la filière aéronautique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "la filière aéronautique"

Transcription

1 sous-traitantes de 2015

2 Champ de l étude 3 Méthodologie 4 Contexte de la filière 5 Le GIFAS (5) Normandie AeroEspace (6) sous-traitantes de et leurs emplois 7 Caractéristiques des entreprises (7) Profil des salariés (9) Types d emplois (11) Les perspectives d emploi et les métiers en tension 14 L offre de formation 18 La filière productique (18) Le Campus des Métiers et des Qualifications Propulsion Matériaux et Systèmes Embarqués (20) Leviers et freins pour le développement de en région 22 Le recrutement (22) Compétences et formation (26) Le poids des normes (27) Les problèmes d accès au marché (28) Forces et faiblesses de en région (29) Synthèse 31 Annexes 32 Liste des personnes rencontrées (32) Liste des entreprises (33) Effectifs des diplômes en lien avec les métiers de l usinage (35) Campus des Métiers et des Qualification Propulsion Matériaux et Systèmes Embarqués (36) Repères bibliographiques (37) 2

3 Champ de l étude Dans le contexte économique international, offre des perspectives pérennes de développement à long terme. Pour les trente prochaines années, on prévoit une très forte croissance du trafic aérien civil dans le monde. Actuellement à titre d exemple, un A380 décolle ou atterrit toutes les quatre minutes dans le monde. Par conséquent, les compagnies aériennes ont besoin de s équiper de nouveaux avions plus performants (notamment sur le plan environnemental), correspondant à une augmentation du parc et à un renouvellement de leur flotte. En 2014, le dynamisme des ventes d Airbus et de Boeing a entrainé une hausse de 6,1% des activités civiles à 39,1 milliards d euros. Le carnet de commandes d Airbus a atteint un niveau historique avec huit ans de production. Les relations des constructeurs majeurs mondiaux, Airbus et Boeing, avec leurs fournisseurs sont très importantes et l ensemble forme un véritable écosystème. 65 % de la valeur ajoutée des avions sont chez les sous-traitants. Le montant global annuel des achats d Airbus auprès de ses sous-traitants est de 30 milliards de dollars et celui de Boeing de 43 milliards de dollars. L augmentation des capacités de production des sous-traitants implique donc une création significative d emplois. C est pourquoi il a paru opportun aux acteurs locaux que l ERREFOM mène une étude sur cette filière prometteuse en emplois à l échelle du territoire de la Basse-Normandie. L objectif de cette étude est de dresser un panorama de en Basse-Normandie avec pour finalités : de faire connaître et valoriser la filière en région et en France, promouvoir les métiers, faciliter la mise en place de formations qualifiantes adaptées. La filière aéronautique est une filière de production qui regroupe l'ensemble des unités participant à la fabrication d'aéronefs. Elle comprend les constructeurs aéronautiques, des fabricants d'équipements mécaniques et d'équipements électriques et électroniques ainsi que des établissements spécialisés dans les études et la conception. (Source INSEE) L INSEE a défini 3 catégories d établissements relevant de : le «noyau» regroupe les établissements appartenant au secteur de la construction aéronautique et spatiale (et des transports spatiaux), la catégorie «partielle» pour les établissements dont une partie significative de l activité peut être intégrée dans la filière. Beaucoup de pièces techniques sont utilisables dans la fabrication aéronautique ou dans d autres industries (automobile, électronique, énergie, etc.), telles la fabrication d équipements d aide à la navigation, la mécanique industrielle, la fabrication de produits explosifs (restriction aux poudres propulsives), la catégorie «potentielle» : de nombreux établissements de l industrie, mais aussi des services d études et de conception appartiennent potentiellement à. On distingue donc dans les entreprises relevant directement du secteur, c est-à-dire appartenant au noyau et les entreprises sous-traitantes qui relèvent des catégories partielle ou potentielle. En Basse-Normandie, aucune entreprise ne relève directement du secteur de la construction aéronautique et spatiale. Par contre, la région compte un nombre important d entreprises sous-traitantes. LA FILIèRE AéRoNAuTIQuE STATuT SECTEuR METIERS Donneurs d ordres Sous-traitants rang 1 (produits directement posés sur l appareil) Sous-traitants autres rangs (produits et services constitutifs d ensemble) Systémiers Motoristes Equipementiers et prestataires Aéronefs, missiles, satellites et lanceurs Systèmes de propulsion Equipements électriques, électroniques, logiciels, maintenance, stockage, distribution Tous secteurs : études, mécanique, métallurgie Source : La filière industrielle aérospatiale en Ile-de-France - IAURIF 3

4 Définition de la sous-traitance Selon l'association française de Normalisation (Afnor) : «la sous-traitance est définie comme l'opération par laquelle un entrepreneur confie par un sous-traité, et sous sa responsabilité, à une autre personne appelée sous-traitant, tout ou partie de l'exécution du contrat d'entreprise ou du marché public conclu avec le maître de l'ouvrage». Dans le domaine industriel, qu'il existe ou non un marché initial ou un contrat de principe préalable, la notion de sous-traitance est généralement utilisée dans un sens plus général. La sous-traitance industrielle consiste, pour une entreprise dite «donneur d'ordres», à confier la réalisation à une entreprise, dite «sous-traitant» (ou «preneur d'ordres»), d'une ou de plusieurs opérations de conception, d'élaboration, de fabrication, de mise en œuvre ou de maintenance du produit. Ces opérations concernent un cycle de production déterminé. Le sous-traitant est tenu de se conformer exactement aux directives ou spécifications techniques (ou encore «cahier des charges») que le donneur d'ordres arrête en dernier ressort. (Source INSEE) Méthodologie 4 Elle s est articulée autour de 2 axes : caractériser les ressources humaines de la filière via des données chiffrées (taille de l entreprise, âge des salariés, proportion hommes/femmes, types de contrat, catégories socio-professionnelles, rémunération) apprécier de manière qualitative les besoins en recrutement, les difficultés éventuelles, les métiers liés à la filière, les formations existantes et celles à définir en rencontrant les interlocuteurs de la filière. Pour la partie chiffrée de l étude, un travail de repérage des entreprises a été réalisé à partir de différentes sources : l annuaire de Normandie AeroEspace (NAE), association normande des acteurs du domaine aéronautique, spatial, défense et sécurité un fichier constitué par Calvados Stratégie (agence de développement économique du département) ces fichiers ont ensuite été croisés avec ceux de l UIMM (Union des Industries et Métiers de la Métallurgie) Le choix a été fait de retenir les entreprises réalisant au moins 5% de leur chiffre d affaires dans l aéronautique. repérées ont été contactées par mail ou téléphone pour confirmer ou non ce pourcentage. Au final, une cinquantaine d entreprises ont été retenues. Parallèlement, une trentaine d entretiens ont été menés auprès de chefs d entreprises et d acteurs régionaux (cf liste en annexe). Les entretiens auprès des entreprises se sont articulés autour des thématiques suivantes : Identification de l entreprise (effectif, activités, secteurs, clients, normes qualité...) Zoom sur l aéronautique (part du chiffre d affaires réalisé dans l aéronautique, soustraitant de quel rang, développement possible de l aéronautique, freins rencontrés) Structuration des emplois (les différentes fonctions et les profils des personnels) Recrutement (modes, difficultés, contrats proposés (alternance, intérim ), les besoins en 2015)

5 Politique de formation Atouts et faiblesses de en région ont été choisies selon leur secteur d activité, leur taille et leur implantation géographique afin d avoir une certaine représentativité de l existant en région. Contexte de la filière Le GIFAS Le Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales est une fédération professionnelle nationale qui regroupe 332 sociétés, depuis les grands maîtres d œuvre et systémiers jusqu aux PME, spécialisées dans l étude, le développement, la réalisation, la commercialisation et la maintenance de tous programmes et matériels aéronautiques et spatiaux. Ce groupement réalise notamment des études qui permettent d avoir des données nationales sur ces industries. réalisée par l INSEE Haute-Normandie sur la filière aéronautique en Normandie : en 2012 la filière aéronautique normande emploie salariés dont en Haute-Normandie et RÉPARTITION PAR RÉGION DES EFFECTIFS SALARIÉS DES ENTREPRISES DE L AÉRONAUTIQUE ADHÉRENTES AU GIFAS La dernière étude publiée par le GIFAS porte sur la situation de l emploi en 2013 et permet d avoir des indicateurs emploi/formation sur l industrie aéronautique et spatiale (effectifs, recrutements, formation, salaire ). Fin 2013, la filière est estimée à plus de salariés au niveau national dont adhérents GIFAS, soit une progression de 3,5% par rapport à En termes de présence sur le territoire, comme le montre la carte ci-dessous, 2 régions concentrent plus de la moitié des effectifs de la filière aéronautique, soit plus de salariés : Midi Pyrénées et Ile de France. La Basse-Normandie associée à la Haute-Normandie est en 5 ème position à égalité avec les Pays de la Loire et représente 5% des effectifs. A savoir que ces effectifs sont essentiellement localisés en Haute-Normandie, principalement du fait de la présence de tous les grands donneurs d ordre, comme le confirme une étude Moins de 2% de 2% à 4% de 5% à 9% 10% et plus Source : situation de l emploi en GIFAS 5

6 Normandie AeroEspace La filière aéronautique est représentée en région par Normandie AeroEspace (NAE). Créée en 1998 en Haute-Normandie, le périmètre de cette association s est étendu à la Normandie dans son ensemble en 2006 et s est ouvert aux PME en Fin 2014, 103 entreprises sont adhérentes à NAE dont 30 bas-normandes. L ensemble de ces entreprises équivaut à 2 milliards de chiffre d affaires et salariés. doivent remplir 3 conditions pour adhérer à NAE : avoir minimum 20% du chiffre d affaires dans l un des 4 secteurs d activité que sont l aéronautique, le spatial, la défense et la sécurité et dans une activité spécifique à la profession. posséder à minima la certification ISO 9001 être recommandé par un grand donneur d ordre Deux cas de dérogations sont néanmoins possibles si une des deux premières conditions ne sont pas remplies : être dans un domaine de compétences faiblement représenté dans la filière, et néanmoins demandé par la profession être actif dans le domaine de l innovation, dans des domaines qui peuvent potentiellement intéresser ces secteurs d activités. NAE œuvre autour de 4 domaines d action : Recherche, Technologie & Innovation : développement de nouveaux process, travail collaboratif entre les différents membres, mises en relation Business & Performance : aider les entreprises à se développer, salons spécialisés comme le salon du Bourget, 3 séminaires PME par an, lobbying auprès des donneurs d ordres, mises en relations, conseils, club Export et activités à l international. Communication : faire connaître NAE, et la Normandie comme une terre importante de l aéronautique, qui représente la 4 ème filière en termes d emploi en France Emploi & Formation : recueil et diffusion des besoins de recrutement des membres, participation à des salons, forums métiers, orientation pour présenter les métiers de la filière, et encourager les jeunes à rejoindre ce secteur Signature d une Convention de Partenariat entre Normandie AeroEspace et Calvados Stratégie en septembre 2014 Dans un objectif commun, Calvados Stratégie et NAE souhaitent développer la filière de l aéronautique dans le Calvados et la Normandie. Les deux structures ont décidé d associer leurs compétences réciproques pour mener des actions communes à chaque échelon territorial autour de trois ambitions : promouvoir le Calvados et la Normandie comme une région d excellence sur la filière, enraciner et développer les activités sur le territoire, faire face aux enjeux de compétitivité et attirer et fidéliser les talents. Par ailleurs, dans le cadre de ce partenariat, l agence de développement économique accompagnera NAE au Salon international de l Aéronautique et de l Espace Paris Le Bourget, événement phare et incontournable du secteur au mois de juin

7 sous-traitantes de et leurs emplois Caractéristiques des entreprises Pour rappel, les établissements retenus sont ceux réalisant au moins 5% de leur chiffre d affaires dans l aéronautique et localisés en Basse- Normandie. Au final, 49 établissements ont été retenus (cf liste en annexe). La quasi-totalité des établissements relèvent du secteur de l industrie manufacturière (41 sur 49) et à l intérieur de ce secteur, plusieurs soussecteurs sont représentés : mécanique industrielle fabrication de cartes électroniques assemblées fabrication de composants électroniques fabrication de moules et modèles fabrication de pièces techniques plastiques à base de matières plastiques fabrication d'instrumentation scientifique et technique réparation d'équipements électriques fabrication d'autres articles en caoutchouc fabrication d'équipements d'aide à la navigation fonderie d'acier réparation d'ouvrages en métaux fabrication d'autres réservoirs, citernes et conteneurs métalliques fabrication de moteurs, génératrices et transformateurs électriques fabrication d'articles en fils métalliques, de chaînes et de ressorts décolletage fabrication d'autres machines d'usage général fabrication d'autres outillages fabrication d'autres fils et câbles électroniques ou électriques Dans la chaîne de valeur, les entreprises soustraitantes sont répertoriées essentiellement en rang 2, 3 et 4. Elles participent à la réalisation de sous-ensembles en produisant des pièces et des composants. Les autres établissements retenus dépendent pour six d entre eux du secteur des activités spécialisées, scientifiques et techniques (ingénierie, études techniques ; recherche-développement en autres sciences physiques et naturelles et analyses ; essais et inspections techniques) et les 2 derniers appartiennent aux secteurs du commerce et de l information communication. L ensemble de ces entreprises représente un total de salariés. relevant essentiellement du secteur industriel, le choix a été fait de les comparer avec l industrie dans son ensemble. Par ailleurs, lorsque cela est possible, une comparaison est faite avec les données nationales du GIFAS. Répartition des entreprises l aéronautique 24% 49% LOCALISATION ET TAILLE DES ENTREPRISES 27% La répartition des entreprises sur le territoire fait ressortir une prédominance du Calvados. Il centralise à lui seul quasiment la moitié des entreprises l aéronautique. Répartition des entreprises de l industrie 34% 43% 23% 7

8 Entreprises sous-traitantes de 20% 27% Industrie 68% 0% Moins de 10 salariés 26% Répartition des effectifs de l industrie 60% 35% 14% 20% 8 40% 60% 6% 10% 5% 80% 4% 100% de 50 à 99 salariés 100 salariés et plus Comparées à l industrie, les entreprises soustraitantes de sont de taille plus importante : dans l industrie, quasiment sept entreprises sur dix ont moins de dix salariés, pour, cette proportion chute à deux sur dix. Près de trois sur dix ont entre 20 et 49 salariés. 41% 24% Source : Insee Déclaration annuelle de données sociales (DADS) % 13% de 20 à 49 salariés de 10 à 19 salariés Répartition des effectifs des entreprises sous-traitantes de l aéronautique 29% Source : Insee Déclaration annuelle de données sociales (DADS) 2012 TAILLE DE L ENTREPRISE Six salariés sur dix des entreprises travaillent dans le Calvados alors que pour l industrie, cette proportion tombe à quatre sur dix.

9 Profil des salariés RÉPARTITION HOMMES/FEMMES Entreprises 69 % Industrie 72% Les hommes restent largement majoritaires dans les entreprises soustraitantes de la filière aéronautique. Au niveau national, leur part est encore plus élevée : 79%. Entreprises 31% Industrie 28% Source : Insee Déclaration annuelle de données sociales (DADS) 2012 PYRAMIDE DES ÂGES DANS L INDUSTRIE 60 ans et + 1% 2% de 55 à 59 ans 12% 12% de 50 à 54 ans 14% 15% de 45 à 49 ans 16% 16% de 40 à 44 ans 15% 15% de 35 à 39 ans 13% 13% de 30 à 34 ans 12% 11% de 25 à 29 ans 9% 8% moins de 25 ans Homme 8% 8% Femme - 20% -10% 0% 10% 20% Source : Insee Déclaration annuelle de données sociales (DADS) 2012 PYRAMIDE DES ÂGES DANS LES ENTREPRISES SOUS-TRAITANTES DE LA FILIÈRE AÉRONAUTIQUE 60 ans et + 2% 2% de 55 à 59 ans 12% 16% de 50 à 54 ans 11% 17% de 45 à 49 ans 16% 16% de 40 à 44 ans 16% 15% de 35 à 39 ans 13% 12% de 30 à 34 ans 14% 9% de 25 à 29 ans 10% 7% moins de 25 ans Homme 6% 6% Femme - 20% -10% 0% 10% 20% Source : Insee Déclaration annuelle de données sociales (DADS)

10 Industrie moins de 25 ans 8% 6% de 25 à 29 ans 9% 9% de 30 à 34 ans 11% 12% de 35 à 39 ans 13% 13% de 40 à 44 ans 15% 16% de 45 à 49 ans 16% 16% de 50 à 54 ans 14% 13% de 55 à 59 ans 12% 13% 60 ans et plus 2% 2% En termes d âge, la répartition par tranches est quasi identique entre les entreprises et l industrie. Toutefois, chez ces dernières, la proportion de jeunes salariés est légèrement plus importante, ce qui peut s expliquer en partie par un recours plus important à l apprentissage. Les salariés de ces entreprises constituent une population vieillissante : la part des salariés âgés de 50 ans et plus atteint les 28%. Dans les entreprises l aéronautique, les femmes sont plus âgées que les hommes 10 Entreprises sous-traitantes Source : Insee Déclaration annuelle de données sociales (DADS) RÉPARTITION DES SALARIÉS PAR TRANCHES D ÂGE puisque 35% d entre elles ont 50 ans contre 29% chez les hommes. Au total, près de 600 salariés des entreprises ont 50 ans ou plus et ces postes seront à pourvoir dans les années à venir, soit 50 postes en moyenne à renouveler par an. Etant donné la part importante d ouvriers dans ces entreprises, ce sont eux les plus concernés par ces départs (60%). Toutefois, les cadres représentent 14,5% de ces départs à venir alors que leur part dans les entreprises sous-traitantes est de 11,5%.

11 Types d emploi PROFESSIONS ET CATÉGORIES SOCIO-PROFESSIONNELLES (PCS) Répartition par PCS Ouvriers Employés Professions intermédiaires Cadres et professions intellectuelles supérieures Artisans, commerçants et chefs d entreprises 0,5% 0,5% 9% 7% 9,5% 11,5% 20% 20% 61% 61% Industrie Entreprises sous-traitantes % 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% Source : Insee Déclaration annuelle de données sociales (DADS) 2012 Part des ouvriers qualifiés/non qualifiés dans la PCS ouvrier Industrie Entreprises sous-traitantes de 0% 0 20% 20 40% 40 60% 60 80% % 100 Ouvriers qualifiés 71% 29% 74% 26% Ouvriers non qualifiés Source : Insee Déclaration annuelle de données sociales (DADS) En termes de PCS, très peu de différences apparaissent par rapport à l industrie, les cadres sont légèrement plus nombreux dans les entreprises : 11,5% contre 9,5% et à l inverse, la proportion d employés est moins élevée : 7% contre 9%. Tout comme dans l industrie, la catégorie «ouvrier» est majoritaire dans les entreprises soustraitantes de : ils sont plus de six sur dix. La part de la catégorie ouvrier monte à 66% pour les femmes contre 58% pour les hommes. Parmi ces ouvriers, la part d ouvriers qualifiés est plus importante dans les entreprises soustraitantes de que dans l industrie. Par ailleurs, la part d ouvriers qualifiés est plus élevée chez les hommes : 78% contre 72% pour les femmes. A noter qu au niveau national, la répartition par PCS n est pas du tout la même, la part des ingénieurs et cadres atteignant les 42% contre 24% pour les ouvriers. 11

12 Industrie 86% Entreprises sous-traitantes de 5% 9% 93% 0 0% 20 20% 5% 2% 40 40% CDI 60 60% CDD 80 80% % Autres contrats* Source : Insee Déclaration annuelle de données sociales (DADS) 2012 CONTRATS DE TRAVAIL * Apprentissage, professionnalisation... Part de CDI Entreprises Ouvriers non qualifiés 90% Ouvriers qualifiés 92% Industrie Ouvriers non qualifiés 82% Ouvriers qualifiés 90% Concernant les contrats de travail, les CDI sont largement prédominants dans les entreprises : 93% contre 86% dans l industrie. l aéronautique ont très peu recours aux contrats aidés (apprentissage, professionnalisation ) puisque la part des autres contrats n est que de 2%. Elle s élève à 9% dans l industrie, sachant que la part de l apprentissage est de 3%. 12 Par ailleurs, la part de salariés à temps partiel est de 6% pour les entreprises sous-traitantes de contre 8% pour l industrie. Source : Insee Déclaration annuelle de données sociales (DADS) Part des CDI dans la catégorie «ouvrier»

13 RÉMUNÉRATIONS Rémunérations brutes mensuelles ETP Entreprises sous-traitantes Industrie Ouvriers Employés Professions intermédiaires Cadres et professions intellectuelles supérieures Artisans, commerçants, chefs d entreprise Entreprises sous-traitantes Industrie Ouvriers qualifiés Ouvriers non qualifiés Source : Insee Déclaration annuelle de données sociales (DADS) 2012 Evolution des rémunérations brutes mensuelles des ouvriers moins de 25 ans de 25 à 29 ans de 30 à 34 ans de 35 à 39 ans de 40 à 44 ans de 45 à 49 ans de 50 à 54 ans 55 ans et plus Ouvriers non qualifiés Ouvriers qualifiés Source : Insee Déclaration annuelle de données sociales (DADS) 2012 Les salaires sont globalement plus élevés dans les entreprises que dans l industrie, sauf pour la catégorie «professions intermédiaires». Le salaire en début de carrière diffère grandement entre les ouvriers qualifiés et les ouvriers non qualifiés : les premiers gagnent contre pour les seconds. Cet écart se réduit à partir de 25 ans mais reste présent tout au long de la carrière et s accentue en fin de carrière, à 55 ans et plus, les ouvriers non qualifiés gagnent contre pour les ouvriers qualifiés. 13

14 Les perspectives d emploi et les métiers en tension 1 Analyse prospective emploi formation Katalyse et l Observatoire paritaire, prospectif et analytique des métiers et qualifications de la Métallurgie Décembre 2014 Dans son rapport de 2014, NAE fait un bilan de l évolution des effectifs des entreprises adhérentes : plus de 360 emplois nets ont été créés entre 2010 et 2012 dont 238 relèvent d entreprises bas-normandes. Cependant ce nombre est à relativiser car il concerne des entreprises dont le siège est mais ces postes ne sont pas tous localisés en région. D ici 2018, NAE prévoit la création d environ emplois ; la filière en région représentant autour de 20% de normande, cela correspond à 400 emplois. En 2012, le GIFAS a publié une étude sur les besoins prospectifs en ressources humaines du secteur aéronautique et spatial qui a permis d identifier les métiers en tension. En Basse-Normandie, les principaux métiers en tension concernés sont ceux relevant de la fonction production : soudeur, tourneur, fraiseur Un état des lieux et une analyse prospective de l emploi et de la formation dans la Branche Métallurgie réalisés fin permettent de préciser les besoins prévus sur ces postes en région. La majorité des entreprises étant rattachées à cette branche, le tableau cidessous reprend les besoins globaux sur les principaux métiers qui sont ou seront en tension d ici Tableau de synthèse des métiers en tension de la branche métallurgie (en vert les métiers identifiés comme les plus en tension) * Taux appliqués pour le calcul d évolution des effectifs : = : 0 % =/+ : + 3 % +: + 4,5 % ++ : + 7 % METIERS EvOLUTIONS DU MéTIER EFFECTIFS 2010 EvOLUTION DES EFFECTIFS PRévUE* DéPARTS EN RETRAITE BESOIN DE RENOUvELLE- MENT Ingénieurs R&D Techniciens R&D et méthodes - Peu d'évolution de contenu, besoins portés par automobile et équipements électriques - Problématique d'attractivité du territoire Agents logistiques - Polyvalence - Réactivité de plus en plus forte - Intégration des TIC Cadres logistiques - Intégration des TIC - Polyvalence 524 =/ Opérateurs qualifiés d usinage tourneurs, fraiseurs Monteurs, Metteurs au point, Ajusteurs Ouvriers en traitement de surface Usage croissant de machines-outils automatisées - Des besoins concentrés sur la filière automobile et métallurgie - Absence de formation initiale identifiée, manque d'attractivité =/

