Modules sur un anneau commutatif

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Modules sur un anneau commutatif"

Transcription

1 Université de Nice Master 1 Mathématiques GAE Modules sur un anneau commutatif 1. Généralités 1.1. On considère un anneau commutatif A. Un module M sur l anneau A (ou A-module) est un groupe abélien (sa loi est notée + et l élément neutre 0) qui a de plus une action de l anneau A avec les propriétés suivantes : pour a et b dans A, m et m dans M, on a a(m+ m ) = am+am, (a+b)m = am+bm, a(bm) = (ab)m et 1m = m. On vérifie alors que 0m = (0 + 0)m = 0m + 0m et il s ensuit que 0m = 0. Une application f : M N entre deux A-modules est un morphisme de A-modules si f est A-linéaire, i.e. si f est un morphisme de groupes abéliens et si pour tout a de A et m de M on a f(am) = af(m) dans N. Un sous-a-module N d un A-module M est un sousgroupe stable par l action de A. Le noyau et l image d un morphisme de A-modules sont des sous-a-modules de la source et du but du morphisme. Voici quatre séries d exemples fondamentaux : Exemple Si k est un corps, les k-modules sont les k-espaces vectoriels et les morphismes de k-modules sont les applications k-linéaires. Exemple La multiplication par un entier positif dans Z est une addition itérée. Donc les Z-modules sont les groupes abéliens et les morphismes de Z-modules sont les morphismes de groupes abéliens. Exemple On considère un k-espace vectoriel E et un endomorphisme u de L(E). Alors (E, u) a une structure de k[t ]-module définie par : P x = P (u)(x) pour P dans k[t ] et v dans E. Réciproquement, tout k[t ]-module est un espace vectoriel muni d un endomorphisme (l action de T ). Vérifier qu un morphisme de k[t ]-modules f : (E, u) (F, v) est une application k-linéaire de E dans F telle que f u = v f. Exemple Un idéal I d un anneau A est un sous- A module de A (noter que ce n est pas un sous-anneau en général). On considère maintenant un morphisme d anneaux ϕ : A B. Alors B est un A-module : pour a dans A et b dans B, a b := f(a)b. Mieux : tout B-module a une structure de A-module. Exemple Si k est un corps et A une k-algèbre, les A-modules sont en particulier des k-espaces vectoriels (noter le cas spécial où A est aussi un corps) Module quotient. On considère un anneau A, un A-module M et un sous-a-module N de M. Sur le groupe quotient M/N on met une structure de A- module : pour a dans A et m dans M on pose a m := am où m désigne la classe de m dans le quotient M/N (vérifier les diverses compatibilités). Exemple Un idéal I d un anneau A est un sous- A module de A et le quotient A/I est aussi un A-module. Théorème 1. (Propriété universelle du quotient.) On considère un anneau A, un A-module M et un sous- A-module N de M. Un morphisme de A-modules f : M W se factorise par l application quotient π : M M/N si et seulement si ker f N. L application obtenue g : M/N W est injective si et seulement si ker f = N et surjective si et seulement si f est surjective. M π M/N f g Exemple On considère un corps k, l anneau de polynômes k[t ] et un polynôme P unitaire de degré d dans k[t ], W P (T ) = T d + a d 1 T d a 1 T + a 0. Le quotient k[t ]/(P (T )) est donc un k[t ]-module que l on peut représenter par le k-espace vectoriel E := Vect(1, T,..., T d 1 ) muni de l endomorphisme u de E induit par la multiplication par T. Quelle est la matrice de l endomorphisme u dans la base (1, T,..., T d 1 )? Quel est le polynôme minimal de u? Quel est son polynôme caractéristique? 1.3. Modules libres. Exemple Le A-module A r. Pour j de 1 à r, on note e j l élément dont la j-ème coordonnée vaut 1 et les autres 0. Vérifier que tout élément x de A r a une écriture unique x = x i e i. Le système (e 1,..., e r ) est donc un système générateur. Il est aussi A-libre au sens suivant : si 0 = r x ie i alors

2 2 tous les x i sont nuls. On l appelle A-base canonique de A r. Si f : A r A s est un morphisme A-linéaire, il est entièrement déterminé par la donnée des images des e i, i de 1 à r dans la base canonique de A s, autrement dit par sa matrice M dans les bases respectives de A r et A s. La matrice M est un élément de M r,s (A). Théorème 2. On considère deux entiers naturels r et s, un anneau A non réduit à 0 et une application A-linéaire f : A r A s. (1) Si f est injective, alors r s. (2) f est un isomorphisme de A-modules si et seulement si r = s et le déterminant de la matrice de f est inversible dans A. Démonstration. Supposons r > s et désignons par m i,j (pour i de 1 à s et j de 1 à r) les coefficients de la matrice M de l application f dans les bases canoniques de A r et A s. Soit p la taille maximum d un mineur non nul de la matrice M. Quitte à renuméroter les bases canoniques, on peut supposer que le mineur construit sur les p premières lignes et p premières colonnes n est pas nul. Considérons alors, pour i de 1 à s, la matrice (p + 1) (p + 1) extraite de M en sélectionnant les termes situés sur les colonnes 1,..., p, p + 1 et les lignes 1,..., p, i. Le déterminant de cette matrice est nul par hypothèse. En le développant par rapport à sa dernière ligne, on obtient la relation p+1 j=1 ( 1)j j m i,j = 0 où j est le mineur de M construit sur les colonnes de numéro 1,..., p + 1 sauf j et sur les lignes de numéro 1,..., p. On en déduit l égalité suivante p+1 ( 1) j j e j ) = ( 1) j j f(e j ) = 0. p+1 f( j=1 j=1 Le vecteur p+1 j=1 ( 1)j j e j n est pas nul puisque sa coordonnée sur e p+1 est le mineur. L application f n est donc pas injective. Si f est un isomorphisme on a r = s. Désignons par M et M les matrices respectives de f et f 1 dans la base canonique de A r. On a MM = M M = I r. La matrice M est donc inversible dans M r (A). Le déterminant étant multiplicatif, on en déduit que det M det M = 1 dans A. Réciproquement, si det M est inversible dans A, la formule t Com(M) M = M t Com(M) = det MId calcule un inverse dans M r (A) de la matrice M. On dira qu un A-module L est libre de rang r s il existe un isomorphisme de A-modules φ : A r L. La donnée d un tel isomorphisme équivaut à la donnée d une A- base de L, i.e. d une famille (e 1,..., e r ) d éléments de A telle que tout élément x de L se décompose de manière unique en x = x i e i avec x i dans A. Pour cela il suffit que (e 1,..., e r ) soit une famille génératrice qui est aussi A-libre, i.e. telle que l élément 0 de L se décompose de manière unique sur les (e 1,..., e r ). Exemple Dans Z, la famille (2) est Z-libre mais n engendre pas Z. Dans Z 3, la famille ((2, 3, 1), ( 1, 1, 2)) est Z-libre, mais ne peut pas être complétée en une Z-base de Z 3. À quelle condition nécessaire et suffisante sur les entiers n et m, la famille ((n, m)) de Z 2 peut-elle être complétée en une Z-base de Z 2? 1.4. Somme et somme directe. On considère deux A-modules M et N. Le produit M N est un groupe abélien et on le munit de la structure de A-module induite par l action suivante de A : pour tout a de A et tout couple (m, n) de M N on pose a(m, n) := (am, an). On note M N le A-module ainsi obtenu. On l appelle la somme directe de M et N. Supposons maintenant que M et N sont des sous-modules d un A-module W. La somme M +N est l ensemble des éléments de W qui se décomposent en m+n avec m M et n N. C est un sous-a-module de W. Il est isomorphe à M N si et seulement si M N = {0} dans W Modules de morphismes. On considère deux A- modules M et N. L ensemble des morphismes de A modules de M dans N est noté Hom A (M, N). Vérifier que c est un A-module Générateurs et relations. On considère un anneau A, un A-module M et une partie S de M. Le sous- A-module engendré par S est l ensemble des combinaisons linéaires finies a i m i. i I,I fini où m i est dans M et a i dans A. Un A-module M est dit de type fini s il est engendré par une partie finie. Cela revient à dire qu il existe un entier naturel r et un morphisme surjectif de A-modules φ : A r M. Le noyau du morphisme φ est un sous-a-module de A r. C est le module des relations entre les générateurs de M. Plus précisément, si (g 1,..., g r ) est une famille génératrice de M et si (f 1,..., f r ) appartient à ker φ, alors f i g i = 0 dans M.

