La maîtrise des eaux pluviales par les techniques alternatives

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La maîtrise des eaux pluviales par les techniques alternatives"

Transcription

1 Le magazine de lʼagence de lʼeau Artois-Picardie n 57 Janvier 2009 La maîtrise des eaux pluviales par les techniques alternatives Un exemple de réalisation : la ZAC du Bord des Eaux à Noyelles-Godault Contre-Courant n 57 p. 1 Janvier 2009

2 L eau d ici et d ailleurs p.4 La maîtrise des eaux pluviales par les techniques alternatives L eau à la une p.10 Douai : Nathalie Kosciusko-Morizet inaugure le 4ème bassin des eaux usées de temps de pluie Wingles : une nouvelle station pour la Communaupole de Lens-Lievin La station d épuration de Lewarde : une démarche pédagogique originale Fred et Jamy Au cœur de l eau p.14 Bien connaître la nature pour mieux la protéger L ADOPTA : Association Douaisienne pour la Promotion des Techniques Alternatives Claire comme de l eau p.15 Notre sélection de publications Citoyens de l eau p.16 Conférence «Eau et changement climatique» : vers une mutation durable de nos sociétés Contre Courant Marque déposée Journal d information publié par l Agence de l Eau Artois-Picardie Directeur de la publication : Alain Strébelle Directrice de la rédaction : Christine Dericq Rédactrice en Chef : Anne Debarge Rédaction : Aurélie Raymond Crédit photo : Ph. Frutier Altimage, AEAP, Fotolia, CAD Cartes : Claudine Becquet (AEAP) N ISSN : Parution en exemplaires Abonnement gratuit : Agence de l Eau Artois-Picardie 200, rue Marceline Centre Tertiaire de l Arsenal BP Douai Cedex tél fax ou sur internet rubrique agence de l eau Contre-Courant n 57 p. 2 Janvier 2009

3 Edito Bien urbaniser pour ne pas provoquer d inondations Lors des épisodes pluvieux, l eau s infiltre dans le sol ou rejoint directement les cours d eau. Ce phénomène naturel permet le renouvellement de la ressource. Cependant, lorsque l eau arrive en grande quantité sur des surfaces imperméabilisées, les évacuations sont très vite saturées. L eau déborde, provoquant ainsi des inondations et des rejets d eaux usées directement dans le milieu naturel. Comment faire pour concilier les aménagements urbains avec la protection des biens, des personnes et des milieux? Comme on ne peut augmenter indéfiniment «la taille des tuyaux», des techniques alternatives qu encourage l Agence de l Eau Artois- Picardie s imposent. Il s agit de prendre en compte la gestion et l intégration dans le paysage urbain des eaux pluviales dès l origine. Les alternatives «au tout tuyau» (noues, fossés, chaussées réservoirs, puits d infiltration, bassins secs ou en eaux) sont des techniques ayant prouvé leur efficacité. Une étude préalable permet de vérifier leur faisabilité technique et financière ainsi que leur compatibilité avec le paysage. La gestion des eaux pluviales est l une des priorités du IX ème Programme d Intervention de l Agence, deux axes forts étant privilégiés : limiter l imperméabilité dans les extensions ou les créations de zones d aménagement ; récupérer les premières eaux de pluies pour les traiter avant rejet dans le milieu naturel. Préserver la ressource en eau et maintenir un prix de l eau économiquement supportable par tous est un objectif majeur de l Agence de l Eau Artois-Picardie. La promotion et l aide à la mise en œuvre des techniques alternatives sont un des outils de l atteinte de cet objectif. Alain Strébelle Directeur général de l Agence de l Eau Artois-Picardie Contre-Courant n 57 p. 3 Janvier 2009

4 L eau d ici et d ailleurs La maîtrise des eaux pluviales par les techniques alternatives. La maîtrise des eaux pluviales par les techniques alternatives Depuis 2004, l Agence de l Eau Artois-Picardie a lancé une politique de financement des ouvrages de gestion des eaux de temps de pluie, particulièrement axée sur la mise en place de «techniques alternatives». On entend par techniques alternatives des ouvrages d assainissement pluvial dont le fonctionnement repose sur la rétention des eaux pluviales et/ou leur infiltration dans le sol. Ces techniques sont nombreuses : noues, fossés, structures réservoirs avec revêtement poreux ou classique, puits d infiltration, tranchées drainantes, toitures terrasses végétalisées... Modulables et complémentaires, elles peuvent être mises en œuvre aussi bien dans les zones d urbanisation nouvelle que dans les quartiers plus anciens. L objectif de cette politique est triple Limiter l impact de l imperméabilisation sur le milieu naturel ; l augmentation des surfaces imperméables engendre des apports d eaux pluviales importants dans le réseau hydrographique de surface ainsi qu une dégradation de la qualité des cours d eau, Limiter l impact des eaux pluviales sur les réseaux d assainissement en évitant les débordements aux droits des déversoirs d orage et des trop-pleins de bassins et de stations d épuration, et améliorer le transfert de la pollution vers l ouvrage de traitement, Assurer une meilleure gestion et une meilleure préservation de la ressource en eau en permettant l infiltration des eaux pluviales sur place. Les conditions d éligibilité Pour bénéficier des participations financières de l agence de l eau, la collectivité doit afficher une réelle volonté de requalification du milieu et une politique globale de gestion de l eau sur l ensemble de son territoire. Cette dynamique se transcrit dans les documents d urbanisme tels que le PLU, le SCOT et le règlement d assainissement, par exemple en imposant un rejet zéro ou limité et en favorisant la mise en place de techniques alternatives. Noue aménagée. AEAP Contre-Courant n 57 p. 4 Janvier 2009

5 L eau d ici et d ailleurs La maîtrise des eaux pluviales par les techniques alternatives. La collectivité dispose ainsi d un cadre réglementaire permettant d agir en amont des nouveaux projets et d éviter d éventuels dysfonctionnements. L agence de l eau et la collectivité s engagent alors dans un Programme Pluriannuel Concerté (PPC), qui planifie les opérations prévues à court terme (2 à 3 ans). Une étude diagnostique des eaux de temps de pluie, préalable à la réalisation des travaux, assure la cohérence et optimise les investissements programmés. Le financement L agence de l eau peut apporter une participation financière pour les études, les travaux de mise en place de techniques alternatives et les travaux de réutilisation des eaux pluviales. Concernant les études de gestion des eaux de temps de pluie en milieu urbanisé, la participation financière est apportée sous forme d une subvention à hauteur de 50 % du montant de l étude. Pour les investissements qui concourent à un meilleur fonctionnement des réseaux par temps de pluie par la mise en place de techniques alternatives, la participation financière de l agence est calculée sur la base de 19 par mètre carré de surface imperméable déconnecté, correspondant aux surfaces non raccordées au réseau d assainissement. A ce plafond est ensuite appliqué un taux d intervention de 30 % d avance remboursable en 20 ans et de 15 % de subvention. Pour les travaux qui s accompagnent d une réutilisation des eaux pluviales à des usages non nobles, tel que l arrosage des espaces verts, l alimentation des sanitaires, le montant de l aide est apporté sous forme d une subvention au taux de 25 %. Parking enherbé. AEAP Les participations financières de l année 2008 sur le bassin Artois-Picardie Gestion des eaux pluviales Techniques alternatives et récupération/réutilisation des eaux pluviales. Nombre de dossiers Nombre d inter- communalités concernées Montant des travaux retenus (HT en M ) Montant des participations financières décidées (HT en M ) ,982 1,720 Indicateurs m 2 (surface non raccordée au réseau) m 3 (volume d eau de pluie récupérée) Contre-Courant n 57 p. 5 Janvier 2009

