Introduction Logistique Commerce électronique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction Logistique Commerce électronique"

Transcription

1 Corrigé de la dissertation : Logistique et Commerce électronique Préambule : Je vous propose un corrigé très détaillé, qui constituera par la suite une fiche de synthèse sur ce thème. Il est bien évident que je suis incapable de traiter tout cela en 6 heures, mon propos était de vous donner un aperçu de ce qui se raconte sur le sujet en essayant de l intégrer dans une problématique et un plan. Vous trouverez à la fin de la partie I) plusieurs exemples assez détaillés de solutions logistiques utilisées par certains sites. Je n ai pas abordé, volontairement, les aspects théoriques traditionnels qui doivent figurer dans votre copie sur un tel thème, à savoir la théorie de l agence et la théorie des coûts de transaction. Vous trouverez, si vous ne les connaissez déjà, toutes les informations nécessaires sur le site Agol dans les fiches réalisées par mon éminent collègue Xavier Picard ou sinon dans un excellent petit ouvrage qu il conseille également : Les nouvelles théories de l entreprise de Coriat et Weinstein. Introduction On peut débuter l accroche par quelques chiffres montrant l impact grandissant d internet : Chiffres de l année 2003 (source médiamétrie) : 21.7 millions d internautes en France, 42.6% des français agés de plus de 11 ans, croissance de 21% en un an, nombre d acheteurs en ligne 8.3 millions, sites les plus visités Ebay, Kelkoo, Fnac, Voyages-SNCF, Amazon, Alapage, Cdiscount Quelques définitions : Logistique : Ensemble des activités ayant pour objet la mise en place au moindre coût d une quantité déterminée d un produit à l endroit et au moment où la demande existe. Commerce électronique : Ensemble des transactions commerciales utilisant exclusivement internet comme mode de commande. On distingue le commerce électronique à destination des particuliers : B2C = Business to Customer et le commerce électronique inter-entreprise : B2B = Business to Business. Afin de préciser quelles sont les relations entre les différents acteurs du commerce électronique, j aborderai en introduction les différentes stratégies et structures que l on observe dans l e-partenariat. (Source bibliographique : L expansion 2004, article intitulé : L e-partenariat séduit la nouvelle économie A-P De Man, M Stienstra, H.W Volberda) Caractéristiques de l e-partenariat : Le rôle grandissant de la connaissance et des actifs incorporels entraîne une tendance à s associer pour créer et échanger des savoirs. L incertitude de l e-business exige une gestion des partenariats en souplesse, l acent est mis sur le contrôle personnel et relationnel. Stratégies de l e-partenariat : Se réimplanter via l électronique = nouveau canal de distribution (FNAC.com). Expérimenter un modèle économique nouveau, par exemple aux Pays-Bas une agence d intérim a créé des joint-ventures avec des journaux possédant des bases de données de petites annonces dans le but de créer un site spécialisé dans les carrières professionnelles. Améliorer l efficacité de l approvisionnement = Digital Market Places et tout ce qui ressort du commerce collaboratif. Fournir des solutions complètes = combiner produits et services d une entreprise avec des offres complémentaires de la part des partenaires, par exemple aux USA les sites web de ventes d automobile proposent des financements, des contrats d assurance et d entretien via leurs partenaires. Remarque : On constate que l innovation radicale ne semble pas être le moteur principal de ces stratégies, il s agit plutôt d optimiser une activité existante. Structures de l e-partenariat : On constate deux dimensions principales : le contrat et la coentreprise (joint venture), la coentreprise représente 40% des formes de partenariat, les structures souples ont la préférence de acteurs. L e-distribution représente 50% des partenariats, composé de 2 entreprises, celle qui apporte les produits et celle qui apporte le site, il s agit d une relation contractuelle. Cela concerne surtout l entreprise traditionnelle qui désire créer un nouveau canal de distribution. Cette forme de partenariat est parfois combinée avec des alliances internet sous forme de contrats de joint ventures, exemple : Autobuytel est une joint venture impliquant plusieurs sociétés mères qui a

2 signé des contrats avec des compagnies d assurance et des concessionnaires afin qu ils puissent utiliser son site web. Parfois, l un des acteurs entre dans le capital de l autre de manière à pérenniser le contrat et de s assurer la convergence des objectifs des deux parties (exécution des commandes, respect des livraisons ). En effet quand les deux entreprises sont très dépendantes l une de l autre, si l une ne joue pas le jeu à fond, elle peut mettre en danger l autre (Cf théorie de l agence). Les alliances internet sont des joint ventures de 3 à 4 sociétés maximum auxquelles s associent des partenaires satellites pour la fourniture de nouveaux produits et services. Il s agit d une structure particulièrement bien adaptée quand il faut partir de 0, c est à dire développer la technologie, créer le marché, trouver les financements. Les réseaux se composent d un grand nombre de partenaires collaborant via internet sur la base de relations contractuelles. La plupart sont axés sur les relations au sein de la supply chain. Le développement de l e-partenariat soulève la question du rôle individuel de l entreprise dans son réseau : on parle d écosystème : o Il s agit d un réseau complexe de partenaires qui opèrent comme un tout interconnecté, assure une croissance mutuelle, crée des options futures et réserve des avantages au groupe entier (définition de T.M Siebel). o La gestion de portefeuille est l un des avantages de l écosystème car l entreprise puise dans son écosystème les capacités qui lui manquent, notamment dans le réseau de relations offert par chaque firme présente sur le portail. Les places de marché électroniques se composent d un grand nombre d acheteurs et de fournisseurs, sont créées sous forme de joint venture, bénéficient de la présence des leaders de l industrie. Leur objectif est la transparence du marché afin de faire baisser les coûts d approvisionnement, cette transparence facilite la comparaison des offres, l électronique fait baisser les coûts de paperasserie, accélère la communication et limite les mouvements de stocks au sein de la chaîne logistique. On observe donc une diminution des coûts de transaction. Ces places de marché électroniques acquièrent progressivement leur indépendance capitalistique, certains acteurs se retirant du capital pour ne conserver que des relations contractuelles. Tableau des combinaisons Stratégie-Structure des e-partenariats Réimplantation internet Expérimentation d un nouveau modèle Optimisation de l approvisionnement Fourniture de solutions complètes E-distribution X Réseau X X X Alliance internet X X Place de marché électronique X X L étude de cet article met en exergue la distinction des deux modèles aux motivations différentes, le Business to Customer d une part et le Business to Business d autre part, aussi j articulerai ma problématique et donc mon plan autour de ces deux formes de commerce électronique. Problématique : Quelles réponses logistiques apporter aux spécificités des deux types de commerce électronique? Plan : I) Face aux attentes des internautes, quelles solutions les entreprises opérant en B2C ont-elles apportées? A. Attentes des consommateurs en B2C. B. Une réponse logistique différente pour chacun des modèles d affaires. II) Quels sont les impacts logistiques du commerce électronique B2B? A. Les Objectifs des différents acteurs et les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre des e-projets. B. Une réponse évolutive : Du e-procurement à la communauté coopérative.

