L'alimentation du bétail : solutions nouvelles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'alimentation du bétail : solutions nouvelles"

Transcription

1 L'alimtation bétail solutions nvels Cotte A. L' évage Méditerrannée Paris CIHEAM Options Méditerranénes; n pages Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse http//om.ciheam.org/artic.php?idpdf=ci To cite this artic / Pr citer c artic Cotte A. L' alimtation bétail solutions nvels. L'évage Méditerrannée. Paris CIHEAM, p (Options Méditerranénes; n. 7) http//www.ciheam.org/ http//om.ciheam.org/

2 A. COTTE l ÉCo Nationa lu Station s pntes e a1imtation bétail solutionsnvels anima s végéta l semb s pays vian s ine tint svt qu pce poputions. statistiques publiées F.A.O. s années , ns déisons que s disponibilités it tête d habitant sont uxfoisplusévéesqu fois plus qu six celss vian, s sont habitant étant 227 g Espagne, Ygosvie seumt 34 Tunisie au 23 développemt proction anima s impose comme un objectif prioritaire s pays méditerranés vue s poputions man s animaux qui niveau vie. Cte slève difficis au celui l alimtation anima. Son irrégurité, son insuffisance, périodiqu quantité chroniqu qualité constitut un obstac permant l amélioration bétail l intsif?- cationl évage. Les conséquces cte situation sont - abattage coce s jes animaux veaux agneaux, ce qui limite abattage d animaux altes mauvais état, d où un vian qualité diminuée tion - famine dont composition sont affectées; - ction Les causes déficit l alimtation anima sont bi connues. est climat ses s physiquedés sols, l éte s sont s s y ajte s unités d exploitations scausessocias humaines manque disponibilités niveau s issant côté s questions économiques socias, ns sur pn technique seumt, quels sont moys susceptibs d améliorer l alimtation bétail, ss s aspects quantité, qualité Ns appel aux possibilités nvels s s connaissances scitsques physiologie végéta, écologie, chimie, génétique, c. s séc- spesticis,c. Ces moys peuvt ainsi énoncés - s conditions d exploitation; - développemt s - - s conditions colte s - utilisation s its s - l alimtation anima; - extsion s vue l alimtation bétail. ns tons caractère tres général c exposé eu situations s pays qui 35

3 ~ végétation ET ET Les ts pâty-age occupt est existant dé vuesans auc utilité prairies pâturages naturels sont particulièremt éts montagne où l évage constitue esstiels s habitants. En se spécialisant naissage,l évage montapeut plus intsif, je, ction vian bovine. s pines bétail d exo OG s d accès diffici sont voie d abandon. cheptel, il d y nsité minima popution qui esstiel évtuelmt mise spottialités milieu s contrô pâturage. Le bétail doit fonction liaisonavecsétus écologiques peuvt ce point d utilité. doit conite façon tt limitant mobi notammt, s sec bonne Le s l emploi s tives vahissantes bonne conite évité fauche fumure est un esstiel 11 s fonction sol aci s quantité suffisante temps s pntes tielmt) apt S Chaque fois que possib, on eaux (développemt pite zones steppiques). Cepdant,cesmesuresnepeuvtêtre efficaces se justifier que lorsque flore rferme fond suffisant bonnes espèces; comme c est svt cas S il n eu est pas ainsi (cas s zonesteppiques notammt), est nécessaire s intro- 36 luzerne. ire avant tte autre intervtion. cte fin, différtes techniques peuvt être visagées - mise défs avec pacage zones où cation ayant été faite évimmt l existce cels-ci. Cteméthoest seu quiprra êtr visagée s zonesteppiques. - - sans végétal, spéciaux type c >>, - s moys mécaniques au au dapon, c.). - tota soit - cte est possib que pas - soit chimique au Sursemis resemis doivt re exécutés avec s semces, certifiées préférce, bonnes espèces graminées neuses frragères bi adaptées aux conditionsécologiques. choix métho restauration rénovation pâturage pdra plusieurs facteurs état topo sol, moys disponibs Une étu économiquest indispsab, avec s sultats escomptés coût obttion; mais l aspect social peut minant. isolées pdant tte d impntation Ensuite - ce est capital - smises exploitation Sil n était pas ainsi, l état qui LA CÉRÉALES C est probabmt ce domaine que s progrès s plus rapis peuvt être accomplis. l semb s pays ne jt qu un faib l alimtation ces alimts conun moy efficace lutte plus, s foin, sige sont d tant que digestibilité. l bvage nécessite utilisation plus A

4 gran conctrés, base autant que tation proctrice. s obtu extsion culturel orge aux déps cel blé, s difficis où blé, bi continue Vu situation mondial cte s difficultésque seumt s besoins blé pas assez vian it. blé cp Partt, l augmtation proc niveau rmt-hectare. Ce exige avant tt amélioration s techniquesculturas. s stations s pntes sont avance mises au point sont incapabs manisuite s qui sont appliquées. svt, s mésont moins conséquce d pluviosité insuffisante que mauvaises conditions semis, lutte Un minimum d équipemt puissance anima phosphatés potassiques bi s cas un bon maniemt ts ces moys. verse répondant bi fumure azotée permtrait progresser davantage. y a beaucp ce ss chez A d exemp, ns adaptabilité. Ces d un type nveau ont augmtation specta ayant s sol, bonne époque, nsité optima peuplutte efficace s ctivité ne doivt pas seuls objectifs n est pas moins El suppose aux accints climatiques aux façon méthodique pdant avant En l absce d irrigation, s céréas d hiver sont s plus sûres s plus proctives zoneméditerranene. s maïs sorgho-grain, sa qualité grain s céréas est autre objectif quinspire aujrd hui beaucp d espoirs. ont celss types plus cultivés actuelmt Une nu dont 15 % qui % Chez maïs, ont but aux ux défauts - d augmtant sa dosant 15 % stinés aux nants qui - biologique s l utilisation s gènes opaque12, aux Etats-Unis S. O. F. Nelson. Ces gènes acis aminés esstiels lysine, phane vue exigces s L objectif lysine 0,2-0,3 % %, optima tt maintant haute s actuels. On gène opaque 2 a s gènes ayant s cé- C est ainsi que chez l orge l amélio lysine a été 3197 qui 1 g lysine 100 g sêche. Une tritica, née blé seig se sa obtues seig dost jusqu % téines 4 g lysine 100 g nécessité s impose s séction tte nvel va- (1) En s ces blés mi-nains était estimées O00 ha O00 ha 800 O00 ha avait été Le sainfoin. soit expansion, s cultures effectuées vue nrriture bétail ne représtt core qu un prctageminimeterritoire agrico

5 els n apqu faib l alimtation plus spéciamt blé tint pce exclusive, s pays. Svt, els occupt année ux bina cte rotation traditionnel peut constituer. prere étape développemt s cultures frragères. pluvioannuel moyne sol pce légumineuse annuel semée l automne, associéeavec s Tégions plus sèches, peut adoptant.. Les légumineuses annuels disponibs espèces botaniques. tantes, ns - Vicia ; Vicia sativa L., vesce comm; villosa vesce velue; varia vesce ervilia L., faba L. qui s fèves - avec cicera L., gesse chiche articufus L.,, gesse tingitanus L.; pois - arvse L., pois sativum L.,poiscultivé; - Trifoliunz axandrirzum T. resupìnatunz L., T. incarnatum L., incarnat; T. subterranecmz L., - lupin avec plu- ; - Trigonel foum groecum L., fu - Hedysarum coronarium L., sul OU sainfoin d Espagne,bisannuel; - ces légumineuses s vesces, gesses, peuvt avantageusemt cultivées ménge avec avoine, seig, blé. multiflorum m., italicum A. association avec un annuel est susceptib, s cpes échelonnées fin l automne saison sèche. choix l espèce l association doit être exercé fonction divers facteurs - végétationpossib; moynes minimas gelées); pitations; sol; - mos d utilisation mt fanage, sige; bétail 38 chint. Au sein s variétés ont été séctionnées avantageuses homogénéité, stabilité, climatiques zone frrages annuels d hiver sont ceux qui offrt s plus grans chances réussite quiont proction plus régulière. Ce sont s seuls possibs l où saison s pluies ne que 5 6 qu el est plus longue, s d été cycvégétatif cultivés. Le nesol (Helianthus annum L.), s sudan (g. Sorghum) sont indiqués. frragessarclés (Ba vulgaris L.), (Helianthus tuberosus L.), ch (Brassica obracea L., peuvt situations. ont cemmt chez ils miques séctifs, sèche mécanisation l emploi semces mono génétiques, s annuels ne pas voie développemt s Un progrèsplusgrandpeutêtreaccompli grâce aux cultures frragères plus longue rée base principamt légumineuses sariva L.), sainfoin (Onobrychis sativa L.), sul (Hedysarium coronarium L.), niculé (Lotus corniculutus L.) d associations ces légumineuses avec s Festuca, Bromus, Dactylis, Oryzopsis, c. ttes ces espèces, luzerne mérite atttionparticulière sa capacité sa qualité son l inocution l emploid am phosphatés, istpossib d beaucp acis condition qu ils Ttefois, réussite ces prairies temporaires exige bonnes conditions d impntation lit semces, choix s espèces qualité s semces, exécution semis, exploitation rationnel. Le doit suffisant non excessif, ajusté au pottiel Le doit conit fonction sbesoins alianimaux physiologie dkveloppemt pèces. ont été acquises ce doaux s stations d es- Ont &é.-

6 application 11 n est pas contestab que ces technicité assez évées un vail sol, semis qui manqut svt. Ces pdant qui peut consommée au l étab ss foin d sige. s espèces sta végétation. luzerne ne autre prairie temporaire préstt s avantages considérabs tant ce quiconcernel alimtationsanimaux que fertilité sol. base légumineuses d associations constitut moy plus efficace quantité qualité. aux annuels, els donnt l automne d compositionplusstab. Non lutte bonifit sol azote s légumineuses. doit s un s bonnes zones Ces cultures frragères annuels pluriannuels effectuées l assomt s terres arabs permtt réaliser l intégration culture l évage, agt l évage. AMÉLIORATION DES CONDITIONS DERÉCOLTE ETDE CONSERVATION DESFOURRAGES Les bétail au l étab pdant plus moins l automne jusqu saison sèche condition que bétail soit ajusté saison sèche aussi il est indispsab disposer réserves frragères dont l importancedoit $trerapportavec rée périoimproctivesculturesfrragères,prairies pâturages. ces réserves, vastes contrées où règne l imprévoyance,bloqutepossibilité progrèsl évage;c estscauses surpâturage s terrains parcrs. Plus svt, core, vaur alimtaire s frrages conservés est médiocr raison s conditions défectueuses récolte conservation; s atteignt 50 %. ont été cemmt accomplis qui tnt technologie fanage naturel doit conserver un rô esstiel zone méditerranéne vilégiée son soilmt. Sa sation peut facilitée s condis manuttion sa pénibilité. s vtition grange, peu exigeante investissemts, peut solution avantageuse fanage s au qui sont svt l emploi s siccateurs lsconditions séchages qualité. pr certainsfrragesannuels, peut - sige humi un acis, glucis,c. un pas maïs - - hayge haute ss vi bâches pstiques. Le manuttion s s con mécanisation ttes champ l augesanimaux. déshydratation au au totalité sa est un coûteux qui, ce fait, n est utilisab que s tels que donnant s qualité, susceptibs évés. choix d un systèmerécolte conservation s frrages dépd divers facteurs - conditions économiques dimsions l unité d évage, possibilités d inves- l animal, c.; - milieu conditions climatiques, - situation socia ponib, qualification cel-ci, possibis c. ; - stination bétail Vtition grange. 39

7 svt gaspillés suite manque d évage aux lieu l incapacité s colls s fanes pois s AN l alimtation anima peut développée s légumineuses alim espèces oléagineuses, dont s sont téinesqualité. Les légumineuses sont mt cultivées pays où sont l alimtation humaine. Ce sont pottialités cte pnte oléagineuse. Le soja (Glycine hispida qui donne un haute apte sa a s exigces eau assezévées. s situations, il ne peut qu économiqueest dominant cte espèce Le carthame (Cavthamw tinctorius L.) est mieux adapté que aux conditions séction a aux Etats-Unis, s étonnants chez cte espèce dont hui plus % quelquesannées. qualité l hui el-même pu a qualité s bétail celui lutte mche (Acanthiophilus heliatzthi) Le colza (Brassica napus bons L. oifera peut National d un champi- gnon s bonne c oléagineux, va s -val alimtation anima. o e 80 d automne, pois chiche, semé au évée, sont (20-25 X), cel s (< ces sol azote sont bons mt, l amélioration ces espèces végétas n a pas fait s progrès comparabs ceux s céréas, capacité chez augmtation est atte mise au point - bonnevoieactuelmt - tion. mutagèse, il taines espèces, substances toxiques (cas sativus, gesse bnche) est zone méditerranéne, moy plus efficace pr intsifier proctiond alimts bétail. El rd possib ttes s proctions - d été, - moins longue, - oléagineuses. développe un mais, l eau disponib est utilisée esstielmt s haut Le trnesol est l espèce spaysmédivu peut cultivé semis d automne début mise au point F1 dont a débuté Etats-Unis, doit gation font pemt l évage. pce au dévelopn- anima, sont cte fìn. Grâce l irrigation, proction intsive peut être recherchée assomts - très s

8 L CIHEAM - Options Mediterranenes db - séquce tel que suivis maïs, - s sul association d légumineuse fétuque évée,dacty, ditatum c. azotée. l eau exige que ts s sol, lutte s mauvaises soit l optimum. A Station s suivante - l e année dif d indice l échel adoptée F.A.O. - 2e année vesce - 3e année blé annuel = zone méditerranéne, l intsification l évage, qu exigt s besoins l alimtation humaine, est liée au développemt s proctions céréalières frragères. s animaux peut l améconjointe s techniques cultu s l extsion s cul- dépit maïs donnt idée s qualité a, el aussi, favo cte fin ne sont que ceux qui, puis 18e sièc, ont fait spaysl Ouest aux physiologie végéta, l écologie, s séction végéta, l alimtation anima s solutions l augm- tation s biologique ces s pn- tes oléagineuses, exploitation s s conditions vation. mise tt obstacs - 6e années fétuque notammt) sèche (blé annuel cte 10 O00 U.F. (20-25 t /ha/an) est obtu avec succession s ux annuels vesce-avoine semée l auau puis, maïs qui occupe sol mai-juin Les utilisés moins évée vue s bovins. Selon type un où sont utilisés façon exclusive dominante jusqu alimtation base On liant veaux ceux vian que s poputions inté- l évage s passe s non seumt l animal,maisaussi pnte, l espèce qu els ait sci indispsabs. s s mtation anima, condition l évage, sollicite développemt mt s stations expé s techniques avant tt, s tion sionnel s On peut aussi concevoir s exploitations oritées vers proction vte fruits légumes, l existce d un secteur << frrager l exploitation dont sol bénéfi e aux légumi-

QUELLE PLACE D AVENIR POUR LES LEGUMINEUSES EN WALLONIE?

QUELLE PLACE D AVENIR POUR LES LEGUMINEUSES EN WALLONIE? QUELLE PLACE D AVENIR POUR LES LEGUMINEUSES EN WALLONIE? Les légumineuses en Wallonie : Diversité, présent et perspectives économiques et écologiques Ir. Christine CARTRYSSE APPO (Association pour la Promotion

Plus en détail

La production d'amandes en Espagne

La production d'amandes en Espagne La production d'amans Espagne Felipe A.J. L' amandier Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 32 1976 pages 83-91 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse : --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Les causes de l'inégalité de développement du territoire en Yougoslavie avec ses conséquences sur l'environnement

Les causes de l'inégalité de développement du territoire en Yougoslavie avec ses conséquences sur l'environnement Les causes l'inégalité développemt territoire Yougosvie avec ses conséquces sur l'vironnemt Vujanac Borovnica S. Espace développemt Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 23 1973 pages 67-71 Artic avaib

Plus en détail

L'éducation pour certains groupes ou la formation de tout un milieu

L'éducation pour certains groupes ou la formation de tout un milieu L'écation pour certains groupes ou formation tout un milieu Foreuil F. Formation Développemt Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 21 1973 pages 77-81 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse

Plus en détail

La formation agronomique au Liban

La formation agronomique au Liban La formation agronomique au Liban Hamze M. in Hervieu B. (ed.). La formation agronomique dans s pays du bassin méditerranéen Montpellier CIHEAM Options Méditerranéennes Série Etus; n. 1987-II 1987 pages

Plus en détail

Semer une prairie avec des espèces adaptées

Semer une prairie avec des espèces adaptées Mini-conférence Sommet de l Elevage 4 octobre 2012 Semer une prairie avec des espèces adaptées Semer une prairie : se poser les bonnes questions Plusieurs questions à se poser pour choisir la/les espèce(s)

Plus en détail

Qui former et pour quoi faire?

Qui former et pour quoi faire? Qui former pour quoi faire? Brugnot J., Pebon C. Eco forma Paris : CIHEAM Ops Méditerranénes; n. 20 1973 pages 68-72 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse : http://om.ciheam.org/artic.php?idpdf=ci010527

Plus en détail

CONSEQUENCES du changement climatique sur la production fourragère et perception des éleveurs Et PISTES D ADAPTATION de la parcelle au territoire

CONSEQUENCES du changement climatique sur la production fourragère et perception des éleveurs Et PISTES D ADAPTATION de la parcelle au territoire CONSEQUENCES du changement climatique sur la production fourragère et perception des éleveurs Et PISTES D ADAPTATION de la parcelle au territoire CONSEQUENCES du changement climatique sur la production

Plus en détail

Rotation et Assolement

Rotation et Assolement Cas type grandes cultures biologiques TERRES E GROIES SUPERFICIEES AEC UZERNE Orge de printemps Rotation et Assolement MAIN d oeuvre uth Pois de printemps Tournesol Triticale SAU ha SO Terres de groies

Plus en détail

Les engrais verts Des racines efficaces

Les engrais verts Des racines efficaces Les engrais verts La culture biologique ne tolère aucun produit chimique de synthèse. Seuls des éléments naturels peuvent être apportés pour éviter à la terre de s épuiser au fil des cultures. Moutarden

Plus en détail

Triticale, le méteil d aujourd hui

Triticale, le méteil d aujourd hui Triticale, le méteil d aujourd hui Dispositif Objectif 8 années d essais à la ferme expérimentale de Thorigné-d Anjou. Comparer les performances moyennes des variétés de triticales testées aux moyennes

Plus en détail

Point PAC. Thierry Pianetti

Point PAC. Thierry Pianetti Point PAC Thierry Pianetti 04 66 25 46 89 Thierry.pianetti@gard.chambagri.fr Paiements directs Certaines aides fixes, d autres évolutives Aides couplées Aides couplées Aides JA Surprime pour les 52 premiers

Plus en détail

Quelle place pour les légumineuses à graines dans les systèmes de culture du Sud avec ou sans irrigation?

Quelle place pour les légumineuses à graines dans les systèmes de culture du Sud avec ou sans irrigation? Quelle place pour les légumineuses à graines dans les systèmes de culture du Sud avec ou sans irrigation? Hélène Marrou, Jacques Wery Montpellier SupAgro Qu attend-on des légumineuses alimentaires dans

Plus en détail

Séance d information Politique agricole Pa

Séance d information Politique agricole Pa Séance d information Politique agricole Pa 2014-2017 Soirée du 2 décembre 2013, Courtemelon Eric Amez-Droz Conditions de base Recensement 2014 - Identique à 2013-2 mai 2014 - Date de référence bétail 1

Plus en détail

SYSTÈME EN «TRANSITION» EN BIO Loic PRIEUR (ingénieur CREAB) Auch (32)

SYSTÈME EN «TRANSITION» EN BIO Loic PRIEUR (ingénieur CREAB) Auch (32) INTERVENTION D EXPERT TEMOIGNAGE CREAB sur la ferme de la Hourre SYSTÈME EN «TRANSITION» EN BIO Loic PRIEUR (ingénieur CREAB) Auch (32) auch.creab@voila.fr Projet d intensification agroécologique en grandes

Plus en détail

Réf.: Luxembourg, le. Je vous saurais gré de bien vouloir me faire parvenir l avis dans les meilleurs délais.