6 L eau d ici et d ailleurs La maîtrise des eaux pluviales par les techniques alternatives. Les techniques alternatives au cœur de la rénovation La commune de Courcelles-les-Lens a lancé un pro- gramme de rénovation de la cité du Château d eau. Profitant de ces travaux, la collec- tivité a décidé de déconnecter les eaux pluviales du réseau pour les traiter sur le site. En amont du projet, l étude de sol devait donner des précisions sur la perméabilité du terrain et dé- finir les techniques alternatives à mettre en place. Faiblement perméable, le sol ne permettait qu une infiltration partielle. La partie excédentaire a donc été dirigée vers le réseau de la cité, via un système de trop plein des noues. Des noues en bordure des voiries ont donc été mises en place. Elles traitent 6540 m 2 de surface imperméabilisées représen- tées par la voirie, les trottoirs et les accès aux habitations. Exemple de travaux dans la Somme. Contact : David Moreau - Chargé d interventions - Mission Mer du Nord La gestion des eaux pluviales à Marquise : une démarche volontaire et concertée Située dans le bassin versant de la Slack à une dizaine de kilomètres en amont de l estuaire, la commune de Marquise fait partie du Syndicat Intercommunal d Assainissement de Marquise-Rinxent qui dispose depuis 1996 d une station d épuration d une capacité de EH. Confronté à des rejets urbains de temps de pluie et à des inondations des riverains en basse ville, le S.I.A de Marquise-Rinxent a décidé en 1999 la mise en place, en amont immédiat de la station d épuration, d un bassin de stockage/restitution de m 3 pour intercepter et renvoyer à faible débit ces eaux polluées vers la station d épuration. Dans le cadre de la mise à jour du schéma d assainissement réalisé en 2000, l étude hydraulique du réseau urbain a mis en évidence un constat de saturation des deux principales branches du réseau unitaire de la commune de Marquise en cas de fortes pluies. Le circuit des eaux pluviales Un apport supplémentaire d eaux pluviales dans le réseau unitaire, qui serait dû à une imperméabilisation supplémentaire des nouvelles zones d urbanisation, aurait des conséquences néfastes à la fois pour les riverains (augmentation des fréquences d inondation) et pour le milieu naturel (déversement plus fréquent d eaux usées vers la Slack). Contre-Courant n 57 p. 6 Janvier 2009

7 L eau d ici et d ailleurs La maîtrise des eaux pluviales par les techniques alternatives. Consciente de ces difficultés, la commune de Marquise a initié, avec le concours de l agence de l eau et de la MISE, une réflexion visant à définir les solutions de gestion des eaux pluviales pour chaque zone d urbanisation future mais également sur les zones urbaines existantes. Une Charte de gestion des eaux pluviales Cette étude a abouti d une part à la définition d un zonage pluvial assorti d un guide et d une Charte de gestion des eaux pluviales à destination des particuliers et des aménageurs, et d autre part à des propositions de travaux sur les secteurs déjà urbanisés. Le programme de travaux comprend à la fois la création de nouveaux exutoires vers le milieu récepteur superficiel permettant de détourner les eaux pluviales du réseau unitaire et des actions de «désimperméabilisation» et d infiltration sur les secteurs du centre ville. Pour la mise en œuvre des opérations, la commune de Marquise et l agence de l eau ont conclu un Programme Pluriannuel Concerté Parmi les réalisations, citons le réaménagement d une friche industrielle en centre ville dans le cadre des travaux d agrandissement du groupe scolaire Pierre Mendès-France. L opération a permis de déraccorder une surface de l ordre de m2 du réseau unitaire par l utilisation de techniques alternatives et notamment le stockage des eaux pluviales sur place pour réemploi dans les sanitaires du groupe scolaire. Les eaux pluviales non réutilisées sont quant à elles infiltrées dans le sous-sol via deux puits d infiltration. Contact : Ludovic Lemaire - Chef de mission littoral Le recyclage des eaux pluviales en industrie Le recyclage des eaux pluviales sur un site industriel constitue une opportunité pour réduire les coûts liés à leur évacuation et, bien sûr, à l approvisionnement en eau. C est aussi l occasion de mieux maîtriser les pollutions collectées par ces eaux au contact des surfaces imperméables (pollutions accidentelles, micropolluants,...), de réduire les coûts de la déminéralisation en utilisant une ressource faiblement minéralisée. Elle constitue, au même titre que l infiltration, une alternative au rejet direct ou via les réseaux collectifs dans les eaux de surface. L utilisation des eaux pluviales au sein d un site industriel est encadrée par l Arrêté Ministériel des Installations Classées, dites ICPE, du 02/02/1998. L article 2 mentionne que «les usages professionnels et industriels sont autorisés sauf ceux qui exigent une qualité potable». A part dans certaines industries telles que l agroalimentaire, une eau «non potable» peut satisfaire l essentiel des usages liés aux procédés et aux lavages, ainsi que la production de vapeur et le refroidissement. Un exemple de gestion des eaux pluviales : MCA à Maubeuge La réalisation la plus significative dans le bassin Artois-Picardie concerne le site industriel MCA à Maubeuge (groupe RENAULT). Mis en service en 2000, le dispositif a représenté un investissement de 2,6 millions d euros. Il a bénéficié de euros de participation financière de l agence de l eau. Contre-Courant n 57 p. 7 Janvier 2009

8 L eau d ici et d ailleurs La maîtrise des eaux pluviales par les techniques alternatives. Installé sur la zone d activités de Grévaux les Guides, ce site de 82,6 Ha consommait m 3 /an d eau potable du réseau public facturée 1 euro/m 3, dans un contexte local de tension en eau. Fort de l expérience du groupe RENAULT, sur l utilisation d eau de rivière, d un potentiel sur site de récupération d eau pluviale et compte tenu des contraintes fortes en terme de débit et de concentration en polluants (hydrocarbures < 5 mg/l, MeS < 30 mg/l) ), MCA a entièrement revu la gestion de ses eaux pluviales. Le dispositif mis en œuvre et les résultats obtenus Le dispositif consiste à capter l ensemble des eaux de ruissellement des surfaces imperméabilisées dans trois bassins représentant m 3. Ils assurent un stockage et une décantation primaire avant le traitement des eaux par voie physico-chimique. Les eaux sont ensuite filtrées sur lit de sable, traitées par charbon actif puis chlorées. En 2007, ce sont m 3 qui ont ainsi pu être recyclés pour une capacité de recyclage maximale de m 3, en satisfaisant ainsi 35 % des besoins de l usine. La qualité de l eau obtenue va au-delà des exigences réglementaires : hydrocarbures et MeS < 1 mg/l, DCO < 10 mg/l, chlorures < 60 mg/l. Contact : Serge Perdrix - Ingénieur Expert - Service Industrie Station de traitement des eaux pluviales MCA Maubeuge Source MCA Contre-Courant n 57 p. 8 Janvier 2009

9 L eau d ici et d ailleurs La maîtrise des eaux pluviales par les techniques alternatives. L ADOPTA : Association Douaisienne pour la Promotion des Techniques Alternatives Depuis 2008 et pour trois ans, l Agence de l Eau Artois-Picardie finance un animateur territorial au profit de l Association ADOPTA. Cet emploi permettra d accélerer le développement de la politique de gestion des eaux pluviales sur l ensemble du Bassin Artois-Picardie. L ADOPTA est une association loi 1901 qui a été créée en 1997 à l initiative du SIADO (Syndicat Intercommunal d Assainissement de la région de Douai), de la Société des Eaux de Douai et de la Ville de Douai, suite à un changement de politique du Syndicat d assainissement du Douaisis basé entre autres sur des inondations répétitives et sur la Loi sur l Eau de Financée depuis maintenant 11 ans par l agence de l eau et par le Conseil Régional Nord-Pas-de-Calais, l ADOPTA a pour objectif de promouvoir les techniques alternatives en matière d eaux pluviales (puits d infiltration, tranchées drainantes, noues, chaussées à structure réservoir...). Ces techniques ont pour but de réduire les volumes d eau s écoulant vers l aval (soit vers la station d épuration) grâce à leur stockage temporaire et leur infiltration (si possible). Elles peuvent être mises en place aussi bien au niveau d urbanisations nouvelles qu existantes. Une démarche de sensibilisation Afin de mener à bien cette démarche, l ADOP- TA sensibilise, d un point de vue régional mais aussi national, les professionnels, élus et particuliers à travers diverses actions telles que l élaboration et la distribution de fiches techniques, l organisation de circuits de visite montrant quelques unes des 450 réalisations du Douaisis, l intervention lors de colloques, de conférences et de salons et l aide au développement de projets. L ADOPTA regroupe actuellement une cinquantaine de membres adhérents, tous acteurs dans l art de construire, maîtres d oeuvre et d ouvrage, entreprises de travaux publics et bâtiments, bureaux d études, architectes, aménageurs, fournisseurs.., mais aussi une vingtaine de membres associés, s investissant pleinement dans le développement de cette association et de ses actions. Pour ces trois années, l agence de l eau a apporté une participation financière estimée à TTC pour l animation territoriale au profit de l association. Ce montant correspond à 70 % des salaires et charges salariales (y compris forfait équipement et fonctionnement). Infiltration des eaux pluviales au niveau d une chaussée à structure réservoir avec enrobés poreux : résidence du Général Delestraint à Lambres-lez-Douai. Renseignements : ADOPTA-3, Place d Haubersart Douai Site internet : Tél : Fax : Contre-Courant n 57 p. 9 Janvier 2009

10 L eau à la une Douai : Nathalie Kosciusko-Morizet inaugure le 4 ème bassin des eaux usées de temps de pluie. Douai : Nathalie Kosciusko-Morizet inaugure le 4 ème bassin des eaux usées de temps de pluie Le 16 octobre, la secrétaire d Etat chargée de l Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet était à Douai pour inaugurer le quatrième bassin des eaux usées de temps de pluie de la station d épuration de Douai Fort de Scarpe et célébrer par la même occasion, le ème jour consécutif de respect de l ensemble des normes de rejet qui lui sont assignées. Aux côtés de Jean-Jacques Delille, Président de la communauté d Agglomération du Douaisis, de Jacques Vernier, Maire de Douai, d Alain Strébelle, Directeur Général de l agence de l eau et de nombreux élus du secteur, Nathalie Kosciusko-Morizet a salué la performance de l usine d épuration. Une usine «verte» performante La communauté d Agglomération du Douaisis gère l assainissement des eaux du secteur de Douai. Son réseau collecte les eaux usées issues de toutes les activités humaines. 360 km de réseaux sillonnent ainsi toutes les rues des huit CAD villes raccordées et aboutissent à l usine d épuration de Douai Fort de Scarpe. Aux habitants concernés s ajoute la pollution issue des activités industrielles (soit l équivalent de habitants), portant à équivalents habitants sa capacité totale d épuration. Contre-Courant n 57 p. 10 Janvier 2009

11 L eau à la une Douai : Nathalie Kosciusko-Morizet inaugure le 4 ème bassin des eaux usées de temps de pluie. Chaque jour de l année, 365 fois par an, les eaux sales entrantes et les eaux épurées sortantes font l objet de prises d échantillons et d analyses. Depuis plus de 13 ans et demi, tous les résultats analytiques ont été jugés «très satisfaisants» pour cet équipement qui reçoit une quantité importante de pollution à traiter. «Les poissons ne La station de Douai en chiffres Capacité : EH Les villes raccordées : Courchelettes, Cuincy, Douai, Esquerchin, Flers-en-Escrebieux, Lambres-lez-Douai, Lauwin-Planque, Waziers et quelques zones urbaines attenantes. Débit moyen journalier : m 3 /j meurent qu une fois» a lancé Jacques Vernier, maire de Douai pour illustrer l idée selon laquelle «on a beau avoir une super station 364 jours par an, si le 365 ème jour elle ne marche pas, on fiche en l air tout ce qu on a fait le reste de l année». Mis au point depuis quatre ans, un système d auto-surveillance pointu permet à la CAD d affirmer que 88 % de la pollution produite par l ensemble des activités humaines sont éliminés lorsqu il ne pleut pas contre 83 % lorsqu il pleut. Un bassin, pour quoi faire? Depuis 1991, la collectivité a défini un schéma général de fonctionnement de son système d assainissement par temps de pluie. Il est aujourd hui pratiquement achevé. D une capacité de m 3, le nouveau bassin est destiné à stocker les eaux usées pour réduire au maximum les rejets dans la Scarpe par temps de pluie. Cet ouvrage constitue l avant dernier maillon de ce schéma sachant qu un bassin de 1300 m 3 sera construit début Tous les équipements sont en place pour permettre aux débits générés par les pluies les plus fréquentes d arriver directement ou via un stockage temporaire par ces bassins, aux unités de traitement de Douai Fort de Scarpe. Cet ouvrage représente un investissement de 2,6 millions d euros financé à hauteur de 65 % par l agence de l eau. Contacts : Vincent Valin - Directeur Lutte contre la Pollution - ou Patricia Lefevre - Ingénieur chargé d interventions spécialisé - Mission Mer du Nord Débit horaire de pointe - sur le biologique m 3 /h - sur le pluvial : m 3 /j Flux journalier de DCO : kg/j Flux journalier de MES : kg/j Flux journalier d azote : kg/j Flux journalier de phosphore : 500 kg/j Contre-Courant n 57 p. 11 Janvier 2009

12 L eau à la une Wingles : une nouvelle station pour la Communaupole de Lens-Liévin. AEAP Wingles : une nouvelle station pour la Communaupole de Lens-Lievin Le 17 octobre 2008, Michel Vancaille, Président de la Communaupole de Lens-Liévin, et Martial Grandmougin, Directeur Général Adjoint de l agence de l eau ont inauguré le poste Alexis et la nouvelle station d épuration de Wingles. Le poste Alexis et la nouvelle station d épuration de Wingles complètent le dispositif du traitement des eaux usées mis en place par la Communaupole de Lens-Liévin pour traiter les eaux usées de équivalents-habitants. Construite à côté de l ancienne station, légèrement en retrait du canal de la Deûle, la nouvelle station d épuration traite les eaux usées de équivalent-habitants (contre pour l ancienne). Elle reçoit les eaux usées des communes de Wingles, Meurchin, Hulluch, Estevelles, Annay-sous-Lens, Bénifontaine, Pont-à-vendin et Vendin-le-Vieil. Ces eaux usées sont collectées par quatre postes de refoulement dont le poste Alexis qui reprend les eaux usées des communes de Bénifontaine, Hulluch et Wingles. L ouvrage «Parc Alexis» (bassin et postes de refoulement) a été restructuré afin d améliorer le transfert des eaux usées et pluviales vers la station de Wingles et donc de supprimer les débordements par temps de pluie qui occasionnaient des inondations et des rejets d eaux polluées vers le Flot de Wingles. Les collecteurs fuyards en amont du poste ont également été remplacés de même qu un poste de rabattement de nappe a été déconnecté afin de supprimer les eaux claires parasites du réseau d assainissement, qui venaient perturber le fonctionnement de la station, et supprimer les rejets polluants au milieu naturel protégeant ainsi un des champs captants les plus productifs de la Communaupole. Des techniques de pointe Tout au long du traitement, la nouvelle station utilise les techniques les plus pointues pour assurer une épuration maximale (traitement du carbone, de l azote et du phosphore...). L air de l atelier de déshydratation des boues est également traité afin de supprimer totalement les problèmes d odeurs. Enfin, les boues issues de l épuration sont récupérées et déshydratées. Elles font ensuite l objet d une valorisation agricole par compostage. Des enjeux pour l avenir Le poste Alexis et la nouvelle station de Wingles sont des réponses à des enjeux majeurs pour la protection de la ressource en eau et l amélioration de la qualité du milieu naturel. Leur mise en service permet d apporter des solutions à l amélioration de la collecte des eaux usées, et ainsi assurer une meilleure qualité des eaux de la Deûle. Contre-Courant n 57 p. 12 Janvier 2009

