Présents au côté de nos locataires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Présents au côté de nos locataires"

Transcription

1 Présents au côté de nos locataires RAPPORT DE GESTION SOCIALE D ICF habitat la sablière

2 2 _ Sommaire L action sociale 04à l écoute de chacun Le développement social urbain : 06générateur de lien social 08 Encourager l action collective Des projets 10pour créer du lien Bail glissant : contribuer 12à l insertion sociale L insertion au service 14des territoires Les locataires au cœur 16de la reconstruction de la résidence Fulton

3 3 I Véronique Momal Directrice clientèle Pour cette édition, nous avons choisi de donner la parole aux locataires, aux représentants des amicales, aux commerçants, aux collaborateurs d ICF Habitat La Sablière qui contribuent au dynamisme et au bien vivre de nos quartiers. Derrière les dispositifs mis en place, derrière les chiffres, ce sont des histoires personnelles qui se racontent, des parcours parfois accidentés, des moments de solitude et des moments de partage. Chacun à notre place, mais tous ensemble, nous cherchons à réparer, à accompagner, à contourner les obstacles, nous soutenons des idées, nous fabriquons des projets. Ecoutons donc les témoignages, qui sont la plus belle des récompenses. Les commerces comme 18vecteur de lieu de vie adapter le logement : 20une solution rassurante 22 Contacts et partenaires

4 4 _ L action sociale à l écoute de chacun Dans un contexte économique et social tendu, il est du devoir d ICF Habitat La Sablière de poursuivre des objectifs ambitieux d accompagnement social de ses locataires. En collaboration avec toutes les forces présentes sur le terrain, ses équipes d action sociale et de développement social urbain travaillent en complémentarité afin de mettre en œuvre des actions innovantes, efficaces et tournées vers l avenir. Face à des parcours professionnels et familiaux de plus en plus fragmentés et difficiles, le bailleur social, dans sa mission la plus profonde, doit apporter des réponses cohérentes et individualisées. Le logement est en effet le socle pour construire une vie stable, le premier refuge pour lutter contre la précarité dans un contexte d importantes mutations économiques et sociales : taux de chômage élevé notamment pour les jeunes, vieillissement de la population, monoparentalité plus fréquente, augmentation des incivilités Apporter une réponse à chaque problématique Afin d accompagner les locataires les plus fragiles, ICF Habitat La Sablière s appuie sur les responsables d action sociale et les conseillers sociaux de chaque Direction Territoriale Mon métier consiste à soutenir nos locataires pour les aider à surmonter leurs difficultés financières et sociales. Cet accompagnement peut concerner les impayés, le parcours résidentiel au sein du patrimoine en cas de rénovation ou reconstruction de leur site, l adaptation d un logement lors d une perte d autonomie Nous sommes en relation permanente avec les résidents, mais aussi avec les services sociaux départementaux et de la ville.» Alice Matet, responsable action sociale de la Direction Territoriale Ouest de son réseau. En collaboration avec des interlocuteurs externes (prestataires, institutionnels ) et toujours au contact des familles, ils participent à la mise en œuvre de la politique d action sociale du bailleur et contribuent à atteindre les objectifs de gestion fixés en amont. Les missions remplies par les acteurs de l action sociale L équipe de l action sociale se voit confier différentes missions menées au quotidien : Définition des actions préventives et curatives en faveur des candidats et des locataires en place, en préservant la mixité sociale ; Mise en œuvre des actions individuelles ou collectives dans le cadre de l accès, du maintien dans le logement (avec la gestion des demandes d adaptation de logements au handicap par exemple) et de parcours résidentiels en cas de démolition/reconstruction d une résidence ; Suivi des dispositifs sociaux : Plans Départementaux, ACD, ANRU, CIL, DALO, RHI, Renouvellement patrimonial ;

5 5 L action sociale EN chiffres GESTION LOCATIVE Constitution d une ressource de conseil et d expertise dans le périmètre de l action et de la réglementation sociale ; Gestion des mutations de logements : baux associatifs et baux glissants, mutations pour violences conjugales ; Aide au relogement en cas de démolition-reconstruction. Des objectifs atteints ICF Habitat La Sablière participe activement à l attribution de logements aux ménages reconnus prioritaires selon le plan départemental d action pour le logement des personnes défavorisées et les accords collectifs départementaux. En 2013, l objectif de 313 logements dédiés à ces ménages a été largement dépassé : 412 logements ont ainsi été attribués. Il en va de même pour les ménages DALO, reconnus prioritaires par la commission de médiation pour obtenir un logement en urgence. En effet, ICF Habitat La Sablière contribue à hauteur équivalente de l effort global des bailleurs franciliens. Quatre équipes dédiées, ici l équipe de la Direction Territoriale Est personnes logées nouveaux ménages, dont 66 % disposent de revenus inférieurs à 60 % des plafonds de ressources 412 ménages relevant des accords collectifs départementaux 328 ménages reconnus prioritaires au titre du droit au logement 43 % des locataires sont des cheminots 18 % des locataires ne parviennent plus à payer régulièrement leur loyer 84 logements adaptés au vieillissement ou au handicap des locataires en 2013.

6 6 _ Le développement social urbain Le DSU : générateur de lien social Améliorer la qualité de vie dans les résidences est un défi constant pour les équipes d ICF Habitat La Sablière. Marie Henni, responsable développement social urbain (DSU), explique comment elle coordonne son action avec les Directions Territoriales, mais aussi avec les résidents, les associations et les collectivités territoriales. En quoi consiste la mission de l équipe de développement social urbain d ICF Habitat La Sablière? Marie Henni. Le rôle du DSU est d accompagner les équipes de gestion sur les sites considérés comme fragiles afin d y mener des actions collectives à long terme. Pour identifier ces résidences prioritaires, signalées par les Directions Territoriales, plusieurs indicateurs de gestion et de qualité de vie, comme des taux élevés d impayés, de vacances ou d insécurité ressentie par les locataires comme les collaborateurs, sont pris en compte. En 2013, nous sommes ainsi intervenus sur 27 sites, qui représentent logements. Pour réussir, nous mettons tout en œuvre pour réinstaurer entre locataires du dialogue, du lien social, de la solidarité, et ainsi améliorer durablement la vie des locataires. Comment s organise votre action sur le terrain? M.H. Nous organisons différentes initiatives au sein des résidences afin de provoquer la rencontre entre les habitants. C est la meilleure façon d éviter l isolement, qui est d autant plus problématique lorsque des difficultés sociales et d insécurité se présentent. Prendre le temps de se rencontrer offre l avantage de repartir de zéro, là où la confiance est parfois érodée, de modifier la qualité de nos relations. En parallèle, nous rencontrons les acteurs de terrain, de la ville, nos collègues et effectuons un diagnostic complet de la situation du quartier afin de proposer un plan d actions sur le long terme impliquant tous les collaborateurs, un projet pour la résidence en quelque sorte. Quel rôle jouent les locataires? M.H. Les comités de résidents, organisés en coordination avec les Directions Territoriales, sont un moyen privilégié pour générer un esprit de cohésion entre les locataires. En général, les premières réunions participatives sont tendues : les habitants voient souvent le bailleur comme la source des dysfonctionnements de leur résidence. Mais avec du dialogue, les discussions exclusivement liées à la gestion font place à des débats en lien avec le «vivre ensemble». Réseau d associations partenaires : s appuyer sur des compétences Les associations jouent un rôle majeur dans l organisation des actions collectives ou dans l accompagnement méthodologique des résidents lors de la mise en pratique. Par le biais de son équipe DSU, ICF Habitat La Sablière subventionne en partie leurs contributions et les oriente vers d autres sources de financements si besoin. Le DSU est également chargé de les soutenir, dans leur communication (revue Entre-Nous, SMS Info ou affiches pour relayer aux locataires les informations ) et dans la mise à disposition de locaux dans les résidences du bailleur (139 étaient occupés en 2013). Quelques exemples : Crée ton avenir, Curry Vavart, Couleurs d Avenir, Graines de Jardins, Le Valdocco, PIMMS de Paris, PIMMS des Mureaux, AFEV, Le Pari Solidaire, Voisin Age, Vivre au 93 Chapelle, La Maison du Canal, GRAJAR, ENS, FASOL, Numéro 1 Scolarité

7 7 Nous réfléchissons ensemble aux solutions à engager. Les projets qui en ressortent sont transverses puisqu ils peuvent concerner l aménagement urbain, le développement économique ou encore l entretien du site. Pour nous, la clé de la réussite consiste à faire des locataires des acteurs de leur quartier, et pas seulement des consommateurs de services. Généralement, nous identifions des résidents capables de porter des initiatives, véritables ambassadeurs contribuant à faire vivre les actions collectives au sein des sites. Les associations sont nos meilleures alliées! Dans le cadre de projets urbains, les locataires peuvent aussi être concertés. De quelle façon? M.H. En effet, outre la mise en place des actions sociales dans les résidences, ICF Habitat La Sablière encourage la concertation des habitants lors de nouveaux projets urbains. Les comités de résidents sont un moyen privilégié pour générer un esprit de cohésion entre les locataires.» Cette prise en compte de la parole des résidents, qui est prévue dans les contrats de ville pour , est déjà une réalité sur des projets comme ceux de la résidence Fulton dans le 13 e arrondissement de Paris ou de Villeneuve-La- Garenne, Chelles Nous constatons chaque jour combien les locataires sont attachés à leur appartement, leur quartier, où tant de souvenirs se mélangent. Leurs avis comptent! Et ils ont souvent de bonnes idées! Nous avons conscience du choc que peut représenter une résidence réhabilitée ou détruite pour être reconstruite ou L équipe de développement social mène des actions collectives à long terme. même simplement transformée. Grâce à ces réunions de concertation, les locataires sont rassurés. Et les prises de paroles citoyennes ont même tendance à améliorer leur confiance en eux Quels sont les acteurs avec qui vous travaillez pour mener à bien vos missions sur le terrain? M.H. ICF Habitat La Sablière est bien implanté sur les territoires. Nous sommes identifiés par les collectivités locales comme un interlocuteur privilégié pour conduire une politique innovante et socialement responsable. Ces bons rapports, avec les Mairies notamment, sont essentiels pour permettre la mise en œuvre d actions cohérentes et coordonnées avec l ensemble des partenaires locaux. Nous nous appuyons également sur un tissu associatif. Nous privilégions bien entendu les associations ayant une expérience locale, créées par les habitants. Dans certains cas, nous convions à travailler avec nous des associations ayant une parfaite connaissance des problématiques que nous souhaitons traiter : jeunesse, isolement, insécurité et qui apportent une vraie dynamique et un savoir-faire au bénéfice des habitants!

8 8 _ Engagement Encourager l action collective Depuis mai 2012, Lucie Tsakem et sa famille vivent dans la résidence de Villeneuve-la-Garenne (92). Convaincue que le dialogue et l action sont les moteurs du mieux vivre ensemble, elle n hésite pas à s investir dans la vie de sa résidence et de son quartier. Quelles sont les conditions de vie dans votre quartier? Lucie Tsakem. J habite avec mon mari et mes trois enfants à Villeneuve-la-Garenne, boulevard Gallieni. La vie n est pas toujours facile dans ma résidence. Les incivilités et les actes de violence sont monnaie courante et il est difficile de vivre sereinement, surtout avec des enfants très jeunes comme les miens. Quelles sont les incivilités qui vous gênent le plus? L.T. Dans la résidence, le voisinage est souvent irrespectueux de son environnement. Les parties communes sont très sales malgré les efforts d entretien des équipes d ICF Habitat La Sablière. Les poubelles remplies à ras bord sont déposées aux pieds des appartements ou jetées directement par les fenêtres. Forcément, dans ces conditions, l odeur est vite désagréable et la saleté attire les rats et les cafards. À l extérieur de la résidence, nous nous sentons parfois en insécurité ce qui nous empêche de laisser nos filles jouer librement. Nous sommes contraints de faire des kilomètres jusqu au parc des Chanteraines pour nous balader et leur permettre de sortir de l appartement. La famille Tsakem vit dans un appartement à Villeneuve-la-Garenne depuis 2012.

9 Il me semble essentiel de m investir dans la vie de la résidence pour lutter contre le sentiment de défiance et les réflexes de «chacun pour soi» qui règnent dans ce quartier.» Vous faites partie du comité de résidents actif sur le site. Comment et pourquoi agissez-vous sur le terrain? L.T. Il me semble essentiel de m investir dans la vie de la résidence pour lutter contre le sentiment de défiance et les réflexes de «chacun pour soi» qui règnent dans ce quartier. Ce repli nuit à notre perception générale de la situation et il faut aller vers les autres pour libérer la parole. Je suis convaincue que des petits riens peuvent changer énormément de choses. C est pourquoi, dès mon arrivée, j ai adhéré au comité de résidents afin de participer avec d autres locataires à la vie de ma résidence. Les réunions mensuelles permettent d organiser une réflexion autour des actions à mettre en place pour améliorer durablement nos conditions de vie. Avec l association Couleurs d avenir, qui nous accompagne pour coordonner nos initiatives, nous sensibilisons les locataires à l importance de la propreté. Porte-à-porte, affiches, Fête des voisins tous les moyens sont bons pour y parvenir même si nous ne constatons pas encore de changements radicaux. Mais il ne faut pas baisser les bras et continuer à expliquer, sans agressivité et toujours avec pédagogie, pourquoi il faut nous responsabiliser. Constatez-vous des améliorations dans les relations entre les locataires? L.T. De manière générale, cette mobilisation sur le terrain agit positivement dans les relations que nous entretenons avec nos voisins. Les sourires, les discussions, les «bonjours» quand nous nous croisons se multiplient et l ambiance dans la résidence s améliore. Certains locataires dont La médiation administrative pour accompagner les résidents ICF Habitat La Sablière est convaincu que pour améliorer la vie des quartiers, il faut agir en parallèle sur différents axes. Le bailleur social soutient notamment l action du réseau des PIMMS (Point information médiation multi services), dont les médiateurs apportent toute leur expertise aux habitants d une ville. Le PIMMS (qui réunit des opérateurs de services publics comme EDF, la SNCF, la Ville et les collectivités locales d implantation, et l État) informe, explique, conseille, oriente et accompagne les habitants dans toutes leurs démarches avec les services publics et les droits sociaux, ou encore la gestion de leur budget (consommation d eau ou d électricité par exemple). Chaque PIMMS sur le territoire met en œuvre une offre personnalisée et collective et un mode de services adaptés aux besoins de sa zone d implantation. ICF Habitat La Sablière est membre actif du PIMMS de Paris et du PIMMS des Mureaux. Concertation pour l aménagement du cœur d îlot Argenteuil La concertation des locataires pour un aménagement de leur résidence est la meilleure façon de répondre aux attentes de chacun. Conscient de cet enjeu pour l ensemble des acteurs de terrain et pour l avenir des résidences, ICF Habitat La Sablière associe la parole des locataires aux discussions de projets comme celui du cœur d îlot à Argenteuil. La Direction Territoriale Ouest y a ainsi missionné Zeppelin, un collectif de paysagistes, afin de réfléchir en amont avec les habitants à l organisation du grand jardin dans le cadre de la résidentialisation du site en j ignorais jusque-là l existence se révèlent être des personnes très gentilles et solidaires. Ce dialogue est important pour comprendre les autres, s intégrer et accepter les différences. Ce lien social est le meilleur rempart au stress généré par les incivilités, même si les problèmes persistent encore. Comment comptez-vous agir désormais? L.T. À nous de nous inspirer maintenant de ce qui se fait dans les autres résidences du bailleur. Il y a de vraies bonnes idées que nous pourrions adapter ici : des cours de danse, de dessin pour les enfants, des jeux concours autour d un goûter Nous rassembler avec simplicité nous aidera à avancer tous ensemble dans la bonne direction : contribuer à éduquer nos enfants à la citoyenneté pour qu ils soient mieux conscients de l importance de l entraide, du respect des autres et de leur environnement. 9

10 10 _ Lien social Des projets pour créer du lien ICF Habitat La Sablière encourage les initiatives de ses locataires en étudiant chaque année des appels à projets contribuant au développement des liens de solidarité et favorisant l accès à la culture. Christian Perraut, président de l amicale Courtoise à Pantin (93) et cheminot à la retraite, explique comment le bailleur social a aidé la mise en œuvre d un jardin partagé dans sa résidence. Quel projet avez-vous soumis à ICF Habitat La Sablière en 2013? Christian Perraut. Notre amicale de locataires a sollicité ICF Habitat La Sablière lors des appels à projets 2012 et 2013 afin de demander un appui pour améliorer le jardin collectif que nous avions débuté un an plus tôt avec l aide de la Direction Territoriale Est. Notre initiative a permis d engager avec ICF Habitat La Sablière un dialogue moins conflictuel que sur des sujets comme le contrôle des charges ou les remontées de problèmes liés à la gestion de la résidence. Ce projet a profondément amélioré les relations que les résidents entretiennent avec le bailleur. Un jardin partagé permet de réunir des voisins derrière un même projet positif et à forte teneur symbolique.» Comment avez-vous organisé ce jardin collectif? C.P. Après avoir obtenu l accord d ICF Habitat La Sablière, nous avons divisé la pelouse inutilisée au pied de la résidence en 10 parcelles de jardin. Toutes ont été attribuées à des locataires ayant émis le souhait de participer à l initiative. Chacun était alors libre de planter ce qu il souhaitait, sans contrainte particulière. Nous avons mis des outils de jardinage à disposition de tous et nous nous sommes mis au travail. Il faut savoir que cette mise en place a été réalisée par trois résidents seulement. La plupart des résidents pensait que cela était impossible dans une cité. Qu a apporté ce jardin à votre résidence? C.P. Un jardin partagé comme celui-ci permet de réunir des voisins derrière un même projet positif et à forte teneur symbolique. Nous rencontrons et sympathisons avec des personnes de toutes générations que nous croisions à peine auparavant. Retraités comme jeunes actifs, personnes isolées ou familles nombreuses, mettent la main à la pâte pour ce projet qui se révèle finalement comme un emblème de mixité sociale. Fruits, Les Appels à projets : accompagner les locataires Ateliers de théâtre ou de danse, sensibilisation au développement durable et à la réduction des déchets, intégration des populations primo-arrivantes, accompagnement scolaire En 2013, 32 associations ont été primées dans le cadre des appels à projets lancés par ICF Habitat La Sablière. Les mots d ordre? Partage et solidarité. Chaque association récompensée a ainsi reçu des subventions fixées entre 300 et euros, ainsi qu un accompagnement méthodologique, des conseils et une aide dans la mise en œuvre des initiatives engagées.

