Madame M. P, 48 ans. Fin février 2015: aphasie au réveil, régressive en moins d une heure; pas de consultation médicale

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Madame M. P, 48 ans. Fin février 2015: aphasie au réveil, régressive en moins d une heure; pas de consultation médicale"

Transcription

1 Madame M. P, 48 ans Toxicomanie IV sevrée par Subutex (mésusage) 67 kg Fin février 2015: aphasie au réveil, régressive en moins d une heure; pas de consultation médicale 01-03: engourdissement puis paralysie membre supérieur droit avec tremblements puis paralysie faciale droite Hôpital de Bourgoin Scanner: AVC ischémique Transfert à l hôpital neurologique, unité neurovasculaire 01-03: IRM cérébrale

2 01-03: IRM cérébrale

3 01-03: IRM cérébrale

4 01-03: IRM cérébrale

5 Madame M. P, 48 ans 01-03: IRM cérébrale Lésions ischémiques d âge différent dans les territoires sylviens superficiels gauche et droit Deux lésions, occipitale gauche et pariétale droite, faisant suspecter des micro-abcès Cliniquement: fébrile (39,4 C) sans frissons; souffle systolique au foyer mitral Donc : suspicion d EI devant l association fièvre, souffle cardiaque, AVC multiples d âge différent dans différents territoires 01-03: ETT + ETO

6 Madame M. P, 48 ans 01-03: ETT + ETO: végétation de 10 mm sur la petite valve mitrale (P2), petite perforation associée avec fuite modérée 02-03: scanner thoraco-abdomino-pelvien

7 02-03: scanner thoraco-abdominopelvien

8 Madame M. P, 48 ans 02-03: scanner thoraco-abdomino-pelvien Infarctus du pôle inférieur du rein droit Micronodules pulmonaires multiples d allure infectieuse Germe: non identifié 01-03: CRP: 90; créatinine: 42; DFG: 117 Antibiothérapie: amoxicilline - gentamicine - vancomycine RCP du Hémocultures 02-03, 04-03: Candida albicans Stop antibiothérapie actuelle Ambisome 3 mg/kg + Ancotil 100 à 200 mg/kg/j 05-03: marbrures et œdème du bras droit (mésusage du Subutex ) 05-03: écho-doppler du membre supérieur droit: anévrysme artériel sur l artère brachiale au pli du coude droit: séquelle des auto-injections ou anévrysme mycotique récent? 11-03: scanner thoraco-abdomino-pelvien à la recherche d autres anévrysmes: anévrysme brachial droit; pas d autre anévrysme

9 Madame M. P, 48 ans 09-03: douleurs et hyposensibilité de l hémiface gauche 09-03: IRM cérébrale

10 09-03: IRM cérébrale

11 09-03: IRM cérébrale

12 09-03: IRM cérébrale

13 Madame M. P, 48 ans 09-03: IRM cérébrale Extension de la lésion ischémique récente sylvienne gauche avec apparition d un hématome intraparenchymateux à ce niveau associé à une petite hémorragie méningée Forte suspicion de pseudo-anévrysme sylvien superficiel gauche au contact de l hématome Pas de signe d engagement Par ailleurs, aspect compatible avec des micro-abcès 10-03: artériographie

14 10-03: artériographie Madame M. P, 48 ans

15 Madame M. P, 48 ans 10-03: artériographie: à gauche, anévrysmes mycotiques à l origine de l artère pariétale antérieure distal au niveau de l artère pariétale supérieure 12-03: embolisation

16 12-03: embolisation

17 Madame M. P, 48 ans 12-03: embolisation Embolisation de l anévrysme mycotique sur la branche préfrontale de division de l artère sylvienne gauche Exclusion complète de l anévrysme Pas de sacrifice de l artère porteuse parce qu il n y a pas de suppléance efficace Pas d aggravation neurologique au décours 14-03: paresthésies du membre supérieur gauche 14-03: IRM cérébrale

18 14-03: IRM cérébrale

19 14-03: IRM cérébrale

20 14-03: IRM cérébrale

21 14-03: IRM cérébrale

22 Madame M. P, 48 ans 14-03: IRM cérébrale: apparition d une petite lésion ischémique temporale postéro-externe gauche 15-03: ischémie aiguë du membre supérieur droit sur thrombus en aval de l anévrysme de l artère humérale 15-03: angioscanner Occlusion sur 3-4 cm de l artère humérale basse Artères ulnaire et radiale perméables 16-03: intervention chirurgicale en urgence Thrombectomie dans l artère humérale basse Dilatation d une zone sténosée à la jonction huméro-radiale Examen bactériologique de la thrombectomie: Candida Avis neuro : contre-indication à toute anticoagulation

23 Madame M. P, 48 ans Bonne évolution clinique et biologique Apyrétique; nette amélioration de l état physique Pas de nouvelle symptomatologie neurologique CRP: 06-03: 200; 23-03: 12 Fonction rénale N (DFG 107) Bilan hépatique normal 20-03: artériographie de contrôle

24 20-03: artériographie de contrôle Madame M. P, 48 ans

25 Madame M. P, 48 ans 20-03: artériographie de contrôle Repousse anévrysmale au collet de l anévrysme mycotique embolisé Progression du faux anévrysme parasagittal gauche 26-03: embolisation

26 26-03: embolisation Madame M. P, 48 ans

27 Madame M. P, 48 ans 26-03: embolisation Exclusion complète par embolisation à la colle biologique de l anévrysme mycotique distal du territoire cérébral antérieur gauche Suppléance lepto-méningée du territoire artériel en distalité Progression de l anévrysme sylvien proximal gauche embolisé le 12-03

28 Madame M. P, 48 ans 31-03: écho-doppler de l aorte abdominale et des membres inférieurs: pas d anévrysme 03-04: embolisation 03-04: embolisation Occlusion complète de l anévrysme mycotique sylvien gauche par coiling simple Sténose pré-occlusive de l artère pariétale juste en amont de l anévrysme, probablement par évolution de l artérite

29 Madame M. P, 48 ans Au 14/04 : 08-04: Contrôle ETO: EI mitrale avec IM 2+ dont l aspect évoque une perforation et image vibratile de végétation de 8 mm, VG discrètement dilaté, de fonction systolique normale et de cinétique homogène Pas de symptômes ni signes d IC AMBISOME 3 mg/kg/j + ANCOTIL 8 G/24H depuis le 04/03/2015 Pas d insuffisance rénale ni hypokaliémie, BH subnormal (élévation isolée GammaGT 2N) Négativation des hémocultures le 06/03 Bonne évolution du SIB : CRP 200 le 06/03 à 9 le 13/04 Consultation stomato : Extraction dent le 16/ : artériographie de contrôle à 6 mois: occlusion, qui paraît complète, des deux anévrysmes

30

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

Déficit neurologique récent. Dr N. Landragin CCA Neuro

Déficit neurologique récent. Dr N. Landragin CCA Neuro Déficit neurologique récent Dr N. Landragin CCA Neuro Question vague: couvre toute la neurologie... ou presque... comprendre une démarche diagnostique en neurologie...? Cas clinique n 1 Mlle M, 21 ans,

Plus en détail

Les fistules artério-veineuses sont des communications directes entre une artère et une veine, crées par le chirurgien pour permettre d alimenter un

Les fistules artério-veineuses sont des communications directes entre une artère et une veine, crées par le chirurgien pour permettre d alimenter un 1 2 Les fistules artério-veineuses sont des communications directes entre une artère et une veine, crées par le chirurgien pour permettre d alimenter un circuit sanguin extra-corporel, le plus souvent

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard Aline Fallet IDE Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard L évoca'on d une méningite se fait sur les signes cliniques suivants Céphalées 87% Nausées 74% Raideur de nuque 83% Température

Plus en détail

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Céphalées vues aux Urgences Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Deux Objectifs aux Urgences Identifier les céphalées à risque vital Optimiser le traitement des céphalées

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

Angio-IRM. Vue d ensemble des troncs supra-aortiques et des artères cérébrales

Angio-IRM. Vue d ensemble des troncs supra-aortiques et des artères cérébrales Artère cérébrale antérieure Artère cérébrale moyenne Tronc basilaire Carotide interne Carotide externe Artère vertébrale Bifurcation carotidienne Carotide commune Artère sous-clavière Tronc brachio-céphalique

Plus en détail

L'endocardite bactérienne (80) Professeur Gérald VANZETTO, Professeur Jean-Paul BRION Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005)

L'endocardite bactérienne (80) Professeur Gérald VANZETTO, Professeur Jean-Paul BRION Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) L'endocardite bactérienne (80) Professeur Gérald VANZETTO, Professeur Jean-Paul BRION Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Pré-Requis : Anatomie et physiologie Sémiologie clinique Sémiologie paraclinique

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

ABCES ET EMPYEMES INTRACRANIENS

ABCES ET EMPYEMES INTRACRANIENS ABCES ET EMPYEMES INTRACRANIENS Définition Abcès du cerveau : collection suppurée développée au sein du parenchyme cérébral Empyème intracrânien : collection suppurée développée dans l espace sous-dural

Plus en détail

Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire

Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire Collège des Enseignants de Médecine vasculaire et Chirurgie vasculaire Date de création du document 2010-2011 Table des matières

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

A.Khelifi(1), A.Beyrem ( 1), A.Arous(1), K.Bourguiba(1), I.Ellouze(1), A.Cherif(2) S.Azzabi(2), N.Khalfallah(2), I.Naccache(1), N.

A.Khelifi(1), A.Beyrem ( 1), A.Arous(1), K.Bourguiba(1), I.Ellouze(1), A.Cherif(2) S.Azzabi(2), N.Khalfallah(2), I.Naccache(1), N. A.Khelifi(1), A.Beyrem ( 1), A.Arous(1), K.Bourguiba(1), I.Ellouze(1), A.Cherif(2) S.Azzabi(2), N.Khalfallah(2), I.Naccache(1), N.Mnif (1) (1), Service d imagerie médicale, hôpital Charles Nicolle, Tunis.

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Tronc Artériel Commun

Tronc Artériel Commun Tronc Artériel Commun Cardiopathie congénitale conotroncale. 1.4% des cardiopathie congénitales. (1/10000) CIV Diagnostic anténatal Souvent associé à un 22q11. Anomalies associées Définition EMBRYOLOGIE

Plus en détail

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux -

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux - RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral - Aspects médicaux - Synthèse des recommandations SEPTEMBRE 2002 Service

Plus en détail

Prise en charge des aplasies fébriles

Prise en charge des aplasies fébriles Prise en charge des aplasies fébriles Moins de 500 PNN (ou susceptible de l être dans les 48 heures) Température sup. ou égale à 38 2 fois à au moins 1 heure d intervalle ou sup. ou égale à 38 5 une fois

Plus en détail

Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle

Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle pulmonaire Pr. Abid Abdelfatteh XXIème Journée Nationale de Médecine Interne 30 Octobre 2010- Monastir Introduction L HTAP est caractérisée par anormale

Plus en détail

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine L expertise en droit commun Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine Les règles de procédure Principe du contradictoire Principe de l imputabilité La mission, toute la mission, rien que la mission Place

Plus en détail

Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences

Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences 52 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2010 Sfar. Tous droits réservés. Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences F. Fays, P. Hausfater

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Infections liées aux accès vasculaires Atelier GERICCO avril 2012

Infections liées aux accès vasculaires Atelier GERICCO avril 2012 Infections liées aux accès vasculaires Atelier GERICCO avril 2012 Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes 1 1- Epidémiologie 2 Question-Discussion Le risque infectieux lié

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

Un patient, né le 25 avril 1923, est adressé aux urgences pour troubles neurologiques.

Un patient, né le 25 avril 1923, est adressé aux urgences pour troubles neurologiques. Un patient, né le 25 avril 1923, est adressé aux urgences pour troubles neurologiques. Le patient est ininterrogeable, son épouse née en 1928 rapporte les antécédents suivants : sur le plan médical : des

Plus en détail

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Rappel anatomique Moelle épinière Racines C5-T1 Tronc primaire supérieur (C5-C6), intermédiaire (C7), & inférieur (C8-T1) Tronc secondaire antéro-externe (médianmusculo-cutané),

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

Endocardites. Le candida albicans est parfois mis en cause, retrouvé sur culture en milieu de Sabouraud.

Endocardites. Le candida albicans est parfois mis en cause, retrouvé sur culture en milieu de Sabouraud. ~ Échocardiographie - Doppler ~ 1 Échocardiographie - Doppler S. Lafitte, M. Lafitte, P. Réant, R. Roudaut C.H.U. de Bordeaux ~ Hôpital Cardiologique du Haut Lévêque Pessac ~ France Endocardites Sommaire

Plus en détail

PATHOLOGIE VASCULAIRE EN MEDECINE DU SPORT. Dr Y. DEMARAIS INSEP - PARIS

PATHOLOGIE VASCULAIRE EN MEDECINE DU SPORT. Dr Y. DEMARAIS INSEP - PARIS PATHOLOGIE VASCULAIRE EN MEDECINE DU SPORT Dr Y. DEMARAIS INSEP - PARIS Des pathologies aux confins de différentes spécialités Pathologies veineuses Pathologies artérielles Syndromes des loges PATHOLOGIES

Plus en détail

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR Dr A. PULCINI CHU NICE ANESTHESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR 1 - RAPPELS 2 - PRINCIPES GENERAUX 3 - BLOCS DU MEMBRE SUPERIEUR 4 - BLOCS

Plus en détail

TOMODENSITOMETRIE sémiologie. JY Gauvrit

TOMODENSITOMETRIE sémiologie. JY Gauvrit TOMODENSITOMETRIE sémiologie JY Gauvrit Neuroradiologie - Neuroimagerie Modalités : - Radiographie standard - Echographie - Artériographie - Tomodensitométrie (Scanner) - Imagerie par Résonance Magnétique

Plus en détail

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux TA cible < 140/90 mmhg (grade A) Prévenir la variabilité tensionnelle

Plus en détail

Evaluation du dispositif de thrombectomie REVIVE SE dans le traitement des accidents vasculaires cérébraux en phase aigüe. Etude observationnelle,

Evaluation du dispositif de thrombectomie REVIVE SE dans le traitement des accidents vasculaires cérébraux en phase aigüe. Etude observationnelle, Evaluation du dispositif de thrombectomie REVIVE SE dans le traitement des accidents vasculaires cérébraux en phase aigüe. Etude observationnelle, multicentrique et prospective Re-Act 1 Consultant: Codman

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

Problèmes médico-légaux liés aux liposuccions Pr Ag Mohamed ALLOUCHE Dr Maha SHIMI Pr Moncef HAMDOUN

Problèmes médico-légaux liés aux liposuccions Pr Ag Mohamed ALLOUCHE Dr Maha SHIMI Pr Moncef HAMDOUN Problèmes médico-légaux liés aux liposuccions Pr Ag Mohamed ALLOUCHE Dr Maha SHIMI Pr Moncef HAMDOUN Service de Médecine Légale-HCN 1 Chirurgie esthétique Spécialité à haut risque médico-légal 3 ème spécialité

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

Infections sur matériel d assistance circulatoire

Infections sur matériel d assistance circulatoire Symposium Novartis Pharma «De battre mon cœur s est infecté!» 14 JNI - 12 juin 2013 Clermont Ferrand Infections sur matériel d assistance circulatoire Dr Philippe GAUDARD DAR Arnaud de Villeneuve Pôle

Plus en détail

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs A) Définition. Un anévrisme artériel est une dilatation focale et permanente de l artère avec une

Plus en détail

Imagerie vasculaire: apport des nouvelles techniques dans le bilan

Imagerie vasculaire: apport des nouvelles techniques dans le bilan Imagerie vasculaire: apport des nouvelles techniques dans le bilan Dr Lacroix V- Pr Hammer F Service de Chirurgie Vasculaire Service de Radiologie Interventionnelle 8 mai 2010 Journée ECU-UCL Sténoses

Plus en détail

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE Service de Radiologie de l hôpital l Habib Thameur, Tunis. Tunisie INTRODUCTION Les kystes hydatiques abdominaux extrahépatiques: : rares

Plus en détail

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique Dr P. ASSOUAKON SAMU EPU les jeudis du samu 27 Mai 2004 1 PLAN Introduction Généralités Régulation et prise en charge SMUR Prise en charge

Plus en détail

Rapport d évaluation

Rapport d évaluation SAISINE DISPOSITIFS MEDICAUX ÉVALUATION DES ENDOPROTHÈSES UTILISÉES DANS L ANGIOPLASTIE DES STÉNOSES ATHÉROMATEUSES INTRACRÂNIENNES Rapport d évaluation Janvier 2013 L argumentaire scientifique de cette

Plus en détail

Mécanismes des plaies du pied diabétique. Agnès Hartemann-Heurtier Hal Pitié-Salpêtrière Paris

Mécanismes des plaies du pied diabétique. Agnès Hartemann-Heurtier Hal Pitié-Salpêtrière Paris Mécanismes des plaies du pied diabétique Agnès Hartemann-Heurtier Hal Pitié-Salpêtrière Paris Différents types de plaies chroniques du pied diabétique Le diabète favorise l infection? Les plaies c est

Plus en détail

Table ronde éthique. Cas clinique Dr Sophie Perrin Besson Dr Isabelle Favre

Table ronde éthique. Cas clinique Dr Sophie Perrin Besson Dr Isabelle Favre Table ronde éthique Cas clinique Dr Sophie Perrin Besson Dr Isabelle Favre 1 Madame J.96 ans née en 1918 Arrivée au service des urgences le 1 er juillet à 14h26 pour «état d agitation», adressée par son

Plus en détail

Les céphalées aux urgences. G Demarquay Hôpital Croix-Rousse Service Neurologie

Les céphalées aux urgences. G Demarquay Hôpital Croix-Rousse Service Neurologie Les céphalées aux urgences G Demarquay Hôpital Croix-Rousse Service Neurologie Céphalées et urgences Pathologie très fréquente dans la population générale ; 5 ième motif de consultation aux urgences (Minen

Plus en détail

ÉTAPES PRÉEXÉCUTOIRES. Désinfecter le sthétoscope avec un tampon d alcool

ÉTAPES PRÉEXÉCUTOIRES. Désinfecter le sthétoscope avec un tampon d alcool SIGNES VITAUX INTRODUCTION Les signes vitaux sont la température, le pouls, la respiration et la pression artérielle. Ils sont des indicateurs de la santé du client. La mesure des signes vitaux constitue

Plus en détail

Cas clinique Jeanne. Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble)

Cas clinique Jeanne. Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble) Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble) Jeanne 23 ans, étudiante, fumeuse, appendicectomisée Tableau de TFI depuis 3 ans Mais : amaigrissement de 5 kgs en 3 mois état subfébril le soir 6 selles liquides

Plus en détail

Le système vasculaire

Le système vasculaire 1 I LES VAISSEAUX DU COEUR ARTERES CORONAIRES : elles sillonnent dans le sillon coronaire, elles donnent naissance à des branches qui pénètrent dans le cœur et chacune des artères irrigue un territoire

Plus en détail

Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu. Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006

Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu. Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006 Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006 La marche Elément sémiologique essentiel de l examen neurologique +++ et de l appareil locomoteur 60 %

Plus en détail

LITHIASE URINAIRE USAGER PRÉSENTANT UNE LITHIASE URINAIRE OC-091. Uroscan. Rx abdominal

LITHIASE URINAIRE USAGER PRÉSENTANT UNE LITHIASE URINAIRE OC-091. Uroscan. Rx abdominal USAGER PRÉSENTANT UNE LITHIASE URINAIRE OC-091 Catégorie de personnes visées : usager pour lequel un diagnostic clinique de lithiase urinaire a été évoqué par son médecin traitant Indication : répondre

Plus en détail

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS Céphalées 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée EPU DENAIN -14 novembre 2006 Dr Kubat-Majid14 novembre 2006 Dr KUBAT-MAJID Céphalées 1 Mise au point sur la migraine

Plus en détail

Syndrome du canal carpien Pr. Philippe PELISSIER

Syndrome du canal carpien Pr. Philippe PELISSIER Syndrome du canal carpien Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Anatomie Clinique Traitement Etiologies Récidive Anatomie Clinique

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Christine Pietrement 28 mai 2009 Particularités des infections urinaires de l enfant Grande fréquence : < 3mois + fièvre : IU 13% filles, IU 19% garçon

Plus en détail

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques T Smayra, L Menassa-Moussa, S Slaba, M Ghossain, N Aoun Hôtel-Dieu de France, Université

Plus en détail

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004 11/02/10 Structures sensibles du crâne neurogénétique Cheveux Cuir chevelu Tissu sous cutané Périoste Os Dure mère Méninges molles Cerveau vaisseaux MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

VIGILANCE AVANT, APRES UNE RECHERCHE CLINIQUE

VIGILANCE AVANT, APRES UNE RECHERCHE CLINIQUE VIGILANCE AVANT, PENDANT, APRES UNE RECHERCHE CLINIQUE P.OLIVIER DIU FARC 2012-2013 AVANTLE DEBUT DE LA RECHERCHE P.OLIVIER DIU FARC 2012-2013 ARC Promoteur + Responsable Vigilance (1) Aide rédactionnelle

Plus en détail

Thrombectomie veineuse avec stent

Thrombectomie veineuse avec stent Prise en charge des TVP fémoro-iliaques Thrombectomie veineuse avec stent O HARTUNG Sce de Chirurgie Vasculaire, CHU Nord, Marseille Complications des TVP Aigue Extension Embolie pulmonaire Récidive Syndrome

Plus en détail

Les dissections des artères cervicocéphaliques représentent environ 20 %

Les dissections des artères cervicocéphaliques représentent environ 20 % REVUES GENERALES Neurologie G. MELIKSETYAN, H. HOSSEINI Service de Neurologie, Unité des Soins Intensifs Neurovasculaires, CHU Henri Mondor, CRETEIL. Manipulations cervicales et risque de dissection vertébrale

Plus en détail

ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES

ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES Cyril Dargazanli Pr Vincent Costalat Dr Valérie Rigau M2 «Vaisseaux-Hémostase» Contexte Infarctus cérébral = problème majeur

Plus en détail

La maladie de Takayasu

La maladie de Takayasu La maladie Le diagnostic Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer sur la maladie de Takayasu. Elle ne se substitue

Plus en détail

Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations)

Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations) Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations) Date de création du document 2011-2012 CAS CLINIQUE Scénario : Vous voyez en consultation un patient de 71 ans en bon état général qui se plaint de dyspnée

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

DESCRIPTION MORPHOLOGIQUE ET FONCTIONNELLE DE L AORTE SAINE PAR IMAGERIE DE FLUX (CFD)

DESCRIPTION MORPHOLOGIQUE ET FONCTIONNELLE DE L AORTE SAINE PAR IMAGERIE DE FLUX (CFD) DESCRIPTION MORPHOLOGIQUE ET FONCTIONNELLE DE L AORTE SAINE PAR IMAGERIE DE FLUX (CFD) Phuong Thao NGHIEM, Ramiro MORENO, Marylou PARA, Minh Hoang TRAN, Hervé ROUSSEAU Institut des Maladies Métaboliques

Plus en détail

Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS

Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS 2013 1 Cas clinique : Item 127, 212, 304 Scénario : UMVF - Université Médicale Virtuelle Francophone Vous êtes praticien hospitalier ophtalmologiste dans un

Plus en détail

Les maladies vasculaires cérébrales

Les maladies vasculaires cérébrales Les maladies vasculaires cérébrales Zlokovic et Apuzzo. Neurosurgery 1998; 43(4): 877-78 cité sur http://www.ohsu.edu/bbb/forprof_program.html Centre Mont-Royal, 5 juin 2014 Dr Yan Deschaintre Présentateur

Plus en détail

Prise en charge rééducative des patients hémiplégiques. Florie LARGEAU Kiné CHU Bicêtre Année 2012

Prise en charge rééducative des patients hémiplégiques. Florie LARGEAU Kiné CHU Bicêtre Année 2012 Prise en charge rééducative des patients hémiplégiques Florie LARGEAU Kiné CHU Bicêtre Année 2012 Pourquoi vous sensibilisez Futurs professionnels de la santé AVC : la cause la + fréquente de l hémiplégie.

Plus en détail

L es progrès des implants endovasculaires et des microcathéters

L es progrès des implants endovasculaires et des microcathéters Les complications de l embolisation en neuroradiologie interventionnelle The complications of neuroradiological embolizations E. Houdart* P O I N T S F O R T S P O I N T S F O R T S Les complications de

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel?

Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Infections sur pace-maker / défibrillateurs implantables: peut-on traiter en gardant le matériel? Prof. Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou, CHU Rennes, France

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

CHIRURGIE VALVULAIRE ET SURVEILLANCE DES PORTEURS DE VALVES

CHIRURGIE VALVULAIRE ET SURVEILLANCE DES PORTEURS DE VALVES 1 CHIRURGIE VALVULAIRE ET SURVEILLANCE DES PORTEURS DE VALVES I) INTRODUCTION La chirurgie valvulaire consiste à remplacer (prothèse) ou à réparer (plastie) une valve cardiaque endommagée par un processus

Plus en détail

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales?

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? M.BOUZIDI,M.BENMAMAR,N.MORO, Y.BACHAOUI,L.BOUZIANE M.N.BOUAYED E.H.U.Oran 2015 Causes de l HTA réno-vasculaire et de certaines IRC Les Sténoses athéromateuses:70%

Plus en détail

Immersion en Communauté 2009 Les AVC REMERCIEMENTS

Immersion en Communauté 2009 Les AVC REMERCIEMENTS Immersion en Communauté 2009 Les AVC REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier nos deux tuteurs pour leur soutien et leurs conseils tout au long de ce travail. Nous remercions également toutes les personnes

Plus en détail

Prof Yves Humblet 22 mai 2014

Prof Yves Humblet 22 mai 2014 Prof Yves Humblet 22 mai 2014 Mr DemS, 56 ans, atteint de cancer de prostate Admis aux urgences pour fièvre à 38 3 au J8 post chimiothérapie Pas de comorbidité, bon EG, pas de frisson, toux grasse Pas

Plus en détail

LE COUDE PATHOLOGIE NERVEUSE

LE COUDE PATHOLOGIE NERVEUSE LE COUDE PATHOLOGIE NERVEUSE DIU de Pathologie Locomotrice liée à la Pratique du Sport Sophie GROSCLAUDE Clinique du Parc LYON Jérôme Garret-Christophe Lévigne PATHOLOGIE MICROTRAUMATIQUE SPORT Compression

Plus en détail

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY A quoi sert l imagerie conventionnelle dans le diagnostic

Plus en détail

Neurologie. E.Lindenmeyer (1), J.Bernard Reymond(1), R.Padovani (2), F.Billé (2), B.Lalanne (3) COPACAMU Jeudi 26 Mars 2009

Neurologie. E.Lindenmeyer (1), J.Bernard Reymond(1), R.Padovani (2), F.Billé (2), B.Lalanne (3) COPACAMU Jeudi 26 Mars 2009 Neurologie cas cliniques E.Lindenmeyer (1), J.Bernard Reymond(1), R.Padovani (2), F.Billé (2), B.Lalanne (3) (1) Service des urgences Hôpital Saint Joseph Marseille (2) Service de neurologie Hôpital Saint

Plus en détail

Sténose artérielle rénale

Sténose artérielle rénale Sténose artérielle rénale Revascularisation ou traitement medical? Alexandre Persu,, M.D.-Ph Ph.D. Néhrologie-Hyertension Cliniques Universitaires Saint Luc (UCL) Bruxelles, Belgique 51 ans Antécédents

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin?

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant Sites métastatiques m inhabituels chez l'enfant S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de redio-pédiatrie, diatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, RABAT, MAROC Introduction Les cancers de l enfant l sont des

Plus en détail

Les maladies valvulaires

Les maladies valvulaires CENTRE CARDIO-THORACIQUE DE MONACO information du patient Les maladies valvulaires Maladies, diagnostic et traitements 1 Les maladies valvulaires ou valvulopathies Elles désignent l ensemble des maladies

Plus en détail

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude REPRODUCTIBILITE INTEROBSERVATEUR DU TEST «NIHSS» (National Institutes of Heath Stroke Scale) RÉALISÉ PAR VIDÉOCONFÉRENCE : EXPÉRIENCE DU RÉSEAU DES URGENCES NEUROLOGIQUES (RUN) BERTHIER E, CHRISTIANO

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE DROITE Dr Dassier HEGP

INSUFFISANCE CARDIAQUE DROITE Dr Dassier HEGP INSUFFISANCE CARDIAQUE DROITE Dr Dassier HEGP I Définition L'insuffisance cardiaque droite (IVD) se traduit par une augmentation des pressions de remplissage télédiastolique du ventricule droit (VD). Le

Plus en détail

LE SYNDROME MENINGE PLAN

LE SYNDROME MENINGE PLAN LE SYNDROME MENINGE Dr BENMEKHBI 2015/2016 PLAN I. Introduction II. Définition III. Rappel anatomique IV. Physiologie VI. Physiopathologie V. Diagnostic positif 1. En fonction de la clinique 2. En fonction

Plus en détail

Se préparer à une angiographie artérielle

Se préparer à une angiographie artérielle Se préparer à une angiographie artérielle Table des matières Sujet Page Qu est-ce que l athérosclérose?... 1 Durcissement graduel des artères (athérosclérose)... 2 Pourquoi dois-je subir une angiographie

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Le Centre hospitalier de Valence se classe parmi les meilleurs hôpitaux et cliniques de France selon le Palmarès 2014 du Point. Infarctus du myocarde = 20ème/635 hôpitaux AVC = 28ème/788

Plus en détail

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Mr A.A. âgé de 55ans. Facteurs de risque: Diabétique depuis 5ans. Antécédents: aucun. Fumeur 15paquets/année.

Plus en détail

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS DEFINITION FORMATION D UN THROMBUS DANS UNE VEINE DISTALE OU PROXIMALE (FEMORO-POPLITEE OU PELVIENNE) DONT LE RISQUE IMMEDIAT EST

Plus en détail

VISITE MEDICALE DE NON CONTRE INDICATIONS A LA PRATIQUE DU RUGBY (VMNCI)

VISITE MEDICALE DE NON CONTRE INDICATIONS A LA PRATIQUE DU RUGBY (VMNCI) VISITE MEDICALE DE NON CONTRE INDICATIONS A LA PRATIQUE DU RUGBY (VMNCI) AIDE A LA CONSULTATION Aide à VMNCI (Mise à jour au 12/02/2014 ) (annule et remplace «Présentation au 08/11/2012») Examen clinique

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Définitions. MALADIES GRAVES Protection de base Protection de luxe. PROTECTION MULTIPLE pour enfant

Définitions. MALADIES GRAVES Protection de base Protection de luxe. PROTECTION MULTIPLE pour enfant Définitions MALADIES GRAVES Protection de base Protection de luxe PROTECTION MULTIPLE pour enfant Voici les définitions des maladies graves et non critiques que vous pouvez retrouver dans les garanties

Plus en détail

Comment évaluer. la fonction contractile?

Comment évaluer. la fonction contractile? Comment évaluer la fonction contractile? Pr Xavier MONNET Service de réanimation médicale Hôpital de Bicêtre Assistance publique Hôpitaux de Paris Conflit d intérêt Pulsion Medical Systems CAP PiCCO Echocardiographie

Plus en détail

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Hôpitaux Universitaires de Genève ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Introduction (1) L IVG chirurgicale est

Plus en détail