Réf.: Luxembourg, le. Je vous saurais gré de bien vouloir me faire parvenir l avis dans les meilleurs délais. Dossier suivi par : M. Yves KOHN tel : 247-83512 Réf.: Monsieur le Président de la Chambre de Commerce 7, rue Alcide de Gasperi L-2981 LUXEMBOURG Luxembourg, le Objet: Projet de règlement grand-ducal concernant

Plus en détail

FLASH TECHNIQUE : 9/11/2010

FLASH TECHNIQUE : 9/11/2010 14, quai du canal 51300 Vitry le François 03-26-74-35-30 Fax : 03-26-72-27-61 FLASH TECHNIQUE : 9/11/2010 DESTRUCTION DES COUVERTS VEGETAUX La destruction de la culture intermédiaire est une étape cruciale,

Plus en détail

Le rôle de l'agriculture dans le développement

Le rôle de l'agriculture dans le développement Le rô l'agriculture développemt Bairoch P. Le développemt Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 11 1972 pages 25-29 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse : http://om.ciheam.org/artic.php?idpdf=ci010720

Plus en détail

Club Bio-Action 10 ans de suivi d essais sur les engrais verts CETAB+ - programme du CRSNG volet Fertilisation écologique des cultures grâce à

Club Bio-Action 10 ans de suivi d essais sur les engrais verts CETAB+ - programme du CRSNG volet Fertilisation écologique des cultures grâce à Anne Weill, agr. Conférence présentée lors de la journée sur la gestion efficace de l azote en agriculture biologique organisée conjointement par l IRDA et le CETAB+ le 11 septembre 2013 Club Bio-Action

Plus en détail

Prairies : croissance et conduite

Prairies : croissance et conduite Prairies : croissance et conduite 1. La croissance des prairies : comment ça marche? 2. Conduite : choix espèces & variétés N, P, K, ph, entretien Legere 2006 Les principales espèces de graminées Le dactyle

Plus en détail

Autonomie alimentaire

Autonomie alimentaire Concevoir des systèmes de production innovants et durables Autonomie alimentaire Arnaud DEVILLE Conseiller Viande Bovine et Systèmes de Productions Claire POYAC Coordinatrice des expérimentations en agronomie

Plus en détail

Etat des productions et utilisations en France, focus sur les légumineuses à graines

Etat des productions et utilisations en France, focus sur les légumineuses à graines Etat des productions et utilisations en France, focus sur les légumineuses à graines Françoise LABALETTE, Terres Univia, l interprofession des huiles et protéines végétales Terres Univia, l interprofession

Plus en détail

Le système national de formation agricole en Tunisie

Le système national de formation agricole en Tunisie système national formation agrico en Tunisie Tahar El Mili M in Hervieu B (ed) La formation agronomique dans s pays du bassin méditerranéen Montpellier CIHEAM Options Méditerranéennes Série Etus n 1987II

Plus en détail

L exploitation en quelques chiffres (2011) Assolement. Ha SAU Ha parcours boisés

L exploitation en quelques chiffres (2011) Assolement. Ha SAU Ha parcours boisés Perig et Cathy BELLOIN, éleveurs de chèvres en transformation fromagère à St Jean de Durfort, dans le Vaucluse «Une production de lait basée sur les parcours» «Notre exploitation se situe sur le Plateau

Plus en détail

Orges : Surfaces, critères de qualité. ARVALIS - Institut du végétal. Potentialité Céline Drillaud Marteau

Orges : Surfaces, critères de qualité. ARVALIS - Institut du végétal. Potentialité Céline Drillaud Marteau Orges : Surfaces, critères de qualité Potentialité Céline Drillaud Marteau Orges d hiver et escourgeons : surfaces et rendements Surfaces x 1000 ha 1400 1300 1200 1100 1000 900 Surfaces et rendements ORGES

Plus en détail

14 déc Agriculture biologique et environnement. pas si simple! Philippe Viaux

14 déc Agriculture biologique et environnement. pas si simple! Philippe Viaux Agriculture biologique et environnement pas si simple! Philippe Viaux 1 Impact de l agriculture l sur l environnement Utilisation de ressources naturelles: Energie Minières (P, K) Eau d irrigation Sol

Plus en détail

FERTI-pratiques FICHE N

FERTI-pratiques FICHE N FERTI-pratiques FICHE N Une fertilisation raisonnée améliore la flore des prairies naturelles et soutient la production d une quantité d herbe suffisante sur toute la saison. Les prairies se différencient

Plus en détail

Les prairies multi-espèces : conduite et utilisation

Les prairies multi-espèces : conduite et utilisation Mini-conférence Sommet de l Elevage 4 octobre 2012 Les prairies multi-espèces : conduite et utilisation Une prairie «multi-espèces» : qu est-ce que c est? Une prairie temporaire, semée avec au moins 3

Plus en détail

ENGRAIS VERTS : POURQUOI ET COMMENT FAIRE

ENGRAIS VERTS : POURQUOI ET COMMENT FAIRE ENGRAIS VERTS : POURQUOI ET COMMENT FAIRE SYLVIE THIBAUDEAU, A GRONOME CLUB AGROENVIRONNEMENTAL DU BASSIN LA GUERRE ST-ANICET RACINES ET RHIZOSPHÈRE Rhizosphère : zone qui entoure les racines des plantes

Plus en détail

Importance de la culture des céréales

Importance de la culture des céréales Importance de la culture des céréales Importance dans le monde La majorité des terres labourables ouvertes dans le monde sont exploitées, lorsque le climat et le sol s y prêtent, pour la culture des céréales.

Plus en détail

Les associations céréalesprotéagineux

Les associations céréalesprotéagineux Produire des protéagineux en bio en Alsace Septembre 2005 Les associations céréalesprotéagineux Leurs atouts : Cultures plus résistantes (aux adventices, maladies et ravageurs) et plus productives que

Plus en détail

Enjeux de la biodiversité pour la durabilité de l agriculture biologique

Enjeux de la biodiversité pour la durabilité de l agriculture biologique Colloque SIFEE 2010 Biodiversité et évaluation environnementale Enjeux de la biodiversité pour la durabilité de l agriculture biologique Jean-Luc Favreau Mohamed Gafsi Bernard Mondy Ecole Nationale de

Plus en détail

Tarifs valables jusqu à la sortie du prochain catalogue de fourragères, et suivant les disponibilités.

Tarifs valables jusqu à la sortie du prochain catalogue de fourragères, et suivant les disponibilités. CORAB Centr Atlantique 40 F avenue de Rochefort 17400 SAI JEAN D ANGELY Tél : 05.46.32.00.20 Fax : 05.46.32.00.30 Mail : infos@corab.org Conseils : Marc au 06-19-52-28-47 HT adhérents CORAB/Enlèvements

Plus en détail

Le ray-grass d'italie non alternatif* (Lolium multiflorum) * Non alternatif : qui n'épie pas l'année du semis

Le ray-grass d'italie non alternatif* (Lolium multiflorum) * Non alternatif : qui n'épie pas l'année du semis Le ray-grass d'italie non alternatif* (Lolium multiflorum) * Non alternatif : qui n'épie pas l'année du semis 18 à 24 mois Diploïde (2n) : 20 à 30 kg/ha Tétraploïde (4n) : 30 à 40 kg/ha Très rapide Photo

Plus en détail

LA REDUCTION DES INTRANTS ET LA DIVERSIFICATION DE L ASSOLEMENT

LA REDUCTION DES INTRANTS ET LA DIVERSIFICATION DE L ASSOLEMENT LA REDUCTION DES INTRANTS ET LA DIVERSIFICATION DE L ASSOLEMENT Bockstaller Christian INRA UMR LAE Nancy-Colmar SOMMAIRE Problématique et enjeux de l agro-écologie Leviers pour réduire les intrants Opportunités

Plus en détail

Fourragères porte-graine : Implantation sous couverts ou en associations Intérêt et contraintes. Christian Etourneau Vendôme, le 3/12/10

Fourragères porte-graine : Implantation sous couverts ou en associations Intérêt et contraintes. Christian Etourneau Vendôme, le 3/12/10 Fourragères porte-graine : Implantation sous couverts ou en associations Intérêt et contraintes Christian Etourneau Vendôme, le 3/12/10 Contexte actuel en production de semences fourragères Une agriculture

Plus en détail

Intercultures et production de fourrages

Intercultures et production de fourrages Mini-conférence Sommet de l Elevage 5 octobre 2012 Intercultures et production de fourrages Cultures dérobées ou «soudure» : les espèces les plus utilisées périodes de croissance exploitations fourrages

Plus en détail

Recherche de systèmes fourragers innovants : économie d eau et d énergie, contribution au stockage du carbone.

Recherche de systèmes fourragers innovants : économie d eau et d énergie, contribution au stockage du carbone. Recherche de systèmes fourragers innovants : économie d eau et d énergie, contribution au stockage du carbone. Jean-Claude EMILE et Sandra NOVAK INRA UE Fourrages et Environnement 86600 LUSIGNAN des ressources

Plus en détail

o LES AIDES ANIMALES cap sur La pac L AIDE AUX BOVINS ALLAITANTS

o LES AIDES ANIMALES cap sur La pac L AIDE AUX BOVINS ALLAITANTS cap sur La pac 2015 2020 La réforme de la politique agricole commune (PAC) a permis à la France d amplifier le montant des paiements couplés à une production (c est-à-dire liés à une production particulière,

Plus en détail

Résultats technico-économiques en grandes cultures biologiques en zone Centre Synthèse de la récolte 2007

Résultats technico-économiques en grandes cultures biologiques en zone Centre Synthèse de la récolte 2007 Journée technique Grandes cultures biologiques ITAB/Arvalis Institut du végétal 23 mars 2009 - Paris Résultats technico-économiques en grandes cultures biologiques en zone Centre Synthèse de la récolte

Plus en détail

Dérobées. Pourquoi, comment et à quels coûts conforter les stocks fourragers. Mai Document réalisé par : Avec le soutien financier de :

Dérobées. Pourquoi, comment et à quels coûts conforter les stocks fourragers. Mai Document réalisé par : Avec le soutien financier de : G e s t i o n d e l h e r b e L e t e m p s d e l a u t o n o m i e Dérobées après une céréale Pourquoi, comment et à quels coûts conforter les stocks fourragers Document réalisé par : Mai 2011 Avec le

Plus en détail

BLE TENDRE BIO RESULTATS ECONOMIQUES 2009

BLE TENDRE BIO RESULTATS ECONOMIQUES 2009 BLE TENDRE BIO RESULTATS ECONOMIQUES 29 MARGE BRUTE ( /HA) La colonne «Mini» correspond au minimum de chaque thématique en ligne. Par exemple la charge de semis à 3 /ha n a pas été obtenue avec le rendement

Plus en détail

3. Ampleur des pertes et gaspillages alimentaires

3. Ampleur des pertes et gaspillages alimentaires 4 3. Ampleur des pertes et gaspillages alimentaires 3.1 VOLUMES DE PRODUCTION ALIMENTAIRE La figure 1 montre les volumes de production pour l année 2007 de l ensemble des groupes de produits dans leur

Plus en détail

Profil 2010 de l industrie agricole

Profil 2010 de l industrie agricole Profil 2010 de l industrie agricole La MRC Lac-Saint-Jean-Est regroupe 14 municipalités. La zone agricole couvre une superficie de 98 779 hectares (ha) dont 38 848 ha sont en culture. Les municipalités

Plus en détail

Pratique de Couverts : Réalisé avec le soutien financier de :

Pratique de Couverts : Réalisé avec le soutien financier de : Réalisé avec le soutien financier de : Rencontre bout de champ levée de culture après couverts végétaux trèfles et luzerne - 18 juin 2014 Couverts de trèfles et luzerne Comparaison de sarrasins (semis

Plus en détail

Chiffres-clés 2013/14 Prévisions 2014/15. Aquitaine. Alsace

Chiffres-clés 2013/14 Prévisions 2014/15. Aquitaine. Alsace Alsace Aquitaine Auvergne Basse & Haute Normandie Bourgogne / Franche-Comté Bretagne Centre Champagne-Ardenne Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-Pyrénées Nord - Pas-de-Calais PACA

Plus en détail

EN ZONE SUR-HUMIDE TUNISIENNE, INTÉRf.T DE L'ASSOCIATION AVOINE-SULLA PREMIERS RÉSULTATS

EN ZONE SUR-HUMIDE TUNISIENNE, INTÉRf.T DE L'ASSOCIATION AVOINE-SULLA PREMIERS RÉSULTATS EN ZONE SUR-HUMIDE TUNISIENNE, INTÉRf.T DE L'ASSOCIATION AVOINE-SULLA (HEDYSARUM CORONARIUM) PREMIERS RÉSULTATS par S. Ben TamalZah L 'EFFICACITÉ DE LA TRANSFORMATION DES PRODUC- TIONS FOURRAGÈRES EN PRODUITS

Plus en détail

Les protéines : pilier d une offre plus durable en alimentation humaine et animale Jeudi 26 février 2015

Les protéines : pilier d une offre plus durable en alimentation humaine et animale Jeudi 26 février 2015 Les protéines : pilier d une offre plus durable en alimentation humaine et animale Jeudi 26 février 2015 D Chéreau IMPROVE L usage des ressources agricoles est dominé par l alimentation animale Les enjeux

