Systèmes d information organisationnels

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Systèmes d information organisationnels"

Transcription

1 Systèmes d information organisationnels 2 e édition Coordination : Pascal Vidal et Vincent Petit Avec François Lacroux, Marc Augier, Valéry Merminod, Marc de Gibon, Christophe Mangholz ISBN : Chapitre 1. Les systèmes d information organisationnels Quiz 1/ Les premières applications informatiques pour traiter les données étaient utilisées : pour l aide à la décision financière ; pour l optimisation de la production ; pour la comptabilité ; pour l optimisation de la fonction Achats. 2/ Le premier ordinateur utilisé en entreprise dans le domaine de la gestion fut installé chez : General Electric; Volkswagen ; General Motors ; Coca-Cola. 3/ L année où fut installé le premier ordinateur en entreprise : 1941 ; 1948 ; 1954 ; / EDP (Electronic Data Processing) désigne : l utilisation de documents électroniques ; l automatisation de certains traitements ; la modélisation de modèles économétriques liés à la gestion ; aucune de ces réponses. 5/ L ancêtre des systèmes d information est : le boulier ; le système comptable ; la mécatronique ; la mécanique. 1

2 6/ Comment peut-on distinguer «Information» et «Donnée»? l information est une addition de données ; l information est le résultat d un traitement de données ; l information est une donnée qui a pris du sens ; on ne peut pas distinguer ces deux concepts. 7/ Une approche «moderne» des SI se doit d être : technique ; socio-technique ; 100 % Web oriented ; sécurisée. 8/ Parmi ces affirmations, lesquelles vous paraissent exactes? les SI sont avant tout une problématique d ingénieurs informaticiens ; les SI constituent une problématique de plus en plus aisée à «traiter» dans la mesure où elle se résume de plus en plus à la mise en œuvre de produits logiciels ; malgré la standardisation de ces systèmes (produits logiciels), les managers ont toute latitude pour organiser leurs processus de gestion comme ils l entendent ; paradoxalement, les SI constituent une problématique de moins en moins technique (et de plus en plus stratégique et organisationnelle). 9/ Le développement des SI dans les organisations s est notamment réalisé avec les progrès techniques, et notamment l avènement des PC qui a eu lieu dans les années : 1960 ; 1970 ; 1980 ; / Le modèle cybernétique de l organisation est l un des fondements : des premiers travaux de recherche en SI ; du développement du contrôle de gestion ; d une approche stratégique de l organisation ; de l e-marketing. 11/ Le World Wide Web tel qu on le connaît aujourd hui a vu le jour dans les années : 1970 ; 1980 ; 1990 ; / On peut considérer les ERP comme étant le SI idéal en référence à la vision des premiers chercheurs en SI pour la raison suivante : ils constituent une «sorte» de base de données unique et partagée pour l ensemble de l organisation ; ils permettent une capacité de traitement sans précédent ; ils reposent sur une approche par les processus ; ils reposent sur une architecture Web. 2

3 13/ La fonction principale d un SI consiste à : automatiser le traitement de données ; représenter le fonctionnement de l organisation ; assurer la circulation de l information ; être un outil de développement stratégique. 14/ Le mot «informatique» fut créé en : 1954 ; 1956 ; 1963 ;

4 Systèmes d information organisationnels 2 e édition Coordination : Pascal Vidal et Vincent Petit Avec François Lacroux, Marc Augier, Valéry Merminod, Marc de Gibon, Christophe Mangholz ISBN : Chapitre 2. L évolution des rôles des systèmes d information Quiz 1/ Quelles considération doit-en prendre en compte lors de la réflexion, de l audit ou de la réalisation d un système d information? le retour sur investissement et le profit ; l innovation, l efficience et une construction sur la durée ; le SI doit être construit sur des systèmes-réseaux de communication pérennes ; les 3 propositions ci-dessus. 2/ Dans quelle situation parmi les propositions ci-dessus n est-on pas en contact avec les systèmes d information? réception d un appel sur le téléphone mobile ; passage en caisse d un supermarché ; emprunt d un livre à la bibliothèque universitaire ; aucune de ces réponses. 3/ Les quatre rôles fondamentaux d un système d information sont : acquisition, traitement, stockage et sortie ; lecture, écriture, traitement et sortie ; acquisition, lecture, traitement et stockage ; input, traitement, écriture et stockage. 4/ Le modèle d Anthony propose une typologie des décisions en trois niveaux qui sont : stratégique/structuré/semi-structuré ; stratégique/organisationnel/opérationnel ; stratégique/tactique/opérationnel ; tactique/organisationnel/opérationnel. 5/ Les rôles fondamentaux des SI dans les organisations consistent à : faciliter les opérations courantes et prendre les décisions ; réaliser toutes les opérations courantes et faciliter la prise de décisions ; faciliter les opérations courantes et faciliter la prise de décisions ; réaliser les opérations courantes et prendre les décisions. 4

5 6/ Dans le cadre du modèle d Anthony, le rôle des SI serait : d informer (reproduire l information disponible) ; d enrichir (fournir les outils qui enrichissent l information disponible) ; les 2 réponses définissent le rôle des SI ; les 2 réponses sont insuffisantes pour définir le rôle des SI. 7/ Dans les organisations, en général, les problèmes non structurés viennent : à un niveau stratégique ; dans des problèmes tactiques ; dans les décisions opérationnelles ; dans les fonctions courantes. 8/ Dans le jargon informatique, on parle de transaction comme étant : un paiement effectué ; un échange marchand ; un événement impliquant un enregistrement dans le système d information ; l impression d un output. 9/ Quelle possibilité peuvent offrir les systèmes d information pour faciliter la prise de décision? la simulation ; le calcul statistique ; le regroupement et la consolidation des données ; 10/ Parmi les outils d aide à la décision stratégiques, on peut citer : les logiciels temps réel ; les tableaux de bord ; les logiciels de statistiques ; 11/ Les systèmes experts sont : des logiciels capables de traiter toute l information comptable d une organisation ; des systèmes capables de décider à la place des managers quelles que soient les situations ; des systèmes capables de reproduire un raisonnement humain et utilisés dans quelques champs décisionnels ; aucune de ces réponses. 12/ Le schéma directeur des systèmes d information : est un outil de pilotage des SI ; est un outil stratégique de planification ; est un outil destiné à assurer l alignement des SI à la stratégie de l entreprise ; les 3 propositions sont correctes. 13/ Quelle solution les DSI mettent en œuvre pour changer la perception de «centre de coûts» de leur département? rationalisation de l utilisation des SI dans l entreprise ; communication autour des enjeux stratégiques des SI ; mise en place de contrats de services avec les départements fonctionnels ; 5

