La Défense Nationale et l emploi en Bretagne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Défense Nationale et l emploi en Bretagne"

Transcription

1 La Défense Nationale et l emploi en Bretagne Dossier coordonné par Patrick Jagaille La Défense est malmenée au gré des restructurations depuis plus de vingt ans. La professionnalisation des Armées, puis la politique budgétaire de Sarkozy se sont traduites par des suppressions d emploi considérables. Aujourd hui, aucun plan de travail n est élaboré pour l avenir et les enjeux de la défense. Les réorganisations 2014 ne sont toujours pas connues. La CFDT demande des «états généraux de la défense» mais la revendication reste lettre morte auprès des gouvernants et politiques. La CFDT s est impliquée pour combattre des externalisations ou des réorganisations qui ne s appuyaient sur aucun cap ou vision stratégique et qui ont conduit à créer un véritable malaise dans la communauté défense composée de civils et de militaires. Après les suppressions de postes de la LPM (Loi de Programmation Militaire) , le nouveau Livre Blanc annonce près de suppressions supplémentaires. L équation semble impossible, tant la souffrance au travail est déjà présente dans les services du ministère en sous-effectif et en surcharge de travail. Les industries de défense sont également au cœur de nos préoccupations. Avec emplois directs et près du double d emplois indirects, la réduction des budgets impacte les territoires, la recherche et l innovation et les conséquences vont bien au-delà du simple giron de la défense. Pendant ce temps, l Europe de la Défense n existe toujours pas et des tentatives qui s apparentent plus à un «meccano industriel» sont toujours dans l attente d un projet politique fixé par nos gouvernants. S engager aujourd hui pour la Défense de demain est une volonté résolument CFDT. La Défense en Bretagne ce sont 9500 emplois civils et emplois militaires. L industriel DCNS en Bretagne est le plus gros employeur dans le domaine naval sur le territoire avec 2900 salariés sur Brest et 2200 sur Lorient. 1

2 A la DCNS (Direction des Contructions NavaleS) Accélérer la diversification industrielle Face au Budget et à la commande d Etat qui ne cessent de diminuer, DCNS prospecte de nouvelles pistes de diversification comme les Energies Marines Renouvelables afin de garantir la pérennité de ses établissements. En 2013, la BU EMR basée à Brest (Business Unit Energies Marines Renouvelables) a vu le jour avec de grandes ambitions. Il est vrai que si l on s en tient à la communication de l entreprise, DCNS est un acteur majeur dans les EMR (DCNS vient de devenir l actionnaire majoritaire d Open Hydro) et veut être l un des leaders mondiaux sur le marché. La CFDT a toujours soutenu les projets de développement de l entreprise, persuadée que la diversification de nos activités et de nos clients est une nécessité. Mais, pour la CFDT, il est temps de passer à la vitesse supérieure. De nombreux acteurs sont sur les rangs avec pour certains de gros moyens. Si DCNS veut une place de choix il faut s organiser pour transformer l essai et faire des EMR une activité pérenne. C est une chance pour nos bassins d emplois qui en ont bien besoin, il ne faut surtout pas la laisser passer, c est tout le sens de l action que mène la CFDT dans son combat pour l emploi. Le capital de DCNS Pour boucler le budget de la défense, le ministre de la Défense doit trouver 5,9 milliards de ressources exceptionnelles sur la durée de la LPM ( ).Ces sommes peuvent provenir de trois sources : les plans d investissements d avenir (PIA), des cessions immobilières, des cessions d actifs d entreprises publiques. Le ministre de la Défense a levé les inquiétudes sur le capital de DCNS : le budget 2014 est bouclé et il n y aura pas de cession d actifs. Pour les années suivantes, rien n est décidé. Si visiblement le sujet est clos pour l année 2014, la vigilance sera de mise pour la CFDT, pour les autres années. (Le budget de la Défense aujourd hui porté à 31,4 milliards d euros représente 1,56% du P.I.B). 2

3 Comment les équipes CFDT de DCNS se sont elles organisées pour répondre aux enjeux qui les attendent? Action Bretagne : Bruno tu es secrétaire de l inter DCNS CFDT, peux tu nous expliquer ce qu elle représente? Bruno Simon : L inter DCNS est la structure politique de la CFDT de DCNS. Elle est l émanation des collectifs CFDT de nos 11 établissements (13000 salariés, 2000 adhérents). C est elle qui détermine le positionnement de la CFDT lors des négociations nationale par exemple. On se réunit toutes les deux semaines par le biais d une conférence téléphonée et cinq fois dans l année physiquement pendant deux jours à Paris. L inter DCNS CFDT a un secrétaire mais aussi un bureau constitué de 6 personnes. Action Bretagne : Isabelle, tu es la secrétaire du CHSCT national de DCNS, en quoi consiste le travail du bureau dont tu es membre? Isabelle Roué : Le bureau prépare les réunions d inter DCNS et valide l ensemble des écrits CFDT. Il faut savoir que l on ne publie pas moins de 2 à 3 tracts par semaine (compte rendu d instances, de négociations ). Le bureau veille aussi à la bonne marche du collectif CFDT. Il peut y avoir des divergences entre les équipes, c est au bureau de trouver les pistes de compromis. La CFDT doit parler d une même voix sur l ensemble des sites de DCNS. Action Bretagne : Stevan, la transformation de DCNS a du être un dossier compliqué à gérer pour la CFDT? Stevan Le Ruyet : Les transformations ne sont jamais faciles à vivre pour les syndicats mais surtout pour les salariés. L enjeu pour la CFDT c était et cela reste de préparer l avenir de l entreprise en prenant appui sur son histoire et sa culture forte dans le respect des différents statuts des personnels. Avec la privatisation nous avons découvert les instances représentatives du personnel avec leurs prérogatives mais aussi leurs limites. Par ailleurs nous avons appris à mieux travailler dans le champ interfédéral entre les militants de la FEAE et ceux de la FGMM. D autre part la CFDT a su avec d autres, négocier un bon accord d entreprise qu il nous faut préserver en sachant parfois l adapter. Pour ce faire et surtout pour relever les défis de demain, la CFDT DCNS s est dotée d une structure de coordination et de mutualisation de l information et de l action syndicale : l INTER DCNS. Action Bretagne : Bruno, la CFDT est-elle la seule à DCNS à avoir une organisation multi site? 3

