SANTÉ PRÉVOYANCE RETRAITE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SANTÉ PRÉVOYANCE RETRAITE"

Transcription

1 SANTÉ PRÉVOYANCE RETRAITE UNE PROTECTION SOCIALE À RECONQUÉRIR QUELLE PLACE POUR L ENTREPRISE? L INFORMATION SOCIALE AUTREMENT Colloque du 4 novembre 2013 organisé par MIROIR SOCIAL en partenariat avec MGEFI (groupe Istya) et SMI (groupe Covéa)

2 VERS UN DEUXIÈME ÉTAGE OBLIGATOIRE DE COMPLÉMENTAIRE DE SANTÉ Daniel BENAMOUZIG Daniel Benamouzig, chercheur en sociologie au CNRS-Sciences Po et coordinateur du rapport de Terra Nova «Réinventons notre système de santé» voit dans le volet santé de la loi du 14 juin sur la sécurisation de l emploi une première étape vers un deuxième étage obligatoire de complémentaire de santé «plus juste, moins coûteux et plus efficace». MIROIR SOCIAL Quel est votre point de vue sur cette généralisation de la couverture complémentaire de santé pour les salariés? L article 1 de la loi sur la sécurisation de l emploi généralisant la complémentaire de santé dans les entreprises s inscrit dans la généralisation de la complémentaire à tous les Français à l horizon 2017, comme l a annoncé le Président de la République. Pour l heure, seuls les salariés sont concernés. Quand ce sera l ensemble de la population, se posera la question de la complémentaire obligatoire, principe que nous défendons à Terra Nova parce qu il est plus juste et sans doute plus efficace. Il convient aussi de noter que la loi va prévoit un panier d assurance minimale qui vient s ajouter à d autres contrats minimaux existants : celui de la CMU-C ou du régime d Alsace-Moselle. Cette diversité appelle une mise en cohérence de ces dispositifs qui devrait aboutir à la définition d un panier minimum pour tous. Cela va dans le sens de l instauration d un deuxième étage obligatoire. Pour l instant, les choses se sont faites dans le désordre. 2

3 VERS UN DEUXIÈME ÉTAGE OBLIGATOIRE DE COMPLÉMENTAIRE DE SANTÉ MIROIR SOCIAL Pourquoi défendez-vous l idée d une complémentaire de santé obligatoire? En pratique, le caractère facultatif est trompeur. Le paiement d une complémentaire est un prélèvement largement contraint pour les ménages. Compte tenu du désengagement de la Sécurité sociale, les complémentaires sont devenues indispensables, chacun le reconnaît. C est d ailleurs la raison pour laquelle on veut les généraliser. Or, la pluralité des complémentaires est inégalitaire alors que les Français jugent les inégalités de santé inacceptables. D une part, seuls les plus aisés peuvent s offrir de bonnes couvertures. D autre part, les contrats collectifs en entreprise, qui sont à la fois les plus avantageux et plus subventionnés par l État, bénéficient à ceux qui disposent d un emploi stable, relativement bien rémunéré. Les droits aux remboursements sont très différents suivant les situations et les plus modestes sont pénalisés. On constate même que les offreurs de soins (médecins spécialistes, opticiens...) adaptent leurs tarifs à ceux que remboursent les bonnes mutuelles, excluant de fait ceux qui ont des contrats bas de gamme. C est pourquoi nous sommes convaincus que c est seulement en instaurant une complémentaire obligatoire, soit une obligation de s assurer ouvrant droit à un panier de biens défini et identique pour tous, que l on peut établir plus d équité dans l accès aux soins. MIROIR SOCIAL À quoi ressemblerait ce deuxième étage obligatoire que vous préconisez? Nous travaillons sur le scénario d un deuxième étage obligatoire confiée aux complémentaires (sociétés d assurances, mutuelles, institutions de prévoyance) qui gèreraient alors un service public d assurance sous surveillance de l État. Il y aurait un transfert des contributions des employeurs sur ce niveau. Les complémentaires devraient par ailleurs s impliquer dans le développement et la gestion des réseaux de soins. Le troisième étage sera celui des couvertures facultatives. Il est bien entendu que les complémentaires en place au deuxième étage ne pourront pas proposer ce troisième étage. 3 Daniel BENAMOUZIG

4 MGEFI ET SMI : DEUX MUTUELLES DIFFÉRENTES MAIS LE SENS COMMUN D UNE SOLIDARITÉ EN DANGER Serge BRICHET Président Bertrand DA ROS Directeur général MGEFI et SMI : deux mutuelles différentes mais le sens commun d une solidarité en danger La MGEFI, mutuelle à laquelle adhèrent librement près de 90 % des fonctionnaires actifs et retraités des ministères économique et financier, et SMI, une mutuelle qui gère les contrats collectifs obligatoires de entreprises étaient les deux partenaires du colloque organisé par Miroir Social, le 4 novembre dernier. Deux mutuelles aux modèles différents mais qui convergent sur la place que doit conserver la solidarité dans les dispositifs de couverture de santé. Comment vont évoluer les solidarités entre les âges, entre les niveaux de revenus, entre les catégories familiales et entre les catégories professionnelles de la couverture de santé? Vaste question sur laquelle Serge Brichet, président de la MGEFI, et Bertrand Da Ros, directeur général de SMI, ont eu l occasion de rebondir. «D une certaine façon, nous présentons les caractéristiques de mutualisation d un régime obligatoire. Les cotisations des retraités n explosent pas et les conditions d adhésion sont aménagées pour les jeunes adhérents pendant les deux ou trois premières années. Ce sont finalement les ans qui payent à la fois pour les jeunes et les retraités alors qu ils consomment le moins de prestations. C est naturellement cette tranche d âge qui est la plus exposée à la concurrence. Or, c est sur elle / 4

5 MGEFI ET SMI : DEUX MUTUELLES DIFFÉRENTES MAIS LE SENS COMMUN D UNE SOLIDARITÉ EN DANGER Bertrand DA ROS que repose la cohésion sociale que l État doit contribuer à assurer par un renforcement de la compensation des transferts solidaires», a ainsi lancé Serge Brichet qui rappelle que l État ne compense que partiellement l effort de solidarité intergénérationnel de la mutuelle, alors que la concurrence se fait de plus en plus aiguisée. «La solidarité intergénérationnelle peut aussi se penser en faveur des jeunes qui se trouvent dans les situations les plus précaires», ajoute Serge Brichet qui concède que la solidarité est plus facile à mettre en place dans des contrats collectifs obligatoires, comme ceux que gèrent SMI. Un équilibre collectif fragile En effet, pas de cotisation en fonction de l âge, plus de distinction entre cadres et non-cadres et des cotisations quasi exclusivement forfaitaires. Pour Bertrand da Ros, «nous ne prenons pas en compte le niveau de salaire car la contribution de l employeur, qui est en moyenne de plus de 50 %, assure le socle de solidarité nécessaire qui intègre la dimension familiale sans que les célibataires aient l impression de payer pour les autres. Mais cet équilibre est fragile et le sera d autant plus si le niveau de couverture moyen est revu à la baisse». Les décrets d application de la loi du 14 juin 2013 généralisant la complémentaire de santé dans les entreprises devraient en effet fixer un plancher et un plafond resserré sur le panier de soin du futur éligible à une fiscalité allégée. «C est la porte ouverte au développement d options facultatives individuelles sur la base des contrats collectifs que nous considérons comme une dérive. À la fois parce que ces options sont des sources de déséquilibre du contrat obligatoire et parce seuls les salariés qui en ont les moyens peuvent se les offrir», ajoute Bertrand Da Ros. Paradoxalement, la généralisation de la complémentaire de santé à tous les salariés du secteur privé pourrait se traduire par un nivellement par le bas pour les salariés dont les conjoints et les enfants deviendront des options et sans que rien ne soit fait pour atténuer la hausse exponentielle des cotisations au moment du passage à la retraite. À loi Evin de 1989, qui limite la majoration de cotisation à + 50 % à niveau de couverture identique au moment du passage à la retraite, s avère totalement déconnectée de la réalité du terrain. Chez SMI par exemple, seuls 20 % des ex-salariés choisissent de maintenir leurs garanties quand ils passent à la retraite. Trop cher pour le retraité qui ne bénéficie plus de la contribution de l employeur et économique non rentable pour la mutuelle au regard du plancher fixé sur la majoration. Alors que l État concède 2 milliards d euros d exonérations de charges sociales pour généraliser la complémentaire de santé dans le privé, la somme des transferts de solidarité, octroyée dans le cadre des référencements des opérateurs de santé dans la fonction publique d État est de l ordre de 80 millions d euros. On est loin des milliards que l État employeur devrait mettre sur la table pour mettre en place un régime obligatoire pour ses fonctionnaires. 5 Serge BRICHET

6 ENTRE SOLIDARITÉ ET INDIVIDUALISME MONTANT, QUELS LEVIERS POUR NÉGOCIER DANS LES ENTREPRISES ET DANS LES BRANCHES? Denis FALCIMAGNE Bruno SERIZAY Philippe PIHET Brigitte JUMEL Serge LAVAGNA Laurent RABATÉ Patrick POIZAT Serge DE LEU Si la plupart des différents protagonistes invités à débattre reconnaissent la place de la protection sociale complémentaire dans la rémunération globale des salariés, les leviers de négociation possibles dans les branches et les entreprises devraient se rétrécir. Secteur public et secteur privé, mêmes défis quant à la place de la couverture santé? pas tout à fait. «La mutuelle complémentaire fonctionne ici sur la base d une adhésion volontaire (1)», souligne Brigitte Jumel, secrétaire générale de l Union des Fédérations CFDT des fonctions publiques et assimilés. C est bien pour cela que cette fédération demande la mise en place d une complémentaire santé obligatoire pour tous les fonctionnaires. «C est avant tout l occasion de dresser un état des lieux de la protection sociale des fonctionnaires. C est avant tout une question d équité que l Etat se donne les moyens de contribuer directement à la prise en charge des frais de santé de ses agents», considère Brigitte Jumel. Dans le secteur privé, c est un avantage social valorisé comme un élément de rémunération. «La protection sociale complémentaire est devenu un élément important du dialogue social», confirme Laurent Rabaté, directeur de la protection sociale de l UIMM où 80 % des salariés sont couverts en complémentaire santé. 6

7 ENTRE SOLIDARITÉ ET INDIVIDUALISME MONTANT, QUELS LEVIERS POUR NÉGOCIER DANS LES ENTREPRISES ET DANS LES BRANCHES? Laurent RABATÉ Serge DE LEU Brigitte JUMEL Gel des négociations à venir dans les branches «Mais demain, qu en sera-t-il?», s inquiète Laurent Rabaté. L accumulation à l œuvre de couches législatives s apparente, selon lui, à une étatisation par petits bouts improvisés. Pour les contrats responsables, le texte de la loi de Finance pour la Sécu prévoit qu il y aura un socle et un plafond. «Par décret, l État va définir un plancher et un plafond : si le premier est très proche du second, il n y a plus grande marge d autonomie. De ce fait, le scénario des mois à venir est celui d un risque qui va peser sur la cohésion sociale en entreprise.» Les branches qui avaient déjà un accord vont probablement le garder. À l inverse, - c est le cas de la métallurgie -, les autres n auront plus intérêt à chercher un accord. Elles vont tout geler et nous risquons d assister à un recul qualitatif. Vers un recul... des avancées sociales? À mi-débat, réaction dans la salle. «Difficile de parler de négociations sans évoquer la capacité que l on donne aux entreprises pour redévelopper la compétitivité en s appuyant sur le dialogue social interne», lance Eric Verhaeghe, président de Parménide, cabinet de conseil en ingénierie sociale. «D accord pour la compétitivité, rétorque Philippe Pihet, secrétaire confédéral FO, mais pas sans rappeler que CICE et crédit impôt réunis cumulent 20 milliards d aide ; avec les allégements de charges patronales, nous arrivons à 32 milliards. Alors si la mondialisation revient à faire du dumping social, c est non.» Pour Serge De Leu, de la Fédération des organismes sociaux CGT, il ne s agit en aucun cas de faire une opposition entre compétitivité et solidarité : «les entreprises les plus avancées socialement étaient aussi les plus compétitives». Quid alors de la baisse du pouvoir d achat des salariés, avec l augmentation du reste à charge, la partie non pris en charge par l assurance maladie obligatoire (2). Philippe Pihet de FO reprécise que cette part a été décidé collectivement d être mutualisée. «Comme le cadre budgétaire Du coté des représentants syndicaux, la pédagogie s annonce difficile en pleine tendance baissière des garanties... reste à charge, collectif ou individuel, ne fait pas partie des actuel est contraint par le traité de Maastricht, tout ce qui «La protection sociale va encore plus se retrouver sous la fameux 3 % de déficit. Attitude prévisible des DRH dans les pression des adhérents, pronostique Serge Lavagna, secrétaire national CFE-CGC. Des adhérents pour qui la meil- propose 10 euros et qu il y a désormais 2 euros de fisca- prochains mois : faire du TTC. Traduction : si l employeur leure offre sera souvent celle avec le forfait le plus avantageux pour les lunettes». Pour Patrick Poizat, secrétaire quence inéluctable de cette pression sur les prix, une mise lisation, le panier descendra alors à 8 euros. Autre consé- général adjoint confédéral CFTC, la nécessité de bien faire à l écart de la famille pour Serge De Leu de la CGT : celle-ci comprendre l enjeu de la mutualisation au niveau de l entreprise n est pas toujours facile. Mais il temporise : «il y a fragilisées par ce phénomène : «jusqu ici, les employeurs va devenir une option. Et les familles nombreuses seront un égoïsme de circonstance, qui provoque parfois un rejet du niveau de cotisation, explique-t-il. Au délégué syn- participation à la mutuelle car cela coûtait moins cher ont pourtant toujours été d accord pour augmenter leur dical de démontrer le rôle important de la mutualisation que du salaire direct. Désormais, nous allons devoir (re) et de l effet de solidarité, à condition de rester dans une négocier - entreprise par entreprise des éléments qui démarche collective.» étaient déjà acquis!» 7

8 ENTRE SOLIDARITÉ ET INDIVIDUALISME MONTANT, QUELS LEVIERS POUR NÉGOCIER DANS LES ENTREPRISES ET DANS LES BRANCHES? Denis FALCIMAGNE Bruno SERIZAY Alors, négocier, oui mais jusqu où? «D accord pour accepter une cotisation proportionnelle au salaire, explique Denis Falcimagne, d Entreprise & Personnel et ancien responsable des avantages sociaux de Thales. Mais des accords signés avec des cotisations jusqu à la tranche C [ndr : entre 4 et 8 fois le plafond de la Sécu], ça me paraît un peu aberrant. Quatre fois le plafond, c est déjà élevé. Avec un minimum de salaire et un maximum, c est l expression d une véritable solidarité, les cadres étant automatiquement des gros contributeurs.» Celui-ci pointe aussi la double peine infligée à la population cadre : cotisation et impôt qui augmentent. Constat sévère de Bruno Serizay, avocat associé du cabinet Capstan, qui voit arriver depuis le milieu des années 2000 la fin du processus de suppression des exonérations fiscales aujourd hui... et probablement demain, des exonérations sociales. «Quel intérêt auront les entreprises désormais à s investir dans ce dossier? Aucun, tranche-t-il! Les salariés les plus nantis pourront toujours s offrir des offres dits du 3 e pilier, celui des contrats souscrits à titre individuel, dans le cadre d options.» À noter que l article 1 de la loi du 14 juin 2013 circonscrit la généralisation de la complémentaire santé aux seuls salariés. Cela signifie bien que la famille devient une option. Les nombreux enjeux de la retraite La retraite supplémentaire offre-t-elle des perspectives engageantes pour les différents protagonistes? «Il y a de la place pour la montée en puissance de régimes de ce type, souligne Laurent Rabaté de l IUMM (lire interview en page 10). D autant que la retraite supplémentaire reste faible en France, de l ordre de 3 à 4 % des flux totaux de retraite.» La fédération patronale souhaite toutefois un développement modéré de cet étage. Des exonérations fiscales et sociales ont été mises en place pour inciter les employeurs à fabriquer de la retraite supplémentaire, rappelle Bruno Serizay du cabinet Capstan. «Ces régimes vont disparaître au motif - ubuesque - qu ils sont considérés comme des avantages octroyés à des populations réduites au sein des entreprises! Est-il légitime qu un revenu de retraite soit assujetti socialement et fiscalement à l entrée et à la sortie, c est-à-dire quand il est reçu sous forme de rente? Cela revient à faire payer au salarié en activité de l impôt ou des taxes sur des sommes qu il ne perçoit pas.» La solution, selon lui : assujettir aux charges de sécurité sociale et soumettre à l impôt sur le revenu cette rémunération différée uniquement au moment de son versement. 8 Philippe PIHET

9 ENTRE SOLIDARITÉ ET INDIVIDUALISME MONTANT, QUELS LEVIERS POUR NÉGOCIER DANS LES ENTREPRISES ET DANS LES BRANCHES? Serge LAVAGNA Laurent POIZAT Preuve que ce sujet a quand même mûri depuis vingt ans, il n est une grossièreté ni pour FO, ni pour la CGT. Préalable pour FO : que cela ne devienne pas un système global et obligatoire. Et Serge De Leu, de la CGT, se plaît à rappeler le contexte social : le taux de remplacement tombe facilement à % pour certains cadres moyens. Et en même temps, au cours d une carrière, le salaire n est plus la réponse essentielle. Si le cégétiste n est pas opposée à un système d épargne via l entreprise - même si les régimes de type article 83 [contrats de retraite dits à cotisations définies] ne sont pas parfaits -, hors de question en tout cas d être confronté à une double peine. Patrick Poizat de la CFTC s en tient d abord à la retraite complémentaire sur une durée qui sécurise tous les futurs retraités. A moins qu un accord local soit vraiment égalitaire. Et d évoquer celui signé à la Société Générale avec 1,3 milliard d euros gérés aujourd hui et qui avait fixé à l origine un niveau de cotisations assez élevé. Mais il remonte à Dans la Fonction publique, certains dossiers risquent encore de patiner. La Préfon, épargne-retraite facultative des fonctionnaires, a été ouverte en 1964 car le calcul de la retraite ne prenait pas en compte la partie indemnitaire, rappelle Brigitte Jumel de la fédération CFDT. En augmentation, elle se situe autour de % aujourd hui. Ces systèmes, facultatifs, ont été mis en place pour éviter qu une partie importante de la rémunération des agents échappe au calcul de la pension. Et chaque fois que les organisations syndicales du public ont abordé la question de l intéressement collectif, du PERCO... elles se sont heurtées à la question de l abondement de l état-employeur. La CFDT s alarme surtout des personnels devenus agents sur le tard. «Les poly-pensionnés sont très pénalisés pour la retraite, explique-t-elle, car ils prennent de plein fouet les 25 meilleures années et le peu de temps passé dans la Fonction publique pour construire une carrière.» Les régimes à prestations définies ne semblent plus adaptés à l heure où la mobilité est de plus en plus forte. «Il faut sécuriser le salarié sur ses acquis en matière de retraite, et aussi quand il doit participer au financement de sa retraite supplémentaire», résume Denis Falcimagne. Les salariés veulent aujourd hui des augmentations de salaire. Leur message : ne négociez pas un régime supplémentaire pour toutes les catégories de personnel car cela risque de minorer les possibilités d augmentation. «En matière d épargne, le problème de financement peut être réglé notamment par des périphériques au salaire (participation, intéressement, abondement, etc.) qui distribueront une rente ou un capital exonéré, ajoute-t-il. Mais ces dispositifs, qui ont pourtant près de 50 ans, bénéficient encore essentiellement aux plus grandes entreprises. D où l idée assez partagée, d inscrire les régimes supplémentaires dans la durée et de les rendre portables, afin qu ils puissent perdurer même lorsque l on change d entreprise.» (1) À noter que les mutuelles de fonctionnaires gèrent à la fois la protection complémentaire et les prestations du régime obligatoire d assurance maladie. (2) Toutefois, dans l optique, du fait de l intervention accrue des complémentaires, le reste à charge moyen supporté par les ménages a sensiblement diminué entre 2006 et 2011 (Source : Rapport de la Cour des comptes 2013). Serge DE LEU9

10 ENTRE SOLIDARITÉ ET INDIVIDUALISME MONTANT, QUELS LEVIERS POUR NÉGOCIER DANS LES ENTREPRISES ET DANS LES BRANCHES? Portabilité de la complémentaire santé version ANI : le prix à payer de la solidarité Laurent RABATÉ Directeur protection sociale de l UIMM Mini interview Miroir Social «Nous défendons l idée de la réaffectation d une part de la prévoyance vers l épargne retraite» Constatant que les fonds de la prévoyance en entreprise sont largement excédentaires, l UIMM (Union des Industries et Métiers de la Métallurgie) défend l idée d affecter par exemple la moitié de la cotisation employeur pour les cadres de 1,5 %, soit 0,75 %, à l épargne retraite collective. Comment voyez-vous les choses? Miroir Social À compter du 1 er juin 2014, la portabilité de la complémentaire santé pour les salariés licenciés va passer de 9 à 12 mois et sera mutualisée. Ce qui veut dire qu elle sera gratuite pendant la première année de chômage. La cause semble juste. Pourtant, la mutualisation va avoir quelques incidences qui inquiètent sérieusement certains acteurs. Tout d abord, elle va peser sur les tarifs des contrats collectifs. L ensemble des opérateurs (institutions de prévoyance, assurances, mutuelles) a déjà prévu d intégrer une hausse de 3 % à 4 % dans leurs prix pour tenir compte de la portabilité, c est-à-dire de licenciements éventuels dans les entreprises qu ils ont dans leurs portefeuilles. «Cette hausse ne passe pas partout facilement» confie Serge De Leu, membre du comité exécutif de la Fédération des organismes sociaux de la CGT. Ce dernier estime que «la portabilité telle qu elle fonctionnait n était pas si mal» et pointe une série de cas de figure qui ne plaident pas pour la mutualisation. Tout d abord, note-t-il : «S il y a un gros plan social dans une entreprise, la hausse de tarifs l année suivante pourrait largement dépasser les 4 %». Jusqu où les salariés sont-ils prêts à contribuer à la solidarité avec les sortants? Actuellement, les entreprises doivent financer, au profit de leurs cadres, un régime de prévoyance à hauteur de 1,5 % de la tranche A (3 086 euros) de leur rémunération. Cette cotisation est affectée prioritairement à la couverture du risque décès. C est une obligation historique puisqu elle a été instaurée par la convention collective des cadres de Or, on observe une évolution du risque prévoyance qui nous incite à défendre cette idée d affecter une part, par exemple la moitié soit 0,75 %, à l épargne retraite. En effet, l augmentation de l espérance de vie a modifié le contexte : désormais le profil de mortalité des cadres est plus tardif, comme pour les autres catégories, et donc plus souvent une fois passés à la retraite. Si bien que le risque technique en prévoyance est limité (autour de 0,5 %) et les marges des contrats sont largement positives, contrairement à celles de la complémentaire santé qui sont faibles ou négatives. Pour toutes ces raisons, cette idée de réaffectation d une part de la prévoyance vers l épargne retraite s est dégagée lors de la négociation AGIRC-ARRCO qui s est soldée par l accord du 13 mars En terme de flux, il s agirait par exemple de faire passer le troisième étage de 4 % à 6 % des prestations retraites totales. Pour l heure, cela reste une hypothèse de travail que les partenaires sociaux sont convenus d explorer. 10

11 En conclusion des échanges entre les intervenants Les acteurs de la protection sociale vont développer une stratégie de plus en plus globale entre la santé, la prévoyance, la dépendance et la retraite. Le niveau de solidarité dépendra largement de la mise en cohérence de ces différents dispositifs. Bertrand DA ROS - SMI Que ce soit en santé ou en retraite, la notion de complémentaire est un élément essentiel de cohésion sociale. Ne pas prendre en compte les transferts de solidarité contribuerait à creuser les écarts et seraient sources de potentielles tensions sociales. Serge BRICHET - MGEFI Dossier produit par : Emmanuelle Heidsieck, Robin Carcan, Rodolphe Helderlé - Création et photos (droits réservés) : Olivier Crenon - Décembre

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 INVENTONS ENSEMBLE LA SANTÉ DE DEMAIN Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 Quels impacts anticiper sur le marché de l assurance de personnes? 21 février 2013 ANI 2013 Quels impacts prévisibles

Plus en détail

2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise

2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise 2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise La généralisation de la complémentaire santé d entreprise prévue par l accord national interprofessionnel (ANI) à compter du 1 er

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

OUTIL EXPLICATIF CCN 66. Mars 2015. Avenant 328 Complémentaire frais de santé. Cfdt-sante-sociaux.fr

OUTIL EXPLICATIF CCN 66. Mars 2015. Avenant 328 Complémentaire frais de santé. Cfdt-sante-sociaux.fr OUTIL EXPLICATIF CCN 66 Mars 2015 Avenant 328 Complémentaire frais de santé Cfdt-sante-sociaux.fr Généralisation de la complémentaire santé L accord national interprofessionnel (Ani) du 11 janvier 2013,

Plus en détail

Avenant 328 Complémentaire frais de santé

Avenant 328 Complémentaire frais de santé OUTIL EXPLICATIF CCN 66 Mars 2015 Lien pour télécharger le Guide Confédéral du négociateur sur la Généralisation de la complémentaire santé : http://www.cfdt.fr/upload/docs/application/pdf/2014802/guide_ps_23_01_2014_.pdf

Plus en détail

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 Evolution des dépenses de santé IMPORTANCE DU RESTE A CHARGE DES MENAGES ET DES ORGANISMES COMPLEMENTAIRES - Déficit persistant du régime général - Augmentation

Plus en détail

Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Questions sur la négociation de l accord :

Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Questions sur la négociation de l accord : Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Date de création : 31/03/2014 Date de mise à jour : 25/09/2014 SOMMAIRE : Questions sur la négociation de l accord : LEGENDE : rouge : question

Plus en détail

Article 1 : LA GÉNÉRALISATION DE LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ

Article 1 : LA GÉNÉRALISATION DE LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ANI du 11 janvier 2013 pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l'emploi et des parcours professionnels des salariés Etude des

Plus en détail

CAMPAGNE NATIONALE MUTUELLES DE FRANCE. En France. 10 millions. de personnes ne peuvent pas se soigner. Débattonsen. www.unemutuel lepourtous.

CAMPAGNE NATIONALE MUTUELLES DE FRANCE. En France. 10 millions. de personnes ne peuvent pas se soigner. Débattonsen. www.unemutuel lepourtous. 1 9 S E P T E M B R E 2 0 1 3 CAMPAGNE NATIONALE MUTUELLES DE FRANCE En France 10 millions de personnes ne peuvent pas se soigner. www.unemutuel lepourtous.com Débattonsen! Affiche40x60.indd 1 10/09/13

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014 Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Intervenant : - Jérôme Wittwer (Université de Bordeaux) Discutants : - Guillaume Sarkozy (Délégué

Plus en détail

Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise?

Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise? L accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 La loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise? Le 1er janvier 2016 au

Plus en détail

La Mutuelle. Réussir la mise la place au 1 er janvier 2016. Olivier SIMON Conseil en protection sociale

La Mutuelle. Réussir la mise la place au 1 er janvier 2016. Olivier SIMON Conseil en protection sociale La Mutuelle Réussir la mise la place au 1 er janvier 2016 Olivier SIMON Conseil en protection sociale Sommaire 2 1. Contexte 2. L ANI et la LSE 3. Les obligations pour les Entreprises 4. Fonctionnement

Plus en détail

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 Le point sur l élargissement de la complémentaire santé Benjamin JOUSSE Mars 2013 L ANI du 11 janvier 2013 en bref L Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente La prévoyance en France La prévoyance sociale obligatoire Les couvertures complémentaires Les prestations de base, complétées par

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

LE RÉFÉRENCEMENT 8POINTS D ANALYSE POUR MIEUX COMPRENDRE ET EN ATTENDRE PLUS PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE DES AGENTS PUBLICS DE L ETAT CFTC FAE

LE RÉFÉRENCEMENT 8POINTS D ANALYSE POUR MIEUX COMPRENDRE ET EN ATTENDRE PLUS PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE DES AGENTS PUBLICS DE L ETAT CFTC FAE LE RÉFÉRENCEMENT Document non contractuel - Mai 2014 - www.charlie.fr 8POINTS D ANALYSE POUR MIEUX COMPRENDRE ET EN ATTENDRE PLUS PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE DES AGENTS PUBLICS DE L ETAT CFTC FAE

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en 2014

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en 2014 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTES CONVENTIONNELLES MISE A NIVEAU DE L ACCORD EN TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS

COMPLEMENTAIRES SANTES CONVENTIONNELLES MISE A NIVEAU DE L ACCORD EN TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS COMPLEMENTAIRES SANTES CONVENTIONNELLES MISE A NIVEAU DE L ACCORD EN TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS Par accord en date du 24 Mai 2011, les partenaires sociaux sont convenus de créer une obligation conventionnelle

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai 2010 «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 1 Document de travail, n

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE PROTECTION SOCIALE MUTUELLES

FICHE TECHNIQUE PROTECTION SOCIALE MUTUELLES PROTECTION SOCIALE MUTUELLES FICHE TECHNIQUE Références Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, article 22 bis Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B)

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B) Ministère de la santé et des solidarités Ministère délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille Document de travail 29 mars 2006 DIRECTION DE LA SECURITE

Plus en détail

Les mutations de l offre Epargne Retraite

Les mutations de l offre Epargne Retraite Les mutations de l offre Epargne Retraite Forum International de Paris sur la Gestion de l Epargne Retraite Monique TEZENAS du MONTCEL 10 Avril 2012 BANQUE - FINANCE - ASSURANCE PROTECTION SOCIALE 10,

Plus en détail

CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1

CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1 CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1 COMPLEMENTAIRE SANTE (MUTUELLE) Le Texte : Avenant n 2/2011 du 12 juillet 2011 agréé le 18 novembre 2011 par arrêté paru au JO le 29 novembre 2011 - étendu le par arrêté paru

Plus en détail

Généralisation de la complémentaire santé : Eclairage

Généralisation de la complémentaire santé : Eclairage ÉPARGNE - PRÉVOYANCE - RETRAITE Généralisation de la complémentaire santé : Eclairage Vendredi 17 octobre 2014 Présentation Prévoyance, quelques rappels Les points clés des textes ANI Loi Sécurisation

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire L analyse de la MNT sur le projet de décret Patrick DOS Vice-Président de la MNT Participation des employeurs

Plus en détail

NEWSLETTER DU SOCIAL

NEWSLETTER DU SOCIAL NEWSLETTER DU SOCIAL Les chiffres clés La Garantie Minimale de Points 2014 : Les cotisations minimales annuelles de retraite complémentaire AGIRC sont fixées à 796,08. Ces cotisations correspondent à un

Plus en détail

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN!

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! Le guide juridique www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! sommaire Contexte de l évolution de la «Loi Fillon»... 3 Comment bénéficier des avantages de la «Loi Fillon»?... La participation de

Plus en détail

CONTRAT COLLECTIF OBLIGATOIRE

CONTRAT COLLECTIF OBLIGATOIRE Salarié-es de droit privé CONTRAT COLLECTIF OBLIGATOIRE Complémentaire : frais de santé invalidité/arrêt de travail décès Sommaire Page 2-3 : présentation de l accord Page 4-5 : arrêt maladie/invalidité

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE»

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» (r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» 2 INTRODUCTION SOMMAIRE SOMMAIRE INTRO Transformez une

Plus en détail

ADREA Mutuelle, Quelques données

ADREA Mutuelle, Quelques données 1 ADREA Mutuelle, Quelques données 1 020 000 personnes protégées et gérées par ADREA Mutuelle 12 000 entreprises adhérentes, de la TPE au grand groupe 112 agences de proximité 541,90 millions d uros de

Plus en détail

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 Programme 2 ATELIER RH PAIE 2015 MUTUELLE PREVOYANCE : NOUVEAUTES 2016 OBJECTIFS - Faire le point sur les règles en la matière - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 - Mettre en place les différents régimes

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

Groupe Crédit-Mutuel CIC

Groupe Crédit-Mutuel CIC ATELIER SOLUTION L ingénierie sociale au service des entreprises de leurs dirigeants de l expert- comptable Groupe Crédit-Mutuel CIC P.1 L ingénierie sociale au service des entreprises, de leurs dirigeants,

Plus en détail

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Article 1 : Il est créé un chapitre 10 dans la convention collective de l animation intitulé compte épargne temps dont les dispositions sont les suivantes : Préambule

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

La validité du CET était limitée à 10 ans, courant à partir de la date où le compte comportait 20 jours.

La validité du CET était limitée à 10 ans, courant à partir de la date où le compte comportait 20 jours. LE NOUVEAU RÉGIME DU COMPTE ÉPARGNE-TEMPS Paris, le 13 décembre 2012 Pour analyser le décret relatif au compte épargne-temps dans la fonction publique hospitalière, paru au Journal officiel du 8 décembre

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Décret n 2012-25 du 9 janvier 2012 Circulaire du 25 septembre 2013 Circulaire du 4 février 2014 Petit Déjeuner RH CCI Maître Marie-Laure

Plus en détail

Votre guide 2015 Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Votre guide 2015 Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Votre guide 2015 Régime enregistré d épargne-retraite (REER) en termes simples Présenté par ept notions simples pour mieux comprendre le REER : 1 2 3 4 5 6 7 Qu est-ce qu un REER? Combien pouvez-vous verser

Plus en détail

12 décembre 2013 UIMM 26-07

12 décembre 2013 UIMM 26-07 12 décembre 2013 UIMM 26-07 LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE 2014 PROJET DE LOI DE FINANCE 2014 Le contexte Article 1 er loi sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 : Principe de généralisation

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise Si vous avez déjà un contrat santé dans votre entreprise vérifiez bien votre conformité avec nos conseils du chapitre 6 Pour éviter un eventuel redressement urssaf votre PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER

Plus en détail

face face Retraite Et si on parlait de votre retraite?

face face Retraite Et si on parlait de votre retraite? face à face Et si on parlait de votre retraite? K. Dodge / Masterfile Nous allons vivre longtemps... Espérance de vie à la naissance 100 90 80 70 60 63,4 69,2 74,6 82,9 82,7 L allongement de l espérance

Plus en détail

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Les premières mesures gouvernementales en matière d imposition des revenus (IR) et d impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sont désormais connues.

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Le Club. Jeudi 10 septembre 2015. Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains

Le Club. Jeudi 10 septembre 2015. Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Le Club Jeudi 10 septembre 2015 Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Ouverture Dominique VIENNE, Président Jeudi 10 septembre 2015, Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Aujourd hui : Le Point Expert

Plus en détail

Retraite 83 euro. Retraite 83 euro. La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité

Retraite 83 euro. Retraite 83 euro. La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité Retraite 83 euro La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité Retraite 83 euro Les contrats de retraite article 83 sont désormais ouverts aux versements individuels et facultatifs des salariés.

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS

ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS Entre la Direction Générale de la société Herakles, représentée par Philippe BOULAN, en sa qualité de Directeur des Ressources Humaines, D une part, Et les organisations

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

Table ronde «Prévoyance»

Table ronde «Prévoyance» Table ronde «Prévoyance» La couverture santé minimale obligatoire pour tous, c est demain : quel impact pour mon entreprise? Laurent BUCHHOLTZER Responsable animation commerciale, région sud-est, Harmonie

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION Présents : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, GIM, UIMM 77 D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014 Ordre du jour 1. Adoption du compte-rendu de la séance du

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS CET épargne salariale TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS Sommaire Compte épargne temps 3 Historique 4 Mise en place 6 Alimentation 8 Utilisation 10 Optimiser le CET 14 COMPTE ÉPAR- GNE TEMPS Le Compte

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

I. Les dates clés à connaître

I. Les dates clés à connaître NOTE D INFORMATION 2013/27 du 23 décembre 2013 SOCIAL : Protection sociale complémentaire : les modifications à venir en 2014 Il est urgent de s en occuper I. Les dates clés à connaître Les employeurs

Plus en détail

Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales

Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales Exonération sociale et déductibilité fiscale du financement patronal

Plus en détail

Plan d'epargne Retraite Populaire

Plan d'epargne Retraite Populaire Plan d'epargne Retraite Populaire Préparez votre retraite en bénéficiant d une fiscalité avantageuse (1) grâce au Plan d Épargne Retraite Populaire. EN BREF Le Plan d Épargne Retraite Populaire est un

Plus en détail

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.)

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.) GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.) FICHE INFO NUM 1 Au 1 er Janvier 2016, toutes les entreprises du secteur privé devront obligatoirement avoir mis en place une couverture santé collective

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

La loi, Accord National Interprofessionnel (ANI) : contenu, objectifs Crédit Mutuel Groupama MAAF

La loi, Accord National Interprofessionnel (ANI) : contenu, objectifs Crédit Mutuel Groupama MAAF Mot d accueil Sommaire La loi, Accord National Interprofessionnel (ANI) : contenu, objectifs Crédit Mutuel Groupama MAAF La complémentaire santé : des échéances différentes selon les métiers Harmonie Mutuelle

Plus en détail

en toute simplicité!

en toute simplicité! BIEN COMPRENDRE LES NOUVELLES RÉFORMES DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ. en toute simplicité! 1 LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ D ici le 1 er janvier 2016, toutes les entreprises devront mettre

Plus en détail

Epargne Retraite. vous avez plus d un avantage à cultiver votre épargne au sein de votre entreprise

Epargne Retraite. vous avez plus d un avantage à cultiver votre épargne au sein de votre entreprise Si, si vous avez plus d un avantage à cultiver votre épargne au sein de votre entreprise Epargne Retraite Solutions PME-PMI Aujourd hui avec votre Interlocuteur AXA, construisez votre retraite! Pourquoi

Plus en détail

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A Dossier retraite Mise à jour : 10/03/2014 Vos ressources De quelles ressources disposerez-vous lors de votre départ en retraite? Elles sont de 5 natures : - La retraite sécurité sociale dite retraite de

Plus en détail

Le 11/09/2014 Actualité de la protection sociale

Le 11/09/2014 Actualité de la protection sociale Le 11/09/2014 Actualité de la protection sociale Présentation par Michel Boixader Service Juridique et Conformité Actualité de la protection sociale Sommaire 1. Textes 2013 2. La mise en conformité (régimes

Plus en détail

En collaboration avec GROUPE ACTICONSEIL. Epargne salariale, assurances, retraite collective Quelles opportunités pour votre activité?

En collaboration avec GROUPE ACTICONSEIL. Epargne salariale, assurances, retraite collective Quelles opportunités pour votre activité? HSBC Intervention du 18 janvier 2011 En collaboration avec GROUPE ACTICONSEIL Epargne salariale, assurances, retraite collective Quelles opportunités pour votre activité? Les enjeux sociaux et patrimoniaux

Plus en détail

SIMPLE, ADAPTÉE AUX TPE-PME

SIMPLE, ADAPTÉE AUX TPE-PME entreprise LA SANTÉ DANS MON ENTREPRISE UNE MUTUELLE SIMPLE ET AVANTAGEUSE POUR TOUS LA BRANCHE COURTAGE DU GROUPE LA BRANCHE COURTAGE DU GROUPE Dans le cadre de la loi de Sécurisation de l Emploi du 14

Plus en détail

FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé

FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé A partir du 1 er janvier 2016, toutes les entreprises seront dans l'obligation de proposer une couverture santé minimale

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

ENTREPRISES EMPLOYEURS ET SALARIÉS TOUT SAVOIR SUR LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ

ENTREPRISES EMPLOYEURS ET SALARIÉS TOUT SAVOIR SUR LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ENTREPRISES S ET SALARIÉS TOUT SAVOIR SUR LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ENTREPRISES S ET SALARIÉS SOMMAIRE BIEN COMPRENDRE LA RÉFORME 2016 Vous êtes chef d entreprise ou salarié, la loi

Plus en détail

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012 Royaume-Uni Royaume-Uni : le système de retraite en 212 Le régime public comporte deux piliers (une pension de base forfaitaire et une retraite complémentaire liée à la rémunération), que complète un vaste

Plus en détail

Part des salaires dans la valeur ajoutée

Part des salaires dans la valeur ajoutée NOTE CGT SUR LES SALAIRES ET LE POUVOIR D ACHAT Augmenter les salaires pour renouer avec la croissance Montreuil, le 18 juin 2013 On ne peut pas parler salaires sans parler coût du capital. Dans une économie

Plus en détail

La protection sociale complémentaire des agents publics Situation et perspectives

La protection sociale complémentaire des agents publics Situation et perspectives La protection sociale complémentaire des agents publics Situation et perspectives Contributions au débat public Plan : La protection sociale complémentaire des agents publics : les dispositifs en vigueur

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PROTECTION SOCIALE Note d information N 2012-22 du 6 avril 2012 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE REFERENCES Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires (Journal officiel

Plus en détail

PARITAIRE MUTUELLE PREVOYANCE DEPENDANCE 2014

PARITAIRE MUTUELLE PREVOYANCE DEPENDANCE 2014 PARITAIRE MUTUELLE PREVOYANCE DEPENDANCE 2014 INTRODUCTION Nous tenons à saluer la qualité des échanges avant cette paritaire, ainsi que la qualité des documents qui nous ont été remis et qui ont abouti

Plus en détail

La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir!

La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir! La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir! AGAMY 25/06/15 Par Philippe BARRAUD, Inspecteur Collectives AXA ENTREPRISES & Dominique THIERY, Agent AXA Patrimoine & Prévoyance

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

Guide de la mutuelle d entreprise 2014 : Loi ANI, nouvelles règles du jeu

Guide de la mutuelle d entreprise 2014 : Loi ANI, nouvelles règles du jeu Guide de la mutuelle d entreprise 2014 : Loi ANI, nouvelles règles du jeu Ce guide est destiné à tous les responsables d entreprise désireux de comprendre les principes et les modalités de mise en place

Plus en détail

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2008 sur la modernisation du marché de travail Article 14 - La portabilité des droits

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2008 sur la modernisation du marché de travail Article 14 - La portabilité des droits Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2008 sur la modernisation du marché de travail Article 14 - La portabilité des droits SOMMAIRE 1 Rappel : Article 14 de l ANI du 11 janvier 2008 2 Fiche

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

Lettre Entreprise Info. N 14 / Février 2014. Lettre Entreprise Info

Lettre Entreprise Info. N 14 / Février 2014. Lettre Entreprise Info N 14 / Février 2014 Lettre Entreprise Info N 14 / Février 2014 Sommaire Social AGIRC-ARCCO : la clé de répartition des hausses de cotisations 2014-2015 est fixée : L objectif de la loi du 20 janvier 2014

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS

PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS Le présent protocole d accord crée un Compte Epargne Temps au sein de SGS et en définit les règles de fonctionnement et de gestion. Ce dispositif s

Plus en détail

L Info sociale réservée aux dirigeants d entreprise présentée par RV Assurance & Courtage

L Info sociale réservée aux dirigeants d entreprise présentée par RV Assurance & Courtage L Info sociale réservée aux dirigeants d entreprise présentée par RV Assurance & Courtage N 2 Edito Cher partenaire, La fin du premier semestre 2013 s achève dans une ambiance économique et sociale morose

Plus en détail

SALAIRES : UN ACCORD ARRACHE AUX FORCEPS

SALAIRES : UN ACCORD ARRACHE AUX FORCEPS SALAIRES : UN ACCORD ARRACHE AUX FORCEPS Ordre du jour : Ouverture de la négociation sur les salaires, Projet de mutuelle santé du réseau, Bilan de formation 2010, orientations 2012. Présents : Marcel

Plus en détail

Universités des maires 2014

Universités des maires 2014 Universités des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation d une

Plus en détail

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO FICHE CONSEIL

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO FICHE CONSEIL EPARGNE SALARIALE : FICHE CONSEIL EPARGNE SALARIALE : Le plan d épargne salariale est un système d'épargne collectif ouvrant au personnel de l'entreprise la faculté de participer, avec l'aide de celle-ci,

Plus en détail

25 MARS 2014 N 45 JANVIER FÉVRIER 2014 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF DOSSIER / LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE DES FRAIS DE SANTÉ EN ENTREPRISE

25 MARS 2014 N 45 JANVIER FÉVRIER 2014 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF DOSSIER / LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE DES FRAIS DE SANTÉ EN ENTREPRISE DOSSIER / LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE DES FRAIS DE SANTÉ EN ENTREPRISE PAGE 2 L ACTUALITÉ DU DROIT SOCIAL COLLECTIF ET INDIVIDUEL N 45 JANVIER FÉVRIER 2014 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF Réintégration

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : AFSS1416374D Intitulé du texte : Décret relatif aux garanties de complémentaire santé des salariés mises en place en application de l article L. 911-7

Plus en détail

Les dispositifs de retraite supplémentaire

Les dispositifs de retraite supplémentaire a v r i l Retraite : un retraité sur huit perçoit une rente En 13, plus de 1 milliards d euros de cotisations ont été versés au titre de la retraite, soit,3 % des cotisations versées au titre des différents

Plus en détail

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 30 juin 2009 SOMMAIRE 1. Bénéficiaires de la portabilité 2. Renonciation à la portabilité

Plus en détail

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015 1 dddd 2 1. vous informe sur DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ Edition 2015 Votre salarié a l obligation de réaliser une journée de travail non rémunérée, dites «journée de solidarité». En contrepartie,

Plus en détail

L offre IRP AUTO partenaire des Écoles de conduite

L offre IRP AUTO partenaire des Écoles de conduite L offre IRP AUTO partenaire des Écoles de conduite www.irp-auto.com IRP AUTO Qui sommes-nous? Nos métiers IRP AUTO, est le groupe de protection sociale des professionnels de l automobile. Il regroupe des

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 49-25 juillet 2014 Serge Lavagna Secrétaire national de la CFE-CGC Protection sociale ÉDITO Contact : Mireille Dispot Expert protection sociale

Plus en détail

Contexte dans le BTP. Contacts PRO BTP

Contexte dans le BTP. Contacts PRO BTP Contexte dans le BTP Une nouvelle réglementation De nouvelles obligations pour les entreprises Qui est concerné? Les entreprises sans complémentaire santé Les entreprises avec complémentaire santé Dispenses

Plus en détail