Présents au côté de nos locataires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Présents au côté de nos locataires"

Transcription

1 Présents au côté de nos locataires RAPPORT DE GESTION SOCIALE D ICF habitat la sablière

2 2 _ Sommaire L action sociale 04à l écoute de chacun Le développement social urbain : 06générateur de lien social 08 Encourager l action collective Des projets 10pour créer du lien Bail glissant : contribuer 12à l insertion sociale L insertion au service 14des territoires Les locataires au cœur 16de la reconstruction de la résidence Fulton

3 3 I Véronique Momal Directrice clientèle Pour cette édition, nous avons choisi de donner la parole aux locataires, aux représentants des amicales, aux commerçants, aux collaborateurs d ICF Habitat La Sablière qui contribuent au dynamisme et au bien vivre de nos quartiers. Derrière les dispositifs mis en place, derrière les chiffres, ce sont des histoires personnelles qui se racontent, des parcours parfois accidentés, des moments de solitude et des moments de partage. Chacun à notre place, mais tous ensemble, nous cherchons à réparer, à accompagner, à contourner les obstacles, nous soutenons des idées, nous fabriquons des projets. Ecoutons donc les témoignages, qui sont la plus belle des récompenses. Les commerces comme 18vecteur de lieu de vie adapter le logement : 20une solution rassurante 22 Contacts et partenaires

4 4 _ L action sociale à l écoute de chacun Dans un contexte économique et social tendu, il est du devoir d ICF Habitat La Sablière de poursuivre des objectifs ambitieux d accompagnement social de ses locataires. En collaboration avec toutes les forces présentes sur le terrain, ses équipes d action sociale et de développement social urbain travaillent en complémentarité afin de mettre en œuvre des actions innovantes, efficaces et tournées vers l avenir. Face à des parcours professionnels et familiaux de plus en plus fragmentés et difficiles, le bailleur social, dans sa mission la plus profonde, doit apporter des réponses cohérentes et individualisées. Le logement est en effet le socle pour construire une vie stable, le premier refuge pour lutter contre la précarité dans un contexte d importantes mutations économiques et sociales : taux de chômage élevé notamment pour les jeunes, vieillissement de la population, monoparentalité plus fréquente, augmentation des incivilités Apporter une réponse à chaque problématique Afin d accompagner les locataires les plus fragiles, ICF Habitat La Sablière s appuie sur les responsables d action sociale et les conseillers sociaux de chaque Direction Territoriale Mon métier consiste à soutenir nos locataires pour les aider à surmonter leurs difficultés financières et sociales. Cet accompagnement peut concerner les impayés, le parcours résidentiel au sein du patrimoine en cas de rénovation ou reconstruction de leur site, l adaptation d un logement lors d une perte d autonomie Nous sommes en relation permanente avec les résidents, mais aussi avec les services sociaux départementaux et de la ville.» Alice Matet, responsable action sociale de la Direction Territoriale Ouest de son réseau. En collaboration avec des interlocuteurs externes (prestataires, institutionnels ) et toujours au contact des familles, ils participent à la mise en œuvre de la politique d action sociale du bailleur et contribuent à atteindre les objectifs de gestion fixés en amont. Les missions remplies par les acteurs de l action sociale L équipe de l action sociale se voit confier différentes missions menées au quotidien : Définition des actions préventives et curatives en faveur des candidats et des locataires en place, en préservant la mixité sociale ; Mise en œuvre des actions individuelles ou collectives dans le cadre de l accès, du maintien dans le logement (avec la gestion des demandes d adaptation de logements au handicap par exemple) et de parcours résidentiels en cas de démolition/reconstruction d une résidence ; Suivi des dispositifs sociaux : Plans Départementaux, ACD, ANRU, CIL, DALO, RHI, Renouvellement patrimonial ;

5 5 L action sociale EN chiffres GESTION LOCATIVE Constitution d une ressource de conseil et d expertise dans le périmètre de l action et de la réglementation sociale ; Gestion des mutations de logements : baux associatifs et baux glissants, mutations pour violences conjugales ; Aide au relogement en cas de démolition-reconstruction. Des objectifs atteints ICF Habitat La Sablière participe activement à l attribution de logements aux ménages reconnus prioritaires selon le plan départemental d action pour le logement des personnes défavorisées et les accords collectifs départementaux. En 2013, l objectif de 313 logements dédiés à ces ménages a été largement dépassé : 412 logements ont ainsi été attribués. Il en va de même pour les ménages DALO, reconnus prioritaires par la commission de médiation pour obtenir un logement en urgence. En effet, ICF Habitat La Sablière contribue à hauteur équivalente de l effort global des bailleurs franciliens. Quatre équipes dédiées, ici l équipe de la Direction Territoriale Est personnes logées nouveaux ménages, dont 66 % disposent de revenus inférieurs à 60 % des plafonds de ressources 412 ménages relevant des accords collectifs départementaux 328 ménages reconnus prioritaires au titre du droit au logement 43 % des locataires sont des cheminots 18 % des locataires ne parviennent plus à payer régulièrement leur loyer 84 logements adaptés au vieillissement ou au handicap des locataires en 2013.

6 6 _ Le développement social urbain Le DSU : générateur de lien social Améliorer la qualité de vie dans les résidences est un défi constant pour les équipes d ICF Habitat La Sablière. Marie Henni, responsable développement social urbain (DSU), explique comment elle coordonne son action avec les Directions Territoriales, mais aussi avec les résidents, les associations et les collectivités territoriales. En quoi consiste la mission de l équipe de développement social urbain d ICF Habitat La Sablière? Marie Henni. Le rôle du DSU est d accompagner les équipes de gestion sur les sites considérés comme fragiles afin d y mener des actions collectives à long terme. Pour identifier ces résidences prioritaires, signalées par les Directions Territoriales, plusieurs indicateurs de gestion et de qualité de vie, comme des taux élevés d impayés, de vacances ou d insécurité ressentie par les locataires comme les collaborateurs, sont pris en compte. En 2013, nous sommes ainsi intervenus sur 27 sites, qui représentent logements. Pour réussir, nous mettons tout en œuvre pour réinstaurer entre locataires du dialogue, du lien social, de la solidarité, et ainsi améliorer durablement la vie des locataires. Comment s organise votre action sur le terrain? M.H. Nous organisons différentes initiatives au sein des résidences afin de provoquer la rencontre entre les habitants. C est la meilleure façon d éviter l isolement, qui est d autant plus problématique lorsque des difficultés sociales et d insécurité se présentent. Prendre le temps de se rencontrer offre l avantage de repartir de zéro, là où la confiance est parfois érodée, de modifier la qualité de nos relations. En parallèle, nous rencontrons les acteurs de terrain, de la ville, nos collègues et effectuons un diagnostic complet de la situation du quartier afin de proposer un plan d actions sur le long terme impliquant tous les collaborateurs, un projet pour la résidence en quelque sorte. Quel rôle jouent les locataires? M.H. Les comités de résidents, organisés en coordination avec les Directions Territoriales, sont un moyen privilégié pour générer un esprit de cohésion entre les locataires. En général, les premières réunions participatives sont tendues : les habitants voient souvent le bailleur comme la source des dysfonctionnements de leur résidence. Mais avec du dialogue, les discussions exclusivement liées à la gestion font place à des débats en lien avec le «vivre ensemble». Réseau d associations partenaires : s appuyer sur des compétences Les associations jouent un rôle majeur dans l organisation des actions collectives ou dans l accompagnement méthodologique des résidents lors de la mise en pratique. Par le biais de son équipe DSU, ICF Habitat La Sablière subventionne en partie leurs contributions et les oriente vers d autres sources de financements si besoin. Le DSU est également chargé de les soutenir, dans leur communication (revue Entre-Nous, SMS Info ou affiches pour relayer aux locataires les informations ) et dans la mise à disposition de locaux dans les résidences du bailleur (139 étaient occupés en 2013). Quelques exemples : Crée ton avenir, Curry Vavart, Couleurs d Avenir, Graines de Jardins, Le Valdocco, PIMMS de Paris, PIMMS des Mureaux, AFEV, Le Pari Solidaire, Voisin Age, Vivre au 93 Chapelle, La Maison du Canal, GRAJAR, ENS, FASOL, Numéro 1 Scolarité

7 7 Nous réfléchissons ensemble aux solutions à engager. Les projets qui en ressortent sont transverses puisqu ils peuvent concerner l aménagement urbain, le développement économique ou encore l entretien du site. Pour nous, la clé de la réussite consiste à faire des locataires des acteurs de leur quartier, et pas seulement des consommateurs de services. Généralement, nous identifions des résidents capables de porter des initiatives, véritables ambassadeurs contribuant à faire vivre les actions collectives au sein des sites. Les associations sont nos meilleures alliées! Dans le cadre de projets urbains, les locataires peuvent aussi être concertés. De quelle façon? M.H. En effet, outre la mise en place des actions sociales dans les résidences, ICF Habitat La Sablière encourage la concertation des habitants lors de nouveaux projets urbains. Les comités de résidents sont un moyen privilégié pour générer un esprit de cohésion entre les locataires.» Cette prise en compte de la parole des résidents, qui est prévue dans les contrats de ville pour , est déjà une réalité sur des projets comme ceux de la résidence Fulton dans le 13 e arrondissement de Paris ou de Villeneuve-La- Garenne, Chelles Nous constatons chaque jour combien les locataires sont attachés à leur appartement, leur quartier, où tant de souvenirs se mélangent. Leurs avis comptent! Et ils ont souvent de bonnes idées! Nous avons conscience du choc que peut représenter une résidence réhabilitée ou détruite pour être reconstruite ou L équipe de développement social mène des actions collectives à long terme. même simplement transformée. Grâce à ces réunions de concertation, les locataires sont rassurés. Et les prises de paroles citoyennes ont même tendance à améliorer leur confiance en eux Quels sont les acteurs avec qui vous travaillez pour mener à bien vos missions sur le terrain? M.H. ICF Habitat La Sablière est bien implanté sur les territoires. Nous sommes identifiés par les collectivités locales comme un interlocuteur privilégié pour conduire une politique innovante et socialement responsable. Ces bons rapports, avec les Mairies notamment, sont essentiels pour permettre la mise en œuvre d actions cohérentes et coordonnées avec l ensemble des partenaires locaux. Nous nous appuyons également sur un tissu associatif. Nous privilégions bien entendu les associations ayant une expérience locale, créées par les habitants. Dans certains cas, nous convions à travailler avec nous des associations ayant une parfaite connaissance des problématiques que nous souhaitons traiter : jeunesse, isolement, insécurité et qui apportent une vraie dynamique et un savoir-faire au bénéfice des habitants!

8 8 _ Engagement Encourager l action collective Depuis mai 2012, Lucie Tsakem et sa famille vivent dans la résidence de Villeneuve-la-Garenne (92). Convaincue que le dialogue et l action sont les moteurs du mieux vivre ensemble, elle n hésite pas à s investir dans la vie de sa résidence et de son quartier. Quelles sont les conditions de vie dans votre quartier? Lucie Tsakem. J habite avec mon mari et mes trois enfants à Villeneuve-la-Garenne, boulevard Gallieni. La vie n est pas toujours facile dans ma résidence. Les incivilités et les actes de violence sont monnaie courante et il est difficile de vivre sereinement, surtout avec des enfants très jeunes comme les miens. Quelles sont les incivilités qui vous gênent le plus? L.T. Dans la résidence, le voisinage est souvent irrespectueux de son environnement. Les parties communes sont très sales malgré les efforts d entretien des équipes d ICF Habitat La Sablière. Les poubelles remplies à ras bord sont déposées aux pieds des appartements ou jetées directement par les fenêtres. Forcément, dans ces conditions, l odeur est vite désagréable et la saleté attire les rats et les cafards. À l extérieur de la résidence, nous nous sentons parfois en insécurité ce qui nous empêche de laisser nos filles jouer librement. Nous sommes contraints de faire des kilomètres jusqu au parc des Chanteraines pour nous balader et leur permettre de sortir de l appartement. La famille Tsakem vit dans un appartement à Villeneuve-la-Garenne depuis 2012.

9 Il me semble essentiel de m investir dans la vie de la résidence pour lutter contre le sentiment de défiance et les réflexes de «chacun pour soi» qui règnent dans ce quartier.» Vous faites partie du comité de résidents actif sur le site. Comment et pourquoi agissez-vous sur le terrain? L.T. Il me semble essentiel de m investir dans la vie de la résidence pour lutter contre le sentiment de défiance et les réflexes de «chacun pour soi» qui règnent dans ce quartier. Ce repli nuit à notre perception générale de la situation et il faut aller vers les autres pour libérer la parole. Je suis convaincue que des petits riens peuvent changer énormément de choses. C est pourquoi, dès mon arrivée, j ai adhéré au comité de résidents afin de participer avec d autres locataires à la vie de ma résidence. Les réunions mensuelles permettent d organiser une réflexion autour des actions à mettre en place pour améliorer durablement nos conditions de vie. Avec l association Couleurs d avenir, qui nous accompagne pour coordonner nos initiatives, nous sensibilisons les locataires à l importance de la propreté. Porte-à-porte, affiches, Fête des voisins tous les moyens sont bons pour y parvenir même si nous ne constatons pas encore de changements radicaux. Mais il ne faut pas baisser les bras et continuer à expliquer, sans agressivité et toujours avec pédagogie, pourquoi il faut nous responsabiliser. Constatez-vous des améliorations dans les relations entre les locataires? L.T. De manière générale, cette mobilisation sur le terrain agit positivement dans les relations que nous entretenons avec nos voisins. Les sourires, les discussions, les «bonjours» quand nous nous croisons se multiplient et l ambiance dans la résidence s améliore. Certains locataires dont La médiation administrative pour accompagner les résidents ICF Habitat La Sablière est convaincu que pour améliorer la vie des quartiers, il faut agir en parallèle sur différents axes. Le bailleur social soutient notamment l action du réseau des PIMMS (Point information médiation multi services), dont les médiateurs apportent toute leur expertise aux habitants d une ville. Le PIMMS (qui réunit des opérateurs de services publics comme EDF, la SNCF, la Ville et les collectivités locales d implantation, et l État) informe, explique, conseille, oriente et accompagne les habitants dans toutes leurs démarches avec les services publics et les droits sociaux, ou encore la gestion de leur budget (consommation d eau ou d électricité par exemple). Chaque PIMMS sur le territoire met en œuvre une offre personnalisée et collective et un mode de services adaptés aux besoins de sa zone d implantation. ICF Habitat La Sablière est membre actif du PIMMS de Paris et du PIMMS des Mureaux. Concertation pour l aménagement du cœur d îlot Argenteuil La concertation des locataires pour un aménagement de leur résidence est la meilleure façon de répondre aux attentes de chacun. Conscient de cet enjeu pour l ensemble des acteurs de terrain et pour l avenir des résidences, ICF Habitat La Sablière associe la parole des locataires aux discussions de projets comme celui du cœur d îlot à Argenteuil. La Direction Territoriale Ouest y a ainsi missionné Zeppelin, un collectif de paysagistes, afin de réfléchir en amont avec les habitants à l organisation du grand jardin dans le cadre de la résidentialisation du site en j ignorais jusque-là l existence se révèlent être des personnes très gentilles et solidaires. Ce dialogue est important pour comprendre les autres, s intégrer et accepter les différences. Ce lien social est le meilleur rempart au stress généré par les incivilités, même si les problèmes persistent encore. Comment comptez-vous agir désormais? L.T. À nous de nous inspirer maintenant de ce qui se fait dans les autres résidences du bailleur. Il y a de vraies bonnes idées que nous pourrions adapter ici : des cours de danse, de dessin pour les enfants, des jeux concours autour d un goûter Nous rassembler avec simplicité nous aidera à avancer tous ensemble dans la bonne direction : contribuer à éduquer nos enfants à la citoyenneté pour qu ils soient mieux conscients de l importance de l entraide, du respect des autres et de leur environnement. 9

10 10 _ Lien social Des projets pour créer du lien ICF Habitat La Sablière encourage les initiatives de ses locataires en étudiant chaque année des appels à projets contribuant au développement des liens de solidarité et favorisant l accès à la culture. Christian Perraut, président de l amicale Courtoise à Pantin (93) et cheminot à la retraite, explique comment le bailleur social a aidé la mise en œuvre d un jardin partagé dans sa résidence. Quel projet avez-vous soumis à ICF Habitat La Sablière en 2013? Christian Perraut. Notre amicale de locataires a sollicité ICF Habitat La Sablière lors des appels à projets 2012 et 2013 afin de demander un appui pour améliorer le jardin collectif que nous avions débuté un an plus tôt avec l aide de la Direction Territoriale Est. Notre initiative a permis d engager avec ICF Habitat La Sablière un dialogue moins conflictuel que sur des sujets comme le contrôle des charges ou les remontées de problèmes liés à la gestion de la résidence. Ce projet a profondément amélioré les relations que les résidents entretiennent avec le bailleur. Un jardin partagé permet de réunir des voisins derrière un même projet positif et à forte teneur symbolique.» Comment avez-vous organisé ce jardin collectif? C.P. Après avoir obtenu l accord d ICF Habitat La Sablière, nous avons divisé la pelouse inutilisée au pied de la résidence en 10 parcelles de jardin. Toutes ont été attribuées à des locataires ayant émis le souhait de participer à l initiative. Chacun était alors libre de planter ce qu il souhaitait, sans contrainte particulière. Nous avons mis des outils de jardinage à disposition de tous et nous nous sommes mis au travail. Il faut savoir que cette mise en place a été réalisée par trois résidents seulement. La plupart des résidents pensait que cela était impossible dans une cité. Qu a apporté ce jardin à votre résidence? C.P. Un jardin partagé comme celui-ci permet de réunir des voisins derrière un même projet positif et à forte teneur symbolique. Nous rencontrons et sympathisons avec des personnes de toutes générations que nous croisions à peine auparavant. Retraités comme jeunes actifs, personnes isolées ou familles nombreuses, mettent la main à la pâte pour ce projet qui se révèle finalement comme un emblème de mixité sociale. Fruits, Les Appels à projets : accompagner les locataires Ateliers de théâtre ou de danse, sensibilisation au développement durable et à la réduction des déchets, intégration des populations primo-arrivantes, accompagnement scolaire En 2013, 32 associations ont été primées dans le cadre des appels à projets lancés par ICF Habitat La Sablière. Les mots d ordre? Partage et solidarité. Chaque association récompensée a ainsi reçu des subventions fixées entre 300 et euros, ainsi qu un accompagnement méthodologique, des conseils et une aide dans la mise en œuvre des initiatives engagées.

11 11 Christian légumes, fleurs il y a de tout et le partage, comme l entraide, sont de mise. Les bancs et tables que nous avons installés à proximité des parcelles contribuent également à créer de la vie dans toute la résidence, bien au-delà des apprentis jardiniers. Ce dialogue, cette connaissance des autres, rassure le plus grand nombre et permet de vivre en harmonie : l ambiance est bien plus chaleureuse aujourd hui! De quelle façon ICF Habitat La Sablière a soutenu votre initiative? C.P. La première subvention, à la suite de l appel à projet de 2012, nous a permis de créer dix jardinets individuels de 4 m 2 chacun ainsi qu une partie collective où nous avons planté plus de 250 bulbes de fleurs vivaces. Le tout est entouré d un grillage et chaque parcelle est délimitée par des planches en bois traité, sur 20 cm de hauteur. Une cuve de récupération des eaux de pluie a été installée, ainsi qu une cabane de jardin où nous rangeons la Les Assises : conforter le rôle des amicales Les Assises de locataires, lancées en 2011 et renouvelées en 2013 par ICF Habitat La Sablière, permettent aux représentants des 130 amicales de locataires de s exprimer. Dialogue, confiance, propositions concrètes, ces discussions sont l occasion d identifier les axes de progrès prioritaires concernant la gestion résidentielle, la maîtrise des charges, les économies de services ou encore le bien vivre ensemble des résidents. plupart des outils de jardinage, mis à disposition de tous. Nous avons également créé un compost et un châssis pour y développer nos graines et jeunes pousses. La deuxième subvention de 2013 a servi à améliorer le site : achat de produits de traitement du bois pour la cabane, création de parterres de fleurs, achat d une table et deux bancs, récupération de matériels d agréments (barbecue) et bacs à fleurs Notre appel à projet est une nouveauté dans les initiatives proposées par les associations de locataires. Les équipes d ICF Habitat La Sablière se sont toujours rendues disponibles pour nous aider. Pour le reste : l autonomie a prévalu et nous n avons pas rencontré de difficultés. Quelles sont les prochaines étapes que vous souhaitez engager pour développer votre jardin? C.P. Nous espérons pouvoir étendre cette initiative en aménageant une parcelle où nous cultiverions du persil, des oignons, de l ail et autres herbes aromatiques afin que tous puissent venir se servir. Nous aimerions également créer un espace de jeux pour les enfants. Le succès est tel que nous manquons de terrain. La liste des locataires souhaitant participer s allonge. L ensemble des résidents est satisfait et nous ne dénombrons aucun vol ou détérioration : la preuve que ce type de projet est générateur de cohésion sociale.

12 12 _ Accueil des publics fragiles Bail glissant : contribuer à l insertion sociale Dans sa mission à caractère social, ICF Habitat La Sablière participe activement à l accueil de personnes en situation de précarité en leur permettant de bénéficier d un bail glissant. Pour Sophie, ce dispositif d insertion a porté ses fruits. Explications. Qu est-ce que le bail glissant? Le bail glissant est un dispositif d insertion mis en place par l État afin d accompagner les ménages en difficulté dans le paiement de leur loyer. L association en charge du suivi du ménage, en accord avec le bailleur social, sous-loue le logement, tout en l aidant de manière personnalisée dans sa gestion budgétaire ou sa recherche d emploi, par exemple. Une fois la situation stabilisée, le glissement du bail de l association au ménage est possible sous réserve d une validation (en commission chez ICF Habitat La Sablière) par le bailleur social. Quelle était votre situation avant de bénéficier d un bail glissant? Sophie. À l âge de 25 ans, j ai perdu pied pour des raisons de santé. Surendettée, je n ai pas pu assurer le paiement de mon loyer de l époque. Une situation difficile, presque inextricable, je ne voyais pas du tout comment m en sortir J ai donc été expulsée de l appartement où je vivais et me suis retrouvée sans domicile fixe, sans solution. Si jeune, cela peut paraître insurmontable. D autant plus que les foyers ne répondent pas toujours aux demandes. L assistante sociale en charge de mon dossier m a été d un grand secours. Comment vous a-t-elle aidée? S. Tout d abord, elle m a accompagnée dans la déclaration de mon surendettement auprès de la Banque de France. L objectif était ensuite d aplanir ma situation financière. Il me fallait obtenir un budget suffisant pour assurer le paiement mensuel d un loyer. Et comme j étais employée de mairie, je disposais d un

13 13 salaire qui me permettait d envisager les choses positivement. Mais malheureusement, au bout d un an de stabilité retrouvée, je suis à nouveau tombée malade et en dépression. J ai été contrainte de me mettre en congé longue maladie. Et avec seulement 700 euros par mois, impossible de souscrire un bail, même de 300 euros. J ai donc été aiguillée vers l association Le Lien Yvelinois, qui accompagne les personnes en situation de précarité dans le département. Les travailleurs sociaux m ont alors parlé du bail glissant. Comment ce dispositif vous a permis de vous en sortir? S. Afin d obtenir un logement décent et m aider à remonter la pente, les membres de l association, les assistantes sociales et ICF Habitat La Sablière m ont permis d être logée en sous-location dans la résidence de Saint-Cyr-L Ecole (78). Tous se sont investis sans réserve pour me soutenir. J ai été aiguillée pour toutes les démarches administratives que je devais engager pour faire valoir mes droits. Et au-delà des questions matérielles, ce soutien inconditionnel m a réellement empêché de lâcher prise. Je me suis vraiment sentie soutenue par des personnes ayant confiance en moi, en ma capacité à m en sortir. Dans la résidence, j ai toujours été considérée comme tous les locataires, sans distinction due à mon statut. Le gardien, comme mes voisins, se sont toujours montrés très accueillants. Cela a aussi contribué à ma reprise en main. Que représentait pour vous le fait d être résidente à ce moment-là? S. Avoir un logement est une absolue nécessité si on veut pouvoir construire sa vie. C est une condition sine qua non pour pouvoir travailler, avoir une vie sociale et simplement pour pouvoir dormir sereinement. Tout est lié et les difficultés nous entraînent facilement dans un cercle vicieux. En devenant résidente, j ai trouvé de la stabilité pour pouvoir repartir de l avant. Je ne remercierai jamais assez ceux qui m ont aidée dans cette période. Avoir un logement est une absolue nécessité si on veut pouvoir construire sa vie : pour travailler, avoir une vie sociale et simplement dormir sereinement.» Les logements EN chiffres 562 logements seront livrés en 2014, dans le cadre de nouveaux projets d hébergement menés avec Emmaüs Solidarité, Coalia ou Aurore. Comment s est passé le glissement du bail? S. Deux ans après le début du bail glissant, j avais totalement stabilisé ma situation en ayant repris mon activité professionnelle. J étais alors en capacité de payer mon loyer en toute autonomie. Le Lien Yvelinois a proposé à Virginie Hérin, conseillère sociale chez ICF Habitat La Sablière, d étudier la faisabilité d un glissement du bail. Je l ai accueillie à mon domicile pour lui montrer que j étais autonome pour réaliser des démarches quotidiennes et en capacité pour devenir locataire. Tout s est très bien passé et nous avons constitué mon dossier qui est passé en commission. Il a été validé rapidement. Depuis, tout va bien! Je suis désormais locataire à part entière. Conseillers sociaux : une action au quotidien Accompagner tous les locataires, et notamment les plus démunis, est une mission que se fixe ICF Habitat La Sablière. Face aux difficultés économiques, sociales ou familiales que peuvent rencontrer les ménages, il est essentiel d apporter des réponses concrètes au cas par cas. C est le rôle que remplissent les conseillers sociaux d ICF Habitat La Sablière. En se rendant au domicile des habitants ou en organisant des comités sociaux dans les résidences, ils tentent de résoudre, par exemple, les problèmes d impayés en aiguillant les habitants vers les partenaires sociaux les plus compétents.