11 11 Christian légumes, fleurs il y a de tout et le partage, comme l entraide, sont de mise. Les bancs et tables que nous avons installés à proximité des parcelles contribuent également à créer de la vie dans toute la résidence, bien au-delà des apprentis jardiniers. Ce dialogue, cette connaissance des autres, rassure le plus grand nombre et permet de vivre en harmonie : l ambiance est bien plus chaleureuse aujourd hui! De quelle façon ICF Habitat La Sablière a soutenu votre initiative? C.P. La première subvention, à la suite de l appel à projet de 2012, nous a permis de créer dix jardinets individuels de 4 m 2 chacun ainsi qu une partie collective où nous avons planté plus de 250 bulbes de fleurs vivaces. Le tout est entouré d un grillage et chaque parcelle est délimitée par des planches en bois traité, sur 20 cm de hauteur. Une cuve de récupération des eaux de pluie a été installée, ainsi qu une cabane de jardin où nous rangeons la Les Assises : conforter le rôle des amicales Les Assises de locataires, lancées en 2011 et renouvelées en 2013 par ICF Habitat La Sablière, permettent aux représentants des 130 amicales de locataires de s exprimer. Dialogue, confiance, propositions concrètes, ces discussions sont l occasion d identifier les axes de progrès prioritaires concernant la gestion résidentielle, la maîtrise des charges, les économies de services ou encore le bien vivre ensemble des résidents. plupart des outils de jardinage, mis à disposition de tous. Nous avons également créé un compost et un châssis pour y développer nos graines et jeunes pousses. La deuxième subvention de 2013 a servi à améliorer le site : achat de produits de traitement du bois pour la cabane, création de parterres de fleurs, achat d une table et deux bancs, récupération de matériels d agréments (barbecue) et bacs à fleurs Notre appel à projet est une nouveauté dans les initiatives proposées par les associations de locataires. Les équipes d ICF Habitat La Sablière se sont toujours rendues disponibles pour nous aider. Pour le reste : l autonomie a prévalu et nous n avons pas rencontré de difficultés. Quelles sont les prochaines étapes que vous souhaitez engager pour développer votre jardin? C.P. Nous espérons pouvoir étendre cette initiative en aménageant une parcelle où nous cultiverions du persil, des oignons, de l ail et autres herbes aromatiques afin que tous puissent venir se servir. Nous aimerions également créer un espace de jeux pour les enfants. Le succès est tel que nous manquons de terrain. La liste des locataires souhaitant participer s allonge. L ensemble des résidents est satisfait et nous ne dénombrons aucun vol ou détérioration : la preuve que ce type de projet est générateur de cohésion sociale.

12 12 _ Accueil des publics fragiles Bail glissant : contribuer à l insertion sociale Dans sa mission à caractère social, ICF Habitat La Sablière participe activement à l accueil de personnes en situation de précarité en leur permettant de bénéficier d un bail glissant. Pour Sophie, ce dispositif d insertion a porté ses fruits. Explications. Qu est-ce que le bail glissant? Le bail glissant est un dispositif d insertion mis en place par l État afin d accompagner les ménages en difficulté dans le paiement de leur loyer. L association en charge du suivi du ménage, en accord avec le bailleur social, sous-loue le logement, tout en l aidant de manière personnalisée dans sa gestion budgétaire ou sa recherche d emploi, par exemple. Une fois la situation stabilisée, le glissement du bail de l association au ménage est possible sous réserve d une validation (en commission chez ICF Habitat La Sablière) par le bailleur social. Quelle était votre situation avant de bénéficier d un bail glissant? Sophie. À l âge de 25 ans, j ai perdu pied pour des raisons de santé. Surendettée, je n ai pas pu assurer le paiement de mon loyer de l époque. Une situation difficile, presque inextricable, je ne voyais pas du tout comment m en sortir J ai donc été expulsée de l appartement où je vivais et me suis retrouvée sans domicile fixe, sans solution. Si jeune, cela peut paraître insurmontable. D autant plus que les foyers ne répondent pas toujours aux demandes. L assistante sociale en charge de mon dossier m a été d un grand secours. Comment vous a-t-elle aidée? S. Tout d abord, elle m a accompagnée dans la déclaration de mon surendettement auprès de la Banque de France. L objectif était ensuite d aplanir ma situation financière. Il me fallait obtenir un budget suffisant pour assurer le paiement mensuel d un loyer. Et comme j étais employée de mairie, je disposais d un

13 13 salaire qui me permettait d envisager les choses positivement. Mais malheureusement, au bout d un an de stabilité retrouvée, je suis à nouveau tombée malade et en dépression. J ai été contrainte de me mettre en congé longue maladie. Et avec seulement 700 euros par mois, impossible de souscrire un bail, même de 300 euros. J ai donc été aiguillée vers l association Le Lien Yvelinois, qui accompagne les personnes en situation de précarité dans le département. Les travailleurs sociaux m ont alors parlé du bail glissant. Comment ce dispositif vous a permis de vous en sortir? S. Afin d obtenir un logement décent et m aider à remonter la pente, les membres de l association, les assistantes sociales et ICF Habitat La Sablière m ont permis d être logée en sous-location dans la résidence de Saint-Cyr-L Ecole (78). Tous se sont investis sans réserve pour me soutenir. J ai été aiguillée pour toutes les démarches administratives que je devais engager pour faire valoir mes droits. Et au-delà des questions matérielles, ce soutien inconditionnel m a réellement empêché de lâcher prise. Je me suis vraiment sentie soutenue par des personnes ayant confiance en moi, en ma capacité à m en sortir. Dans la résidence, j ai toujours été considérée comme tous les locataires, sans distinction due à mon statut. Le gardien, comme mes voisins, se sont toujours montrés très accueillants. Cela a aussi contribué à ma reprise en main. Que représentait pour vous le fait d être résidente à ce moment-là? S. Avoir un logement est une absolue nécessité si on veut pouvoir construire sa vie. C est une condition sine qua non pour pouvoir travailler, avoir une vie sociale et simplement pour pouvoir dormir sereinement. Tout est lié et les difficultés nous entraînent facilement dans un cercle vicieux. En devenant résidente, j ai trouvé de la stabilité pour pouvoir repartir de l avant. Je ne remercierai jamais assez ceux qui m ont aidée dans cette période. Avoir un logement est une absolue nécessité si on veut pouvoir construire sa vie : pour travailler, avoir une vie sociale et simplement dormir sereinement.» Les logements EN chiffres 562 logements seront livrés en 2014, dans le cadre de nouveaux projets d hébergement menés avec Emmaüs Solidarité, Coalia ou Aurore. Comment s est passé le glissement du bail? S. Deux ans après le début du bail glissant, j avais totalement stabilisé ma situation en ayant repris mon activité professionnelle. J étais alors en capacité de payer mon loyer en toute autonomie. Le Lien Yvelinois a proposé à Virginie Hérin, conseillère sociale chez ICF Habitat La Sablière, d étudier la faisabilité d un glissement du bail. Je l ai accueillie à mon domicile pour lui montrer que j étais autonome pour réaliser des démarches quotidiennes et en capacité pour devenir locataire. Tout s est très bien passé et nous avons constitué mon dossier qui est passé en commission. Il a été validé rapidement. Depuis, tout va bien! Je suis désormais locataire à part entière. Conseillers sociaux : une action au quotidien Accompagner tous les locataires, et notamment les plus démunis, est une mission que se fixe ICF Habitat La Sablière. Face aux difficultés économiques, sociales ou familiales que peuvent rencontrer les ménages, il est essentiel d apporter des réponses concrètes au cas par cas. C est le rôle que remplissent les conseillers sociaux d ICF Habitat La Sablière. En se rendant au domicile des habitants ou en organisant des comités sociaux dans les résidences, ils tentent de résoudre, par exemple, les problèmes d impayés en aiguillant les habitants vers les partenaires sociaux les plus compétents.

