Pr Xavier Hébuterne Pôle digestif, CHU de Nice

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pr Xavier Hébuterne Pôle digestif, CHU de Nice"

Transcription

1 Pr Xavier Hébuterne Pôle digestif, CHU de Nice

2

3

4

5 adultes sans cancer inclus en décès par cancer en 16 ans Relation entre l IMC en 1982 et le risque de décès par cancer à l issue du suivi Calle et al N Engl J Med 2003

6 Calle et al N Engl J Med 2003

7 Calle et al N Engl J Med 2003

8 Million women study 1,2 M de femmes britanniques 50 à 64 ans en Suivi moyen : 5,4 ans pour l incidence du cancer et 7 ans pour la mortalité par cancer cancers incidents et décès par cancer Relation entre cancer et IMC contrôlée par rapport aux autres causes possibles Reeves, G. K et al. BMJ 2007

9 Relative risk of cancer incidence and mortality for individual cancer sites or types according to body mass index ( =reference group). Adjusted for age, geographical region, socioeconomic status, age at first birth, parity, smoking status, alcohol intake, physical activity, and, where appropriate, time since menopause and use of hormone replacement therapy. Het=test for heterogeneity across categories of body mass index on df=4. *Restricted to never users of hormone replacement therapy Reeves, G. K et al. BMJ 2007

10 Estimated trend in the relative risk of cancer incidence by site or type per 10 unit increase in body mass index (BMI). Adjusted for age, geographical region, socioeconomic status, age at first birth, parity, smoking status, alcohol intake, physical activity, and, where appropriate, time since menopause and use of hormone replacement therapy. *Restricted to never users of hormone replacement therapy Reeves, G. K et al. BMJ 2007

11 Reeves, G. K et al. BMJ 2007

12 Etude cas-témoin (841 cancers, 754 témoins). Interrogatoire sur les facteurs de risque et IMC entre 14 et 19 ans puis tous les 10 ans. Li et al. JAMA 2009

13 Li et al. JAMA 2009

14 Li et al. JAMA 2009

15

16 Pour réduire le risque de cancers lié à la surcharge pondérale, il est recommandé de maintenir un poids normal (IMC entre 18,5 et 25). Pour prévenir le surpoids et l obésité, il est recommandé de : pratiquer au moins 5 jours par semaine au moins 30 minutes d activité physique d intensité modérée comparable à la marche rapide ou pratiquer 3 jours par semaine 20 minutes d activité physique d intensité élevée comparable au jogging, et limiter les activités sédentaires (ordinateur, télévision ) ; consommer peu d aliments à forte densité énergétique et privilégier les aliments à faible densité énergétique tels que les fruits et légumes. Une surveillance régulière du poids est conseillée (une fois par mois). Pour les sujets présentant un surpoids (IMC > 25 ), une obésité (IMC > 30) ou un gain de poids rapide et important à l âge adulte, un accompagnement et éventuellement une prise en charge sont à envisager.

17 Surpoids Obésité Hampel et al. Ann Intern Med 2005

18 Surpoids + Obésité Hampel et al. Ann Intern Med 2005

19 Hampel et al. Ann Intern Med 2005 Surpoids Obésité

20 34 malades âgés de 65 ans (24-70) en surpoids symptomatiques avec œsophagite légère ou sans oesophagite Conseils diététiques pour perdre du poids Questionnaire de DeMeester à 0, 6 et 26 semaines Corrélation entre perte de poids et score final (r=0,548) Fraser-Moodie et al. Scand J Gastroenterol 1999

21 Martinez et al Pancreatology 2006

22 VPP : 11% VPN : 90% VPP : 33 % VPN : 97,6 % Zuniga et al. DDW 2008

23 La dépense énergétique est comparable dans les deux groupes % de la dépense énergétique IMC Godon et al. Clin Nutr 2000

24 Calorimétrie indirecte Equations de Harris et Bénédict en utilisant le poids ajusté avec facteur d agression de 1,3 Poids ajusté : (poids actuel x 0,25) + poids corporel idéal Poids corporel idéal (PCI) Equations de Hamwi Homme : PCI (kg) = 48 + [taille (cm) 152] x 1,06 Femme : PCI (kg) = 45,4 + [taille (cm) 152] x 0,89 ou à partir d un IMC théorique à 25 : PCI = 25 x taille 2

25 Perte de poids Albumine, transthyrétine NRI Composition corporelle

26 Dangers : poids réel = suralimentation, poids idéal = sous-alimentation Calorimétrie indirecte = méthode de référence mais pas toujours disponible. Formule prédictive: 25 Kcal/kg avec 80% du poids actuel = 20 Kcal/kg avec le poids actuel Formules complexes discutées Référence : Guidelines for the use of Parenteral and Enteral Nutrition in Adult and Pédiatric Patients, JPEN 2002, n 1 sup.

27 Objectif principal : Apporter suffisamment de protéines et calories pour permettre l'anabolisme protéique Objectif secondaire : amaigrissement aux dépens du tissu adipeux Justifications : éviter les complications secondaires à l'obésité et à l'insulinorésistance et les risques d'hypernutrition : Hyperglycémie, Lipogenèse, stéatose hépatique Complications infectieuses

28 Pas de consensus et études demandant à être confirmées 20 à 25 kcal/kg de PCI 2 g de protéines/kg de PCI Ou 25 Kcal/kg avec 80% du poids actuel (20 kcal du poids actuel) Apport protéique de 1,2 à 1,5 g/kg du poids ajusté.

29

30 P<0,05 Abcès de paroi Abcès abdominal Pneumopathie Infection urinaire Pré-op Péri-op Contrôle Septicémie Malades avec une complication infectieuse Gianotti et al. Gastroenterology 2002

31 % de malades avec complication IMC Même (surtout?) les malades obèses semblent bénéficier de l immunonutrition pré-opératoire Gianotti et al. Gastroenterology 2002

32 7 jours préopératoires (oral : 3 briquettes/jour) et 7 jours postopératoires (NE) si le malade est dénutri Chirurgie carcinologique digestive majeure Ordonnance de médicament d'exception

33 Chirurgie pour cancer digestif Senesse et Hébuterne Nutr Cancer treatment Reviews 2008 Dénutrition sévère? Perte de poids > 10% (ou 5% en un mois) ou IMC < 18,5 (< 21 si > 75 ans) ou NRI < 83,5 ou SGA = C non oui Y compris les malades obèses (IMC > 30) non Obstruction digestive? oui Immunonutrition pré-opératoire Oral Impact 1000 ml/j pendant 7 jours Nutrition entérale préopératoire 7 à 10 jours Nutrition parentérale préopératoire 10 à 14 jours

34 No decline with age is more dramatic or potentially more functionally significant than the decline in lean body mass. Why have we not given it more attention? Perhaps it needs a name derived from the Greek. I ll suggest a couple: sarcomalacia or sarcopenia. I.H. Rosenberg, Am J Clin Nutr 1989;50: Age: 25 ans IMC : 31.7 Surface musculaire: 398 cm 2 Surface graisseuse: 6 cm 2 (1.5%) Age : 65 ans IMC : 31.9 Surface musculaire : 292 cm 2 Surface graisseuse : 53 cm 2 (15.3%)

35 Composition corporelle d un sujet adulte (représentation schématique) glycogène phosphore calcium eau minéraux Répartition des Protéines (% du total) graisse protéines muscles 60% peau 16% viscères 20% cerveau autre

36 acides aminés glutamine Système Immunitaire

37 Sarcopénie réserves protéiques faiblesse musculaire besoins énergétiques oxydation des graisses Du coût des soins Agression maladie chutes Activité stockage des graisses obésité dénutrition Insulinorésistance défenses immunitaires fractures autonomie dépendance diabète de type 2 infections Retard de cicatrisation

38 325 patients obèses traités par chimiothérapie pour tumeur pulmonaire ou digestive RR de décès chez l obèse sarcopénique 4,2 (2,4-7,2) Prado et al. Lancet Oncol 2008

39 Corrélation entre la masse maigre et la surface corporelle Dose estimée de 5FU/kg de masse maigre pour une dose de 425 mg/m 2 de surface corporelle Prado et al. Lancet Oncol 2008

40 L obésité augmente très significativement le risque de développer un cancer. Pour réduire le risque de cancer lié à la surcharge pondérale, il est recommandé de maintenir un poids normal (IMC entre 18,5 et 25). L obésité est responsable d une augmentation de fréquence du reflux-gastro-oesophagien et de ses complications. La perte pondérale diminue les symptômes de reflux. L obésité est associée à une aggravation du pronostic en cas de pancréatite aiguë et de chirurgie digestive.

41 Un obèse agressé doit recevoir une nutrition artificielle si la durée du jeûne est supérieure à 7 jours. L apport énergétique recommandé est de 25 Kcal/kg avec 80% du poids actuel (20 kcal du poids actuel) ; l apport azoté de 1,2 à 1,5 g/kg du poids ajusté. L immunonutrition pré-opératoire doit être proposée à un obèse avant chirurgie digestive majeure pour cancer. Un obèse peut être également dénutri ; chez l obèse en cours de chimiothérapie pour cancer, la sarcopénie est associée à une augmentation de la mortalité.

42

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Corinne Bouteloup Service de Médecine Digestive et Hépatobiliaire CHU Clermont-Ferrand Conflits d intérêts Nutricia Nutrition

Plus en détail

Nutrition peropératoire & immunonutrition chez les seniors. Dr. Laurence Genton Graf, PD Nutrition clinique, HUG

Nutrition peropératoire & immunonutrition chez les seniors. Dr. Laurence Genton Graf, PD Nutrition clinique, HUG Nutrition peropératoire & immunonutrition chez les seniors Dr. Laurence Genton Graf, PD Nutrition clinique, HUG Plan de présentation - Etat nutritionnel pré- op et devenir post-op - Etat nutritionnel et

Plus en détail

EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION

EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION DESC Réanimation Médicale LYON Janvier 2010 HAUTIN Etienne PLAN Introduction Evaluation Recommandations Mesures cliniques Mesures biophysiques Marqueurs biologiques

Plus en détail

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Recommandations : Nutrition en oncogériatrie Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Sommaire Prérequis Objectifs de base et spécifiques du soin nutritionnel Recommandations

Plus en détail

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Université Montpellier I A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Les Objectifs Questions posées Personnes et/ou les situations à risque? Outils de dépistage et de diagnostic? Diagnostic de

Plus en détail

NUTRITION PREOPERATOIRE ET IMMUNONUTRITION. Marion Costecalde Clinique d Anesthd Hôpital Claude Huriez - CHRU de Lille

NUTRITION PREOPERATOIRE ET IMMUNONUTRITION. Marion Costecalde Clinique d Anesthd Hôpital Claude Huriez - CHRU de Lille NUTRITION PREOPERATOIRE ET IMMUNONUTRITION Marion Costecalde Clinique d Anesthd Anesthésie sie RéanimationR Hôpital Claude Huriez - CHRU de Lille L influence de la perte de poids pré-opératoire sur les

Plus en détail

Cas clinique cancer de l oesophage

Cas clinique cancer de l oesophage Cas clinique cancer de l oesophage P. Michel Service d Hépato-Gastroentérologie CHU de Rouen www.tncd.org Evolution du cancer de l oesophage en 2010 en France en fonction de l année de naissance Tout cancer

Plus en détail

Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse

Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse Nombre d années de vie perdue Grover SA et al Lancet Diabetes Endocrinol. 2015 Feb;3(2):114-22 Dénutrition Définition ANAES 2003 La

Plus en détail

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL NUTRITION ET CHUTES DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL 1. Nutrition correcte, normale, bonne Une alimentation équilibrée et diversifiée qui arrive à subvenir aux besoins de la personne : quantitatifs et qualitatifs.

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle des malades atteints d un cancer digestif

Prise en charge nutritionnelle des malades atteints d un cancer digestif Prise en charge nutritionnelle des malades atteints d un cancer digestif Pr Xavier Hébuterne Service de Gastro-entérologie et Nutrition Pôle digestif, Hôpital de l Archet 2, CHU de Nice Conflits d intérêts

Plus en détail

Nutrition en Oncogériatrie

Nutrition en Oncogériatrie Nutrition en Oncogériatrie Agathe Raynaud-Simon Service de Gériatrie, Hôpitaux Bichat, Beaujon Secteur ambulatoire de Bretonneau, APHP Faculté de Médecine Denis Diderot, Paris Laboratoire de Biologie de

Plus en détail

Dénutrition chez l adulte

Dénutrition chez l adulte Chapitre 6 - Item 248 - UE 8 Dénutrition chez l adulte I. Besoins nutritionnels II. Evaluation de l état nutritionnel de l adulte III. Dénutrition OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une dénutrition dans

Plus en détail

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne La malnutrition chez la personne âgée Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne Objectifs Importance du problème Facteurs de risque Evaluation Traitement & prévention Points

Plus en détail

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier Obésités Qu est-ce que Manger? Nécessité Plaisir Gastronomie Interdits Santé Diététique SURCHARGE ALIMENTAIRE ALIMENTAIRE M. cardiovasculaires T malignes

Plus en détail

Nutrition des seniors : comment aider à lutter contre la dénutrition et la sarcopénie? Bernard Durand-Gasselin

Nutrition des seniors : comment aider à lutter contre la dénutrition et la sarcopénie? Bernard Durand-Gasselin Nutrition des seniors : comment aider à lutter contre la dénutrition et la sarcopénie? Bernard Durand-Gasselin Les seniors : deux catégories de population La population française vieillit, la pyramide

Plus en détail

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Place du Mini Nutritional Assessment (MNA) Gaëlle Soriano, Sophie Guyonnet Besoins nutritionnels chez la PA Les besoins énergétiques correspondent

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle en orthogériatrie. Michel Vanbergen Service de Diététique 30 avril 2015

Prise en charge nutritionnelle en orthogériatrie. Michel Vanbergen Service de Diététique 30 avril 2015 Prise en charge nutritionnelle en orthogériatrie Michel Vanbergen Service de Diététique 30 avril 2015 Avant-propos Fractures < chutes Fracturé est le chuteur malheureux Conséquences physiques: fractures,

Plus en détail

Besoins nutritionnels et pathologies

Besoins nutritionnels et pathologies DIU de Nutrition Clinique et Métabolisme Besoins nutritionnels et pathologies Cécile Chambrier Unité de Nutrition Clinique Intensive Hospices Civils de Lyon cecile.chambrier@chu-lyon.fr Conflits d intérêt

Plus en détail

PRÉVENTION DE LA DÉNUTRITION PRISE EN CHARGE PALLIATIVE PRISE EN CHARGE A DOMICILE

PRÉVENTION DE LA DÉNUTRITION PRISE EN CHARGE PALLIATIVE PRISE EN CHARGE A DOMICILE PRÉVENTION DE LA DÉNUTRITION PRISE EN CHARGE PALLIATIVE PRISE EN CHARGE A DOMICILE PLAN PREVALENCE et MECANISMES CONSEQUENCES EVALUATION DE L ETAT NUTRITIONNEL QUAND ALERTER LA DIETETICIENNE ET/OU LE MEDECIN

Plus en détail

Dénutrition en cancérologie

Dénutrition en cancérologie Dénutrition en cancérologie digestive Dr H La selve Centre de Perharidy Roscoff Rencontre annuelle bretonne de cancérologie digestive Brest 30/01/2009 Dénutrition selon les cancers Dénutrition à l admission

Plus en détail

Voies biologiques de la Sarcopénie

Voies biologiques de la Sarcopénie Voies biologiques de la Sarcopénie Pr. Agathe Raynaud-Simon Département de Gériatrie, Hôpitaux Bichat, Beaujon et Bretonneau APHP Faculté de Médecine Denis Diderot, Paris 7 EA4466, Biologie de la Nutrition,

Plus en détail

Nutrition et cancer digestif

Nutrition et cancer digestif Nutrition et cancer digestif P. Senesse Gastro-nutrition CRLC Val d Aurelle Dépistage systématique de l état nutritionnel Patients de moins de 70 ans SFNEP 2006 Age du patient : 18 à 70 ans Critères A

Plus en détail

Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive

Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive Dr L Garin et Dr D Picot 05 février 2010 Journée de cancérologie digestive de l ouest Pour le médecin m : la perte de poids fait partie des critères res

Plus en détail

Le traitement de l obl morbide: Indications, techniques et résultats r

Le traitement de l obl morbide: Indications, techniques et résultats r obesity Le traitement de l obl obésité morbide: Indications, techniques et résultats r des gastroplasties Dr Elie CHOUILLARD Service de Chirurgie Générale et Digestive Centre Hospitalier de Poissy Avril

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION OBESITE DIABETE I et II 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 INTRODUCTION 4 1. ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE L adipocyte

Plus en détail

36 % à 80% des patients atteints de

36 % à 80% des patients atteints de Nutrition et Cancer au quotidien Réseau onco Vannes 18 octobre 2012 Objectif : Éviter la dénutrition 36 % à 80% des patients atteints de cancer sont dénutris. 5 à 25 % de décès dus à la dénutrition et

Plus en détail

L'obésité du sujet âgé doit - elle être prise en charge? Pr Didier Quilliot Unité Transversale de Nutrition CHU de Nancy

L'obésité du sujet âgé doit - elle être prise en charge? Pr Didier Quilliot Unité Transversale de Nutrition CHU de Nancy L'obésité du sujet âgé doit - elle être prise en charge? Pr Didier Quilliot Unité Transversale de Nutrition CHU de Nancy Les questions Prévalence? Définition de l obésité chez le sujet âgé? composition

Plus en détail

Hormones et cancer du sein: de la contraception à la ménopause

Hormones et cancer du sein: de la contraception à la ménopause Hormones et cancer du sein: de la contraception à la ménopause Céline Bouchard, MD, FRCSC Professeure agrégée de clinique Département d obstétrique & gynécologie 1 1 Objectifs En contraception hormonale,

Plus en détail

Importance de la nutrition en cancérologie Formation Infirmières en CANCEROLOGIE «Soins Oncologiques de Support et Dispositif d Annonce»

Importance de la nutrition en cancérologie Formation Infirmières en CANCEROLOGIE «Soins Oncologiques de Support et Dispositif d Annonce» Importance de la nutrition en cancérologie Formation Infirmières en CANCEROLOGIE «Soins Oncologiques de Support et Dispositif d Annonce» CHRU Besançon Marie LANCRENON Ghislain GRODARD Jeudi 12 Février

Plus en détail

23,1 % 13,8 % 1979 2004

23,1 % 13,8 % 1979 2004 L OBÉSITÉ et son traitement... Dr Pierre Y. Garneau MD, FRCS, FACS, FASMBS Chef du service de chirurgie général Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal Assistant professeur Université de Montréal Objectifs

Plus en détail

ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SANTÉ. Docteur Francis LEPAGE DDJS

ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SANTÉ. Docteur Francis LEPAGE DDJS ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SANTÉ Docteur Francis LEPAGE DDJS MORTALITÉ LIÉE A L ENVIRONNEMENT ET AU COMPORTEMENT AUX USA EN 2000 CAUSES NOMBRES DE MORTS TABAC 400.000 38 INACTIVITÉ PHYSIQUE+ALIMENT ATION INAPROPRIÉE

Plus en détail

RISQUES POUR LA SANTÉ INDICE DE MASSE CORPORELLE (IMC) RISQUES POUR LA SANTÉ IMC / TOUR DE TAILLE IMC / TOUR DE TAILLE

RISQUES POUR LA SANTÉ INDICE DE MASSE CORPORELLE (IMC) RISQUES POUR LA SANTÉ IMC / TOUR DE TAILLE IMC / TOUR DE TAILLE Unité 2 BILAN ÉNERGÉTIQUE ET POIDS CORPOREL SAIN Questions exploratoires Êtes-vous satisfait de votre poids corporel? Sur quoi vous concentrez-vous pour contrôler votre poids? Quels sont les facteurs qui

Plus en détail

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention Dépistage de la dénutrition ou de son risque, outil pour suivre les ingesta Isabelle Demierre Sandro Mascaro Contenu: Définition et prévalence de la dénutrition Causes de la dénutrition Dépistage et intervention

Plus en détail

Perspectives dans l él. évaluation nutritionnelle du sujet âgé. Noël Cano Centre de Recherche en Nutrition Humaine d Auvergne Clermont-Ferrand

Perspectives dans l él. évaluation nutritionnelle du sujet âgé. Noël Cano Centre de Recherche en Nutrition Humaine d Auvergne Clermont-Ferrand Perspectives dans l él évaluation nutritionnelle du sujet âgé Noël Cano Centre de Recherche en Nutrition Humaine d Auvergne Clermont-Ferrand Classification Internationale du Fonctionnement OMS, 2001 Impact

Plus en détail

Un surpoids, une obésité

Un surpoids, une obésité Vers un programme Sport Santé pour les personnes vivant avec Un surpoids, une obésité Atelier animé par : Pr Martine Duclos CHU Montpied, Clermont-ferrand Dr Julien Aucouturier UFR STAPS, Lille Séminaire

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

Evaluation des ingesta. Magali PONS Cadre diététicienne Gustave Roussy

Evaluation des ingesta. Magali PONS Cadre diététicienne Gustave Roussy Evaluation des ingesta Magali PONS Cadre diététicienne Gustave Roussy 2 Définition Latin, ingesta (choses introduites) Matières alimentaires introduites dans l'organisme (Larousse) Pourquoi? Perte pondérale

Plus en détail

Méthodes d évaluation de l état nutritionnel des patients en réanimation (intérêts et limites) DESC réanimation médicale Agen 2007 Yann Pucheu

Méthodes d évaluation de l état nutritionnel des patients en réanimation (intérêts et limites) DESC réanimation médicale Agen 2007 Yann Pucheu Méthodes d évaluation de l état nutritionnel des patients en réanimation (intérêts et limites) DESC réanimation médicale Agen 2007 Yann Pucheu Introduction La dénutrition : 30 à 50 % des patients de hospitalisés

Plus en détail

L ACTIVITE PHYSIQUE REDUIT LE STRESS

L ACTIVITE PHYSIQUE REDUIT LE STRESS L ACTIVITE PHYSIQUE REDUIT LE STRESS Pr Martine DUCLOS Service de Médecine du Sport, CHU G.Montpied Laboratoire de Nutrition Humaine, CRNH Université d Auvergne Clermont-Ferrand Activité physique Tout

Plus en détail

Nutrition et patients cérébraux lésés

Nutrition et patients cérébraux lésés Nutrition et patients cérébraux lésés L. Velly MCU-PH DAR CHU TIMONE MARSEILLE Nutrition et patients cérébraux lésés Pourquoi? Avec quoi? Comment? Nutrition Artificielle La nutrition n a pas pour but de

Plus en détail

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire Table des matières Liste des tableaux... XIII I Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire 1 Les glucides... 3 Les différents types de glucides... 3 Classification biochimique (3). Classification

Plus en détail

Le diabète : définition

Le diabète : définition Le diabète : définition Glycémie à jeûn > 7mmol/l ou 1,26g/l (après au moins 8 heures de jeûne) dosage effectué sur 2 prélèvements différents Ou Glycémie prise à n importe quel moment de la journée 2g/l

Plus en détail

Muscle et nutrition Nutrition et handicap Vieillissement

Muscle et nutrition Nutrition et handicap Vieillissement Enseignement National DES de Médecine Physique et de Réadaptation DIU de Rééducation Module Douleur Oncologie Sida Soins Palliatifs 2010 Muscle et nutrition Nutrition et handicap Vieillissement Pr Isabelle

Plus en détail

CANCER DU SEIN Epidémiologie, Facteurs de risque et objec?fs des traitements. FMC Cancer du sein CNGOF Dr Boiffard Florence 21.11.

CANCER DU SEIN Epidémiologie, Facteurs de risque et objec?fs des traitements. FMC Cancer du sein CNGOF Dr Boiffard Florence 21.11. CANCER DU SEIN Epidémiologie, Facteurs de risque et objec?fs des traitements FMC Cancer du sein CNGOF Dr Boiffard Florence 21.11.13 Épidémiologie (Etat des lieux, INCA 2013) Le cancer du sein fait partie

Plus en détail

Problèmes nutritionnels posés par le sujet âgé en hémodialyse

Problèmes nutritionnels posés par le sujet âgé en hémodialyse Problèmes nutritionnels posés par le sujet âgé en hémodialyse Professeur Michel APARICIO - Bordeaux Fréquence de la malnutrition chez les sujets âgés apparemment en bonne santé Sujets âgés ambulatoires

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

Nutrition et Sujets âgés atteints de cancer. Dr Anne Ghisolfi-Marque Pôle gériatrie UTNC Toulouse

Nutrition et Sujets âgés atteints de cancer. Dr Anne Ghisolfi-Marque Pôle gériatrie UTNC Toulouse Nutrition et Sujets âgés atteints de cancer. Dr Anne Ghisolfi-Marque Pôle gériatrie UTNC Toulouse Épidémiologie > de 40 % des patients atteints de cancer ont plus de 70 ans Plus de 50 % de ces patients

Plus en détail

BALANCE DE FITNESS 7850.02

BALANCE DE FITNESS 7850.02 POUR UN SUCCÈS MESURABLE BALANCE DE FITNESS 7850.02 Evaluation des résultats de mesure www.soehnle-professional.com La Balance de Fitness 7850 se base sur vos données personnelles pour calculer votre structure

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 octobre 2011 NUMETAH G13%E, émulsion pour perfusion 10 poches de 300 ml (CIP : 416 622-3) NUMETAH G16%E, émulsion pour perfusion 6 poches de 500 ml (CIP : 416 624-6)

Plus en détail

La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D.

La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D. La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D. Endocrinologue et directeur de l unité de recherche sur les maladies métaboliques et directeur de la

Plus en détail

Dénutrition et sarcopénie quelles conséquences sur la tolérance et l efficacité des traitements anti-tumoraux?

Dénutrition et sarcopénie quelles conséquences sur la tolérance et l efficacité des traitements anti-tumoraux? Dénutrition et sarcopénie quelles conséquences sur la tolérance et l efficacité des traitements anti-tumoraux? Dr Jean-Philippe DURAND Président du CLAN du GHU Paris Centre Praticien Hospitalier Service

Plus en détail

PROGRAMME NUTRITION 2014-2015 - DDO WATERPOLO Mireille Guibord, Diététiste RÉSUMÉ PRÉSENTATION 1: LES RÉSERVES D ÉNERGIE POUR PRATIQUER LE SPORT

PROGRAMME NUTRITION 2014-2015 - DDO WATERPOLO Mireille Guibord, Diététiste RÉSUMÉ PRÉSENTATION 1: LES RÉSERVES D ÉNERGIE POUR PRATIQUER LE SPORT PROGRAMME NUTRITION 2014-2015 - DDO WATERPOLO Mireille Guibord, Diététiste RÉSUMÉ PRÉSENTATION 1: LES RÉSERVES D ÉNERGIE POUR PRATIQUER LE SPORT Cette présentation visait à comprendre les besoins énergétiques

Plus en détail

Compléments Nutritifs Oraux : du bon usage à l efficacité clinique Alain PRADIGNAC Unité de Nutrition Thérapeutique Médecine Interne et Nutrition Pôle MIRNED Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 12-10

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004

Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004 Pré-requis : Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004 Notions sur le vieillissement normal et pathologique Concept de fragilité Résumé : La dénutrition proteino-calorique

Plus en détail

QUI PEUT UTILISER UN ANALYSEUR DE COMPOSITION CORPORELLE

QUI PEUT UTILISER UN ANALYSEUR DE COMPOSITION CORPORELLE QUI PEUT UTILISER UN ANALYSEUR DE COMPOSITION CORPORELLE L analyseur de composition corporelle est destiné à des adultes de 18 à 99 ans. Les enfants de 5 à 17 ans peuvent l utiliser uniquement pour se

Plus en détail

Nutrition chez le cirrhotique. Benoît DUPONT, Servais ELOUMOU et Marie-Astrid PIQUET

Nutrition chez le cirrhotique. Benoît DUPONT, Servais ELOUMOU et Marie-Astrid PIQUET Nutrition chez le cirrhotique Benoît DUPONT, Servais ELOUMOU et Marie-Astrid PIQUET Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2011 Benoit DUPONT Nutrition chez le cirrhotique

Plus en détail

Choix de la nutrition artificielle : avantages et inconvénients des différentes techniques

Choix de la nutrition artificielle : avantages et inconvénients des différentes techniques Inter-CLANs Midi-Pyrénées 2013 Choix de la nutrition artificielle : avantages et inconvénients des différentes techniques Dr JM Conil Président du Comité d Ethique de la Recherche UF Réanimation polyvalente

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

TECHNIQUES DE MESURE DE LA MASSE GRASSE &

TECHNIQUES DE MESURE DE LA MASSE GRASSE & TECHNIQUES DE MESURE DE LA MASSE GRASSE & DE LA COMPOSITION CORPORELLE 1 - METHODES DIRECTES : -Sur le cadavre. -Par radioactivation neutronique. -Par la DEXA (dual energy X-ray absorptiometry). 2 - METHODES

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Alimentation, quoi de neuf chez les seniors? Bien s alimenter pour bien vieillir» Conférence du Docteur Carol SZEKELY, Chef de Pôle AGE HUPNVS Hôpital Charles Richet à Villiers-le-Bel

Plus en détail

François Nicot http://securite-en-montagne.e-monsite.com. Eléments de nutrition

François Nicot http://securite-en-montagne.e-monsite.com. Eléments de nutrition François Nicot http://securite-en-montagne.e-monsite.com Eléments de nutrition Consommation énergétique Eléments de nutrition F. Nicot 2 Métabolisme de repos MRT = (35 à 40) x 24 x S (Kcal / j) Surface

Plus en détail

Partie du programme : corps humain et santé, l exercice physique Niveau : seconde Titre de la séance : alimentation et effort

Partie du programme : corps humain et santé, l exercice physique Niveau : seconde Titre de la séance : alimentation et effort Partie du programme : corps humain et santé, l exercice physique Niveau : seconde Titre de la séance : alimentation et effort EXTRAIT DU PROGRAMME La consommation de nutriments dépend de l effort fourni.

Plus en détail

La prévention du diabète chez l obèse

La prévention du diabète chez l obèse La prévention du diabète chez l obèse Pr Paul Valensi Service d Endocrinologie Diabétologie Nutrition Hôpital Jean Verdier, Université Paris Nord, CRNH-IdF, CINFO, Bondy Evolution de la prévalence du diabète

Plus en détail

Le rôle du réseau DIANEFRA dans la prévention du diabète de type 2. Docteur Michaël NEMORIN

Le rôle du réseau DIANEFRA dans la prévention du diabète de type 2. Docteur Michaël NEMORIN Journée de lancement du Centre Intégré Nord Francilien de Prise en charge de l Obésité de Le rôle du réseau DIANEFRA dans la prévention du diabète de type 2 Docteur Michaël NEMORIN DIANEFRA Président de

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 octobre 2011 PEDIAVEN AP-HP G15, solution pour perfusion 1000 ml de solution en poche bi-compartiment, boîte de 4 (CIP: 419 999-0) PEDIAVEN AP-HP G20, solution pour

Plus en détail

DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP

DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP < 3 3-9 > 9 HOLMES M et al JAMA 2005, 293 : 2479-86 1 PHYSICAL ACTIVITY AND SURVIVAL AFTER DIAGNOSIS OF INVASIVE BREAST CANCER HOLICK C. Cancer Epidemiol

Plus en détail

Diabète de type 2 et tabagisme. V.Durlach

Diabète de type 2 et tabagisme. V.Durlach Diabète de type 2 et tabagisme V.Durlach vincent.durlach@univ-reims.fr Remerciements au Pr. Daniel Thomas Liens d intérêt Astra-Zeneca,Pfizer, Amgen, Shire, Lilly, Servier, MSD : consultance scientifique,

Plus en détail

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Causes de la dénutrition du sujet âgé...1 1. 1 Modifications physiologiques liées à l'âge...

Plus en détail

L obésité de l adulte et ses risques

L obésité de l adulte et ses risques L obésité de l adulte et ses risques Willendorff Lespugue DR Patrick GELAS Nutrition Clinique Intensive - H.C.L. Définition Se définit comme un excès de masse grasse ayant des conséquences somatiques,

Plus en détail

Faut-il faire maigrir tout le monde?

Faut-il faire maigrir tout le monde? Faut-il faire maigrir tout le monde? Recommandations pour l évaluation et le traitement du surplus de poids Huguette Bélanger, md Plan de la présentation Définition Risques pour la santé Recommandations

Plus en détail

Moi ou mon enfant sous cortisone

Moi ou mon enfant sous cortisone Moi ou mon enfant sous cortisone Quelles conséquences? Isabelle Koné-Paut Pédiatrie Générale, Rhumatologie CHU de Bicêtre 94270 Le Kremlin-Bicêtre La cortisone, une hormone H H Organe 1 Organe 2 H Sang

Plus en détail

Syndrome de renutrition inappropriée

Syndrome de renutrition inappropriée inappropriée A. Van Gossum Hôpital Erasme - Bruxelles DIUE, Décembre 2009 Définition ou Syndrome de renutrition inappropriée (refeeding syndrome) Ensemble des symptômes cliniques et des perturbations métaboliques

Plus en détail

Alimentation et Cancer. Bruxelles, le 1 juin 2012 Laurence Lefèbvre, diététicienne

Alimentation et Cancer. Bruxelles, le 1 juin 2012 Laurence Lefèbvre, diététicienne Alimentation et Cancer Bruxelles, le 1 juin 2012 Laurence Lefèbvre, diététicienne Prise en charge alimentaire : Est-elle la même durant toute la prise en charge? Avant Pendant Après 15 mai 2013 2 Avant

Plus en détail

XVI Journée d études francophones en activités physiques adaptées

XVI Journée d études francophones en activités physiques adaptées XVI Journée d études francophones en activités physiques adaptées La Formation et la Recherche en APA-Santé: quels enjeux pour quelles populations cibles? Pr Pascale DUCHÉ 29, 30 et 31 mars 2012 Orsay

Plus en détail

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Aucun Conflit d intérêts Référentiels Critères oncologiques de choix des traitements p significatif traitement / protocole établi

Plus en détail

BASES D UNE ALIMENTATION. Régine GAUL AOUIZERATE

BASES D UNE ALIMENTATION. Régine GAUL AOUIZERATE BASES D UNE ALIMENTATION EQUILIBREE Régine GAUL AOUIZERATE LA SANTE DEFINITION «La santé est un état de complet bien- être physique, mental et social et pas seulement l absence de maladie ou d infirmité»

Plus en détail

Activité physique et grossesse. Bengt Kayser

Activité physique et grossesse. Bengt Kayser Activité physique et grossesse Bengt Kayser Plan Obésité et activité physique: fat vs. fit Activité physique pendant la grossesse et le travail d accouchement Diabète gestationnel et activité physique

Plus en détail

La densité nutritive Le point de vue du consommateur

La densité nutritive Le point de vue du consommateur La densité nutritive Le point de vue du consommateur Février 2011 Andy MacDonald L importance de la nutrition ne change pas 74 71 75 76 71 2006 2007 2008 2009 2010 L importance du goût augmente 85 76 78

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

La pharmacocinétique Et chez l obèse? Sophie BLONDELLE

La pharmacocinétique Et chez l obèse? Sophie BLONDELLE La pharmacocinétique Et chez l obèse? Sophie BLONDELLE Symposium du 11 octobre 2014 Plan I. Introduction L obésité II. III. IV. Notions de pharmacocinétique Modifications pharmacocinétiques Quelques exemples

Plus en détail

Compte-rendu de la soirée thémathique «Vieillissement et muscle» du 4 avril 2012 à Vichy

Compte-rendu de la soirée thémathique «Vieillissement et muscle» du 4 avril 2012 à Vichy Compte-rendu de la soirée thémathique «Vieillissement et muscle» du 4 avril 2012 à Vichy Le 4 Avril a eu lieu la soirée thématique «Vieillissement et muscle», organisée par le laboratoire CITRAGE (www.citrage.com),

Plus en détail

Nutrition clinique et métabolisme 24 (2010) 145 156. Revue générale

Nutrition clinique et métabolisme 24 (2010) 145 156. Revue générale Nutrition clinique et métabolisme 24 (2010) 145 156 Revue générale Recommandations de bonnes pratiques cliniques sur la nutrition périopératoire. Actualisation 2010 de la conférence de consensus de 1994

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

Consultation Nutrition27

Consultation Nutrition27 Denutritiondelacivilisationmoderne! Quel progres! Alors qu un nouvel arrivant sur la planète a aujourd hui plus de risque d être trop gros que trop maigre, la dénutrition est pourtant la forêt cachée par

Plus en détail

Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville

Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville Dr C GIRES CHRU LILLE DU gérontologie CAS CLINIQUE N 1 Madame P 79 ans Antecédents: néoplasme sein droit opéré Arthrose invalidante

Plus en détail

DIABETE ET RAMADAN. Dr Farad-Bensenouci Samia Service médecine interne CHU Tours

DIABETE ET RAMADAN. Dr Farad-Bensenouci Samia Service médecine interne CHU Tours DIABETE ET RAMADAN Dr Farad-Bensenouci Samia Service médecine interne CHU Tours INTRODUCTION L un des 5 piliers de l Islam ~ 1,5 milliards de musulmans Ramadan 9ème mois du calendrier lunaire Période de

Plus en détail

LE LAIT UN ALIMENT UNIQUE ET PLURIEL A LA FOIS

LE LAIT UN ALIMENT UNIQUE ET PLURIEL A LA FOIS LE LAIT UN ALIMENT UNIQUE ET PLURIEL A LA FOIS Dr Jean Michel Lecerf Service de Nutrition - Institut Pasteur de Lille Service de Nutrition - 1 - LES DERNIERES AVANCEES LE SYMPOSIUM DE GRENADE LA RICHESSE

Plus en détail

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Pré-Requis : Dans le corpus en pédiatrie : nutrition de l enfant. Dans

Plus en détail

L alimentation peut-elle prévenir le diabète? ZITO François Unité diététique Groupement des Hôpitaux de Thionville CHR Metz-Thionville

L alimentation peut-elle prévenir le diabète? ZITO François Unité diététique Groupement des Hôpitaux de Thionville CHR Metz-Thionville L alimentation peut-elle prévenir le diabète? ZITO François Unité diététique Groupement des Hôpitaux de Thionville CHR Metz-Thionville Sommaire Le sens des mots Les études sur la prévention du diabète

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

VITAMINE D ET FRACTURES OSSEUSES

VITAMINE D ET FRACTURES OSSEUSES VITAMINE D ET FRACTURES OSSEUSES Dr Cédric Annweiler Service de Gérontologie Clinique CeAnnweiler@chu-angers.fr for Ageing, Balance and Cognition research group VITAMINE D - GENERALITES VITAMINE (1922)

Plus en détail

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq

SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012. Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SOFMER Toulouse 18-20 octobre 2012 Les bienfaits de la marche sur la santé. Jehan Lecocq SANTÉ "La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une

Plus en détail

L obésité et la précarité alimentaire en Belgique. Morgane DANIEL Diététicienne Nutritionniste Réseau Santé Diabète Avril 2013

L obésité et la précarité alimentaire en Belgique. Morgane DANIEL Diététicienne Nutritionniste Réseau Santé Diabète Avril 2013 L obésité et la précarité alimentaire en Belgique Morgane DANIEL Diététicienne Nutritionniste Réseau Santé Diabète Avril 2013 L Obésité Obésité Mars 2013 Selon l OMS (organisation Mondiale de la Santé):

Plus en détail

Surveillance postopératoire

Surveillance postopératoire Virginie Westeel CHU, Besançon France Surveillance postopératoire 1 Pourquoi? Why? Aim of follow-up : 6th edition of thetnm classification Goldstraw J Thorac Oncol 2007;2:706-14 2 Récidives et 2 èmes cancers

Plus en détail

L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION

L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION Docteur CASCUA Stéphane Médecin du Sport ACTIVITE PHYSIQUE et SEDENTARITE Activité physique Dépense > 2000 kcal/semaine Plus de 30 mn de marche active/jour

Plus en détail

Diabète post-transplantation. Formation médicale continue 2012

Diabète post-transplantation. Formation médicale continue 2012 Diabète post-transplantation Formation médicale continue 2012 Evaluation pré-greffe Homme 59 ans GNC HD depuis 1 an T = 1,72m Poids = 87 Kg (IMC = 29) Pas d antécédent familiaux de diabète Pas d antécédent

Plus en détail

METHODES D EVALUATION DE L ETAT NUTRITIONNEL

METHODES D EVALUATION DE L ETAT NUTRITIONNEL CHEOPS 4 Novembre 2010 METHODES D EVALUATION DE L ETAT NUTRITIONNEL Dr Michel BUGEON CRRF André LALANDE 23300 NOTH ETATS D AGRESSION (traumatisme, infections, inflammation) anorexie Dépenses énergétiques

Plus en détail

Prise en charge diététique et support nutritionnel au cours des carcinoses péritonéales

Prise en charge diététique et support nutritionnel au cours des carcinoses péritonéales Prise en charge diététique et support nutritionnel au cours des carcinoses péritonéales Pascale ROUX Responsable du service diététique CLB et IHOP Unité de nutrition-disspo 1 Quelle alimentation orale?

Plus en détail

Interactions Tissu adipeux et pathologie vasculaire

Interactions Tissu adipeux et pathologie vasculaire Interactions Tissu adipeux et pathologie vasculaire M1 Pathologie Humaine International Module Pathologies Thrombotiques et Modèles animaux Bénédicte Gaborit Anne Dutour-Meyer Service de Diabétologie,

Plus en détail