14 14 _ Insertion économique L insertion au service des territoires Encourager l insertion sociale est une des missions que se fixe ICF Habitat La Sablière, dont le rôle dans le développement des territoires ne cesse d évoluer. En partenariat avec l association Le Valdocco, le bailleur social a organisé dans la résidence Fernand Léger d Argenteuil (95) un chantier d insertion. Medhi, l un des jeunes mobilisés, et Frédéric Deszelus, chef de service éducatif de l association, reviennent sur la mise en œuvre de ce projet. Grâce à une parfaite entente avec les équipes, un dialogue positif avec les locataires s est instauré.» En quoi ont consisté les travaux réalisés dans les caves de la résidence Fernand Léger à Argenteuil? Medhi. Notre mission était de rénover les caves des locataires de la résidence. Sales et souvent squattées, elles avaient besoin de notre intervention pour de nouveau être exploitables par les habitants. Après avoir obtenu l accord de chacun, nous avons nettoyé les caves de fond en comble. Dans une seconde phase, nous avons peint les murs des caves des trois immeubles du 3 mars au 31 juillet Comment s est organisé ce chantier d insertion? M. Sur le terrain, tout était organisé par un encadrant technique et les membres de l association Le Valdocco qui nous ont proposé ce travail. Nous les connaissons depuis de nombreuses années puisqu ils proposent régulièrement des aides scolaires Responsabilité sociale : un bailleur mobilisé La société s est engagée depuis juin 2012 à généraliser les clauses d insertion à l ensemble de ses marchés de construction et de réhabilitation de plus de 1,6 millions d euros, avec en 2013 la montée en puissance du nombre de chantiers concernés. Dans le cadre d un partenariat inédit, la Maison de l Emploi de Paris assure le suivi de ces clauses auprès des entreprises qui se sont engagées contractuellement à réserver à des personnes en difficulté sociale, une partie des heures de travail du chantier. ICF Habitat La Sablière s est également investi dans le dispositif «Emploi d avenir», afin de contribuer à l atteinte des objectifs d intégration des jeunes, notamment en zones urbaines sensibles. En collaboration avec les missions locales pour l emploi, le bailleur embauchera 30 personnes entre 2013 et 2015 à des postes d agent administratif, d agent d accueil, de téléconseiller, d agent de commercialisation ou encore de gardien.

15 15 L insertion EN chiffres Romuald Frédéric ou des sorties aux jeunes de notre quartier. Ce chantier est une bonne opportunité de gagner un peu d argent tout en rendant service aux habitants. Frédéric Deszelus. Ce chantier s est mis en place avec l accord d ICF Habitat La Sablière, de l État (Agence nationale pour la cohésion sociale et l égalité des chances), de la mairie d Argenteuil, du Conseil général du Val d Oise et Axe Emploi, qui gère notamment le paiement des salaires, ainsi que d autres partenaires locaux. Il fait partie d un dispositif plus vaste que Le Valdocco mène auprès des jeunes en difficulté. Quelles sont les difficultés que rencontrent les jeunes de ce quartier? Existe-t-il des solutions? F.D. Trop souvent, les jeunes ont du mal à conserver un rythme de vie compatible avec l exercice d un emploi. L errance et le monde de la rue happent les plus fragiles, les plus désespérés, qui peuvent ainsi gagner de l argent bien trop facilement. L ambition principale de ce projet est que ces 30 jeunes, âgés de 16 à 25 ans, ne se perdent pas en chemin et qu ils parviennent à saisir l importance du respect des consignes, de la hiérarchie, du matériel, des règles de sécurité, des horaires Medhi Frédéric Deszelus, de l association Le Valdocco et Medhi entourés d une partie des intervenants sur le chantier et de Romuald Foubert, responsable du site Fernand Léger d Argenteuil. Ces objectifs, formalisés dans un livret de chantier signé au début de la mission, ont été remplis avec succès par la majorité des jeunes. Cela ne veut pas dire que tout est gagné, c est une bataille continue. Mais nous espérons que cela en aide certains à sortir de l impasse M. Pour des raisons diverses, il peut être difficile de trouver notre voie, de nous stabiliser. Avoir un métier est la première étape pour avancer dans une vie d adulte. Depuis l âge de 16 ans, j enchaîne les CDD et les petites missions d intérim, notamment dans la restauration de luxe. Aujourd hui, à 22 ans et avec un CAP serrurier en poche, je suis souvent désespéré face au marché de l emploi complètement bouché. Grâce aux éducateurs de l association Le Valdocco et à l encadrant technique qui nous a suivi sur ce chantier, je ne décroche pas totalement. Ils m écoutent, me conseillent, ils m aident à y croire encore. Comment ICF Habitat La Sablière a contribué à la réussite de ce projet? F.D. L implication du responsable du site et des deux gardiens de la résidence qui ont été de véritables acteurs et facilitateurs du projet, a permis la pleine réussite de ce chantier. En effet, grâce à une bonne coordination Notre clause sociale réserve à l insertion 6 % des heures produites par un chantier. 23 chantiers, dont 8 réhabilitations et 15 opérations de construction contenaient des clauses d insertion sociale heures d insertion générées en 2013 par ICF Habitat La Sablière, dont dans le cadre de l entretien courant du patrimoine en partenariat avec des structures locales comme les Régies de Quartier. et une parfaite entente avec leurs équipes, nous avons pu instaurer un dialogue positif avec les locataires, en amont de la mise en œuvre des travaux. Cette phase a permis de désamorcer les différentes tensions qui peuvent naître d une telle initiative. Dans ce quartier, en proie à des dégradations fréquentes, la moindre tension peut prendre des proportions excessives. De manière générale, l investissement d ICF Habitat La Sablière, par le biais de la Direction Territoriale Ouest et de l équipe de développement social urbain, est positif. Cette volonté politique est nécessaire pour obtenir des résultats probants et améliorer durablement la vie dans les quartiers difficiles.

16 16 _ Concertation Les locataires au cœur de la reconstruction de la résidence Fulton Depuis 2005, la résidence Fulton dans le xiii e arrondissement de Paris est en pleine reconstruction. Très impliqués, les locataires n ont pas hésité à participer aux prises de décisions. Maurice Amzallag, représentant de l atelier de concertation et président de l amicale des locataires, revient sur ce dialogue constructif qu ICF Habitat La Sablière a su engager avec ses habitants. Pendant l exposition de street art, les habitants ont pu visiter avec émotion leurs anciens appartements. Comment les locataires ont-ils accueilli l idée de la reconstruction de leur résidence? Maurice Amzallag. Les habitants de la résidence Fulton sont très attachés à ce quartier situé à proximité de la gare d Austerlitz. Alors que cette partie du XIII e arrondissement bénéficie d une grande rénovation urbaine dans le cadre du projet «Paris Rive Gauche» depuis maintenant 30 ans, nos bâtiments restent les seuls à dater des années 50. Lorsque nous avons appris en 2008 qu une réhabilitation ou une démolition-reconstruction était prévue, les habitants ont fait part de leurs inquiétudes. La décision de reconstruire a été validée un an plus tard par ICF Habitat La Sablière, la mairie du XIII e arrondissement, la mairie de Paris et la SEMAPA, chargée des études d aménagement. Au programme : 320 nouveaux logements sociaux et intermédiaires, ainsi que des commerces et une crèche sont prévus pour l ensemble du site en Comment les inquiétudes des résidents ont-elles été prises en compte? M.A. Un collectif de locataires a vu le jour afin de mener une concertation sur la question du relogement. En effet, cette étape, très perturbante pour la majorité des habitants, a suscité un vif besoin de comprendre tous les enjeux de ce projet. La Direction Territoriale de Paris a donc proposé l organisation régulière d ateliers urbains participatifs, avec l aide de l organisme de médiation Techné Cité. En un an, une trentaine de réunions se sont tenues et jusqu à 50 personnes, sur les 133 logements, ont passé au crible chacun des détails de l opération. À l issue des débats,

17 17 les participants ont décidé de formuler des propositions collectives dans une charte de relogement et des recommandations concernant l architecture. Quelles demandes ont été formulées dans la charte de relogement? M.A. Plusieurs points ont été abordés dans cette charte afin de minimiser l impact des déménagements pour les résidents, et notamment pour les retraités ou les familles avec enfants. Nous tenons, par exemple, à ce que le traitement des dossiers de relogement soit équitable et prenne en compte les souhaits des ménages selon leurs besoins, que ce soit dans les relogements transitoires ou dans les relogements définitifs, sur ce site ou un autre accepté par la famille. Le respect des loyers à la date de la signature de la charte ou la prise en charge par ICF Habitat La Sablière de 100 % des frais liés au déménagement ont également été validés. D autres demandes concernaient les choix architecturaux. Comment les différents partenaires du projet ont pris en compte la volonté des locataires? M.A. J ai été le porte-parole des résidents auprès de l équipe de maîtrise d œuvre. En effet, au cours de trois réunions je leur ai fait part de 70 points clés identifiés dans un cahier de prescriptions architecturales : conserver des appartements lumineux, bénéficier de Les réunions de concertation ont permis aux habitants de faire part de leurs souhaits concernant la résidence en projet. caves et de greniers, obtenir des placards, être équipés d un chauffage urbain Nous avons également participé au choix de l urbaniste et de Bernard Bülher comme architecte de «la nouvelle Tour Paris 13». Des rencontres ont aussi eu lieu avec les résidents. Tous se sont accordés pour dire que les échanges, les premiers de ce genre avec les locataires, ont été constructifs. Tout le monde ressort satisfait de cette concertation! Avant la démolition de l ancienne tour, une exposition de street art, organisée par la Galerie Itinerrance et la mairie du xiii e, a mis une dernière fois en lumière les logements. Comment avez-vous accueilli cette initiative? M.A. Lorsque l exposition s est mise en place, nous étions dans une phase stressante de relogement : j étais donc un peu réticent dans un premier temps. Cependant, j ai rapidement changé d avis lorsque j ai vu les L exposition m a fait un bien fou. Je suis désangoissée et fière de la résidence.» Citation d une résidente œuvres exceptionnelles habiller les murs des appartements, les façades, les cages d escalier ou les caves de la Tour. Ce sont 105 des meilleurs street artistes de la planète qui ont laissé libre court à leur créativité. L exposition qui a suivi pendant un mois a réuni des milliers de spectateurs, faisant la fierté des locataires, heureux de recevoir un tel événement. En 2014, nous avons souhaité prolonger l aventure dans le cadre d un appel à projets en exposant les meilleures photos prises par les résidents : une bonne manière de réinvestir ces lieux où nous avons tant de souvenirs et d activités. S entourer pour mieux accompagner En amont des initiatives engagées par les habitants de la résidence Fulton, ICF Habitat La Sablière a mis en place un «projet mémoire», conduit avec l association Sangs Mêlées. L objectif? Libérer la parole des plus anxieux. Entre humour et émotions, les ateliers de théâtre, de chant, de danse ou de dessin ont aidé les locataires à surmonter leurs craintes liées à ce changement.

18 18 _ Services de proximité Les commerces comme vecteur de lieu de vie En tant qu acteur des territoires, ICF Habitat La Sablière encourage la création de commerces de proximité en anticipant et en favorisant leur implantation sur ses sites. C est le cas à La Garenne-Colombes (92), où Huong Nguyen a pu installer sa pharmacie en louant un espace adapté au pied de la résidence récemment construite. Nous apportons du conseil, une chaleur humaine, une offre de services : des notions primordiales pour garantir une bonne qualité de vie générale aux habitants.» Comment avez-vous implanté votre pharmacie avenue de Verdun 1916 à La Garenne-Colombes? Huong Nguyen. Avant d installer ma pharmacie au rez-dechaussée de cette nouvelle résidence, j étais située tout à côté, rue Veuve Lacroix. Les récentes et importantes rénovations urbaines aux alentours sont la raison de ce déménagement. En mai 2012, j ai donc transféré ma pharmacie dans un local provisoire, en concertation avec la Mairie de La Garenne- Colombes, favorable au maintien des commerces de proximité dans le quartier. Puis, en septembre 2013, je me suis installée dans les locaux ICF Habitat La Sablière. En restant dans le quartier, je conserve une clientèle fidèle, à laquelle s ajoutent les nouveaux

19 19 habitants des nombreuses constructions désormais livrées. Avec huit pharmacies pour habitants, le maillage est cohérent à La Garenne-Colombes. Quel rôle joue votre pharmacie dans le quartier des Champs Philippe? H.N. Depuis une dizaine d années, les commerces de proximité disparaissaient un par un, faute de repreneurs. Dans un passé encore récent, le quartier est resté longtemps en désuétude Ma pharmacie a été pour ainsi dire le village gaulois d Astérix, seule rescapée des commerces du quartier, et heureusement car nous créons du lien avec la population. Bien audelà de notre mission commerciale et de la vente des médicaments, mon équipe et moi-même apportons du conseil, une chaleur humaine, une offre de services : des notions primordiales pour garantir une bonne qualité de vie générale aux habitants. Tous les jours, nos clients nous le font savoir : ils ont besoin de ce contact, notamment les personnes en proie à l isolement. Mais fort heureusement, le quartier s améliore grâce à la livraison de la majorité des nombreuses constructions. Il attire désormais de nouveaux commerces : boulangerie, brasserie et autres commerçants ont déjà prévu de s installer à partir de la rentrée Comment ICF Habitat La Sablière a organisé l accueil de votre pharmacie? H.N. De manière très indépendante du reste de l immeuble dédié aux habitations. Je n ai ni accès à l entrée de l immeuble, ni au parking Ainsi, mes charges ne sont pas liées aux résidents, c est plus clair pour tout le monde. En tant que locataire professionnelle, je suis en relation avec Laurence Drevet, responsable gestion administrative et activités commerciales. C est avec elle que je traite des questions de loyers ou de mises en conformité de mon établissement en termes d accessibilité par exemple. Enfin, ICF Habitat La Sablière m a laissée totalement décisionnaire pour les aménagements spécifiques à mon activité. Quelles ont été ces adaptations? H.N. Je dispose d une surface commerciale bien achalandée avec suffisamment de linéaires pour exposer les médicaments, de comptoirs spacieux et d un espace de confidentialité qui me permet de bien exercer mes missions. Le design de la pharmacie est moderne et lumineux. Tout est fait pour que les clients se sentent bien. Redonner de la vie aux quartiers Laurence Drevet, en tant que responsable gestion administrative et activités commerciales d ICF Habitat La Sablière, a pour mission de favoriser l implantation de commerces et de bureaux à proximité ou sur les sites gérés par le bailleur. En lien continu avec les élus, cette approche contribue au développement économique des villes en créant de l emploi, tout en permettant un regain de dynamisme à certaines rues parfois délaissées depuis de nombreuses années. En 2013, 335 commerces, représentant m 2 de surface, avaient signé un bail avec ICF Habitat La Sablière. Pour les locataires en proie à l isolement, ce sont de nouvelles perspectives qui s ouvrent Ils n ont plus besoin de faire de longs déplacements pour accéder aux commerces, ce qui leur est parfois impossible en cas de perte d autonomie. Temps de trajets et risque d accidents sur le parcours diminués, problématique écologique les arguments sont nombreux pour justifier cet investissement. En outre, ces lieux sont idéaux pour rencontrer du monde, et notamment les voisins de la résidence. Pour le quartier, l effet est également positif puisque cette effervescence retrouvée s accompagne généralement d une baisse du sentiment d insécurité des habitants. Les commerces EN chiffres ICF Habitat La Sablière compte 335 commerces implantés au sein de ses résidences en tant que locataires.

20 20 _ Handicap et vieillissement adapter le logement : une solution rassurante Chaque année, des dizaines de locataires confrontés au vieillissement ou à une situation de handicap font appel à un conseiller social de la Direction Territoriale pour adapter leur logement. Michèle Fouassier, résidente à Villetaneuse, revient sur les travaux d adaptation effectués dans son logement en La solution de l aménagement du logement et du maintien à domicile est rassurante.» Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à demander une adaptation de votre logement? Michèle Fouassier. Depuis 1976, je vis dans ce pavillon à Villetaneuse loué par ICF Habitat La Sablière avec mon mari, cheminot à la retraite, et mes enfants. Mon fils de 47 ans est en situation de handicap et a besoin d une assistance au quotidien. Jusque-là, nous n avions pas eu besoin d une adaptation de notre habitation. Mais en 2013, c est devenu une nécessité, pour notre fils qu il faut accompagner, mais aussi pour mon mari et moi-même. Avec l âge, nous n avons plus les mêmes capacités physiques qu auparavant, d autant plus que mon mari a subi un AVC il y a deux ans qui le pénalise lourdement. Quelle démarche avez-vous engagée pour formuler votre demande? M.F. La baignoire de notre salle de bain devenait difficile à enjamber. Ainsi, nous nous sommes tournés vers notre gardienne, madame Cholet, qui nous a indiqué la marche à suivre pour bénéficier Une parfaite connaissance du terrain pour une meilleure prise en charge Julie Manceau, responsable mission handicap et accessibilité d ICF Habitat La Sablière, est chargée de mener la politique d accessibilité des personnes âgées ou en situation de handicap. En lien avec les chargés de mission handicap et accessibilité des communes d Ile-de-France, elle répond à leurs demandes en réalisant les diagnostics de chaque site (qui ne prennent pas en compte l intérieur des logements), recense les logements accessibles et adaptés aux personnes à mobilité réduite et participe à des réunions/commissions sur le sujet «logement handicap vieillissement» organisés par les chargés de mission dans les communes. Cette connaissance parfaite du patrimoine actuelle contribue à améliorer la vie de tous les locataires demandeurs. «Nos obligations ne concernent que les logements neufs et les réhabilitations, pour lesquels nous devons respecter un cahier des charges précis : largeur des portes, salles de bain adaptées, cloisons amovibles, etc. Pour les logements existants où vivent des personnes en situation de handicap ou des personnes âgées, nous n avons pas, à ce jour, d obligation de mise en conformité. Cependant, notre volonté est de participer au maintien à domicile des personnes en effectuant dès que possible les travaux nécessaires.»

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises Rester dynamique dans un contexte atypique 1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises industrielles, la Saône-et-Loire est aujourd hui un département en décroissance.

Plus en détail

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Le réseau francilien de lutte contre les précarités énergétiques Fiche Action Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Territoire concerné >> Ville des Mureaux (78) Date de mise

Plus en détail

Pose de la première pierre de la Villa Mariposa sur le secteur de la Cité Blanche à Toulouse

Pose de la première pierre de la Villa Mariposa sur le secteur de la Cité Blanche à Toulouse Pose de la première pierre de la Villa Mariposa sur le secteur de la Cité Blanche à Toulouse La première étape de la reconstruction du quartier des zards / Trois Cocus Toulouse, le 1 er juillet 2013 Vue

Plus en détail

18 e. Projet de territoire. Quartier Goutte d or. Délégation à la Politique de la Ville et à l Intégration

18 e. Projet de territoire. Quartier Goutte d or. Délégation à la Politique de la Ville et à l Intégration Projet de territoire Quartier Goutte d or 18 e Depuis plusieurs années, les quartiers populaires parisiens font l objet d une attention particulière. Dans le cadre d un projet global conduit par Gisèle

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. INAUGURATION DE LA RÉSIDENCE SOCIALE LE GRAND CEDRE à DÉVILLE-LÈS-ROUEN. Mardi 03 décembre 2013 à 10h30

DOSSIER DE PRESSE. INAUGURATION DE LA RÉSIDENCE SOCIALE LE GRAND CEDRE à DÉVILLE-LÈS-ROUEN. Mardi 03 décembre 2013 à 10h30 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION DE LA RÉSIDENCE SOCIALE LE GRAND CEDRE à DÉVILLE-LÈS-ROUEN Mardi 03 décembre 2013 à 10h30 Adoma - Résidence sociale «Le Grand Cèdre» 114, rue Joseph Hue, 76250, DÉVILLE-LÈS-ROUEN

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail

héma Une solution pour tous les Sarthois

héma Une solution pour tous les Sarthois S u p p l é m e n t g r a t u i t d e LA SARTHE Le magazine du Conseil général héma S A R T H E Une solution pour tous les Sarthois Avec ses 14 000 logements, Sarthe Habitat, qui défend les valeurs de

Plus en détail

Un Agenda 21 pour Talence 2009-2011

Un Agenda 21 pour Talence 2009-2011 Un Agenda 21 pour Talence 2009-2011 Un Agenda 21 pour Talence La Déclaration de Rio et les textes européens et français encouragent les collectivités territoriales à adopter des plans d actions en faveur

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Centre d hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) pour l accueil de femmes en difficulté CENON. www.aquitanis.

DOSSIER DE PRESSE. Centre d hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) pour l accueil de femmes en difficulté CENON. www.aquitanis. DOSSIER DE PRESSE Architecte : Agence BDM Architectes (Bordeaux) Centre d hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) pour l accueil de femmes en difficulté CENON www.aquitanis.fr Office public de l habitat

Plus en détail

Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne

Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne Le réseau francilien de lutte contre les précarités énergétiques Fiche Action Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne Territoire concerné >> Département du Val-de- Marne

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

en parle débats en magasin bien vieillir chez soi : cela se prépare! PARIS-BEAUBOURG 07 septembre 2006

en parle débats en magasin bien vieillir chez soi : cela se prépare! PARIS-BEAUBOURG 07 septembre 2006 MAISon en parle débats en magasin bien vieillir chez soi : cela se prépare! MAISon PARIS-BEAUBOURG 07 septembre 2006 Leroy Merlin Source réunit des chercheurs, des enseignants et des profession- en parle

Plus en détail

Résidences du Pays d Auge

Résidences du Pays d Auge Etouvie fait peau neuve AMIENS > PARC D ETOUVIE Résidences du Pays d Auge 1, 3 et 5 place du Pays d Auge / 2 avenue du Périgord Contexte Étouvie : loger les salariés amiénois Etouvie a pris naissance au

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban. Forum ANRU du 28 mars 2006

Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban. Forum ANRU du 28 mars 2006 Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban Forum ANRU du 28 mars 2006 1 Préambule Montauban, face à un enjeu classique : devenir une banlieue de Toulouse ou s affirmer comme pôle d équilibre

Plus en détail

Demande de logement social

Demande de logement social Ministère chargé du logement Cadre réservé au service Demande de logement social Article R. 441-2-2 du code de la construction et de l habitation Numéro de dossier : N 14069*02 Avez-vous déjà déposé une

Plus en détail

VOTRE PARCOURS RÉSIDENTIEL avec le GROUPE SNI

VOTRE PARCOURS RÉSIDENTIEL avec le GROUPE SNI VOTRE PARCOURS RÉSIDENTIEL avec le GROUPE SNI SOMMAIRE P. 4 SE RELOGER AVEC LE GROUPE SNI P. 6 VOTRE DÉMÉNAGEMENT EN SEPT ÉTAPES P. 8 VOS QUESTIONS SUR LE PARCOURS RÉSIDENTIEL P.11 UNE OFFRE LOCATIVE DIVERSIFIÉE

Plus en détail

3. Relations clientèle et solidarité

3. Relations clientèle et solidarité 3. Relations clientèle et solidarité Maintenir une proximité forte avec ses clients via un dispositif d accueil animé par plus de 6 000 conseillers, construire des partenariats de médiation sociale pour

Plus en détail

2005-2010. Charte pour le relogement des habitants dans le cadre du projet de rénovation urbaine de Chambéry

2005-2010. Charte pour le relogement des habitants dans le cadre du projet de rénovation urbaine de Chambéry 2005-2010 Charte pour le relogement des habitants dans le cadre du projet de rénovation urbaine de Chambéry mai 2006 > Sommaire Préambule 3 Les grands principes du relogement 4 1. Informer, concerter,

Plus en détail

Améliorer l organisation et la communication interne à l office de tourisme

Améliorer l organisation et la communication interne à l office de tourisme Les engagements La qualité est devenue une priorité de l'ensemble des acteurs du tourisme ainsi que de l Etat qui s engagent dans différents processus de qualité pour améliorer l'image de la France auprès

Plus en détail

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN 1 1 L ACTION SOCIALE NOS VALEURS SOLIDARITÉ Valeur centrale, elle s exprime par la mise en œuvre d interventions au profit de tous ses clients : entreprises,

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Saint-Denis, le 4 mars 2014

COMMUNIQUE DE PRESSE Saint-Denis, le 4 mars 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE Saint-Denis, le 4 mars 2014 Aider les plus démunis à rester connectés Connexions Solidaires ouvre à Saint-Denis Grâce au soutien de la Mairie, du Centre Communal d Action Sociale (CCAS)

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR!

CE QU IL FAUT SAVOIR! VOICI VOUS ÊTES DEMANDEUR DE LOGEMENT? TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR! SERVICE LOGEMENT Hôtel de Ville 5 avenue du Président Wilson 78520 LIMAY Tél. : 01 34 97 27 01 Ouvert du lundi au vendredi : 8h30-12h /

Plus en détail

La résidence Anne de Bretagne

La résidence Anne de Bretagne v o u s a c c u e i l l e ASSOCIATION RÉSIDENCES ET FOYERS Résidence Anne de Bretagne 1, allée de Bretagne 78130 Les Mureaux Téléphone : 01 30 22 80 00 Fax : 01 30 22 80 10 annedebretagne@arefo.com www.arefo-arpad.com

Plus en détail

AVEC LAMBALLE CO. Pourquoi rénover? BIEN. Comment acheter? LOGER. Quelles aides? habitat - énergie

AVEC LAMBALLE CO. Pourquoi rénover? BIEN. Comment acheter? LOGER. Quelles aides? habitat - énergie AVEC LAMBALLE CO BIEN Pourquoi rénover? SE Comment acheter? LOGER Quelles aides? habitat - énergie Le Programme Local de l Habitat, un dispositif pour bien construire votre projet logement. Accueillir

Plus en détail

développe les solidarités

développe les solidarités développe les solidarités www.gard.fr Propriétaires bailleurs, comment louer sereinement votre logement? SOMMAIRE les Aides à l amélioration de l habitat... 5 les Aides au Logement... 7 l Assurance Loyers

Plus en détail

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY «Penser et agir famille» LES OBJECTIFS 1. Accueillir les familles avec respect et ouverture d esprit dans toutes leurs formes et leurs différences. 2. Stimuler

Plus en détail

Est-ce que les coopératives d habitations sont des résidences universitaires traditionnelles?

Est-ce que les coopératives d habitations sont des résidences universitaires traditionnelles? FAQ // coopératives d habitations étudiante Est-ce que les coopératives d habitations sont des résidences universitaires traditionnelles? Pas du tout! Mise à part qu elles soient dédiées à la population

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières DOSSIER DE PRESSE Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières Paris, le mardi 3 février 2015 Contact presse Ministère du Logement, de

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse

La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse Auribeau-sur-Siagne Grasse Mouans-Sartoux Pégomas La Roquette-sur-Siagne Préambule... Le besoin de retrouver ses racines, une alimentation plus sûre,

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS D 4 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Les spécificités urbanistiques du territoire vélizien soulignent l enjeu de l accessibilité de la ville aux personnes à mobilité

Plus en détail

L Académie des Dalons

L Académie des Dalons L L est un projet expérimental d insertion sociale et professionnelle dans un dispositif global de soutien de jeunes en difficulté. Il s adresse aux volontaires âgés de 18 à 25 ans qui, sans formation

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE MISE EN LOCATION D UN LOCAL DU BAILLEUR PARIS HABITAT OPH POUR LA MISE EN PLACE D UNE ACTIVITE

APPEL A CANDIDATURE MISE EN LOCATION D UN LOCAL DU BAILLEUR PARIS HABITAT OPH POUR LA MISE EN PLACE D UNE ACTIVITE APPEL A CANDIDATURE MISE EN LOCATION D UN LOCAL DU BAILLEUR PARIS HABITAT OPH SUR LE TERRITOIRE DE LA PORTE DE VANVES PARIS 14 EME POUR LA MISE EN PLACE D UNE ACTIVITE DEDIEE A L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Présentation. Fonds de Solidarité pour le Logement. Juin 2012 page 1/9

GUIDE PRATIQUE. Présentation. Fonds de Solidarité pour le Logement. Juin 2012 page 1/9 Présentation Guide d accompagnement à l application du Règlement Intérieur 2012 à l usage des partenaires Juin 2012 page 1/9 Plan du guide Qu est-ce que le FSL? Comment saisir le Fonds? Les critères généraux

Plus en détail

amallia.fr Le guide logement du salarié louer, acheter, bouger, aider, Simple et rapide! Retrouvez plus d informations sur Chaque jour,

amallia.fr Le guide logement du salarié louer, acheter, bouger, aider, Simple et rapide! Retrouvez plus d informations sur Chaque jour, Simple et rapide! Retrouvez plus d informations sur amallia.fr O de formes Publicis Activ RCS Paris 337 934 483 - Marque déposée pour le compte d Action Logement. Impression sur papier recyclé Oxygen -

Plus en détail

Avec vous, pour vous. Vienne. pour. Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive. avec Thierry Kovacs

Avec vous, pour vous. Vienne. pour. Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive. avec Thierry Kovacs élections municipales 23 et 30 mars 2014 Avec vous, pour vous pour Vienne Chapitre 01 Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive avec Thierry Kovacs Édito Chère Madame, Cher

Plus en détail

La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite

La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite Les retraités et leur logement Maison de la Chimie, 18 novembre 2013 La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite Anne Sophie Grave

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

Le financement du projet

Le financement du projet Le financement du projet Comment financer mon projet? 14 Votre budget doit faire l objet d une étude approfondie. Pour vous aider à établir votre plan de financement, faites appel à l Association Départementale

Plus en détail

L intervention en copropriétés «dégradées» par COPROCOOP

L intervention en copropriétés «dégradées» par COPROCOOP L intervention en copropriétés «dégradées» par COPROCOOP Quelques données de cadrage La copropriété en France, c est : 560 000 copropriétés pour 6 680 000 logements (copro moyenne = 12 logements) 300 000

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

le Club Mantica Bienvenue à vous, nouveau membre du Club MANTICA. Bienvenue à vos proches, qui ont besoin de nos services. www.mantica.

le Club Mantica Bienvenue à vous, nouveau membre du Club MANTICA. Bienvenue à vos proches, qui ont besoin de nos services. www.mantica. Devenez un parrain MANTICA en : - nous communiquant les coordonnées de la personne à contacter, - transmettant les nôtres à votre fi lleul et en lui précisant de vous annoncer comme son «parrain» au moment

Plus en détail

Logements Entraide Générations

Logements Entraide Générations Logements Entraide Générations Présentation Logements Entraide Générations développe une idée simple : loger des jeunes entre 18 et 30 ans, à la recherche d un logement chez un sénior disposant d une chambre

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Maison des Services Publics

Maison des Services Publics brignoles.fr la Maison des Services ublics Une porte d entrée unique pour tous... pour vous faciliter la vie au quotidien! Un peu d histoire Au XIII e siècle, l établissement servit d abord d hospice.

Plus en détail

Brou-sur-Chantereine Elaboration du PLU Compte-rendu de la réunion publique de présentation du diagnostic 20 janvier 2011 1

Brou-sur-Chantereine Elaboration du PLU Compte-rendu de la réunion publique de présentation du diagnostic 20 janvier 2011 1 1. Avant-propos de Monsieur Bréhaux (adjoint au maire en charge de l urbanisme) : L importance du P.L.U. en tant qu outil législatif permettant une maîtrise de l urbanisme de la commune est rappelée aux

Plus en détail

Madame la Présidente de la Fédération nationale des sociétés coopératives d HLM (Chère Marie-Noëlle LIENEMANN),

Madame la Présidente de la Fédération nationale des sociétés coopératives d HLM (Chère Marie-Noëlle LIENEMANN), 1/8 Discours de Madame George PAU-LANGEVIN, Ministre des outre-mer Congrès annuel de l Union Sociale pour l Habitat (USH) Mardi 22 septembre 2015 MONTPELLIER Monsieur le Président du l USH (Cher Jean-Louis

Plus en détail

Chantier-Formation PARTENARIAT ENTRE UNE ENTREPRISE PRIVÉE ET 2 STRUCTURES D INSERTION POUR LA RÉPONSE À UNE CLAUSE ART.14 DANS UN MARCHÉ PUBLIC

Chantier-Formation PARTENARIAT ENTRE UNE ENTREPRISE PRIVÉE ET 2 STRUCTURES D INSERTION POUR LA RÉPONSE À UNE CLAUSE ART.14 DANS UN MARCHÉ PUBLIC Chantier-Formation PARTENARIAT ENTRE UNE ENTREPRISE PRIVÉE ET 2 STRUCTURES D INSERTION POUR LA RÉPONSE À UNE CLAUSE ART.14 DANS UN MARCHÉ PUBLIC LOCALISATION : Quartier des bassins à Cherbourg-Octeville

Plus en détail

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique." Programme. Michel Petiot.

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique. Programme. Michel Petiot. Canton Meudon - Chaville élections départementales Denis Cécile Maréchal Ardans-Vilain Alice Carton Michel Petiot Programme "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique."

Plus en détail

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi LeS nouveaux rythmes à l école primaire Exemples d emplois du temps Mars 2014 n exemple d organisation des temps scolaire et périscolaire Commune de 21 000 habitants

Plus en détail

étudié pour les étudiants!

étudié pour les étudiants! étudié pour les étudiants! Réussir, c est une question de volonté, c est aussi être accompagné. Un concept étudié pour les étudiants On ne réussit jamais par hasard. Qu il s agisse de ses études ou de

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Dossier de presse. Présentation des grandes lignes du projet de loi de Mobilisation pour le logement & la lutte contre l exclusion

Dossier de presse. Présentation des grandes lignes du projet de loi de Mobilisation pour le logement & la lutte contre l exclusion Dossier de presse Présentation des grandes lignes du projet de loi de Mobilisation pour le logement & la lutte contre l exclusion 1 Chapitre premier : Mobilisation des acteurs 1. Qu y a t-il de nouveau?

Plus en détail

Inauguration de la première opération de logements locatifs à loyers maîtrisés à Paris

Inauguration de la première opération de logements locatifs à loyers maîtrisés à Paris Inauguration de la première opération de logements locatifs à loyers maîtrisés à Paris Livraison de 107 logements locatifs à loyers maîtrisés et de commerces sur la ZAC Clichy Batignolles (avenue de Clichy)

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

Rapport d utilité sociale

Rapport d utilité sociale Rapport d utilité sociale Aiguillon construction, c est : Édito Une Entreprise Sociale pour l Habitat implantée dans l Ouest depuis 1902. Filiale du groupe Arcade, Aiguillon est constructeur et gestionnaire

Plus en détail

Ensemble, soutenons le Bleuet de France!

Ensemble, soutenons le Bleuet de France! DOSSIER DE PRESSE Il ne peut y avoir de Solidarité sans Mémoire Depuis 1991, les fonds récoltés par l Œuvre Nationale du Bleuet de France (ONBF) permettent d accompagner la politique mémorielle de l ONACVG.

Plus en détail

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 LE PACTE : un outil pragmatique et partenarial au service des habitants et des acteurs économiques POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 Depuis sa création Est Ensemble a fait du

Plus en détail

Notre stratégie de développement porte ses fruits

Notre stratégie de développement porte ses fruits Newsletter 2009/1 Editorial Notre stratégie de développement porte ses fruits Une fois encore, les clients de Win se déclarent particulièrement satisfaits des services offerts par notre entreprise et de

Plus en détail

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux 1 Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13 I Etat des lieux Le parc d ateliers «publics» loués aux artistes contemporains à Marseille est de : - 10 ateliers

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Présentation des grandes lignes du projet de loi de Mobilisation pour le logement & la lutte contre l exclusion Janvier 2009

DOSSIER DE PRESSE Présentation des grandes lignes du projet de loi de Mobilisation pour le logement & la lutte contre l exclusion Janvier 2009 DOSSIER DE PRESSE Présentation des grandes lignes du projet de loi de Mobilisation pour le logement & la lutte contre l exclusion Janvier 2009 CHAPITRE I : mobilisation des acteurs Les conventions d utilité

Plus en détail

L HABITAT PARTICIPATIF UNE RÉPONSE POUR L HABITAT 2.0

L HABITAT PARTICIPATIF UNE RÉPONSE POUR L HABITAT 2.0 Communiqué de presse Paris, le 25 mars 2015 L HABITAT PARTICIPATIF UNE RÉPONSE POUR L HABITAT 2.0 SUR L ÎLE-SAINT-DENIS (93), L ARCHE EN L ÎLE INVENTE UN MODÈLE POUR L HABITAT DE DEMAIN EN RUPTURE AVEC

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

La participation citoyenne et la politique locale

La participation citoyenne et la politique locale La participation citoyenne et la politique locale Comment sommes-nous arrivés à s intéresser à la participation citoyenne? Avant l arrivée du Plan de Cohésion Sociale à Waremme (avril 2008), nous étions

Plus en détail

Interview de Hugo, coordinateur de l espace de coworking de La Cordée Perrache (Lyon)

Interview de Hugo, coordinateur de l espace de coworking de La Cordée Perrache (Lyon) 12/06/2013 Interview de Hugo, coordinateur de l espace de coworking de La Cordée Perrache (Lyon) Coop alternatives 47, rue de la Garde 69005 Lyon - 06 48 03 74 14 - contact@coop-alternatives.fr This document

Plus en détail

La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour!

La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour! SOLUTIONS ENTREPRENEUR La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour! Sophie B. Commerçante prévoyance épargne retraite ARTISANS, COMMERÇANTS, PROFESSIONS LIBÉRALES, INDÉPENDANTS......

Plus en détail

«Lutte contre la précarité énergétique et Adaptation des logements à la perte d autonomie» (2014-2016)

«Lutte contre la précarité énergétique et Adaptation des logements à la perte d autonomie» (2014-2016) Programme d Intérêt Général Communauté de communes du pays de Bourgueil «Lutte contre la précarité énergétique et Adaptation des logements à la perte d autonomie» (2014-2016) PRESENTATION DU DISPOSITIF:

Plus en détail

LE SECOURS CATHOLIQUE EN CORREZE C EST D ABORD DE L ACCUEIL POUR ROMPRE LA SOLITUDE ET L ISOLEMENT.

LE SECOURS CATHOLIQUE EN CORREZE C EST D ABORD DE L ACCUEIL POUR ROMPRE LA SOLITUDE ET L ISOLEMENT. LE SECOURS CATHOLIQUE EN CORREZE C EST D ABORD DE L ACCUEIL POUR ROMPRE LA SOLITUDE ET L ISOLEMENT. I Des permanences d accueil et des visites à domicile Toutes les équipes de Corrèze assurent des permanences

Plus en détail

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Préambule La convention de mixité sociale est prévue à l article 8 de la loi de Programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Groupe des Chalets Favoriser les échanges entre bailleur et locataires pour développer le vivre-ensemble Dossier de presse

Groupe des Chalets Favoriser les échanges entre bailleur et locataires pour développer le vivre-ensemble Dossier de presse Groupe des Chalets Favoriser les échanges entre bailleur et locataires pour développer le vivre-ensemble Dossier de presse Contact presse : agence mc3 T. 05 34 319 219 mc3@mc3com.com SOMMAIRE Changer le

Plus en détail

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer en SOLO SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE dépendance la qui renouvelle la mutuelle ARTISANS, COMMerçANTS, professions LIBÉRAles, INDÉPENDANTS... Vous

Plus en détail

Chargé(e) d Accueil. La filière certifications de l afpols

Chargé(e) d Accueil. La filière certifications de l afpols Chargé(e) d Accueil La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

Concertation sur la requalification des places MABIT et PRESSENSE

Concertation sur la requalification des places MABIT et PRESSENSE Concertation sur la requalification des places MABIT et PRESSENSE Diagnostic sur les lieux - 8 mars 2012 Balade urbaine - 29 mars 2012 Enjeux de requalification - 5 avril 2012 Adoption des fondamentaux

Plus en détail

FAQ N 70 : LE BAIL GLISSANT

FAQ N 70 : LE BAIL GLISSANT Direction de l Intégration* Emploi/Logement Service : Logement/Reloref N/REF : DIEL/LOG/FM/EA/09/1009 Rédacteur : Florence GAUDEAU Date : 20/12/09 * Avec le soutien du ministère de l'immigration, de l'intégration,

Plus en détail

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville CONSEIL MUNICIPAL 1 Séance du 06 décembre 2012 Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville Direction Solidarité Urbaine - Tranquillité Publique - Rapporteur(s) M. Christophe

Plus en détail

MAMI SENIORS Livret d accueil

MAMI SENIORS Livret d accueil MAMI SENIORS Livret d accueil Maison «Mami seniors» : Un espace d accueil de jour non médicalisé. C est un lieu de rencontres, d échanges et d animation au cœur de Toulon. Soucieux de cultiver le lien

Plus en détail

Qu est-ce que le Fastt?

Qu est-ce que le Fastt? Qu est-ce que le Fastt? Des services et aides pour les intérimaires Logement Location véhicules Action sociale Conseils crédit Garde d enfants Mutuelle Un besoin à financer? Un accompagnement, un diagnostic

Plus en détail

Écouter et accompagner

Écouter et accompagner Gérer durablement Écouter et accompagner > Prestataire de services Le Groupe Dauchez s adresse aux propriétaires immobiliers souhaitant confier la gestion de leur investissement à des professionnels indépendants

Plus en détail

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE Renforcer l'autonomie des populations et la protection de leur environnement le partenariat continu pour apporter un

Plus en détail

L'accessibilité en questions

L'accessibilité en questions L'accessibilité en questions ( ) c est notre société toute entière que nous aidons à respirer, à mieux vivre, à être plus humaine. Jacques Chirac Interview télévisée du 14 juillet 2002 Sommaire L éditorial

Plus en détail

Opération. de l Habitat

Opération. de l Habitat Communauté de Communes du Pays d Azay-le-Rideau Opération Programmée d Amélioration de l Habitat Etude pré opérationnelle Opération Mission de suivi et Locale d animation pour un programme d intérêt d

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement. Paris, le 15 avril 2015

DOSSIER DE PRESSE. Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement. Paris, le 15 avril 2015 DOSSIER DE PRESSE Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement Paris, le 15 avril 2015 Contact presse Service de presse du ministère du Logement, de l Égalité des

Plus en détail

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Pour adultes handicapés mentaux de la Meuse serésienne rue Hainchamps 77 siège social: a.s.b.l. Cesahm 4100 Seraing rue du Sewage 9 à 4100

Plus en détail

La SEMAEST, opérateur commercial des quartiers

La SEMAEST, opérateur commercial des quartiers La SEMAEST, opérateur commercial des quartiers De l aménagement urbain au développement économique La SEMAEST, Société d économie mixte de la Ville de Paris, spécialisée dans La SEMAEST, Société d économie

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise

Responsabilité sociétale de l entreprise r s e Responsabilité sociétale de l entreprise 26000 i s o26000 t o p 614 Le 18 mars 2013, aquitanis voyait la maturité de sa démarche de responsabilité sociétale, engagée depuis 2008, évaluée par l AFNOR

Plus en détail

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE)

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Réflexion sur les enjeux municipaux et pistes d action en lien avec le dossier de la petite enfance André

Plus en détail

Maison du droit et de la médiation www.ville-stains.fr

Maison du droit et de la médiation www.ville-stains.fr www.ville-stains.fr SOMMAIRE page 4 INFORMATION ET ORIENTATION page 6 ACCES AU DROIT page 8 AIDE AUX VICTIMES page 10 MEDIATION page 12 ECRIVAIN PUBLIC page 14 LEXIQUE + NOS PARTENAIRES EDITO Pour la Municipalité,

Plus en détail

Procédures Questionnement Réponses apportées Recommandations et avis de l IT CCAPEX

Procédures Questionnement Réponses apportées Recommandations et avis de l IT CCAPEX En association avec PREFET DU RHÔNE Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées du Rhône 2012 2015 Commission de coordination des actions de prévention des expulsions locatives

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes

DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes Date limite de renvoi des dossiers complétés : 6 novembre 2013, par mail à l adresse contact@grandprix-distributionresponsable.com Nom de l initiative:

Plus en détail

Lépine Providence DOSSIER DE PRESSE

Lépine Providence DOSSIER DE PRESSE Lépine Providence L E S E N S D E L A V I E DOSSIER DE PRESSE Réunir & innover au service des personnes âgées Depuis 2010, la Ville de Versailles est titulaire du label Bien vieillir. Véritable récompense

Plus en détail

PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020. EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59

PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020. EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59 PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020 EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59 EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 2 28/01/15 16:59 SOMMAIRE

Plus en détail

BLANC MIQUEL IMMOBILIER

BLANC MIQUEL IMMOBILIER Achat - Vente - Location - Gestion - Syndic - SALES - RENTAL - MANAGEMENT - TRUSTEE www.bordeaux-agence-immobilier.com UN CABINET DES MOYENS ET DES VALEURS Depuis 1972, le Cabinet Miquel gère un portefeuille

Plus en détail