3 I) Face aux attentes des internautes, quelles solutions les entreprises opérant en B2C ont-elles apportées? La logistique est l une des composantes essentielles de la stratégie des sites marchands du B2C. La difficulté en logistique réside dans le caractère évolutif des solutions mises en place d une part et dans l importante volatilité des flux physiques d autre part, ce qui se traduit par une remise en cause fréquente des solutions choisies (2 à 3 fois tous les 2 ans). A) Attentes de l internaute B2C. 1) Pour l entreprise traditionnelle qui fait distribuer ses produits par des canaux classiques, le profil de la commande se modifie : en effet on passe de très nombreuses lignes de commandes par contenant logistique homogène à un faible nombre de lignes de commandes avec des demandes unitaires pour chaque ligne. Les infrastructures logistiques dédiées au réapprovisionnement des magasins ne sont pas envisageables pour la préparation de commande du commerce électronique. 2) Le client souhaite être livré à domicile. Les grands sites d hypermarché en ligne ont commencé à desservir les grandes villes. La problématique de la couverture du dernier kilomètre n est pas résolue, il faut intégrer des contraintes de volume et d heures de présence des clients, le tout à un coût faible. 3) Le client recherche des produits très adaptés à son besoin (il surfe d un site à l autre), il faut donc être capable d adapter les produits aux besoins de l internaute. Fabrication à la commande et différenciation retardée, on met à profit le temps de préparation de commande et d acheminement pour faire cette différenciation retardée au sein des unités logistiques, on parle alors «d industrialisation» de la fonction logistique. Exemple des sites de comparaison de prix : Attente du client : s il commande plusieurs produits, il s attend à une livraison groupée. Rôle de la logistique : dès la première référence réceptionnée en provenance d un fournisseur dans le site logistique de consolidation, on commence à préparer la commande du client et on attend les autres références pour compléter la commande. => il faut donc créer de vastes entrepôts car il y a beaucoup d encours de préparation de commande. Ce concept de consolidation sera d autant plus répandu que de nombreux produits supporteront mal le coût de distribution unitaire. => Il faut donc proposer au client des conditions tarifaires intéressantes s il accepte la livraison groupée, synonyme de délai d attente. 4) Le client a des attentes très fortes en matière de service, d autant plus qu il paye en donnant son numéro de carte bancaire. Sa principale attente est le respect du délai de livraison. Exemple des produits éditoriaux : livres, CD, DVD, l offre est très étendue, plus d un million de références en ligne, 70% des références = 80% du CA. Les entreprises luttent sur les délais, elles acquièrent des entrepôts, augmentent leurs stocks de manière à raccourcir les délais. 5) Le client génère des retours, la vente sur internet est du ressort de la vente à distance encadrée par la loi Scrivener (ex : délai de rétractation de 7 jours). Il faut donc mettre en place un circuit logistique de flux inverses. Ces attentes permettent de mieux cerner le cahier des charges que la logistique devra servir, l internaute a des spécificités, il est donc générateur de contraintes logistiques. 6) Le client veut faire des «affaires» sur internet, il s attend à des prix très compétitifs, aussi certains sites ont saisi cette opportunité pour développer un nouveau concept : Exemple des sites d achat groupé : ex clust.com ou letsbuyit (en faillite) Principe : les consommateurs, pour organiser leur puissance collective font confiance à des «infomédiaires» (C2B : consumer to business) et s organisent en communautés de consommateurs pour faire baisser les prix et développer les initiatives consommateurs. Les opportunités d achat sont fonction des quantités demandées, au delà d un certain seuil les sites négocient les produits demandés par appel d offres. Les membres des sites peuvent déposer leurs envies de produits nouveaux, des forums permettent d interagir pour définir les meilleurs fonctionnalités d un produit et élaborer un consensus, si la demande atteint un certain seuil et que le produit est réalisable, certains sites font fabriquer ce produit sous leur label ou en coordination avec un fabricant. Gros problème : la faisabilité logistique, en effet : o La disponibilité des produits auprès des fournisseurs est délicate à gérer car la consolidation des commandes peut prendre 1 à 2 semaines, d où, certains sites ont stockés à bas prix en grande quantité en anticipant les demandes => concept dévoyé.

4 o Les volumes concernés en France ou sur un pays donné sont faibles, on a donc pensé au rapprochement de sites européens, les sites mutualisent les demandes de toute l Europe afin de maximiser les volumes à traiter par le back-office. 2 écueils ont été observés : La demande n est pas similaire d un pays à l autre d une part et d autre part il y avait toute une logistique européenne à mettre en œuvre : des entrepôts centraux adapter les produits aux normes de chaque pays recourir à des prestataires ayant une couverture européenne. La solution logistique susceptible de soutenir les activités de ces sites les a fragilisés et a conduit nombre d entre eux au dépôt de bilan. Afin d étayer mon B) je vous propose la synthèse d un article paru dans la Revue Française de Gestion d avril 2003 et qui retrace bien les solutions mises en œuvre par les acteurs du B2C. B) Une réponse logistique différente pour chacun des modèles d affaires. Source bibliographique : RFG avril 03 article intitulé : Logistique et Modèles d affaires, auteurs : Mathieu Detchessahar Benoît Journé Emmanuel Kessous. Le but de l article est de comparer les variables clés de la chaîne logistique et les modèles d affaires des sites marchands. Les auteurs déterminent 3 ressources clés de la réussite d un site marchand : les ressources logistiques, commerciales et informationnelles. Le choix de la combinaison de ressources clés caractérise le modèle d affaire du site, mais traduit surtout une compétence mise en œuvre dans la chaîne logistique. 1) Identification des variables clés de la chaîne logistique. a) Ressources logistiques La question de la propriété du stock s avère fondamentale lors de l élaboration de la supply chain (système de circulation physique des produits et ensemble des flux d information associés), on distingue 3 modèles : Modèle 0 stock : l entreprise n est qu un simple relais entre le grossiste et le client final, elle n a pas de point de vente physique ni de stock. Modèle Cross-docking : ici le web-marchand gère une plate-forme logistique destinée à organiser les opérations de groupage / dégroupage. (La plate-forme est vide le matin et vide le soir, ne subsistent éventuellement que des stocks temporaires). Modèle avec stock : le cybermarchand possède l intégralité du stock (ou presque) et les structures logistiques associées (entrepôts). Souvent, il possède des magasins physiques avec lesquels il peut mutualiser les compétences, les coûts et les infrastructures de stockage. b) Ressources commerciales Le nombre de références proposées aux clients, il résulte de la politique commerciale mais surtout des contraintes logistiques. La politique de livraison, 2 aspects sont envisagés : o La largeur de l offre de livraison, qui va d un seul type de prestation à une multiplicité de prestations. o La tarification de la livraison, elle est souvent mal acceptée par le client, car la plupart du temps il réalise lui même cette opération lors de ses achats traditionnels, il évalue donc mal le coût réel de cette prestation. Par ailleurs, sa propension à payer est d autant plus faible si l un des atouts du site est la faiblesse des prix de vente. c) Ressources informationnelles L intégration informationnelle des différentes fonctions de l entreprise : elle a pour but d automatiser et de fluidifier le processus complet de la commande. L intégration informationnelle avec les partenaires : elle vise à automatiser, fiabiliser et fluidifier les échanges d information tout au long de la chaîne logistique (clients qui commandent via le net prestataires logistiques via EDI ou WEB Grossistes qui jouent un rôle de pivot intégrateur). On constate que s il existe un fort niveau d intégration, l indépendance stratégique des acteurs est faible (notamment en matière de négociation avec les fournisseurs).

5 d) Tableau de synthèse des trois ressources clés Ressources Pratiques Avantages Inconvénients Ressource logistique : Zéro stock Pas d immobilisation en capital, Stockage pas de risque d obsolescence Ressource commerciale : Nombre de références Ressource commerciale : Livraison Ressource informationnelle : Niveau d intégration Cross-docking Stockage Faible Elevé Tarification de la livraison Gratuité de la livraison Modalités multiples de livraison Modalité unique de livraison (pas de choix) Faible fort Minimisation du stock, maitrise de la qualité du service transport et des opérations techniques d adaptation finale du produit Parfaite maitrise des produits et de leur disponibilité, indépendance commerciale Simplicité logistique, peu de risque de rupture de stock, respect des délais de livraison Image de spécialiste, positionné comme interlocuteur unique Affirmer la valeur apportée au client par le service de livraison Argument commercial fort pour le client final (forte élasticité de la demande) Adaptation aux besoins du client, éducation du client Solution accessible aux petits sites Maintien de marges de négociation au coup par coup Industrialisation des échanges, rapidité, fiabilité, baisse des coûts. Redéploiement des ressources vers des tâches à forte VA Dépendance stratégique vis à vis des fournisseurs en particulier grossistes Maitrise des savoir-faire opérationnels liés à l exploitation d une plate-forme Coûts et risques financiers, complexification de la GRH Pas de positionnement en tant que partenaire global Complexité logistique, stock de rétention Solution mal acceptée par le client final Remise en cause de la viabilité économique du modèle Exploitation logistique complexe, partenariats multiples en livraison Manque de souplesse Peu de gains de productivité Perte de marges de négociation au coup par coup. Dépendance accrue. 2) Les trois modèles qui en découlent. a) Quelle logique de modèle d affaires. On constate deux logiques opposées : la logique industrielle et la logique marchande : Logique industrielle : la création de valeur repose sur la parfaite maîtrise et l industrialisation des processus de traitement de la commande en interne et en externe (processus formalisés et standardisés qui poussent à l automatisation). Logique marchande : la création de valeur repose sur l écoute et l adaptation aux demandes du client, ainsi que sur la négociation permanente avec les partenaires. Le mode de coordination est la concurrence, l instabilité qu elle génère permet de développer des opportunismes. Ses atouts : compétences de négociateur, indépendance stratégique pour choisir les partenaires et faire des «coups», cela nécessite donc une faible intégration informationnelle. Logique mixte : il s agit d un modèle industriel-flexible ou modèle de service : o Les traitements en back-office tendent à se rapprocher de ceux du monde industriel. o Le front-office est organisé pour répondre à une demande versatile. o Ces deux logiques antagonistes génèrent des tensions, mais ce modèle reste plus adaptable que le modèles industriel lorsque l environnement est instable. b) Caractéristiques des sites d inspiration industrielle : Absence de détention de stock (transféré sur un autre acteur). Le nombre de références n est pas discriminant, ce qui importe c est la rationalisation des flux, d où une forte intégration informationnelle. La politique de livraison est orientée vers la fiabilité et non l adaptabilité aux exigences des clients, la tarification de celle-ci sert à couvrir les coûts logistiques. Cette logique industrielle est peu présente en France, mais plus répandue aux USA (Microsoft, Amazon), car le marché américain est plus mâture, les différents acteurs de la chaîne logistique ont été intégrés de longue date, ils ont donc acquis une certaine maîtrise des processus. Le secteur de la logistique est plus moderne qu en France car il a été déréglementé bien avant.

