Psoriasis de l enfant Un ou Des psoriasis

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Psoriasis de l enfant Un ou Des psoriasis"

Transcription

1 Psoriasis de l enfant Un ou Des psoriasis Christine Bodemer Service de Dermatologie Hôpital Necker Enfants Malades Paris France 3è journée du Groupe français du Psoriasis

2 Les différentes formes de psoriasis de l adulte peuvent s observer chez l enfant 30% des psoriasis commencent avant l age de 15 ans Maureen Rogers Current Opinion in Pediatrics 2002

3 Formes plus particulières au jeune enfant Psoriasis des langes Psoriasis du visage Psoriasis en gouttes Psoriasis pustuleux Erythrodermie psoriasique

4 Formes plus particulières au jeune enfant Un ou DES psoriasis de l enfant?

5 Epidémiologie 1262 enfants atteints de psoriasis -16% <1 an -27% <2 ans Psoriasis des langes (75%) Psoriasis en plaques (34%) Morris A, et coll. Childhood psoriasis: a clinical review of 1262 cases. Ped Dermatol 2001;18:

6 Napkin psoriasis et Psoriasis anogénital Napkin psoriasis Psoriasis de enfant: 22% Psoriasis anogénital Enfant > 2 ans (4 x plus que enfants < 2 ans) Phénomène de Koebner? Childhood psoriasis: a clinical review of 1262 cases. Ped Dermatol 2001;18:

7 Phénomène de Koebner Plus fréquent si psoriasis précoce Melski JW, et coll, Arch Dermatol % si débute avant 15 ans - 25% si débute après 30 ans Raychaudhuri SP, et coll. Pediatr Dermatol % si débute avant 16 ans - 39% si débute après 16 ans

8 Napkin psoriasis dissémination? 78% Morris A et al, Ped Dermatol 2001

9 Psoriasis du visage chez l enfant jusqu à plus de 40% Particularités chez le jeune enfant: plaques du visage

10 Napkin psoriasis: Chronicité? -26% des enfants psoriasiques ont un antécédent de psoriasis des langes -70% des enfants avec Napkin psoriasis ont un antécédent Familial de psoriasis

11 Napkin psoriasis Psoriasis et syndrome de Kawasaki

12 Syndrome de Kawasaki -Fièvre >5 jours + critères -Valeur de: Irritabilité Exanthème périnéal localisé Hydrocholécyste Réactivation de BCGite Thrombocytose Hypoalbuminémie

13

14 Psoriatic eruption in Kawasaki disease. Eberhard et al, J Pediatr cas à phase aigue (PA) ou phase convalescence (PC) - 5 PA: 2 psoriasis pustuleux + 2 en plaques - 5 PC: plaques typiques Chez tous les patients résolution après plusieurs mois 2 patients: Histoire familiale de psoriasis A case of guttate psoriasis following Kawasaki disease. Han M-H, British J of Dermatol 2000 Guttate psoriasis following Kawasaki disease. Garty B, Pediatr Dermatol 2001

15 A case of guttate psoriasis following Kawasaki disease 8j après le début d un sd de Kawasaki typique, avec rash maculo-papuleux éruption de type psoriasis en gouttes Han et all.,british Journal of Dermatology 2000:142,

16 Han et all.,british Journal of Dermatology 2000:142,

17 -Koebner sur terrain prédisposé? -Facteurs génétiques de prédisposition communs (psoriasis et Kawasaki?) -Rôle d antigènes infectieux et de toxines staphylococciques, streptococciques?

18 Psoriasis infantile: 50-70% antécédents familiaux Age début (ans) > 60 < 16 >16 Psoriasis familial 53% 45% 29% 25% 68% 54% 1er degré 35% 31% 20% 18% 49% 37% 2ème degré 18% 14% 9% 7% 38% 32% * ** Plus précoce chez fille (16 ans) que garçon (22 ans) Lien avec HLA Cw6 (PSORS1), A3, DR7, Cw1 Risque de développer un psoriasis si parent atteint : 25% si un parent 60-70% si les deux parents Henseler T. JAAD 1985; Nanda A. Clin Exp Dermatol 2000; Raychaudhuri. Pediatr Dermatol 2000; Morris A, et coll. Pediatr Dermatol 2001;18: Ferrandiz C. JAAD 2002.

19 Rôle potentiel de super antigènes bactériens dans la physiopathologie du psoriasis En particulier les protéines M et les exotoxines (SPE) streptococciques Menssen A, et al J Immunol 1995 Leung D et al, J Exp Med 1995 Gudmundsdottir AS, et al Clin Exp Immunol 1999 Brown DW et al, J Invest Dermatol 2000 Baker BS et al, Scand J Immunol 2003 Le rôle de toxines staphylococciques pourraient se discuter également Baker BS et al, J Pathol 2006 Rôle de facteurs infectieux hautement envisageable chez l enfant

20 Le psoriasis en gouttes -Plus fréquent chez l enfant: 44% -Eruptif 1-2 semaines après une infection streptococcique Régression spontanée: 3-4 se -Risque psoriasis chronique: 40%

21 Le psoriasis en gouttes Maladie post-streptococcique Streptocoques béta-hémolityques (A+++) Succède à un épisode ORL : 27-39% Truhan AP. JAAD 1986; Raychaudhuri Pediatr Dermatol 2000 Sérologie streptococcique positive : 57% Truhan AP. JAAD 1986 Autres foyers streptococciques : anites, vulvites, balanites Patrizi A. Pediatr Dermatol 1994 Herbst RA. JAAD 2000 Exotoxine C et protéine M streptococciques: superantigènes Leung DY. J Clin Invest 1995 Travers JB. J Clin Invest 1999 Terrain génétique Cw % vs 20% population générale Mallon. Br J Derm 2000 Homozygote Cw0602: RR x2,5 /pop générale Gudjonsson JE. BJD 2003 Familles de psoriasis en gouttes

22 Gorge: Streptocoque groupe B Vulve: Staphylocoque doré

23 Mahé E, Bodemer C, Descamps V, Mahé I, Crickx B, de Prost Y, Favre M. High frequency of detection of human papillomaviruses (HPV) associated with epidermodysplasia verruciformis in children with psoriasis. Br J Dermatol 2003;149: Anite, vulvite Voies aériennes supérieures Scalp: le plus fréquent > 60% Triggering psoriasis: the role of infections and medications. L Fry and B Bake, 2007

