PROGRAMME. 26 e. Congrès français de Rhumatologie DÉCEMBRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROGRAMME. 26 e. Congrès français de Rhumatologie 01 03 DÉCEMBRE"

Transcription

1 PROGRAMME DÉCEMBRE e Congrès français de Rhumatologie

2 Sommaire Comités... p.3 Plan du congrès... p.4 Synoptique... p.5 Remerciements aux partenaires... p.12 Réunions parallèles... p.13 Programme scientifique et Dimanche... p.15 Lundi... p.41 Mardi... p.73 Index des orateurs et modérateurs... p.109 Symposiums p.99 Dimanche ABBVIE P.100, Lundi MSD FRANCE P.101, PFIZER P.102, NORDIC PHARMA P.103, ABBVIE P.104, Mardi PFIZER P.105, ROCHE CHUGAI P.106, BRISTOL MYERS SQUIBB P.107, AMGEN / GSK P.108 2

3 Comités PRÉSIDENT DU CONGRÈS : Erick Legrand VICE-PRÉSIDENTS DU CONGRÈS : Henri Lellouche, Thierry Schaeverbeke COMITÉ SCIENTIFIQUE : Bernard Bannwarth, Hervé Bard, Marie-Christophe Boissier, Pierre Bourgeois, Gérard Chalès, Xavier Chevalier, Pascal Claudepierre, Bernard Combe, Françoise Debiais, Valérie Devauchelle-Pensec, Bruno Fautrel, René-Marc Flipo, Jacques-Eric Gottenberg, Pascal Guggenbuhl, Sandrine Jousse-Joulin, Françoise Laroche, Michel Laroche, François Rannou, Martin Soubrier COMITÉ DE FORMATION MÉDICALE CONTINUE ET PÉDAGOGIQUE : Guy Baudens, Armand Bejbaum, Maurizio Carteni, Pierre Cayla, Bernard Demblans-Dechans, Violaine Foltz, Thomas Funck-Brentano, Laurent Grange, Christophe Hudry, Emmanuel Maheu, Bernard Maillet, Edouard Pertuiset, Patrick Sichère, Valérie Vedere COMITÉ D ÉVALUATION PÉDAGOGIQUE : Gérard Chalès CONFÉRENCES D ACTUALITÉS : Erick Legrand, Henri Lellouche, Thierry Schaeverbeke COLLOQUE DE RECHERCHE : Pascal Richette, Thierry Schaeverbeke COMITÉ D ORGANISATION : Sylvie Egger, René-Marc Flipo, Catherine Reillat, Daniel Wendling 3

4 Plan du congrès Niveau A Salles de conférences Apollinaire Ampère Apollinaire 9 Apollinaire 1 Niv. B Ampère 7 Ampère 8 Hall des Ambassadeurs Apollinaire 8 Apollinaire 7 Apollinaire 2 Ampère 1 Ampère 6 Apollinaire 6 Apollinaire 4 Ampère 3 Ampère 5 Entrée CNIT Niveau B Salles de conférences Brillat-Savarin Brillat - Savarin 2 Brillat - Savarin 1 Brillat - Savarin 3 Niveau C Exposition Espace Pierre et Marie Curie WC Hall Boticelli Niv. C Pré-projection orateurs 4 Permanence technique congrès 1 Accueil Congressistes 3 Pôle Interview 2 Inscriptions sur place 4 France Rhumatismes Niveau D Salles de conférences Darwin Amphithéâtre GOETHE Amphithéâtre VINCI Amphithéâtre GOETHE 1 Posters Darwin 3 eposters Darwin 6 Foyer Darwin 1 Foyer Goethe Espace SFR Entrée Niv. D 2 Foyer Darwin 2 Hall Donatello 3 4 Foyer Léonard de Vinci WiFi Amphithéâtre VINCI Associations Vestiaire congressistes WC

5 Programme SYNOPTIQUE 5

6 Dimanche 1 er décembre 09h30/18h45 LÉONARD DE VINCI GOETHE BRILLAT SAVARIN 1 BRILLAT SAVARIN 2 BRILLAT SAVARIN 3 DARWIN 3 09h30 Conférence d actualités D. Chappard J. Sibilia J. Sellam 11h00 P min PAUSE 11h15 Plénière E. Legrand H. Lellouche T. Schaeverbeke 13h15 P min PAUSE 13h45 Symposium VISITE DES AFFICHES Satellite Arthrose, cartilage, arthropathies microcristallines - Autres maladies inflammatoires - Biothérapies, rhumatismes inflammatoires chroniques - ABBVIE Douleur - Épidémiologie - Imagerie et analyse d images - Pathologie musculo-tendino-ligamentaire Di.01 - Di h00 P.100 P min PAUSE 15h15 Mise au point Mise au point Dialogue Dialogue Mise au point Mise au point Quels patients Les bonnes et Conduite à tenir La goutte en 2013 : La pathologie des Information DPC traiter par de l acide mauvaises indications devant des signes quel traitement de fond poulies dans la main : A. Cantagrel hyaluronique dans la de la chirurgie du respiratoires au cours pour quel patient? apport de l imagerie T. Schaeverbeke gonarthrose? rachis après 70 ans de la polyarthrite T. Bardin V. Vuillemin JP. Sanchez E. Maheu HF. Parent rhumatoïde P. Dieudé 16h15 P.17 P.18 P.18 P.18 P.18 P min PAUSE 16h30 Mise au point Mise au point Quel marqueur Arthrose : quel biologique utiliser dans traitement? la spondyloarthrite? JP. Pelletier D. Wendling Mise au point Les difficultés diagnostiques au cours du rhumatisme psoriasique (y compris ACPA) J. Morel D. Jullien Mise au point Infiltrations et antiagrégants plaquettaires : que faire en pratique? B. Fautrel Session Scientifique Imagerie et analyse d images S. Jousse-Joulin D. Loeuille MA. d Agostino Mise au point Fièvre sous biothérapie : conduite à tenir en médecine libérale V. Goeb 17h30 P.20 P.21 P.21 P.21 P.22 P min PAUSE 17h45 Controverse Mise au point Mise au point Mise au point Mise au point Controverse Reste-t-il une place Quelle tendinopathie Ostéoporose chez Section spécialisée Intérêts et limites Diagnostic, évaluation pour les corticoïdes de l épaule infiltrer? l homme : IMAGERIE du TEP-scan en et prise en charge dans la PR? T. Thomas les actualités 2013 B. Combe E. Legrand L analgésie en rhumatologie des radiculalgies post-opératoire T. Schaeverbeke B. Bouvard rhumatologie D. Loeuille P. Bertin interventionnelle F. Rannou Y. Maugars Le futur en échographie ostéoarticulaire (3D, Cartilage, GPS...) B. Le Goff 18h45 P.24 P.24 P.25 P.25 P.25 P

7 Dimanche 1 er décembre 09h30/18h45 DARWIN 6 AMPÈRE 5 & 6 AMPÈRE 1 & 3 APOLL. 6 & 7 AMPÈRE 7 & 8 Exposition Posters Corner 09h30 PAUSE 11h00 15 min 11h15 PAUSE VISITE DES AFFICHES Arthrose, cartilage, arthropathies microcristallines - Autres maladies inflammatoires - Biothérapies, rhumatismes inflammatoires chroniques - Douleur - Épidémiologie - Imagerie et analyse d images - Pathologie musculo-tendino-ligamentaire Di.01 - Di.181 PAUSE Mise au point Session Section Scientifique spécialisée Pratiques SFR-OS - professionnelles Os et prothèse et éducation thérapeutique Mise au point CAT devant la découverte d une gammapathie monoclonale M. Soubrier Mise au point Les bénéfices et les risques du dénosumab au cours des ostéolyses tumorales P. Orcel D. Chappard P. Massin T. Thomas B. Moura S. Pouplin Mise au point Connaître, comprendre et savoir contacter les associations de patients G. Chalès Session Scientifique Pharmacologie et thérapeutiques B. Bannwarth P. Bertin P. Sichère 14h00-15h00 POSTERS COMMENTÉS P. Bourgeois 13h15 30 min 13h45 P.30 P.17 15h00 15 min P.19 P.19 P.19 P.20 P.20 16h15 PAUSE 15 min 16h30 Session Session Scientifique Scientifique Polyarthrite rhumatoïde B. Combe V. Devauchelle-Pensec C. Gaujoux-Viala Mise au point Section spécialisée Pédiatrie Lombalgie et troubles de la marche chez l enfant : que doit savoir le rhumatologue en 2013 B. Fenoll Mise au point Section spécialisée ETP Adhésion au traitement dans les rhumatismes inflammatoires et la goutte B. Allenet RM. Flipo F. Lioté Douleur et pathologie osseuse RM. Javier F. Laroche P. Vergne-Salle 15h15 Session Scientifique Os tumoral F. Debiais C. Marcelli MH. Vieillard P.22 P.23 P.23 P.23 P.24 PAUSE Session Session Session Scientifique Scientifique Scientifique Biothérapies, rhumatismes inflammatoires chroniques O. Brocq RM. Flipo O. Vittecoq Arthrose, cartilage, arthropathies microcristallines X. Chevalier HK. Ea P. Ornetti L. Punzi Mise au point CRI Aspects pratiques de prise en charge des patients sous biothérapies (non précisées) V. Goeb X. Mariette J. Sibilia T. Pham Autres maladies inflammatoires JE. Gottenberg C. Richez J. Sellam 17h30 15 min 17h45 P.26 P.27 P.28 P.28 P.29 18h45 7 7

8 08h30 LÉONARD DE VINCI GOETHE BRILLAT SAVARIN 1 BRILLAT SAVARIN 2 BRILLAT SAVARIN 3 DARWIN 3 Controverse Mise au point Mise au point Mise au point Mise au point Recommandations Ostéoporose Les relations Prise en charge d une Les 10 lésions Le tabac et les SFR post-ménopausique : inflammationossification dans la B. Haraoui rhumatologue doit d environnement B. Combe polyarthrite débutante cutanées que le autres facteurs D. Wendling faut-il traiter entre 50 et 60 ans? spondyloarthrite absolument reconnaître qui aggravent la C. Gaujoux-Viala C. Roux C. Miceli-Richard A. Constantin spondyloarthrite L. Gossec R. Chapurlat M. Beylot-Barry P. Claudepierre 09h30 P.42 P.42 P.42 P.42 P.42 P min PAUSE 09h45 VISITE DES AFFICHES Symposium Satellite MSD FRANCE Lundi 2 décembre Symposium Satellite PFIZER VISITE DES AFFICHES Os tumoral - Polyarthrite rhumatoïde - Spondylarthropathies Lu.01 - Lu h00 P.61 P.101 P.102 P min PAUSE 11h15 Plénière E. Legrand H. Lellouche D. Wendling 13h20 P min PAUSE 13h45 Symposium Symposium Satellite Satellite NORDIC PHARMA ABBVIE 15h00 P.103 P min PAUSE 15h15 Atelier Mise au point Dialogue Mise au point IRM de l épaule (les Qu est-ce qui fait Ostéoporose : Stress et immunité grandes images qu un antigène devient combien de temps pathologiques) un auto-antigène? traiter? L. Capuron A. Cotten T. Schaeverbeke T. Thomas Mise au point Comment et quand prescrire le Plaquenil en 2013 (les bonnes et les mauvaises indications) E. Hachulla 08h30/18h45 Mise au point Prise en charge de la scoliose chez l enfant JM. Vital 16h15 P.46 P.46 P.46 P.46 P.46 P min PAUSE 16h30 Mise au point Controverse Mise au point Mise au point Mise au point Mise au point Explorer l articulation Faut-il prescrire une Prendre en charge les Le traitement médical Maladie de Morton GREP sacro-iliaque : scanner IRM du genou après pathologies ostéoarticulaires et chirurgical de la et syndrome du 2 ème chez le névralgie cervico- rayon MM. Lefevre-Colau ou IRM? 50 ans? E. Legrand T. Conrozier patient VIH brachiale rebelle ou E. Noel H. Guerini E. Solau-Gervais A. Feydy N. Mehsen compliquée T. Schaeverbeke T. Faillot A. Zagala 8 17h30 P.49 P.50 P.50 P.50 P.50 P min PAUSE 17h45 Mise au point Mise au point Mise au point Controverse Mise au point Dialogue Rhumatisme Lombalgies RACHIS Le syndrome du Les fausses entorses CAT devant une inflammatoire chronique inflammatoires : canal carpien : de la cheville : ostéoporose de la en rémission : quand et jusqu où aller dans la Le MODIC est-il orthèse, infiltration, comment raisonner femme jeune entre 20 comment diminuer la quête du diagnostic infectieux? intervention? face à une douleur de et 40 ans pression thérapeutique? de spondyloarthrite Physiopathologie H. Lellouche l arrière-pied RM. Flipo axiale? Y. Henrotin E. Roulot L. Zabraniecki P. Guggenbuhl P. Goupille Clinique et imagerie F. Molinier G. Durand Traitement V. Martaille I. Griffoul-Espitalier 18h45 P.55 P.55 P.55 P.55 P.56 P.56 8

9 DARWIN 6 AMPÈRE 5 & 6 Lundi 2 décembre AMPÈRE 1 & 3 APOLL. 2 & 4 APOLL. 6 & 7 AMPÈRE 7 & 8 Exposition Posters Corner 08h30 Mise au point Mise au point Mise au point Mise au point Mise au point Place de la Prothèses de La rééducation Actualités sur la Réactions médecine manuelle cheville de l épaule maladie de Behçet cutanées aux en rhumatologie T. Judet douloureuse estelle efficace? B. Milpied P. Cacoub biothérapies libérale P. Cayla J. Beaudreuil P.43 P.43 P.43 P.43 P.44 PAUSE VISITE DES AFFICHES Os tumoral - Polyarthrite rhumatoïde - Spondylarthropathies Lu.01 - Lu.180 PAUSE 08h30/18h45 09h30 15 min 10h00-11h00 09h45 POSTERS COMMENTÉS M. Audran P.61 P.44 11h00 15 min 11h15 PAUSE 13h20 25 min 13h45 Mise au point Session Scientifique Sérologie d une hépatite virale Spondylarthropathies positive et prescription d une P. Claudepierre biothérapie D. Loeuille R. Lories V. Mallet D. Wendling T. Funck-Brentano Mise au point CEDR Actualités des douleurs de l appareil locomoteur en 2013 P. Bertin RM. Javier F. Laroche S. Perrot P. Vergne-Salle Recommandations SFR K. Briot B. Fautrel Session Scientifique Rhumatologie de l enfant et de l adolescent V. Devauchelle- Pensec M. de Bandt N. Hajjaj-Hassouni PAUSE Session Scientifique Épidémiologie B. Fautrel C. Lukas T. Pham Session Scientifique Os métabolique B. Cortet M. Laroche JM. Pouilles Atelier Pathologies de l avant-pied et appareillage P. Aboukrat P.47 P.47 P.48 P.49 P.48 P.49 PAUSE Session Session Session Session Scientifique Scientifique Scientifique Scientifique Arthrose, cartilage, arthropathies microcristallines X. Chevalier HK. Ea P. Ornetti L. Punzi Polyarthrite rhumatoïde V. Devauchelle- Pensec C. Gaujoux-Viala Biothérapies, rhumatismes inflammatoires chroniques O. Brocq RM. Flipo O. Vittecoq Rhumatologie du sujet âgé M. Soubrier E. Toussirot B. Verlhac Mise au point Club REM Les lymphocytes T régulateurs sont-ils la clef des mécanismes et du traitement de la polyarthrite rhumatoïde? B. Salomon N. Bessis P. Louis-Plence P.51 P.51 P.52 P.54 P.53 P.54 Session Scientifique Maladies rares P. Bourgeois RM. Javier C. Masson Session Scientifique Pathologie musculo-tendinoligamentaire H. Bard E. Noel MM. Lefevre-Colau PAUSE Session Scientifique Pratiques professionnelles et éducation thérapeutique G. Chalès S. Pouplin B. Moura Session Scientifique Immunologie et inflammation MC. Boissier C. Jorgensen J. Roudier Mise au point Section spécialisée ARTHROSE PRP que faut-il penser? P. Ornetti G. Nourissat 15h00 15 min 15h15 16h15 15 min 16h30 17h30 15 min 17h45 P.56 P.57 P.58 P.60 P.59 P.60 18h45 9 9

10 08h30 LÉONARD DE VINCI Mise au point Les fausses pseudopolyarthrites rhizoméliques A. Saraux GOETHE Mardi 3 décembre BRILLAT SAVARIN 1 BRILLAT SAVARIN 2 BRILLAT SAVARIN 3 SFR Mise au point Mise au point Promoteur de Conduite à tenir Les tendinopathies de Recherche et devant une scoliose l arrière-pied Cohorte dégénérative chez P. Mathieu l adulte V. Simon Cohorte ESPOIR M. Bonjean Denoyel Cohorte DESIR Cohorte KHOALA Mise au point Les difficultés diagnostiques au cours de la spondylarthrite féminine E. Pertuiset 08h30/17h00 DARWIN 3 Journée Registres Actualités de AIR-PR Actualités d ORA Actualités de REGATE JE Gottenberg J. Morel 09h30 P.74 P.74 P.74 P.74 P.75 P min PAUSE 09h45 Symposium Symposium VISITE DES Satellite AFFICHES VISITE DES AFFICHES Satellite VISITE DES AFFICHES PFIZER ROCHE CHUGAI 11h00 P.88 P.105 P.88 P.106 P min PAUSE 11h15 Plénière E. Legrand H. Lellouche T. Schaeverbeke D. Wendling 13h00 P min PAUSE 13h15-14h15 13h15 Colloque de recherche Symposium Symposium Cibler l IL-1 en Satellite Satellite rhumatologie : dans BRISTOL-MYERS quelles maladies et SQUIBB AMGEN / GSK pourquoi AKL. So I. Koné-Paut T. Schaeverbeke 14h30 P. Richette P.107 P.108 P min PAUSE 14h45 Atelier IRM du rachis cervicodorsal (Les grandes images pathologiques) V. Bousson Mise au point Peut-on prescrire une biothérapie chez un patient ayant un antécédent de cancer? A. Cantagrel Mise au point Reconnaître et traiter une chondrocalcinose P. Richette Mise au point Chute de cheveux au cours des traitements rhumatologiques : mythe ou réalité? J. Seneschal Mise au point Faut-il vraiment opérér l hallux valgus? G. Desportes Mise au point Les céphalées d origine cervicale JY. Maigne 15h45 P.79 P.79 P.80 P.80 P.80 P min PAUSE 16h00 Controverse Mise au point Mise au point Mise au point Mise au point Mise au point En dehors de Le conflit antérieur à la Algodystrophie ou CAT devant une Diagnostiquer une l ostéoporose, quand hanche syndrome douloureux polyarthrite d allure condensation osseuse Section Spécialisée Jeunes M. Laroche Comment écrire B. Cortet 2013 A. Perdriger un bon article P. Fardellone A. Bera Louville scientifique? doser la vitamine D et quand supplémenter? T. Boyer régional complexe : conduite à tenir en rhumatoïde après 75 ans non tumorale M. Dougados 17h00 P.84 P.84 P.84 P.84 P.85 P

11 Mardi 3 décembre 08h30/17h00 DARWIN 6 Mise au point Comment gérer les peurs et croyances des patients atteints de rhumatismes inflammatoires? L. Gossec AMPÈRE 5 & 6 AMPÈRE 1 & 3 APOLL. 2 & 4 APOLL. 6 & 7 AMPÈRE 7 & 8 Exposition Posters Corner 08h30 Mise au point Mise au point Mise au point Atelier Quelles nouveautés Les syndromes La maladie de Échographie de dans la technique IgG4 : vous en avez Gaucher l épaule et les indications de vu mais vous ne les la cimentoplastie raterez plus! N. Belmatoug B. Moura JD. Laredo E. Palazzo Atelier Microcristaux et liquide articulaire T. Bardin HK. Ea A. Molto J. Ora S. Ottaviani P. Richette P.75 P.75 P.75 P.76 P.76 P.76 PAUSE VISITE DES AFFICHES Immunologie et inflammation - Infections ostéo-articulaires - Maladies rares - Os métabolique - Pathologie rachidienne - Pharmacologie et thérapeutiques - Pratiques professionnelles et éducation thérapeutique - Rhumatologie de l enfant et de l adolescent - Rhumatologie du sujet âgé Ma.01 - Ma.184 PAUSE 10h00-11h00 POSTERS COMMENTÉS H. Lellouche 09h30 15 min 09h45 P.88 P.77 11h00 15 min 11h15 PAUSE 13h15-14h15 Atelier Échographie de la hanche F. Etchepare 13h00 15 min 13h15 Session Scientifique Autres maladies inflammatoires JE Gottenberg C. Richez J. Sellam Session Scientifique Polyarthrite rhumatoïde B. Combe V. Devauchelle- Pensec C. Gaujoux-Viala Session Scientifique Spondylarthropathies P. Claudepierre D. Loeuille R. Lories D. Wendling Session Scientifique Os métabolique B. Cortet M. Laroche JM. Pouilles P.79 14h30 PAUSE 15 min 14h45 Atelier Échographie de l épaule E. Hoppé Mise au point Quand et comment prescrire des exercices physiques au cours des rhumatismes inflammatoires chroniques? M. Guinot Atelier Microcristaux et liquide articulaire T. Bardin HK. Ea A. Molto J. Ora S. Ottaviani P.81 P.82 P.83 P.83 P.83 P.84 15h45 PAUSE 15 min 16h00 Session Session Scientifique Scientifique Infections ostéo-articulaires P. Guggenbuhl E. Legrand D. Mulleman Pathologie rachidienne J. Beaudreuil E. Coudeyre F. Rannou Mise au point GERIATRIE La pseudo-polyarthrite rhizomélique (PPR) à l aune de la polypathologie du sujet âgé : conséquences pratiques dans la démarche du clinicien B. Verlhac Atelier Échographie de la hanche P. Gaudin Atelier Microcristaux et liquide articulaire T. Bardin HK. Ea A. Molto J. Ora S. Ottaviani P. Richette P.85 P.86 P.86 P.87 P.87 P.87 17h

12 Remerciements PARTENAIRES ABBOTT PRODUCTS SAS ABBVIE ALEXION PHARMACEUTICALS AMGEN / GSK AOD ARTHREX ARTIALIS BIOCODEX BRISTOL-MYERS SQUIBB CEGEDIM LOGICIELS MEDICAUX CELGENE R&D CROMA EDITION ELSEVIER MASSON ESAOTE EXPRESSIONS SANTÉ-REVUE RHUMATOS GE HEALTHCARE LUNAR & ULTRASOUND GENZYME GIBAUD GNM HEALTHCARE HOSPIRA FRANCE IPSEN MENARINI JANSSEN JBH SANTÉ LABORATOIRES EXPANSCIENCE LABORATOIRES GENEVRIER LCA PHARMACEUTICAL LIBRAIRIE VERNAZOBRES GREGO LILLY FRANCE MAYOLY SPINDLER MEDTRONIC MSD FRANCE NORDIC PHARMA NOVARTIS PHARMA SA ORTHOSOFT PFIZER PIERRE FABRE MÉDICAMENT PIERRE FABRE SANTÉ ROCHE ROCHE CHUGAI ROTTAPHARM SANOIA / AIMSU SANTOR EDITION SAURAMPS MEDICAL SONOSCANNER STEPHANIX-HOLOGIC SWEDISH ORPHAN BIOVITRUM TRB CHEMEDICA UCB PHARMA YOPLAIT FRANCE 12

13 Lundi 2 décembre Réunions parallèles 7H30 8H00 AMPHITHÉÂTRE GOETHE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE LA 18H45 19H30 SALLE APOLLINAIRE 8 COMMISSION INTERNATIONALE + RÉUNION SOCIÉTÉS SAVANTES ÉTRANGÈRES Mardi 3 décembre 17H15 18H15 SALLE BRILLAT SAVARIN 3 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE SECTION SPÉCIALISÉE SFR-OS 17H15 18H15 SALLE DARWIN 3 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE GREP 17H15 18H15 SALLE DARWIN 6 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE SECTION SPÉCIALISÉE ETP 17H15 18H15 SALLE AMPÈRE 5 & 6 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE SECTION SPÉCIALISÉE ARTHROSE 17H15 18H15 SALLE AMPÈRE 1 & 3 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE RACHIS 17H15 18H15 SALLE APOLLINAIRE 2 & 4 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE SECTION SPÉCIALISÉE JEUNES 17H15 18H15 SALLE APOLLINAIRE 6 & 7 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE GÉRIATRIE 17H15 18H15 SALLE AMPÈRE 7 & 8 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE CRI 13

14 Prochains évènements de la Société Française de Rhumatologie 6 è Journée Nationale de la Section Education Thérapeutique 17 mars 2014 Journées Nationales de Rhumatologie - Fort-de-France 5 au 7 mai èmes Rencontres Nationales sur les Rhumatismes 5 au 6 décembre è Congrès Français de Rhumatologie 7 au 9 décembre 2014 Journée GESTO RHUMATO 24 janvier 2015 Journées Nationales de Rhumatologie - Nice 30 avril au 2 mai

15 DIMANCHE Programme Scientifique DIMANCHE 15

16 DIMANCHE Dimanche 1 er décembre 09h30/18h45 09h30 11h00 LÉONARD DE VINCI Conférence d'actualités Conférence d'actualités Modérateurs : E. Legrand (Angers), H. Lellouche (Herblay), T. Schaeverbeke (Bordeaux), D. Wendling (Besançon) 09:30 Discours du Président du Congrès E. Legrand (Angers) 09:35 Ostéocyte D. Chappard (Angers) 10:00 Polyarthrite rhumatoïde : nouvelles cibles thérapeutiques J. Sibilia (Strasbourg) 10:25 L'arthrose est-elle une maladie métabolique? J. Sellam (Paris) 10:50 Discours du Président de la SFR D. Wendling (Besançon) 16 11h15 13h15 LÉONARD DE VINCI Plénière Plénière Modérateurs : E. Legrand (Angers), H. Lellouche (Herblay), T. Schaeverbeke (Bordeaux) 11:15 Information DPC P. Orcel (Paris) 11:30 P.01 11:45 P.02 12:00 P.03 12:15 P.04 Stratégie thérapeutique chez les patients ayant une polyarthrite rhumatoïde et une réponse insuffisante aux anti-tnf : résultats de l essai clinique contrôlé multicentrique «Rotation ou Changement de biothérapie» (ROC) JE. Gottenberg, O. Brocq, A. Perdriger, S. Lassoued, JM. Berthelot, D. Wendling, L. Euller-Ziegler, M. Soubrier, C. Richez, B. Fautrel, A. Constantin, X. Mariette, P. Gaudin, M. Gilson, G. Cormier, JH. Salmon, S. Rist, F. Lioté, H. Marotte, P. Bertin, C. Marcelli, J. Sellam, O. Meyer, E. Solau-Gervais, S. Guis, JM. Ziza, D. Alcaix, I. Chary-Valckenaere, O. Vittecoq, T. Lequerré, A. Saraux, V. Devauchelle-Pensec, M. Gayraud, G. Bolla, P. Claudepierre, N. Afif, E. Dernis, M. Breban, O. Fain, JC. Balblanc, O. Aberkane, M. Vazel, C. Back, P. Ravaud, J. Sibilia, J. Morel (Strasbourg, Monaco, Rennes, Cahors, Nantes, Besançon, Nice, Clermont- Ferrand, Bordeaux, Paris, Toulouse, Le Kremlin-Bicêtre, Echirolles, La Roche-sur-Yon, Reims, Orléans, Saint-Étienne, Limoges, Caen, Poitiers, Marseille, Le Havre, Vandœuvre-lès-Nancy, Bois-Guillaume, Rouen, Brest, Cannes, Créteil, Mulhouse, Le Mans, Boulogne-Billancourt, Bondy, Belfort, Montpellier) Durée de traitement des spondylodiscites (DTS) à pyogène : essai randomisé multicentrique comparant 6 versus 12 semaines de traitement antibiotique L. Bernard, A. Dinh, I. Ghout, D. Simo, V. Zeller, B. Issartel, V. Le Moing, P. Lesprit, JP. Bru, A. Therby, D. Bouhour, E. Denes, A. Debard, C. Chirouze, M. Dupon, P. Aegerter, D. Mulleman, SG. Dts (Tours, Garches, Boulogne-Billancourt, Paris, Lyon, Montpellier, Créteil, Annecy, Versailles, Bourg-en-Bresse, Limoges, Toulouse, Besançon, Bordeaux) Douleur induite en rééducation ostéo-articulaire et facteurs associés à la kinésiophobie des patients : résultats d une étude nationale chez 700 patients en France : l étude ALTO S. Perrot, V. Rondeau, I. Chartier, R. Arnaud, JY. Milon, D. Pouchain (Paris, Bordeaux, Levallois-Perret, Rueil-Malmaison, Tours) Impact d'un programme dirigé par des infirmières sur la gestion des comorbidités dans la polyarthrite rhumatoïde (PR) : résultats d'une étude prospective, multicentrique, randomisée, contrôlée (COMEDRA) M. Soubrier, E. Perrodeau, L. Gossec, M. Gilson, A. Cantagrel, S. Pouplin, RM. Flipo, S. Guis, G. Mouterde, L. Euller Ziegler, T. Schaeverbeke, B. Fautrel, A. Saraux, I. Chary-Valckenaere, G. Chalès, E. Dernis, P. Richette, X. Mariette, F. Berenbaum, J. Sibilia, M. Dougados (Clermont-Ferrand, Paris, Echirolles, Toulouse, Rouen, Lille, Marseille, Montpellier, Nice, Bordeaux, Brest, Vandœuvre-lès-Nancy, Rennes, Le Mans, Le Kremlin-Bicêtre, Strasbourg) 12:30 Quoi de neuf - Polyarthrite rhumatoïde X. Mariette (Le Kremlin-Bicêtre) 13:00 Revue du Rhumatisme MC. Boissier (Bobigny)

17 Dimanche 1 er décembre 09h30/18h45 13h45 15h00 LÉONARD DE VINCI Symposium satellite ABBVIE Optimiser la prise en charge du patient atteint de polyarthrite rhumatoïde Programme p h00 15h00 EXPOSITION POSTERS CORNER Posters commentés 14:00 PC.01 14:10 PC.02 14:20 PC.03 14:30 PC.04 14:40 PC.05 14:50 PC.06 Posters commentés Modérateur : P. Bourgeois (Paris) Reproductibilité et courbe d apprentissage en échographie (mode B et doppler puissance) dans la polyarthrite rhumatoïde P. Ornetti, S. Rouanet, E. Contant, C. Fortunet, P. Gaudin (Dijon, Boulogne-Billancourt, Echirolles) Les critères de classification AECG 2002 et ACR 2012 pour le syndrome de Sjögren ne reconnaissent pas les mêmes patients D. Cornec, A. Saraux, B. Cochener, JO. Pers, S. Jousse-Joulin, Y. Renaudineau, T. Marhadour, V. Devauchelle-Pensec (Brest) TEP-scan au 18F-sodium fluoride dans les suspicions de spondylarthropathies ne validant pas les critères ASAS : résultats et incidences de l examen C. Darrieutort-Laffite, C. Ansquer, E. Soltner, B. Le Goff, Y. Maugars, JM. Berthelot (Nantes) Kit «Ateliers médicaments» : un projet associatif pour favoriser le bon usage des médicaments L. Carton, L. Grange, J. Giraud, DR. Bertholon, P. Claudepierre, L. Gossec, JN. Dachicourt (Paris, Créteil) Intérêt de la VFA dans l évaluation osseuse des patientes traitées par anti-aromatases pour un cancer du sein T. Bourrée, E. Hoppé, M. Royer, P. Soulié, D. Chappard, M. Audran, E. Legrand, B. Bouvard (Angers) Une «boîte à outils» des questionnaires utilisés en rhumatologie, avec leurs traductions et leurs caractéristiques, est librement disponible : une initiative EULAR L. Gossec, L. Carmona, F. Guillemin, R. Christensen, C. Briot, A. Consolaro, V. Foltz, C. Gonzalez, P. Machado, B. Prodinger, A. Ravelli, I. Castrejon (Paris, Zurich - SUISSE, Vandœuvre-lès-Nancy) DIMANCHE 15h15 16h15 LÉONARD DE VINCI Mise au point Quels patients traiter par de l'acide hyaluronique dans la gonarthrose? E. Maheu (Paris) Modérateur : V. Legré (Paris) Revoir les preuves d efficacité des injections intra-articulaires d acide hyaluronique (AH) dans la gonarthrose symptomatique Passer en revue les données disponibles permettant d identifier les facteurs pronostiques de bonne réponse thérapeutique aux injections d AH Y a-t-il un(des) profil(s) de candidat idéal pour le traitement par injections d AH? 17

18 DIMANCHE Dimanche 1 er décembre 09h30/18h45 15h15 16h15 GOETHE Mise au point Les bonnes et mauvaises indications de la chirurgie du rachis après 70 ans HF. Parent (Trélazé) Modérateur : R. Levasseur (Angers) Identifier les spécificités du rachis chez le patient de plus de 70 ans Sélectionner les bonnes indications de la chirurgie du rachis après 70 ans Identifier les risques et la morbidité de la chirurgie du rachis après 70 ans 15h15 16h15 BRILLAT SAVARIN 1 Dialogue Conduite à tenir devant des signes respiratoires au cours de la polyarthrite rhumatoïde P. Dieudé (Paris) Modérateur : B. Crestani (Paris) Il est essentiel de préciser la nature de l'atteinte pulmonaire chez les patients atteints de PR pour adapter les thérapeutiques Les atteintes iatrogènes sont fréquentes, de présentation variée et de diagnostic parfois difficile L'atteinte interstitielle pulmonaire est fréquente et évolutive 15h15 16h15 BRILLAT SAVARIN 2 Dialogue La goutte en 2013 : quel traitement de fond pour quel patient? T. Bardin (Paris) Modérateur : P. Richette (Paris) Les buts du traitement hypo-uricémiant chez le goutteux Les indications de ce traitement La mise en pratique du traitement hypo-uricémiant chez les divers types de goutteux 15h15 16h15 BRILLAT SAVARIN 3 Mise au point La pathologie des poulies dans la main : apport de l'imagerie V. Vuillemin (Paris) Modérateur : H. Bard (Paris) Connaître l'anatomie des rétinaculums et des poulies à la main et au poignet Illustrer les pathologies engendrées par les conflits tendon/rétinaculum Souligner l'apport de l'échographie au diagnostic et au traitement de ces pathologies 15h15 16h15 DARWIN 3 Mise au point Information DPC A. Cantagrel, JP. Sanchez, T. Schaeverbeke (Toulouse, Billère, Bordeaux) 18

19 Dimanche 1 er décembre 09h30/18h45 15h15 16h15 DARWIN 6 Mise au point CAT devant la découverte d'une gammapathie monoclonale M. Soubrier (Clermont-Ferrand) Modérateur : JP. Eschard (Reims) Quand demander un bilan devant la découverte d une immunoglobuline monoclonale? Quel bilan demander devant la découverte d une immunoglobuline monoclonale? Quelles sont les pathologies à évoquer devant la découverte d une immunoglobuline monoclonale? DIMANCHE 15h15 16h15 AMPÈRE 5 & 6 Mise au point Section spécialisée SFR-OS - Os et prothèse 15:15 Produit de dégradation D. Chappard (Angers) 15:35 Mécanismes physiopathologiques P. Massin (Paris) 15:55 Médicaments et ostéo-intégration T. Thomas (Saint-Étienne) 15h15 16h15 AMPÈRE 1 & 3 Scientifique 15:15 O.01 15:25 O.02 15:35 O.03 15:45 O.04 15:55 O.05 16:05 O.06 Pratiques professionnelles et éducation thérapeutique Modérateurs : B. Moura (Paris), S. Pouplin (Rouen) Diffusion et évaluation des recommandations de l'eular sur le rôle de l'infirmière dans la prise en charge des rhumatismes inflammatoires chroniques (RIC) F. Fayet, B. Buss, A. Moretti, M. Ndosi, S. Ryan, C. Savel, M. Scholte-Voshaar, J. de la Torre-Aboki, A. Van Tubergen, Y. Van Eijk-Hustings (Clermont-Ferrand, Berlin - ALLEMAGNE, Ancona - ITALIE, Leeds - GRANDE-BRETAGNE, Keele - GRANDE-BRETAGNE, Amersfoort - PAYS-BAS, Alicante - ESPAGNE, Maastricht - PAYS-BAS) Les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite et rhumatisme psoriasique utilisent des stratégies de coping similaires : une étude sur 671 patients AC. Rat, B. Fautrel, E. Flipon, L. Gossec, L. Marguerie, H. Nataf, B. Pallot Prades, RM. Poilvert, V. Royant, F. Sadji, C. Sordet, C. Thevenot, C. Beauvais (Vandœuvre-lès-Nancy, Paris, Berck, Mantesla-Jolie, Saint-Étienne, Chartres, Dreux, Strasbourg, Laon) Pourquoi les patients atteints de rhumatismes inflammatoires chroniques décident-ils d arrêter leur biothérapie? Évaluation de l adhésion des patients par auto-questionnaire AL. Betegnie, L. Grange, M. Roustit, M. Baudrant, P. Bedouch, A. Gauchet, B. Allenet (Grenoble, Echirolles) Comment évaluer les craintes et croyances des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde ou de spondylarthrite? Élaboration et validation d un auto-questionnaire L. Gossec, A. Saraux, P. Chauvin, C. Hudry, F. Mathoret-Philibert, M. Poussière, T. de Chalus, C. Dreuillet, F. Russo-Marie, JM. Joubert, A. Flinois, F. Berenbaum (Paris, Brest, Colombes, Neuilly, Montrouge) Évaluation de l'observance aux DMARDs conventionnels chez des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde (PR) et traités en association à une biothérapie : résultats d une enquête française JC. Balblanc, P. Dieudé, J. Antheaume, E. Desfleurs, C. Job-Deslandre (Belfort, Paris, Boulogne-Billancourt) Guide pratique du Web 2.0 en santé à l usage des patients internautes : le monde de l e-santé vu par le groupe Internet - section ETP de la SFR S. Chirol, I. Griffoul-Espitalier, N. Legoupil, S. Rollot, D. Oziel, AR. Le Quintrec, JM. Le Quintrec, JS. Giraudet (Paris, Tours) 19

20 DIMANCHE Dimanche 1 er décembre 09h30/18h45 15h15 16h15 APOLLINAIRE 6 & 7 Mise au point Connaître, comprendre et savoir contacter les associations de patients G. Chalès (Rennes) Modérateurs : L. Grange (Echirolles), G. Thibaud (Clermont l'hérault) Connaître les associations de patients : missions, publics, activités, financements... Comprendre le fonctionnement associatif (information, soutien, savoirs, collectif...) Savoir contacter une association de patient : le point de vue du patient et du médecin 15h15 16h15 AMPÈRE 7 & 8 Scientifique 15:15 O.07 15:25 O.08 15:35 O.09 15:45 O.10 15:55 O.11 16:05 O.12 Pharmacologie et thérapeutiques Modérateurs : B. Bannwarth (Bordeaux), P. Bertin (Limoges), P. Sichère (Paris) Suivi thérapeutique de l adalimumab : vers une concentration cible dans la polyarthrite rhumatoïde P. Fuzibet, E. Ducourau, D. Ternant, T. Lequerré, G. Paintaud, X. Le Loet, O. Vittecoq, P. Goupille, D. Mulleman (Tours, Rouen, Bois-Guillaume) Baricitinib, un inhibiteur oral des Janus kinases, dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde (PR) : efficacité et tolérance d une extension d étude à long terme en ouvert B. Augendre-Ferrante, PC. Taylor, M. Genovese, E. Keystone, DE. Schlichting, SD. Beattie, W. Macias (Neuilly, Oxford - GRANDE-BRETAGNE, Palo Alto - USA, Toronto - CANADA, Indianopolis - USA) Évaluation de l adhésion médicamenteuse chez des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde A. Beausir, C. Rousselière, P. Odou, B. Cortet, RM. Flipo (Lille) Cytochrome P450 et traitements des rhumatismes inflammatoires chroniques : quelles sont les interactions à connaître par le rhumatologue? A. Cayot, A. Arbault, A. Loctin, A. Disson-Dautriche, P. Ornetti (Dijon) Traitement du syndrome SAPHO par pamidronate intraveineux : étude rétrospective de 22 cas E. Delattre, X. Guillot, C. Prati, D. Wendling (Besançon) Traitement percutané du syndrome du canal carpien sous échographie : résultats d une étude pilote réalisée hors bloc opératoire B. Lecoq, N. Hanouz, R. Morello, JJ. Dutheil, PY. Jean-Jacques, S. Levesque, C. Hulet, C. Marcelli (Caen) 16h30 17h30 LÉONARD DE VINCI Mise au point Quel marqueur biologique utiliser dans la spondyloarthrite? D. Wendling (Besançon) Modérateur : E. Dernis (Le Mans) Connaître les intérêts et limites de la CRP Avoir une notion des autres marqueurs d'intérêt potentiel dans la maladie Savoir intégrer les résultats de ces marqueurs dans l'ensemble des éléments cliniques et paracliniques pour le diagnostic, le suivi, le pronostic et la décision thérapeutique de la maladie 20

26 ES RHUMATOLOGIE PRATIQUE CAP 15 JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 RENCONTRES DE. www.rhumatologie-pratique.com PARTICIPATION GRATUITE

26 ES RHUMATOLOGIE PRATIQUE CAP 15 JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 RENCONTRES DE. www.rhumatologie-pratique.com PARTICIPATION GRATUITE PARTICIPATION GRATUITE 26 ES programme PRÉLIMINAIRE* *sous réserve de modifications RENCONTRES DE RHUMATOLOGIE PRATIQUE JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 CAP 15 1-13, quai de Grenelle - Paris 15 e PRÉSIDENT

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

Traduction française des recommandations de l Osteoarthritis Research Society International (OARSI) sur la prise en charge de la gonarthrose et de la

Traduction française des recommandations de l Osteoarthritis Research Society International (OARSI) sur la prise en charge de la gonarthrose et de la Traduction française des recommandations de l Osteoarthritis Research Society International (OARSI) sur la prise en charge de la gonarthrose et de la coxarthrose. Yves Henrotin 1, Marc Marty 2, Thierry

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

LE CRI. Un réseau (près de 2000 membres) Un bureau. Éric HACHULLA. Xavier PUECHAL. Bruno FAUTREL. Zahir AMOURA

LE CRI. Un réseau (près de 2000 membres) Un bureau. Éric HACHULLA. Xavier PUECHAL. Bruno FAUTREL. Zahir AMOURA LE CRI Un réseau (près de 2000 membres) Un site internet www.cri-net.com et des newsletter mensuelles Responsable scientifique Jérémie SELLAM Webmaster AEI (Charles DUFRENE, Yannick DARRATS) Un bureau

Plus en détail

La polyarthrite rhumatoïde est-elle une maladie courante parmi la patientèle d'un rhumatologue?

La polyarthrite rhumatoïde est-elle une maladie courante parmi la patientèle d'un rhumatologue? Association Française des Polyarthritiques & des Rhumatismes Inflammatoires Chroniques 9, rue de Nemours - 75011 Paris E-mail : afp@nerim.net - www.polyarthrite.org Tél. : 01 400 30 200 - Fax : 01 400

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations

7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations SEMESTRE 4 UE 2.7.S4 Défaillances organiques et processus dégénératifs 7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations Etude de l'appareil locomoteur (articulations, os, muscles, tendons) Douleur en

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13 Anatomie Enthésopathies Docteur Emmanuel Hoppé Service de Rhumatologie CHU Angers 18.10.2013 Symphyse pubienne Coxo-fémorales Bursopathies Sacroiliaques 4 tableaux 3 grands cadres Douleur lombofessière

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE Diagnostic de l ostéoporose en rhumatologie chez les femmes ménopausées Juillet 2004 I. PROMOTEURS Société de rhumatologie de l'ouest (SRO) Société

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

J AI MAL AU GENOU. Que dois-je faire? Dr Norbert TEISSEIRE- Rhumatologue-MMO (médecine manuelle ostéopathie)

J AI MAL AU GENOU. Que dois-je faire? Dr Norbert TEISSEIRE- Rhumatologue-MMO (médecine manuelle ostéopathie) J AI MAL AU GENOU. Que dois-je faire? Dr Norbert TEISSEIRE- Rhumatologue-MMO (médecine manuelle ostéopathie) Le diagnostic d une douleur du genou est sans doute l un des plus délicats à poser, si l on

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Elle est composée du cotyle et de la tête fémorale. Le cotyle fait partie de l os iliaque, qui est l os du bassin. La tête fémorale est située à la partie

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008 SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Spondylarthrites Décembre 2008 OBJECTIFS - Mieux identifier les patients atteints de spondylarthrite afin de raccourcir le délai entre l apparition des symptômes

Plus en détail

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial Arthrose Définition n Dégradation du cartilage associée à des remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial n Touche tous les éléments

Plus en détail

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Liens d intérêt Intérêts financiers : aucun Liens durables ou permanents : aucun Interventions

Plus en détail

ARTHROSE. Pr BAHIRI RACHID CHU Rabat-Salé

ARTHROSE. Pr BAHIRI RACHID CHU Rabat-Salé ARTHROSE Pr BAHIRI RACHID CHU Rabat-Salé DOULEUR FONCTION STRUCTURE DEFINITION DE L ARTHROSE Nom sous lequel on désigne d des affections chroniques dégénératives d non inflammatoires de l articulation,

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014

Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014 Obésité et rhumatismes inflammatoires Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014 Obésité 1 Obesity Trends* Among U.S. Adults BRFSS, 1985 (*BMI 30, or ~ 30 lbs overweight for

Plus en détail

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse Dr David GONNELLI ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES La structure osseuse ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Les articulations ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Le muscle

Plus en détail

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Rhumatismes inflammatoires Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Polyarthrite Rhumatoïde PR La plus fréquente des polyarthrites chroniques 1% de la pop. Femmes ++. 50 ans Signes fonctionnels Douleur

Plus en détail

EVALUATION DE L IMPACT DE L EDUCATION DU PATIENT SUR L OBSERVANCE DU PORT DE L ORTHESE DE REPOS DE MAIN DANS LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE

EVALUATION DE L IMPACT DE L EDUCATION DU PATIENT SUR L OBSERVANCE DU PORT DE L ORTHESE DE REPOS DE MAIN DANS LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE EVALUATION DE L IMPACT DE L EDUCATION DU PATIENT SUR L OBSERVANCE DU PORT DE L ORTHESE DE REPOS DE MAIN DANS LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE Emilie LEBLONG, Anne-Cécile BARRE, Aleth PERDRIGER, Isabelle BONAN

Plus en détail

Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool)

Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool) Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool) F. FLAISLER Service de Rhumatologie Groupe Hospitalo-Universitaire CAREMEAU, Nîmes OSTÉOPOROSE DEFINITION AFSSAPS «Maladie diffuse

Plus en détail

Gonarthrose prise en charge. Dr M.Baba aissa Rhumatologue Paris EL MENIAA 2009

Gonarthrose prise en charge. Dr M.Baba aissa Rhumatologue Paris EL MENIAA 2009 Gonarthrose prise en charge Dr M.Baba aissa Rhumatologue Paris EL MENIAA 2009 Définition La gonarthrose est une maladie articulaire chronique du genou caractérisée par une dégradation cartilage. Primitive:

Plus en détail

S. Kernéis, T. Ancelle, V. Naneix-Laroche, N. Amrane, JP. Leroy, T. Hanslik, O. Launay

S. Kernéis, T. Ancelle, V. Naneix-Laroche, N. Amrane, JP. Leroy, T. Hanslik, O. Launay Etude AMARCOR Tolérance et immunogénicité du vaccin contre la fièvre jaune chez des sujets recevant une corticothérapie par voie générale : étude de cohorte observationnelle S. Kernéis, T. Ancelle, V.

Plus en détail

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse Nous avons tous un don qui peut sauver une vie D e v e n i r donneur de moelle osseuse Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? Pour des personnes atteintes de maladies graves du sang, la greffe

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR C Andreux et F L Huillier H Guerini, A Feydy, X Poittevin, F Thevenin, R Campagna, JL Drapé, A Chevrot Hôpital COCHIN, Paris, France OBJECTIF Proposer

Plus en détail

Douleurs des mains. Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements. C.Zenklusen septembre 2013

Douleurs des mains. Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements. C.Zenklusen septembre 2013 Douleurs des mains Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements C.Zenklusen septembre 2013 Causes de douleurs aux mains Articulations (origine articulaire) Nerfs (origine nerveuse)

Plus en détail

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021 Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges Membre enseignant chercheur EA 4021 Rhumatisme inflammatoire chronique Prévalence des SA ies en Europe = 1 à 2% Age moy : 26 ans, ratio homme/femme:

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

Pathologie de l Épaule

Pathologie de l Épaule Groupe Rhumatologique français de l EPaule (GREP) Section de la Société Française de Rhumatologie IX e journée nationale Pathologie de l Épaule L ÉPAULE EN 2009 Bulletin d inscription Comité d organisation

Plus en détail

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte Psoriasis et travail dans le BTP Pr E. Delaporte 30 Mai 2013 Janvier 2013 : File active de 335 malades traités (293) ou ayant été traités (42) par immunosupp./ modulateurs (MTX CyA biomédicaments) 214

Plus en détail

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde Vivre avec une polyarthrite rhumatoïde Décembre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ MESURE DE LA FORCE, DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP003 Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP001 NOVEMBRE 2006 Service

Plus en détail

INDUCTION DES LYMPHOCYTES T- RÉGULATEURS PAR IL2 A TRÈS FAIBLE DOSE DANS LES PATHOLOGIES AUTO- IMMUNES ET INFLAMMATOIRES APPROCHE TRANSNOSOGRAPHIQUE

INDUCTION DES LYMPHOCYTES T- RÉGULATEURS PAR IL2 A TRÈS FAIBLE DOSE DANS LES PATHOLOGIES AUTO- IMMUNES ET INFLAMMATOIRES APPROCHE TRANSNOSOGRAPHIQUE INDUCTION DES LYMPHOCYTES T- RÉGULATEURS PAR IL2 A TRÈS FAIBLE DOSE DANS LES PATHOLOGIES AUTO- IMMUNES ET INFLAMMATOIRES APPROCHE TRANSNOSOGRAPHIQUE Etude clinique N NCT01988506 Inves9gateur coordinateur

Plus en détail

La maladie de Still de l adulte

La maladie de Still de l adulte La maladie de Still de l adulte Syndrome de Wissler-Fanconi La maladie Le diagnostic Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur Cette fiche est destinée

Plus en détail

Préfaces... 6. Introduction... 8

Préfaces... 6. Introduction... 8 Préfaces... 6 Introduction... 8 Comment aborder une problématique musculosquelettique chronique?... 10 Termes importants... 12 La douleur... 14 Repérage anatomique... 24 Les principaux syndromes musculosquelettiques...

Plus en détail

Prescription d une cure thermale ou la cure thermale en 7 questions

Prescription d une cure thermale ou la cure thermale en 7 questions Prescription d une cure thermale ou la cure thermale en 7 questions Professeur CF ROQUES Université Toulouse Sabatier Lyon Novembre 2014 Quelques éléments clefs Une intervention thérapeutique complexe

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

Cohorte Observatoire Musculosquelettique (COMETT) Pénibilité et Vieillissement

Cohorte Observatoire Musculosquelettique (COMETT) Pénibilité et Vieillissement TITRE DU CONSORTIUM : Cohorte Observatoire Musculosquelettique (COMETT) Pénibilité et Vieillissement RESPONSABLES : Alexis Descatha, UMS 011, Villejuif ; Yves Roquelaure, LEEST, Angers ; Bradley Evanoff,

Plus en détail

Les avancées de la rhumatologie II

Les avancées de la rhumatologie II Les avancées de la rhumatologie II par Emmanuèle Garnier Le congrès de l American College of Rheumatology s est déroulé en novembre dernier à San Francisco. De nombreuses conférences ont été consacrées

Plus en détail

Pathologie de l Épaule

Pathologie de l Épaule Groupe Rhumatologique français de l EPaule XV e journée nationale Samedi 14 mars 2015 Lyon, E.N.S. Amphithéâtre Charles Mérieux Bulletin d inscription Comité scientifique Pr P. Goupille (Tours), Dr E.

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 novembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 novembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 novembre 2009 LEDERTREXATE 5 mg, solution injectable B/1 ampoule de 2 ml (Code CIP : 315 012-5) LEDERTREXATE 25 mg, solution injectable B/1 ampoule de 1 ml (Code CIP

Plus en détail

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV Guide méthodologique développé par l équipe de projets ci-dessous : Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV EQUIPE PROJET Chef de projet : Maryline CHARRA, Pharmacien Conseil Responsable de la mission

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Psoriasis chez l enfant. u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF

Psoriasis chez l enfant. u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF Psoriasis chez l enfant u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF Psoriasis chez l enfant Page 2 u Epidémiologie u Physiopathologie u Présentations Cliniques u Traitements

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

Objectifs. Sommaire. Bulletin de surveillance du réseau SOS Médecins / InVS 1

Objectifs. Sommaire. Bulletin de surveillance du réseau SOS Médecins / InVS 1 Surveillance syndromique SurSaUD Bulletin du réseau SOS Médecins / InVS Numéro 323, du 4 mars 2014 Evolution de l activité globale L activité SOS Médecins est stable tous âges confondus depuis 3 semaines,

Plus en détail

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie :

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie : ANNEXE A : Formulaire de première demande Formulaire de première demande de remboursement de la spécialité HUMIRA pour une spondylarthrite axiale sévère sans signes radiographiques de spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Diagnostic différentiel des infections ostéoarticulaires

Diagnostic différentiel des infections ostéoarticulaires Diagnostic différentiel des infections ostéoarticulaires Emmanuelle Vignot Hôpital Edouard Herriot, Lyon Unité Inserm UMR1033 Lyon emmanuelle.vignot@chu-lyon.fr Arthrite septique (1) 1/ Monoarthrite :

Plus en détail

ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT

ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT Communiqué de presse Santé des pieds Le 10 février 2015 ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT L Ordre National des Pédicures-Podologues (ONPP) est le garant de

Plus en détail

FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM

FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM Résumé de la soirée et conclusions du Dr Brigitte CHAPOT par rapport aux pathologies traitées

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

PRECISION ÉLIMINATION DE L INFLAMMATION. mensuel PRECISION

PRECISION ÉLIMINATION DE L INFLAMMATION. mensuel PRECISION mensuel Nouvelles sur la recherche, l éducation et la défense du dossier de l arthrite : juin/juillet 2014 ÉLIMINATION DE L INFLAMMATION Dans ce numéro du Mensuel JointHealth, nous regardons de plus près

Plus en détail

Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie

Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie 4 Item 53 Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie et l orthophonie Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Argumenter les principes d'utilisation

Plus en détail

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 L arthrose de la Hanche Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 Définition L arthrose est une maladie

Plus en détail

Communiqué. Abbott présente à Santé Canada une demande d homologation d HUMIRA pour le traitement du psoriasis POUR PUBLICATION IMMÉDIATE

Communiqué. Abbott présente à Santé Canada une demande d homologation d HUMIRA pour le traitement du psoriasis POUR PUBLICATION IMMÉDIATE POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Communiqué Abbott présente à Santé Canada une demande d homologation d HUMIRA pour le traitement du psoriasis Media: Sylvie Légaré (514) 832-7268 Abbott Gabrielle Collu 514)

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

Genou non traumatique

Genou non traumatique Epidémiologie Genou non traumatique Laure Brulhart (Paola Chevallier) 25 37% des patients >50 ans souffrent de gonalgie 50% restriction dans les AVQ 33% consultent leur généraliste Facteurs associés avec

Plus en détail

Rencontres en Immunologie & Immunothérapie Pratiques

Rencontres en Immunologie & Immunothérapie Pratiques 4 ème édition Programme Rencontres en Immunologie & Immunothérapie Pratiques Du jeudi 20 au samedi 22 mars 2014 Faculté de médecine Pierre et Marie Curie Site Pitié Salpêtrière Paris Sous l égide de :

Plus en détail

3 % = résultat. décevant

3 % = résultat. décevant 3 % des hanches prothésées = résultat décevant Les difficultés après arthroplastie totale de hanche sont d autant plus mal vécues que l opération est réputée pour ses bons résultats. plus de 25 CAUSES

Plus en détail

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées OUTIL D ÉVALUATION DES PRATIQUES Avril 2009 Avec le partenariat méthodologique et le concours

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant 40 Item 299 Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant ENC Insérer les T1 Objectifs pédagogiques Devant une boiterie ou un trouble de la démarche chez l enfant, argumenter les principales hypothèses

Plus en détail

Réduit la douleur articulaire et améliore la fonction Solution stérile d hyaluronate de sodium à 1,0 %

Réduit la douleur articulaire et améliore la fonction Solution stérile d hyaluronate de sodium à 1,0 % DOULEUR AUX GENOUX? Réduit la douleur articulaire et améliore la fonction Solution stérile d hyaluronate de sodium à 1,0 % La douleur articulaire est souvent reliée à l arthrose L arthrose ne touche pas

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Des métatarsalgies statiques aux pathologies de l avant-pied: Démembrement clinique

Des métatarsalgies statiques aux pathologies de l avant-pied: Démembrement clinique Des métatarsalgies statiques aux pathologies de l avant-pied: Démembrement clinique 1980 2004 P. ABOUKRAT Consultation de podologie. CHU Hôpital Lapeyronie - Montpellier Diagnostic aisé, l origine reste

Plus en détail

SYNDROME DU TUNNEL CARPIEN, EPICONDYLITE ET TRAVAIL : POINT DE VUE DU RHUMATOLOGUE

SYNDROME DU TUNNEL CARPIEN, EPICONDYLITE ET TRAVAIL : POINT DE VUE DU RHUMATOLOGUE SYNDROME DU TUNNEL CARPIEN, EPICONDYLITE ET TRAVAIL : POINT DE VUE DU RHUMATOLOGUE D. VAN LINTHOUDT La Chaux-de-Fonds Lausanne, le 19.11.2004 SYNDROMES DOULOUREUX PAR SURCHARGE DU MEMBRE SUPERIEUR épaule

Plus en détail

ARTICLE IN PRESS. Revue du rhumatisme xxx (2012) xxx xxx

ARTICLE IN PRESS. Revue du rhumatisme xxx (2012) xxx xxx G Model ARTICLE IN PRESS Revue du rhumatisme xxx (2012) xxx xxx Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com Recommandations Actualisation 2012 des recommandations franç aises du traitement médicamenteux

Plus en détail

DIU DE REEDUCATION PELVI-PERINEALE. Responsables de l enseignement :

DIU DE REEDUCATION PELVI-PERINEALE. Responsables de l enseignement : DIU de rééducation pelvi-périnéale DIU DE REEDUCATION PELVI-PERINEALE Responsables de l enseignement : Pr. Gérard AMARENCO (UPMC), Pr. Michel COSSON (CHU Lille), Pr. Gilberte ROBAIN (UPMC) 1. Cible La

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

Item 299 : Boiterie et trouble de la démarche chez l'enfant

Item 299 : Boiterie et trouble de la démarche chez l'enfant Item 299 : Boiterie et trouble de la démarche chez l'enfant COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3

Plus en détail

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DEFINITION La scoliose vient du grec skolios : tortueux Déformation tridimensionnelle de toute ou une partie de la colonne vertébrale (cervicale, thoracique ou lombaire) consistant

Plus en détail

Item 123 : Psoriasis

Item 123 : Psoriasis Item 123 : Psoriasis COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition...3 II Épidémiologie du rhumatisme

Plus en détail

Lombalgies inflammatoires de l homme jeune

Lombalgies inflammatoires de l homme jeune Lombalgies inflammatoires de l homme jeune Auteur : Dr Éric TOUSSIROT, Besançon Comité éditorial : Dr Laure GOSSEC, Paris Dr Henri NATAF, Mantes-La-Jolie Relecteurs CFMR : Pr Bernard DUQUESNOY, Lille Pr

Plus en détail

admission directe du patient en UNV ou en USINV

admission directe du patient en UNV ou en USINV Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

La prise en charge de votre spondylarthrite

La prise en charge de votre spondylarthrite G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre spondylarthrite Vivre avec une spondylarthrite Décembre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Le présent document fait partie des documents élaborés par la Société Française (SOFMER) et la Fédération Française

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

DIPLOME DE CHIRURGIE ORALE

DIPLOME DE CHIRURGIE ORALE DIPLOME DE CHIRURGIE ORALE ORGANIGRAMME DES SEMINAIRES Promotion 2013 FORMATION COMPLEMENTAIRE EN MEDECINE POUR LES MEDECINS Pour les enseignants, ces enseignements seront à faire tous les 2 ans 1 - Module

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail

DEVENIR PARTENAIRE. Courtage

DEVENIR PARTENAIRE. Courtage DEVENIR PARTENAIRE Courtage L EXPERTISE Depuis 2006, AG2R LA MONDIALE a signé la charte de déontologie du courtage avec la Chambre Syndicale des Courtiers d Assurances (C.S.C.A.) Selon l évolution de la

Plus en détail

LE PARADOXE FEMININ LES RAISONS DES INEGALITES

LE PARADOXE FEMININ LES RAISONS DES INEGALITES Communiqué de presse 5 mars 2014 Pour la première fois, 7 sociétés savantes, avec le soutien institutionnel de MSD France, s'associent pour bâtir un programme de formation destiné aux professionnels de

Plus en détail

Le Médiateur des ministères économiques et financiers est au service des usagers (particuliers et entreprises)

Le Médiateur des ministères économiques et financiers est au service des usagers (particuliers et entreprises) 17octobre 2012 Le Médiateur des ministères économiques et financiers est au service des usagers (particuliers et entreprises) Il est compétent pour vous aider à résoudre vos litiges persistants avec les

Plus en détail

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se Le psoriasis est une maladie fréquente Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se traduit le plus souvent par des plaques rouges sur la peau, légèrement surélevées

Plus en détail

Item 154 : Tumeurs des os primitives et secondaires (Évaluations)

Item 154 : Tumeurs des os primitives et secondaires (Évaluations) Item 154 : Tumeurs des os primitives et secondaires (Évaluations) Date de création du document 2008-2009 CAS CLINIQUE : CAS CLINIQUE N 1 Scénario : Monsieur A., vingt-cinq ans, étudiant vétérinaire, vient

Plus en détail

Le syndrome SAPHO Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique

Le syndrome SAPHO Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

ANDRIANJAFISON Francia

ANDRIANJAFISON Francia ANDRIANJAFISON Francia PLACE DE LA CORTICOTHERAPIE DANS LA PRISE EN CHARGE DES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES : REALITES ET PERSPECTIVES A ANTANANARIVO Thèse de Doctorat en Médecine 2 UNIVERSITE

Plus en détail

Réseau Expert National Lymphomes Oculo-Cérébraux Primitifs de l Immuno-compétent

Réseau Expert National Lymphomes Oculo-Cérébraux Primitifs de l Immuno-compétent Réseau Expert National Lymphomes Oculo-Cérébraux Primitifs de l Immuno-compétent Organisation du Centre Expert National LOC GUYANE MARTINIQUE GUADELOUPE REUNION Lille Centre Expert National bi-site 20

Plus en détail

La médecine thermale et ses programmes de santé Fibromyalgie

La médecine thermale et ses programmes de santé Fibromyalgie La médecine thermale et ses programmes de santé Fibromyalgie 1.Un peu d'histoire 2.La Médecine thermale 3.La Recherche thermale et les évaluations de l'efficacité d'une cure 4.Les nouvelles formes de prise

Plus en détail

Problèmes locomoteurs

Problèmes locomoteurs VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 10 Problèmes locomoteurs Problèmes locomoteurs 343 Problèmes locomoteurs J.P. Praet, T. Mets Les problèmes locomoteurs sont fréquents et le deviennent de plus en plus

Plus en détail