4 Bruno Simon : Non, visiblement certains se sont inspirés de notre exemple. Mais la CFDT est la seule organisation à être présente sur tous les sites et dans toutes les catégories. En cas d urgence on peut se réunir dans l heure qui suit. Une réactivité et une présence sur le terrain qui font la force de la CFDT. L industrie navale militaire Il est important de souligner que contrairement aux pays européens, les pays émergents consacrent une part croissante de leur budget de Défense à leur marine. Les enjeux en matière de souveraineté commerciale (échanges) territoriale et énergétique passent et passeront encore davantage à l avenir par les océans. On est de plus en plus dans une phase de maritimisation des échanges et des conflits, d où une hausse prévue du marché mondial de la construction navale militaire. Entre 2009 et 2016, le budget des Marines des BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) doublera. En Europe, on constate une hausse constante du chiffre d affaires de l industrie de la construction navale militaire en Europe mais portée par les grands programmes en cours (qui n ont pas de successeurs à long terme) et par l export (qui bénéficie plus à l emploi des pays clients). Alors que le budget de la Défense consacré à la Marine Nationale française poursuivra sa contraction, l export constitue donc une réelle piste de développement de l activité (importance des marchés indiens et brésiliens), mais sur fond de forte concurrence, de transfert de technologie et de construction pour partie dans les pays clients. Dans ce contexte il faut accentuer nos budgets de recherche et développement pour avoir toujours une technologie d avance tout en développant d autres segments d activité. Deux conditions pour maintenir et développer l emploi à DCNS. Recherche et Développement : une croissance plus modeste que prévue. En dessous de 3% du chiffre d affaires, la R&D est à un niveau trop faible pour notre secteur d activité. C est tout à fait incohérent avec l ambition, les moyens et le discours de l entreprise. Il ne sera pas possible de se développer sur de nouveaux marchés (EMR, nucléaire civil) sans accroître cet effort. La décision de la direction générale de réduire de 10% l effort supplémentaire de R&D en 2013 est pour la CFDT une erreur stratégique alors que DCNS peut s appuyer sur le crédit impôt, compétitivité, emploi ( CICE ) pour cela. La CFDT sera très attentive à l utilisation qu en fera la direction. Structuration de l emploi : continuité dans la mutation 4

5 Avec le nombre très élevé d entrées/sorties à DCNS et le très long cycle de vie des productions, la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) demeure un enjeu primordial pour réaliser nos produits aujourd hui et relever les défis de demain. L enjeu réside dans la mise en œuvre efficace des accords GPEC et contrat de génération. La CFDT les a signés et s y emploie sur le terrain. Aujourd hui, le nombre d ouvriers est trop bas, il y a «trop de barreurs et pas assez de rameurs». La CFDT revendique que les catégories de personnels soient réparties dans des proportions cohérentes avec les activités, l ambition et les perspectives d évolution professionnelle que l on peut offrir aux uns et aux autres. Pour faire face aux éventuelles difficultés de recrutement dans certaines professions, il faut remettre en place des filières d apprentissage dans les métiers de la Navale. L accord sur l évolution professionnelle en cours de négociation devra apporter des perspectives aux salariés et relancer la promotion sociale. C est un enjeu de motivation et de fidélisation des salariés, essentiel pour le groupe DCNS. Pour mémoire : On compte 40% d IC, 30% de TAM, 30% d OE en 2012 (contre 21% IC, 29% TAM, 50% OE en 2003). La sous-traitance représente ETP (équivalents temps pleins). L intérim : avec 745 ETP soit 6% des effectifs, l intérim a quadruplé entre 2010 et Les alternants sont 629 à la fin Depuis 2010, en moyenne annuelle, pour les CDI, 800 recrutements pour 600 départs (en moyenne 1300 entrées par an pour 1000 départs, tous types de contrats confondus). En 2012, le nombre de salariés dans les filiales s élève à 685 ETP, dont 355 ETP «consolidés». DCNS est un groupe qui se renouvelle et s internationalise (ICN au Brésil, DCNS India, ) encore un petit peu plus en Les contrats export (LEX Sawari 1, ) vont accentuer encore cette orientation, d où la nécessité d offrir à tous les personnels des conditions de déplacement et d expatriation à la hauteur des enjeux. 5

6 A Brest et Lorient, les établissements de soutien de la Défense touchés par la LPM et la MAP (*) Les premiers chiffres annonçant les conséquences de la loi de programmation militaire sur les effectifs pour 2014 ont été présentés alors que les employeurs n ont toujours pas leur feuille de route fixant les objectifs pour leur service pour 2014 et les années à venir. Or, pour la CFDT, il n est pas question aujourd hui d identifier des postes à supprimer dans l absence de toute lisibilité. Le risque serait qu en appliquant aujourd hui une stricte logique comptable, on se sépare d emplois qui manqueront dans la nouvelle organisation attendue pour les mois prochains. Pour l Amiral en responsabilité, une logique fonctionnelle serait en effet en œuvre pour cette seconde phase : quelle déflation appliquer de manière à continuer d assurer le service rendu aux forces. Quelles sont les annonces? Pour la marine et le service de santé des armées, les objectifs cibles auraient déjà été atteints en Pour les autres services, nombre de postes affichés s appliquent encore à des postes restés vacants. Il n empêche que pour cette première vague, c est le Groupement de Soutien de la Base de Défense Brest/Lorient (GSBdD Brest/Lorient) qui va payer au prix fort la LPM : 60 postes de personnels civils sont touchés, 142 en comptant les personnels militaires. Le GSBdD devra se réorganiser pour affronter cette hémorragie. Rappelons que ces chiffres se rapportent à l année La LPM doit produire ses effets dévastateurs jusqu en Autre inquiétude pour ce service : la prochaine réintégration de toute la fonction «infrastructure» au sein du service infra de la Défense (SID) avec un questionnement sur l externalisation possible des postes en régie. 150 postes seraient identifiés suite aux discussions avec le SID pour Brest. La CFDT a demandé le gel de ces mesures tant qu il n y aurait pas plus d éléments concrets. Cette politique de déflation va mettre à mal le fonctionnement des services. Pire, elle met sous pression des personnels inquiets pour leur emploi et pour leur avenir professionnel. (*) LPM : Loi de Programmation Militaire MAP : Modernisation de l Action Publique. 6