15 METIERS EvOLUTIONS DU MéTIER EFFECTIFS 2010 EvOLUTION DES EFFECTIFS PRévUE* DéPARTS EN RETRAITE BESOIN DE RENOUvELLE- MENT Ingénieurs et Techniciens commerciaux Double compétence pointue Soudeur Chaudronnier - Polyvalence (apprentissage de l ensemble des techniques de soudage) - Utilisation des machines de soudage - Fabrication de pièces complexes - Savoir-faire difficile à acquérir pour les jeunes =/ Tuyauteur Polycompétence 295 =/ Radioprotectionniste Besoins spécifiques à AREvA, formation (INSTN) insuffisante Environ 300 en NC Environ 15 / an (à confirmer par l Observatoire d AREvA) Monteur-câbleur en électronique et électricité - Fabrication de pièces complexes - Savoir-faire difficile à acquérir pour les jeunes Opérateur qualifié, conducteur de ligne automatisée Automatisation de la production Electromécanicien Technicien de maintenance Chargé de maintenance - Nécessité d adaptation aux machines modernes - Part de la relation client non négligeable Chef d équipe Chef de chantier Chef d atelier Compétences managériales à acquérir Source : Analyse prospective emploi formation Katalyse et OPQM Métallurgie Autre constat issu de ce rapport : en parallèle de ce besoin de renouvellement de salariés dans tous les secteurs de la branche, le Rectorat prévoit une démographie scolaire négative dès 2015 avec une diminution du nombre d'élèves de 3 ème. Les filières de formation des métiers de la métallurgie seront d autant plus impactées qu elles connaissent des difficultés de recrutement importantes liées à une désaffection des jeunes à s orienter vers ces filières. Cette orientation se fait souvent par défaut et à terme accentue le décalage entre les besoins des entreprises d un personnel de plus en plus compétent et les jeunes formés. Ce rapport a par ailleurs constaté une forte évolution des besoins des entreprises avec à terme la nécessité d adapter l offre de formation existante (initiale et continue). 15

16 Toujours d après ce rapport, cette évolution des besoins est liée aux évolutions économiques décrites ci-après : l automatisation des processus et le positionnement sur des activités à plus forte valeur ajoutée implique un recours accru à des formations continues ciblées, favorisant l acquisition du savoir-faire et des compétences techniques requises, et une exigence plus forte sur les diplômes de niveau III pour les recrutements de jeunes diplômés. L impact principal de cette évolution est la montée en compétence des collaborateurs. l internationalisation des activités et des entreprises de la métallurgie entraîne notamment le besoin d'une main d'œuvre maîtrisant l'anglais. Cette exigence résulte de trois facteurs : l appartenance relativement fréquente de l établissement à un groupe étranger, l usage d équipements fabriqués à l étranger et fournis à ce titre avec des instructions en anglais et enfin l internationalisation croissante de l activité qui peut amener certains ouvriers qualifiés et techniciens à interagir avec des collaborateurs étrangers. l accélération des mutations et le besoin constant des entreprises de s adapter rapidement aux exigences du marché favorise la recherche de profils de plus en plus polyvalents, disposant d une palette étendue de compétences techniques et surtout capables de s adapter aux évolutions des métiers. Cette recherche de profils polyvalents est particulièrement marquée dans les PME qui doivent pouvoir diversifier leur activité et travailler dans des univers très différents, avec des techniques, des normes et des attentes spécifiques. 16 Cette montée en compétences des salariés est rendue difficile par un défaut de maîtrise de compétences élémentaires des élèves à l'issue du système scolaire. En effet, les entreprises constatent régulièrement l existence de lacunes importantes chez les candidats et les jeunes salariés sur des savoir-faire élémentaires de la formation initiale : mathématiques simples, français, anglais... Ces lacunes s avèrent particulièrement problématiques pour faire évoluer les ouvriers vers des postes à plus forte responsabilité, contraignant souvent les entreprises à mettre en place des modules de remise à niveau en interne, avant d envisager des promotions. A cela s ajoute le décalage entre les besoins exprimés par les entreprises de contenus de formations très pratiques et les formations initiales souvent considérées comme étant trop théoriques. plébiscitent les formations pratiques, permettant aux élèves ou aux stagiaires de formation de vivre concrètement les contraintes et les spécificités techniques propres au métier préparé, mais également au secteur d'activité dans lequel il sera exercé. En ce sens, beaucoup de formations, initiales en particulier, sont jugées trop théoriques. Si l'apprentissage est largement plébiscité par les employeurs, il est contraint pour les mineurs qui ne peuvent pas utiliser certaines machines et qui de fait ne sont pas suffisamment prêts à la sortie de leur formation pour être directement opérationnels.

17 donneurs d ordres qui influent fortement sur le niveau d'activité des entreprises. La spécificité de ces entreprises est de disposer d'autres sites de production, or le risque, si elles ne trouvent pas localement la main d'œuvre qualifiée pour répondre à ces besoins, est que les projets de développement soient ciblés sur d'autres sites de production. Pour pallier cela, les principales recommandations du rapport de la branche Métallurgie sont les suivantes : Dans ce contexte, une évolution de l'offre de formation, notamment de l'offre de formation continue pour répondre à la baisse des effectifs issus des formations initiales apparaît comme un enjeu essentiel du développement économique bas-normand. Certaines entreprises ont précisé ne pas pouvoir aujourd'hui se développer davantage faute de pouvoir recruter des profils répondant à leurs besoins. Ce phénomène est encore marginal dans un contexte économique difficile, mais l'accélération du besoin de renouvellement des salariés associée au phénomène de démographie scolaire négative risque d'engendrer des tensions bien plus fortes à l'avenir. Les PME seront particulièrement touchées par ces difficultés de recrutement, souffrant de la concurrence des grands groupes pour capter les profils, en particulier sur les métiers qualifiés et métiers en tension. Elles ne peuvent souvent pas s'aligner sur les conditions de salaires et les avantages offerts par les grandes entreprises, elles ne disposent par ailleurs pas de la même "force de frappe" pour diffuser leurs besoins de main d'œuvre. Mais l'enjeu est aussi essentiel pour les grandes entreprises ; en effet, la métallurgie bas-normande compte une part importante de grands Pour la formation initiale : Améliorer l orientation des jeunes et la valorisation des filières professionnelles Orienter l offre de formation initiale vers des formations de niveau III sur les métiers en tension Intégrer des modules dédiés aux environnements de travail propre à chaque secteur Maintenir les efforts pour favoriser le développement de l apprentissage Engager une réflexion avec les pouvoirs publics régionaux, le Rectorat et les autres branches professionnelles sur les encouragements à la mobilité des jeunes et le développement localisé de solutions d'hébergement Pour la formation continue : Développer une offre de formation continue adaptée pour les demandeurs d'emploi (y compris hors métallurgie) Favoriser l'évolution des ouvriers non qualifiés vers les métiers en tension Adapter les formations «soudage» et «tuyauteur» pour répondre au besoin de polyvalence des entreprises Réviser/moderniser les modalités de formation pour répondre aux mieux aux exigences des entreprises (en particulier des PME) Développer des modules spécifiques aux environnements Energies Marines Renouvelables (EMR) et nucléaire Une recommandation transversale : agir sur l attractivité et l image de la région notamment pour capter des profils qualifiés. Normandie AeroEspace précise qu un travail de fond est également à mener sur l image et l attractivité de tous ces métiers techniques, tant au niveau des élèves, que de leurs parents, et de la société en général. 17

18 L offre de formation La filière productique Contrairement à la Haute-Normandie* où NAE a historiquement contribué à la mise en place de 6 formations spécialisées dans l aéronautique du niveau Iv (bac professionnel) au niveau I (Master), il n existe pas de formation fléchée aéronautique. Toutefois un certain nombre de formations mènent à des métiers en lien avec l aéronautique, notamment toutes les formations relatives aux métiers de l usinage et qui correspondent aux métiers en tension précédemment évoqués. Dans une étude réalisée en 2014 sur les métiers de l usinage en Haute et Basse-Normandie par ORA Consultants pour NAE, un recensement des formations existantes diplômantes et qualifiantes en Normandie a été réalisé. Il dénombre 111 formations en rapport avec l usinage sur l ensemble de la Normandie dont 19 sont localisées. Sur ces 19 formations, 17 sont diplômantes et 2 qualifiantes. Sur les 17 formations diplômantes, 11 correspondent à un diplôme de niveau Iv (baccalauréat) et 8 de niveau III (BTS et DUT). Les formations en région en lien avec les métiers de l usinage * Cf l étude réalisée par le CREFOR : Le secteur de la construction aéronautique et spatiale en Haute-Normandie Source : Rectorat 18 BACCALAURÉAT Technicien d usinage Technicien outilleur Pilote de ligne de production Microtechniques BTS/DUT BTS Industrialisation des produits mécaniques BTS Conception de produits industriels BTS Conception et réalisation de systèmes automatiques BTS Conception et industrialisation en microtechniques BTS Etude et réalisation d'outillages de mise en forme des matériaux DUT Génie mécanique et productique

19 En , l ensemble de ces formations représentent plus de 600 élèves, toutes années d études et diplômes confondus (cf les effectifs détaillés par diplôme en annexe). Les différents baccalauréats professionnels constituent un effectif global de 328 élèves contre 310 en , les effectifs sont en légère hausse. Les formations de niveau III (BTS, DUT) totalisent 278 étudiants contre 303 en et connaissent donc une légère baisse. Comme le montre le tableau ci-dessous, quelques-uns de ces diplômes, notamment des BTS, ne remplissent pas l ensemble des places proposées. A l inverse sur les 4 baccalauréats professionnels Technicien d usinage proposés en région, 3 accueillent plus d étudiants que prévus. A la rentrée 2014, l'indice d'affluence (rapport entre nombre de vœu n 1 et capacités d accueil) des baccalauréats professionnels est de 1,4 et celui des BTS de 1,6, toutes filières confondues. Les diplômes concernés par les métiers de l usinage ont un indice d affluence beaucoup plus faible : 0,8. Capacités d accueil en des diplômes en lien avec les métiers de l usinage Lycée et ville Formation Capacités d'accueil Effectifs en 1 ère année Places vacantes Nombre de vœu n 1 Indice d'affluence Institut Lemonnier Caen BTS Conception et réalisation de systèmes automatiques ,4* LP Paul Cornu Lisieux Bac pro Technicien d'usinage ,9 LPO Dumont D'Urville Caen LPO Dumont D'Urville Caen LPO Dumont D'Urville Caen BTS Conception et industrialisation en microtechniques BTS Conception de produits industriels BTS Industrialisation des produits mécaniques , , ,2 LPO Dumont D'Urville Caen Bac pro Microtechniques ,1 LP Jean Mermoz vire LP Edmond Doucet Equeurdreville-Hainneville LP Pierre et Marie Curie Saint-Lô LP Pierre et Marie Curie Saint-Lô LP Sauxmarais Tourlaville LGT Jean Guéhenno Flers LGT Napoléon L'Aigle LGT Napoléon L'Aigle Bac pro Technicien outilleur ,1 Bac pro Technicien d'usinage ,1 Bac pro Technicien d'usinage ,7 BTS Conception et réalisation de systèmes automatiques Bac pro Pilote de ligne de production BTS Etude et réalisation d'outillages de mise en forme des matériaux BTS Industrialisation des produits mécaniques , , , ,3 Bac pro Technicien d'usinage ,6 * Source : Rectorat de Caen *Note de lecture : le BTS Conception et réalisation de systèmes automatiques de l Institut Lemonnier a une capacité d accueil de 24 places. 24 étudiants sont inscrits en 1 ère année donc aucune place n est vacante. 10 élèves avaient choisi ce BTS en vœu n 1, son indice d affluence (rapport entre nombre de vœu n 1 et capacités d accueil) est de 0,4 TOTAL ,8 19

20 Le GIFAS a mené une enquête en 2014 sur l'état des relations entre les équipes pédagogiques chargées des formations professionnelles universitaires et les entreprises du domaine de l'aéronautique et du spatial. Cet état des lieux des relations entre les entreprises adhérentes du GIFAS et les universités doit permettre d'optimiser la coopération entre milieux économiques et milieux académiques. Afin de pérenniser et faire progresser les relations entre les équipes enseignantes et les entreprises du secteur aéronautique et spatial, il est préconisé de mettre en place un binôme constitué d un référent industriel et d un référent université. La désignation d un référent enseignant spécialiste de l aéronautique et du spatial faciliterait les contacts avec les acteurs du monde socio-économique. D autre part, la désignation d un référent au sein de l entreprise permettrait de développer les échanges, pour l instant surtout axé sur le domaine technique, autour des thématiques de recrutement et d évolution des métiers. La mise en place progressive sur le territoire national de campus des métiers semble répondre en partie à cette préoccupation. Le Campus des Métiers et des Qualifications : Propulsion Matériaux et Systèmes Embarqués (CMQ PMSE) Le campus des métiers : un pôle de formation en synergie avec les politiques territoriales de développement économique 20 Les campus des métiers regroupent des établissements d'enseignement secondaire et d'enseignement supérieur, de formation initiale ou continue. Ils sont construits autour d un secteur d activité d excellence correspondant à un enjeu économique national ou régional soutenu par la collectivité et les entreprises (pôles de compétitivités, développement de nouvelles filières industrielles...) : aéronautique, bâtiment et travaux publics, énergies nouvelles, numérique, métallurgie...ils proposent aux jeunes des pôles d excellence offrant une gamme de formations générales, technologiques et professionnelles jusqu au plus haut niveau, dans un champ d activités d avenir. Ils permettront aux entreprises d embaucher des salariés bien formés et favoriseront le développement économique régional et l insertion professionnelle des jeunes. (Source : Ministère de l Education nationale)

Travail des métaux Mécanique générale

Travail des métaux Mécanique générale Profil du domaine professionnel Travail des métaux Mécanique générale 65 Profil du domaine professionnel Travail des métaux - Mécanique générale Emploi et marché du travail Idées-forces Ce domaine professionnel

Plus en détail

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Synthèse - Septembre 2012 Une étude pour anticiper les besoins en compétences à horizon 2015-2020 Contexte économique et opportunités

Plus en détail

L emploi et la formation dans la métallurgie Région Ile-de-France

L emploi et la formation dans la métallurgie Région Ile-de-France L emploi et la formation dans la métallurgie Région Ile-de-France Avril 2012 Sommaire 1. Les effectifs salariés et entreprises employeurs 2 2. Les profils des salariés 10 3. Les caractéristiques de l emploi

Plus en détail

Conseil d Orientation pour l Emploi

Conseil d Orientation pour l Emploi Conseil d Orientation pour l Emploi Filière Navale Emplois Compétences Aspects généraux les emplois vacants 26 Mars 2013 Périmètre de la filière des industries navales et maritimes Activités navales au

Plus en détail

Métiers et Opportunités d emplois

Métiers et Opportunités d emplois Ensemble, plus vite, plus haut La filière aéronautique et spatiale en Poitou-Charentes Présentation AEROTEAM Métiers et Opportunités d emplois 6 et 7 mai à Rochefort & Niort Agnès Galas 1 SOMMAIRE La filière

Plus en détail

insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2011

insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2011 n o 19 2015 insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2011 TAUX D INSERTION 77,4 % PART DES EMPLOIS STABLES 67,8% PART DE POURSUITES D ÉTUDES 88,7% SALAIRE NET MENSUEL MOYEN 1 472 O B S E R VATO

Plus en détail

Maintenance industrielle et méthode

Maintenance industrielle et méthode Profil du domaine professionnel Maintenance industrielle et méthode 81 Profil du domaine professionnel Maintenance industrielle et méthode Emploi et marché du travail Idées-forces Ce domaine professionnel

Plus en détail

OBSERVATOIRE RÉGIONAL

OBSERVATOIRE RÉGIONAL OBSERVATOIRE RÉGIONAL du Commerce de proximité : l emploi et la formation en Midi-Pyrénées Document de synthèse octobre 2015 Réalisé avec le soutien de La DIRECCTE Midi-Pyrénées et la contribution de :

Plus en détail

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages Dossier de presse juillet 2014 L APPRENTISSAGE, que d avantages Sommaire Introduction : l apprentissage 3 Quelques chiffres 3 Les enjeux 3 Un dispositif plus simple, plus sécurisé, mieux financé 3 1. Pourquoi

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Licence professionnelle Logistique globale

Licence professionnelle Logistique globale Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Logistique globale Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS Chantier à Lièpvre - Entreprise COLMAR CHARPENTES (Colmar) - MÉTIERS DE LA CHARPENTE - OCTOBRE 2012 1 1. L emploi 594 charpentiers en

Plus en détail

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie : propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie Les ateliers régionaux de l orientation tout au long de la vie Amiens, le 23 novembre 2010 Sommaire Le diagnostic territorial, de quoi parle-t-on?

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3248 Convention collective nationale IDCC : 1512. PROMOTION IMMOBILIÈRE ACCORD

Plus en détail

90 % insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2010. n o 10 2013 OBSERVATOIRE TAUX D INSERTION PART DES EMPLOIS STABLES 83,2%

90 % insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2010. n o 10 2013 OBSERVATOIRE TAUX D INSERTION PART DES EMPLOIS STABLES 83,2% n o 10 2013 insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2010 TAUX D INSERTION 90 % PART DES EMPLOIS STABLES 83,2% SALAIRE NET MENSUEL MOYEN 1 437 OBSERVATOIRE Etude réalisée avec le soutien financier

Plus en détail

COMPÉTENCES DÉSORMAIS SOUS LA MÊME ENSEIGNE

COMPÉTENCES DÉSORMAIS SOUS LA MÊME ENSEIGNE ENTREPRISES TOUTES NOS COMPÉTENCES DÉSORMAIS SOUS LA MÊME ENSEIGNE les-industries-technologiques.fr Malgré le contexte économique actuel, le sujet de préoccupation qui arrive en tête pour les chefs d entreprise

Plus en détail

Observatoire de la métallurgie. Baromètre national intentions d embauche Deuxième vague UIMM Auvergne Juillet 2015

Observatoire de la métallurgie. Baromètre national intentions d embauche Deuxième vague UIMM Auvergne Juillet 2015 Observatoire de la métallurgie Baromètre national intentions d embauche Deuxième vague UIMM Auvergne Juillet 2015 Méthodologie adoptée et questionnaires récoltés Champ de l'enquête Commanditée par l'observatoire

Plus en détail

L EVOLUTION ET LES ENJEUX LIES A LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE

L EVOLUTION ET LES ENJEUX LIES A LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE L EVOLUTION ET LES ENJEUX LIES A LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE Analyse de l évolution des emplois et des compétences dans les industries chimiques en Haute-Normandie à horizon 2020 SYNTHESE Monsieur Ludovic

Plus en détail

Le devenir des diplômés de Licence Professionnelle 2011

Le devenir des diplômés de Licence Professionnelle 2011 L OVE Enquête Observatoire de la Vie Étudiante Le devenir des diplômés de Licence Professionnelle 2011 Avril 2015 En 2010-2011, l offre de formation de l Université d Artois s enrichit de 3 nouvelles Licences

Plus en détail

ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS cordiste.mov - MÉTIERS DE LA COUVERTURE - DECEMBRE 2012 1. L emploi 1 241 couvreurs en 2010 soit 5% des salariés de la production du BTP

Plus en détail

MARCHÉ DE L EMPLOI. Chef de chantier - Conducteur de travaux. Un ZOOM sur les métiers. Description et conditions de travail.

MARCHÉ DE L EMPLOI. Chef de chantier - Conducteur de travaux. Un ZOOM sur les métiers. Description et conditions de travail. MARCHÉ DE L EMPLOI ANALYSE SEPTEMBRE 2013 Un ZOOM sur les métiers Chef de chantier - Conducteur de travaux Dans le cadre du Plan Marshall 2.vert, Plan stratégique transversal pour la Wallonie, le Forem

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS DE LICENCE PROFESSIONNELLE 2010 DE L ub Situation au 1 er décembre 2012

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS DE LICENCE PROFESSIONNELLE 2010 DE L ub Situation au 1 er décembre 2012 LE DEVENIR DES DIPLOMÉS DE LICENCE PROFESSIONNELLE 2010 DE L ub Situation au 1 er décembre 2012 Les résultats présentés dans ce document concernent le devenir professionnel des diplômés 2010 de licence

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3 SOFIP Observatoire Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle L insertion professionnelle des diplômés 2010 de Licence Professionnelle En 2009-2010, 529 étudiants ont été diplômés d une Licence

Plus en détail

ARGOS. GFE 05 Structures métalliques. Travail des métaux Fonderie. Pistes de réflexion

ARGOS. GFE 05 Structures métalliques. Travail des métaux Fonderie. Pistes de réflexion ARGOS Analyse régionale pour les grandes orientations du schéma des formations Pistes de réflexion GFE 05 Structures métalliques Juillet 2005 Travail des métaux Fonderie Réalisation CarifOref Midi-Pyrénées

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES ENTREPRISES DU MEDICAMENT ET L UNIVERSITE VICTOR SEGALEN BORDEAUX 2 DOSSIER DE PRESSE 17 NOVEMBRE 2008

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES ENTREPRISES DU MEDICAMENT ET L UNIVERSITE VICTOR SEGALEN BORDEAUX 2 DOSSIER DE PRESSE 17 NOVEMBRE 2008 CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES ENTREPRISES DU MEDICAMENT ET L UNIVERSITE VICTOR SEGALEN BORDEAUX 2 DOSSIER DE PRESSE 17 NOVEMBRE 2008 CONTACTS PRESSE Les Entreprises du Médicament Stéphanie Bou-Fleurot

Plus en détail

Manuel qualité du CFAI Aquitaine - 2013

Manuel qualité du CFAI Aquitaine - 2013 Manuel qualité du CFAI Aquitaine - 2013 La mission du CFAI Aquitaine est de favoriser l insertion des apprentis dans le milieu industriel en leur donnant une qualification professionnelle validée par un

Plus en détail

A. Secteur des services aux entreprises

A. Secteur des services aux entreprises A. Secteur des services aux entreprises 1 Services Aux Entreprises I. Diagnostic sectoriel Services Aux Entreprises 1. Contexte des entreprises Démographie des entreprises 382 417 499 286 1845 1838 1271

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé d affaires en ingénierie électrique et électronique de l Université Montpellier 2 Sciences et techniques

Plus en détail

Eléments. de diagnostic territorial. en Midi-Pyrénées. Zone d emploi. Toulouse. Décembre 2006

Eléments. de diagnostic territorial. en Midi-Pyrénées. Zone d emploi. Toulouse. Décembre 2006 Eléments de diagnostic territorial en Zone d emploi Décembre 2006 Contrat de plan Etat-Région 2000-2006 Eléments de diagnostic territorial : zone d emploi de La zone d emploi de TOULOUSE La zone d emploi

Plus en détail

INDUSTRIES DE SANTÉ. 6 DÉFIS RH À relever en soutien de la compétitivité des entreprises et de l évolution professionnelle des salariés

INDUSTRIES DE SANTÉ. 6 DÉFIS RH À relever en soutien de la compétitivité des entreprises et de l évolution professionnelle des salariés La lettre d information des défis RH lancés pour les entreprises de la filière Industries de santé INDUSTRIES DE SANTÉ Avril 2014 n 1 ACtionS/déveLoPPement/emPLoi/ComPétenCeS 6 DÉFIS RH À relever en soutien

Plus en détail

Le secteur automobile «amont» : tude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional

Le secteur automobile «amont» : tude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional Le secteur automobile «amont» : tude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional Synthèse Contexte Depuis 2008, les marchés et la filière automobile font face à de nombreux chocs conjoncturels

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Conduite du processus d'optimisation des entreprises (Lean Management) de l Université de Cergy- Pontoise - UCP

Plus en détail

ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE

ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE Observatoire régional information économique des CCI des Pays de la Loire ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE perspectives & compétences Édition 2006 Les CCI, première source d information

Plus en détail

Second oeuvre du bâtiment

Second oeuvre du bâtiment Profil du domaine professionnel Second oeuvre du bâtiment 51 PFM 2010 - Basse-Normandie Profil du domaine professionnel Second oeuvre du bâtiment Emploi et marché du travail Idées-forces Ce domaine professionnel

Plus en détail

1 618 entreprises I 6 636 salariés

1 618 entreprises I 6 636 salariés ÉDITION 2011 La Branche Auto/Moto de l Précision importante pour l édition 2011 Compte tenu de la nouvelle nomenclature NAF (2008) et de la modification du périmètre des activités des codes NAF partagés,

Plus en détail

Appui-Conseil contrat de génération. Appel d offres. Appel d offres. «Appui-conseil contrat de génération»

Appui-Conseil contrat de génération. Appel d offres. Appel d offres. «Appui-conseil contrat de génération» Appui-Conseil contrat de génération Appel d offres Appel d offres «Appui-conseil contrat de génération» 1 PRESENTATION OPCAIM / ADEFIM 74 La branche de la Métallurgie regroupe des entreprises de toutes

Plus en détail

Le devenir à 30 mois des titulaires de Licence Professionnelle

Le devenir à 30 mois des titulaires de Licence Professionnelle Le devenir à 30 mois des titulaires de Licence Professionnelle Année universitaire 2005-2006 Cette note présente les résultats de l enquête menée auprès des diplômés de 2006 de licence professionnelle

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

Portrait statistique des entreprises et des salariés

Portrait statistique des entreprises et des salariés Portrait statistique des entreprises et des salariés Branche professionnelle des entreprises de courtage d'assurances et/ou de réassurance Commission paritaire nationale pour l'emploi 26 septembre 2013

Plus en détail

L emploi des jeunes dans l Economie Sociale et Solidaire

L emploi des jeunes dans l Economie Sociale et Solidaire L emploi des jeunes dans l Economie Sociale et Solidaire Synthèse Observatoire National de l ESS CNCRES Elisa Braley, responsable de l Observatoire Arnaud Matarin, chargé d études observatoire@cncres.org

Plus en détail

CEP CONSTRUCTION. Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction. Septembre 2006. Jean-Louis Reboul. Sandrine Aboubadra

CEP CONSTRUCTION. Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction. Septembre 2006. Jean-Louis Reboul. Sandrine Aboubadra CEP CONSTRUCTION Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction Septembre 2006 Jean-Louis Reboul Sandrine Aboubadra Siège social 89, rue du Faubourg Saint Antoine 75011 PARIS Tel : 33

Plus en détail

Profil du domaine professionnel. Banque Assurance. 295 PFM 2010 - Basse-Normandie

Profil du domaine professionnel. Banque Assurance. 295 PFM 2010 - Basse-Normandie Profil du domaine professionnel Banque Assurance 295 Profil du domaine professionnel Banque - Assurance Emploi et marché du travail Idées-forces Ce domaine professionnel se décline en trois grands groupes

Plus en détail

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Crédit photo : Hlp - DISSAUX La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Mars 2014 (à partir de l étude validée en juin 2013) CONTEXTE Dans un marché mondial

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion opérationnelle et juridique des ressources humaines de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

Résultats de l analyse de l enquête RH auprès des entreprises du territoire

Résultats de l analyse de l enquête RH auprès des entreprises du territoire Maison de l Emploi de Valenciennes Métropole Projet GPECT Filière - juin 2014 Résultats de l analyse de l enquête RH auprès des entreprises du territoire 1 Contexte Les PME (Petites et Moyennes Entreprises

Plus en détail

GFE 12 Techniques graphiques Impression

GFE 12 Techniques graphiques Impression PLAN RÉGIONAL DE DÉVELOPPEMENT DES FORMATIONS MIDI-PYRÉNÉES (PRDF) 2007-2011 GFE 12 Techniques graphiques Impression AVRIL 2006 Contribution au diagnostic du PRDF par GFE Fonds social européen Dernières

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Document réalisé par Peter Ulrich, économiste Les membres du Service de proximité aux TPE : 1 Le contexte

Plus en détail

Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2013

Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2013 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2007-T4 2008-T1 2008-T2 2008-T3 2008-T4 2009-T1 2009-T2 2009-T3 2009-T4 2010-T1 2010-T2 2010-T3 2010-T4 2011-T1 2011-T2 2011-T3 2011-T4 2012-T1 2012-T2 2012-T3

Plus en détail

Après une Licence Professionnelle. Après une Licence Professionnelle

Après une Licence Professionnelle. Après une Licence Professionnelle Observatoire des Étudiants Cellule d aide au pilotage http://www.u-bordeaux3.fr/fr/ode.html Esplanade des Antilles - 33 607 PESSAC Cedex ode@u-bordeaux3.fr - www.u-bordeaux3.fr/fr/ode.html Après une Licence

Plus en détail

Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais. Synthèse des résultats

Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais. Synthèse des résultats Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais Synthèse des résultats Septembre 2013 Etude coordonnée par Dispositif soutenu et financé par Le

Plus en détail

Licence professionnelle Coordinateur de projets en gestion des risques

Licence professionnelle Coordinateur de projets en gestion des risques Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Coordinateur de projets en gestion des risques Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

Industrie du papier et du carton - PSB 2014 Portrait Statistique de Branche

Industrie du papier et du carton - PSB 2014 Portrait Statistique de Branche I N T E R- S E C T E U R S P A P I E R S C A R T O N S Production Transformation Distribution Industrie du papier et du carton - PSB 2014 Portrait Statistique de Branche Observatoire Prospectif des Métiers

Plus en détail

information Les chercheurs en entreprise

information Les chercheurs en entreprise note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.05 AVRIL En 2007, plus de 137 000 chercheurs (en personnes physiques) ont une activité de R&D en entreprise, ils étaient 81 000 en 1997, et deviennent

Plus en détail

Licence professionnelle Réseaux et télécommunications spécialité administration et sécurité des réseaux (AESR)

Licence professionnelle Réseaux et télécommunications spécialité administration et sécurité des réseaux (AESR) IUT - Institut Universitaire de Technologie Licence professionnelle Réseaux et télécommunications spécialité administration et sécurité des réseaux (AESR) / Objectifs de cette licence professionnelle :

Plus en détail

La filière de l électronique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation

La filière de l électronique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation La filière de l électronique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Mai 2014 (à partir de l étude validée en mars 2014) CONTEXTE Caractérisée par une mondialisation des activités et

Plus en détail

Restitution de l enquête Seniors UT 92

Restitution de l enquête Seniors UT 92 ARACT Île-de-France DIRECCTE Ile de France UT92 Restitution de l enquête Seniors UT 92 Note de synthèse Janvier 2013 Note de synthèse - Enquête Seniors UT 92 1. Rappel du contexte et de la commande : En

Plus en détail

Etude prospective sur la filière matériel roulant ferroviaire

Etude prospective sur la filière matériel roulant ferroviaire Etude prospective sur la filière matériel roulant ferroviaire horizon 2015-2025 Etat des lieux : besoins de la filière et de l offre de formation Analyse : adéquation offre de formation / besoins futurs

Plus en détail

Les besoins de qualification des. métiers de la petite enfance. Branche professionnelle des. acteurs du lien social et. familial.

Les besoins de qualification des. métiers de la petite enfance. Branche professionnelle des. acteurs du lien social et. familial. Les besoins de qualification des métiers de la petite enfance Branche professionnelle des acteurs du lien social et familial. Résultats de l'enquête menée en 2013 SOMMAIRE La méthodologie mise en place

Plus en détail

POE collectives du Vaucluse

POE collectives du Vaucluse POE collectives du Vaucluse PréambuIe : Le département du Vaucluse, et plus particulièrement le bassin d emploi d Avignon, est constitué d un tissu de petites industries qui ont un besoin crucial de main

Plus en détail

CAMPUS DES MÉTIERS ET DES QUALIFICATIONS DE L INDUSTRIE DES ÉNERGIES BASSE-NORMANDIE

CAMPUS DES MÉTIERS ET DES QUALIFICATIONS DE L INDUSTRIE DES ÉNERGIES BASSE-NORMANDIE CAMPUS DES MÉTIERS ET DES QUALIFICATIONS DE L INDUSTRIE DES ÉNERGIES BASSE-NORMANDIE Localisation Cherbourg et Nord-Cotentin Secteurs d activité Énergies (nucléaire, maritime), Énergies marines renouvelables

Plus en détail

Jusqu à la fin des années 90, la majorité

Jusqu à la fin des années 90, la majorité ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE 00.10 MARS En quinze ans, le nombre de chercheurs en entreprise (en personnes physiques) a fortement augmenté : 78

Plus en détail

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014 Nord-Pas de Calais N 180 JUILLET 2014 Sommaire 02 Le recrutement 03 La gestion des ressources humaines 04 Le recours à la formation continue 07 L alternance La place des RESSOURCES HUMAINES et les pratiques

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

Situation à l'entrée en Licence pro

Situation à l'entrée en Licence pro Lic. Pro Production industrielle / Qualité et processus industriels dans les industries du bois Sciences Nombre de diplômés : 39 / Nombre de répondants : 33 Taux de réponse : 85% Origine des étudiants

Plus en détail

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire Enquête sur les besoins de compétences dans les secteurs Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire du bassin d emploi de Blois. Etude réalisée par Jean Luc VEZON et Manuel CASIMIRO 41 janvier 2008 Objectifs

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Génie logiciel, système d'information de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Tableau de bord statistique

Tableau de bord statistique Note d information : La méthodologie précisant le périmètre statistique du champ Jeunesse et Sports dans le cadre de ce projet, est présentée dans Amélioration la fiche «Guide méthodologique de». la connaissance

Plus en détail

Toulouse - Quand l aéronautique anticipe ses besoins et forme en conséquence

Toulouse - Quand l aéronautique anticipe ses besoins et forme en conséquence Toulouse - Quand l aéronautique anticipe ses besoins et forme en conséquence Mardi 5 février, après une journée de «job- dating» où près de mille demandeurs d emploi sont attendus pour rencontrer plus

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

Licence professionnelle Management de la relation commerciale

Licence professionnelle Management de la relation commerciale Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Management de la relation commerciale Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

Pacte social pour les industries de la métallurgie

Pacte social pour les industries de la métallurgie Paris le, 22 mai 2014 Contact : Dominique Gillier, Secrétaire général FGMM-CFDT 01 56 41 50 70 Pacte social pour les industries de la métallurgie Dans le cadre des engagements des branches pour la mise

Plus en détail

Formation et insertion

Formation et insertion Formation et insertion Plus d un élève sur trois formé dans l industrie A la rentrée 2011, près de 600 élèves suivent une formation professionnelle initiale sur le territoire vitryat. Plus d un tiers se

Plus en détail

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Mise en place de démarches d appui conseil «gestion des âges» dans le cadre du contrat de génération CADRAGE Cet appel à propositions a pour objet l identification

Plus en détail

RAPPORT DE BRANCHE 2009

RAPPORT DE BRANCHE 2009 RAPPORT DE BRANCHE 2009 Commerce de détail de l Horlogerie-Bijouterie Convention Collective Nationale n 3240 Données 2008 2 SOMMAIRE SOMMAIRE-I Perimetre de l étude SOMMAIRE...3 Précisions méthodologiques...5

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL

Pôle de compétitivité Aerospace Valley CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL Pôle de compétitivité Aerospace Valley Prestation de consultant Action Collective CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL Cahier des charges Accompagnement de PME à l international Réf. AV-2014-271 AEROSPACE VALLEY

Plus en détail

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR. Anticiper et simuler les besoins de compétences futures dans un projet d automatisation WWW.ANACT.

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR. Anticiper et simuler les besoins de compétences futures dans un projet d automatisation WWW.ANACT. SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR Anticiper et simuler les besoins de compétences futures dans un projet d automatisation WWW.ANACT.FR OUTIL DE SIMULATION : le référentiel d activités et de compétences

Plus en détail

bretagne Les rencontres emploi du maritime - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Dossier de presse

bretagne Les rencontres emploi du maritime - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Dossier de presse en partenariat avec Dossier de presse Les rencontres emploi du maritime bretagne 1 er salon du recrutement maritime en région - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Contact presse : Alexandra

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management des achats et des ventes à l'international de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d

Plus en détail

Master Management des systèmes d information

Master Management des systèmes d information Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management des systèmes d information Université Jean Moulin Lyon 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Métiers de la biotechnologie de l Université Paris 6 Pierre et Marie Curie Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion des PME et développement durable

Licence professionnelle Gestion des PME et développement durable Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion des PME et développement durable Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

DP 05 : Travaux des métaux Mécanique générale

DP 05 : Travaux des métaux Mécanique générale DP 05 : Travaux des métaux Mécanique générale Les métiers de ce domaine s exercent dans bon nombre de secteurs emblématiques de l identité industrielle régionale : industries des biens d équipements mécaniques,

Plus en détail

Le secteur informatique

Le secteur informatique Mai 2014 Le secteur informatique Service Etudes CCI Indre Le secteur informatique Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE SECTEUR INFORMATIQUE EN FRANCE Etablissements

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Electronique, informatique et communication embarquées appliquées aux transports de l Université de Valenciennes

Plus en détail

LES SERVICES AUX ENTREPRISES EN BRETAGNE. Emploi et formation Données et tendances du secteur Marketing, communication

LES SERVICES AUX ENTREPRISES EN BRETAGNE. Emploi et formation Données et tendances du secteur Marketing, communication LES SERVICES AUX ENTREPRISES EN BRETAGNE Emploi et formation Données et tendances du secteur Novembre 10 SYNTHÈSE MARKETING, COMMUNICATION Le secteur regroupe les entreprises exerçant une activité de marketing

Plus en détail

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2013-T1 2013-T2 2013-T3 2013-T4 2014-T1 2014-T2 2014-T3 2014-T4 Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2015 Activités juridiques, comptables,

Plus en détail

situation à 6 mois des titulaires d un DUT 2013

situation à 6 mois des titulaires d un DUT 2013 n o 21 2015 situation à 6 mois des titulaires d un DUT 2013 TAUX DE POURSUITE D ÉTUDES 75,2% TAUX D EMPLOI 17% TAUX DE RECHERCHE D EMPLOI 5,2% TAUX D INACTIVITE 2,6% O B S E R VATO I R E Etude réalisée

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Conseils en assurances et services financiers de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord national interprofessionnel GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Résultats du questionnaire sur les causes de rupture du contrat d apprentissage en Ile de France

Résultats du questionnaire sur les causes de rupture du contrat d apprentissage en Ile de France Résultats du questionnaire sur les causes de rupture du contrat d apprentissage en Ile de France Étude réalisée par : la CGPME Paris Ile de France Échantillons: Dirigeants d Entreprises Échantillon de

Plus en détail

n 33 Les notes de l'ove Enquête d insertion professionnelle auprès des ingénieurs 2012 de Polytech Marseille Résultats de synthèse

n 33 Les notes de l'ove Enquête d insertion professionnelle auprès des ingénieurs 2012 de Polytech Marseille Résultats de synthèse n 33 Les notes de l'ove Enquête d insertion professionnelle auprès des ingénieurs 2012 de Polytech Marseille Résultats de synthèse Juillet 2015 Présentation et méthodologie Le contexte de l étude Cette

Plus en détail

Panorama de branche. Industries et commerce de la récupération

Panorama de branche. Industries et commerce de la récupération Panorama de branche Industries et commerce de la récupération Industries et commerce de la récupération Avant-propos méthodologique La partie «données économiques» prend en compte l ensemble du secteur

Plus en détail

ZOOM SUBANOR 2008-3 Situation des bacheliers professionnels 30 mois après le baccalauréat selon le domaine

ZOOM SUBANOR 2008-3 Situation des bacheliers professionnels 30 mois après le baccalauréat selon le domaine ZOOM SUBANOR 2008-3 Situation des bacheliers professionnels 30 mois après le baccalauréat selon le domaine académie Rouen MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE

Plus en détail

CARIF-OREF Réunion - Observatoire Régional Emploi Formation. Commerce

CARIF-OREF Réunion - Observatoire Régional Emploi Formation. Commerce CARIF-OREF Réunion - Observatoire Régional Emploi Formation Secteur Fiches sectorielles prioritaire Commerce Edition 2012 Sommaire Préambule... 2 Etablissements et emplois Sources et méthodes... 3 Caractéristiques

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Techniques commerciales industrielles - chargé d'affaires de l Université du Littoral Côte d'opale - ULCO Vague

Plus en détail

Un nouveau souffle pour l alternance dans le Rhône! DOSSIER DE PRESSE. Conférence de presse de lancement du site www.vip-alternance.

Un nouveau souffle pour l alternance dans le Rhône! DOSSIER DE PRESSE. Conférence de presse de lancement du site www.vip-alternance. Un nouveau souffle pour l alternance dans le Rhône! DOSSIER DE PRESSE Conférence de presse de lancement du site www.vip-alternance.com Jeudi 6 mai 2010 à 9h30 MEDEF Lyon-Rhône 60 avenue Jean Mermoz 69008

Plus en détail