Est-il «SAGE» de réaliser un examen extemporané du ganglion sentinelle? L examen extemporané n a plus sa place

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Est-il «SAGE» de réaliser un examen extemporané du ganglion sentinelle? L examen extemporané n a plus sa place"

Transcription

1 Institut Bergonié Est-il «SAGE» de réaliser un examen extemporané du ganglion sentinelle? L examen extemporané n a plus sa place Gaëtan MacGrogan Département de BioPathologie Institut Bergonié Bordeaux 7eme congrès de la SFCO Bordeaux 22 mai 2015

2 La technique du ganglion sentinelle dans le cancer du sein Buts : Diminuer la iatrogénicité liée au curage axillaire standard Apporter une information pronostique par la détermination du statut des ganglions du creux axillaire Indications : Carcinome infiltrant du sein unifocal, non antérieurement traité (chirurgie, chimio TT, hormono TT), de moins de 2cm en l absence de ganglion axillaire cliniquement détecté : ct0, ct1 et cn0 CCIS étendus ou palpables ou avec suspicion de micro infiltration, traités par mastectomie

3 Stratégie de prise en charge des Ganglions Sentinelles Prélèvement des GS au bloc opératoire Examen extemporané Examen Extempo «positif» Examen Extempo «atif» Curage Axillaire Pas de Curage Axillaire Examen définitif post opératoire GS «positif» GS «atif» Curage Axillaire 2 nd temps Lyman et coll. Recos ASCO JCO 2005 Oui Non

4 Stratégie de prise en charge des Ganglions Sentinelles Prélèvement des GS au bloc opératoire Examen extemporané Examen Extempo «positif» Examen Extempo «atif» Curage Axillaire Pas de Curage Axillaire Le but de l examen extemporané du GS est d éviter de réaliser un geste axillaire dans un second temps en cas de GS positif Examen définitif post opératoire GS «positif» GS «atif» Curage Axillaire 2 nd temps Lyman et coll. Recos ASCO JCO 2005 Oui Non

5 Des Essais qui changent notre vision de la prise en charge des patientes avec GS positifs JAMA 2011 ACOZOG Z0011 Lancet Oncol 2013 IBCSG Lancet Oncol 2014 AMAROS

6 Des Essais qui changent notre vision de la prise en charge des patientes avec GS positifs ACOZOG Z0011 Curage RadioTT sein +/- TT systémique ct1-t2, N0 Chir conserv 1 à 2 GS positifs R Pas de Curage RadioTT sein +/- TT systémique Micrométastases : 37,5% bras curage et 44,8% bras non curage Macrométastases : 62,5% bras curage et 55,2% bras non curage Ganglions non sentinelles envahis dans 27,3% patientes bras curage

7 ACOZOG Z patientes randomisées sur les 1900 initialement prévus (445 curage vs 446 pas de curage) Suivi de 6,3 ans : OS à 5 ans de 91,8% bras curage et 92,5% bras non curage DFS à 5 ans de 82,2% bras curage et 83,9% bras non curage Récidives axillaires à 5 ans : 0,5% dans bras curage et 0,9% bras non curage (NS) HR de 0,87 Pas de Curage n est pas inférieur à Curage (HR<<1,5)

8 ACOZOG Z0011 Conclusion ACOZOG Z0011 On peut se passer d un curage complémentaire chez des patientes avec un ou deux GS métastatiques traitées par chirurgie conservatrice et TT systémique Critiques ACOZOG Z0011 Essai fermé en ayant recruté seulement la moitié des patientes Puissance pas assez importante pour détecter de petites différences en survie entre les 2 groupes Suivi pas assez long, récidives axillaires RE+ après 5 ans Le taux de récidives axillaires dans le bras sans curage est le double de celui dans le bras avec curage Ne s applique qu aux patientes TT avec chirurgie conservatrice

9 Enregistrement pré-chirurgial Des Essais qui changent notre vision de la prise en charge des patientes avec GS positifs IBCSG Tum (91%) ou Mastec (9%) pt 5cm pt ou ptm pn1mi(gs) GS positifs 1 R Curage Pas de Curage +/- +/- RadioTT RadioTT +/- +/- TT systémique TT systémique Ganglions non sentinelles envahis dans 13% patientes bras curage 68% patientes avec pt 2cm 90% tumeurs RE positives

10 IBCSG patients enregistrées avant chirurgie 931 (14%) randomisées après chirurgie sur les 1960 initialement prévus (464 curage, 467 pas de curage) Suivi de 5ans: DFS à 5 ans de 84,4% bras curage et 87,8 % bras non curage OS à 5 ans de 97,6% bras curage et 97,5% bras non curage Récidives axillaires à 5 ans : 1 dans bras curage et 4 bras non curage HR de 0,78 Pas de Curage n est pas inférieur à Curage (HR<<1,5)

11 IBCSG Conclusion IBCSG Le fait de ne pas faire de curage axillaire chez des patientes avec une ou plusieurs micrométatases dans leurs GS n a pas d influence sur la DFS et l OS Critiques IBCSG Essai fermé en ayant recruté un peu moins de la moitié des patientes Suivi de 5 ans pas suffisant, 20% des récidives axillaires après 5 ans (NSABP-06) Seulement 10% des patientes ont été TT par mastectomie sans radiott

12 Randomisation pré-chirurgiale Des Essais qui changent notre vision de la prise en charge des patientes avec GS positifs AMAROS Curage +/- TT systémique C. Infiltrant ct0,1,2 N0 GS GS + GS - radiott du creux axillaire +/- TT systémique Suivi +/-TT systémique 80% patientes avec ct0-1 Macrométastases: 60%, Micrométastases : 29%, cellules tumorales isolées:11% Ganglions non sentinelles envahis dans 33% patientes bras curage

13 AMAROS 4806 patientes incluses 1425 (30%) GS positifs 744 Curage axillaire et 681 RadioTT du creux Suivi médian 6,1 ans Suivi de 5ans: DFS à 5 ans de 86,9% bras curage et 82,7 % bras RadioTT du creux OS à 5 ans de 93,3% bras curage et 92,5% bras RadioTT du creux Récidives axillaires à 6 ans : 4 dans bras curage et 7 bras RadioTT du creux Récidives axillaires à 5 ans : 0,43% dans bras curage et 1,19% bras RadioTT du creux (NS)

14 AMAROS Conclusion AMAROS Curage axillaire et radiott axillaire pour GS positif donnent des résultats comparables en terme de DFS et OS. Plus de morbidité après curage axillaire Critiques AMAROS Pas assez d événements pour répondre à la question primaire : essai de non infériorité Suivi de 6,1 ans pas suffisant, 20% des récidives axillaires après 5 ans (NSABP-06) Pas de données sur la biologie des tumeurs

15 Des Essais qui changent notre vision de la prise en charge des patientes avec GS positifs JAMA 2011 ACOZOG Z0011 En cas de GS positif, on peut raisonnablement se passer d un curage axillaire complémentaire chez Lancet Oncol 2013 des patientes avec un cancer du sein de petite IBCSG taille sans gg axillaire palpable : chirurgie conservatrice, Radiothérapie et TT systémique. Lyman et coll. Recos ASCO 2014 Lancet Oncol 2014 AMAROS

16 Stratégie de prise en charge des Ganglions Sentinelles Prélèvement des GS au bloc opératoire Examen extemporané Examen Extempo «positif» Examen Extempo «atif» Curage Axillaire Pas de Curage Axillaire Le but de l examen extemporané du GS est d éviter de réaliser un geste axillaire dans un second temps en cas de GS positif Examen définitif post opératoire GS «positif» GS «atif» Curage Axillaire 2 nd temps Lyman et coll. Recos ASCO JCO 2005 Oui Non

17 Stratégie de prise en charge des Ganglions Sentinelles Prélèvement des GS au bloc opératoire L examen extemporané du GS n a plus lieu d être si on ne fait pas de geste axillaire dans un second temps en cas de GS positif Examen définitif post opératoire GS «positif» GS «atif» Giuliano et coll. JAMA 2011 Galimberti et coll Lancet Oncol 2013 Donker et coll. Lancet Oncol 2014 Curage Axillaire 2 nd temps Oui Non

18 Risques liés à la stratégie : Pas d extempo du GS Curage axillaire dans un second temps techniquement plus difficile, risque augmenté de séquelles Seconde intervention chirurgicale : risque anesthésique et chirurgical plus important Seconde intervention chirurgicale : coût plus élevé pour l hôpital et le système de santé Stress patiente augmenté si 2 eme intervention Risques liés à la stratégie : Extempo GS Surtraitement des patientes avec petites tumeurs pn0(gs) Iatrogénicité du curage d emblée en cas de diagnostic per opératoire de GS positif. Allongement du temps opératoire

19 Changements de pratiques chirurgicales dans l ère post-acozog Z0011 Comparaison des pratiques chirurgicales (MD )Anderson avant et après publication ACOZOG 658 patientes (335 pré ACOZOG et 323 post ACOZOG) tumeurs du sein ct1-2 avec chirurgie conservatrice et technique GS 69% examens extempo du GS en pré et 26% examens extempo du GS en post ACOZOG Diminution des temps opératoires moyens : 92 à 79 minutes

20 Si on ne fait plus l'extempo du GAS Quelles sont les tumeurs du sein pour lesquelles on peut raisonnablement envisager cette stratégie en sachant qu'on évitera au maximum de faire un curage si on découvre a posteriori un GAS positif? 2 cas de figure : 1. On sélectionne a priori des tumeurs avec très faible risque d'envahissement axillaire 2. Si a posteriori on découvre un GAS positif on ne fera pas de curage chez les patientes pour lesquelles il y a un très faible risque d'avoir des ggs non sentinelles envahis

21 Quelles tumeurs du sein ont un très faible risque d'envahissement axillaire? Petites tumeurs du sein avec des ganglions axillaires «cliniquement bénins» Risque d envahissement ganglionnaire en fonction de la taille tumorale 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Tis T1a < 5mm T1b de 5 à 10 mm T1c de 11 à 20 mm T2 de 21 à 50 mm T3 > 50 mm

22 Si on ne fait plus l'extempo du GAS Quelles tumeurs du sein ont un très faible risque d'envahissement axillaire? Ganglions axillaires «cliniquement bénins» : palpation et échographie L echographie du creux axillaire doit devenir systématique lors de la prise en charge radiologique pré opératoire des cancers du sein, même en cas de ganglions non palpables (recos SFR) Ibrahim Zada et coll. J Am Coll Surg patientes ct1-2 N0 clinique et échographique +/- cytoponction du gg suspect 144 (13%) de GS positifs dont 2% de macromets 6mm, 1% macromets>7mm et 1 cas 3GS positifs

23 Canavese et coll. EJSO 2010 Extemporané du GS pour les tumeurs ct0-1n0 dans le cancer du sein : analyse du Bénéfice risque et du Coût Efficacité

24 curage 118 ptes ct1a,b Examen du GS après fixation pos 10% rappel 525 ptes ct1,2 N0 ct1c 258 ptes ct2 126 ptes Canavese et coll. EJSO 201

25 curage curage curage curage 118 ptes ct1a,b Examen du GS après fixation pos 10% rappel 525 ptes ct1,2 N0 ct1c 258 ptes Extempo Macro GS 43% Examen du GS après fixation 17% rappel Examen du GS après fixation pos pos Pos sus Extempo Micro GS 47% 7% rappel pos ct2 126 ptes Canavese et coll. EJSO 201

26 curage curage curage curage curage curage 525 ptes 118 ptes ct1a,b Taux de rappel global de 11,6% Taux de rappel pour les Macromet de 6,3% Examen du GS après fixation 10% rappel Examen du GS après fixation pos pos ct1,2 N0 ct1c 258 ptes Extempo Macro GS 43% 17% rappel Examen du GS après fixation pos Pos sus Extempo Micro GS 47% 7% rappel pos Taux de rappel global de 8,4% Taux de rappel pour les Macromet de 2,3% 40% pos ct2 126 ptes Canavese et coll. EJSO 201 Extempo Micro GS Examen du GS après fixation 8,4% rappel pos

27 Canavese et coll. EJSO 201 Evaluation du coût de 4 types de procédures chirurgicales en tenant compte de Occupation du bloc, temps médical et paramédical, cout anapath, et soins patientes 1. Exérèse tumeur +GS sans extempo microscopique 2. Exérèse tumeur +GS avec extempo microscopique 3. Exérèse tumeur +GS avec extempo et curage dans le même temps opératoire 4. Chirurgie dans un second temps pour curage Comparaison des coûts en fonction du stade clinique et des procédures opératoires Protocole expérimental Protocole standard théorique ct1a, b ct1c extempo Macro ct1c extempo Macro + Micro Global ct1a,b,c Idem Idem Différence -15,7% -12,3% idem -9,8%

28 STIC SAGE : Stratégies d Analyse du Ganglion sentinelle Etude multicentrique nationale, prospective, comparative, non randomisée, évaluant l'impact médico-économique de trois stratégies d analyse du ganglion sentinelle dans le cancer du sein opérable d'emblée" Objectif principal Evaluer le coût et l impact médico économique des différentes stratégies d analyse du GS (analyse anatomopathologique ou par biologie moléculaire) dans la prise en charge des patientes traitées pour un carcinome mammaire infiltrant.

