Compte-rendu du Groupe de Travail Urbanisme du 20 octobre 2004

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compte-rendu du Groupe de Travail Urbanisme du 20 octobre 2004"

Transcription

1 Novembre 2004 DAUE-CdF Compte-rendu du Groupe de Travail Urbanisme du 20 octobre 2004 Etaient présents : M. Pierre DUCOUT, député-maire de Cestas et président du groupe de travail M. MAZEYROLLES, premier adjoint au maire de Metz M. DAVY, maire de Daumeray M. MARTIN, adjoint au maire de Néris-les-Bains M.BOURABIER, conseiller municipal de Saint-Même les carrières Mme CHADOUTAUD, maire de Saint-Même les carrières M. FOY, maire du Vésinet M. GALLAND, maire de Gergy, M. PUJOL, maire de Gagnac, Mme DEBATS, adjoint au Maire de Suresnes, M. BENOIT, maire de Viviez, M. HUILLARD, maire de Corcelles-les-Citeaux M. KERGER, maire de Fleurignerot Mme RECLUS, adjoint au Maire de Nice Mme JANIN, instructeur du droit des sols de la ville de Pontoise Mme GASNIER, instructeur du droit des sols de la ville de Pontoise 1

2 Mme SANTRAINE, rédacteur du droit des sols de la Ville de Lens M. GIRARDON, maire de Mont-Saint-Vincent M. FORT, maire de Vergeroux Pour les services de l AMF: M. Philippe XAMBEU, Mme Geneviève RUMEAU, Mme Charlotte de FONTAINES Pour l Ordre des Géomètres-experts : M. FAVIER 2

3 1. La sécurité des autorisations d urbanisme Monsieur Pierre DUCOUT a ouvert la séance en se penchant sur la synthèse de l ensemble des propositions qui ont pu être faites à un groupe de travail constitué par le ministère de l Equipement et le ministère de la Justice, ayant pour objet «la sécurisation des documents d urbanisme», propositions qui ne sont en aucun cas validées par ce groupe de travail, mais qui ont vocation à y être discutées. L Association des Maires de France faisant partie de ce groupe de travail, elle a souhaité appeler l attention des membres du groupe de travail urbanisme pour qu ils réagissent sur les différentes propositions formulées afin qu elle soutienne ou au contraire, écarte les dites propositions au sein du groupe de travail précédemment évoqué. Ont été prises point par point les différentes idées contenues dans le document de synthèse. I- la qualité juridique des autorisations d urbanisme Sur la qualité de la règle d urbanisme, Charlotte de Fontaines a évoqué le consensus existant sur l abondance des textes d urbanisme qui perdent en cohérence et en clarté. Elle a souligné qu en parallèle, était souvent noté le manque de technicité juridique des services instructeurs des collectivités locales, et a demandé des réactions à ce sujet notamment sur certaines pistes de réflexion, comme par exemple la création d agences d urbanisme au niveau intercommunal, permettant de soutenir les collectivités. Monsieur DUCOUT a fait remarquer que dans son département, les services contentieux des DDE avaient réduit leurs effectifs et ne répondaient pas systématiquement aux demandes de soutien des communes en droit de l urbanisme. Le problème du désengagement de l Etat est réel et va poser des difficultés au niveau de certaines communes qui n ont pas la formation suffisante pour aborder l ensemble des difficultés liées à l urbanisme. Il a à nouveau suggéré qu une réflexion soit menée pour développer le rôle des commissions départementales de conciliation d urbanisme. Monsieur KERGER a fait part de l expérience dans son département à savoir, le paiement par l association départementale des maires de consultations par des personnes privées qui procèdent à une seconde instruction des autorisations d urbanisme au bénéfice des communes du département. En effet, dans certaines régions vallonnées, des problèmes de prospect se posent qui nécessitent l intervention de personnes techniquement très compétentes. Monsieur FAVIER a précisé que l Ordre des Géomètres-experts organise une mise à disposition des associations départementales pour des prestations ponctuelles. Monsieur PUJOL a tenu à souligner qu il reste tout à fait regrettable que l Etat de désengage. Il a proposé que les agences évoquées soient financées par l Etat et non par les communes. Monsieur FORT a suggéré que les CAUE soient plus sollicités pour apporter de l aide aux communes dans l instruction des autorisations d urbanisme. Mais, Madame CHADOUDAUD a souligné que cette intervention pourrait poser des difficultés dans la mesure où les CAUE seraient à la fois juges et parties. Monsieur MARTIN a rappelé que créer des agences d urbanisme ne fait que déplacer le problème du désengagement de l Etat. Charlotte de Fontaines a demandé ce que le groupe de travail pensait de la solution intercommunale pour l instruction des autorisations d urbanisme. 3

4 Monsieur BENOIT a souligné que cela constituait un transfert de charges de l Etat vers les communes. Monsieur MAZEYROLLES a souligné que les intercommunalités peuvent prendre en charge l instruction des autorisations d urbanisme quand elles sont importantes. Pour les petites communes, ce peut être une bonne solution lorsqu une grosse agglomération transfère son service. C est le cas pour Metz. Cela permet aux petites communes d avoir leur propre service et de quitter le service des DDE. Charlotte de Fontaines a souligné que ça ne changeait pas le fait que cela constitue un transfert de charges de l Etat vers les communes. Monsieur FAVIER a relevé que le problème se posait par ailleurs de la baisse du niveau des instructeurs. Madame JANIN a abondé en ce sens en précisant qu il leur était conseillé de se tourner vers les DDE, mais qui ne disposent plus des moyens suffisants pour répondre à leurs demandes. C est donc à la charge des communes de trouver des instructeurs, dont la formation n est souvent pas assurée. Monsieur MARTIN est intervenu en précisant que pour les petites communautés de communes, le problème de moyens restait le même. Charlotte de Fontaines a abordé le point suivant relatif à la clarification du champ d application des autorisations d urbanisme. Il a d ores et déjà été rappelé au ministère de l Equipement que les maires restaient très attachés au permis de construire. Mais que penser d une redéfinition du champ d application du permis de construire éventuellement au profit de la déclaration de travaux, en simplifiant la procédure? Madame RECLUS a précisé que les déclarations de travaux sont nombreuses et qu il serait important de bien différencier le champ d application du permis de construire de celui de la déclaration de travaux. Plutôt que de simplifier en réduisant, il est important d éviter l «appréciabilité». Il existe actuellement beaucoup trop de textes appréciatifs qui ne simplifient pas la procédure, par exemple, pour les chapiteaux, les cabanes de chantier ou de jardin Ces marges d appréciation sont source de contentieux. Philippe XAMBEU lui a demandé si cela signifiait qu il fallait supprimer tout contrôle sur ces constructions. Madame RECLUS a précisé qu il lui semblait uniquement souhaitable de préciser si par exemple un cirque est soumis à permis ou encore une cabane de chantier appelée à rester un temps certain, sans que cela laisse place à l interprétation du service instructeur. Monsieur MAZEYROLLES s est fortement opposé à ce que les situations évoquées soient dépourvues de toutes autorisations. Le problème aujourd hui serait plutôt les déclarations de travaux qui ne sont pas faites. Tout ce qui est mobile dure dans les faits et défigure le paysage. Dans les villes où le service de contrôle des travaux est très efficace, le résultat est très bon. Donc, s il est nécessaire de clarifier le champ d application des différentes autorisations, il ne faut pas le diminuer. Un autre problème se pose pour les élus en ce domaine, c est l absence de poursuites exercées par le procureur même en cas d infractions avérées constituées par l absence d obtention d autorisations d urbanisme ou leur non-respect. Madame RECLUS a abondé en son sens, la ville de Nice étant confrontée à la même difficulté. 4

5 Monsieur MAZEYROLLES a par ailleurs ajouté que pour tenter de lutter contre la prolifération des petits cabanons, la ville de Metz essaie par exemple, dans les projets de lotissements de prévoir expressément leur éventuel emplacement. Il a ensuite précisé que se posait une difficulté réelle avec les clôtures. Les déclarations devraient être traitées en même temps que le permis de construire. Monsieur KERGER a attiré l attention de la salle sur le fait que les clôtures pouvaient avoir un impact fort et qu il fallait être très prudent dans la redéfinition de l autorisation. L ensemble de la salle a conclu qu une trop grande simplification était source d erreur notamment car elle pouvait laisser place à trop d interprétation. Charlotte de Fontaines a abordé le point suivant relatif à la publicité et l information autour des autorisations d urbanisme. Plus particulièrement a été abordé le fait de supprimer toute justification de la qualité du pétitionnaire de l autorisation de construire. La salle a manifesté sa vive opposition à une telle suppression. Monsieur KERGER a souligné que cela posait déjà des difficultés en pratique lorsque, par exemple, une personne a signé une promesse de vente et déposé une demande de permis de construire à laquelle il a été fait droit, mais qui ne devient finalement pas propriétaire du terrain, la vente n ayant finalement pas lieu. Le problème est qu un permis de construire a été déposé sur le terrain, valable deux ans, et qui bloque tout projet par ailleurs. Il faudrait que le réel propriétaire du terrain ait la capacité de faire retirer le permis initial. Philippe XAMBEU a rappelé que personne ne défend l idée que la propriété ne doit pas être acquise. La suppression de la justification de la qualité du pétitionnaire avait déjà été introduite il y a plus de vingt ans. Mais cela a été retiré six mois plus tard. Un tel retour en arrière développerait le risque d escroquerie. En outre, cela augmenterait le nombre de dossiers à instruire. Charlotte de Fontaines a rappelé que les communes n ont de toutes façons pas à demander de titre de propriété puisque le formulaire du permis de construire comporte une attestation sur l honneur à ce sujet. A ensuite été abordée la question de l instruction des autorisations d urbanisme. Il est évoqué la possibilité de revoir la liste des pièces qui peuvent être demandées dans la mesure où revient souvent la remarque que les services instructeurs demandent plus de pièces que ne l impose le code de l urbanisme. Madame JANIN a objecté la nécessité de faire préciser certaines demandes. Se pose en outre la difficulté des pièces complémentaires demandées à des services extérieurs. Il faudrait que soit fixé un délai afin de ne pas rallonger la procédure d instruction. Monsieur PUJOL a précisé qu il lui est arrivé d être en conflit avec la DRIRE ce qui prolonge les délais d obtention des autorisations d urbanisme. Il faudrait prévoir un délai fixe pour les avis complémentaires. Charlotte de Fontaines a évoqué la possibilité, notamment pour l avis de l architecte des bâtiments de France (ABF) d inverser la pratique et de prévoir qu en cas de non-réponse dans le délai prévu, cela conduirait non plus à un refus tacite, mais à une acceptation tacite. 5

6 Monsieur MAZEYROLLES a précisé que lorsque l avis de l ABF n était pas intervenu, son service instructeur délivrait quand même le permis. Il a par ailleurs opposé à cette proposition le risque que les ABF préfèrent refuser expressément plutôt que de risquer un avis favorable tacite. La salle a semblé globalement sceptique sur la réussite d une telle proposition. Monsieur KERGER a cité l exemple de la Côte d Or où les ABF sont en train de monter des fiches en couleur ayant vocation à aider les maires dans leur appréciation des dossiers du point de vue architectural. A l inverse, Monsieur GALLAND a dénoncé le manque de continuité dans les avis des ABF, en raison de changements très fréquents. Il est apparu qu au sens des maires et des services instructeurs, le problème dans le retard de traitement des dossiers ne provient pas de demandes abusives de pièces complémentaires, mais plutôt en raison des délais pour obtenir les avis des personnes extérieures concernées. Monsieur KERGER a souligné par ailleurs le problème majeur que représente le développement des dossiers de permis de construire réalisés par des particuliers non formés à ce type d exercices et dont l étude fait perdre un temps précieux aux services instructeurs. Il a dénoncé le seuil trop élevé selon lui des 170m² de surface hors œuvre nette obligeant à avoir recours à un architecte. Monsieur MAZEYROLLES l a rejoint dans son analyse et a qualifié le seuil de 170 m² de trop laxiste. Il a proposé que ce seuil soit revu à la baisse. Madame JANIN l a totalement approuvé. Monsieur FAVIER a suggéré que les plans locaux d urbanisme puissent fixer des zones dans lesquelles le recours à un architecte est obligatoire, quelle que soit la surface Monsieur FAVIER a constaté également que le problème venait donc plus des embouteillage des demandes au niveau du service instructeur plutôt que des demandes abusives de pièces de leur part. Charlotte de Fontaines a alors demandé s il paraissait par ailleurs possible de supprimer le délai de quinze jours pour se prononcer sur le caractère complet du dossier dans la mesure où a été évoquée la possibilité que le guichet unique réponde immédiatement à cette question au moment de la réception du dossier. Madame JANIN s est opposée à cette idée en précisant qu il était impossible de pouvoir affirmer qu un dossier est suffisamment complet dès son dépôt et que chaque dossier nécessite souvent une attention toute particulière. Charlotte de Fontaines a ensuite abordé la question d une éventuelle généralisation des autorisations tacites, notamment en faisant partir le délai d obtention du permis tacite du dépôt du dossier en mairie. Un délai de deux ou trois mois serait fixé, sauf intervention du service instructeur qui augmenterait éventuellement le délai. La réaction de la salle a été globalement peu favorable, notamment parce que certains retards dans la délivrance du permis ne sont pas imputables au service instructeur mais dépendent du délai pris par certains services extérieurs pour la délivrance de leurs avis. Charlotte de Fontaines a alors précisé que l idée incluait également le fait que ces avis deviennent des accords tacites passé un certain délai. Monsieur FAVIER a semblé plus favorable à ce que soit développée la concertation en amont. 6

7 Monsieur DUCOUT a opposé à l idée sus développée que si le maire est susceptible d agir en connaissance du délai d obtention du permis tacite sans recours possible derrière, il ne maîtrise, en revanche, pas les délais de consultations de certains services dont l avis est pourtant d une importance majeure, tels que les services de sécurité et d incendie, et dont un accord tacite ne semble pas suffisant. Madame RECLUS a rejoint cette analyse en émettant des réserves au développement des permis tacites. Monsieur DUCOUT a ajouté que le problème est notamment qu un permis peut concerner une petite construction de 20 m² mais également des projets de très grande ampleur. Or, on ne peut encourager les permis tacites de la même façon dans les deux cas. Monsieur KERGER a alors suggéré de procéder éventuellement à des distinctions selon la surface hors œuvre nette du projet. Monsieur DUCOUT a ensuite abordé la question des lotissements. Une proposition tend à la suppression de l article L du code de l urbanisme («lorsqu un plan local d urbanisme ou un document d urbanisme en tenant lieu a été approuvé, les règles d urbanisme contenues dans les documents approuvés d un lotissement cessent de s appliquer au terme de dix années à compter de la délivrance de l autorisation de lotir. Toutefois, lorsqu une majorité de colotis ( ) a demandé le maintien de ces règles, elles ne cessent de s appliquer qu après décision expresse de l autorité compétente prise après enquête publique. Les dispositions du présent article ne remettent pas en cause les droits et obligations régissant les rapports des colotis entre eux contenus dans le cahier des charges du lotissement, ni le mode de gestion des parties communes en vigueur»), puisque la jurisprudence de la Cour de Cassation paralyse l exécution d un permis de construire régulièrement délivré au regard des règles d urbanisme dès lors que le cahier des charges a été contractualisé et contient lui aussi des règles d urbanisme. Il ne semble pas aberrant que des cahiers des charges soient plus contraignants que les règles d urbanisme. En outre, au bout de 10 ans, les règles d urbanisme propres au lotissement doivent tomber si n intervient pas de demande formelle de maintien des dites règles. Mais, cela ne concerne pas le cahier des charges qui est un document contractuel régissant les rapports entre les colotis. Monsieur KERGER a suggéré que les cahiers des charges s éteignent automatiquement au bout de 10 ans. Monsieur MAZEYROLLES y a opposé une difficulté juridique certaine dans la mesure où il s agit d un contrat de droit privé. Une solution pourrait être que le cahier des charges ne comporte pas de règles d urbanisme. Monsieur DUCOUT a souligné que c est plutôt dans l application de la caducité des documents que les difficultés se posent. Il a également suggéré que ces éventuels conflits soient soumis aux commissions de conciliation en matière d urbanisme, auxquelles il serait souhaitable de donner des compétences complémentaires. Cela permettrait de diminuer les recours gracieux. Monsieur FAVIER a pourtant déploré que ces commissions fonctionnent au ralenti. II. Les modalités de remise en cause des autorisations Charlotte de Fontaines a engagé la discussion sur les propositions qui ont pu être faites au groupe de travail du ministère relatives à l information et la publicité concernant les autorisations d urbanisme. Il a notamment été évoqué la possibilité de supprimer l obligation d affichage en mairie pour faire partir le délai de recours. Seul l affichage sur le terrain compterait. 7

8 Monsieur DUCOUT a souligné que les recours contre les autorisations d urbanisme concernent pour les 9/10 e les voisins immédiats, qui ne se déplacent pas forcément en mairie. Pour autant, les deux affichages semblent nécessaires. Le problème le plus important est plutôt la limitation des recours abusifs. L Association des Maires de France d ailleurs proposé à ce groupe de travail un référé à l envers permettant au juge de se prononcer très rapidement sur la recevabilité d un recours et sur sa pertinence. Monsieur PUJOL a abondé dans le sens de la nécessité de lutter contre les recours abusifs. On ne devrait pas laisser à n importe qui la possibilité de pouvoir former des recours. Philippe XAMBEU a précisé qu actuellement le recours abusif est sanctionnable par le juge, même s il n en fait jamais application. Monsieur DUCOUT a conclu sur ce point que les membres présents du Groupe de Travail urbanisme étaient d accord avec les propositions qui avaient été formulées par l Association des Maires de France à ce sujet (limitation de la reconnaissance de l intérêt à agir, limitation dans le temps de la possibilité de formuler de nouveaux moyens au cours d une procédure, instauration d un référé à l envers où le juge se prononcera rapidement sur la pertinence et la recevabilité d un recours). Sur la question de l affichage et son éventuel élargissement, Monsieur DAVY a souligné qu il lui semblait difficile en pratique de l envisager, notamment parce que les murs des mairies et leur tableau d affichage ne sont pas extensibles. Monsieur DUCOUT a répondu qu il n était pas obligatoire de procéder à l affichage des autorisations d urbanisme à l extérieur de la mairie. Madame RECLUS a suggéré de réfléchir au développement de l affichage sur les sites Internet des communes qui en sont quasiment toutes dotées. Monsieur DUCOUT a souligné que s il est exact que la plupart des communes de moins de habitants ont leur propre site, il est loin d être évident qu elles aient le personnel suffisant pour mettre à jour les informations devant y être affichées. Monsieur KERGER a par ailleurs attiré l attention des membres du groupe de travail sur le fait qu élargir la publicité aurait nécessairement pour effet de multiplier les recours dans le même temps. Il a été conclu que l affichage du certificat de conformité ne paraissait pas indispensable de même que celui des certificats d urbanisme. Monsieur DUCOUT a ensuite abordé la question de l éventuel allongement du délai de caducité d une autorisation d urbanisme (3 ans pour les permis de construire, 5 ans pour les autorisations d exploitation commerciale). Madame RECLUS a précisé qu elle n y était globalement pas favorable car cela peut poser des difficultés en cas de modifications des projets communaux. Monsieur KERGER a ajouté que le délai de validité de 5 ans pour une autorisation d exploitation commerciale lui paraissait particulièrement long et qu il serait plus pertinent que sa durée de validité soit identique à celle du permis de construire. Monsieur DUCOUT a donc conclu qu il fallait laisser un délai raisonnable pour la durée de validité des autorisations de construire, mais qu il était préférable de mettre en parallèle la durée de validité du permis de construire et de celle de l autorisation d exploitation commerciale de la CDEC. 8

9 A ensuite été abordée la question du déféré préfectoral et l information qui pourrait en être faite par le préfet à l attention du titulaire du permis de construire, lorsqu une demande de pièces complémentaires est faite auprès de la mairie. Cette obligation incomberait également au service instructeur d informer le dit pétitionnaire de l envoi de ces pièces. La salle s est montrée réservée sur cette possibilité dans la mesure où des courriers supplémentaires n œuvrent pas pour la simplification du droit de l urbanisme. Charlotte de Fontaines a précisé qu à cette même remarque faite lors de la discussion au sein du groupe de travail du ministère, avait été opposé l argument qu il ne s agissait pour le service instructeur que de dupliquer le courrier envoyé à la préfecture. Monsieur DUCOUT en a conclu qu il ne paraissait pas profondément anormal de prévenir le titulaire du permis de construire qu une demande complémentaire avait été formulée par la préfecture et de la date à laquelle ces pièces étaient envoyées, afin qu il puisse savoir à quel moment son autorisation devenait définitive. En outre, il a constaté que de telles demandes de pièces complémentaires étaient assez peu fréquentes donc ne représenteraient pas un surcroît de travail important. Sur la possibilité d invocation des moyens d annulation au cours de la procédure, Monsieur DUCOUT a souligné que plusieurs propositions ont été formulées par l Association des Maires de France, notamment d encadrer la possibilité de soulever de nouveaux moyens d annulation ou que les requérants soient tenus d invoquer la totalité de leurs moyens dans un certain délai. Il a ajouté qu il lui semblait peut-être difficile d écrire certaines de ces propositions et de les mettre en œuvre. Philippe XAMBEU a opposé que l obligation de mettre l ensemble des moyens dans la requête introductive permettrait de lutter contre certaines tactiques d avocats qui gardaient à dessein leurs arguments pour faire durer abusivement les procédures. Monsieur DUCOUT a ensuite abordé la question de la limitation des actions en démolition. Il a en effet été proposé que la condamnation au versement d une amende soit le principe, et que la démolition n intervienne que de façon exceptionnelle, en cas d infraction grave. Cette proposition n est pas nécessairement à retenir, notamment parce que l appréciation de la gravité de l infraction ne serait pas aisée à mettre en place et à formaliser. Madame RECLUS a souligné que la difficulté à Nice existe dans le fait que le montant des amendes est souvent tel que les sommes deviennent irrécouvrables. Monsieur DUCOUT a précisé qu en pratique la démolition ne concernait pas des cas bénins. Madame RECLUS et Monsieur KERGER se seront accordés à dire que se posait la difficulté de l appréciation du cas bénin. Philippe XAMBEU a par ailleurs souligné les cas où un maire obtient en première instance la démolition d une construction illégale et où le juge d appel infirme le jugement en limitant la condamnation à une forte indemnité. Cela pose un problème évident pour le maire qui est déconsidéré aux yeux de sa commune. Monsieur DUCOUT a alors constaté que c était un problème de divergence entre le juge et les maires. En tout état de cause, il a suggéré que la solution passe peut-être plus dans le développement des permis de régularisation. Si le maire juge que demander la démolition va trop loin, il faudrait qu un permis de régularisation puisse intervenir. 9

10 A ensuite été abordée la question de l achèvement de la construction et de sa conformité. Monsieur DUCOUT a rappelé que le Ministère de l Equipement avait proposé une réforme du certificat de conformité dont les termes tels qu ils avaient été présentés devant le groupe de travail de l urbanisme de l Association des Maires de France, avaient été jugés acceptables. Il s agit de faire partir de la déclaration d achèvement des travaux un délai pendant lequel le maire pourra se déplacer et délivrer un certificat de conformité ou constater à l inverse la non-conformité des travaux, ou attester qu il ne s est pas déplacé et ne garantit par la conformité de la construction à l autorisation d urbanisme. En revanche, la question est de savoir jusqu où il est possible d aller dans la tolérance du non-respect des prescriptions d urbanisme. Madame RECLUS a précisé qu à Nice le contrôle de conformité était exercé de façon drastique. Mais, effectivement, il est difficile d apprécier, si on ne s impose pas une très stricte application de la conformité, ce qui peut être toléré ou pas dans les imperfections. Charlotte de Fontaines a souligné qu en tout état de cause, il faudra être très vigilant sur la façon dont sera rédigée la réforme portant sur le certificat de conformité. Monsieur DUCOUT a conclu que si on considère qu il y des imperfections mineures par rapport au permis de construire, le maire peut ne pas délivrer le certificat de conformité, mais s abstenir de tout commentaire. En revanche, il peut expressément refuser de délivrer un certificat de conformité en cas de non-respect important du permis de construire. A ensuite été évoquée la possibilité, à partir d un certain délai d achèvement des travaux, même en l absence d affichage en bonne et due forme de l autorisation d urbanisme, de la rendre inattaquable. Un délai de trois ans pourrait être fixé. La salle a semblé favorable à cette proposition. III- Le traitement des recours juridictionnels Charlotte de Fontaines a évoqué la proposition consistant à suspendre la validité d une autorisation d urbanisme lorsqu un recours abusif était entrepris à son encontre, afin d éviter qu un tel recours qui peut durer plus de deux ans élimine un permis de construire légal. Monsieur DUCOUT a répondu que cette proposition pouvait être retenue mais dans l hypothèse où un délai serait fixé afin de ne pas permettre à une autorisation d urbanisme d exister trop longtemps. Sur la durée du contentieux, Monsieur DUCOUT a rappelé qu il avait été proposé, notamment par l Association des Maires de France, de fixer un délai pour la production des mémoires, afin d éviter que les procédures ne s éternisent indéfiniment. Il a souligné que les magistrats n y étaient globalement pas favorables, arguant que le problème de lenteur du contentieux était plutôt dû à l engorgement des tribunaux. Monsieur MARTIN a suggéré également que l on impose au juge du fond, lorsqu un jugement en référés est intervenu, que la décision au fond intervienne rapidement. 10

11 Charlotte de Fontaines a ensuite formulé la proposition consistant à permettre au juge de prononcer une annulation conditionnelle d un permis de construire, qui laisserait au pétitionnaire la possibilité de régulariser son autorisation de construire lorsque c est possible. Les membres du Groupe de travail ont semblé favorables à cette proposition. IV- Le sort des constructions irrégulières Sur la jurisprudence Thalamy du Conseil d Etat qui décide qu une construction irrégulière doit être mise en conformité sans condition de délai, que soit passé le délai de prescription ou non (à l inverse de la position de la cour de cassation qui considère comme existante une construction irrégulière passé ce même délai), Madame RECLUS a précisé qu elle posait de réelles difficultés. En effet, lorsque des travaux ont été faits sans déclaration, il est impossible de revenir sur la situation et cela conduit à ce que des villas tombent en décrépitude car il est impossible d effectuer des travaux confortatifs. Il a été également abordé la possibilité d introduire une prescription administrative pour les travaux irrégulièrement effectués ( par exemple, 3 ans à compter de l achèvement de la construction). Madame JANIN a souligné la difficulté de faire intervenir les pouvoirs de police ou la DDE pour faire dresser des procès-verbaux d infraction. Philippe XAMBEU a rappelé que le maire dispose du pouvoir de police judiciaire et peut donc procéder à l élaboration de ces procès-verbaux. Monsieur MAZEYROLLES a également suggéré de saisir la police municipale de ce type d infractions. Monsieur DUCOUT a en effet ajouté que la police municipale ne pouvait pas refuser, et qu en tout état de cause, si elle ne le faisait pas, le maire devait le faire. Il a précisé que lui-même avait déjà fait interrompre des travaux déjà commencés. Par exemple, pour un problème de couleur, le maire peut faire un tour dans la commune de temps en temps pour vérifier que les prescriptions sont bien respectées, mais la fréquence n est jamais garantie. Le délai de trois ans peut dès lors paraître court selon les moyens dont la commune dispose pour contrôler la bonne exécution des travaux. Par ailleurs, au-delà des problèmes de moyens, se pose également une difficulté du point de vu électoral, où le maire peut se trouver en position délicate entre des intérêts divergents. Madame JANIN a ajouté que si on demande à la police municipale de constater les infractions d urbanisme, va se poser un vrai problème de compétences. La police municipale n est pas formée en droit de l urbanisme et ne pourra pas toujours apprécier convenablement s il y a infraction ou pas. Philippe XAMBEU a précisé qu il était en ce cas préférable que l instructeur se déplace lui-même avec un adjoint au maire et saisisse le procureur en cas d infraction. Monsieur DUCOUT a rappelé que si, en effet, les maires ont plus de pouvoir que la police et peuvent intervenir, ils ont plus de réticence à la faire en raison des éventuelles conséquences électorales. 2. La réforme des enquêtes publiques A ensuite été rapidement évoqué que l Association des Maires de France faisait partie d une commission consultative de simplification des enquêtes publiques et de participation des citoyens, réunie à l instigation du ministère de l écologie et du développement durable. 11

12 Cette commission a vocation à apporter des propositions de réformes du régime des enquêtes publiques que le gouvernement va être habilité à modifier par ordonnance, après le vote de la loi de simplification. Madame RECLUS a réagi à ce sujet en précisant q une des grandes difficultés était la définition de la procédure de concertation. Il serait pertinent de définir au mieux ce que représente une concertation bien menée pour ne pas risquer de contentieux. Dans la situation actuelle, il est nécessaire de collecter une montagne de preuves pour attester que l on a bien mené la concertation. Monsieur DUCOUT s est, lui, interrogé sur le fait de savoir si l on avait suffisamment de recul aujourd hui sur la jurisprudence concernant notamment la mise en place des plans locaux d urbanisme, pour vérifier si ces procédures de concertation faisaient l objet de recours abusifs. Philippe XAMBEU a souligné que ces procédures de concertation pouvaient être très lourdes et très coûteuses, et qu il était tout à fait pertinent de conserver tout mode de preuve de ce qui avait été entrepris par la commune. Il a rappelé qu il était très important de garder à l esprit que la délibération lançant la concertation ne devait pas prévoir trop d obligations car la commune n était tenue qu à ce qu elle avait prévu dans cette délibération. Enfin, il a ajouté que le sujet de la concertation avait fait l objet d une des rencontres du groupe SCOT-Témoins. Selon Monsieur DUCOUT, une étude sur le sujet de la concertation serait plus pertinente dans le courant de l année prochaine. Il a par ailleurs souligné qu il ne lui semblait pas que la désignation des commissaires-enquêteurs posait de réelles difficultés, même si, parfois, la constitution du dossier pouvait être un peu longue. M. DUCOUT a clos la séance en remerciant les participants du groupe de travail urbanisme. 12

Compte-rendu du Groupe de Travail Urbanisme du 6 juillet 2004

Compte-rendu du Groupe de Travail Urbanisme du 6 juillet 2004 juillet 2004 DAUE-CdF Compte-rendu du Groupe de Travail Urbanisme du 6 juillet 2004 Etaient présents : M. Pierre DUCOUT, député-maire de Cestas et président du groupe de travail, M. GALLAND, maire de Gergy,

Plus en détail

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme Avril 2006 Note d information juridique Agence d Urbanisme du Territoire de Belfort Centre d Affaires des 4 As BP 107-90002 Belfort Cedex Tél : 03 84 46 51 51 - Fax : 03 84 46 51 50 Courriel : autb@autb.asso.fr

Plus en détail

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme 1 PREAMBULE Quelques dates pour situer la réforme du permis de construire 2 Le permis de construire en quelques dates 1852 : décret relatif

Plus en détail

LA LOI «ENL» L URBANISME

LA LOI «ENL» L URBANISME LA LOI «ENL» ET L URBANISME Dans le prolongement des travaux de la commission Pelletier, la loi n 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement national pour le logement dite «ENL» se veut dans le champ

Plus en détail

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme 1 La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme Présentation générale de la réforme Information aux Maires Introduction Une réforme à la fois technique et politique Une réforme, fruit

Plus en détail

CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL

CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL COMMUNE DE... Textes législatifs CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment l article L5211-4-2

Plus en détail

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE II. CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE Il convient de rappeler que le permis de construire est un acte administratif individuel. Il ne peut pas être apprécié ni interprété par un Tribunal civil.

Plus en détail

RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME

RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME INFORMATIONS JURIDIQUES J 14 Mutuelle des architectes français assurances OCTOBRE 2007 ANNULE ET REMPLACE LA FICHE J 14 DE FÉVRIER 1998 RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME La réforme des autorisations

Plus en détail

LE PERMIS DE CONSTRUIRE

LE PERMIS DE CONSTRUIRE Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LE PERMIS DE CONSTRUIRE Acte administratif unilatéral permettant à l administration d autoriser une construction nouvelle, la reconstruction d un bâtiment démoli

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 04/03/2009 Cour d appel de Paris ct0151 Audience publique du 7 décembre 2007 N de RG: 07/06272 Publié par le service de documentation de la Cour de cassation REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 M. Karamoko F. (Élection de domicile des étrangers en situation irrégulière sans domicile stable) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 17 juillet

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

Sous l angle des pratiques et des usages, nous avons pu dresser certains constats et formuler quelques souhaits que nous vous soumettons ci-après.

Sous l angle des pratiques et des usages, nous avons pu dresser certains constats et formuler quelques souhaits que nous vous soumettons ci-après. Contribution écrite du Comité d Action Juridique (CAJ) Rhône-Alpes Au groupe de travail sur «les juridictions du XXI èmes siècle» 14 octobre 2013 Le Comité d Action Juridique est une association loi 1901

Plus en détail

La mise en oeuvre de la réforme du droit des sols. Laurent LEBON DDE 59 SUCT/ADS 1

La mise en oeuvre de la réforme du droit des sols. Laurent LEBON DDE 59 SUCT/ADS 1 La mise en oeuvre de la réforme du droit des sols Laurent LEBON DDE 59 SUCT/ADS 1 Les textes de référence : ordonnance n 2005-1527 du 8 décembre 2005 relative au permis de construire et aux autorisations

Plus en détail

MAIRIE DE BRENNILIS LE BOURG 29690 BRENNILIS EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE BRENNILIS.

MAIRIE DE BRENNILIS LE BOURG 29690 BRENNILIS EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE BRENNILIS. MAIRIE DE BRENNILIS LE BOURG 29690 BRENNILIS EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE BRENNILIS. L'an deux mille douze, le 7 janvier à 10h30. Le Conseil Municipal de BRENNILIS, dûment

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement (Extraits) Sur le licenciement : Attendu que la lettre de licenciement, qui fixe les limites du litige, doit être suffisamment

Plus en détail

Choc de simplification

Choc de simplification Choc de simplification Le choc de simplification souhaité par le Président de la République rejoint les besoins identifiés par le Syndicat des énergies renouvelables qui a défini six grands axes de modernisation

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

Le permis de construire

Le permis de construire Le permis de construire 2014, N 1 AGGLOMÉRATION D AGEN La demande de Permis de construire La demande de permis de construire doit être effectuée au moyen de l'un des formulaires suivants : Sommaire : La

Plus en détail

La réforme du permis de construire

La réforme du permis de construire La réforme du permis de construire Les textes de la réforme Les textes de la réforme L ordonnance du 8 décembre 2005 relative aux permis de construire et aux autorisations d urbanisme Le décret du 5 janvier

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation

Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation Dans son ensemble, la CSF accueille favorablement le projet de loi, mais reste néanmoins mobilisée contre la volonté du gouvernement de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Bordeaux statuant au contentieux N 04BX02064 Inédit au Recueil Lebon M. Jean-Michel BAYLE, Rapporteur M. PEANO, Commissaire du gouvernement M. LEPLAT, Président CABINET D

Plus en détail

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie Suite à la Loi n 2008-776 du 4 août 2008 de Modernisation de l Economie (plus particulièrement ses articles 102 et 105) qui a modifié

Plus en détail

Guide pratique du nouveau code des marchés publics

Guide pratique du nouveau code des marchés publics Dominique Legouge Guide pratique du nouveau code des marchés publics Les nouvelles règles du jeu issues du décret de janvier 2004 Deuxième édition, 2004 ISBN : 2-7081-2998-8 Chapitre 7 Quels sont les rôles

Plus en détail

Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail

Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail les infos DAS - n 051 7 avril 2015 Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail Les entreprises se trouvant régulièrement confrontées à des cas d infraction routières

Plus en détail

N 728 SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012. Enregistré à la Présidence du Sénat le 31 juillet 2012 PROPOSITION DE LOI

N 728 SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012. Enregistré à la Présidence du Sénat le 31 juillet 2012 PROPOSITION DE LOI N 728 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 31 juillet 2012 PROPOSITION DE LOI relative au statut juridique des gens du voyage et à la sauvegarde de leur mode

Plus en détail

«Quelques Réflexions sur...»

«Quelques Réflexions sur...» Numéro 14 Mars 2007 «Quelques Réflexions sur...» La Lettre de la Société et N. Sarkozy Le décret du 5 janvier 2007 : les contours du nouveau régime juridique applicable aux autorisations d urbanisme (2

Plus en détail

Critère environnemental dans la réforme du Code des Marchés Publics

Critère environnemental dans la réforme du Code des Marchés Publics Critère environnemental dans la réforme du Code des Marchés Publics 2006 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie à partir des Décrets n 2004-15 du 7 janvier 2004 et n 2006-975

Plus en détail

Développer sa commune

Développer sa commune N 18 juin 2008 Développer sa commune Les documents d urbanisme (1) quel document pour quel projet de territoire? Imaginer l avenir d un territoire communal ou intercommunal dans une vision durable de son

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre civile 2. Audience publique du 13 novembre 2014. N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726. Publié au bulletin

Cour de cassation. Chambre civile 2. Audience publique du 13 novembre 2014. N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726. Publié au bulletin Cour de cassation Chambre civile 2 Audience publique du 13 novembre 2014 N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Garreau, Bauer-Violas

Plus en détail

Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009)

Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009) Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009) L un de nos lecteurs membre du Club Porsche nous interroge sur la question des permis de conduire des dirigeants de sociétés qui ont

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

Présentation en quatre parties :

Présentation en quatre parties : Présentation en quatre parties : 1. Les objectifs de la réforme - DDE 2. Les CU et les divisions du sol - Géomètres 3. Les délais et les procédures - DDE 4. Les contrôles de conformité - Notaires Une réforme

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 4 juillet 2012 N de pourvoi: 11-18840 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats, président Mme Grivel, conseiller apporteur M. Legoux,

Plus en détail

LES 8 ESSENTIELLES POUR LES ARCHITECTES & LES CITOYENS MÉMORANDUM

LES 8 ESSENTIELLES POUR LES ARCHITECTES & LES CITOYENS MÉMORANDUM 8 ESSENTIELLES LES POUR LES ARCHITECTES & LES CITOYENS MÉMORANDUM ÉLECTIONS MAI 2014 ORDRE DES ARCHITECTES CONSEIL FRANCOPHONE ET GERMANOPHONE L Ordre des Architectes est une institution de droit public,

Plus en détail

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La protection sociale complémentaire des agents de la fonction publique territoriale est

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État statuant au contentieux N 262046 Inédit au Recueil Lebon 7ème et 2ème sous-sections réunies Mlle Sibyle Petitjean, Rapporteur M. Boulouis, Commissaire du gouvernement M. Stirn, Président

Plus en détail

Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS. Mardi 8 juillet 2014

Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS. Mardi 8 juillet 2014 A Paris, le 17 juillet 2014 Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS Mardi 8 juillet 2014 I / INTRODUCTION Monsieur DAUBIGNY, Préfet de la région d Ile-de-France, Préfet de Paris, Président de la mission

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

RÈGLEMENTINTÉRIEUR MAI 2015. Éditions de l Union

RÈGLEMENTINTÉRIEUR MAI 2015. Éditions de l Union RÈGLEMENTINTÉRIEUR Éditions de l Union TITRE I ADHÉRENTS Article 1 er DEMANDE D ADHÉSION 1. Toute personne physique souscrivant à l objet et aux valeurs du Mouvement peut adresser une demande d adhésion,

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Secret de la défense nationale Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Textes source : Articles 413-5, 413-7, 413-9 à 413-12,

Plus en détail

CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES

CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES Entre les soussignés : - La commune de CLERMONT, Oise représentée par son Maire, Monsieur Lionel OLLIVIER, autorisé par délibération du conseil municipal

Plus en détail

Garantie locative et abus des propriétaires

Garantie locative et abus des propriétaires Recht/Droit Garantie locative et abus des propriétaires La garantie locative, encore communément appelée «caution», est destinée en principe à protéger le propriétaire vis-à-vis d un locataire qui ne respecterait

Plus en détail

Changer plus facilement d opérateur de télécommunications. Consultation publique

Changer plus facilement d opérateur de télécommunications. Consultation publique Changer plus facilement d opérateur de télécommunications Consultation publique Le développement d un marché concurrentiel des services de communications électroniques suppose que les consommateurs puissent

Plus en détail

Les marchés publics à procédure. adaptée

Les marchés publics à procédure. adaptée Les marchés publics à procédure adaptée 1 I. Introduction 2 Les MAPA Définition d un marché public : article 1er du code des marchés publics (CMP) Identification des pouvoirs adjudicateurs, dont «les collectivités

Plus en détail

Didier LINOTTE Professeur Agrégé de Droit Public Avocat aux barreaux de Grasse et Paris Ancien Recteur

Didier LINOTTE Professeur Agrégé de Droit Public Avocat aux barreaux de Grasse et Paris Ancien Recteur Didier LINOTTE Professeur Agrégé de Droit Public Avocat aux barreaux de Grasse et Paris Ancien Recteur Sophia-Antipolis Hermès Center 1609 Chemin de Saint-Bernard BP 213 06227 Vallauris Tel: +33(0)4 97

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Paris, le 12 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des

Plus en détail

Le Contrat de construction de maison individuelle (CCMI)

Le Contrat de construction de maison individuelle (CCMI) Le Contrat de construction de maison individuelle (CCMI) Cadre réglementaire Le CCMI entre dans le cadre des dispositions des articles L. 231-1 à L. 231-13 et R. 231-1 à R. 231-14 (art. L. 232-1 ; L. 232-2

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN F D

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN F D TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN F D N 1202461 SCI DU PONT DE CABOURG M. Lauranson Rapporteur M. Cheylan Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Caen

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T.

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T. Commentaire Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013 M. Jory Orlando T. (Conditions d attribution d une carte de séjour mention «vie privée et familiale» au conjoint étranger d un ressortissant français)

Plus en détail

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Mlle C c/ Polynésie française Séance du 30 janvier 2012 Rapporteur : M. Christian Vigouroux Commissaire

Plus en détail

REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE

REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE (Adopté par le Conseil académique du 20 janvier 2014, PV n 1, p. 5 ; modifié par le Conseil académique du 30 juin 2014, PV n 9, p. 1100.). Conditions de

Plus en détail

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE Les règles de gestion posées par la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis sont à compléter

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS NOUVELLES OBSERVATIONS EN DEMANDE N 2

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS NOUVELLES OBSERVATIONS EN DEMANDE N 2 Loïc POUPOT Avocat TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS NOUVELLES OBSERVATIONS EN DEMANDE N 2 POUR : - L association «SAUVONS LE GRAND ECRAN», - Madame Marie-Brigitte ANDREI, - Monsieur Patrick PAWELSKI Ayant

Plus en détail

développe les solidarités le guide de l adoption

développe les solidarités le guide de l adoption développe les solidarités le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

Diaporama. présentation de la réforme

Diaporama. présentation de la réforme Diaporama présentation de la réforme Sommaire 1. Les réflexions qui ont précédé la réforme 2. Les textes de la réforme 3. Les objectifs de la réforme 3.1 Clarifier le rôle de l urbanisme 3.2 Améliorer

Plus en détail

Service pénal Fiche contrevenant

Service pénal Fiche contrevenant Service pénal Fiche contrevenant SOMMAIRE : 1 Vous avez été verbalisé(e), vous recevez une amende forfaitaire : concernant le paiement concernant la contestation 2 Vous êtes poursuivi devant la juridiction

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 331669 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 5ème et 4ème sous-sections réunies M. Philippe Martin, président Mme Anissia Morel, rapporteur Mme Sophie-Justine Lieber, rapporteur public

Plus en détail

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 L instruction budgétaire et comptable M14 est appliquée aux collectivités locales depuis 1997 soit bientôt près de dix ans. Elle

Plus en détail

CE : comment obtenir vos budgets

CE : comment obtenir vos budgets Droit en du pratique CE Pour fonctionner ou proposer des ASC aux salariés, le CE a forcément besoin de moyens financiers! Or sa principale ressource en la matière, c est l employeur, puisque c est lui

Plus en détail

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/02/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 17 décembre 2014 N de pourvoi: 13-23645 ECLI:FR:CCASS:2014:SO02387 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Lambremon (conseiller

Plus en détail

le guide de l adoption

le guide de l adoption développe les solidarités www.gard.fr le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

Vu la directive 2004/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004 concernant la sécurité des chemins de fer communautaires modifiée ;

Vu la directive 2004/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004 concernant la sécurité des chemins de fer communautaires modifiée ; Avis n 2015-006 du 3 mars 2015 sur le projet d arrêté relatif aux tâches essentielles pour la sécurité ferroviaire autres que la conduite de trains, pris en application des articles 6 et 26 du décret n

Plus en détail

RENOUVELLEMENT DES PERMISSIONS DE VOIRIE POUR LES RESEAUX DE TELECOMMUNICATION EXISTANTS

RENOUVELLEMENT DES PERMISSIONS DE VOIRIE POUR LES RESEAUX DE TELECOMMUNICATION EXISTANTS RENOUVELLEMENT DES PERMISSIONS DE VOIRIE POUR LES RESEAUX DE TELECOMMUNICATION EXISTANTS Note de préconisations aux maires de Saône et Loire Les permissions de voirie (PdV) répondent à des règles bien

Plus en détail

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information (Questionnaire) 1. Décrivez brièvement le soutien institutionnel administratif de l accès à

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 22 OCTOBRE 2012 S.11.0087.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.11.0087.F Y. C., demandeur en cassation, représenté par Maître Huguette Geinger, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

Quelles sont les conséquences d une mention erronée des délais de recours dans l affichage du permis de construire?

Quelles sont les conséquences d une mention erronée des délais de recours dans l affichage du permis de construire? Quelles sont les conséquences d une mention erronée des délais de recours dans l affichage du permis de construire? Règles de procédure contentieuse spéciales en matière d urbanisme Introduction de l instance

Plus en détail

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS «OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS 18/06/2015 CONTRACTANTS Entre d une part, RESSOURCES, Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 modifiée et ses textes d

Plus en détail

Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG. Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités

Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG. Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités Projet de loi relatif à l élection des conseillers départementaux,

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. b) a annulé ce jugement rendu le 7 avril 2006 par le tribunal administratif de Nice (article 1er) ;

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. b) a annulé ce jugement rendu le 7 avril 2006 par le tribunal administratif de Nice (article 1er) ; Cour Administrative d Appel de Marseille N 11MA02304 Inédit au recueil Lebon 8ème chambre - formation à 3 M. GONZALES, président M. Jean-Baptiste BROSSIER, rapporteur Mme VINCENT-DOMINGUEZ, rapporteur

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Fabiani et Luc-Thaler, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Fabiani et Luc-Thaler, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 02/12/2014 Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 13 novembre 2014 N de pourvoi: 13-22300 ECLI:FR:CCASS:2014:C201714 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP

Plus en détail

La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi

La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi 227 La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi Jean- Christophe Ménard Avocat au Barreau de Paris, docteur en droit public Maître de conférences à l Institut d études politiques de

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

Le projet de loi de programme relatif à

Le projet de loi de programme relatif à JURIDIQUE_ éoliennes Les conditions juridiques d implantation L ESSENTIEL n 8 000 éoliennes en 2020 L objectif du projet de loi «Grenelle I» implique d augmenter de 20 millions de tonnes équivalent pétrole

Plus en détail

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011 CMS Bureau Francis Lefebvre 1-3 Villa Emile Bergerat, 92522 Neuilly-sur-Seine Cedex, France T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre

Plus en détail

La simplification du dossier de candidature

La simplification du dossier de candidature FICHE 20 La simplification du dossier de candidature Pour de nombreux opérateurs économiques, la constitution des dossiers de candidature est trop complexe et coûteuse du fait du nombre des documents à

Plus en détail

Mieux informés Mieux protégés

Mieux informés Mieux protégés - Mars 1 2009 - Mieux informés Mieux protégés EDITO La libéralisation des marchés de l énergie, effective depuis le 1er janvier 2007 en Wallonie, a atteint une dynamique de marché inédite au niveau belge

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal :

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal : 1 LE METIER DE SYNDIC Avec près de 8 millions de logements en Copropriété, la plupart des Français sont en relation avec un Syndic qui administre les parties communes de leur habitat collectif. Ils payent

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Versailles N 07VE03227 Inédit au recueil Lebon 4ème Chambre M. BROTONS, président Mme Corinne SIGNERIN-ICRE, rapporteur Mme JARREAU, rapporteur public POULY, avocat(s) lecture

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

VERIFICATION MAINTENANCE ET RENOUVELLEMENT DES SYSTEMES DE DETECTION INTRUSION ET TELESURVEILLANCE DES BATIMENTS COMMUNAUX

VERIFICATION MAINTENANCE ET RENOUVELLEMENT DES SYSTEMES DE DETECTION INTRUSION ET TELESURVEILLANCE DES BATIMENTS COMMUNAUX MAIRIE DE REPUBLIQUE FRANCAISE BP 9 33611 CESTAS CEDEX www.mairie-cestas.fr Tel : 05 56 78 13 00 Fax : 05 57 83 59 64 VERIFICATION MAINTENANCE ET RENOUVELLEMENT DES SYSTEMES DE DETECTION INTRUSION ET TELESURVEILLANCE

Plus en détail

Memo BATL : la nouvelle loi sur la régularisation fiscale

Memo BATL : la nouvelle loi sur la régularisation fiscale Memo BATL : la nouvelle loi sur la régularisation fiscale Dans le cadre de ses objectifs, la BATL souhaite collaborer à une législation efficace et de qualité qui soit applicable dans la pratique du droit

Plus en détail

Gérer un litige lié à des travaux dans un logement

Gérer un litige lié à des travaux dans un logement L habitat COMPRENDRE Gérer un litige lié à des travaux dans un logement Les bons réflexes à adopter en cas de différend avec un professionnel Édition : avril 2015 Des informations juridiques à connaître

Plus en détail

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante :

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante : Une clause d expertise ne pourrait-elle pas éviter aux parties le recours à l expert judiciaire lors de l état des lieux de sortie? Par Pierre Rousseaux, avocat Président SNP Charleroi 1. INTRODUCTION

Plus en détail

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève?

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève? Droit de grève Qu est-ce qu une grève? La grève est un droit fondamental reconnu à tous les salariés (cadres, ouvriers, employés, précaires, apprentis etc.) par la Constitution française. A ce titre, elle

Plus en détail

Avoirs non réclamés des contrats d assurance vie : constat et propositions

Avoirs non réclamés des contrats d assurance vie : constat et propositions Secteur des réformes 04/10/07 Avoirs non réclamés des contrats d assurance vie : constat et propositions Les principaux termes de la problématique des avoirs non réclamés de l assurance vie (parmi lesquels

Plus en détail

APPROUVE l acte constitutif du groupement de commandes pour l achat d électricité coordonné par le Syndicat d Energie des Yvelines.

APPROUVE l acte constitutif du groupement de commandes pour l achat d électricité coordonné par le Syndicat d Energie des Yvelines. PROCÈS VERBAL DE LA RÉUNION DU 12 FÉVRIER 2015 - Approbation du procès-verbal de la séance du 20 janvier 2015 - Adhésion au groupement de commande d électricité - Adhésion au groupement de commande pour

Plus en détail

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés 27/07 2011 16:36 FAX 0556995879 TRIBUNAL AOMIN BORDEAUX (g) 003/007 N _ TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX bm R ÉPU BLIQ U E FRANÇAISE M. M, Chemin Vice-président Juge des référés Audience du 27 juillet

Plus en détail

Conseil d Etat, 23 septembre 2013, n 350909

Conseil d Etat, 23 septembre 2013, n 350909 PETITES NOTES DE JURISPRUDENCE DECEMBRE 2013 Statuts des personnels Aftab ZAFAR Stagiaire Centre de droit JuriSanté Centre de droit JuriSanté - CNEH Conseil d Etat, 23 septembre 2013, n 350909 Service

Plus en détail

pratiques Quelles sont les limites de la vidéosurv e i l l a n c e?

pratiques Quelles sont les limites de la vidéosurv e i l l a n c e? pratiques [pouvoir disciplinaire de l employeur] Quelles sont les limites de la vidéosurv e i l l a n c e? La mise en place d un système de vidéosurveillance, qui permet d enregistrer les faits et gestes

Plus en détail

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés?

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? La loi du 24 Mars 2014 dite «loi ALUR», publiée au J.O. du 26/03/2014 a apporté quelques modifications notables dans le domaine du droit de la copropriété.

Plus en détail