13 L eau à la une La station d épuration de Lewarde : une démarche pédagogique originale. La station d épuration de Lewarde : une démarche pédagogique originale Plus moderne, plus efficace, l usine de dépollution de Lewarde, réhabilitée sur le site de l ancienne station, a fait peau neuve et a été inaugurée le 12 décembre 2008 en présence de Jean-Jacques Candelier, président de la Communauté de Communes Cœur d Ostrevent (CCCO), d Alain Strébelle, directeur général de l agence de l eau, et de Christian Rock, Sous-Préfet de Douai. Opérationnelle depuis le mois de juillet, la nouvelle station accueille les effluents des communes de Lewarde, Loffre, Erchin et Villers-au-Tertre Nord, soit une capacité de équivalents-habitants. Dotée de systèmes modernes plus poussés de traitement des eaux, elle assure le traitement des nuisances sonores et olfactives, le traitement du phosphore et de l azote et enfin la gestion des eaux usées par temps de pluie. Au-delà des performances épuratoires, le point fort de cette nouvelle construction est son intégration dans le paysage. Elle est implantée un peu plus loin des habitations que la précédente et vient s inscrire dans le prolongement d un chemin de randonnée : le chemin des galibots. Un espace pédagogique unique dans l arrondissement Placé sous le signe de l écologie et de la protection de l environnement, le site a tout misé sur la pédagogie : un espace pédagogique dédié à l accueil des scolaires (fin du cycle primaire et collège) a été mis en place. Maquette interactive, écran de projection, panneaux informatifs, le cycle de l eau livre tous ses mystères. L objectif est double : faire découvrir aux visiteurs les infrastructures tout en les sensibilisant à la préservation de l environnement. En prime : un film pédagogique tourné avec Fred et Jamy, les célèbres animateurs de l émission «C est pas sorcier», introduira les visites. Intitulé «D ici jaillit l or bleu», ce document d une vingtaine de minutes retracera le cycle de l eau et mettra en perspective tous les enjeux de cette ressource naturelle en intégrant les gestes éco-citoyens. Un parcours d interprétation extérieur complète la visite. Sept tables d interprétation situées sur le site de la station expliquent le rôle de chaque ouvrage dans l épuration de l eau. Enfin, la visite s achève devant les poissons du bassin d agrément alimenté par les eaux de rejets. D un point de vue financier, l opération représente euros (travaux + action pédagogique) sur lesquels l agence de l eau a apporté près de 1,2 millions d euros. Contre-Courant n 57 p. 13 Janvier 2009

14 Au cœur de l eau Bien connaître la nature pour mieux la protéger. Bien connaître la nature pour mieux la protéger La connaissance des milieux aquatiques et les impacts de notre mode de vie sur la qualité de l environnement font appel à de nombreuses disciplines scientifiques. Depuis 2006, en collaboration avec la communauté scientifique, l agence de l eau propose des rencontres-débats en associant toutes les disciplines scientifiques concernées. Après les perturbateurs endrocriniens et la contamination de la faune piscicole du district de l Escaut, le troisième rendez-vous fut consacré aux réseaux de suivi de la qualité des milieux aquatiques. Une journée pour le suivi des milieux aquatiques Les réseaux de surveillance existent depuis les années 70. Ils ont été mis en place par l agence de l eau. En constante évolution depuis, la mesure de la physicochimie s est vue complétée par la chimie sur l eau et les sédiments, l hydrobiologie et actuellement l hydromorphologie... Près de 200 stations de mesure permettent cette surveillance multipartenariale (agence de l eau, DIREN, ONEMA) qui, aujourd hui concerne toutes les catégories de masses d eau : cours d eau, plan d eau, et aussi les estuaires et ports. Plus d un million d euros y est consacré. Cette journée, organisée le 9 décembre 2008 à Polytech Lille, a rassemblé plus de 150 participants (scientifiques, partenaires producteurs et utilisateurs de données milieux aquatiques) et fut l occasion de faire le point sur le nouveau dispositif de suivi des milieux aquatiques. Les eaux de surfaces continentales (cours d eau et plans d eau), les eaux côtières et de transition, et les eaux souterraines ont été abordées pour l ensemble des éléments de qualité chimiques, physicochimiques, biologiques et hydromorphologiques. L ensemble de ces suivis, fortement impacté par la mise en œuvre de la Directive Cadre sur l Eau, sera replacé dans le cadre du Schéma Directeur des Données sur l Eau (SDDE) et du futur Schéma National des Données sur l Eau (SNDE). Retrouver les powerpoints des intervenants sur le site internet de l agence à la rubrique Sciences et technique. Contact : Jean Prygiel - Chef du Service Ecologie du Milieu - Contre-Courant n 57 p. 14 Janvier 2009

15 Claire comme de l eau Notre sélection de publications. Flore de la Flandre française Conservatoire Botanique National de Bailleul Plus de plantes sauvages qui se rencontrent à travers la Flandre française sont présentées dans cet ouvrage fiches descriptives illustrées d une photographie originale présentent chaque espèce avec son nom français, son nom scientifique mais aussi néerlandais. Une carte de la Flandre permet en un clin d œil d en apprécier la répartition et la rareté. Des informations synthétiques permettent d accéder rapidement à l essentiel de l information relative à chaque plante : milieux naturels représentatifs de la Flandre française sont décrits en s appuyant sur l exemple d un ou plusieurs sites naturels, souvent accessibles au public. Cet ouvrage s adresse à un large public. Il permet de découvrir ou d approfondir ses connaissances sur ce monde incroyablement diversifié des plantes sauvages. Cet ouvrage est disponible en librairie, prix 45 Si la mer m était contée Illustré de façon ludique, cet ouvrage rassemble les poésies de toutes les écoles publiques et privées du littoral artois-picardie ayant participé au concours de poésies lancé dans le cadre de la journée mondiale de l océan Les enfants aidés par leurs professeurs avaient pu à cette occasion mettre à l honneur le thème de la mer. Epandage d effluents industriels : une filière maîtrisée! Les process industriels génèrent des effluents résultant de la transformation des matières premières tout au long des lignes de fabrication. Chaque industrie produit des effluents avec des caractéristiques spécifiques. Cette plaquette s intègre dans une action de communication de la Conférence Permanente des Epandages. A destination du grand public, elle a pour but d expliquer le bien fondé des épandages d effluents industriels, comment ces épandages sont sécurisés et pourquoi des enquêtes publiques sont réalisées. Ces deux documents sont disponibles sur simple demande auprès du service documentation de l agence. Contre-Courant n 57 p. 15 Janvier 2009

INTEGRER LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS UN PROJET D URBANISATION

INTEGRER LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS UN PROJET D URBANISATION INTEGRER LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS UN PROJET D URBANISATION Opérations de superficie supérieure ou égale à 1 ha et opérations de superficie inférieure à 1 ha mais comprenant au moins 3 lots Dossiers

Plus en détail

Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution

Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution Elodie BRELOT Directeur du GRAIE Groupe de Recherche Rhône-Alpes sur les Infrastructures

Plus en détail

Notice de Présentation. Zonage d assainissement Eaux Usées. Commune de LORIENT

Notice de Présentation. Zonage d assainissement Eaux Usées. Commune de LORIENT Notice de Zonage d assainissement Eaux Usées Commune de LORIENT SOMMAIRE Contexte... 3 Définitions... 3 Rappels réglementaires... 4 Description du plan de zonage d assainissement d eaux usées... 5 Annexe

Plus en détail

Gestion innovante des eaux de ruissellement Actions sur le bassin Loire bretagne

Gestion innovante des eaux de ruissellement Actions sur le bassin Loire bretagne Gestion innovante des eaux de ruissellement Actions sur le bassin Loire bretagne Philippe AGENET Chargé de mission «Assainissement non collectif Eaux pluviales» Agence de l Eau Loire Bretagne Un règlement

Plus en détail

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE?

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? LA GESTION DURABLE des EAUX PLUVIALES Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? www.reseau-environnement.com Qu est-ce qu une GESTION DURABLE des

Plus en détail

RÉDUIRE LES POLLUTIONS PONCTUELLES DOMESTIQUES ET INDUSTRIELLES VERS LES MILIEUX AQUATIQUES

RÉDUIRE LES POLLUTIONS PONCTUELLES DOMESTIQUES ET INDUSTRIELLES VERS LES MILIEUX AQUATIQUES PROGRAMME 2013/2018 RÉDUIRE LES POLLUTIONS PONCTUELLES DOMESTIQUES ET INDUSTRIELLES VERS LES MILIEUX AQUATIQUES Réduire l impact des activités humaines sur les milieux aquatiques en vue d atteindre le

Plus en détail

Note de synthèse environnementale et juridique

Note de synthèse environnementale et juridique Angers Loire Métropole Note de synthèse Règlement de zonage des Eaux Pluviales Juillet 2015 HYN16836X Informations qualité Informations qualité Titre du projet Titre du document Note de synthèse Règlement

Plus en détail

maîtriser le ruissellement urbain Les concours financiers pour la maîtrise des eaux pluviales

maîtriser le ruissellement urbain Les concours financiers pour la maîtrise des eaux pluviales La pluie en ville maîtriser le ruissellement urbain Les concours financiers pour la maîtrise des eaux pluviales L urbanisation dense du territoire des Hauts-de-Seine a entrainé une forte imperméabilisation

Plus en détail

Gestion des eaux de pluie et de ruissellement. Réflexions et Actions menées sur le Territoire du Grand Toulouse.

Gestion des eaux de pluie et de ruissellement. Réflexions et Actions menées sur le Territoire du Grand Toulouse. Gestion des eaux de pluie et de ruissellement Réflexions et Actions menées sur le Territoire du Grand Toulouse. 22/04/2009 Introduction des techniques alternatives dans la réflexion du Grand Toulouse Pourquoi

Plus en détail

Devoirs et obligations des exploitants d ouvrages d assainissement

Devoirs et obligations des exploitants d ouvrages d assainissement Devoirs et obligations des exploitants d ouvrages d assainissement Charles BALTZER Conseil Général du Bas-Rhin Jean-Sébastien CHLOSTA Communauté de Communes de Cattenom et Environs La finalité de l assainissement

Plus en détail

RETOURS D EXPÉRIENCES ET RENCONTRÉS EN MATIÈRE DE GESTION DES EAUX PLUVIALES. Ir. Anne CLERIN -AIVE - Chef de Projets

RETOURS D EXPÉRIENCES ET RENCONTRÉS EN MATIÈRE DE GESTION DES EAUX PLUVIALES. Ir. Anne CLERIN -AIVE - Chef de Projets RETOURS D EXPÉRIENCES ET PROBLÈMES RENCONTRÉS EN MATIÈRE DE GESTION DES EAUX PLUVIALES Ir. Anne CLERIN Chef de Projets -AIVE - LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LE CONTEXTE DE L ASSAINISSEMENT DES EAUX

Plus en détail

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Adour-Garonne

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Adour-Garonne 10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Adour-Garonne Bassin Adour-Garonne : 116 000 km² (21% du territoire national métropolitain) Population concernée : 7 millions d habitants Les grands axes du programme

Plus en détail

Commune de Saint Chamond. 7.1.2 Annexes sanitaires Assainissement

Commune de Saint Chamond. 7.1.2 Annexes sanitaires Assainissement Commune de Saint Chamond 7.1.2 Annexes sanitaires Assainissement 1 Le service assainissement collectif concerne la collecte des eaux usées et pluviales de la commune de SAINT CHAMOND et la dépollution

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS

ROYAUME DU MAROC AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS ROYAUME DU MAROC AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS Plan de Communication Opérationnel de l Agence du Bassin Hydraulique du Loukkos 1 PLAN 1. Analyse de l environnement 2. l environnement externe

Plus en détail

Gestion de l eau dans les ateliers de transformation de l enseignement agricole. Quels enjeux?

Gestion de l eau dans les ateliers de transformation de l enseignement agricole. Quels enjeux? Gestion de l eau dans les ateliers de transformation de l enseignement agricole Quels enjeux? L eau est un patrimoine commun dont la valeur est reconnue par tous. Charte européenne de l eau, 1967 Atteindre

Plus en détail

LA GESTION DURABLE ET INTEGREE DES EAUX PLUVIALES La boîte à outils des techniques alternatives

LA GESTION DURABLE ET INTEGREE DES EAUX PLUVIALES La boîte à outils des techniques alternatives LA GESTION DURABLE ET INTEGREE DES EAUX PLUVIALES La boîte à outils des techniques alternatives Maëlle ANCELLE Chargée de mission - ADOPTA Animatrice territoriale du bassin Artois-Picardie Journée d échanges

Plus en détail

Prévention et lutte contre les inondations. Appel à projets. Département du Finistère Gestion innovante des eaux de ruissellement

Prévention et lutte contre les inondations. Appel à projets. Département du Finistère Gestion innovante des eaux de ruissellement Prévention et lutte contre les inondations Appel à projets Département du Finistère Gestion innovante des eaux de ruissellement Pour une gestion innovante des eaux de ruissellement Le Conseil général s

Plus en détail

DEPARTEMENT DE LA SAVOIE SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ASSAINISSEMENT DE LA REGION D ALBERTVILLE (SIARA)

DEPARTEMENT DE LA SAVOIE SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ASSAINISSEMENT DE LA REGION D ALBERTVILLE (SIARA) DEPARTEMENT DE LA SAVOIE SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ASSAINISSEMENT DE LA REGION D ALBERTVILLE (SIARA) ---ooooooooo--- SCHEMA DIRECTEUR D ASSAINISSEMENT Ville d ALBERTVILLE Document d Enquête Publique Note

Plus en détail

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne 10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne Bassin Loire-Bretagne : 155 000 km² (28% du territoire national métropolitain) Population concernée : 12,4 millions d habitants Les grands axes

Plus en détail

Appel à candidatures

Appel à candidatures Appel à candidatures Grand Prix national «le génie écologique au service des enjeux de la politique de l eau» 1 - contexte et objet de l appel à projets Le ministère de l Ecologie, du Développement Durable

Plus en détail

1.7 AUBIAT PLAN LOCAL D URBANISME. Commune de ANNEXES SANITAIRES DEPARTEMENT DU PUY DE DOME

1.7 AUBIAT PLAN LOCAL D URBANISME. Commune de ANNEXES SANITAIRES DEPARTEMENT DU PUY DE DOME DEPARTEMENT DU PUY DE DOME 1.7 Commune de AUBIAT SCP DESCOEUR F et C ARCHITECTURE ET AMENAGEMENT DU TERRITOIRE 49 rue des Salins 63000 Clermont Ferrand Tel : 04.73.35.16.26. Fax : 04.73.34.26.65. Mail

Plus en détail

La gestion durable et intégrée des eaux pluviales

La gestion durable et intégrée des eaux pluviales La gestion durable et intégrée des eaux pluviales La boite à outils des techniques alternatives Maëlle ANCELLE Chargée de mission - ADOPTA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES AGGLOMERATIONS Mardi 09 Décembre

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

ASSAINISSEMENT PLAN LOCAL D URBANISME

ASSAINISSEMENT PLAN LOCAL D URBANISME ASSAINISSEMENT PLAN LOCAL D URBANISME I SITUATION ADMINISTRATIVE La station d épuration et les réseaux d assainissement de la Ville de MEAUX appartiennent à la ville et sont exploités en régie communale

Plus en détail

SEMINAIRE DES ANIMATEURS TERRITORIAUX. «Témoignage d un animateur sur l application d un contrat»

SEMINAIRE DES ANIMATEURS TERRITORIAUX. «Témoignage d un animateur sur l application d un contrat» SEMINAIRE DES ANIMATEURS TERRITORIAUX (du 6 au 8 octobre 2010 à Angerville l Orcher) «Témoignage d un animateur sur l application d un contrat» Intervenant : Katy Carville Animatrice du Contrat Global

Plus en détail

Service Public d Assainissement Non Collectif

Service Public d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif SIVO - Syndicat Intercommunal de la Vallée de l Ondaine 44, rue de la Tour de Varan - 42700 FIRMINY Le contexte réglementaire La loi sur l eau du 3 janvier

Plus en détail

DARNETS. Mairie de SEPTEMBRE 2002. Corrèze A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT D. LES RESPONSABILITES

DARNETS. Mairie de SEPTEMBRE 2002. Corrèze A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT D. LES RESPONSABILITES Mairie de DARNETS Corrèze SEPTEMBRE 2002 19300 Darnets Tél. : 05.55.93.09.91 Fax. : 05.55.93.13.06 Email : mairiededarnets@wanadoo.fr A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT

Plus en détail

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement Conjuguer croissance et environnement www.sicoval.fr Sicoval Assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation

Plus en détail

Une épuration choisie

Une épuration choisie ETAT DES LIEUX EN LOIR ET CHER Dans l état actuel des choses, le département dispose de 216 unités d épuration qui assurent le traitement total ou partiel de 212 communes sur les 290 que comporte le département.

Plus en détail

Création de lotissements à usage d habitation

Création de lotissements à usage d habitation Création de lotissements à usage d habitation Constitution des dossiers de déclaration au titre des articles L 214.1 à L 214.3 du code de l'environnement (anciennement loi sur l eau) A compter du 01/10/2006

Plus en détail

LES LIVRETS SUR L EAU DU BASSIN ARTOIS-PICARDIE Vers le bon état des eaux : actions et résultats

LES LIVRETS SUR L EAU DU BASSIN ARTOIS-PICARDIE Vers le bon état des eaux : actions et résultats LES LIVRETS SUR L EAU DU BASSIN ARTOIS-PICARDIE Vers le bon état des eaux : actions et résultats Crédit photo : JP.LEFEBVRE - AEAP Principaux résultats du bilan intermédiaire 2012 du Programme de Mesures

Plus en détail

Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris. Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015

Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris. Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015 Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015 A l origine de l étude, un triple constat établi par l AESN, la DRIEE et la DRIEA

Plus en détail

Commission Thématique «Gestion de la Ressource» Lundi 16 février 9h30 Péronne SOMMAIRE

Commission Thématique «Gestion de la Ressource» Lundi 16 février 9h30 Péronne SOMMAIRE C SAG COMMISSION LOCALE DE L EAU GE DE LA HAUTE-SOMME Commission Thématique «Gestion de la Ressource» Lundi 16 février 9h30 Péronne SOMMAIRE 1. Objectifs de la réunion......2 2. Les obligations du SAGE

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT QUENTIN SUR ISERE. Schéma directeur et zonage d assainissement pluvial

COMMUNE DE SAINT QUENTIN SUR ISERE. Schéma directeur et zonage d assainissement pluvial PROGEO ENVIRONNEMENT Ingénieurs Conseils COMMUNE DE SAINT QUENTIN SUR ISERE Schéma directeur et zonage d assainissement pluvial Dossier d enquête publique (PROCÉDURE : ARTICLE R123-1 ET S. DU CODE DE L

Plus en détail

VILLE DE CHAMBERY SERVICE URBANISME-IMMOBILIER-FONCIER P L U. lan ocal rbanisme ANNEXE COLLECTE ET TRAITEMENT DES EAUX USEES ET PLUVIALES PLU 1.5.

VILLE DE CHAMBERY SERVICE URBANISME-IMMOBILIER-FONCIER P L U. lan ocal rbanisme ANNEXE COLLECTE ET TRAITEMENT DES EAUX USEES ET PLUVIALES PLU 1.5. VILLE DE CHAMBERY SERVICE URBANISME-IMMOBILIER-FONCIER d P L U lan ocal rbanisme ANNEXE COLLECTE ET TRAITEMENT DES EAUX USEES ET PLUVIALES P.L.U. APPROUVE D.C.M. 19 juillet 2004 Modification n 1 D.C.M.

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE Schéma d Aménagement et de Gestion et de des Gestion Eaux de Eaux du bassin du bassin du Loir du Loir Demi-journée d information et d échange sur la thématique «zones Bureau humides la» CLE Le 25 avril

Plus en détail

Signature du Contrat de rivière

Signature du Contrat de rivière Signature du Contrat de rivière Soutien financier : Soutien technique : Cérémonie de signature du Contrat de rivière 18 juin 2010 Qu est-ce-qu un Contrat de rivière? Un programme de reconquête de la qualité

Plus en détail

AVEC VOUS pour un assainissement autonome de qualité

AVEC VOUS pour un assainissement autonome de qualité AVEC VOUS pour un assainissement autonome de qualité Intervenants Communes : Mr ou Mme le Maire de la commune Communauté de communes: Mr le Président : M. DURET Chargée de mission : Mme BEAL Entreprises

Plus en détail

Etude prospective sur le marché de l eau et de l assainissement

Etude prospective sur le marché de l eau et de l assainissement Etude prospective sur le marché de l eau et de l assainissement 3 ème édition Décembre 2004 Une photographie des projets susceptibles d être réalisés dans les 5 prochaines années. Cette étude, réalisée

Plus en détail

Club Environnement CCI Jura. La gestion des eaux usées issues de l industrie

Club Environnement CCI Jura. La gestion des eaux usées issues de l industrie Club Environnement CCI Jura La gestion des eaux usées issues de l industrie Bertrand DEVILLERS Le 1 er juin 2015 Les catégories d eaux usées Trois catégories d eaux usées : Les eaux usées domestiques (eaux

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

Qualité de pose des réseaux d assainissement et financements de l agence de l eau Adour Garonne. Journée FSTT du 5 novembre 2015 Sophie OLIVIER

Qualité de pose des réseaux d assainissement et financements de l agence de l eau Adour Garonne. Journée FSTT du 5 novembre 2015 Sophie OLIVIER Qualité de pose des réseaux d assainissement et financements de l agence de l eau Adour Garonne Journée FSTT du 5 novembre 2015 Sophie OLIVIER 10 ème programme d intervention Une politique au service de

Plus en détail

SPANC & SIGREDA. Ma commune a transféré sa compétence SPANC au Sigreda, dans quel cadre intervient il?

SPANC & SIGREDA. Ma commune a transféré sa compétence SPANC au Sigreda, dans quel cadre intervient il? SPANC & SIGREDA Ma commune a transféré sa compétence SPANC au Sigreda, dans quel cadre intervient il? Au préalable Le SIGREDA Le SIGREDA Syndicat Intercommunal de la Gresse, du Drac et de leurs Affluents

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE»

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» A l attention des professeurs de SVT, Physique- Chimie et Histoire Géographie. Ecocène

Plus en détail

Guide technique. Assainissement non collectif d une habitation individuelle

Guide technique. Assainissement non collectif d une habitation individuelle Document réalisé avec le concours financier de l Agence de l Eau Rhône Méditerranée et Corse. Guide technique Assainissement non collectif d une habitation individuelle Schéma d implantation d un assainissement

Plus en détail

L assainissement autonome Les étapes à suivre pour le placement d un système d épuration individuelle soumis à déclaration

L assainissement autonome Les étapes à suivre pour le placement d un système d épuration individuelle soumis à déclaration L assainissement autonome Les étapes à suivre pour le placement d un système d épuration individuelle soumis à déclaration (capacité inférieure à 100 EH) L eau préservée... Cette brochure ne concerne pas

Plus en détail

VEILLE REGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.5

VEILLE REGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.5 LES EFFLUENTS Code de la Santé Publique L1331-10 Code de l Environnement R214-1 et suivants Arrêté du 22 juin 2007 relatif à la collecte, au transport et au traitement des eaux usées des agglomérations

Plus en détail

BEAUCHAMP PLAN LOCAL D URBANISME. 6 a. Commune de. APPROBATION Vu pour être annexé à la délibération en date du : NOTICE SANITAIRE URBA-SERVICES

BEAUCHAMP PLAN LOCAL D URBANISME. 6 a. Commune de. APPROBATION Vu pour être annexé à la délibération en date du : NOTICE SANITAIRE URBA-SERVICES URBA-SERVICES CABINET DE CONSEILS EN URBANISME 83, rue de Tilloy, BP 401-60004 BEAUVAIS CEDEX Téléphone : 03.44.45.17.57 Fax : 03.44.45.04.25 Commune de BEAUCHAMP PLAN LOCAL D URBANISME APPROBATION Vu

Plus en détail

Eau - Assainissement

Eau - Assainissement PRÉSERVER LA BIODIVERSITÉ ET LES RESSOURCES NATURELLES La préservation des milieux humides est l un des points clefs d une politique de développement durable ; tant en raison des intérêts biologiques que

Plus en détail

DURAND Audrey Année 2006-2007. Master II Gestion des Ressources Naturelles et de l Environnement Université Montesquieu Bordeaux IV

DURAND Audrey Année 2006-2007. Master II Gestion des Ressources Naturelles et de l Environnement Université Montesquieu Bordeaux IV DURAND Audrey Année 2006-2007 Master II Gestion des Ressources Naturelles et de l Environnement Université Montesquieu Bordeaux IV Rapport de Stage Mission de maîtrise d œuvre en matière d assainissement

Plus en détail

Carte IN.1. Zones d'aléa inondation. Délimitations : Zones d'aléas inondation issues : SAGE. des plus hautes eaux connues

Carte IN.1. Zones d'aléa inondation. Délimitations : Zones d'aléas inondation issues : SAGE. des plus hautes eaux connues Carte I.1 1195A2.2_Zones humides.mxdjuin211 échelle : 14 ème sce21 sce octobre 212 Page 131 sur 138 Carte I.1 1195A2.2_Zones humides.mxdjuin211 échelle : 14 ème sce21 sce octobre 212 Page 132 sur 138 Carte

Plus en détail

La Bièvre : renaissance d une rivière

La Bièvre : renaissance d une rivière La Bièvre en activité en 1951 La Bièvre amont La Bièvre : renaissance d une rivière À partir de la fin du XVIIIe siècle, les rejets de pollution des petites industries installées sur les rives de la Bièvre

Plus en détail

2013-2018. Prime de résultat en assainissement collectif AGENCE DE L EAU RHIN-MEUSE

2013-2018. Prime de résultat en assainissement collectif AGENCE DE L EAU RHIN-MEUSE 2013-2018 10 e PROGRAMME AGENCE DE L EAU RHIN-MEUSE Prime de résultat en assainissement collectif La prime de résultat est une aide dont le principe est prévu par la loi. Elle vise à favoriser la bonne

Plus en détail

L assainissement non collectif

L assainissement non collectif L assainissement non collectif Dispositif de prétraitement 1 - Présentation électronique Dispositif assurant l épuration et l évacuation des effluents par le sol SPANC COMMUNAUTE DE COMMUNES DE VERE GRESIGNE

Plus en détail

DEMANDE DE VERIFICATION DE CONCEPTION

DEMANDE DE VERIFICATION DE CONCEPTION SIAAL 155, rue du Levant BP 10925 39009 LONS LE SAUNIER CEDEX Tel : 03.84.86.21.95 Fax : 03.84.86.21.55 DEMANDE DE VERIFICATION DE CONCEPTION Dossier à compléter et à retourner au SIAAL 1. CONTEXTE GENERAL

Plus en détail

GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT : GUIDE A L ATTENTION DU SERVICE URBANISME

GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT : GUIDE A L ATTENTION DU SERVICE URBANISME COMMUNE D AVEIZIEUX GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D AMENAGEMENT : GUIDE A L ATTENTION DU SERVICE URBANISME Annexe 5 du rapport de diagnostic et de zonage pluvial Affaire A-11.143 Janvier

Plus en détail

L implication de l Intercommunale du Brabant Wallon (IBW) dans la gestion des eaux pluviales en agglomération. Communication de presse

L implication de l Intercommunale du Brabant Wallon (IBW) dans la gestion des eaux pluviales en agglomération. Communication de presse L implication de l Intercommunale du Brabant Wallon (IBW) dans la gestion des eaux pluviales en agglomération Communication de presse Résumé L époque est révolue où la société pouvait attribuer aux aménageurs

Plus en détail

DEMANDE DE CONTROLE DE BONNE EXECUTION D UN DISPOSITIF D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE DE CONTROLE DE BONNE EXECUTION D UN DISPOSITIF D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) ZAC des Terrasses de la Sarre 3, Terrasse Normandie BP 50157 57403 SARREBOURG CEDEX Téléphone 03 87 03 05 16 Télécopie 03 87 03 83 49 DEMANDE DE CONTROLE

Plus en détail

La restauration hydromorphologique des cours d eau sur le bassin de la Somme

La restauration hydromorphologique des cours d eau sur le bassin de la Somme La restauration hydromorphologique des cours d eau sur le bassin de la Somme Mardi 17 septembre 2013 Le Syndicat mixte AMEVA, Etablissement public du bassin versant de la Somme Les Inondations de 2001

Plus en détail

Collecte et dépollution des eaux usées. points de repère

Collecte et dépollution des eaux usées. points de repère Collecte et dépollution des eaux usées points de repère coûts environnement assainissement Toute eau utilisée pour l activité humaine devient eau usée En France, un habitant consomme en moyenne 150 litres

Plus en détail

CONCEVOIR UNE INSTALLATION NEUVE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

CONCEVOIR UNE INSTALLATION NEUVE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF 1 Service Assainissement CONCEVOIR UNE INSTALLATION NEUVE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF 1 - DEFINITION L assainissement non collectif ou autonome ou individuel est un système de collecte, de prétraitement

Plus en détail

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif. Missions du SPANC. Fonctionnement d un ANC. Procédures et Règlementation

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif. Missions du SPANC. Fonctionnement d un ANC. Procédures et Règlementation S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif Missions du SPANC Fonctionnement d un ANC Procédures et Règlementation Campagnes de vidanges Missions du SPANC Le SPANC? C est le Service Public

Plus en détail

La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises

La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises Dans le cadre de démarches environnementales et de développement durable, de nombreux maîtres d ouvrages, notamment les collectivités territoriales,

Plus en détail

La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine

La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine Schéma départemental 2005-2020 Le mot du Président Lors de sa réunion du 16 décembre 2005, l Assemblée départementale a approuvé

Plus en détail

Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11

Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11 Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11 Points proposés : Le Contrat de rivière: avancement, objectifs Etat des lieux du bassin du Doron Enjeux et objectifs, propositions d actions Vers une mise

Plus en détail

Assainissement non collectif INFORMATIONS OBLIGATIONS ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. questions?

Assainissement non collectif INFORMATIONS OBLIGATIONS ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. questions? INFORMATIONS OBLIGATIONS ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF questions? INFORMATIONS ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF : Les objectifs prioritaires sont de: prévenir tout risque sanitaire et de limiter

Plus en détail

Caractéristiques du projet Installateur (si connu)

Caractéristiques du projet Installateur (si connu) Communauté de Communes de la Côte des Isles Service Public d Assainissement Non Collectif 15 rue de Becqueret 50270 BARNEVILLE CARTERET Tél : 02 33 95 96 70 ; Fax : 02 33 95 96 71 site internet : www.cotedesisles.com

Plus en détail

(Station de traitement d Egaules)

(Station de traitement d Egaules) (Station de traitement d Egaules) SOMMAIRE I - DESCRIPTIF 3 1) assainissement syndical 3 2) assainissement collectif communal 4 a) station d épuration et réseau d Egaules 4 b) station d épuration de Viallard

Plus en détail

REVISION DE L ETUDE DE ZONAGE D ASSAINISSEMENT

REVISION DE L ETUDE DE ZONAGE D ASSAINISSEMENT Maître d'ouvrage Commune de MALVILLE Hôtel de Ville Rue Merlerie 44260 MALVILLE REVISION DE L ETUDE DE ZONAGE D ASSAINISSEMENT NOTE DE SYNTHESE Janvier 2014 EF Etudes 4, rue Galilée BP 4114, 44341 BOUGUENAIS

Plus en détail

Atelier 13 : Gestion innovante des eaux de ruissellement, des actions originales menées sur le bassin versant Loire Bretagne

Atelier 13 : Gestion innovante des eaux de ruissellement, des actions originales menées sur le bassin versant Loire Bretagne Atelier 13 : Gestion innovante des eaux de ruissellement, des actions originales menées sur le bassin versant Loire Bretagne Sébastien LE COUSTUMER Chargé de mission eau et inondations Conseil général

Plus en détail

SCHÉMA DIRECTEUR DES EAUX PLUVIALES

SCHÉMA DIRECTEUR DES EAUX PLUVIALES SCHÉMA DIRECTEUR DES EAUX PLUVIALES 1. PRINCIPES. Bien que la gestion des eaux pluviales urbaines soit un service publique à la charge des communes, il semble indispensable d imposer aux aménageurs, qui

Plus en détail

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Offre de service : ASSISTANCE ET CONSEIL EN URBANISME REGLEMENTAIRE

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Offre de service : ASSISTANCE ET CONSEIL EN URBANISME REGLEMENTAIRE Offre de service : ASSISTANCE ET CONSEIL EN URBANISME REGLEMENTAIRE Assistance et conseil technique et administratif aux collectivités en urbanisme réglementaire Toute collectivité maître d ouvrage de

Plus en détail

Le rejet des eaux usées

Le rejet des eaux usées 13 Eaux usées, contexte légal et réglementaire Les eaux usées, si elles étaient rejetées dans le milieu sans traitement, pollueraient gravement l environnement et la ressource en eau. En effet, certaines

Plus en détail

Jean-Claude Chazelon. Les eaux pluviales

Jean-Claude Chazelon. Les eaux pluviales Jean-Claude Chazelon Les eaux pluviales Ce cahier technique a été réalisé avec le concours de : l'agence de l'eau Adour-Garonne l'agence de l'eau Loire-Bretagne Et avec le soutien de Limoges Métropole

Plus en détail

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration... 1 Sommaire INTRODUCTION... 2 1/ Le contexte général de la commune...3 2/ L état des réseaux...3 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...3 4/ Les solutions retenues par la commune...5 CONCLUSION Carte

Plus en détail

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

(Partie française située sur le territoire du bassin Rhin-Meuse)

(Partie française située sur le territoire du bassin Rhin-Meuse) DIRECTIVE 2000/60/CE DU PARLEMENT EUROPEEN ET DU CONSEIL DU 23 OCTOBRE 2000 ETABLISSANT UN CADRE POUR UNE POLITIQUE COMMUNAUTAIRE DANS LE DOMAINE DE L EAU (Partie française située sur le territoire du

Plus en détail

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques Visite de la Cité de l Eau et de l Assainissement Avenue Kléber 92700 Colombes SIAAP Syndicat interdépartemental pour l assainissement de l agglomération parisienne L assainissement en région parisienne

Plus en détail

Eau et Assainissement pour l Afrique TERMES DE REFERENCE

Eau et Assainissement pour l Afrique TERMES DE REFERENCE Eau et Assainissement pour l Afrique 01 BP : 4392 Cotonou Benin; Tel : + 229 21311093 ; Email: wsabenin@wsafrica.org; TERMES DE REFERENCE Services de consultants pour une étude d état des lieux dans le

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

16- L EAU. Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 231

16- L EAU. Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 231 16- L EAU Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 231 16.1 LE RESEAU HYDROGRAPHIQUE La commune est située en bordure de Seine dans sa limite nord. Le risque d inondation existe sur

Plus en détail

Schéma Général d Assainissement Phase 3 Page 1 sur 9 Commune de CREYSSEILLES ASSAINISSEMENT COLLECTIF

Schéma Général d Assainissement Phase 3 Page 1 sur 9 Commune de CREYSSEILLES ASSAINISSEMENT COLLECTIF Schéma Général d Assainissement Phase 3 Page 1 sur 9 PHASE 3 : ASSAINISSEMENT COLLECTIF Version : Date : Etablie par : Vérifiée par : 1 02/2005 Y.B S.M 2 08/2005 Y.B S.M Schéma Général d Assainissement

Plus en détail

Présentation du Contrat de Rivière Tarn. Présentation du Syndicat Mixte de Rivière Tarn. Implications fonctionnelles pour le suivi du Contrat

Présentation du Contrat de Rivière Tarn. Présentation du Syndicat Mixte de Rivière Tarn. Implications fonctionnelles pour le suivi du Contrat Syndicat Mixte de Rivière Tarn Présentation du Contrat de Rivière Tarn Présentation du Syndicat Mixte de Rivière Tarn Implications fonctionnelles pour le suivi du Contrat Syndicat Mixte de Rivière Tarn

Plus en détail

Autorisation et Convention

Autorisation et Convention Autorisation et Convention Déversement d eaux usées non domestiques dans les réseaux publics de collecte Entreprises et Collectivités : procédures pour être en conformité avec la loi Crédit photo CA Évry

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES ARNON BOISCHAUT CHER PRIX & QUALITE DU SERVICE ASSAINISSEMENT COLLECTIF EN REGIE

COMMUNAUTE DE COMMUNES ARNON BOISCHAUT CHER PRIX & QUALITE DU SERVICE ASSAINISSEMENT COLLECTIF EN REGIE COMMUNAUTE DE COMMUNES ARNON BOISCHAUT CHER PRIX & QUALITE DU SERVICE ASSAINISSEMENT COLLECTIF EN REGIE RAPPORT ANNUEL 2012 Page 2 RAPPORT 2012 Caractérisation technique du service Organisation administrative

Plus en détail

Appel à projet : gestion innovante des eaux de ruissellement. Jeudi 12 février 2013 réunion DAEEL

Appel à projet : gestion innovante des eaux de ruissellement. Jeudi 12 février 2013 réunion DAEEL Appel à projet : gestion innovante des eaux de ruissellement Jeudi 1 février 013 réunion DAEEL 1 1. Contexte, objectifs, planning & critères de sélection. Présentation globale des réponses 3. Présentation

Plus en détail

Conférence sur la gestion à la source des eaux pluviales en ville pour les acteurs de l aménagement

Conférence sur la gestion à la source des eaux pluviales en ville pour les acteurs de l aménagement 10h40 Quelles sont les difficultés rencontrées sur le terrain? Quelles solutions mettre en œuvre? TEMOIGNAGE DU BUREAU D ETUDES INFRA Services Date : 28 mai 2013 Lieu : Cité de l Eau et de l Assainissement

Plus en détail

L assainissement autonome Les étapes à suivre pour le placement d un système d épuration individuelle soumis à déclaration

L assainissement autonome Les étapes à suivre pour le placement d un système d épuration individuelle soumis à déclaration L assainissement autonome Les étapes à suivre pour le placement d un système d épuration individuelle soumis à déclaration (capacité inférieure à 100 EH) L eau préservée... Cette brochure ne concerne pas

Plus en détail

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Julien St-Laurent, M.Sc.Env. Spécialiste environnement Direction de l Aménagement, gestion et développement durable

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU-

PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU- Office National de l Electricité et de l Eau potable -Direction Assainissement et Environnement- PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU- 21 Mai 2013 1 Plan Cadre

Plus en détail

Qu est ce que la gestion intégrée des eaux pluviales?

Qu est ce que la gestion intégrée des eaux pluviales? Qu est ce que la gestion intégrée des eaux pluviales? En 2014, le Certu devient la Direction technique Territoires et Ville du Cerema Plan de l intervention 1. D une approche technique sectorielle à une

Plus en détail

Quels outils techniques et financiers. Katy Pojer Agence de l eau Rhône Méditerranée Corse

Quels outils techniques et financiers. Katy Pojer Agence de l eau Rhône Méditerranée Corse Quels outils techniques et financiers Katy Pojer Agence de l eau Rhône Méditerranée Corse Mardi 13 mai 2014 Quelle technique mettre en œuvre? Des documents existent http://www.graie.org/graie/graiedoc/doc_telech/plaqta.pdf

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

Le point de vue des services communaux du Brabant wallon. Madame Isabelle MASSART, Chef de service Etudes, Intercommunale du Brabant wallon

Le point de vue des services communaux du Brabant wallon. Madame Isabelle MASSART, Chef de service Etudes, Intercommunale du Brabant wallon Le point de vue des services communaux du Brabant wallon Madame Isabelle MASSART, Chef de service Etudes, Intercommunale du Brabant wallon Province du Brabant wallon 27 communes 390 966 habitants Enquête

Plus en détail

Assainissement non collectif

Assainissement non collectif Assainissement non collectif Un écoprêt ue q ifi c é p s o r é z x u a t à Votre maison n est pas reliée au tout-à-l égout? Votre installation individuelle, type fosse septique, n est pas aux normes? Un

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME

DEMANDE D INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) COMMUNE de : DOSSIER de Mme / Mr : DEMANDE D INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME (Document à joindre au permis de construire s il y

Plus en détail

FISCALITÉ ÉCOLOGIQUE : EAUX PLUVIALES

FISCALITÉ ÉCOLOGIQUE : EAUX PLUVIALES FISCALITÉ ÉCOLOGIQUE : EAUX PLUVIALES Entreprises : toutes concernées! Taxe annuelle pour la gestion des eaux pluviales urbaines Fiche pratique à l attention des entreprises redevables Novembre 2013 La

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail