Retour d expérience, Cas cliniques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Retour d expérience, Cas cliniques Téléc@rdiologie"

Transcription

1 Retour d expérience, Cas cliniques Assises du CNCH 23 novembre 2013 Dr R Fouché, centre hospitalier Belfort-Montbéliard La télécardiologie en France en 2012 : où en est-on? Premières prothèses actives implantées : 2005 (étude COMPAS) patients implantés dans le monde patients suivis quotidiennement, en France Principaux avantages : réactivité immédiate, simplicité d utilisation, richesse des informations transmises Amélioration de la PEC, espacement des visites, amélioration de la QOL : COMPAS 2005, ECOST 2007, SETAM à venir 1

2 La Télécardiologie au quotidien en CHG : La grande majorité d entre nous utilise la télécardiologie 2 intérêts principaux : " Recueil quotidien d alertes, qui peuvent conduire à modifier la PEC des patients " Mise en place d une téléconsultation qui permet de ne voir les patients qu une fois par an au lieu de 2, voire plus si DAI La Télécardiologie au quotidien en CHG : Pratiques divergentes, en particulier analyse des alertes quotidiennes 2 principaux problèmes : " Nombre d alertes, charge de travail " Dilution des informations, défaut de pertinence Aide par une IDE qui analyse les alertes et les transmet au médecin, ou un médecin de l équipe Etude à faire (?) pour analyser les pratiques des différents centres 2

3 Un exemple d organisation : le CHBM Environ 200 patients activés : 70 prothèses Biotronik, 50% activées, tous les DAI et resynchronisateurs Gestion des messages quotidiens par le cardiologue implanteur, demande d un poste mi-temps IDE à l ARS Téléconsultation : tous les 3 Mois pour les DAI, 6 Mois pour les PM. Tous les messages sont analysés, lettre aux cardiologue et médecin traitants, et au patient : alertes reçues, nécessité éventuelle d une cs physique Impact de la télécardiologie sur la PEC des patients : Messages d alerte classés en fonction de leur gravité : alertes rouges : " Sonde VD défectueuse (seuil élevé, impédance anormale) " ERI ou passage en mode de secours " Chocs inefficaces à énergie maximale Alerte rouge = convocation du patient Majorité des alertes : moins graves (jaunes) : pas de convocation, mais modification de la PEC et/ou intensification de la surveillance 3

4 Suivi technique de PM Patient Mme C Danielle Femme, 76 ans Hospitalisée pour BAV paroxystique syncopal Bloc bifasciculaire (BBD, HBAG) Bradycardie < 40 bpm Implantation PM double-chambre avec le (Evia DR-T) avec rendez-vous à 2 mois pour le contrôle 7 4

5 Notification de la télécardio le 30 mai 8 Elévation de seuil couverte par l adaptation automatique 9 5

6 Contrôle Seuil à 3V à 0,4 ms Stimulation V faible Programmation de l amplitude à 3,5V sans adaptation 10 A 5 mois Le seuil s est stabilisé à 2 V Le % de stimulation est faible, la durée de vie estimée du PM est de 14 ans 11 6

7 Le système a permis de détecter très tôt un événement indésirable Un événement n est pas nécessairement une urgence Avec le suivi à distance, l attente peut être une solution 12 Les 30s d EGM périodique montrent 1. Le fonctionnement normal du stimulateur avec un rythme V conduit 2. Le fonctionnement en favorisant la détection (non représenté, identique au précédent chez cette patiente) 3. Le fonctionnement en stimulation qui montre la capture V 13 7

8 14 Le seul système DAI simple chambre avec diagnostics auriculaires complets

9 Lumax 740 VR-T DX DAI simple chambre unique avec détection auriculaire Canal de détection atriale supplémentaire grâce au dipôle flottant IEGM 3 canaux : OD, VD et far-field Discrimination TV/TSV : SMART Detection Diagnostics complets de la FA et de l IC BIOTRONIK Télécardiologie - Home Monitoring 10.3 ans de durée de vie* * VD 2.5 V/0.4 ms; 60 ppm; 700 Ω; stim VD 15 %; 4 chocs à energie max/an; Home Monitoring ON; diagnostics ON Cas clinique DAI Lumax 740 VR-T DX Mr Or Fabrice, 50 ans, ACR sur nécrose inférieure, PTCA CX et CD en urgence Episodes de TV soutenue spontanément résolutive en réanimation Syncope vraie en 2008 SVP : induction d une TV à 200/mn, aspect retard Dt axe G, syncopale. Burst inefficace, FV post Burst, CEE Implantation Lumax 740 VR-T DX le 22/10/

10 CHAMBRE 18 Motif: TV SYNCOPALE / ARRET CARDIO CIRCULATOIRE Opérateur(s): Dr FOUCHE RENAUD (25209 MONTBELIARD) Anesthésiste(s): Dr BERNASCOBA (25209 MONTBELIARD) Assistant(s) technique(s): Mr BADER MANUEL Début et fin d'intervention: 10H10-10H45 Amplificateur de brillance: SIEMENS ARCADIS- paramètre(s) d'exposition: 4.20 sec mgycm2 PROCEDURE ANESTHÉSIE : locale et générale BOITIER implanté le 22/10/2012 Marque/Modèle: BIOTRONIK / LUMAX 740 VR T DX - N Position/Localisation: gauche / pré-pectorale SONDE implantée le 22/10/2012 Marque/Modèle: BIOTRONIK / LINOX SMART PRO MRI DX 65 - N Voie d'abord: sous-clavière gauche Introducteur: ST JUDE - 8F Position/Localisation: VD / Endocavit. Site anatomique: septum IV Mesures à 0.5 ms : Seuil en tension (V) 0.9 Impédance (Ω) Recueil (mv) AUTRE MATÉRIEL Fermeture par agrafes ÉVALUATION DU DÉFIBRILLATEUR Mode d'induction: choc sur T Arythmie déclenchée: FV REMARQUES PROCEDURE SANS PARTICULARITE SOUS KALINOX ET NUBAIN AG POUR CHOC 10

11 Suivi par

12 EGM périodique à J

Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs

Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs X. Harlé Bayonne Dr X.Harlé; Ile de la Réunion; Oct 2014 Télécardiologie Déjà une

Plus en détail

POURQUOI? COMMENT? LES QUESTIONS

POURQUOI? COMMENT? LES QUESTIONS LA TÉLÉSURVEILLANCE POURQUOI? COMMENT? LES QUESTIONS POURQUOI LA TÉLÉSURVEILLANCE? COÛTS DE SANTE PUBLIQUE ALERTES INDIVIDUELLES ALERTES CONSTRUCTEURS / ANSM DEMOGRAPHIE MEDICALE LES CARDIOLOGUES: UNE

Plus en détail

Surveillance à distance des patients porteurs de stimulateur ou de défibrillateur cardiaque implantable. Corinne HEBRARD Guy REBUFFAT

Surveillance à distance des patients porteurs de stimulateur ou de défibrillateur cardiaque implantable. Corinne HEBRARD Guy REBUFFAT Surveillance à distance des patients porteurs de stimulateur ou de défibrillateur cardiaque implantable Corinne HEBRARD Guy REBUFFAT Principes de fonctionnement Patient équipé au moyen: - d un stimulateur

Plus en détail

ATELIER TÉLÉCARDIOLOGIE

ATELIER TÉLÉCARDIOLOGIE ATELIER TÉLÉCARDIOLOGIE Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014 Introduction 2 Définition : La télécardiologie est une branche de la télémédecine. Elle permet de surveiller à distance le bon fonctionnement

Plus en détail

La télésurveillance en pratique quotidienne

La télésurveillance en pratique quotidienne La télésurveillance en pratique quotidienne Suivi à distance des patients porteurs de DAI AREPAC 2011 L. Finat La télémédecine aujourd hui reconnue Télémédecine : TIC et médical Téléconsultation Téléexpertise

Plus en détail

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002 LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002 Marie-Christine Delattre, Elodie Flahaut, Florence L Hostis Consultation de Rythmologie et Cardio A PrKacet Hôpital Cardiologique,

Plus en détail

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Le 19 novembre 2011 David HUCHETTE, Service de cardiologie et Soins Intensifs du CH de LENS INTRODUCTION La télémétrie

Plus en détail

Résultats. COMPArative Follow-up Schedule with Home Monitoring

Résultats. COMPArative Follow-up Schedule with Home Monitoring Suivi à distance des stimulateurs cardiaques par télécardiologie Première étude prospective randomisée Investigateur principal: COMPAS Pr. Philippe MABO CHU Rennes, Université Rennes I, Unité Inserm 642,

Plus en détail

- Patiente 80 ans, Atcd BAV3, appareillée depuis 10 ans en mode DDD. - Prise en charge aux urgences suite à une chute par maladresse.

- Patiente 80 ans, Atcd BAV3, appareillée depuis 10 ans en mode DDD. - Prise en charge aux urgences suite à une chute par maladresse. Dr Le Loup CAS 1 - Patiente 80 ans, Atcd BAV3, appareillée depuis 10 ans en mode DDD. - Prise en charge aux urgences suite à une chute par maladresse. Elle présente une plaie du coude gauche hémorragique.

Plus en détail

Tableau 1. Principales caractéristiques des sondes de stimulation

Tableau 1. Principales caractéristiques des sondes de stimulation Tableau 1. Principales caractéristiques des sondes de stimulation Caractéristiques Utilisation Commentaires Fixation extrémité distale Passive : à barbes ou barbillons 20% (+) myocarde non lésé (-) stabilité

Plus en détail

GESTION INFIRMIERE PERI-OPERATOIRE DES IMPLANTATIONS DE PROTHESES : PM ET DAI

GESTION INFIRMIERE PERI-OPERATOIRE DES IMPLANTATIONS DE PROTHESES : PM ET DAI GESTION INFIRMIERE PERI-OPERATOIRE DES IMPLANTATIONS DE PROTHESES : PM ET DAI BELMONT Claire NICOLLET Julie PISON Laure Service de cardiologie Hôpital St Joseph, MARSEILLE PLAN Historique Le pacemaker

Plus en détail

Télécardiologie: développement en France et évolution de la réglementation. Mr Xavier Laroche Biotronik Dr Peyrouse Eric CHU La Timone

Télécardiologie: développement en France et évolution de la réglementation. Mr Xavier Laroche Biotronik Dr Peyrouse Eric CHU La Timone Télécardiologie: développement en France et évolution de la réglementation Mr Xavier Laroche Biotronik Dr Peyrouse Eric CHU La Timone Déclaration de Conflits d intérêt Xavier Laroche: je suis employé de

Plus en détail

SW012. Logiciel d installation de la fonction d alerte d intégrité de la sonde ventriculaire droite. Manuel de référence

SW012. Logiciel d installation de la fonction d alerte d intégrité de la sonde ventriculaire droite. Manuel de référence Logiciel d installation de la fonction d alerte d intégrité de la sonde ventriculaire droite Manuel de référence 0123 2008 Les dénominations suivantes sont des marques commerciales de Medtronic : CareAlert,

Plus en détail

ECG et Mémoires du DAI

ECG et Mémoires du DAI ECG et Mémoires du DAI DIU de Stimulation Janvier 2007 T. Lavergne HEGP DAI Fonction anti-tachycardique Cardioversion Stimulation anti-tachycardique Fonction anti-bradycardique Fonction de prévention des

Plus en détail

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI)

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) 2 Défibrillateur Automatique Implantable SOMMAIRE Introduction Indications Principe du DAI Historique Composants et structure

Plus en détail

du 28 mai 2013 : 7 avril 2015 cardiaque. Demandeur Les modèles Indications retenues : (chirurgie ou angioplastie) ; échoué ; cardiaque, - 1 -

du 28 mai 2013 : 7 avril 2015 cardiaque. Demandeur Les modèles Indications retenues : (chirurgie ou angioplastie) ; échoué ; cardiaque, - 1 - COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DEE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 7 avril 2015 complétant l avis du 28 mai 20133 CONCLUSIONS HOME MONITORING, système de télésurveillance

Plus en détail

TELECARDIOLOGIE. Réflexion économique du CNPC et du CNOM sur la Prise en charge de la télécardiologie. Déclaration de Relations Professionnelles

TELECARDIOLOGIE. Réflexion économique du CNPC et du CNOM sur la Prise en charge de la télécardiologie. Déclaration de Relations Professionnelles LAZARUS 7/19/13 TELECARDIOLOGIE Réflexion économique du CNPC et du CNOM sur la Prise en charge de la télécardiologie Déclaration de Relations Professionnelles J'ai actuellement, ou j'ai eu au cours des

Plus en détail

Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service

Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service Dr ElBelghiti PH attaché coronarographiste Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service 2007 2008 2009 2010 2011 Coronarographies totales 315 982 1042 888 927 Angioplasties 87 (27,6%) 268 (27,3%) 252

Plus en détail

Déclaration d intérêt obligatoire. je n ai aucune relation financière avec l industrie

Déclaration d intérêt obligatoire. je n ai aucune relation financière avec l industrie Déclaration d intérêt obligatoire je n ai aucune relation financière avec l industrie Comment utiliser un aimant aux urgences? Application à la stimulation cardiaque KérébelS. (1), KérébelD. (2), PauleP.

Plus en détail

Bases Théoriques. Défibrillation et de la Stimulation AntiTachycardique. F. Hidden-Lucet Pitié-Salpêtrière APHP. de la

Bases Théoriques. Défibrillation et de la Stimulation AntiTachycardique. F. Hidden-Lucet Pitié-Salpêtrière APHP. de la de la Défibrillation et de la Stimulation AntiTachycardique F. Hidden-Lucet Pitié-Salpêtrière APHP DIU Rythmologie et Stimulation Cardiaque 2013 Défibrillation VF VF therapy Thanks I needed that! Défibrillation

Plus en détail

Liste des produits de santé financés au titre des prestations d'hospitalisation prévue à l article L. 165-11 du code de la sécurité sociale

Liste des produits de santé financés au titre des prestations d'hospitalisation prévue à l article L. 165-11 du code de la sécurité sociale Liste des produits de santé financés au titre des prestations d'hospitalisation prévue à l article L. 165-11 du code de la sécurité sociale Liste intra-ghs Version à jour au 30 mars 2016 N.B : Le présent

Plus en détail

IRM et stimulateurs ou défibrillateurs

IRM et stimulateurs ou défibrillateurs IRM et stimulateurs ou défibrillateurs S S Cas clinique S Recommandations actuelles S Problèmes théoriques S Procédure dans le service S Que faut-il retenir des constructeurs? S Recommandations actuelles

Plus en détail

Organisation de la Consultation et du Suivi

Organisation de la Consultation et du Suivi Organisation de la Consultation et du Suivi DIU de Stimulation Cardiaque 2006-2007 Dr Franck HALIMI C.M.C. de Parly II, Le Chesnay Franck HALIMI Fréquence des visites de suivi 1 à 3 mois après l implantation

Plus en détail

Capteurs pour la santé et l autonomie. Nouvelles approches technologiques. pour le suivi sur les lieux de vie

Capteurs pour la santé et l autonomie. Nouvelles approches technologiques. pour le suivi sur les lieux de vie Capteurs pour la santé et l autonomie Nouvelles approches technologiques pour le suivi sur les lieux de vie Santé : nécessité de nouvelles approches Le nouveau contexte créé par les technologies de l information

Plus en détail

IRM et dispositif électronique cardiaque implantable

IRM et dispositif électronique cardiaque implantable IRM et dispositif électronique cardiaque implantable Jean-Paul BEREGI, Radiologue Liliane METGE, Radiologue Cornelia FREITAG, Radiologue Xavier BRUNET, Cardiologue Pierre WINUM, Cardiologue Mathieu GRANIER,

Plus en détail

Cardioversion, défibrillation détection automatique des tachycardies, N Sadoul, CHU de Nancy

Cardioversion, défibrillation détection automatique des tachycardies, N Sadoul, CHU de Nancy Cardioversion, défibrillation détection automatique des tachycardies, N Sadoul, CHU de Nancy La défibrillation, la cardioversion Qu est ce qu il y a dans un DAI? Une source d'énergie : la (les) pile(s)

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

03/02/2007 N 1 QUIZ ECG. Bernard DODINOT. Nancy DIU 2007. Bernard DODINOT DIU 2007 2007.0

03/02/2007 N 1 QUIZ ECG. Bernard DODINOT. Nancy DIU 2007. Bernard DODINOT DIU 2007 2007.0 N 1 QUIZ ECG Nancy N 2 Cadeau de Noël 2006 15 jours post-op Dysfonction sinusale «pure» Sorin Group Symphony DR sondes A bi et V uni «passives» N 3 Contrôle 15 jours post-op - AAIsafe R pour dysfonction

Plus en détail

STIMULATEURS ET DEFIBRILLATEURS CARDIAQUES. Dr Valérie MINETTI

STIMULATEURS ET DEFIBRILLATEURS CARDIAQUES. Dr Valérie MINETTI STIMULATEURS ET DEFIBRILLATEURS 25/02/2016 OMEDIT PACA CORSE Dr Valérie MINETTI PHYSIOLOGIE - PATHOLOGIE CŒUR Cœur Droit Veineux Cœur Gauche Artériel PHYSIOLOGIE - PATHOLOGIE CŒUR Conduction cardiaque

Plus en détail

Vincent Péters. Président du GT TICS du SNITEM. Directeur Affaires Réglementaires de BIOTRONIK France

Vincent Péters. Président du GT TICS du SNITEM. Directeur Affaires Réglementaires de BIOTRONIK France Vincent Péters Directeur Affaires Réglementaires de BIOTRONIK France Président du GT TICS du SNITEM 5 juillet 2013 Colloque industries du numérique et Santé+ Autonomie Contexte Plus de 60 ans Cardiologues

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme. Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli

Prise en charge des troubles du rythme. Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli Prise en charge des troubles du rythme Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli Cas clinique Patient âgé de 65 ans Infarctus du myocarde ancien, FeVG = 30 % Traitement médical

Plus en détail

PM & DAI Prise en charge péri opératoire STÉPHANIE DRUGE DESAR

PM & DAI Prise en charge péri opératoire STÉPHANIE DRUGE DESAR PM & DAI Prise en charge péri opératoire STÉPHANIE DRUGE DESAR Généralités 63 000 à 69 000 nouveaux porteurs de pacemaker par an En 2010, 350 000 porteurs de pacemaker Plus de 10 000 nouveaux porteurs

Plus en détail

Reliaty Appareil de mesure pour l'analyse des fonctions de la sonde durant l'implantation d'un stimulateur cardiaque ou d'un DAI

Reliaty Appareil de mesure pour l'analyse des fonctions de la sonde durant l'implantation d'un stimulateur cardiaque ou d'un DAI Reliaty Appareil de mesure pour l'analyse des fonctions de la sonde durant l'implantation d'un stimulateur cardiaque ou d'un DAI Cardiac Rhythm Management Appareils externes Guide rapide Introduction À

Plus en détail

Les stimulateurs cardiaques et IRM que faire? Journée fribourgeoise de cardiologie 6 novembre 2014 Dr. V. Stolt Steiger

Les stimulateurs cardiaques et IRM que faire? Journée fribourgeoise de cardiologie 6 novembre 2014 Dr. V. Stolt Steiger Les stimulateurs cardiaques et IRM que faire? Journée fribourgeoise de cardiologie 6 novembre 2014 Dr. V. Stolt Steiger Quel est le problème? Les IRM étaient jusqu à récemment contre-indiquées chez les

Plus en détail

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Vieillissement de la population Augmentation du nombre de patients porteurs de stimulateurs cardiaques et défibrillateurs implantables Augmentation

Plus en détail

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 La conduc)on cardiaque L eléctrocardiogramme en rythme sinusal CHAPITRE 1 Le malaise

Plus en détail

IMPLANTS CARDIAQUES ET CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES : DES EXPERIENCES EUROPÉENNES COMPARAISON DE RESULTATS EXPERIMENTAUX EN FRANCE ET EN FINLANDE

IMPLANTS CARDIAQUES ET CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES : DES EXPERIENCES EUROPÉENNES COMPARAISON DE RESULTATS EXPERIMENTAUX EN FRANCE ET EN FINLANDE IMPLANTS CARDIAQUES ET CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES : DES EXPERIENCES EUROPÉENNES COMPARAISON DE RESULTATS EXPERIMENTAUX EN FRANCE ET EN FINLANDE Isabelle Magne 1, Martine Souques 2, Leena Korpinen 3 1 EDF

Plus en détail

Anesthésie du patient porteur d un pace maker ou d un défibrillateur implantable

Anesthésie du patient porteur d un pace maker ou d un défibrillateur implantable Anesthésie du patient porteur d un pace maker ou d un défibrillateur implantable Pr Julien Amour Université Pierre & Marie Curie Anesthésie-Réanimation CHU Pitié-Salpêtrière - Paris Pr Hervé Dupont Amiens

Plus en détail

Electrophysiologie cardiaque

Electrophysiologie cardiaque Electrophysiologie cardiaque L électrophysiologie concerne autant les indications d implantation d un pacemaker que les thérapies de resynchronisation cardiaque et les implantations de défibrillateur.

Plus en détail

Quiz ECG n 1. FMC Médecine Générale 08/06/2017 Docteur Marjorie NIRO Praticien hospitalier,service de Cardiologie, CHU Angers

Quiz ECG n 1. FMC Médecine Générale 08/06/2017 Docteur Marjorie NIRO Praticien hospitalier,service de Cardiologie, CHU Angers Quiz ECG n 1 FMC Médecine Générale 08/06/2017 Docteur Marjorie NIRO Praticien hospitalier,service de Cardiologie, CHU Angers Cas clinique 1 - Contexte clinique : - Homme de 43 ans sans antécédent - Hospitalisation

Plus en détail

Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir. Rubén Casado Arroyo

Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir. Rubén Casado Arroyo Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir Rubén Casado Arroyo LA STIMULATION CARDIAQUE Qu est-ce qu un stimulateur cardiaque? Quelles sont les

Plus en détail

DEFIBRILLATEURS CARDIAQUES

DEFIBRILLATEURS CARDIAQUES site REFERENTIEL POUR CONTRAT DE BON USAGE (DMI HORS GHS) Réalisé et validé par la Commission Technique EURO PHARMAT DEFIBRILLATEURS CARDIAQUES Codes ATIH : DF001, DF002, DF003, DF004 Codes LPP 3426739

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 17/11/2012 Réf.: CMUB-042 Pagination : 1 de 7 Rédacteurs Date 17/11/2012 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 042 Dr Valérie Hamelin (Chenove) Approbation

Plus en détail

Tirer le meilleur parti des fonctions diagnostiques

Tirer le meilleur parti des fonctions diagnostiques TELECARDIOLOGIE Tirer le meilleur parti des fonctions diagnostiques Classique Suivi des porteurs de prothèses rythmiques Suivi des porteurs de prothèses rythmiques Suivi des porteurs de prothèses rythmiques

Plus en détail

Évaluation des signaux EGM fournis par les sondes avec les dispositifs COGNIS et TELIGEN

Évaluation des signaux EGM fournis par les sondes avec les dispositifs COGNIS et TELIGEN Évaluation des signaux EGM fournis par les sondes avec les dispositifs COGNIS et TELIGEN RÉSUMÉ Il est possible d'utiliser des électrogrammes (EGM) en temps réel ou mémorisés pour contrôler l'état du patient,

Plus en détail

Il existe 2 types de dispositifs électroniques cardiaques implantés (DECI) :

Il existe 2 types de dispositifs électroniques cardiaques implantés (DECI) : 1 Les dispositifs électroniques cardiaques implantés : une «injection de rappel». Christian Bauer Hôpital de la Croix-Rousse HCL Lyon Il existe 2 types de dispositifs électroniques cardiaques implantés

Plus en détail

DIU de rythmologie et stimulation cardiaque. Titre : Défibrillateur automatique implantable : comment ça marche?

DIU de rythmologie et stimulation cardiaque. Titre : Défibrillateur automatique implantable : comment ça marche? DIU de rythmologie et stimulation cardiaque Titre : Défibrillateur automatique implantable : comment ça marche? Orateur : Nicolas SADOUL Le 26 janvier 2012 Un défibrillateur: d Comment ça marche? N Sadoul,,

Plus en détail

SYSTÈME DE DÉFIBRILLATION EVERA MRI SURESCAN

SYSTÈME DE DÉFIBRILLATION EVERA MRI SURESCAN SYSTÈME DE DÉFIBRILLATION EVERA MRI SURESCAN Informations relatives aux procédures d IRM pour défibrillateurs Evera MRI SureScan et sondes SureScan Manuel technique pour l'irm 0123 2014 La liste suivante

Plus en détail

ATELIER STIMULATION Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014

ATELIER STIMULATION Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014 ATELIER STIMULATION Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014 Généralités sur la stimulation cardiaque SOMMAIRE 2 Historique Rappel anatomique Stimulateur cardiaque Composants et structure Nomenclature Fonctionnement

Plus en détail

ECG des pacemakers Cas cliniques

ECG des pacemakers Cas cliniques ECG des pacemakers Cas cliniques Service de soins intensifs et rythmologie fir Assises de l AMCAR. Casablanca le Stimulation? Détection? Coordination? Code international 1 Cinq lettres permettent de définir

Plus en détail

2 juin 2015. cardiaque, chambre. Demandeur. Les modèles. Indications revendiquées : Commission. (chirurgie ou angioplastie) ; échoué ; cardiaque.

2 juin 2015. cardiaque, chambre. Demandeur. Les modèles. Indications revendiquées : Commission. (chirurgie ou angioplastie) ; échoué ; cardiaque. COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DEE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 2 juin 2015 CONCLUSIONS HOME MONITORING, système dee télésurveillance au défibrillateur cardiaque

Plus en détail

IRM et Pacemaker. Prise en charge en accord avec les recommandations nationales

IRM et Pacemaker. Prise en charge en accord avec les recommandations nationales IRM et Pacemaker Prise en charge en accord avec les recommandations nationales Yohann Cruypeninck, Jean-Nicolas Dacher Radiologie Imagerie Résonnance Magnétique Hôpital Charles Nicolle - CHU de Rouen SFNR

Plus en détail

Évaluation de l impact économique de l intégration des défibrillateurs automatiques implantables aux GHS. GASCON Audrey JEAN Claire LECA Marion

Évaluation de l impact économique de l intégration des défibrillateurs automatiques implantables aux GHS. GASCON Audrey JEAN Claire LECA Marion Évaluation de l impact économique de l intégration des défibrillateurs automatiques implantables aux GHS. GASCON Audrey JEAN Claire LECA Marion UE Dispositifs médicaux Lundi 16 Février 2015 Plan Contexte

Plus en détail

AVIS DE LA CNEDiMTS 1er Juillet 2014 Complétant l avis du 9 avril 2013

AVIS DE LA CNEDiMTS 1er Juillet 2014 Complétant l avis du 9 avril 2013 COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 1er Juillet 2014 Complétant l avis du 9 avril 2013 CONCLUSIONS CARELINK, système de télésurveillance

Plus en détail

A l attention des cardiologues ayant implanté ou contrôlant des patients porteurs de ces défibrillateurs

A l attention des cardiologues ayant implanté ou contrôlant des patients porteurs de ces défibrillateurs St. Jude Medical France SAS 73-77 rue de Sèvres 92514 Boulogne-Billancourt cedex France Tel +33 1 41 46 45 00 Fax +33 1 41 46 45 45 Boulogne Billancourt, le 20 août 2014 INFORMATION DE SÉCURITÉ Sur les

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

Dispositifs électroniques cardiaques implantables magnéto-compatibles : Comment s organiser dans un service d imagerie?

Dispositifs électroniques cardiaques implantables magnéto-compatibles : Comment s organiser dans un service d imagerie? Dispositifs électroniques cardiaques implantables magnéto-compatibles : Comment s organiser dans un service d imagerie? Dr Paul ARDILOUZE - Radiologue Dr Julia RIPKE - Radiologue Dr David HIGUÉ - Radiologue

Plus en détail

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D.

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Conduite automobile et maladie cardiaque Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Maladie coronarienne Recommandation générales Patients avec maladie coronarienne athérosclérotique Recommandation spécifiques

Plus en détail

Les modes de stimulation bases de temps

Les modes de stimulation bases de temps Les modes de stimulation bases de temps Xavier Copie Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis Les modes de stimulation bases de temps «Toute la compréhension de l électrocardiographie des stimulateurs

Plus en détail

TELEMEDECINE ET CARDIOLOGIE

TELEMEDECINE ET CARDIOLOGIE TELEMEDECINE ET CARDIOLOGIE Résultats sur la prise en charge de 350 patients en télésurveillance DR DARY Cardiologue Bilan sur la prise en charge de 350 patients Hypertension: 170 Patients Arythmie par

Plus en détail

PROJET DE TÉLÉMEDECINE

PROJET DE TÉLÉMEDECINE PROJET DE TÉLÉMEDECINE ISIFC 2 ème année Année universitaire 2011-2012 LA TÉLÉSURVEILLANCE Louis ACHA Rafaël MINACORI ISIFC Génie biomédical 23,rue Alain SAVARY 25000 Besançon Cedex Tél : 03 81 66 66 90

Plus en détail

L ARRET CARDIAQUE. Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45

L ARRET CARDIAQUE. Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45 L ARRET CARDIAQUE Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45 INTRODUCTION On ne peut pas faire face à une situation que l on n a pas correctement évaluée L approche du malade en situation d urgence

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES»

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» v On ne guérit pas ( en général ) d une insuffisance cardiaque, mais on peut la stabiliser longtemps, très longtemps à condition v Le patient insuffisant cardiaque

Plus en détail

PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR. Guillaume Quarck 10/10/ 2015

PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR. Guillaume Quarck 10/10/ 2015 PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR Guillaume Quarck 10/10/ 2015 PLAN 1/LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE Historique Principe Classification Indications Dysfonctions 2/ LES

Plus en détail

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 cardiaque Ensemble des mesures permettant une approche GLOBALE du patient Processus personnalisé et coordonné Personne intégrée dans

Plus en détail

LIVRET DU PORTEUR DE STIMULATEUR CARDIAQUE

LIVRET DU PORTEUR DE STIMULATEUR CARDIAQUE LIVRET DU PORTEUR DE STIMULATEUR CARDIAQUE DEPARTEMENT DE RYTHMOLOGIE ET STIMULATION CARDIAQUE CLINIQUE DU PONT DE CHAUME ANATOMIE DU COEUR Oreillette droite Oreillette gauche «frontière électrique» Ventricule

Plus en détail

Journées de cardiologie Jeudi 31 mai 2012 Dr JM DUPUIS Service de cardiologie CHU ANGERS

Journées de cardiologie Jeudi 31 mai 2012 Dr JM DUPUIS Service de cardiologie CHU ANGERS Surveillance des pace makers et des défibrillateurs Journées de cardiologie Jeudi 31 mai 2012 Dr JM DUPUIS Service de cardiologie CHU ANGERS La stimulation cardiaque La stimulation cardiaque Historique

Plus en détail

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE. Intérêt dans le traitement de la mort subite d origine cardiaque

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE. Intérêt dans le traitement de la mort subite d origine cardiaque LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE Intérêt dans le traitement de la mort subite d origine cardiaque EPIDEMIOLOGIE: Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité en Belgique.

Plus en détail

ECG en fonction de l Âge

ECG en fonction de l Âge Session ECG en fonction de l âge Guy Vaksmann Vendôme Cardio Clinique de la Louvière Lille Diapositive 1 ECG en fonction de l Âge Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence avril

Plus en détail

Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV

Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV Propriétés s générales g du NAV Partie nodale du NAV Conduction lente (témoin de l intervalle PR). Conduction décrémentielle. Faisceau de His et ses branches

Plus en détail

Juliano KATRIB 1, Pierre SCHMITT 1, Patrice ROTH 1, Francine AUDRAN 2, Isabelle MAGNE 2, Mustapha NADI 1

Juliano KATRIB 1, Pierre SCHMITT 1, Patrice ROTH 1, Francine AUDRAN 2, Isabelle MAGNE 2, Mustapha NADI 1 Approches théorique et expérimentale en CEM des implants médicaux actifs dans la bande de fréquences 10 50 khz: cas des défibrillateurs cardiaques implantables Juliano KATRIB 1, Pierre SCHMITT 1, Patrice

Plus en détail

Stimuprat Electrophysiology Training Certificat

Stimuprat Electrophysiology Training Certificat Prothèses Cardiaques Module Stimulation cardiaque : 17-18 Mars 2016 Module Défibrillation cardiaque : 14-15 Avril 2016 Module Resynchronisation : 2-3 Juin 2016 Possibilité de s inscrire à 1, 2 ou 3 modules

Plus en détail

PACE MAKER Plus de porteurs Pile implantée But : délivrer impulsions électriques au cœur Rôle: garantir FC minimum écouter, stimuler si nécessa

PACE MAKER Plus de porteurs Pile implantée But : délivrer impulsions électriques au cœur Rôle: garantir FC minimum écouter, stimuler si nécessa 1 PACE MAKER Plus de 500000 porteurs Pile implantée But : délivrer impulsions électriques au cœur Rôle: garantir FC minimum écouter, stimuler si nécessaire documenter les TDR 2 2 TYPES DE STIMULATEUR CARDIAQUE

Plus en détail

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence 16/05/2008 Dr Bernard Jadoul 1 Comment est le patient? Recherche de signes cliniques de gravité: Bas débit cardiaque (pâleur, sudations, extrémités froides,

Plus en détail

Le traitement par Radiofréquence des troubles du rythme cardiaque au Maroc: Expérience en secteur libéral. ESSADKI Siham, ABDELALI Salima

Le traitement par Radiofréquence des troubles du rythme cardiaque au Maroc: Expérience en secteur libéral. ESSADKI Siham, ABDELALI Salima Le traitement par Radiofréquence des troubles du rythme cardiaque au Maroc: Expérience en secteur libéral ESSADKI Siham, ABDELALI Salima Paris; 2-3 Mars 2017 Aucun conflit d'intérêt Introduction Début

Plus en détail

DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR

DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR H e a r t S t a r t ( Philips ) Démonstration réalisée par les Docteurs Alain LIAGRE & Thierry LEDANT Membres du Conseil Syndical DOMAINE DE SAINT PIERRE

Plus en détail

Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA)

Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA) Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA) Que devons nous savoir? Utiliser en toute sécurité un défibrillateur semi-automatique au cours de la réanimation cardio-pulmonaire Durée

Plus en détail

C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS

C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS Voies d abord veineuses CE QUE L ON NE POURRA PAS CHANGER: L ANATOMIE DU SINUS CORONAIRE l anatomie du sinus coronaire stimulation conventionnelle droite: types de sondes

Plus en détail

PORTEURS de DEFIBRILLATEUR :

PORTEURS de DEFIBRILLATEUR : PORTEURS de DEFIBRILLATEUR : comment mieux les informer sur leur appareil? Marie-Pierre CADART, Isabelle DARCHICOURT, Marie Hélène REBERGUE Service de rythmologie,pr. S. KACET Le défibrillateur interne

Plus en détail

Vivre avec un DAI : surveillance, interférences, conduite auto

Vivre avec un DAI : surveillance, interférences, conduite auto : surveillance, interférences, conduite auto Journées Nationales du GERS - 5 octobre 2012 E. QUIRING - Clinique de l Orangerie Conflits d intérêts Pas de conflits d intérêt concernant cette présentation

Plus en détail

La Défibrillation Automatisée Externe HOPITAL SOULTZ-ENSISHEIM

La Défibrillation Automatisée Externe HOPITAL SOULTZ-ENSISHEIM La Défibrillation Automatisée Externe HOPITAL SOULTZ-ENSISHEIM 2009 1. La Défibrillation Automatisée Externe 1. 1. Définition : Défibrillation automatisée consiste à faire traverser le cœur en arrêt circulatoire

Plus en détail

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Définition Une arythmie est définie comme une anomalie de fréquence, une irrégularité de rythme ou

Plus en détail

Télécardiologie & e-c rdiologie

Télécardiologie & e-c rdiologie Le contrat e-c@rdiologie est un programme de développement clinique validé par l Agence Régionale de Santé (ARS). Mes contacts à la Clinique Pasteur 05 62 21 39 00 Création & Impression : Messages - 05

Plus en détail

Services Techniques de Boston Scientific - Tél. : 0 800 08 2000

Services Techniques de Boston Scientific - Tél. : 0 800 08 2000 Boston Scientific S.A.S 14, place Georges Pompidou BP 32 78184 Saint Quentin en Yvelines Cedex France Tel 33 (0)1 39 30 49 00 Fax 33 (0)1 39 30 49 01 www.bostonscientific.com Objet : Information sur les

Plus en détail

Pacemakers ou défibrillateurs que surveiller après son placement? Antoine de Meester Saint-Vaast, le 10-12-2013

Pacemakers ou défibrillateurs que surveiller après son placement? Antoine de Meester Saint-Vaast, le 10-12-2013 Pacemakers ou défibrillateurs que surveiller après son placement? Antoine de Meester Saint-Vaast, le 10-12-2013 Pacemaker (stimulateur cardiaque) Défibrillateur automatique interne Pacemaker (stimulateur

Plus en détail

La stimulation cardiaque temporaire endocavitaire

La stimulation cardiaque temporaire endocavitaire Fiche technique n 2 La stimulation cardiaque temporaire endocavitaire I. Lahlou, N. El khorb, F. Zeriouhi, H. Akoudad Service de Cardiologie, CHU Hassan II- Fès L entraînement électrosystolique temporaire

Plus en détail

Languedoc-Roussillon

Languedoc-Roussillon Languedoc-Roussillon Protocole de coopération (délégation d acte médical à un paramédical) dans un projet de Télémédecine Projets CICAT & TELAP «Suivi des plaies» Présentation réalisée par Dr L. Teot CHU

Plus en détail

Peut-on se passer de la télécardiologie dans le suivi des patients âgés porteurs d'une prothèse cardiaque active? Dr H.

Peut-on se passer de la télécardiologie dans le suivi des patients âgés porteurs d'une prothèse cardiaque active? Dr H. Peut-on se passer de la télécardiologie dans le suivi des patients âgés porteurs d'une prothèse cardiaque active? Dr H. Bader CH de Pau Concept Le développement des télécommunications permet une transmission

Plus en détail

SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE.

SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE. SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE. Marie-Claude LEMPEREUR de GUERNY Urgences/SMUR Poissy novembre 2011-avril 2012 APPEL EN SMUR POUR

Plus en détail

L électrocardiogramme (2)

L électrocardiogramme (2) L électrocardiogramme (2) UE CV, 9 octobre 2013 ECG normal Rythme sinusal Vitesse de déroulement: 25 mm/s Amplitude: 1 cm / 1 mv ECG - Analyse du rythme 1 ère étape: 3 critères fondamentaux 1- Fréquence:

Plus en détail

Livre Blanc de la Télécardiologie

Livre Blanc de la Télécardiologie Livre Blanc de la Télécardiologie dans le suivi des patients porteurs de stimulateurs et défibrillateurs cardiaques implantables Pr Salem Kacet et Denise Silber 2 Livre blanc de la Télécardiologie Sommaire

Plus en détail

L ELECTROCARDIOGRAMME. Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice

L ELECTROCARDIOGRAMME. Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice L ELECTROCARDIOGRAMME Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice RECUEIL Dérivations périphériques ou frontales Dérivations précordiales (plan transversal) Quand un courant se dirige vers l endroit ou il est

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION DU DAE FRED EASY SCHILLER

GUIDE D UTILISATION DU DAE FRED EASY SCHILLER µ GUIDE D UTILISATION DU DAE FRED EASY SCHILLER Allumer le DAE Appuyer sur le bouton MARCHE/ARRÊT pour allumer le dispositif Préparer le Patient (Utiliser le kit de secours présent dans la sacoche du DAE)

Plus en détail

Anesthésie et Stimulateur Cardiaque

Anesthésie et Stimulateur Cardiaque Anesthésie et Stimulateur Cardiaque Diapo 1 : Après de nombreuses recherches menées sur des stimulateurs externes au début du XXème siècle, c est en 1951 que fut inventé le premier stimulateur cardiaque

Plus en détail

ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES

ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES 23 JUIN 2010 AURILLAC CANTAL A L ISSU DE CETTE FORMATION VOUS SEREZ CAPABLE DE PRENDRE EN CHARGE UNE PATIENT EN ARRET CARDIO- RESPIRATOIRE L arrêt cardiaque, aujourd

Plus en détail

TECHNIQUES D'IMPLANTATION Dr OTMANI. Le 29.01.2013

TECHNIQUES D'IMPLANTATION Dr OTMANI. Le 29.01.2013 TECHNIQUES D'IMPLANTATION Dr OTMANI Le 29.01.2013 1 Préparation de l implantation Choix du site GAUCHE chez les droitiers : +++ Moins de fracture et moins de risque érosion seul inconvénient : VCS gauche

Plus en détail

Quels troubles du rythme. en réanimation? Marion Delanoë DESC de réanimation médicale Bordeaux 25/03/10

Quels troubles du rythme. en réanimation? Marion Delanoë DESC de réanimation médicale Bordeaux 25/03/10 Quels troubles du rythme en réanimation? Marion Delanoë DESC de réanimation médicale Bordeaux 25/03/10 Introduction Incidence annuelle de 12 à 30% Réanimation polyvalente : 12% - 8% TDR supra-ventriculaires

Plus en détail

LES PACE MAKERS Dr Patrick DASSIER HEGP 2011

LES PACE MAKERS Dr Patrick DASSIER HEGP 2011 LES PACE MAKERS Dr Patrick DASSIER HEGP 2011 INTRODUCTION Les stimulateurs cardiaques ou PM, ont pour fonction essentielle de prévenir les effets néfastes d une bradycardie, notamment lors de la survenue

Plus en détail

fréquence - Stimulateur chambre ventriculaire Indications retenues : est normale Service Attendu (SA) : Comparateu retenu : Amélioration Nom de marque

fréquence - Stimulateur chambre ventriculaire Indications retenues : est normale Service Attendu (SA) : Comparateu retenu : Amélioration Nom de marque COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DEE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 01 juillet 2014 CONCLUSIONS ELUNA 8 SR-T, stimulateur cardiaque implantable simple s chambre

Plus en détail

704815-704826 704830-704841 704852-704863

704815-704826 704830-704841 704852-704863 A = Prix (TVAc) - Prijs (incl. BTW) B = Remboursement Bén. ordin./prestataire conventionné - Remboursement V.I.P.O. / Prestataire avec ou sans convention Terugbetaling Gew. recht. / Verstr. met overeenkomst

Plus en détail