Plus en détail

Lutte contre la pollution par les nitrates

Lutte contre la pollution par les nitrates Lutte contre la pollution par les nitrates Le 5ème PAZV en 8 mesures Nicolas Cornuault Service Eau et Environnement DDT 79 Sonia Baron DREAL Poitou-Charentes Contexte actuel 5 ème PAZV Double condamnation

Plus en détail

Elevage OVIN et CAPRIN en Afrique du Nord (Sheep and goat in North Africa) (Dr Naziha Atti, INRA Tunisie)

Elevage OVIN et CAPRIN en Afrique du Nord (Sheep and goat in North Africa) (Dr Naziha Atti, INRA Tunisie) Elevage OVIN et CAPRIN en Afrique du Nord (Sheep and goat in North Africa) (Dr Naziha Atti, INRA Tunisie) Importance de la production ovine et caprine Activité agricole très pratiquée: > 50 % des exploitations

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Travail du sol et implantation des cultures Jérôme LABREUCHE Avec la collaboration de Jean ROGER-ESTRADE, Vincent LECOMTE, Remy DUVAL, Nathael LECLECH, Christian LONGUEVAL, Gilles ESCHENBRENNER Impacts

Plus en détail

Optimiser l azote dans sa rotation avec les couverts végétaux

Optimiser l azote dans sa rotation avec les couverts végétaux Rendez-vs techniques bio d hiver en Ile-de-France 2015 Optimiser l azote dans sa rotation avec les cverts végétaux Ce document est un recueil de systèmes de grandes cultures biologiques proposés en Ile-de-France.

Plus en détail

Les Fermobioscopies d Agrobio 35

Les Fermobioscopies d Agrobio 35 Ferme de la Vallée Trans la Forêt Redon Production bovine (Salers) Système herbe, céréales 2012 L HISTORIQUE 1979 1980 1984 1993 1996 1998 2000 2005 2006 2008 Sept. 2011 2012 Exploitation des parents semi

Plus en détail

L ENTRETIEN DES PRAIRIES

L ENTRETIEN DES PRAIRIES L ENTRETIEN DES PRAIRIES Une prairie bien exploitée, bien entretenue et composée d espèces adaptées aux besoins de votre cheval vous procure un aliment sain et économique. Utiliser efficacement sa prairie

Plus en détail

Bovin viande en agriculture biologique

Bovin viande en agriculture biologique Bovin viande en agriculture biologique Guide technique Système d élevage en bio : le système bio idéal SOL PLANTE ANIMAL Ce système permet un bon équilibre entre sol, plante et animal : pérenne du point

Plus en détail

Les systèmes de production caprine

Les systèmes de production caprine Les systèmes de production caprine Eléments structurants, diversité, exemples Document réalisé par l Institut de l Elevage 1 Les systèmes de production L étude d un système de production s intéresse à

Plus en détail

Fumure P K. ARVALIS - Institut du végétal

Fumure P K. ARVALIS - Institut du végétal ª 150 CHOISIR et décider 2013 ª 151 CHOISIR et décider 2013 Fumure P K : une approche plus adaptée La méthode Comifer de calcul des doses d engrais de fond a été stabilisée au milieu des années 90. Elle

Plus en détail

Destruction mécanique des couverts végétaux hivernaux Synthèse des rencontres bouts de champ 2013

Destruction mécanique des couverts végétaux hivernaux Synthèse des rencontres bouts de champ 2013 Réalisé avec le soutien financier de : Destruction mécanique des couverts végétaux hivernaux Synthèse des rencontres bouts de champ 2013 Deux rencontres bouts de champ «destruction de couverts» ont été

Plus en détail

Fonctionnement et intérêt des légumineuses

Fonctionnement et intérêt des légumineuses Fonctionnement et intérêt des légumineuses Bernadette Julier Unité de Recherche Pluridisciplinaire Prairies et Plantes fourragères 86600 Lusignan Fonctionnement et intérêt des légumineuses Présentation

Plus en détail

TERRITOIRE DU LONGERON SPE_01 - Opération systèmes polyculture-élevage d'herbivores «dominante élevage» - évolution 2 Pays de la Loire

TERRITOIRE DU LONGERON SPE_01 - Opération systèmes polyculture-élevage d'herbivores «dominante élevage» - évolution 2 Pays de la Loire TERRITOIRE DU LONGERON SPE_01 - Opération systèmes polyculture-élevage d'herbivores «dominante élevage» - évolution 2 Pays de la Loire 1 : Objectifs : L objectif de cette opération est de favoriser le

Plus en détail

Semences d Engrais Verts Biologiques

Semences d Engrais Verts Biologiques Semences d Engrais Verts Biologiques «Une équipe professionnelle à votre service» MAREVERT Mélange engrais vert pour le maraîchage en plein champs et en serre 100% bio. L utilisation la plus adéquate

Plus en détail

A la recherche de l autonomie alimentaire : les apports de deux fermes expérimentales

A la recherche de l autonomie alimentaire : les apports de deux fermes expérimentales Élevage A la recherche de l autonomie alimentaire : les apports de deux fermes expérimentales Par Claire Minost et Laurence Fontaine (ITAB) A l initiative des commissions élevage et grandes cultures de

Plus en détail

Rotations sous abri ***** ACTION N 6

Rotations sous abri ***** ACTION N 6 Rotations sous abri ***** ACTION N 6 Évaluation de différents engrais verts en culture sous abri Les rotations légumières sous abri sont relativement intensives et peu diversifi ées (récurrence de solanacées

Plus en détail

Aliments d origine végétale BILAN FOURRAGER

Aliments d origine végétale BILAN FOURRAGER BILAN FOURRAGER Évaluation des ressources Dans une première étape, les ressources disponibles pour l alimentation des animaux de rente sont évaluées à partir des bilans d approvisionnement du SSP pour

Plus en détail

Le marché et la formation des prix

Le marché et la formation des prix Le marché formation s prix Lucchti F. in Alya M. (ed.). L' économie l' olivier Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes : Série Etus; n. 1988-V 1988 pages 99-105 Article avaible on line / Article disponible

Plus en détail

Faisabilité du semis direct de printemps sous couvert végétal

Faisabilité du semis direct de printemps sous couvert végétal Faisabilité du semis direct de printemps sous couvert végétal Marie-José BLAZIAN AGRO D OC UNION DES CETA D OC 1 Colloque de restitution 28 septembre 2012 - Ondes Faisabilité du semis direct de printemps

Plus en détail

Comment introduire des produits biologiques dans mon établissement? Quels enjeux?

Comment introduire des produits biologiques dans mon établissement? Quels enjeux? Inter profession biologique de Normandie Comment introduire des produits biologiques dans mon établissement? vous accompagne Action soutenue par Réussir son introduction de produits biologiques locaux

Plus en détail

QUEL DÉPLOIEMENT DES EXIGENCES DU SYSTÈME EXPERT CERES? Colloque CERES 31 mai 2016

QUEL DÉPLOIEMENT DES EXIGENCES DU SYSTÈME EXPERT CERES? Colloque CERES 31 mai 2016 QUEL DÉPLOIEMENT DES EXIGENCES DU SYSTÈME EXPERT CERES? Colloque CERES QUI SOMMES-NOUS? LES QUESTIONS POSÉES Peut-on approcher des TAUX DE DÉPLOIEMENT MOYENS des exigences «obligatoires» & «voies de progrès»

Plus en détail

Les implantations. Ensilage céréales. Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre

Les implantations. Ensilage céréales. Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Ensilage céréales Les implantations Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Betterave Choux fourrager RGI alternatif Sorgho fourr Sorgho sucr Moha Millet perlé fourrager Colza fourrager Radis fourrager

Plus en détail

ENGRAIS VERTS, LEGUMINEUSES SEMEES SOUS COUVERT DE CEREALE

ENGRAIS VERTS, LEGUMINEUSES SEMEES SOUS COUVERT DE CEREALE ENGRAIS VERTS, LEGUMINEUSES SEMEES SOUS COUVERT DE CEREALE Evaluation sur un chou-fleur d'hiver AB récolté en mars 2010/2012 Objectif de l essai Rendre l agriculteur biologique plus autonome vis-à-vis

Plus en détail

Fourrages et production de protéines

Fourrages et production de protéines A. Devouard (Prolea) Fourrages et production de protéines Huyghe C. Direction Scientifique Agriculture INRA - Paris En hommage à Jean-Claude Simon Pourquoi se préoccuper de protéines? Alimentation animale

Plus en détail

Peut-on améliorer les performances techniques, économiques et environnementales des rotations en Lorraine? ARVALIS - Institut de végétal

Peut-on améliorer les performances techniques, économiques et environnementales des rotations en Lorraine? ARVALIS - Institut de végétal Peut-on améliorer les performances techniques, économiques et environnementales des rotations en Lorraine? Préambule Une rotation est la succession de cultures sur une même parcelle Un assolement est l

Plus en détail

Plus de légumineuses dans les rotations et leurs bénéfices sur les rendements du maïs et du blé planifiable

Plus de légumineuses dans les rotations et leurs bénéfices sur les rendements du maïs et du blé planifiable Plus de légumineuses dans les rotations et leurs bénéfices sur les rendements du maïs et du blé planifiable ADRIEN N DAYEGAMIYE* 1, GILLES TREMBLAY 2, PAUL DESCHÈNES 1 DRAPEAU 1 ET ANNE 1 Institut de recherche

Plus en détail

L herbe, pierre angulaire de votre revenu.

L herbe, pierre angulaire de votre revenu. L herbe, pierre angulaire de votre revenu. Produit de qualité: réussite assurée! Graminées et légumineuses pour prairies! Verla-Seeds est active dans le monde des semences et plus particulièrement à vocation

Plus en détail

décomposition en éléments minéraux assimilables). Le principal élément apporté est

décomposition en éléments minéraux assimilables). Le principal élément apporté est Télécharger les données de l ensemble du dossier au format tableur LA FERTILISATION Les apports d engrais peuvent se faire sous forme minérale (le plus souvent de synthèse, directement assimilable) ou

Plus en détail

Impact du pâturage hivernal par des brebis sur une végétation de garrigue à chêne kermès

Impact du pâturage hivernal par des brebis sur une végétation de garrigue à chêne kermès Impact du pâturage hivernal par des brebis sur une végétation de garrigue chêne kermès Arnaud M., Molénat G., Vincent M. Systèmes sylvopastoraux. Pour un environnement, une agriculture une économie durabs

Plus en détail

Le soja, leader mondial des sources riches en protéines végétales

Le soja, leader mondial des sources riches en protéines végétales Le soja, leader mondial des sources riches en protéines végétales RTR SOJA EST du 19 février à Chalon sur Saône Françoise LABALETTE Organisation Interprofessionnelle des graines et fruits oléagineux (ONIDOL)

Plus en détail

Annexe 1 Cartes mondiales

Annexe 1 Cartes mondiales Annexe 1 Cartes mondiales Annexe 1 Cartes mondiales Annexe 1 Cartes mondiales Carte 1 Etendue des terres cultivées en 2000 363 Carte 2 Transition des forêts et dégradation des terres dans les zones sèches

Plus en détail

Le projet de diminution de la jachère

Le projet de diminution de la jachère Le projet de diminution de la jachère Akar Y. in Tekelioglu Y. (ed.). Agricultures méditerranéennes : la Turquie Montpellier : CIHEAM Options Méditerranéennes : Série B. Etudes et Recherches; n. 1 1989

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Arrêté du 30 août 2013 portant modification de l arrêté du 15 septembre 1982 relatif à la commercialisation

Plus en détail

Accord commercial entre la Confédération suisse et la République française. Texte original. (Etat le 1 er janvier 1968)

Accord commercial entre la Confédération suisse et la République française. Texte original. (Etat le 1 er janvier 1968) Texte original 0.946.293.492 Accord commercial entre la Confédération suisse et la République française Conclu le 28 novembre 1967 Entré en vigueur le 1 er janvier 1968 (Etat le 1 er janvier 1968) Le gouvernement

Plus en détail

La culture de la rose sous serre : problèmes actuels et solutions techniques à venir

La culture de la rose sous serre : problèmes actuels et solutions techniques à venir La culture rose sous serre : problèmes actuels et solutions techniques venir Scialom S.R. Les cultures floras Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 10 1971 pages 64-72 Artic avaib on line / Artic

Plus en détail

Septembre n 07/10 Situation mensuelle au 01/09/2016 à télécharger au format tableur

Septembre n 07/10 Situation mensuelle au 01/09/2016 à télécharger au format tableur Agreste Infos rapides Grandes cultures et fourrages septembre 2016 n 07/10 Infos rapides Septembre 2016 - n 07/10 Situation mensuelle au 01/09/2016 à télécharger au format tableur Données régionales Données

Plus en détail

production maraîchère diversifié à les Cèdres depuis 2005 ASC (environ 250 paniers / sem.) + marché de producteurs coopérative de travail avec 5

production maraîchère diversifié à les Cèdres depuis 2005 ASC (environ 250 paniers / sem.) + marché de producteurs coopérative de travail avec 5 Reid Allaway production maraîchère diversifié à les Cèdres depuis 2005 ASC (environ 250 paniers / sem.) + marché de producteurs coopérative de travail avec 5 membres à temps plein + 4 stagiaires 5 ha loués

Plus en détail

L'élevage du lapin en Tunisie peut contribuer à résoudre le problème de déficit en viande du pays

L'élevage du lapin en Tunisie peut contribuer à résoudre le problème de déficit en viande du pays L'élevage du pin en Tunisie peut contribuer résoudre le problème déficit en vian du pays Bergaoui R. in Rouvier R. (ed.), Baselga M. (ed.). Rabbit production and genics in the Mediterranean area Zaragoza

Plus en détail

Les couverts végétaux en interculture entre céréale et tournesol. Vincent LECOMTE - CETIOM

Les couverts végétaux en interculture entre céréale et tournesol. Vincent LECOMTE - CETIOM Les couverts végétaux en interculture entre céréale et tournesol Vincent LECOMTE - CETIOM Sommaire Couverts végétaux et réglementation état des lieux régional Spécificité des sols argileux Effet des couverts

Plus en détail

Samsung Wave Paiement par facture SFR

Samsung Wave Paiement par facture SFR Paiemt Désormais Désormais disponibs disponibs,, 723, 723, II, II, 575 575 Direction Terminaux- D.LAM & M.MACHADO Jan 2011 1 Qu ce Direct Billing? A Propos du Direct Billing ont ont mis mis pce pce nveau

Plus en détail

Foire aux questions PAC 2015 DDT45. Version du 18 mars 2015

Foire aux questions PAC 2015 DDT45. Version du 18 mars 2015 Foire aux questions PAC 2015 DDT45 Version du 18 mars 2015 La présente foire aux questions recense les questions posées lors des réunions publiques d information sur la PAC 2015 organisées par la DDT45.

Plus en détail

Energie et teneur en protéine de Bar-Protin par rapport à un ensilage orge/pois

Energie et teneur en protéine de Bar-Protin par rapport à un ensilage orge/pois Cultivez vos propres protéines! Energie, protéine et structure combinées en 1 produit!, voilà un slogan qui définit parfaitement. La production de fourrages à partir de la culture combinée pois/avoine

Plus en détail

Ordonnance générale sur les importations de produits agricoles

Ordonnance générale sur les importations de produits agricoles Ordonnance générale sur les importations de produits agricoles (Ordonnance sur les importations agricoles, OIAgr) Modification du 9 juin 2006 Le Département fédéral de l économie, vu l art. 20, al. 3,

Plus en détail

Eric Justes 1, Loïc Prieur 2, Laurent Bedoussac 1 et Jean-Louis Hemptinne 3

Eric Justes 1, Loïc Prieur 2, Laurent Bedoussac 1 et Jean-Louis Hemptinne 3 UMR 1248 AGIR UMR 5174 EDB Est-il possible d améliorer le rendement et la teneur en protéines du blé cultivé en Agriculture Biologique au moyen de cultures intermédiaires ou de cultures associées? Eric

Plus en détail

Motifs des demandes de dérogations enregistrées en 2013 sur le site.

Motifs des demandes de dérogations enregistrées en 2013 sur le site. Motifs des demandes de dérogations enregistrées en 2013 sur le site motif a : motif b : motif c : motif d : HD essai HD part Source GNIS France variété non présente dans la base variété disponible mais

Plus en détail

Déclin des Légumineuses en Europe

Déclin des Légumineuses en Europe Déclin des Légumineuses en Europe Facteurs explicatifs I. Distinctions utiles II. Observations III. Evolution longue J-F Sneessens IV. Evolutions récentes V. Perspectives FWA-CSA- séminaire 26.10.2016

Plus en détail

Projet Mosabio Rapport d essai 2015

Projet Mosabio Rapport d essai 2015 Introduction Projet Mosabio Rapport d essai 2015 Le projet Mosabio a été proposé en 2011 par un groupe de travail comprenant AGRIDEA, Agroscope et le FiBL. Il s inscrit dans le contexte du déficit de l

Plus en détail

Sorgho INNOV-AGRI 2011

Sorgho INNOV-AGRI 2011 Sorgho INNOV-AGRI 2011 Du nouveau dans PRO - SORGHO Euralis Semences Jouffray Drillaud RAGT Semences de France Semences de Provence Caussade Semences PRO - SORGHO Sémental Association sans but lucratif

Plus en détail

PRODUCTION DE SEMENCES FONDATION, ENREGISTRÉES ET CERTIFIÉES DE : ALPISTE DES CANARIES, AVOINE, BLÉ, BLÉ DUR, LIN, ORGE, SARRASIN, SEIGLE ET TRITICALE

PRODUCTION DE SEMENCES FONDATION, ENREGISTRÉES ET CERTIFIÉES DE : ALPISTE DES CANARIES, AVOINE, BLÉ, BLÉ DUR, LIN, ORGE, SARRASIN, SEIGLE ET TRITICALE CIRCULAIRE 6 / Rév.01.9-2014 SECTION 2 PRODUCTION DE SEMENCES FONDATION, ENREGISTRÉES ET CERTIFIÉES DE : ALPISTE DES CANARIES, AVOINE, BLÉ, BLÉ DUR, LIN, ORGE, SARRASIN, SEIGLE ET TRITICALE Dans cette

Plus en détail

Informations manquantes dans l agriwiki. Agri wiki: la carotte

Informations manquantes dans l agriwiki. Agri wiki: la carotte Informations manquantes dans l agriwiki. Agri wiki: la carotte Généralité Carotte: Daucus carota L. ssp. Sativus. Plantes bisannuelles. Cultivées pour leur racines. Riches en carotène (source de vitamine

Plus en détail

QUESTIONNAIRE RAPIDE SUR LES RESSOURCES ALIMENTAIRE DU BETAIL (FEAST) -Enquête individuelle -

QUESTIONNAIRE RAPIDE SUR LES RESSOURCES ALIMENTAIRE DU BETAIL (FEAST) -Enquête individuelle - Page 1 of 12 QUESTIONNAIRE RAPIDE SUR LES RESSOURCES ALIMENTAIRE DU BETAIL (FEAST) -Enquête individuelle - Cette section d enquête doit être effectuée avec 9 15 agriculteurs répondant aux questions en

Plus en détail

6. Soutiens couplés, une PAC plus favorable à l'élevage

6. Soutiens couplés, une PAC plus favorable à l'élevage Aides Couplées JA Verdissement Paiement redistributif DPB 6. Soutiens couplés, une PAC plus favorable à l'élevage 13 % de l enveloppe des aides directes sous forme de soutiens couplés avec priorité à l

Plus en détail

Les indicateurs de fréquence de traitement (IFT) en 2011

Les indicateurs de fréquence de traitement (IFT) en 2011 Les indicateurs de fréquence de traitement (IFT) en 2011 En 2011, les IFT moyens (nombre moyen de doses de références appliquées pendant une campagne) s échelonnent entre 1,5 et 5,5 pour les grandes cultures,

Plus en détail