Suites réelles. I Rappels de vocabulaire. II Suites remarquables. Définition 5

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Suites réelles. I Rappels de vocabulaire. II Suites remarquables. Définition 5"

Transcription

1 I Rappels de vocabulaire Suites réelles Définition 1 Une suite réelle u est une application de I R où I est une partie de N. Au lieu de noter u(n), pour les suites on note u n l image de n par l application u et on appelle aussi u n le terme de rang ou d ordre n de la suite u. Remarques : Le plus souvent I = N ou I = N Pour noter une suite on note soit u soit (u n ) n I Définition 2 Une suite (u n ) n I est dite majorée (resp. minorée) s il existe un réel M (resp. m) tel que : n I u n M (resp.u n m) Une suite (u n ) n I est dite bornée si elle est à la fois majorée et minorée, c est-à-dire s il existe M R tel que pour tout n I, u n M. Définition 3 Une suite (u n ) n I est dite constante si pour tout n I, u n+1 = u n. Une suite (u n ) n I est dite stationnaire s il existe n 0 I tel que n n 0, u n+1 = u n. Définition 4 Une suite (u n ) n I est dite croissante (resp. décroissante) si : n I, u n u n+1 (resp. u n u n+1 ) Pour étudier le sens de variation d une suite on peut soit étudier le signe de la différence u n+1 u n soit, si u est une suite à termes positifs, étudier si u n+1 u n est supérieur ou inférieur à 1. Propriété 1 Une suite croissante est minorée par son premier terme. Une suite décroissante est majorée par son premier terme. II Suites remarquables 1 Suites arithmétiques Définition 5 On dit que la suite (u n ) n I est arithmétique s il existe r R, appelé raison, tel que pour tout n I, u n+1 = u n +r Analyse : Chapitre 3 Page 1 Suites réelles

2 Propriété 2 Si (u n ) n N est une suite arithmétique de raison r alors : n N, u n = u 0 +nr Si la suite n est définie qu à partir du rang p alors on a : n p, u n = u p +(n p)r Propriété 3 Une suite arithmétique de raison r est strictement croissante si r > 0, constante si r = 0, et strictement décroissante si r < 0. 2 Suites géométriques Définition 6 On dit que la suite (u n ) n I est géométrique s il existe q R, appelé raison, tel que pour tout n I, u n+1 = qu n Propriété 4 Si (u n ) n N est une suite géométrique de raison q alors : n N, u n = u 0 q n Si la suite n est définie qu à partir du rang p alors on a : n p, u n = u p q n p Propriété 5 Une suite géométrique de raison q est strictement croissante si q > 1, constante si q = 1, strictement décroissante si 0 < q < 1, constante à partir du rang 1 si q = 0 et non monotone si q < 0. Propriété 6 Soit q R, n et p deux entiers naturels tels que p n. On a : Si q 1 n k=p q k = q p1 qn p+1 1 q et si q = 1 n q k = n p+1 k=p 3 Suites arithmético-géométriques Définition 7 On dit que la suite (u n ) n I est arithmético-géométrique s il existe (a,b) R 2 tels que : n I u n+1 = au n +b Analyse : Chapitre 3 Page 2 Suites réelles

3 Propriété 7 Si (u n ) n N est une suite arithmético-géométrique (avec a 1) alors : ( n N u n = a n u 0 + b ) b a 1 a 1 Propriété 8 Soit (u n ) n N une suite arithmético-géométrique telle que n N, u n+1 = au n +b (avec a 1). Soit x le réel vérifiant x = ax+b. Alors la suite (u n x) n N est géométrique de raison a. Exemple 1: Soit la suite u définie par n N, u n+1 = 5u n 3 et u 0 = 1. On résout l équation x = 5x 3 x = 3 4 On pose alors v n = u n 3 4. On sait que v n est une ( suite géométrique de raison 5. Donc v n = 5 n v 0 = 5 n u 0 3 ) = n. Comme u n = v n + 3 4, on en déduit que u n = 1 4 5n Propriété 9 Soit u une suite arithmético-géométrique. Alors on a u n+1 u n = a n (u 1 u 0 ). Donc si a > 0 le sens de variation de u dépend du signe de u 1 u 0. Si a < 0 la suite u n est pas monotone. 4 Suites récurrentes d ordre 2 On considère une suite u définie par une relation de récurrence linéaire d ordre 2 : u 0 et u 1 sont donnés Équation caractéristique : x 2 ax b = 0. n N u n+2 = au n+1 +bu n Propriété 10 Si l équation caractéristique admet deux solutions réelles distinctes α 1 et α 2 alors : n N u n = A 1 α n 1 +A 2α n 2 Si l équation caractéristique n admet qu une racine réelle α alors n N u n = (A 1 +A 2 n)α n Si l équation caractéristique n admet pas de racines réelles alors on ne sait pas déterminer u n en ECE2. On détermine les valeurs de A 1 et A 2 grâce à u 0 et u 1. Analyse : Chapitre 3 Page 3 Suites réelles

4 III Suites convergentes 1 Définition Définition 8 On dit qu une suite u a pour limite le nombre réel l si u n est aussi proche que l on veut de l dès que n est assez grand : ε > 0, N N, n N u n l < ε On dit qu une suite u tend vers + (resp. ) si : Notations : lim n + u n = l ou u n n + l A R, N N, n N, u n A (resp. u n A) Définition 9 On dit qu une suite u est convergente si elle admet une limite finie. Une suite qui n est pas convergente est dite divergente. Remarques : - Une suite divergente peut soit tendre vers ± soit ne pas avoir de limite, par exemple : u n = 2n+1 v n = ( 1) n - Lorsqu une suite tend vers ± on dit aussi qu elle diverge vers ±. 2 Propriétés a Premières propriétés Propriété 11 Si une suite est convergente alors sa limite est unique. Toute suite convergente est bornée. Si v n est une suite qui diverge vers + (resp. ) et si u est une suite telle que n N, v n u n (resp. u n v n ) alors u diverge vers + (resp. ). Propriété 12 Soient f une fonction définie sur D, (u n ) n N une suite d éléments de D, a et l deux éléments de R. Si la suite (u n ) converge vers a et si limf(x) = l alors lim f(u x a n) = l n + Propriété 13 Soit deux suites (u n ) n N et (v n ) n N telles qu à partir d un certain rang u n v n. Si (u n ) n N converge vers l et (v n ) n N converge vers s alors l s. Propriété 14 Soit trois suites (u n ) n N, (v n ) n N et (w n ) n N telles qu à partir d un certain rang v n u n w n. Si (v n ) n N et (w n ) n N convergent vers la même limite l alors (u n ) n N converge vers l. Analyse : Chapitre 3 Page 4 Suites réelles

5 b Suites remarquables Proposition 1 Soit u une suite arithmétique de raison r. Si r > 0, lim n + u n = + Si r < 0, lim n + u n = Si r = 0, lim n + u n = u 0 Proposition 2 Soit u une suite géométrique de raison q. Si q > 1, lim n + u n = + Si q < 1, lim n + u n = 0 Si q = 1, lim n + u n = u 0 Dans les autres cas la suite u (c est-à-dire q 1) n admet pas de limite. c Opérations sur les limites Une suite étant une application de N R, les propriétés d opérations sur les limites sont exactement les mêmes que pour les fonctions : se reporter au chapitre 1 d analyse. d Suites monotones Théorème 1 Toute suite croissante et majorée est convergente. Toute suite décroissante et minorée est convergente Théorème 2 Toute suite croissante non majorée diverge vers +. Toute suite décroissante non minorée diverge vers. e Suites adjacentes Définition 10 Soient u et v deux suites telles que : la suite u est croissante la suite v est décroissante lim n + v n u n = 0 On dit que u et v sont deux suites adjacentes. Théorème 3 Deux suites adjacentes sont convergentes et ont même limite. Analyse : Chapitre 3 Page 5 Suites réelles

6 3 Comparaison de suites Les définitions et les résultats sont très semblables aux compraisons de fonctions. La principale différence vient du fait que l on ne compare des suites que au voisinage de + donc il n y a jamais de confusion possible. Définition 11 Soient u et v deux suites réelles. On dit que u est négligeable devant v, et on note u n = o(v n ) ou u = o(v), s il existe un entier n 0 et une suite ε définie à partir du rang n 0 qui converge vers 0, telle que : n n 0, u n = v n ε n On dit que u est équivalente à v, et on note u n v n ou u v, s il existe un entier n 0 et une suite α définie à partir du rang n 0 qui converge vers 1 telle que : n n 0, u n = v n α n Théorème 4 Si à partir d un certain rang la suite v ne s annule pas alors u = o(v) ssi lim u v = 0 Théorème 5 Si à partir d un certain rang la suite v ne s annule pas alors u v ssi lim u v = 1 Les règles d opérations sur la négligeabilité et les équivalents sont les mêmes que pour les fonctions. Se reporter au chapitre 2 d analyse. IV Suites récurrentes u n+1 = f(u n ) Dans cette partie on considère une suite définie par son premier terme u 0 et n N, u n+1 = f(u n ). 1 Suite bien définie La première chose à faire lorsque l on vous donne une relation de récurrence du type u n+1 = f(u n ) est de vérifier que votre suite est bien définie, c est-à-dire que vous pouvez calculer tous les u n. Cela va dépendre de la valeur de u 0. Exemple 2: Soit la suite u définie par u 0 = 2 et u n+1 = 1 u n 1. On remarque que u 1 = 1 et donc à partir de u 2, on ne peut plus calculer les termes successifs de la suite. Voici un exemple qui vous donne la méthode classique pour montrer qu une suite est bien définie. Exemple 3: Soit la suite u définie par u 0 = 1 et n N, u n+1 = u n u n. Montrer que la suite u est bien définie et que pour tout n N u n > 0. Montrons par récurrence que la propriété P n : u n est existe et u n > 0 est vraie pour tout n N. Pour n = 0 : u 0 est donné dans l énoncé donc u 0 existe et de plus u 0 = 1 donc on a bien u 0 > 0. P(0) est bien vérifiée. Soit n N fixé. Supposons que P(n) est vraie. Analyse : Chapitre 3 Page 6 Suites réelles

7 Comme u n > 0, on peut calculer u n u n (car u n 0) et donc u n+1 existe bien. De plus, comme la somme de deux termes positifs est positive, on a bien u n+1 > 0. Donc la propriété est vraie au rang n+1. Grâce au principe de récurrence, on a montré que pour tout n N, u n existe, c est-à-dire que la suite u est bien définie et u n > 0. 2 Limites éventuelles On considère ici une fonction f définie sur un intervalle I. Définition 12 Soit x I, on dit que x est un point fixe de f si f(x) = x. Attention, une fonction peut posséder plusieurs points fixes. Propriété 15 Soit f une fonction continue sur I et u une suite réelle dont tous les termes sont des éléments de I. Si la suite u converge vers l I, alors f(u n ) f(l). Cette propriété nous permet d énoncer le théorème suivant sur les limites éventuelles d une suite récurrente : Théorème 6 Soit f : I I une fonction continue et u la suite définie par u 0 I et u n+1 = f(u n ). Si la suite u converge vers l alors l est un point fixe de f. Ainsi les seules possibilités de limites pour la suite u sont à chercher parmi les solutions de l équation f(x) = x. Exemple 4: Déterminer les limites possibles de la suite (u n ) définie dans l exemple 4. On considère la fonction f définie sur R par f(x) = x Déterminons les points fixes de f : x f(x) = x x x = x x 2 = 1 x x2 = 2 x = 2 ou x = 2 Les limites possibles de la suite (u n ) sont donc 2 et 2 mais comme on a montré que u n > 0, on peut dire que (u n ) ne converge pas vers 2. La seule limite possible est donc 2. Attention on a pas ici démontré que (u n ) converge vers 2!!!!!!!!! 3 Deux exemples complets a Cas f croissante Remarque : Soit f une fonction définie sur un intervalle I stable par f et u la suite définie par u n+1 = f(u n ). Si f est croissante alors le sens de variation de u est déterminé par la position de u 1 par rapport à u 0. Attention encore un résultat qu il faudra redémontrer. Analyse : Chapitre 3 Page 7 Suites réelles

8 Exemple 5: Étudions la suite définie par u 0 = 0 et n N, u n+1 = u n Montrons que la suite est bien définie : Pour cela nous allons montrer par récurrence que la propriété P(n) : u n existe et u n 0 est vraie pour tout entier n. Rang 0 : par énoncé, u 0 existe et comme u 0 = 0 on a bien u 0 0 donc P(0) est vraie. Soit n fixé. Supposons que P(n) est vraie. Comme u n 0, on peut calculer u n +2 c est-à-dire que u n+1 existe. De plus u n +2 0 donc on a bien u n+1 0. P(n+1) est alors vraie. Grâce au principe de récurrence on a donc démontré que la suite (u n ) est bien définie et que pour tout n, u n Limites éventuelles : On considère la fonction f définie sur R + par f(x) = x+2. Commef estunefonctioncontinuesurr +,silasuite(u n )convergeversunréellalorsnécessairement l est un point fixe de f et l 0. Cherchons les points fixes de f : Le seul point fixe de f est donc x = 2. Donc la seule limite possible est l = 2. f(x) = x x+2 = x x+2 = x 2 x = 1 ou x = 2 3. Sens de variation : Comme f 1 (x) = 2 x+2 la fonction f est croissante sur R+. Donc on sait que le sens de variation sera donné par la position relative de u 0 et u 1. De plus u 1 = 2 u 0 donc on va démontrer que la suite (u n ) est croissante. Montrons par récurrence que la propriété P(n) : u n u n+1 est vraie pour tout entier n. Rang 0 : d après le calcul précédent u 0 u 1 donc P(0) est vraie. Soit n un entier fixé. Supposons que P(n) est vraie. On sait que u n u n+1 et de plus la fonction f est croissante, donc f(u n ) f(u n+1 ), ce que l on peut écrire : u n+1 u n+2. P(n+1) est alors vraie. Grâce au principe de récurrence on a donc démontré que pour tout entier n, u n u n+1, c est-à-dire que la suite est croissante. 4. Convergence : Comme on vient de démontrer que la suite est croissante, il suffit de regarder si la suite est majorée ou non pour savoir si elle converge vers 2 ou si elle diverge vers +. Montrons par récurrence que la propriété P(n) : u n 2 est vraie pour tout entier n. Rang 0 : comme u 0 = 0, on a bien u 0 2 et donc P(0) est vraie. Soit n fixé. Supposons que P(n) est vraie. On sait que u n 2 et que f est croissante donc f(u n ) f(2) ce qui signifie que u n+1 f(2) = 2. P(n+1) est alors vraie. Grâce au principe de récurrence on a donc démontré que pour tout entier n, u n 2, c est-à-dire que la suite est majorée. La suite (u n ) est donc croissante et majorée, par conséquent elle est convergente. De plus sa seule limite possible est 2 donc la suite (u n ) converge vers 2. Analyse : Chapitre 3 Page 8 Suites réelles

9 b Cas f décroissante Lorsque la fonction f sera décroissante, la suite (u n ) ne sera pas monotone. On pourra alors utiliser deux méthodes pour étudier la convergence de la suite (u n ) : soit onmontrera que les suites (u 2n ) et (u 2n+1 ) convergent vers la même limite, soit on utilisera l inégalité des accroissements finis. Voici la première méthode : Exemple 6: Étudions la suite définie par u 0 = 1 et n N, u n+1 = 1+ 2 u n 1. Montrons que la suite est bien définie : Pour cela nous allons montrer par récurrence que la propriété P(n) : u n existe et u n > 0 vraie pour tout entier n. Rang 0 : par énoncé, u 0 existe et comme u 0 = 1 on a bien u 0 > 0 donc P(0) est vraie. Soit n fixé. Supposons que P(n) est vraie. Comme u n > 0 onau 0 0, et onpeut calculer 1+ 2 u n c est-à-dire que u n+1 existe. De plus 1+ 2 u n > 0 donc on a bien u n+1 > 0. P(n+1) est alors vraie. Grâce au principe de récurrence on a donc démontré que la suite (u n ) est bien définie et que pour tout n, u n > Limites éventuelles : On considère la fonction f définie sur R + par f(x) = 1+ 2 x. Commef estunefonctioncontinuesurr +,silasuite(u n )convergeversunréellalorsnécessairement l est un point fixe de f et l 0. Cherchons les points fixes de f : f(x) = x 1+ 2 x = x x2 x 2 = 0 x = 1 ou x = 2 Le seul point fixe de f sur R + est donc x = 2. Donc la seule limite possible est l = Sens de variation : Comme f (x) = 2 x 2 la fonctionf est décroissante sur R+. La suite (u n ) ne sera donc pas monotone. 4. Suite (u 2n ) : On pose pour tout entier n, v n = u 2n. La suite v vérifie la relation de récurrence : v n+1 = u 2(n+1) = f f(u 2n ) = f f(v n ) Comme la fonction f est décroissante, la fonction f f est croissante. De plus v 0 = u 0 = 1 et v 1 = u 2 = 5 3 donc on peut montrer par récurrence que la suite (v n) est croissante. (cf. exemple précédent) Si la suite (v n ) converge vers l alors on a f f(l) = l et l 0. Or : f f(x) = x = x 1+ 2 ( x +2 = x 1+ 2 ) x 2 x 2 = 0 x = 1 ou x = 2 x x La seule limite éventuelle est l = 2. est Analyse : Chapitre 3 Page 9 Suites réelles

10 Montrons par récurrence que la propriété P(n) : v n 2 est vraie pour tout entier n. Rang 0 : comme v 0 = 1, on a bien v 0 2 et donc P(0) est vraie. Soit n fixé. Supposons que P(n) est vraie. On sait que v n 2 donc f(v n ) f(2) = 2 et donc f f(v n ) f(2) = 2 ce qui signifie que v n+1 2. P(n+1) est alors vraie. Grâce au principe de récurrence on a donc démontré que pour tout entier n, v n 2, c est-à-dire que la suite est majorée. La suite (v n ) est donc croissante et majorée, par conséquent elle est convergente. De plus sa seule limite éventuelle est 2 donc la suite (v n ) converge vers Suite (u 2n+1 ) : On pose pour tout entier n, w n = u 2n+1. La suite w vérifie la relation de récurrence : w n+1 = u 2(n+1)+1 = f f(u 2n+1 ) = f f(w n ) De plus w 0 = u 1 = 3 et w 1 = u 3 = 11 5 donc w 1 w 0. On peut donc démontrer que la suite (w n ) est décroissante. De plus comme on sait que u n > 0 pour tout n, on peut dire que la suite (w n ) est minorée. La suite (w n ) est décroissante et minorée donc convergente vers l qui doit nécessairement vérifier l = f f(l) et l 0 donc (w n ) converge vers Convergence de (u n ) : Comme les suites (u 2n ) et (u 2n+1 ) convergent vers la même limite 2, on peut conclure que la suite (u n ) converge vers 2. 4 Utilisation de l inégalité des accroissements finis Exemple 7: Soit la suite définie par : u 0 = 1 et u n+1 = 1 u2 n x2 et la fonction f définie sur R par f(x) = Montrons par récurrence que pour tout entier n, la propriété P(n) : 0 u n 1 est vraie. Comme u 0 = 1 la propriété est bien vraie au rang 0. Soit n un entier fixé. Supposons P(n) vraie. 0 u n 1 0 u 2 n u2 n u2 n u n+1 1 Donc P(n+1) est alors vraie. Grâce au principe de récurrence on a montré que pour tout entier n, 0 u n 1. Montrons que pour tout x [0;1], f (x) 1 2. Pour tout x, f (x) = x 2. Donc pour tout x [0;1], 1 2 f (x) 0 et donc f (x) 1 2. Montrer que f admet un unique point fixe α dans l intervalle [0;1] et donner la valeur de α. f(x) = x x 2 +4x 4 = 0 x = 2+ 8 ou x = 2 8 Or 2 8 < 0 et comme 4 < 8 < 9, on a 2 < 8 < 3 et donc on a bien Donc f admet sur [0;1] un unique point fixe : α = ( ) n 1 Montrons par récurrence que la propriété P(n) : u n α u 0 α est vraie pour tout entier 2 n. ( ) n 1 Pour n = 0 on a u n α = u 0 α et u 0 α = u 0 α donc P(0) est bien vraie. 2 Analyse : Chapitre 3 Page 10 Suites réelles

11 Soit n un entier fixé. Supposons que P(n) est vraie. f est une fonction dérivable sur [0;1] telle que pour tout x [0;1], f (x) 1. On peut donc lui 2 appliquer l inégalité des accroissements finis. De plus u n [0;1] et α [0;1] donc : f(u n ) f(α) 1 2 u n α Comme f(u n ) = u n+1 et f(α) = α on peut écrire : u n+1 α 1 2 u n α Or d après P(n), 1 2 u n α 1 ( ) n ( ) n u 0 α = u 0 α ( ) n+1 1 Donc u n+1 α u 0 α. 2 P(n+1) est donc vraie. Grâce au principe de récurrence on a démontré que pour tout entier n, u n α ( ) n 1 < 1 on a lim u 0 α = 0. n + 2 Comme 0 < 1 2 Donc, par inégalité, lim u n α = 0 et donc la suite (u n ) converge vers α. n + ( ) n 1 u 0 α 2 Analyse : Chapitre 3 Page 11 Suites réelles

12 5 Représentation graphique On considère la suite u définie par u 0 = 0,9 et u n+1 = u 2 n. Voici comment représenter graphiquement la suite u n. y 1 y = x y = x 2 1 x On considère la suite v définie par v 0 = 0,45 et v n+1 = 1 vn 2. Représenter graphiquement v. y 1 y = x y = 1 x 2 1 x Analyse : Chapitre 3 Page 12 Suites réelles

LEÇON N 52 : 52.1 Suites monotones

LEÇON N 52 : 52.1 Suites monotones LEÇON N 52 : Suites monotones, suites adjacentes. Approximation d un nombre réel, développement décimal. L exposé pourra être illustré par un ou des exemples faisant appel à l utilisation d une calculatrice.

Plus en détail

FICHE DE RÉVISION DU BAC

FICHE DE RÉVISION DU BAC Note liminaire Programme selon les sections : - notion de suite, représentation graphique, suites arithmétiques, suites géométriques : toutes sections - somme de termes, limite de suites arithmétique et

Plus en détail

Cours de Terminale S / Suites. E. Dostal

Cours de Terminale S / Suites. E. Dostal Cours de Terminale S / Suites E. Dostal juillet 204 Table des matières Suites 2. Notion de Suites......................................... 2.2 Suites arithmétiques et suites géométriques..........................

Plus en détail

Suites Limite de suite réelle Exercices corrigés

Suites Limite de suite réelle Exercices corrigés Suites Limite de suite réelle Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : (cliquez sur l exercice pour un accès direct) Exercice 1 : conjecture de la limite d une suite définie par une formule explicite

Plus en détail

Cours 1 : Points fixes de fonctions monotones

Cours 1 : Points fixes de fonctions monotones Université Bordeaux 1 INF569 Master d informatique Logique et Langages (2 - partie 2) Cours 1 : Points fixes de fonctions monotones Anne Dicky 7 novembre 2009 Table des matières 1 Exemples de points fixes

Plus en détail

Séries numériques. Exercice 1. Etudier la convergence des séries suivantes : Allez à : Correction exercice 1

Séries numériques. Exercice 1. Etudier la convergence des séries suivantes : Allez à : Correction exercice 1 Séries numériques Exercice 1. Etudier la convergence des séries suivantes : 1. 2. Allez à : Correction exercice 1 Exercice 2. Etudier la convergence des séries suivantes : Allez à : Correction exercice

Plus en détail

ROC (Restitution organisée des connaissances)

ROC (Restitution organisée des connaissances) TS 2015/2016 Les Suites ROC (Restitution organisée des connaissances) ROC N 1:Théorèmes de comparaison Théorèmes de comparaison Soit trois suites, et. L désigne un nombre réel. Si à partir d un certain

Plus en détail

Cours de terminale S Suites numériques

Cours de terminale S Suites numériques Cours de terminale S Suites numériques V. B. et S. B. Lycée des EK 13 septembre 2014 Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier

Plus en détail

Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 14/11/2013 Corrigé

Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 14/11/2013 Corrigé Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie //0 Corrigé. P. M. E. P. EXERCICE Commun à tous les candidats Soit f la fonction dérivable, définie sur l intervalle ]0 ; + [ par f (x)=e x + x.. Étude d une fonction

Plus en détail

Raisonnement par récurrence Suites numériques

Raisonnement par récurrence Suites numériques Fiche BAC 01 Terminale S Raisonnement par récurrence Suites numériques Exercice n 1. [RÉSOLU] On considère la suite définie par : { u = 1 0 u n+1 = u n +2,n 0 1 ) A la calculatrice ou avec un tableur :

Plus en détail

Terminale ES Chapitre III Suites numériques.

Terminale ES Chapitre III Suites numériques. Terminale ES Chapitre III Suites numériques. I- Généralités. 1) Vocabulaire. Voici une liste de nombres : 1 3 6 10 15 21 (termes) On peut les numéroter : n 0 n 1 n 2 n 3 n 4 n 5 (rangs) Ainsi, le terme

Plus en détail

L espace de probabilités (Ω,A,P )

L espace de probabilités (Ω,A,P ) L espace de probabilités (Ω,A,P ) 1 Introduction Le calcul des probabilités est la science qui modélise les phénomènes aléatoires. Une modélisation implique donc certainement une simplification des phénomènes,

Plus en détail

Université de Brest UFR Droit, Economie, Gestion, AES. Cours de mathématiques S2 Licence AES 2015-2016

Université de Brest UFR Droit, Economie, Gestion, AES. Cours de mathématiques S2 Licence AES 2015-2016 Université de Brest UFR Droit, Economie, Gestion, AES Cours de mathématiques S2 Licence AES 2015-2016 Chapitre 4 - Quelques notions de mathématiques financières 1 Ce chapitre vise à présenter quelques

Plus en détail

Suites : Rappels, récurrence et limites

Suites : Rappels, récurrence et limites Suites : Rappels, récurrence et limites Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 015/01 Table des matières 1 Généralités sur les suites 1.1 Modes de génération d une suite....................................

Plus en détail

Séries entières. Exercice 2. Déterminer le rayon de convergence des séries entières suivantes : ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

Séries entières. Exercice 2. Déterminer le rayon de convergence des séries entières suivantes : ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) Séries entières Exercice 1. Soit Une série entière. On suppose qu elle diverge pour et qu elle converge pour. Quel est son rayon de convergence? Allez à : Correction exercice 1 Exercice 2. Déterminer le

Plus en détail

Suites géométriques CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES. Déterminer la limite d une suite géométrique de raison strictement positive.

Suites géométriques CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES. Déterminer la limite d une suite géométrique de raison strictement positive. Chapitre 01 Suites géométriques CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Suites géométriques. Reconnaître et exploiter une suite géométrique dans une situation donnée. Connaître la formule donnant 1 +

Plus en détail

Chapitre 3 Étude de fonctions. Table des matières. Chapitre 3 Étude de fonctions TABLE DES MATIÈRES page -1

Chapitre 3 Étude de fonctions. Table des matières. Chapitre 3 Étude de fonctions TABLE DES MATIÈRES page -1 Chapitre 3 Étude de fonctions TABLE DES MATIÈRES page -1 Chapitre 3 Étude de fonctions Table des matières I Exercices I-1 1................................................ I-1................................................

Plus en détail

Suites numériques Généralités Exercices corrigés

Suites numériques Généralités Exercices corrigés Suites numériques Généralités Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : Exercice 1 : définition d une suite, notion de rang et termes d une suite Exercice 2 : calcul avec les termes d une suite

Plus en détail

Extremums d une fonction

Extremums d une fonction Extremums d une fonction I) Définitions (rappels de seconde : voir la fiche de cours correspondante) Soit une fonction définie sur un ensemble D inclus dans, et deux réels. est le maximum de sur D si et

Plus en détail

SUITES NUMERIQUES. Une suite est un ensemble infini où chaque élément se voit attribuer un numéro

SUITES NUMERIQUES. Une suite est un ensemble infini où chaque élément se voit attribuer un numéro SUITES NUMERIQUES I. Présentation des suites numériques Une suite est un ensemble infini où chaque élément se voit attribuer un numéro Définition d'une suite. Une suite (u n ) est une fonction définie

Plus en détail

Les équations du premier degré

Les équations du premier degré TABLE DES MATIÈRES 1 Les équations du premier degré Paul Milan LMA Seconde le 10 septembre 2010 Table des matières 1 Définition 1 2 Résolution d une équation du premier degré 2 2.1 Règles de base................................

Plus en détail

Chapitre 4. Quelques types de raisonnement

Chapitre 4. Quelques types de raisonnement Chapitre 4 Quelques types de raisonnement 1. Aide à la rédaction d un raisonnement 1.1. Analyse du problème La première chose est de distinguer les hypothèses (= propositions vraies) de la question (=proposition

Plus en détail

2 PGCD, PPCM, petit théorème de Fermat

2 PGCD, PPCM, petit théorème de Fermat Université de Paris-Sud, année 2012/2013 Filière Math/Info-L2 Maths 209 Feuille d exercices de soutien 1 Congruences et arithmétique sur Z Exercice 1. a) Soit n un nombre entier. Combien de valeurs peut

Plus en détail

Corrigé : EM Lyon 2006

Corrigé : EM Lyon 2006 Corrigé : EM Lyon 26 Option économique Exercice 1: 1. a) Comme A est une matrice triangulaire, on peut lire ses valeurs propres sur sa diagonale. Les valeurs propres de A sont et 1. b) Aadmet deux valeurspropresdistinctes

Plus en détail

Mathématiques approfondies (parcours MID) Semestre 2. 1. Ensembles et applications

Mathématiques approfondies (parcours MID) Semestre 2. 1. Ensembles et applications Université Paris XII Licence Économie-Gestion Mathématiques approfondies (parcours MID) Semestre 2 1. Ensembles et applications Exercice 1 On considère l ensemble F des fruits, l ensemble R des fruits

Plus en détail

Suites : Calcul et comportement asymptotique.

Suites : Calcul et comportement asymptotique. 4 Chapitre 3 Suites : Calcul et comportement asymptotique. 3. Méthodes de définition. Comment définir une suite (u n ) n N de réels? Par l expression de son terme général, Par une formule de récurrence

Plus en détail

Exercices : Étude de fonctions

Exercices : Étude de fonctions Exercices : Étude de fonctions Exercice : Calculer les limites suivantes :. lim + lnx+x x+e x.. lim 3. lim x4 e x +3x x x 4. lim 5. lim 6. lim e x (lnx) (e 3 ) x e 3x +x ( (lnx) 3 +x ) x 7. lim x e x +e

Plus en détail

Exercices fondamentaux

Exercices fondamentaux Université de Nantes Département de Mathématiques DEUG MIAS - Module M2 Algèbre Année 2002/2003 Liste d exercices n 1 Exercices fondamentaux Espaces vectoriels, sous-espaces vectoriels 1. Montrer que l

Plus en détail

LA DÉRIVÉE SECONDE. Même si la dérivée première donne beaucoup d'information à propos d'une fonction, elle ne la caractérise pas complètement.

LA DÉRIVÉE SECONDE. Même si la dérivée première donne beaucoup d'information à propos d'une fonction, elle ne la caractérise pas complètement. LA DÉRIVÉE SECONDE Sommaire 1. Courbure Concavité et convexité... 2 2. Détermination de la nature d'un point stationnaire à l'aide de la dérivée seconde... 6 3. Optima absolus... 8 La rubrique précédente

Plus en détail

BORNE SUPERIEURE. P. Pansu 15 février 2005

BORNE SUPERIEURE. P. Pansu 15 février 2005 BORNE SUPERIEURE P. Pansu 15 février 2005 1 Motivation Grandeur et misère de Q. 1.1 Propriétés de l ordre dans Q L ordre est compatible avec les opérations d addition et de multiplication (par exemple,

Plus en détail

Seconde Chapitre III : Fonctions affines Année scolaire 2012/2013

Seconde Chapitre III : Fonctions affines Année scolaire 2012/2013 Seconde Chapitre III : Fonctions affines Année scolaire 2012/2013 I) Généralités sur les fonctions affines : 1) Définition : Une fonction f définie sur R est dite affine si il existe deux nombres réels

Plus en détail

a. (0,5) Probabilité que le candidat n ait pas un dossier de bonne qualité et soit admis à la formation :. b. (0,5)

a. (0,5) Probabilité que le candidat n ait pas un dossier de bonne qualité et soit admis à la formation :. b. (0,5) Exercice 1 : (5 points) 1 On choisit un candidat au hasard et on note : l évènement : «le candidat a un dossier jugé de bonne qualité»; l évènement : «le candidat est admis à suivre la formation» a (0,5)

Plus en détail

Suites numériques. Christophe ROSSIGNOL. Année scolaire 2007/2008

Suites numériques. Christophe ROSSIGNOL. Année scolaire 2007/2008 Suites numériques Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 007/008 Table des matières 1 Notion de suite numérique 1.1 Définition................................................. 1. Modes de génération d une

Plus en détail

Calcul des limites de Suites numériques

Calcul des limites de Suites numériques Fiche BAC 02 Calcul des ites de Suites numériques Exercice n 1 Calculer les ites des suites suivantes lorsqu'elles existent. Justifier votre réponse. Pour tout entier n : 1 ) u n =n 2 n+5 2 ) v n = 2n2

Plus en détail

Université de Nice Sophia-Antipolis Licence L3 Mathématiques Année 2008/2009. Analyse Numérique. Corrigé du TD 5

Université de Nice Sophia-Antipolis Licence L3 Mathématiques Année 2008/2009. Analyse Numérique. Corrigé du TD 5 Licence L3 Mathématiques Année 008/009 Analyse Numérique Corrigé du TD 5 EXERCICE 1 Méthode des approximations successives, ordre de convergence Soient I un intervalle fermé de R, g : I I une fonction

Plus en détail

Chapitre 4. Formules de Taylor. 4.1 Les trois formules de Taylor

Chapitre 4. Formules de Taylor. 4.1 Les trois formules de Taylor Chapitre 4 Formules de Taylor La formule de Taylor, du nom du mathématicien Brook Taylor qui l établit en 1715, permet l approximation d une fonction plusieurs fois dérivable au voisinage d un point par

Plus en détail

PRÉPARATION DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES. SÉRIE ES Obligatoire et Spécialité

PRÉPARATION DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES. SÉRIE ES Obligatoire et Spécialité PRÉPRTION DU BCCLURÉT MTHÉMTIQUES SÉRIE ES Obligatoire et Spécialité 8 Janvier Durée de l épreuve : heures Coefficient : 5 ou 7 L usage d une calculatrice électronique de poche à alimentation autonome,

Plus en détail

APPLICATIONS LINÉAIRES ET MATRICES. Résumé de cours d algèbre linéaire L1 de B. Calmès, Université d Artois (version du 1 er février 2016)

APPLICATIONS LINÉAIRES ET MATRICES. Résumé de cours d algèbre linéaire L1 de B. Calmès, Université d Artois (version du 1 er février 2016) APPLICATIONS LINÉAIRES ET MATRICES Résumé de cours d algèbre linéaire L de B. Calmès, Université d Artois (version du er février 206). Applications linéaires Soient E et F des espaces vectoriels sur K...

Plus en détail

Chapitre 5 : Application - Forces Centrales

Chapitre 5 : Application - Forces Centrales Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 5: Application - Forces Centrales SMPC Chapitre 5 : Application - Forces Centrales I Force Centrale I.)- Définition Un point matériel est soumis à une force

Plus en détail

Nombre dérivé et tangente

Nombre dérivé et tangente Nombre dérivé et tangente I) Interprétation grapique 1) Taux de variation d une fonction en un point. Soit f une fonction définie sur un intervalle I contenant le nombre réel a, soit (C) sa courbe représentative

Plus en détail

b) Equation du second degré Lorsque l équation ax² + bx + c = 0 admet des solutions, celles-ci sont appelées racines du trinôme ax² + bx + c.

b) Equation du second degré Lorsque l équation ax² + bx + c = 0 admet des solutions, celles-ci sont appelées racines du trinôme ax² + bx + c. Chapitre I : Révisions I. Le second degré a) fonction trinôme La représentation graphique d une fonction f définie sur par f() = a² + b + c (a non nul) est une parabole. La fonction f est appelée fonction

Plus en détail

Généralités sur les fonctions

Généralités sur les fonctions Généralités sur les fonctions Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2008/2009 Table des matières 1 Rappels et compléments 3 1.1 Fonctions affines............................................. 3 1.2 Fonctions

Plus en détail

Extremums d une fonction

Extremums d une fonction Extremums d une fonction I) Définitions (rappels de seconde : voir la fiche de cours correspondante) Soit une fonction définie sur un ensemble D inclus dans, et deux réels. est le maximum de sur D si et

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Généralités sur les fonctions numériques

Généralités sur les fonctions numériques Généralités sur les fonctions numériques. Rappels sur les fonctions.. Généralités Définition : On appelle fonction f un procédé qui à tout nombre réel tente d'associer un unique nombre réel f(), appelé

Plus en détail

Mathématique -5SH - 3périodes/semaine.

Mathématique -5SH - 3périodes/semaine. Exemples : I. SUITES NUMÉRIQUES 1. Voici une suite de termes numériques : 3, 17, 87, 437, 2187, ou indice 0 1 2 3 4 5 termes Exemple 3 17 87 437 2187 p n-1 n A. DÉFINITION Intuitivement, une suite est

Plus en détail

4. En déduire l existence d une asymptote oblique pour (C f ) en +. 3 x 2 + 2x 3, et on note (C f) sa courbe

4. En déduire l existence d une asymptote oblique pour (C f ) en +. 3 x 2 + 2x 3, et on note (C f) sa courbe de la ère S à la TS. Exercice n : On donne la fonction f définie sur R par : = x 4 + x +. On appelle Γ la courbe représentative de f dans un repère orthonormé (O; ı, j).. Étudier la parité de f.. Déterminer

Plus en détail

Quatre études de fonctions

Quatre études de fonctions Énoncé Quatre études de fonctions Eercice 1 On définit la fonction f : e 1/ ( +. 1. Préciser le domaine de définition, de continuité, de dérivabilité de f.. Indiquer les limites de f au bornes de son domaine

Plus en détail

QCM chapitre 4 (cf. p. 116 du manuel) Pour bien commencer

QCM chapitre 4 (cf. p. 116 du manuel) Pour bien commencer QCM chapitre 4 (cf. p. 116 du manuel) Pour bien commencer Pour chaque question, il y a une ou plusieurs bonnes réponses. Tableaux de variations et tableaux de signes Les exercices 1 et se réfèrent au graphique

Plus en détail

Soit f une fonction définie sur un intervalle I deret a un réel appartenant à I. Lorsque le rapport

Soit f une fonction définie sur un intervalle I deret a un réel appartenant à I. Lorsque le rapport Lcée JANSON DE SAILLY 0 novembre 04 DÉRIVATION re STID I NOMBRE DÉRIVÉ DÉFINITION Soit f une fonction définie sur un intervalle I deret a un réel appartenant à I. f() f(a) Lorsque le rapport admet une

Plus en détail

Chapitre 9: Introduction aux tests statistiques

Chapitre 9: Introduction aux tests statistiques Chapitre 9: Introduction aux tests statistiques 1. Approche 2. Formalisme général d un test statistique 3. P-value 4. Intervalle de confiance 5. Test bilatéral et test unilatéral 1 1. Approche Procédé

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

MATHS VUIBERT. Rappels de cours Conseils de méthode Exercices guidés Exercices d approfondissement Problèmes de synthèse Tous les corrigés détaillés

MATHS VUIBERT. Rappels de cours Conseils de méthode Exercices guidés Exercices d approfondissement Problèmes de synthèse Tous les corrigés détaillés VUIBERT MÉTHODES EXERCICES PROBLÈMES MATHS ECE 2 e année Tout le programme Rappels de cours Conseils de méthode Exercices guidés Exercices d approfondissement Problèmes de synthèse Tous les corrigés détaillés

Plus en détail

THEOREME DE LA CONVERGENCE MONOTONE

THEOREME DE LA CONVERGENCE MONOTONE THEOREME DE LA CONVERGENCE MONOTONE.1 Suite minorée, majorée, bornée Dénition 1 minorée par m : quel que soit n, u n m majorée par M : quel que soit n, u n M bornée = minorée + majorée Exemple de suite

Plus en détail

Raisonnement par récurrence. Limite d une suite

Raisonnement par récurrence. Limite d une suite DERNIÈRE IMPRESSION LE 4 octobre 205 à 9:20 Raisonnement par récurrence. Limite d une suite Table des matières Raisonnement par récurrence 2. Effet domino................................ 2.2 Intérêt du

Plus en détail

Logarithme Népérien. Conséquence Pour tous réels a et b strictement positifs on a : ln 1 a = - lna ; ln a b = lna - lnb ; ln a = 1 2 lna

Logarithme Népérien. Conséquence Pour tous réels a et b strictement positifs on a : ln 1 a = - lna ; ln a b = lna - lnb ; ln a = 1 2 lna Logarithme Népérien I) Définition - s Rappel La fonction exponentielle est une bijection de r sur ]0;+ [, c'est-à-dire que pour tout k ]0;+ [, l'équation ex = k a une solution unique dans r, cette solution

Plus en détail

Relations d ordre, relations d équivalence

Relations d ordre, relations d équivalence Université de Provence Mathématiques générales 2 Relations d ordre, relations d équivalence 1 Relations d ordre Exercice 1. Dans la droite réelle, déterminer les minorants, les bornes inférieures et les

Plus en détail

Généralités sur les fonctions numériques

Généralités sur les fonctions numériques Chapitre 7 Généralités sur les fonctions numériques Étude d une fonction réelle d une variable réelle On munit le plan d un repère orthonormé O; i, j.. Fonction réelle d une variable réelle Définition

Plus en détail

Limite d une suite - Terminale S Exercices corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompris.com. v n. lim. lim

Limite d une suite - Terminale S Exercices corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompris.com. v n. lim. lim Limite d une suite - Terminale S Exercices corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompriscom Reconnaitre les formes indéterminées Dans chaque cas, on donne la ite de et v n Déterminer si possible, ( +

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 21 février 2015 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 21 février 2015 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 février 015 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient Le sujet est paginé de 1 à 5. Veuillez vérifier que vous avez bien toutes les pages. En cas d anomalie,

Plus en détail

Fonctions hyperboliques

Fonctions hyperboliques Chapitre III Fonctions hyperboliques A Fonctions hyperboliques directes A. Sinus hyperbolique et cosinus hyperbolique A.. Définition On appelle fonction sinus hyperbolique la fonction sh : R R, x sh x

Plus en détail

Chapitre 6 : Tests d hypothèses

Chapitre 6 : Tests d hypothèses U.P.S. I.U.T. A, Département d Informatique Année 2008-2009 Chapitre 6 : Tests d hypothèses Les statistiques peuvent être une aide à la décision permettant de choisir entre deux hypothèses. Par exemple,

Plus en détail

Corrigé : EM Lyon 2008

Corrigé : EM Lyon 2008 Exercice 1: I. Étude d une fonction Corrigé : EM Lyon 28 Option économique 1. Les fonctions t t et t ln(t) sont continues sur ];+ [ donc par produit et différence de fonctions continues, f est continue

Plus en détail

Raisonnement par récurrence

Raisonnement par récurrence Raisonnement par récurrence V. Bansaye Niveau : Approfondir la Terminale S Diculté : Plutôt facile, un peu technique pour le second. Durée : 20 min pour le premier, une bonne demi heure pour le second.

Plus en détail

CORRECTION. = et b = x a ȳ ) 2 V (X)V (Y ) aa = r 2. 9, on a, on a : a = 3, 5 9 et b = 24 15.

CORRECTION. = et b = x a ȳ ) 2 V (X)V (Y ) aa = r 2. 9, on a, on a : a = 3, 5 9 et b = 24 15. UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR / 8 OFFICE DU BACCALAUREAT BP 55-DAKAR-Fann-Sénégal Serveur Vocal: 68 5 59 Téléfax () 864 67 9 - Tél : 84 95 9-84 65 8 M A T H E M A T I Q U E S Durée: 4 heures Séries

Plus en détail

Transferts Thermiques TP n 1 PROBLEMES BIDIMENSIONNELS

Transferts Thermiques TP n 1 PROBLEMES BIDIMENSIONNELS Transferts Thermiques TP n 1 PROBLEMES BIDIMENSIONNELS Ce TP est à réaliser en salle d informatique, seul ou en binôme. Il ne donnera pas lieu à une évaluation directe, et il n est pas demandé de compte-rendu.

Plus en détail

CHAPITRE V INEGALITES

CHAPITRE V INEGALITES CHAPITRE V INEGALITES COURS 1) Inégalités... p 1 ) Inéquations du premier degré à une inconnue. p ) Systèmes d inéquations... p 5 4) Encadrements.... p 6 EXERCICES.. p 10 COURS 1) Inégalités Rappelons

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Chapitre 1. Logique et ensembles. 1.1 Rudiments de logique. Logique, tables de vérité. Quantificateurs

Chapitre 1. Logique et ensembles. 1.1 Rudiments de logique. Logique, tables de vérité. Quantificateurs Document créé le 29 octobre 2015 Lien vers les solutions des exercices Lien vers le cours de ce chapitre Chapitre 1 Logique et ensembles 1.1 Rudiments de logique Logique, tables de vérité Exercice 1.1.1

Plus en détail

Baccalauréat ES Antilles Guyane 19 juin 2013

Baccalauréat ES Antilles Guyane 19 juin 2013 Exercice Baccalauréat ES Antilles Guyane 9 juin Cet exercice est un questionnaire à choix multiples. Pour chacune des quatre questions, quatre réponses sont proposées ; une seule de ces réponses est exacte.

Plus en détail

fonctions homographiques

fonctions homographiques fonctions homographiques Table des matières 1 aspect numérique et algébrique 3 1.1 activités.................................................. 3 1.1.1 activité 1 : différentes écritures.................................

Plus en détail

Espaces euclidiens. Soient E un espace vectoriel euclidien de dimension n, le produit scalaire sera noté comme

Espaces euclidiens. Soient E un espace vectoriel euclidien de dimension n, le produit scalaire sera noté comme Espaces euclidiens 1 Bases orthonormées Soient E un espace vectoriel euclidien de dimension n, le produit scalaire sera noté comme d habitude : < x, y >, ou (x, y) ou < x y > On note < x, x >= x 2, x est

Plus en détail

Corrigé du Devoir Surveillé n 2

Corrigé du Devoir Surveillé n 2 Corrigé du Devoir Surveillé n Exercice : Autour de la fonction Arc cosinus Représentons la fonction définie par f(x) = Arccos (cosx) + Arccos (cos x). f est définie sur R, f est paire, f est π périodique

Plus en détail

Taux de Rendement Interne (TRI)

Taux de Rendement Interne (TRI) PRINCIPAUX CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROJETS 4 Principes fondamentaux Définition Il s agit du taux d actualisation qui rend nulle la VAN de base (voir calculs pages 145 et 146), ou par extension, la VANR.

Plus en détail

5 Chapitre 5. Pseudo-primalité

5 Chapitre 5. Pseudo-primalité Chapitre 5 Chapitre 5. Pseudo-primalité Nous poursuivons l investigation autour de la réciproque du théorème de Fermat : après avoir vu le théorème de Lehmer dans le chapitre précédent, nous nous intéressons

Plus en détail

ARITHMETIQUE. Parmi toutes ces décompositions, seule la dernière est telle que r < 6 : c est la division euclidienne de 51 par 6.

ARITHMETIQUE. Parmi toutes ces décompositions, seule la dernière est telle que r < 6 : c est la division euclidienne de 51 par 6. ARITHMETIQUE. I) Multiples et diviseurs d un nombre entier naturel : 1) Rappel : Division euclidienne : Voici toutes les décompositions possibles de 51 sous la forme 6 q + r, où q et r sont des entiers

Plus en détail

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : RESOLUTION ANALYTIQUE

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : RESOLUTION ANALYTIQUE LA PROGRAMMATION LINEAIRE : RESOLUTION ANALYTIQUE Dans cette leçon, nous abordons un algorithme de résolution d'un problème de programmation linéaire : l'algorithme du simplexe. Nous le présentons d'abord

Plus en détail

L'aire du domaine limité par la courbe, l'axe des abscisses et les droites d'équations 4 et 16 est d'environ 0,95 unités d'aire.

L'aire du domaine limité par la courbe, l'axe des abscisses et les droites d'équations 4 et 16 est d'environ 0,95 unités d'aire. T ES/L DEVOIR SURVEILLE 6 24 MAI 2013 Durée : 3h Calculatrice autorisée NOM : Prénom : «Le candidat est invité à faire figurer sur la copie toute trace de recherche, même incomplète ou non fructueuse,

Plus en détail

Calcul mental. Je pense à un nombre, je lui ajoute 27, je trouve 60. Quel est ce nombre?

Calcul mental. Je pense à un nombre, je lui ajoute 27, je trouve 60. Quel est ce nombre? Calcul mental Le golf. Il s agit, à partir d un nombre donné, d atteindre un nombre cible, en respectant un certain nombre de contraintes : Nombre de départ : 12 Nombre cible : 53 Contraintes : ajouter

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

RSA - bases mathématiques

RSA - bases mathématiques RSA - bases mathématiques Jang Schiltz Centre Universitaire de Luxembourg Séminaire de Mathématiques 162A, avenue de la Faïencerie L-1511 Luxembourg Luxembourg E-mail:schiltzj@cu.lu 1 Divisibilité Définition

Plus en détail

Dérivation, accroissement et calcul marginal

Dérivation, accroissement et calcul marginal Dérivation, accroissement et calcul marginal MATHEMATIQUES APPLIQUEES Licence 1 Administration Economique et Sociale Sébastien Pommier 2007-2008 Un exemple introductif Introduction Un exemple 1/2 Une bille

Plus en détail

Suites : Résumé de cours et méthodes

Suites : Résumé de cours et méthodes Suites : Résumé de cours et méthodes Généralités ne suite numérique est une liste de nombres, rangés et numérotés : à l entier 0 correspond le nombre noté 0 à l entier correspond le nombre noté à l entier

Plus en détail

Généralités sur les fonctions

Généralités sur les fonctions Généralités sur les fonctions Voir des propriétés sur la calculette et de les démontrer par des calculs : ensemble de définition solutions d'équations et d'inéquations croissance et décroissance symétries

Plus en détail

Brevet de technicien supérieur Opticien lunetier session 2010

Brevet de technicien supérieur Opticien lunetier session 2010 Brevet de technicien supérieur Opticien lunetier session 2010 A. P. M. E. P. Exercice 1 11 points Les deux parties A et D peuvent être traitées indépendamment des parties B et C A. Ajustement affine Une

Plus en détail

Types de raisonnement

Types de raisonnement Types de raisonnement Christian Cyrille 19 août 013 "On résoud les problèmes qu on se pose et non les problèmes qui se posent" Henri Poincaré En sciences, deux façons de raisonner : - l induction - la

Plus en détail

Surplomb maximal. Vincent PANTALONI. 27 novembre 2010

Surplomb maximal. Vincent PANTALONI. 27 novembre 2010 Surplomb maximal Vincent PANTALONI 27 novembre 2010 1 Le problème On s intéresse ici à un problème que nous sommes beaucoup à nous être posé, en jouant à empiler des cartes, des dominos, des morceaux de

Plus en détail

Lentilles minces. reconnaître la nature (convergente ou divergente) d'une lentille mince. de construire l'image d'un objet à travers cette lentille.

Lentilles minces. reconnaître la nature (convergente ou divergente) d'une lentille mince. de construire l'image d'un objet à travers cette lentille. Lentilles minces Le but du module est de décrire les propriétés fondamentales des lentilles minces en établissant une classification de celles-ci et en apprenant à construire la marche des rayons lumineux

Plus en détail

Exercices supplémentaires : Etude de fonctions

Exercices supplémentaires : Etude de fonctions Exercices supplémentaires : Etude de fonctions Partie A : Dérivabilité Etudier la dérivabilité de la fonction : 1 en 1. On considère la fonction définie sur 1; par 1 1 Etudier la dérivabilité de en 1.

Plus en détail

Correction Bac ES Amérique du Nord juin 2010

Correction Bac ES Amérique du Nord juin 2010 Correction Bac ES Amérique du Nord juin 2010 EXERCICE 1 (5 points) On considère la fonction définie et dérivable sur l intervalle [ 2 ; 11], et on donne sa courbe ci-dessous. 1) (0) est égal à 2 : réponse

Plus en détail

Etude de fonctions polynômes, cours, terminale STMG

Etude de fonctions polynômes, cours, terminale STMG Etude de fonctions polynômes, cours, terminale STMG F.Gaudon 8 juillet 2015 Table des matières 1 Fonction dérivée 2 2 Opérations sur les fonctions dérivables 2 2.1 Somme..............................................

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

Corrigé de la première épreuve de mathématiques. Mines-Ponts 2009 - filière MP

Corrigé de la première épreuve de mathématiques. Mines-Ponts 2009 - filière MP Corrigé de la première épreuve de mathématiques Mines-Ponts 9 - filière MP A. Questions préliminaires Prouvons par récurrence sur n N la propriété P n : φ f est de classe C n sur et t, φ (n f (t = i n

Plus en détail

Fonctions : Limites et asymptotes

Fonctions : Limites et asymptotes Fonctions : Limites et asymptotes Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 205/206 Table des matières Limite à l infini 3. Limite infinie en, en...................................... 3.2 Limite finie en, en

Plus en détail

Règles départementales d évaluation des apprentissages (RDÉA) : Document explicatif 1

Règles départementales d évaluation des apprentissages (RDÉA) : Document explicatif 1 Règles départementales d évaluation des apprentissages (RDÉA) : Document explicatif 1 Novembre 2011 1 Le département est invité à faire appel au Service des études pour obtenir plus de précisions ou pour

Plus en détail

TP Cours : Diagrammes de Bode du premier ordre

TP Cours : Diagrammes de Bode du premier ordre TP Cours : Diagrammes de Bode du premier ordre Dans ce polycopié, on passe en revue les méthodes et définitions à maîtriser pour l étude des filtres du premier ordre. Toutes ont été étudiées lors des séances

Plus en détail

Exercice 1 : «un gars, une fille» (3 points)

Exercice 1 : «un gars, une fille» (3 points) Exercice 1 : «un gars, une fille» (3 points) Simulation : On a simulé la situation sur un tableur. Le graphique ci-dessous indique l évolution de la fréquence de l évènement M «Avoir un garçon et une fille»

Plus en détail

Polynômes et Fractions rationnelles

Polynômes et Fractions rationnelles 3. Polynômes CHAPITRE 3 Polynômes et Fractions rationnelles 3.. Polynômes On désigne par K l ensemble R ou l ensemble C. Les élements de K sont les scalaires. 3... Définitions. Définition 3.. Soient a

Plus en détail

Etude des extrema d une fonction

Etude des extrema d une fonction CHAPITRE 3 Etude des extrema d une fonction 1. Extrema : Rappels sur les fonctions d une variable Dans cette section on veut généraliser à plusieurs variable la discussion suivante concernant les fonctions

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail