Résultats de l enquête «Nutrition en Médecine Générale : quelles réalités?»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résultats de l enquête «Nutrition en Médecine Générale : quelles réalités?»"

Transcription

1 Résultats de l enquête «Nutrition en Médecine Générale : quelles réalités?» Préparé par le département Observatoire de Médecine Générale (OMG) Auteurs : Docteur Olivier KANDEL, Docteur Philippe BOISNAULT Client : L Observatoire du pain Version : 1 SFMG 141, avenue de Verdun Issy les Moulineaux Tél : Fax : Association loi Représentant la France à la WONCA Page 1 / 26

2 Sommaire Préambule Objectif de l enquête, rappel méthodologique, mode de diffusion du questionnaire, taux de retours P. 3 à 6 1. Les questions de nutrition sont de plus en plus fréquentes P. 8 à 9 2. Des médecins généralistes à l aise avec les questions nutritionnelles mais en attente de documents consolidés P. 10 à La quasi-totalité des médecins généralistes prodiguent leurs conseils nutritionnels sur papier P. 12 à Parmi les difficultés rencontrées : le manque de temps et d informations fiables P Une autre difficulté : la scientificité et la crédibilité des sources sur la nutrition P. 15 à Des patients influencés par le contexte médiatique P Les aliments qui posent problème aux patients P Le non respect des conseils nutritionnels : pression et découragement en sont la cause P Les outils de suivi de l enfant en surcharge pondérale P. 20 à Les obstacles au respect des régimes P. 22 à Commentaires libres P. 24 Conclusion P. 25 à 26 Page 2 / 26

3 Préambule Le contexte C est en tant qu expert en médecine générale que la Société Française de Médecine Générale a été contactée par l Observatoire du pain pour mener une enquête d opinion sur les médecins généralistes face à la nutrition. L objectif de l enquête Mieux comprendre les difficultés auxquelles sont confrontés les médecins généralistes en termes de nutrition, par une enquête d opinion. La finalité réside, à court terme, dans la publication d une brochure réalisée sur la base des résultats de l enquête, et à moyen terme, dans l apport d outils et de solutions utiles pour les médecins en matière de nutrition. La méthodologie d enquête 1- Dans un premier temps, une enquête d opinion a été réalisée auprès de médecins généralistes afin de recueillir : Leurs attentes en matière de nutrition Les questions les plus fréquentes aussi bien de leur part que de celle de leurs patients 2- Dans un deuxième temps, les grandes questions soulevées pour le rédactionnel de la brochure ont été retenues et les réponses apportées validées. Groupe de travail SFMG impliqué sur le dossier : - Dr Olivier KANDEL, généraliste (86), responsable de l OMG - Dr Philippe BOISNAULT, généraliste (95), vice président, membre du DIM - Dr Boris ZILBER, généraliste (74), responsable du département Internet - Dr Yann THOMAS DESESSARTS (95), généraliste, trésorier - Dr Brigitte Tiscornia, généraliste (95), sociétaire titulaire de la SFMG Page 3 / 26

4 La diffusion du questionnaire Le message de lancement de l enquête envoyé à 1425 médecins généralistes par le mercredi 15 mars au matin. Issy les Moulineaux, le 15 mars 2006 ENQUETE FLASH SUR LA NUTRITION Cher Confrère, Dans le cadre d une expertise que la SFMG mène actuellement sur le thème de la nutrition, nous souhaiterions recueillir les réponses du plus grand nombre d entre vous afin que les résultats soient le meilleur reflet de la réalité. Répondre à ce questionnaire en ligne ne vous prendra que quelques minutes et nous vous remercions, par avance, de votre participation. Pour accéder au questionnaire : CLIQUEZ ICI Les résultats de cette expertise vous seront communiqués dans un prochain numéro de la Lettre de la SFMG. Bien confraternellement, Olivier KANDEL Directeur de l OMG SFMG 141 avenue de Verdun Issy les Moulineaux Deux relances ont été effectuées par le 18 et le 22 mars. Page 4 / 26

5 Les retours Date J Nombre de retours (par jour) Nombre de retours (cumulé) % cumul 15/03/ % 16/03/ % 17/03/ % 18/03/ % 19/03/ % 20/03/ % 21/03/ % 22/03/ % 23/03/ % 24/03/ % 25/03/ % Le taux de retour s élève à 21 % (300 questionnaires reçus pour 1425 envoyés). Il s agit d un excellent résultat pour un questionnaire d opinion, un peu inférieur au taux de retour habituel des enquêtes de la SFMG (30%). Les hypothèses pour expliquer ce niveau de résultats : 1. Les médecins consultés étaient très sollicités pendant la période de l enquête (du 15 au 31 mars). 2. La nutrition n est peut-être pas un sujet pour lequel les médecins généralistes se sentent spontanément concernés. 3. Le questionnaire comportait beaucoup de questions ouvertes (commentaires et absence de possibilité de répondre «ne sais pas») et était donc plus long à compléter. Nombre de retours quotidiens er ième rappel rappel 2ème rappel Jour Page 5 / 26 Nombre de retours quotidiens

6 Les principaux enseignements - de l enquête 3/4 des médecins généralistes ayant répondu au questionnaire estiment être plus souvent interrogés sur des questions nutritionnelles depuis quelques années La majorité (85%) se sent à l aise pour donner des conseils nutritionnels Les conseils nutritionnels sont majoritairement dispensés par oral (90%), peuvent être accompagnés d un écrit ou d un document imprimé dans un tiers des cas (respectivement 38% et 34% des réponses) Les principales difficultés rencontrées par les médecins généralistes sur les questions de nutrition : - Le manque de temps - Le manque de travail d équipe - L inadaptation ou le manque de supports d information Les aliments spontanément évoqués en cabinet sont : - Le sucre, les produits gras, le fromage. Vient ensuite le pain Derrière la question de la nutrition et des régimes, c est surtout d autres problématiques qu évoquent spontanément les généralistes : - Les mauvaises habitudes alimentaires - Le manque de temps de la part des soignants - Les difficultés des patients à se motiver dans la durée - Le découragement des médecins Page 6 / 26

7 Les résultats Page 7 / 26

8 1. Les questions de nutrition sont de plus en plus fréquentes 3/4 des médecins généralistes ayant répondu au questionnaire estiment être plus souvent interrogés sur des questions nutritionnelles depuis quelques années Les sujets d actualité poussent les patients à évoquer le sujet, notamment sous l angle sanitaire, sécurité alimentaire «Ils veulent parler du poulet pollué à la dioxine, de la vache folle, des marées noires et de la grippe aviaire» «Le dernier patient m a parlé de la qualité des huiles essentielles!» «Les interrogations sont liées avec les sujets présents dans la presse : les oméga 3 actuellement par exemple» «Actuellement on me parle des alicaments et de la prévention cardio-vasculaire» «...les OGM, édulcorants...» Les questions de nutrition sont plus nombreuses chez certains «Avec une demande sur les tranches d'âge hautes et les femmes jeunes après la grossesse» «Surtout pour les enfants» Les médecins abordent de plus en plus spontanément le sujet qu auparavant, ils sont plus sensibilisés sur ces questions Les patients évoquent parfois le sujet mais pas aussi régulièrement qu on le pensait «Je n'ai pas constaté de gros changements de comportement de mes patients» «Difficile de dire si ce sont eux qui interrogent, ou si c'est moi qui propose» Les médecins sont souvent à l initiative de la conversation sur le sujet «C est encore moi qui aborde le plus souvent le sujet» «C est plutôt moi qui les interpelle» Certains médecins se sentent très impliqués dans l accompagnement nutritionnel de leurs patients «Je les accompagne sur ce chemin!» Page 8 / 26

9 Détails des résultats de cette question Diriez-vous que vos patients vous interrogent davantage sur des questions nutritionnelles depuis quelques années? Pas du tout d'accord - Plutôt pas d'accord - Plutôt d'accord - Tout à fait d'accord Commentaire (facultatif) : Les patients vous interrogent plus souvent sur la nutrition % Pas Pas du du tout Plutôt pas d accord Plutôt Plutôt d accord d accord Tout a Tout fait d accord à fait d accord Modalité % % Pas du tout 2,5 Plutôt pas d accord 24,5 27 Plutôt d accord 59,5 Tout à fait d accord 13,5 74 Page 9 / 26

10 2. Des médecins généralistes à l aise avec les questions nutritionnelles mais en attente de documents consolidés La majorité des médecins interrogés (85%) se sent à l aise pour donner des conseils nutritionnels Si les médecins se disent globalement à l aise pour donner des conseils, ils n hésitent pas à se faire aider et vont se documenter «C est une bonne occasion pour se documenter» Par des outils informatiques ou le Web «J'utilise un logiciel de Nutrition» «J utilise le site de l Inpes» Auprès d autres professionnels de santé «Je demande souvent une aide pour rechercher une synergie des discours» «J'oriente volontiers néanmoins vers une diététicienne» Les médecins utilisent des aides extérieures variées Certains se sont adaptés à cette nouvelle demande par des solutions plus radicales «Nous avons une diététicienne au cabinet» «Nous avons recours à une infirmière du cabinet formée à l'éducation alimentaire» Certains évoquent le souhait d être davantage accompagné «L'intégration de modules au logiciel de prescription m aiderait bien» Le temps constitue un frein majeur pour les médecins généralistes Plusieurs d entre eux évoquent le manque de temps et de disponibilité pour évoquer ce sujet «Sujet très chronophage» «Je manque de temps...» «Difficulté pour dégager du temps» Page 10 / 26

11 Détails des résultats de cette question Vous sentez-vous à l'aise pour donner des conseils nutritionnels? Oui généralement - Oui souvent - Non rarement - Non jamais - Si vous avez coché l une des deux dernières cases : J oriente- Je m adapte avec mes connaissances - J évite le sujet Commentaire (facultatif) : Modalité % Modalité % Oui généralement 37,7 Oui souvent 47,0 Non rarement 14,8 J oriente 25 Non jamais 0,5 Je m adapte 68 J évite 7 Vous sentez vous à l'aise pour donner les conseils Oui généralement Oui souvent Non rarement Non jamais Vous sentez vous à l'aise pour donner des conseils 47.0% 15.3% 10.3% 1.0% Oui généralement Oui souvent Non et j oriente Non mais je m adapte 37.7% 4.0% Non et j évite Page 11 / 26

12 3. La quasi totalité des médecins généralistes prodiguent leurs conseils nutritionnels sur papier Les conseils nutritionnels sont majoritairement dispensés par oral (90%), peuvent être accompagnés d un écrit ou d un document imprimé dans un tiers des cas (respectivement 38% et 34% des réponses) 90% des médecins donnent des conseils nutritionnels oraux régulièrement ou toujours Plus de la moitié des médecins donnent des conseils écrits (soit à l aide d imprimés soit par écrit personnalisé) même si les conseils écrits sont moins systématiques Les conseils par le biais de documentation sont rares ou absents pour 2 médecins sur 3 Focus sur les conseils écrits Détails des résultats de cette question Lorsque vous donnez des conseils nutritionnels ou des régimes, en pratique, vous le faites? - 3.a Par oral - 3.b Par écrit Toujours - Régulièrement - Parfois - Jamais Toujours - Régulièrement Parfois Jamais - 3.c En donnant des documents imprimés Toujours - Régulièrement Parfois - Jamais Par ORAL % Toujours 53 Régulièrement 37 Parfois 9 Jamais 1 Par ECRIT % Toujours 9 Régulièrement 29 Parfois 49 Jamais 12 Par DOCUMENTS % Toujours 5 Régulièrement 29 Parfois 48 Jamais 17 Modalités des conseils toujours régulièrement parfois jamais oralpage écrit 12 / 26 document

13 Focus sur l usage des supports Par regroupement des conseils sur papier (écrit et/ou documents), on constate que c est la quasitotalité des médecins qui donnent des conseils sur papier. Documents Pas de documents Total Ecrit 21% 18% 39% Non écrit 14% 47% 61% Total 34% 65% 100% Comment sont donnés les conseils écrits 21% 47% Ecrits et documents Ecrits et pas de document 18% Documents et pas d'écrit Ni écrit ni document 14% Le mode d administration des conseils varie-t-il avec le fait que le médecin se sente à l aise ou non? Le groupe des médecins qui ne sont pas à l aise avec la nutrition (Q2) n a pas une attitude très différente du groupe des médecins à l aise : moins de conseils écrits et plus d absence de conseil. 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% Ni oral ni papier Papier et pas oral Oral et pas papier Oral et papier 20% 10% 0% Tous Médecins pas à l'aise (Q2) médecins à l'aise (Q2) Page 13 / 26

14 4. Parmi les difficultés rencontrées : le manque de temps et d informations fiables Dans votre pratique, quelles sont les principales difficultés que vous rencontrez sur les questions de nutrition? Parmi les items mentionnés ci-dessous, lesquels partagez vous? (plusieurs réponses possibles) a) Un manque de connaissance sur ce sujet : Oui - Non b) Un manque de documentation ou de supports d information pour les patients : Oui Non c) Un manque d'informations simples sur l'alimentation habituelle pour ma pratique : Oui Non d) Un manque de temps : Oui Non e) Un manque de travail d équipe (diététicienne...) : Oui Non f) Une inadaptation des supports d information disponibles par rapport aux problèmes réellement présentés par les patients. Oui- Non Les principales difficultés rencontrées par les médecins généralistes sur les questions de nutrition - Le manque de temps - Le manque de travail en équipe - L inadaptation ou le manque de supports d information Les principales difficultés Oui Non 1- Un manque de connaissance sur ce sujet 42% 58% 2- Un manque de documentation ou de supports d information pour les patients 66% 33% 3- Un manque d'informations simples sur l'alimentation habituelle 38% 62% 4- Un manque de temps 73% 27% 5- Un manque de travail d équipe (diététicienne...) 69% 31% 6- Une inadaptation des supports d information par rapport aux problèmes 67% 33% Principales difficultés rencontrées pour les questions de nutrition Pricipales difficultés rencontrés pour les questions de nutrition Une inadaptation des supports d information par rapport aux problèmes Un manque de travail d équipe (diététicienne...) Un manque de temps Un manque d'informations simples sur l'alimentation habituelle Un manque de documentation ou de supports d information pour les patients Oui Non Un manque de connaissance sur ce sujet 0% 20% 40% 60% 80% 100% Page 14 / 26

15 5. Une autre difficulté : la scientificité et la crédibilité des sources sur la nutrition Dans votre pratique, quelles sont les principales difficultés que vous rencontrez sur les questions de nutrition? Pouvez-vous en donner 1 ou 2 autres? Difficulté n 1 : Difficulté n 2 : Des médecins ont le souci de la qualité de l information qui est à leur disposition Les principales difficultés rencontrées par les médecins sont liées au thème de la nutrition. Les médecins ont en effet des doutes sur la valeur des informations communiquées Des informations jugées non scientifiques «Le caractère absolument pas scientifique du sujet» «Y'a que des opinions et peu de connaissances» «Trop de discours politiquement corrects» Des sources d information divergentes ou peu crédibles «Multiples sources d'information parfois divergentes dans leurs contenus» «Sources très variées dont les bases scientifiques sont sujettes à caution, ou pas logiques» «Documentions de l'industrie alimentaire trop orientées sur ses produits» Un manque d adéquation entre les recommandations nutritionnelles, les informations disponibles et la problématique réelle du patient, du terrain Des documents peu adaptés «Les documents abordent le problème de manière trop théorique, ne sont pas assez parlants» «Beaucoup de documentation, mais orientée régimes plutôt que modification des habitudes alimentaires» «Besoin d'une documentation évolutive pour pouvoir faire plusieurs consultations avec une même personne» Page 15 / 26

16 Les médecins sont conscients de l importance du contexte dans le champ de la nutrition Des difficultés liées aux patients (profils différents, méconnaissance du sujet, manque d implication, découragement) «Adaptation de la nutrition en fonction des problèmes médicaux connus» «Différentiel entre les attentes (surtout esthétiques) et la réponse (bénéfices en termes de santé)» «Motiver les patients à se prendre en charge en acceptant les efforts à faire» «Une difficulté à faire remplir correctement le semainier» «Réticence des patients, enfermés dans des schémas standards société de consommation» «Les patients préfèrent dans l instant les menus types tout prêts plutôt que la compréhension de leur problème» «Le découragement des patients» «La multiplication des interventions antérieures (diététicien, nutritionniste, médecin)» «Inertie des croyances et traditions dans le domaine de la nutrition» «Connaissances du patient trop faibles (remise à niveau chronophage)» Mais aussi, l aspect social (sociétal de la nutrition est déterminant) «Notre difficulté à aller contre des idées reçues» «Modifications de comportements à faire partager par toute la famille» «Inculture culinaire qui s'aggrave» «Manque d aide par le biais des logiciels médicaux» Page 16 / 26

17 6. Des patients influencés par le contexte médiatique Dans le domaine de la nutrition, quels sont les 3 sujets les plus fréquemment évoqués par vos patients? Sujet n 1 : Sujet n 2 : Sujet n 3 : Derrière la question de la nutrition et des régimes, c est surtout d autres problématiques qu évoquent spontanément les médecins généralistes 1- L écrasante majorité des réponses tournent autour du poids, de l obésité, du désir de perdre du poids (70%). Avec deux points en exergue «Comment faire je ne mange rien et pourtant je ne perds pas de poids» «Je sais ce qu il faut faire et... je n y arrive pas» 2- Le deuxième sujet extrêmement fréquent tourne autour du cholestérol, des dyslipidémies, des graisses 3- Viennent ensuite les sujets qu on qualifierait à la mode : l eau, la viande, les Omega Puis le diabète et le sucre, mais aussi la boulimie 5- Enfin des difficultés liées au mode de vie, à la culture «Comment faire je mange au restaurant tous les jours?» «Avec mon travail c est impossible» «Je cuisine pour tout le monde» «Je soigne beaucoup d étrangers» - «le niveau économique compte aussi»... Page 17 / 26

18 7. Les aliments qui posent problème aux patients Dans le cadre des conseils nutritionnels, quels sont les 3 aliments qui posent le plus de problèmes à vos patients? Aliment n 1 : Aliment n 2 : Aliment n 3 : Le contexte médiatique influence les questions posées aux médecins 1- Un tiercé gagnant avec - Le sucre, les sucreries - Les graisses, les produits gras - Le fromage 2- Viennent ensuite les boissons alcoolisées et les féculents dont le pain (16%) Sont cités en vracs : le sel, le chocolat, la charcuterie, le poisson, les fruits, les légumes, les laitages, les boissons sucrées, les Mac Do. Mais aussi la cuisson, la mal bouffe... À noter, les biscuits et les goûters ne sont pas évoqués. Page 18 / 26

19 8. Le non respect des conseils nutritionnels : pressions et découragement en sont la cause Selon vous, pourquoi vos patients ne respectent pas vos recommandations nutritionnelles? Frein n 1 : Frein n 2 : Frein n 3 : Le format de la consultation en médecine générale est inadapté Le trio qui revient le plus souvent - Les mauvaises habitudes de vie - Le manque de temps du médecin - Le manque de motivation du patient Le patient, au cœur de la problématique nutrition Le manque de motivation du patient est très souvent mis en avant «C est trop dur» - «le manque de motivation» - «le déni» - «pas envie de changer» - «le manque de volonté»... Le contexte de vie de chacun des patients influence le non respect des conseils nutritionnels Le lien avec le psychique «La prise en charge psychologique» - «le lien avec le psychique» - «le stress» -«la dépendance» mais aussi «le plaisir» - «les rencontres»... Un groupe de frein tourne autour de l entourage, de l organisation sociale «Famille non coopérante» - «Incompétence en cuisine» - «habitude sociale» - «Impossibilité de changer les habitudes» - «précarité» - «problèmes financiers» Les pressions extérieures contribuent au découragement de certains Les pressions subies par le patient Un intervenant externe «La publicité est trop forte» - «la pression commerciale» - «la presse» Le décalage entre le souhaitable, l idéal... et le possible dans la réalité «La complexité des régimes» - «régimes inadaptés à la vie courante» - «savoir ce qu il faut faire ne veut pas dire le faire» Page 19 / 26

20 9. Les outils de suivi de l enfant en surcharge pondérale La courbe de surpoids (93% des réponses) et l éducation sur les apports nutritionnels (64% des réponses) constituent les deux outils principalement utilisés par les médecins généralistes 1- Les médecins ont fait peu de commentaires : environ 50% 2- Le sujet le plus évoqué est le sport, l activité physique 3- La nécessaire implication des parents 4- Le recours spécialisé (médecins, diététiciens...) est également envisageable 5-1/3 des médecins ne font ni enquête alimentaire ni relevé de menu Page 20 / 26