7 Pour mémoire : Etat des déflations sur la Base de Défense Brest/Lorient pour 2014 Entités effectifs militaires civils Vacants BNE GSBdD ESID 15 En cours 7 AIA SIMU EFM SSA PFAF Ouest PMAS/antenn e CMG Total GSBdD : Groupement de Soutien de la Base de Défense Assure le soutien logistique, financier, Ressources Humaines, etc. de la base de défense de Brest et Lorient. La BdD englobe également les sites de la presqu ile de Crozon, de la base aéronavale de Landivisiau, de l île Longue, de la Base aéronavale de Lann Bihoué. ESID : Etablissement du service infra structure de la défense. Ce service organisé sur les mêmes sites que le GSBdD prend en charge le patrimoine immobilier. Il gère également les infrastructures portuaires et aéronavales, les réseaux de fluides. AIA : Atelier industriel de l aéronautique. Ce service dont la direction régionale se situe à Lann Bihoué, relève du service industriel de l aéronautique (SIAé). Il est principalement chargé du maintien en condition opérationnelle des aéronefs présents sur les trois sites bretons (Landivisiau, Lanvéoc et Lann Bihoué). SIMU : Service inter armées des munitions. Sur la Bretagne il se répartit entre Brest (la pyrotechnie de Saint Nicolas) et Coëtquidan. EFM : Etablissement des forces marines. Sous l autorité de l Amiral, l EFM est le bras armé, le secteur opérationnel de la Marine dans la région maritime. A noter également le service de soutien de la Flotte (SSF) chargé du MCO des navires ou encore les écoles de la marine (le centre d instruction navale et l école navale). SSA : Service de santé des armées. Pour la région, outre la Direction régionale, il touche principalement l Hôpital inter armées de Brest (Hôpital Clermont-Tonnerre). A noter que l HIA participe à la carte de santé régionale et connaît donc des interactions avec l hôpital public notamment. PFAF : Plateforme Achat Finances. Service qui relève du commissariat des armées (SCA). et qui assure l appui à la base de défense dans le domaine de l achat, de la finance et de la logistique. A noter des inquiétudes sur la prochaine réorganisation de ce service au niveau régional. 7

8 L aéronautique navale en Bretagne En 2009 le ministère de la défense a pris la décision «d adosser» les services techniques de l aéronavale au service industriel de l aéronautique(siaé), sous l égide de l armée de l air. En Bretagne on a assisté à la création de l AIA Bretagne (ateliers industriels aéronautique).mais cette création entraine de nombreux problèmes. Outre la diminution des effectifs due à la RGPP, la pérennité de l AIA Bretagne repose aujourd hui dans sa majeure partie sur le prolongement d exploitation des vieilles machines car aucun nouveau plan de charge n a vu le jour depuis sa création. Pourtant le SIAé est l instance qui doit être chargée d entretenir l ensemble des aéronefs de l état (RAFALE par exemple). La CFDT Défense condamne les opérations d externalisation des activités du Ministère de la Défense notamment sur l attribution de charges de «Maintien en Condition Opérationnelle» (MCO) aéronautique militaire à des industriels privés ainsi que la carence de recrutement en personnel ouvrier dans le cœur de métier. L antenne de Lanvéoc est particulièrement sur la sellette. L aéronautique L Atelier Industriel de l Aéronautique de Bretagne a été créé le 1 er janvier 2011 et est déployé sur chacune des bases de Landivisiau, Lanvéoc-Poulmic et Lann-Bihoué, au travers de trois «antennes».l Atelier Industriel de l Aéronautique de Bretagne constitue avec quatre autres Ateliers Industriels (Cuers-Pierrefeu, Clermont-Ferrand, Bordeaux et Ambérieu) le Service Industriel de l Aéronautique qui est né le 1 er janvier L activité de l antenne AIA de Lann-Bihoué est principalement orientée autour des ATLANTIQUE 2 et des HAWKEYE-E2C L antenne de Lanvéoc-Poulmic est principalement orientées autour des hélicoptères Lynx et Alouette III L activité de l antenne de Landivisiau est principalement orientée autour des avions de chasse Super Etendard Modernisé et Rafale Les armées mettent en œuvre 1800 aéronefs, avions de chasse, hélicoptères de combat, avions et hélicoptères de transport opérationnel, mais aussi avions de ligne ou de servitude. Le Maintien en Condition Opérationnelle (MCO) de ces aéronefs représente un enjeu opérationnel et financier majeur. C est pourquoi, l AIA (ateliers industriels aéronautique) regroupe un ensemble de compétences de maintenance industrielle étatique d aéronefs, dans une logique de rationalisation et d économie des moyens du ministère de la défense, autour de personnels civils et militaires. Les clients de l AIA Bretagne sont des organismes du ministère de la défense : la SIMMAD et la DGA. Au 1 er mai 2012, l effectif de l AIA était de 776 équivalents temps 8

