Nombre de points des surfaces de Deligne-Lusztig

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nombre de points des surfaces de Deligne-Lusztig"

Transcription

1 Nombre de points des surfaces de Deligne-Lusztig 1 Géométrie algébrique/algebraic geometry Nombre de points des surfaces de Deligne-Lusztig François Rodier Résumé On présente des exemples de surfaces qui ont beaucoup de points relativement à leurs nombres de Betti et qui ont un groupe d automorphismes important. Ces exemples sont construits à partir des variétés de Deligne-Lusztig. Number of points of Deligne-Lusztig surfaces Abstract We present examples of surfaces with many points with respect to their Betti numbers and with a large automorphism group. These examples are constructed from Deligne-Lusztig varieties. 1. Introduction Goppa a montré comment construire des codes à partir de courbes sur un corps fini [4]. Les meilleurs codes proviennent de courbes ayant beaucoup de points relativement à leur genre. Le fait qu elles aient un groupe d automorphismes important permet au code d avoir beaucoup de propriétés de symétries. Plus généralement, Manin a montré comment construire des codes à partir de variétés de dimension quelconque (cf. [9]). Cela amène donc à la recherche de variétés ayant beaucoup de points par rapport à leurs nombres de Betti (voir [12]) et de nombreux automorphismes. Les courbes de Deligne-Lusztig ont été étudiées par J-P Serre [11] qui a montré qu elles ont un nombre de points maximum par rapport à leur genre, puis par J.P. Hansen [5]. On se propose ici d étudier quelques surfaces provenant des variétés de Deligne-Lusztig. 2. Définition des variétés de Deligne-Lusztig Soit p un nombre premier et soit k une clôture algébrique du corps fini F p. Soit G un groupe algébrique réductif connexe défini sur k, B l ensemble des sous-groupes de Borel de G, W le groupe de Weyl de G et S l ensemble de ses générateurs canoniques. Le groupe W est naturellement en bijection avec le quotient G\(B B) (cf. [3]). Si un couple (B 1, B 2 ) de B B correspond à w, on dira que B 1 et B 2 sont en position relative w. Dans tous les cas étudiés ici (sauf 2 F 4, cf. 7) F sera un endomorphisme de Frobenius de G relatif à une structure rationnelle sur un sous-corps fini F q de k. On notera G F le groupe fini des éléments de G fixés par F.

2 Nombre de points des surfaces de Deligne-Lusztig 2 Définition (cf. [3]). Soit w un élément de W. Le schéma de Deligne-Lusztig X(w) est le sous-schéma localement fermé de B formé des sous-groupes de Borel B tels que B et F B soient en position relative w. Soit s 1... s n une expression minimale d un élément de W. On définit X(s 1,..., s n ) comme étant l espace des suites de sous-groupes de Borel (B 0,..., B n ) telles que B n = F (B 0 ) et que B i 1 et B i soient en position relative s i ou e. Alors X(s 1,..., s n ) est une compactification lisse de X(s 1... s n ) sur laquelle G F agit ([3], 9.11). L endomorphisme F agit sur le groupe W et envoie S sur lui-même. Nous nous intéresserons ici aux cas où S a deux orbites par F. Si s 1 et s 2 sont des représentants de chacune de ces deux orbites, on pose w = s 1 s 2. Alors X(w) est une variété lisse, irréductible, de dimension 2, stable par G F, définie sur F q δ où δ est le plus petit entier tel que F δ fixe S. (cf. [3] 1.4, [7] (1.6) et (4,8)). Dans ce cas-là, l application de X(s 1, s 2 ) dans B qui envoie (B 0, B 1, B 2 ) sur B 0 est un morphisme bijectif de X(s 1, s 2 ) sur X(s 1 s 2 ) X(s 1 ) X(s 2 ) X(e). En utilisant le calcul des valeurs propres de F dans la cohomologie l-adique à supports compacts des X(w) fait par Lusztig ([7]), on peut calculer la fonction zêta des variétés X(s 1, s 2 ). 3. Nombre des points d une surface projective Soit X une surface projective, lisse et connexe sur le corps F q. On note N n le nombre d éléments de X(F q n). Grothendieck (cf. [2]) a démontré la formule de Lefschetz exprimant N n sous la forme : N n = 1 + q 2n (q n/2 + q 3n/2 ) b 1 ω n 1,j + q n b 2 ω2,j n ( ) 1 1 où les b i = dim Ql H i (X Fq k, Q l ) sont les nombres de Betti l-adiques de X vérifiant b 0 = b 4 = 1 et b 1 = b 3. Les ω i,j sont des nombres complexes et Deligne a montré qu ils sont de valeur absolue égale à 1 ([1], (1.6)). D où l inégalité de Weil-Deligne : N q 2 + b 1 (q 1/2 + q 3/2 ) + b 2 q. On dit que la surface X atteint la borne de Weil- Deligne s il y a égalité, c est-à-dire si, pour tout i et j, ω i,j = ( 1) i.

3 Nombre de points des surfaces de Deligne-Lusztig 3 4. Les groupes Sp(4) Le groupe G F est de type C 2. La variété X(s 1, s 2 ) est obtenue à partir de la sousvariété Y de P 3 d équation : x q 1 x 3 x 1 x q 3 + xq 2 x 4 x 2 x q 4 = 0 par éclatement des points de Y P 3 (F q ). La variété Y est une surface hermitienne tordue. Elle est lisse, irréductible et stable par Sp(4, F q ) opérant sur P 3. Lusztig a calculé ([8], Lemme 31) le nombre de points et la cohomologie de la variété Y. Proposition 1. La fonction zêta de la surface Y sur F q est donnée par Z(t) = (1 t) 1 (1 qt) (q3 +q+2)/2 (1 + qt) q (q 1)2/2 (1 q 2 t) 1. Les nombres de Betti sont donnés par b 1 = 0, b 2 = q 3 q 2 + q + 1. La surface Y a q 3 + q 2 + q + 1 points définis sur F q. La variété Y n atteint donc pas la borne de Weil-Deligne. 5. Le groupe SU(4) Le groupe G F est de type 2 A 3. Soit la sous-variété Y de P 3 définie par l équation x q x q x q x q+1 4 = 0. La variété X(s 1, s 2 ) est obtenue à partir de Y par éclatement des points de Y P 3 (F q 2). La variété Y est une surface hermitienne. Elle est donc lisse, irréductible et stable par SU(4, F q 2) et elle atteint la borne de Weil-Deligne (cf. [12]). 6. Le groupe SU(5) Le groupe G F est de type 2 A 4. On montre les propositions suivante. Proposition 2. La fonction zêta de la surface X = X(s 1, s 2 ) sur F q 2 est Z(t) = (1 + qt) b 1 (1 + q 3 t) b 3 (1 t)(1 q 2 t) b 2 (1 q4 t). On a b 1 = b 3 = q(q 1)(q 2 + 1), b 2 = q 8 + q 6 + q 4 + q La variété X a (q 2 + 1)(q 3 + 1)(q 5 + 1) points définis sur F q 2. Elle atteint la borne de Weil-Deligne. Proposition 3. La surface X est minimale. C est une surface de type général dans la classification des surfaces (cf. [10]).

