Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires"

Transcription

1 Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue Faculté de Médecine de Tours 13 septembre 2007

2 Recommandations du Journal Officiel Indications SCA (avec ou sans sus décalage du segment ST) traités ou non par angioplastie Post-pontage coronarien Angor stable AVC en phase aiguë Suite d AVC en absence de cardiopathie emboligène Artérite oblitérante des membres inférieurs (en dehors des complications aiguës) Choix préférentiel + clopidogrel pendant 1 à 12 mois, puis aspirine seule ou clopidogrel après avis spécialisé ou clopidogrel Accord de bon usage des soins relatif à l'utilisation des antiagrégants plaquettaires. Journal Officiel n 4 du 5 janvier 2007, page 189, texte n 24.

3 Une différence majeure de coût! Pour un patient traité pendant 1 an 160 mg : 33 euros Clopidogrel 75 mg : 777 euros

4 Recommandations du Journal Officiel Indications SCA (avec ou sans sus décalage du segment ST) traités ou non par angioplastie Post-pontage coronarien Angor stable AVC en phase aiguë Suite d AVC en absence de cardiopathie emboligène Artérite oblitérante des membres inférieurs (en dehors des complications aiguës) Choix préférentiel + clopidogrel pendant 1 à 12 mois, puis aspirine seule ou clopidogrel après avis spécialisé ou clopidogrel Accord de bon usage des soins relatif à l'utilisation des antiagrégants plaquettaires. Journal Officiel n 4 du 5 janvier 2007, page 189, texte n 24.

5 CURE : pts Death, Décès,IDM, MI, or ou Stroke AVC % Placebo + ASA Clopidogrel + ASA 11.4% 9.3% 20% RRR P < N = 12, Mois de suivi N Engl J Med

6 Traitements antiagrégants plaquettaires des syndromes coronariens aigus Recommandations 2007 de la Société Européenne de Cardiologie pour tous (sauf CI) : dose de charge de mg dose d entretien de 75 à 100 mg au long cours Clopidogrel pour tous (sauf CI) : dose de charge de 300 mg dose d entretien de 75 mg pendant 12 mois (sauf si risque hémorragique excessif) Clopidogrel en monothérapie au long cours si CI à l aspirine

7 Recommandations du Journal Officiel Indications SCA (avec ou sans sus décalage du segment ST) traités ou non par angioplastie Post-pontage coronarien Angor stable AVC en phase aiguë Suite d AVC en absence de cardiopathie emboligène Artérite oblitérante des membres inférieurs (en dehors des complications aiguës) Choix préférentiel + clopidogrel pendant 1 à 12 mois, puis aspirine seule ou clopidogrel après avis spécialisé ou clopidogrel Accord de bon usage des soins relatif à l'utilisation des antiagrégants plaquettaires. Journal Officiel n 4 du 5 janvier 2007, page 189, texte n 24.

8 Angioplastie coronaire Recommandations 2005 de la Société Européenne de Cardiologie Indications de l angioplastie (stenting) dans l angor stable L ATC soulage de manière plus précoce et plus complète les symptômes et diminue d avantage l ischémie à l épreuve d effort par rapport au traitement médical Chez les patients a ou pauci symptomatiques, le traitement médical est préférable à l angioplastie

9 Traitement antiagrégant plaquettaire dans l angioplastie coronaire Recommandations 2005 de la Société Européenne de Cardiologie prétraitement par bithérapie aspirine-clopidogrel durée minimale de la bithérapie dans l angor stable Stent inerte : 1 mois Stent actif : 6 à 12 mois

10 Incidence des thromboses tardives de stents actifs (DES) ou inertes (BMS) après 1 an Pour 1,000 pts RR = 5.0 p = 0.02 p = 0.22 RR = 5.7 DES/BMS SES/BMS PES/BMS Bavry, Kumbhani, Helton, Borek, Mood, Bhatt. AJM In press p = 0.049

11 Months Délai médian des thromboses tardives de stents actifs (DES) vs inertes (BMS) p = p = p = DES/BMS SES/BMS PES/BMS Bavry, Kumbhani, Helton, Borek, Mood, Bhatt. AJM In press

12 Schéma de l étude 1 CHARISMA Patients à haut risque d événements athérothrombotiques (n=15,603) R Traitement en double aveugle jusqu à 1040 événements du critère principal d efficacité* Clopidogrel 75 mg/j+ * (n=~7800) 1 mois *Dose aspirine mg/j 3 mois Visites tous les 6 mois Visite finale Placebo +aspirine* (n=~7800) *décès cardiovasculaire, IDM non fatal,avc non fatal. 1. Bhatt DL, Topol EJ. Am Heart J 2004; 148:

13 Critère principal (IDM/AVC/Décès CV) selon les sous-groupes d inclusion Population N RR (IC 95%) p Maladie cardiovasculaire 12, (0.77, 0.998) documentée Coronaire 5, (0.71, 1.05) 0.13 Cérébrovasculaire 4, (0.69, 1.03) 0.09 AOMI 2, (0.67, 1.13) 0.29 Facteurs de risque multiples 3, (0.91, 1.59) 0.20 uniquement Population totale 15, (0.83, 1.05) Clopidogrel meilleur Placebo meilleur Bhatt DL, ACC 2006

14 Recommandations du Journal Officiel Indications SCA (avec ou sans sus décalage du segment ST) traités ou non par angioplastie Post-pontage coronarien Angor stable AVC en phase aiguë Suite d AVC en absence de cardiopathie emboligène Artérite oblitérante des membres inférieurs (en dehors des complications aiguës) Choix préférentiel + clopidogrel pendant 1 à 12 mois, puis aspirine seule ou clopidogrel après avis spécialisé ou clopidogrel Accord de bon usage des soins relatif à l'utilisation des antiagrégants plaquettaires. Journal Officiel n 4 du 5 janvier 2007, page 189, texte n 24.

15 CAPRIE:clopidogrel est supérieur à l aspirine chez les patients avec ATCD de pontage Taux d événements /an* (%) RRR 8.7% p= % 5.3% RRR 36.3% p= % 5.8% Clopidogrel 0 Total CAPRIE (n=19,185) 1 ATCD pontage (n=1480)2 * IDM,AVC ischémique, décès d origine vasculaire 1. CAPRIE Steering Committee. Lancet 1996; 348: Bhatt DL, Chew DP, Hirsch AT, et al. Circulation 2001; 103:

16 Places respectives de l aspirine et du clopidogrel chez le coronarien Synthèse

17 Coronarien stable à distance d un stenting en 1ère intention Clopidogrel en monothérapie ATCD gastrointestinaux, allergie Maladie athéromateuse multifocale Asp + clopidogrel au long cours, au cas par cas, chez les pts à haut risque multitronculaires à lésions sévères non revascularisables multirevascularisés

18 Syndromes coronariens aigus + clopidogrel en 1ère intention Quel que soit le trait : ATC, PAC, thrombolyse ou médical Durée de la bithérapie : 12 mois, à moduler selon le contexte clinique 3 mois si risque hémorragique au long cours chez le coronarien à haut risque

19 Stenting coronaire + clopidogrel en 1ère intention Durée de la bithérapie : 1 mois si stent inerte 12 mois si stent actif à adapter selon contexte clinique SCA Risque hémorragique Coronarien à haut risque

20 Problèmes non résolus Durée de la bithérapie dans le stenting actif à très haut risque : tronc commun Stenting actif et/ou SCA chez un patient avec indication formelle des AVK : FA, prothèses valvulaires...

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Pas de conflit d intérêt

Pas de conflit d intérêt Pas de conflit d intérêt Actualités dans la prévention secondaire de l AVC Dr S Debiais, Dr I Bonnaud, Dr D Saudeau Service de Neurologie, CHRU de Tours FMC septembre 2008 AVC : Pourquoi les prévenir?

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES Page 1 de 5 INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES La réalisation d une intervention chirurgicale non cardiaque requiert souvent, chez les patients sous antiagrégant

Plus en détail

Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire

Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Mise au point sur les stents coronariens et gestion de l antiagrégation plaquettaire Dr Pierre-François LESAULT Pr Emmanuel TEIGER Laboratoire d Hémodynamique et de Cardiologie Interventionnelle Hôpital

Plus en détail

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années)

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Rémunération directe PEC frais déplacement Abbott Vascular X X Biotronik Boston Scientific Cordis X X Hexacath X X Medtronic Versements Association

Plus en détail

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _120 000 IDM _200 000 stents implantés : (110

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien Les antiagrégants plaquettaires

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 février 2006 PRAVADUAL, comprimé Boîte de 30 (CIP : 369873-9) Boîte de 90 (code CIP : 373769-8) Laboratoire BRISTOL MYERS SQUIBB Pravastatine (40 mg/comprimé) + aspirine

Plus en détail

Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions) 2,5. Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires

Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions) 2,5. Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires 16 février 2011 Guillaume CAYLA Service de cardiologie Pr Messner CHU Nîmes Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions)

Plus en détail

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Déclaration de conflits d intérêt L orateur déclare avoir effectué des interventions ponctuelles à la demande de

Plus en détail

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine CONGRES American College of Cardiology Mars 2009 F. DIEVART Clinique Villette, PARIS. Les études avec la rosuvastatine (AURORA et les analyses de JUPITER) et l étude ACTIVE A Les données présentées à l

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 janvier 2006 TAHOR 10 mg, comprimé pelliculé TAHOR 20 mg, comprimé pelliculé TAHOR 40 mg, comprimé pelliculé TAHOR 80 mg, comprimé pelliculé Laboratoires PFIZER atorvastatine

Plus en détail

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable Pr PAGANELLI, Service de cardiologie CHU NORD 1 I) Angor Angor =

Plus en détail

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose LDL cholestérol, CRP et athérosclérose Pierre-louis MICHEL Congrès de l AFLC. Beyrouth 23 26 Novembre 2005. B Qu est-ce que la «C-Reactive Protein» (CRP)? Facteurs de risques in f l am m ato ires LDL

Plus en détail

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux TA cible < 140/90 mmhg (grade A) Prévenir la variabilité tensionnelle

Plus en détail

Bon usage des agents antiplaquettaires

Bon usage des agents antiplaquettaires RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE Bon usage des agents antiplaquettaires RECOMMANDATIONS Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, juin 2012 1 PLAN PRINCIPAUX MESSAGES...4 INTRODUCTION...5

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

Syndromes coronaires aigus

Syndromes coronaires aigus CONGRES American College of Cardiology J.P. COLLET Service de Cardiologie, Hôpital Pitié-Salpêtrière, PARIS. Syndromes coronaires aigus L American College of Cardiology a encore montré le grand dynamisme

Plus en détail

Cas n 1. Types de Stents

Cas n 1. Types de Stents Cas n 1 Colloque MPR 23 septembre 2009 Dr Burgan, cardiologue Dr de Sousa, interniste méconnue, obésité DRS inaugurale à 4h00 du matin ECG: onde de Pardee de V1-V5 Troponine négative (1h post-douleur)

Plus en détail

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV Nouveautés dans le diagnostique et le traitement de la maladie coronaire du dialysé Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France Probability of cardiovascular events Mortalité

Plus en détail

Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires. pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr

Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires. pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Pathologie cardiovasculaire Geste invasif Prévention primaire Neurochirurgie Artériopathie des membres inf érieurs Prévention

Plus en détail

Dr Bertrand NAPOLEON

Dr Bertrand NAPOLEON Dr Bertrand NAPOLEON Anti agrégants et endoscopie Connaître les recommandations SFED SFAR Connaître les modalités d arrêt, de relais et de reprise des différents traitements anti-agrégants en fonction

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE

ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE MEDICAMENTS ANTIPLAQUETTAIRES points d'impact 3 Liaison IIbIIIa- fibrinogène 1 Reconnaissance du signal Ca ++ 2 Transmission

Plus en détail

Complications digestives des antiplaquettaires. L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone

Complications digestives des antiplaquettaires. L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone Complications digestives des antiplaquettaires L avis du Cardiologue Dr. Mathieu PANKERT CHU La Timone 108 Progrès dans l antiaggregation ASA 22% ASA + Clopidogrel 20% ASA + New P2Y12 blockers Réduc6on

Plus en détail

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Pr Patrick Assayag Service de Cardiologie, CHU Bicêtre Faculté de Médecine Paris-Sud Age et Prévalence de la FA Population adulte < 50 ans 0.4% Population

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA

ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA ENDOPROTHESES CYPHER : EVALUATION DES PRATIQUES EN REGION PACA Dr Eléonore Ronflé Dr Jacques Albizzati SERVICE MEDICAL DE LA REGION PROVENCE ALPES COTE D AZUR 1 C O N T E X T E Enjeu de santé publique

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

Sommaire. Préface... avant-propos... VII. Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus...

Sommaire. Préface... avant-propos... VII. Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... Sommaire Préface... V avant-propos... VII Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... X XI Programme de cardiologie... XII Liste des abréviations autorisées... XIV

Plus en détail

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Les maladies cardiovasculaires chez la femme Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Aucun conflit d intérêt à déclarer Objectifs 1. Particularité des différents facteurs de risque CV 2. Présentations

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

Co-Prescriptions anticoagulants et antiplaquettaires: quelles sont les précautions à prendre

Co-Prescriptions anticoagulants et antiplaquettaires: quelles sont les précautions à prendre Co-Prescriptions anticoagulants et antiplaquettaires: quelles sont les précautions à prendre Thomas Cuisset, CHU Timone, Marseille Paris, Mars 2014 Cet intervenant : a déclaré ses liens d intérêt. estime

Plus en détail

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire?

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 25 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? CONTEXTE Les données des études

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

Pr Christian Spaulding Département de cardiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Université Paris Descartes INSERM U 970, PARCC Paris

Pr Christian Spaulding Département de cardiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Université Paris Descartes INSERM U 970, PARCC Paris SCA de A à Z Du pré-hospitalier à la salle de cathéterisme Pr Christian Spaulding Département de cardiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Université Paris Descartes INSERM U 970, PARCC Paris Conflits

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 06 juin 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 06 juin 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 06 juin 2007 PLAVIX 75 mg, comprimés pelliculés B/28 (CIP 347 945.7) B/50 (347 946.3) PLAVIX 75 mg, comprimés pelliculés sous plaquette thermoformées B/28 (CIP 350 644.4)

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie digestive chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie digestive chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie digestive chez le coronarien Environ 13 % des

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juillet 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juillet 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 juillet 2009 EFIENT 10 mg, comprimés pelliculés Boite de 30 (code CIP 392 120-3) Boîte de 90 (code CIP : 574 530-2) Laboratoire LILLY Prasugrel chlorhydrate ATC :

Plus en détail

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une intervention endoscopique urologique chez le coronarien

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Recommandations. Bon usage des agents antiplaquettaires

Recommandations. Bon usage des agents antiplaquettaires Recommandations Bon usage des agents antiplaquettaires Juin 2012 PRINCIPAUX MESSAGES Ces recommandations ne concernent que 4 antiplaquettaires : l aspirine, le clopidogrel, le prasugrel et le ticagrelor.

Plus en détail

Réduire la fréquence cardiaque en pratique clinique

Réduire la fréquence cardiaque en pratique clinique + Symposium Biopharma "Vie quotidienne et exercice du coronarien et de l insuffisant cardiaque" Forum Coeur Exercice et Prévention 2012 Réduire la fréquence cardiaque en pratique clinique Dany-Michel Marcadet

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Congrès de L Association Franco-libanaise de Cardiologie. Novembre 2005. actives

Congrès de L Association Franco-libanaise de Cardiologie. Novembre 2005. actives Congrès de L Association Franco-libanaise de Cardiologie. Novembre 2005 Aspects médicoéconomiques des prothèses actives Jacques Machecourt Cardiologie & Urgences Cardiologiques - CHU de Grenoble Qu est-ce

Plus en détail

Quels critères de choix pour les antiplaquettaires oraux?

Quels critères de choix pour les antiplaquettaires oraux? 1 Quels critères de choix pour les antiplaquettaires oraux? Le étapes du choix depuis le pré-hospitalier jusqu à la sortie François Schiele, Besançon Conflits d intérêt potentiels : Honoraires de communication

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE.

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. 1 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. ATTITUDE PREOPERATOIRE FACE AUX ANTIAGREGANTS. Dr. AS Dincq Service d Anesthésie 2 1. INTRODUCTION. Prescription

Plus en détail

Parcours du patient cardiaque

Parcours du patient cardiaque Parcours du patient cardiaque Une analyse HAS à partir de la base QualHAS, des Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité & Sécurité des Soins (IPAQSS)- Infarctus du myocarde Linda Banaei-Bouchareb,

Plus en détail

CardioRanceance. Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne

CardioRanceance. Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne CardioRanceance Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne PROTOCOLE RESEAU : CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECOUVERTE D UNE FIBRILLATION ATRIALE RECENTE Auteurs : Dr Hamonic,

Plus en détail

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS

CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS CLINIQUE SAINT- GATIEN TOURS HÔPITAL EUROPÉEN GEORGES POMPIDOU PARIS Défini&on angor stable Douleur angineuse de brève durée, déclenchée par l effort ou ses équivalents, calmée par l arrêt de l effort

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version : 02 Date d'application : 06/2008 Ré f.: CMUB - 014 Pagination 1/5 pages COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 014 Rédacteurs Dr B. VALLET (Urgences-SMUR Beaune) Date 03/11/02

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

STEMI / La Thrombolyse

STEMI / La Thrombolyse ESC STEMI / La Thrombolyse Les thrombolytiques activent la transformation du plasminogène en plasmine. La plasmine exerce une action protéolytique sur la fibrine des caillots mais aussi sur le fibrinogène

Plus en détail

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une intervention endoscopique urologique chez le coronarien Dix à 15 % des

Plus en détail

INVESTIGATEUR TITRE JUSTIFICATION / CONTEXTE COORDONNATEUR/PRINCIPAL

INVESTIGATEUR TITRE JUSTIFICATION / CONTEXTE COORDONNATEUR/PRINCIPAL INVESTIGATEUR COORDONNATEUR/PRINCIPAL TITRE JUSTIFICATION / CONTEXTE Dr Sandrine CHARPENTIER Pôle de Médecine d Urgences, place du Dr Baylac 31059 Toulouse Analgésie des syndromes coronaires aigus avec

Plus en détail

ACE. Association des Cardiologues de l'est

ACE. Association des Cardiologues de l'est ACE Association des Cardiologues de l'est Etude de cas cliniques Vote interactif Cas clinique n 4 R. KRAFT M. PICHENE Questions Quel est le risque thrombotique lié à la FA? Dans le traitement anticoagulant

Plus en détail

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene Antiagrégants Pour la pratique Les nouvelles recommandations C Decoene Avant toute intervention chirurgicale La coagulation doit être normalisée Ischémie Myocardique péri-opératoire Thrombus /plaque Déficit

Plus en détail

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves?

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Rémy Boussageon Département de Médecine Générale de Poitiers Conseil scientifique du CNGE Un Exemple Un homme de 50

Plus en détail

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013?

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Anti-agrégants, anticoagulants et Endoscopie digestive Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Christian Boustière, Marseille ANGIOPAS Essai de phase II randomisé multicentrique évaluant l efficacité

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version : 02 Date d'application : 06/2008 Réf.: CMUB - 014 Pagination 1/5 pages COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 014 Rédacteurs Dr B. VALLET (Urgences-SMUR Beaune) Date 03/11/02

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj. Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.ehr052 Pr JC Deharo, CHU Marseille La fibrillation auriculaire Feinberg WM et al. Arch Intern

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 19 décembre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 19 décembre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 19 décembre 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 26 Février 1999 (J.O du 04 mars 1999) KARDEGIC

Plus en détail

LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE?

LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE? LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE? DR JÉRÔME CAUDRON IMAGERIE MÉDICALE, HÔPITAL PRIVÉ DE L ESTUAIRE, LE HAVRE IMAGERIE MÉDICALE, HÔPITAL CHARLES NICOLLE, ROUEN

Plus en détail

La Thrombose de Stent, mythe ou réalité? Définition, Incidence et Conséquences. Professeur François Schiele CHU BESANCON

La Thrombose de Stent, mythe ou réalité? Définition, Incidence et Conséquences. Professeur François Schiele CHU BESANCON La Thrombose de Stent, mythe ou réalité? Définition, Incidence et Conséquences Professeur François Schiele CHU BESANCON En 1991, la thrombose de stent dans les 2 premières semaines est trouvée chez 26%

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Benjamin BONNET 16 octobre 2014

Benjamin BONNET 16 octobre 2014 Impact pronostique précoce de la protrusion tissulaire observée après stenting chez les patients présentant un SCA sans sus décalage du ST : étude prospective de tomographie par cohérence optique Benjamin

Plus en détail

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE DU de gériatrie g Jeudi 13 mars 2014 FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Stéphane Boulé Hôpital Cardiologique CHRU de Lille Epidémiologie -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE. Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE. Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014 Introduction Hypercoagulabilité et insuffisance cardiaque Fréquence des événements thrombotiques dans

Plus en détail

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1 Structurer le dossier médical des diabétiques Module FMC à distance ANCRED N 1 1 Objectifs du module (1) Savoir analyser, et (2) Classer selon leur gravité dans le dossier médical, les informations collectées

Plus en détail

EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A

EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A EVALUATION DES ENDOPROTHESES CORONAIRES A LIBERATION DE PRINCIPE ACTIF JUILLET 2009 Service évaluation des dispositifs Service de l évaluation économique et de la santé publique 2, avenue du Stade de France

Plus en détail

Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur»

Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur» Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur» Ce manuel reprend une synthèse des recommandations actualisées en Cardiologie et Chirurgie Cardiaque à la date d'édition du présent manuel (juin 2013) et

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

Prévention secondaire des AVC

Prévention secondaire des AVC Prévention secondaire des AVC S.ZEKRI*, N. DAMMENE-DEBBIH** *Service de Médecine Interne Clinique Arezki Kehal Hôpital Birtraria El Biar Alger **Service de Médecine Interne Hôpital Central de l Armée Ain

Plus en détail

région Poitou-Charentes COMMISSION CARDIOLOGIE DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL

région Poitou-Charentes COMMISSION CARDIOLOGIE DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL DÉNOMINATION DU DISPOSITIF MÉDICAL IMPLANTS ENDOVASCULAIRES CORONARIENS DITS «STENTS»CORONAIRES ACTIFS A LIBÉRATION DE PRINCIPE ACTIF CARACTÉRISTIQUES Dénomination commune : Implants endovasculaires coronariens

Plus en détail

Antithrombotiques Indications

Antithrombotiques Indications Antithrombotiques Indications Dr Noël Baille Hôpitaux privés de Metz Antithrombotiques Antiagregants plaquettaires Aspirine Dipyridamole(persantin e*) Thienopyridines Clopidogrel (plavix*) Ticlopidine

Plus en détail

INTERRUPTION D UN TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE CHEZ LE CORONARIEN : CONSEQUENCES ET ATTITUDES PRATIQUES

INTERRUPTION D UN TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE CHEZ LE CORONARIEN : CONSEQUENCES ET ATTITUDES PRATIQUES 101 INTERRUPTION D UN TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE CHEZ LE CORONARIEN : CONSEQUENCES ET ATTITUDES PRATIQUES J-P. Collet, G. Montalescot. Service de Cardiologie, Hôpital de la Pitié-Salpétrière, 47 boulevard

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE Année Universitaire 2013/ LA TRONCHE EXAMEN ECRIT POLE S1. 2ème semestre

FACULTE DE MEDECINE Année Universitaire 2013/ LA TRONCHE EXAMEN ECRIT POLE S1. 2ème semestre FACULTE DE MEDECINE Année Universitaire 2013/2014 38700 LA TRONCHE EXAMEN ECRIT POLE S1 2ème semestre 2013-2014 --------------------- Enseignant responsable du sujet d examen : Pr Gérald VANZETTO Sujet

Plus en détail

Rapport d évaluation

Rapport d évaluation SAISINE DISPOSITIFS MEDICAUX ÉVALUATION DES ENDOPROTHÈSES UTILISÉES DANS L ANGIOPLASTIE DES STÉNOSES ATHÉROMATEUSES INTRACRÂNIENNES Rapport d évaluation Janvier 2013 L argumentaire scientifique de cette

Plus en détail

Quand associer anticoagulants et antiaggrégants. Gabriel O'CONNELL, Interne en médecine générale, UJF Médecine Grenoble

Quand associer anticoagulants et antiaggrégants. Gabriel O'CONNELL, Interne en médecine générale, UJF Médecine Grenoble Quand associer anticoagulants et antiaggrégants plaquettaires Gabriel O'CONNELL, Interne en médecine générale, UJF Médecine Grenoble Introduction Large prescrip+on des AAP et AVK Bénéfices démontrés en

Plus en détail

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES Page 1 de 5 INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES La réalisation d une intervention chirurgicale non cardiaque requiert souvent, chez les patients sous antiagrégant

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE Juillet 2015 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France - F 93218

Plus en détail

TRAITEMENT ET DIAGNOSTIC DE L INFARCTUS DU MYOCARDE (Syndrome coronaire aigu)

TRAITEMENT ET DIAGNOSTIC DE L INFARCTUS DU MYOCARDE (Syndrome coronaire aigu) TRAITEMENT ET DIAGNOSTIC DE L INFARCTUS DU MYOCARDE (Syndrome coronaire aigu) Professeur Mohamed TEMMAR Ghardaïa Docteur Meriem CHARIFI CHU Douera EL MENIA Octobre 2009 TRAITEMENT DE LA POUSSEE D INSUFFISANCE

Plus en détail

Les patients diabétiques représentent

Les patients diabétiques représentent Qui, quand, comment revasculariser le diabétique? DOSSIER C. Le Feuvre Institut de cardiologie, Centre hospitalo-universitaire de la Pitié-Salpêtrière, Paris claude.lefeuvre@psl.aphp.fr Le diabète augmente

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Mr A.A. âgé de 55ans. Facteurs de risque: Diabétique depuis 5ans. Antécédents: aucun. Fumeur 15paquets/année.

Plus en détail

Stent for Life. Martine Gilard CHRU Brest

Stent for Life. Martine Gilard CHRU Brest Stent for Life Martine Gilard CHRU Brest Stent for Life Projet Européen Objectif: améliorer l accès des patients à l angioplastie pour réduire la morbi-mortalité des patients souffrant de syndromes coronaires

Plus en détail

Indication en prévention primaire : quantifier le risque cardio-vasculaire (RCV) selon échelle de risque

Indication en prévention primaire : quantifier le risque cardio-vasculaire (RCV) selon échelle de risque RECOMMNDTIONS DE ONNE PRTIQUE «ON USGE DES NTIPLQUETTIRES» Synthèse du Conseil de recommandations de la Société française de Médecine Vasculaire (SFMV) d après les recommandations de l gence Nationale

Plus en détail

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre «Il faut toujours prendre le maximum de risques avec le maximum de précautions» R. Kipling??? Geste d angioplastie en 2014 plus de limites

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie

Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie Christophe Meune Service de Cardiologie- Hôpital Avicenne Expérience douloureuse Homme de 56 ans 40 PA Aspirine à faible dose pour un

Plus en détail

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales?

Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? Faut il dilater les sténoses artérielles rénales? M.BOUZIDI,M.BENMAMAR,N.MORO, Y.BACHAOUI,L.BOUZIANE M.N.BOUAYED E.H.U.Oran 2015 Causes de l HTA réno-vasculaire et de certaines IRC Les Sténoses athéromateuses:70%

Plus en détail

ASPIRINE : OPTION DE TRAITEMENT AU LONG COURS APRÈS TVP RÉSULTATS DES ÉTUDES ASPIRE, WARFASA (ASPIRINE TO PREVENT RECURRENT VENOUS THROMBOEMBOLISM)

ASPIRINE : OPTION DE TRAITEMENT AU LONG COURS APRÈS TVP RÉSULTATS DES ÉTUDES ASPIRE, WARFASA (ASPIRINE TO PREVENT RECURRENT VENOUS THROMBOEMBOLISM) ASPIRINE : OPTION DE TRAITEMENT AU LONG COURS APRÈS TVP RÉSULTATS DES ÉTUDES ASPIRE, WARFASA (ASPIRINE TO PREVENT RECURRENT VENOUS THROMBOEMBOLISM) Brighton T, Eikelboom J, Mann K et al. Low-dose aspirin

Plus en détail