6 14/ Quel outil permet de piloter les SI? les tableaux de bord ; les outils de veille stratégique ; le schéma directeur des SI ; 15/ Quelle compétence doit avoir un manager en systèmes d information? pilotage du SI ; acheteur de prestations et de matériel ; manager de plusieurs acteurs à la fois internes et externes ; les 3 propositions sont correctes. 16/ Dans le cas où la gestion des SI de l entreprise est confiée à un prestataire externe, on parle précisément de : contrat de prestation ; contrat d infogérance ; nearsourcing ; onsourcing. 6

7 Systèmes d information organisationnels 2 e édition Coordination : Pascal Vidal et Vincent Petit Avec François Lacroux, Marc Augier, Valéry Merminod, Marc de Gibon, Christophe Mangholz ISBN : Chapitre 3. La technologie et les systèmes d information Quiz 1/ Les travaux de Von Neumann l ont conduit à : décrire une machine où l on a un écran, un clavier, une unité centrale et une souris ; décrire le métier à tisser programmable au moyen de cartes perforées ; décrire une machine où la mémoire sert à stocker à la fois les données et le programme, le processeur de calcul étant une entité séparée ; aucune de ces réponses n est correcte. 2/ De quand datent les travaux de Von Neumann? 1642 ; 1892 ; 1945 ; / La naissance de la micro-informatique est associée : au codage binaire ; à la création du microprocesseur ; à l interface graphique de système d exploitation créée par Macintosh ; à la naissance de l informatique de gestion. 4/ CPU est l abréviation de : Centrale de Production Unitaire ; Center Process Unified ; Central Processing Unit ; Concentrate Planification and Unification. 5/ Un bit correspond à : la valeur 0 ou 1 ; huit octets ; un octet ; aucune de ces réponses n est correcte. 7

8 6/ Le codage de texte sous format binaire se fait par la norme : ASCII ; EBCDIC ; UNICODE ; CISC. 7/ La vitesse d un processeur désigne : le nombre d instructions exécutées par seconde ; le nombre d octets lus par seconde ; le nombre d instructions à virgule flottante exécutées par seconde ; le nombre de bits lus par minute. 8/ Les périphériques peuvent être catégorisés selon : le type de connexion (USB, série, parallèle) ; leur fonction (impression, scanner, visualisation) ; le sens du flux d informations entre le périphérique et l ordinateur (entrée, sortie) ; 9/ Lequel de ces périphériques correspond à une unité d entrées-sorties? Clavier sans fil ; Capteur de luminosité ; Microphone ; Écran tactile. 10/ Le C++ est : un outil de programmation visuelle ; un outil de développement compilé ; un logiciel système ; un langage de programmation. 11/ SGBD correspond à : Système Global de Bureau à Distance ; Savoir Gérer les Bases Documentaires ; Système de Gestion de Bases de Données ; Aucune de ces réponses n est correcte. 12/ La différence entre Linux et Windows est : Linux n a pas d interface graphique ; Linux est distribué sous licence GPL ; Windows est plus sécurisé que Linux ; les principaux logiciels bureautiques n existent pas en version Linux. 13/ Les méthodes d accès aux données d une base de données hiérarchique : sont semblables aux méthodes d accès à un annuaire papier ; sont flexibles : on peut remonter à l information quel que soit le point d entrée à la base ; sont sécurisées : seuls les administrateurs de la base peuvent accéder aux données ; aucune de ces réponses n est correcte. 8

9 14/ Les logiciels boursiers sont classés comme étant : des logiciels «applicatifs» ; des logiciels «système» ; des logiciels «bureautiques» ; des logiciels «temps réel». 15/ Les premiers virus virulents datent de : 1967 ; 1974 ; 1981 ; / En 2008, le pourcentage de population française connectée à Internet est de : 24 % ; 39 % ; 46 % ; plus de 50 %. 17/ Un firewall a pour rôle : de détecter les virus ; de limiter les intrusions au système ; d anéantir les chevaux de Troie ; les 3 fonctions citées ci-dessus. 18/ Le HTML : est un langage qui permet de coder des pages Web ; est un langage basé sur les balises, comme le XML ; permet de définir des liens hypertexte pour aller d une page à une autre ; les 3 descriptions ci-dessus sont correctes. 19/ Techniquement, Internet est : l ensemble des ordinateurs connectés à un réseau d entreprises ; l ensemble des pages du World Wide Web ; le protocole http ; l ensemble des ordinateurs connectés au moyen du protocole TCP/IP. 20/ FTP est l abréviation de : Fichiers Totalement Partagés ; File Transfer Priority; File Transfer Protocol ; aucune de ces réponses n est correcte. 21/ Quelle différence y a-t-il entre une page Web dont l URL commence par et une autre dont l URL commence par https://? aucune ; la première est publique, la seconde est secrète (privée) ; la deuxième est sécurisée (les données envoyées sont cryptées) ; le https:// n existe pas. 9

10 22/ Le réseau Minitel français repose sur le protocole : SNA (System Network Architecture) ; TCP/IP ; X25 ; WAN. 23/ La loi de Moore stipule : la taille des ordinateurs diminue de moitié tous les 18 mois ; la taille de la mémoire des ordinateurs double tous les 18 mois ; la puissance des processeurs double tous les 18 mois ; le poids des ordinateurs diminue de moitié tous les 18 mois. 24/ L architecture RISC des processeurs signifie que : le processeur peut traiter des instructions complexes ; le processeur a des instructions complexes câblées ; le processeur est de type Intel, AMD, Cyrix ; le processeur a un nombre réduit d instructions simples. 25/ L architecture CISC des processeurs signifie que : le processeur peut traiter des instructions complexes ; le processeur peut traiter des instructions en parallèle ; le processeur est de type PowerPC ; le processeur a un nombre réduit d instructions simples. 10

11 Systèmes d information organisationnels 2 e édition Coordination : Pascal Vidal et Vincent Petit Avec François Lacroux, Marc Augier, Valéry Merminod, Marc de Gibon, Christophe Mangholz ISBN : Chapitre 4. Les systèmes d information au service de la stratégie Quiz 1/ Le modèle d organisation MIT 90 : a pour objectif de décrire l impact des technologies de l information sur les organisations ; se propose de décrire une nouvelle représentation de l entreprise autour de son management et de voir les interactions avec les autres composantes de l entreprise, notamment son SI ; positionne l environnement technologique au même titre que l environnement socio-économique à l extérieur de l organisation, avec un impact dont l entreprise doit tenir compte lors de la définition de sa stratégie ; 2/ Le SI-S a pour objectif : d apporter un avantage concurrentiel à l entreprise ; d apporter l ensemble des informations et modélisation pour enrichir le processus de décision ; d enrichir le processus de décision stratégique ; 3/ Le S-IS a pour objectif : d apporter un avantage concurrentiel à l entreprise ; d apporter l ensemble des informations et modélisation pour enrichir le processus de décision ; d être le support de la stratégie ; 4/ ERP est l abréviation de : Enabling Resource & Production ; Entreprise Resource Planning ; Entreprise Resource & Production ; Entreprise Resource & Productivity. 5/ La veille est la dimension externe : du S-IS ; du SI-S ; du S-IS et du SI-S ; les 3 réponses ne sont pas valables. 11

12 6/ Parmi ces exemples, lequel distingue le SI comme outil de domination par les coûts? la place de marché ; le suivi de colis par Internet ; le comparateur de prix sur Internet ; les systèmes d enchères (ebay). 7/ Parmi ces exemples, lequel distingue le SI comme outil de différenciation? la place de marché ; le suivi de colis par Internet ; le comparateur de prix sur Internet ; les systèmes d enchères (ebay). 8/ Parmi ces SI, lequel est porteur d une stratégie de niche? la place de marché ; le suivi de colis par Internet ; l utilisation d Internet comme canal de distribution ; les systèmes d enchères (ebay). 9/ Quelle limite peut-on formuler par rapport aux SI-S? l avantage concurrentiel porté par le SI-S ne peut pas être unique ; un SI-S est potentiellement reproductible et «copiable» par les concurrents ; les SI-S ne sont qu un concept «virtuel» porté par les concepteurs pour vendre des solutions informatiques aux entreprises ; les SI-S sont la résultante d un S-IS bien conçu et implémenté. 10/ Parmi ces propositions, lesquelles sont exactes? c est principalement le S-IS qui alimente le SI-S ; c est principalement le SI-S qui alimente le S-IS ; SI-S et S-IS sont liés par des boucles récursives ; les 3 réponses sont erronées. 11/ Si l on utilise le diagramme de Scott Morton (issu de l étude MIT 90) comme grille d analyse d un projet en SI, quelle est la première question à se poser? Quelle est la stratégie (globale) de l entreprise? Quelles sont les technologies disponibles? Quels sont les processus cibles? Quelle est la stratégie informatique? 12/ Quelles sont les frontières qui sont questionnées par l évolution des SI? les frontières géographiques ; les frontières intra-organisationnelles (silos fonctionnels) ; les frontières culturelles ; les frontières entre l entreprise et ses partenaires principaux. ; l ensemble des ces propositions est vrai. 13/ Dans le cadre d une relation B to C, en utilisant le modèle des cinq forces de Porter, quelle est celle qui est potentiellement la plus impactée par l évolution des SI? la position des clients ; la position des fournisseurs ; la menace des produits de substitution. 12

13 14/ Les principaux modèles en stratégie font très peu référence aux SI. Pour quelles raisons? les SI ne sont qu une composante de la stratégie ; ces modèles ont été développés à une époque où les SI n avaient pas l importance qu ils ont aujourd hui ; les SI n ont un rôle stratégique que depuis l avènement du Web ; ces modèles ont été développés à une époque où les ordinateurs n existaient pas encore. 15/ Les premiers travaux qui concernent explicitement une utilisation stratégique des SI datent : des années 1970 avec les travaux de C. Wiseman ; des années 1980 avec les travaux de C. Wiseman ; des années 1990 avec les travaux de M. S. Scott Morton ; des années 1900 avec les travaux d Hubert Tardieu. 13

14 Systèmes d information organisationnels 2 e édition Coordination : Pascal Vidal et Vincent Petit Avec François Lacroux, Marc Augier, Valéry Merminod, Marc de Gibon, Christophe Mangholz ISBN : Chapitre 5. L ERP et ses outils, moyens et principales composantes du système d information Quiz 1/ Historiquement, l ERP est issu : du système comptable ; de la méthode Manufacturing Resource Planning (MRP) ; de la méthode Management des ressources et de la production (MRP) ; de l Electronic Data Processing. 2/ Un ERP est : un système d information intégré ; un système d information fondé sur une approche par «silos» ; un progiciel qui permet une intégration verticale des processus de l entreprise ; un progiciel qui permet une intégration horizontale des processus de l entreprise. 3/ Quel outil peut aider l entreprise à la gestion de relation clients? CRM ; e-procurement ; EAI ; aucune de ces réponses. 4/ Parmi ces propositions, lesquelles sont vraies? les ERP s adaptent au mode de gestion de chaque entreprise ; c est l entreprise qui doit faire évoluer ses processus pour adopter les modèles de processus de l ERP ; l ensemble des ERP du marché est fondé sur un modèle certifié ISO des processus de l entreprise ; la grande force des ERP, c est leur mise en œuvre rapide. Il suffit d installer le progiciel pour que cela fonctionne. 5/ CRM est l abréviation de : Consumption Ressource Measurement ; Contract Relationship Management ; Consumers Relationship Management ; aucune de ces réponses. 14