6 La pérennité de ce modèle est lié au partage de la valeur entre tous les acteurs de la chaîne logistique, qui ont tous leur importance, la compétence appartient à la chaîne dans sa globalité. Exemple le marché des ventes d automobiles neuves aux USA : l enjeu est de faire évoluer une chaîne d approvisionnement orientée fournisseurs vers une chaîne centrée sur le client, d où une migration en 4 étapes : Etape 1 : Présence sur internet des sites constructeurs. Etape 2 : Le commerce électronique : possibilité de passer des commandes (USA). Etape 3 : Mise à disposition de données ciblées : les stocks et les commandes sont connus, on peut gérer les ruptures, les délais ; cette notion de disponibilité est étendue à l ensemble de la chaîne logistique et intègre les stocks en usine, en plate-forme, en transit. Ceci nécessite une forte interconnexion des systèmes, le but pour le constructeur est d échanger un maximum d informations récentes afin d aider les fournisseurs et les revendeurs à optimiser leur propre système. Etape 4 : Intégration sectorielle : La prise en compte des commandes personnalisées est automatisée, répercutée vers les fournisseurs, un «recompletement» se met en place permettant la production d un produit et d un service associé très personnalisé. Exemple : Ford et UPS se sont associés via une équipe projet dans le but de réduire les délais de 15 à 9 jours. Cela s est réalisé grâce à la mise en commun d informations relatives au plan de production, aux carnets de commandes, l optimisation étant recherchée via l utilisation combinée de plusieurs moyens de transport. c) Caractéristiques des sites d inspiration marchande (par exemple les sites en ligne de vente de produits informatiques) : Il n y a pas de stock car ces sites n ont pas de structure logistique ni de surface financière pour financer les stocks. Par ailleurs, le faible volume des ventes entraîne une obsolescence rapide du stock. Le volume des ventes est faible car ces sites ne sont pas les partenaires privilégiés des fournisseurs du fait de leur faible intégration informationnelle. Il existe peu de références, ces sites se contentent des produits vedettes. d) Caractéristiques des sites inspirés par le modèle de service (ex Fnac) : La création de valeur repose sur l adaptation aux besoins du client, la maîtrise du stock est indispensable car elle est le garant d un bon niveau de service. Ces sites utilisent des entrepôts de stockage de masse ou bien des plate-formes de cross-docking. Ces sites conservent un large portefeuille de fournisseurs afin de pouvoir négocier les prix, d où une faible intégration informationnelle vis à vis des fournisseurs. Le coût de la livraison est souvent gratuit si le client va chercher le produit chez un dépositaire. Tableau de synthèse des 3 modèles Modèle industriel Modèle de service Modèle marchand Principes Principes Principes Détention du stock Non Flux tendus, Oui Diversité de l offre Faible «coup» Nombre de Faible Rationalisation Fort Co-construction de Moyen Faible marge références Politique de Pas de Mutualisation des achats Choix interne ou la relation de service Choix externe Structure légère Coordination par livraison Tarification des choix Oui Coordination par les standards externe Selon qualité de Produit complexe Oui négociable les prix Produit sans livraisons Intégration informationnelle forte Produits standardisés service Moyenne non «qualité» 3) Quelques exemples de solutions utilisées par les sites B2C : Les sites web offrent une surface de référencement beaucoup plus large que les points de vente traditionnels, du coup «3 suisses» doit écouler ses invendus textiles dans son réseau de boutiques discount Excedence. La problématique principale des logisticiens de la Vente à distance relève des délais d acheminement, d autant plus délicate que la VAD fonctionne structurellement sur des cycles longs (les articles textiles sont fabriqués en Chine longtemps à l avance). L éditeur de logiciel Generix a conçu un logiciel de transmission et de suivi des informations (fait le lien entre le vendeur, les fournisseurs et les transporteurs). Ce logiciel est utilisé par Cdiscount depuis l été 2004 pour rationaliser ses entrepôts.

7 Fnac.com bénéficie de sa propre centrale d achat et de ses propres structures logistiques à Aubervilliers. Mais pour garantir un délai de livraison homogène et rapide, l approvisionnement en produits culturels de Fnac.com repose sur l exploitation de 3 canaux : la Société des Livres Français, certains magasins Fnac à Paris et les fournisseurs. En effet Fnac.com a voulu un stock limité références pour 1 million d articles à la vente autres produits sont stockés à la SLF, dans les magasins Fnac parisiens ou les entrepôts du groupe, qui peuvent être mobilisés suffisamment rapidement pour permettre une livraison dans les 24 heures. Les autres produits (les moins demandés) restent en stock chez les fournisseurs et nécessitent donc un délai de livraison plus long, mais ce délai est annoncé à l internaute dès sa commande, ce qui évite les mécontentements. Kiala gagne le pari du «point relais» La livraison aux particuliers par des transporteurs privés constitue l une des pierres d achoppement de la vente à distance. Kiala a donc proposé aux vépécistes, e-commerçants et autres sociétés de télé-achat une solution alternative moins couteuse que le «48 heures chrono à domicile» : la livraison dans un point relais. Ces initiatives existent déjà aux USA, au Japon ou en Europe, mais Kiala s est inspiré du modèle développé il y a 10 ans par La Redoute et les 3 Suisses en France et en Belgique, pour contrer les grèves postales à l époque : Le réseau constitué de points relais captait 50% des acheteurs par téléphone, 25% des internautes, et une part un peu moindre d épistolaristes. Kiala a développé une plate-forme technologique : un ERP propriétaire dédié à la gestion des points de livraison. Il a lancé en france un partenariat commercial sur 15 ans avec Mondial Relay (société de transport filiale du groupe 3 Suisses) qui dispose d un réseau de points relais, rebaptisés points relais Kiala au fur et à mesure qu ils adoptent le système de gestion des flux d informations. Depuis, Quelle, Damart, Yves Rocher, Camif, alapage.com, rueducommerce.com ont rejoint le portefeuille de clients de Kiala. (Seul La Redoute continue d exploiter en solo son réseau de points relais). Remarque : Kiala compte dans son capital Xange Capital (société de capital risque lancée en avril 2003 par La Poste) et LogiSpring (TNT post group), soit deux des trois plus gros opérateurs logistiques européens. Kiala gère un réseau de points relais en France, Belgique, Pays-Bas et Luxembourg. Prochaines terres de conquête : l Allemagne (mais la Bundespost est très compétitive), la Grande Bretagne (vierge de tout réseau) et l Espagne (demandeuse). Cette dimension paneuropéenne est liée à la taille des investissements nécessaires et trop lourds à supporter par un seul marché local. La répercussion tarifaire de cette mutualisation est un argument commercial non négligeable pour les vépécistes et e-commerçants, qui s en réfèrent à un seul interlocuteur quelque soit le pays de destination. Comment Alapage livre ses commandes en temps et en heure? Alapage s est dotée d une plate-forme d expédition sur mesure pour réduire à 0 les risques d erreurs dans le traitement de ses commandes et garantir ses délais. Alapage est un site e-commerce appartenant à la division e-merchant de Wanadoo. Début en 1988, vente à distance de livres par minitel, rachetée en 1999 par France Télécom. Située en région parisienne la plate-forme d approvisionnement et d expédition peut traiter commandes par jour. A Noël, l expédition quotidienne a atteint commandes. La zone de stockage accueille références sur les 3.5 millions proposées par le site (car il présente aussi les catalogues de ses fournisseurs). La gestion de l entrepôt est informatisée : chaque rayon, chaque casier, chaque produit comporte une adresse de localisation identifiable par lecteur code-barres. Les produits sont prélevés en picking et, dès leur sortie de rayon, bipés au moyen d une douchette. Le système transmet les informations au serveur d Alapage qui gère ainsi ses stocks en temps réel. Les différentes étapes : 1) L approvisionnement : 200 commandes fournisseurs sont livrées chaque jour, les colis sont déposés en début de chaîne et immédiatement traités (soient stockés en rayon soient expédiés directement au client). En effet, le site est connecté via EDI aux catalogues de ses fournisseurs, ainsi, à son arrivée dans l entrepôt, la marchandise destinée à une expédition immédiate (pas de consolidation de commande) comporte un identifiant relatif à l achat effectué par l internaute et peut donc être expédiée vers la zone d expédition. 2) La préparation des commandes : Tapis roulants, bacs, peseuses et code-barres assurent la productivité du système : chaque poste de travail comporte un lecteur de code-barres, une étiqueteuse et 8 bacs (car 8 secteurs