29 STIC SAGE Carcinome infiltrant unifocal ct1,2<3cm N0 920 ptes GS pos Bras A Extempo OSNA GS GS pos Bras B Extempo Micro GS N0 Bras C Pas d Extempo Temps chirurgical curage Pas de curage curage Pas de curage Ex après fixation GS Ex après fixation GS Postop Anapath GS pos GS GS pos GS curage curage Réintervention selon pratiques locales

30 Conclusions Pour des patientes avec un cancer du sein CT0-1 N0 traitées par chirurgie conservatrice, radiothérapie standard et hormonott et/ou chimiott adjuvante Le curage axillaire n est plus systématiquement de mise dans l ère post ACOZOG si moins de 3 GS envahis Le curage axillaire n est pas recommandée par l ASCO si moins de 3 GS envahis L examen extemporané du GS n a plus sa place

31 Institut Bergonié Bordeaux Thank you for your attention!

Conduite à tenir devant un ganglion sentinelle positif. Chirurgie: Dr Dorangeon Radiothérapie: Dr Brunaud

Conduite à tenir devant un ganglion sentinelle positif. Chirurgie: Dr Dorangeon Radiothérapie: Dr Brunaud Conduite à tenir devant un ganglion sentinelle positif Chirurgie: Dr Dorangeon Radiothérapie: Dr Brunaud Cas clinique n 1: Me N. Marguerite 71 ans ATCD personnels Polypes intestinaux, kyste du sein Dt

Plus en détail

«Les incontournables en Cancérologie 2013» Centre de Congrès le Manège. Le 8 octobre 2013

«Les incontournables en Cancérologie 2013» Centre de Congrès le Manège. Le 8 octobre 2013 Docteur Thomas JALLE Chirurgie gynécologique et mammaire Clinique d Argonay «Les incontournables en Cancérologie 2013» Centre de Congrès le Manège Le 8 octobre 2013 Evaluation du statut ganglionnaire:

Plus en détail

Journée Nationale des Innovations Hospitalières

Journée Nationale des Innovations Hospitalières STIC 2004 : Évaluation Médico-Économique de la Technique de Ganglion Sentinelle comparée au Curage Ganglionnaire dans les Cancers du Sein opérables d Emblée Sandrine Baffert Économiste de la santé Institut

Plus en détail

CURAGE AXILLAIRE ET TECHNIQUES DU GANGLION SENTINELLE

CURAGE AXILLAIRE ET TECHNIQUES DU GANGLION SENTINELLE CURAGE AXILLAIRE ET TECHNIQUES DU GANGLION SENTINELLE Cancer du sein : Incidence : 40 000 cas/an en France 85% de cancers invasifs : nécessité de connaître le statut ganglionnaire pour 34 000 patientes

Plus en détail

LE CARCINOME CANALAIRE IN SITU (CCIS) DU SEIN ( = carcinome intra-canalaire) ( = carcinome intra-galactophorique)

LE CARCINOME CANALAIRE IN SITU (CCIS) DU SEIN ( = carcinome intra-canalaire) ( = carcinome intra-galactophorique) LE CARCINOME CANALAIRE IN SITU (CCIS) DU SEIN ( = carcinome intra-canalaire) ( = carcinome intra-galactophorique) Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Hôpital

Plus en détail

Technique et intérêt du ganglion sentinelle en chirurgie mammaire

Technique et intérêt du ganglion sentinelle en chirurgie mammaire Développement Professionnel Continu Cancer du sein Technique et intérêt du ganglion sentinelle en chirurgie mammaire Dr Sylvain Causeret, Dr Nicolas Pouget Pr Charles Coutant Département d Oncologie Chirurgicale,

Plus en détail

EVALUATION du GANGLION SENTINELLE: PROCÉDURE D ÉTUDE PATHOLOGIQUE Dissection soigneuse de la graisse pour identifier tous les ganglions : un ou

EVALUATION du GANGLION SENTINELLE: PROCÉDURE D ÉTUDE PATHOLOGIQUE Dissection soigneuse de la graisse pour identifier tous les ganglions : un ou EVALUATION du GANGLION SENTINELLE: PROCÉDURE D ÉTUDE PATHOLOGIQUE Dissection soigneuse de la graisse pour identifier tous les ganglions : un ou plusieurs ganglions sentinelles Chaque ganglion est inclus

Plus en détail

Chirurgie des cancers du sein : Ganglion sentinelle : indications actuelles et évaluations en cours

Chirurgie des cancers du sein : Ganglion sentinelle : indications actuelles et évaluations en cours Chirurgie des cancers du sein : Ganglion sentinelle : indications actuelles et évaluations en cours INDICATIONS ACTUELLE DU GS Cancer infiltrant, unifocal, taille à 2 cm Aisselle cliniquement indemne (N0)

Plus en détail

Edwige Bourstyn Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis AP-HP

Edwige Bourstyn Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis AP-HP Diminuer le taux de ré interventions dans la chirurgie conservatrice du cancer du sein : un challenge Edwige Bourstyn Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis AP-HP Introduction Le taux de ré interventions

Plus en détail

Technique et intérêt du ganglion sentinelle en chirurgie mammaire

Technique et intérêt du ganglion sentinelle en chirurgie mammaire Formation Médicale Continue Cancer du sein Technique et intérêt du ganglion sentinelle en chirurgie mammaire Pr Charles COUTANT Département d Oncologie Chirurgicale, Centre Georges François Leclerc, Dijon

Plus en détail

Chirurgie du cancer du sein en 2015

Chirurgie du cancer du sein en 2015 Chirurgie du cancer du sein en 2015 Dr Catherine Riera Coordinatrice clinique du sein I.S.P.P.C. Service Gynécologie- obstétrique 02/10/2015 Première description de mastectomie, Johannes Scultetus Armentarium

Plus en détail

Actualités en pathologies mammaires

Actualités en pathologies mammaires Actualités en pathologies mammaires 7 ème Journée d Actualité et d Enseignement en Radiothérapie Amiens, Samedi 5 novembre 2016 Dr Julien Prades Sommaire Signatures moléculaires : aide à la décision thérapeutique?

Plus en détail

Evaluation anatomopathologique de la réponse tumorale après chimiothérapie néadjuvante du cancer du sein

Evaluation anatomopathologique de la réponse tumorale après chimiothérapie néadjuvante du cancer du sein Institut Bergonié Evaluation anatomopathologique de la réponse tumorale après chimiothérapie néadjuvante du cancer du sein Gaëtan Mac Grogan Département de Biopathologie-Institut Bergonié-Bordeaux Conflits

Plus en détail

Chirurgie axillaire en cas de Chimiothérapie néoadjuvante : Quelle chirurgie? À quel moment? Implications pour la RT

Chirurgie axillaire en cas de Chimiothérapie néoadjuvante : Quelle chirurgie? À quel moment? Implications pour la RT Chirurgie axillaire en cas de Chimiothérapie néoadjuvante : Quelle chirurgie? À quel moment? Implications pour la RT Dr Jean-François LE BRUN Chirurgien 13 mai Journée Laurence LEROYER, 9e édition - Granville

Plus en détail

LE GANGLION SENTINELLE

LE GANGLION SENTINELLE LE GANGLION SENTINELLE LE GANGLION SENTINELLE Expérience de 1999 à 2005 469 patientes Polyclinique Urbain v Hopital Henri Duffaut Avignon Jean-Marc BROGLIA Henri-Georges DIGNETON Bernard MIRAMAND Marc

Plus en détail

Florence Coussy GERM 10/2012

Florence Coussy GERM 10/2012 La chimiothérapie néo- adjuvante dans le cancer du sein lobulaire : réponse clinique, histologique et survie série rétrospec;ve de l hôpital Saint Louis Florence Coussy GERM 0/202 Plan I) La chimiothérapie

Plus en détail

Une femme n a que l age qu elle paraît avoir H de Balzac. Les femmes âgées (FA) représentent une large part des cancers du sein (CS)

Une femme n a que l age qu elle paraît avoir H de Balzac. Les femmes âgées (FA) représentent une large part des cancers du sein (CS) Femmes âgées et cancer du sein: Traitement chirurgical Emmanuel BARRANGER Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Lariboisière, AP-HP, Paris Wildiers, Lancet Oncol 2007 Une femme n a que l age qu elle

Plus en détail

Elif Hindié ; CHU de Bordeaux

Elif Hindié ; CHU de Bordeaux Quelques données récentes de la littérature Méthodes pour optimiser la technique Questions diverses Elif Hindié ; CHU de Bordeaux David Groheux ; Hôpital Saint-Louis Indication conventionnelle : patientes

Plus en détail

Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses. 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015

Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses. 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015 Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015 S. Hellman, J. Clin. Oncol., 1995 Les concepts successifs des métastases sein gg

Plus en détail

13/03/15. Rationnel. Rationnel. Innovations en radiothérapie dans le cancer du sein : radiothérapie per-opératoire

13/03/15. Rationnel. Rationnel. Innovations en radiothérapie dans le cancer du sein : radiothérapie per-opératoire Innovations en radiothérapie dans le cancer du sein : radiothérapie per-opératoire CORP 12 mars 2015 Sophie GUILLERM Service de Radiothérapie du Pr Hennequin Hôpital Saint Louis Rationnel >75% des rechutes

Plus en détail

Bilan d extension: Pourquoi ne suit-on pas les recommandations?

Bilan d extension: Pourquoi ne suit-on pas les recommandations? Bilan d extension: Pourquoi ne suit-on pas les recommandations? Pr Catherine Uzan Chef du service de Chirurgie et Cancérologie oncologique et mammaire Hôpital Pitié Salpêtrière Université Pierre et Marie

Plus en détail

Carcinomes intracanalaires. l expérience de Saint Louis

Carcinomes intracanalaires. l expérience de Saint Louis Carcinomes intracanalaires du sein : l expérience de Saint Louis S. Frank, C. Cuvier 21 septembre 2012 Généralités sur les CCIS Epidémiologie : Diagnostic rare avant 1980 ; actuellement 15.4% des cancers

Plus en détail

Cancers de la cavité buccale

Cancers de la cavité buccale Chapitre 3 Cancers de la cavité buccale Généralités Les cancers de la cavité buccale représentent environ 30 % des cancers ORL (REF). Le type histologique le plus fréquent est le carcinome épidermoide

Plus en détail

Tumeurs de la verge : conduite à tenir vis-à-vis des ganglions. Pr Eric HUYGHE Dr Boris DELAUNAY

Tumeurs de la verge : conduite à tenir vis-à-vis des ganglions. Pr Eric HUYGHE Dr Boris DELAUNAY + Tumeurs de la verge : conduite à tenir vis-à-vis des ganglions Pr Eric HUYGHE Dr Boris DELAUNAY + Introduction Cancer du pénis = rare Incidence : 1/100 000 hommes en Europe Pic de fréquence entre 60-70

Plus en détail

SYNOPSIS PROTOCOLE UC- 0140/1308

SYNOPSIS PROTOCOLE UC- 0140/1308 SYNOPSIS PROTOCOLE UC- 0140/1308 A) IDENTIFICATION DE L ETUDE CLINIQUE NUMERO DE CODE DU PROTOCOLE PROMOTEUR : UC-0140/1308 VERSION ET DATE: VERSION DU 08 SEPTEMBRE 2014 TITRE DE L ESSAI: Etude de phase

Plus en détail

FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot

FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot INTRODUCTION Nécessité de connaître l état des ganglions axillaires (staging, pronostic) 80% des T1 sont

Plus en détail

Critères organisationnels

Critères organisationnels Critères organisationnels de la Chirurgie des Lésions Mammaires Kevin KRAFT Journées DESC-SCVO Poitiers - Juin 2007 Motivations Épidémiologiques : priorité de Santé Publique Cancer du sein = 1er cancer

Plus en détail

Chirurgie axillaire après chimiothérapie néoadjuvante

Chirurgie axillaire après chimiothérapie néoadjuvante Chirurgie axillaire après chimiothérapie néoadjuvante Jean - Marc Classe Service Chirurgie Oncologique Ins7tut de Cancérologie de l Ouest Nantes La chimiothérapie néoadjuvante (CNA) Augmente le taux de

Plus en détail

UNE Etape UNE Décision OSNA pour l analyse des ganglions sentinelles dans le Cancer du Sein

UNE Etape UNE Décision OSNA pour l analyse des ganglions sentinelles dans le Cancer du Sein UNE Etape UNE Décision OSNA pour l analyse des ganglions sentinelles dans le Cancer du Sein OSNA UNE Longueur d avance UN Système UN Marqueur La biopsie du ganglion sentinelle (BGS) s est rapidement imposée

Plus en détail

Place de l IRM dans la prise en charge des intracanalaires : Etude IRCIS

Place de l IRM dans la prise en charge des intracanalaires : Etude IRCIS Place de l IRM dans la prise en charge des intracanalaires : Etude IRCIS C. Balleyguier, A. Dunant, MC Mathieu, JR Garbay Et investigateurs IRCIS Gustave Roussy, Villejuif CCIS : épidémiologie en France

Plus en détail

Place du Curage dans le Cancer du Rein

Place du Curage dans le Cancer du Rein Place du Curage dans le Cancer du Rein Épidémiologie des cancers du Rein Incidence MONDE 271 000 nouveaux cas en 2008 Taux stand monde pour 100 000 : Hommes : 14,2 : 5,8 France: 11 080 nouveaux cas en

Plus en détail

Peut-on ne pas réaliser un curage axillaire après un ganglion sentinelle «positif»?

Peut-on ne pas réaliser un curage axillaire après un ganglion sentinelle «positif»? Peut-on ne pas réaliser un curage axillaire après un ganglion sentinelle «positif»? Vincent LAVOUE Fabrice Foucher, Claire-Marie Roger, Jérôme Blanchot, Jean Levêque Evaluation Ganglionnaire dans le Cancer

Plus en détail

Journée de Sénologie Interactive. Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid

Journée de Sénologie Interactive. Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid Journée de Sénologie Interactive Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid Mme S 51 ans XVII journées de sénologie le 18/09/14 Cas clinique interactif Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid Mme S., 51ans, consulte

Plus en détail

Cancer du sein chez les femmes jeunes: caractéristiques clinico-pathologiques et phénotypes moléculaires

Cancer du sein chez les femmes jeunes: caractéristiques clinico-pathologiques et phénotypes moléculaires Cancer du sein chez les femmes jeunes: caractéristiques clinico-pathologiques et phénotypes moléculaires Sabiani L, Houvenaeghel G, Heinemann M, Reyal F, Classe J-M, Cohen M, Garbay J-R, Giard S, Charitansky

Plus en détail

Zone A: 5 à 9. ZONE: A de 5 à 9

Zone A: 5 à 9. ZONE: A de 5 à 9 ZONE: A de 5 à 9 5 - CAT DEVANT UNE LESION SUSPECTE:Suspicion de mélanome Exérè se complète de la lésion suspecte Mélanome in situ? : Marge d exérèse: 0,5cm (+si mélanome sur Dubreuilh*) Breslow 1mm? Ulcération

Plus en détail

Unité d imagerie anténatale et de la femme Centre Aliénor d Aquitaine Hôpital Pellegrin CHU de Bordeaux

Unité d imagerie anténatale et de la femme Centre Aliénor d Aquitaine Hôpital Pellegrin CHU de Bordeaux Unité d imagerie anténatale et de la femme Centre Aliénor d Aquitaine Hôpital Pellegrin CHU de Bordeaux CCIS 85-90% des CIS 90% cas : découverte sur une anomalie radiologique Microcalcifications : 80%

Plus en détail

Référentiel locorégional des Cancers du sein - Juin 2010

Référentiel locorégional des Cancers du sein - Juin 2010 Référentiel locorégional des Cancers du sein - Juin 2010 Pr David AZRIA Dr Jean Louis BATICLE Dr Pierre BERTRAND Dr Stéphanie CATALA Dr CHATEAU Dr Henri COLLET Dr Pierre Emmanuel COLOMBO Dr Jacques CRETIN

Plus en détail

Introduction. 4. Dowsett et al. J Clin Oncol Goldstein et al. J Clin Oncol Mamounas et al. ASCO Breast 2012.

Introduction. 4. Dowsett et al. J Clin Oncol Goldstein et al. J Clin Oncol Mamounas et al. ASCO Breast 2012. Prédiction du risque de récidive avec le test Oncotype DX chez les patientes atteintes de cancer du sein hormono-dépendant avec atteinte ganglionnaire, traitées par chimiothérapie adjuvante: Résultats

Plus en détail

Ganglion sentinelle envahi sans curage axillaire complémentaire: Quelles implications pour l Oncologue Radiothérapeute

Ganglion sentinelle envahi sans curage axillaire complémentaire: Quelles implications pour l Oncologue Radiothérapeute Ganglion sentinelle envahi sans curage axillaire complémentaire: Quelles implications pour l Oncologue Radiothérapeute Gérard Ganem Centre Jean Bernard Le Mans Inter-régionale 11 Mai 2012 Questions après

Plus en détail

La chirurgie doit-elle être adaptée à la réponse?

La chirurgie doit-elle être adaptée à la réponse? Tumeurs localement évoluées: traitements néo-adjuvants La chirurgie doit-elle être adaptée à la réponse? S.Giard Centre O.Lambret - Lille DPI : rien à déclarer Limites du sujet: la chirurgie mammaire et

Plus en détail

Chapellier C, Barranger E, Dejode M, Haudebourg J, Elkind L, Levy G, Pellegrin A, Guez C

Chapellier C, Barranger E, Dejode M, Haudebourg J, Elkind L, Levy G, Pellegrin A, Guez C Repérage par le noir de charbon des ganglions axillaires suspects en échographie et corrélation avec les ganglions sentinelles dans le cancer du sein ( étude préliminaire) Chapellier C, Barranger E, Dejode

Plus en détail

CANCER DU SEIN. Dr de GOURNAY Emmanuel Département de Chirurgie

CANCER DU SEIN. Dr de GOURNAY Emmanuel Département de Chirurgie CANCER DU SEIN Dr de GOURNAY Emmanuel Département de Chirurgie CANCER DU SEIN Incidence: 50 000 nouveaux cas Décès: plus de 11 000 par an 1 femme sur 8 Problème de santé publique Implications sociales

Plus en détail

Cancer urothélial infiltrant de vessie. Place de la chimiothérapie néo-adjuvante et adjuvante?

Cancer urothélial infiltrant de vessie. Place de la chimiothérapie néo-adjuvante et adjuvante? Cancer urothélial infiltrant de vessie. Place de la chimiothérapie néo-adjuvante et adjuvante? Dr Mathilde Deblock Réunion médicale ONCOLOR 31 mars 2009 En France, en 2005: Incidence: 9700 Mortalité: 4400

Plus en détail

Traitement du cancer des voies biliaires. Aziz Zaanan, le 7 décembre 2007

Traitement du cancer des voies biliaires. Aziz Zaanan, le 7 décembre 2007 Traitement du cancer des voies biliaires Aziz Zaanan, le 7 décembre 2007 Traitement chirurgical = seul traitement à visée curative Classification de Thomkins Classification de Bismuth et Corlette pour

Plus en détail

Place du «staging» ganglionnaire dans les cancers du col utérin en 2013

Place du «staging» ganglionnaire dans les cancers du col utérin en 2013 Place du «staging» ganglionnaire dans les cancers du col utérin en 2013 Montpellier, le 24 Janvier 2013 Dr P.E Colombo, A. Mourregot et P. Rouanet CRLC Val D Aurelle Montpellier Cancers du col utérin et

Plus en détail

38es Journées de la Société Française de Sénologie et de Pathologie Mammaire Dijon /11/2016

38es Journées de la Société Française de Sénologie et de Pathologie Mammaire Dijon /11/2016 Institut Bergonié Institut Bergonié 38es Journées de la Société Française de Sénologie et de Pathologie Mammaire Dijon 2016 17/11/2016 ATELIER D ANATOMO-PATHOLOGIE - Cas d interprétation complexe Carcinomes

Plus en détail

Pas de traitement adjuvant pour les cancers du sein RH+ T1a,bN0M0!

Pas de traitement adjuvant pour les cancers du sein RH+ T1a,bN0M0! Pas de traitement adjuvant pour les cancers du sein RH+ T1a,bN0M0! Pour quelle patientes? 12 juin 2015 - Dr C Perrin UNICANCER Groupe des Centres de Lutte Contre le Cancer Introduction Traitements adjuvants

Plus en détail

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE 6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Niort, le 20 mars 2014 8 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Actualités en RADIOTHERAPIE Laurianne COLSON (Poitiers) La radiothérapie postopératoire

Plus en détail

Radiothérapie après mastectomie. Dr S.GUILLERM et Pr HENNEQUIN Hôpital Saint-Louis, Paris

Radiothérapie après mastectomie. Dr S.GUILLERM et Pr HENNEQUIN Hôpital Saint-Louis, Paris Radiothérapie après mastectomie Dr S.GUILLERM et Pr HENNEQUIN Hôpital Saint-Louis, Paris Questions pour la RTE post mastectomie 1. Pour quelles patientes? 2. Quels volumes ganglionnaires? 3. Quelle dose?

Plus en détail

ESTIMATION DU RISQUE DE RÉCIDIVE DES CANCERS DIFFÉRENCIÉS DE LA THYROÏDE (CDT) CHEZ LES PATIENTS CLASSÉS P T4. Dr MEZIANI N

ESTIMATION DU RISQUE DE RÉCIDIVE DES CANCERS DIFFÉRENCIÉS DE LA THYROÏDE (CDT) CHEZ LES PATIENTS CLASSÉS P T4. Dr MEZIANI N ESTIMATION DU RISQUE DE RÉCIDIVE DES CANCERS DIFFÉRENCIÉS DE LA THYROÏDE (CDT) CHEZ LES PATIENTS CLASSÉS P T4. Dr MEZIANI N INTRODUCTION - Incidence du cancer de la thyroïde est en augmentation - SEER:

Plus en détail

Les nouvelles procédures de repérage préopératoire : ROLL et SNOLL

Les nouvelles procédures de repérage préopératoire : ROLL et SNOLL Les nouvelles procédures de repérage préopératoire : ROLL et SNOLL Dr Aurélie Bourdon, Service de Médecine Nucléaire, Dr Gauthier Rathat, Service de chirurgie gynécologique Dr Emmanuelle Pages, Service

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

La biopsie des ganglions sentinelles est-elle fiable en cas de tumeur de gros volume?

La biopsie des ganglions sentinelles est-elle fiable en cas de tumeur de gros volume? La biopsie des ganglions sentinelles est-elle fiable en cas de tumeur de gros volume? G Houvenaeghel, O Quilichini, M Cohen, F Reyal, JM Classe, JR Garbay, S Giard, N Carabin, H Charitensky, C Belichard,

Plus en détail

Peut-on, dans certains cas, faire l impasse de la chimiothérapie?

Peut-on, dans certains cas, faire l impasse de la chimiothérapie? 32èmes Journées de la Société Française de Sénologie et de Pathologie Mammaire Vendredi 5 novembre 2010 Peut-on, dans certains cas, faire l impasse de la chimiothérapie?. pour les tumeurs RH+ Marc Debled

Plus en détail

Plan 11/10/ femme sur 8 est touchée 1 femme sur 25 en meurt LES CANCERS DU SEIN. Epidémiologie

Plan 11/10/ femme sur 8 est touchée 1 femme sur 25 en meurt LES CANCERS DU SEIN. Epidémiologie LES CANCERS DU SEIN Pr Hervé Bonnefoi Institut Bergonié et Université de Bordeaux Plan Epidémiologie Circonstances de découverte Diagnostic Traitements loco-régionaux Traitements systémiques 1 femme sur

Plus en détail

Chimiothérapie adjuvante du cancer du colon consensus (thésaurus) 2005

Chimiothérapie adjuvante du cancer du colon consensus (thésaurus) 2005 Chimiothérapie adjuvante du cancer du colon consensus (thésaurus) 2005 Cours INSERM 7 mars 2006 Géraldine PERKINS, Ph ROUGIER Les facteurs pronostiques STADE TNM +++ Taille de la tumeur Qualité de la chirurgie

Plus en détail

Dernières recommandations sur la prise en charge des cancers du sein

Dernières recommandations sur la prise en charge des cancers du sein Infiltrant multifocal Dernières Dr Perrine CAPMAS Infiltrant multifocal Toutes les décisions sont prises lors de réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) réunissant: Chirurgien Radiothérapeute

Plus en détail

Tumeurs du sein (ICD-O C50)

Tumeurs du sein (ICD-O C50) Tumeurs du sein (ICD-O C50) Règles de classification Cette classification s applique uniquement aux carcinomes. Une confirmation histologique est indispensable. Le siège précis du point de départ de la

Plus en détail

INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM. DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle

INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM. DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle Introduction Le traitement du cancer rectal pose le problème de la récidive loco-régionale Son taux est

Plus en détail

LES CANCERS DU SEIN. Pr Hervé Bonnefoi Institut Bergonié et Université de Bordeaux

LES CANCERS DU SEIN. Pr Hervé Bonnefoi Institut Bergonié et Université de Bordeaux LES CANCERS DU SEIN Pr Hervé Bonnefoi Institut Bergonié et Université de Bordeaux Epidémiologie Plan Circonstances de découverte Diagnostic Traitements loco-régionaux Traitements systémiques 1 femme sur

Plus en détail

Gastrectomie pour cancer infiltrant : Quelle étendue? Quel curage?

Gastrectomie pour cancer infiltrant : Quelle étendue? Quel curage? Gastrectomie pour cancer infiltrant : Quelle étendue? Quel curage? B.Dousset Service de Chirurgie, Hôpital Cochin, 75014 Paris Classification des relais ganglionnaires JRSGC 1981 : 16 groupes ganglionnaires

Plus en détail

lymphoscintigraphie et exérèse

lymphoscintigraphie et exérèse ONCO-DERMATOLOGIE INFORMATION AUX PATIENTS Qu est-ce qu une lymphoscintigraphie et exérèse du ganglion sentinelle? Qu est-ce qu une lymphoscintigraphie dans la prise en charge Le repérage du ganglion sentinelle

Plus en détail

Surveillance d un cancer colo-rectal opéré J Desrame Hôpital Jean Mermoz, Lyon

Surveillance d un cancer colo-rectal opéré J Desrame Hôpital Jean Mermoz, Lyon Surveillance d un cancer colo-rectal opéré J Desrame Hôpital Jean Mermoz, Lyon Pourquoi surveiller un cancer colo-rectal opéré? Récidive de polypes Risque de rechute anastomotique : 2 à 4 % Risque de Cancer

Plus en détail

Quel suivi. pour un risque élevé. de rechute systémique?

Quel suivi. pour un risque élevé. de rechute systémique? Quel suivi pour un risque élevé de rechute systémique? Christelle LEVY Déclaration d intérêts GSK Novartis Roche Pas de conflit d intérêt pour cette présentation contexte les recommandations des sociétés

Plus en détail

Thésaurus du cancer de l ovaire

Thésaurus du cancer de l ovaire Thésaurus du cancer de l ovaire - 1 - Cancers de l ovaire Bilan - Anamnèse personnelle et familiale - +/- Echographie vaginale et/ou pelvienne - IRM abdomino-pelvienne de préférence, TDM à défaut - Si

Plus en détail

Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers Anatomie pathologique - Définition Application aux cellules et tissus prélevés de diverses méthodes d analyse basées principalement sur

Plus en détail

Métastases Pulmonaires

Métastases Pulmonaires Métastases Pulmonaires Diagnostic, et traitement «local» Philippe Girard, Stéphane Lenoir Institut Mutualiste Montsouris, Paris Métastases Pulmonaires 1. Présentation radio-clinique, diagnostic 2. Traitement

Plus en détail

Causes d'échec de la technique du ganglion sentinelle dans le cancer du sein Une revue de la littérature

Causes d'échec de la technique du ganglion sentinelle dans le cancer du sein Une revue de la littérature Causes d'échec de la technique du ganglion sentinelle dans le cancer du sein Une revue de la littérature M. Chehab, JL Sautière, Y. Maisonnette-Escot, D. Riethmuller, R. Maillet CHU Besançon Introduction

Plus en détail

NERON Mathias Interne Service de Chirurgie Oncologique Institut du Cancer de Montpellier

NERON Mathias Interne Service de Chirurgie Oncologique Institut du Cancer de Montpellier Résultats préliminaires étude rétrospective multicentrique française sur les sarcomes phyllodes (SARCPHYL) : données épidémiologiques et de prise en charge initiale. NERON Mathias Interne Service de Chirurgie

Plus en détail

Le cancer du sein localisé L Zelek & J Gligorov, pour l Intergroupe Sein Francilien

Le cancer du sein localisé L Zelek & J Gligorov, pour l Intergroupe Sein Francilien Le cancer du sein localisé L Zelek & J Gligorov, pour l Intergroupe Sein Francilien L incidence annuelle du cancer du sein est estimé à 110.3 / 100000 dans l Union Européenne en 2006 (1). Elle augmente

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Pancréas

Thésaurus du Cancer du Pancréas Thésaurus du Cancer du Pancréas 1 Classification TNM TX T0 Tis T1 T2 T3 T4 Renseignements insuffisants pour classer la tumeur primitive. Pas de signe de tumeur primitive. Carcinome in situ. Tumeur limitée

Plus en détail

Radiothérapie de la femme âgée atteinte d un carcinome de l utérus

Radiothérapie de la femme âgée atteinte d un carcinome de l utérus Radiothérapie de la femme âgée atteinte d un carcinome de l utérus Jean-Marc Simon / Idriss Troussier Service d Oncologie Radiothérapique HU Pitié-Salpêtrière Charles Foix Radiothérapie de la femme âgée

Plus en détail

Les cancers du sein de pronostic intermédiaire

Les cancers du sein de pronostic intermédiaire Les cancers du sein de pronostic intermédiaire LA RECHERCHE DE METASTASES TROP ou PAS ASSEZ? Jacques Bonneterre Université de Lille, Centre Oscar Lambret Aller au devant des métastases? Evénements suffisamment

Plus en détail

Apport de l IRM mammaire dans le bilan préthérapeutique des cancers intracanalaires. B. Salicru, P. Croisille Grenoble

Apport de l IRM mammaire dans le bilan préthérapeutique des cancers intracanalaires. B. Salicru, P. Croisille Grenoble Apport de l IRM mammaire dans le bilan préthérapeutique des cancers intracanalaires B. Salicru, P. Croisille Grenoble Objectifs de l étude 1. Déterminer si l IRM apprécie correctement la taille des cancers

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

Cancer du sein Quelques chiffres

Cancer du sein Quelques chiffres Radiothérapie dans le cancer du sein en Oncogériatrie Vendredi 11 mars 2011 Laurent Quéro Service de Cancérologie-Radiothérapie Hôpital Saint Louis, Paris Cancer du sein Quelques chiffres Premier cancer

Plus en détail

La Technique du ganglion sentinelle dans le mélanome Données de la littérature et expérience à Saint-Louis

La Technique du ganglion sentinelle dans le mélanome Données de la littérature et expérience à Saint-Louis La Technique du ganglion sentinelle dans le mélanome Données de la littérature et expérience à Saint-Louis Dr D Kérob, Dr N Schartz, Dr M Baccard, A Mebazaa, Pr C Lebbé, Groupe mélanome Saint-Louis Dr

Plus en détail

Réunion du CORP 25 sept 2014

Réunion du CORP 25 sept 2014 Réunion du CORP 25 sept 2014 Prise en charge chirurgicale des métastases pulmonaires Dr Ludovic Fournel Pr Jean-François Regnard Hôpital Cochin Paris Généralités Résections pulmonaires pour métastases

Plus en détail

Fiche tumeur épithéliale de l ovaire

Fiche tumeur épithéliale de l ovaire Fiche tumeur épithéliale de l ovaire FIGO I II III IV IA IB IC IIA IIB IIC IIIA IIIB IIIC tumeur limitée aux ovaires tumeur limitée à un ovaire : capsule intacte, pas de tumeur à la surface de l ovaire,

Plus en détail

Cancer de l estomac traitements périopératoire

Cancer de l estomac traitements périopératoire Cancer de l estomac traitements périopératoire P. Michel Unité d oncologie Digestive Service d Hépato-gastroentérologie CHU de Rouen 1. Survie après chirurgie TNM Stade UICC 1997 Cancer 2000 USA Survie

Plus en détail

Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon

Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon Réunion ACOMEN novembre 2015 Dr CLAVEL Léa Service de gastro-entérologie et d oncologie digestive, Pr PHELIP, CHU Saint-Etienne

Plus en détail

des Cancers du col utérin: Pour qui? C. Hennequin, Hôpital Saint-Louis, Paris

des Cancers du col utérin: Pour qui? C. Hennequin, Hôpital Saint-Louis, Paris Chimioradiothérapie des Cancers du col utérin: Pour qui? C. Hennequin, Hôpital Saint-Louis, Paris CLASSIFICATION FIGO 2009 I: Carcinome limité au col IA: Carcinomes micro-invasifs (diagnostic histologique

Plus en détail

Réunion CORP 6 Novembre 2014 A.Dautruche

Réunion CORP 6 Novembre 2014 A.Dautruche Réunion CORP 6 Novembre 2014 A.Dautruche HAS, Septembre 2011 Rationnel de l étude Rationnel de l étude Années 1980 : Survie à 5 ans des cancers de l œsophage tous stades confondus traités par chirurgie

Plus en détail

ETUDE MAPAM 01. Mastectomie thérapeutique avec conservation de l étui cutané et de la plaque aréolo-mamelonnaire.

ETUDE MAPAM 01. Mastectomie thérapeutique avec conservation de l étui cutané et de la plaque aréolo-mamelonnaire. Page 1 / 6 TITRE DE L ESSAI cutané et de la plaque aréolo-mamelonnaire. ACRONYME MAPAM 01 TYPE D ETUDE : Phase III CODE PROMOTEUR 14 SEIN 10 N ID-RCB 2014-A01028-39 PROMOTEUR INVESTIGATEUR COORDONNATEUR

Plus en détail

CAS PARTICULIER : LA TUMEUR STROMALE. P. SIMON, CHRU Besançon 10/04/2015

CAS PARTICULIER : LA TUMEUR STROMALE. P. SIMON, CHRU Besançon 10/04/2015 CAS PARTICULIER : LA TUMEUR STROMALE P. SIMON, CHRU Besançon 10/04/2015 Épidémiologie Tumeur rare 10% des sarcomes utérins 0,2% des néoplasies utérines Ashraf-Ganjoei T et al. World J Surg Oncol. 2006

Plus en détail

Chimiothérapie adjuvante des cancers de la vésicules et des voies biliaires

Chimiothérapie adjuvante des cancers de la vésicules et des voies biliaires Chimiothérapie adjuvante des cancers de la vésicules et des voies biliaires L.Debbah, H.Djedi CAC Annaba CIC Alger le 11/03/2017 Introduction Pathologie rare: -< 1% de tout les cancers dans le monde -

Plus en détail

Traitements conservateurs des tumeurs urothéliales vésicales infiltrant le muscle

Traitements conservateurs des tumeurs urothéliales vésicales infiltrant le muscle Traitements conservateurs des tumeurs urothéliales vésicales infiltrant le muscle Dr Chevreau IUC Dr Bachaud IUC Dr Bordier Clinique Pasteur Toulouse Objectifs : Guérison Qualité de vie Alternative à la

Plus en détail

Nouvelles modalités de radiothérapie per et post-opératoire : comment et pour qui? Carole Massabeau Alain Redon

Nouvelles modalités de radiothérapie per et post-opératoire : comment et pour qui? Carole Massabeau Alain Redon Nouvelles modalités de radiothérapie per et post-opératoire : comment et pour qui? Carole Massabeau Alain Redon Nouvelles modalités de RTE 1/ Tumeurs de bon pronostic Radiothérapie partielle abstention

Plus en détail

Cas cliniques. Bordeaux, 29 novembre 2012

Cas cliniques. Bordeaux, 29 novembre 2012 Cas cliniques Certificat t Cancérologie. Bordeaux, 29 novembre 2012 Cas clinique 1 Mme C, née le 17 juin 1921 À 82 ans (2003) : Atcdts : Angine de poitrine, AVC ischémique régressif, sténose carotidienne

Plus en détail