentif aux particularités individuelles de ses apprenants, notamment au plan de leur bagage cognitif. 5- L environnement d apprentissage conçoit des programmes qui demandent du travail et sont stimulants pour tous, mais sans excès. 6- L environnement d apprentissage opère dans la clarté des attentes et déploie des stratégies d évaluation conformes à celles-ci ; il accorde une place privilégiée au feedback formatif en appui aux apprentissages. 7- L environnement d apprentissage promeut fortement la «connexité horizontale» entre domaines de connaissances et disciplines, mais aussi avec la communauté et le monde par l apprentissage par investigation (projets, résolution de problème, ) et l utilisation des TIC. - COMMENT APPREND-ON? LA RECHERCHE AU SERVICE DE LA PRATIQUE OECD Preparing Teachers and Developing School Leaders for the 21st Century, Lessons from around the World, OECD

30 TROP POUR UN PROF? Une piste moderne La CAP 30

31 LES ORGANISATIONS APPRENANTES DANS LA LITTÉRATURE Fin des années 1980: le terme ORGANISATION APPRENANTE apparaît explicitement dans la littérature Depuis les années 90: un nouveau paradigme de changement marque les travaux de recherche: les théories de l apprentissage, et certaines approches d orientation constructiviste.

32 LES CARACTÉRISTIQUES D UNE CAP QUE L ON RETROUVE DANS L ENSEMBLE DE LA LITTÉRATURE SCIENTIFIQUE ET PROFESSIONNELLE Vision et valeurs communes Mise en commun des pratiques professionnelles Mise à l essai de nouvelles pratiques Dialogue réflexif Centration sur les apprentissages Utilisation de CIR

33 CONTEXTE PERTINENT POUR AMÉLIORER L EFFICACITÉ DE L ORGANISATION, PARTICULIÈREMENT POUR LES MILIEUX OÙ L ON FAIT FACE À: La complexité du mandat (connaissances et compétences requises) La pression externe (compétition/reddition de comptes) Le besoin d innovation (amélioration continue) L abondance de R&D L interdépendance des acteurs Des ressources limitées Cohendet, Roberts et Simon, Revue Gestion, Hiver 2011

34 ET CE CONTEXTE ÇA NOUS RESSEMBLE? «Tous les intervenants membres de la direction de l école, du personnel enseignant, du personnel des services éducatifs complémentaires et du personnel de soutien doivent collaborer pour créer les conditions d enseignement-apprentissage les plus favorables. Il faut ainsi dépasser les compétences individuelles et faire émerger une compétence collective. L école : une organisation apprenante: À cette fin, ces organisations s assurent de l adhésion de tous les personnels à une vision commune; elles font appel au partage d expertise de même qu à la communication et à la concertation entre des acteurs aux formations et aux talents divers; elles investissent dans la formation continue; elles constituent un lieu de construction de savoirs et d émergence de solutions inédites aux problèmes auxquels elles font face.» PFEQ, sec. 2e cycle, p22

35 AU REGARD DES COMPÉTENCES DU 21 E SIÈCLE ET DES ENVIRONNEMENTS D APPRENTISSAGE EFFICACES Quels rôles déjà identifiés sont particulièrement sollicités? Y a-t-il des rôles nouveaux qui émergent? 35

36 LE CP COMME AGENT DE CHANGEMENT Facilitateur Spécialiste du processus Chercheur Conseil à la prise de décision Collaborateur Formateur Expert Avocat Système-CLIENT CONSEILLER Centré sur le processus Centré sur l expertise Lippitt et Lippitt,

37 AU REGARD DU CONTINUUM DE RÔLES DE LIPPITT & LIPPITT Quels rôles déjà identifiés sont particulièrement sollicités? Y a-t-il des rôles nouveaux qui émergent? 37

38 ATTENTES, RÔLES ET SAVOIRS DE CONSEILLANCE Le CP détient une fonction conseil auprès de tous les intervenants scolaires Le CP est un accompagnateur et intervient afin d atteindre des cibles organisationnelles Il est un acteur important au sein des équipes Ses interventions font appel à de nouveaux savoirs sans égard à leur domaine d expertise: les savoirs de conseillance Royal, Gagnon et Ménard (2013). La création d un microprogramme en conseillance pédagogique: une expérience de partenariat. In Formation continue, recherche et partenariat, Landry et Garant (Dir.). Québec: PUQ, p

39 SAVOIRS DE CONSEILLANCE REGROUPÉS 1- Formateur d adultes (andragogie, formation professionnalisante/transfert, vigie de recherche, ) 2- Savoirs relationnels (travail d équipe, CAP, conseil, distribution du leadership, ) 3- Facilitateur de changement (analyse de situation, analyse des forces et défis, propositions de stratégies de changement, ) 39

40 À PARTIR DE CE QUE L ON DEVRAIT FAIRE Quels sont les savoirs de conseillance qui découlent des rôles jugés souhaitables et qui sont essentiels pour être efficace et efficient? - Discussion en sous-groupes - Mise en commun 40

41 POUR PERMETTRE LE DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU DES CP AU REGARD DES SAVOIRS DE CONSEILLANCE ESSENTIELS AUJOURD HUI Ensemble, pouvons-nous identifier des ressources et des conditions organisationnelles favorables et réalistes? Ressources: formations externes, co-développement, CAP, organismes, colloques, réseautage, sites web Conditions: conditions de travail, organisation du travail, organisation des services 41

42 RETOUR SUR LES INTENTIONS Dégager collectivement : - les rôles du Cp attendus actuellement par le milieu; - les savoirs de conseillance nécessaires pour répondre à ces attentes; - des pistes d actions susceptibles de favoriser le développement professionnel du CP en cohérence avec ces attentes. 42

43 RÉFÉRENCES Archambault, J. et Chouinard, R. (2009). Vers une gestion éducative de la classe. 3 e édition. Montréal. : Chenelière Éducation. p. 172 Janosz, (2000). L ABANDON SCOLAIRE CHEZ LES ADOLESCENTS, Lippitt, G. et Lipptt R. (1980). La pratique de la consultation. Ottawa : Éditions NHP (1 re édition américaine 1978). MELS, Guide d implantation, GAR, 200 enariat_guideimplantation.pdf Ministère de l Éducation du Loisir et du Sport du Québec. (2009). L école, j y tiens : Tous ensemble pour la réussite scolaire. ion_jeunes/lecolejytiens_tousensemblepourlareussitescolaire.pdf 43

44 RÉFÉRENCES Ménard, (2008). Savoir pour pouvoir : Entreprendre un chantier national pour la persévérance scolaire OCDE, (2001). L école de demain : Quel avenir pour nos écoles? OCDE, (2010). Comment apprend-on? La recherche au service de la pratique OCDE, (2012). Preparing Teachers and Developing School Leaders for the 21st Century: Lessons from around the World, Schleicher, A.(ed.) 44

45 RÉFÉRENCES Royal, Gagnon et Ménard (2013). La création d un microprogramme en conseillance pédagogique: une expérience de partenariat. In Formation continue, recherche et partenariat, Landry et Garant (Dir.). Québec: PUQ, p Royal (À paraître). Processus d intervention du conseiller pédagogique. Tardif, J. (1997). Pour un enseignement stratégique. L apport de la psychologie cognitive. 2 e édition, Montréal, Éditions Logiques UNESCO, 2009,Document d information 35C/INF.16 : Vers une vision holistique de l éducation Usher, A. & Kober, N., (2012). Student Motivation: An Overlooked Piece of School Reform, CENTER ON EDUCATION POLICY, The George Washington University 45

PROFIL DE COMPÉTENCES

PROFIL DE COMPÉTENCES PROFIL DE COMPÉTENCES Direction et direction adjointe à la gestion d un établissement scolaire Bureau du recrutement, des stages et du développement des compétences Service de la gestion des personnes

Plus en détail

Pour des écoles promotrices de réussite éducative en matière de santé et de bien-être. «Partage international en éducation pour un mieux être global»

Pour des écoles promotrices de réussite éducative en matière de santé et de bien-être. «Partage international en éducation pour un mieux être global» Pour des écoles promotrices de réussite éducative en matière de santé et de bien-être «Partage international en éducation pour un mieux être global» L éducation à la santé au Québec Programmes scolaires

Plus en détail

Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois. Catherine Martin 14 mai 2009

Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois. Catherine Martin 14 mai 2009 Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois Catherine Martin 14 mai 2009 Sommaire de la présentation 1. Comment définir les meilleures pratiques et les inscrire

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES PRÉAMBULE La politique de gestion des programmes d études propose une démarche intégrée des différentes actions du Collège

