Prise en charge chirurgicale des patientes traitées par chimiothérapie néo-adjuvante pour cancer du sein

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prise en charge chirurgicale des patientes traitées par chimiothérapie néo-adjuvante pour cancer du sein"

Transcription

1 Prise en charge chirurgicale des patientes traitées par chimiothérapie néo-adjuvante pour cancer du sein S. Uzan, M. Antoine, E. Barranger, J.-F. Bernaudin, J. Chopier, E. Daraï, D. Grahek, J. Gligorov, J.-P. Lotz, J.-Y. Seror et E. Touboul Introduction, historique Malgré d importants progrès, en particulier ceux liés au dépistage, 10 à 30 % des cancers du sein restent diagnostiqués à des stades avancés. Dans ces formes, la chimiothérapie néo-adjuvante (CNA) a été proposée dès 1970, et a fait l objet de nombreuses études et conférences de consensus (1, 2, 3). Le principe de son utilisation repose sur des expériences réalisées avec différents modèles animaux (4, 5) pour tester l hypothèse que la maladie microscopique métastatique (éventuellement favorisée par les manipulations lors de l intervention), est réduite par l utilisation pré-opératoire d un traitement général. De nombreux essais sont ensuite venus confirmer que, d une part, le taux de réponse à la CNA était élevé et que, d autre part, ce traitement permettait d augmenter le pourcentage de traitement conservateur chez les patientes qui relevaient initialement d une mastectomie. Le taux de conservation est très variable selon les études et des taux de 50 à 90 % sont décrits (6, 7). Après CNA, la plupart des essais ne montrent pas d amélioration de la durée globale de la survie (8, 9, 10), à l exception des patientes ayant une réponse complète. Toutefois, ces mêmes essais montrent, d une part, une augmentation de l intervalle sans récidive et, d autre part, une relation entre réponse primaire et dissémination métastatique. La réponse histologique complète n était observée que chez 6 à 19 % des patientes selon la littérature. Les derniers résultats obtenus avec de nouvelles séquences thérapeutiques font état de 25 % de réponses histologiques complètes. C est le cas pour les patientes traitées selon cette modalité par notre groupe depuis deux ans. Ce taux était de 14 % il y a dix ans, il est actuellement de 26 % (7). De plus, en cas de régression tumorale après CNA autorisant une chirurgie conservatrice, la qualité de vie après traitement est considérablement améliorée. En revanche, en cas de non-réponse, le chirurgien doit «prévenir» par son discours avant et pendant la chimiothérapie le «vécu de la non-réponse». Le chirurgien et

2 326 Cancer du sein l oncologue doivent présenter la CNA com me une étape thérapeutique, de toute façon nécessaire, et non comme «un test de guérison». En pratique, la CNA soulève de nouveaux enjeux qu il faut connaître et auxquels il faut proposer des réponses adaptées. Ces enjeux et les propositions de réponse sont schématisés dans le tableau 1. Tableau 1 - Enjeux chirurgicaux de la CNA et stratégies de réponse. Enjeux Réponses Appliquer la meilleure stratégie Obtenir la meilleure adhésion de la patiente Éviter les déceptions Bien évaluer la réponse et ne pas laisser progresser la tumeur Ignorer une réponse incomplète ou ne pas retirer le lit tumoral - Réflexion multidisciplinaire - Connaître les indications et contre-indications - Connaître les facteurs de réponse - Expliquer le rôle du comité multidisciplinaire - Explications loyales et conjointes du chirurgien et de l oncologue - Information du médecin traitant - Idéalement dans le cadre d un dispositif d annonce - Ne pas lier réponse et guérison - Bilan initial irréprochable, évaluation conjointe du chirurgien et de l oncologue à deux, quatre et six cures - Connaître les paramètres d évaluation de la réponse - Connaître les faux négatifs et la sous-évaluation des examens d imagerie - Repérage pré-chimiothérapie pré-opératoire et per-opératoire rigoureux du «site» de la tumeur Réduire le risque de sousstadification de la tumeur et de l aisselle - Stadification rigoureuse avant la chimiothérapie utilisant les moyens actuellement disponibles

3 Prise en charge chirurgicale des patientes traitées par chimiothérapie 327 Tableau 1 - (suite) Éviter le risque d opérer une patiente - Choisir le moment et prévoir «fragilisée» par la chimiothérapie les conditions de la chirurgie Réaliser un traitement adéquat du sein Réaliser un traitement adéquat de l aisselle - Bilan pré-opératoire rigoureux - Exploration per-opératoire - Pièce confiée à l anatomo-pathologiste dans les meilleures conditions - Recourir selon les cas à l examen extemporané, aux radios et échographies des pièces opératoires - Ne pas hésiter à proposer une reprise ou une mastectomie secondaire si nécessaire - Compléter selon les indications par une radiothérapie - Curage ganglionnaire après CNA sauf si ganglion sentinelle réalisé dans le cadre d une évaluation ou dans certaines situations particulières validées par un comité multidisciplinaire La prise en charge pré-, per- et post-chirurgicale est idéalement réalisée par une équipe multidisciplinaire, incluant le médecin traitant Le rôle du chirurgien dans la prise en charge «globale» du cancer du sein ne doit pas se limiter à l acte chirurgical lui-même. Sa participation débute dès le premier contact de la patiente avec l équipe soignante. La patiente doit être suivie continuellement et conjointement par les membres d une équipe qui compte, outre le chirurgien, l oncologue, l histologiste, le cytologiste et le radiologue. L intervention des psychologues et des autres personnels soignants doit être précoce. Une procédure intitulée «dispositif d annonce» et de prise en charge du cancer du sein est mise en place à titre expérimental dans certains centres ; elle représente l une des réponses adaptées à cette période particulièrement difficile pour les patientes. Les décisions doivent être conjointes, validées et formalisées lors de réunions multidisciplinaires. Il faut dans certains cas ne pas indiquer trop tôt une stratégie thérapeutique et compléter le bilan avant de choisir le meilleur traitement lors d une concertation multidisciplinaire.

4 328 Cancer du sein Lorsqu une CNA est choisie, il faut, comme on l a déjà évoqué, ne pas lier chances de guérison et réponse au traitement. Dans tous les cas, mais plus particulièrement ici, une information loyale et complète de la patiente (et de son conjoint ou de la personne de son choix) dès le début de la prise en charge par l oncologue et le chirurgien est essentielle. Il est important dans toute cette étape qu un lien écrit et direct soit entretenu avec le médecin traitant. La chirurgie est une étape indispensable, même en cas de réponse tumorale complète, elle reste la seule façon de ne pas ignorer une réponse incomplète (11) Quelle que soit la combinaison des examens utilisés en fin de CNA, il persiste des faux négatifs et une sous-évaluation du nombre de lésions résiduelles par l imagerie. Ce taux de faux négatifs varie selon les études de 20 à 35 % des cas où la réponse paraît complète lors du bilan d imagerie. L absence d exérèse de ces lésions résiduelles s accompagne d un sur-risque de récidive locale quel que soit le traitement ultérieur. Les définitions Elles concernent la chimiothérapie elle-même : en France, le terme de CNA est le plus largement utilisé par opposition à la chimiothérapie adjuvante. Le terme de traitement systémique néo-adjuvant permet d inclure la chimiothérapie et l hormonothérapie. Rappelons ici qu il est également possible, en particulier dans certains cas d échecs de la chimiothérapie ou de l hormonothérapie néo-adjuvante, d utiliser une radiothérapie néo-adjuvante. La question des définitions concerne également la réponse : on distingue la réponse clinique complète, la réponse histologique complète au niveau du sein et la réponse histologique totale incluant le sein et le creux axillaire (ce terme doit être a priori réservé aux patientes ayant fait l objet d une vérification du caractère N+ en pré-opératoire, en particulier par cytoponction sous échographie). Globalement, une réponse tumorale clinique est observée dans 75 % des cas (47 à 100 %!). La réponse tumorale complète histologique varie de 6 à 19 % (25 % dans les séries les plus récentes). Au niveau ganglionnaire, 23 à 35 % des patientes initialement N1 deviennent N0. La présence d un résidu tumoral sous forme de carcinome in situ n est généralement pas considérée comme une réponse partielle, mais comme une réponse totale, car cette réponse concerne les lésions invasives. Il faut d ailleurs savoir que ce résidu de carcinome in situ, à condition d être correctement traité (exérèse chirurgicale et radiothérapie post-opératoire) ne modifie pas le pronostic ultérieur. Les cas où seul existe un reliquat de carcinome in situ ne sont pas exceptionnels, ils représentent dans notre expérience 8 % des cas. Une publication a observé une relation

5 Prise en charge chirurgicale des patientes traitées par chimiothérapie 329 entre la réponse au niveau de la lésion invasive et la réponse au niveau de la lésion in situ (12). Indications et contre-indications de la CNA D autres chapitres de cet ouvrage traitent des indications et des modalités de la CNA. Nous ne ferons que rappeler brièvement les avantages et inconvénients de cette stratégie que le chirurgien (la réciproque est vraie pour l oncologue) doit connaître. Principaux avantages de la CNA Théoriquement, un meilleur contrôle de la maladie occulte avec diminution du risque de récidive et de métastases. Augmentation du taux de traitement conservateur (de 50 à 90 %). Disposer d un facteur pronostique de réponse au traitement général systémique. Disposer d informations sur la sensibilité de la tumeur au traitement systémique utilisé et pouvoir ainsi utiliser d autres lignes thérapeutiques. Disposer de marqueurs prédictifs de réponse à long terme. Un autre avantage potentiel de la CNA est la possibilité d observer une «stérilisation» de l aisselle chez les patientes initialement N+. Cette «négativation» de l aisselle est un facteur pronostique capital dans certaines études. Dans une publication portant sur 191 patientes N+ avant la CNA (13), 43 patientes (23 %) devenaient N- après CNA. L étude univariée montre que ces patientes présentaient une tumeur majoritairement récepteurs négatifs, plus petite, avec la réponse tumorale plus fréquemment complète. La survie sans récidive à cinq ans était de 87 % chez les patientes présentant une négativation de l aisselle contre 50 % chez les patientes restant N+. De plus, après recherche de micro-métastases par des niveaux de coupes supplémentaires dans les ganglions de patientes N-, le taux de survie sans récidive était de 87 % chez les patientes ne présentant aucune micrométastase occulte et de 75 % chez les patientes présentant une micro-métastase après un recul moyen de suivi de soixante et un mois. Bien que ces résultats doivent être confirmés par d autres études, ils témoignent de la valeur prédictive de la négativation de l aisselle. Principaux inconvénients de la CNA Augmentation du taux mécanique de récidive par l augmentation du taux de traitement conservateur (14). Dans une étude de Mauriac et coll. (6), parmi les 62 % des patientes pouvant bénéficier d un traitement conservateur, 22 % de ces patientes devront faire l objet d une mastectomie secondaire pour récidive. Ce taux de rechute loco-régionale est a priori plus important que celui observé après mastectomie et chimiothérapie adjuvante. Toutefois, certaines études ne retrouvent pas cette différence (15). Les auteurs de cet article observent que la taille initiale (supérieure à 5 cm), le type histologique (lobulaire), le grade histologique

6 330 Cancer du sein (élevé) et la multicentricité sont les facteurs les plus significatifs de prédiction d un traitement non conservateur. Risque de ne pas retirer le résidu tumoral après réponse complète en raison des difficultés de repérage de la zone de lésion initiale. Nous reviendrons sur la réduction de ce risque plus loin. Laisser évoluer la maladie (de 3 à 5 % des cas), d où l importance d évaluer à court terme la réponse, voire de réagir rapidement à une progression de la lésion. Opérer une patiente affaiblie après chimiothérapie, d où l importance de choisir parfaitement les conditions et la chronologie de l intervention. Le bilan histologique immédiatement pré-opératoire doit montrer des paramètres hématologiques (GB, Hb, Ht) satisfaisants. En général, un délai de trois semaines après la dernière chimiothérapie doit être respecté. Ce délai peut être plus long et il est parfois nécessaire de recourir à des facteurs de croissance. Sous-évaluer le stade et l extension initiale de la lésion, d où l importance du bilan initial. En pratique les indications peuvent être schématisées comme suit : la CNA est formellement indiquée pour les lésions en poussée évolutive et pour les lésions classées T4 ou les tumeurs adhérant au muscle pectoral et d extirpation chirurgicale difficile. Il faut d ailleurs noter que, dans ces cas, la plupart des équipes, y compris après réponse lors de la CNA, pratiquent une mastectomie, d où l importance de l expliciter à la patiente dès le début du traitement et ne pas la laisser espérer un traitement conservateur qui ne sera pas pratiqué au terme du traitement ; la CNA est réservée aux lésions invasives, d où la nécessité d une preuve histologique et non cytologique qui n est pas suffisante pour affirmer le diagnostic d invasion ; le chirurgien ne doit pas limiter les indications de la CNA aux patientes présentant une lésion de plus de 3 cm, même s il s agit là de l indication la plus fréquente, permettant d augmenter le taux de traitements conservateurs ; il faut, en effet, savoir discuter cette éventualité pour des lésions de taille inférieure, non seulement parce que la plupart des examens sous-évaluent la taille réelle de la lésion, mais également parce que, dans certains cas (en particulier pour les seins de petite taille), il peut être utile de mettre en œuvre cette stratégie dès que la tumeur mesure 25 millimètres ; la CNA n est pas réservée aux patientes jeunes ou non ménopausées, mais peut également être appliquée aux patientes ménopausées ; la grossesse associée au cancer du sein est une situation rare et particulière où la CNA peut rendre d importants services. À l inverse, le chirurgien doit connaître les contre-indications ou les situations où la CNA n apportera pas de bénéfice sur le plan thérapeutique, en

7 Prise en charge chirurgicale des patientes traitées par chimiothérapie 331 particulier ne permettra pas, quel que soit le résultat, de pratiquer un traitement conservateur. Il s agit avant tout des contre-indications à la chimiothérapie liées à l état de la patiente. Dans ces cas, il peut être utile de recourir à l hormonothérapie néo-adjuvante, voire à la radiothérapie. L étude des clichés mammographiques permet, en cas de micro-calcifications étendues, d évoquer la présence d un carcinome in situ supérieur à 3 cm qui, a priori, contre-indiquera (sauf pour les équipes qui pratiquent des interventions d oncoplastie pour des tailles supérieures) le traitement conservateur. Il peut être alors utile de réaliser des macro-biopsies espacées de plus de 3 cm, permettant de confirmer cette décision en pré-opératoire. Dans ces cas, une chirurgie initiale est pratiquée, en renonçant généralement à la CNA. Cette stratégie sera susceptible d être modifiée si les séquences thérapeutiques nouvelles permettent d espérer, après CNA, un bénéfice en terme de survie. La fraction d in situ évaluée par biopsie permet dans certains cas d évaluer la fraction globale d in situ et de prédire certains échecs de conservation (16). Dans notre expérience, ce critère n est pas suffisant pour récuser une CNA. Le type histologique de la lésion peut conduire à une réflexion différente : les carcinomes lobulaires invasifs sont parfois plus étendus que ne le laisse présager l imagerie (d où l importance de l IRM) ; de plus, leur réponse semble être inférieure à celle des carcinomes canalaires invasifs (15, 17) ceci sera revu plus loin avec les facteurs de réponse. S il ne s agit pas là d une contre-indication à la CNA, il faut en connaître les limites, et en informer les patientes. Les modalités du traitement néo-adjuvant Les différents types de traitement néo-adjuvant font l objet d autres chapitres. Il faut toutefois que le chirurgien connaisse les différentes séquences de chimiothérapie actuellement proposées et les différentes possibilités d hormonothérapie. Il doit également savoir qu en cas d échec ou de progression de la tumeur sous chimiothérapie ou hormonothérapie néo-adjuvante, la radiothérapie garde des indications (18). Enfin, alors que l association radio-chimiothérapie était exceptionnelle avec les anthracyclines, elle pourrait retrouver une place avec les taxanes. Le chirurgien et l oncologue doivent proposer une CNA lorsqu ils estiment que les chances de réussite de ce traitement sont élevées. Il leur faut, par conséquent, connaître les principaux facteurs prédictifs de réponse. Les réponses «positives» sont plus volontiers associées à des tumeurs survenant chez des femmes jeunes et présentant les caractéristiques suivantes : SBR élevé, sur-expression de c-erb2, récepteurs aux estrogènes négatifs, facteurs de prolifération (Ki67, phase S) élevés, marqueurs d apoptose élevés. Les cancers lobulaires ont une réponse moindre et, surtout, l évaluation initiale de la taille et de la réponse sont plus difficiles à mesurer du fait d une sous-estimation fréquente par l imagerie (réduite par l usage de l IRM).

8 332 Cancer du sein La réponse est évaluée à deux, quatre et six cycles et permet de prendre la décision de poursuivre ou d interrompre la CNA. Nous reviendrons plus loin sur ce point. L évaluation de la réponse repose sur le bilan initial Le bilan général Il comporte l examen clinique avec repérage soigneux de la lésion sur un schéma (cf. repérage), des examens biologiques et un bilan d extension qui doit être complet (scintigraphie osseuse, échographie abdominale et pelvienne, radiographie du thorax, éventuellement complétée par un scanner). Le PET-scan est discuté ; les données actuelles de la littérature ne sont pas en faveur de sa pratique systématique (19), en dehors de signes d appel évoquant une localisation métastatique. Au niveau du sein L objectif est d éliminer d éventuelles contre-indications à la CNA et surtout de ne pas ignorer d autres lésions (ipsi- ou controlatérales), facteurs de récidive, en partie évitables. Après un nouvel examen clinique détaillé et bilatéral, la mammographie et l échographie sont systématiquement réalisées. Chacun de ces examens a ses performances propres, mais c est la combinaison des différents examens qui permet de disposer de la meilleure sensibilité et spécificité. Dans une étude portant sur 180 lésions invasives (20), les auteurs démontrent que globalement l échographie fait mieux que la mammographie pour mesurer la taille tumorale, mais que les deux la sous-estiment en moyenne de 4 mm. La taille tumorale maximale était parfaitement évaluée par la mammographie dans 65 % des cas et par les ultrasons dans 75 % des cas. Ces chiffres sont tout à fait similaires à ceux de la littérature analysés par les auteurs de cet article. Il est évident que seule la mammographie permet d évaluer, là aussi, avec près de 30 % d imprécision, la taille d une lésion intra-canalaire traduite par la présence de micro-calcifications. Nous verrons plus loin que l IRM prend là aussi une place significative. Dans une autre étude (21), les auteurs démontrent que, si l examen clinique reste un bon critère d évaluation de la réponse, c est la combinaison mammographie-échographie qui réalise la meilleure évaluation ; elle reste toutefois inexacte dans près de 20 % des cas. La prédiction de la taille (et de la réponse) est renforcée par l utilisation systématique d une IRM (lorsqu elle ne retarde pas la prise en charge thérapeutique) (22). Il est parfois utile de réaliser une nouvelle échographie orientée après IRM. Elle permet parfois de retrouver a posteriori une traduction échographique de certaines images IRM. L IRM est particulièrement performante pour le diagnostic de multifocalité (23). Malgré l introduction de l IRM, il n est pas rare (15 % des cas) que la taille de la lésion reste sous-évaluée, ou plus rarement surévaluée (24).

9 Prise en charge chirurgicale des patientes traitées par chimiothérapie 333 Il semble que la corrélation entre la taille histologique et l IRM soit «altérée» en cas de réponse à la CNA (25). Dans ce cas, la modification de la prise de contraste vient réduire la performance de l IRM. A l inverse, en l absence de réponse à la CNA, la corrélation reste excellente. Il est également important de rappeler qu au moindre doute sur des lésions associées, des micro-biopsies ou des macro-biopsies par aspiration sous échographie ou sous stéréotaxie doivent être réalisées. Enfin, un phénomène «d apparition» de micro-calcifications après chimiothérapie a été décrit, il correspond en fait à une meilleure visibilité de la glande après chimiothérapie (26). Il souligne l intérêt d un nouveau bilan d imagerie avant la chirurgie. Le bilan initial concerne également l aisselle L examen clinique reste important, mais sa prédictivité est très insuffisante. L échographie du creux axillaire et des cytoponctions ganglionnaires écho-guidées sont réalisées par la plupart des équipes ; elles permettent d identifier une grande part des patientes qui sont N+ (27). Sans atteindre les chiffres «parfaits» de certaines publications (28), les résultats montrent que cette technique permet de réduire le nombre de cas nécessitant un ganglion sentinelle (29), en identifiant des patientes N+, alors qu elles sont N0 à l examen clinique. Rappelons que la présence d une atteinte ganglionnaire signe le caractère invasif de la lésion. Il a également été proposé à titre préliminaire d explorer l aisselle, par l IRM (30) ou la TEP-FDG (31, 32). Aucun résultat décisif n a été rapporté avec ces deux techniques. Certaines publications proposent, pour disposer d une évaluation plus précise de l aisselle avant la CNA, de réaliser chez les patientes N0 et qui n ont pas de ganglion visible en échographie, la technique du ganglion sentinelle, éventuellement sous anesthésie locale (33, 34). L envahissement mammaire interne n est pas évalué actuellement par le bilan d extension conventionnel. L étude préliminaire de J. R. Bellon et coll. (35) a montré une relation entre la visualisation de foyers d hyperfixation ganglionnaires mammaires internes en TEP-FDG et l apparition d une récidive focale. Toutefois, l absence de vérification histologique de l envahissement mammaire interne ne permet pas de valider les performances de cette technique. Le chirurgien doit connaître les critères d évaluation de la réponse Il est indispensable d évaluer la réponse avec l oncologue au bout de deux, quatre et six cycles pour diagnostiquer, soit une progression malgré le traitement, soit une régression tumorale. L évaluation de la réponse repose en partie sur l examen clinique qui est un excellent critère, à condition d être réalisé soigneusement par le même praticien (36).

10 334 Cancer du sein De plus en plus de publications montrent qu outre la mammographie et l échographie qui doivent être pratiquées systématiquement, l IRM est un élément essentiel et semble être un marqueur précoce de réponse. Dans une publication de Y. C. Cheung et coll. (37) l IRM, bien qu excellent marqueur précoce de réponse (après une cure et trois cures), peut ignorer un résidu tumoral. 8 % de faux négatifs sont observés. Toutes les études (38) font état de sur- et sous-estimation à l IRM, rendant indispensable l exploration chirurgicale, quelle que soit la réponse apparente. Il a également été proposé d utiliser le scanner hélicoïdal. Il est important de se souvenir que la réponse peut s effectuer, lorsqu elle est incomplète, de façon asymétrique et ceci doit être analysé pour orienter le geste chirurgical. De même, cette réponse peut s effectuer de façon incomplète et multicentrique, la taille globale de cette zone de réponse multicentrique conditionnant la possibilité ou non d un traitement conservateur. La TEP-FDG est en cours d évaluation dans la prédiction et la mesure de la réponse. Dans une étude publiée en 2004, S. J. Kim et coll. (39) analysent le taux de réduction de la captation du marqueur après chimiothérapie. Ils observent un lien entre ce critère et la réponse définitive. D autres études (31, 32) ont montré que la variation de la fixation du FDG après seulement un ou deux cycles de chimiothérapie permettait d identifier précocement les patientes répondeuses au traitement. Il s agit là d études préliminaires dont les résultats doivent être confirmés sur de plus larges séries de patientes. La [18F]-fluoro-thymidine (FLT), dont la fixation est corrélée à la prolifération cellulaire, pourrait également être utilisée pour l évaluation thérapeutique. Notre groupe a initié une étude combinant évolution de la réponse à la TEP-FDG, à la TEP-FLT et à l IRM pour disposer d une prédictivité supplémentaire. De très nombreux travaux sont en cours pour prédire la réponse à court, moyen et long termes, dès les premiers cycles de traitement néo-adjuvant. Une grande partie de ces travaux repose désormais sur l étude de la génomique des tumeurs (40). La réponse au niveau axillaire peut être évaluée par échographie de l aisselle. Dans une étude, l échographie est plus performante que l examen clinique pour prédire «la réponse axillaire». La réponse axillaire et le nombre de ganglions métastatiques après CNA est un facteur pronostique important (41). La persistance de ganglions envahis peut être une indication à une deuxième ligne de traitement médical (chimiothérapie ou hormonothérapie) ou à une chimiothérapie d intensification (42, 43). La réalisation de l acte chirurgical comporte plusieurs étapes Le moment de l intervention Il faut opérer ou irradier des patientes en état de le supporter, d où l importance de la chronologie de l intervention par rapport à la chimiothérapie et de la qualité du bilan pré-opératoire.

11 Prise en charge chirurgicale des patientes traitées par chimiothérapie 335 Le repérage Il faut se donner les moyens de réaliser l exérèse du lit tumoral, même si la réponse est complète. Il est nécessaire de repérer très soigneusement avant la chimiothérapie la zone tumorale. Le repérage clinique est très important, il peut reposer sur un schéma détaillé de la lésion par rapport à des repères anatomiques (schéma 1) ; il peut être complété par des photos en position opératoire avec les repères de la lésion. Schéma 1 - Repérage pré-opératoire de la tumeur. La patiente est en position opératoire, une droite joint le manubrium au mamelon, d1 est la longueur de la perpendiculaire joignant la tumeur à cette droite, d2 est la distance entre cette perpendiculaire et le mamelon La technique la plus classique de repérage direct consiste à insérer un repère métallique. Ces repères métalliques peuvent être mis en place chez toutes les patientes relevant d une CNA (44, 45), mais il peut également être logique de ne le proposer qu après deux ou trois cures, lorsque la réponse paraît importante et que l on évoque une possibilité de réponse complète. Dans une étude portant sur 109 patientes, H. M. Kuerer et coll. (46) montrent que la réponse est plus souvent complète chez les patientes qui présentent initialement les tumeurs les plus petites. Ils recommandent alors la mise en place d un marqueur métallique. La mise en place de ce clip s effectue sous échographie. Il est repéré en pré-opératoire par un hameçon. Il a également été proposé des repères biologiquement dégradables mis en place sous échographie et la réalisation d un tatouage en regard de la lésion. Le repérage pré-opératoire peut également être utile, dans les cas où la réponse n est pas complète, mais aboutit à une lésion infraclinique. Ce repérage peut être effectué, soit sous échographie, soit sous stéréotaxie avec mise en place d un hameçon.

12 336 Cancer du sein Le repérage per-opératoire est également très important, il repose : sur la disposition de tous les documents d imagerie avant et pendant la chimiothérapie ; sur le repérage pré-opératoire évoqué plus haut ; il peut également être utile d effectuer une radiographie ou une échographie de la pièce opératoire ; sur l identification d une «cicatrice» histologique de la tumeur, ou d un résidu tumoral, lors de l examen extemporané au moins macroscopique. L acte chirurgical au niveau du sein Il est important, lors de la tumorectomie, d effectuer au moindre doute des recoupes pour disposer d un maximum de marges de sécurité. La marge doit être idéalement de 5 à 10 mm. En fait, dès l existence d une marge de «sécurité», même de 2 mm, le risque de récidive semble réduit. L examen extemporané per-opératoire peut tenter de préciser la taille de la tumeur résiduelle et les marges de sécurité, en sachant que l histologie définitive vient parfois modifier cette évaluation initiale. Il faut également savoir renoncer à l examen extemporané s il ne paraît pas réalisable dans de bonnes conditions. Nous avons déjà évoqué les situations où la mastectomie reste nécessaire, quelle que soit la réponse. Il s agit : des patientes présentant initialement une lésion en poussée évolutive ; des patientes présentant un carcinome in situ étendu prouvé. L attitude chirurgicale chez les patientes porteuses d une mutation certaine (et non d une probabilité) BRCA1 ou BRCA2 consiste pour la plupart des équipes à proposer une mastectomie, éventuellement bilatérale. Les séries de traitements conservateurs chez ces patientes sont peu fréquentes. Bien qu à court terme un traitement conservateur paraît possible, à plus long terme, comme cela était prévisible, le risque de second cancer ipsi- ou controlatéral est nettement majoré. Dès lors, la discussion avec la patiente doit permettre de lui exposer ces données. Le plus généralement, la discussion porte sur le choix entre traitement conservateur du sein associé à une annexectomie bilatérale et mastectomie (uni- ou bilatérale), associée à une annexectomie bilatérale (il s agit bien d une annexectomie et non d une ovariectomie qui est insuffisante). Pour beaucoup d équipes, la (ou les) mastectomie(s) est réalisée secondairement, couplée d emblée à une reconstruction, le traitement hormonal chez les patientes Rh+ venant réduire le risque de récidive. Pour la plupart des équipes, les lésions de type T4 font l objet d une mastectomie systématique, mais des résultats montrant un taux de récidive similaire après réponse complète ont également été décrits (47). Pour les lésions T3, il semble bien que la taille initiale de la lésion et la taille postchimiothérapie conditionnent le taux de récidive, et cet élément doit être porté à la connaissance de la patiente. Pour les lésions T3 présentant initialement une taille supérieure à 6 ou 7 cm, il est rare que nous proposions, quelle que soit la réponse, un traitement conservateur. Dans une étude récente (15), un traitement conserva-

13 Prise en charge chirurgicale des patientes traitées par chimiothérapie 337 teur a pu être réalisé dans 28 % des cas de tumeurs T3 contre 72 % pour les T2. Certaines équipes proposent un traitement conservateur quelle que soit la taille initiale, à condition qu il y ait une réponse suffisante. Hormis ces restrictions, globalement un traitement conservateur peut être proposé lorsque la taille tumorale après CNA est inférieure ou égale à 25 mm ou 30 mm selon les équipes. Il est également évident que cette stratégie varie selon l âge et le souhait de la patiente. Il faut enfin savoir que ce souhait évolue parfois au cours de la chimiothérapie, et que des patientes qui, au début de celle-ci, souhaitaient envisager un traitement conservateur préfèrent, en fin de traitement, un traitement radical Au total, la mastectomie garde de nombreuses indications. Dans certains cas, elle devra être effectuée secondairement après lecture de l histologie définitive. La patiente doit être informée de cette possibilité. Lorsqu une mastectomie est réalisée, elle est le plus souvent réalisée selon la technique de Patey, emportant un fragment cutané important. Certaines études laissent entendre que la technique conservant l étui cutané (skin sparring) est utilisable (48). Bien que des reconstructions immédiates aient été réalisées dans de bonnes conditions (49), elles ont une place réduite pour la plupart des équipes. Cette attitude est d autant plus justifiée si une radiothérapie postopératoire susceptible de menacer le résultat esthétique est envisagée. Toutefois, des équipes ont proposé de réaliser des reconstructions immédiates par TRAM sans effet néfaste en matière de récidive ou de complications. M. F. Deutsch et coll. (50) décrivent des résultats qualifiés d encourageants. Mais ils observent 55 % de complications à des degrés divers, plus particulièrement chez les patientes fumeuses, et considèrent qu il s agit là d une contre-indication relative à la reconstruction immédiate. Dans la plupart des cas, et c est la stratégie adoptée par notre équipe, nous préférons compléter le traitement (fréquemment par la radiothérapie) avant d effectuer une reconstruction secondaire. Quant à l oncoplastie, pour des lésions résiduelles très supérieures à 3 cm, elle ne doit a priori garder de place que chez les patientes refusant la mastectomie. La prise en charge chirurgicale de l aisselle Le curage axillaire complet reste la règle pour la plupart des équipes, a fortiori si la patiente était N+ en pré-opératoire. Cependant, certaines équipes proposent d utiliser la technique du ganglion sentinelle dans des conditions très précises : patientes N0 en pré- et post-chimiothérapie, absence d éléments suspects à l échographie ou cytoponction négative des ganglions observés. Dans ces conditions, les résultats concernant l identification et le taux de faux négatifs sont comparables à ceux observés avec cette technique lorsqu elle est employée en dehors de la CNA. Certaines équipes ont cependant décrit des faux négatifs plus fréquents après chimiothérapie, ce qui, pour elles, contreindique l usage de cette technique. Dans une étude de la littérature, S. Pendas et coll. observent des taux de faux négatifs variant de 0 à 33 % et des taux d identification variant de 84 à 97 % (51, 52). L étude de L. F. Cohen et coll. (53) confirme que l im-

14 338 Cancer du sein muno-histochimie est indispensable pour ne pas ignorer 20 % de métastases occultes. En fait, la question cruciale est celle de la valeur thérapeutique du curage chez les patientes présentant fréquemment avant la CNA des métastases ou des micrométastases ganglionnaires, non identifiées en pré-opératoire et stérilisées par la chimiothérapie. Actuellement, aucun résultat permet d affirmer que le traitement de l aisselle n est pas nécessaire en cas de ganglion sentinelle négatif. C est pourquoi beaucoup continuent à réaliser des curages systématiques. Dans certaines séries (32), les ganglions de la chaîne mammaire interne sont visualisés par TEP-FDG. Cependant, aucun travail n a permis de confirmer l atteinte histologique de ces ganglions, et leur signification n est pas claire. Actuellement, la plupart des équipes ne proposent aucun geste au niveau de la chaîne mammaire interne, à l exception des indications habituelles de la radiothérapie. La prise en charge de la pièce de tumorectomie ou de mastectomie et du prélèvement de l aisselle est capitale. La lecture du compte-rendu anatomo-pathologique est un «temps chirurgical» essentiel (54) Ces précautions débutent dès l intervention chirurgicale, en orientant soigneusement la pièce, en effectuant éventuellement une radiographie ou une échographie de la pièce opératoire pour localiser au mieux les lésions résiduelles et guider l examen anatomo-pathologique. L examen extemporané est fréquemment effectué en macroscopie, il n est réalisé en microscopie qu après décision de l anatomo-pathologiste. Il tente de préciser l existence ou non d une lésion résiduelle, son caractère ou non malin et l état des berges. La présence d un clip disposé avant la CNA facilite le repérage de la zone à examiner par l anatomo-pathologiste. Le compte-rendu anatomo-pathologique doit être complet, répondant aux standards actuels de description, et doit comporter tous les éléments pronostiques habituels. Le pathologiste intervient à plusieurs niveaux : lors du diagnostic, dans le bilan histologique de la lésion par la micro-biopsie de référence qui affirme l invasivité et définit des facteurs prédictifs de réponse à la chimiothérapie ; lors de l examen macroscopique per-opératoire, par la mesure de la taille et l évaluation de la distance aux berges dans la décision de chirurgie conservatrice et adapte le nombre de prélèvements au signal macroscopique résiduel ; dans l évaluation histologique pronostique de la réponse à la chimiothérapie de la tumeur et des ganglions. Cette évaluation est délicate en raison du mode de régression tumorale et de la discordance anatomo-clinique fréquente. Fibrose et inflammation, en l absence de cellules tumorales, témoignent de la préexistence de la tumeur et certifient la

15 Prise en charge chirurgicale des patientes traitées par chimiothérapie 339 réponse histologique totale, seule garantie d un meilleur pronostic, mais peu fréquente (10 à 30 %). Plusieurs classifications, dont celles de D. M. Sataloff et B. Chevallier (55, 56) sont les plus utilisées, se différencient par l évaluation de la tumeur et /ou du statut ganglionnaire, et par la stratification de cette réponse. Il faut tenir compte de la cellularité tumorale et comparer la lésion pré-chimiothérapie. Cette réponse histologique est plus difficile à apprécier au niveau du ganglion, mais reste, comme la taille, un critère pronostique et décisionnel. La prolifération résiduelle peut être gradée, mais l effet thérapeutique est responsable d altérations cellulaires témoins de la chimio-sensibilité. Le contingent intracanalaire, ainsi que les emboles, sont habituellement peu sensibles. L évaluation des berges est identique à celle effectuée sur les autres pièces opératoires. Le statut hormonal n est en principe pas modifié, de même que le statut c-erbb2. Mais la diminution de l index Ki 67 va témoigner de l efficacité de la chimiothérapie. La présence de lésions sur les recoupes est parfois difficile à interpréter et, en particulier, à mesurer. Dans une étude, la valeur pronostique la plus exacte est obtenue en ajoutant les tailles tumorales observées sur les recoupes à celle observée sur la lésion principale. La lecture du compte-rendu histologique définitif fait partie de la prise en charge chirurgicale. Elle doit être intégrée aux autres éléments et faire l objet d une nouvelle concertation multidisciplinaire pour décider la stratégie post-chirurgicale. La période post-chirurgicale La chirurgie est suivie d une radiothérapie en cas de traitement conservateur. Les indications de la radiothérapie après mastectomie doivent être guidées par le statut tumoral avant la CNA. Dans une étude portant sur 50 patientes traitées par CNA (57), les auteurs confirment que les facteurs de récidive après mastectomie sont la taille tumorale et la présence d une atteinte ganglionnaire avant la chimiothérapie. Ils recommandent de poser les indications concernant la paroi et l aisselle sur les critères de stadification pré-chimiothérapique, d où l importance du bilan intial. Les traitements médicaux après la chirurgie consistent schématiquement et selon l histologie définitive, soit en une chimiothérapie de deuxième ligne, soit en une hormonothérapie. La surveillance doit tenir compte du risque particulier de récidive chez les patientes ayant reçu un traitement conservateur. Conclusion La persistance de cancers du sein diagnostiqués à un stade avancé conduit les équipes de soins à proposer de plus en plus fréquemment des traitements médicaux (en particulier des chimiothérapies) néo-adjuvants. Ce choix est d autant plus logique que les résultats en terme de traitements conservateurs, de survie sans récidives et vraisemblablement de survie globale sont de plus en plus encourageants. L avenir doit venir confirmer : des espoirs en matière de survie globale ;

16 340 Cancer du sein la possibilité d intégrer les données de la réponse à la CNA pour guider le choix pour chaque patiente de la thérapeutique la plus «prometteuse» à long terme grâce à des informations recueillies à court terme (58, 59) ; la mise au point de nouveaux traitements encore plus spécifiques (60). Au cours de toutes ces étapes, le chirurgien doit se comporter en acteur et partenaire, et non en «spectateur» jusqu à l étape chirurgicale. Références 1. Aman U. Buzdar (2004) The Current state of Preoperative (Neoadjuvant) Hormonal Therapy for Breast Cancer. Breast Diseases: A Year Book Quaterly, vol. 15, n 3 2. Kaufmann M, Monckwitz G, Smith R et al. (2003) International Expert Panel on the Use of Primary (Preoperative) Systemic Treatment of Operable Breast Cancer: Review and Recommandations. Journal of Clinical Onocoly, vol 21, n 13 (July,1): Schwartz GF, Hortobagyi GN and the Consensus Conference Committee (2004). Proceedings of the Consensus Conference on Neoadjuvant Chemotherapy in Carcinoma of the Breast, April 26-28, 2003, Philadelphia, Pennsylvania. Cancer June15, vol. 100, n Anderson ED, Forrest AP, Hawkins RA et al. (1991) Primarys systemic therapy for operable breast cancer. BR J Cancer 63: Calais G, Berger C, Descamps P et al. (1994) Conservative treatment feasibility with induction chemotherapy, surgery, and radiotherapy for patients with breast carcinoma larger than 3 cm. Cancer 74: Avril A, Faucher A, Bussières E et al. (1998) Résultats à 10 ans d un essai randomisé de chimiothérapie néo-adjuvante dans les cancers du sein de plus de 3 cm. Chirurgie 123: Uzan S et al. La chimiothérapie néo-adjuvante. Données à propos d une série de 295 patientes prises en charge à l hôpital Tenon (données en cours d exploitation et de publication). 8. Fisher B, Bryant J, Wolmark N et al. (1998) Effect of preoperative chemotherapy on the outcome of women with operable breast cancer. J Clin Oncol 16: van der Hage JA, van de Velde CJH, Julien JP et al. (2001) Peoperative chemotherapy in primary operable breast cancer: Results from the European Organization for Research and Treatment of Cancer Trial J Clin Oncol 19: Jakesz R, for the ABCSG (2001) Comparison of pre- versus postoperative chemotherapy in breast cancer patients: Four-years results of Austrian Breast & Colorectal Cancer Study Group, ABCSG Trial.7 Proc am Soc Clin Oncol 20: Le Bouedec G, Cure H, Charrier S et al. (1998) Rôle de l exérèse chirurgicale en cas de réponse clinique complète (RCC) après chimiothérapie néo-adjuvante

17 Prise en charge chirurgicale des patientes traitées par chimiothérapie 341 dans les cancers du sein supérieurs à 3 cm. Rev Fr Gynecol Obstet 93, 5: Kaneyuki M, Takashi F, Toru W (2002) Concordance in pathological response to neoadjuvant chemotherapy between invasive and non invasive components of primary breast carcinomas. Breast Cancer, vol. 9 (1): 75-81, ISSN: Kuerer HM, Sahin AA, Hunt KK et al. Incidence and Impact of Documented eradication of Breast Cancer Axillary Lymph Node Metastases Before Surgery in Patients Treated with Neoadjuvant Chemotherapy. Annals of Surgery, vol. 230, n 1, Hennequin C, Espié M, Misset JL, Maylin C (2003) Does primary chemotherapy really increase the rate of breast conserving treatments? Cancer/radiothérapie 8: Rouzier R, Mathieu MC, Sideris L et al. (2004) Breast-Conserving Surgery after Neoadjuvant Anthracycline-Based Chemotherapy for Large Breast American Cancer Society 2004 Cancer September 1, vol. 101, n El Tamer M, Axiotis C, Kim E et al. (1999) Accurate prediction of the amount of in situ tumor in palpaable breast cancers by core needle biospe : implications for neoadjuvant therapy. Annals of Surgical Oncology 1999 Jul-Aug, vol. 6 (5): 461-6, ISSN: Mathieu MC, Rouzier R, Llombart-Cussac A et al. (2004) The poor responsiveness of infiltrating lobular breast carcinomas to neoadjuvant chemotherapy can be explained by their biological profile. European Journal of Cancer vol/i ss/pg. 40/3: , ISSN: Calitchi E, Kirova YM, Otmezguine Y et al. (2001) Long-Term Results of Neoadjuvant Radiation Therapy for Breast Cancer. J Cancer (Radiat Oncol Invest): 96, Danforth DN, Aloj L, Carrasquillo JA et al. (2002) The role of 18F-FDG-PET in the local/regional evaluation of women with breast cancer. Breast Cancer Research and Treatment 75: Hieken TJ, Harrison J, Herreros J, Velasco JM (2001) Correlating sonography, mammography, and pathology in the assessment of breast cancer size. The American Journal of Surgery 182: Herrada J, Iyer RB, Atkinson EN et al. (1997) Relative Value of Physical Examination, Mammography, and Breast Sonography in Evaluating the Size of the Primary Tumor and Regional Lymph Node Metastases in Women Receiving Neoadjuvant Chemotherapy for Locally Advanced Breast Carcinoma. Clinical Cancer Research 1565 vol. 3: , September Rosen EL, Blackwell KL, Baker JA et al. (2003) Accuracy of MRI in the Detection of Residual Breast Cancer after Neoadjuvant Chemotherapy. AJR 181: Balu-Maestro C, Chapellier C, Bleuse A et al. (2002) Imaging in evaluation of response to neoadjuvant breast cancer treatment benefits of MRI. Breast cancer research and treatment (Breast-Cancer-RES-Treat) 2002 Mar, vol. 72 (2): , ISSN:

18 342 Cancer du sein 24. Golshan M, Fung BB, Wiley E et al. (2004) Prediction of breast cancer size by ultrasound, mammography and core biopsy. Breast vol/iss/pg. 13/ , ISSN: Wasser K, Sinn HP, Fink C et al. (2003) Accuracy of tumor size measurement in breast cancer using MRI is influenced by histological regression induced by neoadjuvant chemotherapy. Eur Radiol 13: Fadul D, Rapelyea J, Shwartz AM et al. (2004) Development of MalignantBreast Microcalcifications after Neoadjuvant Chemotherapy in Advanced Breast Cancer. The Breast Journal, vol. 10, n 2: Sapino A, Cassoni P, Zanon E et al. (2003) Ultrasonographically-guided fineneedle aspiration of axillary lymph nodes: role in breast cancer management.br J Cancer Mar 10; 88(5): Oruwari Jovita UN, Chung MA, Koelliker S et al. (2002) Axillary staging using ultrasound-guided fine needle aspiration biopsy in locally advanced breast cancer. The American Journal of Surgery 184: de Kanter AY, Van Eijck CH, Van Geel AN et al. (1999) Multicentre study of ultrasonographically guided axillary node biopsy in patients with breast cancer. Br J Surg Nov; 86(11): Michel-Sven CA, Keller-Thomas M, Froelich-Johannes M et al. (2002) Preoperative breast cancer staging: MR imaging of the axilla withe ultrasmall superparamagnetic iron oxide enhancement. Radiology (Radiology) 2002 Nov, vol. 225 (2): , ISSN: Wahl RL, Siegel BA, Coleman RE, Gatsonis CG (2004) Prospective multicenter study of axillary nodal staging by positron emission tomography in breast cancer : a report ot the staging breast cancer with PET study group. J Clin Oncol 22: Fehr MK, Hornung R, Vara Z et al. (2004) Axillary staging using positron emission tomography in breast cancer patients qualifying for sentinel node biopsy. The Breast J 10: Narducci F, Creutz V, Aubard Y et al. (2003) Sentinel-node biopsy in axillary lymph-node staging under local anaesthesia in breast cancer: Technical aspect. Bulletin du Cancer (01 Feb 2003, Vol/Iss/Pg. 90/ ), ISSN: Schrenk P, Hochreiner G, Fridrik M, Wayand W (2003) Sentinel Node Biopsy Performed before Preoperative Chemotherapy for Axillary Lymph Node Staging in Breast Cancer. The Breast Journal, vol. 9, n 4: Bellon JR, Livingston RB, Eubank WB et al. (2004) Evaluation of the internal mammary lymph nodes by FDG-PET in locally advanced breast cancer (LABC) American Journal of Clinical Oncology : Cancer Clinical Trials vol/iss, 27/4: , ISSN: Pierga JY, Mouret E, Laurence V et al. (2002) Prognostic factors for survival after neoadjuvant chemotherapy in operable breast cancer: the role of clinical reponse. European Journal of Cancer 39: Cheung YC, Chen SC, Su MY et al. (2003) Monitoring the size and response of locally advanced breast cancers to neoadjuvant chemotherapy (weekly

19 Prise en charge chirurgicale des patientes traitées par chimiothérapie 343 paclitaxel and epirubicin) with serial enhanced MRI. Breast Cancer Research and Treatment 78: Wasser K, Sinn HP, Fink C et al. (2002) Accuracy of tumor size measurement in breat cancer using MRI is influenced by histological regression induced by neoadjuvant chemotherapy. Eur Radiol 13: Kim SJ, Kim SK, Lee ES et al. (2004) Predictive value of [18F]FDG PET for pathological response of breast cancer to neo-adjuvant chemotherapy. Annals of Oncology 15: Ahr A, Karn T, Solbach C et al. (2002) Identification of high risk breast cancer patients by gene expression profiling. Lancet 359: Arimappamagan A, Kadambari D, Srinivasan K et al. (2004) Complete Axillary Conversion after Neoadjuvant Chemotherapy in Locally Advanced Breast Cancer: A step Towards Conserving Axilla? Indian Journal of Cancer/January-March 2004/ vol. 41 / Issue Curé H, Amat S, Penault-Llorca F et al. (2002) Prognostic value of residual node involment in operable breast cancer after induction chemotherapy. Breast Cancer Research and Treatment 76: Chollet P, Amat S, Cure H et al. (2002) Prognostic significance of a complete pathological response after induction chemotherapy in operable breast cancer. British Journal of Cancer 86: Dash N, Chafin SH, Johnson RR, Contractor FM (1999) Usefulness of Tissue Marker Clips in Patients Undergoing Neoadjuvant Chemotherapy for Breast Cancer AJR: 173, October Edeiken BS, Fornage BD, Bedi DG et al. (1999) US-guided Implantation of Metallic Markers for Permanent Localization of the Tumor Bed in Patients with Breast Cancer Who Undergo Preoperative Chemotherapy. Radiology (1999) 213: British Journal of Cancer (2002) 86: Kuerer HM, Singletary ES, Buzdar AU et al. (2001) Surgical conservation planning after neoadjuvant chemotherapy for stage II and operable stage III breast carcinoma. The American Journal of Surgery 182: Yeh KA, Jillella AP, Wei JP (2000) Surgery for T4 breast carcinoma : implications for local control. Am Sur 2000 Mar; 66(3): ; discussion Brown IM, Wilson CR, Doughty JC et al. Recurrence following skin sparing mastectomy and immediate breast reconstruction for breast cancer. Poster Session ; Treatment ; Surgery (7; 00 AM-9; 00 AM) 49. Sultan MR, Smith ML, Estabrook A et al. (1997) Immediate breast reconstruction in patients with locally advanced disease. Annals of Plastic Surgery, vol/iss: 38/ , ISSN: Deutsch MF, Smith M, Wang B et al. (1998) Immediate Breast Reconstruction with the TRAM Flap after Neoadjuvant Therapy. Ann Plast Surg 42: Pendas S, Jakub J, Giuliano R (2004) The role of sentinel lymph node biopsy in Patients with ductal carcinoma in situ or with locally advanced breast cancer receiving neoadjuvant chemotherapy. Cancer control 231 July/August 2004, vol. 11, n 4

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

Élaboré dans le cadre de la

Élaboré dans le cadre de la Traitements et soins Cancer du sein C O L L E C T I O N Recommandations Outil d aide à la décision Consensus d experts à partir de recommandations internationales Focus sur les indications de la radiothérapie

Plus en détail

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN FORMATION IDE ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE «Connaissance de la maladie cancéreuse» T. de Lapparent, unité de pathologie mammaire, CHBM PLAN Définitions Place de la chirurgie

Plus en détail

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

L IRM dans le. cancer du sein

L IRM dans le. cancer du sein L IRM dans le cancer du sein J.P. BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg FAFEM Alger 2009 IRM généralités Apport diagnostique de l IRM dynamique - injection d un produit de contraste le gadolinium

Plus en détail

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE 1 CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE En 1994, GIULIANO (Annal of Surgery) applique le concept du ganglion sentinelle dans la prise en charge chirurgicale du cancer du sein. Les bénéfices attendus sont : -

Plus en détail

PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN. Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007

PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN. Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007 PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007 DEFINITION Exérèse totale de la tumeur = tumorectomie Conservant le sein (mamelon et aréole)

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques - juin 2005 - CARCINOMES INTRA-CANALAIRES Diagnostic Dépistage (le plus souvent examen clinique normal ; parfois tumeur,

Plus en détail

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Plan Buts de la chirurgie Chirurgie au sein: Y-a-t-il toujours un choix? Reconstruction simultanée?

Plus en détail

Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein. Le cancer mammaire. Atelier 5. Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire

Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein. Le cancer mammaire. Atelier 5. Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein Le cancer mammaire Atelier 5 Pr Carole Mathelin, Pr Bellocq Jean Pierre CHRU Strasbourg Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Traitement du carcinome intracanalaire du sein

Traitement du carcinome intracanalaire du sein Traitement du carcinome intracanalaire du sein Eric SEBBAN 241 rue du faubourg St Honoré, Paris INTRODUCTION 20% des tumeurs mammaires malignes appartiennent à la famille du carcinome intra canalaire et

Plus en détail

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J J. Maladie du sein Sommaire 1 J 2 J 3 J 4 J 5 J 6 J 7 J 8 J 9 J 1 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J Dépistage : femmes de moins de 4 ans sans risque génétique... 1 Dépistage : femmes de 4-49

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Enseignement de la sénologie M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Un constat En France pendant les études médicales environ 3 heures sont consacrées au cancer du sein et quasiment aucune

Plus en détail

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications Mars 2012 Une production de l Institut national d excellence en santé et en

Plus en détail

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes AIDE À LA PRATIQUE Cancer du sein Quelles modalités de dépistage, pour quelles femmes? Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie.

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier

Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier Les problématiques rencontrées Détection de reliquat tumoral Detection récidive Patiente asymptomatique Patiente

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Pierre Lèguevaque CHU Rangueil Toulouse Intérêt de la démarche qualité: L amélioration de la qualité des pratiques professionnelles est devenue nécessaire

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 RÉFÉRENTIELS SEIN Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 1 A- Cancers infiltrants 2 Traitements loco-régionaux 3 Traitements loco-régionaux T > 4 cm non inflammatoire N0/N1 et 1 des

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein

I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein STRATÉGIE DIAGNOSTIQUE FACE À UNE ANOMALIE CLINIQUE OU INFRACLINIQUE DU SEIN I. Stratégie diagnostique face à une anomalie clinique du sein 1. Anomalie à la palpation (ou à l inspection : capiton, rétraction

Plus en détail

Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser?

Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser? Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser? MRI negative predictive negative: when and how to use it? M. Asad-syed, S. Ferron, M. Boisserie-Lacroix et G. Hurtevent 3 Mots clés :

Plus en détail

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein Pr. Yves Aubard Les objectifs généraux de la surveillance Dépistage D un rechute locale ou régionale D un cancer du sein controlatéral D une métastase

Plus en détail

Imagerie du sein. Georgios Sgourdos Chef de clinique COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE. Samedi 8 octobre 2011

Imagerie du sein. Georgios Sgourdos Chef de clinique COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE. Samedi 8 octobre 2011 COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE Samedi 8 octobre 2011 Imagerie du sein Georgios Sgourdos Chef de clinique Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Contexte Tumeurs larges ou localement avancées Pas de bénéfice en survie par rapport au traitement adjuvant,

Plus en détail

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO 1 Introduction a IRM : imagerie de l angiogénèse tumorale améliore la sensibilité de détection (> 90 %) par contre faible spécificité (70

Plus en détail

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur J. Lansac Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale Volume 2009 publié le 9.12.2009 TRENTE-TROISIÈMES JOURNÉES

Plus en détail

IRM mammaire : quelles indications?

IRM mammaire : quelles indications? JIM.fr 05 mars 2015 IRM mammaire : quelles indications? Centre d imagerie médicale JURAS, Paris Service de radiodiagnosic, Hôpital René Huguenin, Institut CURIE L'IRM améliore la détection des tumeurs

Plus en détail

Arbre 1 Diagnostic d un CCIS infraclinique

Arbre 1 Diagnostic d un CCIS infraclinique Arbre 1 Diagnostic d un CCIS infraclinique Anomalie infraclinique à la mammographie Mammographie de bonne qualité? Nouvelle mammographie s Incidences complémentaires Agrandissements si micro-calcifications

Plus en détail

Qu est-ce qu un bilan exhaustif?

Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Référentiel interrégional (Alsace, Bourgogne, Franche-Comté, Lorraine) Examen clinique Mammographie Incidences face et oblique Le profil permet de préciser la topographie

Plus en détail

Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA

Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA 1 IRM du sein: généralités Sensibilité - spécificité bilan sénologique classique : mammographie, échographie indications

Plus en détail

Traitement cancer du sein invasif H Marret -JLansac Département de Gynécologie Obstétrique CHU Bretonneau Tours France Le cancer du sein en France 37000 nouveaux cas en 1998 11000 décès dont 4000 < 65

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman Définitions Chirurgie ambulatoire: définition en France Chirurgie

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Onco-gériatrie: Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, de l ovaire et du col Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, IUC, Université Pierre et Marie Curie Paris VI Cancer

Plus en détail

Notre programme. Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions

Notre programme. Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Notre programme Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Carcinome in situ Sénologie Dr Mazy Pathologie Dr Müller Chirurgie conservatrice Dr Bollue Mastectmie

Plus en détail

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy Atelier 1: Oncogénétique O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy 2 Cas clinique Mme L C Historique Patiente âgée de 61 ans 1998 -Traitement conservateur d un CLI (carcinome lobulaire

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 INTRODUCTION 1 er cancer féminin avec l age age moyen: 48 ans expérience

Plus en détail

Gynécologue et médecin de famille

Gynécologue et médecin de famille Gynécologue et médecin de famille Tous les deux ans dès 50 ans, les femmes sont invitées à faire une mammographie de dépistage dans le cadre d un programme lorsque leur canton ou région en dispose. Le

Plus en détail

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE (Traduit et adapté d après Barentsz J. 2005. Intra Venous cellular MR contrast agent with an enormous clinical potential.

Plus en détail

Référentiel régional Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Version 3 Mise à jour septembre 2010

Référentiel régional Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Version 3 Mise à jour septembre 2010 Référentiel régional Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Version 3 Mise à jour Sommaire Contexte 5 Epidémiologie... 5 Objectifs... 5 Champ d application... 5 Utilisateurs cibles... 5

Plus en détail

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010 Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU 14 Octobre 2010 Indication (B2) - Suspicion de récidive locale ou métastatique Bourguet P, Hitzel A, Houvenaeghel G, Vinatier D, Bosquet L, Bonichon F,Corone C, Giard-Lefevre

Plus en détail

Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009

Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009 Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009 Plan Généralités Le dépistage La Mammographie: place/limites/indications L'echographie:

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL Olivier Bréhant DESC Viscéral CHU ANGERS Poitiers 24-25 juin 2004 INTRODUCTION Cancer fréquent (40 000 nv x cas/an) Cancer grave (12 000 DC/an) Traitement loco-régional

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 Cancer du sein 1 2 Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 1er cancer en fréquence et en mortalité de la femme 48.763 nouveaux cas 31,5 % des nouveaux cas de cancers de la femme 50 % des cancers

Plus en détail

Stratégies thérapeutiques

Stratégies thérapeutiques Chapitre 2 Stratégies thérapeutiques Moyens thérapeutiques Les options sont à discuter en RCP en présence : - d un Anatomopathologiste - d un Chirurgien gynécologique +/- gynécologue médical - d un Radiothérapeute

Plus en détail

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97.

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97. Surveillance loco-régionale personnalisée = évaluation du risque de récidive locorégionale personnalisée Histologie : les carcinomes Lobulaires Taux de récidives locales après mastectomie Differences in

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

Cancers du sein Version / 2005

Cancers du sein Version / 2005 Cancers du sein I-Cancer du sein non métastatique non inflammatoire I.1-Introduction La stratégie de traitement habituellement choisie à l Institut Paoli Calmettes est une stratégie adjuvante. Le traitement

Plus en détail

Ganglion sentinelle et cancer du sein. Dr Michy- HCE

Ganglion sentinelle et cancer du sein. Dr Michy- HCE Ganglion sentinelle et cancer du sein Dr Michy- HCE historique 1985: Ganglion sentinelle + mélanome 1994: giulano: application au cancer du sein 2002: validation du GAS par l ANAES Morton, arch Surg, 1992

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, du col et de l ovaire Cancer de l endomètre Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, CancerEst, Université Pierre et Marie Curie

Plus en détail

MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE

MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE Dr Philippe de Vanssay de Blavous Sénologie interventionnelle Clinique des ORMEAUX AHFMC 2 avril 2015 EPIDEMIOLOGIE DU CANCER DU SEIN 50 000 nouveaux cas/an 11 000 décès/an

Plus en détail

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 Chirurgie du sein Simple tumorectomie Un examen récent, par palpation, a révélé une masse à un sein. Il est prévu

Plus en détail

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de Radiothérapie dans la stratégie néoadjuvante Alain Fourquet Département de Radiothérapie Oncologique Introduction La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes

Plus en détail

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Savoir d où l on vient! Bernstein TE. Colorectal Disease. October 2012 14, (10), e668 e678 Norwegian Rectal

Plus en détail

Importance de la stadification médiastinale en cas de cancer du poumon ONCOLOGIE THORACIQUE

Importance de la stadification médiastinale en cas de cancer du poumon ONCOLOGIE THORACIQUE ONCOLOGIE THORACIQUE Peer-reviewed article Stadification ganglionnaire médiastinale du cancer du poumon: nouveaux concepts Kurt G. Tournoy Oncologie thoracique, Onze-Lieve-Vrouw Ziekenhuis Aalst; Universiteit

Plus en détail

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS La première consultation Patiente adressée par le médecin traitant Par le radiologue Venue d elle-même Adressée par un service Par le chirurgien

Plus en détail

Tumeurs rectales. Bilan d extension A.OLIVER F.JAUSSET 2013

Tumeurs rectales. Bilan d extension A.OLIVER F.JAUSSET 2013 Tumeurs rectales. Bilan d extension A.OLIVER F.JAUSSET 2013 Introduction - Déterminer l extension locale précise d une tumeur rectale est un enjeu majeur pour le radiologue - Le bilan local s associe à

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV JM. Classe, R. Rouzier, O.Glehen, P.Meeus, L.Gladieff, JM. Bereder, F Lécuru Population concernée par la

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE

Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE Cas clinique Sein N 1 M. ESPIE Cas clinique Patiente âgée de 46 ans Antécédents familiaux: Mère décédée d un cancer du sein à l âge de 41 ans (2 ans post-diagnostic) Grand-mère: cancer du sein à 45 ans,

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations.

L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations. Chapitre 1 Bilans Généralités Examen clinique L examen clinique doit permettre de recueillir un certain nombre d informations. Le compte-rendu doit comporter : - âge de la patiente, le statut ménopausique

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

Référentiel de Prise en Charge du Cancer du Sein Adjuvant Groupe Sein OncoLR, Janvier 2013

Référentiel de Prise en Charge du Cancer du Sein Adjuvant Groupe Sein OncoLR, Janvier 2013 Référentiel de Prise en Charge du Cancer du Sein Adjuvant Groupe Sein OncoLR, Janvier 2013 Coordonnateurs : William Jacot, Marian Gutowski, Gilles Romieu, André Mathieu Synthèse Calcul du risque de récidive

Plus en détail

Les conférences de consensus: comparaison, synthèse. Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN

Les conférences de consensus: comparaison, synthèse. Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN Les conférences de consensus: comparaison, synthèse Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN C Cuvier, Journées de sénologie interactive 2011 Nice-Saint-Paul; 4 ème édition Saint-Gallen; 12 ème conférence NCCN

Plus en détail

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne Traitement chirurgical des cancers du sein Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne 2008 1 I- GENERALITES Fréquence : 1 femme sur 11 En France 33 000 nouveaux cas par an Le cancer le plus

Plus en détail

Les lésions infra-cliniques du sein:

Les lésions infra-cliniques du sein: Les lésions infra-cliniques du sein: Expérience de l hôpital Saint-Louis entre 2001 et 2007 : Analyse prospective de 2708 lésions mammaires infra-cliniques Anne-sophie Hamy, Cédric de Bazelaire, Anne de

Plus en détail

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de :

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de : 1 Les référentiels de bonnes pratiques cliniques des tumeurs de l endomètre. Version 2013 Sous la conduite de : Cédric NADEAU Service de Gynécologie - Obstétrique - CHU de Poitiers & Yannick THIROUARD

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Bilan d extension locale d une tumeur rectale François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Introduction - Déterminer l extension locale précise d une tumeur rectale est un enjeu majeur pour le radiologue

Plus en détail

Approche chirurgicale de l aisselle: nouveautés

Approche chirurgicale de l aisselle: nouveautés Approche chirurgicale de l aisselle: nouveautés Brigitte Poirier, md, FRCS (C) Chirurgienne-oncologue Centre des maladies du sein, HSS CHU de Québec 26 septembre 2014 Objectifs Discuter de l évaluation

Plus en détail

Chirurgie du sein. Dr Gay Centre Hospitalier Belfort-Montbéliard Formation infirmière en Oncologie-Hématologie 28 janvier 2010

Chirurgie du sein. Dr Gay Centre Hospitalier Belfort-Montbéliard Formation infirmière en Oncologie-Hématologie 28 janvier 2010 Chirurgie du sein Dr Gay Centre Hospitalier Belfort-Montbéliard Formation infirmière en Oncologie-Hématologie 28 janvier 2010 Différentes chirurgies du sein Chirurgie conservatrice Chirurgie radicale Chirurgie

Plus en détail

Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes

Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes Eric ZERBIB Médecine Nucléaire, CIMEN Centre Chirurgical Val d Or, 92210 Saint-Cloud, Eric.zerbib@cimen.fr Conflit d intérêt : aucun Quand demander

Plus en détail

CANCERS DU SEIN. Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B

CANCERS DU SEIN. Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B CANCERS DU SEIN Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B Dépistage 1 Patiente de 43 ans Pas d ATCD familiaux ni personnels 3 enfants, allaitement maternel Contraception par stérilet au Levonorgestrel

Plus en détail

LES SITUATIONS PARTICULIÈRES DU TRAITEMENT LOCO-RÉGIONAL CONCEPT DE TUMEUR INFLAMMATOIRE EXPÉRIENCE TUNISIENNE

LES SITUATIONS PARTICULIÈRES DU TRAITEMENT LOCO-RÉGIONAL CONCEPT DE TUMEUR INFLAMMATOIRE EXPÉRIENCE TUNISIENNE LES SITUATIONS PARTICULIÈRES DU TRAITEMENT LOCO-RÉGIONAL CONCEPT DE TUMEUR INFLAMMATOIRE EXPÉRIENCE TUNISIENNE Pr K Rahal. & Coll Institut Salah Azaïz, Tunis, Tunisie 35 es Journées de la Société Française

Plus en détail

Chirurgie du Cancer du sein chez la femme agée Unité de chirurgie du sein Clinique Sainte-Elisabeth NAMUR

Chirurgie du Cancer du sein chez la femme agée Unité de chirurgie du sein Clinique Sainte-Elisabeth NAMUR Chirurgie du Cancer du sein chez la femme agée Unité de chirurgie du sein Clinique Sainte-Elisabeth NAMUR Dr Emmanuel Bollue - Dr Pierre Marchettini Introduction 1)Validation du traitement conservateur

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION

PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION LOCORÉGIONALE PRÉTHÉRAPEUTIQUE DU CANCER DU SEIN TEXTE COURT DU RAPPORT D ÉVALUATION TECHNOLOGIQUE Mars 2010 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

ÉTUDE PRÉVALENCE HER HER2

ÉTUDE PRÉVALENCE HER HER2 PrevHER HER2 ÉTUDE PRÉVALENCE ÉVALUATION DE LA PRÉVALENCE DE HER2 DANS LE CANCER DU SEIN EN SITUATION ADJUVANTE OBJECTIF DE L ENQUÊTE Evaluer le pourcentage de patientes présentant un cancer du sein en

Plus en détail

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins Problématiques de recherche en chirurgie du sein Problématiques de recherche en chirurgie du sein C MATHELIN 1, MF BRETZ-GRENIER 2, S CROCE 3, D BRASSE 4, A GANGI 2 1. Pôle de gynécologie-obstétrique,

Plus en détail

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Traitement chirurgical et radiothérapique du cancer du sein en un jour Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Place de la radiothérapie dans le cancer du sein - Après chirurgie conservatrice pour un cancer

Plus en détail

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE 6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Niort, le 20 mars 2014 8 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Actualités en ANATOMOPATHOLOGIE Audelaure JUNCA (Poitiers) Actualités en ANATOMOPATHOLOGIE

Plus en détail

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique 1 Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique B - Ponction à l aiguille tournante (drill biopsie) ou tranchante (trucut) C - Tumorectomie

Plus en détail

RÔLE DU CENTRE DU SEIN EN SUISSE EN 2015

RÔLE DU CENTRE DU SEIN EN SUISSE EN 2015 RÔLE DU CENTRE DU SEIN EN SUISSE EN 2015 Formation continue pour pharmaciens Bourguillon, le 09 juin 2015 Prof. David Stucki Spécialiste FMH en gynécologie/obstétrique Spéc. en gynécologie opératoire Spéc.

Plus en détail

Peut-on ne pas effectuer une irradiation après exérèse conservatrice d un carcinome canalaire in situ?

Peut-on ne pas effectuer une irradiation après exérèse conservatrice d un carcinome canalaire in situ? RCP SFSPM Rennes-2015 Peut-on ne pas effectuer une irradiation après exérèse conservatrice d un carcinome canalaire in situ? Alain Fourquet Département de Radiothérapie Oncologique Institut Curie, Paris

Plus en détail