3 3 Une question importante : est-ce que le module des relations d un module de type fini est lui-même de type fini? La réponse n est pas toujours oui. Elle est positive si A est un anneau principal et c est l objet du prochain chapitre Modules noethériens. On dit qu un A-module M est noethérien si tout sous-a-module de M est un A-module de type fini. Le résultat principal concernant les A-modules noethériens est le suivant : Théorème 3. On considère un anneau noethérien A et un A-module de type fini M. Alors M est noethérien. Démonstration. Montrons d abord par récurrence qu un A-module libre de rang fini est moethérien. S il est de rang 0, il n y a rien à montrer. Considérons alors un entier n, n 1. On se donne un sous-a-module N de A n et on étudie le morphisme de A-modules l qui associe à un élément de A n sa dernière coordonnée. Si N ker l, alors N est un sous-a-module de ker l, libre de rang n 1, donc noethérien par hypothèse de récurrence. On en déduit que N est de type fini. Sinon, on choisit des générateurs (f 1,..., f s ) de l idéal l(n) qui sont en nombre fini puisque A est noethérien. On choisit ensuite des antécédents (g 1,..., g s ) de (f 1,..., f s ) par φ. Par hypothèse de récurrence, le module N ker l est de type fini. En concaténant une famille génératrice de N ker l avec (g 1,..., g s ) on trouve une famille génératrice de N (le vérifier). Venons-en au cas général et considérons un A-module M de type fini. Il existe donc un entier naturel n et un morphisme surjectif φ : A n M. Le module A n est noethérien. Considérons un sous-module N de M. L image inverse φ 1 (N) est un sous-module de A n donc de type fini. On en déduit que N est lui aussi de type fini. 2. Modules sur un anneau principal A désigne désormais un anneau principal, c est-à-dire un anneau intègre dans lequel tout idéal peut être engendré par un seul élément. Un anneau euclidien est principal. Les anneaux Z et k[x] sont euclidiens donc principaux. Une conséquence immédiate de la définition est : Théorème 4 (Bézout). Dans un anneau principal A on considère deux éléments a et b premiers entre eux. Il existe alors u et v dans A tels que ua + vb = 1. Théorème 5. Un anneau principal est noethérien et factoriel. Tout idéal premier non nul est un idéal maximal. Démonstration. Remarquons d abord que si a et b sont deux éléments non nuls de A on a l équivalence a b (b) (a). Un idéal de A est de type fini puisqu on peut l engendrer par un seul élément. Considérons un élément irréductible p de A et l idéal engendré (p). Un idéal (a) contient (p) si et seulement si a divise p. Si (p) est distinct de (a) c est que a est inversible. L idéal (p) est donc maximal, par suite premier. Considérons une suite croissante d idéaux de A : I 1 I 2... I n... La réunion n 1 I n est un idéal de A, engendré par un élément a. Il existe donc un n 0 tel que a I n0. La suite (I n ) n stationne donc à partir de n 0. Considérons maintenant un élément c de A non nul et non inversible. On lui associe un arbre binaire de la manière suivante : si c est irréductible l arbre J (c) a un seul sommet c et pas d arête. Sinon il existe deux éléments d et e eux-mêmes non nuls et non inversibles tels que c = de. L arbre de c est alors obtenu en reliant les racines des arbres J (d) et J (e) à c. On construit ainsi un arbre binaire de racine c qui a pour sommet des diviseurs de c. À une branche de cet arbre correspond une suite croissante d idéaux de A qui est donc stationnaire. On en déduit que l arbre est fini. Les feuilles de l arbre sont associés aux idéaux maximaux, donc aux facteurs irréductibles de c. Conclusion : L anneau A est factoriel. Remarque. La preuve du caractère stationnaire d une suite croissante d idéaux (et donc celle de l existence d une décomposition en facteurs irréductibles) s étend à tout anneau noethérien. Théorème 6. Un sous-a-module d un A-module libre de rang r est libre. Son rang s est au plus égal à r. Exemple. Les sous A-modules de A sont les idéaux. Comme ils peuvent être engendrés par un élément, ils sont de rang 1, sauf 0, de rang 0. Démonstration. Considérons un A-module L, libre de rang r, une A-base B = (e 1,..., e r ) de L et un sous- A-module M de L. Pour j de 1 à r, on désigne par L j le sous-a-module libre de L engendré par (e 1,..., e j ) et par M j le sous-a-module de L j intersection de M et L j. La démonstration se fait par récurrence sur r. Pour r = 0 il n y a rien à prouver. Supposons maintenant r 1. Considérons la restriction à M de la r-ème application coordonnée g : M A x x r. Son noyau est le sous-a-module M r 1 qui, par hypothèse de récurrence, est libre de rang au plus égal à r 1. Son image est un idéal de A, qui est donc engendré par un élément a r. Si a r = 0 c est que M = M r 1 et M est libre de rang au plus égal à r 1. Si a r n est pas nul on choisit un élément z dans M tel que z r = a r (il y en a au moins

4 4 un) et on considère la somme directe M r 1 A avec le morphisme M r 1 A M (x, a) x + az qui est injectif et surjectif (le vérifier). Le A-module M est isomorphe à M r 1 A libre de rang au plus égal à r. Précisons le théorème précédent. Théorème 7. On considère un anneau principal A, un A-module libre L de rang r et un sous-a-module M non réduit à {0}. Il existe une A-base B de L, un entier s, 1 s r, des éléments e 1,..., e s de B et des éléments a 1,..., a s non nuls dans A tels que (1) Les éléments (a 1 e 1,..., a s e s ) forment une A-base de M. (2) Les a i sont ordonnés pour la relation de divisibilité a 1 a 2... a s. (3) La famille (a 1,..., a s ) ne dépend que de la donnée de M dans L. C est la famille des facteurs invariants de M dans L. Le quotient L/M est isomorphe au produit A r s A/(a 1 )... A/(a s ). Démonstration. Existence. La démonstration se fait par récurrence sur le rang de M. On note L le A-module Hom A (L, A) des formes A-linéaires sur L. On remarque que par restriction, toute forme f induit une forme de M dans A. L image f(m) est aussi un idéal, contenu dans f(l). Parmi tous les éléments de L, il en est dont la restriction à M n est pas identiquement nulle puisque M n est pas réduit à {0}. L ensemble des idéaux f(m) pour f dans Hom A (L, A) est ordonné par l inclusion. On choisit un élément maximal dans cet ensemble, noté (a 1 ). C est l idéal f(m) pour une forme non nulle. On choisit également un élément x 1 de M tel que f(x 1 ) = a 1. Considérons une A-base B 0 de L. Toute forme A-linéaire sur L prend sur x 1 une valeur qui est un multiple de a 1 (sinon (a 1 ) ne serait pas maximal). Les formes coordonnées dans la base B 0 ont cette propriété, ce qui montre que les coordonnées de x 1 dans la base B 0 sont divisibles par a 1. Il existe donc un élément e 1 de L tel que x 1 = a 1 e 1 et f(e 1 ) = 1. Montrons que L est isomorphe à la somme directe A ker f. Pour cela considérons le morphisme φ : A ker f L (a, x) ae 1 + x. Il est injectif : si 0 = φ(a, x) = ae 1 + x, on considère f(ae 1 + x) = a qui est donc nul et par suite x est nul. Il est surjectif : soit y dans L et son image b par f. On pose x = y be 1 et on vérifie que f(x) = f(y) b est nul. Il s ensuit que f(b, x) = y. Noter que ker f est un A-module libre de rang rgl 1 (théorème 6). De manière analogue, le morphisme ϕ : A (M ker f) M (a, x) ax 1 + x. est aussi un isomorphisme et M ker f est un sous-amodule de ker f libre de rang s 1. Si s = 1 on a terminé. Sinon, par hypothèse de récurrence, on peut trouver une A-base B 1 de ker f, une partie (e 2,..., e s ) de B 1 et des entiers a 2,..., a s tels que (a 2 e 2,..., a s e s ) est une A-base de M ker f. On termine la preuve en prenant pour B la A-base obtenue en adjoignant e 1 à B 1. Unicité. Le sous-a-module M est donc libre de type fini. Se donner un tel A-module, c est se donner une famille génératrice V de t éléments de L. Leurs coordonnées dans une base B 0 de L sont les colonnes d une matrice S de M r,t (A). L existence d une base B de L avec les propriétés du théorème équivaut à l existence (1) d une matrice P inversible dans M r (A) (la matrice de passage de la base B à la base B 0 ), (2) d une matrice Q de M t,s (A) (la matrice des coordonnées des vecteurs de la famille (a 1 e 1,..., a s e s ) sur la famille génératrice V), (3) d une matrice R de M t,s (A) (la matrice des coordonnées des vecteurs de la famille V sur la base (a 1 e 1,..., a s e s )), telles que le produit P SQ est la matrice a a P SQ = 0 0 a s Montrer que le pgcd des coefficients de S divise le pgcd des coefficients de P S, puis qu ils sont égaux. Montrer la propriété analogue pour S et SQ (Remarquer que si SQ = S, alors S R = S). Conclure que le plus petit des invariants de S est le pgcd de ses coefficients. Plus généralement, on se donne un entier n s, un sousensemble I de n éléments extraits de {1,..., r} et un sous ensemble J à n éléments extraits de {1,..., s}. On note S I la matrice n s extraite de S et formée des lignes de S dont l indice est dans I. On note Q J la matrice s n extraite de Q et formée des colonnes de Q dont l indice appartient à J. On considère alors le produit B IJ = S I Q J dans M n (A). Remarquer que toute colonne du produit B IJ est combinaison linéaire des colonnes de S I. En déduire que le déterminant det(b IJ ) appartient à l idéal engendré par les n n mineurs de S I donc à l idéal

5 5 engendré par les n n mineurs de S. Montrer enfin que l idéal de A engendré par les n n mineurs de S est égal à l idéal engendré par les n n mineurs de SQ. Formuler et montrer la propriété analogue pour S et P S lorsque P est dans GL(s, A). Conclure que le n-ème invariant de S est le pgcd de ses n n mineurs.

Exercices fondamentaux

Exercices fondamentaux Université de Nantes Département de Mathématiques DEUG MIAS - Module M2 Algèbre Année 2002/2003 Liste d exercices n 1 Exercices fondamentaux Espaces vectoriels, sous-espaces vectoriels 1. Montrer que l

Plus en détail

2 PGCD, PPCM, petit théorème de Fermat

2 PGCD, PPCM, petit théorème de Fermat Université de Paris-Sud, année 2012/2013 Filière Math/Info-L2 Maths 209 Feuille d exercices de soutien 1 Congruences et arithmétique sur Z Exercice 1. a) Soit n un nombre entier. Combien de valeurs peut

Plus en détail

APPLICATIONS LINÉAIRES ET MATRICES. Résumé de cours d algèbre linéaire L1 de B. Calmès, Université d Artois (version du 1 er février 2016)

APPLICATIONS LINÉAIRES ET MATRICES. Résumé de cours d algèbre linéaire L1 de B. Calmès, Université d Artois (version du 1 er février 2016) APPLICATIONS LINÉAIRES ET MATRICES Résumé de cours d algèbre linéaire L de B. Calmès, Université d Artois (version du er février 206). Applications linéaires Soient E et F des espaces vectoriels sur K...

Plus en détail

RSA - bases mathématiques

RSA - bases mathématiques RSA - bases mathématiques Jang Schiltz Centre Universitaire de Luxembourg Séminaire de Mathématiques 162A, avenue de la Faïencerie L-1511 Luxembourg Luxembourg E-mail:schiltzj@cu.lu 1 Divisibilité Définition

Plus en détail

Espaces euclidiens. Soient E un espace vectoriel euclidien de dimension n, le produit scalaire sera noté comme

Espaces euclidiens. Soient E un espace vectoriel euclidien de dimension n, le produit scalaire sera noté comme Espaces euclidiens 1 Bases orthonormées Soient E un espace vectoriel euclidien de dimension n, le produit scalaire sera noté comme d habitude : < x, y >, ou (x, y) ou < x y > On note < x, x >= x 2, x est

Plus en détail

Matrices et applications linéaires notes de cours Licence Sciences et Technologies, L1, M 2

Matrices et applications linéaires notes de cours Licence Sciences et Technologies, L1, M 2 Matrices et applications linéaires notes de cours Licence Sciences et Technologies, L1, M 2 H Le Ferrand, leferran@u-bourgognefr March 27, 2007 Contents 1 L application x Ax 2 11 Linéarité 2 12 Coordonnées

Plus en détail

ESPACES PRÉHILBER TIENS RÉELS

ESPACES PRÉHILBER TIENS RÉELS ESPACES PRÉHILBER TIENS RÉELS 1 Produit scalaire et norme 1.1 Produit scalaire Définition 1.1 Soit E un R-espace vectoriel. On appelle produit scalaire sur E toute forme bilinéaire symétrique définie positive

Plus en détail

Polynômes à une indéterminée à coefficients dans IK. Table des matières

Polynômes à une indéterminée à coefficients dans IK. Table des matières Polynômes à une indéterminée à coefficients dans IK Rappels de Première année Table des matières 1 L algèbre IK[X] 2 1.1 Définition....................................... 2 1.2 Lois internes dans IK[X]..............................

Plus en détail

Outils de base pour la classification des groupes de petit cardinal

Outils de base pour la classification des groupes de petit cardinal Chapitre II Outils de base pour la classification des groupes de petit cardinal Le titre est-il clair? Que signifie petit? Pas très grand, ok, mais pour quel ordre? Le but de ce cours est de fournir et

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Denis Pasquignon Applications linéaires Résumé du cours : 1. Généralités On appelle application linéaire de E dans F une application f : E F telle que (x 1, x 2 ) E 2 λ K, f(x 1 + λx 2 ) = f(x 1 ) + λf(x

Plus en détail

Groupes, anneaux, dimension et déterminants

Groupes, anneaux, dimension et déterminants Préparation à l agrégation 2009-2010 Philippe Lebacque Groupes, anneaux, dimension et déterminants 1. Les petits groupes Le but de cet exercice est l étude des groupes finis d ordre 15. 1.1. Les groupes

Plus en détail

Chapitre 1. Logique et ensembles. 1.1 Rudiments de logique. Logique, tables de vérité. Quantificateurs

Chapitre 1. Logique et ensembles. 1.1 Rudiments de logique. Logique, tables de vérité. Quantificateurs Document créé le 29 octobre 2015 Lien vers les solutions des exercices Lien vers le cours de ce chapitre Chapitre 1 Logique et ensembles 1.1 Rudiments de logique Logique, tables de vérité Exercice 1.1.1

Plus en détail

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Exercice 1 Soient G, G deux groupes et f un homomorphisme de G dans G. Montrer que si A G, alors f( A )

Plus en détail

Université de Poitiers Année 2012-2013 L1 M2IPC Algèbre linéaire. Algèbre linéaire. rédigé par. Anne Moreau

Université de Poitiers Année 2012-2013 L1 M2IPC Algèbre linéaire. Algèbre linéaire. rédigé par. Anne Moreau Université de Poitiers Année 2012-2013 L1 M2IPC Algèbre linéaire Algèbre linéaire rédigé par Anne Moreau 1 2 Table des matières 1 Espaces Vectoriels 5 11 Structure d espace vectoriel 5 111 Espaces vectoriels

Plus en détail

1 Exercices fondamentaux

1 Exercices fondamentaux Université de Nantes Licence Math L3 Département de Mathématiques Année 2009-2010 Topologie et calculs différentiel Liste n 3 1 Exercices fondamentaux Applications Linéaires Exercice 1. Calculer la norme

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

LES BONS COUPS DE BILI-NÉAIRE THE KID POUR AMÉLIORER TON EUCLIDIENNE ATTITUDE

LES BONS COUPS DE BILI-NÉAIRE THE KID POUR AMÉLIORER TON EUCLIDIENNE ATTITUDE 0-1- 014 J.F.C. Eve p. 1 LES BONS COUPS DE BILI-NÉAIRE THE KID POUR AMÉLIORER TON EUCLIDIENNE ATTITUDE Dans la suite, sauf mention du contraire, est un produit scalaire sur le R-espace vectoriel

Plus en détail

Changement de bases. 2. Rôle de Reprenons l'exemple précédent. La matrice est inversible et l'on a :

Changement de bases. 2. Rôle de Reprenons l'exemple précédent. La matrice est inversible et l'on a : Changement de bases. Position du problème On considère un espace vectoriel de dimension, dont on connaît une base,,,. On considère une famille de vecteurs de cet espace vectoriel,,,. ppelle la matrice

Plus en détail

Matrices symétriques réelles.

Matrices symétriques réelles. Université de Nice SL2M 2009-10 Algèbre 2 Matrices symétriques réelles. 4. Calcul matriciel 4.1. Application bilinéaire symétrique associée à une matrice symétrique. On considère une matrice symétrique

Plus en détail

Questions préliminaires

Questions préliminaires ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES CONCOURS D ADMISSION 2015 FILIÈRE MP COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES A (XLCR) (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices n est pas autorisée pour cette

Plus en détail

Cours 1 : Points fixes de fonctions monotones

Cours 1 : Points fixes de fonctions monotones Université Bordeaux 1 INF569 Master d informatique Logique et Langages (2 - partie 2) Cours 1 : Points fixes de fonctions monotones Anne Dicky 7 novembre 2009 Table des matières 1 Exemples de points fixes

Plus en détail

Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 14/11/2013 Corrigé

Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 14/11/2013 Corrigé Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie //0 Corrigé. P. M. E. P. EXERCICE Commun à tous les candidats Soit f la fonction dérivable, définie sur l intervalle ]0 ; + [ par f (x)=e x + x.. Étude d une fonction

Plus en détail

CH III Matrices. 1 / 8

CH III Matrices. 1 / 8 CH III Matrices. 1 / 8 Objectifs : Définition, dimension et opérations de matrices. Matrice transposée. Multiplication de deux matrices. Application à la résolution de système linéaire. I. La notion de

Plus en détail

Corrigé : EM Lyon 2008

Corrigé : EM Lyon 2008 Exercice 1: I. Étude d une fonction Corrigé : EM Lyon 28 Option économique 1. Les fonctions t t et t ln(t) sont continues sur ];+ [ donc par produit et différence de fonctions continues, f est continue

Plus en détail

Algèbre et géométrie. Algèbre et géométrie. Algèbre et géométrie. CAPES et Agrégation. CAPES et Agrégation

Algèbre et géométrie. Algèbre et géométrie. Algèbre et géométrie. CAPES et Agrégation. CAPES et Agrégation CV_AlgebreGeometrie:EP 31/07/14 16:58 Page 1 CAPES et Agrégation L ouvrage présente tout le nouveau programme d algèbre et de géométrie au CAPES externe et à l Agrégation interne de mathématiques avec

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 18 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R (x + y, x

Plus en détail

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures Chapitre 2 Anneaux, algèbres 2.1 Structures Un anneau est un ensemble A muni de deux opérations internes + et et d éléments 0 A et 1 A qui vérifient : associativité de l addition : commutativité de l addition

Plus en détail

Chapitre II Notion de structure de groupe

Chapitre II Notion de structure de groupe Chapitre II Notion de structure de groupe I Définitions 1. Définition générale Définition : Un groupe est un ensemble, ( ), telle que : muni d une loi de composition interne notée - la loi soit associative

Plus en détail

La Décomposition en Valeurs Singulières Analyse numérique et Application à la Vision

La Décomposition en Valeurs Singulières Analyse numérique et Application à la Vision La Décomposition en Valeurs Singulières Analyse numérique et Application à la Vision Valérie Perrier, Roger Mohr Ensimag et Laboratoire Jean Kuntzmann Décomposition en valeurs Deux parties : singulières

Plus en détail

DIMENSION D'UN ESPACE VECTORIEL ADMETTANT UNE FAMILLE GÉNÉRATRICE FINIE RANG D'UNE APPLICATION LINÉAIRE

DIMENSION D'UN ESPACE VECTORIEL ADMETTANT UNE FAMILLE GÉNÉRATRICE FINIE RANG D'UNE APPLICATION LINÉAIRE DIMENSION D'UN ESPACE VECTORIEL ADMETTANT UNE FAMILLE GÉNÉRATRICE FINIE RANG D'UNE APPLICATION LINÉAIRE Notations : Dans tout l'exposé, on considérera, sauf mention contraire, que les familles sont constituées

Plus en détail

Les équations du premier degré

Les équations du premier degré TABLE DES MATIÈRES 1 Les équations du premier degré Paul Milan LMA Seconde le 10 septembre 2010 Table des matières 1 Définition 1 2 Résolution d une équation du premier degré 2 2.1 Règles de base................................

Plus en détail

Matrices. Une matrice (n,p) est un tableau rectangulaire qui a n lignes et p colonnes représenté sous la forme suivante : (a 11...

Matrices. Une matrice (n,p) est un tableau rectangulaire qui a n lignes et p colonnes représenté sous la forme suivante : (a 11... I Généralités Matrices Une matrice n,p est un tableau rectangulaire qui a n lignes et p colonnes représenté sous la forme suivante : A= a 11 a 1p a n1 a np où le terme a ij R On peut aussi écrire la matrice

Plus en détail

1 Somme de sous-espaces vectoriels

1 Somme de sous-espaces vectoriels Compléments d algèbre linéaire 1 Somme de sous-espaces vectoriels 1.1 Somme de 2 sevs Soient E 1 et E 2 deux sous-espaces vectoriels de E. On appelle somme de E 1 et E 2 l ensemble noté E 1 + E 2 et défini

Plus en détail

EUGÈNE OKASSA. W = R m.

EUGÈNE OKASSA. W = R m. IMHOTEP, VOL. 7, N O 1 (2007), 1-14 VERSION ALGÉBRIQUE DU FIBRÉ TANGENT Abstract. On définit une algèbre qui joue le rôle de l algèbre des fonctions numériques de classe C sur le fibré tangent d une variété

Plus en détail

Exercices sur les matrices

Exercices sur les matrices Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F. Geoffriau 2006-2007 Exercices sur les matrices 1. L inverse d une matrice comme somme de ses puissances 2.

Plus en détail

1 Opérations sur les ensembles

1 Opérations sur les ensembles UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan ÉLÉMENTS DE LA THÉORIE DES ENSEMBLES La théorie des ensembles est à elle seule une branche des mathématiques

Plus en détail

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : RESOLUTION ANALYTIQUE

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : RESOLUTION ANALYTIQUE LA PROGRAMMATION LINEAIRE : RESOLUTION ANALYTIQUE Dans cette leçon, nous abordons un algorithme de résolution d'un problème de programmation linéaire : l'algorithme du simplexe. Nous le présentons d'abord

Plus en détail

Séminaire Henri Cartan

Séminaire Henri Cartan Séminaire Henri Cartan H. CARTAN Cohomologie réelle d un espace fibré principal différentiable. I: notions d algèbre différentielle, algèbre de Weil d un groupe de Lie Séminaire Henri Cartan, tome 2 (1949-1950),

Plus en détail

1 Notion de matrice. 2 Opérations sur les matrices. 1.1 Définitions et notations

1 Notion de matrice. 2 Opérations sur les matrices. 1.1 Définitions et notations ECS 3 2013 2014 Semaine de colle n o 16 du 13 au 17 janvier Toutes les définitions /énoncés du cours sont à connaître précisément Les démonstrations/exemples vus en classe peuvent être proposées comme

Plus en détail

Arithmétique des Polynômes

Arithmétique des Polynômes Arithmétique des Polynômes Dans toute cette partie, K désigne le corps Q, R ou C. On note K [X] l anneau des polynômes à cœ cients dans K. On suppose connu le chapitre concernant les polynômes du premier

Plus en détail

3 = 2 3 1 2 2 3, A 4 =

3 = 2 3 1 2 2 3, A 4 = Soit A une matrice de M n (IK). Une décomposition LU de A est une égalité A = LU, où L est une matrice triangulaire inférieure (L pour Low ) à diagonale unité (tous les coefficients diagonaux valent 1),

Plus en détail

Matrices, déterminants

Matrices, déterminants Matrices, déterminants S2 Mathématiques Générales 1 11MM21 Les notes qui suivent sont très largement inspirées des sites : http://ueluniscielfr/mathematiques/calculmat1/calculmat1/co/calculmat1html http://ueluniscielfr/mathematiques/determinant1/determinant1/co/determinant1html

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES A (XLCR)

COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES A (XLCR) ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES CONCOURS D ADMISSION 2016 FILIÈRE MP COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES A (XLCR) (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices n est pas autorisée pour cette

Plus en détail

deg(p + Q) max(deg(p), deg(q)) (égalité si deg(p) deg(q)) deg(pq) = deg(p) + deg(q).

deg(p + Q) max(deg(p), deg(q)) (égalité si deg(p) deg(q)) deg(pq) = deg(p) + deg(q). Chapitre 1 Polynômes Pour le contenu du chapitre Polynômes, on peut se reporter au chapitre 10 du Cours de mathématiques Algèbre 1 re année de F. Liret et D. Martinais (éditions Dunod), ou au chapître

Plus en détail

Minimisation d une somme de distances, points de Fermat

Minimisation d une somme de distances, points de Fermat Minimisation d une somme de distances, points de Fermat Arnaud de Saint Julien 26 décembre 2004 Table des matières 1 Présentation du problème 2 1.1 Définitions et objectifs..................................

Plus en détail

Chapitre 3: Applications linéaires

Chapitre 3: Applications linéaires APPLICATIONS LINEAIRES 57 Chapitre 3: Applications linéaires 3.1 Introduction et définitions Introduction : Une application linéaire est une application entre espaces vectoriels qui préserve l'addition

Plus en détail

CONCOURS 2013 DEUXIÈME ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES. Filière MP. (Durée de l épreuve : 4 heures) L usage d ordinateur ou de calculette est interdit.

CONCOURS 2013 DEUXIÈME ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES. Filière MP. (Durée de l épreuve : 4 heures) L usage d ordinateur ou de calculette est interdit. A 013 MATH. II MP ÉCOLE DES PONTS PARISTECH, SUPAÉRO (ISAE), ENSTA PARISTECH, TÉLÉCOM PARISTECH, MINES PARISTECH, MINES DE SAINT-ÉTIENNE, MINES DE NANCY, TÉLÉCOM BRETAGNE, ENSAE PARISTECH (FILIÈRE MP),

Plus en détail

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F.

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle 2006-2007 Espaces vectoriels Convention 1. Dans toute la suite, k désignera un corps quelconque. Définition 2.

Plus en détail

ROC (Restitution organisée des connaissances)

ROC (Restitution organisée des connaissances) TS 2015/2016 Les Suites ROC (Restitution organisée des connaissances) ROC N 1:Théorèmes de comparaison Théorèmes de comparaison Soit trois suites, et. L désigne un nombre réel. Si à partir d un certain

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

{ 2x + y = 1 3x + 7y = 2

{ 2x + y = 1 3x + 7y = 2 Enoncés : Barbara Tumpach Exo7 Révisions Algèbre linéaire Exercice. Résoudre de quatre manières différentes le système suivant (par substitution, par la méthode du pivot de Gauss, en inversant la matrice

Plus en détail

L espace de probabilités (Ω,A,P )

L espace de probabilités (Ω,A,P ) L espace de probabilités (Ω,A,P ) 1 Introduction Le calcul des probabilités est la science qui modélise les phénomènes aléatoires. Une modélisation implique donc certainement une simplification des phénomènes,

Plus en détail

Chapitre II : Matrices et opérations

Chapitre II : Matrices et opérations Terminale S Spécialité Chapitre II : Matrices et opérations Année scolaire 205/206 I Généralités sur les matrices : Définition : Soient n et p, deux entiers naturels non-nuls, une matrice de format n,p

Plus en détail

Chapitre 4. Base et génératrice

Chapitre 4. Base et génératrice Chapitre 4. Base et génératrice 1. Système lié ou libre Soient v 1,, v m un système de vecteurs. On se pose la question : Est-ce que le vecteur 0 est une combinaison linéaire des v i? Chapitre 4. Base

Plus en détail

Matrices. 1,n a 2,1 a 2,2 a 2,j a 2,n. A = j-ième colonne

Matrices. 1,n a 2,1 a 2,2 a 2,j a 2,n. A = j-ième colonne Matrices I Matrices et opérations I1 definitions Définition 1 Soit n un entier naturel non nul Une matrice carrée d ordre n est un tableau de nombres réels comportant n lignes et n colonnes Le nombre placé

Plus en détail

Algèbre Matrices Algèbre des matrices carrées

Algèbre Matrices Algèbre des matrices carrées Algèbre Matrices Algèbre des matrices carrées Denis Vekemans Exercice 1 On considère les matrices suivantes : 1 2 1 0 1 et B = 3 4 2 2 3 Calculer, lorsque cela est possible, A 2, B 2, AB, BA, A t, B t,

Plus en détail

A. Décomposition de Dunford

A. Décomposition de Dunford SESSION 2011 Concours commun Mines-Ponts PREMIÈRE EPREUVE FILIÈRE MP 1 Le polynôme P ( 1 n (X λ i α i A Décomposition de Dunford (λ i X α i P i est annulateur de f d après le théorème de Cayley- Hamilton

Plus en détail

IX. Polynômes. Définition 1. On appelle polynôme d indéterminée X à coefficients dans R ou C une expression de la

IX. Polynômes. Définition 1. On appelle polynôme d indéterminée X à coefficients dans R ou C une expression de la 1 Polynômes à une indéterminée Définition 1. On appelle polynôme d indéterminée X à coefficients dans R ou C une expression de la forme P(X) = a 0 +a 1 X +a 2 X 2 + +a n X n = a k X k où a 0,a 1,a 2,...,a

Plus en détail

Arithmétique. n(n + 1) 2. k = k=0. q k = 1 qn+1 1 q. n(n + 1)(2n + 1) 6. k 2 =

Arithmétique. n(n + 1) 2. k = k=0. q k = 1 qn+1 1 q. n(n + 1)(2n + 1) 6. k 2 = Université de Provence Mathématiques générales 1 Récurrence Arithmétique Exercice 1. Prouver l identité suivante: n k = k=0 n(n + 1) valable pour tout entier naturel n. Exercice. Prouver l identité suivante:

Plus en détail

Exercices sur les structures algébriques : corrigé

Exercices sur les structures algébriques : corrigé Exercices sur les structures algébriques : corrigé PCSI 2 Lycée Pasteur 3 novembre 2007 Exercice 1 Un groupe à un élément est un ensemble E constitué d'un seul élément e, et la lci est nécessairement dénie

Plus en détail

Relations binaires sur un ensemble.

Relations binaires sur un ensemble. Math122 Relations binaires sur un ensemble. TABLE DES MATIÈRES Relations binaires sur un ensemble. Relations d équivalence, relation d ordre. Table des matières 0.1 Définition et exemples...................................

Plus en détail

Exo7. Algèbre linéaire I. Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr

Exo7. Algèbre linéaire I. Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr Exo7 Algèbre linéaire I Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

Plus en détail

Polynômes et Fractions rationnelles

Polynômes et Fractions rationnelles 3. Polynômes CHAPITRE 3 Polynômes et Fractions rationnelles 3.. Polynômes On désigne par K l ensemble R ou l ensemble C. Les élements de K sont les scalaires. 3... Définitions. Définition 3.. Soient a

Plus en détail

Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP

Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP 1 POLYNÔMES Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP 1 Polynômes 1) Formule de Taylor pour les polynômes. Soit P un polynôme non nul de degré n N. a K, P(X) = k=0 P (k) (a) (X a) k et en particulier P(X)

Plus en détail

Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires

Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires Tatiana Labopin-Richard Mercredi 18 mars 2015 L algèbre linéaire est une très grosse partie du programme de Maths. Il est

Plus en détail

TD 5- Applications linéaires

TD 5- Applications linéaires TD 5- Applications linéaires Exercice 1. Soit f l'application dénie sur R 2 par f(x, y) = (2x y, 3x + y). 1. Montrer que f est un endomorphisme de R 2. 2. Montrer que f est injective. 3. Montrer que f

Plus en détail

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2.1 Définition Une matrice n m est un tableau rectangulaire de nombres (réels en général) à n lignes et m colonnes ; n et m sont les dimensions de la matrice. Notation.

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Fiche Méthode 11 : Noyaux et images.

Fiche Méthode 11 : Noyaux et images. Fiche Méthode 11 : Noyaux et images. On se place dans un espace vectoriel E de dimension finie n, muni d une base B = ( e 1,..., e n ). f désignera un endomorphisme de E 1 et A la matrice de f dans la

Plus en détail

Définition 20.1 On appelle loi de composition interne sur un ensemble non vide G toute application ϕ définie sur G G et à valeurs dans G.

Définition 20.1 On appelle loi de composition interne sur un ensemble non vide G toute application ϕ définie sur G G et à valeurs dans G. 20 Structure de groupe On suppose construits les ensembles usuels N, Z, Q, R et C avec les quatre opérations classiques. Nous reviendrons plus loin sur les constructions de Z à partir de N, de Q à partir

Plus en détail

LAAS-CNRS. JAUMOUILLÉ Rodolphe

LAAS-CNRS. JAUMOUILLÉ Rodolphe 2009 LAAS-CNRS JAUMOUILLÉ Rodolphe [ Tutoriel pour le logiciel de Simulation de communications distribuées et de reconnaissance de formes d une SmartSurface] Tutoriel pour un logiciel permettant de simuler

Plus en détail

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes.

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Groupes et Actions de groupes On présente ici des notions de base de théorie des groupes pour l agrégation interne. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Un groupe (G, ), ou plus simplement G, est

Plus en détail

Corrigé : EM Lyon 2006

Corrigé : EM Lyon 2006 Corrigé : EM Lyon 26 Option économique Exercice 1: 1. a) Comme A est une matrice triangulaire, on peut lire ses valeurs propres sur sa diagonale. Les valeurs propres de A sont et 1. b) Aadmet deux valeurspropresdistinctes

Plus en détail

Groupes, anneaux, corps

Groupes, anneaux, corps Groupes, anneaux, corps Exercice 1. 1. On munit de la loi de composition interne définie par : Montrer que est commutative, non associative, et que est élément neutre. 2. On munit de la loi de composition

Plus en détail

Généralités sur les fonctions

Généralités sur les fonctions Généralités sur les fonctions Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2008/2009 Table des matières 1 Rappels et compléments 3 1.1 Fonctions affines............................................. 3 1.2 Fonctions

Plus en détail

2. GENERALITES SUR LES FONCTIONS

2. GENERALITES SUR LES FONCTIONS . GENERALITES SUR LES FONCTIONS. Fonction d'une variable réelle à valeurs réelles.. Fonction et ensemble de déinition On appelle onction d'une variable réelle à valeurs réelles une application qui à tout

Plus en détail

Algèbre linéaire pour GM Jeudi 03 novembre 2011 Prof. A. Abdulle. Série 6 (Corrigé)

Algèbre linéaire pour GM Jeudi 03 novembre 2011 Prof. A. Abdulle. Série 6 (Corrigé) Algèbre linéaire pour GM Jeudi novembre Prof A Abdulle EPFL Série 6 (Corrigé Exercice a Calculer la décomposition LU de la matrice A = 9 6 6 Sol: On effectue la réduction de la matrice A jusqu à obtenir

Plus en détail

Examen de l UE LM125 Janvier 2007 Corrigé

Examen de l UE LM125 Janvier 2007 Corrigé Université Pierre et Marie Curie Licence Sciences et Technologies MIME L énoncé est repris sur fond mauve. En prune : des commentaires. Examen de l UE LM15 Janvier 007 Corrigé Commentaires généraux barème

Plus en détail

CHAPITRE I MATRICES ET DETERMINANTS

CHAPITRE I MATRICES ET DETERMINANTS CHAPITRE I MATRICES ET DETERMINANTS A) OPERATIONS SUR LES MATRICES (théorie) 1) Addition de deux matrices Exemple Andrée, Bernard, Charlotte et Dominique ont décidé de passer leur week-end à faire de la

Plus en détail

Chapitre 4 : Matrices

Chapitre 4 : Matrices Lycée Paul Sabatier Classe de Première ES, Spécialité Chapitre 4 : C. Aupérin 008-009 Télécharger c est tuer l industrie, tuons les tous Thurston Moore Dernière modification : 4 avril 009 Table des matières

Plus en détail

Actions de groupes. Exemples et applications

Actions de groupes. Exemples et applications 4 Actions de groupes. Exemples et applications G, ) est un groupe multiplicatif et on note ou G si nécessaire) l élément neutre. E est un ensemble non vide et S E) est le groupe des permutations de E.

Plus en détail

Modélisation des images. Tâches et contours

Modélisation des images. Tâches et contours Modélisation des images Tâches et contours Modèles d images Images vectorielles ou matrice de points Le terme image vectorielle est impropre Une image dite vectorielle n est en fait qu une image possédant

Plus en détail

70 exercices d algèbre linéaire

70 exercices d algèbre linéaire Pierre-Louis CAYREL 28-29 Licence 1 Algèbre Linéaire Université de Paris 8 Feuille d exercices 7 exercices d algèbre linéaire 1 Espaces vectoriels 1.1 Structure d espace vectoriel Exercice 1 On définit

Plus en détail

Espaces vectoriels. par Pierre Veuillez

Espaces vectoriels. par Pierre Veuillez Espaces vectoriels par Pierre Veuillez 1 Objectifs : Disposer d un lieu où les opérations + et se comportent bien. Déterminer des bases (utilisation de la dimension) Représenter les vecteurs grace à leurs

Plus en détail

1 Programme de Colles : Espaces vectoriels.

1 Programme de Colles : Espaces vectoriels. Lycée Louis le grand Année scolaire 2007/2008 Mathématiques Supérieure MPSI Semaine 12 11 mai 2009 1 Programme de Colles : Espaces vectoriels. On note K le corps R ou C. 1.1 Axiomes d espace vectoriel.

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

Rapport: Isomorphismes de graphes

Rapport: Isomorphismes de graphes Rapport: Isomorphismes de graphes Fanny Dufossé 1 Introduction Le problème d isomorphisme de graphes est pose de nombreuses questions. On sait qu il appartient à la classe NP. Mais contrairement à la majorité

Plus en détail

PGCD ET PPCM. Par convention, dans ce paragraphe, lorsque l on parlera de diviseurs d un entier naturel, il s agira toujours des diviseurs positifs.

PGCD ET PPCM. Par convention, dans ce paragraphe, lorsque l on parlera de diviseurs d un entier naturel, il s agira toujours des diviseurs positifs. PGCD ET PPCM I. Plus grand commun diviseur Par convention, dans ce paragraphe, lorsque l on parlera de diviseurs d un entier naturel, il s agira toujours des diviseurs positifs. 1. Diviseurs communs à

Plus en détail

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES VINCENT GUEDJ 1. Notions fondamentales 1.1. Noyau, Image. On se donne E un K-espace vectoriel de dimension finie (K = R, C principalement) et f L(E) un

Plus en détail

1 L algorithme du simplexe

1 L algorithme du simplexe 1 L algorithme du simplexe 1.1 Définition - Notations 1.1.1 Problème Le problème linéaire est le suivant: Trouver les x 1, x 2,...,x n qui optimisent la fonction économique: et vérifient les contraintes:

Plus en détail

Matrices. Bcpst 1 4 mars 2016

Matrices. Bcpst 1 4 mars 2016 Matrices Bcpst 1 4 mars 2016 Notations du chapitre Dans tout ce chapitre, n et p sont deux entiers naturels non nuls désigne l ensemble ou l ensemble I Ensemble des matrices Definition 11 Matrice à n lignes

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHÉMATIQUES

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHÉMATIQUES UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 203 204 Licence d économie Cours de M. Desgraupes MATHÉMATIQUES Corrigé du TD Valeurs propres et vecteurs propres Corrigé ex.

Plus en détail

4. Action de groupe. 1 Deux points de vue équivalents sur l action d un groupe sur un ensemble. 2 Exemples d actions de groupe

4. Action de groupe. 1 Deux points de vue équivalents sur l action d un groupe sur un ensemble. 2 Exemples d actions de groupe 4. Action de groupe 1 Deux points de vue équivalents sur l action d un groupe sur un ensemble 2 Exemples d actions de groupe 3 Orbites et stabilisateurs ; action transitive, action fidèle 4 Formule des

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI SESSION 2016 PSIMA02 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI MATHEMATIQUES Mardi 3 mai : 14 h - 18 h NB : le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

Base : une axiomatique

Base : une axiomatique Autour des groupes de réflexions Master 2 Mathématiques fondamentales Cours : Michel Broué Université Paris VII Denis Diderot TD : Vincent Beck Année 2005 2006 Base : une axiomatique a) D après (i), on

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail