DEFIBRILLATEURS CARDIAQUES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DEFIBRILLATEURS CARDIAQUES"

Transcription

1 site REFERENTIEL POUR CONTRAT DE BON USAGE (DMI HORS GHS) Réalisé et validé par la Commission Technique EURO PHARMAT DEFIBRILLATEURS CARDIAQUES Codes ATIH : DF001, DF002, DF003, DF004 Codes LPP DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE SIMPLE CHAMBRE FREQ. ASSERV., BIOTRONIK, LEXOS VR DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE SIMPLE CHAMBRE FREQ.ASSERV, BIOTRONIK, LEXOS VR-T DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE SIMPLE CHAMBRE FREQ.ASSERV., BIOTRONIK, LUMOS VR-T DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE SIMPLE CHAMBRE FREQ. ASSERV., ELA, ALTO 2 VR DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE SIMPLE CHAMBRE FREQ.ASSERV, GUIDANT, VITALITY 2 VR EL DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE SIMPLE CHAMBRE FREQ.ASSERV., GUIDANT, VITALITY 2VRT DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE SIMPLE CHAMBRE FREQ. ASSERV., GUIDANT, VITALITY VR DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE SIMPLE CHAMBRE FREQ.ASSERV.,GUIDANT, VENTAK PRIZM II VR DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE SIMPLE CHAMBRE FREQ.ASSERV., MEDTRONIC, MAXIMO VR DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE SIMPLE CHAMBRE FREQ.ASSERV., MEDTRONIC, MARQUIS VR DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE SIMPLE CHAMBRE FREQ.ASSERV., MEDTRONIC, ENTRUST VR DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE SIMPLE CHAMBRE FREQ.ASSERV., MEDTRONIC, GEM III VR DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE SIMPLE CHAMBRE FREQ.ASSERV., ST-JUDE, EPIC + VR V DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE SIMPLE CHAMBRE FREQ.ASSERV., ST JUDE, PHOTON VR V DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE SIMPLE CHAMBRE FREQ.ASSERV., ST JUDE, ATLAS VR V DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE SIMPLE CHAMBRE FREQ.ASSERV., SORIN, OVATIO VR DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE DOUBLE CHAMBRE FREQ.ASSERV, BIOTRONIK, LEXOS DR-T DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE DOUBLE CHAMBRE FREQ.ASSERV., BIOTRONIK, LUMOS DR-T DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE DOUBLE CHAMBRE FREQ. ASSERV., BIOTRONIK, LEXOS DR DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE DOUBLE CHAMBRE FREQ. ASSERV., ELA, ALTO 2 DR DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE DOUBLE CHAMBRE FREQ. ASSERV., ELA, ALTO DR DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE DOUBLE CHAMBRE FREQ.ASSERV., GUIDANT, VITALITY DR DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE DOUBLE CHAMBRE FREQ.ASSERV.,GUIDANT, VENTAK PRIZM II DR DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE DOUBLE CHAMBRE FREQ.ASSERV., GUIDANT, VITALITY 2DRT DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE DOUBLE CHAMBRE FREQ.ASSERV, GUIDANT, VITALITY 2 DR EL DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE DOUBLE CHAMBRE FREQ.ASSERV., MEDTRONIC, MARQUIS DR DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE DOUBLE CHAMBRE FREQ.ASSERV., MEDTRONIC, ENTRUST DR DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE DOUBLE CHAMBRE FREQ.ASSERV., MEDTRONIC, MAXIMO DR DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE DOUBLE CHAMBRE FREQ.ASSERV., MEDTRONIC, GEM III DR DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE DOUBLE CHAMBRE FREQ.ASSERV.,MEDTRONIC,INTRINSIC DR DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE DOUBLE CHAMBRE FREQ.ASSERV., ST-JUDE, EPIC + DR V DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE DOUBLE CHAMBRE FREQ.ASSERV., ST-JUDE, EPIC + DR V DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE DOUBLE CHAMBRE FREQ.ASSERV., ST-JUDE, ATLAS + DR V DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE SIMPLE CHAMBRE FREQ.ASSERV., ST-JUDE, ATLAS + VR V DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE DOUBLE CHAMBRE FREQ.ASSERV., ST JUDE, PHOTON DR V DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE DOUBLE CHAMBRE FREQ.ASSERV., ST JUDE, ATLAS DR V DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE DOUBLE CHAMBRE FREQ.ASSERV., SORIN, OVATIO DR DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE STIM. BI-VENTRICULAIRE, BIOTRONIK FRANCE, KRONOS LV-T DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE STIM. BIVENTRICULAIRE, ELA, ALTO 2 MSP DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE STIM. BI-VENTRICULAIRE, GUIDANT, CONTAK REN.4HE H DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE STIM. BIVENTRICULAIRE, GUIDANT, CONTAK RENEWAL DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE STIM. BI-VENTRICULAIRE, GUIDANT, CONTAK REN.4HE H DEF CARD STIM BI VENTRICULAIRE GUIDANT CONTAK RENEWAL 4RF H230-H235-HE DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE STIM. BI-VENTRICULAIRE, MEDTRONIC, INSYNC SENTRY DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE STIM. BIVENTRICULAIRE, MEDTRONIC, INSYNC MARQUIS 7277 DEF - Défibrillateurs - 14 Nov 2006 Page 1 sur 7

2 site Codes LPP (suite) DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE STIM. BI-VENTRICULAIRE, MEDTRONIC, INSYNC MAXIMO DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE STIM. BIVENTRICULAIRE,MEDTRONIC,INSYNC III MARQUIS DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE STIM. BIVENTRICULAIRE, ST-JUDE, EPIC + HF V DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE STIM. BIVENTRICULAIRE, ST-JUDE, ATLAS + HF V DEFIBRILLATEUR CARDIAQUE STIM. BI-VENTRICULAIRE, SORIN, OVATIO CRT SONDE POUR DEFIBRILLATION VENTRICULAIRE DROITE 1 Indications validées (Groupe 1) 1A - Indications validées de la LPP Prévention de la mortalité cardiaque par trouble du rythme ventriculaire : arrêt cardiaque par fibrillation ventriculaire ou tachycardie ventriculaire sans cause aiguë ou réversible (I-A) ; - tachycardie ventriculaire non soutenue avec séquelle d infarctus et fraction d éjection ventriculaire gauche < 35 % et tachycardie ventriculaire déclenchable sous traitement médical (I-B) ; tachycardie ventriculaire soutenue spontanée symptomatique sur cardiopathie avec altération de la fonction contractile (I-B) ; syncope(s) de cause inconnue avec tachycardie ventriculaire soutenue ou fibrillation ventriculaire déclenchable en présence d une anomalie cardiaque sous-jacente (I-B) ; maladie génétique à haut risque de mort subite par fibrillation ventriculaire sans aucun autre traitement efficace connu (IIa-B) ; tachycardie ventriculaire soutenue mal tolérée chez un patient en attente de transplantation cardiaque (IIb-C) ; Les indications spécifiques aux défibrillateurs ventriculaires simple chambre sont : absence d indication reconnue de stimulation cardiaque définitive ; indication de stimulation cardiaque définitive monochambre ventriculaire. Les indications spécifiques aux défibrillateurs ventriculaires double chambre sont : - présence d une indication conventionnelle de stimulation cardiaque définitive atriale ou double chambre : trouble de conduction auriculo-ventriculaire ou dysfonction sinusale spontanée ou induite par le traitement médical associé. - détection appropriée du trouble du rythme traité par le défibrillateur nécessitant une détection double chambre. Les indications spécifiques aux défibrillateurs ventriculaires triple chambre sont : indications citées ci-dessus chez les patients nécessitant une resynchronisation cardiaque par stimulation atrio-bi-ventriculaire en cas d insuffisance cardiaque sévère (classes III- IV de la NYHA) malgré un traitement médical optimal, chez des patients en rythme sinusal, avec complexes QRS > 120 ms sur l ECG, fraction d éjection ventriculaire gauche < 35 % et diamètre télédiastolique ventriculaire gauche L 27 mm/m2 de surface corporelle. DEF - Défibrillateurs - 14 Nov 2006 Page 2 sur 7

3 site Documents de référence correspondants : Arrêté du 27 octobre 2004 relatif à l'inscription des défibrillateurs cardiaques implantables et des sondes de défibrillation cardiaque au chapitre 4 du titre III de la liste des produits et prestations remboursables (LPP) prévue à l'article L du code de la sécurité sociale. Publié au JO du 30 novembre Sources documentaires de référence : Recommandations de l ANAES : 1. Les défibrillateurs cardioverteurs implantables ventriculaires : actualisation. ANAES, Janvier Les défibrillateurs cardiaques implantables. ANAES, Juillet AFSSAPS : Interactions entre dispositifs médicaux implantables actifs et dispositifs médicaux. Recommandations de la Société française de cardiologie (SFC) : Indications du défibrillateur automatique implantable ventriculaire : mise à jour de la version française. ALIOT E, CHAUVIN M, DAUBERT JC, FRANK R, JONDEAU G, LECLERCQ JF, LE HEUZEY JY. Archives des maladies du coeur et des vaisseaux, 2006, vol. 99, n o 2, pp ESC (European Society of Cardiology) : ACC/AHA/ESC Guidelines for management of patients with ventricular arrhythmias and the prevention of sudden cardiac death. Circulation 2006; 114; B Indications validées par des références scientifiques Source : Recommandations de la Société française de cardiologie (SFC) : Indications du défibrillateur automatique implantable ventriculaire : mise à jour de la version française. ALIOT E, CHAUVIN M, DAUBERT JC, FRANK R, JONDEAU G, LECLERCQ JF, LE HEUZEY JY. Archives des maladies du coeur et des vaisseaux, 2006, vol. 99, n o 2, pp : En plus des indications reprises dans la LPP (paragraphe 1A), les recommandations de 2006 de la SFC ajoutent celles-ci : - patients coronariens sans ou avec symptômes d insuffisance cardiaque légère ou modérée (classe NYHA II ou III), une FEVG 30 % mesurée au moins 1 mois après un IDM et 3 mois après un geste de revascularisation (chirurgie ou angioplastie) (I-B) ; - tachycardie ventriculaire soutenue spontanée, mal tolérée, en l absence d anomalie cardiaque, pour laquelle un traitement médical ou une ablation ne peut être réalisée ou a échoué (I-B) ; patients coronariens avec dysfonction ventriculaire gauche (fraction d éjection de 31 à 35%) mesurée au moins 1 mois après un IDM et 3 mois après une procédure de revascularisation (chirurgie ou angioplastie) avec une arythmie ventriculaire (TV, FV) déclenchable (IIa-B) ; DEF - Défibrillateurs - 14 Nov 2006 Page 3 sur 7

4 site - patients atteints d une cardiomyopathie dilatée en apparence primitive avec une fraction d éjection 30 % et une classe NYHA II ou III (IIa-B) ; - patients coronariens, aux antécédents d infarctus, avec dysfonction ventriculaire gauche (fraction d éjection 31 à 35 %) (IIb-C) ; - patients atteints de cardiopathie dilatée en apparence primitive, avec dysfonction ventriculaire gauche (fraction d éjection de 31 à 35 %) et une classe NYHA II ou III (IIb- C) ; 2 Indications pertinentes (Groupe 2) RAS 3 Indications complémentaires (Groupe 3) Compassionnel, essais locaux, études et/ou registres non publiés RAS 4 Indications non recommandées (Groupe 4) Indications non validées (SFC, ACC/AHA ) : - Syncopes de cause inconnue sans trouble du rythme déclenchable (III-C) ; - TV ou FV incessantes malgré le traitement (III-C) ; - TV ou FV curables par chirurgie ou ablation, en ne mettant pas en jeu le pronostic vital (ex : TV fasciculaires, TV infundibulaires ) (III-C) ; - TV ou FV dues à des causes aiguës ou réversibles (ex : ischémie, hypokaliémie ) (III-C) ; - TV ou FV et maladie mentale susceptible d être aggravée par l implantation ou d empêcher le suivi (III-C) ; - Arrêt circulatoire par TV ou FV avec séquelles neurologiques graves (III-C) ; - TV ou FV et maladie terminale avec espérance de vie de moins de 1 an (III-C) ; - TV ou FV et insuffisance cardiaque réfractaire chez un patient non candidat à la transplantation (III-C) ; 5 - Critères environnementaux Source LPPR : La prise en charge des défibrillateurs cardiaques implantables, quel qu en soit le type, est subordonnée aux conditions suivantes : 1. L implantation doit être réalisée dans un établissement de santé figurant sur une liste établie par le directeur de l agence régionale de l hospitalisation (ARH). La sélection des établissements de santé s effectue par une procédure d appel à candidatures organisée par le directeur de l ARH. Les établissements sont sélectionnés au vu notamment des capacités hospitalières nécessaires pour répondre aux besoins de la population tels que définis dans les avis de la commission d évaluation des produits et prestations ainsi que de l implantation et de l expérience pour les soins concernés et sous réserve qu ils répondent aux conditions du présent arrêté. Cette liste sera révisée périodiquement et au moins une fois tous les cinq ans. 2. Les établissements de santé figurant sur la liste fixée par le directeur de l ARH doivent disposer des moyens suivants : DEF - Défibrillateurs - 14 Nov 2006 Page 4 sur 7

5 site - unité de stimulation cardiaque ; - laboratoire d électrophysiologie diagnostique et interventionnelle ; - laboratoire d hémodynamique et de cardiologie interventionnelle souhaitable ou, à défaut, une convention doit être passée avec un établissement voisin ; - unité de soins intensifs cardiologiques, proche de la salle d implantation ou, à défaut, une unité de réanimation proche de la salle d implantation ; un cardiologue ou un réanimateur doit être présent dans l unité 24 heures sur 24 ; - recours à la chirurgie et à l anesthésie : l implantation ou le remplacement de boîtiers placés dans une poche abdominale ou sous-costale nécessite une collaboration médico-chirurgicale et anesthésique dont les conditions doivent être précisées par une convention écrite entre les deux équipes ; - pour les défibrillateurs cardiaques implantables avec stimulation atrio-biventriculaire pour resynchronisation dits «triple chambre», dans l établissement ou à proximité, une coopération étroite est nécessaire entre l équipe médicale assurant l implantation et le suivi technique et un médecin cardiologue ayant une compétence particulière dans la prise en charge de l insuffisance cardiaque, en particulier pour la discussion des indications et le suivi des patients. Les conditions de cette collaboration doivent être précisées par une convention écrite entre les parties ; - de plus, l ensemble des activités associées à la mise en place des stimulateurs cardiaques triple chambredoivent être assurées, en particulier : - activités permettant la programmation optimale des appareils en sachant utiliser les techniques complémentaires éventuellement nécessaires, notamment échocardiographie-doppler, tests d effort ; - consultations spécialisées organisées pour le suivi technique et clinique des patients implantés. 3. Les unités d implantation des établissements de santé figurant sur la liste fixée par le directeur de l ARH doivent répondre aux conditions suivantes : 3 a) Disposer d un personnel médical et paramédical comme suit : - personnel médical : l équipe est dirigée par un cardiologue ayant satisfait aux critères de formation (cf. point 4) et comporte plusieurs médecins satisfaisant aux mêmes critères ; - personnel paramédical : outre le personnel habituel de la salle d implantation, un infirmier ou une infirmière ayant reçu une formation spécifique d un mois minimum, obligatoirement présent(e) au cours de l intervention. 3 b) Disposer d un environnement technologique comme suit : - salle d implantation : salle d opération ou salle d électrophysiologie disposant des caractéristiques d asepsie et de sécurité d un bloc opératoire ; - équipement radiologique : au minimum un amplificateur de brillance disposant d un champ compris entre 18 et 23 cm et une table avec plateau mobile ; - enregistreur multipiste possédant les spécifications suivantes ou une technologie plus évoluée : - six voies, dont trois sont réservées à l enregistrement de l ECG de surface. Les trois autres sont munie de filtre passe-haut et passe-bas adaptés ; - vitesse de déroulement doit atteindre au moins 100 mm/s avec marqueur de temps ; - connexion à un écran de visualisation multitraces ; - liaison à un système de stockage des données ; - système de mesure du seuil de stimulation peropératoire, en tension et en durée, avec durée d impulsion réglable ; - générateur de courant 50 Hz permettant l induction des fibrillations ventriculaires éventuellement intégré au programmateur ; - système d analyse des stimulateurs comportant un période-mètre sensible à la milliseconde et un fréquencemètre d une sensibilité minimale de 0,1 coup/min., adapté à l analyse des appareils double chambre ; - défibrillateur automatique externe muni de palettes (électrodes) adhésives, systématiquement à disposition lors de chaque implantation ; - programmateurs correspondant aux différents types d appareils couramment implantés et surveillés dans l unité d implantation ; - matériel de réanimation permettant de faire face à toutes les complications pouvant survenir et dont le bon fonctionnement est vérifié avant chaque intervention : défibrillateur externe, DEF - Défibrillateurs - 14 Nov 2006 Page 5 sur 7

6 site stimulateurs cardiaques externes, fluides (oxygène, aspiration), console de réanimation, matériel d intubation et de ventilation ; - et en plus, pour les défibrillateurs triple chambre : - possibilité de réaliser des angiographies sélectives du sinus coronaire et de mémoriser les images ; - équipement radiologique : l amplificateur de brillance doit permettre de pratiquer des vues obliques. 3 c) Justifier d une activité de l unité d implantation : - nombre minimal d implantations (primo-implantations et remplacements de boîtiers confondus), par an et pour l unité : 100 implantations de stimulateurs (et 30 par opérateur dans l unité) ; 50 implantations de défibrillateurs (et 25 par opérateur dans l unité). Ce critère doit être atteint dans les trois ans suivant le début de l activité pour une nouvelle unité d implantation ; - cent procédures d électrophysiologie diagnostique ; - cinquante procédures d ablation endocavitaire (hors ablation de jonction auriculo-ventriculaire) ; - assurer une astreinte de rythmologie 24 h/24 d un médecin satisfaisant aux critères de formation (cf. point 4) ; - être à même d implanter et de suivre tous les types de stimulateurs et de défibrillateurs actuellement disponibles conformément aux indications établies pour chaque type d appareil. 3 d) S engager à participer aux actions d évaluation, notamment : - constituer un fichier des patients permettant la conservation des données relatives à l indication de l appareillage (avec les éléments cliniques et paracliniques qui ont permis de l établir), au matériel implanté et à la programmation initiale. Ce fichier doit être accessible 24 heures sur 24 ; - remplir systématiquement une carte européenne à chaque implantation ; - participer au protocole commun d étude de suivi des défibrillateurs cardiaques implantables. 4. Les praticiens formés à la technique d implantation doivent répondre aux exigences suivantes : - être cardiologue qualifié ; - avoir une compétence reconnue en électrophysiologie diagnostique et interventionnelle et en stimulation cardiaque ; - avoir une formation spécifique à l usage des défibrillateurs cardiaques implantables (expérience de deux ans d implantation des stimulateurs cardiaques en tant que premier opérateur, puis participation à trente interventions sur des défibrillateurs cardiaques implantables comme opérateur au cours de sa formation) ; - pour l implantation des défibrillateurs cardiaques triple chambre, avoir la connaissance de la technique de re-synchronisation cardiaque, en particulier pour l implantation des sondes de stimulation ventriculaire gauche. 5. L indication de l implantation d un défibrillateur implantable doit être posée par deux cardiologues, dont l un au moins a une formation et une expérience telles que décrites au point 4. Ce dernier doit en outre entretenir cette compétence en exerçant dans une unité répondant à l ensemble des critères énoncés aux points 1 à Suivi des implantations : les organismes d assurance maladie transmettent régulièrement au directeur de l ARH les données des défibrillateurs implantés pris en charge. 7. Lorsque les conditions prévues au présent arrêté ne sont pas respectées par un établissement de santé, le directeur de l ARH notifie à celui-ci son intention de le radier de la liste et lui notifie un délai pour faire connaître ses observations en réponse. En cas de radiation, la notification de cette décision précise les voies et délais de recours. Pour qu un défibrillateur cardiaque implantable soit pris en charge, son fabricant doit s engager à rembourser à l organisme de prise en charge la valeur d achat du défibrillateur explanté en cas de DEF - Défibrillateurs - 14 Nov 2006 Page 6 sur 7

7 site dysfonctionnement de l appareil, pendant le délai de garantie, sans préjudice de tout recours qui pourrait intervenir. DEF - Défibrillateurs - 14 Nov 2006 Page 7 sur 7

du 28 mai 2013 : 7 avril 2015 cardiaque. Demandeur Les modèles Indications retenues : (chirurgie ou angioplastie) ; échoué ; cardiaque, - 1 -

du 28 mai 2013 : 7 avril 2015 cardiaque. Demandeur Les modèles Indications retenues : (chirurgie ou angioplastie) ; échoué ; cardiaque, - 1 - COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DEE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 7 avril 2015 complétant l avis du 28 mai 20133 CONCLUSIONS HOME MONITORING, système de télésurveillance

Plus en détail

AVIS DE LA CNEDiMTS 1er Juillet 2014 Complétant l avis du 9 avril 2013

AVIS DE LA CNEDiMTS 1er Juillet 2014 Complétant l avis du 9 avril 2013 COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 1er Juillet 2014 Complétant l avis du 9 avril 2013 CONCLUSIONS CARELINK, système de télésurveillance

Plus en détail

STIMULATEURS CARDIAQUES

STIMULATEURS CARDIAQUES REFERENTIEL POUR CONTRAT DE BON USAGE (DMI HORS GHS) Réalisé et validé par la Commission Technique EURO PHARMAT STIMULATEURS CARDIAQUES Codes ATIH : ST001, ST002, ST003, ST004, ST005, ST006 Codes LPP 3400792

Plus en détail

Liste des produits de santé financés au titre des prestations d'hospitalisation prévue à l article L. 165-11 du code de la sécurité sociale

Liste des produits de santé financés au titre des prestations d'hospitalisation prévue à l article L. 165-11 du code de la sécurité sociale Liste des produits de santé financés au titre des prestations d'hospitalisation prévue à l article L. 165-11 du code de la sécurité sociale Liste intra-ghs Version à jour au 30 mars 2016 N.B : Le présent

Plus en détail

STIMULATEURS ET DEFIBRILLATEURS CARDIAQUES. Dr Valérie MINETTI

STIMULATEURS ET DEFIBRILLATEURS CARDIAQUES. Dr Valérie MINETTI STIMULATEURS ET DEFIBRILLATEURS 25/02/2016 OMEDIT PACA CORSE Dr Valérie MINETTI PHYSIOLOGIE - PATHOLOGIE CŒUR Cœur Droit Veineux Cœur Gauche Artériel PHYSIOLOGIE - PATHOLOGIE CŒUR Conduction cardiaque

Plus en détail

PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR. Guillaume Quarck 10/10/ 2015

PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR. Guillaume Quarck 10/10/ 2015 PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR Guillaume Quarck 10/10/ 2015 PLAN 1/LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE Historique Principe Classification Indications Dysfonctions 2/ LES

Plus en détail

1 Définition des activités interventionnelles sous imagerie médicale (R.6123-128 du code de la santé publique) :

1 Définition des activités interventionnelles sous imagerie médicale (R.6123-128 du code de la santé publique) : 1 Définition des activités interventionnelles sous imagerie médicale (R.6123-128 du code de la santé publique) : Ces activités comprennent : 1 les actes électrophysiologiques : - de rythmologie interventionnelle

Plus en détail

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Vieillissement de la population Augmentation du nombre de patients porteurs de stimulateurs cardiaques et défibrillateurs implantables Augmentation

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite

Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite Accidents liés à une pathologie cardiaque aigue (mortels et corporels) Pathologie cardiaque ischémique: 15% des accidents liés à une cause médicale Qui

Plus en détail

Indications du défibrillateur automatique implantable ventriculaire. Mise à jour de la version française

Indications du défibrillateur automatique implantable ventriculaire. Mise à jour de la version française RECOMMANDATIONS Rédaction : E. Aliot Comité de rédaction : M. Chauvin, J.C. Daubert, R. Frank, G. Jondeau, J.F. Leclercq et J.Y. Le Heuzey Indications du défibrillateur automatique implantable ventriculaire.

Plus en détail

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002 LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002 Marie-Christine Delattre, Elodie Flahaut, Florence L Hostis Consultation de Rythmologie et Cardio A PrKacet Hôpital Cardiologique,

Plus en détail

Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs

Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs X. Harlé Bayonne Dr X.Harlé; Ile de la Réunion; Oct 2014 Télécardiologie Déjà une

Plus en détail

Anesthésie du patient porteur d un pace maker ou d un défibrillateur implantable

Anesthésie du patient porteur d un pace maker ou d un défibrillateur implantable Anesthésie du patient porteur d un pace maker ou d un défibrillateur implantable Pr Julien Amour Université Pierre & Marie Curie Anesthésie-Réanimation CHU Pitié-Salpêtrière - Paris Pr Hervé Dupont Amiens

Plus en détail

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes engendrer, des conséquences physiques engendrées par la chute et de l entourage familial (classe 1). Il est recommandé d évaluer l intérêt de mettre en place une téléalarme, surtout après une chute. 5.3

Plus en détail

Tableau 1. Principales caractéristiques des sondes de stimulation

Tableau 1. Principales caractéristiques des sondes de stimulation Tableau 1. Principales caractéristiques des sondes de stimulation Caractéristiques Utilisation Commentaires Fixation extrémité distale Passive : à barbes ou barbillons 20% (+) myocarde non lésé (-) stabilité

Plus en détail

Évaluation de l impact économique de l intégration des défibrillateurs automatiques implantables aux GHS. GASCON Audrey JEAN Claire LECA Marion

Évaluation de l impact économique de l intégration des défibrillateurs automatiques implantables aux GHS. GASCON Audrey JEAN Claire LECA Marion Évaluation de l impact économique de l intégration des défibrillateurs automatiques implantables aux GHS. GASCON Audrey JEAN Claire LECA Marion UE Dispositifs médicaux Lundi 16 Février 2015 Plan Contexte

Plus en détail

2 juin 2015. cardiaque, chambre. Demandeur. Les modèles. Indications revendiquées : Commission. (chirurgie ou angioplastie) ; échoué ; cardiaque.

2 juin 2015. cardiaque, chambre. Demandeur. Les modèles. Indications revendiquées : Commission. (chirurgie ou angioplastie) ; échoué ; cardiaque. COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DEE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 2 juin 2015 CONCLUSIONS HOME MONITORING, système dee télésurveillance au défibrillateur cardiaque

Plus en détail

AVIS DE LA CNEDiMTS 20 Octobre 2015

AVIS DE LA CNEDiMTS 20 Octobre 2015 COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 20 Octobre 2015 CONCLUSIONS SMARTVIEW, système de télésurveillance pour défibrillateurs cardiaques

Plus en détail

ACTIVITÉ CLINIQUE : Pratique infirmière en réanimation cardiaque avancée

ACTIVITÉ CLINIQUE : Pratique infirmière en réanimation cardiaque avancée DÉFINITION : La pratique infirmière en réanimation avancée va au-delà de l application du massage cardiaque et de la ventilation. Elle comprend la lecture de bandes de rythme et l application d ordonnances

Plus en détail

région Poitou-Charentes COMMISSION CARDIOLOGIE DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL

région Poitou-Charentes COMMISSION CARDIOLOGIE DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL IMPLANTS ENDOVASCULAIRES CORONARIENS DITS «STENTS»CORONAIRES ACTIFS A LIBÉRATION DE PRINCIPE ACTIF CARACTÉRISTIQUES Dénomination commune : Implants endovasculaires coronariens

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

Retour d expérience, Cas cliniques Téléc@rdiologie

Retour d expérience, Cas cliniques Téléc@rdiologie Retour d expérience, Cas cliniques Téléc@rdiologie Assises du CNCH 23 novembre 2013 Dr R Fouché, centre hospitalier Belfort-Montbéliard La télécardiologie en France en 2012 : où en est-on? Premières prothèses

Plus en détail

DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE D IMPLANTATION EN STIMULATION ET DEFIBRILLATION 3 ème Cycle

DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE D IMPLANTATION EN STIMULATION ET DEFIBRILLATION 3 ème Cycle 2 rue du Dr Marcland 87025 Limoges cedex Tél. 05 55 43 58 00 Fax 05 55 43 58 01 www.unilim.fr DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE D IMPLANTATION EN STIMULATION ET DEFIBRILLATION 3 ème Cycle Règlement ARTICLE I

Plus en détail

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Définition Une arythmie est définie comme une anomalie de fréquence, une irrégularité de rythme ou

Plus en détail

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D.

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Conduite automobile et maladie cardiaque Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Maladie coronarienne Recommandation générales Patients avec maladie coronarienne athérosclérotique Recommandation spécifiques

Plus en détail

Rythmologie interventionnelle (ARH 2009)

Rythmologie interventionnelle (ARH 2009) Chalon sur Saône: Cardiologie interventionnelle Coronarographie Angioplastie coronarienne Cardiologie interventionnelle pédiatrique Rythmologie interventionnelle (ARH 2009) Dr Christophe Girardot 15/01/2015

Plus en détail

03/02/2007 N 1 QUIZ ECG. Bernard DODINOT. Nancy DIU 2007. Bernard DODINOT DIU 2007 2007.0

03/02/2007 N 1 QUIZ ECG. Bernard DODINOT. Nancy DIU 2007. Bernard DODINOT DIU 2007 2007.0 N 1 QUIZ ECG Nancy N 2 Cadeau de Noël 2006 15 jours post-op Dysfonction sinusale «pure» Sorin Group Symphony DR sondes A bi et V uni «passives» N 3 Contrôle 15 jours post-op - AAIsafe R pour dysfonction

Plus en détail

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 cardiaque Ensemble des mesures permettant une approche GLOBALE du patient Processus personnalisé et coordonné Personne intégrée dans

Plus en détail

IMPLANTS CARDIAQUES ET CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES : DES EXPERIENCES EUROPÉENNES COMPARAISON DE RESULTATS EXPERIMENTAUX EN FRANCE ET EN FINLANDE

IMPLANTS CARDIAQUES ET CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES : DES EXPERIENCES EUROPÉENNES COMPARAISON DE RESULTATS EXPERIMENTAUX EN FRANCE ET EN FINLANDE IMPLANTS CARDIAQUES ET CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES : DES EXPERIENCES EUROPÉENNES COMPARAISON DE RESULTATS EXPERIMENTAUX EN FRANCE ET EN FINLANDE Isabelle Magne 1, Martine Souques 2, Leena Korpinen 3 1 EDF

Plus en détail

RECOMMANDATIONS CONCERNANT L IMPLANTATION ET LA SURVEILLANCE DES DEFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES.

RECOMMANDATIONS CONCERNANT L IMPLANTATION ET LA SURVEILLANCE DES DEFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES. RECOMMANDATIONS CONCERNANT L IMPLANTATION ET LA SURVEILLANCE DES DEFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES. Groupes de Stimulation Cardiaque et de Rythmologie de la Société Française de Cardiologie. Michel

Plus en détail

Electrophysiologie cardiaque

Electrophysiologie cardiaque Electrophysiologie cardiaque L électrophysiologie concerne autant les indications d implantation d un pacemaker que les thérapies de resynchronisation cardiaque et les implantations de défibrillateur.

Plus en détail

Tachycardie Ce qu il faut faire ou ne pas faire...

Tachycardie Ce qu il faut faire ou ne pas faire... Session Alain Eric Dubart Béthune Diapositive 1 Tachycardie Ce qu il faut faire ou ne pas faire Tachycardie Ce qu il faut faire ou ne pas faire... Dr Dubart, Diapositive 2 INTRODUCTION Tachycardie & -

Plus en détail

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Objectifs Expliquer le fonctionnement des stimulateurs et défibrillateurs Identifier

Plus en détail

Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M. 1940. A.M. 1940;Resynchro avant-après. Resynchronisation avant et après 12 mois: RX thorax.

Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M. 1940. A.M. 1940;Resynchro avant-après. Resynchronisation avant et après 12 mois: RX thorax. Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M,1940, 2 ans près son infarctus malaise lors d une marche, syncope et choc électrique Infarctus antérieur : FEVG 30% Coro:Recanalisation / l IVA ECG: sinusal QRS 0.10, inf.

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme. Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli

Prise en charge des troubles du rythme. Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli Prise en charge des troubles du rythme Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli Cas clinique Patient âgé de 65 ans Infarctus du myocarde ancien, FeVG = 30 % Traitement médical

Plus en détail

Directive 2005 pour le contrôle de patients porteurs de défibrillateurs automatiques implantables.

Directive 2005 pour le contrôle de patients porteurs de défibrillateurs automatiques implantables. Directive 2005 pour le contrôle de patients porteurs de défibrillateurs automatiques implantables. Dans ces directives, les abréviations suivantes sont utilisées : DAI : défibrillateur automatique implantable.

Plus en détail

GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Troubles du rythme ventriculaire graves chroniques

GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Troubles du rythme ventriculaire graves chroniques GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Troubles du rythme ventriculaire graves chroniques Juillet 2009 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2, avenue du Stade-de-France

Plus en détail

C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS

C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS Voies d abord veineuses CE QUE L ON NE POURRA PAS CHANGER: L ANATOMIE DU SINUS CORONAIRE l anatomie du sinus coronaire stimulation conventionnelle droite: types de sondes

Plus en détail

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc.

Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc. Retour d expérience sur «Contrat de Bon Usage» et «Dispositifs Médicaux Implantables» au Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc Cécile HOUDARD ACOPHRA Actualités sur les DM 29 mai 2008 Tarification

Plus en détail

Vivre avec un DAI : surveillance, interférences, conduite auto

Vivre avec un DAI : surveillance, interférences, conduite auto : surveillance, interférences, conduite auto Journées Nationales du GERS - 5 octobre 2012 E. QUIRING - Clinique de l Orangerie Conflits d intérêts Pas de conflits d intérêt concernant cette présentation

Plus en détail

L électrophysiologie cardiaque Évaluation des besoins en électrophysiologie cardiaque Tendances et projections

L électrophysiologie cardiaque Évaluation des besoins en électrophysiologie cardiaque Tendances et projections L électrophysiologie cardiaque Évaluation des besoins en électrophysiologie cardiaque Tendances et projections MISE À JOUR DU RAPPORT DU COMITÉ D EXPERTS EN ÉLECTROPHYSIOLOGIE DU RÉSEAU QUÉBÉCOIS DE CARDIOLOGIE

Plus en détail

AVIS DE LA CNEDiMTS 09 juillet 2013. Prestation associée aux systèmes de télésurveillance des défibrillateurs cardiaques implantables

AVIS DE LA CNEDiMTS 09 juillet 2013. Prestation associée aux systèmes de télésurveillance des défibrillateurs cardiaques implantables COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 09 juillet 2013 CONCLUSIONS Prestation associée aux systèmes de télésurveillance des défibrillateurs

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR DE BONNES PRATIQUES EN ELECTROPHYSIOLOGIE CARDIAQUE

RECOMMANDATIONS POUR DE BONNES PRATIQUES EN ELECTROPHYSIOLOGIE CARDIAQUE RECOMMANDATIONS POUR DE BONNES PRATIQUES EN ELECTROPHYSIOLOGIE CARDIAQUE A. SARTIEAUX, P. BRUGADA, E. VAN AGT, L. DE ROY, au nom du Groupe de Travail Belge de Stimulation Cardiaque et d Electrophysiologie

Plus en détail

Qualification pour les examens radiologiques à fortes doses en cardiologie (SSC)

Qualification pour les examens radiologiques à fortes doses en cardiologie (SSC) SIWF ISFM Qualification pour les examens radiologiques à fortes doses en cardiologie (SSC) Programme de formation complémentaire du 1 er janvier 2001 (dernière révision : 13 janvier 2004) SIWF Schweizerisches

Plus en détail

LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE EN 2006. JLPR 2006 Dr Alexis Durand-Dubief Clinique du Tonkin-Infirmerie Protestante

LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE EN 2006. JLPR 2006 Dr Alexis Durand-Dubief Clinique du Tonkin-Infirmerie Protestante LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE EN 2006 JLPR 2006 Dr Alexis Durand-Dubief Clinique du Tonkin-Infirmerie Protestante Qu est ce qu un un défibrillateurd Fonctionnement d und défibriilateur Indication en 2006

Plus en détail

SROS : Activités interventionnelles sous imagerie médicale, par voie endovasculaire, en cardiologie

SROS : Activités interventionnelles sous imagerie médicale, par voie endovasculaire, en cardiologie SROS : Activités interventionnelles sous imagerie médicale, par voie endovasculaire, en cardiologie 1- Contexte 1-1 Contexte réglementaire Les activités interventionnelles sous imagerie médicale, par voie

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE EN MATIERE DE DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE EN MATIERE DE DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE EN MATIERE DE DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES Le Belgian Working Group on Cardiac Pacing and Electrophysiology (BWGCPE) a publié récemment des recommandations de bonne pratique

Plus en détail

RGD du 06 avril 2009 (Mém. n 74 du 14 avril 2009, p.898)

RGD du 06 avril 2009 (Mém. n 74 du 14 avril 2009, p.898) Règlement grand-ducal du 6 avril 2009 modifiant le règlement grand-ducal modifié du 21 décembre 1998 arrêtant la nomenclature des actes et services des médecins pris en charge par l'assurance maladie.

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte Actualisation avril 2012 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

LES DEFIBRILLATEURS CARDIOVERTEURS IMPLANTABLES VENTRICULAIRES : ACTUALISATION

LES DEFIBRILLATEURS CARDIOVERTEURS IMPLANTABLES VENTRICULAIRES : ACTUALISATION LES DEFIBRILLATEURS CARDIOVERTEURS IMPLANTABLES VENTRICULAIRES : ACTUALISATION JANVIER 2001 Service évaluation des technologies Service évaluation économique L AGENCE NATIONALE D ACCREDITATION ET D EVALUATION

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir. Rubén Casado Arroyo

Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir. Rubén Casado Arroyo Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir Rubén Casado Arroyo LA STIMULATION CARDIAQUE Qu est-ce qu un stimulateur cardiaque? Quelles sont les

Plus en détail

Surveillance à distance des patients porteurs de stimulateur ou de défibrillateur cardiaque implantable. Corinne HEBRARD Guy REBUFFAT

Surveillance à distance des patients porteurs de stimulateur ou de défibrillateur cardiaque implantable. Corinne HEBRARD Guy REBUFFAT Surveillance à distance des patients porteurs de stimulateur ou de défibrillateur cardiaque implantable Corinne HEBRARD Guy REBUFFAT Principes de fonctionnement Patient équipé au moyen: - d un stimulateur

Plus en détail

BULLETIN DES REGISTRES N 12

BULLETIN DES REGISTRES N 12 Société française de Cardiologie 5 rue des Colonnes du Trône 75012 Paris Tél : 01 43 22 33 33 Fax : 01 43 22 63 61 MALADIE CORONAIRE BULLETIN DES REGISTRES N 12 RYTHMOLOGIE La Société Française de Cardiologie,

Plus en détail

GESTION INFIRMIERE PERI-OPERATOIRE DES IMPLANTATIONS DE PROTHESES : PM ET DAI

GESTION INFIRMIERE PERI-OPERATOIRE DES IMPLANTATIONS DE PROTHESES : PM ET DAI GESTION INFIRMIERE PERI-OPERATOIRE DES IMPLANTATIONS DE PROTHESES : PM ET DAI BELMONT Claire NICOLLET Julie PISON Laure Service de cardiologie Hôpital St Joseph, MARSEILLE PLAN Historique Le pacemaker

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 7 septembre 2012 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

Stimulateurs et autres gadgets Ce que l anesthésiste doit savoir

Stimulateurs et autres gadgets Ce que l anesthésiste doit savoir Stimulateurs et autres gadgets Ce que l anesthésiste doit savoir C Decoene Pôle d anesthésie-réanimation CardioThoracique CHRU Lille Pôle de Cardiologie Pr Lablanche, Pr Kacet, Pr Rey Stimulateurs et autres

Plus en détail

DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE PREVENTIF ET TRAVAIL MARITIME

DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE PREVENTIF ET TRAVAIL MARITIME DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE PREVENTIF ET TRAVAIL MARITIME C Géraut*, O Billon**, JF Godin**, H Le Marec** CHU Nantes *Maladies professionnelles, **Cardiologie RESTRICTIONS D APTITUDE concernant les appareils

Plus en détail

fréquence - Stimulateur chambre ventriculaire Indications retenues : est normale Service Attendu (SA) : Comparateu retenu : Amélioration Nom de marque

fréquence - Stimulateur chambre ventriculaire Indications retenues : est normale Service Attendu (SA) : Comparateu retenu : Amélioration Nom de marque COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DEE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 01 juillet 2014 CONCLUSIONS ELUNA 8 SR-T, stimulateur cardiaque implantable simple s chambre

Plus en détail

PM & DAI Prise en charge péri opératoire STÉPHANIE DRUGE DESAR

PM & DAI Prise en charge péri opératoire STÉPHANIE DRUGE DESAR PM & DAI Prise en charge péri opératoire STÉPHANIE DRUGE DESAR Généralités 63 000 à 69 000 nouveaux porteurs de pacemaker par an En 2010, 350 000 porteurs de pacemaker Plus de 10 000 nouveaux porteurs

Plus en détail

Délégation des tâches paramédicales Lesquelles et jusqu où?

Délégation des tâches paramédicales Lesquelles et jusqu où? Délégation des tâches paramédicales Lesquelles et jusqu où? Dr Marjaneh FATEMI Département de Cardiologie CHU de Brest Introduction Augmentation de l âge moyen de la population Augmentation de la prévalence

Plus en détail

«Sous-section 1 : Dispositions générales

«Sous-section 1 : Dispositions générales Version octobre 2008 DHOS/O1/DOCUMENT DE TRAVAIL MINISTERE DE LA SANTE, DE la JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE REPUBLIQUE FRANÇAISE PROJET DE DECRET relatif aux conditions d implantation applicables

Plus en détail

Ces exigences de formation s appliquent aux candidats qui commencent leur formation à partir du 1 er juillet 2012.

Ces exigences de formation s appliquent aux candidats qui commencent leur formation à partir du 1 er juillet 2012. Exigences en matière de formation de compétences du domaine de compétence ciblée (DCC) en électrophysiologie cardiaque de l adulte 2012 VERSION 1.0 Ces exigences de formation s appliquent aux candidats

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

Question clinique CAS CLINIQUE. DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic?

Question clinique CAS CLINIQUE. DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic? DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic? Ileana Iliescu 17.09.2008 CAS CLINIQUE M CR 83 ans: : 10 hospitalisations en 12 mois!!!... pour malaise et chocs appropri ropriés

Plus en détail

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS 132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS JM Fauvel 2009 Après un infarctus, diverses informations vont être nécessaires à la prise en charge du patient. C est l objet du bilan post infarctus. Il faut

Plus en détail

Communiqué. La FFPSC a du Coeur. Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies

Communiqué. La FFPSC a du Coeur. Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies Communiqué La FFPSC a du Coeur Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies A Chartres, le 6 décembre 2013, la FFPSC, via son comité directeur, a rappelé toute l attention qu elle porte

Plus en détail

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Le 19 novembre 2011 David HUCHETTE, Service de cardiologie et Soins Intensifs du CH de LENS INTRODUCTION La télémétrie

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Arrêté du 18 août 2004 relatif à l inscription des défibrillateurs cardiaques implantables et des sondes

Plus en détail

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI)

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) 2 Défibrillateur Automatique Implantable SOMMAIRE Introduction Indications Principe du DAI Historique Composants et structure

Plus en détail

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 La conduc)on cardiaque L eléctrocardiogramme en rythme sinusal CHAPITRE 1 Le malaise

Plus en détail

Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille

Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille SOMMAIRE I. L arrêt cardiaque extra-hospitalier. II. L arrêt cardiaque intra-hospitalier.

Plus en détail

Cardiologie. Rabat 11-13 octobre 2010 Drs Geneviève Haucotte, Antonine Wyffels

Cardiologie. Rabat 11-13 octobre 2010 Drs Geneviève Haucotte, Antonine Wyffels Nomenclature de Cardiologie Rabat 11-13 octobre 2010 Drs Geneviève Haucotte, Antonine Wyffels 1 Cardiologie Types de prestations Prestataires Lieu de prestation Différents financements Spécificités Nouveautés

Plus en détail

.JO. Numéro 82 du 7 Avril 2002 Ministère de l'emploi et de la solidarité

.JO. Numéro 82 du 7 Avril 2002 Ministère de l'emploi et de la solidarité .JO. Numéro 82 du 7 Avril 2002 Ministère de l'emploi et de la solidarité Décret no 2002-465 du 5 avril 2002 relatif aux établissements de santé publics et privés pratiquant la réanimation et modifiant

Plus en détail

Avis de la HAS du 26 octobre 2011

Avis de la HAS du 26 octobre 2011 Avis de la HAS du 26 octobre 2011 Avis suite à l évaluation de la mise en place des valves aortiques posées par voie transcutanée à l issue de la période d encadrement spécifique prévue à l article L.

Plus en détail

Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service

Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service Dr ElBelghiti PH attaché coronarographiste Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service 2007 2008 2009 2010 2011 Coronarographies totales 315 982 1042 888 927 Angioplasties 87 (27,6%) 268 (27,3%) 252

Plus en détail

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS Smmaire CHAPITRE 1 Bilgie et physilgie cardivasculaire et de l hémstase, par J.-J. Mercadier BASES DE LA CARDIOLOGIE MOLÉCULAIRE APPROCHES GÉNÉTIQUES DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES DÉVELOPPEMENT DU SYSTÈME

Plus en détail

CardioRanceance. Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne

CardioRanceance. Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne CardioRanceance Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne PROTOCOLE RESEAU : CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECOUVERTE D UNE FIBRILLATION ATRIALE RECENTE Auteurs : Dr Hamonic,

Plus en détail

Il existe 2 types de dispositifs électroniques cardiaques implantés (DECI) :

Il existe 2 types de dispositifs électroniques cardiaques implantés (DECI) : 1 Les dispositifs électroniques cardiaques implantés : une «injection de rappel». Christian Bauer Hôpital de la Croix-Rousse HCL Lyon Il existe 2 types de dispositifs électroniques cardiaques implantés

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 03 octobre 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 03 octobre 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 03 octobre 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 31 décembre 2007 (JO du 29 avril 2009) AVLOCARDYL 40 mg, comprimé sécable

Plus en détail

CENTRE DE RÉFÉRENCE DES MALADIES RYTHMIQUES HÉRÉDITAIRES

CENTRE DE RÉFÉRENCE DES MALADIES RYTHMIQUES HÉRÉDITAIRES CENTRE DE RÉFÉRENCE DES MALADIES RYTHMIQUES HÉRÉDITAIRES Description clinique de la pathologie La dysplasie arythmogène du ventricule droit (DAVD) est une cardiomyopathie évolutive (maladie du muscle

Plus en détail

STIMULATEURS CARDIAQUES CONVENTIONNELS

STIMULATEURS CARDIAQUES CONVENTIONNELS STIMULATEURS CARDIAQUES CONVENTIONNELS Place respective des stimulateurs simple et double chambre REVISION DE LA NOMENCLATURE INSCRITE A LA LISTE DES PRODUITS ET PRESTATIONS REMBOURSABLES FEVRIER 2009

Plus en détail

AVIS DE LA CNEDiMTS 20 novembre 2012

AVIS DE LA CNEDiMTS 20 novembre 2012 COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 20 novembre 2012 CONCLUSIONS MERLIN.NET, système de télésurveillance pour défibrillateurs cardiaques

Plus en détail

Anesthésie pour une électroconvulsivo-thérapie

Anesthésie pour une électroconvulsivo-thérapie Anesthésie pour une électroconvulsivo-thérapie Dr Rémi Gagnoud Service d Anesthésie-Réanimation CHU Limoges 4ème Rencontre Inter-régionale Neurostimulation externe et implantée, CH Esquirol, Limoges, juin

Plus en détail

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA Dr Eléonore Ronflé Dr Jacques Albizzati SERVICE MEDICAL DE LA REGION PROVENCE ALPES COTE D AZUR 1 C O N T E X T E Enjeu de santé publique

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

ATELIER TÉLÉCARDIOLOGIE

ATELIER TÉLÉCARDIOLOGIE ATELIER TÉLÉCARDIOLOGIE Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014 Introduction 2 Définition : La télécardiologie est une branche de la télémédecine. Elle permet de surveiller à distance le bon fonctionnement

Plus en détail

«Recommandations dans le traitement électrique de l Insuffisance cardiaque»

«Recommandations dans le traitement électrique de l Insuffisance cardiaque» «Recommandations dans le traitement électrique de l Insuffisance cardiaque» DR Renaud VIDAL Clinique Saint George - NICE Resynchronisation BIVentriculaire 1. Rappels physiopathologiques Resynchronization

Plus en détail

IRM et dispositif électronique cardiaque implantable

IRM et dispositif électronique cardiaque implantable IRM et dispositif électronique cardiaque implantable Jean-Paul BEREGI, Radiologue Liliane METGE, Radiologue Cornelia FREITAG, Radiologue Xavier BRUNET, Cardiologue Pierre WINUM, Cardiologue Mathieu GRANIER,

Plus en détail

Vu la loi relative à l'assurance obligatoire soins de santé et indemnités, coordonnée le 14 juillet 1994, notamment les articles 22, 6, et 23, 3 ;

Vu la loi relative à l'assurance obligatoire soins de santé et indemnités, coordonnée le 14 juillet 1994, notamment les articles 22, 6, et 23, 3 ; CONVENTION ENTRE LE COMITE DE L'ASSURANCE SOINS DE SANTE DE L'INSTITUT NATIONAL ASSURANCE MALADIE-INVALIDITE ET LE RESPONSABLE AGISSANT AU NOM DU POUVOIR ORGANISATEUR DE L ETABLISSEMENT HOSPITALIER POUR

Plus en détail

Evaluation DES pratiques

Evaluation DES pratiques Evaluation DES pratiques ProfessionnellES : Arrêt Cardiaque Vincent Piriou Service d Anesthésie Réanimation, Centre Hospitalier Lyon Sud, 69495 Pierre- Bénite Cedex. E.Mail : vincent.piriou@chu-lyon.fr

Plus en détail

RECOMMANDATIONS EUROPÉENNES CONCERNANT LA THÉRAPIE DE RESYNCHRONISATION CARDIAQUE

RECOMMANDATIONS EUROPÉENNES CONCERNANT LA THÉRAPIE DE RESYNCHRONISATION CARDIAQUE RECOMMANDATIONS EUROPÉENNES CONCERNANT LA THÉRAPIE DE RESYNCHRONISATION CARDIAQUE S. Robinet (1), A. Delcour (2), P. Lancellotti (3) Résumé : La thérapie de resynchronisation cardiaque (CRT) est l une

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Dr Y Neuder Pôle cardiovasculaire et thoracique CHU de Grenoble 1 Définition de l insuffisance cardiaque syndrome clinique symptômes signes secondaires à des modifications circulatoires

Plus en détail

Troubles du rythme et de la conduction cardiaques

Troubles du rythme et de la conduction cardiaques Troubles du rythme et de la conduction cardiaques Docteur E. MICHEL-RECH L.E.C.V. Introduction Activité électrique: constante et régulière Adaptation physiologique du débit card. Anomalies csq mineures

Plus en détail

Anesthésie et Stimulateur Cardiaque

Anesthésie et Stimulateur Cardiaque Anesthésie et Stimulateur Cardiaque Diapo 1 : Après de nombreuses recherches menées sur des stimulateurs externes au début du XXème siècle, c est en 1951 que fut inventé le premier stimulateur cardiaque

Plus en détail

Le défibrillateur implantable

Le défibrillateur implantable Jean Marc DAVY - Maxime PONS Le défibrillateur implantable La moitié de nos patients porteurs d'une cardiopathie décèdent subitement à domicile ou dans des lieux publics. Cette mort subite a certes de

Plus en détail

Le défibrillateur. Dr Hamdi BOUBAKER

Le défibrillateur. Dr Hamdi BOUBAKER Le défibrillateur Dr Hamdi BOUBAKER Défibrillation ou Choc électrique externe le défibrillation: geste consistant à faire passer volontairement et brièvement un courant électrique dans le cœur en cas des

Plus en détail

Eric Abergel. Hôpital Européen Georges Pompidou.

Eric Abergel. Hôpital Européen Georges Pompidou. Eric Abergel. Hôpital Européen Georges Pompidou. Désynchronisation ventriculaire: facteur d aggravation (causal?) de l insuffisance cardiaque Patients avec VG dilaté/dysfonction VG ont souvent des tr de

Plus en détail