4 Nombre de points des surfaces de Deligne-Lusztig 4 Une surface est minimale si elle ne peut pas se déduire d une autre surface lisse par éclatements. On démontre ceci en utilisant le calcul du diviseur canonique K de X. Soit la variété Y définie par l intersection de deux hypersurfaces de P 4 données par les équations 5 i=1 x q+1 i = 0 et 5 i=1 x q3 +1 i = 0. La surface Y est singulière et son lieu singulier est donné par Y F 2 = Y P 4 (F q 2). Si B est un sous groupe de Borel de G et si P est le sous-groupe parabolique de G stabilisant un point de P 4 et contenant B, l application composée B B B pr 1 B G/B G/P P 4 induit un morphisme de X dans Y qui est bijectif, sauf au dessus des points de Y F 2. En ces points la fibre est une courbe hermitienne. 7. Le groupe 2 F 4 Supposons p = 2. Soit G un groupe semi-simple dont le système de racine est de type F 4. Soit F un endomorphisme de G qui conserve les sous-groupes B et T et qui, dans l ensemble des caractères de T, transforme une racine simple courte en un multiple d une racine simple longue. Le carré de F est alors un endomorphisme de Frobenius relatif à une structure rationnelle de G sur le corps F q 2 avec q 2 = 2 2m+1. Le groupe G F est un groupe fini simple de type 2 F 4. Proposition 4. La fonction zêta de X = X(s 1, s 2 ) sur F q 2 est donnée par Z(t) = (1 + 2 q t + q 2 t 2 ) n 1 (1 + 2 q 3 t + q 6 t 2 ) n 3 (1 t)(1 q 2 t) m 1 (1 + q 2 t) m 2 (1 + q 4 t 2 ) m 3 (1 q 2 t + q 4 t 2 ) m 4 (1 q 4 t) avec n 1 = n 3 = 1 2 q ( q 4 1 ) ( q ) et m 1, m 2, m 3 et m 4 sont donnés par des polynômes de degré respectivement 22, 20, 20 et 20 en q. Corollaire. Les nombres de Betti de X sont b 1 = 2q ( q 4 1 ) ( q ) b 2 = q q q q q 15 + q q q 11 + q q 9 + 2q 6 + 2q 5 + 2q 4 + q On a X F 2 = (q )(q 6 + 1)(q 4 + 1)(q 2 + 1). Donc la variété X n atteint pas la borne de Weil-Deligne. Mais on peut modifier légèrement la définition de X pour obtenir une variété Σ qui atteigne une certaine borne

5 Nombre de points des surfaces de Deligne-Lusztig 5 maximale. Soit B un sous-groupe de Borel de G, soit P 1 le sous-groupe parabolique contenant B dont la partie semi-simple soit de type A 1 A 1 et soit B B B pr 1 B G/B G/P 1 l application composée qui envoie X sur une surface Σ. C est un morphisme bijectif sur X, sauf au dessus des points de Σ F 2, où la fibre est isomorphe à la droite P 1. Le nombre de points N n de Σ F 2n est encore donné par une formule du type ( ) où les ω j,i sont de valeur absolue 1 : N n = X F 2n q 2n G F /P F 1 = 1 + q 4n (q n + q 3n ) b 1 j=1 ωj,1 n + q 2n( b 2 Posons S 2,n = b 2 j=1 ωn j,2. On peut montrer, en utilisant les formules explicites de Weil (cf. [6]) la proposition suivante. Proposition 5. La variété Σ a le nombre maximum de points sur F q 2 parmi les variétés vérifiant une formule du type ( ), avec le même nombre b 1 et des sommes S 2,1 et S 2,2 au plus égales à celles de Σ. j=1 ω n j,2 ) 8. Les groupes G 2 et 3 D 4 Les surfaces X(s 1, s 2 ) que l on peut définir à l aide de ces groupes (sur F q, resp. F q 3) n atteignent pas la borne de Weil-Deligne. Cependant, on peut montrer que sur le corps F q 6, ces surfaces atteignent cette borne. Proposition 6. Dans le cas des groupes de type G 2, les nombres de Betti de X(s 1, s 2 ) vérifient b 1 = 0 et b 2 = 3q 5 + q 4 + q 2 + 3q + 2 et le nombre de points de la surface X(s 1, s 2 ) sur F q est X F = (q + 1)(q 5 + q 4 + q 3 + q 2 + q + 1). Proposition 7. Dans le cas des groupes de type 3 D 4, les nombres de Betti de X(s 1, s 2 ) vérifient b 1 = 0 et b 2 = q 11 + q 9 + 2q 8 + q 7 2q 6 + q 5 + 2q 4 + q 3 + q + 2 et le nombre de points de la surface X(s 1, s 2 ) sur F q 3 est X F 3 = (q 3 + 1) 2 (q 8 + q 4 + 1). 9. Références [1] P. Deligne, La conjecture de Weil I, Publ. Math. I.H.E.S. 43, 1974, [2] P. Deligne avec J-F. Boutot, A. Grothendieck, L. Illusie et J-L. Verdier, SGA 4 1 2, Cohomologie étale, Lecture Notes in Math. 569, Springer-Verlag, Heidelberg, 1977.

6 Nombre de points des surfaces de Deligne-Lusztig 6 [3] P. Deligne et G. Lusztig, Representation of reductive groups over finite fields, Annals of Math., 103, 1976, p [4] V.D. Goppa, Codes sur les courbes algébriques, Dokl. Akad. Nauk SSSR, 259, 1981, p ; trad. anglaise Soviet Math. Dokl. 24, 1981, [5] J.P. Hansen, Deligne-Lusztig Varietes and Group Codes, in Coding Theory and Algebraic Geometry, p ; Lecture Notes in Math., n 1518, Springer-Verlag, Berlin, [6] G. Lachaud et M. Tsfasman, Formules Explicites pour le Nombre de points des variétés sur un corps fini, Prétirages du Labo. de Math. discrète n 95-25, Marseille, [7] G. Lusztig, Coxeter Orbits and Eigenspaces of Frobenius, Inventiones Math., 38, 1976, p [8] G. Lusztig, On the Green polynomials of classical groups, Proc. London Math. Soc. (3), 33, 1976, p [9] Y. Manin et S. Vladut, Codes linéaire et courbes modulaires, Itogi nauki i techniki, 25, 1984, p ; trad. anglaise J. Soviet Math., 30, 1985, p ; trad. française Pub. Univ. Pierre et Marie Curie, n 72, [10] D. Mumford, Enriques classification of surfaces in char P : I, Global Analysis, Univ. Tokyo Press and Princeton Univ. Press, 1969, p [11] J-P. Serre, Résumé des cours de , Annuaire du Collège de France, Paris, 1984, p ; = Œuvres, III, n 132, p [12] M. Tsfasman, Nombre de points des surfaces sur un corps fini, Prétirages du Labo. de Math. discrète n 94-27, Marseille, Equipe Arithmétique et Théorie de l Information C.N.R.S. - Laboratoire de Mathématiques Discrètes 163, Avenue de Luminy - Case 930 F13288 MARSEILLE CEDEX 9 FRANCE Tél. : Fax :

arxiv:alg-geom/ v1 16 Jun 1992

arxiv:alg-geom/ v1 16 Jun 1992 arxiv:alg-geom/9206007v1 16 Jun 1992 Géométrie algébrique/ Algebraic geometry. Rang de courbes elliptiques d invariant donné. Jean-François Mestre. Résumé.- Nous montrons qu il existe une infinité de courbes

Plus en détail

SÉMINAIRE N. BOURBAKI

SÉMINAIRE N. BOURBAKI SÉMINAIRE N. BOURBAKI JEAN-LOUIS KOSZUL Formes hermitiennes canoniques des espaces homogènes complexes Séminaire N. Bourbaki, 1954-1956, exp. n o 108, p. 69-75.

Plus en détail

Un algorithme de comptage de points pour les recouvrements cycliques de la droite projective

Un algorithme de comptage de points pour les recouvrements cycliques de la droite projective Un algorithme de comptage de points pour les recouvrements cycliques de la droite projective Cécile Gonçalves Team GRACE - Inria Saclay LIX - École Polytechnique Vendredi 18 Octobre 2013 Cécile Gonçalves

Plus en détail

Éclatements à la McPherson-Procesi

Éclatements à la McPherson-Procesi à la McPherson-Procesi Une application aux valeurs zêta multiples Ismaël Soudères Le 3 janvier 2009 : étude de cas Exemples d applications 2 Rappels sur les valeurs zêta multiples et : ζ(2)ζ(2) et 3 Espaces

Plus en détail

À PROPOS DE LA CONSTRUCTION DE L ESPACE DE MODULES DES FAISCEAUX SEMI-STABLES SUR LE PLAN PROJECTIF. Joseph LE POTIER

À PROPOS DE LA CONSTRUCTION DE L ESPACE DE MODULES DES FAISCEAUX SEMI-STABLES SUR LE PLAN PROJECTIF. Joseph LE POTIER Bull. Soc. math. France, 122, 1994, p. 363 369. À PROPOS DE LA CONSTRUCTION DE L ESPACE DE MODULES DES FAISCEAUX SEMI-STABLES SUR LE PLAN PROJECTIF PAR Joseph LE POTIER RÉSUMÉ. SoitM = M(r, c 1,c 2 ) l

Plus en détail

Jean Dieudonne. Panorama des mathématiques pures. Le choix bourbachique. gaultiierviuars

Jean Dieudonne. Panorama des mathématiques pures. Le choix bourbachique. gaultiierviuars Jean Dieudonne Panorama des mathématiques pures Le choix bourbachique gaultiierviuars Table des matières INTRODUCTION xi A I : Topologie algébrique et différentielle 1 1. Les techniques. L'homotopie. Groupes

Plus en détail

Étude des fonctions polynômes du second degré

Étude des fonctions polynômes du second degré Étude des fonctions polynômes du second degré Définitions Définition d une fonction polynôme de degré 2 Une fonction, définie sur est une fonction polynôme de degré 2 lorsqu il existe trois réels et avec

Plus en détail

C H A P I T R E 2 F O R M E S Q U A D R A T I Q U E S

C H A P I T R E 2 F O R M E S Q U A D R A T I Q U E S C H A P I T R E 2 F O R M E S Q U A D R A T I Q U E S 1. Définitions et exemples DEFINITION 13 : FORME QUADRATIQUE Soit b une forme bilinéaire sur E. L application et appelée forme quadratique associée.

Plus en détail

APPLICATIONS LINÉAIRES

APPLICATIONS LINÉAIRES APPLICATIONS LINÉAIRES 1 Définition et premiers exemples 1.1 Définition Définition 1.1 Application linéaire Soient E et F deux K-espaces vectoriels. On appelle application linéaire de E dans F toute application

Plus en détail

Exercices supplémentaires Second degré

Exercices supplémentaires Second degré Exercices supplémentaires Second degré Partie A : Forme canonique, équations, inéquations, factorisation Mettre sous forme canonique les trinômes suivants 8 ; 3 1 ; 5 ; 3 4 Exercice On considère : 5 6

Plus en détail

Intersection arithmétique

Intersection arithmétique Université Lyon 1, 17 octobre 2017 17 octobre 2016 Plan Introduction 1 Introduction Plan Introduction 1 Introduction 2 Généralités Plan Introduction 1 Introduction 2 Généralités 3 Cardinal du sous-groupe

Plus en détail

ROGER GODEMENT PROFESSEUR A LA FACULTÉ DES SCIENCES DE PARIS. Cours d'algèbre DEUXIÈME ÉDITION, REVUE ET CORRIGEE

ROGER GODEMENT PROFESSEUR A LA FACULTÉ DES SCIENCES DE PARIS. Cours d'algèbre DEUXIÈME ÉDITION, REVUE ET CORRIGEE ROGER GODEMENT PROFESSEUR A LA FACULTÉ DES SCIENCES DE PARIS Cours d'algèbre DEUXIÈME ÉDITION, REVUE ET CORRIGEE JL HERMANN 115, Boulevard Saint-Germain, Paris 6 TABLE PRÉFACE 15 o. LE RAISONNEMENT LOGIQUE

Plus en détail

Liste d exercices IV

Liste d exercices IV Université de Paris-Sud Orsay Année universitaire 2012-2013 S2, M1 Géométrie Liste d exercices IV (I) Exemples des variétés différentielles 1. Variété produit : Soient M et N deux variétés différentielles

Plus en détail

M = b d. a b ou M =. b a

M = b d. a b ou M =. b a Ce texte est extrait du cours optionnel de géométrie de l année universitaire 1999/2000. B.Ingrao Étude du groupe orthogonal dans le cas du plan. Dans ce qui suit, l espace est de dimension 2 ; en conséquence