21 Détails des résultats de cette question Chez l'enfant présentant une surcharge pondérale, lorsque vous mettez en place un protocole de suivi vous utilisez - 7.a La courbe de poids Toujours Régulièrement Parfois - Jamais - 7.b Des consultations programmées Toujours - Régulièrement Parfois - Jamais - 7.c Des enquêtes alimentaires Toujours - Régulièrement Parfois Jamais - 7.d Des relevés de menus Toujours - Régulièrement - Parfois Jamais - 7.e Une éducation sur les apports nutritionnels des aliments Toujours Régulièrement Parfois Jamais - 7.f Autre(s) outil(s) (facultatif) : Toujours Régulièrement Parfois Jamais Courbe de poids 71% 22% 4% 3% 100% Consult. programmées 13% 47% 31% 9% 100% Enquêtes alimentaires 27% 36% 29% 7% 100% Relevés de menus 14% 23% 40% 23% 100% Education sur les apports 19% 45% 30% 6% 100% Outils utilisés pour la prise en charge de l'obésité de l'enfant Education sur les apports Relevés de menus Enquetes alimentaires Consultations programmées Toujours Régulièrement Parfois Jamais Courbe de poids 0% 20% 40% 60% 80% 100% Page 21 / 26

22 10. Les obstacles au respect des régimes Pour le diabète et l'obésité, l'observance des régimes pose des difficultés. Selon vous, quelles sont les principales raisons? - 8.a Le manque de conviction des patients Toujours Régulièrement Parfois Jamais - 8.b Le manque de résultat immédiat constaté par les patients Toujours - Régulièrement Parfois - Jamais - 8.c Les difficultés à réaliser en pratique les régimes (pesées des aliments...) Toujours Régulièrement - Parfois - Jamais - 8.d Mauvaise appréciation et méconnaissance par le patient, des apports et besoins nutritionnels pour une alimentation équilibrée Toujours Régulièrement- Parfois - Jamais - 8.e Le manque de persévérance du médecin Toujours - Régulièrement - Parfois Jamais - 8.f Une prise en charge du patient trop centrée sur l'alimentation Toujours Régulièrement - Parfois - Jamais- 8.g Autre(s) raison(s) (facultatif) Le découragement gagne parfois le médecin généraliste «Frustration» - «Injustice» «Le patient veut des médicaments, pas changer sa vie... et prend une double dose pour aller au resto!» «Nécessité d'une adhésion de l'entourage» «Nécessite d'un accompagnement psychologique» «Déni de la pathologie» - «Manque de conviction du médecin» - «Echecs mal vécus de part et d'autres conduisent à taire le sujet» «Autre problème de santé souvent associé à une humeur dépressive... solitude...» Page 22 / 26

23 Détails des résultats de cette question Toujours Régulièrement Parfois Jamais Total Manque de conviction du patient 12% 59% 29% 1% 100% Manque de résultat immédiat 18% 54% 27% 1% 100% Difficultés à réaliser en pratique 26% 54% 19% 1% 100% Méconnaissance des besoins 31% 52% 17% 1% 100% Manque de persévérance du médecin 5% 43% 49% 3% 100% Prise en charge centrée sur l aliment 12% 37% 43% 9% 100% Difficultés d observance des régimes dans l obésité et le diabète Difficulttés d'observance des régimes dans l'obésité et le diabète Prise en charge trop centré sur l'alimetation Manque de persévérance du médecin Méconnaissance des besoins par le patient Difficultés à réaliser en pratique les régimes Toujours Régulièrement Parfois Jamais Manque de résultat immédiat Manque de conviction du patient 0% 20% 40% 60% 80% 100% Page 23 / 26

24 11. Commentaires libres Avez-vous un commentaire libre à faire sur la nutrition? (facultatif) : Les médecins ont besoin de réponses pratiques «Un régime alimentaire pour être efficace, doit être adapté et facile à suivre» «Obtenir des supports modernes informatiques proposant des conseils concis et clairs» «Je laisse la priorité au bon sens» La consultation est un outil insuffisant pour évoquer la nutrition Pour répondre aux problèmes de nutrition, il faut changer les comportements des patients (impossible dans le cadre de la consultation pratiquée au quotidien par les médecins généralistes) «Y a du boulot à faire, et cela demande du temps et une rémunération» «Domaine passionnant, prise en charge multiple, apprendre à vivre différemment» «Thème peu motivant pour les médecins qui ont d autres préoccupations» «Echecs des régimes, s orienter vers l hygiène alimentaire à vie plus appropriée» «Docteur, qu'allez vous me donner pour que je maigrisse? La phrase qui tue» «L éducation sur l'hygiène de vie notamment la nutrition fait partie de la prise en charge globale» «Elle devrait dépasser le cadre curatif, souvent inefficace» «Nous sommes les pots de terre contre les pots de fer de l'économie et des affaires» Le médecin constate également la résurgence de peurs alimentaires Le problème de la sécurité alimentaire toujours très présent sur les questions de nutrition «Les patients posent de plus en plus de questions sur la qualité des aliments par peur de la pollution» «On reste dans l'incertitude sur la composition des aliments, selon les pays et les régions» Page 24 / 26

25 Conclusion Page 25 / 26

26 La majorité des généralistes sont à l aise pour parler de nutrition Mais rencontrent certaines difficultés - Le manque de temps - L inadaptation des outils proposés - Un manque de travail en équipe Des conseils complexes inadaptés à la mise en pratique - L information nutritionnelle est jugée peu fiable et trop divergente - Des recommandations nutritionnelles trop compliquées - Des recommandations inadaptées à la vie quotidienne des patients Les aliments qui sont évoqués en cabinet parce qu ils posent problème - Le tiercé gagnant : le sucre, les graisses, le fromage - Viennent ensuite : le pain, les boissons alcoolisées, les féculents Au-delà des régimes - Les mauvaises habitudes alimentaires - Le manque de temps de la part des soignants - Les difficultés des patients à se motiver dans la durée - Le découragement des soignants Page 26 / 26

NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006

NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006 NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006 Une enquête réalisée sur la nutrition en médecine générale * pour l montre que la nutrition est un sujet

Plus en détail

Aujourd hui le chef vous propose: menus

Aujourd hui le chef vous propose: menus Aujourd hui le chef vous propose: La commission des menus Aude Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT Quelles recommandations? Outil Angélique Repas Attentes et souhaits Existe t-il un dispositif

Plus en détail

Nutrition : quelles réalités en médecine générale?

Nutrition : quelles réalités en médecine générale? Nutrition : quelles réalités en médecine générale? 2 Les thèmes et témoignages de médecins mentionnés dans cette brochure sont issus des résultats d une enquête d opinion sur la nutrition. Elle a été réalisée

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Les diabétiques et les édulcorants

Les diabétiques et les édulcorants CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Les diabétiques et les édulcorants Etude n 1201364 Octobre 2012 Sommaire CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Objectifs et méthodologie de l étude 3 Principaux

Plus en détail

COMPTE RENDU DU QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION

COMPTE RENDU DU QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION CIG Service Prestataire COMPTE RENDU DU QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION Enquête effectuée du 1 er janvier au 31 août 2013 Madame Bara Responsable du Service Prestataire Janvier 2014 Version du 05/03/2014

Plus en détail

MA MOBILITE PROFESSIONNELLE & MOI. Résultats de notre enquête 2014/5 en partenariat avec Ithaque Coaching

MA MOBILITE PROFESSIONNELLE & MOI. Résultats de notre enquête 2014/5 en partenariat avec Ithaque Coaching + MA MOBILITE PROFESSIONNELLE & MOI Résultats de notre enquête 2014/5 en partenariat avec Ithaque Coaching Sommaire 2 Objectifs de l enquête. Méthodologie Profil des répondants Résultats Mobilité professionnelle..

Plus en détail

PROGRAMME DU CIO DE SUIVI DE CARRIÈRE DES ATHLÈTES Veuillez remplir le questionnaire ci-après et le renvoyer à ioc.acp@olympic.org

PROGRAMME DU CIO DE SUIVI DE CARRIÈRE DES ATHLÈTES Veuillez remplir le questionnaire ci-après et le renvoyer à ioc.acp@olympic.org Veuillez remplir le questionnaire ci-après et le renvoyer à ioc.acp@olympic.org Veuillez répondre aux questions de manière spontanée. Vos réponses nous permettront d établir les meilleures pratiques pour

Plus en détail

Enquête sur les attentes et besoins des personnes en situation de handicap vis-à-vis des Services d Aide à la Personne

Enquête sur les attentes et besoins des personnes en situation de handicap vis-à-vis des Services d Aide à la Personne Ce questionnaire est aussi disponible en ligne sur le site : www.handirhoneservices.org Ou par flash code : Vous pouvez être aidé au remplissage par téléphone au : 06 52 16 34 84 Enquête sur les attentes

Plus en détail

ALAIN DUNBERRY Avec la collaboration de Frédéric Legault Professeurs DEFS, UQAM Septembre 2013 2 1. Introduction 5 6 7 8 11 12 2. La méthodologie 14 15 16 3. Les résultats des opérations d évaluation

Plus en détail

Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement

Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement Institut de Recherches Scientifiques sur les Boissons Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement Paris, le 9 septembre 2014 L

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers

Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers Construction d une méthode pour accompagner les publics en situation de précarité vers le dépistage organisé des cancers FORMADOC 2- Loire 2011-2012 Julie Kalecinski Vanessa Dutertre Franck Chauvin Centre

Plus en détail

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ Le présent formulaire sert à obtenir votre consentement éclairé en ce qui a trait à la

Plus en détail

L Observatoire de l accès aux soins Vague 2

L Observatoire de l accès aux soins Vague 2 Octobre 2012 JALMA N 110750 Contact Damien Philippot Directeur de clientèle Département Opinion damien.philippot@ifop.com L Observatoire de l accès aux soins Vague 2 1 La méthodologie 2 NOTE MÉTHODOLOGIQUE

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 LEVALUATION DU SITE WEB E-LECLERC A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 A. Evaluation «subjective» du site web 1. Choix du site web J ai choisi de réaliser l évaluation «subjective» sur le site web : www.e-leclerc.com,

Plus en détail

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Baromètre santé nutrition 2008 Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Le modèle alimentaire français accorde une importance particulière à la sociabilité et à la commensalité

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

1 ère enquête nationale sur les Français et leurs soins dentaires en Hongrie

1 ère enquête nationale sur les Français et leurs soins dentaires en Hongrie 1 ère enquête nationale sur les Français et leurs soins dentaires en Hongrie Rapport de résultats Octobre 2015 Contact Presse Nicolas Pineau Consultant spécialisé - fondateur Eurodentaire Email : nicolas@eurodentaire.com

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

100 habitudes pour maigrir

100 habitudes pour maigrir Perdre du gras à long terme et ne jamais le reprendre Aurèle Mariage Sommaire Mise en garde... 6 Introduction... 7 A propos de l auteur... 9 Les habitudes et la motivation... 10 1. Prendre (et avoir) de

Plus en détail

AQESSS - ÉTUDE AUPRÈS DES QUÉBÉCOIS É SUR L INFORMATISATION CLINIQUE LA SANTÉ ÉLECTRONIQUE. De la vie aux idées 4 OCTOBRE 2011

AQESSS - ÉTUDE AUPRÈS DES QUÉBÉCOIS É SUR L INFORMATISATION CLINIQUE LA SANTÉ ÉLECTRONIQUE. De la vie aux idées 4 OCTOBRE 2011 AQESSS - ÉTUDE AUPRÈS DES QUÉBÉCOIS É SUR L INFORMATISATION CLINIQUE COLLOQUE EXPOSITION LA SANTÉ ÉLECTRONIQUE 4 OCTOBRE 2011 De la vie aux idées TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE ET OBJECTIFS 3 FAITS SAILLANTS

Plus en détail

POUVONS NOUS METTRE EN PLACE UN RESEAU OBESITE DIABETE SUR TOURCOING ET LES COMMUNES PROCHES DE LA VALLEE DE LA LYS?

POUVONS NOUS METTRE EN PLACE UN RESEAU OBESITE DIABETE SUR TOURCOING ET LES COMMUNES PROCHES DE LA VALLEE DE LA LYS? POUVONS NOUS METTRE EN PLACE UN RESEAU OBESIT... http://www.fmc-tourcoing.org/spip/print-article-mb.php3?id_article=45 POUVONS NOUS METTRE EN PLACE UN RESEAU OBESITE DIABETE SUR TOURCOING ET LES COMMUNES

Plus en détail

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire sur le profil d investisseur Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire 1. Quand aurez-vous besoin de toucher à ce portefeuille de placement,

Plus en détail

Pourquoi est-il préférable de supprimer la collation à l école?

Pourquoi est-il préférable de supprimer la collation à l école? CARQUEIRANNE VILLE ACTIVE DU PNNS Pourquoi est-il préférable de supprimer la collation à l école? Ce diaporama s inspire très largement des documents réalisés par le programme nutrition, prévention et

Plus en détail

BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX

BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX Avril 2009 SOMMAIRE 1. La méthodologie 3 A. L évolution du système de protection sociale 5 B. Les pratiques en matière de protection sociale 9

Plus en détail

LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011. BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études

LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011. BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011 BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études Méthodologie Recueil Enquête réalisée par l Institut BVA

Plus en détail

RESIDENCE «LA FLEUR DE L AGE» 20 Bis Allée des Sports 59960 Neuville en Ferrain

RESIDENCE «LA FLEUR DE L AGE» 20 Bis Allée des Sports 59960 Neuville en Ferrain RESIDENCE «LA FLEUR DE L AGE» 20 Bis Allée des Sports 59960 Neuville en Ferrain RAPPORT DE PRESENTATION DES RESULTATS DE L ENQUETE DE SATISFACTION AUPRES DES RESIDENTS 2014 1 TABLE DES MATIERES I. INTRODUCTION...

Plus en détail

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Programmes d enseignement thérapeutique Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Pour qui? Quelles prestations? 3 Les programmes proposés par le service d

Plus en détail

Guide individuel Jury CQP Responsable de magasin en BVP

Guide individuel Jury CQP Responsable de magasin en BVP Date de l évaluation Nom et fonction du membre du jury Nom et prénom du candidat Entreprise du candidat Activités Industrielles de Boulangerie Ce guide est destiné à chaque membre du jury Guide individuel

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

Bilan année : Objectifs année :

Bilan année : Objectifs année : ENTRETIEN ANNUEL COMMERCIAUX Bilan année : Objectifs année : Société : Service : Date de l entretien : Evaluateur : Collaborateur évalué : Lieu de l entretien : Durée de l entretien : ENTRETIEN ANNUEL

Plus en détail

Enquête de satisfaction des usagers

Enquête de satisfaction des usagers CENTRE HOSPITALIER BON SAUVEUR DE BEGARD Service qualité Auteurs : N. Ollivier (animatrice), G. Le Gaffric (co-animatrice), A. Guihaire, J. Robin, F. Paillardon, N. Cocu, J. Allain, M. Vermet, Sœur Le

Plus en détail

Retrouvez tous les résultats de l enquête de satisfaction à laquelle vous avez participé en juin 2014!

Retrouvez tous les résultats de l enquête de satisfaction à laquelle vous avez participé en juin 2014! Retrouvez tous les résultats de l enquête de satisfaction à laquelle vous avez participé en juin 2014! Centre de soins, d Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA) Centre d Accueil et d Accompagnement

Plus en détail

ENQUÊTE/QUESTIONNAIRE

ENQUÊTE/QUESTIONNAIRE ENQUÊTE/QUESTIONNAIRE EQ-DDO-23/2015 Document consultable dans Médi@m Date : 06/03/2015 Domaine(s) : gestion du risque à Mesdames et Messieurs les Directeurs CPAM CARSAT UGECAM CGSS CTI Agents Comptables

Plus en détail

Présentation du programme d informations pour les médecins (PIP) Boostez votre activité en 4 étapes

Présentation du programme d informations pour les médecins (PIP) Boostez votre activité en 4 étapes Présentation du programme d informations pour les médecins (PIP) Boostez votre activité en 4 étapes Bienvenue dans le programme d informations pour les médecins (PIP) L objectif de Phonak est d aider les

Plus en détail

Enquête sur l accessibilité des droits des personnes en situation de handicap

Enquête sur l accessibilité des droits des personnes en situation de handicap Enquête sur l accessibilité des droits des personnes en situation de handicap Nous avons envoyé nos questionnaires à 697 associations susceptibles de fournir une information ou un accompagnement aux personnes

Plus en détail

Alimentation et idées reçues

Alimentation et idées reçues Fiche pédagogique Thème : Alimentation Niveau : Lycée Durée : 1 h Alimentation et idées reçues Personnes ressources : Professeur SVT, ESF, EPS, personnel de restauration, Infirmier scolaire, CESC Pour

Plus en détail

HANDIDENT FRANCHE-COMTE DOMUS MEDICA 1 rue de Morimont 90000 BELFORT CONVENTION DE PARTENARIAT

HANDIDENT FRANCHE-COMTE DOMUS MEDICA 1 rue de Morimont 90000 BELFORT CONVENTION DE PARTENARIAT HANDIDENT FRANCHE-COMTE DOMUS MEDICA 1 rue de Morimont 90000 BELFORT CONVENTION DE PARTENARIAT Entre un établissement et l association Handident Franche-Comté Préambule - Faciliter l accès aux soins dentaires

Plus en détail

Satisfaction patients ANNEE 2012

Satisfaction patients ANNEE 2012 Satisfaction patients ANNEE 2012 Chaque patient dispose, lors de son arrivée, d un questionnaire de satisfaction à l intérieur du livret d accueil. Ce questionnaire a pour but d évaluer le niveau de satisfaction

Plus en détail

La cueillette d informations sur les connaissances et les besoins des participantes à propos de la santé et de la nutrition

La cueillette d informations sur les connaissances et les besoins des participantes à propos de la santé et de la nutrition La cueillette d informations sur les connaissances et les besoins des participantes à propos de la santé et de la nutrition B- La communication des résultats de la cueillette d informations aux participantes

Plus en détail

pour Observatoire de la profession de conseil en recrutement

pour Observatoire de la profession de conseil en recrutement pour Observatoire de la profession de conseil en recrutement Juin 2009 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l'étude A Les préoccupations à six mois des Directeurs de Ressources Humaines B

Plus en détail

pour Baromètre de la protection sociale des agents territoriaux

pour Baromètre de la protection sociale des agents territoriaux pour Baromètre de la protection sociale des agents territoriaux Avril 2009 Sommaire 1. La méthodologie 3 A. Les jugements sur le système de protection sociale 5 B. L affiliation et le choix de sa mutuelle

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée. Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous?

La prise en charge de votre affection de longue durée. Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous? La prise en charge de votre affection de longue durée Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous? Sommaire Edito Votre prise en charge à 100 % Comment cela

Plus en détail

LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC

LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC Ou Les femmes enceintes de Belley sont-elles bien informées des conséquences du tabac sur la grossesse? A la maternité de Belley : - on

Plus en détail

Enquête de satisfaction 2015 réalisée du 8 au 26 juin 2015. À votre écoute pour progresser!

Enquête de satisfaction 2015 réalisée du 8 au 26 juin 2015. À votre écoute pour progresser! Enquête de satisfaction 2015 réalisée du 8 au 26 juin 2015 PREFECTURE DES DEUX-SEVRES 116 questionnaires collectés / 20 questions Résultats en % des exprimés 1. Le contexte de l étude À votre écoute pour

Plus en détail

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien»

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» Contacts Ipsos : Patrick KLEIN Tél : 01 41 98 97 20 e-mail : patrick.klein@ipsos.com Sonia BENCHIKER Tél : 01 41 98 95 08 e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» sonia.benchiker@ipsos.com Rapport

Plus en détail

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Annexe À l occasion du 50 ème anniversaire de l assurance soins de santé et indemnités, la MC a mené une enquête

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF)

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Réalisé par le Service Etudes et Diagnostics de Sodie

Plus en détail

INFLUENCE DE L APPARENCE DU CANDIDAT SUR LA DÉCISION D EMBAUCHE

INFLUENCE DE L APPARENCE DU CANDIDAT SUR LA DÉCISION D EMBAUCHE INFLUENCE DE L APPARENCE DU CANDIDAT SUR LA DÉCISION D EMBAUCHE Etude menée début 2012 auprès de 80 personnes réalisant des entretiens de recrutement en France Propriété intellectuelle de Karine Averseng.

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015 1 Introduction Au début de l année 2015, l EHPAD La Vasselière a réalisé une enquête de satisfaction auprès des résidents et des familles. Celle-ci s est articulée autour de 6 thèmes : Situation personnelle

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Fanny OLLIER Diététicienne

Fanny OLLIER Diététicienne Fanny OLLIER Diététi icienne INTERVENTIONS DIETETIQUES 1. INTERVENTIONS THEORIQUES Auprès des résidents : Thèmes : Equilibre alimentaire Groupes d aliments Conseils pratiques lors d un repas Pathologies

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

La gestion de projet

La gestion de projet K E K σ C D C C O N S U L T A N T S rue Hugi 3 CH 2502 Biel Bienne Tél: +41 32 325 19 25 Fax: +41 32 325 19 29 e-mail: kessler@kek.ch www.kek.ch La gestion de projet Sommaire 1 Le concept de «projet» 1

Plus en détail

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Présentation de l outil En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Constats La dépression est très fréquente chez la personne âgée, mais négligée, méconnue

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Partir un an à l étranger Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara, Isabelle

Plus en détail

L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures

L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures Sondage Ifop pour la Fédération nationale de la presse spécialisée Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume

Plus en détail

Questionnaire Profil d investisseur

Questionnaire Profil d investisseur SECTEUR : ASSET MANAGEMENT T +41 (0)21 634 30 88 F +41 (0)21 560 41 11 info@skm-sa.com Questionnaire Profil d investisseur Nom, Prénom du client Nom, Prénom du conseiller Lieu et date Question 1 Quand

Plus en détail

Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire. Septembre 2013

Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire. Septembre 2013 Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire Septembre 2013 1 Note méthodologique Etude réalisée pour : Wincor Nixdorf Echantillon : Echantillon de 1001 personnes, représentatif de la population

Plus en détail

COMMUNICATION INTERPERSONNELLE ET PRISE DE PAROLE EN PUBLIC H.M. ALAOUI 1

COMMUNICATION INTERPERSONNELLE ET PRISE DE PAROLE EN PUBLIC H.M. ALAOUI 1 COMMUNICATION INTERPERSONNELLE ET PRISE DE PAROLE EN PUBLIC H.M. ALAOUI 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION: ANALYSE SEMANTIQUE II. CONTENU ET ELEMENTS DE LA COMMUNICATION III. PRINCIPALES QUESTIONS A SE POSER

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ÉTUDIANTS EN MÉDECINE SUR LES VIOLENCES PREMIERS RESULTATS

ENQUÊTE AUPRÈS DES ÉTUDIANTS EN MÉDECINE SUR LES VIOLENCES PREMIERS RESULTATS ENQUÊTE AUPRÈS DES ÉTUDIANTS EN MÉDECINE SUR LES VIOLENCES PREMIERS RESULTATS! Dr GILLES LAZIMI Pr ALEXANDRE DUGUET Dr BENJAMIN GRANGER VALERIE AUSLENDER SOLENNE VASSE ELIAS KARAM Contexte. QuesAonnaire

Plus en détail

Vécu, perceptions & attentes Regards croisés RH opérationnels. Janvier 2015. Transformation digitale TNS 2014 48UN76

Vécu, perceptions & attentes Regards croisés RH opérationnels. Janvier 2015. Transformation digitale TNS 2014 48UN76 Vécu, perceptions & attentes Regards croisés RH opérationnels Janvier 2015 La en entreprise Fiche technique Enquête réalisée pour : ABILWAYS Dates de terrain Du 25 novembre au 7 décembre 2014 Echantillon

Plus en détail

25 questionnaires ont été distribués aux patients du 16 au 18 avril 2014. 24 questionnaires ont été retournés, soit un taux de retour de 96%.

25 questionnaires ont été distribués aux patients du 16 au 18 avril 2014. 24 questionnaires ont été retournés, soit un taux de retour de 96%. S.S.I.A.D RESULTATS ENQUÊTE DE SATISFACTION 2014 Le recueil de la satisfaction s inscrit dans notre démarche d amélioration continue de la qualité et de la sécurité. L objectif de cette enquête est d évaluer

Plus en détail

L observatoire de. Étude d opinion auprès des 70 ans et plus et des personnes ayant entre 40 et 70 ans. Juillet 2013

L observatoire de. Étude d opinion auprès des 70 ans et plus et des personnes ayant entre 40 et 70 ans. Juillet 2013 L observatoire de la révolution de l âge Étude d opinion auprès des 70 ans et plus et des personnes ayant entre 40 et 70 ans Juillet 2013 La vieillesse : un nouveau monde? Ampleur des enjeux financiers

Plus en détail

Les Français et l accession à la propriété

Les Français et l accession à la propriété Les Français et l accession à la propriété Sondage Ifop pour CAFPI Le 30 juin 2015 La méthodologie Etude réalisée par l'ifop pour CAFPI Echantillon Méthodologie Mode de recueil L enquête a été menée auprès

Plus en détail

INSCRIPTION EN LIGNE COMMENT ÇA MARCHE?

INSCRIPTION EN LIGNE COMMENT ÇA MARCHE? INSCRIPTION EN LIGNE COMMENT ÇA MARCHE? Une version haute définition de ce document sera prochainement publiée pour une meilleure qualité d affichage. L APSAP-VP modernise son processus d inscription et

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

MINCE POUR TOUJOURS MAIGRIR, SORTIR DU REGIME, STABILISER. Par le Docteur P-G BRUNEL UNE FOIS POUR TOUTES

MINCE POUR TOUJOURS MAIGRIR, SORTIR DU REGIME, STABILISER. Par le Docteur P-G BRUNEL UNE FOIS POUR TOUTES MINCE POUR TOUJOURS MAIGRIR, SORTIR DU REGIME, STABILISER UNE FOIS POUR TOUTES DES SEMAINES DE MENU-TYPES ACCOMPAGNENT VOTRE REGIME Par le Docteur P-G BRUNEL TABLE DES MATIERES 1. PREAMBULE : 4 2. INTRODUCTION

Plus en détail

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Mieux comprendre l opinion pour agir Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Octobre 2008 Institut Viavoice Contact : Arnaud ZEGIERMAN LD : 01 40 54 13 71

Plus en détail

COMMENT CONSTRUIRE UNE ACCROCHE PUISSANTE. ANSE 2014 http://mieuxsevendreentantquecoach.kajabi.com

COMMENT CONSTRUIRE UNE ACCROCHE PUISSANTE. ANSE 2014 http://mieuxsevendreentantquecoach.kajabi.com COMMENT CONSTRUIRE UNE ACCROCHE PUISSANTE 1/ Identifiez votre domaine d expertise Si vous ne l avez pas encore identifié, regardez la vidéo n 1 Exemples : - Cas de Claude : je permets au système entreprise

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

Analyse des évaluations des enseignements de la Formation des enseignants du secondaire (FORENSEC)

Analyse des évaluations des enseignements de la Formation des enseignants du secondaire (FORENSEC) Comité de direction Analyse des évaluations des enseignements de la Formation des enseignants du secondaire (FORENSEC) Procédure d évaluation A l Université de Genève, l évaluation des enseignements est

Plus en détail

Observatoire du Club Courrier

Observatoire du Club Courrier Observatoire du Club Courrier Etude CSA pour Club Courrier SEPTEMBRE 2013 Une interrogation en miroir des expéditeurs et des destinataires de courrier publicitaire Les Français.destinataires Les professionnels

Plus en détail

Bilan du Programme DPC ACFM 2011

Bilan du Programme DPC ACFM 2011 Bilan du Programme DPC ACFM 2011 Janvier 2012 Plan Contexte Méthodologie et déroulement Résultats du programme DPC Synthèse Participation Satisfaction Audits cliniques et mesure de l impact Annexe Exemple

Plus en détail

Le secteur de la santé. Votre guide SMS

Le secteur de la santé. Votre guide SMS Le secteur de la santé Votre guide SMS Pourquoi utiliser le SMS? Le secteur médical est un milieu où l information doit circuler très rapidement et où les rapports entre médecins et patients sont primordiaux.

Plus en détail

Grille d analyse des outils d intervention en éducation pour la santé

Grille d analyse des outils d intervention en éducation pour la santé Grille d analyse des outils d intervention en éducation pour la santé 53 La Direction des affaires scientifiques (Das) de l Inpes a construit une grille d analyse à partir de la liste des critères de qualité

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION

ENQUETE DE SATISFACTION ENQUETE DE SATISFACTION RESTAURATION SCOLAIRE Chers parents, Nous souhaitons connaître votre avis sur la restauration scolaire de vos enfants. Cette enquête a pour but d évaluer votre degré de satisfaction

Plus en détail

DECROCHAGES. De plus en plus de Français se sentent frustrés et se mettent à l'écart du système économique et politique

DECROCHAGES. De plus en plus de Français se sentent frustrés et se mettent à l'écart du système économique et politique DECROCHAGES De plus en plus de Français se sentent frustrés et se mettent à l'écart du système économique et politique 1 Rappel de la méthodologie Huitième édition Échantillon! 1006 individus âgés de 15

Plus en détail

La participation de votre enfant à l étude Esteban. www.esteban.invs.sante.fr

La participation de votre enfant à l étude Esteban. www.esteban.invs.sante.fr La participation de votre enfant à l étude Esteban www.esteban.invs.sante.fr Esteban est une nouvelle étude nationale qui porte sur plusieurs aspects de la santé : l exposition à certaines substances de

Plus en détail

- Lignes directrices relatives à la communication sur les repères de consommation alimentaire novembre 2008

- Lignes directrices relatives à la communication sur les repères de consommation alimentaire novembre 2008 Lignes directrices à l attention des opérateurs économiques relatives à la communication sur les repères de consommation alimentaire et d activité physique du Programme National Nutrition Santé Ces lignes

Plus en détail

Les Français et Alzheimer. Vivre au quotidien avec la maladie. Synthèse des résultats. Septembre 2012. Les Français et Alzheimer

Les Français et Alzheimer. Vivre au quotidien avec la maladie. Synthèse des résultats. Septembre 2012. Les Français et Alzheimer Vivre au quotidien avec la maladie Synthèse des résultats Septembre 2012 TNS Sofres Rozenn BOUVIER - 01 40 92 33 20 Zein SAWAYA - 01 40 92 27 61 Espace éthique Alzheimer Grégory EMERY - 01 44 84 17 54

Plus en détail

Grossesse, Poids et Nutrition

Grossesse, Poids et Nutrition Service de Gynécologie Obstétrique et service de Nutrition Hôpital de la Pitié-Salpêtrière Grossesse, Poids et Nutrition Si vous avez un problème de poids, voici des conseils pour la préparation et le

Plus en détail

«Perception des utilisateurs de Vélo v»

«Perception des utilisateurs de Vélo v» «Perception des utilisateurs de Vélo v» JCDecaux a mandaté BVA pour mener une enquête sur la «Perception des utilisateurs de Vélo v». Ce service unique au monde de vélos en libre service a été mis en place

Plus en détail

Activité physique et alimentation pour le patient diabétique de type 2

Activité physique et alimentation pour le patient diabétique de type 2 Activité physique et alimentation pour le patient diabétique de type 2 Séverine VINCENT http://www.fmc-tourcoing.org http://www.formunof.org http://www.rdo-lille.org L ACTIVITE PHYSIQUE L ACTIVITE PHYSIQUE

Plus en détail

ENQUETE sur la gestion du médicament, le bon usage des antibiotiques et la gestion du risque infectieux au sein des EHPAD des PAYS DE LA LOIRE

ENQUETE sur la gestion du médicament, le bon usage des antibiotiques et la gestion du risque infectieux au sein des EHPAD des PAYS DE LA LOIRE ENQUETE sur la gestion du médicament, le bon usage des antibiotiques et la gestion du risque infectieux au sein des EHPAD des PAYS DE LA LOIRE Introduction Les données concernant cette étude ont été recueillies

Plus en détail

La Politique Qualité des Agences Selectour

La Politique Qualité des Agences Selectour La Politique Qualité des Agences Selectour Les agences Selectour : Avec près de 550 agences de voyages et 2 000 experts, nous offrons la garantie pour nos clients d être proches d un de nos points de vente

Plus en détail

OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR

OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR Rapport de sondage Présenté à : Monsieur André Lortie Service des communications Office de la protection du consommateur Évaluation de l impact de la brochure «Vos

Plus en détail

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Né du souhait de mieux répondre aux grands défis de notre système de santé, Cité générations est un nouveau

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES

SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES Page 1 of 10 SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES Le Groupe de travail canadien sur la malnutrition (GTCM) a mené une étude à l échelle nationale de 2010 à 2013 afin de déterminer la prévalence de la malnutrition

Plus en détail

Les Français et les calories : quel rapport à la nutrition? *-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

Les Français et les calories : quel rapport à la nutrition? *-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* NOTE DETAILLEE Les Français et les calories : quel rapport à la nutrition? Etude Harris Interactive pour le Mouvement pour l Equilibre Nutritionnel (MENU) Enquête réalisée du 24 au 26 juin et du 04 au

Plus en détail

Ce document est destiné à suivre le parcours de formation d un candidat au CQP «Conduite de ligne de conditionnement», en intégrant :

Ce document est destiné à suivre le parcours de formation d un candidat au CQP «Conduite de ligne de conditionnement», en intégrant : Commission Paritaire Nationale de l Emploi des Industries de Santé CQP «Conduite de ligne de conditionnement» Livret de suivi de la formation en contrat de professionnalisation Nom et prénom du candidat

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail