Le marché des changes Un marché comme les autres. Relations monétaires et financières internationales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le marché des changes Un marché comme les autres. Relations monétaires et financières internationales"

Transcription

1 Relations monétaires et financières internationales 1. Taux de change et intégration monétaire européenne 2. Les institutions de Bretton Woods et les autres institutions 3. L endettement des PED 4. La crise financière I Taux de change et intégration monétaire européenne Le marché des changes Un marché comme les autres. Le marché des changes confronte une demande d une monnaie contre l offre d une autre monnaie. Le prix de la monnaie est le taux (cours) de change qui équilibre l offre et la demande d une monnaie Cotation au certain de l euro EUR/USD 1,45 (1 vaut 1,45 $) Cotation à l incertain du yen USD/JPY 9 (1$ vaut 9 ) Avec sa spécificité Spécificité : marché de «troc» de monnaie à monnaie car il n y a pas d intermédiaire des échanges (or, monnaie supranationale,.) Conséquence : le prix taux de change- ne s exprime pas par rapport à un «étalon» mais en prix relatif (par ex. -$) A l augmentation de la demande d une monnaie ( ) correspond l augmentation de l offre d une autre monnaie ( ) 3 1

2 Localisation des transactions sur le marché des changes BRI Part des monnaies dans les transactions sur le marché des changes $ Yen autres Sur 2% En avril, enquête triennal (moyenne journalière) Autres : notamment monnaies suisse, nordiques, Australie, HK, Singapour 5 BRI L offre et la demande de monnaie Augmentation de la demande ($) et de l offre ( ) Anticipation d appréciation du $ (dépréciation de l ) «Excédent» de la balance courante US(/zone euro) Placements financiers aux USA (moindre risque, taux d intérêts plus élevés, FDI entrants) Achats de $ par les Banques centrales (y compris le Fed) Augmentation de l offre ($) et de la demande ( ) Anticipation de dépréciation du $ (appréciation de l ) «Déficit» de la balance courante US(/zone euro) Placements financiers hors des USA (augmentation du risque, taux d intérêts plus bas, FDI sortants) Vente de $ par les Banques centrales Appréciation du $ par rapport à l euro Dépréciation du $ par rapport à l euro 6 2

3 La mobilité des capitaux accroît l offre et la demande de devises Prêts bancaires internationaux Placements de portefeuille Produits financiers (actions, obligations, bons du Trésor, produits dérivés, ) 3981 Transactions journalières sur le marché des changes (milliards de $) Avril, enquête triennale Les régimes de change Changes flottants purs Le taux de change est déterminé par le marché sans interventions «publiques» (Trésor, Banque centrale) du pays émetteur. Sur le marché des changes une monnaie s apprécie ou se déprécie. Changes fixes Parité fixée par les autorités monétaires par rapport à un étalon de référence (or, autre monnaie, panier de monnaie) La dévaluation ou la réévaluation signifient un changement de la parité Ecarts limités entre le(s) cours sur le marché des change et la parité (marge de fluctuation) 8-1% Zones de fluctuation en change fixe BrettonWoods : ±1% SME avant 1993 : ±2,25% ou 6% SME après 1993 et MC2 : ±15% Parité (1$ = t) +1% 9 3

4 La gestion des changes fixes Que faire si l écart entre le cours et la parité est trop élevé? Tendance à la dépréciation de la monnaie sur le marché des changes. Actions sur le marché des changes Hausse des taux d intérêt Interventions de la Banque centrale pour acheter la monnaie nationale Modifications de la politique économique pour redresser la balance des paiements Actions sur les anticipations Actions sur la parité Elargissement des marges de fluctuation Dévaluation Mise en flottement 1 Globalisation financière et système de change. Le triangle d incompatibilité Mobilité des capitaux Flottement Étalon-or ; currency board 11 Indépendance de la politique monétaire Bretton Woods Changes fixes Chronologie des systèmes de change Jusqu à 1914 : prédominance du régime d étalon-or (parités des monnaies définies par rapport à l or) : échec du retour à l étalon-or : «gold exchange standard» : systême de Bretton Woods 1973-diversité des systèmes de change 12 4

5 Rappel du système de Bretton Woods Un système de monnaies convertibles et de change fixe avec une marge de fluctuation (± 1%) et la possibilité de dévaluations ancré sur le dollar, convertible en or (réservé aux États) défendu par les autres pays du système Par des interventions sur le marché des changes Et l aide éventuelle du FMI 13 Le dilemme de Triffin Soit les États-Unis mènent une politique interne équilibrée mais la création de monnaie internationale, est insuffisante. Soit les États-Unis fournissent le Monde en dollars. Mais ils doivent accepter un déficit de leur balance courante ou exporter des capitaux. Robert Triffin 14 Jean-Marc La création des Droits de Tirages Spéciaux (DTS) Décidée à la conférence annuelle du FMI de Rio en Amendement aux statuts du FMI en 1969 Actifs de réserve : 1 DTS pour 1/35 d'once d'or (=1$) Créés et détruits ex nihilo sur simple décision (majorité de 85 %) Circulent entre les banques centrales, le FMI et la Banque des Règlements Internationaux. Première allocation de DTS à partir de 197 pour un montant de 1 milliards de DTS La première allocation de DTS accroit la liquidité dans un Monde surliquide 15 5

6 La fin du système de Bretton Woods Le 15 août 1971, suppression totale de la convertibilité du dollar en or. Accords de Washington marge de fluctuation de 2,5%. Dévaluation du dollar À partir de 1973, flottement du dollar. Janvier 1976 : Accords de la Jamaïque, 2 amendement aux statuts du FMI entérinant la fin des accords de Bretton Woods 16 Du SME à l euro Principes Crise du SME de Maintenir la stabilité des changes entre pays européens Appréciation du DM Fluctuation limitée entre monnaies européennes Possibilité de dévaluation et réévaluation 17 Libéralisation des mouvements de capitaux achevée en 199 Réunification allemande financée par l emprunt ; Hausse des taux d intérêt allemands et «importation de capitaux» Contraignant les autres pays à augmenter leurs taux d intérêt Spéculations sur la dévaluation des autres monnaies et/ou sortie du SME Sortie de la et de la lire Dévaluation de la peseta et de l escudo Elargissement de la marge de fluctuation La création de l euro Création : janvier 1999 (pièces et billets en 22) Seize pays : Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Finlande, France, Grèce, Italie, Irlande, Luxembourg, Pays-Bas, Slovènie, Portugal, Malte (1/1/28), Chypre (1/1/28), Slovaquie (1/1/29). + Départements/territoires d'outre-mer et certains territoires d'outre-mer : Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion, Mayotte, etc. cours légal à Monaco, San Marin, au Vatican, en Andorre, au Monténégro et au Kosovo Franc-Pacifique, franc CFA et Cabo verde (monnaie du Cap vert) 18 MC2 : Danemark+3 Etats baltes 6

7 19 Règles de la zone euro Critères d adhésion du traité de Maastricht (1992) Taux d'inflation :ne doit pas dépasser de plus de 1,5 % celui des 3 États les moins inflationnistes Déficit public (Etat + sécurité sociale) annuel 3 % du PIB. dette publique 6 % du PIB Appartenance au mécanisme de change (MC2) depuis 2 ans ; interdiction de dévaluer Taux d'intérêt à long terme 2 % au-dessus de celui des 3 États membres les moins inflationnistes. Conseil de l UE à la majorité qualifiée Pacte de stabilité et de croissance (PSC ; 1997 ; révisé en 25) Procédure de déficits excessifs : dépassement du critère de déficit public fixé à 3 % du PIB, sauf circonstances exceptionnelles. Le Conseil peut prendre des sanctions : amende jusqu à,5 % PIB. Le pacte de stabilité Déficit public < 3 % du produit intérieur brut. Dette publique < 6% du produit intérieur brut Sanctions, hors circonstances exceptionnelles (récession > 2 % du PIB) ; révision juillet 25 : les États membres pourront ainsi échapper à une procédure de déficit excessif dès lors qu'ils se trouvent en situation de récession et la décision d'engager une procédure ne sera prise qu'après examen d'un certain nombre de "facteurs pertinents", susceptibles d'entraîner la suspension de la procédure; les délais seront allongés. 2 Nature des régimes de change fin avril 21 Pays n'ayant pas de monnaie officielle distincte (Equateur, Salvador, Montenegro, ): 12 Caisse d'émission (currency board) : 13 (Bulgarie, HK, Estonie, Lituanie ) Parité fixe : 44(zone-franc, MC2, Maroc ) Flottement dirigé (règles, cibles, bandes) : 52 (Chine, Bolivie, Iran, Tunisie, Russie, Singapour ) Flottement : 38 (Argentine, Brésil, Mexique, Roumanie,) Flottement libre: 3 (Australie, Canada, RU, Euro, USA, Suisse, Japon, Turquie, Suède, Pologne ) monnaies d'ancrage autres composite $ 21 7

8 Crise et dégradation des finances publiques Euro area European Union Major advanced economies (G7) Dette brute des administrations publiques en % du PIB, Dérapage en 29 L Europe dans la récession zone euro UE 27 29q3 29q2 29q1 28q4 28q3 28q2 28q1 27q4 27q3 27q2 27q1 26q4 24 8

9 Les conséquences du flottement des monnaies Préserver l autonomie des politiques monétaires et la libre circulation des capitaux (triangle de Mundell) Libre circulation des capitaux qui permet une réallocation de l épargne des pays excédentaires (Japon, Chine) vers les pays déficitaires (Etats-Unis) Forte volatilité des taux de change 25 Paradoxe du flottement : l augmentation des réserves officielles mondiales (Milliards de DTS 1,1 = 1DTS) PED Pays avancés (mars) 26 Part du dollar dans les réserves mondiales (en %) /6/21 27 FMI 9

10 Conséquences de la domination du dollar pour les États-Unis Couverture «gratuite» contre les risques de change : prime de compétitivité Dette libellée en dollars faible risque de solvabilité, taux d intérêts débiteurs faibles Forte autonomie de la politique monétaire (désintérêt pour le taux de change, variable d ajustement) 28 L'instabilité des changes cours 29 II Les institutions de Bretton Woods et les autres organisations 1

11 Les institutions de Bretton Woods Le Fonds Monétaire International La Banque Mondiale Le siège de ces deux organisations est situé à Washington D.C. 31 Le FMI 186 pays membres. Les organes dirigeants du FMI sont le Conseil des gouverneurs, le Comité monétaire et financier international et le Conseil d'administration. Directeur général : Dominique Strauss-Kahn (Fr.). Environ 2.5 personnes; 143 pays. Fonctions surveillance aide financière assistance technique 32 FMI : Les organes de Direction 1/2 Conseil des gouverneurs : ministres des finances ou des gouverneurs; Assemblée annuelle du FMI et de la Banque mondiale. Comité monétaire et financier international : 24 gouverneurs qui représentent des pays ou groupes de pays correspondant à ceux qui siègent au Conseil d'administration. Deux réunions par an

12 FMI : Les organes de Direction 2/2 Conseil d'administration. 24 administrateurs représentant les 184 pays membres du FMI. Responsable de la conduite des affaires courantes de l'institution (3 séances officielles par semaine). Huit administrateurs représentent un seul pays : Allemagne, Arabie Saoudite, Chine, États-Unis, France, Japon, Royaume-Uni et Russie. Directeur général. Le Directeur général est directeur des services du FMI et préside le Conseil d'administration qui le nomme (un Européen, traditionnellement) Les quotes-parts (réforme de septembre 26) 17,9 6,12 5,99 4,95 4,95 3,65 3,25 2,94 2,74 2,38 2,13 1,93 1,43 1,41 1,33,87 Les Etats-Unis disposent de 16,74% des droits de vote Pas de représentation de l UE ou de l euroland 25% des quotas doivent être versés en devises ou DTS Détermine les droits de vote (1+tranches de quotas) Majorité de 85% pour certaines décisions qui confère un droit de veto aux États- Unis chaque pays membre peut emprunter jusqu à 1 % de sa quote-part annuellement et 3 % au total. Les limites peuvent être plus élevées dans des circonstances exceptionnelles. Révision tous les 5 ans Environ 325 milliards de US$ (au 31 mars 29) 35 Réforme des quotes-parts G2 de Londres (avril 28) votée en août 21 majorité de 85% G2 de Séoul (nov. 21) Mise en œuvre avant janvier 211 Nouvelle formule de calcul des quotes-parts : moyenne pondérée en fonction du PIB (5 %), du degré d ouverture de l économie (3 %), des variations économiques (15 %) et des réserves officielles de change (5 %) ; Triplement des voix de base (1 actuellement) À adopter en 212 Plus de 6% des pays développés et/ou surreprésentés aux pays émergents, en développement ou sous représentés. Doublement des quotas 36 12

13 Les DTS (accords de la Jamaïque) Les membres du FMI peuvent utiliser les DTS entre eux, avec 16 détenteurs «institutionnels» de DTS ou avec le FMI Le DTS est l'unité de compte du FMI La valeur du DTS est fixée chaque jour sur la base d'un panier de quatre grandes monnaies : le dollar, l'euro, la livre sterling et le yen Le FMI a alloué 21,4 milliards de DTS. La deuxième allocation a eu lieu en La troisième allocation de DTS Sommet de Londres (avril 29) : troisième allocation 25 Mds US$. 1 Mds aux pays émergents et PED et 18 aux pays à bas revenu (septembre 29). 4 amendement aux statuts du FMI : allocation spéciale de DTS pour égaliser la part cumulée des DTS par rapport aux quotas ( 29,32%) Nouvelles liquidités dans un monde surliquide après la création monétaire post-crise? 38 La composition des DTS Calcul de la valeur du DTS en US dollars (4/1/21) Taux de change (/$) Euro Japanese yen Pound sterling U.S. dollar Jean-Marc /1/21: 1DTS 1,557 US$ 13

14 Les principaux prêts du FMI Facilités pour la réduction de la pauvreté et la croissance Pays à faible revenu Prêts concessionnels (inclus dans l aide au développement) Programmes de 3 ans Conditionnalité après revues intermédiaires (inclus la gouvernance) Remboursement : 5 annuités maximum après 5 années. Accords de confirmation (General Resource Account, GRA) Tous les pays membres Prêts non concessionnels 12 à 24 mois Conditionnalité «traditionnelle» (essentiellement budgétaire) Remboursement 4 ans maximum 4 Montant des principaux crédits FMI (en milliards de DTS) 8 GRA Purchases PRGF Aug Source : FMI General Resources Account sept. 29 ; milliards de DTS 31,5 Montant de l'accord Crédits utilisés (3/9/9) 13,7 11,4 11, 1,5 7 7,6 6 7,2 6,9 3,4 2,6 1,7 1,5 1,4 1,,7,7,2,6,

15 General Resources Account sept. 21 ; milliards de DTS UndrawnBalance Outstanding Le FMI post G-2 de Londres (avril 29) ; milliards de dollars Vente d'or 6 Or : pour les pays pauvres DTS 25 DTS :1 milliards pour les pays émergents et en développement accord d'emprunt 5 Associer l ensemble du G2 Financement bilatéral immédiat 25 Accords généraux d emprunt (AGE) et des Nouveaux accords d emprunt (NAE) : emprunts du FMI auprès de certains pays membres 44 Le fonds européen de stabilité financière (FESF) Mai 21 (crise grecque) ; 75 milliards mobilisables Refinancer des États membres de la zone euro en difficulté Prêts ou lignes de crédits garantis apportées par l ensemble des États membres de la zone euro Chaque État membre octroie une garantie proportionnelle à sa quote-part dans le capital libéré de la Banque centrale européenne (BCE), augmentée de 2 % (compenser l Etat défaillant. Crise irlandaise: vers un «Mécanisme européen de stabilité en 213 = FESF + possibilité de restructuration 45 15

16 Pourquoi le FMI? Après-guerre/1971 : soutenabilité du système de Bretton Woods :??? : prêter aux PED sur-endettés prêts aux pays émergents en crise financière (Asie, Russie, Brésil, Argentine, ) Post-2 : désendettement des pays émergents auprès du FMI 25-28:???? 29 - : G2 de Londres, retour à sa fonction initiale de stabilisation macroéconomique? Prêteur en dernier ressort? 46 Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement Conseil des gouverneurs (idem FMI) 24 administrateurs (Allemagne, États- Unis, France, Japon, Royaume-Uni + 19 pays membres élus) Le Directeur général est un Nord-Américain (actuellement Robert Zoellick) 186 pays membres Robert Zoellick Environ 1 employés (dont 8 à Washington) 47 La Banque Mondiale 5 organisations Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) Association internationale de développement (IDA) Société financière internationale (SFI) L'Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA) Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements Un pays doit être membre du FMI pour pouvoir s affilier à la Banque. Un pays ne devenir membre de l IDA, de l'ifc et de la MIGA que s il est déjà membre de la BIRD

17 Prêts Banque Mondiale Public Privé Non concessionnel BIRD SFI Concessionnel IDA - Prêt concessionnel : taux d intérêt inférieur au taux de marché. L écart équivaut à un «don». 49 Fonctions de la Banque Mondiale Banque dont les actionnaires sont les États (ce qui détermine les droits de vote) Accorde des prêts au secteur public à des taux d intérêt «faibles» La SFI accorde des prêts au secteur privé L IDA accorde des prêts concessionnels ou dons (pas d intérêt mais commissions) La BIRD emprunte sur les marchés financiers à des taux d intérêt faibles (obligations cotées AAA) En fait bénéficier les pays qui n ont pas accès à ces marchés, ou à des conditions défavorables 5 Jean-Marc FMI vs Banque mondiale FMI Intervient en cas de crise Prêts en devises pour assurer la solvabilité des pays Assurer le financement des importations, le remboursement de la dette publique, les interventions sur le marché des changes Banque Mondiale Prêts pour le développement Développement des infrastructures ou programmes publics Opérations de politique de développement (ex-prêts ou crédits d ajustement) : «financement extérieur à décaissement rapide pour aider les pays à réorienter l action publique et à réaliser des réformes institutionnelles»

18 Les autres banques de développement Les Banques régionales de développement (banque inter-américaine; banque asiatique; banque africaine) La Banque européenne d investissement (BEI) La Banque européenne de Reconstruction et de Développement (BERD) 52 Les autres organisations Le G-7/G-8 Le G-2 La Banque des Règlements internationaux (BRI) 53 Le G-7/G-8 Sommet de Huntville (21) G8 + Président de la Commission + Présidence tournante du Conseil Sommet des chefs d Etat et de gouvernement +Forum interministériel (G7 pour les réunions des ministres de l économie) 54 18

19 Le G2 Création en décembre 1999 Forum informel destiné à promouvoir le dialogues entre pays développés et émergents sur les questions monétaires et financières internationales. Ministres des finances et gouverneurs des banques centrales de 19 pays (+ UE): G8+Argentine, Australie, Brésil, Chine, Inde, Indonésie, Corée, Mexique, Arabie-Saoudite, Afrique du Sud, Turquie. 55 Sommet du G-2 de Pittsburgh septembre 29 G-2 FMI Premier forum de coopération économique internationale Accord sur des objectifs partagés des politiques Met en place des politiques de moyenterme; les membres travaillent ensemble pour évaluer les implications collectives des politiques nationales sur le niveau et le modèle de croissance mondiale. Identifient les risques potentiels pour la stabilité financière. Considèrent et s entendent sur les actions à mettre en oeuvre pour atteindre les objectifs communs. 56 Aide les Ministres des Finances et les Gouverneurs de la banque centrale dans l'évaluation mutuelle de la compatibilité des politiques suivies par les pays du G-2. Analyse des événements économiques mondiaux. Canada : juin 21, Corée : novembre 21. Puis annuellement : France : 211 Fin du G-8? Jean-Marc Sommet du G-2 de Toronto juin 21 Soutien à Bâle III (ci-dessous) Supervision (Financial Stability Board) Prévention du risque systémique «Revue par les pairs» 57 19

20 Conseil de stabilité financière (CSF) Financial Stability Board (FSB) Succède au Forum de stabilité financière (FSF) créé en 1999 (G7) Décidé au G2 de Washington, créé en avril 29 To coordinate at the international level the work of national financial authorities and international standard setting bodies and to develop and promote the implementation of effective regulatory, supervisory and other financial sector policies. It brings together national authorities responsible for financial stability. 58 Banques centrales G2+Esp. Certains ministères et organes nationaux de régulation financière Organisations internatio-nales : BCE, BRI, UE, FMI, OCDE, Banque Mondiale, Comité de Bâle Autres comités de normalisation : assurance (IAIS), comptables (IASB),. La Banque des Règlements Internationaux Fondée en 193, installée à Bâle «Banque des banquiers centraux» ; actuellement 55 institutions Veille à la stabilité financière (G-1) Forum de discussion et de prise de décision entre banques centrales et au sein de la communauté financière et prudentielle internationale ; Centre de recherche économique et monétaire ; Contrepartie pour les banques centrales dans leurs transactions financières ; Agent ou mandataire (trustee) pour les opérations financières internationales. 59 Fonctions de la BRI Forum pour faciliter les échanges de vues et les processus de prise de décision entre banques centrales et au sein de la communauté financière et prudentielle internationale ; Centre de recherche économique et monétaire ; Contrepartie pour les banques centrales dans leurs transactions financières ; Agent ou mandataire (trustee) pour les opérations financières internationales. 6 2

21 Le comité de Bâle sur la supervision bancaire La BRI assure le secrétariat du Comité de Bâle pour la supervision bancaire A la suite de l'accord de 1988, les pays du G-1 ont adopté des règles qui obligent les banques internationales à disposer, en 1992, de fonds propres au moins égaux à 8% des risques pondérés (Bâle 1 : ratio COOKE) En juin 1999, une procédure de révision (Bâle 2) a été engagée. Elle s'applique depuis 24 (ratio McDonough ) 61 Ratios Mc Donough Concernent les banques et les institutions financières (assurances, organismes de crédit), mais aussi les compagnies financières (holdings) à la tête d un groupe à dominante bancaire. 62 Risque de crédit Risque de crédit : risque qu'un débiteur fasse défaut ou que sa situation économique se dégrade au point de dévaluer la créance. Pondération du montant total de la créance par la qualité du débiteur

22 Risque de marché Risque de perte ou de dévaluation sur les positions prises suite à des variations des prix (cours, taux) sur le marché ; produits de taux (obligations, dérivés de taux), actions, change, matières premières. 64 Risque opérationnel Risque de perte liée à des processus opérationnels, des personnes ou des systèmes inadéquats ou défaillants ou à des événements externes. " lignes métiers " (business line) ; pondération sur le revenu brut " moyen. 65 Vers Bâle III Augmentation du ratio de solvabilité CoreTier 1 de 2% à 4,5% «Matelas de protection» de 2,5%, d'ici 219 Les fonds propres «durs» devront représenter 7% 66 22

23 III Endettement et financement des pays en développement La dette des PED Origine (7s) Abondance de liquidités et taux d intérêts faibles Concurrence interbancaire pour accorder des prêts aux États (notamment pétroliers) Besoin de financement des infrastructures et des entreprises publiques Déclenchement (Mexique, 1982) Durcissement de la politique monétaire américaine provoquant : La hausse des taux d intérêt La hausse du dollar Récession du début des années 198 Echec des projets de développement Chute du prix des matières premières et du pétrole 68 La perpétuation de la crise 198-fin 199s Mauvaise maîtrise des dépenses publiques (Amérique latine) Persistance du sous-développement (Afrique) Crises financières impliquant le recours à la dette (Asie) Semi-échecs des «politiques d ajustement structurel» 69 23

24 Sortie de la crise de l endettement des PED? Rétablissement spectaculaire des pays émergents et certains PED dans les années 2 : Meilleures politiques macro-économiques Hausse du prix des matières premières et des recettes d exportation Forte croissance mondiale Meilleure résistance des pays émergents à la crise de Une poursuite apparente de l endettement Low and middle income (milliards de US $) , Banque Mondiale Mais une plus grande solvabilité ratio réserves/dette externe (low & middle income) GDF Banque Mondiale 24

25 et une forte réduction relative dette/exportations biens et services avec une réduction relative du service de la dette Service de la dette/exportations biens et services Service de la dette =remboursement du principal et des intérêts 74 GDF Banque Mondiale Le traitement de la dette 75 25

26 Réduction de la dette (Principal forgiven; milliards US$) 16, 12,4 9,8 6,9 6,1 6, 5, 5,1 4,9 3,9 3,5,9 1,8 2,2,6,8 1,5 2, 3,2 2, GDF Banque Mondiale Les alternatives à la dette dans le financement des PED Les investissements directs L aide au développement Les revenus de l immigration 77 Les flux d investissements directs (pays d accueil, milliards de $) Monde PVD CNUCED 26

27 Le stock d IDE à l intérieur (PED; milliards $) PVD Asie Amérique latine Afrique 79 CNUCED, World Investment Report, 21 Les flux d investissements directs (pays d origine, milliards de $) Monde PED Le stock d IDE à l extérieur (PED; milliards $) PED Asie Amérique latine Afrique 81 CNUCED, Jean-Marc World Investment Report,

28 11,5 1,91 9,58 2,39 2,4 1,71 1,33 1,17,7,62,41,35 Évolution de l'aide publique au développement des pays du C.A.D. (% RNB),32,28,22,23,25,26,33,31,28, Aide publique au développement pays du C.A.D. (milliards $ ; 28) USD billion Net ODA in 28 - amounts 3 26, ,98 1 6,99 6,87 5 4,86 4,78 4,73 3,96 2,95 2,8 83 Aide publique (en % du RNB 28, C.A.D.),97,98,8,82,88,59,48,42,43,43,44,45,38,39,3,32,32,27,19,19,21,22 Sweden Luxembourg Norway Denmark Netherlands Ireland Belgium Spain Finland UK Austria Switzerland France Germany Canada Australia New Zealand Portugal Italy Greece Japan USA 84 28

29 Destination de l aide publique au développement (pays du CAD; 28) Milliards de US$ APD/RNB Egypte Kenya Chine Pakistan Congo Ouganda Mozambique Turquie Bangladesh Inde Tanzanie Soudan Viet Nam Ethiopie Afghanistan Irak Kiribati Guyana Congo Vanuatu Sierra Leone Rwanda Malawi Mozambique Palau Sao Tomé et P, Marshall Guinée-Bissau Salomon Micronésie Burundi Liberia 13,94 14,48 15,59 16,16 19,17 21,6 21,5 22,86 23,37 26,33 27,26 31,18 35,8 35,88 43,89 184,99 85 Destination de l aide publique au développement (pays du CAD; 27-8 ; % de APD) USA Iraq 12,9 Afghanistan 7,2 Sudan 3,1 Egypt 2,7 Ethiopia 2,3 Colombia 2,1 Pakistan 1,6 Kenya 1,5 Palestinian 1,4 Uganda 1,3 Jordan 1,3 South Africa 1,2 Nigeria 1,2 Liberia 1, Georgia 1, France Iraq 4,5 Cameroon 4,2 Mayotte 3,7 Morocco 3,1 Tunisia 2, China 2, Turkey 2, Congo, Rep. 1,8 Senegal 1,8 Lebanon 1,7 Algeria 1,7 Viet Nam 1,6 Egypt 1,5 Mali 1,5 Burkina Faso 1,2 CAD Iraq 7,5 Afghanistan 2,8 China 2,1 Indonesia 2, India 1,8 Viet Nam 1,4 Sudan 1,4 Tanzania 1,3 Ethiopia 1,2 Cameroon 1,1 Egypt 1,1 Bangladesh 1, Mozambique 1, Nigeria,9 Palestinian,9 86 L importance croissante des «remittances» ( payées, milliards de dollars) GDF Banque Mondiale 29

30 Remittances (28 ; % GDP) Bosnia H. Jamaica El Salvador Jordan Haiti Honduras Nepal Guyana Kyrgyz Lebanon Samoa Lesotho Moldova Tonga Tajikistan 88 IV Mondialisation et crise financière Le Monde dans la récession Taux de croissance annuel du PIB Q3 21Q1 29Q3 29Q1 28Q3 28Q1 27Q3 27Q1 26Q3 26Q1 25Q3 25Q1 24Q3 24Q1 23Q3 23Q1 22Q3 22Q1 21Q3 21Q1 2Q3 2Q1 World Advanced Emerging China Latin 9 3

31 Le Monde dans la récession Taux de croissance annualisé (moyenne mobile 3 mois) de la production industrielle Taux de croissance annualisé (moyenne mobile 3 mois) de la production industrielle Wor ld Advanced economies World Advanced economies Emerging economies Emerging economies Emerging Asia L Europe dans la récession zone euro UE 27 29q3 29q2 29q1 28q4 28q3 28q2 28q1 27q4 27q3 27q2 27q1 26q4 92 L Europe dans la récession (taux de croissance annualisé entre le 2 sem.28 et le 2 sem. 29) Pologne Chypre Grèce Malte Norvège Suisse France Etats-Unis Portugal Slovaquie Belgique Rép. tchèque Espagne Autriche Zone euro Pays-Bas UE 27 Royaume-Uni Suède Luxembourg Danemark Allemagne Italie Islande Roumanie Hongrie Japon Finlande Slovénie Irlande Estonie Lettonie Lituanie 1,7-7,8-6,6-6,5-6,4-5,9-5,5-5,4-5,3-5,1-5, -5, -4,8-4,5-4,2-4,1-4, -3,6-3,5-3,2-3, -3, -2,9-2,8-2,5-1,7-1,7-1,4 -,5 -,4-16,1-15,4-14, 93 31

Section 1. Relations monétaires et financières internationales. Grille d analyse L interdépendance des agrégats. Chapitre 5

Section 1. Relations monétaires et financières internationales. Grille d analyse L interdépendance des agrégats. Chapitre 5 Chapitre 5 Relations monétaires et financières internationales 1 Plan Grille d analyse : l interdépendance des agrégats Les régimes monétaires depuis Bretton Woods Les institutions de Bretton Woods et

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL Arrêté du 10 avril 2014 fixant les temps de séjour ouvrant droit à prise en charge des

Plus en détail

Durée du congé de maternité

Durée du congé de maternité Durée du congé de maternité Source: Toutes les données contenues dans les graphiques sont issues de la Base de donnée sur les lois des conditions de travail et d emploi du BIT Protection de la maternité":

Plus en détail

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL?

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? Clément ANNE, clem.anne@hotmail.fr Doctorant, Ecole d Economie de Clermont-Ferrand, CERDI 18/03/2015, Assises Régionales de l économie EN

Plus en détail

INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D

INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D BULLETIN D'INFORMATION DE L'ISU DECEMBRE 2012, N 22 Ce bulletin d information présente les dernières données de l ISU sur la science et la technologie disponibles en octobre

Plus en détail

ANNEXE État des ratifications au 1 er janvier 2015

ANNEXE État des ratifications au 1 er janvier 2015 ANNEXE État des ratifications au 1 er janvier 2015 A. Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l enseignement (Paris, le 14 décembre 1960) Groupe I (Parties à la Convention

Plus en détail

MOUVEMENTS MIGRATOIRES

MOUVEMENTS MIGRATOIRES PARTIE 5 MOUVEMENTS page 363 5 MOUVEMENTS page 364 SOMMAIRE MOUVEMENTS n Répartition par nationalité des travailleurs entrés en France au cours de l année 29 366 n L immigration familiale 367 à 37 n Les

Plus en détail

La crise des dettes souveraines en Europe

La crise des dettes souveraines en Europe La crise des dettes souveraines en Europe Renaud Fillieule (Université Lille 1) Université d automne en économie autrichienne ESC Troyes, septembre 2012 La zone euro Allemagne Autriche Belgique Chypre

Plus en détail

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière La BRI Au service de la stabilité monétaire et financière Fondée le 17 mai 1930, la BRI est la plus ancienne organisation financière internationale. Outre son siège social, à Bâle (Suisse), elle possède

Plus en détail

Barème des quotes-parts pour les contributions des États Membres au budget ordinaire en 2013

Barème des quotes-parts pour les contributions des États Membres au budget ordinaire en 2013 L atome pour la paix Conférence générale GC(56)/12 25 juillet 2012 Distribution générale Français Original : Anglais Cinquante-cinquième session ordinaire Point 12 de l ordre du jour provisoire (GC(56)/1

Plus en détail

Le Risque-Pays Tunisie au lendemain de la Constitution?

Le Risque-Pays Tunisie au lendemain de la Constitution? Le Risque-Pays Tunisie au lendemain de la Constitution? ESC Sfax 27 Février 2014 Michel Henry Bouchet SKEMA Business School North Sea GEM Fund www.developingfinance.org Compte courant (% du PIB) TUNISIE

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

4.1.2. Le système de Bretton-Woods (1945-1971)

4.1.2. Le système de Bretton-Woods (1945-1971) 4.1.2. Le système de Bretton-Woods (1945-1971) La genèse du nouveau système Les leçons de l entre-deux-guerres L effondrement du SMI au cours des années 1930 a marqué les responsables de la reconstruction

Plus en détail

L aide au développement a été stable en 2014 mais la baisse des apports aux pays les plus pauvres se poursuit. Synthèse détaillée

L aide au développement a été stable en 2014 mais la baisse des apports aux pays les plus pauvres se poursuit. Synthèse détaillée OCDE - Paris, 8 avril 2015 L aide au développement a été stable en 2014 mais la baisse des apports aux pays les plus pauvres se poursuit Principaux chiffres de l aide en 2014 Synthèse détaillée En 2014,

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 Entrée en vigueur : L Accord est entré en vigueur le 30 janvier 1945. Situation : 130 parties. Cette liste

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Centre de recherches conjoncturelles ETH Zurich LEE G 116 Leonhardstrasse 21 892 Zurich Tél. +41 44 632 8 3 Fax +41 44 632 12 18 www.kof.ethz.ch globalization@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich,

Plus en détail

UPEC - AEI M2 AMITER Action humanitaire internationale et ONG Soiio-Economie de la mondialisation - D. Glaymann 2011 1

UPEC - AEI M2 AMITER Action humanitaire internationale et ONG Soiio-Economie de la mondialisation - D. Glaymann 2011 1 Les fonctions d un système monétaire international Les crises et la réforme du SMI fondé à Bretton Woods. La nature du système né dans les années 1970 Soiio-Economie de la mondialisation - D. Glaymann

Plus en détail

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Que dit le Traité de Rome en matière monétaire? Pas de propos très détaillés. Ce qui est mentionné, c est l ambition de créer une aire régionale

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial Liste des tableaux I. Évolution du commerce mondial 1. Aperçu général Tableau I.1 Croissance du volume des exportations et de la production mondiales de marchandises, 2005-2013 21 Tableau I.2 Croissance

Plus en détail

La zone euro et la crise des dettes publiques

La zone euro et la crise des dettes publiques La zone euro et la crise des dettes publiques Charles Wyplosz Institut de Hautes Etudes Internationales et du Développement, Genève Conférence SYZQUANT Genève le 23 novembre 2010 Dettes en 2010 (% PIB)

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

Système Monétaire International Et Système Financier International

Système Monétaire International Et Système Financier International Système Monétaire International Et Système Financier International I. Le S.M.I Objet du SMI : c est l établissement de règles relatives aux échanges de biens de services de capitaux entre pays qui utilisent

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Belgique

Le commerce extérieur de la Belgique Le commerce extérieur de la Belgique janvier-septembre 2010 Le commerce extérieur de la Belgique à l issue des 9 premiers mois de 2010 (Source: BNB concept communautaire*) Analyse des chiffres des 9 premiers

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

4.2.1. Le Système monétaire européen : principes et résultats

4.2.1. Le Système monétaire européen : principes et résultats 4.2.1. Le Système monétaire européen : principes et résultats Introduction En 1978, le système monétaire européen (SME) succédait au serpent monétaire européen de 1972. A ce jour, il constitue l exemple

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES I. SECTEURS D ACTIVITES - Aéronautique - Agriculture - Assurances - Banques (épargne, office des chèques postaux) - Bâtiment et génie civil - Communications - Postes - Télécommunications

Plus en détail

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE Colloque Protection sociale d entreprise Paris, 26 mars 2010 http://www.irdes.fr/espacerecherche/colloques/protectionsocialeentreprise

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

PARTIE 5 DÉTACHEMENT LE DÉTACHEMENT ÉTRANGER-FRANCE FINANCIERS FLUX MOUVEMENTS. page 125

PARTIE 5 DÉTACHEMENT LE DÉTACHEMENT ÉTRANGER-FRANCE FINANCIERS FLUX MOUVEMENTS. page 125 PARTIE 5 LE LE FLUX FINANCIERS ÉTRANGERFRANCE page 125 MOUVEMENTS MIGRATOIRES LE AVANT PROPOS 127 à 131 SYNTHÈSE 132 à 133 RÈGLEMENTS EUROPÉENS > Détachements et pluriactivités. 134 à 136 > Le détachement

Plus en détail

Le SMI. Chapitre 1. 1.1 Les origines historiques du SMI actuel. 1.1.1 Avant la première Guerre mondiale : l étalon or

Le SMI. Chapitre 1. 1.1 Les origines historiques du SMI actuel. 1.1.1 Avant la première Guerre mondiale : l étalon or Chapitre 1 Le SMI 1.1 Les origines historiques du SMI actuel 1.1.1 Avant la première Guerre mondiale : l étalon or L étalon change-or (Conférence de Gênes - 1922) Caractéristiques : Chaque monnaie nationale

Plus en détail

CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES

CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES Voici trois tableaux présentant la concurrence sur les ARV dans les pays pauvres : Tableau 1 : Ratio et taux de concurrence

Plus en détail

C/106/17. Original : anglais 6 octobre 2015 CONSEIL. Cent sixième session REACTUALISATION SUCCINCTE

C/106/17. Original : anglais 6 octobre 2015 CONSEIL. Cent sixième session REACTUALISATION SUCCINCTE Original : anglais 6 octobre 2015 CONSEIL Cent sixième session REACTUALISATION SUCCINCTE DU PROGRAMME ET BUDGET POUR 2015 TABLE DES MATIERES Introduction.... 1 Tableaux synoptiques...... 2 PARTIE I ADMINISTRATION..

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Introduction I. Le système de Bretton Woods (1945-1971) Chapitre 2 - Le Système Monétaire International 1

Introduction I. Le système de Bretton Woods (1945-1971) Chapitre 2 - Le Système Monétaire International 1 Chapitre 2 Le Système Monétaire International Chapitre 2 - Le Système Monétaire International 1 PARTIE B. Le système monétaire international depuis 1945 Chapitre 2 - Le Système Monétaire International

Plus en détail

Appel à propositions 2015 Programme Erasmus+

Appel à propositions 2015 Programme Erasmus+ Appel à propositions 2015 Programme Erasmus+ Dispositions financières applicables au Luxembourg dans le cadre de l appel 2015 Le «Guide 2015 du Programme Erasmus +» définit les dispositions financières

Plus en détail

Les institutions financières internationale sont-elles utiles au développement?

Les institutions financières internationale sont-elles utiles au développement? Les institutions financières internationale sont-elles utiles au développement? François Bourguignon Pauvreté et développement dans un monde globalisé (8) Chaire "Savoir contre pauvreté", Collège de France,

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ (1 $ = 0,8 ) Une appréciation du taux de

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

Activités et résultats 2011

Activités et résultats 2011 Activités et résultats rci en bref RCI Banque est la captive financière de l Alliance Renault Nissan et assure à ce titre le financement des ventes des marques Renault, Renault Samsung Motors (RSM), Dacia,

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

LA CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) Cinquième Session de la Conférence des Parties contractantes Kushiro, Japon, 9-16 juin 1993

LA CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) Cinquième Session de la Conférence des Parties contractantes Kushiro, Japon, 9-16 juin 1993 LA CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) Cinquième Session de la Conférence des Parties contractantes Kushiro, Japon, 9-16 juin 1993 RESOLUTION 5.2 : SUR LES QUESTIONS FINANCIERES ET BUDGETAIRES

Plus en détail

Bonn, Allemagne, 14-15 octobre 2015 EXÉCUTION DU BUDGET DE LA CMS AU COURS DE LA PÉRIODE DE JANVIER À AOÛT 2015

Bonn, Allemagne, 14-15 octobre 2015 EXÉCUTION DU BUDGET DE LA CMS AU COURS DE LA PÉRIODE DE JANVIER À AOÛT 2015 Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage Secrétariat assuré par le Programme des Nations Unies pour l Environnement 44 ème Réunion du Comité Permanent Bonn,

Plus en détail

MODALITES D APPLICATION DES CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES

MODALITES D APPLICATION DES CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES MODALITES D APPLICATION DES CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES La reconnaissance de la qualité de «résident étranger» conditionne l application des conventions fiscales internationales. QU EST CE QU

Plus en détail

CPIS ACN 2014. Banque de France DGS - DBDP 1

CPIS ACN 2014. Banque de France DGS - DBDP 1 CPIS ACN 2014 Banque de France DGS - DBDP 1 Points évoqués Objectifs et contenu du CPIS Les limites du CPIS Quelques apports du CPIS sur les interconnections internationales Banque de France DGS - DBDP

Plus en détail

POLITIQUE DE BOURSE POUR LES STAGES NON RÉMUNÉRÉS

POLITIQUE DE BOURSE POUR LES STAGES NON RÉMUNÉRÉS POLITIQUE DE BOURSE POUR LES STAGES NON RÉMUNÉRÉS Préambule L AEENAP a pour mission de soutenir ses membres dans la réalisation de leur projet d études. La bourse pour stage non-rémunéré a été instituée

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 22 octobre 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS CONFÉRENCE DES PARTIES Première session extraordinaire New York, 26 novembre 2007

Plus en détail

Tableau récapitulant au 10 octobre 2014 l'état de la Convention et des accords y relatifs

Tableau récapitulant au 10 octobre 2014 l'état de la Convention et des accords y relatifs Information concernant l état de la Convention, de l'accord relatif à l'application de la Partie XI de la Convention et de l Accord aux fins de l'application des dispositions de la Convention relatives

Plus en détail

- 9-3. Convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques

- 9-3. Convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques - 9-3. de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques ) Situation le 27 novembre 2015 Date à laquelle l Acte 1 de la le plus récent Afrique du Sud... 3 octobre 1928 Bruxelles: 1 er août

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

LA BASE DE DONNÉES ŒUVRES D ART D INTERPOL

LA BASE DE DONNÉES ŒUVRES D ART D INTERPOL LA BASE DE DONNÉES ŒUVRES D ART D INTERPOL Fabrizio PANONE Sous-direction des Organisations criminelles et des Stupéfiants Unité Œuvres d Art email: f.panone@interpol.int Techniques de Présentation Lyon,

Plus en détail

BASE DE DONNÉES MONDE

BASE DE DONNÉES MONDE BASE DE DONNÉES MONDE 2013 SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Tarifs. 1. Paiements transfrontaliers. Champ d'application

Tarifs. 1. Paiements transfrontaliers. Champ d'application Tarifs Conditions générales et tarifs des paiements internationaux et encaissement de chèques étrangers et de chèques en devises. Tarifs en vigueur au 01/01/2015 Remarque: une T.V.A. (au taux de 21%) est

Plus en détail

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr En 2008, la baisse du nombre d exportateurs engagée depuis 2003 s accentue (-3,1 %), quelle que soit

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES I- un bref survol historique du système monétaire international Le Système Monétaire International (SMI) représente le cadre institutionnel des échanges internationaux.

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international

4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international PERFORMANCE EXPORT Développement à l'international V 4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international Si on en parlait? Vous recherchez de nouveaux débouchés à l international? Vous entretenez

Plus en détail

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 27/05/2015 à 17:53:19 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE MINISTRE

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l environnement. Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture

Programme des Nations Unies pour l environnement. Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture NATIONS UNIES UNEP/FAO/RC/COP.4/22 RC Distr. : Générale 22 mai 2008 Programme des Nations Unies pour l environnement Français Original : Anglais Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l

Plus en détail

CONVENTION POUR L UNIFICATION DE CERTAINES RÈGLES RELATIVES AU TRANSPORT AÉRIEN INTERNATIONAL FAITE À MONTRÉAL LE 28 MAI 1999

CONVENTION POUR L UNIFICATION DE CERTAINES RÈGLES RELATIVES AU TRANSPORT AÉRIEN INTERNATIONAL FAITE À MONTRÉAL LE 28 MAI 1999 CONVENTION POUR L UNIFICATION DE CERTAINES RÈGLES RELATIVES AU TRANSPORT AÉRIEN INTERNATIONAL FAITE À MONTRÉAL LE 28 MAI 1999 Entrée en vigueur : La Convention est entrée en vigueur le 4 novembre 2003*.

Plus en détail

F1 Segment Voitures de Sport

F1 Segment Voitures de Sport Analyse de 2008 à 2013 Tendances du Marché Mondial F1 Segment Voitures de Sport Index - F1 segment Voitures de Sport Constructeurs et modèles pris en considération 8c Competizione GT DB9 Virage Gallardo

Plus en détail

LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 109 Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE

DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE Ministère auprès du Premier Ministre, Chargé de l Economie et des Finances République de Côte d Ivoire ---------------------------- Union - Discipline - Travail DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE JANVIER 2015

NOTE DE CONJONCTURE DE JANVIER 2015 NOTE DE CONJONCTURE DE Sommaire Internationale Page 1 nationale Page 3 La conjoncture économique internationale Un PIB mondial revu à la baisse suite à l instabilité de la situation en Europe Les prévisions

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 07/10/2014 à 08:46:35 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

RENTES, PENSIONS ET ALLOCATIONS

RENTES, PENSIONS ET ALLOCATIONS PARTIE 3 Avant-propos...76 Synthèse...77 Règlements européens > Les paiements des rentes d accident du travail...8 > Les paiements des pensions d invalidité...83 > Les paiements des pensions de vieillesse...86

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGCIS-Banque de France auprès des visiteurs venant de l étranger

Plus en détail

La crise dans la zone euro Etat des lieux et perspectives

La crise dans la zone euro Etat des lieux et perspectives La crise dans la zone euro Etat des lieux et perspectives Mikael PETITJEAN Professeur de finance Louvain School of Management FOFI Charleroi 26 avril 2012 Il était une fois l euro Un décision éminemment

Plus en détail

Le Mexique est un pays situé sur le continent américain. À l Est du Mexique se trouve le golfe du Mexique et au sud le Guatemala.

Le Mexique est un pays situé sur le continent américain. À l Est du Mexique se trouve le golfe du Mexique et au sud le Guatemala. Le Canada est un pays situé dans l hémisphère Nord. Il fait partie du continent américain. C est le plus grand pays au monde. Son voisin du sud sont les États-Unis. Les États-Unis est un pays situé sur

Plus en détail

FÉDÉRATION HYPOTHÉCAIRE EUROPÉENNE

FÉDÉRATION HYPOTHÉCAIRE EUROPÉENNE FÉDÉRATION HYPOTHÉCAIRE EUROPÉENNE La Voix du Secteur Hypothécaire Européen La FHE est une fédération «produit» : Qui rassemble toutes les catégories de prêteurs hypothécaires de l UE Couvrant à la fois

Plus en détail

Sont également imposables toutes les prestations versées non pas à la personne imposable elle-même, mais à un tiers.

Sont également imposables toutes les prestations versées non pas à la personne imposable elle-même, mais à un tiers. Notice n 29/357 de l'administration fiscale cantonale sur l'imposition à la source des intérêts hypothécaires de personnes qui ne sont ni domiciliées ni en séjour en Suisse (du 19 mars 2013) Valable depuis

Plus en détail

La stratégie de financement de la santé au Maroc

La stratégie de financement de la santé au Maroc ROYAUME DU MAROC Ministère de la Santé La stratégie de financement de la santé au Maroc Tomas Lievens, Oxford Policy Management 1. Le droit à la santé: droit fundamental au Maroc Le Maroc s est engagé

Plus en détail