24 Formes plus particulières au jeune enfant Psoriasis des langes Psoriasis du visage Psoriasis en gouttes Psoriasis pustuleux Erythrodermie psoriasique

25 Psoriasis sévères de l enfant: Rares Psoriasis pustuleux (68/1262 Morris A, et coll. 2001) -Forme annulaire + -Etat général variable -Peut être première poussée psoriasis -Récidives possibles -Complications décrites: rénales, cholestase, ostéomyélite multifocale aseptique -Age: 2-10 ans, naissance -Facteurs déclenchants possibles: infections, traitements. -Génétique: familles, jumeaux monozygotes

26 Psoriasis pustuleux de l enfant

27

28 Erythrodermies psoriasiques de l enfant: Rares -Erythrodermie psoriasique néonatale -Erythrodermie non spécifique -4% de 51érythrodermies congénitales - En faveur du psoriasis : hyperkératose du scalp érythème bien limité ongles HLA, B17, B13 Pruszkowski A, Bodemer C et al. Arch Dermatol 2000

29 Erythrodermies psoriasiques de l enfant: Rares Enfants et déficit immunitaire

30 TRAITEMENT du PSORIASIS DE L ENFANT Même raisonnement que celui tenu avec l adulte: bénéfice/risque +++ Explications claires, objectifs précis à définir TT souvent sont des «analogies» à ce qui est fait chez l adulte Importance de l éducation thérapeutique Importance de la prise en charge psychologique Attention à l âge Attention à la surface corporelle traitée Attention à la chronicité

31 TRAITEMENTS LOCAUX - Emollients/kératolytiques (cuir chevelu) - Dermocorticoïdes : formes localisées Tacrolimus psoriasis topique: inverséalternative? Psoriasis en plaques (prurit) (nombre limité) associés au kétoconazole pour le scalp Attention au nourrisson Attention à l adolescent Attention à la consommation 10 cas de décès par intoxication de salicylate chez enfant < 3ans Van Weiss JF, 1964 Vergetures chez adolescents

32 TRAITEMENTS LOCAUX - Emollients/kératolytiques (cuir chevelu) - Calcipotriol: formes localisées 2-5 ans : 25 g/sem max 6-11 ans : 50 g/sem max 2 études ouvertes,1 randomisée, contrôlée (77 cas). Amélioration (PASI50): 60% patients, en 8 semaines Bonne tolérance -Darley CR Br. J. Dermatol Fabrizi. G. J. Dermatol. Treat Orange A. J. Am. Acad. Dermatol. 1997

33 TRAITEMENTS SYSTEMIQUES Antibiothérapie Psoriasis en gouttes Autres Intérêt (macrolides) controversé mais pas d études comparatives bien faites pour évaluation précise et modalités de tt Rasa N et al, J Coll Physicians Surg Pak, /40 patients, durée Tt (Peni V+ Rifampicine)10j

34 TRAITEMENTS SYSTEMIQUES Discutés pour les formes sévères moins fréquentes Acitrétine Dose initiale : 0.5 to 1 mg/kg/j. Efficace dans plus de 60% des cas en 3-4 se surveillance : clinique, biologique, (radiologique)

35 TRAITEMENTS SYSTEMIQUES Discutés pour les formes sévères moins fréquentes Acitrétine Dose initiale : 0.5 to 1 mg/kg/j. Efficace dans plus de 60% des cas en 3-4 se surveillance : clinique, biologique, (radiologique) PUVA Thérapie, mais problème age Photothérapie UVB-TL01 Kumar Jain et al, International Journal of Dermatology, enfants (6-14 ans), 2 fois/se. 12 se: 60% très bonne réponse Suivi à 6 mois: 1 seul patient récidive à 5 mois

36 TRAITEMENTS SYSTEMIQUES Discutés pour les formes sévères moins fréquentes Autres traitements systémiques Cyclosporine Methotrexate Collin B et al, Clin Exp Dermatol, enfants, Psoriasis sévère grandes plaques MTX: efficacité

37 TRAITEMENTS SYSTEMIQUES Discutés pour les formes sévères moins fréquentes Biothérapie chez l enfant -Enfants âgés de 4 à 17 ans -Phase III double aveugle, 211 enfants -0,8mg/kg 1 fois/se 12 semaines: -Semaine 13 à 36: -Semaine 37 à 48: 138 randomisés Etanercept ou Placebo Etanercept Etanercept ou Placebo Etanercept Pediatric Psoriasis Study Group Paller AS, N Engl J Med, 2008 PASI75 à 12 se: Efficacité démontrée Critique: psoriasis modéré

38 Pas UN mais DES psoriasis du jeune enfant Facteurs génétiques Facteurs microbiologiques Facteurs environnement Facteurs immunologiques Programme recherche en cours: formes sévères et familiales de psoriasis de l enfant. C Bodemer et A Smahi Service de Dermatologie-Unité INSERM U781. Necker, Paris

Traitement du Psoriasis de l enfant. Sébastien Barbarot Service de Dermatologie UF de dermatologie pédiatrique CHU Nantes

Traitement du Psoriasis de l enfant. Sébastien Barbarot Service de Dermatologie UF de dermatologie pédiatrique CHU Nantes Traitement du Psoriasis de l enfant Sébastien Barbarot Service de Dermatologie UF de dermatologie pédiatrique CHU Nantes Psoriasis de l enfant Prévalence chez l enfant : 0,5% avant 9 ans, 1% après 9ans

Plus en détail

«Comment je traite un psoriasis du visage chez l adulte et chez l enfant?»

«Comment je traite un psoriasis du visage chez l adulte et chez l enfant?» «Comment je traite un psoriasis du visage chez l adulte et chez l enfant?» Michel Le Maître Merci à Aurélie Acher, Sébastien Barbarot, Florence Corgibet Mathilde Kémula, Emmanuel Mahé pour leur précieuse

Plus en détail

Psoriasis et grossesse

Psoriasis et grossesse Psoriasis et grossesse Sélim Arac+ngi Service de dermatologie Hôpital Tenon, ApHp Laboratoire des cellules souches fœtales Université Paris 6 Pierre et Marie Curie Inserm UMRS 938 Influence de la grossesse

Plus en détail

Psoriasis. Dre Guylaine Alain Dermatologue. Types de psoriasis. Épidémiologie du psoriasis. Présentation du psoriasis

Psoriasis. Dre Guylaine Alain Dermatologue. Types de psoriasis. Épidémiologie du psoriasis. Présentation du psoriasis Épidémiologie du psoriasis Psoriasis Dre Guylaine Alain Dermatologue Le psoriasis est une maladie de la peau chronique, inflammatoire et hyperproliférative d origine génétique Présent partout dans le monde

Plus en détail

Psoriasis chez l enfant. u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF

Psoriasis chez l enfant. u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF Psoriasis chez l enfant u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF Psoriasis chez l enfant Page 2 u Epidémiologie u Physiopathologie u Présentations Cliniques u Traitements

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 9 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 9 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 9 mai 2007 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 8 mai 2002 (JO du 18 juin 2002) DAIVONEX 50 µg/g, pommade tube de 30 g (CIP

Plus en détail

Dermites du siège : au-delà de l irritation

Dermites du siège : au-delà de l irritation Dermites du siège : au-delà de l irritation Pr Annabel Maruani Université François-Rabelais, CHRU de Tous Service de Dermatologie, Unité de Dermatologie Pédiatrique Tours, France annabel.maruani@univ.tours.fr

Plus en détail

Définition. Physio-Pathologie. épidémiologie. Phénomène de Koebner

Définition. Physio-Pathologie. épidémiologie. Phénomène de Koebner Définition Le Psoriasis est une dermatose érythémato-squameuse chronique Formes cliniques et traitement épidémiologie Physio-Pathologie 1.5 a 6.5% Ratio homme : femme = 1:1 Association statistique Psoriasis

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

ANALYSE SEMIOLOGIQUE (1)

ANALYSE SEMIOLOGIQUE (1) Fièvres éruptives Éruption fébrile ANALYSE SEMIOLOGIQUE (1) éléments éruptifs association topographie caractère prurigineux ou non caractères évolutifs Éruption fébrile ANALYSE SEMIOLOGIQUE (2) Contexte

Plus en détail

Avant-Propos Chapitre 1 - Historique Chapitre 2 - Physiopathologie du psoriasis Chapitre 3 - La clinique et ses variations...

Avant-Propos Chapitre 1 - Historique Chapitre 2 - Physiopathologie du psoriasis Chapitre 3 - La clinique et ses variations... Avant-Propos... 5 Chapitre 1 - Historique... 17 Chapitre 2 - Physiopathologie du psoriasis... 19 1. Le psoriasis est une maladie génétique... 19 2. Le psoriasis : une cicatrisation qui n'en finit pas...

Plus en détail

S. aureus et Eczéma L œuf ou la poule Treat or not to treat

S. aureus et Eczéma L œuf ou la poule Treat or not to treat S. aureus et Eczéma L œuf ou la poule Treat or not to treat ej 20 ée ourn de path ologie in fe ct ieu se p é d i a t r i q u e ula amb toir e Robert Cohen Yves Gillet 1 Nadia, 8 ans connue pour avoir eu

Plus en détail

Identification de différents phénotypes de psoriasis. Christiane Guinot, PhD, DSc et Julie Latreille, MSc (CE.R.I.E.S.)

Identification de différents phénotypes de psoriasis. Christiane Guinot, PhD, DSc et Julie Latreille, MSc (CE.R.I.E.S.) Identification de différents phénotypes de psoriasis Christiane Guinot, PhD, DSc et Julie Latreille, MSc (CE.R.I.E.S.) Sommaire Contexte et objectifs de l étude Questionnaire, patients et données Schéma

Plus en détail

BON USAGE DES PHOTOTHERAPIES DANS LE PSORIASIS

BON USAGE DES PHOTOTHERAPIES DANS LE PSORIASIS BON USAGE DES PHOTOTHERAPIES DANS LE PSORIASIS Reconnaissance Recul efficacité / effets 2aires PUVA 1974 34 ans > 20 ans TL01 1988 20 ans < 10 ans BILAN PRE-THERAPEUTIQUE Indication : psoriasis étendu

Plus en détail

DANS L AMBIANCE DU PSORIASIS, QUAND PENSER A UNE MALADIE AUTOINFLAMMATOIRE?

DANS L AMBIANCE DU PSORIASIS, QUAND PENSER A UNE MALADIE AUTOINFLAMMATOIRE? DANS L AMBIANCE DU PSORIASIS, QUAND PENSER A UNE MALADIE AUTOINFLAMMATOIRE? Dr Maryam PIRAM Dermatologie pédiatrique Service de Rhumatologie pédiatrique, Centre de Référence des maladies auto-inflammatoires

Plus en détail

Quel est votre diagnostic?

Quel est votre diagnostic? Quel est votre diagnostic? Simon Nigen, MD, FRCPC, Université de Montréal Cas 1 Une patiente présente cette éruption cutanée subite. Il s agit d un pityriasis rosé de Gilbert inversé. Cette forme de pityriasis

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2016

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2016 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2016 calcipotriol anhydre DAIVONEX 50 µg/g, pommade Tube de 120 g (CIP : 34009 356 348 8 7) Laboratoire LEO PHARMA Code ATC D05AX02 (analogue de la vitamine

Plus en détail

sur peau noire Cas cliniques

sur peau noire Cas cliniques Dermatopédiatrie sur peau noire Cas cliniques Thierry Passeron Service de Dermatologie & INSERM U895 équipe 1 CHU de Nice Enfant de 18 mois Cas N 1N Fièvre à 39 C depuis 6 jours AEG Toux ++ Conjonctivite

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1er avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1er avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1er avril 2009 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 23 avril 2004 (JO du 11 mai 2004) DAIVOBET 50 µg/0,5mg/g, pommade tube

Plus en détail

Biothérapies du Psoriasis: Données de Tolérance. Pr Hervé Bachelez, Service de Dermatologie, Hôpital Saint-Louis, Paris

Biothérapies du Psoriasis: Données de Tolérance. Pr Hervé Bachelez, Service de Dermatologie, Hôpital Saint-Louis, Paris Biothérapies du Psoriasis: Données de Tolérance Pr Hervé Bachelez, Service de Dermatologie, Hôpital Saint-Louis, Paris Traitements Biologiques du Psoriasis CD11a TNFα Souris 3% Anticorps humanisé anti-cd

Plus en détail

du pédiatre Dr. Véronique Hentgen CH Versailles Centre de référence maladies autoinflammatoires

du pédiatre Dr. Véronique Hentgen CH Versailles Centre de référence maladies autoinflammatoires Les maladies autoinflammatoires : le point de vue du pédiatre Dr. Véronique Hentgen CH Versailles Centre de référence maladies autoinflammatoires de l enfant Adam, 2 ans 1/2 Consultation en octobre 2010

Plus en détail

Psoriasis de l enfantl. Dr Emmanuel Mahé Argenteuil

Psoriasis de l enfantl. Dr Emmanuel Mahé Argenteuil Psoriasis de l enfantl Dr Emmanuel Mahé Argenteuil Conflits d intd intérêt Activités de conseil Abbott Janssen-Cilag Invitations en qualité d'intervenant et/ou d auditeur Abbott Janssen-Cilag Schering-Plough

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 16 juin 2010 DAIVOBET 50 µg/0,5 mg/g, gel Flacon de 60g (CIP : 389 693-6) Laboratoire LEO Pharma calcipotriol + dipropionate de bétaméthasone Classe ATC : D05AX52 Liste

Plus en détail

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME Généralités Syndrome du à une sécrétion d exotoxine Staphylocoques, Streptocoque groupe A Manifestations cliniques non liées au lieu

Plus en détail

LIVRET DE SUR LE PSORIASIS

LIVRET DE SUR LE PSORIASIS qr & LIVRET DE SUR LE PSORIASIS À PROPOS? QUELLE EST L ORIGINE DU M OT «PSORIASIS»? QUELLE EST LA CAUSE? LE PSORIASIS EST-IL SIMPLEMENT UNE MALADIE DE LA PEAU? ! Le mot vient du grec «psora» qui signifie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 13 mai 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 13 mai 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 mai 2009 STELARA 45 mg, solution injectable Boîte de 1 flacon de 0,5 ml (CIP : 392 586-2) JANSSEN-CILAG Ustékinumab Liste I Médicament soumis à prescription initiale

Plus en détail

ENDOCARDITE PRESENTATION CLINIQUE. O BRISSAUD J GUICHOUX Réanimation pédiatrique et néonatale CHU - Bordeaux

ENDOCARDITE PRESENTATION CLINIQUE. O BRISSAUD J GUICHOUX Réanimation pédiatrique et néonatale CHU - Bordeaux ENDOCARDITE PRESENTATION CLINIQUE O BRISSAUD J GUICHOUX Réanimation pédiatrique et néonatale CHU - Bordeaux MALADIE RARE Endocardite infectieuse 0,24 ; (27 patients en 7 ans) liew et al. I.E. in childhood:

Plus en détail

Infections Urinaires de l Enfant

Infections Urinaires de l Enfant Elaboration de Bonne Pratique Clinique Infections Urinaires de l Enfant Robert Cohen Coordonateur du Groupe d Expert sur les Infections urinaires de l enfant Particularités des IU de l enfant Fréquence

Plus en détail

Avis 9 janvier Laboratoire LEO PHARMA. tube de 30 g (CIP : ) tube de 120 g (CIP : )

Avis 9 janvier Laboratoire LEO PHARMA. tube de 30 g (CIP : ) tube de 120 g (CIP : ) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 9 janvier 2013 DAIVONEX 50 µg/g, pommade tube de 30 g (CIP : 34009 335 012-0 4) tube de 120 g (CIP : 34009 356 348-8 7) DAIVONEX 50 µg/g, crème tube de 30 g (CIP: 34009

Plus en détail

RESULTATS À COURT TERME DE L UTILISATION DE l ADALIMUMAB (HUMIRA ) DANS LES SPON DYLARTHROPATHIES (SA )

RESULTATS À COURT TERME DE L UTILISATION DE l ADALIMUMAB (HUMIRA ) DANS LES SPON DYLARTHROPATHIES (SA ) RESULTATS À COURT TERME DE L UTILISATION DE l ADALIMUMAB (HUMIRA ) DANS LES SPON DYLARTHROPATHIES (SA ) R.ALLAT, N. HAMMOUMRAOUI, H. DJOUDI EHS Douera EL AURASSI Mars 2010 INTRODUCTION La biothérapie à

Plus en détail

LES STRATÉGIES DE PROTECTION CÉRÉBRALE CHEZ LE NOUVEAU-NÉ : LESQUELLES ET POUR QUELLE EFFICACITÉ?

LES STRATÉGIES DE PROTECTION CÉRÉBRALE CHEZ LE NOUVEAU-NÉ : LESQUELLES ET POUR QUELLE EFFICACITÉ? LES STRATÉGIES DE PROTECTION CÉRÉBRALE CHEZ LE NOUVEAU-NÉ : LESQUELLES ET POUR QUELLE EFFICACITÉ? T Debillon Service de Néonatologie et Réanimation Pédiatrique CHU de Grenoble NEUROPROTECTION EN CARDIO

Plus en détail

Foie et psoriasis. Pr Matthieu Allez Service de Gastroentérologie et équipe Avenir INSERM U.662 Hôpital Saint-Louis et Université Diderot - Paris 7

Foie et psoriasis. Pr Matthieu Allez Service de Gastroentérologie et équipe Avenir INSERM U.662 Hôpital Saint-Louis et Université Diderot - Paris 7 Foie et psoriasis Pr Matthieu Allez Service de Gastroentérologie et équipe Avenir INSERM U.662 Hôpital Saint-Louis et Université Diderot - Paris 7 Foie et psoriasis 1. Manifestations hépatobiliaires associées

Plus en détail

Psoriasis. Pr Alain Dupuy. Service de Dermatologie CHU Rennes

Psoriasis. Pr Alain Dupuy. Service de Dermatologie CHU Rennes Psoriasis Pr Alain Dupuy Service de Dermatologie CHU Rennes Avertissement Ces diapositives sont un support à un cours oral. Elles ne sont pas conçues pour se suffire à elles-mêmes Les photographies sont

Plus en détail

COMMENT CHOISIR UN TRAITEMENT ANTI-PSORIASIQUE. Louis DUBERTRET Hôpital Saint-Louis, Paris

COMMENT CHOISIR UN TRAITEMENT ANTI-PSORIASIQUE. Louis DUBERTRET Hôpital Saint-Louis, Paris COMMENT CHOISIR UN TRAITEMENT ANTI-PSORIASIQUE Louis DUBERTRET Hôpital Saint-Louis, Paris Evaluer la gravité du psoriasis Expliquer la maladie et les traitements pour négocier un choix thérapeutique partagé

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 2 mars 2005 ENBREL 25 mg, poudre et solvant pour solution injectable (Boîte de 4 flacons et 4 seringues pré-remplies) ENBREL 25 mg, poudre pour

Plus en détail

Eruption prurigineuse

Eruption prurigineuse Eruption prurigineuse Cette éruption est prurigineuse, symétrique et bilatérale, à quoi vous pensez? Conduite pratique (solution) Conduite pratique (solution) Dermite de contact allergique. Dans ce cas

Plus en détail

Les scores dans l urticaire: quels scores pour quel type d études? Dr F Augey Centre Hospitalier Lyon-Sud

Les scores dans l urticaire: quels scores pour quel type d études? Dr F Augey Centre Hospitalier Lyon-Sud Les scores dans l urticaire: quels scores pour quel type d études? Dr F Augey Centre Hospitalier Lyon-Sud Il y a scores et scores Les scores peuvent refléter : L attente du patient Satisfaction Qualité

Plus en détail

Sclérose en plaques et vaccination

Sclérose en plaques et vaccination Sclérose en plaques et vaccination Prof. J. de Seze 18 Avril 2015 1 Les vaccins : «l absence de droit à l erreur» Taille de la population traitée Vaccins - + - Traitements + - + Perception immédiate du

Plus en détail

Le traitement in utero a-t-il un intérêt? Recommandation de la HAS. Alain BERREBI. Toulouse

Le traitement in utero a-t-il un intérêt? Recommandation de la HAS. Alain BERREBI. Toulouse Toxoplasmose et grossesse Le traitement in utero a-t-il un intérêt? Recommandation de la HAS Alain BERREBI CHU Paule de Viguier Toulouse 1 Introduction (1) Primo infection : incidence 1/1000-2000 30% en

Plus en détail

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte Psoriasis et travail dans le BTP Pr E. Delaporte 30 Mai 2013 Janvier 2013 : File active de 335 malades traités (293) ou ayant été traités (42) par immunosupp./ modulateurs (MTX CyA biomédicaments) 214

Plus en détail

Psoriasis. Dr Franck Delesalle. CHRU Lille

Psoriasis. Dr Franck Delesalle. CHRU Lille Psoriasis Nouvelles thérapeutiques Dr Franck Delesalle Clinique i Dermatologique CHRU Lille Traitements locaux Thérapeutiques usuelles Émollients, Eucérin, Psoriane, Kératolytiques urée 10 % Eucérin, Ac

Plus en détail

Infections urinaires actualités. Jeudi 17 novembre 2016

Infections urinaires actualités. Jeudi 17 novembre 2016 Infections urinaires actualités Jeudi 17 novembre 2016 Le Havre Introduction Diagnostic souvent difficile et porté à tord Buts de la prise en charge : Identifier, traiter l infection éviter la récidive

Plus en détail

Angine. Pr Christian Chidiac

Angine. Pr Christian Chidiac Angine Pr Christian Chidiac Université Claude Bernard Lyon 1 UFR Lyon Sud Charles Mérieux Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Hôpital de la Croix Rousse christian.chidiac@univ-lyon1.fr Définition

Plus en détail

Quel(s) traitement(s) proposer?

Quel(s) traitement(s) proposer? 75 ème Journée Française de Médecine : Vascularites Artérites rites àcellules géantes g : Quel(s) traitement(s) proposer? Alfred Mahr Service de médecine interne Hôpital Saint-Louis alfred.mahr@sls.aphp.fr

Plus en détail

Herpes labial L interrogatoire retrouve la récidive après chaque exposition solaire non protégée.

Herpes labial L interrogatoire retrouve la récidive après chaque exposition solaire non protégée. Cheilite trainante Ce patient a consulté à plusieurs reprises pour une Cheilite trainante qui lui empoisonnait la vie depuis quelques mois, quel diagnostic évoquer et quelle conduite adopter? Herpes labial

Plus en détail

Le Psoriasis : le point de vue du dermatologue

Le Psoriasis : le point de vue du dermatologue Le Psoriasis : le point de vue du dermatologue Nathalie Quiles Tsimaratos Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Les formes cliniques cutanées En plaques : dermatose érythématosquameuse

Plus en détail

Le Bilan pré-transplantation Rénale. Lionel Couzi Unité de Transplantation Rénale Département de Néphrologie C.H.U de Bordeaux

Le Bilan pré-transplantation Rénale. Lionel Couzi Unité de Transplantation Rénale Département de Néphrologie C.H.U de Bordeaux Le Bilan pré-transplantation Rénale Lionel Couzi Unité de Transplantation Rénale Département de Néphrologie C.H.U de Bordeaux Consultation initiale Au cours d une consultation Information orale et écrite

Plus en détail

MINI MODULE D'AUTO-ENSEIGNEMENT DE PEDIATRIE 4 ème ANNEE DE MEDECINE FIEVRES ERUPTIVES

MINI MODULE D'AUTO-ENSEIGNEMENT DE PEDIATRIE 4 ème ANNEE DE MEDECINE FIEVRES ERUPTIVES FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE DE RABAT Professeur Laïla EL HARIM - ROUDIES DEPARTEMENT DE PEDIATRIE SERVICE DE PEDIATRIE I MINI MODULE D'AUTO-ENSEIGNEMENT DE PEDIATRIE 4 ème ANNEE DE MEDECINE FIEVRES

Plus en détail

Démarche diagnostique devant un enfant présentant une. A. Zineddine Service d Accueil des Urgences Pédiatriques Hôpital d Enfants, Casablanca

Démarche diagnostique devant un enfant présentant une. A. Zineddine Service d Accueil des Urgences Pédiatriques Hôpital d Enfants, Casablanca Démarche diagnostique devant un enfant présentant une Fièvre Aiguë Isolée A. Zineddine Service d Accueil des Urgences Pédiatriques Hôpital d Enfants, Casablanca SOMIPEV Marrakech 2013 Recettes en médecine

Plus en détail

MENINGITE NEONATALE : à propos de 2 cas

MENINGITE NEONATALE : à propos de 2 cas MENINGITE NEONATALE : à propos de 2 cas Laurence Palpacuer-Dillenseger Service de Pédiatrie 2-CHU de Hautepierre GENE 9 JUIN 2016 BRAYAN, né le 11/01/16 BRAYAN, né le 11/01/16 Antécédent : Mère née en

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. AVIS 28 mai 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. AVIS 28 mai 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 28 mai 2008 HUMIRA 40 mg, solution injectable en seringue pré-remplie Boîte de 2 seringues en verre de 0,8 ml avec 2 tampons alcoolisés (CIP : 362 230-5) HUMIRA 40 mg,

Plus en détail

UPRES EA IFR MP23,

UPRES EA IFR MP23, CAS CLINIQUE Dr Daniel BENHAMOU Dr Cherifa GOUNANE Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Rouen Service de Pneumologie et Soins Intensifs Respiratoires UPRES EA 3830 - IFR MP23, Rouen, F-76031, France

Plus en détail

Traitement des LGM et HSF cortico-résistantes. Lise LELANDAIS (CCA ROUEN) 23/03/2017

Traitement des LGM et HSF cortico-résistantes. Lise LELANDAIS (CCA ROUEN) 23/03/2017 Traitement des LGM et HSF cortico-résistantes Lise LELANDAIS (CCA ROUEN) 23/03/2017 Définition : syndrome néphrotique cortico-résistant Rémission complète (RC) : diminution de la protéinurie < 0,3 g/j

Plus en détail

PHÉNOTYPES DES HYPERSENSIBILITÉS AUX AINS. Dr Marion BRAIRE-BOURREL Allergologue Centre Hospitalier Lyon Sud

PHÉNOTYPES DES HYPERSENSIBILITÉS AUX AINS. Dr Marion BRAIRE-BOURREL Allergologue Centre Hospitalier Lyon Sud PHÉNOTYPES DES HYPERSENSIBILITÉS AUX AINS Dr Marion BRAIRE-BOURREL Allergologue Centre Hospitalier Lyon Sud Conflits d intérêt Intérêts financiers : néant Liens durables ou permanents : néant Interventions

Plus en détail

A Lamberet 1, P Violas 2, P Tattevin 3, S Bataillon 4

A Lamberet 1, P Violas 2, P Tattevin 3, S Bataillon 4 A Lamberet 1, P Violas 2, P Tattevin 3, S Bataillon 4 1 Service de pédiatrie, 2 Service de chirurgie pédiatrique, 3 Service de maladies infectieuses, 4 Service d hygiène hospitalière, CHU Rennes Introduction

Plus en détail

Diarrhées aiguës : quel bilan et quand traiter?

Diarrhées aiguës : quel bilan et quand traiter? Diarrhées aiguës : quel bilan et quand traiter? Dr Oriol Manuel Service des Maladies Infectieuses 2 mars 2017 Quelques définitions Diarrhées: consistance et fréquence ( 3xj) Durée: Diarrhées aiguës:

Plus en détail

Exanthème et énanthème

Exanthème et énanthème Exanthème et énanthème Ce jeune homme se plaignait de douleur buccale, énanthéme, associée à une fièvre qui ont précédé de quelques jours cet exanthème. à quoi vous pensez? Conduite pratique( solution)

Plus en détail

Modalités pratiques du traitement par les biologiques. D. Jullien, Lyon

Modalités pratiques du traitement par les biologiques. D. Jullien, Lyon Modalités pratiques du traitement par les biologiques D. Jullien, Lyon Indications Initiation du traitement Bilan pré-thérapeutique Choix de la molécule Traitements associés Surveillance Adaptation du

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES URTICAIRES CHRONIQUES EN ECHEC THERAPEUTIQUE

PRISE EN CHARGE DES URTICAIRES CHRONIQUES EN ECHEC THERAPEUTIQUE Journée Urticaire Chronique Actualités et Controverses Centre Hospitalier Lyon-Sud Jeudi 21 Janvier 2010 PRISE EN CHARGE DES URTICAIRES CHRONIQUES EN ECHEC THERAPEUTIQUE Dr Audrey NOSBAUM Service d Allergologie

Plus en détail

Psoriasis & Sport. Pour un meilleur accès des personnes psoriasiques aux activités sportives. Qui le psoriasis touche-t-il?

Psoriasis & Sport. Pour un meilleur accès des personnes psoriasiques aux activités sportives. Qui le psoriasis touche-t-il? Psoriasis, let s sport together! Psoriasis & Sport Pour un meilleur accès des personnes psoriasiques aux activités sportives Qui le psoriasis touche-t-il? On estime que 2 à 3 % de la population belge est

Plus en détail

Actualisation des recommandations du

Actualisation des recommandations du Actualisation des recommandations du Actualités Thérapeutiques D. Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales 1 dimanche 2 décembre Actualisation AFFSAPS 2011 2 dimanche 2 décembre Contexte : évolution

Plus en détail

Biothérapies dans la polyarthrite rhumatoïde. Expérience du service de médecine Interne

Biothérapies dans la polyarthrite rhumatoïde. Expérience du service de médecine Interne Biothérapies dans la polyarthrite rhumatoïde. Expérience du service de médecine Interne R.Chermat, H Khellaf, S.Khettabi, FZ. Mekideche, L.Bouakez, A. Nechadi, C. Djabri, N.Benmostefa, R.Malek Service

Plus en détail

INFECTION URINAIRE DESC

INFECTION URINAIRE DESC INFECTION URINAIRE DESC 2015 Introduction une des infections bactériennes les plus fréquentes en pédiatrie 2 situations selon le siège de l infection cystite (infection urinaire basse) pyélonéphrite aiguë

Plus en détail

A propos de 5 cas cliniques. Mémoire DES de Pédiatrie 9 octobre 2009 Laurence Coutin, interne Lyon

A propos de 5 cas cliniques. Mémoire DES de Pédiatrie 9 octobre 2009 Laurence Coutin, interne Lyon A propos de 5 cas cliniques Mémoire DES de Pédiatrie 9 octobre 2009 Laurence Coutin, interne Lyon Constat: Leptospirose : maladie rare et méconnue chez l enfant mais non exceptionnelle Objectifs de l étude

Plus en détail

Alternatives aux antibiotiques. J.P. Stahl (Grenoble)

Alternatives aux antibiotiques. J.P. Stahl (Grenoble) Alternatives aux antibiotiques J.P. Stahl (Grenoble) Infec&oform 2015 Message 1 Comment réduire la fréquence des infections Les vaccins: o Pneumocoque o Grippe o Staphylocoque o E. coli Infec&oform 2015

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 décembre 2015 Aprémilast OTEZLA 10 mg, OTEZLA 20 mg, OTEZLA 30 mg, comprimé pelliculé Etui d initiation de 4 comprimé de 10 mg, 4 comprimés de 20 mg et 19 comprimés

Plus en détail

Dyskinésie Ciliaire Primitive : analyse de la flore trachéo bronchique et impact des infections à Pseudomonas aeruginosa

Dyskinésie Ciliaire Primitive : analyse de la flore trachéo bronchique et impact des infections à Pseudomonas aeruginosa Dyskinésie Ciliaire Primitive : analyse de la flore trachéo bronchique et impact des infections à Pseudomonas aeruginosa Respirare, 17 mars 2014 Dr Sylvaine LEFEUVRE, Dr Julie BEUCHER, Dr Aline Tamalet

Plus en détail

Prédispositions aux réactions d hypersensibilité non allergiques

Prédispositions aux réactions d hypersensibilité non allergiques Prédispositions aux réactions d hypersensibilité non allergiques Aurore Rozières Augmentation du nombre d études analysant les prédispositions dans les réactions HS Plusieurs marqueurs identifiés qui varient

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 5 mars 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 5 mars 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2008 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée limitée conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l'arrêté du 8 décembre

Plus en détail

Reconnaître et traiter à temps les maladies liées à la transplantation. Dr JP Venetz Centre de Transplantation CHUV Lausanne Berne, le 24 mars 2007

Reconnaître et traiter à temps les maladies liées à la transplantation. Dr JP Venetz Centre de Transplantation CHUV Lausanne Berne, le 24 mars 2007 Reconnaître et traiter à temps les maladies liées à la transplantation Dr JP Venetz Centre de Transplantation CHUV Lausanne Berne, le 24 mars 2007 Buts de la prise en charge après transplantation Prévention

Plus en détail

Angine et test de diagnostic rapide (d après les recommandations de l AFSSAPS 2005)

Angine et test de diagnostic rapide (d après les recommandations de l AFSSAPS 2005) Angine et test de diagnostic rapide (d après les recommandations de l AFSSAPS 2005) Par Lorraine Mokeddem Angines et test de diagnostic rapide I) Rappel sur les différents types anatomo pathologiques à

Plus en détail

De la dermatite atopique (DA) à l asthme: la marche atopique. Ce que l on sait. Une notion surannée? NICE Clinical Guidelines, Dec 2007

De la dermatite atopique (DA) à l asthme: la marche atopique. Ce que l on sait. Une notion surannée? NICE Clinical Guidelines, Dec 2007 De la dermatite (DA) à l asthme: la marche De la dermatite à l asthme: expérience des cohortes Dr Flore Amat Praticien Attachée Service d Allergologie, Hôpital Trousseau Prevalence Dermatite Asthme Rhinite

Plus en détail

Valvulopathie rhumatismale : qui et comment traiter?

Valvulopathie rhumatismale : qui et comment traiter? Valvulopathie rhumatismale : qui et comment traiter? F Andrianjafison, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison, F Rapelanoro Rabenja Unité de Rhumatologie, Hôpital Joseph Raseta Befelatanana,

Plus en détail

Prise en charge des infections post instillations endovésicales

Prise en charge des infections post instillations endovésicales Prise en charge des infections post instillations endovésicales de BCG DESC avril 2016 Albert Sotto CHU Nîmes Inserm U1047 La BCG thérapie (immunothérapie) Le BCG provient d une souche de Mycobacterium

Plus en détail

Arthrite d évolution récente

Arthrite d évolution récente CHU de BORDEAUX Douleur et épanchement articulaire. Arthrite d évolution récente Item 307 : Devant une douleur ou un épanchement articulaire, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier

Plus en détail

Journée. de pathologie. infectieuse. pédiatrique. ambulatoire. Vignette 1 Clostridium Une Prise en Charge difficile. Josette Raymond Marc Bellaïche

Journée. de pathologie. infectieuse. pédiatrique. ambulatoire. Vignette 1 Clostridium Une Prise en Charge difficile. Josette Raymond Marc Bellaïche 18e Journée de pathologie infectieuse pédiatrique ambulatoire Vignette 1 Clostridium Une Prise en Charge difficile Josette Raymond Marc Bellaïche 1 Joseph 15 mois a depuis 3 jours une diarrhée glairosanglante,

Plus en détail

Rubéole congénitale en 2009 Le point de vue du virologue

Rubéole congénitale en 2009 Le point de vue du virologue Rubéole congénitale en 2009 Le point de vue du virologue 25 mars 2010 3 ème journée Jean-Gérard GUILLET de vaccinologie clinique Dr Marlène GUILLET Laboratoire de Microbiologie Immunologie biologique Hôpital

Plus en détail

Aspects hépatiques de la polykystose hépato-rénale Dr Moana Gelu-Simeon Professeur Didier Samuel

Aspects hépatiques de la polykystose hépato-rénale Dr Moana Gelu-Simeon Professeur Didier Samuel Aspects hépatiques de la polykystose hépato-rénale Dr Moana Gelu-Simeon Professeur Didier Samuel Centre Hépatobiliaire Unité Inserm-Paris Sud 785 Hopital Paul Brousse Université Paris Sud Villejuif, France

Plus en détail

Les infections à Pneumocoque et leur prévention vaccinale chez les PVVIH. 9 avril 2014 COREVIH Ile-de-France Nord Hélène FERRAND, Hôpital Tenon

Les infections à Pneumocoque et leur prévention vaccinale chez les PVVIH. 9 avril 2014 COREVIH Ile-de-France Nord Hélène FERRAND, Hôpital Tenon Les infections à Pneumocoque et leur prévention vaccinale chez les PVVIH 9 avril 2014 COREVIH Ile-de-France Nord Hélène FERRAND, Hôpital Tenon Pneumocoque Données microbiologiques Portage naso-pharyngé

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LATRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 21 mars 2001 TEGELINE 50mg/ml poudre et solvant pour solution pour perfusion Laboratoire

Plus en détail

Cotrimoxazole pour la toxoplasmose cérébrale : Moins cher et moins toxique?

Cotrimoxazole pour la toxoplasmose cérébrale : Moins cher et moins toxique? Cotrimoxazole pour la toxoplasmose cérébrale : Moins cher et moins toxique? G. Béraud, S. Pierre-François, A. Foltzer, D. Smadja, A. Cabié JNI 2008 Marseille La Toxoplasmose cérébrale Infection opportuniste

Plus en détail

Traitement de l arthrite psoriasique en 2017

Traitement de l arthrite psoriasique en 2017 Traitement de l arthrite psoriasique en 217 brève mise au point Mercredi 25 janvier 217 Sylvie Revaz Arthrite psoriasique 2 Critères de classification utilisés dans les études pour le diagnostic d arthrite

Plus en détail

Les éruptions cutanées chez les enfants traités par des médicaments courants relèvent-elles toujours/souvent de réactions d HS médicamenteuse?

Les éruptions cutanées chez les enfants traités par des médicaments courants relèvent-elles toujours/souvent de réactions d HS médicamenteuse? Les éruptions cutanées chez les enfants traités par des médicaments courants relèvent-elles toujours/souvent de réactions d HS médicamenteuse? Urticaire? Rash maculopapuleux ou morbilliforme?? Erythème

Plus en détail

Cas clinique. D.Floret

Cas clinique. D.Floret Cas clinique D.Floret François, âgé de 2 ans, sans antécédent pathologique notable, gardé en crèche, vous consulte pour une éruption typique de varicelle dont les premiers éléments sont apparus la veille.

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES POUSSEES

LE TRAITEMENT DES POUSSEES LE TRAITEMENT DES POUSSEES Définition Apparition de nouveaux symptômes neurologiques, réapparition ou aggravation d anciens symptômes, de manière subaiguë, pendant plus de 24 heures, en l absence de fièvre

Plus en détail

LES CORTICOÏDES INTERMITTENTS

LES CORTICOÏDES INTERMITTENTS ROUEN LIGUE MAGNUS LYON Division 1 LES CORTICOÏDES INTERMITTENTS SONT AUSSI EFFICACES QUE LES TRAITEMENTS AU LONG COURS CHEZ LE JEUNE ENFANT Christophe Marguet Pneumologie & Allergologie pédiatrique EA3830/CIC

Plus en détail

Sclérose en plaques Défaillances organiques et processus dégénératifs 2.7 S4. Mr le Docteur JOUVENT

Sclérose en plaques Défaillances organiques et processus dégénératifs 2.7 S4. Mr le Docteur JOUVENT Sclérose en plaques Défaillances organiques et processus dégénératifs 2.7 S4 Mr le Docteur JOUVENT Définition La sclérose en plaques (SEP) est une maladie inflammatoire du système nerveux central (SNC),

Plus en détail

Vaccination des enfants avec terrain particulier. Bouskraoui Mohammed Pédiatrie A - Hôpital Mère-Enfant

Vaccination des enfants avec terrain particulier. Bouskraoui Mohammed  Pédiatrie A - Hôpital Mère-Enfant Vaccination des enfants avec terrain particulier Bouskraoui Mohammed bouskraoui@yahoo.fr WWW.bouskraoui.net Pédiatrie A - Hôpital Mère-Enfant Vaccination des maladies chroniques Risque : morbidité et mortalité

Plus en détail

Quand proposer un traitement d entretien en cas de maladie de CROHN iléo - coecale? PR K. KRATI CHU MARRAKECH

Quand proposer un traitement d entretien en cas de maladie de CROHN iléo - coecale? PR K. KRATI CHU MARRAKECH Quand proposer un traitement d entretien en cas de maladie de CROHN iléo - coecale? PR K. KRATI CHU MARRAKECH INTRODUCTION! Evolution chronique sans tendance à l extinction avec le temps! Traitement suspensif!

Plus en détail

La vaccination zona : le point en 2014

La vaccination zona : le point en 2014 La vaccination zona : le point en 2014 Dr Christophe TRIVALLE christophe.trivalle@pbr.aphp.fr Actualités en Médecine Gériatrique 18 Juin 2014 Conflits d intérêts Varicelle Histoire naturelle du Zona Virus

Plus en détail

PRESENTATION ETUDE DOMINO. DESCATOIRE Pablo ( PH CHU Caen, INSERM U1075)

PRESENTATION ETUDE DOMINO. DESCATOIRE Pablo ( PH CHU Caen, INSERM U1075) PRESENTATION ETUDE DOMINO DESCATOIRE Pablo ( PH CHU Caen, INSERM U75) Que faire des traitements anticholinestérasiques des patients souffrant de maladie d Alzheimer aux stades modéré et sévère? Les continuer?

Plus en détail

DESCRIPTION DU MÉDICAMENT

DESCRIPTION DU MÉDICAMENT TOCTINO MC Eczéma OCTOBRE 2011 Marque de commerce : Toctino Dénomination commune : Alitrétinoïne Fabricant : Actelion Forme : Capsule Teneurs : 10 mg et 30 mg Avis de refus Aspects économique et pharmacoéconomique

Plus en détail

Introduction. Cours APEPPU Psoriasis. Clinique. Pathologie fréquente : 2 % population générale Cause inconnue Facteurs étiologiques

Introduction. Cours APEPPU Psoriasis. Clinique. Pathologie fréquente : 2 % population générale Cause inconnue Facteurs étiologiques Introduction Cours APEPPU Psoriasis Dr Cécile Perrigouard Dermatologie, Hôpital Civil de Strasbourg Pathologie fréquente : 2 % population générale Cause inconnue Facteurs étiologiques Médicamenteux Prédisposition

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 26 avril 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 26 avril 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 26 avril 2006 REMICADE 100 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion Boîte de 1 : Code CIP : 562 070.1 Laboratoires SCHERING PLOUGH Infliximab Liste I Médicament

Plus en détail

CHANGEMENT EN UN TEMPS SUIVI DE COHORTE SUR 157 CAS

CHANGEMENT EN UN TEMPS SUIVI DE COHORTE SUR 157 CAS INFECTIONS DE PROTHÈSE DE HANCHE CHANGEMENT EN UN TEMPS SUIVI DE COHORTE SUR 157 CAS V.Zeller, L.Lhotellier, S.Marmor, P. Leclerc, D. Biau, F. Ducroquet, N.Desplaces, P. Mamoudy Centre de Référence des

Plus en détail

Un de vos collègues vous interroge :

Un de vos collègues vous interroge : Un de vos collègues vous interroge : Sa patiente, Noémie, a 12 mois Aucun antécédent d allergie ou d atopie BCG à la naissance, DTCa-Polio-Hib + PNC-7 à 2,3,4 mois sans réaction particulière A l occasion

Plus en détail

Les Urgentistes devraient-ils utiliser la Procalcitonine?

Les Urgentistes devraient-ils utiliser la Procalcitonine? Les Urgentistes devraient-ils utiliser la Procalcitonine? Débat Pro-Con Yann-Erick Claessens Service d Urgences Adultes et Equipe Immunité Innée Hôpital Cochin, APHP, Université Paris Descartes, Inserm

Plus en détail

Vaccination d un patient porteur de maladie systémique

Vaccination d un patient porteur de maladie systémique Vaccination d un patient porteur de maladie systémique Thomas Hanslik Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines UFR Médicale Paris Ile-de-France Ouest Fédération de Médecine Interne, Hôpital Ambroise

Plus en détail