8 dans l entrepôt). La lecture du code-barres génère l affichage de tous les éléments relatifs à la commande et à son stade d avancement tout en alimentant en temps réel le système d information d Alapage. 3) Circulation des flux physiques : il existe 2 circuits, l un pour la zone de stockage, l autre pour la zone de triage en cas de commande par l internaute. Chaque article est placé dans un bac et bipé par l opérateur qui en valide ainsi l arrivée. Une fois le bac rempli, celui-ci passe au scanner pour signaler au serveur son départ sur la chaîne ou seront constitués les lots. 4) Consolidation des commandes : il s agit de regrouper les articles d une même commande. Les articles prélevés du bac sont bipés puis placés dans des alvéoles (nouveau bip), chaque alvéole (casier) est équipée d un témoin qui doit être éteint par l opérateur une fois la consolidation terminée, le serveur en est ainsi informé et génère automatiquement la facture qui sera ajoutée au panier. 5) L emballage des articles : de l autre coté de l étagère alvéolaire, les commandes consolidées sont prélevées pour être emballées, une étiquette d identification est appliquée sur le colis qui part vers le pesage. La peseuse envoie les informations au serveur d Alapage qui identifie l article et transmet en retour les données relatives au clients, une nouvelle étiquette est alors appliquée sur le colis (cette double vérification permet le 0 faute). 6) L enlèvement du colis : les commandes sont stockées dans des containers où elles seront récupérées par le personnel de la Poste qui effectue 2 à 3 prélèvement quotidiens en période creuse, 1 prélèvement par heure en période de pointe (Noël) Il existe une chaîne de traitement express plus rapide et entièrement automatisée qui sert exclusivement au traitement des commandes unitaires, on évite l étape inutile de consolidation, ce qui permet de raccourcir les délais. Cette chaîne peut traiter jusqu à commandes par heure. Conclusion de la partie I : De nombreux sites ont choisi un modèle en fonction de leurs compétences ou de leur histoire, par exemple un distributeur traditionnel (FNAC) qui ouvre un nouveau canal, ou bien un spécialiste du B2B (modèle industriel) qui s ouvre au B2C car il possède déjà une forte intégration informationnelle. Les business models des sites B2C commencent à se stabiliser, une prise de recul est possible sur les conséquences logistiques de leur montée en régime ou de leur effondrement. Ainsi les modèles logistiques supportant les activités e-business en B2C se révèlent être stockistes et réclament des solutions logistiques sophistiquées tant en matière d entreposage pour gérer les commandes en suspens qu en matière de transport pour résoudre la problématique du dernier kilomètre. Pour les sites B2B, la grande diversité de concepts qui sous-tend leurs business models nécessite une clarification et nous verrons ensuite comment ces transformations impactent les dimensions fonctionnelles de la supply chain. II) Quels sont les impacts logistiques du commerce électronique B2B? Quelques définitions avant de débuter : En anglais : DMP = digital market place = e-hub = site B2B sur le web dont au moins une composante est commerciale. En Français on l a traduit par Place de Marché ou Communauté ou encore PFEE = Plate-forme d échange électronique. A) Les Objectifs des différents acteurs et les solutions apportées. 1) Le rapprochement entre acteurs concurrents vise deux objectifs principaux : Recréer une place de marché au sens propre du terme (1 seul lieu de rencontre entre offreurs et demandeurs). Ce qui permet : o de dynamiser les ventes en utilisant le web comme nouveau canal de distribution, o un accès à de nouveaux produits, o une rationalisation de certaines opérations (gain de temps et baisse des coûts des tâches administratives) Rechercher d autres types de valeurs que la dimension commerciale, résultant des liens coopératifs instaurés, liés à la complexité technologique des solutions à mettre en œuvre (par ex : la codification produit standardisée). On parle de «communauté» car ceci entraîne : o Un changement des règles du jeu : nouveau partenariat contournement des distributeurs achats groupés. o Un renforcement de la position concurrentielle face à des acteurs diffus dans la filière. o Une différenciation et une diversification à seul ou à plusieurs (nouveaux services, nouveaux volumes).

9 Exemples de rapprochements : o Industrie lourde : Arbed, Corus, Thyssenkrupp et Usinor ont créés des sites marchands dans le domaine de l acier (vente : stell24-7.com, achat : buyformetals). o Distribution : Carrefour, Sears, Sainsbury, Metro, Target et Coles Meyer = GlobalNetXchange, site regroupant quelques fournisseurs dans le monde entier. o Distribution : WorldWideRetailExchange qui compte notamment Auchanet Casino. o Pneumatique : Goodyear, Pirelli, Michelin et Sumitomo se sont regroupés pour lancer un site commun. 2) Logiques originelles de fonctionnement des sites marchands B2B a) Modèle dominant : Buy-side model, tourné vers les approvisionnements (concept de e-procurement). Ce modèle est focalisé sur la recherche de baisse des coûts d achat. L entreprise propose par exemple à ses fournisseurs d apporter des réponses à l expression des besoins de ses collaborateurs : mise en ligne de leurs catalogues sur le site de l entreprise Réponses à des appels d offres Mise aux enchères Mise à disposition de capacités de production temporairement disponibles Echanges (consultation en ligne sur cahier des charges, l acheteur et le vendeur gagnent en profitant de coûts de transaction plus faibles) Forces et faiblesses des sites de catalogues : Avantages : ce type de place électronique permet la fusion de multiples catalogues de fournisseurs dans un catalogue unique ouvert aux acheteurs de l entreprise. Inconvénients : Mise en place d une architecture informatique complexe pour relier l entreprise à ses fournisseurs Les fournisseurs de petite taille risquent de ne pas s associer au projet. En réponse à ces inconvénients, les fournisseurs de solutions technologiques buy-side ont donc proposé euxmêmes la mise en place et l exploitation de sites mutualisés. Par exemple PurchasingCenter.com propose ce type de solution mutuelle, cela évite la multiplication de solutions parcellaires difficilement agrégables par la suite. Autre réponse : la naissance de digital market places multi-fournisseurs et multi-clients. Ces solutions s enrichissent par un traitement élargi de la commande de type workflow (ex : besoin de consommables => autorisation de commande => traitement de la commande). Un exemple de place de marché en B2B : Transora Il s agit d une coentreprise créée en tant qu organisation indépendante par plusieurs firmes du secteur des biens de consommation, ses fondateurs et initiateurs sont les 50 plus gros fabricants de biens de consommation au monde. Quelques noms : Cadbury, Coca, Colgate, Danone, Kodak, Heinz, Heineken, Mars, Nestlé, Pepsi, Procter et Gamble, Unilever Ces grandes marques assurent à la plate-forme fréquentation et liquidité. Son objectif est d assurer une plus grande efficacité de l approvisionnement. Le site propose des enchères en ligne, une gestion des commandes en ligne, une planification collaborative, des prévisions, des services financiers. Cette plate-forme est accessible à toute entreprise, quelque soit le produit qu elle fournit. Transora peut également se connecter à d autres plate-forme, notamment celles des détaillants spécialisés. Transora tend à s écarter du modèle purement contractuel pour s orienter vers l échange de connaissances, la conception de produits et la planification en commun. b) Modèle annexe = sell-side model, tourné vers les ventes. Focalisé sur la baisse du coût des ventes en automatisant la prise de commande et la gestion de son traitement (sites de ventes en ligne). Il s agit de sites horizontaux s ils impliquent un certain nombre de secteurs d activités, et de sites verticaux s ils sont dédiés à une même filière. B) Une réponse évolutive : Du e-procurement à la communauté coopérative. 2) Du site marchand à la communauté coopérative. a) Le site marchand va évoluer vers un autre modèle dont le seul critère n est plus l optimisation du prix. Sur le site B2B vont se greffer des natures d activités collaboratives très différentes : L introduction de nouveau produits = e-design chain management (e-dcm), Le pilotage de la supply chain = e-supply chain management (e-scm), Le management de la relation client = e-customer relationship management (e-crm). Le but est de créer de nouvelles valeurs client, on remplace les anciennes (Prix Qualité Marque) par des nouvelles (Temps Contenant (produit)).

10 La dimension de valeurs faite aux clients doit s orienter vers la dimension contenu : les fonctionnalités et services attachés au produit, c est à dire le raccourcissement et le respect du Time to Market (Apport du produit au bon moment sur le marché de manière continue). La mise en œuvre de communautés d achat / vente présente l échelon le plus aisé à déployer, les process étant relativement simples à formaliser. Ces communautés permettent d opérer le rassemblement des acteurs sur une «place» à partir de laquelle d autres projets plus complexes et transformant encore plus radicalement les filières peuvent être déployés. L échelon communautés d achat / vente permet la diffusion de la technologie et des supports et leur appropriation par les acteurs. Une fois cet échelon franchi, trois autres s offrent, dont la conquête est ressentie comme plus complexe en raison de la nature même des domaines touchés et des processus concernés. Les approches proposées par ces Digital Functional Platforms (sous-ensembles fonctionnels des Digital Market Places) sont les suivantes : Création d un lien fort et robuste vis à vis du client en mettant la pression sur le cycle de développement produit. Atteinte d un degré bien meilleur d interaction avec le client. Recherche des opportunités de combinaison adéquates avec d autres produits et services b) Ceci nécessite un travail sur la chaîne logistique car les outils de son pilotage ont buté sur de nombreuses difficultés structurelles ; certains problèmes classiques subsistent : Visibilité globale inexistante sur l ensemble des maillons de la chaîne. Inertie trop grande des acteurs (pas de réactivité des systèmes). Manque de synchronisation des plannings des différents acteurs. Faible intégration de la supply chain et de la design chain. Ce travail collaboratif butait sur l hétérogénéité des systèmes d information et des supports d échanges, les réductions de stocks évoquées sont de l ordre de 30 à 50 %. Exemple : Dell met à la disposition des ses fournisseurs les éléments de gestion de sa demande (prévisions, portefeuille de commandes), en retour les fournisseurs mettent sur le web site leurs plannings d assemblage et de livraison. c) Travail sur la composante design chain management. Le but est de créer de la valeur en améliorant le processus d innovation, cela passe par des échanges plus intenses, une gestion interactive des plannings, une gestion commune des bases de données. Cela doit permettre un développement en temps réel de nouveaux produits et le respect de la date de mise sur le marché. Exemples de domaines où ces avancées sont réelles : Aéronautique, Automobile, Micro-informatique d) Travail sur la composante customer relationship management. Il s agit d améliorer la gestion de la relation client en ligne, par exemple : si le catalogue est commun à l ensemble de ceux qui le consultent, la dimension tarifaire doit pouvoir s adapter à la spécificité du client concerné. e) On peut envisager des sites (places de commerce) qui offriront des services logistiques intégrés aux professionnels : Gestion des facturations des transports. Saisie des opportunités en matière de fret. Meilleure intégration des transports dans les plannings logistiques. Avant, les opérations logistiques étaient largement internalisées chez le client, qui ne faisait appel qu à des tractionnaires (simple exécutant de tâches élémentaires). Lors d une seconde étape, le client faisait appel à des prestataires logistiques (third party logistics). Puis ces prestataires logistiques ont pris en charge des opérations logistiques complexes associant souvent des tâches d entreposage et de transport avec des obligations de résultat en matière de service. La dernière étape consiste en l arrivée d ensembliers logistiques, les E-SC (ensembliers de la supply chain), qui pourront être des entreprises sans immobilisations importantes dans le domaine logistique autre que les systèmes d information ; Ils piloteront pour le compte de clients les opérations logistiques grâce à une intégration des systèmes d information via le net. Par exemple, Hays Logistics a annoncé en 2000 la création avec I2 Technologies d une plate-forme logistique pour le commerce électronique, on peut y voir une recomposition du secteur de la prestation logistique, cette plate-forme du e-commerce pilote via un portail e-commerce sur le web les différents acteurs (Clients, entreposeurs, transporteurs, chargeurs ).

11 Conclusion : Nous avons bien vu que dans le domaine du B2C la logique marchande était essentielle, ne serait-ce que dans la saisie des opportunités de marché que propose internet. Toutefois, les sites marchands se sont vite rendus compte que leur viabilité était subordonnée à un choix de solutions logistiques complexes et coûteuses (stockage et livraison). Dans le domaine du B2B il en va autrement, la logique qui a présidé à la fondation de ces sites est basée sur l optimisation de l approvisionnement, puis par la suite nous sommes passés à une mutualisation des compétences et des ressources de manière à créer une communauté achat / vente composée de concurrents, de fournisseurs, de prestataires logistiques ou informatiques, et de clients. Si dans le domaine du B2C, les premières étapes passées par la nouvelle économie ont laissé dire qu il ne suffisait pas d être leader et que c était souvent les plus rapides qui étaient à même de surpasser les plus lents, dans le domaine du B2B, tout laisse à penser que ce sont les entreprises leaders qui joueront un rôle majeur dans le développement des solutions, mais ils ne le feront pas seuls.

secteur logistique «Focus» divers ( bâtiments de plus de 10 000 m² )

secteur logistique «Focus» divers ( bâtiments de plus de 10 000 m² ) secteur logistique «Focus» divers ( bâtiments de plus de 10 000 m² ) 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 TERMES ANGLAIS APS (Advanced Planning and Scheduling

Plus en détail

E-commerce B2B en France : un secteur méconnu mais au fort potentiel de croissance

E-commerce B2B en France : un secteur méconnu mais au fort potentiel de croissance Bureau de Paris 18, boulevard Montmartre 75009 Paris Tel : (33) 1 42 77 76 17 Internet : www.sia-partners.com Paris Lyon Bruxelles Amsterdam Roma Milano Casablanca Dubaï New-York E-commerce B2B en France

Plus en détail

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12 Table des matières Avant-propos 3 Introduction 1. L entreprise et l environnement financier...5 2. Le concept traditionnel...6 2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2.

Plus en détail

Des colis sur mesure et une productivité dix fois supérieure à un traitement manuel

Des colis sur mesure et une productivité dix fois supérieure à un traitement manuel Système de colisage automatique Des colis sur mesure et une productivité dix fois supérieure à un traitement manuel Suivez-nous sur Un procédé unique pour emballer vos commandes Un colis sur mesure et

Plus en détail

Advanced Parts. Améliorez votre gestion des pièces détachées pour fournir à vos clients les pièces adéquates dans les meilleurs délais

Advanced Parts. Améliorez votre gestion des pièces détachées pour fournir à vos clients les pièces adéquates dans les meilleurs délais Parts Améliorez votre gestion des pièces détachées pour fournir à vos clients les pièces adéquates dans les meilleurs délais Avec CDK Global, le développement de vos activités liées aux pièces détachées

Plus en détail

COMMENT EXTERNALISER SA e-logistique?

COMMENT EXTERNALISER SA e-logistique? COMMENT EXTERNALISER SA e-logistique? Lorraine La logistique, maillon essentiel du e-commerce, a un impact direct sur la satisfaction du client. Néanmoins, face à l accumulation des commandes, nombre d

Plus en détail

Gestion commerciale. Une réponse fonctionnelle quel que soit votre secteur d activité

Gestion commerciale. Une réponse fonctionnelle quel que soit votre secteur d activité Gestion commerciale La rentabilité d une entreprise passe par l augmentation du chiffre d affaires et la maîtrise des coûts de gestion. Avec Sage 100 Gestion Commerciale, vous contrôlez votre activité

Plus en détail

Utiliser Internet pour les achats

Utiliser Internet pour les achats L évolution de la fonction achats, ces dernières années, s est encore accélérée sous l impulsion d Internet. La conjonction d éléments différents, tels la reconnaissance de l importance économique des

Plus en détail

Table des matières. Partie I Concevoir le commerce électronique 7. Liste des études de cas Introduction 1 Les auteurs 5

Table des matières. Partie I Concevoir le commerce électronique 7. Liste des études de cas Introduction 1 Les auteurs 5 Table des matières Liste des études de cas Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9 1. Chiffres-clés et tendances

Plus en détail

FORUM D ÉTÉ. E-commerce : une logistique à part L importance du système d information

FORUM D ÉTÉ. E-commerce : une logistique à part L importance du système d information André Benayoun Jean-Pierre Gautier FORUM D ÉTÉ MARDI 6 JUILLET 2010 E-commerce : une logistique à part L importance du système d information L4 Epsilon : Fiche d identité Inventeur et éditeur de L4 Epsilon

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

La gestion des flux d information : EDI

La gestion des flux d information : EDI La gestion des flux d information : EDI Introduction EDI (définition, composants, types et domaines d application) Les enjeux de l EDI La mise en œuvre de l EDI Conclusion Introduction Tâches Création

Plus en détail

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains!

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains! Sage CRM Précision et efficacité à portée de mains! La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME Alliant l innovation pragmatique, la souplesse d utilisation et l efficacité Living Your

Plus en détail

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique IBM Global Services Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique Supply Chain Management Services Supply Chain Mananagement Services Votre entreprise peut-elle s adapter au

Plus en détail

Didier Taormina Christophe Piard

Didier Taormina Christophe Piard COMMENT AU QUOTIDIEN LA E-LOGISTIQUE RENFORCE LE LIEN CHARGEUR E-COMMERCANT/LOGISTICIEN PRÉPARATEUR/TRANSPORTEUR LIVREUR? DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE INDUSTRIELLE Didier Taormina Christophe Piard Sommaire

Plus en détail

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS REMARQUES PRÉLIMINAIRES Ces questions ont un double objectif. D'une part, mieux cerner les tenants et aboutissants de votre projet

Plus en détail

Le Concept Dynamics Nav. B.I.Conseil

Le Concept Dynamics Nav. B.I.Conseil Développement Croissance Développement Productivité Investissement Environnement Ouverture B.I.Conseil Nous sommes Microsoft Business Solutions Partner, ce qui nous permet de travailler en étroite collaboration

Plus en détail

II L APPROCHE PEDAGOGIQUE EN 2nde PRO LOGISTIQUE ET TRANSPORT. 1 Mon téléphone portable

II L APPROCHE PEDAGOGIQUE EN 2nde PRO LOGISTIQUE ET TRANSPORT. 1 Mon téléphone portable I PRESENTATION DES THEORIES 1 La chaîne logistique traditionnelle 2 Supply chain 3 Supply chain in reverse logistics La gestion globale de la chaîne logistique dans la logistique inversée (verte) II L

Plus en détail

GROUPE BARID AL MAGHRIB. Barid eshop

GROUPE BARID AL MAGHRIB. Barid eshop GROUPE BARID AL MAGHRIB Barid eshop GROUPE BARID AL MAGHRIB Barid Al Maghrib: Quelques chiffres Clés: Chiffre d affaires: 1,4 MM DH Collaborateurs: 8000 Nombre d agences 1800 Flotte: ~ 600 véhicules GROUPE

Plus en détail

VENDRE EN LIGNE SUR UNE PLACE DE MARCHE

VENDRE EN LIGNE SUR UNE PLACE DE MARCHE Les places de marché sur Internet (ou «marketplaces») existent depuis le début des années 1990. Le développement du e-commerce a néanmoins créé un nouveau modèle de place de marché au début des années

Plus en détail

1. Chiffres clés et tendances du commerce électronique 11

1. Chiffres clés et tendances du commerce électronique 11 Liste des études de cas Liste des tableaux et des figures XI XII Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9

Plus en détail

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Présentation de la solution SAP s SAP pour les PME SAP Business One Cloud Objectifs Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Favorisez une croissance rentable simplement et à moindre

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

EDI et commerce électronique

EDI et commerce électronique EDI et commerce électronique Table des matières 1. L Echange des Données Informatisées «EDI»... 2 1.1 La naissance du Besoin à L'EDI... 2 1.2 L objectif de L EDI... 2 1.3 Définition de L EDI... 2 1.4 Mise

Plus en détail

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Liste des études de cas XI Liste des tableaux et des figures XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

Sage CRM. Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises

Sage CRM. Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises Sage CRM Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises La clé de votre succès. Sage CRM, en tant que solution CRM primée, livre aux petites et moyennes entreprises dans le

Plus en détail

distributeur des solutions Sage ERP X3 Solution de gestion intégrée simple, rapide et économique, Sage ERP X3 est votre nouvel allié.

distributeur des solutions Sage ERP X3 Solution de gestion intégrée simple, rapide et économique, Sage ERP X3 est votre nouvel allié. distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Sage ERP X3 Solution de gestion intégrée simple, rapide et économique, Sage ERP X3 est votre nouvel allié. Sage ERP X3, anticipation et pilotage Sage ERP X3 est

Plus en détail

Quels sont les leviers et freins de l e-businessl en Belgique et en Wallonie?

Quels sont les leviers et freins de l e-businessl en Belgique et en Wallonie? Quels sont les leviers et freins de l e-businessl en Belgique et en Wallonie? André Delacharlerie Responsable de l Observatoire des TIC ad@awt.be e-business, fini de jouer? 26.04.2007-1 Au cœur c de l

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains!

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains! Sage CRM Précision et efficacité à portée de mains! La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME Alliant l innovation pragmatique, la souplesse d utilisation et l efficacité Le CRM Simplicité

Plus en détail

Le CPFR. (Collaborative Planning Forecasting and Replenishment)

Le CPFR. (Collaborative Planning Forecasting and Replenishment) Le CPFR (Collaborative Planning Forecasting and Replenishment) «Redéfinir les rôles et compétences pour réussir la collaboration Supply Chain entre Industriels et Distributeurs» Viviane MARC Directrice

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Mars 2009. Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels

Livre Blanc Oracle Mars 2009. Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels Livre Blanc Oracle Mars 2009 Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels Introduction Pour relancer l économie, le gouvernement des États-Unis, l Union Européenne et la Chine ont développé

Plus en détail

2 Le choix. d une solutiontransport

2 Le choix. d une solutiontransport 2 Le choix d une solutiontransport 1. Première étape : définir les solutions possibles 21 1.1. Le parcours 21 1.1.1. Concernant le lieu de départ (l usine ou l entrepôt dans le cas de l export) 21 1.1.2.

Plus en détail

www.breizhconsulting.fr Centre de formation digital et communication : www. Komelya.fr

www.breizhconsulting.fr Centre de formation digital et communication : www. Komelya.fr «Comment bien choisir sa plateforme e-commerce» Merci de mettre votre portable en mode silencieux Mais vous pouvez twitter C est au programme - Les solutions open source - Les plateformes en mode SAAS

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

Dématérialisation fiscale des factures

Dématérialisation fiscale des factures White White paper paper Dématérialisation fiscale des factures Sommaire 2 4 5 Parlons des bénéfices Les 10 principaux bénéfices de la dématérialisation des factures vus par les utilisateurs Comment évaluer

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

Proposition de prix ferme. Réservation immédiate. Réponse instantanée.

Proposition de prix ferme. Réservation immédiate. Réponse instantanée. Proposition de prix ferme. Réservation immédiate. Réponse instantanée. SEND 208.5 Traitez vos ordres de transport aérien, import et export, plus rapidement que jamais. Obtenir une cotation, confirmer une

Plus en détail

SPÉCIAL INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET MÉDICALE DEVENEZ UN PRO DE LA GESTION DES COMMANDES CLIENTS

SPÉCIAL INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET MÉDICALE DEVENEZ UN PRO DE LA GESTION DES COMMANDES CLIENTS SPÉCIAL INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET MÉDICALE DEVENEZ UN PRO DE LA GESTION DES COMMANDES CLIENTS SOMMAIRE A qui s adresse ce kit?...3 Introduction sur le traitement des commandes...4 Challenges...5 Solution

Plus en détail

e-business, fini de jouer?

e-business, fini de jouer? e-business, fini de jouer? André Delacharlerie Hélène Raimond ad@awt.be & hr@awt.be e-business, fini de jouer? - 29.03.2006-1 I. Petit tour des concepts e-business, fini de jouer? - 29.03.2006-2 les télécoms

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

Systèmes d information

Systèmes d information EEP s Systèmes d information Echanges de Données Informatisés Bertrand Cuissart 1 1 Département GLT, IUT d Alençon, Université de Caen. 7 janvier 2007 Internet EEP nouvelles contraintes nouveaux outils

Plus en détail

Vendre sur Internet et organiser la livraison des produits

Vendre sur Internet et organiser la livraison des produits Vendre sur Internet et organiser la livraison des produits Les différentes stratégies pour vendre en ligne Les plateformes e-commerce Le site marchand Le blog boutique Les spécificités du ecommerce sur

Plus en détail

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE.

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. Jacques Picard School of Business Administration, Netanya Academic College École des Sciences de la Gestion, Université du Québec à Montréal I Introduction.

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Centre Multimodal de Distribution Urbaine Logistique Urbaine et système d information

Centre Multimodal de Distribution Urbaine Logistique Urbaine et système d information Centre Multimodal de Distribution Urbaine Logistique Urbaine et système d information Jean-Charles DECONNINCK Président de Generix Group 19 Septembre 2014 Generix Group Qui Éditeur de solutions applicatives

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 09 : CC : Cloud Computing Sommaire Introduction... 2 Définition... 2 Les différentes

Plus en détail

Système d'information Page 1 / 7

Système d'information Page 1 / 7 Système d'information Page 1 / 7 Sommaire 1 Définition... 1 2 Fonctions du système d information... 4 2.1 Recueil de l information... 4 2.2 Mémorisation de l information... 4 2.3 Traitement de l information...

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Sia Conseil. Les Drive : situation et perspectives. Avril 2012. Votre contact

Sia Conseil. Les Drive : situation et perspectives. Avril 2012. Votre contact Bureau de Paris 18, boulevard Montmartre 75009 Paris Tel : (33) 1 42 77 76 17 Internet : www.sia-conseil.com Paris Bruxelles Amsterdam Roma Milano Casablanca Dubaï Sia Conseil Avril 2012 Votre contact

Plus en détail

TRADE. Yourcegid Trade Y2

TRADE. Yourcegid Trade Y2 TRADE Yourcegid Trade Y2 1800 Clients négociants plus de + de 10 langues + de 40 pays plus de 200 DE collaborateurs et experts Un réseau performant : 200 PRès de Distributeurs certifiés Parce que votre

Plus en détail

Distribuez une information fiable. IBM InfoSphere Master Data Management Server 9.0. Des données fiables pour de meilleurs résultats

Distribuez une information fiable. IBM InfoSphere Master Data Management Server 9.0. Des données fiables pour de meilleurs résultats IBM InfoSphere Master Data Management Server 9.0 Des données fiables pour de meilleurs résultats Les entreprises génèrent et collectent chaque jour une multitude de données : informations sur les comptes,

Plus en détail

La carte d achat, c est quoi ça?

La carte d achat, c est quoi ça? La, c est quoi ça? C est un outil mis à disposition des structures publiques et privées qui modifie et simplifie l acte d approvisionnement : C est une carte bancaire nominative et sécurisée qui permet

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

La partie production + vente est principalement concernée par l optimisation et la rationalisation des transports qui représentent l enjeu principal

La partie production + vente est principalement concernée par l optimisation et la rationalisation des transports qui représentent l enjeu principal Chapitre 9 LA FONCTION SUPPLY CHAIN 9.1 Les bases du plan de performance Supply chain et Logistique La Direction de la Supply chain est née récemment des nouveaux enjeux internes liés à l évolution du

Plus en détail

ZetesChronos Visibilité totale de votre processus de livraison

ZetesChronos Visibilité totale de votre processus de livraison ZetesChronos Visibilité totale de votre processus de livraison WWW.ZETES.COM ALWAYS A GOOD ID Donnez une nouvelle dimension à vos services de preuve de livraison Que vous soyez une entreprise de transport

Plus en détail

OBJECTIFS DE CERTIFICATION

OBJECTIFS DE CERTIFICATION OBJECTIFS DE CERTIFICATION DESCRIPTION DE LA REFERENCE PARTAGEE ASSISTANT COMMERCIAL IMPORT EXPORT EN TERMES D UNITES COMMUNES D ACQUIS D APPRENTISSAGE Tableau descriptif des unités d acquis d apprentissage

Plus en détail

TAUX DE TRANSFORMATION

TAUX DE TRANSFORMATION Table des matières 1 Le choix des produits...2 2 La politique tarifaire...4 Introduction Afin de convertir efficacement vos visiteurs en acheteurs, il faut veiller à ne jamais les décevoir. La cause première

Plus en détail

Quels axes de progrès pour l interconnexion des acteurs du transport?

Quels axes de progrès pour l interconnexion des acteurs du transport? Quels axes de progrès pour l interconnexion des acteurs du transport? Supply Chain Event 18 Novembre 2015 Stéphane CREN Responsable Offre & Innovation Nicolas RECAPET Manager activité Supply Chain GS1

Plus en détail

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui Management de la chaîne logistique Professeur Mohamed Reghioui M.Reghioui - 2012 1 Informations générales sur le module Intervenants: Mohamed Reghioui(m.reghioui@gmail.com) Informations générales Répartition

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Contribution du Système d informationd à la valeur de l entreprisel

Contribution du Système d informationd à la valeur de l entreprisel Contribution du Système d informationd à la valeur de l entreprisel Etude de cas : Déploiement d un ERP dans une entreprise internationale Malika Mir-Silber : Microsoft Pierre-Laurent Dugré : Adgil www.adgil.net

Plus en détail

Bonjour, Matthieu, pouvez-vous nous expliquer le concept de Nuukik?

Bonjour, Matthieu, pouvez-vous nous expliquer le concept de Nuukik? Bonjour, Matthieu, pouvez-vous nous expliquer le concept de Nuukik? Nuukik est un moteur de recommandation de produit aidant les e-commerçants à dynamiser et personnaliser leur offre commerciale afin de

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

Brochure BX MRO. Solutions pour SAP Business One

Brochure BX MRO. Solutions pour SAP Business One Brochure BX MRO Solutions pour SAP Business One La Maintenance, Réparation & Révision pour SAP Business One L association de SAP Business One et de Variatec BX MRO (Maintenance, Repair & Overhaul) transforme

Plus en détail

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Contexte À mesure que la concurrence devient plus mondiale, l innovation passe du niveau entreprise-à-entreprise

Plus en détail

Les PGI. A l origine, un progiciel était un logiciel adapté aux besoins d un client.

Les PGI. A l origine, un progiciel était un logiciel adapté aux besoins d un client. Les PGI Les Progiciels de Gestion Intégrés sont devenus en quelques années une des pierres angulaire du SI de l organisation. Le Système d Information (SI) est composé de 3 domaines : - Organisationnel

Plus en détail

Nous faisons plus que gérer vos commandes!