15 6/ L objectif d implémentation d un CRM est : d améliorer l efficacité du marketing et d augmenter la fidélité des clients ; de permettre l individualisation du service et du support client ; d optimiser l efficacité et de réduire les coûts du marketing ; 7/ Quelle est la principale caractéristique des outils CRM par rapport aux outils «classiques» (outils dédiés au marketing, données de vente, etc.)? permet de personnaliser la relation client (one-to-one) grâce au morcellement de l information dans une application intégrée ; privilégie les relations clients collectives et indifférenciées grâce au regroupement de toutes les informations des différentes sources ; permet de tenir compte des tendances de marché pour offrir automatiquement le produit adapté au bon client ; permet une segmentation des marchés de l entreprise par grands groupes de clientèle. 8/ Les solutions de gestion de relation client impactent les activités : des commerciaux, de la hotline et du service livraison ; du marketing, du service de facturation et de la hotline ; du service après-vente ; de tous les services cités ci-dessus. 9/ Les principales caractéristiques de l ERP sont : l unicité de l administration, l uniformisation de l IHM et l approche modulaire des fonctionnalités ; le morcellement de l administration, l approche modulaire des fonctionnalités et l uniformisation de l IHM ; la multiplication des IHM selon les fonctionnalités et l unicité de l administration ; aucune de ces réponses. 10/ Le préalable à une mise en place d un ERP est : la redéfinition de l organisation pour coller aux modules de l ERP implanté ; la mise en place de référentiel commun de données pour le paramétrage de l application ; l uniformisation des processus de gestion (Business Process Reegineering) ; 11/ Les deux principaux éditeurs d ERP sont : SAP et Peoplesoft ; SAP et Oracle ; SAP et Sage ; SAP et Microsoft. 12/ EAI est l abréviation de : EuroAmerican Institute ; Entreprise Application Infrastructure ; European Application Integration ; Entreprise Application Integration. 13/ Quelles sont les principales composantes des solutions de SCM? outils de prévision et de planification, et outils d administration de la chaîne logistique ; l EDI et l utilisation de la RFID ; outils de travail collaboratif et de communication interne ; 15

16 14/ Avec le SRM, il s agit : d optimiser les processus d approvisionnement auprès des fournisseurs ; de standardiser et d optimiser les processus d approvisionnement auprès des fournisseurs ; d optimiser la gestion de la supply chain ; de standardiser et d optimiser la supply chain. 16

17 Systèmes d information organisationnels 2 e édition Coordination : Pascal Vidal et Vincent Petit Avec François Lacroux, Marc Augier, Valéry Merminod, Marc de Gibon, Christophe Mangholz ISBN : Chapitre 6. Les systèmes d information et d aide à la décision Quiz 1/ Le modèle ICS comprend les trois phases suivantes : phase d intelligence, phase de conception et phase de sélection ; phase d intelligence, phase de canalisation et phase de sélection ; phase itérative, phase conceptuelle et phase sélective ; phase d intelligence, phase de groupement et phase de sélection. 2/ La phase de sélection dans le modèle ICS : conduit à la prise de décision définitive ; peut ne pas être définitive ; on peut revenir aux phases précédentes sous certaines conditions ; peut conduire à l abandon des phases précédentes si l on considère que les alternatives ne correspondent pas à la formulation du problème ; 3/ Le modèle ICS suppose une complexité : au niveau de la phase sélective ; c est la responsabilité du décideur qui est engagée ; à tous les niveaux du modèle ; chaque phase d une prise de décision donnée est elle-même un processus décisionnel compliqué ; à la deuxième et à la troisième phase ; la première phase correspond simplement à la collecte d informations ; à la première et à la deuxième phase ; la troisième phase ne dépend que de la rationalité du décideur. 4/ Quelle(s) technique(s) de prise de décision parmi les propositions ci-dessous est/sont utilisable(s) pour les décisions programmables? la recherche opérationnelle ; les modèles de Porter ; les techniques heuristiques ; 5/ Quelle(s) technique(s) de prise de décision parmi les propositions ci-dessous est/sont utilisable(s) pour les décisions non structurées? la recherche opérationnelle ; la modélisation du raisonnement humain (intelligence artificielle) ; les techniques heuristiques ; aucune de ces réponses n est correcte. 17

18 6/ En rapportant le modèle ICS aux différents types de décisions, on constate que pour les décisions programmables : la phase «I» définit une zone privilégiée ; la phase «C» définit une zone privilégiée ; la phase «S» définit une zone privilégiée ; les 3 phases s intéressent aux décisions non structurées. 7/ En rapportant le modèle ICS aux différents types de décisions, on constate que pour les décisions semi-structurées : la phase «I» définit une zone privilégiée ; la phase «C» définit une zone privilégiée ; la phase «S» définit une zone privilégiée ; les 3 phases s intéressent aux décisions non structurées. 8/ En rapportant le modèle ICS aux différents types de décisions, on constate que pour les décisions non structurées : la phase «I» définit une zone privilégiée ; la phase «C» définit une zone privilégiée ; la phase «S» définit une zone privilégiée ; les 3 phases s intéressent aux décisions non structurées. 9/ Quels outils ne sont pas des outils d aide à la décision? les SIAD ; les EMIC ; les EIS ; les trois réponses sont correctes. 10/ EIS est l abréviation de : Executive Information Solution ; Elaborate Information System ; Executive Information System ; Extensive Information Solution. 11/ Quel reproche a-t-on formulé par rapport aux outils d aide à la décision? ils sont conçus pour assurer l interactivité entre les acteurs pour la formulation de problèmes, sans avoir un apport au niveau de la prise de décision en elle-même ; ils sont conçus pour assister les processus individuels de représentation-interprétation-décision, alors que les processus de prise de décision sont collectifs en général ; ils sont conçus et adaptés à des organismes opérant uniquement dans des environnements stables et non complexes ; leur mise en place est très coûteuse dans les organisations de petite ou moyenne taille. 12/ En informatique décisionnelle, les moteurs OLAP (Online Analytic Processing) sont classés parmi : les outils d analyse ; les outils de recherche d information ; les outils de veille stratégique ; aucune de ces réponses. 13/ Les outils de veille stratégiques utilisent des techniques semblables à celles des : ERP ; outils de gestion de bases de données ; moteurs de recherche ; ETL. 18

19 14/ Les principales fonctionnalités des outils de pilotage sont : extraire les données de manière répétitive depuis une grande variété de source ; l analyse et le reporting. explorer les données, en vue de découvrir les corrélations, d établir des typologies, de détecter les déviations et d établir les prédictions ; fournir les indicateurs et les alertes, fournir des rapports et des états aux utilisateurs concernés selon une fréquence prédéfinie ; toutes ses fonctionnalités sont réunies dans un outil de pilotage. 19

20 Systèmes d information organisationnels 2 e édition Coordination : Pascal Vidal et Vincent Petit Avec François Lacroux, Marc Augier, Valéry Merminod, Marc de Gibon, Christophe Mangholz ISBN : Chapitre 7. La conduite de changement dans un projet de SI Quiz 1/ Quel est l élément essentiel au bon fonctionnement d un système d information? un réseau haut débit piloté par des équipes d experts ou sachant trouver les experts qui permettront son optimisation ; des applications répondant aux besoins des utilisateurs ; l implication de la direction générale dans sa définition ; les utilisateurs utilisent, maîtrisent et exploitent le système d information avec aisance. 2/ Parmi les critères suivants, quels sont ceux qui s appliquent le mieux à la conduite du changement? reconnaissance, clarté, confiance, participation ; transmission du savoir, commandement, pilotage ; adaptabilité, souplesse, réactivité ; fiabilité, performance, partage. 3/ Parmi ces définitions, une seule n est pas applicable à la conduite du changement. conduire le changement, c est écouter les besoins fondamentaux de la personne au moment où l on songe à introduire le changement. Cela n est possible que si l annonce du changement se fait de manière claire ; conduire le changement, c est commencer par comprendre, accepter et accueillir la résistance comme une première étape normale et naturelle du processus de transformation de l individu, du groupe et de l entreprise tout entière ; conduire le changement, c est prendre en compte toutes les demandes des utilisateurs, pour les mettre en œuvre dans le nouveau système d information ; conduire le changement, c est savoir accompagner les personnes dans leur désir de s approprier les changements, c est-à-dire les conséquences de l introduction des nouveaux outils dans leur contexte de travail au quotidien. 4/ Pourquoi la recette utilisateur est-elle une étape fondamentale de la conduite du changement? les utilisateurs comprennent ainsi la difficulté à développer ou paramétrer une solution ; les utilisateurs allègent ainsi la charge des équipes responsables du management du projet, leur permettant de pouvoir se concentrer sur la conduite du changement ; les utilisateurs se forment ainsi à la nouvelle solution ; les utilisateurs s approprient la nouvelle solution, valident son adéquation aux processus de l entreprise. 20

21 5/ Qui prend en charge la rédaction des scenarii de recettes? l intégrateur de la solution retenue ; le directeur de projet et son équipe ; les utilisateurs clés ; les utilisateurs finaux. 6/ Quand on parle de «changement» en SI, il s agit : de changement d outil ; de changement d organisation ; de changement de vision et de stratégie ; 7/ Les phases de deuil sont dans l ordre : le déni, la dépression/lâcher-prise puis l acceptation ; le déni, la colère, le marchandage, la dépression/lâcher-prise et enfin l acceptation ; l acceptation, le déni, puis la dépression/lâcher-prise ; le déni, le marchandage puis l acceptation. 8/ La conduite de changement se fait selon les axes suivants : dans l ordre : la communication autour du projet, la gestion des compétences, la formation et la recette utilisateur ; dans l ordre : la gestion des compétences, la formation, la recette utilisateur et la communication autour du projet ; dans l ordre : la gestion des compétences, la communication autour du projet la formation et la recette utilisateur ; ces étapes sont liées et ne peuvent être menées indépendamment des autres. 9/ L appropriation par les salariés de leur nouveau poste ou de leurs nouvelles tâches figure parmi les résultats souhaités : de la formation ; de la gestion des compétences ; de la communication autour du projet ; 10/ L adhésion des salariées au projet et l instauration d un climat de confiance sont les résultats souhaités : de la formation ; de la recette utilisateur ; de la communication autour du projet ; 11/ Dans les années 2000, quelle compétence clé est nécessaire dans les grands projets en systèmes d information? avoir la vision utilisateur ; être un bon formateur ; avoir les capacités de modélisation ; pouvoir gérer la résistance au changement. 21

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur Indications

Plus en détail

Les PGI. A l origine, un progiciel était un logiciel adapté aux besoins d un client.

Les PGI. A l origine, un progiciel était un logiciel adapté aux besoins d un client. Les PGI Les Progiciels de Gestion Intégrés sont devenus en quelques années une des pierres angulaire du SI de l organisation. Le Système d Information (SI) est composé de 3 domaines : - Organisationnel

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

Fiche de poste. Identification du poste : Etudes et Projets (SEP)

Fiche de poste. Identification du poste : Etudes et Projets (SEP) Fiche de poste Identification du poste : Intitulé : Chef de projets Applicatifs Affectation : Service Etudes et Projets Cadre d emploi : Ingénieur territorial Rattachement hiérarchique : Chef du service

Plus en détail

Planifier la production avec un système GPAO Mythes et réalités. progiciels 2 0

Planifier la production avec un système GPAO Mythes et réalités. progiciels 2 0 Planifier la production avec un système GPAO Mythes et réalités La planification Pour être un succès, un acte de production doit être préparé A long terme A moyen terme A court terme octobre, Les systèmes

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

UE 5 Management des systèmes d informations. Le programme

UE 5 Management des systèmes d informations. Le programme UE 5 Management des systèmes d informations Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1.

Plus en détail

LES SOLUTIONS MEGA POUR LA GOUVERNANCE, RISQUES ET CONFORMITÉ (GRC)

LES SOLUTIONS MEGA POUR LA GOUVERNANCE, RISQUES ET CONFORMITÉ (GRC) LES SOLUTIONS MEGA POUR LA GOUVERNANCE, RISQUES ET CONFORMITÉ (GRC) Donnez à votre comité de direction une visibilité à 360, en temps réel, du cadre de Gouvernance d Entreprise REGULATORY COMPLIANCE Rc

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

L ecoute, Le service, l echange,

L ecoute, Le service, l echange, L ecoute, Le service, l accompagnement, L assistance, l echange, la formation, le partenariat Acquérir nos solutions, ce n est pas seulement obtenir un outil informatique, c est également accéder à de

Plus en détail

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1 Liste des cas d entreprise............................................................ Liste des figures..................................................................... Liste des tableaux...................................................................

Plus en détail

Module Projet Personnel Professionnel

Module Projet Personnel Professionnel Module Projet Personnel Professionnel Elaborer un projet personnel professionnel. Connaissance d un métier, d une entreprise ou d un secteur d activités. Travail individuel de recherche SUIO-IP Internet

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

CQPI Technicien qualité

CQPI Technicien qualité CQPI Technicien qualité Public concerné Salariés ou futurs salariés qui auront pour mission d assurer le contrôle de la qualité et de participer à l amélioration des modes de production et/ou à la mise

Plus en détail

Cours de Génie Logiciel. David Janiszek. Le projet. En résumé. Troisième partie III. Eléments de gestion de projet

Cours de Génie Logiciel. David Janiszek. Le projet. En résumé. Troisième partie III. Eléments de gestion de projet Troisième partie III Eléments de gestion de projet Un projet informatique est l ensemble des activités et des actions à entreprendre pour répondre au besoin d informatisation d un ensemble de tâches dans

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain.

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Solutions de gestion RESSOURCES HUMAINES Parce que votre entreprise est unique, parce que

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES DE GAFSA Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : PGI : Progiciels de Gestion Intégrés ERP : Enterprise

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations

ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations Auteur: Fabian PIAU, Master 2 MIAGE, Nantes La Gestion des Configurations est un processus issu d ITIL version 2 qui aide au soutien du service («Service

Plus en détail

Génie Industriel : Optimisation de la chaîne logistique

Génie Industriel : Optimisation de la chaîne logistique Génie Industriel : Optimisation de la chaîne logistique Amélioration des performances de l entreprise : Piloter les systèmes de production (de biens et de services), Optimiser les flux (stock, délai, matière

Plus en détail

Les grandes familles du numérique

Les grandes familles du numérique Les grandes familles du numérique Les métiers de la production Gérer, exploiter et veiller les systèmes informatiques et réseaux Technicien infrastructure Technicien système, intégration, réseau, télécom,

Plus en détail

OBJECTIFS DE CERTIFICATION

OBJECTIFS DE CERTIFICATION OBJECTIFS DE CERTIFICATION DESCRIPTION DE LA REFERENCE PARTAGEE ASSISTANT COMMERCIAL IMPORT EXPORT EN TERMES D UNITES COMMUNES D ACQUIS D APPRENTISSAGE Tableau descriptif des unités d acquis d apprentissage

Plus en détail

Sage CRM SalesLogix. Gagnez en compétitivité. Sage CRM Solutions

Sage CRM SalesLogix. Gagnez en compétitivité. Sage CRM Solutions Sage CRM Solutions Sage CRM SalesLogix Gagnez en compétitivité Sage CRM SalesLogix est une solution complète, conçue pour permettre à vos équipes commerciales, marketing et service d optimiser la gestion

Plus en détail

La CRM, outil indispensable de votre performance commerciale. Conférence CCI de Saint Etienne 04/06/13

La CRM, outil indispensable de votre performance commerciale. Conférence CCI de Saint Etienne 04/06/13 La CRM, outil indispensable de votre performance commerciale Conférence CCI de Saint Etienne 04/06/13 La CRM Gestion de la Relation Client, outil indispensable de votre performance commerciale Points clés

Plus en détail

La gestion des flux d information : EDI

La gestion des flux d information : EDI La gestion des flux d information : EDI Introduction EDI (définition, composants, types et domaines d application) Les enjeux de l EDI La mise en œuvre de l EDI Conclusion Introduction Tâches Création

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 1: La vision processus dans le management des organisations

Plus en détail

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Prestations audit/conseils

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Prestations audit/conseils Votre expert en flux documentaires et logistiques Prestations audit/conseils 1. ConseiL optimisation d exploitation courrier 2. Conseil Aménagements 3. Conseil en procédures de gestion courrier 4. Accompagnement

Plus en détail

Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement

Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement Patrick CONVERTY Directeur Commercial www.cibeo-consulting.com Approche globale de la performance Stratégie Système

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

Accélérateur de votre RÉUSSITE

Accélérateur de votre RÉUSSITE Accélérateur de votre RÉUSSITE En choisissant SAP Business One, entrez dans un monde sans frontière, ouvert, mobile, agile et social. Achats Finance Avec une seule plateforme, vous répondez à l ensemble

Plus en détail

Comment optimiser son progiciel de gestion?

Comment optimiser son progiciel de gestion? Comment optimiser son progiciel de gestion? «Gérer son informatique, quelles sont les questions que doit se poser chaque entrepreneur?» Centre patronal de Paudex, 27 octobre 2006 Gérard Chessex / NJM NJM

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Leçon 4 : Typologie des SI

Leçon 4 : Typologie des SI Leçon 4 : Typologie des SI Typologie des SI Système formel Système informel Typologie des SI Chaque jour au sein d une organisation Le système d info stocke, traie ou restitue des quantités importantes

Plus en détail

Modèle de cahier des charges pour un appel d offres relatif à une solution de gestion des processus métier (BPM)

Modèle de cahier des charges pour un appel d offres relatif à une solution de gestion des processus métier (BPM) LA BOITE A OUTILS DE L ACHETEUR DE BPM Modèle de cahier des charges pour un appel d offres relatif à une solution de gestion des processus métier (BPM) La boîte à outils de l acheteur de solution BPM -

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Annonces internes. Sonatrach recherche pour sa DC Informatique et Système d Information :

Annonces internes. Sonatrach recherche pour sa DC Informatique et Système d Information : Annonces internes Sonatrach recherche pour sa DC Informatique et Système d Information : Un Directeur Système d Information Système d Information Gestion Système d Information Métier Décisionnel et Portail

Plus en détail

Systèmes d information

Systèmes d information 11 Systèmes Cette famille rassemble des métiers dont la finalité est de concevoir, développer, exploiter et entretenir des solutions (logicielles et matérielles) répondant aux besoins collectifs et individuels

Plus en détail

CQPI Technicien qualité industriel

CQPI Technicien qualité industriel CQPI Technicien qualité industriel Public concerné Salariés ou futurs salariés qui auront pour mission d assurer le contrôle de la qualité et de participer à l amélioration des modes de production et/ou

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Comptabilité et Gestion des Organisations est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire, au sein des services administratifs,

Plus en détail

Etabli le : 05.01.14 Par : Pascal Kramer/Monique Losey Remplace la version du :

Etabli le : 05.01.14 Par : Pascal Kramer/Monique Losey Remplace la version du : CAHIER DES CHARGES 1. Actualisation Etabli le : 05.01.14 Par : Pascal Kramer/Monique Losey Remplace la version du : Motif d actualisation : Mise au concours du poste 2. Identification du poste Département

Plus en détail

Etabli le : 30.04.15 Par : F. Genoud / V. Borin Remplace la version du :

Etabli le : 30.04.15 Par : F. Genoud / V. Borin Remplace la version du : CAHIER DES CHARGES 1. Actualisation Etabli le : 30.04.15 Par : F. Genoud / V. Borin Remplace la version du : Motif d actualisation : Mise au concours du poste 2. Identification du poste Département : INFRASTRUCTURES

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES

MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES MESURE DE L ÉNERGIE ET DES FLUIDES MESURER EN CONTINU TOUTES VOS CONSOMMATIONS D ÉNERGIE ET DE FLUIDES POUR PERMETTRE UNE OPTIMISATION DE VOS PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES Instrumenter vos immeubles à

Plus en détail

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET 109 Gestion de projet METHODOLOGIE ET PROJET Durée 3 jours Conduite de projet COND-PRO s Intégrer les conditions de réussite d une démarche de management par projet. Impliquer

Plus en détail

PGSSI-S Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES. Direction générale de l offre de soins - DGOS

PGSSI-S Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES. Direction générale de l offre de soins - DGOS PGSSI-S Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES pour sensibiliser les directions Cible : les directions des ES les établissements de taille moyenne,

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité CQP Inter-branches Technicien de la Qualité Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification OBSERVATOIRE DES INDUSTRIES CHIMIQUES Désignation du métier ou des composantes du métier

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES Philippe Bourdalé AFAQ AFNOR Certification A2C dans le Groupe AFNOR Les métiers du groupe AFNOR Besoins Clients Normalisation Information

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

Ensemble mobilisons nos énergies

Ensemble mobilisons nos énergies Ensemble mobilisons nos énergies «Lancé en Juin 2005, SIRIUS est désormais un projet au cœur de notre entreprise, au service des ambitions et des objectifs qui s inscrivent dans le cadre de notre stratégie

Plus en détail

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION ACTIVITE et TACHES

Plus en détail

Bâtiments - Infrastructures

Bâtiments - Infrastructures 93 CONCEPTEUR D OUVRAGE ET D ÉQUIPEMENT Code : INF01 Concepteur d ouvrage et d équipement FPEINF01 Il conduit ou participe à des opérations d infrastructures dans le cadre de la réalisation d opérations

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

Sage CRM Sage CRM.com

Sage CRM Sage CRM.com Sage CRM Solutions Sage CRM Sage CRM.com Parce que vous souhaitez > Développer votre portefeuille de prospects > Entretenir une relation régulière avec vos clients > Disposer d outils pour vous organiser

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

Les principes et les thèmes PRINCE2

Les principes et les thèmes PRINCE2 31 Chapitre 3 Les principes et les thèmes PRINCE2 1. Les principes de la méthode PRINCE2 Les principes et les thèmes PRINCE2 Les principes de la méthode PRINCE2 définissent un cadre de bonnes pratiques

Plus en détail

Dématérialisation des factures en PME : Mythe ou Réalité?

Dématérialisation des factures en PME : Mythe ou Réalité? Dématérialisation des factures en PME : Mythe ou Réalité? Magali Michel, Directrice Business Unit Yooz (Groupe ITESOFT) www.yooz.fr Un livre blanc dédié, pour quelles réponses? Répondre aux interrogations

Plus en détail

L offre de gestion de la relation client adaptée à vos besoins. Sage CRM. et Sage CRM.com

L offre de gestion de la relation client adaptée à vos besoins. Sage CRM. et Sage CRM.com L offre de gestion de la relation client adaptée à vos besoins Sage CRM et Sage CRM.com Sage CRM, le CRM * à votre mesure LA TECHNOLOGIE AU SERVICE DE L EFFICACITÉ Sage CRM dispose d une architecture technique

Plus en détail

DSCG. Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion. UE 5 Management des systèmes d information. VAE R é f é r e n t i e l d e c o m p é t e n c e s

DSCG. Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion. UE 5 Management des systèmes d information. VAE R é f é r e n t i e l d e c o m p é t e n c e s Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion DSCG D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0 Validation des Acquis de l Expérience VAE R é f é

Plus en détail

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12 Table des matières Avant-propos 3 Introduction 1. L entreprise et l environnement financier...5 2. Le concept traditionnel...6 2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2.

Plus en détail

Présentation de l épreuve

Présentation de l épreuve MÉTHODO Présentation de l épreuve 1. Programme de l arrêté du 22 décembre 2006 DURÉE DE L ENSEIGNEMENT ÉPREUVE N 11 CONTRÔLE DE GESTION (à titre indicatif) : 210 heures 18 crédits européens 1. Positionnement

Plus en détail

Parcours de formation modulaire

Parcours de formation modulaire Parcours de formation modulaire CQPM 0264 : Coordinateur (trice) du développement des ressources humaines de l entreprise Public concerné Assistant(e) RH débutant dans le poste ou personne chargée de la

Plus en détail

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation Livre blanc Le pragmatisme de votre système d information Rédacteur : Marc LORSCHEIDER / Expert ITIL Mise à jour : 05/06/2013 ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques Pourquoi

Plus en détail

Table des matières. Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1

Table des matières. Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1 Liste des cas d entreprise...................................................... Liste des figures.................................................................. Liste des tableaux...............................................................

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

La fonction achats fonction achats internes extérieur

La fonction achats fonction achats internes extérieur L objectif de la fonction achats est de mettre à la disposition des utilisateurs internes de l entreprise des biens et/ou des services acquis à l extérieur dans les meilleures conditions de prix, de délais,

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION F-5.04 : METHODOLOGIE D UN PROJET DE DEMATERIALISATION ET D ARCHIVAGE ELECTRONIQUE, APPLICATION AUX MAILS /// Objectifs pédagogiques Apporter aux participants les informations essentielles pour aborder

Plus en détail

La carte d achat, c est quoi ça?

La carte d achat, c est quoi ça? La, c est quoi ça? C est un outil mis à disposition des structures publiques et privées qui modifie et simplifie l acte d approvisionnement : C est une carte bancaire nominative et sécurisée qui permet

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

Comment assurer la conformité des systèmes informatiques avec les référentiels et normes en vigueur

Comment assurer la conformité des systèmes informatiques avec les référentiels et normes en vigueur Comment assurer la conformité des systèmes informatiques avec les référentiels et normes en vigueur Quels outils mettre en œuvre pour garantir une sécurité informatique maximale et conforme aux exigences

Plus en détail

Demos Outsourcing Externalisation de la formation

Demos Outsourcing Externalisation de la formation Demos Outsourcing Externalisation de la formation 1 Présentation du Groupe Demos Quelques chiffres 36 ans d existence 78 millions d de CA consolidé en 2007 (20% à l étranger) 700 collaborateurs dans le

Plus en détail

Préparation au CQPM Technicien en Industrialisation et en Amélioration des Processus TIAP (0049)

Préparation au CQPM Technicien en Industrialisation et en Amélioration des Processus TIAP (0049) Préparation au CQPM Technicien en Industrialisation et en Amélioration des Processus TIAP (0049) Public concerné Salariés ou futurs salariés des entreprises industrielles qui auront pour missions de participer

Plus en détail

Open Bee TM e-fact PRO

Open Bee TM e-fact PRO Open Bee TM e-fact PRO SOLUTION GLOBALE D AUTOMATISATION DU TRAITEMENT DES FACTURES FOURNISSEURS 80 % des factures fournisseurs sont encore actuellement reçues au format papier. 13,8 est le coût moyen

Plus en détail

du Commercial Profil d activités

du Commercial Profil d activités Activités des salariés permanents des agences d intérim Profil d activités du Commercial Activités type Développer et suivre le chiffre d affaire et la rentabilité du portefeuille confié par des actions

Plus en détail

La Gestion de projet. Pour aller plus loin, la Gestion des Risques. Système de Pilotage Programme d Urgence

La Gestion de projet. Pour aller plus loin, la Gestion des Risques. Système de Pilotage Programme d Urgence Système de Pilotage Programme d Urgence Actualités Rôle du PMO Gestion de projet Prince2 Gestion Risques La suite Actualités Le rôle du PMO Dans le cadre du plan d actions défini lors de la présentation

Plus en détail

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi. Module: Organisation 3.3. L informatique dans la structure d une organisation Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.dz Plan Introduction Informatique dans les organisations Rattachement

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information) DIRECTION DE LA COMPTABILITE RFI Demande d information Dématérialisation des factures fournisseurs Réf. : RFI2011_DEMAFAC_V1.3_2011-05-04.docx Page 1/6 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request for information)

Plus en détail

Simpl Cité LA SOLUTION DE GESTION ADMINISTRATIVE COMPLÈTE ET FACILE À UTILISER POUR LES PETITES ET MOYENNES COLLECTIVITÉS.

Simpl Cité LA SOLUTION DE GESTION ADMINISTRATIVE COMPLÈTE ET FACILE À UTILISER POUR LES PETITES ET MOYENNES COLLECTIVITÉS. Dans la période actuelle, sous l impulsion des nouvelles lois et pour accomplir leurs nouvelles missions, notamment dans le cadre de la décentralisation, les collectivités territoriales font face à un

Plus en détail

MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION

MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION TROISIEME PARTIE LES PROGICIELS DE GESTION INTEGREE TABLE DES MATIERES Chapitre 1 : LA PLACE DES PGI... 3 Chapitre 2 : LE CYCLE DE VIE DES PGI... 6 Questions de cours...

Plus en détail

1 La méthodologie 7 S pour conduire un projet QSE

1 La méthodologie 7 S pour conduire un projet QSE 1 La méthodologie 7 S pour conduire un projet QSE Cette méthode, fruit de retours d expériences, permet de maîtriser un projet QSE et d atteindre l objectif de certification. C est une véritable «feuille

Plus en détail

Gestionnaire d applications

Gestionnaire d applications FONCTION DE LA FILIERE SI INTITULE : Gestionnaire d applications CLASSIFICATION / GROUPE : 3.3 A CODE RH :.. FAMILLE PROFESSIONNELLE : Filière SI - Exploitation et Services au client Date de mise en application

Plus en détail

Information Technology Services - Learning & Certification. www.pluralisconsulting.com

Information Technology Services - Learning & Certification. www.pluralisconsulting.com Information Technology Services - Learning & Certification www.pluralisconsulting.com 1 IT Consulting &Training Créateur de Performance Pluralis Consulting Services et de Conseil en Système d Information

Plus en détail

THEORIE ET CAS PRATIQUES

THEORIE ET CAS PRATIQUES THEORIE ET CAS PRATIQUES A DEFINIR 8/28/2012 Option AUDIT 1 INTRODUCTION L informatique : omniprésente et indispensable Développement des S.I. accroissement des risques Le SI = Système Nerveux de l entreprise

Plus en détail

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013 Concours interne de l agrégation du second degré Concours interne d accès à l échelle de rémunération des professeurs agrégés dans les établissements d enseignement privés sous contrat du second degré

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

L information et la technologie de l information ERP, EAS, PGI : une nécessité? H. Isaac, 2003

L information et la technologie de l information ERP, EAS, PGI : une nécessité? H. Isaac, 2003 L information et la technologie de l information ERP, EAS, PGI : une nécessité? Le Le progiciel progiciel de de gestion gestion intégré gré PGI, PGI, ERP. ERP. 1 2 3 Définition Définition et et rôle rôle

Plus en détail

Pré-requis. Objectifs. Préparation à la certification ITIL Foundation V3

Pré-requis. Objectifs. Préparation à la certification ITIL Foundation V3 La phase de stratégie de services Page 83 ITIL Pré-requis V3-2011 et objectifs Pré-requis La phase de stratégie de services Maîtriser le chapitre Introduction et généralités d'itil V3. Avoir appréhendé

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Catalogue des Formations A Vision. Par Olivier Ardouin, CPIM, CSCP, CPF, CGBL,CSCD Consultant A Vision

Catalogue des Formations A Vision. Par Olivier Ardouin, CPIM, CSCP, CPF, CGBL,CSCD Consultant A Vision Catalogue des Formations A Vision Par Olivier Ardouin, CPIM, CSCP, CPF, CGBL,CSCD Consultant A Vision Formations Supply Chain Initiation à la Supply Chain par le jeu (1 jour) Les fondamentaux de la Supply

Plus en détail

Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr

Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr Pépinière Acheteurs publics 21 avril 2006 Atelier : «Conduite du changement» Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr Atelier «Conduite du changement» Plan de l intervention

Plus en détail

Fabien Pinckaers Geoff Gardiner. OpenERP. Tiny. Pour une. gestion d entreprise efficace et intégrée. Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12261-9

Fabien Pinckaers Geoff Gardiner. OpenERP. Tiny. Pour une. gestion d entreprise efficace et intégrée. Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12261-9 Fabien Pinckaers Geoff Gardiner OpenERP Tiny Pour une gestion d entreprise efficace et intégrée Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12261-9 Table des matières Première partie Premiers pas avec Open

Plus en détail

PARCOURS TREMPLIN MANAGER Tout employé d un site logistique ayant dans le cadre de son activité professionnelle la responsabilité quotidienne du management d une équipe 10 jours 7,5 heures 8 à 14 Professionnaliser

Plus en détail

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires)

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires) PROBLEMATIQUE - L APPROCHE JADE Telecom L exploitation de réseaux de télécommunications implique pour les entreprises la prise en compte de différents points importants : La mise en place de personnel

Plus en détail