Les porteurs de voix. Les voies d écoute

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les porteurs de voix. Les voies d écoute"

Transcription

1 Les voix et les voies de l usager : «Figures de la démocratie sanitaire et médico-sociale»

2 Les droits des malades et les lois de 2002 L'accès aux soins et le respect du patient L'information et le consentement du patient La participation des usagers du système de santé La qualité du système de santé La réparation des risques sanitaires

3 La démocratie sanitaire loi du 4 mars 2002 Une proposition de grille de lecture : quels croisements pour la prise en compte de la voix de l usager / patient / client? en établissement de soins et plus généralement dans le système de santé

4 Les voix et les voies de l usager Les porteurs de voix Les voies d écoute

5 citoyens médias Fédérations d établissements Association usager Représentant usagers bénévoles Ancien patient Personne de confiance Entourage patient Patient

6 professionnels bénévoles Ancien patient Service qualité CRUQ PC CLIN CLAN CLUD Directions CA HAS Instances nationales Médias et régionales élus

7 La démocratie sanitaire 3 niveaux de lecture et de participation pour l usager : 1. La personne souffrant de la maladie, des troubles liés à son handicap ou de sa dépendance 2. La personne «consommatrice» de prestation interrogée sur la qualité de ce qu elle reçoit 3. La personne citoyenne pouvant agir sur les politiques publiques Comment reste-t-on citoyen lorsque l on franchit la porte de l hôpital? D où des risques de confusion et d incompréhension mutuelle

8 citoyens médias Fédérations d établissements Association usager Représentant usagers X Organisation établissement Structure politique : Conférences régionales et nationales de santé X Bonnes pratiques profession nelles X u r n e bénévoles Ancien patient Soins Colloque collectif Certific ation Entourage patient Patient X professionnels bénévoles Colloque singulier patient médecin Ancien patient Service qualité CRUQ PC CLIN CLAN CLUD Directions CA HAS Instances nationales Médias et régionales élus

9 Un éclairage par une expérience de démocratie collective en Soins de suite La Fondation des Etudiants de France : mise en place d une Assemblée Générale des Parents par Alexandre THIEBAULT, directeur

10 citoyens médias Fédérations d établissements Association usager Représentant usagers bénévoles La Fondation des étudiants de France Soins? Organisation établissement Ancien patient Colloque collectif Entourage patient Patient X professionnels bénévoles Colloque singulier patient médecin Ancien patient Service qualité CRUQ PC CLIN CLAN CLUD Directions CA HAS Instances nationales Médias et régionales élus

11 Le bénévolat une expérimentation de la démocratie sanitaire? Un échange d expérience: une expérience en établissement de soins : la clinique de la porte verte à Versailles par Guenoela NICKLAUS

12 citoyens Le bénévolat en établissement de santé médias Fédérations d établissements Association usager Représentant usagers Soins? et accompagnement Colloque collectif bénévoles Ancien patient Entourage patient X Colloque singulier patient / pair? Patient professionnels bénévoles Ancien patient Service qualité CRUQ PC CLIN CLAN CLUD Directions CA HAS Instances nationales Médias et régionales élus

13 La démocratie médico-sociale loi du 2 janvier 2002 Une proposition de grille de lecture : Quels points de rencontre pour écouter la voix de l usager? En établissement ou service et plus généralement dans le système de santé?

14 médias citoyens Elus locaux Fédérations d établissements Association d usager Représentants d usagers Bénévoles rsonne de confiance (dossier médical) Entourage / Personne référente Personne accompagnée Médias Comités professionnelsbénévoles techniques Service CVS qualité Directions CA éts ou organisme gestionnaire MDPH Mairie Conseil général Instances ANESM nationales et régionales élus

15 médias citoyens Elus locaux Fédérations d établissements Association d usager Ancienne personne accueillie Bénévoles Personne de confiance (dossier médical) Une réponse à la personne ou de la personne accompagnée? Entourage / Personne référente Personne accompagnée X Projet individualisé Comités professionnelsbénévoles techniques CVS Service qualité Directions CA éts ou organisme gestionnaire

16 médias citoyens Elus locaux Fédérations d établissements Association d usager Ancienne personne accueillie Bénévoles Personne de confiance (dossier médical)? X Evaluation interne Projet qualité La prise en compte de l avis des personnes accompagnées sur le projet collectif Entourage / Personne référente Personne accompagnée Comités professionnels bénévoles techniques Service CVS qualité X Projet collectif CA éts ou MDPH Directions organisme gestionnaire Instances Maire Conseil ANESMnationales général et régionales élus Médias

17 Un éclairage par une expérience de démocratie collective en ESAT Le Comité de Gestion et d Information des Travailleurs Handicapés mis en place par l ESAT Bastille (COGITH) Par Arnaud BENEY, secrétaire du COGITH

18 Un éclairage par une expérience de démocratie collective en EHPAD Le comité des usagers à l AREPA, association rassemblant des foyers logements, des EHPAD en Ile de France et en province

19 médias citoyens Elus locaux Fédérations d établissements Association d usager Ancienne personne accueillie Bénévoles Politique handicap et consultation sur des projets au sein des CDCPH (Le Conseil départemental consultatif des personnes handicapées ) et le CNCPH CDAPH (La Commission des droits de l'autonomie des personnes handicapées )au sein des MDPH CNSA (caisse nationale de solidarité pour l autonomie) : consultation projets de recherche PRIAC : Programme interdépartemental d accompagnement du handicap et de la perte d autonomie X ANESM : participation aux groupes de travail X Bonnes pratiques professionnelles Personne de confiance (dossier médical) Entourage / Personne référente Personne accompagnée Comités professionnels bénévoles techniques Service CVS qualité CA éts ou MDPH Directions organisme gestionnaire Instances Maire Conseil ANESMnationales général et régionales élus Médias

20 Quelles similitudes entre démocratie sanitaire et démocratie médico sociale? Des fondements identiques : les droits de la personne et l exercice de la citoyenneté La volonté de prendre en compte dans le système qualité des établissements et services les attentes des bénéficiaires (loi 4 mars 2002 ou loi du 2 janvier 2002) Veiller au respect des droits individuels et développer le droit à l expression collective Le droit à la représentativité des usagers dans les politiques publiques par les associations d usagers

21 Quelles différences entre démocratie sanitaire et démocratie médico sociale? La démocratie dans le secteur sanitaire est construite comme une démocratie indirecte via les représentants d usagers La démocratie dans le secteur médico- social est voulue comme une démocratie directe dans les CVS ou équivalent Pourquoi? La durée de la prise en charge? Des lieux de vie?

22 A partir de quel niveau d expression? 1. La personne souffrante de sa maladie des troubles liés à son handicap ou de sa dépendance? 2. La personne «consommatrice» de prestation interrogée sur la qualité de ce qu elle reçoit? 3. La personne citoyenne. Quel niveau d action sur les politiques publiques?

23 Quelles différences entre démocratie sanitaire et démocratie médico sociale? La démocratie en médico social est une démocratie «locale» avec une organisation d élections des représentants des usagers directs et de leur entourage si cela est adapté, dans les Conseils de la Vie Sociale (CVS) : 50 % de la composition de ses membres

24 Qualité attendue Attentes / besoins des clients Mesure de la pertinence : taux de demandes perdues ou insatisfaites : EPP Qualité voulue par les professionnels : recommandations de BP / protocoles et référentiels de pratique clinique Enquête de satisfaction Club utilisateurs Gestion des plaintes CRUQPC Mesure de la qualité et de la performance Projet qualité (Tableau de bord) Audits de pratiques. EPP : évaluation d un problème clinique Analyse des évènements indésirables : analyse mortalité / morbidité Qualité perçue Qualité réalisée

25 Pour créer une dynamique Qualité Corriger (Act) Plan d actions correctives et préventives par l élaboration d un plan d amélioration de la qualité Prévoir (Plan) Définition d une politique Information et partage de cette politique Vérifier (Check) Mesure avec l aide d un référentiel d Evaluation en ESAT Faire (Do) Mise en œuvre Implication des professionnels

26 Quelles différences entre démocratie sanitaire et démocratie médico sociale? Des associations d usagers investissent les 2 champs, d autres non Des associations peu fédérées par un collectif identifié et interlocuteur des politiques

27 L organisation du recueil de la voix des usagers par l intermédiaire des associations est encore à coordonner dans le secteur médico-social pour influer plus globalement sur les politiques publiques

28 Première piste de travail? Identifier dans les établissements et services le niveau à partir duquel on parle afin de limiter les risques de confusion dans cet exercice toujours à réinventer

29 Deuxième piste de travail Comment développer la démocratie directe dans les établissements sanitaire au moins lorsque la durée de séjour le permet? Par exemple en psychiatrie? En moyen séjour?

30 Deuxième pistes de travail? Poursuivre la démocratie «médico-sociale" au sein des ARS : Quelle place pour les représentants d usagers des établissements et services? Dans les ARS? Quid de de la représentativité directe?

31 Conclusion Quels enrichissements mutuels à partir des expériences du sanitaire et du médico-social? Qu en pensez vous?

Démarche qualité en EHPAD. Y. Wolmark Hôpital Bretonneau (Paris 18)

Démarche qualité en EHPAD. Y. Wolmark Hôpital Bretonneau (Paris 18) Démarche qualité en EHPAD Y. Wolmark Hôpital Bretonneau (Paris 18) LA QUALITE Aptitude à satisfaire les besoins exprimés ou implicites des utilisateurs La qualité des soins OMS Garantir à chaque patient

Plus en détail

Nouvelle procédure d autorisation par appel à projet Dossier de presse 30 juillet 2010

Nouvelle procédure d autorisation par appel à projet Dossier de presse 30 juillet 2010 Nouvelle procédure d autorisation par appel à projet Dossier de presse 30 juillet 2010 1 Sommaire Une réforme pour qui? Une réforme pour quoi? Objectifs et bénéfices attendus - Répondre plus rapidement

Plus en détail

TRACEUR JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT. Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie

TRACEUR JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT. Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT TRACEUR Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie Pauline Bailleul, Responsable Département Management de la Qualité et de la Gestion des Risques 12 juin

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE DE CERTIFICATION ISO 9001

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE DE CERTIFICATION ISO 9001 MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE DE CERTIFICATION ISO 9001 PLAN Analyser la situation initiale par rapport à l ISO 9001. Définir l objet de l organisme (finalité, clients internes et externes, attentes?) :

Plus en détail

PRECONISATIONS AUX MUNICIPALITES POUR ACCOMPAGNER LES PERSONNES HANDICAPEES DANS LES VILLES DU BAS-RHIN

PRECONISATIONS AUX MUNICIPALITES POUR ACCOMPAGNER LES PERSONNES HANDICAPEES DANS LES VILLES DU BAS-RHIN PRECONISATIONS AUX MUNICIPALITES POUR ACCOMPAGNER LES PERSONNES HANDICAPEES DANS LES VILLES DU BAS-RHIN Proposées par UDAPEI du BAS-RHIN Union départementale des associations de parents, de personnes handicapées

Plus en détail

Docteur DEBOFFLE. G.

Docteur DEBOFFLE. G. 1 SESSION INTER REGIONALE Les Coopérations : L Hôpital Public au cœur du mouvement. Journée du 11 janvier 2001, à l ENSP de Rennes. Docteur DEBOFFLE. G. 2 HOPITAL LOCAL : HOPITAL DE PROXIMITE Quelles Missions

Plus en détail

Rencontre départementale d Ille et Vilaine l Evaluation des structures sociales et médico-sociales LE CADRE NATIONAL

Rencontre départementale d Ille et Vilaine l Evaluation des structures sociales et médico-sociales LE CADRE NATIONAL Rencontre départementale d Ille et Vilaine l Evaluation des structures sociales et médico-sociales LE CADRE NATIONAL 1 EVALUATIONS : LE CADRE LEGISLATIF et REGLEMENTAIRE La loi du 2 janvier 2002 dispose

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Belfort, le 03 juin 2014

DOSSIER DE PRESSE. Belfort, le 03 juin 2014 DOSSIER DE PRESSE Belfort, le 03 juin 2014 La Maison départementale des personnes handicapées mise à l honneur par un plaidoyer «Un collectif d associations de personnes en situation de handicap reconnait

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE. Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE.

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE. Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE. COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE Octobre 2003 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

Quelle architecture et quel pilotage pour la nouvelle certification?

Quelle architecture et quel pilotage pour la nouvelle certification? Quelle architecture et quel pilotage pour la nouvelle certification? 30 septembre 2014 Les ambitions de la V2014 Une certification au service des démarches qualité des ES Une certification continue, mieux

Plus en détail

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre?

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre? Offre de formation 2013 Le pouvoir d agir Appui à la vie associative Projets sociaux des collectivités locales Projet associatif Actions citoyennes Bénévolat Développement social local La participation

Plus en détail

Le schéma départemental est un outil essentiel de prospective des politiques locales sociales et médicosociales.

Le schéma départemental est un outil essentiel de prospective des politiques locales sociales et médicosociales. Le schéma départemental est un outil essentiel de prospective des politiques locales sociales et médicosociales. Le Conseil Général du Cher a souhaité associer l ensemble des acteurs aux différentes étapes,

Plus en détail

Analyse d un parcours patient par la méthode du «patient traceur» Dr M.C. Moll Coordonnateur GDR, délégué qualité

Analyse d un parcours patient par la méthode du «patient traceur» Dr M.C. Moll Coordonnateur GDR, délégué qualité Analyse d un parcours patient par la méthode du «patient traceur» Dr M.C. Moll Coordonnateur GDR, délégué qualité 1 Contexte : Certification V2014 Objectifs de la 4 ème itération de la certification V2014

Plus en détail

Association Saint Cyr Projet associatif 7 janvier 2014

Association Saint Cyr Projet associatif 7 janvier 2014 Association Saint Cyr Projet associatif 7 janvier 2014 1 e Introduction, contexte Le projet associatif définit les actions à poursuivre ou à entreprendre pour atteindre les objectifs de l Association.

Plus en détail

Ahmed Khelili et Sylvie Drot/ Hôpital Marie Lannelongue CCLIN /ARLIN île de France 15/10/2015

Ahmed Khelili et Sylvie Drot/ Hôpital Marie Lannelongue CCLIN /ARLIN île de France 15/10/2015 Ahmed Khelili et Sylvie Drot/ Hôpital Marie Lannelongue CCLIN /ARLIN île de France 15/10/2015 Réunion des infirmiers(e) hygiéniste CCLIN Paris Nord 1 Certification V 2014 : Procédure d évaluation externe

Plus en détail

SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences. I- Conduite d un examen psychiatrique

SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences. I- Conduite d un examen psychiatrique ACTIVITES Référentiel métier SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences CONNAISSANCES Référentiel de connaissances et formations de base à acquérir I- Conduite d un entretien psychiatrique à visée diagnostique

Plus en détail

Conseil de la vie sociale et autres formes de participation

Conseil de la vie sociale et autres formes de participation Conseil de la vie sociale et autres formes de participation Textes de référence : articles L.311-6 et D.311-3 à D.311-32-1 du Code de l action sociale et des familles. 1. Conseil de la vie sociale Le conseil

Plus en détail

SAVS : Projet d établissement SAVS

SAVS : Projet d établissement SAVS SAVS : Projet d établissement Les autorisations Autorisation du 14 septembre 2001 : Ce service s adresse aux seules personnes fréquentant le centre Ad appro ; il est destiné au soutien pour une vie à domicile

Plus en détail

l audit énergétique l audit partagé sur mesure

l audit énergétique l audit partagé sur mesure l audit énergétique l audit partagé sur mesure Rénovation énergétique : les objectifs du Grenelle Consommation d'énergie en copropriété (kwh/m²/an) Et vous pour vous, quelle est votre consommation en kwh/m²/an?

Plus en détail

Le patient traceur. Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé. Août 2014 ACC01_F205_B

Le patient traceur. Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé. Août 2014 ACC01_F205_B Le patient traceur Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé Août 2014 ACC01_F205_B 1 La méthode du patient traceur Définition Méthode d évaluation et d amélioration

Plus en détail

Guide d'aide et de remplissage V01 Mise à jour du : 05/02/2013. Guide : - Aide sur le déroulement de l'évaluation interne en EHPAD

Guide d'aide et de remplissage V01 Mise à jour du : 05/02/2013. Guide : - Aide sur le déroulement de l'évaluation interne en EHPAD Guide : - Aide sur le déroulement de l'évaluation interne en EHPAD - Remplissage du référentiel d'evaluation dans les EHPAD Lorrains Qualilor Santé, groupe de travail REEL SOMMAIRE AVANT PROPOS... 2 INTRODUCTION...

Plus en détail

Répartition des groupes pour auto-évaluation V3

Répartition des groupes pour auto-évaluation V3 Répartition des groupes pour auto-évaluation V3 Groupes de travail proposés : Groupe 1 : management de l établissement : 3 V23/09 APM ; V07/10 APM ; V21/10 APM (Comité de direction) Groupe 2 : droits des

Plus en détail

Fédération des Mouvements Personne d Abord du Québec

Fédération des Mouvements Personne d Abord du Québec Consultation générale de la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale «Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité» Livre blanc du ministère de la Santé et des Services

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL PASA - 2015 Pôle d activités et de soins adaptés

LIVRET D ACCUEIL PASA - 2015 Pôle d activités et de soins adaptés LIVRET D ACCUEIL PASA - 2015 Pôle d activités et de soins adaptés Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes Route de Marseille D 559 83270 SAINT-CYR-SUR-MER Service des établissements

Plus en détail

Une priorité de la CME

Une priorité de la CME CME Avril 2014 Qualité de la prise en charge médicamenteuse du patient Une priorité de la CME Pr Béatrice Crickx Responsable Qualité Médicament AP-HP Pr Philippe Lechat Pt COMEDIMS Catherine Montagnier

Plus en détail

2. Les acteurs et le contenu du contrat local de santé du Médoc... 5. 3. La gouvernance du contrat local de santé du Médoc... 8

2. Les acteurs et le contenu du contrat local de santé du Médoc... 5. 3. La gouvernance du contrat local de santé du Médoc... 8 1 Sommaire 1. Le contrat local de santé : mieux coordonner les politiques de santé pour réduire les inégalités d accès aux soins... 3 2. Les acteurs et le contenu du contrat local de santé du Médoc...

Plus en détail

DEMANDE D'ACCES AU TRANSPORT DES PERSONNES A MOBILITE REDUITE (TPMR)

DEMANDE D'ACCES AU TRANSPORT DES PERSONNES A MOBILITE REDUITE (TPMR) CADRE RESERVE AU CG : N Dossier Familial : N de foyer : N Aide : Gestionnaire : DEMANDE D'ACCES AU TRANSPORT DES PERSONNES A MOBILITE REDUITE (TPMR) DISPOSITIF RESERVE AUX YVELINOIS VIVANT A DOMICILE NE

Plus en détail

POLITIQUE & PROCÉDURE. APPROUVÉE PAR : Résolution no 2013-01-045 Date : 2013-01-21

POLITIQUE & PROCÉDURE. APPROUVÉE PAR : Résolution no 2013-01-045 Date : 2013-01-21 POLITIQUE & PROCÉDURE P-16-2013 TITRE : POLITIQUE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL N o : P-16-2013 APPROUVÉE PAR : Résolution no 2013-01-045 Date : 2013-01-21 DATE EN VIGUEUR : 2013-01-21 politique nouvelle

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Educateur de Jeunes Enfants

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Educateur de Jeunes Enfants A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Educateur de Jeunes Enfants 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

L AIDE A L AUTONOMIE. Organisation et financement. Aide à l'autonomie UFR CGT Cheminots

L AIDE A L AUTONOMIE. Organisation et financement. Aide à l'autonomie UFR CGT Cheminots L AIDE A L AUTONOMIE Organisation et financement 1 Aide à l autonomie 2 Dépendance ou aide à l autonomie? La notion de dépendance, apparue en 1997, renvoie à une approche uniquement biomédicale, visant

Plus en détail

Fiche d identification

Fiche d identification Dossier de demande d aide financière pour les lieux de vie collectifs Fiche d identification DEMANDEUR Raison sociale :... Adresse :... Tel/Fax/Courriel... Statut juridique :... N FINESS et/ou SIRET Nom

Plus en détail

Règles de conduite pour la gestion des réclamations dans les entreprises d assurances

Règles de conduite pour la gestion des réclamations dans les entreprises d assurances Règles de conduite plaintes (février 2012 avec annexe) Règles de conduite pour la gestion des réclamations dans les entreprises d assurances I. INTRODUCTION Les entreprises d assurances portent une attention

Plus en détail

CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE

CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE RAPPORT AU CONSEIL GENERAL Direction Générale des Services Direction de la Solidarité 81 CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE Par délibération du 2 juillet 2007, notre assemblée a adopté son schéma

Plus en détail

MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ

MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ «Ensemble, développons vos compétences» MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ RÉACTIVITÉ ADAPTABILITÉ QUALITÉ PROXIMITÉ Dernière version consultable sur le site : http://ouestberre.gretanet.com MMQ K Septembre

Plus en détail

Les dispositifs d accompagnement et de

Les dispositifs d accompagnement et de Organics Cluster in Rhône-Alpes, partenaire du colloque Bio Bio Transfo Les dispositifs d accompagnement et de financement des projets Bio Transfo: 7 octobre 2010- Technopole Alimentec Audrey Bouton, Chargée

Plus en détail

Place de l'orthoptie dans l'organisation de santé

Place de l'orthoptie dans l'organisation de santé Chapitre 16 Place de l'orthoptie dans l'organisation de santé C. Hervault, M.-F. Abadie P L A N D U C H A P I T R E Les tutelles 296 Les autres structures 296 Les syndicats professionnels 297 L'orthoptiste

Plus en détail

Résultats de l enquête de satisfaction auprès des patients hospitalisés du CHU-Hôpitaux de Rouen du 11 mai 2010

Résultats de l enquête de satisfaction auprès des patients hospitalisés du CHU-Hôpitaux de Rouen du 11 mai 2010 Résultats de l enquête de satisfaction auprès des patients hospitalisés du CHU-Hôpitaux de Rouen du 11 mai 2010 CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Les services concernés par l enquête Tous les services d

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion et aménagement durable des espaces et des ressources de l Université de Perpignan Via Domitia - UPVD Vague

Plus en détail

Connaissance du cadre d intervention

Connaissance du cadre d intervention MECS du Breuil Priieuré du Breuiill 55200 COMMERCY Grille d auto-évaluation pour Educateur Spécialisé en formation dans le cadre d un stage à responsabilité à la MECS du Breuil Le cadre législatif et réglementaire

Plus en détail

CHARTE «COMMUNE HANDICAP»

CHARTE «COMMUNE HANDICAP» CHARTE «COMMUNE HANDICAP» Entre La Ville de NEVERS, représentée par son Maire, Monsieur Didier BOULAUD Et Les associations suivantes Association Regards Positifs, représentée par Monsieur Marc HENNEBOIS,

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DURABLE : L EXPERIENCE DU CH St LÔ

DEVELOPPEMENT DURABLE : L EXPERIENCE DU CH St LÔ DEVELOPPEMENT DURABLE : L EXPERIENCE DU CH St LÔ Ronan Talec, Directeur des services économiques, logistiques et techniques, CH St Lô et Coutances Quelques chiffres-clés - CH Mémorial de Saint-Lô 527 lits

Plus en détail

CONCOURS GENERAL SESSION 2009

CONCOURS GENERAL SESSION 2009 CONCOURS GENERAL SESSION 2009 Epreuve d admission Partie écrite : Durée : 2 heures Le Centre hospitalier du Val d Ariège (CHVA) est inscrit dans un réseau local de lutte contre les infections nosocomiales

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE A L ADMISSION

DOSSIER DE CANDIDATURE A L ADMISSION UNITE SPECIALISEE POUR ENFANTS POLYHANDICAPES LES JARDINS DE L ALHAMBRA DOSSIER DE CANDIDATURE A L ADMISSION L Unité Spécialisée pour Enfants Polyhandicapés «Les Jardins de l Alhambra» est un établissement

Plus en détail

de l aide à l autonomie

de l aide à l autonomie 213 Les chiffres clés de l aide à l autonomie La quatrième édition des Chiffres clés de l aide à l autonomie met à la disposition des acteurs et des décideurs du secteur médicosocial les données disponibles

Plus en détail

PERSONNES AGEES BP 2015

PERSONNES AGEES BP 2015 CONSEIL GENERAL DU JURA Réunion du : 4ème trimestre 2014 Type : BP 2015 Service : DSSD Thème : ACTIONS SOCIALES Commission : Act. Sociales : Personnes Agées/Handicapées PERSONNES AGEES BP 2015 Avec 65

Plus en détail

Quels impacts de la loi Touraine sur vos traitements dans le domaine médical, social et médico-social? Laurent Caron.

Quels impacts de la loi Touraine sur vos traitements dans le domaine médical, social et médico-social? Laurent Caron. Quels impacts de la loi Touraine sur vos traitements dans le domaine médical, social et médico-social? Mercredi 27 janvier 2016 Laurent Caron Avocat à la Cour Tel : 06.84.69.23.77 laurent.caron@caron-avocat.fr

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL PASA - 2014 Pôle d activités et de soins adaptés

LIVRET D ACCUEIL PASA - 2014 Pôle d activités et de soins adaptés LIVRET D ACCUEIL PASA - 2014 Pôle d activités et de soins adaptés Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes Route de Marseille D 559 83270 SAINT-CYR-SUR-MER Service des établissements

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Service de la santé publique (SSP) No du poste selon décision d'organisation : communautaire (ISC)

CAHIER DES CHARGES. Service de la santé publique (SSP) No du poste selon décision d'organisation : communautaire (ISC) DEPARTEMENT DE LA FORMATION, DE LA JEUNESSE ET DE LA CULTURE Service de l enseignement spécialisé et de l appui à la formation (SESAF) Unité de promotion de la santé et de prévention en milieu scolaire

Plus en détail

FICHE DE POSTE. Inspection et. Générale. L'ensemble des entités du Ministère.

FICHE DE POSTE. Inspection et. Générale. L'ensemble des entités du Ministère. et Contrôle Exerce en permanence la conduite des missions d inspection et de contrôle qui lui sont confiées, aux niveaux de toutes les structures et les entités relevant du ministère Délégué chargé de

Plus en détail

COMED CCAPEX CESI Obligatoire. Obligatoire Outil du PDALPD.

COMED CCAPEX CESI Obligatoire. Obligatoire Outil du PDALPD. Mise en place de la Autorité créatrice COMED CCAPEX CESI Obligatoire. Obligatoire Outil du PDALPD. Préfet par arrêté. Comité responsable du Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées

Plus en détail

Protocole d allégement

Protocole d allégement Protocole d allégement 1- Allégements réglementaires applicables à tous les candidats dont ceux ayant obtenu une validation partielle par voie de VAE Les candidats qui justifient : Un diplôme au moins

Plus en détail

Je profite de l occasion pour renouveler mes remerciements à l ensemble des participants et intervenants de l atelier «emploi»

Je profite de l occasion pour renouveler mes remerciements à l ensemble des participants et intervenants de l atelier «emploi» 10 ans de la loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées Colloque régional handicap et citoyenneté Jeudi 3 décembre 2015

Plus en détail

Les commissions d accessibilité dans les Yvelines

Les commissions d accessibilité dans les Yvelines Les commissions d accessibilité dans les Yvelines Cycle d information et d échanges sur l accessibilité Le Chesnay 13 Mars 2012 Présentation : Cédric LOESCHER Préfecture (SIDPC), Chef du BPRSP Introduction

Plus en détail

Journée Régionale Qualité de Champagne-Ardenne 2 décembre 2014. Centre Hospitalier de Mâcon Bertrand Gelly, Ingénieur Qualité

Journée Régionale Qualité de Champagne-Ardenne 2 décembre 2014. Centre Hospitalier de Mâcon Bertrand Gelly, Ingénieur Qualité Journée Régionale Qualité de Champagne-Ardenne 2 décembre 2014 Centre Hospitalier de Mâcon Bertrand Gelly, Ingénieur Qualité 1 Définition et objectifs Définition: Outil de suivi longitudinal de la démarche

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. Foyer d accueil médicalisé «Equinoxe»

LIVRET D ACCUEIL. Foyer d accueil médicalisé «Equinoxe» LIVRET D ACCUEIL Foyer d accueil médicalisé «Equinoxe» Version sept. 2012 Sommaire BIENVENUE... 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT... 2 Types d accueils proposés... 3 L internat... 3 L accueil de jour...

Plus en détail

Docteur Sylvie PERON C.H. LABORIT (Poitiers 86) Juin 2013

Docteur Sylvie PERON C.H. LABORIT (Poitiers 86) Juin 2013 Docteur Sylvie PERON C.H. LABORIT (Poitiers 86) Juin 2013 1 Principes du secteur de psychiatrie Les textes du secteur depuis la circulaire du 15 mars 1960 insistent : - Continuité, complémentarité et coordination

Plus en détail

BENEFICIER DE CONSEILS ET ACCOMPAGNEMENTS PERSONNALISES

BENEFICIER DE CONSEILS ET ACCOMPAGNEMENTS PERSONNALISES BENEFICIER DE CONSEILS ET ACCOMPAGNEMENTS PERSONNALISES Environnement / Sécurité 86 - Evaluation des Risques Professionnels Diagnostic de l entreprise sur la conformité à la réglementation dans le domaine

Plus en détail

LE PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION ACADEMIQUE ORLEANS-TOURS 2015

LE PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION ACADEMIQUE ORLEANS-TOURS 2015 Le 19 février 2015 LE PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION ACADEMIQUE ORLEANS-TOURS 2015 Depuis plusieurs années, la mise en œuvre d une politique active de prévention des risques professionnels, dans l académie

Plus en détail

Le présent document doit être remis aux personnes accueillies et aux familles conjointement avec le livret d accueil de l établissement ou service.

Le présent document doit être remis aux personnes accueillies et aux familles conjointement avec le livret d accueil de l établissement ou service. Ce document présente le texte de l arrêté interministériel du 8 septembre 2003 (texte publié au Journal Officiel), qui constitue la Charte des droits et libertés de la personne accueillie dans les établissements

Plus en détail

Orientation des élèves de troisième intéressés par des études conduisant à des métiers du sanitaire et du social

Orientation des élèves de troisième intéressés par des études conduisant à des métiers du sanitaire et du social Orientation des élèves de troisième intéressés par des études conduisant à des métiers du sanitaire et du social Éléments d information à l intention des professeurs de Troisième À la rentrée 2011, le

Plus en détail

LE GUIDE DU TUTEUR PÉDAGOGIQUE. Le contrat d apprentissage une valeur sûre! POITIERS - LA ROCHELLE - NIORT - CHÂTELLERAULT - ANGOULÊME

LE GUIDE DU TUTEUR PÉDAGOGIQUE. Le contrat d apprentissage une valeur sûre! POITIERS - LA ROCHELLE - NIORT - CHÂTELLERAULT - ANGOULÊME LE GUIDE DU TUTEUR PÉDAGOGIQUE Le contrat d apprentissage une valeur sûre! POITIERS - LA ROCHELLE - NIORT - CHÂTELLERAULT - ANGOULÊME V ous avez accepté de suivre un ou plusieurs apprentis et je vous en

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL DE FORMATION 2015-2016 PARCOURS METIERS - FICHE DE PRESENTATION

PROGRAMME REGIONAL DE FORMATION 2015-2016 PARCOURS METIERS - FICHE DE PRESENTATION PROGRAMME REGIONAL DE FORMATION 2015-2016 PARCOURS METIERS - FICHE DE PRESENTATION Intitulé du Parcours métiers SE FORMER AUX METIERS DE L'AIDE A DOMICILE n de l offre de formation 2015 4969 0948 Nom de

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU CRA MIDI-PYRENEES

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU CRA MIDI-PYRENEES REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU CRA MIDI-PYRENEES Centre Ressources Autisme Midi-Pyrénées p. 1/11 Centre Ressources Autisme Midi-Pyrénées p. 2/11 REFERENCES Loi n 2002-2 du 2 janvier 2002, rénovant l action

Plus en détail

Enquête nationale de satisfaction de la surveillance AES Raisin Geres. Nathalie Floret X ème Journée du réseau AES Sud-Est Lyon, le 10 janvier 2012

Enquête nationale de satisfaction de la surveillance AES Raisin Geres. Nathalie Floret X ème Journée du réseau AES Sud-Est Lyon, le 10 janvier 2012 Enquête nationale de satisfaction de la surveillance AES Raisin Geres Nathalie Floret X ème Journée du réseau AES Sud-Est Lyon, le 0 janvier 202 Contexte Changement de la coordination nationale CCLIN EST

Plus en détail

Mise en place du certificat de spécialisation restauration collective : outil d appui pour les travaux d ingénierie

Mise en place du certificat de spécialisation restauration collective : outil d appui pour les travaux d ingénierie Mise en place du certificat de spécialisation restauration collective : outil d appui pour les travaux d ingénierie 1- Création du certificat de spécialisation (CS) 2- Outil d appui pour la mise en place

Plus en détail

DOMAINES DE COMPETENCES

DOMAINES DE COMPETENCES DOMAINES DE COMPETENCES Audit interne (Normes d audit, Référentiels, etc.) Contrôle interne Audit contractuel «légal» Conduite de missions d audit interne dans ses différentes phases «Méthodes et Outils,

Plus en détail

Expertise et Actions en Nutrition-Santé

Expertise et Actions en Nutrition-Santé Expertise et Actions en Nutrition-Santé ACTIONS...Nutrition! Nutri&Co est une structure ayant pour mission l'aide au développement des actions en nutrition santé. Elle accompagne les collectivités, les

Plus en détail

Cahier des charges pour l évaluation externe. Association Adef Résidences

Cahier des charges pour l évaluation externe. Association Adef Résidences Cahier des charges pour l évaluation externe Association Adef Résidences SOMMAIRE Introduction - Adef Résidences, présentation... 5 Prestations d évaluations externes... 7 Article 1-2... 8 Article 3-4...

Plus en détail

1. Le Plan Climat d Alsace du Nord Nouvelles données et plan d actions

1. Le Plan Climat d Alsace du Nord Nouvelles données et plan d actions 1. Le Plan Climat d Alsace du Nord Nouvelles données et plan d actions 2. Comment impliquer les usagers de vos bâtiments publics dans les économies d énergie? Usagers des bâtiments publics, communes, partagez

Plus en détail

ARRETES DEPARTEMENTAUX

ARRETES DEPARTEMENTAUX ARRETES DEPARTEMENTAUX SOLIDARITE Tarification 2004 Association lieu de vie «Embecado» 82600 Savenès AD n 2004-2213 du 1 er octobre 2004 Maison de Retraite Publique de Lauzerte AD n 2004-2230 du 4 octobre

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. EXTRAIT DES DÉCISIONS DE LA COMMISSION PERMANENTE Séance du 17 juillet 2009 DOSSIER N 2009 C07 A 31 106

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. EXTRAIT DES DÉCISIONS DE LA COMMISSION PERMANENTE Séance du 17 juillet 2009 DOSSIER N 2009 C07 A 31 106 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Politique : - Ressources humaines Programme : Opération : EXTRAIT DES DÉCISIONS DE LA COMMISSION PERMANENTE Séance du 17 juillet 2009 DOSSIER N 2009 C07 A 31 106 Objet : Frais de déplacement

Plus en détail

Journées nationales des SCUIO Université Lille 3 1er et 2 décembre 2005

Journées nationales des SCUIO Université Lille 3 1er et 2 décembre 2005 1 Journées nationales des SCUIO Université Lille 3 1er et 2 décembre 2005 Exposé : Docteur Robert DELMAS Président Société Médical d Orientation Scolaire et Professionnelle Président de l'association Nationale

Plus en détail

Dont les besoins ne requièrent rent pas toujours les compétences d un travailleur social

Dont les besoins ne requièrent rent pas toujours les compétences d un travailleur social BAC PRO SPVL BAC PRO SPVL BAC PRO SPVL BAC PRO SPVL ENFANTS, ADOLESCENTS, ADULTES HABITANTS D UN QUARTIER LOCATAIRES USAGERS D UN SERVICE PUBLIC, D UNE ASSOCIATION CLIENT D UN SERVICE COMMERCIAL Dont les

Plus en détail

Dépôt d une demande à la Maison Départementale des Personnes Handicapées (M.D.P.H.) pour :

Dépôt d une demande à la Maison Départementale des Personnes Handicapées (M.D.P.H.) pour : Dépôt d une demande à la Maison Départementale des Personnes Handicapées (M.D.P.H.) pour : L INSERTION SCOLAIRE -L orientation scolaire (en classe adaptée ou établissement médicosocial) -Le matériel adapté

Plus en détail

Le Fond Local d Initiatives Jeunes Règlement 2014

Le Fond Local d Initiatives Jeunes Règlement 2014 Le Fond Local d Initiatives Jeunes Règlement 2014 Le F.L.I.J. est un dispositif d aide aux jeunes porté par l association Cambrésis Ressources en partenariat avec la Direction territoriale de Cambrai pour

Plus en détail

Objectif thématique 9 : «Promouvoir l inclusion sociale et lutter contre la pauvreté et toute forme de discrimination»

Objectif thématique 9 : «Promouvoir l inclusion sociale et lutter contre la pauvreté et toute forme de discrimination» 79 Axe prioritaire 3 Lutter contre la pauvreté et promouvoir l inclusion Objectif thématique 9 : «Promouvoir l inclusion sociale et lutter contre la pauvreté et toute forme de discrimination» Priorité

Plus en détail

MASTER ECONOMIE DE LA SANTÉ

MASTER ECONOMIE DE LA SANTÉ MASTER ECONOMIE DE LA SANTÉ RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine : Droit, Economie, Gestion Mention : ECONOMIE DE LA SANTE Nature de la formation : Mention Niveau d'étude visé

Plus en détail

Comité local des usagers 7 juillet 2011

Comité local des usagers 7 juillet 2011 Compte-rendu de la réunion du jeudi Les membres du Comité local des usagers, dont la liste figure en annexe, se sont réunis le jeudi à 14h30 dans les locaux de la préfecture, à Nanterre. Cette première

Plus en détail

Qu est-ce que le RSA?

Qu est-ce que le RSA? Guide du parcours d insertion pour les bénéficiaires du RSA Mise à jour 2013 Qu est-ce que le RSA? GUIDE D INFORMATION RSA Le revenu de solidarité active (RSA) est entré en vigueur le 1 er juin 2009. Le

Plus en détail

FINANCEMENT PARTICIPATIF : SUBVENTIONS D INVESTISSEMENT L HABITAT SAINT-CYR, HABITAT REGROUPÉ RENNAIS INNOVANT

FINANCEMENT PARTICIPATIF : SUBVENTIONS D INVESTISSEMENT L HABITAT SAINT-CYR, HABITAT REGROUPÉ RENNAIS INNOVANT FINANCEMENT PARTICIPATIF : SUBVENTIONS D INVESTISSEMENT L HABITAT SAINT-CYR, HABITAT REGROUPÉ RENNAIS INNOVANT L habitat regroupé Saint-Cyr pour personnes en situation de handicap moteur ou de handicap

Plus en détail

Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital. Point d avancement décembre 2013

Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital. Point d avancement décembre 2013 Proches de vous Un programme pour améliorer l expérience des patients à l hôpital Point d avancement décembre 2013. Ambition et Enjeux Ambition : Elever l expérience du patient à l hôpital au même niveau

Plus en détail

pour Personnes Agées Dépendantes des Hautes-Pyrénées

pour Personnes Agées Dépendantes des Hautes-Pyrénées Etablissements d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes des Hautes-Pyrénées 2015 www.hautespyrenees.fr Le mot du Président du Département Vous trouverez dans ce guide toutes les informations pratiques

Plus en détail

La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise?

La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise? Le 3 avril àlyon La RSE est elle une réponse aux contraintes et changements des organisations? quelles leçons peut on tirer de la RSE dans le monde de l entreprise? François Fatoux Présentation de l ORSE

Plus en détail

La priorité : répondre aux besoins

La priorité : répondre aux besoins La priorité : répondre aux besoins Avis présenté par la Confédération des organismes de personnes handicapées du Québec sur le plan d action de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale, avec ou

Plus en détail

Salon des mandataires 13-14 février 2014. Par Philippe BROGNIET, Inspecteur général.

Salon des mandataires 13-14 février 2014. Par Philippe BROGNIET, Inspecteur général. Salon des mandataires 13-14 février 2014 LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LE SURENDETTEMENT EN WALLONIE. QUELLE PLACE POUR LES POUVOIRS LOCAUX? Par Philippe BROGNIET, Inspecteur général. 1

Plus en détail

Tâches et responsabilités des membres élus de l AEUSB. Adopté lors de la rencontre du conseil d administration le 4 juillet 2012

Tâches et responsabilités des membres élus de l AEUSB. Adopté lors de la rencontre du conseil d administration le 4 juillet 2012 Tâches et responsabilités des membres élus de l AEUSB Adopté lors de la rencontre du conseil d administration le 4 juillet 2012 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE 3 DEVOIRS ET RESPONSABILITÉS DE TOUS LES ÉLUS

Plus en détail

Bac Pro ACCOMPAGNEMENT, SOINS ET SERVICES A LA PERSONNE

Bac Pro ACCOMPAGNEMENT, SOINS ET SERVICES A LA PERSONNE Bac Pro ACCOMPAGNEMENT, SOINS ET SERVICES A LA PERSONNE DOSSIER D EVALUATION PAR CONTROLE EN COURS DE FORMATION Le dossier contient : Session 201_ OPTION A «A DOMICILE» - les situations d évaluation -

Plus en détail

Convention constitutive du RSVA

Convention constitutive du RSVA RÉSEAU DE SERVICES POUR UNE VIE AUTONOME Convention constitutive du RSVA Vu le code de la santé publique. Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système

Plus en détail

Résultats des statistiques 2012 en Languedoc-Roussillon

Résultats des statistiques 2012 en Languedoc-Roussillon www.carsat-lr.fr Résultats des statistiques 2012 en Languedoc-Roussillon Département prévention/tarification des risques professionnels Accidents du travail Accidents de trajet Maladies professionnelles

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MESURE 2014

ENQUETE DE SATISFACTION MESURE 2014 ENQUETE DE SATISFACTION MESURE 2014 Contexte et objectifs Résultats Synthèse 1 Contexte et objectifs Epinal Habitat vient de fêter ses 90 ans d existence et souhaite désormais se tourner vers un avenir

Plus en détail

Votre «proche» souffre de troubles psychiques, l UNAFAM peut vous aider

Votre «proche» souffre de troubles psychiques, l UNAFAM peut vous aider Votre «proche» souffre de troubles psychiques, l UNAFAM peut vous aider Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques Tel : 05 61 48 11 56 - Mail : 31@unafam.org

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée exonérante

La prise en charge de votre affection de longue durée exonérante La prise en charge de votre affection de longue durée exonérante Édition 2015 LA PRISE EN CHARGE DE VOTRE AFFECTION DE LONGUE DURÉE EXONÉRANTE Votre médecin traitant a établi pour vous une demande de prise

Plus en détail

VOUS AVEZ DIT «AUDIT DE PROCESSUS»! AUDIPOG SFMP MONACO 15 NOVEMBRE 2013 VERONIQUE TESSIER

VOUS AVEZ DIT «AUDIT DE PROCESSUS»! AUDIPOG SFMP MONACO 15 NOVEMBRE 2013 VERONIQUE TESSIER VOUS AVEZ DIT «AUDIT DE PROCESSUS»! AUDIPOG SFMP MONACO 15 NOVEMBRE 2013 VERONIQUE TESSIER OUI! ET C EST À CAUSE DE LA CERTIFICATION Je déclare avoir un lien d intérêt avec le sujet traité : Je suis expert-visiteur

Plus en détail

Le Conseil de la Vie Sociale Juin 2012. Résidence Ty Marhic Résidence Les Jardins du Clos Accueil de Jour Ti Degemer

Le Conseil de la Vie Sociale Juin 2012. Résidence Ty Marhic Résidence Les Jardins du Clos Accueil de Jour Ti Degemer Le Conseil de la Vie Sociale Juin 2012 Résidence Ty Marhic Résidence Les Jardins du Clos Accueil de Jour Ti Degemer C est quoi le CVS? Le Conseil de la Vie Sociale est une institution légale et obligatoire

Plus en détail

Résidence Maucoudinat

Résidence Maucoudinat Résidence Maucoudinat Plaquette de présentation. Modalités d accueil Décembre 2009 Association Asais 6 rue ausone 33000 Bordeaux www.asais-icare.org / asais.icare@free.fr Tél. 09 54 22 26 68 Fax 05.24.84.32.83

Plus en détail

ROLE ET PLACE DE LA PHARMACIE AU SEIN D UNE EHPAD

ROLE ET PLACE DE LA PHARMACIE AU SEIN D UNE EHPAD DIU MEDECIN COORDONNATEUR ROLE ET PLACE DE LA PHARMACIE AU SEIN D UNE EHPAD ALAIN DANOWICZ coordonnateur janvier 2007 1 1. INTRODUCTION PLAN 2. PHARMACIE ET LÉGISLATION 3. APPROVISIONNEMENT ET FOURNITURE

Plus en détail

MEDECIN COORDONNATEUR EN EHPAD ET EN ETABLISSEMENTS MEDICO-SOCIAUX POUR ADULTES : UN METIER DIFFERENT?

MEDECIN COORDONNATEUR EN EHPAD ET EN ETABLISSEMENTS MEDICO-SOCIAUX POUR ADULTES : UN METIER DIFFERENT? Université René Descartes Paris V Faculté Cochin Port Royal MEDECIN COORDONNATEUR EN EHPAD ET EN ETABLISSEMENTS MEDICO-SOCIAUX POUR ADULTES : UN METIER DIFFERENT? Dr Virginie CHAPUT DIU médecin coordonnateur

Plus en détail

COMMENT CHERCHER LE FINANCEMENT D UN PROJET DE RECHERCHE. Dr E. DEVILLIERS Directeur de la Qualité et de la Recherche CHU de DIJON

COMMENT CHERCHER LE FINANCEMENT D UN PROJET DE RECHERCHE. Dr E. DEVILLIERS Directeur de la Qualité et de la Recherche CHU de DIJON COMMENT CHERCHER LE FINANCEMENT D UN PROJET DE RECHERCHE Dr E. DEVILLIERS Directeur de la Qualité et de la Recherche CHU de DIJON BONNE QUESTION COMMENT CHERCHER? Différent de comment trouver! OBJECTIF

Plus en détail

APPEL A PROJETS POUR LE DEVELOPPEMENT DE PLANS SOLAIRES PHOTOVOLTAIQUES TERRITORIAUX, D ETABLISSEMENTS ET DE FILIERES

APPEL A PROJETS POUR LE DEVELOPPEMENT DE PLANS SOLAIRES PHOTOVOLTAIQUES TERRITORIAUX, D ETABLISSEMENTS ET DE FILIERES APPEL A PROJETS POUR LE DEVELOPPEMENT DE PLANS SOLAIRES PHOTOVOLTAIQUES TERRITORIAUX, D ETABLISSEMENTS ET DE FILIERES Délai de réponse : 1 ère tranche : 19 novembre 2009 2 ème tranche : 4 décembre 2009

Plus en détail