9 pleins (ETP). Les effectifs vont être réduits de 30 ETP. Ceci correspond au reste à faire des restrictions budgétaires décidées par le gouvernement Sarkozy.. Pour la CFDT, l avenir de l AIA est dans le brouillard car aujourd hui, sans aucune perspective de maintenance sur les nouvelles flottes, l AIA est voué à maintenir les vieilles machines qui pour certaines sont prévues pour voler jusqu en En Haute-Bretagne Rennes Sur Rennes on est passé de 2500 emplois à 1500 en 6 ans. Du fait de plans de rationalisation, qu aucune information ou dialogue préalable ne permet d anticiper, les agents se retrouvent contraints en quelques mois de retrouver un nouveau poste. Or le contexte ministériel et interministériel des restructurations ferme les perspectives de mobilité. Il s en suit découragement, saturation professionnelle et une totale perte de confiance envers les responsables locaux et les autorités ministérielles. La base de défense de Rennes est constituée en majeure partie des établissements étatiques de soutien administratif ou technique de l armée de Terre. Depuis la fermeture de l arsenal de Rennes, l industrie de défense a disparu à Rennes. Mutualisation de fonctions ou rationalisation de postes se succèdent sans cohérence. Par exemple la chaine ressources humaines est aujourd hui complètement disloquée et les agents se perdent dans le dédale administratif pour le suivi de leur dossier. D autres chaines voient leur autorité de tutelle changer sans que soit défini le rôle des directions centrales et les compétences dévolues aux organismes sous leur autorité. Ainsi nous voyons le Service Central des Armées diriger le Groupement de Soutien de la Base de Défense ; les services de soutien des infrastructures sous la direction du Service des Infrastructures de la Défense. Vannes Coëtquidan La base de défense de Vannes Coëtquidan (2500 militaires et 478 civils) soutient les écoles d officiers de l armée de terre, le centre de production alimentaire, le dépôt de munition et le 3 ème régiment d infanterie de marine de Vannes. Les dernières décisions laissent entendre que le nombre d officiers sortant des écoles devrait diminuer pour répondre à la nouvelle loi de programmation militaire. Ce projet aura des conséquences sur l effectif des personnels de soutien composé en majorité de civils. Des charges du soutien technique ont été sous-traitées à des entreprises qui ont profité de contrats juteux sans assumer correctement le service à rendre. De plus les 9

10 agents de droit privé travaillent dans des conditions de travail souvent déplorables, d exploitation financière et humaine sans qu aucune attention ne leur soit accordée. Des plans de charges sont abandonnés par manque de moyens financiers ou humain. Une véritable GPEC aurait permis de conserver des missions avec des compétences professionnelles encore présentes. La population est vieillissante, la moyenne d âge d environ 50 ans avec 50% des effectifs civils entre 51 et 60 ans. Faute de recrutement, des missions ne pourront plus être assurées, mettant à mal l outil de défense et le soutien technologique, technique, logistique, administratif qui doit être apporté aux armées et aux soldats. Une bonne quinzaine de directions ou d entités de soutien subsistent à Rennes et Vannes Coëtquidan dont l avenir n est pas défini : Le service du commissariat des armées est une direction qui gère les marchés en termes de finances et d achats. Les plans de charges sont importants et les personnels subissent une pression constante pour assurer leur travail et maintenir leur niveau de concurrence. Des situations de stress et RPS des personnels sont connues. Les effectifs subissent aussi des rationalisations parmi une population vieillissante et, sans recrutement à venir, la pérennité de l établissement n est pas assurée. Le Centre Ministériel de Gestion est une administration interface entre la direction des ressources humaines du ministère et les établissements en région pour la gestion des dossiers des personnels civils et connaissent aussi des difficultés organisationnelles et structurelles. La Direction de Service des Réseaux et de l Informatique qui vient de subir une réforme de son organisation avec une rationalisation des fonctions techniques et administratives. De nombreux postes ont été supprimés. L Etablissement de Services d Infrastructures de la Défense est une direction de maitrise d œuvre de l infrastructure. Son évolution actuelle tient au transfert en gestion des personnels de soutien des services de l infrastructure des GSBdD. Les Groupements de Soutien des Bases de Défense sont des établissements de soutien technique et administratif pour tous les centres de la Défense sur le bassin rennais, sur Guer Coëtquidan et Vannes. Les fonctions administratives principales (RH, formation, finances) sont rationalisées et bon nombre de postes disparaissent tous les ans quand les nouvelles organisations sont déclarées. La tension dans les services est palpable du fait de la charge constante. Plusieurs fonctions de soutien vont être transférées rapidement au profit de l établissement du service d infrastructure de la défense qui devra gérer l organisation du travail des ouvriers de maintenance des infrastructures. L Etablissement et Centre du Service National travaille principalement aujourd hui à l organisation et à la réalisation des journées d appel citoyen (JDC). Cette direction a vu depuis des années et la fin du service national, fondre ses effectifs pour arriver 10

11 à ne retenir qu un nombre très réduit d agents. Quelques dizaines de personnels composent ces services avec une moyenne d âge très élevée et sans que soit envisagé des recrutements. Le Pôle Ministériel de l Action Sociale tient à l accompagnement des personnels du ministère avec la spécificité des militaires. Ces agents sont soumis à des interventions et des projections qui nécessitent un suivi de proximité des familles. Audelà c est vers une volonté politique d une interministérialisation de l action sociale que se dirige cette direction. Cela aura encore pour conséquences des rationalisations de postes et fonctions. L Etat-Major de Soutien Défense verra sa dissolution et transfert des compétences vers état-major interarmées de zone de défense. Les effectifs de personnels civils seront affectés et répartis sur différentes directions locales après avoir eu leurs entretiens d accompagnement et de mobilité. Plusieurs autres entités sont réparties sur Rennes avec une composition d effectifs moindre mais dont l avenir n est pas défini. Nous avons ainsi pour le moins une dizaine de directions: le Service Local du Contentieux, Centre de Recrutement des Forces Armées, Bureau Régional du Logement, Centre d Analyse et de Contrôle Interne Comptable, Centre de Sélection et d Orientation, Groupement de Recrutement et de Sélection, Centre d Expertise Médicales Initiales, Service Local de Psychologie Appliquée, Centre Médical des Armées, Echelon de Proximité des Etablissements des Essences. La Direction Générale de l Armement (DGA) La DGA demeure le dernier lien industriel du ministère. L un de ses plus importants centres est situé à Bruz à 17 km de Rennes avec 1015 personnels. Ses activités, essentiellement tournées pour les programmes d armement de guerre électronique et de systèmes d informations, se sont particulièrement accrues depuis les restructurations du fait de la fermeture du centre de Vernon et du regroupement à Bruz. Par ailleurs, les dernières annonces du ministre de la Défense pour renforcer l activité cyberdéfense ont relancé les embauches d ingénieurs de haut niveau (200 envisagées, plus de 100 déjà réalisées). Toutes ces mesures ont eu des impacts importants sur le centre tant pour les personnels que pour la gestion et l organisation globale. Si la direction de la DGA a mis les moyens financiers pour les constructions d immeubles, des plates-formes et des laboratoires adaptés aux moyens d essais et d expertise, les personnels essentiellement civils ont souffert de mobilités et d aménagements internes nombreux. A cause des déflations d effectifs dans le secteur du soutien, les personnels n ont plus d interlocuteur de proximité pour les dossiers individuels et doivent répondre à une charge de travail très importante. DGA Bruz 11

12 donne également des activités à de nombreuses entreprises du secteur Bretagne qui interviennent sur des marchés d études et développements au profit de la défense. Plusieurs salariés du secteur privé sont en permanence sur le centre pour des raisons de sécurité et de protection de l information. Le dynamisme des activités de ce centre n empêche pas le développement des risques psychosociaux chez les salariés. La CFDT locale travaille au plus prêt pour soutenir les agents sur le centre et expliquer tout l intérêt de maintenir en Bretagne un secteur de pointe pour les technologies électroniques et informatiques. Des conséquences pour les territoires En Ille et Vilaine, le 2 ème Régiment du Matériel implanté à Bruz et le 11 ème Régiment d Artillerie de Marine, installé à La Lande d Ouée à Saint Aubin d Aubigné, comprennent des centaines de militaires qui génèrent toute une économie locale. Restructurer ou dissoudre ces implantations ce sont 2 à 3 fois plus d acteurs économiques privés, entreprises, artisans, commerçants, qui disparaitront à proximité ainsi que des activités publiques locales. Au niveau national, on estime à le nombre d emplois privés impactés par les commandes de la défense. Localement il est plus difficile de mesurer l impact économique mais il est sûr que des nouvelles restructurations pourraient sinistrer nos bassins d emplois.. Dans le pays de Lorient, le secteur emploie aujourd hui environ 3500 personnes (2900 militaires, 600 civils). Ils étaient voici trente ans. Près de 60 % de l effectif total est basé sur les communes de Quéven et Ploemeur avec la base aéronavale de Lann Bihoué. Le second gros pôle est situé sur les rives du Scorff avec au total 39% de l effectif. Vient ensuite, l effectif plus réduit du Cross-Etel. La base aéronavale de Lann Bihoué est désormais l unique plate-forme aéronautique de patrouille maritime. Avec les familles, on peut estimer que 9 à personnes, directement liées à l activité de la Défense vivent sur le pays de Lorient et ses environs. C est un élément dynamisant pour la démographie et l économie. En effet, la Défense représente une masse salariale d environ 100 millions d euros chaque année. A cela s ajoutent les dépenses locales en infrastructures et en entretien de l ordre du même montant pour la période , soit une moyenne de 15 millions par an. Si le dispositif local Défense à Lorient semble stabilisé, comme sur tous les sites, la CFDT reste vigilante. Décembre

Le Président de la République est le responsable

Le Président de la République est le responsable LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Le Président de la République est le responsable suprême de la politique de défense. A ce titre, il est le garant de l indépendance nationale, de l intégrité du territoire

Plus en détail

sommaire dga maîtrise de l information...6 2 LA CYBERDéFENSE

sommaire dga maîtrise de l information...6 2 LA CYBERDéFENSE La cyberdéfense sommaire LE PACTE DéFENSE CYBER...3 La cyberdéfense au ministère de la Défense...4 L organisation opérationnelle de la Cyberdéfense...5 l expertise technique en cyberdéfense dga maîtrise

Plus en détail

L innovation technologique

L innovation technologique Défense et sécurité L innovation technologique pour la défense et la sécurité Défense et Sécurité : Entreprises et structures bretonnes Défense & Sécurité, la Bretagne au premier plan Morlaix Lannion Saint-Malo

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Avec une masse salariale s élevant à 4,3 milliards d euros en 2003, le secteur de l assurance est une «industrie de main-d œuvre» qui offre un produit en grande partie immatériel : la couverture d un risque.

Plus en détail

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé D après les données du Contrat d étude prospective des Industries de Santé 2012 les chiffres clés u Près de 200 000 salariés,

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

bretagne Les rencontres emploi du maritime - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Dossier de presse

bretagne Les rencontres emploi du maritime - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Dossier de presse en partenariat avec Dossier de presse Les rencontres emploi du maritime bretagne 1 er salon du recrutement maritime en région - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Contact presse : Alexandra

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 49 du 3 octobre 2014. PARTIE PERMANENTE État-Major des Armées (EMA) Texte 15

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 49 du 3 octobre 2014. PARTIE PERMANENTE État-Major des Armées (EMA) Texte 15 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 49 du 3 octobre 2014 PARTIE PERMANENTE État-Major des Armées (EMA) Texte 15 INSTRUCTION N 1988/DEF/EMA/CPI portant organisation et fonctionnement du

Plus en détail

Convention de partenariat entre la zone de défense et de sécurité Ouest et le Mouvement des Entreprises de France de la région Bretagne

Convention de partenariat entre la zone de défense et de sécurité Ouest et le Mouvement des Entreprises de France de la région Bretagne Convention de partenariat entre la zone de défense et de sécurité Ouest et le Mouvement des Entreprises de France de la région Bretagne entre l Etat, Ministère de la défense représenté par Monsieur le

Plus en détail

Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie de Marseille Provence (CCIMP).

Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie de Marseille Provence (CCIMP). 2014-25 Séance du 17 septembre 2014 AVIS Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie de Marseille Provence (CCIMP). Vu le décret n 2011-1388 du 28 octobre 2011 modifiant le décret

Plus en détail

50 mesures pour changer d échelle

50 mesures pour changer d échelle Pacte Défense Cyber 50 mesures pour changer d échelle M M A O N C D E M C Y B E R D É F E E S N E N T O P É R A T I O N N E L D E Sommaire Préambule... 2 Axe 1 : Durcir le niveau de sécurité des systèmes

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

CONSEIL AUX PERSONNES CONSEIL AUX ORGANISATIONS

CONSEIL AUX PERSONNES CONSEIL AUX ORGANISATIONS CONSEIL AUX PERSONNES CONSEIL AUX ORGANISATIONS ... le professionnalisme des consultants BPI group et la qualité du pilotage des missions nous permettent de déployer nos projets de transformation en toute

Plus en détail

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Observatoire des Métiers des Professions Libérales 52-56, rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET Cedex Tél. 01 46 39 38 77 -

Plus en détail

A. Secteur des services aux entreprises

A. Secteur des services aux entreprises A. Secteur des services aux entreprises 1 Services Aux Entreprises I. Diagnostic sectoriel Services Aux Entreprises 1. Contexte des entreprises Démographie des entreprises 382 417 499 286 1845 1838 1271

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe exceptionnelle,

Plus en détail

Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020?

Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020? Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020? 28 novembre 2013 Le Tertiaire Supérieur sur Lille Métropole? Les sources? Le Contrat d Etude Prospective

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE

SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE Introduction Depuis plus de 30 ans, Syntec Numérique, première chambre syndicale des métiers du numérique, représente les entreprises de son secteur pour défendre

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du date Ville 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national : début de reprise économique, mais chômage encore trop fort Dans notre région, une problématique

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Les missions. des experts. au service des comités d entreprise et des CHSCT. Version actualisée de la L.S.E

Les missions. des experts. au service des comités d entreprise et des CHSCT. Version actualisée de la L.S.E Les missions des experts Version actualisée de la L.S.E Juin 2014 Nos agréments et certifications Ordre des experts-comptables : nous sommes inscrits à l ordre des experts-comptables. : nous sommes agréés

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

1- Une situation économique et politique dégradée

1- Une situation économique et politique dégradée Le 9 Avril 2015 Intervention Elisabeth Le Gac Assemblée générale URI CFDT Rhône-Alpes Préambule : L activité présentée n est pas exhaustive du travail réalisé par l interpro en Rhône-Alpes. La présentation

Plus en détail

politique de la France en matière de cybersécurité

politique de la France en matière de cybersécurité dossier de presse politique de la France en matière de cybersécurité 20 février 2014 Contact presse +33 (0)1 71 75 84 04 communication@ssi.gouv.fr www.ssi.gouv.fr Sommaire L ANSSI L ANSSI en chiffres Le

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

L actualité de la fonction publique. SDRH/ RH1/ Ecole de la GRH Novembre 2012

L actualité de la fonction publique. SDRH/ RH1/ Ecole de la GRH Novembre 2012 L actualité de la fonction publique SDRH/ RH1/ Ecole de la GRH Novembre 2012 L actualité de la Fonction publique 1 L agenda social de la fonction publique : 1.1 De nouvelles orientations, de nouvelles

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

Ces efforts ont déjà contribué significativement à l atteinte des objectifs de l OTAN depuis 2014.

Ces efforts ont déjà contribué significativement à l atteinte des objectifs de l OTAN depuis 2014. Dès le début de la crise ukrainienne et compte tenu de la menace potentielle perçue par ses alliés d Europe centrale et du Nord à leurs frontières, l OTAN a pris un ensemble de mesures politiques et militaires

Plus en détail

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé Accord Cadre Du Relatif à L exercice médical à l hôpital Au cœur du système de santé, l hôpital en assure la continuité et la permanence. Avec son fonctionnement

Plus en détail

Pilotage de la masse salariale Déploiement de l outil de budgétisation

Pilotage de la masse salariale Déploiement de l outil de budgétisation Pilotage de la masse salariale Déploiement de l outil de budgétisation par Jean-Michel de Guerdavid, expert pour l AFRITAC de l Ouest 1 Présentation de l outil de budgétisation 1. Utilisation de l outil

Plus en détail

FILIÈRE DU NUMÉRIQUE OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE : EMPLOI-FORMATION RSE

FILIÈRE DU NUMÉRIQUE OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE : EMPLOI-FORMATION RSE FILIÈRE DU NUMÉRIQUE OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE : EMPLOI-FORMATION RSE Conseil d orientation pour l emploi 2 avril 2013 Michel Senaux, chargé de mission fédéral de la CFDT-F3C Jacques Fauritte, secrétaire

Plus en détail

DECRET N 2014-288. fixant les attributions du Ministre de la Défense Nationale ainsi que l organisation générale de son Ministère.

DECRET N 2014-288. fixant les attributions du Ministre de la Défense Nationale ainsi que l organisation générale de son Ministère. MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE ------------- DECRET N 2014-288 fixant les attributions du Ministre de la Défense Nationale ainsi que l organisation générale de son Ministère. LE PREMIER MINISTRE, CHEF

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

CONSTRUCTION DU PROGRAMME OPERATIONNEL PLURIRE GIONAL PLAN RHO NE 2014-2020

CONSTRUCTION DU PROGRAMME OPERATIONNEL PLURIRE GIONAL PLAN RHO NE 2014-2020 Contribution CCI de région PACA CONSTRUCTION DU PROGRAMME OPERATIONNEL PLURIRE GIONAL PLAN RHO NE 2014-2020 Le Plan Rhône un projet de territoire intégré La CCIR PACA soutient cet outil de cohésion économique,

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

«L année 2013 a été marquée par le lancement du FALCON 5X, qui enrichit la gamme FALCON, et par la consolidation du socle France du RAFALE.

«L année 2013 a été marquée par le lancement du FALCON 5X, qui enrichit la gamme FALCON, et par la consolidation du socle France du RAFALE. Prises de commandes 64 FALCON contre 58 en 2012 Livraisons 77 FALCON et 11 RAFALE contre 66 FALCON et 11 RAFALE en 2012 Chiffre d'affaires 4 593 millions d'euros, en hausse de 17% Résultat Net ajusté(*)

Plus en détail

Ordre du jour. 1 Reclassement personnel civil

Ordre du jour. 1 Reclassement personnel civil 1 Ordre du jour 1 Reclassement personnel civil 1.1 Bilan 2009-2013 (loi de programmation militaire) 1.2 Exercice 2014 : point de situation au 30 avril 1.3 Autres bilans 2 Point de situation réglementaire

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015 PREFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES DOCUMENT D ORIENTATION Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles 2011-2015 Direction régionale des entreprises,

Plus en détail

Synthèse du diagnostic territorial Stratégique

Synthèse du diagnostic territorial Stratégique CE2 Synthèse du diagnostic territorial Stratégique Instance de concertation 14 mars 2013 Diapositive 1 CE2 Cabinet E.C.s.-AC; 06/12/2012 I DYNAMISME, VOLONTARISME ET AMBITION D UNE REGION ULTRA MARINE

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES 1 24 novembre 2011 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 - MISSION «ECONOMIE» ET COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES Examen en séance publique : lundi

Plus en détail

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension Université ParisDauphine Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension L Observatoire des Métiers de la Publicité a confié à Luc Boyer et Aline Scouarnec, dans le cadre d une étude prospective,

Plus en détail

AU CŒUR DE LA SOCIÉTÉ

AU CŒUR DE LA SOCIÉTÉ VADE-MECUM DE L UTILITÉ DE L INVESTISSEMENT EN INFRASTRUCTURES 02 LE CERCLE VERTUEUX DES INFRASTRUCTURES FINANCEMENT MOBILITÉ EAU ÉNERGIE EMPLOI CROISSANCE RÉSEAUX DU FUTUR PROTECTION CONTRE LES ALÉAS

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité

Pacte de responsabilité et de solidarité Pacte de responsabilité et de solidarité Et mesures pour l accélération de l investissement Le premier ministre vient d annoncer des mesures pour soutenir l investissement public et privé qui complètent

Plus en détail

La loi sur la mobilité des fonctionnaires

La loi sur la mobilité des fonctionnaires MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME DE L ÉTAT La loi sur la mobilité des fonctionnaires De nouveaux outils au service d une vraie carrière collection Ressources

Plus en détail

RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE. Thématique : Projets d entreprise et accès aux financements

RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE. Thématique : Projets d entreprise et accès aux financements RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE Thématique : Projets d entreprise et accès aux financements Introduction: objectifs et cadre général (1/2) ATELIERS REGIONAUX THEMATIQUES Objectifs

Plus en détail

La gestion des ressources humaines, un enjeu incontournable

La gestion des ressources humaines, un enjeu incontournable Petit-Matin RH Adecco : «Les défis d avenir de la gestion des ressources humaines» par Florent Francoeur, CRHA Le premier Petit-Matin RH 2013 organisé par Adecco s est déroulé le 21 février dernier au

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 6 juin 2014 AGEN 5 années de croissance perdues 1 850 Volume de la production nationale en milliard d'euros constants (valeur 2005) 1 800 1 750 1 700

Plus en détail

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE I - LES SOURCES DU DROIT DE LA FONCTION PUBLIQUE A - La Constitution et le bloc de constitutionnalité Certains grands principes du droit de la fonction publique

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Crédit photo : Hlp - DISSAUX La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Mars 2014 (à partir de l étude validée en juin 2013) CONTEXTE Dans un marché mondial

Plus en détail

ECOLE DES COMMISSAIRES DES ARMEES FORMATION D APPLICATION DES OFFICIERS DU CORPS TECHNIQUE ET ADMINISTRATIF DE L ARMEE DE TERRE

ECOLE DES COMMISSAIRES DES ARMEES FORMATION D APPLICATION DES OFFICIERS DU CORPS TECHNIQUE ET ADMINISTRATIF DE L ARMEE DE TERRE ECOLE DES COMMISSAIRES DES ARMEES FORMATION D APPLICATION DES OFFICIERS DU CORPS TECHNIQUE ET ADMINISTRATIF DE L ARMEE DE TERRE 2014 2015 1 Conformément au protocole conclu avec la Direction des ressources

Plus en détail

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services 1 Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services Pays Cœur de Flandre I Phase II La formulation de la stratégie Région Nord Pas de Calais Avril 2013 Région Communauté Nord Pas de

Plus en détail

et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014

et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014 1 Une volonté gouvernementale réaffirmée é «Quevontfaireleschefsd entreprise de ce soutien qui n est pas une mesure ponctuelle mais

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014 RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION INC - 27 janvier 2014 DIAGNOSTIC DU RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION SOMMAIRE La formation et le RIF : constats Les engagements de la COG Ucanss 2013-2016 La création

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

Pour vous, pour tous

Pour vous, pour tous unsa.defense@orange.fr COMMISSION CONSULTATIVE PARITAIRE DU MINISTERE DE LA DEFENSE (CCPMD) [10 OCTOBRE 2013] La Commission Consultative Paritaire du Ministère de la Défense des agents non titulaires s

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

Les Groupements de coopération

Les Groupements de coopération Les Groupements de coopération Intégrer les salariés dans la mise en œuvre des restructurations Une nécessité pour la CFDT Santé Sociaux MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Audition du 7 septembre

Plus en détail

Éditorial. des ministres

Éditorial. des ministres PROJET STRATÉGIQUE Éditorial des ministres Nous avons souhaité fin 2012 que la douane établisse un projet stratégique à horizon 2018 afin qu elle poursuive son processus d évolution... Les principaux secteurs

Plus en détail

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale EMMANUEL MACRON MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE C o m m u n i q u é d e p r e s s e www.economie.gouv.fr C o m m u n i q u é d e p r e s s e Paris, le 15 février 2015 N 406 Le Titre

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 2 SEPTEMBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

Compte rendu de la réunion du 12 mai 2015

Compte rendu de la réunion du 12 mai 2015 Compte rendu de la réunion du 12 mai 2015 COMPTE RENDU DE LA COMMISSION NATIONALE EMPLOI HYPERMARCHES Présents pour la Direction : Mesdames Agnès Bekourian et Joanne Jeannoutot Délégation Force Ouvrière

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier Pacte de responsabilité et de solidarité Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier 1 2 INTERVENTION DE MONSIEUR MICHEL JOUVENOT DIRECTEUR DE LA BANQUE

Plus en détail

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE Le projet de loi sur la sécurisation de l emploi, transposant l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 1, comporte

Plus en détail

Réunion Information Investissements d Avenir

Réunion Information Investissements d Avenir Réunion Information Investissements d Avenir Logiciel Embarqué et Objets Connectés Sophia, 16 Juillet 2013 Investissements Avenir : Réorientation Réorientation de 2,2 Mds$ du budget non engagé des IA Soutien

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

Accompagnement RH des projets de transformation des organisations

Accompagnement RH des projets de transformation des organisations Accompagnement RH des projets de transformation des organisations La conduite d un projet de réorganisation : Un exercice complexe ET délicat! Confrontée à une dégradation continue de sa compétitivité,

Plus en détail

Contribution de l Ariut de Bretagne aux Assises territoriales sur l enseignement supérieur et la recherche en Bretagne

Contribution de l Ariut de Bretagne aux Assises territoriales sur l enseignement supérieur et la recherche en Bretagne Contribution de l Ariut de Bretagne aux Assises territoriales sur l enseignement supérieur et la recherche en Bretagne 1 septembre 2012 Introduction Depuis plusieurs décennies, le système IUT en Bretagne

Plus en détail

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise.

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. IBM Global Services Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. Les services d infrastructure et d intégration IBM Pour une infrastructure informatique qui participe

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 1 2 Le Pacte : quels bénéficiaires? Les entreprises Toutes les entreprises, quelle que soit

Plus en détail

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * République Algérienne Démocratique et Populaire * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * Présidence de le république * * * * * * * * * * * * * Direction Générale de la Fonction Publique

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Ministère des Finances Communiqué Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Le Plan d action économique de 2015

Plus en détail

Bpifrance, partenaire des entreprises innovantes. Véronique Jacq Directrice Investissement Numérique, Bpifrance Janvier 2014

Bpifrance, partenaire des entreprises innovantes. Véronique Jacq Directrice Investissement Numérique, Bpifrance Janvier 2014 Bpifrance, partenaire des entreprises innovantes Véronique Jacq Directrice Investissement Numérique, Bpifrance Janvier 2014 01. Bpifrance en bref 02. L offre pour les entreprises innovantes L investissement

Plus en détail

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014 Evolution des formes d emploi et politiques publiques Emmanuelle Wargon Déléguée Générale à l Emploi et à la Formation Professionnelle Conseil d Orientation pour l Emploi Jeudi 23 janvier 2014 Plan de

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 2 du 19 janvier 2015. PARTIE PERMANENTE État-Major des Armées (EMA) Texte 5

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 2 du 19 janvier 2015. PARTIE PERMANENTE État-Major des Armées (EMA) Texte 5 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 2 du 19 janvier 2015 PARTIE PERMANENTE État-Major des Armées (EMA) Texte 5 ARRÊTÉ fixant pour le armées la liste des emplois ouvrant droit au bénéfice

Plus en détail

RESTRUCTURATIONS 2015 Dossier thématique

RESTRUCTURATIONS 2015 Dossier thématique RESTRUCTURATIONS 2015 Dossier thématique SOMMAIRE Pourquoi le ministère de la Défense se restructure-t-il?... 3 Comment ont été décidées les restructurations 2015?... 5 Principales mesures 2015 par armée,

Plus en détail

Contrat de la filière Automobile Le contrat de filière a été présenté par Monsieur Claude CHAM, vice- président du comité stratégique de la filière

Contrat de la filière Automobile Le contrat de filière a été présenté par Monsieur Claude CHAM, vice- président du comité stratégique de la filière Contrat de la filière Automobile Le contrat de filière a été présenté par Monsieur Claude CHAM, vice- président du comité stratégique de la filière automobile, à Monsieur Arnaud Montebourg, ministre du

Plus en détail

Dossier de presse. Agences de développement économique : état des lieux et perspectives

Dossier de presse. Agences de développement économique : état des lieux et perspectives Dossier de presse Agences de développement économique : état des lieux et perspectives Une étude réalisée par le CNER, Katalyse et SNCF Développement Une période d incertitudes Les agences de développement

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Bilan 2008 & perspectives 2009. Surmonter la crise, préparer la reprise

Bilan 2008 & perspectives 2009. Surmonter la crise, préparer la reprise Bilan 2008 & perspectives 2009 Surmonter la crise, préparer la reprise Dossier de presse 3 0 j u i n 2 0 0 9 Contacts presse - Agence Hopscotch Marion Paisant T : 01 58 65 00 45 mpaisant@hopscotch.fr Pauline

Plus en détail

Développement du numérique PROJET DE «FEUILLE DE ROUTE POUR UNE STRATEGIE NATIONALE DE DEPLOIEMENT DU TRES HAUT DEBIT» OBSERVATIONS DE LA FIEEC

Développement du numérique PROJET DE «FEUILLE DE ROUTE POUR UNE STRATEGIE NATIONALE DE DEPLOIEMENT DU TRES HAUT DEBIT» OBSERVATIONS DE LA FIEEC Développement du numérique PROJET DE «FEUILLE DE ROUTE POUR UNE STRATEGIE NATIONALE DE DEPLOIEMENT DU TRES HAUT DEBIT» OBSERVATIONS DE LA FIEEC Février 2013 Les infrastructures de réseaux très haut débit

Plus en détail

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON Un vent d optimisme nouveau commence à souffler sur le marché francilien de la location de bureaux. Le volume des transactions s est

Plus en détail

La dévolution du patrimoine aux établissements d enseignement supérieur. Contribution à la mission de contrôle du Sénat

La dévolution du patrimoine aux établissements d enseignement supérieur. Contribution à la mission de contrôle du Sénat La dévolution du patrimoine aux établissements d enseignement supérieur Contribution à la mission de contrôle du Sénat Avril 2010 Avant-propos La présente contribution est issue des travaux effectués par

Plus en détail

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur E D I T O Sommaire P1 L édito P2 Révision des classifications et rémunérations minimales : Accord à l unanimité P3 Suite révision des classifications P4 Accord sur la sécurisation de l emploi et le temps

Plus en détail

Les experts du CHSCT face à la mesure du travail et de la souffrance : pratiques, dilemmes et enjeux

Les experts du CHSCT face à la mesure du travail et de la souffrance : pratiques, dilemmes et enjeux Gestes Colloque international «Quelles actions pour un autre travail : soulager la souffrance, éradiquer les facteurs de risques, "soigner le travail"?» Les experts du CHSCT face à la mesure du travail

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

de la DSI aujourd hui

de la DSI aujourd hui de la DSI aujourd hui Partout, l industrialisation de l IT est en cours. ITS Group accompagne ce mouvement avec une palette de compétences exhaustives permettant de répondre aux principaux challenges que

Plus en détail