LA SÉCURITÉ PASSE AUSSI PAR L HYGIÈNE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA SÉCURITÉ PASSE AUSSI PAR L HYGIÈNE"

Transcription

1 DR LA SÉCURITÉ PASSE AUSSI PAR L HYGIÈNE La notion d hygiène est intégrée au Code du travail depuis la fin du XIXe siècle. À cette époque, les textes font déjà reposer la responsabilité de sa pratique sur le chef d entreprise, l hygiène étant considérée comme l un des éléments de la sécurité. Les principes et méthodes de l hygiène s appliquent essentiellement à trois domaines dans les métiers du BTP : l alimentation, l entretien du corps et les vêtements de travail. Prévention btp N 70 janvier

2 ÉTAT DES LIEUX Hygiène et BTP, une coexistence difficile Selon le dictionnaire, l hygiène est l ensemble des principes et des méthodes tendant à à améliorer la santé des travailleurs. Pour l entreprise, il s agira de la préserver. DR le fait que, aux yeux de nombreux maîtres d ouvrage, l hygiène est une ligne budgétaire qu il ne leur revient pas de prendre en compte ; n étant porteuse d aucune valeur ajoutée apparente, elle devrait être sans incidence sur le coût de la prestation. Le secteur dit «pavillonnaire» est la principale victime de cette prise de position. Ainsi, rares sont les clients qui mettent ou peuvent mettre à disposition des opérateurs des lavabos, des toilettes ou des locaux faisant office de vestiaire. À l entreprise de se débrouiller, de prendre à sa charge les frais lui permettant d assumer les obligations réglementaires (voir encadré p. 46) ou, le cas échéant, de trouver un partenaire pour l y aider. Dossier réalisé par Pierre Claude. Reportage photos Xavier Pierre. POUR CARICATURALES qu elles paraissent, certaines réflexions n en traduisent pas moins un état d esprit toujours très présent dans le vaste monde du BTP : «Est-ce que c est mon problème à moi si les gens ne se lavent pas?» «Des toilettes, sur le chantier? Bien sûr que nous en avons, des hectares tout autour, plantés de maïs!» «Je suis un homme : je ne vais quand même pas me mettre de la crème sur les mains après le travail.» L hygiène ne fait pas partie de la «culture» de base des entreprises du bâtiment qui, pour la plupart, ont longtemps «fait sans». Certes, nous ne sommes plus à l époque de Zola. De gros efforts ont été réalisés. Certaines entreprises sont réellement exemplaires, dans le bâtiment comme dans les travaux publics. Il n empêche que, globalement, les marges de progrès à réaliser restent considérables. Si les améliorations sont lentes, c est parce que les entreprises sont soumises à deux sortes de freins, les objectifs et les autres, qui sont souvent le fait d une méconnaissance des textes réglementaires et d idées reçues. Le contexte pavillonnaire Parmi les freins objectifs, on compte Le contexte urbain Autre frein objectif : lorsqu une entreprise de bâtiment veut installer des locaux sanitaires et un hébergement de chantier conformes aux obligations réglementaires, elle est souvent confrontée à une fin de non-recevoir de la part des autorités municipales des grandes agglomérations. Celles-ci acceptent difficilement de voir des baraques ou des roulottes empiéter sur la voie publique. L autorisation de voirie (document exigé en préalable à l installation d équipements de type bungalow ou échafaudage sur un trottoir) n est pas toujours facile à obtenir. Elle est soumise à 40 janvier 2005 N 70 Prévention btp

3 Aussi bien équipé que soit un bungalow en lavabos, W-C, douches, produits de lavage des mains, son efficacité sera toute relative sur le plan hygiénique s il est planté sur le chantier au milieu de la boue. Pour l entreprise maîtresse d œuvre, il est important de prévoir avant le début des travaux un cheminement bétonné des accès aux installations de vie et d hygiène. une taxe municipale généralement élevée. De fait, les installations mobiles de type roulotte s avèrent parfois des solutions intéressantes en ville, dans la mesure où leur stationnement peut être toléré, conditionné néanmoins au paiement de l horodateur. En toute logique, ces freins concernent au premier chef les entreprises dont l assise financière est la plus modeste, celles qui regroupent l immense majorité des salariés du bâtiment. Nul ne saurait ignorer Ces explications sont certes recevables, mais ne peuvent excuser le non-respect de la loi. La réglementation doit être appliquée ; aucun inspecteur du travail n accepte l argument selon lequel les frais engagés pour mettre à disposition des hommes des installations et des procédures d hygiène satisfaisantes feraient perdre des marchés. Et quand l Inspection du travail organise une opération coupde-poing «installations sanitaires de chantiers», les procès-verbaux tombent comme feuilles en automne. Par ailleurs, encore beaucoup d entreprises restent dans l ignorance d une réglementation qui concerne à l identique les majors et les artisans. Les effets collatéraux Au-delà du seul bien-être des travailleurs, de leur seule sécurité, le respect des mesures d hygiène ne peut qu améliorer l image de l entreprise. Des installations sanitaires en bon état, facilement accessibles, des tenues de travail propres, régulièrement entretenues, des espaces de restauration agréables, sont autant d arguments concrets permettant d attirer les jeunes vers les professions du BTP et de réduire leur turnover. Pour ce secteur qui s apprête à affronter une grave crise de recrutement, peut-être s agit-il d une question vitale. Prévention btp N 70 janvier

4 VÊTEMENTS DE TRAVAIL Le linge sale des compagnons se lave de moins en moins en famille L entretien des vêtements de travail est de la responsabilité du chef d entreprise. Outre la prime de nettoyage accordée au salarié pour la gestion de sa tenue, cette presation est aussi externalisée. CORPORELLE passe nécessairement par la propreté des vêtements utilisés L HYGIÈNE pendant le travail. L entretien des vêtements de travail est de la responsabilité du chef d entreprise qui doit mettre à disposition, entretenir et réparer les tenues, séparer dans des espaces distincts le propre du sale. Longtemps, la gestion du linge a été «déléguée» de fait aux familles ; à charge pour elles d utiliser leurs propres équipements, en contrepartie de la traditionnelle prime de nettoyage. Or, cette délégation officieuse ne dédouane jamais le chef d entreprise de ses responsabilités. S il constate que les vêtements ne sont pas nettoyés correctement (que la prime n est pas utilisée à bon escient), il est tenu de prendre les mesures correctives nécessaires. Une solution consiste à apposer systématiquement les armes de l entreprise sur la tenue. Devenue «vêtement image de marque», elle Le linge sale est stocké dans un bac qui sera vidé le soir par le prestataire chargé de l entretien des vêtements de travail. Chaque vêtement est équipé d un code-barres permettant au prestataire de le rendre à son unique utilisateur, une fois lavé. devra nécessairement être maintenue en bon état. L autre solution, de plus en plus retenue par les entreprises, consiste à externaliser totalement la prestation de fourniture et d entretien des vêtements de travail. Le prestataire se charge alors de récupérer les vêtements en location salis ou abîmés (généralement toutes les semaines) et de les remplacer par des tenues propres et en parfait état. Ce type de service s adresse aussi bien aux équipes importantes qu aux entreprises de moins de dix salariés. Le linge est livré par le prestataire qui le range dans le casier individualisé de chaque compagnon. 42 janvier 2005 N 70 Prévention btp

5 REPORTAGE Un programme d hygiène alimentaire et d entretien de vêtements de travail chez Eiffage Construction près du Havre DANS SA ZONE D ACTIVITÉ, Eiffage Construction Haute-Normandie (76) accorde une attention particulière à l hygiène. Cela se traduit par la mise en œuvre de plusieurs procédures, notamment sur le plan de la gestion des repas et sur celui de l entretien des vêtements de travail. Visite guidée, en compagnie de Jean- Luc Ellart, ingénieur sécurité, Eiffage Construction Haute-Normandie : «La demande provenait initialement de certains CHSCT qui souhaitaient voir améliorer les conditions de travail par une meilleure gestion des repas sur les chantiers, se souvient Jean-Luc Ellart. Validée par la direction, elle a conduit à la mise en place d une organisation innovante : Eiffage Haute-Normandie dispose de 4 pôles, 4 agences où la plupart des compagnons (environ 220) démarrent la journée avant de se rendre sur les chantiers (distants d une vingtaine de kilomètres, en moyenne, des pôles) et prennent leur repas. Tous les midis, sur chacun des pôles, un prestataire livre les repas, préparés et transportés dans le respect le plus rigoureux Jean-Luc Ellart. VÊTEMENTS suite page 44 L une des deux salles de restauration de l établissement Pollet, pôle «Exxon», d Eiffage Construction Haute- Normandie. Les aliments sont cuits ou réchauffés dans un four placé à proximité des salles de réfectoire. «Notre procédure de restauration permet à l entreprise de mieux contrôler l hygiène alimentaire des hommes qui, jusqu alors, échappait à toute mesure de sécurité. Elle permet aussi de simplifier la question des repas dont les compagnons (et leurs épouses) n ont plus à se soucier», Gérard Lavice, directeur de travaux de l établissement Pollet, pôle «Exxon». «L organisation des repas nous fait gagner du temps par rapport à la procédure classique de la gamelle. Le matin, ma femme n a plus à se soucier de mon repas de midi. Je sais que le médecin et le CHSCT se sont impliqués dans la constitution du menu, ce qui est rassurant», Delphin Dos Santos, chef d équipe de l établissement Pollet, pôle «Exxon». Une convention OPPBTP-Elis Les entreprises ayant signé un contrat de progrès avec l OPPBTP peuvent, en vertu d une convention passée avec la société Elis, obtenir de substantielles réductions sur l achat de vêtements de travail. La gamme des vêtements proposée par Elis, aux normes CE, est adaptée aux différents métiers du BTP, opérateurs de voirie, peintres, carreleurs Pour l OPPBTP, leur acquisition traduit la volonté des entreprises d améliorer les conditions de travail. Chaque compagnon construit ses menus pour le mois, sur la base d un choix proposé par le prestataire. Prévention btp N 70 janvier

6 suite de la page 43 des mesures d hygiène alimentaire. Ce sont les hommes eux-mêmes qui ont constitué leur menu, sur la base d une proposition conjointement élaborée par le prestataire, le CHSCT et un médecin qui veille à l équilibre alimentaire. Une fois sur site, les plateaux-repas sont stockés dans des frigos. Ils sont cuits ou réchauffés au dernier moment, lorsque les équipes passent à table. Pour ceux des hommes qui interviennent sur des sites trop éloignés des pôles, nous avons négocié avec un restaurant voisin un accueil quotidien, le temps du chantier. Pour eux aussi, la qualité gustative et nutritive des menus a fait l objet d une négociation avec le restaurateur. La prise en charge par l entreprise de l entretien des vêtements de travail est bien perçue par les agents et par leurs conjoints. Aujourd hui, chacun dispose sur le pôle d une armoire fermée, à l intérieur de laquelle un prestataire livre les vêtements nettoyés, réparés ou changés. Chaque vêtement est équipé d un code-barres, ce qui permet une individualisation des tenues par homme. Quant au linge sale, il est stocké à l écart, dans des bacs mis à disposition du prestataire.» A table! MATÉRIEL Des équipements proposés à l achat ou à la location Vecteurs de l image de marque de l entreprise, les équipements sont souvent réalisés sur mesure pour s adapter aux besoins du chantier. ÉQUIPEMENTS SANITAIRES, bungalows, W-C chimiques, les prestataires sont nombreux à proposer aujourd hui des gammes de produits capables de répondre à la plupart des attentes du BTP. Le raccordement à un réseau sanitaire ou à un réseau d alimentation n est plus indispensable, les matériels étant autonomes si nécessaires. Ainsi, le fait de travailler sur un terrain non viabilisé n est plus un problème. Bien conçus, d un entretien facilité, ils sont souvent réalisés sur mesure, c est-à-dire précisément adaptés aux besoins précis du chantier en termes de matériels (nombre de lavabos, de douches, de W-C, espace réfectoire, bureaux, surface au sol ). Si leur prix peut parfois représenter un obstacle à l acquisition, la location peut être une solution alternative satisfaisante. Mise en service, mise en eau, renouvellement des produits d hygiène (biodégradables), du papier toilette, Les matériels proposés à la location sont souvent modulables. L entreprise, selon ses besoins, peut choisir la surface et les équipements des locaux. SUBVENTIONS entretien hebdomadaire font partie de prestations annexes souvent proposées par les loueurs. L aspect extérieur de ces installations (sur lesquelles peut être apposé le logo de l entreprise de bâtiment ou de TP), notamment des roulottes, a beaucoup évolué ces dernières années. Vis-à-vis du public, des maîtres d ouvrage, de l ensemble des professionnels qui interviennent sur le chantier, le design, les couleurs sont des vecteurs non négligeables de l image de marque de l entreprise. Aides des Cram Dans le cadre des contrats de prévention, les Cram ont aidé les entreprises à se doter d équipements de chantier tels que les réfectoires ou les roulottes sanitaires. Ces subventions (qui peuvent s élever à 20, voire 50 % du prix de l équipement) ont permis à pas mal d entreprises à progresser, au titre de l amélioration des conditions de travail. 44 janvier 2005 N 70 Prévention btp

7 HYGIÈNE ALIMENTAIRE > Une situation à risque avérée ALIMENTAIRE est davantage de la responsabilité des travailleurs eux-mêmes L HYGIÈNE que de celle des entreprises. Les mauvaises habitudes alimentaires sont des facteurs de risques qu il est nécessaire de combattre. La restauration sur les chantiers est une situation à risques non négligeable, sur le plan hygiénique. La réglementation est binaire : lorsque les compagnons apportent leur repas et le prennent sur le chantier, l entreprise leur doit le réfectoire (avec moyens de réchauffer, petit frigo et micro-ondes ). Dans le cas contraire, cette question n est pas de la responsabilité du chef d entreprise. Une indemnité doit cependant être versée, que le repas soit pris sur ou hors chantier. Concernant le contenu de la «gamelle», le chef d entreprise n est pas concerné. Les gens mangent ce qu ils veulent, voire ne mangent pas s ils le veulent. Toute intoxication alimentaire liée à la qualité des aliments sera de leur responsabilité, sauf s il s avère qu elle est la conséquence d un défaut de mise à disposition sur le chantier des équipements de conservation requis et d un local repas salubre. «Cela ne va pas sans poser problème, reconnaît Jean-François Boulat, médecin du travail APMT-BTP- Région parisienne. Le médecin du travail ne dispose pas toujours d un temps suffisant pour, par exemple, prescrire des régimes adaptés à chaque cas particulier. Sur ce plan, son rôle est essentiel en matière CODE DU TRAVAIL de conseils diététiques et d hygiène alimentaire.» Il n est de surcroît pas toujours facile de convaincre les gens qu ils se nourrissent mal. Cela peut aller contre des convictions ancrées de longue date (le travailleur de force devrait soi-disant manger beaucoup. La viande serait obligatoire à La restauration sur les chantiers est une situation à risques non négligeable sur le plan hygiénique. chaque repas pour entretenir la musculation ), voire les traditions culturelles et religieuses (périodes de jeûne, nourriture saturée en sucres et en graisse ). «La qualité de l alimentation condi- Rappel de dispositions réglementaires Le Code du travail (article L.232-1) stipule que l employeur est tenu de mettre à la disposition des travailleurs les moyens nécessaires à assurer leur propreté individuelle (vestiaires, lavabos, WC, ces installations devant satisfaire à des critères spécifiés par les textes), notamment sur les chantiers, quel que soit le nombre (à partir d une personne) et la qualité de ces travailleurs (salarié, apprenti ). Il doit veiller à la propreté de ces installations. L employeur a également obligation de s assurer de l entretien des vêtements de travail (décret , article R ). Lorsque les travailleurs prennent leur repas sur le chantier, un local réfectoire doit être mis à leur disposition équipé de tables et de chaises, d un appareil permettant d assurer le réchauffage et la cuisson des aliments, d un gardemanger ou d un réfrigérateur. Ce local doit être tenu en parfait état de propreté (décret du 8 janvier 1965, modifié le 6 mai 1995). La réglementation relative à l hygiène est aussi vaste, détaillée que complexe. tionne pourtant la forme physique et psychologique des travailleurs. Ce sont deux paramètres essentiels pour la prévention des risques au travail. Travailler le ventre vide est mauvais. Cela expose à des malaises qui peuvent avoir de lourdes conséquences. Les abus de graisses animales, de viande, de charcuterie, les carences en vitamines (légumes verts) et glucides (sucres lents) favorisent les maladies cardiovasculaires. Il n est pas rare de voir des hommes prendre régulièrement un ou deux kilos chaque année. Sur les chantiers, comme dans le reste de la population, l obésité menace.» Bibliographie POUR EN SAVOIR PLUS Hygiène, Installations d accueil sur les chantiers, Manuel pratique de prévention, réf. H3 P 01 97, éd. OPPBTP. Hygiène et logement des travailleurs, fiche de sécurité, réf. H3 F 01 97, éd. OPPBTP. Prévention btp N 70 janvier

8 MIXITÉ Le bon exemple des règles de propreté au féminin SILES HOMMES entre eux se laissent souvent aller à des dérives sur le plan de l hygiène, s ils ne respectent pas toujours les règles élémentaires de propreté vis-à-vis d eux-mêmes, des autres, de leurs tenues et des équipements sanitaires, en présence de femmes, il a été constaté qu ils font de réels efforts (quelques femmes, par exemple, exercent le métier de conducteur de travaux). Nous sommes ici davantage dans le domaine de la sociologie que dans celui de la sécurité ; c est cependant un facteur qu il ne faut pas négliger. Par parenthèses, c est également une constatation réalisée dans des métiers aussi éloignés du BTP que l exploration polaire ou l étude spatiale : plates-formes polaires ou station orbitale sont des espaces qui se sont rapidement transformés en dépotoirs. La crasse y régnait jusqu aux jours où des femmes ont été intégrées aux équipes de chercheurs. Cette seule présence a donné naissance à une autodiscipline spontanée des hommes À méditer. Selon la Fédération française du bâtiment (FFB), un argument serait régulièrement évoqué par les responsables d entreprises les plus réfractaires à la mixité des chantiers. Il concerne le respect des obligations légales de mise à disposition de vestiaires et de toilettes séparés. «Les chefs d entreprises ont tendance à y voir une contrainte, un souci, et un poste de dépense supplémentaire. Cependant, il y a peu de risques que l Inspection du travail fasse aujourd hui grief à une entreprise de ne pas proposer aux travailleurs femmes de toilettes spécifiques, dès lors que, d une part, des toilettes existent sur le chantier et que, d autre part, elles sont tenues en bon état. Les femmes qui travaillent actuellement dans le bâtiment n ont, en pratique, d autre choix que de se satisfaire de l absence de confort élémentaire ou de conditions spartiates que connaissent aussi les hommes ou d inventer des solutions de fortune avec leurs collègues de chantier.» Précisons cependant que, d après le Code du travail, le chef d entreprise doit mettre à la disposition des travailleurs féminins des sanitaires et des vestiaires séparés de ceux des hommes pour les chantiers d une durée supérieure à quatre mois. Pour les chantiers de moins de quatre mois, cette obligation ne porte que sur les sanitaires. La seule présence des femmes sur un chantier suffit à provoquer une autodiscipline spontanée des hommes. 46 janvier 2005 N 70 Prévention btp

DARNETS. Mairie de SEPTEMBRE 2002. Corrèze A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT D. LES RESPONSABILITES

DARNETS. Mairie de SEPTEMBRE 2002. Corrèze A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT D. LES RESPONSABILITES Mairie de DARNETS Corrèze SEPTEMBRE 2002 19300 Darnets Tél. : 05.55.93.09.91 Fax. : 05.55.93.13.06 Email : mairiededarnets@wanadoo.fr A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

Parties communes et services

Parties communes et services Parties communes et services Ergonomie pratique en 128 points CHECKPOINT 95 Mettre des vestiaires et des sanitaires à la disposition des employés pour garantir un bon niveau d'hygiène et de propreté. POURQUOI

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR Pour les enfants et leurs parents

REGLEMENT INTERIEUR Pour les enfants et leurs parents REGLEMENT INTERIEUR Pour les enfants et leurs parents de la RESTAURATION SCOLAIRE MATERNELLE/ELEMENTAIRE Direction de l Education, de l Enfance et de la Réussite Educative Approuvé au Conseil Municipal

Plus en détail

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme Florence Delorme Le Secret du Poids Éditions Delorme www.lesecretdupoids.com Florence Delorme, Éditions Delorme, Paris, 2012. "À toutes les filles, je vous dédie mon livre et ma méthode". 6 Introduction

Plus en détail

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES Janvier 2009 TABLE DES MATIÈRES Page Préambule 3 1. Dotation en personnel 4 1.1 Compétences du personnel 4 1.2 Fonctions

Plus en détail

Restauration d entreprise

Restauration d entreprise A s s o c i a t i o n d e s R e s p o n s a b l e s d e S e r v i c e s G é n é r a u x F a c i l i t i e s M a n a g e r s A s s o c i a t i o n Restauration d entreprise L article R. 4228-19 du Code

Plus en détail

Questions / Réponses sur le sujet : Entreprises

Questions / Réponses sur le sujet : Entreprises Questions / Réponses sur le sujet : Entreprises A partir de quand sera-t-il interdit de fumer dans les entreprises? A partir du 1er février 2007. Dans quels lieux de travail est-il interdit de fumer? Afin

Plus en détail

TRAVAUX CHEZ VOUS CHUTES MANUTENTIONS AMIANTE HYGIÈNE

TRAVAUX CHEZ VOUS CHUTES MANUTENTIONS AMIANTE HYGIÈNE TRAVAUX CHEZ VOUS CHUTES MANUTENTIONS AMIANTE HYGIÈNE LES RISQUES Sur les chantiers de construction ou lors de travaux dans les maisons individuelles ou les appartements, les conditions de travail des

Plus en détail

ACCORD du 8 février 2005 RELATIF AU STATUT DE L APPRENTI DANS LE BTP

ACCORD du 8 février 2005 RELATIF AU STATUT DE L APPRENTI DANS LE BTP ACCORD du 8 février 2005 RELATIF AU STATUT DE L APPRENTI DANS LE BTP - la Confédération de l Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB) - la Fédération Française du Bâtiment (FFB) - la Fédération

Plus en détail

ils et elles sont fiers de construire

ils et elles sont fiers de construire L A F O R M A T I O N A U X M É T I E R S D U B Â T I M E N T ils et elles sont fiers de construire Les jeunes qui choisissent le bâtiment ont de bonnes raisons de le faire Dans le bâtiment, on se sent

Plus en détail

PRÉFET DE LA REUNION DIRECTION DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA COHESION SOCIALE DE LA REUNION ---------

PRÉFET DE LA REUNION DIRECTION DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA COHESION SOCIALE DE LA REUNION --------- PRÉFET DE LA REUNION DIRECTION DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA COHESION SOCIALE DE LA REUNION --------- CONVENTION D ACCUEIL relative aux séjours vacances d enfants mineurs organisés à l étranger,

Plus en détail

OUVERTURE ET EXPLOITATION DE CHAMBRES D HÔTES

OUVERTURE ET EXPLOITATION DE CHAMBRES D HÔTES OUVERTURE ET EXPLOITATION DE CHAMBRES D HÔTES Les chambres d hôtes sont des chambres meublées situées chez l habitant en vue d accueillir des touristes, à titre onéreux, pour une ou plusieurs nuitées,

Plus en détail

Learning by Ear 2009 Droits des enfants 02 Le travail des enfants

Learning by Ear 2009 Droits des enfants 02 Le travail des enfants Learning by Ear 2009 Droits des enfants 02 Le travail des enfants Thème : Le travail des enfants Rédaction : Yann Durand Traduction : Femmes Hommes Age IN/OUTRO X indifférent Narrateur X Env. 25 ans Abdoulaye

Plus en détail

Le petit déjeuner équilibré

Le petit déjeuner équilibré Le petit déjeuner équilibré SITUATION : M. Benoît, professeur de SVT, renouvelle son opération «challenge diététique» en proposant à tous les élèves de 6 ème de prendre un petit déjeuner équilibré le 10

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique QUESTIONS UESTIONS-REPONSES : LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Inépuisable source de polémiques, les règles qui encadrent la durée du travail et plus particulièrement les heures supplémentaires

Plus en détail

Quelles sont les chances des petits producteurs de se

Quelles sont les chances des petits producteurs de se Quelles sont les chances des petits producteurs de se maintenir sur le marché? Quelles sont les solutions en France pour la réorientation des activités des petits producteurs? La Roumanie vient d entrer

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR RESTAURANT SCOLAIRE DE CORDON

REGLEMENT INTERIEUR RESTAURANT SCOLAIRE DE CORDON Pour toutes correspondances, Merci de nous contacter par mail cantine.cordon@orange.fr REGLEMENT INTERIEUR RESTAURANT SCOLAIRE DE CORDON Le restaurant scolaire de Cordon n est pas communal. Il est géré

Plus en détail

Le directeur de maison de repos et la gestion des repas Normes régionales et communautaires

Le directeur de maison de repos et la gestion des repas Normes régionales et communautaires Le directeur de maison de repos et la gestion des repas Normes régionales et communautaires En Région Wallonne Extrait de la CWASS équivalent du Décret du 30 avril 2009 Extrait de la CRWASS équivalent

Plus en détail

Rapport de fin de séjour à Bruxelles

Rapport de fin de séjour à Bruxelles Rapport de fin de séjour à Bruxelles Introduction Durant l année de mon master 2 Histoire-Histoire de l art à l Université Pierre Mendes France de Grenoble je devais réaliser un stage de 2 mois minimum.

Plus en détail

Campus et hygiène de vie

Campus et hygiène de vie SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Compte-rendu d atelier Campus et hygiène de vie Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Qu est-ce que l hygiène de vie? Comment faire un retour d expérience utile? Comment

Plus en détail

BASE VIE EPR FLAMANVILLE 3

BASE VIE EPR FLAMANVILLE 3 Tél : 02 35 24 51 04 Fax : 02 35 25 06 61 Mail : infos@pdca.fr pdca.fr base-vie.com logistique-chantier.fr BASE VIE EPR FLAMANVILLE 3 Préface PDCA PDCA, société au capital de 100 000 vient de passer ses

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

PEINTRE EN BATIMENT FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Lorène, apprentie peintre en bâtiment à Marseille (15 ème arrondissement) Lorène

PEINTRE EN BATIMENT FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Lorène, apprentie peintre en bâtiment à Marseille (15 ème arrondissement) Lorène Dossier n 7 FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» PEINTRE EN BATIMENT Regards, témoignages et présentation de métiers fortement sexués Entretien avec Lorène, apprentie peintre en bâtiment à Marseille (15 ème arrondissement)

Plus en détail

ENTRETIEN DES LOCAUX Date de dernière mise à jour : 20/11/06

ENTRETIEN DES LOCAUX Date de dernière mise à jour : 20/11/06 Page 1 sur 8 ENTRETIEN DES LOCAUX ASPECT REGLEMENTAIRE En matière d entretien et de nettoyage des locaux, la règlementation impose à l autorité territoriale certaines opérations : Tenir en état constant

Plus en détail

Restaurant Scolaire d Ampuis REGLEMENT

Restaurant Scolaire d Ampuis REGLEMENT Restaurant Scolaire d Ampuis REGLEMENT Préambule : La commune d Ampuis organise un service de restauration destiné à accueillir les enfants de maternelle (service à table) et de primaire (sous forme de

Plus en détail

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine.

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine. RESTAURANT SCOLAIRE D HABERE LULLIN REGLEMENT INTERIEUR Article préliminaire La cantine scolaire n a pas de caractère obligatoire et a pour objet d assurer, dans les meilleures conditions possibles d hygiène

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

BUREAU DU C.A.S.D.I.S.

BUREAU DU C.A.S.D.I.S. R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E D é p a r t e m e n t d e S E I N E - ET- M A R N E SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS DE SEINE ET MARNE GROUPEMENT DE LA FORMATION BUREAU DU C.A.S.D.I.S.

Plus en détail

!"!#!$% & $' # ("#! ) (' $ '*$ & $'+,

!!#!$% & $' # (#! ) (' $ '*$ & $'+, "#$% & $' # "# ) ' $ '*$ & $'+, - «Peut-on espérer, dans un avenir proche, que la nature soit ouverte à tous et soit donc accessible aux personnes handicapées?» «et comment envisager l accessibilité comme

Plus en détail

Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels

Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels Charte Prévention Artisans et Entreprises du Bâtiment La démarche V.A.L.E.U.R. Bien sûr... Boîte à outils Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels État des lieux du risque Statistiques

Plus en détail

LA CONCEPTION DES CUISINES LES LOCAUX ET ANNEXES 1 ) Qu est-ce-qu une cuisine?.

LA CONCEPTION DES CUISINES LES LOCAUX ET ANNEXES 1 ) Qu est-ce-qu une cuisine?. LA CONCEPTION DES CUISINES LES LOCAUX ET ANNEXES 1 ) Qu est-ce-qu une cuisine?. L expression «complexe de cuisine» définit la cuisine et ses annexes. Il s agit d un ensemble fonctionnel de différents locaux

Plus en détail

CQP-ih Chef de cuisine en collectivité I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. Nom :... Prénom :. Adresse :... Code Postal :.. Ville :...

CQP-ih Chef de cuisine en collectivité I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. Nom :... Prénom :. Adresse :... Code Postal :.. Ville :... CQP-ih Chef de cuisine en collectivité I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR DOSSIER D EVALUATION pour la professionnalisation des salariés (hors contrat de professionnalisation) Nom :... Prénom : Adresse :......

Plus en détail

I Le Défenseur des droits I

I Le Défenseur des droits I DIVERSIFIER SES RECRUTEMENTS SANS DISCRIMINER la rédaction des offres d emploi Ce qui est interdit Les exceptions autorisées par la loi Comment rédiger une offre d emploi Comment diversifier ses recrutements

Plus en détail

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI Comprendre ses propres stratégies d échec et de réussite Mettre à jour ses freins, ses propres croyances Développer son potentiel et repousser ses

Plus en détail

L employeur peut-il renvoyer un travailleur grippé à la maison?

L employeur peut-il renvoyer un travailleur grippé à la maison? L employeur peut-il renvoyer un travailleur grippé à la maison? La réponse n est pas si simple, car que se passe-t-il si le travailleur se présente malade au travail sans dire qu il s agit précisément

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences prévenir. Troubles de la concentration, du sommeil, dépression Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes

Plus en détail

Identifier ses compétences Questionnaire en contexte professionnel

Identifier ses compétences Questionnaire en contexte professionnel Identifier ses compétences Questionnaire en contexte professionnel Nom : Prénom : Date : Mode d emploi Des situations en contexte professionnel ont été élaborées sous forme de questions à choix multiples.

Plus en détail

Communication sur le Progrès 2007

Communication sur le Progrès 2007 Monsieur le Secrétaire Général de l'onu, L'année 2007 a été marquée par la réorganisation de la branche construction d'eiffage. En effet, les différentes sociétés EIFFAGE CONSTRUCTION se sont regroupées

Plus en détail

RÈGLEMENT DES SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE ET D ACCUEIL PÉRISCOLAIRE DE LA VILLE DE SEICHAMPS

RÈGLEMENT DES SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE ET D ACCUEIL PÉRISCOLAIRE DE LA VILLE DE SEICHAMPS RÈGLEMENT DES SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE ET D ACCUEIL PÉRISCOLAIRE DE LA VILLE DE SEICHAMPS Règlement approuvé par délibération du Conseil Municipal en date du 29 juin 2015 Les parents devront en

Plus en détail

APPRENTIS DU BTP. Ces droits qui vous concernent

APPRENTIS DU BTP. Ces droits qui vous concernent APPRENTIS DU BTP Ces droits qui vous concernent La rémunération Votre rémunération se constitue d un pourcentage du SMIC ou du minimum conventionnel pour les apprentis âgés de plus de 21 ans. Ce pourcentage

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

LE LOGEMENT SOCIAL À CRAN-GEVRIER

LE LOGEMENT SOCIAL À CRAN-GEVRIER LE LOGEMENT SOCIAL À CRAN-GEVRIER «500 à 600 logements sociaux vont être construits dans notre ville entre 2014 et 2020» L édito de Pierre GEAY, Adjoint au maire chargé du Logement LE LOGEMENT, C EST NOTRE

Plus en détail

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Etude ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Le contrat d apprentissage offre l opportunité à l entreprise de transmettre ses savoirs et former les générations futures tout en bénéficiant d un encadrement législatif

Plus en détail

Stratégies d observation et d application du Code

Stratégies d observation et d application du Code Stratégies d observation et d application du Code L éducation est un élément crucial de tout programme relatif aux avertisseurs de fumée. Les propriétaires doivent être informés non seulement sur les types,

Plus en détail

Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5)

Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5) Fiche n 1 : les principes (page 2) Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5) Fiche n 3 : Rémunération (page 6) Fiche n 4 : Sanctions (page 7) 1. QUI EST CONCERNE? a) Les salariés Tous les salariés

Plus en détail

Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE. Au sommaire de ce numéro 11. Pour vous et chez vous,

Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE. Au sommaire de ce numéro 11. Pour vous et chez vous, Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE Pour vous et chez vous, Un service d'aide et d'accompagnement lors de difficultés passagères de la vie quotidienne. Au sommaire de ce numéro 11 L'intervention à domicile et

Plus en détail

INTRODUCTION : A- SECTION I 1- INFORMATIONS GENERALES SUR L ETABLISSEMENT

INTRODUCTION : A- SECTION I 1- INFORMATIONS GENERALES SUR L ETABLISSEMENT INTRODUCTION : Bonjour Monsieur / Madame, Je suis. de l organisation Bureau Marso, une Division d Etude et de Marketing Social. Et nous réalisons actuellement une étude par sondage sur l hygiène et la

Plus en détail

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne L intitulé «formation», qui peut être affiché dans un document publicitaire, n est pas suffisant pour garantir son financement

Plus en détail

Le Groupement Momentané d Entreprises

Le Groupement Momentané d Entreprises Le Groupement Momentané d Entreprises Les groupements momentanés d entreprises (GME): LA COTRAITANCE Geoffrey PIESEN Qu est ce qu un GME? C est une juxtaposition d entreprises qui mettent en commun leurs

Plus en détail

CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC RELATIVE A L EXPLOITATION ET A L ENTRETIEN DU RESEAU DE CHAUFFAGE URBAIN DU MIRAIL VILLE DE TOULOUSE

CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC RELATIVE A L EXPLOITATION ET A L ENTRETIEN DU RESEAU DE CHAUFFAGE URBAIN DU MIRAIL VILLE DE TOULOUSE CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC RELATIVE A L EXPLOITATION ET A L ENTRETIEN DU RESEAU DE CHAUFFAGE URBAIN DU MIRAIL VILLE DE TOULOUSE Modèle de Police d Abonnement annexe 1 au Règlement de Service

Plus en détail

réponses à vos questions sur la protection sociale du BTP

réponses à vos questions sur la protection sociale du BTP réponses à vos questions sur la protection sociale du BTP Guide réalisé par PRO BTP en partenariat avec la FFB «Ce guide est destiné aux futurs créateurs et à tous ceux qui se sont déjà lancés dans l aventure

Plus en détail

VADE-MECUM POUR UN CONTRAT DE LOCATION DE SALLE. Un contrat de location, une nécessité Un «bon» contrat, un partenaire indispensable!

VADE-MECUM POUR UN CONTRAT DE LOCATION DE SALLE. Un contrat de location, une nécessité Un «bon» contrat, un partenaire indispensable! VADE-MECUM POUR UN CONTRAT DE LOCATION DE SALLE Un contrat de location, une nécessité Un «bon» contrat, un partenaire indispensable! Document rédigé par le pôle économique de DiversiFerm, Accueil Champêtre

Plus en détail

STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION. La performance achats. Vous & nous pour transformer vos achats

STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION. La performance achats. Vous & nous pour transformer vos achats STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION La performance achats Vous & nous pour transformer vos achats Crop and co Créateur de performance achats Depuis 2004, chez

Plus en détail

- Référentiel de formation CHSCT -

- Référentiel de formation CHSCT - - Référentiel de formation CHSCT - On peut distinguer quatre grands types de fonctions assurées par les membres des CHSCT : 1) Implication dans la démarche globale de prévention des risques : a) Comprendre

Plus en détail

Quel est le rôle de l inspecteur du travail? Quelles sont les missions de l inspecteur du travail?

Quel est le rôle de l inspecteur du travail? Quelles sont les missions de l inspecteur du travail? Quel est le rôle de l inspecteur du travail? L inspecteur du travail, assisté de contrôleurs du travail, est chargé d assurer le respect de la législation du travail ainsi que des conventions et accords

Plus en détail

LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG

LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG Le CNG contribue au développement professionnel des praticiens hospitaliers et des directeurs de la Fonction Publique Hospitalière dans un objectif

Plus en détail

RESTAURATION SCOLAIRE

RESTAURATION SCOLAIRE RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR L admission à la cantine ne constitue pas une obligation pour la commune, mais un service rendu aux familles dans le cadre de l organisation arrêtée par la collectivité

Plus en détail

Direction du travail

Direction du travail Direction du travail ATELIER-DEBAT La prévention des risques liés à la co-activité des entreprises extérieures et des entreprises utilisatrices Intervenants: Ingénieur Conseil Régional de la CRAMIF la

Plus en détail

100 habitudes pour maigrir

100 habitudes pour maigrir Perdre du gras à long terme et ne jamais le reprendre Aurèle Mariage Sommaire Mise en garde... 6 Introduction... 7 A propos de l auteur... 9 Les habitudes et la motivation... 10 1. Prendre (et avoir) de

Plus en détail

Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL

Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL BLOC 1 : LA FAMILLE ET LES CHARGES FAMILIALES 1. Avez vous des enfants à votre charge au quotidien?, avec moi en garde à temps plein, en garde partagée,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 A-1-04 N 117 du 23 JUILLET 2004 TVA. CHAMP D APPLICATION. TAUX. SYSTEMES D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. RACCORDEMENT AUX SYSTEMES D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Pas de plat de remplacement. Menu standard. Consultation de la Diététicienne proposée. Plat de substitution réalisé par l U.C.P..

Pas de plat de remplacement. Menu standard. Consultation de la Diététicienne proposée. Plat de substitution réalisé par l U.C.P.. Catégorie s 1 2 3 4 Chers collègues de l ANDEV, je vous transmets un extrait du rapport soumis aux élus municipaux de la Ville d Evreux sur la problématique de l accueil des enfants présentant des allergies

Plus en détail

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE 1 ANNEXE 1 Charte des droits et libertés de la personne accueillie Texte original Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

EXPOSE DES MOTIFS N 93-2014

EXPOSE DES MOTIFS N 93-2014 Commune de Plan -les-ouates EXPOSE DES MOTIFS N 93-2014 Message aux membres du Conseil municipal OBJET: Crédit d engagement pour l aménagement d abris pour le stationnement des deux roues Fr. 784'000.-

Plus en détail

CONSIDÉRANT QUE la Ville désire attirer sur son territoire de nouvelles familles et favoriser la construction de nouvelles habitations;

CONSIDÉRANT QUE la Ville désire attirer sur son territoire de nouvelles familles et favoriser la construction de nouvelles habitations; RÈGLEMENT NUMÉRO 252 INTITULÉ «RÈGLEMENT ÉTABLISSANT UN PROGRAMME DE REVITALISATION FAVORISANT LA CONSTRUCTION DE NOUVELLES HABITATIONS DANS CERTAINS SECTEURS DE LA VILLE» CONSIDÉRANT QUE la Ville désire

Plus en détail

Sondage restauration scolaire 2011

Sondage restauration scolaire 2011 Sondage restauration scolaire 2011 Ce sondage a été réalisé par l APEL en mars-avril 2011, sur la base d un questionnaire quasiidentique à celui de 2009, après plusieurs visites-repas de parents au restaurant,

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE L'INDUSTRIE DU PETROLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE L'INDUSTRIE DU PETROLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE L'INDUSTRIE DU PETROLE Accord du 3 septembre 1985 Protocole d accord du 5 mars 1993 (classifications) Avenants des 19 juin 1995, 15 février et 24 avril 1996, 27 novembre

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

un investissement dans les compétences de votre personnel

un investissement dans les compétences de votre personnel EMPLOI-QUÉBEC La qualification obligatoire un investissement dans les compétences de votre personnel LA QUALIFICATION OBLIGATOIRE avant-propos La compétence de la main-d œuvre constitue un des facteurs

Plus en détail

RESIDENCE DU VAL REGLEMENT INTERIEUR FOYER-LOGEMENT

RESIDENCE DU VAL REGLEMENT INTERIEUR FOYER-LOGEMENT RESIDENCE DU VAL REGLEMENT INTERIEUR FOYER-LOGEMENT Le présent règlement intérieur est applicable aux résidents ayant signé le contrat de séjour du foyer-logement du Val, conformément aux dispositions

Plus en détail

CHARTE D ENGAGEMENT ECO-EVENEMENT

CHARTE D ENGAGEMENT ECO-EVENEMENT CHARTE D ENGAGEMENT ECO-EVENEMENT L Université Lille 1 L association nom de l association Conscients de l impact des évènements culturels sur l environnement, la population et l économie de son territoire,

Plus en détail

Le remboursement des titres de transport par les employeurs en Ile-de-France

Le remboursement des titres de transport par les employeurs en Ile-de-France Le remboursement des titres de transport par les employeurs en Ile-de-France Jusqu en 2009, le code du travail stipulait qu en Ile de France, les employeurs publics et privés ont obligation de rembourser

Plus en détail

Des compétences professionnelles et des prestations de qualité

Des compétences professionnelles et des prestations de qualité Des compétences professionnelles et des prestations de qualité Imprimé sur du papier recyclé - Novembre 2012 Le Certificat de Qualification Professionnelle - CQP Employé-e technique de restauration Agihr

Plus en détail

L Action Commerciale Terrain

L Action Commerciale Terrain L Action Commerciale Terrain Environnement social légal et réglementaire de l activité Force de vente Janvier 2015 SORAP Alliance des Professionnels de l Action Commerciale Terrain 171 bis avenue C. de

Plus en détail

L Action Commerciale Terrain

L Action Commerciale Terrain L Action Commerciale Terrain Environnement social légal et réglementaire de l activité Force de vente Janvier 2014 SORAP Alliance des Professionnels de l Action Commerciale Terrain 171 bis avenue C. de

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ----000----

NOTE DE SERVICE ----000---- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS Le Directeur général N 0018/MEF/DGI-DLCD REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail -- Abidjan, le 05 janvier 2011 NOTE DE

Plus en détail

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS Les Personnes Agées, de 60 ans et plus, représentent déjà plus de 11,2% de la population du Département et vers 2020 plus de 20%. Pour

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

Restauration municipale Avenue du Coquinage 59910 BONDUES 03 20 23 03 86 REGLEMENT INTERIEUR

Restauration municipale Avenue du Coquinage 59910 BONDUES 03 20 23 03 86 REGLEMENT INTERIEUR Restauration municipale Avenue du Coquinage 59910 BONDUES 03 20 23 03 86 REGLEMENT INTERIEUR I. GENERALITES : Le service de la Restauration Municipale assure les repas : - des enfants des écoles maternelles

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Travaux publics et environnement de l Université Montpellier 2 Sciences et techniques UM2 Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Chap 4 : Les éléments de la paie. I. Intervention de l assistant dans la procédure de paie

Chap 4 : Les éléments de la paie. I. Intervention de l assistant dans la procédure de paie Chap 4 : Les éléments de la paie I. Intervention de l assistant dans la procédure de paie La procédure de paie décrit toutes les étapes qui conduisent au paiement effectif du salaire à l employé et à l

Plus en détail

Convention pour le remboursement par les régimes sociaux des prestations fournies dans les logements protégés

Convention pour le remboursement par les régimes sociaux des prestations fournies dans les logements protégés Service des assurances sociales et de l'hébergement Section sociale Bâtiment administratif de la Pontaise Av. des Casernes 2 1014 Lausanne Convention pour le remboursement par les régimes sociaux des prestations

Plus en détail

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription»

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Posté le 27 juillet 2015 Lauréate du DIM Gestes en 2014, Camille Thomas vient de démarrer une thèse en ergonomie (CNAM) sur le travail

Plus en détail

Le transport scolaire en taxi

Le transport scolaire en taxi Un taxi pour aller à l école, en soin Le transport scolaire en taxi Les transports en taxis du domicile à l école sont réservés aux élèves qui ne peuvent pas utiliser les moyens de transports en commun

Plus en détail

Expérimentation Watt & Moi. 16 ème assises de l énergie - Bordeaux 2015 28 janvier 2015

Expérimentation Watt & Moi. 16 ème assises de l énergie - Bordeaux 2015 28 janvier 2015 Expérimentation Watt & Moi 16 ème assises de l énergie - Bordeaux 2015 28 janvier 2015 Watt & Moi, une expérimentation de mise à disposition des données Linky aux consommateurs GRANDLYON HABITAT et ERDF

Plus en détail

Centre international d études pédagogiques

Centre international d études pédagogiques Centre international d études pédagogiques 1, avenue Léon-Journault 92318 Sèvres Cedex Tél. : 33 (0)1 45 07 60 00 - poste 69 78 - Fax : 33 (0)1 45 07 60 01 Site Internet : www.ciep.fr MARCHE DE SERVICE

Plus en détail

Ecrire le règlement de la classe, de l école

Ecrire le règlement de la classe, de l école Ecrire le règlement de la classe, de l école Objectifs : - prendre part à l élaboration collective des règles de vie de la classe et de l école. - participer activement à la vie de la classe et de l école

Plus en détail

Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014.

Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014. Les changements sur la feuille de paie en 2014 2014-01-03 00:00:00 Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014. Barèmes

Plus en détail

Rappel des objectifs de la «Consultation 2015»

Rappel des objectifs de la «Consultation 2015» Rappel des objectifs de la «Consultation 2015» Les 3 objectifs majeurs : Permettre aux Ouvrants Droits d exprimer leurs visions, leurs besoins et leurs attentes concernant les Activités Sociales, Mesurer

Plus en détail

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER QUE DOIS-JE FAIRE? Que dois-je faire? Que dois-je savoir avant de prendre ma décision? Quelles sont les démarches légales et de régularisation?

Plus en détail

Risque plomb chez les peintres en bâtiment EMPLOYEURS ET ARTISANS. Les intoxications au plomb existent toujours!!!

Risque plomb chez les peintres en bâtiment EMPLOYEURS ET ARTISANS. Les intoxications au plomb existent toujours!!! Risque plomb chez les peintres en bâtiment EMPLOYEURS ET ARTISANS Les intoxications au plomb existent toujours!!! Fin 2008, plusieurs chantiers de la région Centre ont donné lieu à des intoxications au

Plus en détail

Victime d un accident causé par une autre personne : il faut le déclarer à l Assurance Maladie

Victime d un accident causé par une autre personne : il faut le déclarer à l Assurance Maladie Victime d un accident causé par une autre personne : il faut le déclarer à l Assurance Maladie dossier de presse Contact presse CNAMTS : Sandra Garnier 01 72 60 15 91 sandra.garnier@cnamts.fr Paris, le

Plus en détail

Loi n 94-027. portant Code d Hygiène, de Sécurité et de l Environnement du Travail

Loi n 94-027. portant Code d Hygiène, de Sécurité et de l Environnement du Travail REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana Loi n 94-027 portant Code d Hygiène, de Sécurité et de l Environnement du Travail EXPOSE DES MOTIFS Conformément aux dispositions de l article

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET

Plus en détail

Les produits phytosanitaires

Les produits phytosanitaires Les produits phytosanitaires La plupart des collectivités utilisent des herbicides pour le désherbage de la voirie et des espaces verts, dans un objectif esthétique et d entretien des infrastructures.

Plus en détail