Algèbre linéaire avancée I Jeudi 17 septembre 2015 Prof. A. Abdulle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Algèbre linéaire avancée I Jeudi 17 septembre 2015 Prof. A. Abdulle"

Transcription

1 Algèbre linéaire avancée I Jeudi 17 septembre 015 Prof. A. Abdulle EPFL Série 1 (Corrigé) Exercice 1 Soit f : R R définie par f(x) = x 4x. Répondre à chacune des questions suivantes en cochant la case correcte. a) Est-ce que la fonction f est injective? Oui. Oui, si on restreint l ensemble de départ à l intervalle [0, [. Oui, si on restreint l ensemble de départ à l intervalle ], 0]. b) Est-ce que la fonction f est surjective? Oui. Oui, si on restreint l ensemble de départ à l intervalle [0, [. Oui, si on restreint l ensemble d arrivée à l intervalle [ 4, [. Sol.: Pour l injectivité, la surjectivité, les images réciproques, le fascicule Notions de base et notations courantes en mathématiques. (a) C est la 3ème réponse qui est correcte. On a f(0) = f(4), donc f n est pas injective, et sa restriction à l intervalle [0, [ pas non plus. Donc les deux premières réponses ne sont pas correctes. Pour la 3ème, on constate que f est strictement décroissante entre et, car la dérivée de f(x) vaut x 4 et f(x) admet un minimum en x =. En particulier f est strictement décroissante dans l intervalle ], 0]. Cela implique que deux points distincts de cet intervalle ont des images distinctes, donc que f est injective sur cet intervalle. (b) C est la 3ème réponse qui est correcte. On a vu que f(x) admet un minimum en x = et la valeur en vaut f() = 4. Par conséquent, si y < 4, alors y n est pas dans l image de f. L image de f est l intervalle [ 4, [. Donc f n est pas surjective et sa restriction à l intervalle [0, [ n est pas non plus surjective. En revanche, en restreignant l ensemble d arrivée à [ 4, [, on obtient une application surjective. Exercice Soit f : R R définie par f(x) = sin(πx). Déterminer f 1 (0), f 1 ( 1 ), f 1 ( 3 ). Sol.: Pour l injectivité, la surjectivité, les images réciproques, voir le fascicule Notions de Les images réciproques sont : f 1 (0) = {x R sin(πx) = 0} = {x R k Z f 1 ( 1 ) = { x R sin(πx) = 1 } tel que πx = kπ} = Z = { x R k Z tel que πx = π 6 + kπ} { x R k Z tel que πx = 5π 6 + kπ} = { k k Z} { 5 + k k Z} 6 f 1 ( 3 ) =, car sin(α) 1, α R. 1

2 Exercice 3 Soit f : X Y une application d un ensemble X dans un ensemble Y. Soient A et B deux sous-ensembles de X. a) Montrer que f(a B) f(a) f(b). (b) Trouver un exemple pour lequel f(a B) f(a) f(b). (c) Montrer que si f est injective, alors f(a B) = f(a) f(b). Sol.: Pour les définitions et notations de la théorie des ensembles et pour l inclusion et l égalité d ensembles, voir le fascicule Notions de (a) Soit y f(a B). Alors il existe x A B tel que y = f(x). En particulier x A, et par conséquent f(x) f(a). De même, x B et donc f(x) f(b). Il s ensuit que f(x) f(a) f(b), c est-à-dire y f(a) f(b). On a ainsi démontré que f(a B) f(a) f(b). (b) Par exemple, posons X = {1,, 3}, Y = {1, }, et f(1) = 1, f() = 1, f(3) =. En prenant A = {1, 3} et B = {, 3}, on obtient A B = {3} et f(a B) = {}, mais d autre part f(a) f(b) = {1, } {1, } = {1, }. (c) On a déjà montré en (a) l inclusion f(a B) f(a) f(b). Montrons maintenant l inclusion inverse. Soit z f(a) f(b). Alors il existe x 1 A et x B tels que f(x 1 ) = z = f(x ). Comme f est injective, x 1 = x, et donc x 1 A B. Par conséquent, z = f(x 1 ) f(a B), ce qui montre que f(a) f(b) f(a B). Il en résulte l égalité f(a B) = f(a) f(b). Exercice 4 Montrer par récurrence sur n que la somme des n premiers nombres entiers impairs est égale à n, c est-à-dire que (n 1) = n. Sol.: Pour la technique des preuves par récurrence, voir le fascicule Notions de base et notations courantes en mathématiques. Pour n = 1, l égalité est vraie, car 1 = 1. En faisant l hypothèse de récurrence que l égalité est vraie pour n, on a donc (n 1) = n. En ajoutant (n + 1) 1, c est-à-dire n + 1, on obtient (n 1) + (n + 1) = n + (n + 1) = (n + 1), ce qui montre l égalité pour n + 1. Ainsi l égalité est vraie pour tout entier 1.

3 Exercice 5 On considère les sous-ensembles de R suivants : A = {(x, y) R x + y = 9}, B = {(x, y) R x + y 9}, C = {(x, y) R y = x}, D = Z. (a) Déterminer A C, A D, B C, B D. (b) Déterminer (B C) D. (c) Calculer Card ( (B A) D ). Sol.: (a) A C = {(x, y) R x + y = 9 et y = x}, donc A C = {(x, x) R x + ( x) = 9} = {(x, x) R 3x = 9} = { ( 3, 6), ( 3, 6) }. A D = {(0, 3), (0, 3), (3, 0), ( 3, 0)}. B C = {(x, x) x [ 3, 3]} (cf. A C). B D = {(0, 3), (0, 3), (3, 0), ( 3, 0)} {(x, y) Z x et y }. (b) Constatons d abord que (x, y) (B C) D (x, y) (B D) (C D) (x, y) B D ou (x, y) C D. Or C D est réduit à un seul point, à savoir (0, 0), car si x est un entier non nul, y = x n est jamais un entier. On obtient donc que (B C) D = (B D) {(0, 0)}. Mais le point (0, 0) appartient déjà à B D, donc (B C) D = B D, qui a été déterminé en (a). (c) Pour trouver (B A) D, on doit considérer B D et exclure les éléments de A D. Il reste alors {(x, y) Z x et y }. Il y a 5 valeurs possibles pour x et 5 valeurs possibles pour y, donc 5 points en tout. Ainsi Card ( (B A) D ) = 5. Exercice 6 Soit f : R R définie par f(x) = x + 1. Parmi les assertions suivantes lesquelles sont correctes? (a) L application f est injective. (b) L application f est surjective. (c) L application f N : N R est injective. (d) Soient A = [ 3, ] et B = [1, 3]. Alors f(a B) = f(a) f(b). Sol.: Pour l injectivité, la surjectivité, les images réciproques, voir le fascicule Notions de (a) Non. Par exemple, f( 1) = = f(1). (b) Non. Par exemple, 0 n appartient pas à l image de f, car f(x) = x pour tout x R et donc f ne prend jamais la valeur 0. (c) Oui. En effet, si n, m N sont tels que f(n) = f(m), alors n + 1 = m + 1 et donc n = ±m. Comme n, m 0, on déduit que n = m. L application f N : N R est donc injective. 3

4 (d) Non. En fait, on a toujours f(a B) f(a) f(b), mais on n a pas toujours l égalité. Ici A B = [1, ] et donc f(a B) = f([1, ]) = [, 5]. Par ailleurs f(a) = [1, 10] et f(b) = [, 10], donc f(a) f(b) = [, 10]. On voit bien que f(a B) f(a) f(b), car [, 5] [, 10]. Mais on n a pas l égalité, car par exemple 6 [, 10] mais 6 / [, 5]. Ainsi f(a) f(b) f(a B). Exercice 7 Soit f : X Y une application d un ensemble X dans un ensemble Y. Soient A et B deux sous-ensembles de X et C et D deux sous-ensembles de Y. (a) Montrer que f(a B) = f(a) f(b). (b) Montrer que f 1 (C D) = f 1 (C) f 1 (D). (c) Montrer que f 1 (C D) = f 1 (C) f 1 (D). Sol.: Pour les définitions et notations de la théorie des ensembles, pour les inclusions et égalités d ensembles et pour l usage des quantificateurs et, voir le fascicule Notions de (a) Pour tout y Y, on a y f(a B) x A B tel que y = f(x) x A ou x B tel que y = f(x) x A tel que y = f(x) ou x B tel que y = f(x) y f(a) ou y f(b) y f(a) f(b) Ceci montre que f(a B) = f(a) f(b). (b) Attention au fait que f 1 ne désigne pas une application inverse (qui n existe pas en général), mais c est seulement une notation pour l image réciproque d un sousensemble. Pour tout x X, on a x f 1 (C D) f(x) C D (par définition de l image réciproque) f(x) C ou f(x) D (par définition de la réunion) x f 1 (C) ou x f 1 (D)(par définition de l image réciproque) x f 1 (C) f 1 (D) (par définition de la réunion) Ceci montre que f 1 (C D) = f 1 (C) f 1 (D). (c) Attention au fait que f 1 ne désigne pas une application inverse (qui n existe pas en général), mais c est seulement une notation pour l image réciproque d un sousensemble. Pour tout x X, on a x f 1 (C D) f(x) C D (par définition de l image réciproque) f(x) C et f(x) D (par définition de l intersection) x f 1 (C) et x f 1 (D)(par définition de l image réciproque) x f 1 (C) f 1 (D) (par définition de l intersection) Ceci montre que f 1 (C D) = f 1 (C) f 1 (D). 4

5 Exercice 8 En utilisant la définition de la multiplication des nombres complexes, montrer que i = 1. Sol.: Soient deux nombres complexes z 1 et z. Il existe a, b, c, et d dans R tels que z 1 = a + ib et z = c + id. La multiplication entre z 1 et z est définie par En écrivant i = 0 + i1, on obtient z 1 z = (a + ib)(c + id) = (ac bd) + i(ad + bc). i = (0 + i1)(0 + i1) = (0 1) + i(0 + 0) = 1. 5

Chapitre 5. Applications

Chapitre 5. Applications Chapitre 5 Applications 1. Définitions et exemples Définition 5.1 Soient E et F deux ensembles. Une application f de E dans F est un procédé qui permet d associer à chaque élément x de E un unique élément

Plus en détail

Chapitre 4. Applications

Chapitre 4. Applications Chapitre 4 Applications 1. Définitions et exemples Définition 4.1 Soient E et F deux ensembles. Une application f de E dans F est un procédé qui permet d associer à chaque élément x de E un unique élément

Plus en détail

si 0 p n. = p!(n p)! 0 si p > n.

si 0 p n. = p!(n p)! 0 si p > n. Université Claude Bernard Lyon I L1 - parcours PMI de Mathématiques : Algèbre I Année 2012 2013 Dénombrements Les résultats à retenir Théorème Soit E et F deux ensembles de cardinaux finis respectifs n

Plus en détail

Corrigé des Exercices d approfondissement du chapitre 0.

Corrigé des Exercices d approfondissement du chapitre 0. Corrigé des Exercices d approfondissement du chapitre 0. Exercice 0.17. Supposons que g f soit surjective et montrons que g est surjective. Soit z G. Comme g f est surjective, il existe x E tel que g f(x)

Plus en détail

Chapitre 1 Notions de théorie des ensembles

Chapitre 1 Notions de théorie des ensembles Chapitre 1 Notions de théorie des ensembles De nombreuses façons, les mathématiques s intéressent à l étude des structures et des applications entre elles Par exemple, l algèbre linéaire s occupe des espaces

Plus en détail

Logique, ensembles et applications.

Logique, ensembles et applications. Logique, ensembles et applications. I Outils du raisonnement mathématique 1 I.A Assertions et connecteurs logiques................. 1 I.A.1 Assertions........................... 1 I.A.2 Connecteurs logiques.....................

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DES ENSEMBLES. 1 Les ensembles. 1.1 Définition d un ensemble

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DES ENSEMBLES. 1 Les ensembles. 1.1 Définition d un ensemble 2015-2016 MPSI2 du lycée Condorcet 1/22 ÉLÉMENTS DE THÉORIE DES ENSEMBLES 1 Les ensembles 1.1 Définition d un ensemble Définition 1. Un ensemble est une collection d objets mathématiques. Les objets qui

Plus en détail

Université de Provence Feuille d exercices n 4. Théorie des ensembles, relations, applications. I. Un peu de logique

Université de Provence Feuille d exercices n 4. Théorie des ensembles, relations, applications. I. Un peu de logique Université de Provence 2010 2011 Mathématiques Générales 1 Feuille d exercices n 4 Théorie des ensembles, relations, applications I. Un peu de logique Exercice 1 Ecrire à l aide de quantificateurs (, )

Plus en détail

TD de topologie et calcul différentiel Feuille 1: Topologie, intérieur, adhérence

TD de topologie et calcul différentiel Feuille 1: Topologie, intérieur, adhérence LM360 Mathématiques 2008 TD de topologie et calcul différentiel Feuille 1: Topologie, intérieur, adhérence Groupe de TD 5 Si A est un sous-ensemble de E, on notera A c = E A son complémentaire. Exercice

Plus en détail

Notions de base et notations courantes en mathématiques

Notions de base et notations courantes en mathématiques Algèbre linéaire avancée I Automne 015 EPFL Notions de base et notations courantes en mathématiques A. Théorie des ensembles 1. Un ensemble est une collection d objets appelés les éléments de l ensemble.

Plus en détail

Algèbre 1 RAISONNEMENT ELEMENTS DE LA THEORIE DES ENSEMBLES

Algèbre 1 RAISONNEMENT ELEMENTS DE LA THEORIE DES ENSEMBLES Algèbre - chap 1 1/8 Algèbre 1 RAISONNEMENT ELEMENTS DE LA THEORIE DES ENSEMBLES 1. ELEMENTS DE LOGIQUE 1.1 Propositions Règles logiques Définition 1 : On appelle propriété ou assertion une affirmation

Plus en détail

Exercices corrigés. Exercice 6 Considérons les vecteurs de R 4 suivants : 1 e 1 = 1 1, e 2 = 1. , e 4 = 2, e 3 = 1 1

Exercices corrigés. Exercice 6 Considérons les vecteurs de R 4 suivants : 1 e 1 = 1 1, e 2 = 1. , e 4 = 2, e 3 = 1 1 Eercices corrigés Algèbre linéaire Enoncés Eercice On rappelle que (E, +, est un K-espace vectoriel si (I (E, + est un groupe commutatif ; (II-, y E, α K, α ( + y = α + α y ; (II- E, α, β K, (α + β = α

Plus en détail

Ensembles, applications, relations

Ensembles, applications, relations Ensembles, applications, relations Notations : : «il existe» ; : «appartient à» ; : «contenu dans» : «quel que soit» ; : «n appartient pas à» ; : «n est pas contenu dans» : «contenu ou égal à» I) Ensembles

Plus en détail

ENSEMBLES ET APPLICATIONS

ENSEMBLES ET APPLICATIONS ENSEMBLES ET APPLICATIONS 1 Applications : définitions ensemblistes Définition 1.1 Application Soient E et F deux ensembles. On appelle application de E dans F un objet { mathématique f qui à tout élément

Plus en détail

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES 1.1. Propriétés de R On suppose connus N = {0, 1, 2, 3,...}, l anneau des entiers Z = {..., 2, 1, 0, 1, 2,...} et le corps des rationnels Q = { a a, b Z,

Plus en détail

MHT201. Quelques indications de TD 12 (suite)

MHT201. Quelques indications de TD 12 (suite) MHT01 Quelques indications de TD 1 (suite) Exo 1 (1) Notons e 1 = (1, 0, 0), e = (0, 1, 0), et e 3 = (0, 0, 1) Alors {e 1, e, e 3 } est la base canonique de R 3 D après la définition de f, on a f(e 1 )

Plus en détail

Logique, ensembles, raisonnements

Logique, ensembles, raisonnements Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n Logique, ensembles, raisonnements 1 Logique Exercice 1 Soient les quatre assertions suivantes : (a) x R y R x + y > 0 ; (b) x R y R x + y > 0 ; (c) x R y R

Plus en détail

Leçon 69 : Les différents types de raisonnement en mathématiques

Leçon 69 : Les différents types de raisonnement en mathématiques Leçon 69 : Les différents types de raisonnement en mathématiques 1 er avril 01 En mathématiques, pour démontrer divers propriétés ou théorèmes, nous avons besoin d appliquer rigoureusement un raisonnement

Plus en détail

Fonction exponentielle

Fonction exponentielle Fonction exponentielle 1 Fonction exponentielle Définition et variation Théorème Définition Il existe une unique fonction définie et dérivable sur telle que et Cette fonction est appelée fonction exponentielle

Plus en détail

ENSEMBLES ET APPLICATIONS

ENSEMBLES ET APPLICATIONS ENSEMBLES ET APPLICATIONS P. Pansu 4 septembre 007 1 Ensembles 1.1 Motivation Comment répartir les 56 étudiants de S1-IFIPS en 3 groupes de façon compatible avec leurs choix d options et les emplois du

Plus en détail

Dans tout ce qui suit, on se place dans un espace vectoriel euclidien E de dimension 2.

Dans tout ce qui suit, on se place dans un espace vectoriel euclidien E de dimension 2. Chapitre 3 Les angles 3.1 Angles orientés de vecteurs du plan 3.1.1 Groupe des rotations Dans tout ce qui suit, on se place dans un espace vectoriel euclidien E de dimension 2. Définition 3.1 On appelle

Plus en détail

ANNEXE 5 : Quelques notions de mathématiques

ANNEXE 5 : Quelques notions de mathématiques ANNEXE 5 : Quelques notions de mathématiques 1. Inclusion et appartenance. Sur tout ensemble, on peut considérer deux relations très différentes (leur confusion conduisant à des difficultés innombrables),

Plus en détail

I- DÉRIVÉE ET SENS DE VARIATION. 1) Du sens de variation au signe de la dérivée

I- DÉRIVÉE ET SENS DE VARIATION. 1) Du sens de variation au signe de la dérivée I- DÉRIVÉE ET SENS DE VARIATION 1) Du sens de variation au signe de la dérivée Théorème (admis) : soit f une fonction définie et dérivable sur un intervalle I. o Si f est une fonction croissante sur I,

Plus en détail

DENOMBRABILITE. P. Pansu 14 mai 2005

DENOMBRABILITE. P. Pansu 14 mai 2005 DENOMBRABILITE P. Pansu 14 mai 2005 1 Motivation Il y a t il plus de réels dans ]1, + [ ou dans l intervalle ]0, 1[? Oui, bien sûr. Des droites passant par l origine dans le plan, il y en a-t-il autant

Plus en détail

Polycopié de Logique Mathématique

Polycopié de Logique Mathématique 1. Propositions. Université de la Nouvelle Calédonie. Licences Math, PC, SPI. Semestre 2. Polycopié de Logique Mathématique Une proposition est un enoncé mathématique qui peut être soit vrai (V) soit faux

Plus en détail

COURS DE MATHEMATIQUES (MATH 2) N. CHENAVIER

COURS DE MATHEMATIQUES (MATH 2) N. CHENAVIER COURS DE MATHEMATIQUES (MATH 2) Licence MSPI, 1ère année Semestre 1 N. CHENAVIER 2 Table des matières 1 Rudiments de théorie des ensembles 5 1.1 Premières définitions..................................

Plus en détail

Algèbre linéaire pour GM Jeudi 28 novembre 2013 Prof. A. Abdulle , , )

Algèbre linéaire pour GM Jeudi 28 novembre 2013 Prof. A. Abdulle , , ) Algèbre linéaire pour GM Jeudi 8 novembre Prof. A. Abdulle EPFL Série (Corrigé) Exercice Parmi les matrices suivantes, indiquer celles qui sont diagonalisables (toujours en justifiant), et le cas échéant

Plus en détail

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS STATISTICIENS ÉCONOMISTES ISE. Option Économie

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS STATISTICIENS ÉCONOMISTES ISE. Option Économie AVRIL 22 CONCOURS INGÉNIEURS STATISTICIENS ÉCONOMISTES ISE Option Économie CORRIGÉ DE LA ère COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES Exercice Les symboles Ln et tan représentent respectivement le logarithme népérien

Plus en détail

5. ( ) ( ) Aller à : Correction exercice 6 : Exercice 7 : Soient et deux parties de. Ecrire en utilisant les assertions

5. ( ) ( ) Aller à : Correction exercice 6 : Exercice 7 : Soient et deux parties de. Ecrire en utilisant les assertions Logique Exercice 1 : Parmi les assertions suivantes, lesquelles sont vraies, lesquelles sont fausses et pourquoi? 1. Si Napoléon était chinois alors 2. Soit Cléopâtre était chinoise, soit les grenouilles

Plus en détail

Université Aix-Marseille Parcours CUPGE Introduction à l analyse. Cours Applications

Université Aix-Marseille Parcours CUPGE Introduction à l analyse. Cours Applications Université ix-marseille 2015 2016 Parcours CUPGE Introduction à l analyse Cours pplications 1 Définitions Définition 1 Une application, c est la donnée de trois choses : 1 un ensemble de départ ; 2 un

Plus en détail

MATHÉMATIQUES. 1. PROPRIÉTES et ENSEMBLES.

MATHÉMATIQUES. 1. PROPRIÉTES et ENSEMBLES. MATHÉMATIQUES. Le Petit Larousse Illustré 1994 donne la définition suivante : Mathématique (de mathêma = science en grec) : nom s. ou pl. 1. Science qui étudie par le moyen du raisonnement déductif les

Plus en détail

Combinatoire énumérative

Combinatoire énumérative DOMAINE : Combinatoire AUTEUR : Igor KORTCHEMSKI NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 2012 CONTENU : Cours et exercices Combinatoire énumérative - Introduction - La Combinatoire est un sous-art des mathématiques

Plus en détail

Deuxième devoir: 16 avril h-12h Aucun document autorisé

Deuxième devoir: 16 avril h-12h Aucun document autorisé Université de Nouakchott (Mauritanie) 16 avril 2014 Faculté des Sciences et Techniques, Département de Maths et Informatique (DMI) Master de Mathématiques, spécialité Algèbre, théorie des nombres et Applications

Plus en détail

Cours d arithmétique. Khaoula Ben Abdeljelil

Cours d arithmétique. Khaoula Ben Abdeljelil Cours d arithmétique Khaoula Ben Abdeljelil 2 Table des matières Table des matières............................... i 1 LES ENTIERS NATURELS 1 1.1 Les opérations élémentaires sur N.................... 1

Plus en détail

Olympiades Françaises de Mathématiques Envoi Numéro 3 Corrigé

Olympiades Françaises de Mathématiques Envoi Numéro 3 Corrigé Olympiades Françaises de Mathématiques 2012-2013 Envoi Numéro 3 Corrigé 1 Exercices Juniors Exercice 1. On appelle diviseur propre d un entier n un diviseur positif de n qui est différent de 1 et de n.

Plus en détail

Continuité des fonctions réelles

Continuité des fonctions réelles Chapitre 2 Continuité des fonctions réelles 2.1 Généralités Définition 2.1.1. Une fonction réelle f est une application d une partie D de R dans R. La partie D est appelée ensemble (ou domaine) de définition

Plus en détail

SUITES - RECURRENCE - SOMMES

SUITES - RECURRENCE - SOMMES SUITES - RECURRENCE - SOMMES Chapitre 1 I Généralités sur les suites Définition I.1 Une suite réelle est une fonction d une partie A de N dans R. u : A R n u(n) := u n l intervalle de définition peut donc

Plus en détail

Limites de fonctions

Limites de fonctions Bibliothèque d eercices Énoncés L Feuille n Limites de fonctions Théorie Eercice Démontrer que 0 Soient m, n des entiers positifs + Étudier 0 3 Démontrer que 0 ( + + ) = Eercice = + m m n Montrer que toute

Plus en détail

Résumé 01 : Algèbre Linéaire (I)

Résumé 01 : Algèbre Linéaire (I) http://mpbertholletwordpresscom Résumé 1 : Algèbre Linéaire (I) Dans tout ce chapitre, K sera le corps R ou C, et E sera un espace vectoriel sur K Vous remarquerez les grandes similitudes qui existent

Plus en détail

Exercices corrigés Théorème de Rolle, accroissements finis

Exercices corrigés Théorème de Rolle, accroissements finis Eercices corrigés Théorème de Rolle, accroissements finis Enoncés Eercice Démonstration du théorème des accroissements finis Soit f : [a, b] R, continue sur [a, b], dérivable sur ]a, b[ En appliquant le

Plus en détail

La division euclidienne

La division euclidienne DOCUMENT 2 La division euclidienne La division euclidienne joue un role central en arithmétique. Comme c est l un des tous premiers résultats que l on démontre, il est important de savoir exactement ce

Plus en détail

APPLICATIONS LINÉAIRES

APPLICATIONS LINÉAIRES EPFL 2009-2010 APPLICATIONS LINÉAIRES Algèbre Linéaire Génie Civil, Environnement DÉFINITION Une fonction est une application linéaire s il existe une matrice A de taille m x n telle que : pour tout vecteur,.

Plus en détail

Les fonctions réciproques

Les fonctions réciproques DOCUMENT 28 Les fonctions réciproques 1. Introduction et définition Pour tout ensemble E, il existe une loi de composition naturelle sur l ensemble des applications de E dans E qui est la composition des

Plus en détail

Fonctions trigonométriques - Corrigé. 2 2 cos 1

Fonctions trigonométriques - Corrigé. 2 2 cos 1 Exercice 1 : Fonctions trigonométriques - Corrigé 1. a. est dérivable sur comme somme de fonctions dérivables sur et =1 cos On sait que, pour tout réel et donc en particulier pour tout, cos 1 donc 0 et

Plus en détail

Corrigé du Concours Blanc

Corrigé du Concours Blanc Corrigé du Concours Blanc Exercice : On considère la fonction f définie par : f(x = x + 2 2 ln(e x + et on note (C la courbe représentative de f dans un repère orthonorrnal.. Etude de la fonction f. a.

Plus en détail

Algèbre linéaire pour GM Jeudi 07 novembre 2013 Prof. A. Abdulle. Exercice 1 Calculer les produits suivants en utilisant la multiplication par bloc :

Algèbre linéaire pour GM Jeudi 07 novembre 2013 Prof. A. Abdulle. Exercice 1 Calculer les produits suivants en utilisant la multiplication par bloc : Algèbre linéaire pour GM Jeudi 07 novembre 2013 Prof A Abdulle EPFL Série 7 Corrigé Exercice 1 Calculer les produits suivants en utilisant la multiplication par bloc : a b c 3 1 0 4 1 2 1 1 2 2 1 1 2 1

Plus en détail

Limite d une fonction en un point de R. Fonctions continues.

Limite d une fonction en un point de R. Fonctions continues. DOCUMENT 23 Limite d une fonction en un point de R. Fonctions continues. 1. Introduction et notations Considérons la fonction f : x sin x définie sur R. La valeur 0 n appartient pas à x l ensemble de définition

Plus en détail

Suite récurrente définie par une fonction

Suite récurrente définie par une fonction Suite récurrente définie par une fonction Rédigé par un enseignant et un élève de l Ecole Polytechnique (Vincent Langlet). Niveau : Approfondir la Terminale S ou Première Année post bac Difficulté : Exercice

Plus en détail

Exercices type bac sur les suites.

Exercices type bac sur les suites. Exercices type bac sur les suites Corrigés NB : On ne donne dans ce document que des indices, la preuve complète reste à faire Exercice D après sujet du baccalauréat Centres étrangers, juin 003 On définit,

Plus en détail

Correction du Contrôle commun de Mathématiques - Sujet A - TS. 2 1 n. n ) n

Correction du Contrôle commun de Mathématiques - Sujet A - TS. 2 1 n. n ) n Correction du Contrôle commun de Mathématiques - Sujet A - TS Exercice 5 points. n N, u n = n n( n + = n ) n( + = n ) n + n Or par somme, on a lim n = et lim + n =. Ainsi par quotient, lim u n = réponse

Plus en détail

Corrigé de E3A 2015 PC math 2. Partie I A. sin(x + π) cos(x + π) = sin(x)

Corrigé de E3A 2015 PC math 2. Partie I A. sin(x + π) cos(x + π) = sin(x) Corrigé de E3A 5 PC math Partie I A.. La fonction tan a pour période π puisque tan(x + π) sin(x + π) cos(x + π) sin(x) cos(x) tan(x).. La fonction tan est strictement croissante et impaire sur π, π [ et

Plus en détail

Introduction aux fonctions numériques

Introduction aux fonctions numériques (*) WWW.SEGBM.NET Portail des étudiants d'économie Introduction aux fonctions numériques 1 Notion générale de fonction 1.1 Définitions et vocabulaire Examinons d abord la notion générale de fonction d

Plus en détail

Argument d un nombre complexe

Argument d un nombre complexe Argument d un nombre complexe Dans ce chapître, nous allons introduire les éléments indispensables à la résolution de notre grand problème : montrer la clôture algébrique de C, c està-dire le fait que

Plus en détail

1 Réunion, intersection, différence, produit cartésien d ensembles

1 Réunion, intersection, différence, produit cartésien d ensembles Université Claude Bernard Lyon 1 Licence Mathématiques et informatique Première année UE Math I-ALGEBRE Année 008-009 CHAPITRE 1 1 Réunion, intersection, différence, produit cartésien d ensembles Exercice

Plus en détail

DS 1. Le 13 octobre h

DS 1. Le 13 octobre h DS 1. Le 13 octobre 14. 4h Le devoir est probablement trop long pour que vous puissiez le terminer (ce qui est assez classique dans les épreuves de concours). Restez donc calme, prenez le temps de regarder

Plus en détail

RUDIMENTS SUR LA CARDINALITE

RUDIMENTS SUR LA CARDINALITE Université Blaise Pascal, Département de Mathématiques et Informatique DEUG MIAS - HISTOIRE DES MATHEMATIQUES François DUMAS, 1999-2000 RUDIMENTS SUR LA CARDINALITE Introduction. Pour comparer la taille

Plus en détail

Proposition1.1. (i) Le composé d une rotation et d une translation (ou d une translation et d une rotation) est une rotation de même angle.

Proposition1.1. (i) Le composé d une rotation et d une translation (ou d une translation et d une rotation) est une rotation de même angle. Géométrie affine 0. Objet du cours. L objet de ce cours est de présenter les principales idées et les résultats importants de la géométrie élémentaire dans le cadre réel affine et dans le cadre réel euclidien,

Plus en détail

CHAPITRE 1. NOTIONS DE BASE : NOMBRES, STRUCTURES ET FONCTIONS12. (b) Soit E un ensemble fini tel que card(e) = n. Donner card(p(e)).

CHAPITRE 1. NOTIONS DE BASE : NOMBRES, STRUCTURES ET FONCTIONS12. (b) Soit E un ensemble fini tel que card(e) = n. Donner card(p(e)). CHAPITRE 1 NOTIONS DE BASE : NOMBRES, STRUCTURES ET FONCTIONS1 1 Corrigés 1 Ensembles (a) Soit E {a, b, c} Alors P(E) {, {a}, {b}, {c}, {a, b}, {a, c}, {b, c}, {a, b, c}} (b) Soit E un ensemble fini tel

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle 1 et définition La fonction exponentielle Il existe une unique fonction f dérivable sur R telle que :.................. Définition Cette fonction est appelée............................ On note : Ainsi

Plus en détail

CH V : Généralités sur les suites réelles

CH V : Généralités sur les suites réelles CH V : Généralités sur les suites réelles I. Notion de suite I.1. Définition générale Définition Une suite de nombre réels u est une application de N dans R i.e. une fonction de N dans R telle que tout

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques Plan du chapitre 1 Lois de composition interne.... page 2 1.1 Définition....... page 2 1.2 Exemples......... page 2 1.3 Propriétés éventuelles des lois de composition interne...page

Plus en détail

Algèbre linéaire pour GM Jeudi 01 décembre 2011 Prof. A. Abdulle. Série 10 (Corrigé)

Algèbre linéaire pour GM Jeudi 01 décembre 2011 Prof. A. Abdulle. Série 10 (Corrigé) Algèbre linéaire pour GM Jeudi décembre Prof. A. Abdulle EPFL Série (Corrigé) Exercice Parmi les matrices suivantes, indiquer celles qui sont diagonalisables (toujours en justifiant), et le cas échéant

Plus en détail

1S Corrigé DS n o 14 2h. ( 4 points ) Exercice 1

1S Corrigé DS n o 14 2h. ( 4 points ) Exercice 1 1S Corrigé DS n o 14 h Exercice 1 ( 4 points ) 1. Etudier le sens de variation de la suite (u n ) définie par u 0 = 3 et u n+1 = u n + u n + 3 pour tout n N. Pour tout entier n : u n+1 u n = u n + u n

Plus en détail

Polynésie juin 2005 On considère la fonction définie sur ] 0; + [ par =+. On nomme sa courbe représentative dans un repère orthogonal ; ; du plan.

Polynésie juin 2005 On considère la fonction définie sur ] 0; + [ par =+. On nomme sa courbe représentative dans un repère orthogonal ; ; du plan. Polynésie juin 005 On considère la fonction définie sur ] 0; + [ par =+. On nomme sa courbe représentative dans un repère orthogonal ; ; du plan. 1 a) Déterminer les limites de la fonction aux bornes de

Plus en détail

6 Théorie des ensembles la suite

6 Théorie des ensembles la suite 6 Théorie des ensembles la suite Nous avons déjà vu un peu de théorie naïve des ensembles, qui suppose très peu de choses, et qui est très informelle. Nous allons introduire le système d axiomes ZF, introduit

Plus en détail

ENSEMBLES, FONCTIONS, SUITES 1. ENSEMBLES {1,2,2,4,3} = {1,2,3,4}

ENSEMBLES, FONCTIONS, SUITES 1. ENSEMBLES {1,2,2,4,3} = {1,2,3,4} ENSEMBLES, FONCTIONS, SUITES IFT1065 AUT. 2007 - SEMAINE 3 1. ENSEMBLES 1.1. Définition par extension. On peut définir un ensemble en listant ces éléments. Une telle définition est dite par extension.

Plus en détail

Axiome du choix et conséquences. Tout espace vectoriel admet une base.

Axiome du choix et conséquences. Tout espace vectoriel admet une base. Axiome du choix et conséquences. Tout espace vectoriel admet une base. 1 Axiome du choix Definition 1.1. Etant donnée une famille (A i ) i I de parties d un ensemble E (c est à dire une application de

Plus en détail

Chapitre 2. Compléments sur les fonctions : limites, continuité, dérivabilité

Chapitre 2. Compléments sur les fonctions : limites, continuité, dérivabilité Chapitre. Compléments sur les fonctions : ites, continuité, dérivabilité I. Rappels de cours. Limites d une fonction Soit l R. (i) Limites en + et en On dit que f() tend vers l lorsque tend vers + quand

Plus en détail

Représenter graphiquement (sur un même schéma) ces trois ensembles.

Représenter graphiquement (sur un même schéma) ces trois ensembles. PCSI DEVOIR SURVEILLÉ de MATHÉMATIQUES n 4 07/1/001 Durée : 4 heures EXERCICE 1 : Calculatrices interdites Dans le plan complee rapporté au repère orthonormal (O; e 1, e, on définit une transformation

Plus en détail

Notions de bases. 2 Ensembles Vocabulaire ensembliste Ensemble des parties d un ensemble... 5

Notions de bases. 2 Ensembles Vocabulaire ensembliste Ensemble des parties d un ensemble... 5 Maths PCSI Cours Notions de bases Table des matières 1 Logique 2 1.1 Proposition logique.......................................... 2 1.2 Disjonction, conjonction et implication...............................

Plus en détail

Nombres réels, bornes supérieures et inférieures

Nombres réels, bornes supérieures et inférieures Nombres réels, bornes supérieures et inférieures Exercice 1 : Si et sont des réels positifs ou nuls, montrer que Allez à : Correction exercice 1 : Exercice 2 : Déterminer les ensembles suivants, mettre

Plus en détail

La division euclidienne est la division avec reste des entiers naturels. On rappelle ce qui la caractérise.

La division euclidienne est la division avec reste des entiers naturels. On rappelle ce qui la caractérise. Chapitre 1 Arithmétique Ce texte est une liste d exercices avec un résumé succinct des principaux résultats et définitions du cours. Il ne remplace donc pas le cours! Pour le contenu du chapitre Arithmétique,

Plus en détail

Fonctions réelles : rappels de lycée et compléments. () Fonctions réelles : 1 / 54

Fonctions réelles : rappels de lycée et compléments. () Fonctions réelles : 1 / 54 Fonctions réelles : rappels de lycée et compléments () Fonctions réelles : 1 / 54 1 Fonctions logarithmes et exponentielles Le logarithme népérien L exponentielle Logarithmes et exponentielles de base

Plus en détail

Devoir Surveillé /Evaluation

Devoir Surveillé /Evaluation Lycée Pierre-Gilles de Gennes BCPST Mathématiques 4-5 Devoir Surveillé /Evaluation Le 4 septembre 4 Documents écrits, électroniques, calculatrices et téléphones portables interdits La plus grande attention

Plus en détail

1 Fonctions trigonométriques : Formules à connaître.

1 Fonctions trigonométriques : Formules à connaître. Université de Provence Mathématiques Générales - Parcours PEI Fonctions Usuelles Fonctions trigonométriques : Formules à connaître. Formules de duplication. Pour tous x, y R, cos(x + y) = cos x cos y sin

Plus en détail

Mise en route. 1 Logique, ensembles. Bibliothèque d exercices Topologie Feuille n 0

Mise en route. 1 Logique, ensembles. Bibliothèque d exercices Topologie Feuille n 0 Bibliothèue d exercices Énoncés Topologie Feuille n 0 Mise en route 1 Logiue, ensembles Exercice 1 Soit f, g deux fonctions de R dans R. Traduire en termes de uantificateurs les expressions suivantes :

Plus en détail

Exercices du chapitre 4 avec corrigé succinct

Exercices du chapitre 4 avec corrigé succinct Exercices du chapitre 4 avec corrigé succinct Exercice IV.1 Ch4-Exercice1 Montrer que l intersection d un nombre fini de voisinages de a est un voisinage de a. Soient (V k=1,...,p ) p voisinages de a.

Plus en détail

Chapitre 5. Généralités sur les fonctions numériques. 5.1 Généralités

Chapitre 5. Généralités sur les fonctions numériques. 5.1 Généralités Chapitre 5 Généralités sur les fonctions numériques 5.1 Généralités Définition 5.1 Une fonction numérique permet d associer à chaque nombre x d un ensemble D un autre nombre que l on note f(x). On note

Plus en détail

Les implications dans le raisonnement mathématique

Les implications dans le raisonnement mathématique I Les implications dans le raisonnement mathématique I.1 L implication - L équivalence 1 (De la logique en français) Une réunion de cosmonautes du monde entier a lieu à Paris. Les cosmonautes américains

Plus en détail

Corrigé du TD n o 11

Corrigé du TD n o 11 CPP 03/04 Fonctions réelles J. Gillibert Corrigé du TD n o Exercice Soient f et g deux fonctions continues R R. On suose que : x Q, f(x = g(x Montrer que f = g. Réonse : Raelons d abord le résultat suivant

Plus en détail

Filière MP (groupes M/MP/MPI) (Épreuve commune aux ENS de Lyon et Cachan) Filières MP et PC (groupe I) (Épreuve commune aux ENS de Paris et Lyon)

Filière MP (groupes M/MP/MPI) (Épreuve commune aux ENS de Lyon et Cachan) Filières MP et PC (groupe I) (Épreuve commune aux ENS de Paris et Lyon) LC 1 SESSION 00 Filière MP (groupes M/MP/MPI) (Épreuve commune aux ENS de Lyon et Cachan) Filières MP et PC (groupe I) (Épreuve commune aux ENS de Paris et Lyon) MATHÉMATIQUES Corrigé de M. Quercia (michel.quercia@prepas.org)

Plus en détail

Contrôle Continu - Algèbre 2 - DU1

Contrôle Continu - Algèbre 2 - DU1 Université Paris Dauphine 2012 MI2E CC n 1 Contrôle Continu - Algèbre 2 - DU1 Question de cours : Donner une définition de la propriété de somme directe pour deux sous-espaces vectoriels (d un R espace

Plus en détail

Continuité d une fonction, Théorème des valeurs intermédiaires

Continuité d une fonction, Théorème des valeurs intermédiaires Continuité d une fonction, Théorème des valeurs intermédiaires I) Notion de continuité 1) Définition On dit qu une fonction est continue sur un intervalle I lorsque le tracé de sa courbe représentative

Plus en détail

Exercices : Fonctions Dérivables

Exercices : Fonctions Dérivables Exercices : Fonctions Dérivables Exercice Déterminez l ensemble de dérivabilité des fonctions suivantes et calculez leur dérivée. ) f : x x 2 + x 2 2) f : x x + cos( x ) 3) f : x arctan( xe x ) 4) f :

Plus en détail

Chapitre 5. Lois de composition internes - Relations

Chapitre 5. Lois de composition internes - Relations Chapitre 5 Lois de composition internes - Relations 1. Lois de composition internes 1.1. Définition et exemples Définition 5.1 Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application

Plus en détail

Logique, ensembles, preuves mathématiques

Logique, ensembles, preuves mathématiques 009-00 MA Université d Orléans S.Falguières Logique, ensembles, preuves mathématiques Logique Exercice. Soient les quatre assertions suivantes : a. x R, y R, x + y > 0. b. x R, y R, x + y > 0. c. x R,

Plus en détail

ESPACES VECTORIELS. Résumé de cours d algèbre linéaire L1 de B. Calmès, Université d Artois (version du 1 er février 2016)

ESPACES VECTORIELS. Résumé de cours d algèbre linéaire L1 de B. Calmès, Université d Artois (version du 1 er février 2016) ESPACES VECTORIELS Résumé de cours d algèbre linéaire L1 de B. Calmès, Université d Artois (version du 1 er février 2016) 1. Espaces et sous-espaces vectoriels Dans ce qui suit, K est un corps, que l on

Plus en détail

Nombres réels. Exercice 3 : Déterminer les ensembles suivants, mettre ces ensemble sous la forme d un intervalle de R ou une réunion d intervalles.

Nombres réels. Exercice 3 : Déterminer les ensembles suivants, mettre ces ensemble sous la forme d un intervalle de R ou une réunion d intervalles. Nombres réels Exercice 1 : Si a et b sont des réels positifs ou nuls, montrer que Allez à : Correction exercice 1 : a + b a + b Exercice : Montrer que pour tous réels a et b strictement positifs 1 a +

Plus en détail

Une définition et des caractérisations des fonctions exponentielles à partir d une équation fonctionnelle

Une définition et des caractérisations des fonctions exponentielles à partir d une équation fonctionnelle DOCUMENT 36 Une définition et des caractérisations des fonctions exponentielles à partir d une équation fonctionnelle Une propriété importante des fonctions exponentielles est qu elles sont solutions de

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 3 - Limite et continuité des fonctions réelles de la variable réelle. Limites des fonctions.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 3 - Limite et continuité des fonctions réelles de la variable réelle. Limites des fonctions. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 3 - Limite et continuité des fonctions réelles de la variable réelle. Limites des fonctions. On ne rappellera pas ici les définitions de

Plus en détail

Limites et Continuité

Limites et Continuité Voisinages, Points adhèrents Limites Fonctions continues Les grands théorèmes sur les fonctions continues Département de Mathématiques, Faculté des Sciences de Fès. Octobre 2013 Voisinages, Points adhèrents

Plus en détail

Fonction exponentielle Résolutions d équations Exercices corrigés

Fonction exponentielle Résolutions d équations Exercices corrigés Fonction exponentielle Résolutions d équations Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : (cliquez sur l exercice pour un accès direct) Exercice 1 : résoudre une équation de la forme Exercice 2

Plus en détail

Chapitre 8 : Nombres complexes QCM Pour bien commencer (cf. p. 280 du manuel)

Chapitre 8 : Nombres complexes QCM Pour bien commencer (cf. p. 280 du manuel) Chapitre 8 : Nombres complexes QCM Pour bien commencer (cf. p. 80 du manuel) Pour chaque question, il y a une ou plusieurs bonnes réponses. Exercice n 1 La mesure principale de l angle A 1 π. B 1π est

Plus en détail

Limites et continuité des fonctions

Limites et continuité des fonctions (*) WWW.SEGBM.NET Portail des étudiants d'économie Limites et continuité des fonctions numériques 1 Généralités sur les fonctions numériques 1.1 Quelques définitions 1.1.1 fonction numérique Une fonction

Plus en détail

L ensemble R des nombres réels

L ensemble R des nombres réels L ensemble R des nombres réels Plan du chapitre 1 L ensemble des nombres réels page 11 Description géométrique des réels page 1 Inégalités dans R page 1 Distance entre deux réels Intervalles de R page

Plus en détail

.:: Module Mathématiques I : Algèbre ::.

.:: Module Mathématiques I : Algèbre ::. Université Mohammed V - Agdal Faculté des Sciences Département de Mathématiques et Informatique Avenue Ibn Batouta, B.P. 1014 Rabat, Maroc.:: Module Mathématiques I : Algèbre ::. Filière : Sciences de

Plus en détail

Rechercher des conditions pour une monotonie stricte. A. Conditions de monotonie sur un intervalle pour une fonction dérivable

Rechercher des conditions pour une monotonie stricte. A. Conditions de monotonie sur un intervalle pour une fonction dérivable ZÉRS DE LA DÉRIVÉE bjectif utils Rechercher des conditions pour une monotonie stricte Nombre dérivé À quelles conditions une fonction f, dérivable sur un intervalle I, est-elle strictement monotone sur

Plus en détail

Relations. Chapitre 4. 1 Relation binaire

Relations. Chapitre 4. 1 Relation binaire Table des matières 4 Relations 2 1 Relation binaire...................................... 2 1.1 Définitions.................................... 3 1.2 Relation d ordre................................. 4

Plus en détail

Parties majorées, minorées - borne supérieure, borne inférieure

Parties majorées, minorées - borne supérieure, borne inférieure Aix-Marseille Université 2012-2013 Analyse I PLANCHE 1 : LIMITES, CONTINUITÉ Parties majorées, minorées - borne supérieure, borne inférieure Exercice 1 Soit a, b R. Montrer les implications suivantes :

Plus en détail

Chapitre 12 : Étude locale des fonctions : limites

Chapitre 12 : Étude locale des fonctions : limites Chapitre 12 : Étude locale des fonctions : limites Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R, x 0 R, f est une fonction définie sur son domaine de définition D f à valeurs réelles. C f désigne

Plus en détail