Traumatisme rénal : quelle prise en charge?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traumatisme rénal : quelle prise en charge?"

Transcription

1 CHU GRENOBLE Traumatisme rénal : quelle prise en charge? Dr Nicolas TERRIER Service d Urologie et de la Transplantation Centre Hospitalier et Universitaire de Grenoble JOURNEES EN TRAUMATOLOGIE 9 octobre 2013

2

3 Anatomie

4 Anatomie

5 Anatomie

6 Anatomie

7 Diagnostic TDM en Urgence Néphrographie Rein controlatéral Volume Hématome Fracture parenchyme Extravasation artérielle Fragments dévitalisés Extravasation urinaire Lésions associées

8

9 Traumatisme du rein Classification américaine Moore EE, and al, J. Trauma 1989, 29, 1664 GRADE 1 : Contusion rénale, hématurie sans lésion rénale visible sur le bilan radiologique. Hématome capsulaire non expansif sans atteinte du parenchyme. Hématome péri rénal limité. GRADE 2 : Lésion du cortex rénal inférieur 1 cm sans extravasation urinaire. GRADE 3 : Lésion du cortex rénal supérieur à 1 cm de profondeur sans atteinte de la voie excrétrice et sans extravasation urinaire. GRADE 4 : Lésion rénale touchant le système collecteur identifiée par une extravasation d urine sur le bilan radiologique Atteinte des branches veineuses ou artérielle de l artère rénale entraînant une dévascularisation et un infarcissement de segment du parenchyme rénal GRADE 5 : Situations ou le risque vital est en jeu en raison de l importance du traumatisme rénal : Thrombose ou dissection de l artère rénale Avulsion du pédicule rénal Rein détruit

10 Diagnostic Problème de la Classification américaine de Moore Groupe hétérogènes de patients de patient Grade 4 vasculaire Grade 4 Grade 4 Urinaire Thrombose ou dissection de l artère rénale Grade 5 : Rein détruit Avulsion du pédicule rénal

11 Physio-pathologie Saignement Hémodynamique Risque transfusionnel Hématome Surinfection Douleurs Epanchement pleural Iléus Lésion urinaire Fistule urinaire Surinfection Caillotage vésicale Colique néphrétique Ischémique rénale Insuffisance rénale HTA

12 Principe de prise en charge Traitement conservateur Néphrectomie Remarques: Sauver la vie avant l organe Conserver une fonction plus qu un organe Conservation Abstention

13 Prise en charge traumatismes minimes Contusion, hématome simple, isolée sans extravasation Vasculaire ou Urinaire Grade 1 Grade 2 Retour à domicile* ou hospitalisation courte Antalgiques, repos 10j Contrôle Urologue avec TDM à 1 mois *Hors lésion associée, rein unique, insuffisance rénale, anticoagulant, personne âgée, mauvaise tolérance

14 Prise en charge classique Stable Instable TDM Ø Lésion associée Lésion viscérale associée Urinôme ++ Blush Rein muet Rein détruit Caillotage Hématome++ Artériographie Drainage Embolisation Sélective Exploration chirurgicale Surveillance

15 Prise en charge alternatives Stable Instable TDM Ø Lésion associée Lésion viscérale associée Urinôme ++ Blush Rein muet Rein détruit Caillotage Hématome++ Artériographie Drainage Stent artère rénale Revascularisation chirurgicale Surveillance

16 Prise en charge classique Stable Instable TDM Ø Lésion associée Lésion viscérale associée Urinôme ++ Blush Rein muet Rein détruit Caillotage Hématome++ Artériographie Drainage Embolisation Sélective Exploration chirurgicale Surveillance

17 Prise en charge alternatives Stable Instable TDM Ø Lésion associée Lésion associée (Bassin Urinôme ++ Blush Rein muet Rein détruit Rate foie..) Caillotage Hématome++ Artériographie urgence Drainage Embolisation proximal Surveillance Exploration chirurgicale différée

18 Surveillance Soins intensifs 48h Urologie Profil Hémodynamique, T Créat, Hémoglobine, inflammation, leucocytes Pression intra vésicale, Périmètre abdominale Lavage vésical si nécessaire A jeun Complications Échecs Augmentation urinome Augmentation hématome TDM 48h Hémorragique en deux temps Surinfection hématome et/ou urinome Iléus Syndrome du compartiment abdominal Epanchements pleuraux Caillotage Douleurs non contrôlable Evolution favorable

19 Chirurgie Qui et quand? Urgence: Patients instables. Syndrome du compartiment Lésions viscérales associées chirurgicales Rein muet Différé: (idéalement J4-J10) Rein détruit >50% Échecs du traitement conservateur : Échec d embolisation (x2 maximum) Urinome symptomatique Intolérance Complications du traitement conservateur: Surinfection hématome et/ou urinome

20 Chirurgie Conservative Décaillotage de la loge rénale Hémostase Néphrorraphie Néphrectomie partielle Réparation urinaire

21 Chirurgie Revascularisation Quand faut-il intervenir? Limite de H+5 à H+16 Il peut exister des succès de revascularisation au delà de ces délais, en rapport à une obstruction incomplète et/ou une vascularisation collatérale urétero-pyélique ou capsulaire Toujours Rein unique ou lésion bilatérale: 56% de dialyse évitées dans la littérature Cass A.SJ.Trauma., 1985, 25, SmithS.D., J. Trauma., 1993, 35, Haas C.A., J. Urol., 1998, 45, Lohse, J. Arch Surg, 117: 801, 1982 Piechaud.Ann Urol, ,

22 Chirurgie Néphrectomie par défaut Hémostase de sauvetage Réparation impossible Rein détruit >50% Surinfection hématome

23 Chirurgie Résultat? Laparotomie Laparotomie # Néphrectomie: 25 à 60% des grades 4 opérés 75 à 90% des grades 5 opérés Prise en charge chirurgicale / non chirurgicale: Transfusion x5 Durée de séjour x3 Pas de complication à tenter la conservation Dozier KC, Am Surg Jan;79(1): McAninch, J. W.. J Trauma, 22: 285, 1982 McAninch, J. W. J Urol, 145: 932, 1991 Hotaling, J. Urol, Vol. 185, , April 2011 Elliott, J. Urol., Vol. 178, , December 2007 Van der Wilden GM, JAMA Surg Aug 14.

24 Chirurgie Résultat? Chirurgie de revascularisation Auteurs Effectif Nombre de revascularisation Succès Haas Carroll Knudson Maggio Cass Long Max. 1 rein à 20% HTA après traumatisme de l artère rénale Haas (43 %) Carroll (8,3%) Maggio (57%) Cass (0%) Stables (50 %) Haas, C. J Trauma, 45: 557, 1998 Smith SD, J Trauma 1993,35, Glenski, W. JJ Urol, 153: 316A, 1995 Maggio, A. J., Jr.,. Urology, 11: 125, 1978 Carroll, J Trauma, 30: 547, 1990 Long JA, AFU 2004

25 Chirurgie Drainage urinaire Indications: Fièvre>38,5 Insuffisance rénale aigue caillotage Décaillotage Sonde urétérale Sonde à demeure Drainage percutané Exploration au cours de chirurgie associée 19% de néphrectomie Conservation (stent ou non): 3% de persistance à J7 100% de conservation à terme Aucun impact des grades 4 urinaires sur la fonction à 6 mois McAninch JWJ Urol Dec;176(6 Pt 1): Fiard G., J. Urol, Vol. 185, , Jan 2011 Long JA., Prog.Urol, Volume 22, Issue 13, November 2012, Page 765 Fiard G, Eur Uro Volume 12, Issue 1, March 2013, Page e564

26 Conclusion CHU GRENOBLE n= chirurgies chez 29 patients dont 21 laparotomies indications 17 saignement persistants biologiques cliniques ou radiologiques 9 reins détruits 8 fuites urinaire symptomatiques contexte 13 grade V 13 grade IV 2 grade III 1 grade II Résultat 17 néphrectomies totales 3 néphrectomies polaires 1 packing retropéritonéal 8 drainages urinaires et 1 décaillotage

27 Conclusion Dernier recours

28 Embolisation sélective FIARD, AFU 2012 Janvier 2004 mai traumatismes du rein 54 grades III 99 grades IV 23 grades V 4 embolisations (7%) 18 embolisations (18%) 5 embolisations (22%) 27 embolisations

29 Embolisation sélective FIARD, AFU 2012 Janvier 2004 mai embolisations sélective 2 embolisations proximales 16 succès primaires (64%) 9 complications (36%) 3 re saignements + 1 pseudoanévrisme 1 rein dévascularisé 3 sepsis 1 syndrome du compartiment abdominal 4 embolisations itératives Conservation rénale n= 20 Néphrectomie n=7

30 Rein ischémique Néphrectomie HTA après traumatisme de l artère rénale Haas (43 %) Carroll (8,3%) Maggio (57%) Cass (0%) Stables (50 %)

31 Embolisation sélective Geste de choix pour les fuites artérielles périphériques Limite la perte sanguine primaire et secondaire 71 % efficacité en première intention sur le saignement 95 %efficacité en deuxième intention sur le saignement Fonction moyenne à 6 mois pour le rein lésé (normale # 50%) : Grade 4: 39% Grade 5: 11% Le pourcentage de fragment dévascularisés initial est lié au résultat fonctionnel à distance Hotaling, J. Urol, Vol. 185, , April 2011 Fiard, J. Urol, Vol. 185, , January 2011

32 Embolisation sélective Surf: rein- stable 63% 37% Scinti DMSA à 6 mois Contrôle à 6 mois

33 Embolisation sélective Vélo: dégradation hémodynamique modérée Contrôle à J7 Contrôle à J30

34 Stent couvert Saignement actif sur le tronc principal en amont d un rein bien vascularisé Base jump: rein- foie- bassin- stable avant stent après stent Contrôle à 3 mois

35 Scinti 44% Créat 93%

Traumatologie de l appareil urinaire

Traumatologie de l appareil urinaire Traumatologie de l appareil urinaire Dc François Galonnier Service de chirurgie urologique Centre Hospitalier Lyon Sud francois.galonnier@chu-lyon.fr Recommandations EAU 2013 http://www.uroweb.org/fileadmin/

Plus en détail

Service de Radiologie. CHU Ibn Sina. Rabat. Maroc

Service de Radiologie. CHU Ibn Sina. Rabat. Maroc Zian H, Belkacem S, Hammani L, Bouklata, Nassar I, Imani F. Service de Radiologie. CHU Ibn Sina. Rabat. Maroc Le traumatisme rénal se voit dans 10% des traumatismes abdominaux. Il s intègre souvent dans

Plus en détail

Traumatisme du rein présent dans 10% des traumas abdominaux. Atteinte associée d un autre organe dans 60 à 80% des cas

Traumatisme du rein présent dans 10% des traumas abdominaux. Atteinte associée d un autre organe dans 60 à 80% des cas Patiente de 22ans AVP scooter vs PL Douleur fosse lombaire gauche Quels sont les éléments sémiologiques scanographiques à retenir pour la prise en charge diagnostique et thérapeutique Rémi Duprès (IHN)

Plus en détail

Conduite à tenir devant un traumatisme grave fermé du foie. DESC réanimation médicale Trapes Laurène Decembre 2008

Conduite à tenir devant un traumatisme grave fermé du foie. DESC réanimation médicale Trapes Laurène Decembre 2008 Conduite à tenir devant un traumatisme grave fermé du foie DESC réanimation médicale Trapes Laurène Decembre 2008 Epidémiologie Dans 20% des polytraumatismes fermés Mortalité globale : 4 à 11% Mortalité

Plus en détail

Urgences traumatiques Cas cliniques. F Thony Grenoble

Urgences traumatiques Cas cliniques. F Thony Grenoble Urgences traumatiques Cas cliniques F Thony Grenoble Traumatisme du foie Patient de 25 ans, accident de moto contre voiture Admission hôpital périphérique TC-PC Glasgow 13 Stabilité hémodynamique TDM Qu'en

Plus en détail

PRISE EN CHARGE ACTUELLE DES CONTUSIONS HEPATIQUES C.CURTO, NANTES 2003

PRISE EN CHARGE ACTUELLE DES CONTUSIONS HEPATIQUES C.CURTO, NANTES 2003 PRISE EN CHARGE ACTUELLE DES CONTUSIONS HEPATIQUES C.CURTO, NANTES 2003 EPIDEMIOLOGIE avant 86, hémopéritoine = laparotomie Circonstance de survenue : polytraumatisme le plus souvent (45 à 75%) 26% des

Plus en détail

Chute de cheval Douleur abdominale défense

Chute de cheval Douleur abdominale défense Femme de 27ans Chute de cheval avec réception sur une barre d obstacle sur le flanc gauche Douleur abdominale avec défense de l"hypochondre et du flanc gauches Pauline DÉROT (IHN) Hyperdensité spontanée

Plus en détail

Place de l embolisation dans la prise en charge des traumatismes fermés de la rate. Marc GIRAUD Interne en radiologie au CH Lyon Sud

Place de l embolisation dans la prise en charge des traumatismes fermés de la rate. Marc GIRAUD Interne en radiologie au CH Lyon Sud Place de l embolisation dans la prise en charge des traumatismes fermés de la rate Marc GIRAUD Interne en radiologie au CH Lyon Sud Problématique PEC conservatrice à privilégier pour éviter complications

Plus en détail

Traumatisme fermé du rein: Expérience grenobloise. Dr Jean-Alexandre Long Service d Urologie et de la Transplantation CHU Grenoble

Traumatisme fermé du rein: Expérience grenobloise. Dr Jean-Alexandre Long Service d Urologie et de la Transplantation CHU Grenoble Traumatisme fermé du rein: Expérience grenobloise Dr Jean-Alexandre Long Service d Urologie et de la Transplantation CHU Grenoble Particularités régionales Arc alpin: Attractivité des montagnes Population

Plus en détail

TRAUMATISME DE LA RATE

TRAUMATISME DE LA RATE TRAUMATISME DE LA RATE INTRODUCTION Organe le plus souvent atteint lors des contusions abdominales Traitement classique des lésions spléniques et encore récemment chez l adulte était la splénectomie Traitement

Plus en détail

INTERET DE L EMBOLISATION A L ALCOOL DES REINS POLYKYSTIQUES EN PREPARATION D UNE GREFFE RENALE

INTERET DE L EMBOLISATION A L ALCOOL DES REINS POLYKYSTIQUES EN PREPARATION D UNE GREFFE RENALE INTERET DE L EMBOLISATION A L ALCOOL DES REINS POLYKYSTIQUES EN PREPARATION D UNE GREFFE RENALE Jean Pierre Lafourcade, François Cornelis, Yann Le Bras, Gérald Rigou, Régis Hubrecht, Nicolas Grenier Hôpital

Plus en détail

COMPLICATIONS URINAIRES DES FRACTURES DU BASSIN

COMPLICATIONS URINAIRES DES FRACTURES DU BASSIN Introduction COMPLICATIONS URINAIRES DES FRACTURES DU BASSIN Les fractures du bassin sont potentiellement graves ; il s agit le plus souvent d un polytraumatisé avec de nombreuses complications viscérales,

Plus en détail

Place de l imagerie O. ERNST. Lille

Place de l imagerie O. ERNST. Lille SESSION REANIMATION PANCREATITES Place de l imagerie Dr Olivier Ernst CHRU de Lille 1 Pancréatites : place de l'imagerie O. ERNST Lille 2 Rôles possibles de l IMAGERIE Affirmer le dg Orienter le dg étiologique

Plus en détail

Traumatismes du rein de l enfant

Traumatismes du rein de l enfant Traumatismes du rein de l enfant R. Besson Département de chirurgie et orthopédie de l enfant Hôpital Jeanne de Flandre Université Lille 2 Plus fréquent chez l enfant que chez l adulte Mobilité: plus importante

Plus en détail

Hémorragies rétropéritonéales spontanées : du diagnostic au traitement

Hémorragies rétropéritonéales spontanées : du diagnostic au traitement Hémorragies rétropéritonéales spontanées : du diagnostic au traitement Épidémiologie Fréquence Causes : Tumorales Vasculaires Troubles de la coagulation +++ Syndromes hémorragiques Traitements anti-coagulants

Plus en détail

Cours URO NEPHRO. Pathologie Infectieuse Pathologie Vasculaire Pathologie Traumatique

Cours URO NEPHRO. Pathologie Infectieuse Pathologie Vasculaire Pathologie Traumatique Cours URO NEPHRO Pathologie Infectieuse Pathologie Vasculaire Pathologie Traumatique Pyélonéphrite aiguë bactérienne Le plus fréquemment : infections ascendantes E Coli et autres Gram négatifs Facteurs

Plus en détail

Traitement endovasculaire des axes de jambe: techniques, indications et résultats

Traitement endovasculaire des axes de jambe: techniques, indications et résultats Traitement endovasculaire des axes de jambe: techniques, indications et résultats t Kheira Hireche, Ludovic Canaud, Charles Marty Ané, Pierre Alric Historique Charles T. Dotter Technique de recanalisation

Plus en détail

CAS CLINIQUE Traumatisme abdominal en urgence 02/12/2011 Journée Médico-Chirurgicale Carpentrassienne Dr WIGT Dr MUNOZ

CAS CLINIQUE Traumatisme abdominal en urgence 02/12/2011 Journée Médico-Chirurgicale Carpentrassienne Dr WIGT Dr MUNOZ CAS CLINIQUE Traumatisme abdominal en urgence 02/12/2011 Journée Médico-Chirurgicale Carpentrassienne Dr WIGT Dr MUNOZ Motif d'admission Mr M. âgé de 57 ans Arrive aux urgences par ses propres moyens suite

Plus en détail

Artères Rénales -C- Michel Dauzat, Jean-Pierre Laroche, Thierry Puttemans,

Artères Rénales -C- Michel Dauzat, Jean-Pierre Laroche, Thierry Puttemans, Artères Rénales -C- Michel Dauzat, Jean-Pierre Laroche, Thierry Puttemans, Indications Sténose de l artères rénale et HTA Occlusion de l artère rénale Surveillance après traitement Néphropathies Étude

Plus en détail

Les traumatismes fermés du foie

Les traumatismes fermés du foie Les traumatismes fermés du foie Pr François Paye Service de chirurgie générale et digestive Hôpital Saint Antoine,Paris Epidémiologie Incidence trauma fermés > trauma /arme à feu ou blanche en Europe Mécanisme:

Plus en détail

Ischémie mésentérique

Ischémie mésentérique Ischémie mésentérique Veineuse Artérielle Chronique: Angor Mésentérique Aigue Radiologie interventionnelle Pre-test Mr X 75 ans Arrêt des matière et des gaz avec élévation de la CRP dans les suite d une

Plus en détail

Circonstances de prise en charge en réanimation de pathologies urologiques. Module de pathologie rénale. Insuffisance rénale obstructive.

Circonstances de prise en charge en réanimation de pathologies urologiques. Module de pathologie rénale. Insuffisance rénale obstructive. Module de pathologie rénale aspects chirurgicaux de la prise en charge en réanimation «réanimation urologique» Circonstances de prise en charge en réanimation de pathologies urologiques Insuffisance rénale

Plus en détail

Circonstances de prise en charge en réanimation de pathologies urologiques. Module de pathologie rénale. Principes. Insuffisance rénale obstructive

Circonstances de prise en charge en réanimation de pathologies urologiques. Module de pathologie rénale. Principes. Insuffisance rénale obstructive Module de pathologie rénale aspects chirurgicaux de la prise en charge en réanimation «réanimation urologique» Circonstances de prise en charge en réanimation de pathologies urologiques Insuffisance rénale

Plus en détail

APPORT DE L EMBOLISATION DANS LE TRAITEMENT DES ANGIOMYOLIPOMES RENAUX. Bordeaux-France

APPORT DE L EMBOLISATION DANS LE TRAITEMENT DES ANGIOMYOLIPOMES RENAUX. Bordeaux-France APPORT DE L EMBOLISATION DANS LE TRAITEMENT DES ANGIOMYOLIPOMES RENAUX M Chaker,, F Basseau,, V Pérot, A Cimpean, S Ferron,, J-L J Pariente,, N Grenier Bordeaux-France INTRODUCTION L Angiomyolipome rénal

Plus en détail

Traumatisme rénal fermé : la rupture du fascia de Gerota permet-elle de prédire la nécessité d une embolisation?

Traumatisme rénal fermé : la rupture du fascia de Gerota permet-elle de prédire la nécessité d une embolisation? Traumatisme rénal fermé : la rupture du fascia de Gerota permet-elle de prédire la nécessité d une embolisation? Analyse faite par Thomas Sanzalone, Service de Radiologie, Hôpital E Herriot Evaluation

Plus en détail

Lithotripsie extra-corporelle

Lithotripsie extra-corporelle Lithotripsie extra-corporelle Site des urologues de la polyclinique de Picardie Amiens Adresse du site : www.docvadis.fr/www.urologie-polycliniquedepicardie L intervention qui vous est proposée est destinée

Plus en détail

Place de la radiofréquence dans le cancer du rein

Place de la radiofréquence dans le cancer du rein Place de la radiofréquence dans le cancer du rein N.Annane;F.Alibenamara,S.Berkane,L.Abid Service de chirurgie viscérale et oncologique. Hôpital de Bologhine. Alger Introduction Le cancer du rein est en

Plus en détail

homme 71 ans, douleurs lombaires chroniques, pas d'atteinte de l'état général, tabagique ; biologie sanguine et urinaire sans particularités

homme 71 ans, douleurs lombaires chroniques, pas d'atteinte de l'état général, tabagique ; biologie sanguine et urinaire sans particularités homme 71 ans, douleurs lombaires chroniques, pas d'atteinte de l'état général, tabagique ; biologie sanguine et urinaire sans particularités Avril 2008 LMNH Urinome Hématome Quel(s) diagnostic(s) est il

Plus en détail

Anévrysme des Artères Viscérales

Anévrysme des Artères Viscérales Anévrysmes des artères splanchniques Anévrysme des Artères Viscérales JP Becquemin, F Cochennec, H Kobeiter JP Becquemin, Hopital H Mondor F Cochennec, Creteil H Kobeiter Anévrysmes des artères splanchniques

Plus en détail

Traumatismes de l abdomen et du thorax. Pr. Fabrice MENEGAUX, Dr. Thomas PROT Service de chirurgie générale du Pr. CHIGOT

Traumatismes de l abdomen et du thorax. Pr. Fabrice MENEGAUX, Dr. Thomas PROT Service de chirurgie générale du Pr. CHIGOT Traumatismes de l abdomen et du thorax Pr. Fabrice MENEGAUX, Dr. Thomas PROT Service de chirurgie générale du Pr. CHIGOT Contusions de l abdomen 2 risques vitaux : Immédiat : hémorragie A distance : sepsis

Plus en détail

La Lithiase Urinaire

La Lithiase Urinaire La Lithiase Urinaire Notions générales Pathologie ancestrale: 7000 à 3000 ACN 15 % des hommes et 6 % des femmes Facteurs favorisants Déshydratation Régimes hyperprotéinés, exercice physique, médicaments

Plus en détail

LES CONTUSIONS ABDOMINALES.Dr.A.Doumani

LES CONTUSIONS ABDOMINALES.Dr.A.Doumani I-Définition -généralités: LES CONTUSIONS ABDOMINALES.Dr.A.Doumani on appelle contusion abdominale tout traumatisme fermé de la cavité abdominale depuis le diaphragme jusqu' au plancher pelvien susceptible

Plus en détail

Dossier n 4. QUESTION 1 Quel diagnostic évoquez-vous en premier lieu, et pourquoi? Quel autre signe recherchez-vous à l examen clinique?

Dossier n 4. QUESTION 1 Quel diagnostic évoquez-vous en premier lieu, et pourquoi? Quel autre signe recherchez-vous à l examen clinique? Dossier n 4 Un homme de 66 ans vous est adressé par son médecin traitant devant la découverte lors d un examen systématique d une masse abdominale pulsatile et expansive. Ses antécédents se résument à

Plus en détail

Retard transfusionnel par non prise en compte des résultats de biologie. Présenté par le Dr. Martine BESSE-MOREAU

Retard transfusionnel par non prise en compte des résultats de biologie. Présenté par le Dr. Martine BESSE-MOREAU Retard transfusionnel par non prise en compte des résultats de biologie Présenté par le Dr. Martine BESSE-MOREAU 1 Description de l évènement : le patient Antécédents: Obésité:130Kg/168cm, BMI à 45 Diabète

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LA MALADIE DIVERTICULAIRE

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LA MALADIE DIVERTICULAIRE INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LA MALADIE DIVERTICULAIRE François BOUCULAT, Clermont-Ferrand Réunion d enseignement Inter Région Sud Ouest 19/10/06 Définitions Diverticule: hernie de la muqueuse et de

Plus en détail

Les traumatismes abdominaux

Les traumatismes abdominaux Les traumatismes abdominaux Gérard Janvier Service d Anesthésie Réanimation II CHU de Bordeaux 29/03/2011 Unité d Enseignement Urgences Optionnel M1 Introduction attitude chirurgicale systématique conservateur

Plus en détail

ATELIER 4 TRAUMATISME THORACIQUE. P.Banwarth K.Tazarourte

ATELIER 4 TRAUMATISME THORACIQUE. P.Banwarth K.Tazarourte ATELIER 4 TRAUMATISME THORACIQUE Experts L.Ducros P.Michelet Animateurs P.Banwarth K.Tazarourte Rapporteur E.Querellou Q1 - CRITERES DE GRAVITE ET ORIENTATION d UN TRAUMATISME THORACIQUE Eléments de gravité

Plus en détail

Ischémie traumatique des membres

Ischémie traumatique des membres Journée e de Traumatologie Ischémie traumatique des membres P Feugier, P Lermusiaux, A Millon, Y Paquet, T Boudjellit, PO Thiney Département de Chirurgie Vasculaire Hôpital E. Herriot, Université Cl Bernard,

Plus en détail

APPORT DE L IMAGERIE DANS LES PYELONEPHRITES EMPHYSEMATEUSES (A PROPOS DE HUIT CAS)

APPORT DE L IMAGERIE DANS LES PYELONEPHRITES EMPHYSEMATEUSES (A PROPOS DE HUIT CAS) APPORT DE L IMAGERIE DANS LES PYELONEPHRITES EMPHYSEMATEUSES (A PROPOS DE HUIT CAS) S.SAOUD,R.BENMOUSSA,A.SKALLI,N.CHIKHAOUI SERVICE DE RADIOLOGIE DES URGENCES CHU : IBN ROCHD-CASABLANCA INTRODUCTION Infection

Plus en détail

SYNDROME D EHLERS-DANLOS VASCULAIRE

SYNDROME D EHLERS-DANLOS VASCULAIRE SYNDROME D EHLERS-DANLOS VASCULAIRE Sommaire SYNDROME D EHLERS-DANLOS VASCULAIRE 51 AAG et anticoagulants 52 Accouchement 53 Allaitement 54 AVC 55 Coloscopie 56 Dissection aortique 57 Dissection artérielle

Plus en détail

ISCHÉMIE DISTALE -Traitement radiologique

ISCHÉMIE DISTALE -Traitement radiologique Bruxelle, 2011 ISCHÉMIE DISTALE -Traitement radiologique Alain RAYNAUD Clinique Alleray-Labrouste Paris, France Mécanismes de l'ischémie distale Trois mécanismes intriqués expliquent la survenue d une

Plus en détail

R HUBRECHT, Y LEBRAS, F CORNELIS, N GRENIER Service d imagerie diagnostique et thérapeutique de l adulte CHU BORDEAUX

R HUBRECHT, Y LEBRAS, F CORNELIS, N GRENIER Service d imagerie diagnostique et thérapeutique de l adulte CHU BORDEAUX Prise en charge endovasculaire des anévrysmes des artères rénales R HUBRECHT, Y LEBRAS, F CORNELIS, N GRENIER Service d imagerie diagnostique et thérapeutique de l adulte CHU BORDEAUX Journées françaises

Plus en détail

Définition classique. Prise en charge d un patient polytraumatisé. Mortalité en France. Définition utile. Critères de gravité

Définition classique. Prise en charge d un patient polytraumatisé. Mortalité en France. Définition utile. Critères de gravité Définition classique Prise en charge d un patient polytraumatisé Dr David Barouk Département d Anesthésie Réanimation CHU Pitié-Salpêtrière, Paris Patient traumatisé ayant plus d une lésion et dont au

Plus en détail

Orientation. Urgences abdominales - III. Exploration. Pancréatite aiguë. PA / scanner

Orientation. Urgences abdominales - III. Exploration. Pancréatite aiguë. PA / scanner Orientation Urgences abdominales - III Yves Gandon Urgence = douleurs quasiconstantes Localisation oriente +++ Associées à Occlusion (sur bride post-chir, hernie ) Fièvre (appendicite, cholécystite, sigmoïdite

Plus en détail

TRAITEMENT DES TUMEURS DU REIN PAR RADIOFREQUENCE

TRAITEMENT DES TUMEURS DU REIN PAR RADIOFREQUENCE TRAITEMENT DES TUMEURS DU REIN PAR RADIOFREQUENCE JM Correas 1, A Méjean 2, D Joly 3, O Hélénon 1 1: Service de Radiologie Adultes, 2: Service d Urologie 3: Service de Néphrologie Adulte, Groupe Hospitalier

Plus en détail

Module de pathologie rénale. en charge en réanimation «réanimation urologique»

Module de pathologie rénale. en charge en réanimation «réanimation urologique» Module de pathologie rénale aspects chirurgicaux de la prise en charge en réanimation «réanimation urologique» Circonstances de prise en charge en réanimation de pathologies urologiques Insuffisance rénale

Plus en détail

5/ Traumatismes de l abdomen

5/ Traumatismes de l abdomen SEMESTRE 1 UE 2.4.S1 Processus traumatiques I. Généralités 5/ Traumatismes de l abdomen Les traumatismes abdominaux sont fréquents (20% polytraumatisés) Mécanismes variés Traitement le + souvent «conservateur»

Plus en détail

-Lésions fréquentes -Isthme de l aorte (RTIA) +++, 0,3 % -Pronostic sévère, mortalité 40 %

-Lésions fréquentes -Isthme de l aorte (RTIA) +++, 0,3 % -Pronostic sévère, mortalité 40 % TRAUMATISMES FERMES DES GROS VAISSEAUX INTRATHORACIQUES -Lésions fréquentes -Isthme de l aorte (RTIA) +++, 0,3 % -Pronostic sévère, mortalité 40 % - Aorte et en particulier l Isthme de l Aorte Artère sous

Plus en détail

femme 61 ans.contrôle d une colite pseudo-membraneuse actuellement traitée avec bilan coprologique biologique négatif

femme 61 ans.contrôle d une colite pseudo-membraneuse actuellement traitée avec bilan coprologique biologique négatif femme 61 ans.contrôle d une colite pseudo-membraneuse actuellement traitée avec bilan coprologique biologique négatif Scanner abdomino-pelvien déclaré " sans particularité" Solène Varnier (IHN) Scanner

Plus en détail

Fédération des médecins omnipraticiens du Québec

Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Fédération des médecins omnipraticiens du Québec 7 avril 2017 14h45 Plénière L hématurie microscopique et macroscopique Dr Annie-Claude Blouin Urologue CHU de Québec - L Hôtel-Dieu de Québec 16 D re Annie-Claude

Plus en détail

Prise en charge des traumatismes du bassin sévères. Cédric PALOBART DESC réanimation Clermont-Ferrand 7 et 8 décembre 2006

Prise en charge des traumatismes du bassin sévères. Cédric PALOBART DESC réanimation Clermont-Ferrand 7 et 8 décembre 2006 Prise en charge des traumatismes du bassin sévères Cédric PALOBART DESC réanimation Clermont-Ferrand 7 et 8 décembre 2006 Epidémiologie Mortalité des traumatismes pelviens = 10% Biffl WL et al. Am Surg.

Plus en détail

SEMIOLOGIE CLINIQUE EN UROLOGIE ET NEPHROLOGIE OBJECTIFS DE LA SEQUENCE SEMIOLOGIE URO- NEPHROLOGIQUE

SEMIOLOGIE CLINIQUE EN UROLOGIE ET NEPHROLOGIE OBJECTIFS DE LA SEQUENCE SEMIOLOGIE URO- NEPHROLOGIQUE SEMIOLOGIE CLINIQUE EN UROLOGIE ET NEPHROLOGIE 2007/2008 1 OBJECTIFS DE LA SEQUENCE Etre capable quelle que soit la demande de soin : De repérer les signes objectifs et ou subjectifs évoquant une atteinte

Plus en détail

L Angiographie interventionnelle : Un secteur de pointe ayant des liens étroits avec plusieurs spécialités chirurgicales.

L Angiographie interventionnelle : Un secteur de pointe ayant des liens étroits avec plusieurs spécialités chirurgicales. L Angiographie interventionnelle : Un secteur de pointe ayant des liens étroits avec plusieurs spécialités chirurgicales. L Angiographie et la Radiologie interventionnelle est une spécialité de pointe

Plus en détail

Urgences douloureuses d origine rénale

Urgences douloureuses d origine rénale Urgences douloureuses d origine rénale G. RIGOU CHU Bordeaux, Pellegrin Service d imagerie interventionnelle et urologique, Pr Grenier CAFCIM, 14 Mai 2011 Introduction Pratique quotidienne de l imagerie

Plus en détail

Hémorragies après duodéno-pancréatectomie-céphalique (dpc) Pièges et astuces de la prise en charge endovasculaire

Hémorragies après duodéno-pancréatectomie-céphalique (dpc) Pièges et astuces de la prise en charge endovasculaire Hémorragies après duodéno-pancréatectomie-céphalique (dpc) Pièges et astuces de la prise en charge endovasculaire J Soussan*, C Prost*, A Varoquaux*, A Jacquier*, T Bège**, V Moutardier**, V Vidal* * Pôle

Plus en détail

Les contusions abdominales. Dr Mamadou Cissé Assistant chef de clinique Chirurgie générale HALD

Les contusions abdominales. Dr Mamadou Cissé Assistant chef de clinique Chirurgie générale HALD Les contusions abdominales Dr Mamadou Cissé Assistant chef de clinique Chirurgie générale HALD Une contusion abdominale peut tuer: En quelques minutes, par choc ou hémorragie foudroyante En quelques heures,

Plus en détail

Syndromes aortiques aigus

Syndromes aortiques aigus Syndromes aortiques aigus Quatre diagnostics: ulcères aortiques, hématome aortique, Pseudo-anévrysmes et ruptures traumatiques de l aorte Dissections aortiques (DA) DA plus fréquentes que les ruptures

Plus en détail

L'urétéroscopie souple-laser dans le traitement des lithiases rénales : recommandations, indications, morbidité et résultats.

L'urétéroscopie souple-laser dans le traitement des lithiases rénales : recommandations, indications, morbidité et résultats. L'urétéroscopie souple-laser dans le traitement des lithiases rénales : recommandations, indications, morbidité et résultats. Pr Pierre Conort Département d Uro-Néphrologie Hôpital Universitaire Pitié-Salpêtrière.

Plus en détail

Pr Olivier Monneuse Urgences chirurgicales Pavillon G Viscéral Hôpital Edouard Herriot Lyon.

Pr Olivier Monneuse Urgences chirurgicales Pavillon G Viscéral Hôpital Edouard Herriot Lyon. Pr Olivier Monneuse Urgences chirurgicales Pavillon G Viscéral Hôpital Edouard Herriot Lyon. Objectifs de la présentation Discuter les moyens hémostatiques dans les hémorragies graves des traumatismes

Plus en détail

ISCHEMIE AIGUE DE MEMBRES

ISCHEMIE AIGUE DE MEMBRES ISCHEMIE AIGUE DE MEMBRES ISCHEMIE AIGUE DE MEMBRES Objectifs l Reconnaître et traiter précocement l ischémie l Mécanisme et cause de l obstruction l Revascularisation et sauvegarde du membre l Prévention

Plus en détail

Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS

Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant les pyélonéphrites aiguës : A - Elles peuvent mettre en jeu le pronostic vital

Plus en détail

ASA/ACCF/AHA/AANS/ACR/ASNR /CNS/SAIP/SCAI/SNIS/SVM/SVS

ASA/ACCF/AHA/AANS/ACR/ASNR /CNS/SAIP/SCAI/SNIS/SVM/SVS ASA/ACCF/AHA/AANS/ACR/ASNR /CNS/SAIP/SCAI/SNIS/SVM/SVS Recommandations dans la prise en charge des patients présentant sténose carotidienne ou vertébrale extra crânienne. Recommandations pour écho-doppler

Plus en détail

au temps veineux, on confirme la thrombose de la veine ovarienne droite qui est augmentée de calibre et non rehaussée prise de contraste de la paroi

au temps veineux, on confirme la thrombose de la veine ovarienne droite qui est augmentée de calibre et non rehaussée prise de contraste de la paroi Femme de 25 ans; accouchement il y a 5 jours ; douleurs abdominales depuis deux jours, syndrome inflammatoire biologique, fièvre. Quels sont les éléments sémiologiques à retenir images CH Metz - Scanner

Plus en détail

CAS-CLINIQUE PROGRESSIF SIDES-ECNi FICHE SIGNALITIQUE DU DOSSIER PROGRESSIF

CAS-CLINIQUE PROGRESSIF SIDES-ECNi FICHE SIGNALITIQUE DU DOSSIER PROGRESSIF CAS-CLINIQUE PROGRESSIF SIDES-ECNi FICHE SIGNALITIQUE DU DOSSIER PROGRESSIF Référence du Cas-Clinique- Progressif : Faculté Nom et prénom du rédacteur Nom et prénom du relecteur Spécialité du rédacteur

Plus en détail

Actualisation des recommandations de prise en charge des lithiases urinaires

Actualisation des recommandations de prise en charge des lithiases urinaires Actualisation des recommandations de prise en charge des lithiases urinaires Pierre Conort Service d Urologie Hôpital Pitié-Salpêtrière pierre.conort@psl.aphp.fr FMC Quel(s) critère(s) doi(ven)t être pris

Plus en détail

MALFORMATIONS DES VOIES URINAIRES

MALFORMATIONS DES VOIES URINAIRES MALFORMATIONS DES VOIES URINAIRES Pathologies malformatives fréquentes 1 Jonction pyelo-urétérale 1 Jonction urétéro-vésicale Étage sous vésical 2 2 Pathologies le plus souvent obstructive. Reflux à la

Plus en détail

ECHOGRAPHIE DE L ABDOMENL TRAUMATISE. Cours TUSAR Ouest, 03 décembre Pr REMERAND Francis. Dr AYOUB Jean. CHRU Trousseau - TOURS

ECHOGRAPHIE DE L ABDOMENL TRAUMATISE. Cours TUSAR Ouest, 03 décembre Pr REMERAND Francis. Dr AYOUB Jean. CHRU Trousseau - TOURS ECHOGRAPHIE DE L ABDOMENL TRAUMATISE Cours TUSAR Ouest, 03 décembre 2015 Pr REMERAND Francis Pôle anesthésie sie Réanimation R SAMU, Dr AYOUB Jean Unité d échographie générale, g CHRU Trousseau - TOURS

Plus en détail

Echographie des voies urinaires

Echographie des voies urinaires Séminaire Echographie du patient aigu Nîmes, décembre 2013 Echographie des voies urinaires Alexandre MOREAU Division ARDU Pr de La Coussaye CHU Nîmes Carémeau Etude prospective en 1996 126 patients avec

Plus en détail

ANGIOMYOLIPOMES RENAUX

ANGIOMYOLIPOMES RENAUX Manifestations rénales de la Sclérose Tubéreuse de Bourneville : diagnostic clinique et radiologique et prise en charge Pr Eric Lechevallier Chef du Service d urologie et Transplantation Rénale Hôpital

Plus en détail

ANEVRISME DE L AORTE ABDOMINALE

ANEVRISME DE L AORTE ABDOMINALE Madame, Monsieur, ANEVRISME DE L AORTE ABDOMINALE Les examens ont permis de mettre en évidence une dilatation importante de l aorte abdominale (anévrisme) qui nécessite une intervention chirurgicale. Afin

Plus en détail

Item 262 (Item 259) Lithiase urinaire EVALUATIONS

Item 262 (Item 259) Lithiase urinaire EVALUATIONS Item 262 (Item 259) Lithiase urinaire EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Quel est le seul examen biologique devant obligatoirement être réalisé aux urgences lors de la prise en charge d une crise de colique

Plus en détail

Le transport est réalisé par le véhicule familial. Arrivée aux urgences en marchant à 19heures25 Accueil par l IAO:

Le transport est réalisé par le véhicule familial. Arrivée aux urgences en marchant à 19heures25 Accueil par l IAO: Fille%e, 6 ans Trauma0sme abdominal par choc direct dans un jardin public (16h30) Cheval en bois monté sur ressort, violent retour direct au niveau de l hypochondre droit, Rentre à domicile et se plaint

Plus en détail

Prise en charge des traumatismes abdominopelviens. Docteur Nzamushe JR Chirurgie générale Pôle urgence CHRU de Lille Novembre 2014

Prise en charge des traumatismes abdominopelviens. Docteur Nzamushe JR Chirurgie générale Pôle urgence CHRU de Lille Novembre 2014 Prise en charge des traumatismes abdominopelviens fermés graves Docteur Nzamushe JR Chirurgie générale Pôle urgence CHRU de Lille Novembre 2014 Généralités Définition du patient polytraumatisé «Un blessé

Plus en détail

B. Formulaire d'information et de consentement pour une néphrectomie

B. Formulaire d'information et de consentement pour une néphrectomie 1/3 B. Formulaire d'information et de consentement pour une néphrectomie Généralités En tant que patient, vous avez droit à une information par rapport à votre maladie et aux traitements médicaux et éventuellement

Plus en détail

Angioplastie de l artère rénale:

Angioplastie de l artère rénale: Angioplastie de l artère rénale: Point de vue du radiologue F. Thouveny CHU - Angers Définition Revascularisation endovasculaire (vs chir) Succès équivalent à moyen terme Possible réintervention Moins

Plus en détail

Sémiologie médicale Néphrologie DCEM1

Sémiologie médicale Néphrologie DCEM1 Sémiologie médicale Néphrologie DCEM1 2008 Fonctions des reins Excrétion des déchets Régulation du bilan hydro électrolytique Fonction endocrine Schéma de l appareil urinaire Le néphron Glomérule Signes

Plus en détail

Evaluation de la gravité et recherche des complications précoces chez un brûlé et/ou un polytraumatisé

Evaluation de la gravité et recherche des complications précoces chez un brûlé et/ou un polytraumatisé Evaluation de la gravité et recherche des complications précoces chez un brûlé et/ou un polytraumatisé Gérard Janvier Service d Anesthésie Réanimation II CHU de Bordeaux Y. Yordanov, La Revue du Praticien

Plus en détail

Les complications non infectieuses de l endoscopie: les perforations digestives

Les complications non infectieuses de l endoscopie: les perforations digestives Les complications non infectieuses de l endoscopie: les perforations digestives K. Vahedi Département Médico-Chirurgical de Pathologie Digestive Hôpital Lariboisière, Paris Séminaire DES Ile de France

Plus en détail

Echo-Doppler de l appareil urinaire

Echo-Doppler de l appareil urinaire Echo-Doppler de l appareil urinaire Laurent BRUNEREAU CHU de TOURS Technique d examen Sonde abdominale : Sonde courbe 3 à5 Mhz Rein = Organe mobile : Inspiration-expiration Apnée Fenêtre acoustique : Attention

Plus en détail

TRAUMATISMES FERMÉS DES VAISSEAUX DU COU

TRAUMATISMES FERMÉS DES VAISSEAUX DU COU TRAUMATISMES FERMÉS DES VAISSEAUX DU COU Journées en Traumatologie 07/10/2010 Dr HAUTIN Etienne Introduction Pathologie rare (0,1 %) Mortalité (40 %) et morbidité importantes (80 %) Phase initiale : en

Plus en détail

URORADIOLOGIE Rédacteurs : Pour la Société d Imagerie Génito-Urinaire (SIGU) : Olivier Helenon

URORADIOLOGIE Rédacteurs : Pour la Société d Imagerie Génito-Urinaire (SIGU) : Olivier Helenon URORADIOLOGIE Rédacteurs : Pour la Société d Imagerie Génito-Urinaire (SIGU) : Olivier Helenon Relecture : Pour le Collège des Enseignants de Radiologie de France (CERF) : Nicolas Grenier, Alain Luciani

Plus en détail

Traumatismes de l Abdomen

Traumatismes de l Abdomen MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE CONSTANTINE 3 FACULTE DE MEDECINE DEPARTEMENT DE MEDECINE 4 ème année de Médecine Module de Gastro-enterologie Traumatismes

Plus en détail

TRAUMATISMES ABDOMINAUX. Dr Michel THICOÏPE SAMU 33

TRAUMATISMES ABDOMINAUX. Dr Michel THICOÏPE SAMU 33 TRAUMATISMES ABDOMINAUX Dr Michel THICOÏPE SAMU 33 Généralités 2 entités cliniques Hémopéritoine Perforation d organes creux (Hématome rétro-péritonéal) Isolé ou polytraumatisme Diagnostic : de l angiographie

Plus en détail

Traumatismes du rein révélateurs de pathologie sous jacente chez l enfantl

Traumatismes du rein révélateurs de pathologie sous jacente chez l enfantl Traumatismes du rein révélateurs de pathologie sous jacente chez l enfantl S.EL MOUHADI, R.DAFIRI Service de radiologie pédiatrique, hôpital des enfants, CHU IBN SINA, Rabat, Maroc Introduction La découverte

Plus en détail

Hémothorax postopératoire : apport de l imagerie

Hémothorax postopératoire : apport de l imagerie Hémothorax postopératoire : apport de l imagerie Yosra MAATALLAH 1, Antoine KHALIL 1, Habib CHABCHOUB 1, Johana KORZEC 1, 1- Service de radiologie 2- Université Pierre et Marie Curie AP-HP, hôpital Tenon

Plus en détail

Complications immédiates post procédures bariatriques. Présentateur : Stéfane Lebel, md, F.R.C.S.C.

Complications immédiates post procédures bariatriques. Présentateur : Stéfane Lebel, md, F.R.C.S.C. Complications immédiates post procédures bariatriques Présentateur : Stéfane Lebel, md, F.R.C.S.C. Complications immédiates post procédures bariatriques Procédures discutées: Gastrectomie pariétale Bande

Plus en détail

Techniques et résultats d implantation des endoprothèses thoraco-abdominales. Expérience Lilloise. Nîmes les 13 et 14 juin 2010

Techniques et résultats d implantation des endoprothèses thoraco-abdominales. Expérience Lilloise. Nîmes les 13 et 14 juin 2010 Nîmes les 13 et 14 juin 2010 Techniques et résultats d implantation des endoprothèses thoraco-abdominales Expérience Lilloise Équipe du service de Chirurgie Vasculaire Professeur HAULON Hôpital Cardiologique

Plus en détail

Enseignement I.F.S.I. Année universitaire

Enseignement I.F.S.I. Année universitaire Enseignement I.F.S.I. Année universitaire 2011-2012 Introduction aux Processus traumatiques Unité d Enseignement 2.4.S1 Pr Patrick PLAISANCE Service des Urgences Hôpital Lariboisière, Paris 1 Définition

Plus en détail

PATHOLOGIE URINAIRES:

PATHOLOGIE URINAIRES: PATHOLOGIE URINAIRES: Procédure pour l hospitalisation d un patient adressé à un urologue : il faudra toujours contacter l urologue de garde, car le Dr Keppenne et le Dr Matantu n étant pas tous les jours

Plus en détail

¹ Service de Radiologie Urinaire et Vasculaire Pav P ² Service de Chirurgie Vasculaire Pav M Hôpital Edouard Herriot CHU de LYON - France

¹ Service de Radiologie Urinaire et Vasculaire Pav P ² Service de Chirurgie Vasculaire Pav M Hôpital Edouard Herriot CHU de LYON - France ASPECTS ARTERIOGRAPHIQUES DE L ENDOFIBROSE ARTERIELLE DU SPORTIF DE HAUT NIVEAU John PALMA ¹ Olivier ROUVIERE ¹ Patrick FEUGIER 2 Jean-Michel CHEVALIER 2 ¹ Service de Radiologie Urinaire et Vasculaire

Plus en détail

PLAIES DES VOIES BILIAIRES APRES CHOLECYSTECTOMIE LAPAROSCOPIQUE A propos de 17 cas. CHU Toulouse Rangueil

PLAIES DES VOIES BILIAIRES APRES CHOLECYSTECTOMIE LAPAROSCOPIQUE A propos de 17 cas. CHU Toulouse Rangueil PLAIES DES VOIES BILIAIRES APRES CHOLECYSTECTOMIE LAPAROSCOPIQUE A propos de 17 cas CHU Toulouse Rangueil PATIENTS (I) - 1992 à 2002-17 patients (8 hommes et 9 femmes) - Age médian : 53 ans (23-77 ans)

Plus en détail

TUMEURS UROTHELIALES DE LA VOIE EXCRETRICE SUPERIEURE

TUMEURS UROTHELIALES DE LA VOIE EXCRETRICE SUPERIEURE TUMEURS UROTHELIALES DE LA VOIE EXCRETRICE SUPERIEURE La mise à jour à jour a été effectuée à partir des recommandations 2010 en onco-urologie (AFU, EAU, ESMO, INCA), et de publications importantes nouvelles

Plus en détail

Anévrysmes iliaques : épidémiologie, indications, traitement et résultats. B. POUSSIER Collège de Chirurgie Vasculaire 12 Mars 2005

Anévrysmes iliaques : épidémiologie, indications, traitement et résultats. B. POUSSIER Collège de Chirurgie Vasculaire 12 Mars 2005 Anévrysmes iliaques : épidémiologie, indications, traitement et résultats. B. POUSSIER Collège de Chirurgie Vasculaire 12 Mars 2005 Introduction Hors AAASR associés Rares si iliaques isolés Challenge chirurgical

Plus en détail