Plus en détail

Pédagogie du projet et développement des compétences transversales : un changement de posture pédagogique 1

Pédagogie du projet et développement des compétences transversales : un changement de posture pédagogique 1 LOUISE LAFORTUNE Pédagogie du projet et développement des compétences transversales : un changement de posture pédagogique 1 AVANT LES CHANGEMENTS ASSOCIÉS À LA RÉFORME dans l école québécoise à partir

Plus en détail

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE Ce qui définit «le changement» préscolaire primaire secondaire Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005-05-00511 ISBN 2-550-45274-7 (version

Plus en détail

Cultiver le goût d entreprendre à l école

Cultiver le goût d entreprendre à l école DÉFI DE L ENTREPRENEURIAT JEUNESSE OFFRE DE SERVICE Cultiver le goût d entreprendre à l école Le Carrefour jeunesse-emploi de Shawinigan vous présente son Guide d ateliers pédagogiques pour les élèves

Plus en détail

Chapitre 2 : Le rôle des CPs

Chapitre 2 : Le rôle des CPs Chapitre 2 : Le rôle des CPs Le rôle de conseillères et de conseillers doit être mieux connu pour arriver à être reconnu. Il nous semble opportun de relever les caractéristiques distinctives de la profession

Plus en détail

Faculté des sciences de l éducation Département d administration et fondements de l éducation

Faculté des sciences de l éducation Département d administration et fondements de l éducation Faculté des sciences de l éducation Département d administration et fondements de l éducation Influence du caractère collaboratif et négocié d un projet de formation continue de directions d établissement

Plus en détail

Séminaire européen du SIDIEEF

Séminaire européen du SIDIEEF Séminaire européen du SIDIEEF Préparation aux stages : un défi de l universitarisation Secteur Formation Pratique :Christophe Boraley, Anne-Laure Thévoz Contexte suisse Dispositif formation pratique Impact

Plus en détail

Sawsen Lakhal. Ce que représente PeDTICE pour moi

Sawsen Lakhal. Ce que représente PeDTICE pour moi Sawsen Lakhal Ce que représente PeDTICE pour moi En tant que nouvelle professeure, PeDTICE représente pour moi des occasions de rencontres très enrichissantes. Ces rencontres permettent un codéveloppement

Plus en détail

DOCUMENT DE PRÉSENTATION. processus collaboratif pour trouver des solutions à des problèmes sociaux complexes

DOCUMENT DE PRÉSENTATION. processus collaboratif pour trouver des solutions à des problèmes sociaux complexes DOCUMENT DE PRÉSENTATION 1 processus collaboratif pour trouver des solutions à des problèmes sociaux complexes 2 organisationnelle entrepreneuriale de services de processus ouverte sociale inversée de

Plus en détail

Plan d action du gouvernement du Canada pour réformer l administration des programmes de subventions et de contributions

Plan d action du gouvernement du Canada pour réformer l administration des programmes de subventions et de contributions Plan d action du gouvernement du Canada pour réformer l administration des programmes de subventions et de contributions Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le président du Conseil

Plus en détail

Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné

Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné "S'il n'y avait pas l'enfant à élever, à protéger, à instruire et à transformer en homme pour demain, l'homme d'aujourd'hui deviendrait un non-sens et

Plus en détail

Le M.B.A. professionnel

Le M.B.A. professionnel Le M.B.A. professionnel Un M.B.A. à temps partiel pour les professionnels qui travaillent un programme unique Le nouveau M.B.A. professionnel de la Faculté de gestion Desautels de l Université McGill est

Plus en détail

Quand le bâtiment va, tout va

Quand le bâtiment va, tout va Quand le bâtiment va, tout va Citation de Martin Nadeau en 1849 à l Assemblée législative de la France Martin Nadeau Ancien ouvrier maçon Député à l Assemblée législative Les sots font bâtir les maisons

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme. Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011

Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme. Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011 Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) Cégep de Saint-Jérôme Recommandée par la Commission des études le 18 mai 2011 Adoptée à la réunion du Conseil d administration le 21 juin 2011

Plus en détail

UNESCO & GOUVERNEMENT DU PORTUGAL Conférence mondiale sur l éducation artistique développer les capacités créatrices pour le 21 ème siècle

UNESCO & GOUVERNEMENT DU PORTUGAL Conférence mondiale sur l éducation artistique développer les capacités créatrices pour le 21 ème siècle UNESCO & GOUVERNEMENT DU PORTUGAL Conférence mondiale sur l éducation artistique développer les capacités créatrices pour le 21 ème siècle Lisbonne, Portugal 6 9 mars 2006 PROJET DE PROGRAMME Antécédents

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

La bibliographie annotée du MELS sur l Anglais intensif Plus de questions que de réponses

La bibliographie annotée du MELS sur l Anglais intensif Plus de questions que de réponses La bibliographie annotée du MELS sur l Anglais intensif Plus de questions que de réponses On retrouve sur le site du MELS une bibliographie annotée visant à faire la promotion du projet d implantation

Plus en détail

Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec. Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud

Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec. Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud Une démarche d'accompagnement pour une autoévaluation réflexive Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud Université

Plus en détail

L art de cultiver des savoirs des expériences des compétences et des talents CALENDRIER

L art de cultiver des savoirs des expériences des compétences et des talents CALENDRIER Centre d expertise des gestionnaires Programme de formation des gestionnaires des établissements de santé et de services sociaux de la Région de la Capitale-Nationale CALENDRIER 2014 2015 L art de cultiver

Plus en détail

Journée à l intention des Agences régionales de santé

Journée à l intention des Agences régionales de santé Journée à l intention des Agences régionales de santé Gyslaine Samson Saulnier, F.Adm.A. Pierre-Paul Lachapelle, Ph.D. Juin 2012 Sommaire 1. Quelques concepts Des éléments à considérer Le type de changement

Plus en détail

DORSET SCHOOL EDUCATIONAL PROJECT 2010 2011

DORSET SCHOOL EDUCATIONAL PROJECT 2010 2011 DORSET SCHOOL EDUCATIONAL PROJECT 2010 2011 Description of the School Guiding Principles School Vision Mission Statement Dorset Elementary School offers the Bilingual Program to 271 students from both

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

X- Accompagner, soutenir, valoriser les enseignants

X- Accompagner, soutenir, valoriser les enseignants 210 X- Accompagner, soutenir, valoriser les enseignants X-1 Le leadership des directeurs d écoles et chefs d établissement X-1-1 Les chefs d établissement, garants d un climat de réussite Si une nouvelle

Plus en détail

Espace collaboratif «L école s active en mode nutrition» : collaborer pour faire évoluer nos pratiques

Espace collaboratif «L école s active en mode nutrition» : collaborer pour faire évoluer nos pratiques Espace collaboratif «L école s active en mode nutrition» : collaborer pour faire évoluer nos pratiques Julia Gaudreault-Perron, chargée de projet 19 février 2013, Montréal 1 Objectifs de la présentation

Plus en détail

Note d orientations de formation 2016

Note d orientations de formation 2016 Note d orientations de formation 2016 PREAMBULE Le plan de formation 2016 va se faire dans un contexte difficile, même si l accord de branche est signé (mais non encore agréé). De fait la part d investissement

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES Table des matières 1. Finalité et objectifs de la Politique...4 2. Principes...5 3. L évaluation des programmes...6 3.1 Déroulement de l

Plus en détail

Analyse des pratiques de quatre enseignants spécialisés en arts plastiques en ce qui a trait au rôle de l élève dans le travail de l exposition

Analyse des pratiques de quatre enseignants spécialisés en arts plastiques en ce qui a trait au rôle de l élève dans le travail de l exposition Analyse des pratiques de quatre enseignants spécialisés en arts plastiques en ce qui a trait au rôle de l élève dans le travail de l exposition Laurence Sylvestre, Ph.D. 1 Université du Québec à Montréal

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1 Vers une définition de l apprentissage collaboratif... 9. Introduction... 1

Table des matières. Chapitre 1 Vers une définition de l apprentissage collaboratif... 9. Introduction... 1 Table des matières Avant-propos.................................................... Remerciements................................................... Liste des tableaux................................................

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

Formation continue obligatoire

Formation continue obligatoire Formation continue obligatoire POLITIQUE (Organismes) Version décembre 2010 S E R V I C E D U D É V E L O P P E M E N T P R O F E S S I O N N E L Table des matières Section 1 : Information générale 3 1.

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

Mémoire. La littératie financière. en perspective avec la planification financière. l Institut québécois de planification financière

Mémoire. La littératie financière. en perspective avec la planification financière. l Institut québécois de planification financière Mémoire La littératie financière en perspective avec la planification financière présenté par l Institut québécois de planification financière au Groupe de travail sur la littératie financière le 31 mai

Plus en détail

Engager et motiver les élèves par des projets entrepreneuriaux en lecture et en écriture

Engager et motiver les élèves par des projets entrepreneuriaux en lecture et en écriture Engager et motiver les élèves par des projets entrepreneuriaux en lecture et en écriture Congrès de l ACELF à Régina 27 septembre 2013 Sophie Nadeau-Tremblay sophie.nadeaut@csjonquiere.qc.ca Plan de l

Plus en détail

Chercheur, entrepreneur : 2 profils pour 1 talent?

Chercheur, entrepreneur : 2 profils pour 1 talent? Parole d expert Chercheur, entrepreneur : 2 profils pour 1 talent? Daphné HIRSCHFELD RANDSTAD Pierre MOREELS RANDSTAD Marjorie PREVOST - GALILEI Avec le soutien de : Chercheur, entrepreneur : 2 profils

Plus en détail

Description du projet. La visée

Description du projet. La visée Description du projet La visée «Dans une conjoncture économique difficile et incertaine, dans un environnement de travail sans cesse évolutif, devant des risques répétés de perte d emploi,, celui qui pourra

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE JANVIER 2014 INTRODUCTION Le CAMO pour personnes handicapées souhaitait établir un portrait de la situation de la formation des personnes

Plus en détail

Présentation de l équipe

Présentation de l équipe Libérer et révéler les potentiels individuels et collectifs Présentation de l équipe Consultants coachs et formateurs : Certifiés en coaching individuel et team building Formés en AT, PNL, approche systémique.

Plus en détail

Plan. stratégique 2015-2020

Plan. stratégique 2015-2020 Plan stratégique 2015-2020 Table des matières 1 2 3 5 Mot du recteur par intérim Mission Vision Valeurs Enjeu 1 Leadership et positionnement Enjeu 2 Études et formations distinctives 7 9 11 13 Enjeu 3

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE Version abrégée 2014 2015 PAVILLON WILBROD DUFOUR

PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE Version abrégée 2014 2015 PAVILLON WILBROD DUFOUR PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE Version abrégée 2014 2015 PAVILLON WILBROD DUFOUR PWD École en forme et en santé Parcours régulier Secondaire 1 à 5; Déro 15-16 ans. Programme ÉTIC Secondaire 1, 2 et 3.

Plus en détail

Produit numéro 1. Modèle préconisé

Produit numéro 1. Modèle préconisé Produit numéro 1 Modèle préconisé Modèle préconisé En quoi consistent les TGV? Les programmes «TGV» sont des programmes de formation professionnelle conçus pour la clientèle AFB à la recherche d une formation

Plus en détail

L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A.

L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A. L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A. Consultante, 10 mai 2012, ginettebegin10@videotron.ca 1 Intention de l 'atelier: Susciter la réflexion

Plus en détail

Le codéveloppement professionnel Comment apprendre en travaillant

Le codéveloppement professionnel Comment apprendre en travaillant Colloque du Grand Littoral 2e édition RH d abord hissons les voiles! Le codéveloppement professionnel FÉVRIER 2009 Conférencière Élisabeth Morin, M. Ps. Élisabeth Morin a complété une maîtrise en psychologie

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique.

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Mandats Conseiller l Agence sur les orientations et les actions à privilégier en sécurité alimentaire; Planifier,

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations Une formation en communication spécialisée sur les publics Le master Communication et générations propose une spécialisation originale

Plus en détail

Proposition prébudgétaire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes concernant le budget fédéral de 2012

Proposition prébudgétaire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes concernant le budget fédéral de 2012 Proposition prébudgétaire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes concernant le budget fédéral de 2012 Présentée par M. John Doering Président de l Association canadienne pour les études

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mai 2013 PRÉAMBULE... 3 1. DISTRIBUER LA BONIFICATION DE 25M$... 4 2. OPTIMISER L AFE... 5 3. AMÉLIORER LA SENSIBILISATION DES

Plus en détail

NOTRE PROJET ÉDUCATIF

NOTRE PROJET ÉDUCATIF NOTRE PROJET ÉDUCATIF du collège constituant de Terrebonne le 22 novembre 04 TABLE DES MATIÈRES DES VALEURS COMMUNES À PARTAGER...1 1. LE DÉVELOPPEMENT INTELLECTUEL...3 1.1 Acquérir une culture générale

Plus en détail

2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003.

2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003. 2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003. 2.4 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Cadre de référence en

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

Les services municipaux de loisir :

Les services municipaux de loisir : Les services municipaux de loisir : l innovation sociale au service du développement dynamique de nos communautés MÉMOIRE DÉPOSÉ DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION DU LIVRE BLANC SUR L AVENIR DES MUNICIPALITÉS

Plus en détail

Guide explicatif Nouveau barème d allocation des UFC

Guide explicatif Nouveau barème d allocation des UFC Guide explicatif Nouveau barème d allocation des UFC Table des matières Introduction p.3 Mise en contexte Objectifs Barème d allocation des UFC Guide de pointage des activités professionnelles p.5 Activités

Plus en détail

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD)

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Le Cercle de c oopération des organisations non g ouvernementales de développement La Plateforme éducation à l environnement et au développement durable

Plus en détail

Le développement du leadership à travers le coaching par les pairs. CoachingOurselves

Le développement du leadership à travers le coaching par les pairs. CoachingOurselves Le développement du leadership à travers le coaching par les pairs Par : Phil LeNir phil@coachingourselves.com CoachingOurselves Copyright CoachingOurselves International Inc., 2014 Mckinsey Quarterly

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Coopérer avec l entreprise? Pour «quoi»? Pour «qui»?

Coopérer avec l entreprise? Pour «quoi»? Pour «qui»? Journée nationale de la formation professionnelle-2010 Coopérer avec l entreprise? Pour «quoi»? Pour «qui»? Mazalon É. - ERTA Gagnon C. - QISAQ Université de Sherbrooke Collectif de recherche sur la formation

Plus en détail

DOSSIER OPTIMISATION : CONSTATS, ENJEUX, PISTES D ACTION Informations à l intention des membres

DOSSIER OPTIMISATION : CONSTATS, ENJEUX, PISTES D ACTION Informations à l intention des membres DOSSIER OPTIMISATION : CONSTATS, ENJEUX, PISTES D ACTION Informations à l intention des membres Lors de l assemblée générale annuelle du 12 juin 2014, une proposition a été faite par des membres afin que

Plus en détail

PLAN DE COURS MBA-8418A-19. Gestion des ressources humaines

PLAN DE COURS MBA-8418A-19. Gestion des ressources humaines Département d organisation et ressources humaines École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal «Créer de la valeur exige audace et engagement» PLAN DE COURS MBA-8418A-19 Gestion des

Plus en détail

POLITIQUE SRE-POL-09. 1. Énoncé... 2. 2. Fondements et cadre légal d application... 2 à 5. 3. Personnes et entités visées... 5

POLITIQUE SRE-POL-09. 1. Énoncé... 2. 2. Fondements et cadre légal d application... 2 à 5. 3. Personnes et entités visées... 5 POLITIQUE Service des ressources éducatives aux jeunes SRE-POL-09 POLITIQUE LINGUISTIQUE 1. Énoncé... 2 2. Fondements et cadre légal d application... 2 à 5 3. Personnes et entités visées... 5 4. Principes

Plus en détail

L avenir de l éducation médicale au Canada. Rapport à l intention du public. Volet sur l éducation médicale postdoctorale. www.afmc.

L avenir de l éducation médicale au Canada. Rapport à l intention du public. Volet sur l éducation médicale postdoctorale. www.afmc. L avenir de l éducation médicale au Canada Volet sur l éducation médicale postdoctorale Rapport à l intention du public www.afmc.ca/fmecpg Un projet financé par Santé Canada 1 Introduction Le volet sur

Plus en détail

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) Raquel Partemi rpartemi@logos.uncu.edu.ar María Cristina Azcona sanchere@speedy.com.ar Noemí Jiménez castellotejimenez@yahoo.com.ar

Plus en détail

Cycle Diplômant en Ressources Humaines. Contenu du programme

Cycle Diplômant en Ressources Humaines. Contenu du programme Cycle Diplômant en Ressources Humaines «Management Spécialisé en R.H.» Contenu du programme Objectifs du programme : Cette formation a pour objet de préparer les participants à l ensemble des outils de

Plus en détail

ENAP internationale RÉPERTOIRE DES FORMATIONS 2016. www.international.enap.ca

ENAP internationale RÉPERTOIRE DES FORMATIONS 2016. www.international.enap.ca ENAP internationale RÉPERTOIRE DES FORMATIONS 2016 www.international.enap.ca Programme international en gestion stratégique de projet de développement 16 mai au 3 juin 2016 Budgétisation axée sur les résultats

Plus en détail

Michel Beaudoin, UQO michel.beaudoin @uqo.ca

Michel Beaudoin, UQO michel.beaudoin @uqo.ca michel.beaudoin @uqo.ca Remerciements Coreper Groupe Conseil en Mathématique, Science et Technologie de l Outaouais Mme Paule Bellehumeur Enseignants des Cs de l Outaouais Mme Bouchra Zerhouni, assistante

Plus en détail

Parcours Dyn@mique RH. Réunion thématique du 8 juin 2010. La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences

Parcours Dyn@mique RH. Réunion thématique du 8 juin 2010. La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Parcours Dyn@mique RH Réunion thématique du 8 juin 2010 La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Sommaire Définition Les enjeux La démarche En pratique: comment identifier les fonctions

Plus en détail

L accompagnement à 360 avec Rhesoe!

L accompagnement à 360 avec Rhesoe! L accompagnement à 360 avec Rhesoe! L Accompagnement professionnel Groupe d échange et de développement des Talents Prévention et gestion des risques psychosociaux L Accompagnement au recrutement Communication

Plus en détail

Note - Dans le présent document, le générique masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d alléger le texte.

Note - Dans le présent document, le générique masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d alléger le texte. Mémoire de la Fédération des commissions scolaires du Québec concernant le projet de loi n o 133 sur la gouvernance et la gestion des ressources informationnelles des organismes publics et des entreprises

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Les partis politiques se prononcent sur les enjeux liés aux troubles d apprentissage

Les partis politiques se prononcent sur les enjeux liés aux troubles d apprentissage L association québécoise des troubles d apprentissage (AQETA) profite du déclenchement de la campagne électorale provinciale pour rappeler aux partis politiques l importance de la question des troubles

Plus en détail

Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école

Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école La FSMA (l Autorité des services et marchés financiers) est un organisme public autonome. Parmi les missions qui lui ont été confiées

Plus en détail

ET TRAVAIL ENSEIGNANT Quand la société change, la classe doit-elle suivre? 2005 Presses de l Université du Québec

ET TRAVAIL ENSEIGNANT Quand la société change, la classe doit-elle suivre? 2005 Presses de l Université du Québec INTRODUCTION INTÉGRATION DES TIC ET TRAVAIL ENSEIGNANT Quand la société change, la classe doit-elle suivre? THIERRY KARSENTI UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL FRANÇOIS LAROSE UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE 2 L intégration

Plus en détail

Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement

Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement Leadership et travail en équipe de collègues 2008 Louise Lafortune Université du Québec à Trois-Rivières Téléphone

Plus en détail

COMMENT FAIRE DU DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES UN LEVIER STRATÉGIQUE

COMMENT FAIRE DU DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES UN LEVIER STRATÉGIQUE Une couleur qui fait la différence INNOVATION COMPLICITÉ SUR-MESURE COMMENT FAIRE DU DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES UN LEVIER STRATÉGIQUE Patrick Rivard, M.B.A., CRHA, associé OBJECTIFS SITUER la formation

Plus en détail

L enseignement intensif de l anglais, langue seconde

L enseignement intensif de l anglais, langue seconde L enseignement intensif de l anglais, langue seconde Résultats du sondage mené auprès des membres de la FCPQ et de la consultation faite auprès des parents du FPEHDAA Fédération des comités de parents

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Promouvoir des enseignants Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement

Plus en détail

Président et chef de la direction

Président et chef de la direction Sommaire descriptif du rôle et responsabilités Président et chef de la direction Novembre 2015 Pour de plus amples renseignements, contactez: Nathalie Francisci, CRHA, IAS. A Associée nathalie.francisci@odgersberndtson.ca

Plus en détail

La Loi québécoise et la Stratégie gouvernementale de développement durable

La Loi québécoise et la Stratégie gouvernementale de développement durable La Loi québécoise et la Stratégie gouvernementale de développement durable Robert Lauzon, directeur Bureau de coordination du développement durable Association québécoise de vérification environnementale

Plus en détail

Apprendre avec les TICE? Projet de recherche PluriFormation (PPF) Une approche pluridisciplinaire Alain Mille Journées Eductice 14-15 mai 2009

Apprendre avec les TICE? Projet de recherche PluriFormation (PPF) Une approche pluridisciplinaire Alain Mille Journées Eductice 14-15 mai 2009 Apprendre avec les TICE? Projet de recherche PluriFormation (PPF) Une approche pluridisciplinaire Alain Mille Journées Eductice 14-15 mai 2009 Plan de l exposé Apprendre avec les TICE? Les questions qui

Plus en détail

(Telle que présentée dans un mémoire de consultation, adressé le 17 novembre 2005 au ministère de la Famille, des Aînés et de la Condition féminine)

(Telle que présentée dans un mémoire de consultation, adressé le 17 novembre 2005 au ministère de la Famille, des Aînés et de la Condition féminine) Position de la Fédération des cégeps sur la révision des règles administratives concernant la classification et la rémunération du personnel salarié des services de garde (Telle que présentée dans un mémoire

Plus en détail

RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE

RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE 29 SEPTEMBRE 2015 RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE DE LA JEUNESSE TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES... i PRÉSENTATION DE L UNION DES MUNICIPALITÉS DU QUÉBEC (UMQ)... 1 INTRODUCTION... 2 1

Plus en détail

Questions liées au financement de la formation et

Questions liées au financement de la formation et Gregory Wurzburg Administrateur principal à la Direction de l Éducation, de l Emploi, du Travail et des Affaires sociales, Organisation de Coopération et de Développement Économique, Paris. Questions liées

Plus en détail

Plan de réussite et convention de gestion et de réussite éducative BILAN 2013-2014

Plan de réussite et convention de gestion et de réussite éducative BILAN 2013-2014 Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir Plan de réussite et convention de gestion et de réussite éducative BILAN 2013-2014 Au service de la réussite de chacun 100, rue de la Baie Gatineau

Plus en détail

Profil du formateur EMT Compétences du formateur en traduction

Profil du formateur EMT Compétences du formateur en traduction 1 Introduction Version du 12 Septembre 2013 Profil du formateur EMT Compétences du formateur en traduction Ce document, rédigé sous les auspices de l'emt (master européen en traduction), décrit les compétences

Plus en détail

Technical Capability in SANRAL. Les compétences et capacités techniques du SANRAL. Solutions. Les solutions

Technical Capability in SANRAL. Les compétences et capacités techniques du SANRAL. Solutions. Les solutions Technical Capability in SANRAL Les compétences et capacités techniques du SANRAL Solutions Les solutions 2 3 2007 SANRAL 2007 SANRAL Continuous change Integrated, systemic solutions Global focus Multiple

Plus en détail

Exemples de description de poste

Exemples de description de poste Exemples de description de poste Conseiller(ère), dotation et développement organisationnel Responsabilités Effectuer le recrutement interne et externe pour des postes de niveau varié et agir à titre de

Plus en détail

Marcel Lebrun. Les TICE, valeur ajoutée et métamorphose de la pédagogie

Marcel Lebrun. Les TICE, valeur ajoutée et métamorphose de la pédagogie Marcel Lebrun Les TICE, valeur ajoutée et métamorphose de la pédagogie Votre «cours» en ligne sur une plate-forme? Marcel Lebrun Institut de pédagogie universitaire et des multimédias (IPM) lebrun@ipm.ucl.ac.be

Plus en détail

CONTENU DES SÉMINAIRES HEC MONTRÉAL

CONTENU DES SÉMINAIRES HEC MONTRÉAL CONTENU DES SÉMINAIRES HEC MONTRÉAL Programme de formation des professionnels, cadres et dirigeants année 2015 Partenariat Et L Ordre National des Médecins du Sénégal Organisé par : Le Cabinet AOB Consulting,

Plus en détail

1. Série de questions 1 : questions posées à propos de la période qui a précédé la rédaction.

1. Série de questions 1 : questions posées à propos de la période qui a précédé la rédaction. Grille d analyse du processus de développement d un programme d études conçu avec une pédagogie par objectifs comme cadre organisateur du curriculum (COC). Philippe Jonnaert, Ph.D. Professeur titulaire

Plus en détail

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 COLLOQUE ARY BORDES Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences infirmières

Plus en détail