La Présentation Antigénique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Présentation Antigénique"

Transcription

1 La Présentation Antigénique Dr Frédérique FORQUET Centre d Immunologie de Marseille-Luminy

2 Connaître les mécanismes de la présentation antigénique permet : - de mieux appréhender les épitopes antigéniques au sein d un antigène afin de les utiliser ou de les manipuler - de favoriser la présentation d un antigène donné dans un but thérapeutique ou de vaccination. Présentation d autoag, d Ag viraux ou bactériens (glycopeptides et glycolipides) à des T CD4+ ou CD8+ ou NKT

3 Molécules du CMH de classe I ou II «classiques» - Classe I : HLA A, B, C ou H2 K, D, L - Classe II : HLA DP, DQ et DR ou H2 IA et IE Molécules très polymorphiques à expression codominante qui interviennent dans la présentation antigénique Gènes Allèles Protéines Allèles Nuls A B C Molécules du CMH «non classiques» Molécules non polymorphiques, à expression restreinte Classe Ib : H2 M3 présente des peptides n-formylés acquis par autophagie HLA G dans le trophoblaste intervient dans l interaction mère-fœtus HLA E présente des peptides signal HLA F et H ont une niche à peptides fermée Classe IIb : HLA DM et DO

4 Les molécules du CMH de classe I et II sont des récepteurs à peptides Molécule de classe I Fixation de peptides du soi et de peptides du non soi Niche : α1-α2 Peptides endogènes 8-10 aa (ancrage N et Cterm) aa Molécule de classe II Niche : α1-β1 Peptides exogènes Reconnaissance des complexes CMH-peptide CMH I-peptide Lymphocyte T CD8+ à fonction cytolytique Cross-Présentation CMH II-peptide Lymphocyte T CD4+ à fonction auxilliaire La nature des peptides présentés est déterminée par : - La voie d entrée de l antigène dans la CPA - La compartimentalisation intracellulaire - La nature des protéases rencontrées - La structure de l antigène - La fixation des antigènes sur les molécules du CMH

5 La Présentation Antigénique restreinte par les molécules du CMH de classe I

6 Aquisition de protéines Ubiquitination Chargement des CMH I Transport vers la surface Délivrance au RE Dégradation Vyas et al Nat. Rev 2008 IFNγ Activation mtor Micro ARN Les 6 étapes de la présentation d un Antigène par les molécules du CMH de classe I

7 Les peptides destinés à la liaison avec une molécule de CMH I proviennent préférentiellement de protéines cytosoliques néosynthétisées plutôt que de dégradation protéique. - Protéines «vieillissantes» (Goldberg 1976) - DRiPs (defective ribosomal products) (Yewdell 1996) La synthèse protéique fait 30% d erreur : Erreurs de transcription, de splicing Erreurs de traduction : Initiation inappropriée, Terminaison prématurée, non terminaison, Cadres de lecture alternatif, Mauvaise incorporation d aa, Modifications post-traductionnelles inappropriées Erreurs dans l assemblage des sous-unités et la conformation des proteines Erreurs de ciblage des protéines Arguments : Le protéasome dégrade une grande fraction des protéines nouvellement synthétisées Schubert et al Nature Des peptides provenant de régions non codantes d ARNm peuvent être présentés. Schwab et al Science 2003 Des épitopes sont produits par épissage Vigneron et al. Science 2004, Hanada et al Nature 2004 Grande réactivité de présentation de peptides indépendamment de la ½ vie des protéines

8

9 Les protéines cytosoliques sont dégradées par le protéasome 20 S kDa 4 anneaux SU α externes (vert) SU β externes (bleu et rouge) Le Protéasome se retrouve déjà chez les archaebactéries et les eucaryotes primitifs. Le protéasome d insecte est capable de produire des épitopes. Le protéasome a trois activités enzymatiques principales : - SU β1 activité Caspase like ; clivage après aa acides - SU β2 activitétrypsine like ; clivage après aa basiques - SU β5 activité Chymotrypsine like ; clivage après aa hydrophobes Le protéasome 20S s associe à des complexes régulateurs PA700 et PA28 (forme 26S active) qui ouvrent le canal pour permettre le passage de protéines. L Immunoprotéasome trois SU du protéasome remplacées et contrôlées par l IFNγ : β1i / LMP2, β5i / LMP7, β2i / MECL1) favorise la présentation antigénique restreinte par les molécules de classe I. Activité trypsine et chymotrysine like favorisée L immunoprotéasome préserve la viabilité cellulaire en situation de stress oxydatif induit par l IFNγ Bialy et al Cell 2010

10 Protéasome Constitutif Immunoprotéasome 26S T1/2 =120h 20S + PA28 T1/2 =21h + LMP2, LMP7, MECL1 Activité Trypsine favorisée peptide à Nterm + longs Le protéasome est impliqué dans la dégradation de l antigène car : - Les sous-unités LMP 2 et 7 du protéasome sont codées dans le CMH près de TAP. La délétion des SU LMP2 et 7 du protéasome affecte la présentation. (Fehling 1994 Science, Van Kaer et al 1994 Immunity) - Des inhibiteurs sélectifs du protéasome bloquent spécifiquement la présentation d antigènes classe I restreints (Rock et al 1994 Cell) Le système à Ubiquitine est impliqué dans l apprêtement d un antigène : - L augmentation de la dégradation d une protéine virale associée à de l ubiquitine favorise la formation d épitopes reconnus par des CTL.(Townsend et al 1988 J exp Med) - La présentation d OVA est diminuée à la température restrictive dans des mutants cellulaires thermosensibles pour l enzyme E1. (Michalek et al 1993 Nature) - Des protéines modifiées en Nterm pour être plus sensibles à l ubiquitination augmentent les réponses CTL. (Grant et al 1995 JI, Toberty et al 1997 J Exp Med)

11 Le Thymoprotéasome Découvert dans les cellules corticales thymiques (ctec) impliquées dans la sélection positive des T CD8+ (Murata et al 2007) β5t + β1i/lmp2+ β2i/mecl1 β5t clivage après aa hydrophiles et diminution de l activité chymot Production de peptides de faible affinité pour cl. I Souris KO β5t- sévère réduction des thymocytes CD8+ Thymoprotéasome nécessaire à la sélection positive des LT CD8+

12 Le Protéasome produit des peptides avec un C term favorable à la fixation au CMH I, mais la plupart nécessitent un redécoupage en N term. Des épitopes sont produits en l absence de protéasome.

13 Il existe d autres peptidases dans le cytosol et dans le RE qui participent à l apprêtement et à la présentation de peptides par le CMH I Protéases cytosoliques : - La Leucine Aminopeptidase (LAP) clive un AA en N term - La Bléomycine Hydrolase (BH) - La Puromycine Sensible Aminopeptidase (PSA) - La Thimet Oligoendopeptidase (TOP) détruit de nombreux - épitopes et limite ainsi la présentation de peptides - La Tripeptidyl peptidase (TPPII) qui a une activité amino- et endo-peptidase (clive après Lys) est capable de produire sans intervention du protéasome des épitopes avec des extrémités C term et N term correctes mais peut aussi re-découper des peptides produits par le protéasome. Elle est essentielle pour les longs peptides de aa. Protéases du RE : - ER Aminopeptidase 1 (ERAP1 + 2) favorise ou limite la présentation de peptides par différents allèles de CMH I. Toutes ces protéases qui modifient ou détruisent des épitopes influencent quantitativement et qualitativement le répertoire de peptides qui peut s associer aux différents allèles de CMH I La PDI (protein disulfide isomerase) régule l état d oxydoréduction de la niche à peptide des classes I et la fixation des peptides.

14 Neefjes et al Nature 2011

15 TAP transporte des peptides du cytosol au RE Translocation du peptide ATP dpt Fixation du peptide ATP indpt TAP transporte des peptides de 8-16 aa (-> 40 aa) et les sélectionne via TAP2 sur leur Cterm (hydrophobe ou basique pour TAP humain). Les résidus en Nterm affectent l affinité du peptide pour TAP.L affinité de TAP pour un épitope est proportionnelle à l efficacité de sa présentation. Déficiences en TAP associées à des Cas de BLS, une inflammation chronique des voies respiratoires et lésions nécrotiques granulomateuses de la peau, des cas d Autoimmunité, des carcinomes métastatiques qui inhibent TAP au niveau transcriptionnel et traductionnel, des infections virales ex ICP 47 de HSV, US6 de HCMV, UL49.5 de BHV qui bloquent TAP.

16 The Peptide Loading Complex Editing and recycling Golgi -> PM - BiP et la Calnexine (CNX) se fixent sur la chaine lourde (HC) des classe I - La Calréticuline (CRT) vient se fixer sur les complexes HC-β2m - ERp57 s associe de façon covalente à la Tapasine et stabilise les classe I - La Tapasine (Tpsn) s associe aux complexes HC-β2m et à TAP. Elle retient les molécules de classe I dans le RE via des vésicules Cop1, maintient la niche ouverte et favorise la fixation des peptides de haute affinité La sélection du répertoire de T CD8+ dans le thymus dépend qualitativement et quantitativement de l assemblage des classes I dans le PLC. En périphérie l efficacité de présentation est fonction des antigènes (allèles classe I + ou dépendants de la tapasine et cross-présentation).

17

18 Neefjes et al Nature 2011 On ne peut pas prédire les peptides qui seront présentés par les molécules de classe I et pourquoi certains sont immunodominants

19 L accumulation de protéines mal conformées dans le RE est régulée par la Réponse UPR (unfolded-protein-response) Dans les cellules non «RE stressées» BIP bloque les voies de signalisation via IRE1, ATF6 et PERK L accumulation de protéines mal conformées dans le RE mobilise BIP et active ces différentes voies

20 La Réponse UPR Todd et al Nat La voie IRE1 peut conduire à de l autophagie via JNK voire à de l apoptose via la caspase 12 ou via des membres de la famille BCL2 qui se lient à XBP1 IRE1 active de nombreux gènes dont la transcription des CMH II via UPRE ATF6 migre dans le Golgi et va activer via ERSE de nombreux gènes dont la transcription de BIP PERK peut causer un arrêt de la cellule en G1 et active d autres gènes via UPRE

21 Accumulation de protéines mal conformées vues comme AutoAg Libération de néo-ag ou d autoag liés à UPR Perte de Tolérance Augmentation de la voie de dégradation du RE Une dérégulation de la réponse UPR peut conduire à des MAI Todd et al Nat. 2008

22 Echappement à la présentation classe I restreinte Cytokines UL 83 JAK/STAT proteines H/MCMV E5 BVP E1A Ad12 proteasome Dégradation US11 US2 Vpu CMH I Ebna 1 Pp65 HCMV MulV Tat HIV K3 MHV Tapasine TAP peptides US6 ICP47 HSV PRV / BHV US3 E3-19K MCMV ERGIC Nef VSV UL18 UL16 UL40 UL142 Dégradation K3/K5 Nef Lysosome NK Transcription CMH II Noyau RE E6 Golgi endosomes antigene immunoévasines

23 Echappement aux voies TLR et RLR

24 Les différentes sources de peptides pour la présentation classe I restreinte

25 Cross présentation Des Ag exogènes particulaires peuvent être présentés par des molécules du CMH de classe I Observée par Bevan en 1976 Mise en évidence par Rock en 1990 que les DC (CD8+ matures) et les Macrophages peuvent cross-présenter Rôle primordial dans l immunosurveillance des tissus périphériques antivirale et anticancéreuse Les antigènes cross-présentés : Protéines (Ag-AC), protéines Hsp (Hsp 70, 90), peptides, acides nucléiques Ag matures, souvent particulaires, à durée de vie longue Intérêt pour l activation des LT CD8+ et pour la vaccination : immunité protectrice avec Ag particulaire, ciblage d Ag et thérapie cellulaire

26 3 modèles expliquant la cross-présentation : Modèle 1 TAP dept, Brefeldine A sensible Modèle 2 TAP dept, Sec 61 dept, BFA insensible Pulendran et al Nat Immunol Modèle 3 TAP dept, Sec 61 Indept, BFA insensible, primaquine sensible mais TLR4 et MyD88 Dept Burgdof et al Nat Immunol 2008 Différence dans la qualité de la présentation et de l activation T

27 Les Proteines Heat-Shock (Hsp) sont des récepteurs à peptides -10 familles de Hsp avec 1-5 représentants monoalléliques - Les Hsp (gp96, Hsp 90 et Hsp 70) sont des molécules chaperon qui sont capables de lier des épitopes antigéniques, de rentrer dans les cellules par différents récepteurs et d activer des LT. -Les complexes Hsp-peptide peuvent être présentés par des molécules de classe I. Mise en évidence d une voie protéasome et TAP dépendante pour gp96 et d une voie TAP indépendante pour Hsp70. Hsp70

28 Connexin expression in cells on the immune system Neefjes et al 2007 Les connexines constituent les jonctions Gap entre les cellules et participent à la cross présentation

29 Vyas et al Nat. Rev 2008

30 Programmed cell death ligand Survie IL12 TNF-related apoptosis-inducing ligand CTL activé par une DC non «licenciée» Mort lors de la rencontre secondaire avec l Ag L activation de T CD8+ via la crossprésentation par des DC nécessite une DC «licenciée» avec l aide de T CD4 activés ou de NK Kurts et al Nature Rev. Immunol 2010

31 La Présentation restreinte par les molécules de classe II

32 La Présentation d antigènes associés aux molécules du CMH de classe II est limitée aux CPA professionnelles Neefjes et al Nature 2011

33 Capture de l Antigène - Endocytose par phase fluide - Endocytose médiée par un récepteur (+ efficace) Ex Récepteur au mannose, aux protéines du complément, FcR, BCR,TLR -> Effet quantitatif : 1000 à X moins d Ag nécessaire Concentration dans certains compartiments intracellulaires -> Effet qualitatif : BCR, TLR favorise la présentation, FcγRIIB1 inhibe la présentation, Mannose R favorise la cross-présentation) Ciblage dans certains compartiments Si l Ag se lie à des récepteurs au Mannose il est ciblé dans un Endosome précoce stable et peut être cross-présenté par des CMHI Burgdof et al Nat Immunol 2008 Si l Ag est endocyté par pinocytose ou via des récepteurs scavenger il est ciblé aux lysosomes et est présenté par des CMHII Régulation de la maturation des phagosomes (acidification, remodelage de l actine, Activité caspase qui empêche les classes II d aller en surface dans les DCi, l ubiquitinylation des classes II) - Macropinocytose - Phagocytose Endocytose facilitée par le Ciblage de peptides sur certains récepteurs via des AC (ex AC anti DEC205 couplé à des peptides tumoraux), Fc, des récepteurs au complément ou à certaines lectines

34 Le BCR favorise la présentation via : - l endocytose des antigènes - la protection d épitopes - le ciblage des antigènes dans les MIIC Les Toll Like Receptors (TLR) influencent : - la dynamique de l acquisition de l Antigène. Un Ag couplé à du LPS (ligand TLR4) est mieux présenté que l Ag seul car favorise le chargement en peptide des molécules de classe II Blander et al Nat les réarrangements du cytosquelette d actine West et al Science la biosynthèse des molécules du CMH et l hydrolyse de Ii - la formation des tubules endo-lysosomaux qui dans les DC délivrent les complexes CMH II-p à la membrane plasmique Chow et al Nat le recrutement de TAP à la surface d endosomes précoces favorisant la cross-présentation d Ag exogènes Burdof et al Nat Immunol 2008S - la maturation des DC - l association des classes II avec CD40 et BTK

35 Dégradation des Antigènes Les protéines peuvent s agréger et former un réservoir d Ag Combinatoire d enzymes pour produire un épitope Des Cathepsines sont impliquées dans la formation d épitopes T. Leurs actions peuvent être soit redondante soit spécifique Ex 2 épitopes du HEL sont produits par la cathepsine S, un autre est indépendant des protéases à cystéines. La réductase lysosomale inductible par l IFNγ (GUILT) présente dans les MIIC intervient dans la production d épitopes issus de protéines ayant des ponts SS Les protéases influencent la sélection des épitopes Des mélanomes classe II+ sont GILTneg -> répertoire de peptides altérés -> non réponse ou Tolérance

36 Protéases et inhibiteurs de protéases régulent le transport des molécules de classe II Les différents compartiments de la voie d endocytose de ph de plus en plus acide ont des contenus en protéases variés qui doivent être régulés. Les formes p43, p45 de Ii : Elle sont exprimées à des taux qui varient avec les CPA 10% pour les B, 40% pour les DC L exon 6b présent dans les forme p43-45 code pour un domaine de 64 aa décrit comme un inhibiteur de protéase capable d inhiber la cathepsine L ou S, la papaïne. Dans la voie endocytique, p43-45 en pourrait réguler la présentation antigénique en inhibant la dégradation des antigènes sensibles aux cystéines protéases et favoriser la présentation d antigènes trop rapidement dégradés La cystatine C : Inhibiteur de la cathepsine S impliquée dans la dégradation de Ii Son expression est régulée quantitativement et qualitativement dans les DC DC Immature : expression x3 de cystatine C, localisée dans les LE -> cathepsine S inhibée DC Mature : cystatine C en plus faible quantité, localisée dans le Golgi -> cathepsine S active -> Ii dégradée -> présentation antigénique favorisée

37 La nature des protéases varie en fonction : - des différents compartiments de la voie de l endocytose - de la CPA et de son état de maturation Dans les macrophages la cathepsine Z est la première à rentrer dans le phagosome, les cat L et S sont retrouvées dans les LE et la cat B est active dans tous les compartiments de la voie de l endocytose Dans les DC matures, la libération des protéases est moins rapide et donc réduit la destruction de déterminants antigéniques sensibles. Les modifications post-traductionnelles altèrent le répertoire de peptides accessibles aux LT CD4+ ou CD8+ et peut influencer l apprêtement des protéines

38 L ubiquitination des molécules du CMH contrôle la présentation dans les Cellules Dendritiques CMH II DC Immature CMH II intracellulaire Endocytose importante Peu de présentation Surveillance des tissus Ubiquitination des CMH II Compartiments de dégradation Ubiquitination des CMH II DC mature CMH II en surface (Induction de la synthèse des classe II et diminution de leur dégradation) Endocytose faible Migration dans les tissus lymphoïdes Présentation Agique optimale Présentation antigénique réprimée Présentation antigénique activée L ubiquitine ligase MARCH I, ciblant les molécules de CMH II et de co-stimulation, est réprimée pendant la maturation des cellules dendritiques afin de permettre une présentation antigénique efficace. De Gassart, et al. PNAS 2008

39 Cellules dendritiques immatures Silencing MARCH I Endosomes tardifs CMH II Endosomes precoces CMH II est DÉGRADÉ dans les compartiments endocytiques tardifs Les protéines MARCH sont-elles dérégulées dans les cellules dendritiques présentant les antigènes tumoraux? CMH II est STABILISÉ et DÉROUTÉ vers les endosomes précoces et la membrane plasmique

40 Différentes molécules chaperon stabilisent les molécules de classe II dans le RE Les dimères αβ des molécules de classe II s associent transitoirement avec la Calnexine, GRP94, ERP72 et BIP. BIP et la Calnexine restent associés avec les chaînes αβ et Ii jusqu à la formation de complexes nonamériques (αβ) 3 Ii 3 correctement repliés La chaîne invariante (Ii) (variants p33 p35) - Protéine chaperon pour les molécules du CMH de classe II - Elle retient transitoirement les classe II dans le RE - Elle protège leur sillon d une association avec des peptides endogènes dans le RE - Elle adresse les molécules de classe II dans la voie endocytique où elle sera dégradée

41 Dégradation de Ii : AEP : asparginyl endopeptidase Des inhibiteurs de la Cathepsine S sont développés pour le traitement de maladies autoimmunes. ((Vasiljeva et al 2007) Les antigènes sont aussi dégradés par les cathepsines B, S, L + AEP Une protéase peut produire un épitope ou le détruire. Ex : AEP contrôle la production d un épitope de TTCF dans les B et empêche la présentation de MBP dans les APCs thymiques.

42 CLIP se lie à n importe quel allèle de molécule de classe II mais avec des affinités différentes

43 Sélection des peptides de haute affinité grâce à HLA- DM ou H2-M ESCRT: Endosomal Sorting Complex Required for Transport machinery - Molécule de classe II non classique peu polymorphe avec une niche très fermée localisée dans la voie endosomale. Elle interagit avec les classes II sur les vésicules internes des MIIC (Zwart 2005) - Elle a un rôle de molécule chaperon - Elle catalyse l échange entre CLIP et un peptide antigénique - Elle sélectionne les peptides immunodominants ayant une haute affinité pour les classes II basé sur leur stabilité et leur conformation - Les tétraspanines forment un réseau d interaction entre DM et Classe II En condition inflammatoire il existe une présentation DM indépendante La présentation de conformers aux LT pourraient être importants pour les maladies autoimmunes

44 H2-O ou HLA-DO - Molécule de classe II non classique peu polymorphe associée à H2-M ou HLA-DM - Expression restreinte aux Lymphocytes B, DC et aux mtec - H2-O est un senseur de ph. Régulateur négatif de l échange de peptides catalysé par H2-M en limitant l intervalle de ph dans lequel la molécule DM est active (DO dégradé dans les MIIC) et en la concentrant dans les compartiments où sont internalisés les antigènes via le BCR - H2-O contrôle l activation B et leur entrée dans les centres germinatifs Draghi et al PNAS Important pour les processus de Tolérance Denzin et al J. Clin. Invest

45 Les compartiments de chargement en peptides MIIC MIIC compartiment hétérogène Exosomes utilisés comme vecteurs en thérapie anti-tumorale

46 Les MVB sont les compartiments de chargement des molécules de classe II en peptide. Ces complexes rejoignent la surface soit par : - fusion directe des MVB avec la membrane plasmique. Favorisé par l activation de TLR. Complexe d exocytose (743 kda) sec3,5,6,8,10,15, exo 70,84 (Hsu et al Int rev Cytol 2004) Les vésicules internes sont excrétées sous forme d exosomes. - formation de tubules entre la membrane du MVB et les vésicules internes dans les DC matures. Des vésicules dérivées de l extrémité de ces tubules emmènent les classe II à la surface cellulaire au niveau de l interface entre la CPA et le lymphocyte T. Les tubules sont induits par l Ag et nécessitent la maturation des DC par des ligands TLR. Ils contrôlent et polarisent la synapse Le transport es t contrôlé par des facteurs tels que le cholestérol, le ph, des kinases et des GTPases. DC Intervention de Rab7 et RILP impliqués dans l engagement des moteurs moléculaires. (Rocha et Neefjes 2008) Vyas et al JI 2007

47 Exosomes Petites vésicules intraluminales provenant de MVB et libérées après fusion avec la membrane plasmique. Elles sont utilisées pour éliminer des protéines obsolètes. Produits par différents types cellulaires : LT, LB, DC, cellules tumorales, cellules épithéliales intestinales, neurones. Composition : enrichis en CMH I et II, chaperones, rab, enzymes, integrines, molécules d adhésion, protéines du cytosquelette et des rafts, tetraspanines. Immunostimulants : activation de T CD4+ (Raposo 1996) avec des exosomes purifiés de LB, utilisation d exosomes de DC (DEX) en thérapie anticancéreuse (Zitvogel 1998) DEX utilisés en immunothérapie anticancéreuse : conditions optimales pour le chargement en peptides, étude de l immunogénicité : activation de T CD4 + et de T CD8+, utilisation de ligands de TLR3 et 9 ou de LPS pour faire maturer les DC ou de cyclophosphamide pour inhiber les Treg, test de MFG-E8 pour cibler les exosomes sur les DC humaines de l hôte. Utilisation d exosomes purifiés à partir de cellules tumorales (TEX) comme source Agique pour activer via des DC matures des CTL. Attention les TEX peuvent avoir un effet inhibiteur sur les NK et LT Essais cliniques : à Curie test de DEX + MAGE 3 en phase III/IV sur des patients atteints de mélanome Essai en phase I sur des patients atteints de cancer du poumon (NSCLC) à métastase.

48 Essais cliniques En utilisant des exosomes de DC En utilisant des exosomes de tumeurs

49 Essais de Manipulation de la voie de présentation Classe II restreinte Targeting to endocytyc or autophagic receptors Amines Antiproteases Altered peptide ligands Targeting and processing Use of noble metals to displace peptides on class II molecules Chamuleau 2006 Neefjes Cur. Op. Immunol 2011

50 Différentes stratégies utilisées par les pathogènes pour échapper à la présentation antigénique

51 Des peptides endogènes accèdent aux endosomes pour être présentés par les CMH II Vyas et al Nat. Rev 2008

52 Les molécules du CMH de classe II peuvent aussi présenter des antigènes d origine cytosolique CROSS-PRESENTATION Dans les LB 20% des Ag proviendraient de sources intracellulaires L Autophagie est une voie de dégradation qui délivre des constituants cytosoliques dans les lysosomes Plusieurs voies : Macroautophagie (3) : formation d une vésicule de 0,5-1,5 mm qui englobe du matériel cytosolique et fusionne avec les lysosomes et les LE -> compartiment multi vésiculaire et multi lamellaire (MIIC) - Autophagie médiée par des protéines chaperons (2) : translocation de protéines cytosoliques via le transporteur Lamp 2a assisté de Hsc 70 Protéines ciblées pour la présentation classe II restreinte : - les protéines à durée de vie longue - les protéines qui échappent au protéasome - les agrégats protéiques (maladies neurodégénératives) L autophagie peut être déclenchée par : - Privation - IFN I et II (inhibition par des cytokines Th2: IL4et IL13), - des ligands de TLR - surexpression de protéines Rôles dans : -> l immuno-surveillance contre les pathogènes intracellulaires (échappement de Shigella, Listeria ) -> la sélection thymique (cellules corticales sélection +) -> l initiation et le maintien de la réponse immune dans les tissus enflammés

53 L autophagie favorise la présentation antigénique classe II restreinte L autophagie favorise la maturation des phagosomes et la maturation des DC La macroautophagie est constitutive dans les DC (Schmid et al immunity 2007) et induite par TLR4 et 7 ou des cytokines dans les macrophages Des ligands de TLR ex ssrna, favorisent le recrutement de beclin 1 sur le phagosome et LC3. Mécanisme dépendant de ATG5 et 7. L autophagie permet la délivrance de Ligands de TLR dans les endosomes et donc leur présentation antigénique. Chez des patients atteints de maladie de Crohn, la déficience en NOD2 induit une réduction de l autophagie et une persistance bactérienne Cooney et al Nature Med L autophagie dans les mtec est impliquée dans la sélection positive et négative des LT. EBNA 1 effecteur du virus Epstein Barr peut bloquer les mécanismes d autophagie. ICP34.8 du virus Herpès s. 1 interagit avec beclin 1, icsb de Shigella f. compète avec ATG5 L autophagie favorise la présentation antigénique classe I restreinte Elle permet de dégrader des protéines cytosoliques ubiquitinylées, les protéines contenues dans les agrésomes (DALIS), les peptides présentées par H2M3. Autophagie dépendante de ATG5 et 7. Les peptides qui s échappent des Autophagosomes sont présentés par des molécules de classe I par une voie TAP dept. Ciblage des antigènes dans les autophagosomes

54 Spécificité de présentation dans différentes CPA Lymphocytes B : - utilisation du BCR pour capturer et concentrer les Ag dans les MIIC. - Expression de DO (B mature naif > B act) qui contrôle l échange de peptide par DM, limite la fonction de DM aux MIIC et favorise la présentation par les B act. Macrophages : La phagocytose lyse antimicrobienne + production de médiateurs inflammatoires. Les macrophages doivent être activés par IFNγ ou GMCSF Nombreuses protéases en + des cat B et S : cat Z, F, L, K, H Différents compartiments de chargement en peptide : le phagosome, MIIC, des compartiments de recyclage après phagocytose. (LE après micropinocytose) Beaucoup de peptides présentés par CMH II proviennent du Cytosol par autophagie. Une exposition prolongée de PAMP peut diminuer la présentation par les macrophages ex : lipoprot. de mycobact et TLR 2. Cellules dendritiques : -DC Imm. CMH II dans les LE (MVB, MIIC) VATPAse et NOX2 pas efficacement recruté et assemblé. -DC Mat CMH II transférés dans la membrane externe des MVB riche en DM. Réorganisation des MVB en tubules qui se dirigent vers la membrane plasmique et pointent vers l interface DC/T Redistribution des CMH II mais aussi des cathepsines B, S, L, H vers les LE et activation de la pompe à protons pour favoriser l activité des protéases Capacité d activer les T naifs Immature DCs monitor tissues for pathogens Upon microbial stimuli DCs mature and present antigen

55 Réduction de l activité protéasique pour favoriser la présentation antigénique (Vyas 2007) La neutralisation des phagosomes dans les DCm implique la NADPH oxydase, gp91 et l ATPase vacuolaire. Recrutement différentiel entre différents phagosomes et différentes sous populations de DC Dans les DC immatures la vatpase n est pas correctement assemblée-> protéolyse faible favorisant la cross-présentation. Dans les DC matures la vatpase est active et les phagosomes sont plus acides. La présentation classe II est favorisée dans des compartiments acides ATPase NADPH La cross-présentation classe I est favorisée dans des compartiments neutres ATPase NADPH L IFNγ active NOX2 et la NADPH oxydase ce qui favorise donc la cross-présentation

56 Etude des DC - Obtention de DC in vitro à partir de précurseurs de la MO Inaba et al J. Exp Med Déplétion inductible de DC exprimant le récepteur à la toxine diphtérique sous le contrôle du promoteur CD11c in vivo Jung et al Immunity 2002 Les DC sont une population hétérogène Purification de différentes sous populations et test de présentation ex vivo Coopération entre les DC résidentes qui captureraient les LT dans les ganglions et les DC migratrices qui activeraient les LT Allenspach et al 2008 immunity

57 Il existe différents sous-types de DC dans les organes lymphoïdes secondaires : - DC conventionnelles (cdc) CD11c++ - DC résidentes (les seules présentes dans la rate) CD8α-DC CD8α+DC - DC migratrices (se développent dans les tissus périphériques et migrent dans les LN même en absence de stimuli inflammatoires (Wilson et al Immunol cell Biol. 2008) Cellules de Langerhans LC DC Epithéliales Pulmonaires CD103+ CD11b- CD103- CD11b+ DC Dermiques CD103+ CD11b-langerin+ CD103- CD11b+langerin- - DC plasmacytoïdes (pdc) CD11c+B220+ secrètent de grandes quantité d IFNγ en réponse à une infection. Différentes sous-populations de pdc basées sur l expression de RAG1 et CCR9 - DC inflammatoires Ly6C + dérivées de monocytes

58 Fonctions des cdc résidentes Les DC CD8α+ ont été longtemps les seules DC capables de cross présentation Dudziak et al Science 2007, Schnorrer et al PNAS 2006 dans de nombreux modèles d infection virales Belz et al J Immunol 2005, Allan et al Science 2006 ou parasitaire Lundie et al PNAS 2008, ou partagent la cross présentation avec les DC migratrices CD11ben cas d infection virale pulmonaire Geurts van Kessel et al J. Exp Med 2008 Les souris Batf3 déficientes en DC CD8α+ ont démontré le rôle essentiel de ces DC in vivo dans la cross présentation d antigènes viraux et tumoraux Hildner et al Science 2008 Les DC CD8a+ sont aussi capables de présenter des antigènes exogènes via les molécules du CMH de classe II à des LT CD4+ Mount et al PLoSONE 2008 Les DC CD8α- peuvent seulement présenter des antigènes à des LT CD4+ (infection intraveineuse par le virus de l influenza Mount et al PLoSONE 2008, infection cutanée par Leishmania major lezzi et al J. Immunol. 2006). Après injection intranasale du virus de la grippe les DC CD8α- ne semblent pas impliquées dans la présentation antigénique car n auraient pas accès à l Ag GeurtsvanKessel et al J. Exp Med 2008.

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr 1 Cellules Présentatrices d Antigène (CPA) Cellules dendritiques Monocytes / Macrophages Lymphocytes

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Immunologie de la grossesse

Immunologie de la grossesse Immunologie de la grossesse LI UE8S : Unité fœtoplacentaire Dr ANDRÉ Gwenaëlle 1 Introduction Immunité Ensemble des mécanismes permettant Reconnaître et tolérer «le soi» Reconnaître et rejeter «le non

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Activation et polarisation des lymphocytes T A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Immunité acquise La réponse innée reconnaît des structures conservées entre

Plus en détail

LB régulateurs. M1 14/11/2013 Thomas Guerrier

LB régulateurs. M1 14/11/2013 Thomas Guerrier LB régulateurs M1 14/11/2013 Thomas Guerrier LB : population hétérogène Foie fœtal et moelle osseuse B1 Plasmocytes Moelle osseuse T2-MZP LB de la zone marginale Périphérie Cellules souches LB immatures

Plus en détail

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011 LA REPONSE ALLOGENIQUE C. René -2011 Les Lois de la transplantation Rôle des lymphocytes T Transfert de l immunité par les cellules T Infiltrat de cellules mononuclées disposé en manchons péri-vasculaire:

Plus en détail

LE SYSTEME ENDOMEMBRANAIRE (S.E.) Réticulum endoplasmique, Appareil de Golgi, Endosomes, Lysosomes

LE SYSTEME ENDOMEMBRANAIRE (S.E.) Réticulum endoplasmique, Appareil de Golgi, Endosomes, Lysosomes LE SYSTEME ENDOMEMBRANAIRE (S.E.) Réticulum endoplasmique, Appareil de Golgi, Endosomes, Lysosomes L. NICOD - UFR SMP Université de Franche-Comté -Système endomembranaire- PACES 2012-13 / S1 : UE2 Plan

Plus en détail

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T.

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Marcelo de Carvalho, Olivier Adotévi, Valérie Frenkel, Gilles Thibault, Richard Le Naour I-Introduction... 2 II-Activation des lymphocytes

Plus en détail

Immunité des tumeurs

Immunité des tumeurs Cours de Mme Wachsmann By Sovietik Immunité des tumeurs Cancers des cellules épithéliales (endoderme, ectoderme) : carcinome Cancers du tissus mésenchymateux (fibroblastes, cellules musculaires et adipeuses)

Plus en détail

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 1 Vendredi 25 janvier 2008 : Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 2 Immunité et exposition aux rayonnements ionisants Professeur Michel

Plus en détail

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes 1. Origine des lymphocytes - les lymphocytes proviennent d'une cellule souche hématopoïétique multipotentielle (= totipotente)

Plus en détail

Coline Plé IPL. Les Immunoglobulines de type E (IgE) Classes d Immunoglobulines. Structure de l IgE (1) Structure de l IgE : Fragments Fab et Fc (2)

Coline Plé IPL. Les Immunoglobulines de type E (IgE) Classes d Immunoglobulines. Structure de l IgE (1) Structure de l IgE : Fragments Fab et Fc (2) Les Immunoglobulines de type E (IgE) Classes d Immunoglobulines 1. Structure 2. Synthèse 3. Récepteurs 4. Fonctions Division des Immunoglobulines en 5 classes en fonction de leurs propriétés structurales

Plus en détail

Le peptide signal est éliminé de la plupart des protéines solubles après la translocation

Le peptide signal est éliminé de la plupart des protéines solubles après la translocation Le peptide signal est éliminé de la plupart des protéines solubles après la translocation Quand l extrémité Ct de la protéine a traversé la membrane, le peptide signal est éliminé par coupure par une signal

Plus en détail

Différenciation lymphocytaire T & B. Différenciation lymphocytaire T & B. Théorie de la sélection clonale (1) Différenciation lymphocytaire T & B

Différenciation lymphocytaire T & B. Différenciation lymphocytaire T & B. Théorie de la sélection clonale (1) Différenciation lymphocytaire T & B DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie Différenciation lymphocytaire T & B CM5.1 Différenciation lymphocytaire T & B Adrien Six (adrien.six@upmc.fr) Phnom Penh Université Pierre et Marie Curie

Plus en détail

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer)

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Article; IL-6 and Stat3 Are Required for Survival of Intestinal Epithelial Cells and Development of Colitis-Associated Cancer Le cancer

Plus en détail

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T Frédéric VELY frederic.vely@ap-hm.fr MCU-PH Laboratoire d Immunologie - Hôpital de la Conception Lab of NK cells and Innate Immunity - Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Les bases de la transduction

Plus en détail

Immunologie Travaux dirigés

Immunologie Travaux dirigés Université Mohammed V-Agdal - Rabat Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 6 Module : Biochimie et Immunologie Élément : Immunologie Immunologie Travaux dirigés 1- De l Immunité innée à l immunité adaptative

Plus en détail

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ Les mécanismes de reconnaissance et d élimination des molécules du non soi font intervenir un système diffus d organes, de tissus, de cellules et de molécules qui

Plus en détail

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Les cytokines et leurs récepteurs Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Les cytokines et leurs récepteurs 2 mécanismes principaux d interactions cellulaires : - contact membranaire

Plus en détail

La leucémie lymphoïde chronique (LLC)

La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La plus fréquente des hémopathies : 3 nouveaux cas / 100000 habitants / an Pas de facteur favorisant connu Adultes âgés (>65 ans), sexratio = 2/1 Accumulation de lymphocytes

Plus en détail

Les anti-lymphocytes B. Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Hôpital Cochin 4 juillet 2014

Les anti-lymphocytes B. Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Hôpital Cochin 4 juillet 2014 Les anti-lymphocytes B Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Hôpital Cochin 4 juillet 2014 Rôle pathogène des lymphocytes B au cours des maladies auto-immunes Production d'auto-anticorps et/ou formation

Plus en détail

Immunité et grossesse

Immunité et grossesse MODULE de MAIEUTIQUE Unité foetoplacentaire (Coordonateur Pr Janky) Immunité et grossesse Dr. Nadia Prisant 1 Points essentiels : Le système immunitaire, à travers ses deux principales composantes, l immunité

Plus en détail

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Généralités En introduction aux interventions de : M. Pasquet : vaccinations (enfant) et TTT par Ig P. Massip : vaccinations (adulte)

Plus en détail

TRANSDUCTION DU SIGNAL DES RECEPTEURS T ET B

TRANSDUCTION DU SIGNAL DES RECEPTEURS T ET B M1 immuno 11/12/07 RT : Sauvet gabriella TRANSDUCTION DU SIGNAL DES RECEPTEURS T ET B 1- Stimulation des lymphocytes par l antigène 2- Plusieurs protéines membranaires «aident» le récepteur de l antigène

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

A) Domaines et prényls de protéines RAS (super-famille)

A) Domaines et prényls de protéines RAS (super-famille) CHAPITRE 2 : PROTÉINES G MONOMÉRIQUES Ce sont des intégrateurs moléculaires des voies de signalisation, des «commutateurs multipositions». Elles sont constituées d une sous-unité α, existent chez les eucaryotes

Plus en détail

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques UE7 Cours n 9 C. LAMAZE 24.11.11 Elise GODEAU (partie1) Guillaume MERGENTHALER (partie2) Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques SOMMAIRE : I. L endocytose à récepteurs : la voie des clathrines

Plus en détail

Donnou S. caractérisation des cellules microgliales adultes et de leur potentiel en immunotherapie des tumeurs cerebrales TEL-00341604

Donnou S. caractérisation des cellules microgliales adultes et de leur potentiel en immunotherapie des tumeurs cerebrales TEL-00341604 Vaisseaux méningés Sinus veineux Os crânien Dure-mère Espace Périvasculaire Cortex cérébral ventricules Substance blanche Flux de LCR Villosités arachnoïdes Sinus veineux Plexus choroïdes Substance grise

Plus en détail

Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Coopération cellulaire et réponses effectrices Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Activation des lymphocytes T DC immature capture de l Ag dans les tissus cellule T activée

Plus en détail

Comment les virus usurpent les voies de transport cellulaires?

Comment les virus usurpent les voies de transport cellulaires? Comment les virus usurpent les voies de transport cellulaires? Fabienne Rayne Laboratoire Microbiologie Fondamentale et Pathogénicité UMR5234 7 novembre 2013 Cours non exhaustif Quelques exemples pour

Plus en détail

Techniques d études des réponses immunitaires

Techniques d études des réponses immunitaires Techniques d études des réponses immunitaires I. Principes (d après Hernandes-Fuentes M. P. et al. (2003) J. Immunol. Methods 196:247 ; éléments du polycopié de TP : The 2 nd PSU International Teaching

Plus en détail

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 (D après Carpino, N., et al. (2004) Immunity 20:37) Exercice I (noté sur 14 points) Les lymphocytes T jouent un rôle central dans la reconnaissance

Plus en détail

Edgardo D. CAROSELLA TRAVAUX SCIENTIFIQUES

Edgardo D. CAROSELLA TRAVAUX SCIENTIFIQUES Edgardo D. CAROSELLA TRAVAUX SCIENTIFIQUES Depuis 1976, E.D. CAROSELLA (EDC) s'est appliqué à l'étude des molécules HLA et plus particulièrement sur leur rôle dans l'immunité cellulaire et la transplantation.

Plus en détail

Impact des biothérapies sur l'immunité anti-infectieuse

Impact des biothérapies sur l'immunité anti-infectieuse Impact des biothérapies sur l'immunité anti-infectieuse XXII ème JRPI 13 10 2015 Pr M. Labalette Biothérapies Déficit immunitaire secondaire Susceptibilité aux infections (1 er effet secondaire des biothérapies)

Plus en détail

CORRECTION. 1. Rédigez un résumé de l'article en employant moins de 300 mots (indiquez le nombre de mots entre parenthèses à la fin).

CORRECTION. 1. Rédigez un résumé de l'article en employant moins de 300 mots (indiquez le nombre de mots entre parenthèses à la fin). CORRECTION 1. Rédigez un résumé de l'article en employant moins de 300 mots (indiquez le nombre de mots entre parenthèses à la fin). Cf l article 2. Représentez sous forme d'un schéma le trafic cellulaire

Plus en détail

Éviter une réponse inappropriée

Éviter une réponse inappropriée Une réponse immunitaire "efficace" Quelques rappels : Mécanismes de protection Implication du système immunitaire dans l homéostasie de l organisme Élimination de cellules en apoptose Relations potentielles

Plus en détail

Origine, différenciation et répertoire lymphocytaire T

Origine, différenciation et répertoire lymphocytaire T Origine, différenciation et répertoire lymphocytaire T Guy Gorochov, Jean Daniel Lelièvre, Gilles Thibault, Antoine Toubert I-Introduction... 2 II-Le récepteur T pour l antigène (T-cell receptor ou TCR)...

Plus en détail

Le rejet aigu cellulaire

Le rejet aigu cellulaire Le rejet aigu cellulaire CUEN: 3/12/2013 Philippe Grimbert Plan Les antigènes de transplantation Le mécanisme du rejet L incidence et les outils du diagnostique Le traitement 1 Rejet aigu cellulaire Représente

Plus en détail

Sommaire. Concepts de base en immunologie

Sommaire. Concepts de base en immunologie xi Sommaire Partie I Concepts de base en immunologie Chapitre 1 Les concepts de base en immunologie 1 Chapitre 2 L immunité innée 39 Partie II Chapitre 1 La reconnaissance des antigènes La reconnaissance

Plus en détail

Véronique Catros-Quemener, Françoise Bouet et Noëlle Genetet

Véronique Catros-Quemener, Françoise Bouet et Noëlle Genetet Article «Immunité anti-tumorale et thérapies cellulaires du cancer» Véronique Catros-Quemener, Françoise Bouet et Noëlle Genetet M/S : médecine sciences, vol. 19, n 1, 2003, p. 43-53. Pour citer cet article,

Plus en détail

Le système du Complément

Le système du Complément Le système du Complément Marie-Agnès Dragon-Durey, Jean Yves Cesbron, Alain Chevailler, Christian Drouet, Béatrice Uring-Lambert I-Introduction... 2 II-Les voies d activation du Complément... 2 II-1.La

Plus en détail

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T M. Butte et al Immunity 2007 DOI 10.1016 PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T 1 Généralités L'activation du lymphocyte est due à

Plus en détail

Le complexe majeur d histocompatibilité humain (HLA).

Le complexe majeur d histocompatibilité humain (HLA). Le complexe majeur d histocompatibilité humain (HLA). Polymorphisme et présentation des antigènes aux lymphocytes T. Myriam Labalette, Siamak Bahram, Marie Christine Béné I.Introduction... 2 II-Le complexe

Plus en détail

28 Complément et inflammation

28 Complément et inflammation 28 Complément et inflammation Introduction Le complément est un système de protéines sériques qui comporte une trentaine de constituants, solubles et membranaires. Il est impliqué dans la réponse innée

Plus en détail

Lignée lymphocytaire

Lignée lymphocytaire Lignée lymphocytaire I-INTRODUCTION : LES LYMPHOCYTES: Support cellulaire de la défense immunitaire spécifique 25 40 % des globules blancs dans le sang périphérique Moins de 20 % dans le myélogramme. 3

Plus en détail

Les voies de co-stimulation

Les voies de co-stimulation 8 ème Journée Scientifique du CRI Les voies de co-stimulation Jean Sibilia Rhumatologie, CHU de Strasbourg Centre national de référence "Maladies auto-immunes systémiques rares" Le dialogue intercellulaire

Plus en détail

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk actif Différentes Cdk peuvent s associer avec différentes Cyclines Cdk active: tyrosine et thréonine Kinase (phosphoryle

Plus en détail

Examen d immunologie PCEM2 13 janvier 2011

Examen d immunologie PCEM2 13 janvier 2011 Examen d immunologie PCEM2 13 janvier 2011 1 e partie : QCM 1- Un antigène : A- peut jouer un rôle dans la tolérance centrale s il s agit d un allo-antigène B- peut jouer un rôle dans la tolérance centrale

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

Isorce Nathalie Baier Céline. M1 BE 2008 M. Naquet M. Galland

Isorce Nathalie Baier Céline. M1 BE 2008 M. Naquet M. Galland Isorce Nathalie Baier Céline M1 BE 2008 M. Naquet M. Galland Introduction : Voie NF κb Dérégulation : cancers Rôle de NF κb et de l inflammation dans : les différentes étapes de la tumeur du colon Conclusion

Plus en détail

Immunité et Vieillissement

Immunité et Vieillissement Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi Institut de Génétique Humaine CNRS UPR1142, Montpellier «Lentivirus et Transfert de Gènes» Directeur d'équipe : Pr. Pierre Corbeau IMMUNOSENESCENCE Détérioration

Plus en détail

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE TOUT D ABORD UN PETIT HISTORIQUE 1910: Peyton ROUS découvre le virus qui porte son nom 1976: les oncogènes de certains virus ont une contrepartie cellulaire

Plus en détail

LA PRESENTATION DE L ANTIGENE AUX CELLULES T

LA PRESENTATION DE L ANTIGENE AUX CELLULES T LA PRESENTATION DE L ANTIGENE AUX CELLULES T d'après le cours de Claude LECLERC I- PRESENTATION DE L'ANTIGENE AUX CELLULES T CD4+ PAR LES ANTIGENES DU CMH DE CLASSE II A - Introduction L'activation des

Plus en détail

Immunité adaptative : la mémoire immunitaire

Immunité adaptative : la mémoire immunitaire Immunité adaptative : la mémoire immunitaire Guislaine Carcelain, Myriam Labalette, Mirjana Radosavljevic I-Introduction... 2 II-Caractéristiques d'une réponse-mémoire ou secondaire... 2 III-La mémoire

Plus en détail

Immunité anti-tumorale: Les avancées récentes en recherche

Immunité anti-tumorale: Les avancées récentes en recherche Immunité anti-tumorale: Les avancées récentes en recherche Nadège Bercovici nadege.bercovici@inserm.fr 1 Réponse immunitaire et cancer : un paradoxe? Tolérance des lymphocytes dans les tumeurs Activer

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine 2012 Explorations des réponses Immunitaires L3 Médecine Rappel sur les réponses Immunitaires DIFFERENTS TYPES DE REPONSES IMMUNITAIRES Naturelle = innée Adaptative Non spécifique Spécifique Immédiate Barrière

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans la prise

Place des anticorps monoclonaux dans la prise Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des hémopathies malignes Bases fondamentales et mécanismes d action des anticorps monoclonaux Aliénor Xhaard Association des Internes en Hématologie

Plus en détail

F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison

F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison Après-Midi Rhumato, février 2014, CHU JRB Antananarivo Maladies inflammatoires : désordres inflammatoires

Plus en détail

TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T

TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T 14/10/2013 MARIANI Natacha L2 TSSIBG G. Pommier 8 pages TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T Immunoglobulines (Ig/AC) Récepteurs pour l'antigène des lymphocytes

Plus en détail

Immunité et cancer DFGSM3 2012 2013. Pr Michel Abbal Pr Henri Roche

Immunité et cancer DFGSM3 2012 2013. Pr Michel Abbal Pr Henri Roche Immunité et cancer DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Pr Henri Roche historique Fin du XVIIIème siècle Célèbre approche thérapeutique de William Coley (1862-1936) qui en 1891 fait une première tentative

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

SIGNALISATION DES RECEPTEURS A ITAM ET ITIM

SIGNALISATION DES RECEPTEURS A ITAM ET ITIM Cours d Immunologie Ronéo-Typeur : Anne-Laure Hermann Mardi 4 décembre 17h-19h Sylvain Latour SIGNALISATION DES RECEPTEURS A ITAM ET ITIM SIGNALISATION DES RECEPTEURS A ITAM I)Généralités A.Localisation

Plus en détail

BICH 4943 Thèmes choisis APOPTOSE. Aspects moléculaires et cellulaires. Généralités. 2008 Apoptose Diapo 1

BICH 4943 Thèmes choisis APOPTOSE. Aspects moléculaires et cellulaires. Généralités. 2008 Apoptose Diapo 1 BICH 4943 Thèmes choisis APOPTOSE Aspects moléculaires et cellulaires Généralités 2008 Apoptose Diapo 1 1 Importance physiologique Développement Formation des membres Neurones du systèmes nerveux Contrôle

Plus en détail

Maturation des Cellules T et des Cellules B

Maturation des Cellules T et des Cellules B Maturation des Cellules T et des Cellules B 1- Développement lymphocytaire (T & B) 2-Maturation thymique des Cellules T 3-Maturation des Cellules B dans la moelle osseuse (MO) 1-Le développement lymphocytaire

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma.

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma. Bio II - Ex. IV Question 1 : Lors d une réponse inflammatoire (ex. blessure de la peau avec une aiguille souillée par des bactéries), A) préciser les rôles respectifs des neutrophiles, des mastocytes,

Plus en détail

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2 Le complément I_ Généralités A. Découverte Les anticorps ont été découverts en 1890. La fixation d'anticorps ne suffit pas à détruire l'antigène. Pfeiffer et Bordet ont démontré qu'un système complémentaire

Plus en détail

Résumé. Delphine Théard

Résumé. Delphine Théard Delphine Théard Département de Biologie Cellulaire, section Biologie Cellulaire des Membranes, Centre Medical Universitaire de Groningue, Université de Groningue, 9713 AV Groningue, Pays-Bas - 135 - Résumé

Plus en détail

Phase d activation et phase effectrice d un lymphocyte T

Phase d activation et phase effectrice d un lymphocyte T Phase d activation et phase effectrice d un lymphocyte T SUPERFAMILLE DU TNF ET DU RECEPTEUR AU TNF TACI BCMA CD27 EDAR XEDAR Fas DR4 DR5 DcR1 DcR2 OX40 AITR HveA CD40 4-1BB TNFR2 DR3 TNFR1 LTBR RANK DcR3

Plus en détail

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021 Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges Membre enseignant chercheur EA 4021 Rhumatisme inflammatoire chronique Prévalence des SA ies en Europe = 1 à 2% Age moy : 26 ans, ratio homme/femme:

Plus en détail

Cytokines et Polarisation des lymphocytes T

Cytokines et Polarisation des lymphocytes T Mardi, le 13 Décembre 2011 Professeur : Dr. Eric TAROUR RT : Khadijah KHERALLAH RL :Oualid LOUMI Cytokines et Polarisation des lymphocytes T Plan du cours : I) LES CYTOKINES a) Historique et classification...page

Plus en détail

Vieillissement Immunitaire

Vieillissement Immunitaire Vieillissement Immunitaire Dr Florent Guerville Service de Gérontologie Clinique Service de Néphrologie CHU de Bordeaux CNRS UMR 5164 «Composantes Innées de Réponse Immunitaire et Différenciation» 19 mars

Plus en détail

Chapitre II L immunité adaptative

Chapitre II L immunité adaptative Chapitre II L immunité adaptative 1 -I -La réponse adaptative humorale 1) Exemple du virus de la grippe 2 2) Les caractéristiques de cette réponse 3 Conclusion L immunité adaptative n est pas immédiate

Plus en détail

Immunothérapies anti-tumorales

Immunothérapies anti-tumorales Lymphocytes T innés Immunothérapies anti-tumorales ciblant les lymphocytes T Vγ9Vδ2 humains Emmanuel Scotet Equipe 1 / Modalités d ac3va3on et Fonc3ons des lymphocytes T γδ humains Dir. M. Bonneville -

Plus en détail

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Jean Daniel Lelièvre, Yves Lévy, Pierre Miossec I-Introduction... 2 II-Les interférons... 2 II-1.L interféron... 3 II-1-a.

Plus en détail

Le Vieillissement du Système Immunitaire

Le Vieillissement du Système Immunitaire Le Vieillissement du Système Immunitaire Dr Guislaine Carcelain Immunologie Cellulaire et Tissulaire Hôpital Pitié-Salpêtrière I ère Partie: Le Système Immunitaire 1 La Réponse Immune Non soi Substances

Plus en détail

La sclérose en plaques

La sclérose en plaques LT Mφ La sclérose en plaques une maladie auto-immune? LT Système immunitaire Mφ Facteurs génétiques étiques SEP Facteurs environnementaux nementaux Données épidémiologiques 60.000 patients en France Sujets

Plus en détail

Système Immunitaire. Immunologie Cellulaire et Tissulaire Hôpital Pitié-Salpêtrière

Système Immunitaire. Immunologie Cellulaire et Tissulaire Hôpital Pitié-Salpêtrière Le Vieillissement du Système Immunitaire Dr Guislaine Carcelain Dr Guislaine Carcelain Immunologie Cellulaire et Tissulaire Hôpital Pitié-Salpêtrière I ère Partie: Le Système Immunitaire La Réponse Immune

Plus en détail

Du peptide P140 au Lupuzor, un futur médicament pour le lupus? Sylviane Muller, CNRS Strasbourg Immunologie & Chimie Thérapeutiques

Du peptide P140 au Lupuzor, un futur médicament pour le lupus? Sylviane Muller, CNRS Strasbourg Immunologie & Chimie Thérapeutiques Du peptide P140 au Lupuzor, un futur médicament pour le lupus? Sylviane Muller, CNRS Strasbourg Immunologie & Chimie Thérapeutiques Lupus érythémateux disséminé (LED) Manifestations multiples peau (rash)

Plus en détail

Le Vieillissement du Système Immunitaire

Le Vieillissement du Système Immunitaire Le Vieillissement du Système Immunitaire Dr Guislaine Carcelain Immunologie Cellulaire et Tissulaire Hôpital Pitié-Salpêtrière La Réponse Immune Non soi Substances étrangères Soi modifié Organisme altéré

Plus en détail

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie Nom : Numéro d Étudiant Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 1. Lequel

Plus en détail

La tanespimycine (17-AAG), un inhibiteur de. la maladie du greffon contre l hôte

La tanespimycine (17-AAG), un inhibiteur de. la maladie du greffon contre l hôte La tanespimycine (17-AAG), un inhibiteur de HSP90, protège la niche intestinale et inhibe la maladie du greffon contre l hôte Evelyne KOHLI UMR INSERM U866 Equipe Carmen Garrido «HSP-Pathies» HSP90 L allogreffe

Plus en détail

Cytokines & Chimiokines

Cytokines & Chimiokines Cytokines & Chimiokines I. (D après Förster, R. et al. (1999) Cell 99:23) Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l organisme, des souris déficientes pour le récepteur

Plus en détail

Protéines HSP et cancer

Protéines HSP et cancer Protéines HSP et cancer M2 Oncologie Génomique tumorale Pr S GARCIA INSERM U624 / AP-HM / Faculté de Médecine Nov 2011 Objectifs Connaître les membres de la famille HSP Comprendre leurs fonctions Connaître

Plus en détail

Développement du système immunitaire à la naissance

Développement du système immunitaire à la naissance Développement du système immunitaire à la naissance Sabine Le Gouvello Pierre Bongrand, Guislaine Carcelain, Alain Chevailler, Elodie Crétel, Ghislaine Sterkers. I.Introduction... 2 II.Immunité anti-infectieuse...

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie 1977 - Terme utilisé par Jonas Salk. 1983 - Rassemble tous les aspects des vaccinations : biologiques, immunologiques et cliniques ainsi

Plus en détail

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux Neurones et cellules gliales 2) neurone Schéma d un motoneurone Les nombreux prolongements cytoplasmiques (dendrites

Plus en détail

Le Vieillissement du Système Immunitaire

Le Vieillissement du Système Immunitaire Le Vieillissement du Système Immunitaire Dr Guislaine Carcelain Immunologie Cellulaire et Tissulaire Hôpital Pitié-Salpêtrière La Réponse Immune Non soi Substances étrangères Soi modifié Organisme altéré

Plus en détail

3 Derm. 1 Epide. Immunité de la peau. Dr Céline Beauvillain. Pr Pascale Jeannin. Année universitaire 2011-2012. UE revêtement cutané - L2

3 Derm. 1 Epide. Immunité de la peau. Dr Céline Beauvillain. Pr Pascale Jeannin. Année universitaire 2011-2012. UE revêtement cutané - L2 ion 2 Jonct pidermique -é dermo e 3 Derm rme 1 Epide 4 Hypo derme évrose 5 Apon s 6 r i cula e u Tissu m Dr Céline Beauvillain Pr Pascale Jeannin Année universitaire 2011-2012 UE revêtement cutané - L2

Plus en détail

Anti TNF α et Tuberculose. DES pneumologie 10/02/2007 L. Belmont

Anti TNF α et Tuberculose. DES pneumologie 10/02/2007 L. Belmont Anti TNF α et Tuberculose DES pneumologie 10/02/2007 L. Belmont Rôle TNF alpha Cytokine pro inflammatoire produite par les macrophages, monocytes, exprimé par LT, LB Recrutement et activation des macrophages

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

IGO IMMUNOTHERAPY GRAFT-ONCOLOGY

IGO IMMUNOTHERAPY GRAFT-ONCOLOGY IGO IMMUNOTHERAPY IGO IMMUNOTHERAPY Immunothérapie en oncologie & transplantation Définition Stratégie thérapeutique visant àstimuler ou inhiber des réponses immunitaires respectivement bénéfiques (tumeurs,

Plus en détail

ULBI 101 Biologie Cellulaire L1. Le Système Membranaire Interne

ULBI 101 Biologie Cellulaire L1. Le Système Membranaire Interne ULBI 101 Biologie Cellulaire L1 Le Système Membranaire Interne De la nécessité d un SMI Le volume augmente comme le cube de la dimension linéaire, alors que la surface n'est augmentée que du carré Une

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

V. Exemples choisis. 1. Classification et propriétés

V. Exemples choisis. 1. Classification et propriétés V. Exemples choisis 1. Classification et propriétés Autrefois, les Polyomavirus et les Papillomavirus étaient regroupés en une famille unique nommée Papovaviridae (nom qui regroupe le début du nom de chaque

Plus en détail

Immunophénotypage et étude des cellules

Immunophénotypage et étude des cellules Jeudi 20 novembre 2014 LEBLANC Romane L2 Relecture : Brassier Julia TSSIB Pr P. Robert 6 pages Immunophénotypage et étude des cellules Plan A. Introduction B. Phénotypage lymphocytaire C. Tests fonctionnels

Plus en détail

Communication intercellulaire : Les Cytokines

Communication intercellulaire : Les Cytokines PCEM 2- Cours de Biologie cellulaire n 8 Professeur : M. COHEN-SOLAL Jeudi 13 Décembre 2007, 10h30 Ronéotypeur : DENIAU Benjamin Communication intercellulaire : Les Cytokines 1 SOMMAIRE I/ INTRODUCTION

Plus en détail