IMAGERIE EN CANCEROLOGIE : Détection caractérisation Bilan d extension

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IMAGERIE EN CANCEROLOGIE : Détection caractérisation Bilan d extension"

Transcription

1 IMAGERIE EN CANCEROLOGIE : Détection caractérisation Bilan d extension N. Grenier

2 Imagerie et Cancer L imagerie intervient à tous les stades : - Infra-clinique : dépistage - détection - Clinique : caractérisation - Diagnostic : biopsie sous contrôle de l imagerie - Bilan pré-thérapeutique : bilan d extension - Suivi Evolutif : effet des traitements - métastases - Thérapeutiques et Palliatif : interventionnel

3 Imagerie et Dépistage Objectif : découvrir par l imagerie un K à un stade infra-clinique. Études difficiles à monter : nécessite plusieurs larges études randomisées (avec ou sans dépistage) mesurant la mortalité spécifique par cancer dans chaque groupe : méthodologiquement difficile et long En cours: K sein : mammographies En réflexion : - K poumon : TDM spiralée - K colon : TDM spiralée (+ colonoscopie virtuelle)

4 Dépistage du cancer du sein En place en France depuis plus de 10 ans Cible : femmes entre 50 et 75 ans Mammographie tous les 2 ans (2 clichés par sein) Devrait diminuer la mortalité par cancer de 30% Pour avoir une telle efficacité, le taux de participation devrait être de 60% Bilan actuel : le taux de participation est parfois insuffisant l incidence du cancer a augmenté la mortalité est stable

5 DETECTION ET CARACTERISATION DES TUMEURS Activité spécialisée

6 Détection-caractérisation des tumeurs Elle repose sur : la clinique (lésions superficielles) la biologie (certains cancers : prostate, hépato-carcinome...) l imagerie : la technique utilisée dépend de la localisation des tumeurs : thorax: cliché pulmonaire et TDM abdomen-pelvis : échographie et TDM (IRM) parties molles : échographie et IRM sein : mammographie, échographie (IRM) os : clichés simples, scintigraphie (TDM,IRM) cerveau : IRM (TDM)

7 Détection-caractérisation des tumeurs Tumeurs des organes CREUX Localisations : Tube digestif Vessie et voies excrétrices supérieures Vésicule et voies biliaires Bronches Formes : Polypoïdes ou végétante : parfois bénignes Sessiles : pratiquement toujours infiltrantes, donc malignes => biopsies par voie endoscopique si elle est possible

8 Détection-caractérisation des tumeurs Tumeurs des organes CREUX Tumeurs de vessie et des voies excrétrices supérieures TDM après injection de PdC Forme infiltrante Forme végétante Forme infiltrante Forme végétante VES : biopsie sous urétéroscopie (difficile et pas toujours possible) Vessie : biopsie sous cystoscopie (facile et toujours possible)

9 Détection-caractérisation des tumeurs Tumeurs des organes CREUX Tumeurs du colon TDM après injection de PdC Forme polypoïde : plutôt bénin (dépend de la taille) Forme infiltrante : malin Biopsie sous coloscopie (pas toujours possible sur le colon droit)

10 Détection et caractérisation des tumeurs Tumeurs des organes pleins : Masses, Infiltrantes ou encapsulées Hypo ou hypervascularisées Homogènes ou hétérogènes Parfois nécrotiques Parfois kystiques Parfois calcifiées

11 Détection-caractérisation des tumeurs Tumeurs des organes PLEINS Organes pleins : diagnostics différentiels Masse solide : tumeur bénigne vs maligne tumeur vs processus infectieux ou inflammatoire tumeur vs fibrose Masse kystique tumeur kystique vs kyste tumeur vs abcès => Nécessite en cas de doute une biopsie percutanée guidée par imagerie

12 Détection-caractérisation des tumeurs Tumeurs des organes PLEINS Caractéristiques morphologiques des tumeurs des organes pleins : Taille Contours Réguliers ou irréguliers, nets ou infiltrants Spécificités tissulaires : graisse, charge lipidique, liquide, calcifications Dynamique du rehaussement après contraste Caractère nécrotique ou non Caractère infiltrant ou non Ces critères permettent de classer la tumeur en : - bénigne ou maligne - parfois selon le type histologique (rare)

13 Détection-caractérisation des tumeurs Tumeurs des organes PLEINS Critères morphologiques: 1- Taille : Peut être un critère dans certains cas Ex: tumeurs de la surrénale : tumeurs > 3cm toujours malignes, mais l inverse n est pas vrai Surrénales normales Tumeur de 20mm : bénigne ou maligne Tumeur de 65mm : maligne Mais ceci n est pas vrai pour tous les organes +++

14 Détection-caractérisation des tumeurs Tumeurs des organes PLEINS Critères morphologiques : 2- Contours : réguliers : bénin ou malin irréguliers ou spiculés : le plus souvent malin les nodules pulmonaires les nodules du sein malin: contours irréguliers indéterminé: contours réguliers bénin: contours régulier, renforcement postérieur, grand axe horizontal... malin: contours irrégulier, atténuation postérieure, grand axe vertical...

15 Détection-caractérisation des tumeurs Tumeurs des organes PLEINS Critères morphologiques : 3- Caractère infiltrant : un processus à contours flous, qui infiltre l organe sans le déformer, évoque un lymphome Infiltrant : Lymphome (du corps calleux) Non infiltrant : Tumeur (gliome) Infiltrant : Lymphome du rein Non infiltrant : Carcinome du rein

16 Détection-caractérisation des tumeurs Tumeurs des organes PLEINS Critères de nature tissulaire : 1- Contenu liquidien : lésion bénigne le plus souvent (kyste) mais possibilité de tumeur kystique (si coque, cloisons ou éléments charnus) Ex : masses rénales à contenu liquidien Kyste bénin Tumeur kystique (coque et cloisons)

17 Détection-caractérisation des tumeurs Tumeurs des organes PLEINS Critères de nature tissulaire : 2- Composante graisseuse : lésion bénigne le plus souvent Exception : le liposarcome (rétropéritoine) * - 89 UH Dans le foie ou le rein : Composante graisseuse = toujours bénin : lipome ou angiomyolipome Dans le rétropéritoine : Composante graisseuse = malignité? lipome ou liposarcome

18 Détection-caractérisation des tumeurs Tumeurs des organes PLEINS Critères de nature tissulaire : 3- Composante lipidique intra-cellulaire : => lésion bénigne ou maligne selon l organe Nodule bénin de la surrénale (adénome) en IRM «en phase» «en opposition de phase» Nodule malin du rein (carcinome) en IRM «en phase» «en opposition de phase»

19 Détection-caractérisation des tumeurs Tumeurs des organes PLEINS Critères de nature tissulaire : 4- Calcifications : peut être un signe de malignité ou de bénignité selon les organes Dans le poumon : nodule entièrement calcifié = bénin Dans le rein : Nodule calcifié = tumeur maligne

20 Détection-caractérisation des tumeurs Tumeurs des organes PLEINS Critères de nature tissulaire : 5- Nécrose : - Les tumeurs malignes (primitives et secondaires) se nécrosent volontiers en grossissant; pas les tumeurs bénignes - La nécrose ne se rehausse pas après injection de PdC * Volumineuse tumeur avec de la nécrose (*) : toujours maligne Volumineuse tumeur sans nécrose : bénigne ou maligne

21 Détection-caractérisation des tumeurs Tumeurs des organes PLEINS Caractéristiques de rehaussement après injection de PDC Les dynamiques de rehaussement peuvent différer d un type de tumeur à l autre et d un organe à l autre Ex : tumeurs du foie Angiome du foie (bénin): rehaussement lent, progressif et centripète Tumeur maligne du foie (carcinome ou méta): rehaussement rapide et fugace

22 Détection-caractérisation des tumeurs Tumeurs des organes PLEINS Caractéristiques de rehaussement après injection de PDC Particularités des tumeurs intracrâniennes La BHE, qui ne concerne que le SNC, limite le rehaussement des tissus lorsqu elle est intègre Les tumeurs extra-axiales (le plus souvent bénignes) se rehaussent fortement car pas de BHE Les tumeurs intra-axiales bénignes se rehaussent peu car la BHE est intègre Les tumeurs intra-axiales malignes, se rehaussent fortement car la BHE est rompue après injection après injection avant injection après injection Tumeur extra-axiales: bénignes (méningiomes) Tumeur intra-axiale de haut grade (gliome) Tumeur intra-axiale de bas grade (astrocytome)

23 Cas particulier des tumeurs osseuses Repose sur l analyse morphologique de l ostéolyse Géographique Mitée Perméative Evolutivité rapide Evolutivité rapide Bords nets avec liseré de condensation Evolutivité lente Bords nets sans liseré Evolutivité moyenne Bords flous Evolutivité rapide L analyse de l ostéolyse caractérise l agressivité Evolutivité lente: lésion bénigne Evolutivité rapide: lésion maligne ou infectieuse Evolutivité moyenne:?

24 Cas particulier des tumeurs osseuses O.géographique lentement évolutive O. mitée O. perméative

25 Primitif ou secondaire? - Pas de séméiologie spécifique des localisations secondaires - Nombre : - la multiplicité des lésions évoque le caractère secondaire - mais deux cancers simultanés sont possibles - Contexte : - si autre primitif connu, plus de chance que la lésion découverte soit une localisation secondaire => Nécessite une biopsie percutanée guidée par imagerie

26 Biopsies guidées par imagerie Intérêt des biopsies guidées : Lésion tumorale ou non tumorale Lésion bénigne ou maligne Lésion maligne primitive ou secondaire Guidage : radioscopie (os) Échographie TDM IRM (développement)

27 Bilan d extension Rechercher Le degré d infiltration des parois des organes creux une extension au-delà de l organe (T3) un envahissement des organes de voisinage (T4) un envahissement des ganglions (N) des localisations secondaires (M)

28 Extension pariétale: exemple du cancer du rectum Classification: - T1: envahissement limité à la muqueuse et à la sous muqueuse - T2: envahissement de la couche musculaire - T3: envahissement du mésorectum - T4: envahissement d un organe ou structure adjacente IRM T2 En pratique : très difficile Anatomopathologie +++ IRM normale du rectum

29 Extension au-delà de l organe => envahissement de la graisse alentour K vessie étendu à la graisse périvésicale K prostate étendu à la graisse péri-prostatique K bronchique étendu à la graisse médiastinale

30 Atteinte ganglionnaire Critères : - critères de taille +++ : - adénomégalie et non adénopathie - le seuil dépend de la localisation (le +petit Ø) - - médiastin: 1 cm - - rétropéritoine: 1 cm - - pelvis : 5 mm

31 Envahissement ganglionnaire Avenir : la lympho-irm : - nanoparticules d oxyde de fer de (USPIO) - phagocytées par les macrophages - marquent les ganglions normaux ou inflammatoires - en cours d autorisation de mise sur le marché T2 avant USPIO T2 24h après USPIO T2 avant USPIO T2 24h après USPIO Ganglions normaux Ganglions tumoraux

32 Cancers veinophiles : Extension veineuse carcinome du rein hépatocarcinome carcinome de la surrénale Méthodes de recherche : Échographie, TDM ou IRM

33 Recherche de métastases Os : Scintigraphie corps entier (IRM corps entier) Poumon : TDM > clichés simples Foie : écho sans et avec produits de contraste TDM > écho IRM si nécessaire La TEP : Pour tous les organes, dans le cadre de certains cancers (ORL, bronchique, lymphomes )

34 Métastases pulmonaires Nodules interstitiels à bords nets Nodules multiples: caractéristique de localisations secondaires Nodule unique : nécessite une biopsie ou une surveillance pour juger de l évolution

35 Métastases hépatiques Nodules plus ou moins bien limités, parfois nécrotiques TDM IRM Échographie avec microbulles

36 Recherche de métastases En développement : IRM de diffusion corps entier Les cancers ont un espace de diffusion diminué (densité cellulaire ) TEP Diffusion Image de diffusion Image T2 Fusion des 2

IMAGERIERIE EN CANCEROLOGIE

IMAGERIERIE EN CANCEROLOGIE IMAGERIERIE EN CANCEROLOGIE Imagerie et Cancer L imagerie i intervient i t à tous les stades : - Infra-clinique : dépistage - Clinique : détection - caractérisation - extension - Diagnostic : biopsie sous

Plus en détail

Diagnostic différentiel d'une tumeur bénigne et d'une tumeur maligne : Le point de vue du radiologue. Olivier Ernst

Diagnostic différentiel d'une tumeur bénigne et d'une tumeur maligne : Le point de vue du radiologue. Olivier Ernst Diagnostic différentiel d'une tumeur bénigne et d'une tumeur maligne : Le point de vue du radiologue Olivier Ernst Où trouver le cours sur Moodle? Différentiation TB TM : Le point de vue du radiologue

Plus en détail

Radiologie des cancers : Bases diagnostiques et techniques appliquées

Radiologie des cancers : Bases diagnostiques et techniques appliquées UE2 Cancérologie Cours 7 - Professeur de Bazelaire Mercredi 9/10/13, à 10h30 Ronéotypeuse : Alice VARRON Ronéoficheuse : Jeanne PIERRE Cours 7 Radiologie des cancers : Bases diagnostiques et techniques

Plus en détail

144. Cancer de l enfant

144. Cancer de l enfant Sommaire 144. Cancer de l enfant particularités épidémiologiques, diagnostiques et thérapeutiques : cancers les plus fréquents Tumeurs abdominales de l enfant distribution Leucémies = 30 % Tumeurs du système

Plus en détail

Imagerie des cancers:

Imagerie des cancers: Imagerie des cancers: Dépistage et bilan d extension HTrillaud Trillaud, Herve.trillaud@chu-bordeaux.fr Service de radiologie Hôpital Saint-André Bordeaux Objectif Définir la notion de dépistage en imagerie

Plus en détail

Quelques masses abdomino-pelviennes chez l enfant. Simon RAVAUD (IHN)

Quelques masses abdomino-pelviennes chez l enfant. Simon RAVAUD (IHN) Quelques masses abdomino-pelviennes chez l enfant Simon RAVAUD (IHN) Cas 1 Petit garçon âgé de 16 mois. Syndrome de Wiedmann- Beckwith. Syndrome de croissance excessive associant ; macroglossie macrosomie

Plus en détail

IMAGERIE DES SURRENALES

IMAGERIE DES SURRENALES IMAGERIE DES SURRENALES Au quotidien, les masses surrénaliennes sont découvertes sur un scanner réalisé pour d'autres raisons. ECHOGRAPHIE Voie intercostale, transhépatique et transsplénique. Visibles

Plus en détail

Imagerie des sarcomes et GIST

Imagerie des sarcomes et GIST Imagerie des sarcomes et GIST DU carcinologie clinique 11/03/2016 Leïla Haddag Miliani Radiologie Gustave Roussy Introduction Sarcomes Tumeurs malignes Agressivité variable Origine mésenchymateuse (tissus

Plus en détail

Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers Anatomie pathologique - Définition Application aux cellules et tissus prélevés de diverses méthodes d analyse basées principalement sur

Plus en détail

Tumeurs des voies excrétrices supérieures et de la vessie

Tumeurs des voies excrétrices supérieures et de la vessie Tumeurs des voies excrétrices supérieures et de la vessie Tumeurs des voies excrétrices supérieures et de la vessie Anapath : carcinome à cellules transitionnelles : 85% = tumeur urothéliale ou urothéliome

Plus en détail

IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES

IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES Pr Frank Boudghène Hopital Tenon - Université Paris 6 IMAGERIE des TUMEURS epidermiques des parties molles DERMATOLOGIE Utilise peu les techniques

Plus en détail

Pathologies Néphro-Urologiques et Radiologie chez l adulte: «TP» E Danse, L Annet UCL

Pathologies Néphro-Urologiques et Radiologie chez l adulte: «TP» E Danse, L Annet UCL Pathologies Néphro-Urologiques et Radiologie chez l adulte: «TP» E Danse, L Annet UCL Méthodes d imagerie US, CT, MR Agents de contraste Iode : UIV, CT Toujours faire la balance entre le risque et le bénéfice

Plus en détail

ANGIOMYOLIPOME CALCIFIE ANGIOMYOLIPOME QUAND MEME! A.KULSKI, P.DURETZ, A. LIESSE Service de Radiologie, Hôpital V. Provo, Roubaix.

ANGIOMYOLIPOME CALCIFIE ANGIOMYOLIPOME QUAND MEME! A.KULSKI, P.DURETZ, A. LIESSE Service de Radiologie, Hôpital V. Provo, Roubaix. ANGIOMYOLIPOME CALCIFIE ANGIOMYOLIPOME QUAND MEME! A.KULSKI, P.DURETZ, A. LIESSE Service de Radiologie, Hôpital V. Provo, Roubaix. HISTOIRE DE LA MALADIE Mr G. 53 ans Sclérose Tubéreuse de Bourneville.

Plus en détail

Foie : méthodes d imagerie : échographie-doppler

Foie : méthodes d imagerie : échographie-doppler Foie : méthodes d imagerie : échographie-doppler Examen de 1ère ligne, non-vulnérant et facilement disponible Détection des tumeurs Morphologie du foie : cirrhose Signes d hypertension portale Perméabilité

Plus en détail

Apport de l entero-scanner dans l imagerie des tumeurs endocrines de l intestin grêle

Apport de l entero-scanner dans l imagerie des tumeurs endocrines de l intestin grêle Apport de l entero-scanner dans l imagerie des tumeurs endocrines de l intestin grêle C Dromain, T de Baere, JC Sabourin, I Lopez, R Sigal, E Baudin Institut Gustave Roussy - Villejuif Introduction Tumeurs

Plus en détail

item 203 Opacité et Masses Intra-Thoracique

item 203 Opacité et Masses Intra-Thoracique item 203 Opacité et Masses Intra-Thoracique malin bénin Sexe masculin + Age > 50 ans ++ tabagisme ++ Il n y a pas de seuil au-dessous duquel fumer n expose pas à risque accru de CBP Exposition à des +

Plus en détail

Petscan et bilan préthérapeutique des métastases pulmonaires.!

Petscan et bilan préthérapeutique des métastases pulmonaires.! Petscan et bilan préthérapeutique des métastases pulmonaires. 3 situations Primitif connu et nodule suspect de métastase pulmonaire Métastase pulmonaire avérée - recherche d autres lésions Métastase pulmonaire

Plus en détail

Tumeurs mésenchymateuses malignes (TMM) H. MARTELLI

Tumeurs mésenchymateuses malignes (TMM) H. MARTELLI DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de Mars 2008 - PARIS Tumeurs mésenchymateuses malignes (TMM) H. MARTELLI Tumeurs des parties molles = Tumeurs mésenchymateuses malignes (TMM) Tumeurs malignes de l

Plus en détail

N.NACIREDDINE; F.SABBAH*; S.BOUKLATA Service de radiologie centrale *Service de chirurgie générale C CHU Ibn Sina RABAT MAROC

N.NACIREDDINE; F.SABBAH*; S.BOUKLATA Service de radiologie centrale *Service de chirurgie générale C CHU Ibn Sina RABAT MAROC N.NACIREDDINE; F.SABBAH*; S.BOUKLATA Service de radiologie centrale *Service de chirurgie générale C CHU Ibn Sina RABAT MAROC Les GIST sont: les tumeurs conjonctives les plus fréquentes du tube digestif

Plus en détail

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/6 : Quel(s) est (sont) le(s) facteur(s) de risque du cancer du rein? A - HTA B - Anémie C - Tabagisme D - Obésité E - HTAP (Réponse : ACD

Plus en détail

Imagerie de l appareil génito-urinaire:

Imagerie de l appareil génito-urinaire: Imagerie de l appareil génito-urinaire: reins et surrénales Dr Jean-Yves Meuwly Service de Radiodiagnostic et Radiologie Interventionnelle, Centre Hospitalier Universitaire Vaudois, Lausanne Anatomie topographique

Plus en détail

Explorations hépatiques Lésions focales

Explorations hépatiques Lésions focales Explorations hépatiques Lésions focales Introduction -Pb fréquent -Découverte fortuite : échographie, anomalies bilan bio -Données de l imagerie : Conditionnent la stratégie thérapeutique : -Lésion bénigne

Plus en détail

Comment je caractérise une masse rénale solide?

Comment je caractérise une masse rénale solide? Comment je caractérise une masse rénale solide? O.HELENON et al., Journal de Radiologie 2012 F.JAUSSET, radiologie Brabois Introduction Tumeurs épithéliales : bénignes vs malignes Tumeurs non épithéliales

Plus en détail

Démarche diagnostique en IRM devant une lésion. composante kystique de l adulte. MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder

Démarche diagnostique en IRM devant une lésion. composante kystique de l adulte. MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder Démarche diagnostique en IRM devant une lésion parenchymateuse cérébrale à composante kystique de l adulte E Meary, C Mellerio,O Naggara, M Petkova, MP Gobin-Meteil, S Rodrigo, C Oppenheim, JF Meder INTRODUCTION

Plus en détail

ECHOGRAPHIE DE CONTRASTE ET METASTASES VESICULAIRES DE MELANOMES MALINS : à propos de 4 cas

ECHOGRAPHIE DE CONTRASTE ET METASTASES VESICULAIRES DE MELANOMES MALINS : à propos de 4 cas ECHOGRAPHIE DE CONTRASTE ET METASTASES VESICULAIRES DE MELANOMES MALINS : à propos de 4 cas Ferré R, Chami L, Chebil M, Cavalcanti A*, Tomasic G**, Robert C***, Lassau N Service d échographie, service

Plus en détail

Patiente de 58 ans. Métastase hépatique métachrone : 3 cures de FOLFOX. Seconde métastase, pulmonaire (LSG) réséquée en TDM de surveillance

Patiente de 58 ans. Métastase hépatique métachrone : 3 cures de FOLFOX. Seconde métastase, pulmonaire (LSG) réséquée en TDM de surveillance Patiente de 58 ans Adénocarcinome du moyen rectum ( ADK lieberkühnien infiltrant bien différencié) traité en 2011 par radiochimiothérapie néoadjuvante puis résection chirurgicale antérieure Métastase hépatique

Plus en détail

DR SAOUAB, PR DAFIRI Service d Imagerie, Hôpital d Enfants CHU-Rabat-Maroc

DR SAOUAB, PR DAFIRI Service d Imagerie, Hôpital d Enfants CHU-Rabat-Maroc DR SAOUAB, PR DAFIRI Service d Imagerie, Hôpital d Enfants CHU-Rabat-Maroc Les tumeurs malignes intra scrotales sont rares chez l enfant. Elles sont souvent extra testiculaires et dominées par les rhabdomyosarcomes

Plus en détail

ETUDE RETROSPECTIVE DE FAUX POSITIFS ET NEGATIFS DE LA TEP-TDM DANS LE CANCER DU POUMON. APPORT DE LA TOMODENSITOMETRIE.

ETUDE RETROSPECTIVE DE FAUX POSITIFS ET NEGATIFS DE LA TEP-TDM DANS LE CANCER DU POUMON. APPORT DE LA TOMODENSITOMETRIE. ETUDE RETROSPECTIVE DE FAUX POSITIFS ET NEGATIFS DE LA TEP-TDM DANS LE CANCER DU POUMON. APPORT DE LA TOMODENSITOMETRIE. J Bréhant, M Foinant, AC Souteyrand, A Lhoste et JL Michel Radiologie A CHU Gabriel

Plus en détail

120 Imagerie des sinus

120 Imagerie des sinus Fig. 5-9 Adénocarcinome de l éthmoïde Coupes TDM axiale (A) et coronale (B), IRM séquences axiale T1 (C), T2 axiale (D) et coronale (F), T1 FatSat injectées axiale (E) et coronale (G) : masse de signal

Plus en détail

Cancer du Rein Pr. R.Sayoud

Cancer du Rein Pr. R.Sayoud Cancer du Rein Pr. R.Sayoud I/Intoduction: Le cancer du rein de l adulte représente 2% de l ensemble des cancers. C est le 3ème cancer urologique après la prostate et la vessie. l homme est deux fois plus

Plus en détail

Homme 56 ans, douleurs abdominales à J11 d une DPC sur ADK du pancreas mai d'équilibre

Homme 56 ans, douleurs abdominales à J11 d une DPC sur ADK du pancreas mai d'équilibre Homme 56 ans, douleurs abdominales à J11 d une DPC sur ADK du pancreas mai 2009 Lésion rénale G solide, unique hypervascularisée, à la phase artérielle; "cicatrice" centrale, homogénéisation à la phase

Plus en détail

PLACE DE L IMAGERIE DANS LE DIAGNOSTIC DE L INFECTION OSSEUSE CHEZ L ADULTE

PLACE DE L IMAGERIE DANS LE DIAGNOSTIC DE L INFECTION OSSEUSE CHEZ L ADULTE PLACE DE L IMAGERIE DANS LE DIAGNOSTIC DE L INFECTION OSSEUSE CHEZ L ADULTE Jean-Luc Drapé Service de Radiologie B INTRODUCTION IMAGERIE ADAPTÉE CHEZ L ADULTE Stade évolutif Localisation Ostéite d inoculation

Plus en détail

! Clinique Vétérinaire des Cerisioz! Unité de Médecine Interne

! Clinique Vétérinaire des Cerisioz!  Unité de Médecine Interne ! Clinique Vétérinaire des Cerisioz! clin.vet.lescerisioz@gmail.com http://www.veterinaire-cerisioz.com!! Unité de Médecine Interne Dr P.Lecoindre DVM Diplomé ECVIM(CA) Dr C. Nallet DVM CEAV Médecine Interne

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Pancréas

Thésaurus du Cancer du Pancréas Thésaurus du Cancer du Pancréas 1 Classification TNM TX T0 Tis T1 T2 T3 T4 Renseignements insuffisants pour classer la tumeur primitive. Pas de signe de tumeur primitive. Carcinome in situ. Tumeur limitée

Plus en détail

Eléments clés du Compte Rendu lors du bilan initial. Cancers Coliques

Eléments clés du Compte Rendu lors du bilan initial. Cancers Coliques Imagerie en Cancérologie Digestive - Journée de printemps de la SIAD- PARIS 01.04.16 Eléments clés du Compte Rendu lors du bilan initial Cancers Coliques C.Ridereau-Zins - P. Bazeries CHU Angers Nouvelles

Plus en détail

Introduction. primitive (THP) est rare. Manifestations cliniques et biologiques : non spécifiques

Introduction. primitive (THP) est rare. Manifestations cliniques et biologiques : non spécifiques Tuberculose hépatique h primitive: A propos de 10 cas. Nassar I*, Errabih I**, Hammani L*, Krami **H.Ouazzani** Imani F. *Service de radiologie. CHU Ibn Sina.. Rabat. Maroc ** Service de Médecine M B.

Plus en détail

TUMEURS PAROTIDIENNES INTERET DE l IRM. Service d ORL/CCF Hôpital Central de l Armée : M. HAMIDA K. SALHI

TUMEURS PAROTIDIENNES INTERET DE l IRM. Service d ORL/CCF Hôpital Central de l Armée : M. HAMIDA K. SALHI TUMEURS PAROTIDIENNES INTERET DE l IRM Service d ORL/CCF Hôpital Central de l Armée : M. HAMIDA K. SALHI INTRODUCTION Les tumeurs parotidiennes représentent 3% des tumeurs cervicales et 80% des tumeurs

Plus en détail

du thorax (2 partie) V Tran-Minh, DCEM1, sept 2007

du thorax (2 partie) V Tran-Minh, DCEM1, sept 2007 Séméiologie éi i radiologique i du thorax (2 partie) V Tran-Minh, DCEM1, sept 2007 Deux objectifs principaux Savoir analyser sur une radiographie simple et sur un scanner les signes radiologiques couramment

Plus en détail

Conduite à tenir devant une masse hépatique focale

Conduite à tenir devant une masse hépatique focale Conduite à tenir devant une masse hépatique focale N.El yousfi, H.El morabit, S.Belabbes, I.Nassar, S.Bouklata Service de Radiologie, CHU Ibn Sina, Rabat, Maroc Introduction La découverte d une masse focale

Plus en détail

PREAMBULE. Ce référentiel a été établi en collaboration par les médecins. Il constitue une aide à la prescription pour les situations couramment

PREAMBULE. Ce référentiel a été établi en collaboration par les médecins. Il constitue une aide à la prescription pour les situations couramment PREAMBULE Ce référentiel a été établi en collaboration par les médecins nucléaires et oncologues du CHU, CRLC et libéraux de la région, en connaissance des données actuelles de la littérature, des Standards

Plus en détail

Bosniak or not Bosniak?

Bosniak or not Bosniak? Bosniak or not Bosniak? Séance d'interprétation interactive O. Rouvière, Service d'imagerie urinaire et vasculaire, HEH SFR - Rhône Alpes, 9 octobre 2008 Principe Dossiers de masses rénales solides et/ou

Plus en détail

Rate. Aspect échographique normale de la rate. Rate : Rappel anatomique

Rate. Aspect échographique normale de la rate. Rate : Rappel anatomique Rate Rappel anatomique Aspect échographique normale de la rate La pathologie splénique Rate : Rappel anatomique Situation : hypochondre gauche Les organes de voisinage : en haut le diaphragme, en avant

Plus en détail

CHC : Critères diagnostiques et pièges en imagerie

CHC : Critères diagnostiques et pièges en imagerie : Critères diagnostiques et pièges en imagerie Ivan Bricault Dépister la présence de nodules Echographie / 6 mois (si un traitement est envisageable) Si nodule < 1 cm Très faible spécificité / Biopsie

Plus en détail

Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas

Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas B RADOUANE, M JIDAL, J EL FENNI, B ZAINOUN, S CHAOUIR, T AMIL, A HANINE, M BEN AMEUR Service d Imagerie Médicale Hôpital militaire d instruction

Plus en détail

3 patients diagnostiqués en 2014 était enregistrés comme décédés au 18/10/2016 (15.0 %), dont 3 suite à un cancer. 24,1% 17,9%

3 patients diagnostiqués en 2014 était enregistrés comme décédés au 18/10/2016 (15.0 %), dont 3 suite à un cancer. 24,1% 17,9% III- Cancer de la thyroïde Généralités Seules 2 tumeurs invasives de la thyroïde ont été diagnostiquées en 214, 3 chez des hommes et 17 chez des femmes. Le sex-ratio est de 18 hommes pour femmes (.18).

Plus en détail

Cas de la semaine # 47

Cas de la semaine # 47 Cas de la semaine # 47 25 Septembre 2017 Préparé par Dre Fatima Ameur fellow Dre Manon Bélair MD Hôpital Notre Dame, CHUM Département de radiologie Faculté de médecine Histoire Clinique Pas d antécédents

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

Le cancer du sein est la première cause de cancer chez la femme. Les cancers non conventionnels du sein représentent une entité rare dont l incidence

Le cancer du sein est la première cause de cancer chez la femme. Les cancers non conventionnels du sein représentent une entité rare dont l incidence JFR 2013 Le cancer du sein est la première cause de cancer chez la femme. Les cancers non conventionnels du sein représentent une entité rare dont l incidence dans la littérature varie entre 3 et 10 %.

Plus en détail

MASSES TUMORALES. Tumeur du rein

MASSES TUMORALES. Tumeur du rein MASSES TUMORALES Des tumeurs peuvent prendre naissance dans les reins, la prostate, les testicules et la vessie. Les autres localisations sont possibles, mais elles sont exceptionnelles. Tumeur du rein

Plus en détail

Hépatomégalie et masse abdominale

Hépatomégalie et masse abdominale Hépatomégalie et masse abdominale Item 318 Devant une hépatomégalie, une masse abdominale, ou la découverte de nodule hépatique, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens

Plus en détail

Patient de 78 ans adressé pour bilan d extension d une masse hétèrogène du foie gauche. Quels sont les items sémiologiques à retenir pour orienter de

Patient de 78 ans adressé pour bilan d extension d une masse hétèrogène du foie gauche. Quels sont les items sémiologiques à retenir pour orienter de Patient de 78 ans adressé pour bilan d extension d une masse hétèrogène du foie gauche. Quels sont les items sémiologiques à retenir pour orienter de diagnostic -volumineuse lésion multiloculée développée

Plus en détail

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Radiologie»

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Radiologie» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Radiologie» 1. Informations de base - Matière d enseignement: RADIOLOGIE - Public cible : Etudiants de 3éme année de médecine - Nombre

Plus en détail

jeune femme, 37 ans.les images sont pathognomoniques et permettent de reconstituer les principales étapes cliniques. Quelles sont les principales

jeune femme, 37 ans.les images sont pathognomoniques et permettent de reconstituer les principales étapes cliniques. Quelles sont les principales jeune femme, 37 ans.les images sont pathognomoniques et permettent de reconstituer les principales étapes cliniques. Quelles sont les principales anomalies observées sur les clichés standards volumineuse

Plus en détail

Echographie interventionnelle D.I.U.E

Echographie interventionnelle D.I.U.E Echographie interventionnelle D.I.U.E 3 applications. Diagnostique Thérapeutique Per-opératoire Ponction écho guidée. Geste de base (diagnostique et thérapeutique) Exemple de réalisation pratique (pathologie

Plus en détail

Réseau de Référence Clinique pour les Tumeurs Endocrines Malignes Sporadiques et Héréditaires Labellisation INCA 2009 ANNEXES

Réseau de Référence Clinique pour les Tumeurs Endocrines Malignes Sporadiques et Héréditaires Labellisation INCA 2009 ANNEXES Stade pour le phéochromocytome / paragangliome ANNEXES Stade 1 Stade 2 Stade 3 Stade 4 5 cm A : Extension locale B : N1 C : Thrombose Métastases Classification par stades : cancer médullaire Stade

Plus en détail

-la glande surrénale gauche est pré-rénale, et se trouve devant le pôle supérieur du rein; la surrénale gauche n'est donc pas sus-rénale

-la glande surrénale gauche est pré-rénale, et se trouve devant le pôle supérieur du rein; la surrénale gauche n'est donc pas sus-rénale Homme de 77 ans. Bilan d une volumineuse masse révélée lors d'une échographie pour douleurs abdominales et lombalgies.sont les éléments sémiologiques importants à retenir pour orienter le diagnostic J.

Plus en détail

LES CANCERS DIGESTIFS

LES CANCERS DIGESTIFS LES CANCERS DIGESTIFS Les cancers digestifs n ont souvent pas de symptômes. Ils peuvent toucher tous les organes : œsophage, estomac, foie, pancréas, rectum, colon Cancer colorectal C est une transformation

Plus en détail

1. Les circonstances diagnostiques La découverte fortuite Les symptômes urologiques

1. Les circonstances diagnostiques La découverte fortuite Les symptômes urologiques Diagnostiquer une tumeur du rein (158) Christophe AVANCES (Service d Urologie, CHU G. Doumergue, Nîmes), Pierre COSTA (Service d Urologie, CHU G. Doumergue, Nîmes), Stéphane CULINE (Centre Régional de

Plus en détail

Imageries non isotopique des surrénales

Imageries non isotopique des surrénales Imagrie des Surrénales 1 Imageries non isotopique des surrénales Pr Jérôme Bertherat, Service d Endocrinologie, Hôpital Cochin, 75014 Paris. L imagerie des glandes surrénales est principalement prescrite

Plus en détail

Cancer de l œsophage Bilan initial. O Ernst, Lille

Cancer de l œsophage Bilan initial. O Ernst, Lille Cancer de l œsophage Bilan initial O Ernst, Lille Cancer de l œsophage 1 er bilan But : bilan d'extension TOGD : uniquement si lésion non franchissable en endoscopie Scanner : pour classification ctnm

Plus en détail

Principes de la chirurgie carcinologique

Principes de la chirurgie carcinologique Principes de la chirurgie carcinologique Chirurgie carcinologique Introduction: Pendant longtemps, la chirurgie a représenté LE SEUL TRAITEMENT des tumeurs solides Aujourd hui, la chirurgie RESTE le traitement

Plus en détail

POSSIBILITES ET LIMITES DES METHODES D IMAGERIE MEDICALE DANS LE DIAGNOSTIC ET L EVALUATION DES NODULES PULMONAIRES SOLITAIRES

POSSIBILITES ET LIMITES DES METHODES D IMAGERIE MEDICALE DANS LE DIAGNOSTIC ET L EVALUATION DES NODULES PULMONAIRES SOLITAIRES POSSIBILITES ET LIMITES DES METHODES D IMAGERIE MEDICALE DANS LE DIAGNOSTIC ET L EVALUATION DES NODULES PULMONAIRES SOLITAIRES Natalia ROTARU, Carolina DARII Objectifs Présentation des méthodes diagnostiques

Plus en détail

TUMEURS UROTHELIALES DE LA VOIE EXCRETRICE SUPERIEURE

TUMEURS UROTHELIALES DE LA VOIE EXCRETRICE SUPERIEURE TUMEURS UROTHELIALES DE LA VOIE EXCRETRICE SUPERIEURE La mise à jour à jour a été effectuée à partir des recommandations 2010 en onco-urologie (AFU, EAU, ESMO, INCA), et de publications importantes nouvelles

Plus en détail

Criteres d une tumeur aggressive rapidement evolutive

Criteres d une tumeur aggressive rapidement evolutive Criteres d une tumeur aggressive rapidement evolutive Une ostéolyse type Ic, II, III dans la classification de Lodwick Une réaction périostée plurilamellaire, spiculée ou discontinue avec triangle de Codman

Plus en détail

Adénocarcinome du pancréas

Adénocarcinome du pancréas Société de Chirurgie de Lyon Conférence de Chirurgie et Pathologie Digestive, Hépato-Biliaire et Pancréatique de la Fédération de Chirurgie Digestive et Générale de H.E.H. Adénocarcinome du pancréas Quelle

Plus en détail

Tumeurs des tissus mous.

Tumeurs des tissus mous. Tumeurs des tissus mous. Vasiliki Perlepe, Jacques Malghem, Frédéric Lecouvet, Bruno Vande Berg CLINIQUES UNIVERSITAIRES SAINT-LUC ? T1 T2 Qu est ce? Qu est ce? Trois questions fondamentales Tumeurs des

Plus en détail

PLACE DE L'IRM DANS LA STRATÉGIE DE CARACTÉRISATION DES INCIDENTALOMES SURRÉNALIENS

PLACE DE L'IRM DANS LA STRATÉGIE DE CARACTÉRISATION DES INCIDENTALOMES SURRÉNALIENS PLACE DE L'IRM DANS LA STRATÉGIE DE CARACTÉRISATION DES INCIDENTALOMES SURRÉNALIENS R. Salem (1), O. Essid (2), N. Bhouri (1), I. Khochtali (1), A. Zrig (1), W. Mnari (1), M. Golli (1) (1) Monastir - Tunisie,

Plus en détail

Centre Hospitalier Universitaire de Liège

Centre Hospitalier Universitaire de Liège Adjoint Adjoint Indications neurologiques 1. Epilepsie Si la thérapie sous forme d une intervention chirurgicale est influencée de manière décisive, pour la localisation d un foyer épileptogène d une épilepsie

Plus en détail

Item 308 (ex item 158) Tumeurs du rein Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 308 (ex item 158) Tumeurs du rein Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 308 (ex item 158) Tumeurs du rein Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Épidémiologie... 3 2. Types histologiques principaux... 3 3. Oncogénèse du carcinome rénal

Plus en détail

Pathologies Néphro- Urologiques et Radiologie chez l adulte. E Danse, L Annet UCL

Pathologies Néphro- Urologiques et Radiologie chez l adulte. E Danse, L Annet UCL Pathologies Néphro- Urologiques et Radiologie chez l adulte E Danse, L Annet UCL Plan Les modalités techniques et les précautions Quelques questions : du rôle de l imagerie en pratique quotidienne Les

Plus en détail

Le syndrome cavitaire est défini par la présence d une ou plusieurs cavités néoformées au sein du parenchyme pulmonaire

Le syndrome cavitaire est défini par la présence d une ou plusieurs cavités néoformées au sein du parenchyme pulmonaire Le syndrome cavitaire est défini par la présence d une ou plusieurs cavités néoformées au sein du parenchyme pulmonaire Une cavité pulmonaire est une hyperclareté parenchymateuse circonscrite au sein d

Plus en détail

Bilan initial. Carcinome Bronchique Non à. Petites Cellules (NPC)

Bilan initial. Carcinome Bronchique Non à. Petites Cellules (NPC) Bilan initial Carcinome Bronchique Non à Petites Cellules (NPC) Cours CERF 2015 Objectif Définir la stratégie thérapeutique, fonction - Du statut tumoral : STADE ROLE MAJEUR DE L IMAGERIE - Du statut fonctionnel

Plus en détail

Quels sont les éléments sémiologiques intéressants à retenir sur les images scanographiques

Quels sont les éléments sémiologiques intéressants à retenir sur les images scanographiques Femme, 47 ans, douleur de l angle scapulaire inférieur droit; suivie pour une polyarthrite rhumatoide traitée par methotrexate et anti TNF alpha (Humira) Quels sont les éléments sémiologiques intéressants

Plus en détail

S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc

S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de radiologie pédiatrique Hôpital d enfants-maternité CHU IBN SINA, Rabat, Maroc L hémangiome ou hémangioendothéliome est la tumeur vasculaire bénigne néonatale la plus

Plus en détail

Journée de Sénologie Interactive. Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid

Journée de Sénologie Interactive. Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid Journée de Sénologie Interactive Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid Mme S 51 ans XVII journées de sénologie le 18/09/14 Cas clinique interactif Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid Mme S., 51ans, consulte

Plus en détail

A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE

A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE A PROPOS DE 100 CAS S.LAMSAK, S.SALAM, K. EL KHOU, M.CHADAD, L.OUZIDANE Service de Radiologie Pédiatrique CHU Ibn Rochd Casablanca Tumeurs cérébrales chez l enfant : 2nde place après les tumeurs hématologiques.

Plus en détail

L Michel 71 ans. JNCDE 7 juin 2013

L Michel 71 ans. JNCDE 7 juin 2013 L Michel 71 ans JNCDE 7 juin 2013 ATCD : Diabète de type 2 depuis 2012 Hypercholestérolémie Allergie pénicilline Lobectomie thyroïdienne gauche sur nodule froid il y a 30 ans; pas d anatomopathologie disponible

Plus en détail

Françoise MONTRAVERS

Françoise MONTRAVERS Françoise MONTRAVERS Indications de la tomographie par émission de positons (TEP) en cancérologie digestive Connaître les indications validées. Préciser sa place par rapport aux autres techniques d'imagerie.

Plus en détail

TDM indiquée pour toutes les localisations IRM classiquement indiqué dans les tumeurs de la cavité buccale, mais artefacts de mouvement Differentes

TDM indiquée pour toutes les localisations IRM classiquement indiqué dans les tumeurs de la cavité buccale, mais artefacts de mouvement Differentes TDM indiquée pour toutes les localisations IRM classiquement indiqué dans les tumeurs de la cavité buccale, mais artefacts de mouvement Differentes manoeuvres dynamiques en TDM en fonction de la localisation

Plus en détail

AR- Nodule pulmonaire. Nodule pulmonaire

AR- Nodule pulmonaire. Nodule pulmonaire ABECASSIS Anna L3 20/10/2014 Appareil respiratoire CR : AUDOUARD Justine Pr Greillier 8 pages Nodule pulmonaire Plan I. Définitions et physiopathologie II. Circonstances de découverte III.Diagnostic radiologique

Plus en détail

a. Adénopathie localisée aigue b. Adénopathie chronique et polyadénopathies 1. Etiologies infectieuses 2. Métastases d un cancer solide

a. Adénopathie localisée aigue b. Adénopathie chronique et polyadénopathies 1. Etiologies infectieuses 2. Métastases d un cancer solide Conférence 3 ème année médecine Dr B BENZINEB MA Hématologie LES ADENOPATHIES Le plan : I. Définition II. III. Physiopathologie Diagnostic A. Diagnostic positif 1. Interrogatoire 2. Examen clinique 3.

Plus en détail

Kystes de la partie basse du tractus génito-urinaire masculin. Aïna Venkatasamy

Kystes de la partie basse du tractus génito-urinaire masculin. Aïna Venkatasamy Kystes de la partie basse du tractus génito-urinaire masculin Aïna Venkatasamy Introduction Patholgie peu fréquente Le plus souvent bénigne Association possible à des anomalies génitourinaires Modalités

Plus en détail

Femme de 49ans, hospitalisée en dermatologie pour érysipèle. Neutropénie fébrile. Quelles sont vos propositions diagnostiques

Femme de 49ans, hospitalisée en dermatologie pour érysipèle. Neutropénie fébrile. Quelles sont vos propositions diagnostiques Femme de 49ans, hospitalisée en dermatologie pour érysipèle. Neutropénie fébrile. Quelles sont vos propositions diagnostiques -foie métastatique ( T neuro-endocrines, adénocarcinome lieberkühniens, autre

Plus en détail

Tumeurs endocrines digestives:

Tumeurs endocrines digestives: Tumeurs endocrines digestives: Aspects anatomo-pathologiques, classification OMS Apramen, 9 Janvier 2007, Paris Anne Couvelard, Anatomie Pathologique Hôpital Beaujon, Clichy Les tumeurs endocrines. problèmes

Plus en détail

Quels examens prescrire quand on suspecte une tumeur osseuse ou des parties molles?

Quels examens prescrire quand on suspecte une tumeur osseuse ou des parties molles? Quels examens prescrire quand on suspecte une tumeur osseuse ou des parties molles? Dr Zoé Cambon Assistante Service de Radiologie Hopital Pierre Paul Riquet Plan I ) Tumeurs des tissus mous II) Tumeurs

Plus en détail

APPORT DE L IMAGERIE DANS LA TROCHANTÉRITE TUBERCULEUSE. D. LAOUDIYI, A. SKALLI, N. CHIKHAOUI CHU Ibn Rochd - Casablanca - Maroc

APPORT DE L IMAGERIE DANS LA TROCHANTÉRITE TUBERCULEUSE. D. LAOUDIYI, A. SKALLI, N. CHIKHAOUI CHU Ibn Rochd - Casablanca - Maroc APPORT DE L IMAGERIE DANS LA TROCHANTÉRITE TUBERCULEUSE D. LAOUDIYI, A. SKALLI, N. CHIKHAOUI CHU Ibn Rochd - Casablanca - Maroc INTRODUCTION La trochantérite tuberculeuse est une localisation rare de la

Plus en détail

IMAGERIE DES MÉTASTASES PULMONAIRES

IMAGERIE DES MÉTASTASES PULMONAIRES IMAGERIE DES MÉTASTASES PULMONAIRES Y. EL FAKIR, A. KHALIL Club thorax Marrakech 7 Novembre 2015 Le poumon est une localisation fréquente des métastases 20 à 54% des patients avec une tumeur extra-thoracique

Plus en détail

Cas 1. Matthieu LAPEYRE, Olivier ROUQUET, Clinique PASTEUR, Toulouse

Cas 1. Matthieu LAPEYRE, Olivier ROUQUET, Clinique PASTEUR, Toulouse Cas 1 Matthieu LAPEYRE, Olivier ROUQUET, Clinique PASTEUR, Toulouse Cas 1 Patient de 72 ans. Pas d antécédent particulier. Bilan pré-thérapeutique d un adénocarcinome prostatique Gleason 7(4+3) base droite

Plus en détail

Imagerie: intérêt du PETscan en Urologie Congres Francophone d Oncologie Multidisciplinaire: session urologie octobre 2016

Imagerie: intérêt du PETscan en Urologie Congres Francophone d Oncologie Multidisciplinaire: session urologie octobre 2016 Imagerie: intérêt du PETscan en Urologie Congres Francophone d Oncologie Multidisciplinaire: session urologie 13-15 octobre 2016 Dr Isabelle Brenot-Rossi Institut Paoli-Calmettes plan Cancers des voies

Plus en détail

pathologie thoracique de l enfant K. BENELHOSNI, L. CHAT, D. ALAMI, R. DAFIRI Hôpital d enfants CHU IBN SINA- Rabat- Maroc

pathologie thoracique de l enfant K. BENELHOSNI, L. CHAT, D. ALAMI, R. DAFIRI Hôpital d enfants CHU IBN SINA- Rabat- Maroc Apport de l échographie dans la pathologie thoracique de l enfant K. BENELHOSNI, L. CHAT, D. ALAMI, R. DAFIRI Hôpital d enfants CHU IBN SINA- Rabat- Maroc Introduction L'échographie, réalisée après la

Plus en détail

ED Anatomie Pathologique UE Cancérologie. Cas 1

ED Anatomie Pathologique UE Cancérologie. Cas 1 ED Anatomie Pathologique UE Cancérologie Cas 1 L3 2016-2017 Cas clinique Mr H, 60 ans, éthylique et grand tabagique (50 paquets-années), Consulte en raison d une difficulté à avaler les aliments. Ce qui

Plus en détail

Tumeurs malignes Tumeurs primitives (sur foie sain) Tumeurs secondaires

Tumeurs malignes Tumeurs primitives (sur foie sain) Tumeurs secondaires Tumeurs malignes Tumeurs malignes Tumeurs primitives (sur foie sain) CHC Formes particulières Carcinome fibro lamellaire Hépatocholangiocarcinome Cholangiocarcinome intrahépatique Cystadénocarcinome biliaire

Plus en détail

154. Tumeurs des os, primitives et secondaires

154. Tumeurs des os, primitives et secondaires Sommaire 154. Tumeurs des os, primitives et secondaires diagnostic Imagerie Clichés standards 2 incidences (indispensables) - En faveur d une tumeurs maligne primitive : localisation «autour du genou»,

Plus en détail

II- circonstances de découverte : Hématurie (85 % des cas): classiquement terminale, indolore et intermittente.

II- circonstances de découverte : Hématurie (85 % des cas): classiquement terminale, indolore et intermittente. Tumeurs de vessie I- Épidémiologie : Deuxième tumeur urologique après le cancer de prostate. Plus fréquent chez l homme que chez la femme. L'âge médian de survenue : 69 ans chez l'homme et 71 ans chez

Plus en détail

Patient de 48 ans présentant un tableau douloureux lombaire d'apparition brutale, accompagné d'hématuries.

Patient de 48 ans présentant un tableau douloureux lombaire d'apparition brutale, accompagné d'hématuries. Patient de 48 ans présentant un tableau douloureux lombaire d'apparition brutale, accompagné d'hématuries. Quelles sont les questions à poser au patient? A quel moment de la miction survient l hématurie?

Plus en détail

Patiente de 34 ans, découverte fortuite d une masse rétropéritonéale lors d

Patiente de 34 ans, découverte fortuite d une masse rétropéritonéale lors d Patiente de 34 ans, découverte fortuite d une masse rétropéritonéale lors d une échographie. Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur ces coupes scanographiques L.LIAO (IHN) -avant

Plus en détail

Garçon de 5 ans, douleurs abdominales et suspicion de tumeur

Garçon de 5 ans, douleurs abdominales et suspicion de tumeur Garçon de 5 ans, douleurs abdominales et suspicion de tumeur FLORES A, PROST S, LENOIR M, CHRU Besançon Société de Médecine de Franche-Comté Enfant de 5 ans adressé par son médecin traitant pour douleurs

Plus en détail

Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006)

Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006) Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006) 1. Epidémiologie Les ostéosarcomes ou sarcomes ostéogèniques sont des tumeurs rares,

Plus en détail