Plus en détail

Le théorème fondamental de la théorie de Galois

Le théorème fondamental de la théorie de Galois Le théorème fondamental de la théorie de Galois 1 Université de Rennes 1 Version du 27 février 2007 1 bernard.lestum@univ-rennes1.fr 1 Extensions algébriques 2 3 4 Définition Une extension de corps L/K

Plus en détail

TRAVAIL D ÉTÉ OBLIGATOIRE EN MATHÉMATIQUES. Classe de Seconde Année scolaire : Passage en 1 re ES

TRAVAIL D ÉTÉ OBLIGATOIRE EN MATHÉMATIQUES. Classe de Seconde Année scolaire : Passage en 1 re ES TRAVAIL D ÉTÉ OBLIGATOIRE EN MATHÉMATIQUES Classe de Seconde Année scolaire : 015-016 Passage en 1 re ES Exercice 1 Les quatre parties sont indépendantes I) Résoudre les inéquations suivantes: ( x 4)(

Plus en détail

Exercices sur les groupes

Exercices sur les groupes Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F. Geoffriau 2006-2007 1. Un nouveau groupe R 2. Groupe diédral 3. Groupe cyclique d ordre 12 4. Générateurs et

Plus en détail

Périodes de courbes et de surfaces algébriques

Périodes de courbes et de surfaces algébriques Périodes de courbes et de surfaces algébriques Petite introduction à la théorie de Hodge 19 octobre 2010 Résumé Étant donnée une courbe ou une surface donnée par des équations polynomiales, on peut calculer

Plus en détail

Introduction à la géométrie différentielle MAT 452 Cours 1 : sous-variétés de R

Introduction à la géométrie différentielle MAT 452 Cours 1 : sous-variétés de R Introduction à la géométrie différentielle MAT 452 Cours 1 : sous-variétés de R N 18 avril 2014 1 Les documents (poly actualisé, feuille d exercices, etc) sont disponibles à l adresse suivante : http ://www.math.polytechnique.fr/

Plus en détail

Déterminants. Chapitre 23. Objectifs. Plan

Déterminants. Chapitre 23. Objectifs. Plan Chapitre 23 Déterminants Objectifs Étudier le groupe des permutations de [[1n]] Définir les notions : de cycles, de transpositions, de décomposition en produit de cylces, de signature Définir les notions

Plus en détail

Algèbre Cours 9. Anneaux. 27 novembre 2009

Algèbre Cours 9. Anneaux. 27 novembre 2009 Algèbre Cours 9 Anneaux 27 novembre 2009 Définition Définition Anneau. Un anneau unitaire est un triplet (A,+, ) où A est un ensemble, + : A A A et : A A A deux lois internes sur A vérifiant les axiomes

Plus en détail

Isométries affines et vectorielles

Isométries affines et vectorielles Chapitre 3 Isométries affines et vectorielles Objectifs de ce chapitre 1. Rappels sur les isométries vectorielles.. Groupe orthogonal en dimension et 3. Détermination d une isométrie vectorielle en dimension

Plus en détail

2. Espaces de Hilbert

2. Espaces de Hilbert 2. Espaces de Hilbert 2.1. Produits scalaires Définition 2.1.1. Soient X et Y deux espaces vectoriels complexes ; une application f : X Y est dite antilinéaire si, pour tous x, y X et tout λ C on a f(x

Plus en détail

MATHÉMATIQUES II. Soit IP le plan vectoriel IR 2 muni du produit scalaire usuel et orienté par la base

MATHÉMATIQUES II. Soit IP le plan vectoriel IR 2 muni du produit scalaire usuel et orienté par la base MATHÉMATIQUES II Soit IP le plan vectoriel IR 2 muni du produit scalaire usuel et orienté par la base canonique (, ij) On notera o = (,) 00 l origine du plan Tout élément ( xy, ) de IP peut s interpréter

Plus en détail

À propos des transvections

À propos des transvections À propos des transvections Antoine Ducros Préparation à l agrégation de mathématiques 1 Les transvections : aspect matriciel On fixe pour toute la suite du texte un corps commutatif k. (1.1) Définition.

Plus en détail

Principe de Mazur en dimension supérieure

Principe de Mazur en dimension supérieure Principe de Mazur en dimension supérieure Deng Taiwang Univ. Paris 13 12/09/2013 (sous la direction de P. Boyer) Deng Taiwang (Univ. Paris 13) Principe de Mazur en dimension supérieure 12/09/2013 1 / 18

Plus en détail

Préliminaire sur les complexes de chaines

Préliminaire sur les complexes de chaines G. Ginot FIMFA 21/211 Exercices de Topologie Algébrique Élémentaire Feuille 4: (co)homologie Préliminaire sur les complexes de chaines Les exercices suivants sont de grands classiques à connaitre (enfin

Plus en détail

Etude de l ensemble des matrices

Etude de l ensemble des matrices Autour du produit Exercice 1 - Produits possibles - L1/Math ( Sup - ) On considère les matrices suivantes : A = 1 2 3, B = ( 1 2 ), C = 2 1 3 0 1 2, D = ( 2 5 5 0 ), E = 1 1 3 1 4 0 0 2 5 Quels sont les

Plus en détail

Matrices symétriques réelles. Exercice 2 Le produit de deux matrices symétriques réelles est-il symétrique? R n = ker (u) Im (u)

Matrices symétriques réelles. Exercice 2 Le produit de deux matrices symétriques réelles est-il symétrique? R n = ker (u) Im (u) Matrices symétriques réelles 1 Préliminaires On se place dans (R n, ) euclidien, le produit scalaire canonique étant défini par : (x, y) R n R n, x y = t x y = x k y k On note : M n (R) l algèbres des

Plus en détail

Le nombre des diviseurs d'un entier dans les progressions arithmétiques

Le nombre des diviseurs d'un entier dans les progressions arithmétiques Laboratoire d Arithmétique, Calcul formel et d Optimisation UMR CNRS 6090 Le nombre des diviseurs d'un entier dans les progressions arithmétiques Abdallah Derbal Abdelhakim Smati Rapport de recherche n

Plus en détail

Nombres p-adiques : prise de notes

Nombres p-adiques : prise de notes Nombres p-adiques : prise de notes Joël Cohen 20 octobre 2010 Table des matières 1 Motivation 1 1.1 Perspective.............................................. 1 1.2 Equations diophantiennes......................................

Plus en détail

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2007 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES. (Classe terminale S)

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2007 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES. (Classe terminale S) MA 07 CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2007 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES (Classe terminale S) DURÉE : 5 heures La calculatrice de poche est autorisée, conformément à la réglementation. La clarté

Plus en détail

Un théorème de l application ouverte sur les corps valués algébriquement clos

Un théorème de l application ouverte sur les corps valués algébriquement clos arxiv:1010.0341v3 [math.ag] 1 Jun 2011 Un théorème de l application ouverte sur les corps valués algébriquement clos Laurent Moret-Bailly IRMAR (Institut de Recherche Mathématique de Rennes, UMR 6625 du

Plus en détail

Examen de seconde session de Cryptologie 25 juin 2012

Examen de seconde session de Cryptologie 25 juin 2012 Module LI336 - Introduction à la Cryptologie Version enseignant LI336 page 1/5 Examen de seconde session de Cryptologie 25 juin 2012 Auteurs Guénaël Renault Version du 10 avril 2013 Les seuls documents

Plus en détail

2 Variétés Abstraites

2 Variétés Abstraites Université de Rennes1 Année 2006-2007 M1-H02 (Analyse sur les variétés) - Exercices 2 2 Variétés Abstraites 2.1 Variétés topologiques Exercice 2.1 Soit X un espace topologique. On dit que X est 1) à base

Plus en détail

Matrices. 6 On appelle matrice triangulaire inférieure toute matrice carrée d ordre n telle que, si

Matrices. 6 On appelle matrice triangulaire inférieure toute matrice carrée d ordre n telle que, si Agrégation interne UFR MATHÉMATIQUES Matrices On note K un corps commutatif. n et p représentent deux entiers naturels non nuls. 1. Notion de matrice 1.1. Définitions Définition 1 On appelle matrice d

Plus en détail

Sur le nombre de points d'une courbe sur un corps fini ; application aux codes correcteurs d'erreurs

Sur le nombre de points d'une courbe sur un corps fini ; application aux codes correcteurs d'erreurs Géométrie algébrique / Algebraic Geometry Sur le nombre de points d'une courbe sur un corps fini ; application aux codes correcteurs d'erreurs Marc PERRET Résumé Le nombre A(q) est la limite supérieure

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Chapitre VIII. Modules et anneaux semi-simples... 1

TABLE DES MATIÈRES. Chapitre VIII. Modules et anneaux semi-simples... 1 Introduction... IX Chapitre VIII. Modules et anneaux semi-simples... 1 1. Modules artiniens et modules noethériens... 1 1. Modules artiniens et modules noethériens... 1 2. Anneaux artiniens et anneaux

Plus en détail

FINITUDE DE L EXTENSION DE Q ENGENDRÉE PAR DES TRACES DE FROBENIUS, EN CARACTÉRISTIQUE FINIE. 0. Introduction

FINITUDE DE L EXTENSION DE Q ENGENDRÉE PAR DES TRACES DE FROBENIUS, EN CARACTÉRISTIQUE FINIE. 0. Introduction MOSCOW MATHEMATICAL JOURNAL Volume 12, Number 3, July September 2012, Pages 497 514 FINITUDE DE L EXTENSION DE Q ENGENDRÉE PAR DES TRACES DE FROBENIUS, EN CARACTÉRISTIQUE FINIE PIERRE DELIGNE dédié à la

Plus en détail

Curriculum Vitae. Situation actuelle. Formation et diplômes. Fonctions occupées. Thèmes de recherche

Curriculum Vitae. Situation actuelle. Formation et diplômes. Fonctions occupées. Thèmes de recherche Curriculum Vitae Saa Haloui Née le 14/12/1984 à Marseille. Nationalité : française. E-mail : s.haloui@mat.dtu.dk Adresse professionnelle : Danmarks Tekniske Universitet, Matematiktorvet, Building 303 B,

Plus en détail

LEÇON N 17 : Équations du second degré à coefficients réels ou complexes.

LEÇON N 17 : Équations du second degré à coefficients réels ou complexes. LEÇON N 17 : Équations du second degré à coefficients réels ou complexes Pré-requis : Nombres complexes : définition et propriétés ; Notions d anneaux, de corps ; Théorème de Liouville) 171 Équations du

Plus en détail

Sous-groupes elliptiques de groupes linéaires sur un corps valué

Sous-groupes elliptiques de groupes linéaires sur un corps valué Journal of Lie Theory Volume 13 (2003) 271 278 c 2003 Heldermann Verlag Sous-groupes elliptiques de groupes linéaires sur un corps valué Anne Parreau Communicated by A. Valette Abstract. Let n be a positive

Plus en détail

CHAPITRE I. 4. Topologie d une variété différentielle

CHAPITRE I. 4. Topologie d une variété différentielle CHAPITRE I VARIÉTÉS DIFFÉRENTIELLES 1. Variétés différentielles 1. Cartes Soit X un ensemble. On appelle carte de X un triplet c = (U, ϕ, E), où U est une partie de X, E un espace vectoriel réel de dimension

Plus en détail

MATRICES. x + a f. x y + a 2 f. ) f( k ) ) = (N(F k+1 F k ) 0 k N 1 ).

MATRICES. x + a f. x y + a 2 f. ) f( k ) ) = (N(F k+1 F k ) 0 k N 1 ). MATRICES CCP 2, MATHÉMATIQUES 2, MP À PROPOS DU PRÉAMBULE Le préambule évoque des équations aux dérivées partielles elliptiques Ce sont des équations linéaires homogènes d ordre 2 Par exemple, dans le

Plus en détail

Exemples d utilisations de la théorie des représentations.

Exemples d utilisations de la théorie des représentations. Exemples d utilisations de la théorie des représentations. Simon C. 1 Sous-groupes distingués et table des caractères. 1.1 Commentaires. Ce développement est issu de [ulm, 2012], 17.3, mais il est aussi

Plus en détail

Fonctions polynômes Définition et factorisation Exercices corrigés

Fonctions polynômes Définition et factorisation Exercices corrigés Fonctions polynômes Définition et factorisation Exercices corrigés Exercice 1 (1 question) Niveau : facile Les fonctions numériques suivantes sont-elles des fonctions polynômes? Correction de l exercice

Plus en détail

Série double de deux caractères quantitatifs

Série double de deux caractères quantitatifs Série double de deux caractères quantitatifs Table des matières A Tableaux statistiques à deux dimensions 1 A1 Tableau de données ponctuelles (ou en lignes) 1 A2 Tableau à double entrée (ou de contingence)

Plus en détail

COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES D (U)

COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES D (U) ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE CONCOURS D ADMISSION 2016 FILIÈRE MPI COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES D (U) (Durée : 6 heures) L utilisation des calculatrices n est pas autorisée. Préambule Ce problème est consacré

Plus en détail

1. Motivation et définition

1. Motivation et définition PETITE INTRODUCTION AUX ESPACES PROJECTIFS A. El Kacimi 1. Motivation et définition 1.1. Une première approche Fig. (1.1) Dans une salle infinie on observe le carrelage du sol : les droites parallèles

Plus en détail

Fiche résumée du cours de géométrie diérentielle. 1 Equations diérentielles ordinaires. 1.1 Denition. 1.2 Cas des équations linéaires

Fiche résumée du cours de géométrie diérentielle. 1 Equations diérentielles ordinaires. 1.1 Denition. 1.2 Cas des équations linéaires Fiche résumée du cours de géométrie diérentielle 1 Equations diérentielles ordinaires 1.1 Denition Dénition 1.1 (Equation diérentielle ordinaire) Une équation diérentielle dans E espace vectoriel norméest

Plus en détail

Théorème de De Rham simplicial et contraction de Dupont

Théorème de De Rham simplicial et contraction de Dupont Théorème de De Rham simplicial et contraction de Dupont Notes d exposé du groupe de travail Topologie Algébrique (Nantes) Salim RIVIERE Février 2012 0. La référence principale pour cet exposé est [Get04].

Plus en détail

Groupes operant sur un ensemble et geometrie

Groupes operant sur un ensemble et geometrie UGA, Agrégation interne octobre 2016 Groupes operant sur un ensemble et geometrie Exercice 1 On considère un espace vectoriel E de dimension finie. 1. Le groupe GL(E) agit naturellement sur E. Cette action

Plus en détail

Les surfaces de Riemann de genre 1

Les surfaces de Riemann de genre 1 Les surfaces de Riemann de genre 1 Olivier Serman Soit Λ un réseau de C. Le quotient C/Λ est naturellement muni d une structure de surface de Riemann faisant de la projection C C/Λ un revêtement analytique.

Plus en détail

Démonstration géométrique du théorème de Lang-Néron et formules de Shioda-Tate

Démonstration géométrique du théorème de Lang-Néron et formules de Shioda-Tate Fields Institute Communications Volume 00, 0000 Démonstration géométrique du théorème de Lang-Néron et formules de Shioda-Tate Bruno Kahn Institut de Mathématiques de Jussieu 175 179 rue du Chevaleret

Plus en détail

Propriétés attendues des transformations de Fourier non linéaires

Propriétés attendues des transformations de Fourier non linéaires Eposé I. Propriétés attendues des transformations de Fourier non linéaires (Laurent Lafforgue, IHES, 19 juin 2014) 1 Situation On se place sur un corps global F. On note F l ensemble des places de F et

Plus en détail

DENOMBRABILITE. P. Pansu 14 mai 2005

DENOMBRABILITE. P. Pansu 14 mai 2005 DENOMBRABILITE P. Pansu 14 mai 2005 1 Motivation Il y a t il plus de réels dans ]1, + [ ou dans l intervalle ]0, 1[? Oui, bien sûr. Des droites passant par l origine dans le plan, il y en a-t-il autant

Plus en détail

Les fonctions logarithmes

Les fonctions logarithmes DOCUMENT 34 Les fonctions logarithmes. Eistence des fonctions logarithmes.. L aspect algébrique. L idée de transformer les produits de nombres réels en sommes, afin de simplifier les calculs numériques,

Plus en détail

Action d un groupe sur un ensemble

Action d un groupe sur un ensemble CHAPITRE 7 Action d un groupe sur un ensemble Dans ce chapitre on definit et on etudie la notion d action d un groupe sur un ensemble; on appliquera cette notion dans le chapitre suivant a l action d un

Plus en détail

Degré modulaire d une courbe elliptique

Degré modulaire d une courbe elliptique Degré modulaire d une courbe elliptique Christophe Delaunay 3 juin 2002 Université Bordeaux I, Laboratoire A2X, 351 Cours de la Libération, 33 405 Talence, France e-mail : delaunay@math.u-bordeaux.fr Résumé

Plus en détail

MATHÉMATIQUES II. Rappels, notations et objectifs du problème

MATHÉMATIQUES II. Rappels, notations et objectifs du problème MATHÉMATIQUES II Rappels, notations et objectifs du problème Dans tout ce problème, n désigne un entier naturel supérieur ou égal à 2 et M n ( IC ) l ensemble des matrices carrées complexes d ordre n De

Plus en détail

Mathématiques - ECS1. Dérivation. et accroissements finis. 30 avenue de Paris Versailles

Mathématiques - ECS1. Dérivation. et accroissements finis. 30 avenue de Paris Versailles Mathématiques - ECS 6 Dérivation et accroissements finis. Lycée La Bruyère 30 avenue de Paris 78000 Versailles c 06, Polycopié du cours de mathématiques de première année. 6 Dérivation et accroissements

Plus en détail

Université P. & M. Curie Année

Université P. & M. Curie Année Université P. & M. Curie Année 20006-07 Mathématiques Janvier 2007 L3-325 1. Texte et Corrigé de l examen du 9 Janvier 2007 Exercice 1.. 1/ Rappeler la définition et les propriétés du centre d un groupe,

Plus en détail

Université de Metz. Licence de Mathématiques - 2ème année 1er semestre CALCUL DIFFERENTIEL

Université de Metz. Licence de Mathématiques - 2ème année 1er semestre CALCUL DIFFERENTIEL Université de Metz Licence de Mathématiques - 2ème année 1er semestre CALCUL DIFFERENTIEL par Ralph Chill Laboratoire de Mathématiques et Applications de Metz Année 2010/11 1 Table des matières Chapitre

Plus en détail

Les suites numériques

Les suites numériques Les suites numériques chapitre 4 I Premier regard Définition : suite numérique Une suite numérique est une liste de nombres réels, numérotés généralement par des indices, entiers naturels consécutifs 0,

Plus en détail

Géométrie réelle des dessins d enfant

Géométrie réelle des dessins d enfant Journal de Théorie des Nombres de Bordeaux 16 (2004), 639 691 Géométrie réelle des dessins d enfant par Layla PHARAMOND DIT D COSTA Résumé. À tout dessin d enfant est associé un revêtement ramifié de la

Plus en détail

Université Joseph Fourier - Master 1 de Mathématiques M Travaux dirigés 4

Université Joseph Fourier - Master 1 de Mathématiques M Travaux dirigés 4 Université Joseph Fourier - Master 1 de Mathématiques M4211-2014-2015 Travaux dirigés 4 On désigne par G un groupe fini (excepté dans l exercice 17). Exercice 1. Soit χ le caractère associé à une représentation

Plus en détail

A.N.R. ARIVAF - WORKSHOP 3 : CONJECTURE DE MUMFORD-TATE I. Lieu: Salle 01 (8 et 9 novembre), salle 201 (10 novembre), Institut Henri Poincaré.