14 14 _ Insertion économique L insertion au service des territoires Encourager l insertion sociale est une des missions que se fixe ICF Habitat La Sablière, dont le rôle dans le développement des territoires ne cesse d évoluer. En partenariat avec l association Le Valdocco, le bailleur social a organisé dans la résidence Fernand Léger d Argenteuil (95) un chantier d insertion. Medhi, l un des jeunes mobilisés, et Frédéric Deszelus, chef de service éducatif de l association, reviennent sur la mise en œuvre de ce projet. Grâce à une parfaite entente avec les équipes, un dialogue positif avec les locataires s est instauré.» En quoi ont consisté les travaux réalisés dans les caves de la résidence Fernand Léger à Argenteuil? Medhi. Notre mission était de rénover les caves des locataires de la résidence. Sales et souvent squattées, elles avaient besoin de notre intervention pour de nouveau être exploitables par les habitants. Après avoir obtenu l accord de chacun, nous avons nettoyé les caves de fond en comble. Dans une seconde phase, nous avons peint les murs des caves des trois immeubles du 3 mars au 31 juillet Comment s est organisé ce chantier d insertion? M. Sur le terrain, tout était organisé par un encadrant technique et les membres de l association Le Valdocco qui nous ont proposé ce travail. Nous les connaissons depuis de nombreuses années puisqu ils proposent régulièrement des aides scolaires Responsabilité sociale : un bailleur mobilisé La société s est engagée depuis juin 2012 à généraliser les clauses d insertion à l ensemble de ses marchés de construction et de réhabilitation de plus de 1,6 millions d euros, avec en 2013 la montée en puissance du nombre de chantiers concernés. Dans le cadre d un partenariat inédit, la Maison de l Emploi de Paris assure le suivi de ces clauses auprès des entreprises qui se sont engagées contractuellement à réserver à des personnes en difficulté sociale, une partie des heures de travail du chantier. ICF Habitat La Sablière s est également investi dans le dispositif «Emploi d avenir», afin de contribuer à l atteinte des objectifs d intégration des jeunes, notamment en zones urbaines sensibles. En collaboration avec les missions locales pour l emploi, le bailleur embauchera 30 personnes entre 2013 et 2015 à des postes d agent administratif, d agent d accueil, de téléconseiller, d agent de commercialisation ou encore de gardien.

15 15 L insertion EN chiffres Romuald Frédéric ou des sorties aux jeunes de notre quartier. Ce chantier est une bonne opportunité de gagner un peu d argent tout en rendant service aux habitants. Frédéric Deszelus. Ce chantier s est mis en place avec l accord d ICF Habitat La Sablière, de l État (Agence nationale pour la cohésion sociale et l égalité des chances), de la mairie d Argenteuil, du Conseil général du Val d Oise et Axe Emploi, qui gère notamment le paiement des salaires, ainsi que d autres partenaires locaux. Il fait partie d un dispositif plus vaste que Le Valdocco mène auprès des jeunes en difficulté. Quelles sont les difficultés que rencontrent les jeunes de ce quartier? Existe-t-il des solutions? F.D. Trop souvent, les jeunes ont du mal à conserver un rythme de vie compatible avec l exercice d un emploi. L errance et le monde de la rue happent les plus fragiles, les plus désespérés, qui peuvent ainsi gagner de l argent bien trop facilement. L ambition principale de ce projet est que ces 30 jeunes, âgés de 16 à 25 ans, ne se perdent pas en chemin et qu ils parviennent à saisir l importance du respect des consignes, de la hiérarchie, du matériel, des règles de sécurité, des horaires Medhi Frédéric Deszelus, de l association Le Valdocco et Medhi entourés d une partie des intervenants sur le chantier et de Romuald Foubert, responsable du site Fernand Léger d Argenteuil. Ces objectifs, formalisés dans un livret de chantier signé au début de la mission, ont été remplis avec succès par la majorité des jeunes. Cela ne veut pas dire que tout est gagné, c est une bataille continue. Mais nous espérons que cela en aide certains à sortir de l impasse M. Pour des raisons diverses, il peut être difficile de trouver notre voie, de nous stabiliser. Avoir un métier est la première étape pour avancer dans une vie d adulte. Depuis l âge de 16 ans, j enchaîne les CDD et les petites missions d intérim, notamment dans la restauration de luxe. Aujourd hui, à 22 ans et avec un CAP serrurier en poche, je suis souvent désespéré face au marché de l emploi complètement bouché. Grâce aux éducateurs de l association Le Valdocco et à l encadrant technique qui nous a suivi sur ce chantier, je ne décroche pas totalement. Ils m écoutent, me conseillent, ils m aident à y croire encore. Comment ICF Habitat La Sablière a contribué à la réussite de ce projet? F.D. L implication du responsable du site et des deux gardiens de la résidence qui ont été de véritables acteurs et facilitateurs du projet, a permis la pleine réussite de ce chantier. En effet, grâce à une bonne coordination Notre clause sociale réserve à l insertion 6 % des heures produites par un chantier. 23 chantiers, dont 8 réhabilitations et 15 opérations de construction contenaient des clauses d insertion sociale heures d insertion générées en 2013 par ICF Habitat La Sablière, dont dans le cadre de l entretien courant du patrimoine en partenariat avec des structures locales comme les Régies de Quartier. et une parfaite entente avec leurs équipes, nous avons pu instaurer un dialogue positif avec les locataires, en amont de la mise en œuvre des travaux. Cette phase a permis de désamorcer les différentes tensions qui peuvent naître d une telle initiative. Dans ce quartier, en proie à des dégradations fréquentes, la moindre tension peut prendre des proportions excessives. De manière générale, l investissement d ICF Habitat La Sablière, par le biais de la Direction Territoriale Ouest et de l équipe de développement social urbain, est positif. Cette volonté politique est nécessaire pour obtenir des résultats probants et améliorer durablement la vie dans les quartiers difficiles.

16 16 _ Concertation Les locataires au cœur de la reconstruction de la résidence Fulton Depuis 2005, la résidence Fulton dans le xiii e arrondissement de Paris est en pleine reconstruction. Très impliqués, les locataires n ont pas hésité à participer aux prises de décisions. Maurice Amzallag, représentant de l atelier de concertation et président de l amicale des locataires, revient sur ce dialogue constructif qu ICF Habitat La Sablière a su engager avec ses habitants. Pendant l exposition de street art, les habitants ont pu visiter avec émotion leurs anciens appartements. Comment les locataires ont-ils accueilli l idée de la reconstruction de leur résidence? Maurice Amzallag. Les habitants de la résidence Fulton sont très attachés à ce quartier situé à proximité de la gare d Austerlitz. Alors que cette partie du XIII e arrondissement bénéficie d une grande rénovation urbaine dans le cadre du projet «Paris Rive Gauche» depuis maintenant 30 ans, nos bâtiments restent les seuls à dater des années 50. Lorsque nous avons appris en 2008 qu une réhabilitation ou une démolition-reconstruction était prévue, les habitants ont fait part de leurs inquiétudes. La décision de reconstruire a été validée un an plus tard par ICF Habitat La Sablière, la mairie du XIII e arrondissement, la mairie de Paris et la SEMAPA, chargée des études d aménagement. Au programme : 320 nouveaux logements sociaux et intermédiaires, ainsi que des commerces et une crèche sont prévus pour l ensemble du site en Comment les inquiétudes des résidents ont-elles été prises en compte? M.A. Un collectif de locataires a vu le jour afin de mener une concertation sur la question du relogement. En effet, cette étape, très perturbante pour la majorité des habitants, a suscité un vif besoin de comprendre tous les enjeux de ce projet. La Direction Territoriale de Paris a donc proposé l organisation régulière d ateliers urbains participatifs, avec l aide de l organisme de médiation Techné Cité. En un an, une trentaine de réunions se sont tenues et jusqu à 50 personnes, sur les 133 logements, ont passé au crible chacun des détails de l opération. À l issue des débats,

17 17 les participants ont décidé de formuler des propositions collectives dans une charte de relogement et des recommandations concernant l architecture. Quelles demandes ont été formulées dans la charte de relogement? M.A. Plusieurs points ont été abordés dans cette charte afin de minimiser l impact des déménagements pour les résidents, et notamment pour les retraités ou les familles avec enfants. Nous tenons, par exemple, à ce que le traitement des dossiers de relogement soit équitable et prenne en compte les souhaits des ménages selon leurs besoins, que ce soit dans les relogements transitoires ou dans les relogements définitifs, sur ce site ou un autre accepté par la famille. Le respect des loyers à la date de la signature de la charte ou la prise en charge par ICF Habitat La Sablière de 100 % des frais liés au déménagement ont également été validés. D autres demandes concernaient les choix architecturaux. Comment les différents partenaires du projet ont pris en compte la volonté des locataires? M.A. J ai été le porte-parole des résidents auprès de l équipe de maîtrise d œuvre. En effet, au cours de trois réunions je leur ai fait part de 70 points clés identifiés dans un cahier de prescriptions architecturales : conserver des appartements lumineux, bénéficier de Les réunions de concertation ont permis aux habitants de faire part de leurs souhaits concernant la résidence en projet. caves et de greniers, obtenir des placards, être équipés d un chauffage urbain Nous avons également participé au choix de l urbaniste et de Bernard Bülher comme architecte de «la nouvelle Tour Paris 13». Des rencontres ont aussi eu lieu avec les résidents. Tous se sont accordés pour dire que les échanges, les premiers de ce genre avec les locataires, ont été constructifs. Tout le monde ressort satisfait de cette concertation! Avant la démolition de l ancienne tour, une exposition de street art, organisée par la Galerie Itinerrance et la mairie du xiii e, a mis une dernière fois en lumière les logements. Comment avez-vous accueilli cette initiative? M.A. Lorsque l exposition s est mise en place, nous étions dans une phase stressante de relogement : j étais donc un peu réticent dans un premier temps. Cependant, j ai rapidement changé d avis lorsque j ai vu les L exposition m a fait un bien fou. Je suis désangoissée et fière de la résidence.» Citation d une résidente œuvres exceptionnelles habiller les murs des appartements, les façades, les cages d escalier ou les caves de la Tour. Ce sont 105 des meilleurs street artistes de la planète qui ont laissé libre court à leur créativité. L exposition qui a suivi pendant un mois a réuni des milliers de spectateurs, faisant la fierté des locataires, heureux de recevoir un tel événement. En 2014, nous avons souhaité prolonger l aventure dans le cadre d un appel à projets en exposant les meilleures photos prises par les résidents : une bonne manière de réinvestir ces lieux où nous avons tant de souvenirs et d activités. S entourer pour mieux accompagner En amont des initiatives engagées par les habitants de la résidence Fulton, ICF Habitat La Sablière a mis en place un «projet mémoire», conduit avec l association Sangs Mêlées. L objectif? Libérer la parole des plus anxieux. Entre humour et émotions, les ateliers de théâtre, de chant, de danse ou de dessin ont aidé les locataires à surmonter leurs craintes liées à ce changement.

18 18 _ Services de proximité Les commerces comme vecteur de lieu de vie En tant qu acteur des territoires, ICF Habitat La Sablière encourage la création de commerces de proximité en anticipant et en favorisant leur implantation sur ses sites. C est le cas à La Garenne-Colombes (92), où Huong Nguyen a pu installer sa pharmacie en louant un espace adapté au pied de la résidence récemment construite. Nous apportons du conseil, une chaleur humaine, une offre de services : des notions primordiales pour garantir une bonne qualité de vie générale aux habitants.» Comment avez-vous implanté votre pharmacie avenue de Verdun 1916 à La Garenne-Colombes? Huong Nguyen. Avant d installer ma pharmacie au rez-dechaussée de cette nouvelle résidence, j étais située tout à côté, rue Veuve Lacroix. Les récentes et importantes rénovations urbaines aux alentours sont la raison de ce déménagement. En mai 2012, j ai donc transféré ma pharmacie dans un local provisoire, en concertation avec la Mairie de La Garenne- Colombes, favorable au maintien des commerces de proximité dans le quartier. Puis, en septembre 2013, je me suis installée dans les locaux ICF Habitat La Sablière. En restant dans le quartier, je conserve une clientèle fidèle, à laquelle s ajoutent les nouveaux

19 19 habitants des nombreuses constructions désormais livrées. Avec huit pharmacies pour habitants, le maillage est cohérent à La Garenne-Colombes. Quel rôle joue votre pharmacie dans le quartier des Champs Philippe? H.N. Depuis une dizaine d années, les commerces de proximité disparaissaient un par un, faute de repreneurs. Dans un passé encore récent, le quartier est resté longtemps en désuétude Ma pharmacie a été pour ainsi dire le village gaulois d Astérix, seule rescapée des commerces du quartier, et heureusement car nous créons du lien avec la population. Bien audelà de notre mission commerciale et de la vente des médicaments, mon équipe et moi-même apportons du conseil, une chaleur humaine, une offre de services : des notions primordiales pour garantir une bonne qualité de vie générale aux habitants. Tous les jours, nos clients nous le font savoir : ils ont besoin de ce contact, notamment les personnes en proie à l isolement. Mais fort heureusement, le quartier s améliore grâce à la livraison de la majorité des nombreuses constructions. Il attire désormais de nouveaux commerces : boulangerie, brasserie et autres commerçants ont déjà prévu de s installer à partir de la rentrée Comment ICF Habitat La Sablière a organisé l accueil de votre pharmacie? H.N. De manière très indépendante du reste de l immeuble dédié aux habitations. Je n ai ni accès à l entrée de l immeuble, ni au parking Ainsi, mes charges ne sont pas liées aux résidents, c est plus clair pour tout le monde. En tant que locataire professionnelle, je suis en relation avec Laurence Drevet, responsable gestion administrative et activités commerciales. C est avec elle que je traite des questions de loyers ou de mises en conformité de mon établissement en termes d accessibilité par exemple. Enfin, ICF Habitat La Sablière m a laissée totalement décisionnaire pour les aménagements spécifiques à mon activité. Quelles ont été ces adaptations? H.N. Je dispose d une surface commerciale bien achalandée avec suffisamment de linéaires pour exposer les médicaments, de comptoirs spacieux et d un espace de confidentialité qui me permet de bien exercer mes missions. Le design de la pharmacie est moderne et lumineux. Tout est fait pour que les clients se sentent bien. Redonner de la vie aux quartiers Laurence Drevet, en tant que responsable gestion administrative et activités commerciales d ICF Habitat La Sablière, a pour mission de favoriser l implantation de commerces et de bureaux à proximité ou sur les sites gérés par le bailleur. En lien continu avec les élus, cette approche contribue au développement économique des villes en créant de l emploi, tout en permettant un regain de dynamisme à certaines rues parfois délaissées depuis de nombreuses années. En 2013, 335 commerces, représentant m 2 de surface, avaient signé un bail avec ICF Habitat La Sablière. Pour les locataires en proie à l isolement, ce sont de nouvelles perspectives qui s ouvrent Ils n ont plus besoin de faire de longs déplacements pour accéder aux commerces, ce qui leur est parfois impossible en cas de perte d autonomie. Temps de trajets et risque d accidents sur le parcours diminués, problématique écologique les arguments sont nombreux pour justifier cet investissement. En outre, ces lieux sont idéaux pour rencontrer du monde, et notamment les voisins de la résidence. Pour le quartier, l effet est également positif puisque cette effervescence retrouvée s accompagne généralement d une baisse du sentiment d insécurité des habitants. Les commerces EN chiffres ICF Habitat La Sablière compte 335 commerces implantés au sein de ses résidences en tant que locataires.

20 20 _ Handicap et vieillissement adapter le logement : une solution rassurante Chaque année, des dizaines de locataires confrontés au vieillissement ou à une situation de handicap font appel à un conseiller social de la Direction Territoriale pour adapter leur logement. Michèle Fouassier, résidente à Villetaneuse, revient sur les travaux d adaptation effectués dans son logement en La solution de l aménagement du logement et du maintien à domicile est rassurante.» Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à demander une adaptation de votre logement? Michèle Fouassier. Depuis 1976, je vis dans ce pavillon à Villetaneuse loué par ICF Habitat La Sablière avec mon mari, cheminot à la retraite, et mes enfants. Mon fils de 47 ans est en situation de handicap et a besoin d une assistance au quotidien. Jusque-là, nous n avions pas eu besoin d une adaptation de notre habitation. Mais en 2013, c est devenu une nécessité, pour notre fils qu il faut accompagner, mais aussi pour mon mari et moi-même. Avec l âge, nous n avons plus les mêmes capacités physiques qu auparavant, d autant plus que mon mari a subi un AVC il y a deux ans qui le pénalise lourdement. Quelle démarche avez-vous engagée pour formuler votre demande? M.F. La baignoire de notre salle de bain devenait difficile à enjamber. Ainsi, nous nous sommes tournés vers notre gardienne, madame Cholet, qui nous a indiqué la marche à suivre pour bénéficier Une parfaite connaissance du terrain pour une meilleure prise en charge Julie Manceau, responsable mission handicap et accessibilité d ICF Habitat La Sablière, est chargée de mener la politique d accessibilité des personnes âgées ou en situation de handicap. En lien avec les chargés de mission handicap et accessibilité des communes d Ile-de-France, elle répond à leurs demandes en réalisant les diagnostics de chaque site (qui ne prennent pas en compte l intérieur des logements), recense les logements accessibles et adaptés aux personnes à mobilité réduite et participe à des réunions/commissions sur le sujet «logement handicap vieillissement» organisés par les chargés de mission dans les communes. Cette connaissance parfaite du patrimoine actuelle contribue à améliorer la vie de tous les locataires demandeurs. «Nos obligations ne concernent que les logements neufs et les réhabilitations, pour lesquels nous devons respecter un cahier des charges précis : largeur des portes, salles de bain adaptées, cloisons amovibles, etc. Pour les logements existants où vivent des personnes en situation de handicap ou des personnes âgées, nous n avons pas, à ce jour, d obligation de mise en conformité. Cependant, notre volonté est de participer au maintien à domicile des personnes en effectuant dès que possible les travaux nécessaires.»

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Le réseau francilien de lutte contre les précarités énergétiques Fiche Action Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Territoire concerné >> Ville des Mureaux (78) Date de mise

Plus en détail

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES Mardi 2 juillet 2013, 16h - Préfecture Dossier de presse Dans

Plus en détail

Votre maison, votre appartement, c est la fondation sur laquelle vous construisez votre vie.

Votre maison, votre appartement, c est la fondation sur laquelle vous construisez votre vie. Un toit pour tous C est un droit Rentrer à la maison, se relaxer ou recevoir des amis, aimer et élever ses enfants, prendre soin de soi et de ses proches, organiser son travail et ses loisirs, s instruire

Plus en détail

Le relogement et l accompagnement social des ménages à l OPAC DU RHONE

Le relogement et l accompagnement social des ménages à l OPAC DU RHONE RENOUVELLEMENT URBAIN Le relogement et l accompagnement social des ménages à l OPAC DU RHONE Journée du 23 janvier 2007 Sommaire 1 - Les grandes étapes 2 - Les relogements effectués au 31/12/2006 3 - Les

Plus en détail

Les habitants acteurs de la transformation

Les habitants acteurs de la transformation Les habitants acteurs de la transformation Placer l habitant au cœur des réflexions Actions de concertation et de participation Développer le lien social Favoriser le développement économique et l insertion

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Service AID. L année 2011 a été marquée par la suppression de 0,5 ETP et le changement de travailleur social au 1 er juillet.

Service AID. L année 2011 a été marquée par la suppression de 0,5 ETP et le changement de travailleur social au 1 er juillet. Service AID Le Droit Au Logement Opposable (DALO) est un moyen pour des personnes qui n arrivent pas à accéder au logement social de faire valoir leur droit au logement. La Loi DALO de 2007 prévoit pour

Plus en détail

3. Relations clientèle et solidarité

3. Relations clientèle et solidarité 3. Relations clientèle et solidarité Maintenir une proximité forte avec ses clients via un dispositif d accueil animé par plus de 6 000 conseillers, construire des partenariats de médiation sociale pour

Plus en détail

Dossier de presse. 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014. Nantes, le 11 mars 2013

Dossier de presse. 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014. Nantes, le 11 mars 2013 Nantes, le 11 mars 2013 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014 v Dossier de presse Contact service presse Tél. : 02 40 41 64 36 Fax : 02 40 41 64 10 presse@mairie-nantes.fr 1000

Plus en détail

Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT

Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT Jeudi 2 juillet 2015 Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT ACM HABITAT fait évoluer ses services afin d organiser de façon optimale l information et l accueil des demandeurs conformément

Plus en détail

Charte. d attribution des logements. Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation

Charte. d attribution des logements. Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation Charte d attribution des logements un processus de mise en location lisible Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation Garantir la lisibilité du circuit

Plus en détail

L Appart ECO. Qu est-ce que l Appart éco?

L Appart ECO. Qu est-ce que l Appart éco? L Appart ECO 80 m² de pédagogie pour faire des économies d énergie et mieux consommer! 1 Qu est-ce que l Appart éco? L Appart éco est un appartement de 80 m², aménagé et équipé, dans lequel toutes les

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

Rapport d utilitésociale

Rapport d utilitésociale Rapport d utilitésociale 2013 RAPPORT D UTILITÉ SOCIALE 2013-3 Aiguillon construction, c est : Une Entreprise Sociale pour l Habitat implantée dans l ouest depuis 1902. Filiale du groupe Arcade, Aiguillon

Plus en détail

Nombre de réponses par quartiers

Nombre de réponses par quartiers Quartier 10 Nombre de réponses par quartiers Quartier 16 Quartier 15 165 176 Quartier 14 94 Quartier 13 156 Quartier 12 229 Quartier 11 201 Quartier 10 252 Quartier 9 344 Quartier 8 200 Quartier 7 236

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

9Engagements. pour vous reloger dans les meilleures conditions

9Engagements. pour vous reloger dans les meilleures conditions 9Engagements pour vous reloger dans les meilleures conditions Le projet de renouvellement urbain pour 2011-2015 va modifier profondément le site Petit Pré-Sablières Pour le Quartier Petit Pré-Sablières,

Plus en détail

Dérouler les implications du droit au logement opposable.

Dérouler les implications du droit au logement opposable. Haut comité pour le logement des personnes défavorisées Note de synthèse du 13 e rapport (mars 2008) Dérouler les implications du droit au logement opposable. Adoptée dans l urgence en début d année 2007,

Plus en détail

Inter Médiation Locative

Inter Médiation Locative C.A.I.O. Centre d Accueil d Information et d Orientation Inter Médiation Locative I.M.L Bilan de l année 2013 C.A.I.O. 6, rue du Noviciat C.S 71343 33080 Bordeaux-Cedex 05.56.33.47.80-05.56.33.47.94 polelogement@caio-bordeaux.fr

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

Articulation. travailleurs sociaux - bénévoles. dans l accompagnement des locataires

Articulation. travailleurs sociaux - bénévoles. dans l accompagnement des locataires Solidarités Nouvelles pour le Logement Val-de-Marne Articulation travailleurs sociaux - bénévoles dans l accompagnement des locataires Articulation travailleurs sociaux - bénévoles dans l accompagnement

Plus en détail

La Fondation Société Générale pour la solidarité

La Fondation Société Générale pour la solidarité La Fondation Société Générale pour la solidarité F O N D A T I O N P O U R L A S O L I D A R I T É La Fondation d entreprise Société Générale pour la Solidarité Elle intervient en faveur de l insertion

Plus en détail

Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale

Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale Mai 2015 La mixité sociale, une ambition réaffirmée à mettre en œuvre localement L objectif de mixité sociale pour lutter contre les effets de spécialisation

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

Les engagements de GDF SUEZ

Les engagements de GDF SUEZ Les engagements de GDF SUEZ dans la solidarité, et la lutte contre la précarité énergétique 1 Les principes de la politique solidarité de GDF SUEZ Ils sont inscrits dans la politique Développement Durable

Plus en détail

LA GESTION URBAINE DE PROXIMITE POUR DES INVESTISSEMENTS DURABLES DANS LES QUARTIERS

LA GESTION URBAINE DE PROXIMITE POUR DES INVESTISSEMENTS DURABLES DANS LES QUARTIERS LA GESTION URBAINE DE PROXIMITE POUR DES INVESTISSEMENTS DURABLES DANS LES QUARTIERS Mise en œuvre d une d politique publique de jardins partagés FRARU FLOIRAC 20 MAI 2008 PERIMETRE DE LA GUP BAGATELLE

Plus en détail

Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France

Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France PREFECTURE DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE MINISTERE DU LOGEMENT ET DE LA VILLE Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France L accueil et d hébergement en Ile-de-France

Plus en détail

Et l électricité vient à vous

Et l électricité vient à vous Conception : Crédits photos : Fotolia, Médiathèque ERDF, Médiathèque EDF avril 2010 ERDF - Électricité Réseau Distribution France Tour Winterthur 92085 Paris La Défense cedex www.erdfdistribution.fr ERDF

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

COMMUNICATION. Les 70 000 logements d Adoma abritent les rêves des personnes les plus précaires. Portraits de résidents sur la toile

COMMUNICATION. Les 70 000 logements d Adoma abritent les rêves des personnes les plus précaires. Portraits de résidents sur la toile Les 70 000 logements d Adoma abritent les rêves des personnes les plus précaires Portraits de résidents sur la toile I Portraits-video de gens ordinaires : des témoignages pour faire taire les préjugés

Plus en détail

ACCES AU LOGEMENT SOCIAL : GARANTIR L EGALITE

ACCES AU LOGEMENT SOCIAL : GARANTIR L EGALITE Analyse et recueil des bonnes pratiques Accès au logement social : garantir l égalité Janvier 2011 1. Nature de l action La Ville d Aubervilliers développe une politique de prévention des discriminations,

Plus en détail

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué au Logement et à la Ville Paris, le 9 novembre 2004 Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué

Plus en détail

Connexions Solidaires ouvre à Marseille son premier point d accueil en région

Connexions Solidaires ouvre à Marseille son premier point d accueil en région COMMUNIQUE DE PRESSE Marseille, le 8 novembre 2013 Aider les plus démunis à rester connectés Connexions Solidaires ouvre à Marseille son premier point d accueil en région Aujourd hui, grâce au soutien

Plus en détail

96 / HABITER AUTREMENT

96 / HABITER AUTREMENT 96 / HABITER AUTREMENT La résidence Ilôt Point du Jour a été livrée en 2013. HABITER AUTREMENT GROUPE OPIEVOY DEUXIÈME OPH DE FRANCE, LE GROUPE OPIEVOY A LANCÉ FIN 2012 UNE DÉMARCHE VISANT À SOUTENIR ET

Plus en détail

MÉMO PRATIQUE JE CHERCHE UN LOGEMENT SOCIAL

MÉMO PRATIQUE JE CHERCHE UN LOGEMENT SOCIAL MÉMO PRATIQUE JE CHERCHE UN LOGEMENT SOCIAL Vous trouverez dans ce MÉMO PRATIQUE Dialoge des informations et des conseils qui vous aideront dans votre recherche de logement. Étape 1 Bien cibler votre recherche

Plus en détail

Charte de développement durable. Version. groupe

Charte de développement durable. Version. groupe Charte de développement durable 2014 Version groupe Dès sa création en 2008, le Groupe CAPECOM a mis en place une charte qui permettait de définir les valeurs fondatrices du Groupe. Cette charte était

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

HABITAT ET CADRE DE VIE

HABITAT ET CADRE DE VIE HABITAT ET CADRE DE VIE Dans le cadre de sa politique d'action sociale résolument axée vers la prévention et en faveur de la préservation de l'autonomie des retraités, l'assurance retraite apporte son

Plus en détail

Café 2030 22 Novembre 2011

Café 2030 22 Novembre 2011 Café 2030 22 Novembre 2011 Ne pas oser à porter le sac d une personne âgée N a rien dit sur une attitude méprisante vis-à-vis d une femme voilée et âgée Ne rien dire aux cyclistes sur les trottoirs Le

Plus en détail

Le Gic s engage pour le logement

Le Gic s engage pour le logement Le Gic s engage pour le logement Qui sommes nous? Le Gic, Comité Interprofessionnel du Logement : fait partie des 21 CIL d Action Logement est une association Loi 1901 créée en 1955 à l initiative de la

Plus en détail

RAPPORT D UTILITÉ SOCIALE 20

RAPPORT D UTILITÉ SOCIALE 20 13 RAPPORT D UTILITÉ SOCIALE 20 l Chiffres clés // 3 l Éditorial // 4 l Faire vivre la dimension sociale // 6 l Soutenir l économie locale // 8 MÉSOLIA HABITAT C EST * : l Accompagner les populations //

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

Rapport d activités 2013

Rapport d activités 2013 PRESENTATION DU C.C.A.S. Le Centre Communal d Action Sociale (C.C.A.S.) est un établissement public administratif ayant une personnalité juridique distincte de la commune. Il est géré par un Conseil d

Plus en détail

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL 1. Définition et caractéristiques des prêts 1.1 Définition Le COSEF du 29 avril 2009 a élaboré une proposition de 10 principes pour la définition du microcrédit personnel

Plus en détail

Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008

Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008 Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008 Ce soir, nous inaugurons un nouveau lieu pour un nouveau service mis à la disposition

Plus en détail

Ensemble, soutenons le Bleuet de France!

Ensemble, soutenons le Bleuet de France! DOSSIER DE PRESSE Il ne peut y avoir de Solidarité sans Mémoire Depuis 1991, les fonds récoltés par l Œuvre Nationale du Bleuet de France (ONBF) permettent d accompagner la politique mémorielle de l ONACVG.

Plus en détail

Le cadre général du point d étape...

Le cadre général du point d étape... Le cadre général du point d étape Les objectifs du point d étape L objectif général du point d étape, à 2 ans et à 4 ans, est d apprécier l avancement du projet et la tendance générale d évolution du quartier

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 La conscience qu il faut agir autrement? Une conscience inscrite dans le projet de la nouvelle équipe municipale Un acte fondateur avec la délibération

Plus en détail

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. Vilogia fait l acquisition de 632 logements. à Montigny-lès-Cormeilles dans le Val d Oise (95)

COMMUNIQUE DE PRESSE. Vilogia fait l acquisition de 632 logements. à Montigny-lès-Cormeilles dans le Val d Oise (95) COMMUNIQUE DE PRESSE Vilogia fait l acquisition de 632 logements à Montigny-lès-Cormeilles dans le Val d Oise (95) Contact presse : Nicolas Peeters 01.72.75.49.75 nicolas.peeters@vilogia.fr www.vilogia.fr

Plus en détail

La résidence Anne de Bretagne

La résidence Anne de Bretagne v o u s a c c u e i l l e ASSOCIATION RÉSIDENCES ET FOYERS Résidence Anne de Bretagne 1, allée de Bretagne 78130 Les Mureaux Téléphone : 01 30 22 80 00 Fax : 01 30 22 80 10 annedebretagne@arefo.com www.arefo-arpad.com

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

L ASCENSEUR NUMERIQUE

L ASCENSEUR NUMERIQUE L ASCENSEUR NUMERIQUE DOSSIER DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Alfortville, le 23 juin 2009 L ascenseur numérique : une innovation mondiale chez un bailleur social à Alfortville pour un Nouveau Vivre ensemble

Plus en détail

SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET EDUQUER DURABLE

SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET EDUQUER DURABLE 2008-2009 SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET A L ECO-CITOYENNETE EDUQUER POUR UN DEVELOPPEMENT DURABLE { Le Conseil général vous soutient pour conduire } un projet de classe ou de collège sur le temps scolaire

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ET CITOYENNETE L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES PROJET D AVIS N 11. 03 Présenté par la Commission «Qualité de la Ville» du CONSEIL LILLOIS de la JEUNESSE à l Assemblée

Plus en détail

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris Charte anti-spéculative Entre la Ville de Paris Et. Préambule Un an après la signature du Pacte Logement pour tous en juin 2014, la Ville de Paris propose à ses partenaires propriétaires fonciers et aux

Plus en détail

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dossier de presse Mardi 20 janvier 2015 L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dans le cadre d un protocole

Plus en détail

Jeunes GUIDE DU LOGEMENT LA CFTC À VOS CÔTÉS! & diversité. Fédération des Syndicats Commerce, Services et Force de Vente. Edition 2011.

Jeunes GUIDE DU LOGEMENT LA CFTC À VOS CÔTÉS! & diversité. Fédération des Syndicats Commerce, Services et Force de Vente. Edition 2011. Fédération des Syndicats Commerce, Services et Force de Vente Jeunes & diversité GUIDE DU LOGEMENT Edition 2011 benjamin py nicotheeye auremar philippe LA CFTC À VOS CÔTÉS! L ACCÉS DES JEUNES AU LOGEMENT

Plus en détail

Compte rendu du Forum 6

Compte rendu du Forum 6 FORUM 6 L ÉDUCATION COMME DIACONIE L École, lieu d éducation à la fraternité Compte rendu du Forum 6 «J ai été des années durant un très mauvais élève, un moins que rien! Un jour j ai trouvé un bon professeur

Plus en détail

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE 103.5 La station Radio E2C AUVERGNE Communiqué de presse 15 mai 2012 Radio E2C : 103.5 Une semaine dans la peau des animateurs radio, c est le challenge que vont relever les stagiaires de l E2C Du 21 au

Plus en détail

Questionnaire et Réponses ville de Bergues (59) liste Divers Gauche (tête de liste: José Szymaniak, adjoint au maire ex-eelv)

Questionnaire et Réponses ville de Bergues (59) liste Divers Gauche (tête de liste: José Szymaniak, adjoint au maire ex-eelv) Questionnaire et Réponses ville de Bergues (59) liste Divers Gauche (tête de liste: José Szymaniak, adjoint au maire ex-eelv) Signataires du manifeste du collectif Roosevelt, rassemblant plus de 110 000

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

Intervention de M. Jean-Luc COMBE, Préfet du Cantal, Inauguration du nouveau bureau de poste, commune de Ydes, le 30 janvier 2014

Intervention de M. Jean-Luc COMBE, Préfet du Cantal, Inauguration du nouveau bureau de poste, commune de Ydes, le 30 janvier 2014 1/13 Intervention de M. Jean-Luc COMBE, Préfet du Cantal, Inauguration du nouveau bureau de poste, commune de Ydes, le 30 janvier 2014 «Seul le prononcé fait foi» (sous réserve de leur présence effective)

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

Loire Active et la Caisse d Epargne Loire-Drôme- Ardèche mettent le cap vers les jeunes de moins de 26 ans!

Loire Active et la Caisse d Epargne Loire-Drôme- Ardèche mettent le cap vers les jeunes de moins de 26 ans! Saint-Etienne, le 18 mars 2013 Loire Active et la Caisse d Epargne Loire-Drôme- Ardèche mettent le cap vers les jeunes de moins de 26 ans! Vendredi 15 mars 2013, Loire Active et la Caisse d Epargne Loire-Drôme-Ardèche

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

«Entrepreneurs des quartiers»

«Entrepreneurs des quartiers» «Entrepreneurs des quartiers» Dossier de presse Pour surmonter les défis de la crise, le développement de l entreprenariat et de l activité économique dans les territoires en Politique de la Ville, constitue

Plus en détail

Une nouvelle façon de vivre comme chez soi Résidence avec services pour seniors

Une nouvelle façon de vivre comme chez soi Résidence avec services pour seniors Une nouvelle façon de vivre comme chez soi Résidence avec services pour seniors www.residence-senior-de-la-gare.com Bienvenue À la Résidence de la Gare L Aveyron est une terre d accueil reconnue! Saint-Affrique

Plus en détail

Concours architectural. Habiter avec la mer

Concours architectural. Habiter avec la mer DOSSIER DE PRESSE Concours architectural La commune de Noirmoutier-en-l Ile a proposé aux étudiants et aux professionnels de l architecture un concours d idées Concours imaginez d idées l'habitat noirmoutrin

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR!

CE QU IL FAUT SAVOIR! VOICI VOUS ÊTES DEMANDEUR DE LOGEMENT? TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR! SERVICE LOGEMENT Hôtel de Ville 5 avenue du Président Wilson 78520 LIMAY Tél. : 01 34 97 27 01 Ouvert du lundi au vendredi : 8h30-12h /

Plus en détail

Conseil opérationnel en transformation des organisations

Conseil opérationnel en transformation des organisations Conseil opérationnel en transformation des organisations STRICTEMENT CONFIDENTIEL Toute reproduction ou utilisation de ces informations sans autorisation préalable de Calliopa est interdite Un cabinet

Plus en détail

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES 1/7 GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES PROMOUVOIR LE PARTAGE D'EXPERIENCES POSITIVES ET LA PARTICIPATION CITOYENNE La Pairémulation Une forme de soutien mutuel pour stimuler et soutenir l accès

Plus en détail

Nos juristes d Allianz vous aident à résoudre vos litiges. Protection Juridique

Nos juristes d Allianz vous aident à résoudre vos litiges. Protection Juridique Nos juristes d Allianz vous aident à résoudre vos litiges. Protection Juridique Allianz Protection Juridique * est l assurance de protection juridique du Groupe Allianz. Chargée de défendre les intérêts

Plus en détail

Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est à la Résidence Ménil au titre d une aide à l investissement pour la rénovation des

Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est à la Résidence Ménil au titre d une aide à l investissement pour la rénovation des Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est à la Résidence Ménil au titre d une aide à l investissement pour la rénovation des logements-foyers pour personnes âgées autonomes Lunéville 6 février

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

les projets de vie DES SENIORS

les projets de vie DES SENIORS ACCOMPAGNER les projets de vie DES SENIORS Lombard & Associés - Nancy - Crédit photo : c Éric Dexheimer/EditingServer.com - VDN 3091_Éxé Brochure CCAS Nancy 5/04/05 11:34 Page 1 www.mairie-nancy.fr 3091_Éxé

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

BAROMÈTRE «CE QUE PENSENT LES FRANCILIENS» POUR LE JOURNAL ÎLE DE FRANCE

BAROMÈTRE «CE QUE PENSENT LES FRANCILIENS» POUR LE JOURNAL ÎLE DE FRANCE BAROMÈTRE «CE QUE PENSENT LES FRANCILIENS» POUR LE JOURNAL ÎLE DE FRANCE OCTOBRE 2011 Institut Viavoice 9 rue Huysmans 75006 Paris Tél : 01 40 54 13 90 www.institut-viavoice.com Synthèse des enseignements

Plus en détail

Centre Communal d Action Sociale. Rapport d activités 2013

Centre Communal d Action Sociale. Rapport d activités 2013 Centre Communal d Action Sociale Rapport d activités 2013 L action sociale du C.C.A.S. Les missions Intervention sociale auprès des personnes Accueillir, informer, orienter et accompagner le public présentant

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Résidence Jules-César à Saint-Ouen-l Aumône (95) 52 logements neufs 48 logements réhabilités 32 logements démolis

DOSSIER DE PRESSE Résidence Jules-César à Saint-Ouen-l Aumône (95) 52 logements neufs 48 logements réhabilités 32 logements démolis DOSSIER DE PRESSE Résidence Jules-César à Saint-Ouen-l Aumône (95) 52 logements neufs 48 logements réhabilités 32 logements démolis Photo : AKPA 29 Juin 2015 1 RÉSIDENCE JULES-CÉSAR 52 logements neufs

Plus en détail

MAISON DES SERVICES PUBLICS DU LAC DE MAINE

MAISON DES SERVICES PUBLICS DU LAC DE MAINE MAISON DES SERVICES PUBLICS DU LAC DE MAINE Conseil consultatif de quartier du Lac de Maine Séance plénière du 5 décembre 2005 AVIS 1 Conseil consultatif de quartier du Lac de Maine Séance du 5 décembre

Plus en détail

SOMMAIRE. Contact Presse : Florence BARDIN 06 77 05 06 17 - florence.bardin@agencef.com

SOMMAIRE. Contact Presse : Florence BARDIN 06 77 05 06 17 - florence.bardin@agencef.com DOSSIER DE PRESSE 2015 SOMMAIRE Simon de Cyrène : une innovation sociale qui fait école. p 2 Une maison partagée, c est quoi?. P 3 2015-2017 : Création de maisons partagées dans 10 nouvelles villes de

Plus en détail

vers une accessibilité généralisée accès à tout pour tous

vers une accessibilité généralisée accès à tout pour tous vers une accessibilité généralisée accès à tout pour tous Guide Sommaire La réglementation... 3 A savoir...... 4 Le calendrier... 5 Le coût... 6 Les démarches... 6 Les dérogations... 7 Exemples... 8 Les

Plus en détail

Notre engagement pour l habitat des jeunes. Habitat Jeunes : un logement et bien plus!

Notre engagement pour l habitat des jeunes. Habitat Jeunes : un logement et bien plus! Notre engagement pour l habitat des jeunes Un mouvement s inscrivant au sein d une Union Nationale d éducation populaire et regroupant des porteurs de projet Habitat Jeunes, acteurs des territoires. Un

Plus en détail

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi.

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. I Contexte général de l action Ceux-ci sont confrontés à une grande difficulté

Plus en détail

Les devoirs du demandeur

Les devoirs du demandeur Les devoirs du demandeur Quelles conditions dois-je remplir pour que ma demande soit correctement instruite? Je dois : Être de nationalité française ou étrangère avec un titre de séjour en cours de validité.

Plus en détail

CHARTE SUR LES MUTATIONS INTERNES AU SEIN DU PARC SOCIAL

CHARTE SUR LES MUTATIONS INTERNES AU SEIN DU PARC SOCIAL CHARTE SUR LES MUTATIONS INTERNES AU SEIN DU PARC SOCIAL Introduction Avec 115 810 demandeurs d un logement HLM dont 91105 parisiens au 31 décembre 2008, l ampleur de la demande de logements sociaux exprimée

Plus en détail

LISTE DES MISSIONS DE BENEVOLAT ADALEA

LISTE DES MISSIONS DE BENEVOLAT ADALEA LISTE DES MISSIONS DE BENEVOLAT ADALEA Vous trouverez dans ce document la liste des missions de bénévolat que nous proposons au sein de notre association. Cette liste est susceptible d évoluer selon nos

Plus en détail

la qualité de vie des salariés

la qualité de vie des salariés facilit Un service innovant pour améliorer la qualité de vie des salariés VIE FAMILIALE VIE PROFESSIONNELLE SANTÉ LOGEMENT Service gratuit réservé aux adhérents en Prévoyance de la mutuelle CHORUM S engager

Plus en détail

REGAIN Activité 2011 dispositif insertion dispositif urgence Béthanie Implantation CASA et la CAPAP déménagé nos bureaux d Antibes sur Grasse Report

REGAIN Activité 2011 dispositif insertion dispositif urgence Béthanie Implantation CASA et la CAPAP déménagé nos bureaux d Antibes sur Grasse Report REGAIN Activité 2011 Crée en 2009 l établissement REGAIN a vécu en 2011 d importants changements liés aux fortes mutations de notre secteur d activité et accélérés par la fusion de Chrétiens Antibes Solidarité

Plus en détail

CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE. Le guide

CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE. Le guide CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE Le guide INFOS PRATIQUES w Mon conseil citoyen Secteur :... w Mon co-animateur élu est :... Ses coordonnées :... w Mon co-animateur habitant est :... Ses coordonnées

Plus en détail

Le modèle économique du logement social

Le modèle économique du logement social a Le modèle économique du logement social Discussion L habitat dégradé et indigne en Ile-de-France OFCE, Journée d étude Étude : ville et publiée logement, en 4 février décembre 2011 2012 1 Le modèle économique

Plus en détail

RESEAU ASSOCIATIF POUR L HEBERGEMENT ET LE LOGEMENT EN LANGUEDOC-ROUSSILLON

RESEAU ASSOCIATIF POUR L HEBERGEMENT ET LE LOGEMENT EN LANGUEDOC-ROUSSILLON Développer l offre d hébergement et de logement accessible aux personnes à revenu modeste Contribuer aux politiques publiques sur ces domaines. 8 associations s unissent! RESEAU ASSOCIATIF POUR L HEBERGEMENT

Plus en détail

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours 2014 Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours Passation Fév-juillet 2014 Dépouillement Août 2014 Une démarche d amélioration En 2012, la SATE 86 s est engagée dans une démarche qualité

Plus en détail

Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est. à la Résidence Clamart

Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est. à la Résidence Clamart Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est à la Résidence Clamart au titre d une aide à l investissement pour la rénovation des logements-foyers pour personnes âgées autonomes Châlons-en-Champagne

Plus en détail