INTRODUCTION. Mots-Clés: thyroglobuline, anticorps anti-thyroglobuline

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTRODUCTION. Mots-Clés: thyroglobuline, anticorps anti-thyroglobuline"

Transcription

1 Comparaison entre les tests de surcharge et le dosage Radio-immunologique des anticorps anti-thyroglobuline pour la validation des dosages de la thyroglobuline M. Labroquere, C. Corone, F. Le Thai et M.-F. Pichon Laboratoire d Oncobiologie, service de Médecine Nucléaire, Centre René-Huguenin de Lutte Contre le Cancer, Saint- Cloud RÉSUMÉ Nous avons mesuré la concentration d anticorps anti-thyroglobuline par 3 méthodes immunoradiométriques différentes (TGAB IRMA Pasteur, THYRAK Assay Behring et Anti-Tgn DYNOtest Brahms) dans 724 sérums provenant de 301 patients sous surveillance clinique et biologique après traitement initial d un cancer thyroïdien folliculo-papillaire. La thyroglobuline a été mesurée par une technique immunoradiométrique utilisant 5 anticorps monoclonaux (Thyroglobuline IRMA Pasteur). Des test de récupération ont été faits en parallèle avec les dosages d anticorps anti-thyroglobuline et leurs résultats comparés aux concentrations d anticorps anti-thyroglobuline. Aucune corrélation significative n a pu être mise en évidence entre les pourcentages de récupération de la thyroglobuline et les concentrations d anticorps anti-thyroglobuline, quelle que soit la méthode employée. Mots-Clés: thyroglobuline, anticorps anti-thyroglobuline RIASSUNTO Confronto tra il test di recupero ed il dosaggio radioimmunologico degli anticorpi antitireoglobulina per la validazione dei dosaggi di tireoglobulina. Obiettivo del lavoro è stato la valutazione della correlazione tra i risultati del dosaggio degli anticorpi antitireoglobulina con diverse tecniche ed il test di recupero. Abbiamo misurato la concentrazione degli anticorpi antitireoglobulina con tre diverse metodiche immunochimiche (TGAB IRMA Pasteur, Thyrak assay Behring e Anti-Tgn DYNOtest Brahms) in 724 campioni di siero provenienti da 301 pazienti in monitoraggio clinico, strumentale (diagnostica per immagini) e biochimico dopo trattamento chirurgico iniziale per tumori follicolari e papillari della tiroide. La tireoglobulina è stata misurata con dosaggio immunoradiometrico (Tireoglobulina IRMA Pasteur) che impiega 5 anticorpi monoclonali. I test di recupero sono stati eseguiti in parallelo al dosaggio degli anticorpi antitireoglobulina ed i loro risultati confrontati con la concentrazione degli anticorpi antitireoglobulina. Il nosro lavoro dimostra la mancanza di relazione tra le due metodiche e identifica la probabilità di interferenza nel dosaggio della tireoglobulina. I risultati ottenuti confermano le precedenti osservazioni e sono in accordo con la considerazione che non si tratta di un problema legato ad una particolare tecnica di dosaggio degli anticorpi antitireoglobulina. Conclusioni. Non è stata dimostrata alcuna correlazione statisticamente significativa tra la percentuale di recupero della tireoglobulina e la concentrazione degli anticorpi antitireoglobulina, con qualsiasi metodo dosati. Parole chiave: Tireoglobulina, Anticorpi anti-tireoglobulina ABSTRACT Comparison between recovery test and thyroglobulin autoantibodies radioimmunoassays for the validation of thyroglobulin results. We have measured anti-thyroglobulin antibodies by 3 different immunoassay methods (TGAB IRMA Pasteur, THYRAK Assay Behring and Anti-Tgn DYNOtest Brahms) in 724 serum samples from 301 patients under clinical, morphological and biological follow-up after primary treatment for papillo-follicular thyroid cancers. Thyroglobulin was measured by an immunoradiometric assay (Thyroglobulin IRMA Pasteur) using 5 monoclonal antibodies. Anti-thyroglobulin auto-antibodies concentrations were compared with percent thyroglobulin recovery performed in the same samples. No statistically significant relationships could be demonstrated between the concentration of thyroglobulin auto-antibodies, whatever the assay used, and percent recoveries. Key words: thyroglobulin, thyroglobulin auto-antibodies INTRODUCTION La thyroglobuline humaine est une glycoprotéine iodée de très grande taille (poids moléculaire 660 kda). Son gène, situé sur le chromosome 8, a été cloné, il comprend plus de 42 exons [1], nucléotides codant amino-acides [23]. La thyroglobuline est le précurseur des hormones thyroïdiennes, elle est exclusivement synthétisée dans les cellules folliculaires, où elle représente 75 % des protéines totales [24]. La thyroglobuline mature com- Riprodotto da Immunoanal Biol Spéc 2006; con l autorizzazione del coordinatore di CORATA, Prof. B. Poggi LigandAssay 12 (1)

2 porte deux sous-unités identiques de 330 kda, associées par des liaisons non covalentes uniquement. Ces dernières peuvent s'associer en tétramères ou hexamères par des liaisons covalentes (ponts disulfures et dityrosines) sous l'effet d'espèces réactives de l'oxygène et aboutir à la formation d' agrégats retrouvés dans la colloïde [4]. La thyroglobuline comporte 115 résidus de tyrosine, sites potentiels d iodation, dont 4 sont des sites majeurs (tyrosyls 5, 1290, 2553, 2746) [5,8]. Le degré d iodation de la thyroglobuline est variable et dépend de la teneur alimentaire en iode (0,2 à 1 % chez les sujets sains), la stabilité de la thyroglobuline augmente avec le degré d iodation. Les sites préférentiels d iodation sont connus [25,26]. Cette glycoprotéine renferme 8 à 10 % d oses (galactose, mannose, fucose, N-acetylglucosamine et des résidus d' acide sialique) [5, 14, 25). La thyroglobuline est très immunogène, les oses jouent un rôle très important dans l antigénicité de la molécule. Chez le sujet sain, il existe plusieurs isoformes de thyroglobuline de taille différente en raison d'un épissage alternatif de son ARN messager, 4 transcrits différents ont ainsi été décrits dans la région centrale de la molécule [1]. Les degrés d iodation et de glycosylation variant chez les sujets normaux, cette hétérogénéité peut conduire à masquer ou au contraire à exposer différents épitopes. Dans les cancers thyroïdiens différenciés, la thyroglobuline est homogène sous sa forme dimérique [6], contrairement aux autres pathologies thyroïdiennes [21]. Elle est peu ou pas iodée et présente également des altérations de glycosylation [17]. Une méthode basée sur ces différences de glycosylation se traduisant par des affinités différentes vis-à-vis de plusieurs lectines a été proposée pour différencier la thyroglobuline provenant de tissus normaux, d adénomes ou de cancers [15]. Étant données la complexité de la structure de la thyroglobuline et la fréquence d auto-immunisation contre cette glycoprotéine, de nombreux travaux ont étudié sa cartographie épitopique, avec des résultats très contrastés jusqu'à présent. L absence de consensus au niveau de l inventaire des épitopes de la thyroglobuline se retrouve également au sujet de la spécificité ou de la non spécificité des anticorps retrouvés dans chaque grande catégorie de pathologies thyroïdiennes. Des anticorps polyclonaux anti-thyroglobuline sont fréquemment retrouvés (4 à 27 %, maximum observé de la série de 140 sujets d Ericsson) chez les sujets indemnes de pathologie thyroïdienne, si l on utilise des techniques d immunoanalyse quantitative et non des tests d hémagglutination beaucoup moins sensibles [9, 18]. Ces anticorps sont essentiellement des IgG1 et IgG4. La question de savoir si les épitopes reconnus par les anticorps antithyroglobuline des sujets normaux sont différents de ceux reconnus dans chaque type de pathologie thyroïdienne y compris les cancers n est pas tranchée. Saboori a montré qu un même épitope peut appartenir à des fragments différents de la molécule de thyroglobuline, et qu il peut s agir d épitopes conformationnels liés à la structure secondaire de la molécule [19]. D autres groupes n ont pas mis en évidence d épitopes spécifiques d une pathologie. Pour Caturegli [3] les auto-anticorps retrouvés dans les cancers thyroïdiens reconnaissent les régions II, III et VI de la thyroglobuline, certaines d entre elles étant aussi reconnues à des degrés divers dans les thyroïdites auto-immunes. Pour Ruf [18] et Haapala, [12] la différence se situe essentiellement au niveau de l avidité et des titres en anticorps, significativement plus élevés en cas de cancer thyroïdien. Dans les cancers thyroïdiens la fréquence avec laquelle sont retrouvés des anticorps anti-thyroglobuline est variable d une série à l autre ( 9-30 %), principalement à cause des différences entre les méthodes de dosage des anticorps anti-thyroglobuline. Cependant les fréquences et les concentrations moyennes en anticorps sont nettement plus élevées que chez les sujets normaux, trois fois plus selon Spencer [10,13,17,18,22]. En fait, les comparaisons entre les séries cliniques sont difficiles en raison de l absence de standardisation des dosages (le calibrateur MRC 65/93 n est pas d utilisation générale et la composition des calibrateurs secondaires est hétérogène), et de la grande variabilité antigénique de la thyroglobuline [11]. L interférence des auto-anticorps anti-thyroglobuline reste un problème majeur dans le dosage de la thyroglobuline. Le dosage des anticorps anti-thyroglobuline permet d évaluer la présence de ces anticorps mais ne renseigne pas sur leur interférence éventuelle dans le dosage de la thyroglobuline. D autres équipes proposent la mise en évidence indirecte des interférences dues à des auto-anticorps anti-thyroglobuline par le test de récupération. Ce test consiste à doser la thyroglobuline dans un échantillon de sérum puis à surcharger le sérum avec une concentration connue de thyroglobuline dans une autre incubation et dans les mêmes conditions analytiques. Le pourcentage de récupération généralement admis comme acceptable et permettant de considérer que le dosage de la thyroglobuline n est pas perturbé, fluctue entre 60% et 120% de la quantité ajoutée. PATIENTS ET MÉTHODES PATIENTS Notre étude a porté sur 301 patients dont le seul critère de sélection était l existence de cancers thyroïdiens folliculo-papillaires traités au minimum par chirurgie et soumis à une surveillance à long terme et une suspicion de présence d auto-anticorps anti-thyroïdiens. L étude a porté sur 724 prélèvements différents obtenus entre 1992 et Pour chaque prélèvement ont été réalisés le dosage de la thyroglobuline et des auto-anticorps anti-thyroglobuline et un test de récupération de la thyroglobuline ajoutée. MÉTHODES Dosage de la thyroglobuline. Nous avons utilisé la trousse thyroglobuline IRMA Pasteur qui comporte, comme anticorps de capture, un mélange de quatre anticorps monoclonaux anti-thyroglobuline humaine, sélectionnés selon des critères bien précis de spécificité, d avidité et de complémentarité. Un anticorps monoclonal, marqué à l iode 125 et reconnaissant un épitope différent de ceux reconnus par les anticorps fixés sur les tubes, est utilisé comme traceur. Les anticorps monoclonaux de cette trousse sont en principe dirigés contre des zones épitopi- 56 LigandAssay 12 (1) 2007

3 ques non reconnues par les auto-anticorps anti-thyroglobuline rencontrés chez les patients porteurs de cancers thyroïdiens différenciés. Les dosages ont été réalisés en double, avec deux sérums de concentration connue ajoutés pour le contrôle de qualité. Avec cette technique la norme de la thyroglobuline chez les sujets sains est < 50 ng/ml et le seuil de sensibilité analytique est de 0,20 ng/ml. Le test de surcharge a été réalisé en ajoutant 20 µl du standard à 500 ng/ml à la prise d essai de 100 µl de sérum selon les indications du fabricant. Un tube témoin est réalisé par ajout de 20 µl de solution tampon à la prise d essai. Nous avons considéré les valeurs < 70% comme des pourcentages de récupérations anormaux [2]. Dosage des auto-anticorps anti-thyroglobuline humaine. Trois techniques différentes de dosage des anticorps anti-thyroglobuline ont été successivement utilisées : la trousse TGAB IRMA Pasteur, la trousse THYRAK Assay Behring puis la trousse Anti-Tgn DYNOtest Brahms. Les trousses TGAB IRMA Pasteur et THYRAK Assay Behring utilisent des techniques en phase solide avec des tubes revêtus de thyroglobuline, dont l origine humaine est précisée pour la trousse TGAB IRMA Pasteur. La fixation d anticorps anti-thyroglobuline sur la phase solide est révélée par la protéine A marquée à l iode 125. Dans les deux techniques, les standards sont calibrés sur la préparation internationale de référence MRC 65/93. Les valeurs-seuil proposées pour la technique TGAB IRMA Pasteur sont de 50 UI/ml, avec une zone considérée comme douteuse entre 50 et 150 UI/ml. Avec la technique THYRAK Assay Behring les concentrations inférieures à 100 U/ml correspondent à une absence d anticorps, le seuil de positivité est de 200 U/ml avec une zone grise comprise entre 100 et 200 U/ml. Dans ce travail nous avons utilisé les seuils de 150 UI/ml (technique Pasteur) et 200 U/ml (technique Behring) pour affirmer la présence d anticorps anti-thyroglobuline. La trousse Anti-Tgn DYNOtest Brahms est une technique radioimmunologique par compétition qui utilise des auto-anticorps humains anti-thyroglobuline polyclonaux sur la phase solide, obtenus par chromatographie d affinité à partir d un pool de sérum provenant de différents patients présentant une thyroïdite autoimmune, afin de garantir la reconnaissance de tous les auto-anticorps dirigés contre la thyroglobuline. Toutes les classes et sous classes d anticorps sont en principe reconnues. Les autoanticorps humains polyclonaux anti-thyroglobuline éventuellement présents dans le sérum des patients entrent en compétition vis à vis des mêmes épitopes de la thyroglobuline radio-marquée à l iode 125. Les auto-anticorps du sérum à tester complexés avec le traceur ne se lient pas à la phase solide et seront éliminés par lavage. Les standards sont calibrés sur la préparation internationale de référence MRC 65/93 et les concentrations inférieures à 60 U/ml correspondent à une absence d anticorps. STATISTIQUES L analyse statistique de cette étude a été réalisée sur le logiciel MedCalc (version 7.6). Des tests sur les distributions des concentrations de thyroglobuline et d anticorps anti-thyroglobuline ayant montré le caractère non gaussien de celles-ci, nous avons utilisé des statistiques non paramétriques avec un seuil de significativité à P < 0,05. RÉSULTATS Notre série comportait 301 patients, avec ou sans métastases, pour lesquels un ou plusieurs prélèvements sériés au cours de leur surveillance ont été effectués. La population sélectionnée comportait 79,7% de femmes et 20,3% d hommes. L âge moyen des patients était de 48,3 + 15,2 ans. CONCENTRATIONS DE THYROGLOBULINE ET TESTS DE RÉCUPÉRATION La concentration médiane de thyroglobuline était de 2,00 ng/ml (interquartile 12,1 ng/ml) avec une étendue de 0 à ng/ml (n=724). Deux cent quarante huit échantillons (34.2%) étaient inférieurs à 0,2 ng/ml (limite de détection). La valeur médiane des pourcentages de récupération était de 101,0 %, (interquartile 14,0%) avec une étendue de 24,0 à 151,0%). Dans notre série, 701 échantillons (96,82%) ont montré des pourcentages de récupération > 70%. Vingt trois cas (3,18%) étaient à considérer comme anormaux. Ils se répartissaient entre 1 homme et 22 femmes. Dans 14 de ces sérums (60,9 % des cas) la thyroglobuline était à des concentrations mesurables. Nous n avons pas trouvé de différence significative entre les concentrations de thyroglobuline dichotomisées en deux groupes, détectable ou non détectable, en fonction des résultats, normaux ou anormaux, des tests de récupération. Classés selon la présence ou l absence d anticorps anti-thyroglobuline toutes techniques confondues, 6/23 sérums seulement (26,1 % des cas) montraient une double anormalité. En fonction des techniques de dosages d anticorps anti-thyroglobuline, les test de récupération anormaux étaient répartis comme suit : TGAB IRMA Pasteur 0/17 sérums, THYRAK Assay Behring 20/666 sérums (3,0 % des cas), Anti Tgn DYNOtest Brahms 3/41 sérums (7,3 % des cas). DISTRIBUTION DES CONCENTRATIONS D AUTO-ANTICORPS ANTI-THYROGLOBULINE Le tableau 1 résume les résultats obtenus avec les différentes techniques. Les échantillons de sérum ayant été sélectionnés, les résultats ne correspondent pas à la distribution d une population standard de cancers thyroïdiens différenciés. La disparité des concentrations médianes d anticorps entre trousses, significative au seuil de P<0,0001, peut s expliquer par la sélection des sérums, une grande hétérogénéité des effectifs, des normes et des unités de mesure, mais surtout par des différences de spécificités de reconnaissance antigénique de chaque LigandAssay 12 (1)

4 Tableau 1 Résultats des dosage d auto-anticorps anti-thyroglobuline et des tests de récupération. Anticorps anti-thyroglobuline n Valeur-seuil (U/ml ou UI/ml) Concentration médiane, (interquartile) > valeur-seuil < valeur-seuil TGAB IRMA Pasteur 17 <150 10,0 (24,75) 1 (5,88%) 16 (94,12%) THYRAK Assay Behring 666 <200 1,00 (47,11) 94 (14,11%) 572 (85,89%) Anti-Tgn DYNOtest Brahms 41 <60 160,00 (290,00) 40 (97,56%) 1 (2,44%) Total ( 18,65%) 589 (81,35%) Test de récupération 724 <70% 701 (96,82%) 23 (3,18%) Tableau 2 Concordance entre le test de récupération et les anticorps anti-thyroglobuline (n=724) Pourcentage de récupération < 70% > 70% Anticorps anti- thyroglobuline absence (n=589) 17 (2,89%) 572 (97,11%) présence (n=135) 6 (4,44%) 129 (95,56%) χ² = 0,867, P= 0,35, coefficient de contingence = 0,035. trousse. Les concentrations médianes de thyroglobuline sont également statistiquement différentes entre les sousgroupes délimités par la technique de dosage des anticorps, en raison du fait que le groupe THYRAK Assay Behring comprenait un sérum ayant une concentration de thyroglobuline de ng/ml. CONCORDANCE ENTRE LES RÉSULTATS DES CONCENTRATIONS D ANTICORPS ET LES TESTS DE RÉCUPÉRATION Le tableau II résume les données des comparaisons entre les résultats de dosages d anticorps et les tests de récupération. Dans la majorité des cas, l absence d anticorps anti-thyroglobuline est associée à un test de récupération normal. Cependant 17/589 (2,89 %) des sérums sans anticorps anti- thyroglobuline ont montré des tests de récupération anormaux, pouvant évoquer la présence d anticorps non mis en évidence par la technique de dosage utilisée. A l inverse, dans 129/135 (95,56%) des sérums positifs en anticorps, les tests de récupération étaient normaux, suggérant que les anticorps détectés n interfèrent pas dans le dosage de la thyroglobuline. Le coefficient de contingence est égal à 0,035, ce qui correspond à un coefficient très faible (variations maximales entre 0 et 1), qui confirme que les résultats de dosage des anticorps anti-thyroglobuline et des tests de récupération ne sont pas liés entre eux. La même analyse de concordance effectuée séparément selon la technique de dosage d anticorps utilisée montre également des coefficients de contingence non calculables (TGAB IRMA Pasteur) ou compris entre 0,030 (THYRAK Assay Behring) et 0,490 (Anti- Tgn DYNOtest Brahms). Les figures 1 à 3 montrent l évolution des concentrations d anticorps anti-thyroglobuline chez différents patients ayant des pourcentages de récupération de la thyroglobuline normaux, en rémission clinique et morphologique complète après traitement initial. DISCUSSION Le but de ce travail était d évaluer les corrélations entre les résultats des dosages d anticorps anti-thyroglobuline par différentes techniques et les tests de récupération. Quelle que soit la technique de dosage des anticorps anti-thyroglobuline utilisée, nos résultats montrent une absence de relation entre les deux méthodes visant à identifier la probabilité d interférences dans le dosage de la thyroglobuline. Nos résultats confirment ceux antérieurement obtenus [16,27], et sont en accord avec le fait qu il ne s agit pas d un problème lié une technique particulière de dosage des anticorps anti-thyroglobuline. On peut faire diverses critiques méthodologiques importantes sur la réalisation des tests de récupération proposée en routine [7]. Pour des raisons évidentes, la thyroglobuline utilisée pour surcharger chaque sérum ne peut être celle du patient lui-même, la reconnaissance épitopique de la thyroglobuline ajoutée peut donc se faire sur des sites différents de ceux du patient. Par ailleurs, la quantité de thyroglobuline utilisée pour les tests de récupération n est ni définie ni standardisée, les durées d incubations avec et sans surcharge en thyroglobuline sont celles de la technique standard et sont beaucoup trop courtes pour atteindre l équilibre de liaison entre la thyroglobuline ajoutée et les auto-anticorps du sérum [7 ]. Sur la base de la qualité des outils méthodologiques disponibles, la moins mauvaise approche consiste à doser les anticorps anti-thyroglobuline. Cependant, considérer qu un dosage de thyroglobuline n est pas fiable en présence d anticorps décelable, reviend à priver environ 20 % des patients de la surveillance de leur cancer thyroïdien par un marqueur qui a fait la preuve de son efficacité clinique, alors qu il est clair qu aucune technique de dosage 58 LigandAssay 12 (1) 2007

5 Figure 1 Surveillance d une patiente en rémission complète clinique et morphologique après thyroïdectomie totale, curage ganglionnaire et irathérapie pour carcinome papillaire de forme vésiculaire pt1 N0. = anticorps anti-thyroglobuline, % de récupération de la thyroglobuline. Figure 2 Surveillance d une patiente traitée par lobectomie et hormonothérapie pour micro carcinome papillaire unifocal pt1, Nx occulte dans un contexte de thyroïdite chronique. Totalisation chirurgicale 5 ans (1500 jours) après le traitement initial pour nodule controlatéral d histologie bénigne. Rémission clinique et morphologique. = anticorps anti-thyroglobuline, % de récupération de la thyroglobuline Figure 3 Surveillance d une patiente en rémission clinique et morphologique après thyroïdectomie totale et ira thérapie pour micro carcinome papillaire plurifocal pt1m, Nx. = anticorps anti-thyroglobuline, % de récupération de la thyroglobuline d anticorps ne peut renseigner valablement sur le niveau exact d interférence que peuvent avoir ces auto-anticorps anti-thyroglobuline dans le dosage de la thyroglobuline chez un patient donné [18-20]. Une étude récente d Okosieme montre que l interférence due aux auto-anticorps anti-thyroglobuline serait plus liée au nombre total d épitopes différents reconnus qu aux caractéristiques de ces épitopes [16]. L étude multicentrique récente rapportée par Spencer [27] suggère que les anciennes méthodes radio immunologiques de dosages de la thyroglobuline utilisant des anticorps polyclonaux semblent être celles qui sont le moins sensibles aux interférences liées à la présence d'anticorps antithyroglobuline. CONCLUSION Les méthodes de dosage de la thyroglobuline ont été améliorées pour minimiser le plus possible les interférences dues aux auto-anticorps anti-thyroglobuline, mais aucune méthode actuelle n est totalement à l abri de ces interférences. Ce problème connu de longue date a relativement peu évolué durant cette dernière décennie et des évolutions méthodologiques sont encore nécessaires. RÉFÉRENCES 1. Bertaux F, Noel M, Lasmoles F, et al. Identification of LigandAssay 12 (1)

6 the exon structure and four alternative transcripts of the thyroglobulin-encoding gene. Gene 1995; 156 : Cailleux AF, Schlumberger MJ. The role of iodine-131 scanning and serum thyroglobulin in follow-up of differentiated thyroid carcinoma after total ablation. Curr Opinion Endocr Diabetes 1998; 5 : Caturegli P, Mariotti S, Kuppers RC, et al. Epitopes on thyroglobulin: a study of patients with thyroid disease. Autoimmunity 1994; 18 : Delom F, Lejeune PJ, Vinet L, et al. Involvement of oxidative reactions and extracellular protein chaperones in the rescue of missassembled thyroglobulin in the follicular lumen. Biochem Biophys Res Comm 1999; 255: Deshpande V, Venkatesh SG. Thyroglobulin, the prothyroid hormone: chemistry, synthesis and degradation. Biochim Biophys Acta 1999; 1430 : Druetta L, Croizet K, Bornet H, et al. Analyses of the molecular forms of serum thyroglobulin from patients with Graves' disease, subacute thyroiditis or differentiated thyroid cancer by velocity sedimentation on sucrose gradient and Western blot [see comments]. Eur J Endocrinol 1998; 139 : Druetta L, Bornet H, Sassolas G, et al. Analyse critique du dosage de la thyroglobuline. Immunol Biol Spec 1998 ;13 : Dunn JT, Dunn AD. The importance of thyroglobulin structure for thyroid hormone biosynthesis. Biochimie 1999; 81 : Ericsson UB, Christensen SB, Thorell JI. A high prevalence of thyroglobulin autoantibodies in adults with and without thyroid disease as measured with a sensitive solid-phase immunosorbent radioassay. Clin Immunol Immunopathol 1985; 37 : Estienne V, Duthoit C, Costanzo VD, et al. Multicenter study on TGPO autoantibody prevalence in various thyroid and non-thyroid diseases; relationships with thyroglobulin and thyroperoxidase autoantibody parameters. Eur J Endocrinol 1999 ;141 : Feldt-Rasmussen U, Profilis C, Colinet E, et al. Human thyroglobulin reference material (CRM 457). 2nd Part: Physicochemical characterization and certification. Ann Biol Clin (Paris) 1996 ; 54 : Haapala AM, Soppi E, Morsky P, et al. Thyroid antibodies in association with thyroid malignancy II: Qualitative properties of thyroglobulin antibodies. Scand J Clin Lab Invest 1995 ; 55 : Izembart M, Dagousset E, Chevalier A, et al. Anticorps antithyroidiens et cancers différenciés de la thyroîde : revue de 662 cas. Med Nucl 1999 ;23 : Malthiery Y, Marriq C, Berge-Lefranc JL, et al. Thyroglobulin structure and function: recent advances. Biochimie 1989; 71: Maruyama M, Kato R, Kobayashi S, et al. A method to differentiate between thyroglobulin derived from normal thyroid tissue and from thyroid carcinoma based on analysis of reactivity to lectins. Arch Pathol Lab Med 1998; 122 8: Okosieme OE, Evans C, Moss L, et al. Lazarus JH. Thyroglobulin antibodies in serum of patients with differentiated thyroid cancer : relationship between epitope specificities and thyroglobulin recovery. Clin Chem 2005 ; 51 : Rubello D, Girelli ME, Casara D, et al. Usefulness of the combined antithyroglobulin antibodies and thyroglobulin assay in the follow-up of patients with differentiated thyroid cancer. J Endocrinol Invest 1990; 13 : Ruf J, Carayon P, Lissitzky S. Various expressions of a unique anti-human thyroglobulin antibody repertoire in normal state and autoimmune disease. Eur J Immunol 1985; 15: Saboori AM, Rose NR, Yuhasz SC, et al. Peptides of human thyroglobulin reactive with sera of patients with autoimmune thyroid disease. J Immunol 1999; 163 : Sapin R, Gasser F, Chambron J. Recovery determination in 600 sera analyzed for thyroglobulin with a recently commercialized IRMA kit [letter]. Clin Chem 1992 ; 38 : Schaadt B, Feldt Rasmussen U, Rasmusson B, et al. Assessment of the influence of thyroglobulin (Tg) autoantibodies and other interfering factors on the use of serum Tg as tumor marker in differentiated thyroid carcinoma. Thyroid 1995; 5 : Sinadinovic J, Cvejic D, Savin S, et al. Altered terminal glycosylation of thyroglobulin in papillary thyroid carcinoma. Exp Clin Endocrinol 1992; 100 : Spencer CA, Takeuchi M, Kazarosyan M, et al. Serum thyroglobulin autoantibodies: prevalence, influence on serum thyroglobulin measurement, and prognostic significance in patients with differentiated thyroid carcinoma. J Clin Endocrinol Metab 1998; 83 : Spencer CA, LoPresti JS, Fatemi S, et al. Detection of residual and recurrent differentiated thyroid carcinoma by serum thyroglobulin measurement. [Review] [11 refs]. Thyroid 1999; 9 : Spencer CA. Challenge of serum thyroglobulin (Tg) measurement in the presence of Tg autoantibodies. J Clin Endocr Metab ; LigandAssay 12 (1) 2007

7 21. Stanta G, Lunazzi GC, Perin R. Monoclonal antibodies define structural alterations of the thyroglobulin secreted by well-differentiated thyroid carcinomas. Thyroidology 1991; 3 : Tubiana M, Schlumberger M. Carcinoma of the thyroid. In : Peckam M, Pinedo HM, Veronesi U, Eds. Oxford Textbook of Oncology. Oxford University Press, Oxford (G.B.)1995 vol 2 : Van de Graaf SA, Pauws E, de Vijlder JJ, et al. The revised 8307 base pair coding sequence of human thyroglobulin transiently expressed in eukaryotic cells. Eur J Endocrinol 1997; 136 : Van Herle AJ, Vassart G, Dumont JE. Control of thyroglobulin synthesis and secretion (second of two parts). N Engl J Med 1979; 301: Venkatesh SG, Deshpande V. A comprarative review of the structure and biosynthesis of thyroglobulin. Comp Biochem Physiol 1999; 122C: Xiao S, Dorris ML, Rawitch AB, et al. Selectivity in tyrosyl iodination sites in human thyroglobulin. Arch Biochem Biophys 1996; 334 : Spencer CA, Bergoglio M, Karasoyan M, et al. Clinical impact of thyroglobulin (Tg) and Tg autoantibody method differences on the management of patients with differentiated thyroid carcinomas. J Clin Endocrinol Metab 2005; 90: Per corrispondenza: M. Labroquere Laboratoire d Oncobiologie, service de Médecine Nucléaire Centre René-Huguenin de Lutte Contre le Cancer 35 rue Dailly Saint-Cloud LigandAssay 12 (1)

THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique

THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique Club Thyroïde Ile-de-France 2013 Monique LEBAN GH Pitié-Salpêtrière Charles Foix Service de Biochimie Endocrinienne et Oncologique Cancers Différenciés de

Plus en détail

Résumé. Thyroglobuline sérique / Dosage / Interférence / Anticorps antithyroglobuline / Caractéristiques techniques

Résumé. Thyroglobuline sérique / Dosage / Interférence / Anticorps antithyroglobuline / Caractéristiques techniques A. Charrié Le point actuel sur la thyroglobuline. Anne Charrié Laboratoire de Techniques Nucléaires et Biophysiques Centre Hospitalier Lyon Sud - Pierre-Bénite Résumé La thyroglobuline, protéine précurseur

Plus en détail

VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN

VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN 1) Thyroglobuline a) Indications et fréquence Exclusivement sécrétée par la thyroïde Marqueur de choix pour le suivi du cancer différencié de la thyroïde

Plus en détail

RAPPORT DU CONTROLE DE MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE DIAGNOSTIC IN VITRO DE DOSAGE DE THYROGLOBULINE

RAPPORT DU CONTROLE DE MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE DIAGNOSTIC IN VITRO DE DOSAGE DE THYROGLOBULINE Direction de l'evaluation des Dispositifs Médicaux Département Surveillance du Marché Unité Evaluation et Contrôle du Marché - DIV RAPPORT DU CONTROLE DE MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE DIAGNOSTIC IN

Plus en détail

Cordarone et Thyroïde par François Boustani

Cordarone et Thyroïde par François Boustani Physiologie de la thyroïde : l hormonosynthèse thyroïdienne se fait à partir de l iode essentiellement d origine digestive et de la thyroglobuline qui est une protéine synthétisée par la thyroïde à partir

Plus en détail

Les tests thyroïdiens

Les tests thyroïdiens Les tests thyroïdiens Mise à jour de juin 2007 par S. Fatio Réf: les images et les graphiques sont tirés de www.endotext.org (textbook d endocrinologie online et libre d accès) QuickTime et un décompresseur

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde et biologie

Polyarthrite rhumatoïde et biologie Polyarthrite rhumatoïde et biologie Le point de vue de l'immunologiste Sylvain Laboratoire d'immunologie, sdubucquoi@univ univ-lille2. -lille2.fr FR et PR Définition Auto-anticorps anti-fragment Fc des

Plus en détail

Dosages à réactifs marqués

Dosages à réactifs marqués Dosages à réactifs marqués Principe = réaction Ag-Ac un des deux réactifs (Ag ou Ac) est marqué par un traceur Différentes méthodes selon que le traceur est radioactif (RIA), enzymatique (EIA) ou luminescent

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

5.5.5 Exemple d un essai immunologique

5.5.5 Exemple d un essai immunologique 5.5.5 Exemple d un essai immunologique Test de grossesse Test en forme de bâtonnet destiné à mettre en évidence l'hormone spécifique de la grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (hcg), une glycoprotéine.

Plus en détail

THYROGLOBULIN. Précaution

THYROGLOBULIN. Précaution THYROGLOBULIN 33860 Précaution Avertissement Utilisation Généralités Pour les Etats-Unis uniquement, la loi fédérale restreint ce produit à la vente et à la distribution par ou sur l ordre d un médecin,

Plus en détail

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes L immunoenzymologie Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic Basée e sur la très s grande spécificit cificité des anticorps pour leurs antigènes nes Test qualitatif Détection

Plus en détail

APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800

APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800 APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800 Réactif Beckman Coulter REF A53727 Le dosage immunologique QMS Tacrolimus est destiné à déterminer la quantité de tacrolimus dans le sang

Plus en détail

3. E. La thyroglobuline (Tg)

3. E. La thyroglobuline (Tg) 88 3. E. La thyroglobuline (Tg) La thyroglobuline (Tg), protéine précurseur de la synthèse des hormones thyroïdiennes est détectable dans le sérum de la plupart des individus normaux en utilisant une méthode

Plus en détail

Decherney et al., 1981 ). La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique

Decherney et al., 1981 ). La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique conservateur de la grossesse extra-utérine J. L. POULY, G. MAGE, H. MANHES, Françoise GACHON Ginette GAIL- LARD M. A. BRUHAT Service de Gynécologie-Obstétrique,

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

Écho-Doppler thyroïdien : impact sur la prise en charge des hyperthyroïdies iodo-induites. Hervé Monpeyssen AHP

Écho-Doppler thyroïdien : impact sur la prise en charge des hyperthyroïdies iodo-induites. Hervé Monpeyssen AHP Écho-Doppler thyroïdien : impact sur la prise en charge des hyperthyroïdies iodo-induites Hervé Monpeyssen AHP Hyper Type 1 Hyper Type2 Mécanismes I - «carburant» Iodo-toxique Thyropathie Goitre/TAI/

Plus en détail

Les principes du sequençage haut-débit

Les principes du sequençage haut-débit Les principes du sequençage haut-débit Mardi 23 avril 2013 Dr H. EL HOUSNI Organisation Génomique Podhala'et'al.'Trends'in'genetics'2012' Costa V et al. J BioMed BioTech 2010 32 ans Costa V et al. J BioMed

Plus en détail

ELISA PeliClass human IgG subclass kit REF M1551

ELISA PeliClass human IgG subclass kit REF M1551 Sanquin Reagents Plesmanlaan 5 0 CX Amsterdam The Netherlands Phone: +.0.5.599 Fax: +.0.5.570 Email: reagents@sanquin.nl Website: www.sanquinreagents.com M55/ November 007 ELISA PeliClass human IgG subclass

Plus en détail

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons.

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Un taux de récidive de 30% dans les dix premières années chez des patientes en rémission complète après un traitement curatif, requiert

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

De la chirurgie du nodule aux ganglions

De la chirurgie du nodule aux ganglions De la chirurgie du nodule aux ganglions Docteur Xavier CARRAT Institut Bergonié Clinique Saint Augustin Chirurgie des lésions bénignes de la thyroïde problématique opératoire «simple» avec indication portée

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles

Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles Introduction Le cancer du poumon est le responsable majeur du décès par cancer 1.4

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Anticorps neutralisants des Interférons dans la Sclérose En Plaques en Bretagne

Anticorps neutralisants des Interférons dans la Sclérose En Plaques en Bretagne Anticorps neutralisants des Interférons dans la Sclérose En Plaques en Bretagne Pr Gilles EDAN, Dr Emmanuelle LEPAGE, Morgane PIHAN (Interne), Virginie OLIVE, (Attaché de recherche clinique), Neurologie,

Plus en détail

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiofréquence Interac*on courant électro- magné*que ma*ère agita*on ionique chaleur Coagula*on Nécrose

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

S. Kernéis, T. Ancelle, V. Naneix-Laroche, N. Amrane, JP. Leroy, T. Hanslik, O. Launay

S. Kernéis, T. Ancelle, V. Naneix-Laroche, N. Amrane, JP. Leroy, T. Hanslik, O. Launay Etude AMARCOR Tolérance et immunogénicité du vaccin contre la fièvre jaune chez des sujets recevant une corticothérapie par voie générale : étude de cohorte observationnelle S. Kernéis, T. Ancelle, V.

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille XVIIe Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 12 octobre 2010 Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

Nodules thyroïdiens à cytologie indéterminée Prise en charge et perspectives

Nodules thyroïdiens à cytologie indéterminée Prise en charge et perspectives Nodules thyroïdiens à cytologie indéterminée Prise en charge et perspectives Cécile Ghander Unité Thyroïde Tumeurs Endocrines Institut d Endocrinologie Maladies Métaboliques et Médecine Interne 28/06/2014

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS)

Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) dmt Risques psychosociaux : out ils d é va lua t ion FRPS 13 CATÉGORIE ATTEINTE À LA SANTÉ PHYSIQUE ET MENTALE Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) LANGEVIN V.*, FRANÇOIS M.**, BOINI S.***, RIOU

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Institut Cancérologie de l Ouest CHIRURGIE Dr. Isabelle Jaffré CAS CLINIQUE 1 36 ans 90B sans CI radiothérapie

Plus en détail

PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B

PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B DANS LE BILAN LIPIDIQUE TEXTE COURT SEPTEMBRE 2008 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis La Plaine CEDEX

Plus en détail

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés.

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS EUROPE Tout savoir sur son HbA1c Réalisé avec la collaboration du

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Imagerie Imagerie de Gamma Caméra Tomographie d émission monophotoniqueou TEMP: radiopharmaceutiqueémetteurs de rayonnement Gamma Imagerie de Caméra TEP

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Plombémie Plombémie 07PLO1 ; 07PLO2 ; 07PLO3 et 07PLO4 2007 Edition : décembre 2008 Afssaps -143/147, Bd Anatole France F-93285

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

OV MONITOR. Précaution

OV MONITOR. Précaution OV MONITOR 386357 Précaution Avertissement Utilisation Pour les Etats-Unis uniquement, la loi fédérale restreint ce produit à la vente et à la distribution par ou sur l ordre d un médecin, ou à un laboratoire

Plus en détail

Optimisation des prélèvements biopsiques à l aiguille Recommandations, contrôle de qualité et perspectives

Optimisation des prélèvements biopsiques à l aiguille Recommandations, contrôle de qualité et perspectives Optimisation des prélèvements biopsiques à l aiguille Recommandations, contrôle de qualité et perspectives Dr Daniel Faverly Anatomie Pathologique Laboratoire CMP, CCR et ECWGBSP Auditeur pour Cancer Care

Plus en détail

Évaluation d un test rapide immuno-chromatographique comme aide à la prophylaxie antitétanique dans un service d urgences

Évaluation d un test rapide immuno-chromatographique comme aide à la prophylaxie antitétanique dans un service d urgences Immunoanalyse et biologie spécialisée (2012) 27, 185 190 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com STRATÉGIES D EXPLORATION FONCTIONNELLE ET DE SUIVI THÉRAPEUTIQUE Évaluation d un test rapide immunochromatographique

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES L OUTIL IDEAL POUR TOUTES LES DETECTIONS IMMUNOCHIMIQUES pour toutes les techniques immunodosages (EIA/ELISA) dot/ westernblot immunohistochimie immunocytochimie cytométrie en flux quel que soit le système

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

leucémie lymphoïde chronique

leucémie lymphoïde chronique la leucémie lymphoïde chronique S.Taoussi, M.T. Abad Service hématologie, EHS ELCC Blida Ce travail a été réalisé au laboratoire hématologie du CAC Blida avec le soutien du CMNG et du laboratoire de recherche

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la thyroïde Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous

Plus en détail

Les microarrays: technologie pour interroger le génome

Les microarrays: technologie pour interroger le génome Les microarrays: technologie pour interroger le génome Patrick DESCOMBES patrick.descombes@frontiers-in-genetics.org Plate forme génomique NCCR Frontiers in Genetics Université de Genève http://genomics.frontiers-in-genetics.org

Plus en détail

Enjeux de la biologie haut débit en oncologie

Enjeux de la biologie haut débit en oncologie Enjeux de la biologie haut débit en oncologie Pascal BARBRY, CNRS, Sophia Antipolis o Les technologies haut-débit ont enrichi considérablement nos approches quantitatives en biologie. o Des applications

Plus en détail

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral.

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral. - La cytométrie en flux est une méthode d analyse de cellules en suspension, véhiculées à grande vitesse jusqu à une chambre d analyse traversée par des faisceaux lasers. L interaction des cellules avec

Plus en détail

Test d immunofluorescence (IF)

Test d immunofluorescence (IF) Test d immunofluorescence (IF) 1.1 Prélèvement du cerveau et échantillonnage Avant toute manipulation, il est fondamental de s assurer que tout le personnel en contact avec un échantillon suspect soit

Plus en détail

Etude de la lysine acetyl transferase PCAF dans le développement du diabète et de l'obésité.

Etude de la lysine acetyl transferase PCAF dans le développement du diabète et de l'obésité. Etude de la lysine acetyl transferase PCAF dans le développement du diabète et de l'obésité. Tuteur : Jean-Sébastien Annicotte EGID CNRS UMR8199 Faculté de Médecine-Pôle Recherche, 2eme étage Bd J. Leclercq

Plus en détail

PITUITARY. Growth Hormone (GH) NUTRITIONAL FACTORS OTHER TISSUES LIVER. IGF- I + IGFBPs. IGF- I + IGFBPs BLOOD TARGET TISSUES

PITUITARY. Growth Hormone (GH) NUTRITIONAL FACTORS OTHER TISSUES LIVER. IGF- I + IGFBPs. IGF- I + IGFBPs BLOOD TARGET TISSUES PITUITARY Growth Hormone (GH) LIVER NUTRITIONAL FACTORS OTHER TISSUES IGF- I + IGFBPs BLOOD IGF- I + IGFBPs TARGET TISSUES Principales causes de déficit en GH (GHD) Anomalies moléculaires (GH-N; Récepteur

Plus en détail

Quantification en tomographie d émission

Quantification en tomographie d émission Quantification en tomographie d émission Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr http://www.guillemet.org/irene Séminaire

Plus en détail

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Biochimie I Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1 Daniel Abegg Sarah Bayat Alexandra Belfanti Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Laboratoire

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

TECHNOLOGIE APPLIQUÉE. Expérience. KEYWORDS Lab automation, consolidation, integration, clinical chemistry, immunoassay

TECHNOLOGIE APPLIQUÉE. Expérience. KEYWORDS Lab automation, consolidation, integration, clinical chemistry, immunoassay Ronan TALEC*, Daniel BOUIGE** Expérience d automation et de consolidation en biochimie et immunoanalyse au Groupe Hospitalier du Havre Expérience RÉSUMÉ En 2003, le Groupe Hospitalier du Havre a lancé

Plus en détail

Marc DELPECH. CORATA La Rochelle le 21 mai 2008

Marc DELPECH. CORATA La Rochelle le 21 mai 2008 Marc DELPECH CORATA La Rochelle le 21 mai 2008 En 24 ans les progrès ont été considérables Premières utilisation des techniques de génétique moléculaire en diagnostic : 1984 Une palette de techniques très

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

ALLERGIE AUX VENINS D HYMENOPTERES

ALLERGIE AUX VENINS D HYMENOPTERES ALLERGIE AUX VENINS D HYMENOPTERES QUI, COMMENT ET COMBIEN DE TEMPS DESENSIBILISER? JOËLLE BIRNBAUM UPRES EA 3287 Université de la Méditerranée Service Pneumo-alergologie Hôpital Ste Marguerite, Marseille

Plus en détail

G. Pauli Professeur Honoraire Faculté de Médecine, Strasbourg

G. Pauli Professeur Honoraire Faculté de Médecine, Strasbourg Les vaccins aux allergènes des mammifères: approches avec les allergènes recombinants G. Pauli Professeur Honoraire Faculté de Médecine, Strasbourg 2 èmes rencontres francophones d allergologie moléculaire,

Plus en détail

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Document revu par Christian Binet, novembre 2009 L érythropoïèse est l'ensemble des mécanismes qui concourent à la formation des

Plus en détail

Tests rapides de dépistage

Tests rapides de dépistage Tests rapides de dépistage Maladies infectieuses Marqueurs cardiaques Marqueurs de tumeurs Grossesse Rhumatologie Allergies Drogues > Pour un diagnostic rapide et économique > Résultats exacts et fiables

Plus en détail

Cancer de la thyroïde

Cancer de la thyroïde - 1 - GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE ALD 30 Tumeur maligne, affection maligne du tissu Lymphatique ou hématopoïétique Cancer de la thyroïde Version Collège Mai 2010 Ce document a été validé par le Collège

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

APPLICATION QMS AMIKACINE Système intégré Ortho Clinical Diagnostics VITROS 5600, systèmes de chimie VITROS 5,1 FS et 4600

APPLICATION QMS AMIKACINE Système intégré Ortho Clinical Diagnostics VITROS 5600, systèmes de chimie VITROS 5,1 FS et 4600 Microgenics Corporation Entreprise de Thermo Fisher Scientific APPLICATION QMS AMIKACINE Système intégré Ortho Clinical Diagnostics VITROS 5600, systèmes de chimie VITROS 5,1 FS et 4600 Réf. 0373910 Destiné

Plus en détail

F.Benabadji Alger 22.11.13

F.Benabadji Alger 22.11.13 F.Benabadji Alger 22.11.13 ALLERGIE DANS LE MONDE 4ÉME RANG MONDIAL (OMS) PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE LES CAUSES Notre environnement (industriel, technologique, scientifique et climatique) * Allergènes

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION. N 8-3358 rév. 1

ATTESTATION D ACCREDITATION. N 8-3358 rév. 1 Convention N 5350 Section Santé Humaine ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 8-3358 rév. 1 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

PICT DOSAGE DES ANTICOAGULANTS 1. PEFAKIT PICT. Dosage chronométrique. PEFAKIT PiCT. PEFAKIT PiCT Calibrateur HNF. PEFAKIT PiCT Contrôles HNF

PICT DOSAGE DES ANTICOAGULANTS 1. PEFAKIT PICT. Dosage chronométrique. PEFAKIT PiCT. PEFAKIT PiCT Calibrateur HNF. PEFAKIT PiCT Contrôles HNF Dosage chronométrique PICT 1. PEFAKIT PICT Nombre de tests 8-505-01 coffret 80 3 flacons d activateur (2 ml) 3 flacons de réactif Start (2 ml) Mesure des anticoagulants par méthode chronométrique. 1 2

Plus en détail

Test d urine hcg POSITIF NÉGATIF. read as soon as the. peuvent être lus dès. Les résultats positifs. que la ligne de. if urine level goes above

Test d urine hcg POSITIF NÉGATIF. read as soon as the. peuvent être lus dès. Les résultats positifs. que la ligne de. if urine level goes above Ligne de référence Remarque : Sample Les résultats Line pourraient être faussés si le niveau d'urine dépasse Note: False la ligne results de may référence. occur if urine level goes above Test d urine

Plus en détail

MYRIAD. l ADN isolé n est à présent plus brevetable!

MYRIAD. l ADN isolé n est à présent plus brevetable! MYRIAD La Cour Suprême des Etats-Unis revient sur plus de 30 ans de pratique : l ADN isolé n est à présent plus brevetable! Mauvaise passe pour les inventions en biotechnologies sur le territoire américain.

Plus en détail

Vendredi 6 décembre 2013 Rouen

Vendredi 6 décembre 2013 Rouen Séminaire danimation d Animation de l Axe laxe 1 Vendredi 6 décembre 2013 Rouen «Le Séquençage de Nouvelle Génération dans le Cancéropôle Nord Ouest: Evolution, Résultats, projets» Diagnostic 0,5 2 Gb

Plus en détail

KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous en pages 1 et 2

KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous en pages 1 et 2 KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : www.sordalab.com @ : sordalab@wanadoo.fr A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous

Plus en détail

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques D. Gilis Bioinformatique génomique et structurale Faculté des sciences appliquées Université Libre de Bruxelles Objectif: illustrer en quoi

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Bilan lipidique - Cholestérol total - Triglycérides - Cholestérol-HDL - Cholestérol-LDL - Apolipoprotéine A1 - Apolipoprotéine

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Anticorps anti-tissus non spécifiques d organe (anticorps anti-mitochondries de type M2) Immuno-pathologie 04ATI2 Janvier 2005

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Obtention de données génétiques à grande échelle

Obtention de données génétiques à grande échelle Obtention de données génétiques à grande échelle Stéphanie FERREIRA Ph.D. Campus de l Institut Pasteur de Lille 1, rue du Professeur Calmette 59000 LILLE Tel : 03 20 87 71 53 Fax : 03 20 87 72 64 contact@genoscreen.fr

Plus en détail

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Nabiha KAMAL Laboratoire de Biochimie Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca CHU Ibn Rochd de Casablanca

Plus en détail

Photoactivatable Probes for Protein Labeling

Photoactivatable Probes for Protein Labeling Photoactivatable Probes for Protein Labeling THÈSE N O 4660 (2010) PRÉSENTÉE LE 26 MARS 2010 À LA FACULTÉ SCIENCES DE BASE LABORATOIRE D'INGÉNIERIE DES PROTÉINES PROGRAMME DOCTORAL EN CHIMIE ET GÉNIE CHIMIQUE

Plus en détail

CONFERENCE DE CONSENSUS : PRISE EN CHARGE DES CANCERS THYROÏDIENS DIFFERENCIES DE SOUCHE VESICULAIRE

CONFERENCE DE CONSENSUS : PRISE EN CHARGE DES CANCERS THYROÏDIENS DIFFERENCIES DE SOUCHE VESICULAIRE CONFERENCE DE CONSENSUS : PRISE EN CHARGE DES CANCERS THYROÏDIENS DIFFERENCIES DE SOUCHE VESICULAIRE Pourquoi un consensus français sur la prise en charge des cancers thyroïdiens? La prise en charge des

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Titre: Domaine scientifique : Mots clés : Directeurs de thèse : Institution des directeurs de thèse : Adresse email des directeurs de thèse :

Titre: Domaine scientifique : Mots clés : Directeurs de thèse : Institution des directeurs de thèse : Adresse email des directeurs de thèse : Titre: Détermination de l ensemble des ARNs non codants chez Ostreococcus, un modèle d algue unicellulaire marine infectée par des virus à ADN double brin Domaine scientifique : Génomique Mots clés : ARN

Plus en détail