A.N.R. ARIVAF - WORKSHOP 3 : CONJECTURE DE MUMFORD-TATE I. Lieu: Salle 01 (8 et 9 novembre), salle 201 (10 novembre), Institut Henri Poincaré. A.N.R. ARIVAF - WORKSHOP 3 : CONJECTURE DE MUMFORD-TATE I ORGANISATEURS : A. CADORET, N. RATAZZI Date: 8, 9 et 10 novembre 2011. 1. Informations pratiques Lieu: Salle 01 (8 et 9 novembre), salle 201 (10

Plus en détail

Représentation des groupes finis préparation à l agrégation. Alexis Tchoudjem Université Lyon I

Représentation des groupes finis préparation à l agrégation. Alexis Tchoudjem Université Lyon I Représentation des groupes finis préparation à l agrégation Alexis Tchoudjem Université Lyon I 10 février 2016 1 Références 1. Vinberg, Algebra ; 2. J. -P. Serre, Représentations linéaires des groupes

Plus en détail

Géométrie dans les espaces préhilbertiens

Géométrie dans les espaces préhilbertiens 13 Géométrie dans les espaces préhilbertiens Pour ce chapitre (E, ) est un espace préhilbertien et est la norme associée. 13.1 Mesures de l angle non orienté de deux vecteurs non nuls L inégalité de Cauchy-Schwarz

Plus en détail

PAOLO ALUFFI ET JEAN-PAUL BRASSELET

PAOLO ALUFFI ET JEAN-PAUL BRASSELET UNE NOUVELLE PREUVE DE LA COÏNCIDENCE DES CLASSES DÉFINIES PAR M.-H. SCHWARTZ ET PAR R. MACPHERSON PAOLO ALUFFI ET JEAN-PAUL BRASSELET Résumé. Nous donnons une courte démonstration de ce que les classes

Plus en détail

Construire des espaces triangulés avec des graphes colorés

Construire des espaces triangulés avec des graphes colorés 25 janvier 2016 Soient x 0,..., x D des points linéairement indépendants dans R n, avec D n. Le simplexe σ(x 0,..., x D ) défini par x 0,..., x D est leur enveloppe convexe, i.e. : { } σ(x 0,..., x D )

Plus en détail

Fonctions holomorphes au sens de Ferrand définies sur des ensembles discrets, ou fonctions monodiffriques de seconde espèce au sens d Isaacs

Fonctions holomorphes au sens de Ferrand définies sur des ensembles discrets, ou fonctions monodiffriques de seconde espèce au sens d Isaacs Fonctions holomorphes au sens de Ferrand définies sur des ensembles discrets, ou fonctions monodiffriques de seconde espèce au sens d Isaacs Colloque Henri Skoda Paris, le 13 septembre 2005 Christer Kiselman

Plus en détail

Vincent Pilaud Kholles de mathématiques 8 novembre 2005 MP* - Lycée Charlemagne - Paris a 0 a 1...,a n V (a 0,...

Vincent Pilaud Kholles de mathématiques 8 novembre 2005 MP* - Lycée Charlemagne - Paris a 0 a 1...,a n V (a 0,... Vincent Pilaud Kholles de mathématiques 8 novembre 2005 MP* - Lycée Charlemagne - Paris Algèbre linéaire 1 Déterminants Exercice [Van Der Monde] 1 Soient a 0,,a n K Calculer 1 1 1 a 0 a 1,a n V (a 0,,a

Plus en détail

Corrigé du Concours Blanc

Corrigé du Concours Blanc Corrigé du Concours Blanc Exercice : On considère la fonction f définie par : f(x = x + 2 2 ln(e x + et on note (C la courbe représentative de f dans un repère orthonorrnal.. Etude de la fonction f. a.

Plus en détail

Nombre maximum de points rationnels d une courbe sur un corps fini.

Nombre maximum de points rationnels d une courbe sur un corps fini. Séminaire de Théorie des Nombres de Bordeaux Le 07 Juin 1991. Marc Perret Equipe Arithmétique et Théorie de l Information C.I.R.M., Luminy, Case 916 13288 - Marseille Cedex 9. Nombre maximum de points

Plus en détail

Proposition 7.1. Soit H < G tel que p := (G : H) est le plus petit diviseur premier de O(G). Alors H G.

Proposition 7.1. Soit H < G tel que p := (G : H) est le plus petit diviseur premier de O(G). Alors H G. 7. Applications dans la théorie des groupes L équation de classe est très simple et s applique dans beaucoup de situations. Il y a beaucoup d applications dans la topologie algébrique, la géométrie différentielle,

Plus en détail

Devoir Vacances Commentaires et corrections

Devoir Vacances Commentaires et corrections Devoir Vacances Commentaires et corrections Voici quelques éléments pour vous aider à faire ce devoir et les corrections de quelques erreurs d énoncé : I) Exercice 1 Les parties 1 et 2 sont indépendantes.

Plus en détail

Espaces vectoriels notes de cours Licence Sciences et Technologies, L1, M 2

Espaces vectoriels notes de cours Licence Sciences et Technologies, L1, M 2 Espaces vectoriels notes de cours Licence Sciences et Technologies, L1, M 2 H. Le Ferrand, leferran@u-bourgogne.fr February 26, 2007 Contents 1 Espaces vectoriels 2 1.1 Définition.................................................

Plus en détail

Théorie des nombres. Alexandre SIMON 6/05/2009

Théorie des nombres. Alexandre SIMON 6/05/2009 Théorie des nombres Alexandre SIMON 6/05/2009 Table des matières 1 Equations diophantienne : Joseph H. Silverman, arithmetic of Elliptic Curve 2 1.1 Equation diophantienne linéaire..........................

Plus en détail

NOM : SECOND DEGRE 1ère S

NOM : SECOND DEGRE 1ère S Exercice 1 Dans un triangle ABC rectangle en A, on place les points D et E respectivement sur [AC] et [AB] tels que AD = BE = x. Déterminer x pour que l aire du triangle ADE soit égale à la moitié de celle

Plus en détail

EXERCICES SUR LES SUITES

EXERCICES SUR LES SUITES EXERCICES SUR LES SUITES EXERCICE 1 u est une suite définie sur IN par u 7 = 6 et u 10 = 162 Déterminer sa raison, son premier terme u 0, ainsi que la somme S = u 10 + u 11 + + u 25 : 1) dans le cas où

Plus en détail

TD4 : Anneaux noethériens et modules

TD4 : Anneaux noethériens et modules TD4 : Anneaux noethériens et modules Diego Izquierdo Les exercices 1, 3 et 12 sont à préparer avant le TD. Pendant la séance de TD, les exercices seront traités dans l'ordre suivant : 1, 3, 12, 7, 13.

Plus en détail

Des outils pour les suites

Des outils pour les suites Des outils pour les suites Suites arithmético-géométriques Définition : ppelle suite arithmético-géométrique toute suite récurrente de la forme : où a et b sont des nombres réels. Quelques cas particuliers

Plus en détail

CH V : Généralités sur les suites réelles

CH V : Généralités sur les suites réelles CH V : Généralités sur les suites réelles I. Notion de suite I.1. Définition générale Définition Une suite de nombre réels u est une application de N dans R i.e. une fonction de N dans R telle que tout

Plus en détail

Exercices de Mathématiques 1 ère S

Exercices de Mathématiques 1 ère S Exercices de Mathématiques 1 ère S Pour préparer la rentrée en TS Fonctions, équations et inéquations Exercice 1 1. Pour quelle(s) valeur(s ) de m, l'équation x² - (m+1) x +4 = 0 a-t-elle une seule solution

Plus en détail

PROBLÈME 1 : Une équation matricielle PRÉLIMINAIRES PARTIE I

PROBLÈME 1 : Une équation matricielle PRÉLIMINAIRES PARTIE I TD - Chapitres 19 et 0 - ALGÈBRE LINÉAIRE PROBLÈME 1 : Une équation matricielle Extrait sujet «Petites Mines» 010 Le but de ce problème est d étudier différentes matrices qui commutent avec leur transposée,

Plus en détail

Déterminant d une matrice

Déterminant d une matrice Déterminant d une matrice ) Morphisme fondamental Prop : Pour toutes matrices A et B 2 M n (K), det(ab) = (det A)(det B) : Prop : A est inversible ssi det A 6= : Ainsi, l application A 7! det A est un

Plus en détail

Topologie algébrique. Cours n 8 et n 9 (première partie)

Topologie algébrique. Cours n 8 et n 9 (première partie) Topologie algébrique. Cours n 8 et n 9 (première partie) Antoine Touzé 10 décembre 2014 Table des matières 11 L'homologie singulière et ses outils de calculs 1 11.1 Homologie singulière des paires d'espaces............

Plus en détail

GROUPES, ANNEAUX, CORPS

GROUPES, ANNEAUX, CORPS GROUPES, ANNEAUX, CORPS 1 Notion de loi 1.1 Loi interne Définition 1.1 Loi interne Soit E un ensemble. On appelle loi interne sur E toute application de E E dans E. Notation 1.1 Si est une loi interne

Plus en détail

Fonction logarithme népérien

Fonction logarithme népérien Fonction logarithme népérien Introduction - L'invention des logarithmes «L invention des logarithmes, en réduisant le temps passé aux calculs de quelques mois à quelques jours, double pour ainsi dire la

Plus en détail

Rang de courbes elliptiques liées à certaines extensions cycliques de degré 4 et 6

Rang de courbes elliptiques liées à certaines extensions cycliques de degré 4 et 6 ACTA ARITHMETICA 102.4 (2002) Rang de courbes elliptiques liées à certaines extensions cycliques de degré 4 et 6 par Odile Lecacheux (Paris) 1. Introduction. Dans un précédent article [4] nous avons considéré

Plus en détail

Exo7. Arithmétique dans Z. 1 Divisibilité, division euclidienne

Exo7. Arithmétique dans Z. 1 Divisibilité, division euclidienne Exo7 Arithmétique dans Z 1 Divisibilité, division euclidienne Exercice 1 Sachant que l on a 96842 = 256 375+842, déterminer, sans faire la division, le reste de la division du nombre 96842 par chacun des

Plus en détail

Chapitre 9. Polynômes. 1 Généralités. 1.1 Définitions

Chapitre 9. Polynômes. 1 Généralités. 1.1 Définitions Chapitre 9 Polynômes Dans tout le chapitre K désigne R ou C. 1 Généralités 1.1 Définitions Définition 1 Polynôme Une fonction P : K K est une fonction polynôme (ou plus simplement un polynôme) à coefficients

Plus en détail

Espaces euclidiens, orthogonalité, longueur. Moindres carrés.

Espaces euclidiens, orthogonalité, longueur. Moindres carrés. Université Nice Sophia-Antipolis SL2SF 2012-13 Algèbre 2 Espaces euclidiens, orthogonalité, longueur. Moindres carrés. On travaille avec le corps des réels, noté R. Pour tout entier naturel n, on considère

Plus en détail

Approche Par Compétence

Approche Par Compétence Approche Par Compétence Mathématiques 11 ème Sciences Production de Mathematikos Site de la Scientia, Sikasso Mali Nota Ce polycopié tient lieu de Notes de cours et ne dispense en aucune façon la présence

Plus en détail

LEÇON N 60 : Image d un intervalle par une fonction continue, cas d un segment. Cas d une fonction continue strictement monotone.

LEÇON N 60 : Image d un intervalle par une fonction continue, cas d un segment. Cas d une fonction continue strictement monotone. LEÇON N 6 : Image d un intervalle par une fonction continue, cas d un segment. Cas d une fonction continue strictement monotone. Pré-requis : I est un intervalle si a,b I a b, [a,b] I ; Toute partie non

Plus en détail

Exercices de mathématiques des oraux. de l'ecole polytechnique / et des Ecoles normales supérieures

Exercices de mathématiques des oraux. de l'ecole polytechnique / et des Ecoles normales supérieures SERGE FRANCINOU HERVÉ GIANELLA SERGE NICOLAS Exercices de mathématiques des oraux. de l'ecole polytechnique / et des Ecoles normales supérieures Analyse. Tome III CASSINI - '.y Table des matières Introduction

Plus en détail

Le Grand Théorème de Fermat Livre 00 - Introduction Version 2.0

Le Grand Théorème de Fermat Livre 00 - Introduction Version 2.0 Le Grand Théorème de Fermat Livre 00 - Introduction Version 2.0 Pascal Picard 18 janvier 2010 Je suis grand amateur de Mathématiques et de Physique Théorique, convaincu que ces sciences sont accessibles

Plus en détail

Commutant d une matrice

Commutant d une matrice Énoncé On désigne par n un entier naturel supérieur ou égal à 2, et par M n (IK) l algèbre sur IK des matrices carrées d ordre n à coefficients dans IK, avec IK = IR ou lc. La matrice identité de M n (IK)

Plus en détail

Chapitre 1 - L algèbre de base

Chapitre 1 - L algèbre de base Mathématique d appoint 4 e édition Table des matières Chapitre 1 - L algèbre de base 1.1 Les ensembles de nombres 1.2 Les intervalles 1.3 Les relations entre deux ensembles 1.4 Les opérations sur les ensembles

Plus en détail