Nous faisons plus que gérer vos commandes! Dans le secteur de la vente de meubles par Internet, la croissance nationale et internationale est forte et offre des perspectives de progression des chiffres de vente. Vous aussi, allez chercher la croissance

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

Ensemble mobilisons nos énergies

Ensemble mobilisons nos énergies Ensemble mobilisons nos énergies «Lancé en Juin 2005, SIRIUS est désormais un projet au cœur de notre entreprise, au service des ambitions et des objectifs qui s inscrivent dans le cadre de notre stratégie

Plus en détail

Notre histoire. Logistique Grimonprez. devient Log S. Ouverture d un Hub de tri colis

Notre histoire. Logistique Grimonprez. devient Log S. Ouverture d un Hub de tri colis www.log-s.eu Notre histoire Logistique Grimonprez devient Log S Ouverture d un Hub de tri colis Ouverture d un port fluvial privé Acquisition de SIMEP leader de l emballage bois pour l industrie Forte

Plus en détail

L IMPACT DU E-COMMERCE SUR LA LOGISTIQUE. Réunion du 25 Janvier 2011- Document de travail

L IMPACT DU E-COMMERCE SUR LA LOGISTIQUE. Réunion du 25 Janvier 2011- Document de travail COMMISSION SUPPLY CHAIN AGILE L IMPACT DU E-COMMERCE SUR LA LOGISTIQUE Réunion du 25 Janvier 2011- Document de travail Présentation Commission Supply Chain Agile = adaptation permanente de la Supply Chain

Plus en détail

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1 JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE Jaspersoft et le paysage analytique 1 Ce texte est un résumé du Livre Blanc complet. N hésitez pas à vous inscrire sur Jaspersoft (http://www.jaspersoft.com/fr/analyticslandscape-jaspersoft)

Plus en détail

Une solution PLM efficace pour les entreprises de taille moyenne : Personnalisée, agile et souple

Une solution PLM efficace pour les entreprises de taille moyenne : Personnalisée, agile et souple cenitspin Une solution PLM efficace pour les entreprises de taille moyenne : Personnalisée, agile et souple CONFIGURE YOUR PLM STANDARD www.cenit.com/fr/cenitspin Tout à portée de main grâce au PLM Desktop.

Plus en détail

SOMMAIRE. I. CARTOGRAPHIE DE LA SUPPLY CHAIN. p. 2. II. PERFORMANCES LOGISTIQUES.. p. 6. III. AUDIT DES «FORCES ET FAIBLESSES»... p.

SOMMAIRE. I. CARTOGRAPHIE DE LA SUPPLY CHAIN. p. 2. II. PERFORMANCES LOGISTIQUES.. p. 6. III. AUDIT DES «FORCES ET FAIBLESSES»... p. CFR & CGL Consulting Carnet de bord Supply Chain Avec le concours de SOMMAIRE I. CARTOGRAPHIE DE LA SUPPLY CHAIN. p. 2 II. PERFORMANCES LOGISTIQUES.. p. 6 III. AUDIT DES «FORCES ET FAIBLESSES»... p. 7

Plus en détail

Le e-business. Simple canal de vente ou véritable opportunité de conquête de nouveaux marchés?

Le e-business. Simple canal de vente ou véritable opportunité de conquête de nouveaux marchés? Le e-business Simple canal de vente ou véritable opportunité de conquête de nouveaux marchés? Philippe Delaide Spécialiste e-business Les Spécialistes du Cabinet TOPS Consult est une Direction Développement

Plus en détail

«moteur» de la chaîne logistique

«moteur» de la chaîne logistique Le transport, «moteur» de la chaîne logistique Pascal Devernay Chef de Service Logistique Industrielle, RENAULT S il est vrai que la logistique doit être globale et intégrée, il est non moins vrai que

Plus en détail

Club Supply Chain et distribution

Club Supply Chain et distribution Club Supply Chain et distribution Fabrice Lajugie de la Renaudie Association des diplômés de Reims Management School 91 rue de Miromesnil 75008 Paris http://www.rms-network.com Sommaire Constats 3 composantes

Plus en détail

Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES

Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES Parce que votre entreprise est unique, parce que vos besoins sont propres à votre

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

LILLE 2002. Le e-commerce : comment l entreprise maîtrise-t-elle les risques logistiques de cette nouvelle forme de commerce?

LILLE 2002. Le e-commerce : comment l entreprise maîtrise-t-elle les risques logistiques de cette nouvelle forme de commerce? LILLE 2002 Le e-commerce : comment l entreprise maîtrise-t-elle les risques logistiques de cette nouvelle forme de commerce? LES PARTICIPANTS Anne DEUTSCH Direction technique SIACI Richard MEKOUAR Senior

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Étendez votre champ d activités et améliorez la gouvernance avec SAP Content Management

Étendez votre champ d activités et améliorez la gouvernance avec SAP Content Management Présentation de la solution SAP SAP Content Management for by OpenText Objectifs Étendez votre champ d activités et améliorez la gouvernance avec SAP Content Management Assurez la conformité du contenu

Plus en détail

Transformez votre supply chain en atout compétitif

Transformez votre supply chain en atout compétitif Industrie Transformez votre supply chain en atout compétitif Votre marque est unique, votre supply chain aussi Quand il s agit de stratégie supply chain, chaque industriel est unique. Chaque organisation

Plus en détail

Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr.

Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. Document mis à disposition par : www.marketing-etudiant.fr Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. En conséquence croisez vos sources

Plus en détail

Advanced Parts. Améliorez votre gestion des pièces détachées pour fournir à vos clients les pièces adéquates dans les meilleurs délais

Advanced Parts. Améliorez votre gestion des pièces détachées pour fournir à vos clients les pièces adéquates dans les meilleurs délais Parts Améliorez votre gestion des pièces détachées pour fournir à vos clients les pièces adéquates dans les meilleurs délais Avec CDK Global, le développement de vos activités liées aux pièces détachées

Plus en détail

Solutions Transport et. Logistique. Conception Réalisation Pilotage Accompagnement

Solutions Transport et. Logistique. Conception Réalisation Pilotage Accompagnement Conception Réalisation Pilotage Accompagnement Des Solutions Transport et Logistique en France, en Europe et à l International Le contrat de filière Transport et Logistique, initié et soutenu par la Région

Plus en détail

David von Ow. Directeur. ElectroLAN SA

David von Ow. Directeur. ElectroLAN SA CLIENTS INDUSTRIELS David von Ow Directeur ElectroLAN SA La concurrence globale nous place chaque jour devant de nouveaux défis. Seul celui qui sait se concentrer sur son métier de base réussit à faire

Plus en détail

Parfum & Beauté. La voie de l excellence entre vous et vos clients

Parfum & Beauté. La voie de l excellence entre vous et vos clients Parfum & Beauté La voie de l excellence entre vous et vos clients Excellence logistique, un atout de luxe Les points de contacts, réels et virtuels, avec le consommateur reflètent l originalité et la sophistication

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

Associer la puissance des nouvelles technologies tout en préservant l environnement

Associer la puissance des nouvelles technologies tout en préservant l environnement gestco Associer la puissance des nouvelles technologies tout en préservant l environnement A ERP SaaS A propos... GESTCO : Progiciel de gestion d activités en ligne Avantages : - Faciliter la gestion et

Plus en détail

Dossier de presse. E-R-Plus, progiciel de gestion pour la menuiserie métallique. Contacts Presse

Dossier de presse. E-R-Plus, progiciel de gestion pour la menuiserie métallique. Contacts Presse Dossier de presse E-R-Plus, progiciel de gestion pour la menuiserie métallique Septembre 2009 Contacts Presse Emmanuel ROHMER-SADOUN Tél : +33 (0)3 88 68 09 63 emmanuel@excellens.fr 2 Excellens, présentation

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

E-COMMERCE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 22/05/2015 1

E-COMMERCE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 22/05/2015 1 E-COMMERCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU E-COMMERCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU E-COMMERCE... 4 L'ACTIVITÉ DU E-COMMERCE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DU E-COMMERCE... 9 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 11 1 LE MARCHÉ

Plus en détail

La démarche d intelligence économique

La démarche d intelligence économique PROGRAMME D APPUI AU COMMERCE ET À L INTÉGRATION RÉGIONALE Un programme financé par l Union européenne RENFORCEMENT DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET INTELLIGENCE ECONOMIQUE MARINA SAUZET CONSULTANTE

Plus en détail