M me ARRIEU (excusée)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "M me ARRIEU (excusée)"

Transcription

1

2 ÉTAIENT PRÉSENTS M. RUBICHON, directeur général délégué, président du CE (excusé) M me BENET, directrice des Ressources humaines M me LEMOINE, chef du département DRHR M. BRAULT, DRHR M me GONZALEZ, DRHR INVITÉS M. COUTURIER, Intervenant point 3 M me BALDI, DRH, Intervenante point 3 M. IDIER, Intervenant point 3 MEMBRES DU CE SPE/CGT MEMBRES DU CE SICTAM/CGT M me BIOTA M. MICHAUD (excusé) M. VALLALTA M. VIDY M. CLAUZARD (excusé) M. PAPAUX M. NAMIGANDET M. BERTONE M. BUATOIS M. RAMBOER M me TOURNEUR (excusée) M. GUARINO M. DANGE (excusé) M. ELKETRANI MEMBRES DU CE CFE/CGC MEMBRES DU CE FO M. CUVILLIER (excusé) M me MARTIN M me CHOLLET-CHOURAQUI M. FERNANDES (excusé) M me ARRIEU (excusée) M. CRIQUET (excusé) M. MUNOZ M. BROWN M me LAPIERRE M. DUTHILLEUL M lle DELBÈGUE MEMBRES DU CE MEMBRES DU CE CFTC UNSA/SAPAP M. HUBERT (excusé) M. POVEDA M. DESVAUX (excusé) M. DARRAS M. BOUCHIKHI M. RIFFET (excusé) MEMBRES DU CE CFDT M. SALVANES M lle KOUIDRI (excusée) M me LAINE

3 REPRÉSENTANTS SYNDICAUX M. BACQUET (excusé) CFE/CGC Mme ROLLY CFTC M me MARCHAND (excusée) FO M. BLONDEAU Sictam/CGT et Spe/CGT M. DUBUISSON (excusé) UNSA/SAPAP M. TOURRET UNSA/SAPAP M. LAMBOROT CFDT

4 Aéroports de Paris Comité d entreprise M me MARTIN (FO).- J aurais une question diverse à ajouter à l ordre du jour : cela concerne la mise en place de l espace réservé pour les salariés d Aéroports de Paris sur le site du comité d entreprise pour répondre à notre obligation, au regard du règlement intérieur, de communiquer le compterendu de la séance plénière. Nous avons de petites complications informatiques qui semblent être une problématique liée à Aéroports de Paris et à la politique de la DSI. On aimerait évoquer cela pour voir comment avancer assez rapidement. POINT 1 : APPROBATION DES PROCÈS-VERBAUX Nº 26 ET 27 En l absence d observations, les procès-verbaux sont approuvés. Paris, le 18 novembre 2010

5 POINT 2 : INFORMATION ET CONSULTATION SUR LE PROJET DE CONVENTION TRIENNALE ENTRE LE COMITÉ D ENTREPRISE ET AÉROPORTS DE PARIS M. BRAULT.- Le principe de la présentation n est pas de revenir en détail sur l ensemble des éléments qui composent la convention triennale. Naturellement, on peut répondre à toutes les questions qu il peut y avoir sur les différents points. Il s agit d abord de resituer l esprit dans lequel on a abordé cette négociation avec le comité d entreprise. On souhaitait à la fois clarifier et simplifier les processus qui étaient inscrits dans la convention précédente, mais surtout dans le sens de la clarification. Beaucoup de choses étaient évoquées, mais souvent c étaient des choses rattachées à un historique sans que ce soit forcément clair pour les personnes qui n avaient pas cet historique. C est mon regard extérieur qui a souligné qu il fallait que n importe qui puisse prendre connaissance des dispositions de la convention sans qu il ait d ambiguïté sur les règles qui doivent s appliquer. C est aussi la simplification dans les processus de gestion et les processus administratifs que ce soit, pour l entreprise ou pour le comité d entreprise, avec toujours deux principes très forts : la plus grande clarté et la plus grande transparence dans l ensemble des règles et c étaient des souhaits qui étaient complètement partagés entre le comité d entreprise et nous. Ensuite, le comité d entreprise a souhaité que l on maintienne une spécificité très claire et un cas particulier pour ce qui est de l activité de restauration gérée par le comité d entreprise au bénéfice principal des salariés d Aéroports de Paris. C est quelque chose qui a bien été réservé de façon spécifique dans la convention et que l on rajoute et précise bien un certain nombre de principes forts. Dans ses principes forts, il y a cet attachement de la direction au fait de privilégier le recours à la restauration collective gérée par le comité d entreprise pour les salariés quelle que soit l évolution de la situation qu il peut y avoir, en fonction des différents sites qui pourraient être ouverts à l avenir ou des regroupements qu il pourrait y avoir dans l entreprise ; avec une volonté forte de dialogue avec le comité d entreprise pour pouvoir toujours améliorer et développer le niveau de cette activité. Je crois que ce sont les principes qui nous ont guidés dans la rédaction de cette convention. Je ne vais pas rentrer dans le détail, si vous souhaitez que l on précise certains aspects, on pourra le faire à la demande. M. VIDY (Sictam/CGT).- On ne va pas revenir sur ce qui a été évoqué par M. BRAULT. Historiquement, la convention a un but : avoir une vue globale de ce que la direction prend en charge pour ce qui est du comité d entreprise et de ses activités. La convention a deux budgets essentiels : les activités sociales et de restauration, plus un budget-plan triennal en direction du sport. Il y a quelques années, on avait eu un débat sur un éventuel détournement de ces fonds en direction d autres activités. Comme il est acté dans la convention ça l était auparavant aussi ce budget est bien identifié et il est consommé à la demande du comité d entreprise en direction des activités sportives. C est donc la direction qui débloque les fonds en fonction des besoins. On n a pas cette subvention dans nos budgets. Je rappelle aussi que l origine de la convention était au moment où le CE avait décidé de reprendre la gestion des restaurants. Au tout début, c était géré par ce que l on appelle «des

6 marchands de soupe». Les élus de l époque avaient émis le souhait de reprendre la restauration en gestion, ce qui avait conduit à cette mise en place de convention. Le sens de cette convention définissait que la restauration gérée par le CE en lien avec Aéroports de Paris ne devait pas coûter un seul centime aux activités sociales, en sachant que la restauration est liée normalement aux activités sociales. Dans cette nouvelle convention, on a essayé de simplifier de parts et d autres : un certain nombre de choses n étaient plus d actualité, il fallait les retirer et il fallait remettre en avant d autres choses. On sait que l entreprise change avec la diminution des effectifs et donc cette diminution d effectif peut avoir à terme une incidence sur l activité de restauration telle qu elle est gérée aujourd hui. Entre le comité d entreprise et la direction, on a convenu d avoir un seuil, c est-àdire un nombre de repas qui est de Cela permet aussi de définir un nombre de postes de salariés pour les restaurants, c est-à-dire une garantie pour l activité de restauration. Comme on le sait tous pour ceux qui étaient là à l époque, il y a eu la fermeture de la piste. C est le choix de la direction, malgré la convention, il a fallu qu il y ait des négociations entre les élus de l époque et la direction pour trouver un accord sur la fermeture de la piste et les incidences que cela avait sur le personnel. Les choses avaient été faites de bonnes manières en son temps. Ce sont des choses, pour le secrétariat, qui nous semblaient importantes de garantir et de pérenniser avec la volonté de s orienter en priorité en direction des salariés d Aéroports de Paris pour accéder à la restauration qui est gérée par le CE. Ce sont des axes qui nous semblaient importants et forts. C est ce qui apparaît aujourd hui dans la convention et qui l était peut-être un peu moins à la lecture de l ancienne. En ce qui nous concerne, on a eu quelques réunions. Pour tout vous dire, elles n ont jamais été compliquées, il y a eu des échanges, c est normal cela fait partie d une négociation : dans une convention, il y a aussi des positions entre la direction et nos souhaits. En tout état de cause, des réunions ont eu lieu en bonne intelligence et cela a permis aujourd hui que l on ait cette convention en l état qui nous semble être un bon compromis, puisqu une convention est aussi un compromis de part et d autre. En ce qui nous concerne, on y est favorable puisqu elle va nous permettre, en tout cas à la prochaine mandature, sur les trois ans à venir, de travailler avec une base qui est clairement définie et qui permettra une compréhension plus facile pour tous. M me BENET. - Avant les questions, lors d une ultime relecture, on s est aperçu d une petite erreur dans le projet. M me LEMOINE.- Page 3, on parle de prévention des couvertures complémentaires santé, en fait il y a eu un mauvais copier-coller. Le point était censé remplacer le En effet, si vous vous souvenez bien, quand on a mis en place le système de complémentaire santé obligatoire, l entreprise a dit qu elle prenait à sa charge sous forme de rente-retraite la prise en charge du système des retraités groupe fermé. Dans la version définitive qui sera portée à la signature, le point sera retiré puisque c est le qui régit les relations. M me BENET. - Pour conforter ce que disait Antoine BRAULT et M. VIDY, je voudrais dire que quand je suis arrivée, j ai eu beaucoup de mal à comprendre comment fonctionnait le découpage de l ensemble des œuvres sociales. Avec le travail qui a été fait, cela me paraît de nature à donner une très bonne visibilité, une très bonne transparence sur le sujet. M. POVEDA (UNSA/SAPAP).- En premier lieu, j aurais une question par rapport à la subvention qui sera versée en une seule fois : est-ce que c était déjà ainsi sur les précédentes conventions? Parce que pour nous, cela va dans le bon sens. Il serait aussi judicieux de faire la même chose pour les organisations syndicales représentatives c est juste pour le placer. J ai quelques questions de compréhension, mathématique ou économique, sur le versement de l allocation

7 restaurants : c est 0,79 démultiplié par quoi? C est , d accord. Et le versement de la rémunération, c est multipliés par quoi? Par rapport à la rénovation et modernisation des installations existantes, il y a un budget de , vous avez donc ciblé la rénovation de certains sites. Concernant le tennis à Roissy, est-ce que quelque chose sera fait? Sur la prime de septembre, est-ce qu elle est versée uniquement au restaurant? Sur le versement des allocations pour les retraités, comment est fait le calcul et quel est le montant? Effectivement, cette convention permet d avoir 159 postes, estce que ce sont des postes à plein temps? Équivalent plein temps, donc ces postes sont pérennes c est-à-dire que la direction ne va plus chipoter sur tel ou tel poste, donc c est clair que c est pérenne. Est-ce que c est pérenne même si le nombre de repas diminue? S il n y a plus les repas, est-ce qu il y aura toujours ces 159 postes? M. VIDY (Sictam/CGT).- Sur le plan triennal, je laisserai Pascal PAPAUX qui est le délégataire aux sports pour expliquer le mécanisme. Pour rappel, ce budget était déjà dans les anciennes conventions, c est exactement le même, il est sur trois ans. Sur la question de la prime de septembre, elle est versée effectivement à l ensemble des salariés du comité d entreprise. À l origine, pour la prise en charge des salariés des restaurants, la direction avait accepté le principe cela avait été un peu compliqué dans ma propre organisation syndicale puisque le signataire était de mon organisation syndicale. Il avait fallu mettre en place la prime d intéressement au CE. Après des négociations avec les instances représentatives des personnels du comité d entreprise, on a convenu de la mise en place d une prime de septembre. Elle est intitulée «prime de septembre» parce qu elle est versée en septembre. En accord avec la direction, on a convenu de maintenir ce qu on nous versait dans le cadre de la prime d intéressement sous cette forme de prime, qui correspond à Sur la question de l emploi par rapport au nombre de repas, effectivement, à la base, ce sont repas qui sont pris comme référence. Ces repas sont pour l année Effectivement, il y a une clause dans la convention, mais elle existait aussi à l époque, qui est une clause de «revoyure» si jamais le nombre de repas venait à diminuer de façon importante afin que l on se remette autour d une table et qu on en discute. On ne va pas reparler de repas puisque sur une année ne représentent rien. Après, ce sera dans le cadre de la clause de «revoyure» que l on engagera la réflexion ou que les prochains engageront la réflexion sur le maintien des effectifs et sur les incidences que cela pourrait avoir. M. PAPAUX (Sictam/CGT).- Concernant la question sur le terrain de tennis, c est réglé : on a été alerté plusieurs fois. On a rencontré de nombreuses difficultés sur les terrains de tennis. L intervention de la DH et de M. RUBICHON a été utile dans la réfection de la bulle, sinon aujourd hui je crois que l on serait encore sans tennis. C est à la charge de l immobilier des propriétaires, tout a été fait. Ensuite, il y a eu un souci avec le sol, il y a eu des dégradations avec les machines élévatrices sur les deux pistes de tennis. Cela a été réparé par des professionnels du tennis. Pour autant, il y a eu plusieurs demandes. Je voudrais lancer un petit message aux organisations syndicales : n intervenez pas dans tous les sens, passez par les bons canaux, cela permettra de gagner du temps et tout le monde sera satisfait parce que c est l intérêt de tout le monde que les installations fonctionnent correctement, que ce soient les salariés ou la direction, et on évite de casser les pieds à tout le monde. Il y a eu beaucoup de messages. On a fait venir un expert de la Fédération Française de Tennis. Ils ont fait une expertise du sol pour savoir s ils pouvaient jouer en compétition, tout est fait. Sur les tennis, on a fait une proposition à IMO de prendre une partie de la vétusté en charge sur le budget du comité d entreprise on ne sait pas encore comment on

8 va l imputer et pour une autre partie IMO serait d accord de mettre un reliquat de travaux pour refaire une peinture totale sur les deux courts de tennis. Ensuite, concernant le plan triennal, cela fait deux mandats qu on l a remis au goût du jour. On en a profité pour maintenir l ensemble des installations, les rénover, les entretenir et proposer d autres choses dans le cadre de la politique du secrétariat, pas seulement sur le plan sportif, mais également sur le caractère social. On essaye de mêler la partie culturelle dans les enceintes sportives également. Qu il y a une nouvelle orientation puisqu il y a une forte demande de la part des différents services d Aéroports de Paris, que ce soit sur Roissy ou Orly, de disposer des installations pour faire des barbecues de services et autres. On a tenu compte de ces demandes, on a fait modifier et évoluer ces installations pour que les services qui veulent faire leur barbecue puissent le faire. Les salariés sont aussi demandeurs. Maintenant, des endroits seront dédiés pour ce genre de choses dès septembre. D ailleurs, on en a parlé à la direction pour la mise en place d un INFODIF pour informer. Cela passera par les restaurants du comité d entreprise puisque c est lié avec la convention dans le cadre de prestations supplémentaires des restaurants d entreprise. Concernant les installations, s il y a une salle de réception qui est en train de se terminer sur Roissy avec une arrière-cuisine pour recevoir des camions frigos, pour déposer et pouvoir mettre en place des buffets afin que l on soit dans les normes. La dernière partie du plan triennal, sur Roissy, on aura deux installations, il n y aura plus d écart entre les deux plates-formes : les deux complexes sportifs sont au même niveau de qualité d entretien et autres. La dernière partie des travaux interviendra sur la salle du dojo à Mitry- Mory, la fin des travaux est prévue pour décembre. On gère au mieux, on optimise les installations. On a tenu compte des différentes remarques qui ont eu lieu dans cette même salle où la direction nous a demandé de bonifier l image d Aéroports de Paris avec les communes avoisinantes. C est chose faite puisqu on les a sollicitées par le passé, et aujourd hui la mairie de Mitry-Mory vient de nous solliciter pour utiliser la salle de formation professionnelle des salariés du comité entreprise. On est dans le cadre des échanges et tout est clair. Voilà comment on a utilisé brièvement le plan triennal toujours dans la même logique : chaque fois qu il y a des projets, on présente les projets et la direction les valide, c est contrôlé. C est eux qui ont l argent, c est pour ça que l on est gentil. M. POVEDA (UNSA/SAPAP).- Il y a quelque chose que je ne comprends pas concernant les loyers : vous dites que c est gratuit et ils sont remboursés alors je ne comprends pas. Est-ce que cela veut dire que le CE paie à IMO et que vous remboursez le CE? M me LEMOINE.- C est plutôt l inverse. De façon à ce qu il n y ait pas de problématique de sortie de trésorerie pour le comité d entreprise, le CE n avance pas l argent à IMO. Le CE est facturé par IMO et nous versons une subvention au CE pour qu il puisse payer les loyers. M. POVEDA (UNSA/SAPAP).- Pourquoi est-on obligé de perdre de l argent, alors qu il serait simple de dire que c est gratuit, que l on ne fait pas de factures? M me LEMOINE.- C est juste un problème de fonctionnement et de comptabilité interne au niveau d Aéroports de Paris, de montant de facturation et de TVA aussi. Le fait de travailler de cette façon-là avec IMO, permet de bénéficier d une TVA minorée, alors que si on était passé par des conventions entre IMO et le CE, le montant des loyers aurait été plus élevé. IMO, compte tenu de l organisation de l entreprise, aurait été obligé de facturer au tarif externe au comité d entreprise qui est une entité propre, et non une unité d Aéroports de Paris. Grâce à cette convention, on a trouvé un système plus simple que le système actuel puisque le CE nous produira les factures d IMO justifiant le niveau de subvention.

9 M. BERTONE (Sictam/CGT).- Puisque l on parle de l allocation des restaurants, c est un sujet que l on aborde un peu chaque année, ce n est pas dans la convention, mais c est la problématique de la restauration sur les plates-formes notamment sur CDG. Je pense qu il faudra que l on ait une réflexion sur ce sujet. Je ne veux pas être trop long aujourd hui parce que ce n est pas le sujet, mais je pense qu il faudra faire des réunions sur ce sujet pour améliorer la restauration sur les plates-formes de CDG, notamment sur l Est avec l agrandissement de la plate-forme. Aujourd hui, la restauration ne répond pas aux besoins et la qualité attendue qui devrait être la même pour tous les salariés. Donc j en profite pour lancer le message parce que c est une demande qui est récurrente. On ne va pas l aborder aujourd hui parce que ce serait trop long, mais je pense qu il faut voir comment améliorer cela, je pense qu il y a des possibilités avec le comité d entreprise en restant dans le cadre que l on a fixé aujourd hui. Ce serait bien qu on initie des réunions pour en parler, sinon c est un débat qui est évoqué en DP, en CE, on tourne en rond, il y a des solutions, il faut les aborder ensemble. M. NAMIGANDET (Spe/CGT).- M. BERTONE vient de dire ce que je voulais dire. Ce serait bien de lancer une réflexion sur tous les secteurs Est qui continuent, parce que je pense à l avenir aussi. Aéroports de Paris va être amené à s agrandir, donc je pense que pour faciliter le contact avec notre restaurant du personnel, il faut une réflexion sur le travail à mettre en place, pour voir comment faire dans les jours, dans les semaines et dans les mois à venir pour amener nos collègues agents à venir à fréquenter le restaurant du personnel au lieu d aller chez Air France. Leur faciliter le moyen de transport avec le temps, pour que l on puisse aller souvent manger au 2A. Il très important qu un travail se fasse avec les organisations syndicales, le comité d entreprise et la direction pour trouver une solution. Cela s est déjà fait à l époque quand le F était ouvert, il y avait le 2A et il y avait des navettes qui faisaient les allers-retours et ça marchait très bien, il y avait une fréquentation régulière. Il serait bien que l on puisse se pencher sur cette réflexion à l avenir. M me BENET - Pas de problème, on est tout à fait ouvert à avoir des discussions là-dessus. M. GUARINO (Sictam/CGT).- Cela rejoint un peu ce que disaient mes deux collègues : la priorité est de permettre aux salariés d ADP de devenir se restaurer dans les restaurants du comité d entreprise. C est vrai que, surtout à Charles-de-Gaulle, il y a vraiment un problème de ce côtélà : la fréquentation du 2A pourrait être largement au-dessus s il y avait une possibilité pour les agents de venir. De plus, on a vu que dans certaines aérogares, il y avait une distribution de plateaux-repas, etc., il y a un moyen de déjeuner sur place. Dans ce périmètre-là, on cherchait d autres pistes pour pouvoir augmenter cette fréquentation. Une des pistes était de nous avertir en amont lorsqu il y avait une manifestation ou un séminaire ou un changement d endroit des personnes qui déjeunent habituellement dans le restaurant. J ai envoyé des messages et dernièrement, on a su hier qu il allait y avoir une fête de la musique à la Maison de l Environnement d Orly avec un buffet gratuit, avec des affiches disant : «Venez, vous pouvez manger gratuitement». Forcément, cela aura une incidence. À Orly Sud, on a su le jour même qu il y aurait un buffet et on a eu plus de 100 repas en moins au restaurant. Il faudrait trouver une solution pour que l on soit informé de ce genre de manifestations. M me BENET - On va réfléchir à cette mise en place, mais ce n est pas très facile parce que ce qu il manque dans cette maison, c est une centralisation de tous ces événements, que ce soit des séminaires professionnels, Orly en fête, etc. Ce serait plus simple s il y avait un calendrier tenu par la Communication, cela n existe pas, mais on peut essayer au fil de l eau, via le secrétariat de Catherine, de vous informer lorsqu il y a un événement. On peut essayer de professionnaliser le système pour avoir quelque chose de plus abouti. Ce n est pas compliqué à mettre en place, mais ce qui est compliqué c est d avoir l information.

10 M. BOUCHIKHI (UNSA/SAPAP).- Je veux juste rappeler qu au niveau des pôles 2 et 3 de CDG, on refuse à tous les salariés et agents de cesuo et de ces pôles, la possibilité d avoir moitié-moitié comme cela se faisait par le passé. C est-à-dire que l on a 28 repas. À l époque, les salariés qui étaient un peu loin du restaurant d entreprise avaient «2x14», c est-à-dire une carte Air France pour 14 repas et une carte Aéroports de Paris pour 14 repas. Les gens choisissaient et ils venaient consommer au minimum les 14 possibilités. Cela a été annulé d une manière forte par les directeurs de CDG de l époque. Je crois savoir que Fabrice MICHAUD s est personnellement déplacé à l époque pour alerter de la situation dans laquelle se trouvait le restaurant du 2A à son ouverture parce qu il était la propriété d Air France, ils ont fermé. À l époque, nous avons convaincu les responsables de l UO CDGA de permettre à leurs salariés d avoir un peu plus de temps pour quitter CDGE et avoir plus de temps pour se restaurer chez Air France, le temps de la réouverture. Cela s est fait par le passé. Nous avons posé des questions sur la possibilité d une navette en impliquant la société à Alyzia pour qu il y ait plus de monde. On a eu une réponse qui n était pas très claire. Ce genre de comportement est nul. Il m arrive de rester le soir pour telle ou telle raison, aujourd hui, on a une petite chance d avoir les militaires qui mangent sur place, ce n est quand même pas normal. Mme MARTIN (FO).- C est une problématique d organisation du travail. CDGE est l unité opérationnelle où l on a le plus d effectifs sur Roissy. Il y a une montée en puissance importante, aujourd hui ils sont un peu plus de 800 salariées. On a une double problématique. La première problématique est en termes d organisation du travail : lors de l ouverture de CDGA, on l avait demandé et il y a effectivement un refus au niveau local d augmenter le temps de pause repas afin de tenir compte de la distance pour le déplacement. Effectivement, un salarié en horaire décalé qui a 30 minutes, au niveau du statut du personnel, pour sa pause repas, c est le temps qu il faut pour faire l aller-retour CDGA, donc les salariés vont déjeuner chez Air France. La première chose est cette question d augmentation du temps de la pause repas. Dans mon ancienne direction, on pouvait avoir jusqu à 45 minutes voire 55 minutes quand on travaillait au terminal B et que l on devait aller se restaurer au terminal F. Il y avait eu une tentative dans ma direction de mettre en place une navette pour permettre aux salariés, via la piste, d accéder au restaurant du personnel, c était Air France à l époque, on n avait pas CDGA. Il s est avéré que ce n était pas vraiment utilisé puisque les pauses repas n étaient pas en même temps, etc. Là c était une activité qui était liée au nombre de vols et aux départs avion ce qui n est pas le même cas de figure pour l exploitation : les pauses repas sont quand même plus ou moins fixe, donc cela pourrait valoir le coup de faire une expérimentation pour voir. En plus, on a Air France, mais c est votre faute, à la direction d Aéroports de Paris : vous refusez maintenant de prendre en charge les invités pour les salariés d Aéroports de Paris qui se restaurent dans le restaurant d Air France. Du coup, un collègue qui a oublié sa carte va être obligé d aller à CDGA. C est peut-être l occasion de travailler un peu. Le CCE d Air France a des soucis, ils deviennent très carrés, etc., et je pense qu il faudrait la direction travaille sur la question des plateaux-repas. On a une véritable problématique sur l ensemble de CDG, sur la mauvaise qualité des repas. On a un restaurant du personnel. Les plateaux-repas sont de très mauvaise qualité, c est carrément immangeable, il y a des gens qui tombent malades, on a eu beaucoup de soucis. Vu le coût qu un plateau-repas vous coûte en tant que direction d Aéroports de Paris, qu est-ce que l on attend, vous et nous, pour se mettre autour d une table et voir comment notre comité d entreprise, en respectant les règles d hygiène, peut s occuper de faire les plateaux-repas et que ce ne soit pas une entreprise sous-traitante qui s enrichit sur notre dos? On a eu de longues discussions sur ce sujet en CE. Je pense que l on pourrait avoir des discussions un peu plus générales sur la restauration de façon à tenir compte de toutes les problématiques que rencontre le personnel, également ceux du Bourget et des aéroports secondaires.

11 M me BENET.- Avant de donner la parole, je voudrais juste que l on se recentre : j entends ce que vous dites et c est tout à fait intéressant, je suis d accord pour travailler sur ces différents sujets. Je comprends que le sujet amène des questions périphériques, je propose que l on n ouvre pas le débat sur ces sujets aujourd hui et que l on s en tienne au projet de convention. M. VIDY (Sictam/CGT).- L enjeu d une convention est régi pour trois ans. Il y a effectivement la question de la restauration qui est essentielle pour le CE. D autant plus que cette convention permet de garder la main sur la gestion des restaurants, sur la forme que l on souhaite donner. Ce n est pas négligeable puisque puisqu il y a des orientations sur la restauration, sur la conception et sur la vue que l on a de la restauration collective. Cette convention le permet. Les problématiques d accessibilité sont une chose sur laquelle on est intervenue dans le cadre de ces discussions puisque c est une vraie problématique pour pérenniser la restauration gérée par le CE, donc ces questions-là sont essentielles. Elles nécessiteront qu à un moment donné, il y ait une vraie réflexion sur l accessibilité en priorité les salariés d Aéroports de Paris en direction des restaurants gérés par le CE, voir après l étendre à d autres, sachant que pour les autres, nous n avons pas la main sur les administrations, les filiales, etc. C est la direction qui accepte ou pas de donner la possibilité à des salariés d autres entreprises de venir se restaurer dans nos installations. Une chose importante que je voulais dire dans le cadre de cette convention, c est que nous avons souhaité avoir comme interlocuteur privilégié, la DRHR. On s est aperçu avec les différentes réorganisations que cela partait un peu dans tous les sens, on avait plusieurs interlocuteurs et pour nous, ce n était plus possible en termes de cohérence. Maintenant, c est acté dans la convention : l interlocuteur privilégié pour le comité d entreprise est le DRHR. Ensuite, c est à DRHR de répartir l expression de nos besoins là où il faut. Je suis désolé d être intervenu dans ce sens-là, mais je pense que la problématique est réelle, il faut s en emparer dans le cadre de cette convention de façon sérieuse. Il y a un service qui s appelle «le service aux salariés» : je pense qu il y a des choses à revoir dans ce service, mais il peut aider si on prend les choses de la bonne manière. M. MUNOZ (CFE/CGC).- En ce qui nous concerne, nous ne sommes pas beaucoup intervenus dans le débat, pour ne pas dire pas du tout parce que l objet de la question est la convention triennale entre le comité d entreprise et la direction. Même si on est loin d être d accord sur toutes les orientations du comité d entreprise, nous voterons pour cette convention puisque de toute façon, c est ce qui permet au comité d entreprise de fonctionner. Sur les moyens que l on va donner au comité d entreprise, on est complètement d accord sur le fait qu il faut que ce soit clair et net. M. TOURRET (UNSA/SAPAP).- Cette convention est une bonne évolution de la précédente notamment sur la subvention versée en une seule fois, la pérennisation des emplois de la restauration, la clarification de la convention, l UNSA/SAPAP votera pour. M. BROWN (FO). Nous sommes d accord avec ce qui a été dit, nous voterons pour. Peut-être que l on pourrait envisager un jour de faire de la mutualisation avec d autres comités d entreprise, c est une idée à mettre dans le débat. M me ROLLY (CFTC).- Au nom de la CFTC, je voulais vous présenter nos excuses à l ensemble de l assistance pour l absence des élus de la CFTC à cette réunion. Cela étant, si nous ne nous prononçons pas aujourd hui du fait de l absence d élus, je tenais à dire au secrétariat du comité d entreprise que nous sommes favorables à ce qui a été négocié dans cette convention, en tout cas c est le message que je souhaitais porter aujourd hui.

12 M. BLONDEAU (Sictam/CGT).- Pour le Sictam/CGT, on est conscient qu il reste encore des axes de réflexion pour améliorer certaines choses et notamment l accessibilité au restaurant du comité d entreprise. Le Sictam/CGT votera pour. M me MARTIN (FO).- Pour FO, étant donné que cette convention est dans la continuité de la précédente avec des simplifications en termes de lecture, puisque cela convient au secrétariat du CE, on votera évidemment pour. M me LEMOINE.- Je crois que l on peut passer au vote. 17 VOIX POUR : Sictam/CGT Spe/CGT CFE/CGC UNSA/SAPAP FO CFDT 1 ABSENT : CFTC

13 POINT 3 : INFORMATION SUR L ÉVOLUTION DE L ACTIVITÉ DU STANDARD D AÉROPORTS DE PARIS ET SES CONSÉQUENCES SUR L EMPLOI (1 ER PASSAGE) M me BENET.- Il s agit donc d une information pour laquelle nous accueillons Anne BALDI, Sébastien COUTURIER et Xavier IDIER. M. POVEDA (UNSA/SAPAP).- Je ne vais pas commencer à vous fâcher, mais je vois «Information sur le projet d évolution du standard téléphonique et ses conséquences» alors que c est la fermeture du standard. Ayez le courage d écrire cela et non de mettre que c est un projet d évolution du standard. C est tout ce que je voulais vous dire pour commencer. M me BENET.- On y reviendra et si vous en êtes d accord, on laisse la parole à M. IDIER, merci. M. IDIER.- Nous sommes ici pour vous présenter un projet d évolution concernant le standard téléphonique de la plate-forme de Paris Orly. Pour un certain nombre d entre vous qui ne me connaissez pas, je tenais d abord à me présenter, puisque je suis arrivé l année dernière au sein d ADP et de la plate-forme d Orly. Je suis le directeur des opérations aéroportuaires et adjoint de M. MEYREDE sur Paris-Orly. Les propos que nous allons vous exposer tiendront selon un plan assez simple qui consistera tout d abord à vous présenter l activité en l état, les évolutions, les orientations à titre informatif que nous avons retenues et les mesures d accompagnement des salariés pour leur redéploiement. Nous avons déjà eu l occasion de rencontrer certaines organisations syndicales très récemment sur ce sujet et d échanger, dans un premier temps, sur les points que je viens de préciser. Concernant l activité, à ce stade, le standard d Aéroports de Paris est un outil de travail permettant aux professionnels externes ou internes de l entreprise d obtenir les coordonnées téléphoniques d une entité, d un salarié d Aéroports de Paris ou d une société du groupe. La plage horaire de travail couverte va de 7 h du matin à 21 h, 7/7 jours. Les effectifs concernés sont à hauteur de huit salariés de catégorie 1B2, correspondants à sept équivalents temps plein. Pour ce qui est des horaires de travail, ils sont semi-continus. Cette organisation est relative à l avenant du 24 juillet 2001, à l accord RTT du 31 janvier 2000, pour recadrer les éléments d appréciation sur ce sujet. Sur l évolution, il n a échappé à personne que la densité du nombre d appels téléphoniques a sensiblement diminuée. À ce titre, pour vous donner quelques éléments d appréciation très concrets, en 1991, nous avions appels, puis il y a eu une forte décroissance assez significative puisqu en 1999, nous n étions plus qu à 980 appels, pour nous situer aujourd hui en 2011 à 75 appels. Cette sensible décroissance de l activité du standard trouve ses principales explications dans la possibilité pour nos interlocuteurs extérieurs d accéder à ce type d information par d autres moyens. Il ne vous a pas échappé que l accès à ce type d informations par Internet s est fortement développé et qu à ce titre, aujourd hui, il constitue un moyen facile, efficace, rapide d obtenir ces mêmes informations. La moyenne en 2011 est de cinq appels par heure, là encore pour vous donner des données d appréciation propres. La durée moyenne d un appel est de 90 secondes. En conclusion de manière assez synthétique et simple, il apparaît que l organisation actuelle ne correspond plus aux besoins. Dans cette optique il nous a paru nécessaire de vous en informer et de réfléchir sur l évolution à apporter à cette structure.

14 Concernant les orientations retenues, l entreprise Aéroports de Paris projette de maintenir un accueil téléphonique. Donc il ne s agit pas de supprimer cette possibilité d accès par voie téléphonique aux informations précitées, spécifiques aux professionnels, et de mettre en œuvre une organisation plus adaptée aux évolutions de leurs besoins. Tout en préservant le développement des compétences, la question de l employabilité des salariés se pose aujourd hui de manière assez prégnante pour ces salariés qui sont titulaires des emplois du standard. Les orientations envisagées à ce stade sont les suivantes. Il s agirait de faire reprendre ce volume d appels que j ai évoqué précédemment par l entreprise Sitel qui traite d ores et déjà un certain nombre d appels et qui est référencée par un nombre important d entreprises, qui, en termes de satisfaction clients sur les études qui nous ont été communiquées, remplit pleinement cette mission et semble être qualifié de haut niveau en termes de qualité de service. M me BALDI.- Ce projet, bien évidemment, doit s accompagner d un projet d accompagnement de l ensemble des salariés du standard afin de préserver l emploi de chacun. On se propose de les aider à se repositionner en interne par la mobilité sur des postes adaptés à leur profil, à leurs compétences et à leurs souhaits, tout en tenant compte de leur qualification professionnelle et en mettant en place tout l accompagnement de formation et de tutorat individualisé nécessaire. Puisqu il s agit de huit salariés, on a tout à fait la possibilité de les accompagner individuellement. Dans le dossier envoyé en information au comité d entreprise, nous avons listé un certain nombre de mesures d accompagnement. Ces mesures portent sur l accompagnement professionnel en termes de compétences des salariés et sur les mesures d accompagnement financières. Concernant l accompagnement à la mobilité, on a prévu, dès lors que les séances d information-consultation du CE seront passées, de porter à la connaissance des salariés l ensemble du dispositif. On a prévu également que le RRH d ORYX puisse recevoir chacun des salariés pour répondre à l ensemble des questions et faire un point sur leurs souhaits d évolution ou de mobilité professionnelle. Une fois que les salariés seraient repositionnés sur les postes, nous envisageons de les accompagner par la mise en œuvre d une ou plusieurs actions de formation individuelle adaptée. J insiste sur cet aspect parce qu on a tout à fait les moyens de regarder individuellement leurs besoins de formation. On imagine également qu une fois sur les postes, on puisse leur affecter un tuteur qui pourrait les accompagner tout au long de la première, deuxième ou troisième année, ainsi qu un suivi par le pôle «Carrière et mobilité» de la Direction des Ressources humaines et les managers. Lors de la réunion avec les organisations syndicales, pour permettre aux salariés de découvrir les postes que nous proposons, nous avons imaginé de leur faire faire des vacations découvertes ou des semaines de découverte en fonction des métiers puisque certains ne connaissent pas forcément les métiers que l on propose. Ce sont les mesures d accompagnement sur l aspect mobilité et évolution professionnelle. Sur les mesures de compensation liée à la perte éventuelle d heures majorées et de primes de sujétion, conformément à l article 17 du Manuel de gestion, nous avons envisagé de compenser à 100 % les pertes éventuelles la première année, sous la forme d une différentielle, puis de recalculer sur la base de 80 % à partir du 13 e mois, fondante, comme habituellement. Les salariés du standard sont régis par un avenant à un accord RTT du 24 juillet 2001 qui porte leur temps de travail à heures plus les sept heures de la journée de solidarité,

15 donc heures. Pour compenser le passage en continu ou en semi-continu, sur un horaire de ou heures, on prévoit de leur verser une prime one shot sur la base du taux horaire de leur échelon multiplié par le différentiel d heures, c est-à-dire multiplié par 203 ou 271 selon les situations. Par ailleurs, il n y aura aucune mobilité géographique contrainte. On a proposé des postes à Roissy parce que certains salariés, dans l analyse que l on a faite, habitent plutôt Paris et plutôt au nord et compte tenu des langues qu ils parlent, ils pourraient être intéressés par des postes à Roissy. Il n y aura aucune mobilité géographique contrainte. En revanche, si des salariés effectuaient une mobilité géographique, on a prévu le dispositif unilatéral de GPEC avec l ensemble des mesures que vous connaissez. M. NAMIGANDET (Spe/CGT).- Je ne sais pas par où commencer, c est bien ça le problème, il n y a pas de choix. Vous venez de fermer le standard, c est une fermeture, une suppression. Vous avez dit qu il n y aura plus de standard au sein d Aéroports de Paris. Donc vous ne pouvez pas, M me BENET, nous parler aujourd hui d évolution. On ne peut pas accepter le terme d évolution, ce n est pas une évolution, c est une suppression d un métier. Vous commencez par fermer au fur et à mesure. Vous supprimez un métier qui est le standard. Ce sont des agents en exécution. Déjà qu il n y en a plus beaucoup dans l entreprise et là, vous avez décidé délibérément, unilatéralement de fermer. Donc je pense que la situation est très grave. En 1991, il y avait un effectif de 20 personnes et depuis l effectif diminue jusqu à aujourd hui où l on est passé à huit. Demain, ces huit personnes ne savent pas ce qu elles vont faire. C est la responsabilité de l employeur d essayer de préserver l emploi au niveau social. Des personnes travaillent depuis longtemps dans ce service, elles ont l expérience dans leur activité. Vous avez dit que vous aviez reçu un certain nombre de représentants syndicaux avec lesquels vous avez discuté. Est-ce qu il y a eu des retours, est-ce que vous avez répondu à leurs questions? Vous n avez pas fait part des inquiétudes des organisations syndicales qui étaient présentes à ces réunions. Il est important qu il y ait aussi un retour aux élus pendant cette réunion pour qu ils entendent ce que vous êtes prêts à leur dire. Le développement d Internet, les différents vecteurs d information sont de plus en plus utilisés par les professionnels. Pourquoi n avez-vous pas formé ces agents par rapport à toutes ces évolutions techniques et technologiques? On sait qu il y a eu beaucoup d évolutions technologiques, pourquoi ne les avez-vous pas formés? D après votre graphique, le nombre d appels est passé de à 75 : je pense que l entreprise aurait dû se poser la question de la raison de cette baisse en amont. Est-ce que l on s est mis à niveau pour répondre à la demande aussi bien interne qu externe pour pouvoir garder ce métier? Cela n a pas été fait puisqu aujourd hui vous décidez de fermer complètement ce service. Pour le Spe/CGT, vous êtes en train de mettre en place la GPEC purement et simplement. Vous n avez pas anticipé la formation des agents et maintenant que l on arrive à 75 appels, vous décidez que vous allez le sous-traiter. Vous allez donner ça à une entreprise, mais le problème ne sera pas résolu. Il y aura les mêmes problèmes au niveau des appels. Est-ce que vous pensez qu il y aura plus d appels? Est-ce que vous avez des statistiques pour savoir s il y aura plus appels, s ils remonteront à 80 ou 200 appels? Là aussi, on aimerait avoir des explications : vous le sous-traitez, mais on ne sait pas comment vous faites. Est-ce qu un bilan a été fait de ce qui a été fait en 2006?

16 Demain, on ne sait pas ce que vont faire ces huit agents. Vous dites que trois postes seront proposés aux agents, on aimerait bien avoir des explications aussi là-dessus. Vous dites qu ils ne connaissent pas les métiers, mais agent commercial, réseau, secrétaire, je pense quand même qu ils les connaissent. M. BUATOIS (Sictam/CGT).- Je ne suis pas plus déçu que d habitude, on est habitué dans cette instance. Ce qui est quand même important, au-delà de la suppression des huit postes, c est la suppression d un métier historique, c est quelque chose que l on a fait ressortir lors de la réunion que l on a eu avec M. IDIER. Après l escale, c est le standard, après qu est-ce que ce sera? Ce qui est important aussi, c est que l on vous a fait un certain nombre de propositions, que l on vous a posé un certain nombre de questions lors de cette réunion. A priori, la seule chose que vous ayez retenue, c est de leur faire tester les postes une fois qu ils ont choisi alors que ce n est pas vraiment comme ça qu on vous l avait proposé. On vous avait dit que les gens ne connaissent pas les métiers, qu il faudrait essayer de leur faire faire des essais sur tous les postes pour savoir ce qui leur conviendrait. A priori, on les fait postuler et après on fait un essai. C est ainsi qu on l a perçu de notre côté. C est vrai qu on n a pas toujours la même façon de parler dans les organisations syndicales, c est peut-être pour ça que l on ne se comprend pas. Vous êtes beaucoup moins directs que nous, c est peut-être pour ça. On vous a posé un certain nombre de questions sur Sitel. Vous avez l air de dire qu il y avait un bon niveau de qualité de service : ce n est pas ce que nous avons comme information. Sitel fait une qualité de service un peu moins bonne que ce que vous payez. On vous a demandé le nombre d appels reçus par Sitel, vous n avez pas donné la réponse. On vous a demandé le coût. On a besoin de savoir pourquoi ces appels ne pourraient pas être transférés vers ces agents qui sont déjà en poste, qui ont déjà un métier historique dans l entreprise. Je vous rappelle que nous sommes attachés à la notion de métier dans notre organisation syndicale. On voulait aussi avoir quelques informations. On vous a fait une proposition sur la prime différentielle qui est dans le dossier pour la faire transformer en échelon. On vous l a demandé et on aimerait savoir si vous êtes d accord. On vous a aussi interpellé sur la prime one shot en disant que cette prime correspondait à une année. L agent la plus ancienne dans le métier à 54 ans voire plus, parce que vous n étiez pas sûr de son âge et un an, même si elle a 54 ou 56 ans, il lui reste quatre ans à faire au minimum dont il faudrait que vous soyez un peu plus précis et que vous respectiez l accord «Seniors». Après avoir travaillé un peu sur le dossier, on s est rendu compte qu elle rentrait dedans parce qu elle avait peut-être plus de 55 ans. Je vois que l on s attaque aux huit postes 1B, mais ces salariés ont un encadrement, qu est-ce que devient l encadrement? Qui gère le standard? Que deviennent les salariés qui gèrent le standard? Pourquoi s attaque-t-on uniquement aux salariés en exécution? Que deviennent les autres? On n en a pas parlé la dernière fois. On a eu à peine le temps de lire votre projet lors de la réunion et là, on a commencé à l étudier. Quand on revient sur les 20 ou 24 postes que vous proposez, on est bien content que vous soyez capable de trouver des postes actuellement inoccupées et qui permettraient de remplir certains tableaux de service qui sont bancals. On a aussi un poste qui nous interpelle, c est celui d agent de station de service, sachant que la station de service d Orly a été rasée. Il faudra nous expliquer cela. On voit bien que ce sont uniquement des femmes qui occupent les postes, on voit mal une femme aller servir l essence sur une station. M. MUNOZ (CFE/CGC).- C est dommage, c est un petit peu maladroit ce que vous avez dit en présentant Sitel. Vous nous avez vanté la haute qualité de Sitel, cela voudrait éventuellement dire

17 que les salariés d Aéroports de Paris n avaient pas le même niveau de qualité, donc je trouve ça un petit peu dommage. C est dans la présentation, mais vous ne l avez sans doute pas fait dans ce sens-là. Concernant le coût de cette sous-traitance, je m associe à la question qui a été posée : est-ce que vous pouvez nous dire quel est le coût de cette sous-traitance? Quand on arrête une activité, il est quand même intéressant de savoir si la justification économique est réelle. Concernant les mesures d accompagnement, il est heureux que l on ait les mesures d accompagnement puisqu on a quand même des systèmes dans l entreprise. Que ce soit un accord unilatéral, la GPEC unilatérale, le PASE, que l on fasse référence à ce que l on veut, on a quand même des systèmes de sécurisation en cas de fermeture d activité. C est heureux que ça se fasse. La diminution des appels a été régulière. Dès lors que l on a mis en place la plate-forme d appels, on était sûr, inéluctablement, que l on arriverait à la fermeture. Je ne me plains pas qu il y ait de la GPEC, je me plains qu il n y en ait pas eu assez d une certaine manière et que l on n ait pas été plus vite. Quand on est arrivé à cent appels par jour, il aurait fallu peut-être anticiper le repositionnement de ces gens en voyant les possibilités de formation on pouvait leur offrir pour les reclasser depuis un certain temps. M. BERTONE (Sictam/CGT).- Puisqu il a été fait le rappel de la réunion avec les organisations syndicales, je rappelle qu il y a eu une convocation des élus du comité d entreprise à la demande des organisations syndicales puisqu on voulait au préalable nous voir les uns derrière les autres, ce que l on a refusé, d où la réunion qui a eu lieu à Orly vendredi 15. Chaque fois, on demande que les dossiers soient présentés au préalable au comité d entreprise pour qu il y ait un vrai débat, que l on ne perde pas trop de temps dans des explications que l on connaît déjà. Je ne vais pas rentrer dans le détail du dossier parce que ce dossier est révélateur de l échec de la GPEC et la démonstration est faite avec des termes comme «évolution technologique». La seule évolution technologique qui existe est la baisse de l emploi programmée chez Aéroports de Paris. M. IDIER, vous appliquez la politique qui est déjà en place depuis 10 ans, vous finalisez un dossier qui est entrepris depuis 10 ans. Que l on ne nous raconte pas que c est l évolution technologique qui amène à la suppression du standard téléphonique. Si c était réel, pourquoi le existerait-il? L activité existe, le besoin existe sauf qu ADP a décidé de sous-traiter et qu ils ont mis 10 ans pour le faire. Le problème qui se pose est là : pourquoi a-t-il fallu 10 ans pour tester l efficacité de la sous-traitance dans un premier temps, avec le 39-50? Il s agissait d améliorer la prestation et petit à petit transférer le savoir-faire d Aéroports de Paris vers la sous-traitance. Comme on l a dit, c est un cœur de métier, donc c est encore un métier historique qui disparaît. Je repose la question à la DRH : donnez-moi la liste des cœurs de métier parce qu il n y en a plus aujourd hui. Vous avez supprimé purement et simplement les métiers aéroportuaires et un de plus qui disparaît. On fait un état des lieux, on est bon qu à ça. De toute façon, on peut vous dire ce que l on veut, vous allez appliquer votre réorganisation avec les mesures que l on connaît. C est un dossier de plus, sauf que huit personnes se retrouvent sur le carreau parce que les postes que vous proposez sont une plaisanterie. Cela prouve que votre GPEC, c est n importe quoi N y a-t-il pas un annuaire téléphonique qui existe chez Aéroports de Paris? Cela existe. Est-ce qu il n y a pas des besoins? J ai ressorti la procédure : ce sont les réseaux RH qui font ça aujourd hui. Ce sont du personnel qui fait du travail en plus, qui ne faisait pas partie de leurs fonctions et maintenant on leur demande, parce qu il y a connexions par mois, de mettre à jour l annuaire téléphonique. Si vous faisiez une vraie GPEC, les gens du standard

18 téléphonique auraient pu s occuper de l annuaire téléphonique, au lieu de les mettre sur des postes de pompiste ou secrétaire où ils ne sont pas a priori apte ou n en ont pas envie. On aurait pu créer une fonction centralisée où ces personnels auraient pu continuer leur mission, leur catégorie et le rythme de travail qu ils avaient pour exercer un vrai métier, en continuité avec ce qu ils faisaient. Mais non, on est tellement focalisé sur les effectifs que l on a regardé les postes vacants en exécution. Donc j ai huit postes à Orly, qu est-ce que j en fais? Je les mets sur les postes vacants en exécution, je m en fous de savoir ce que sont les postes, ils sont vacants. Il faut que je les remplisse, puisque je ne peux pas recruter. Voilà la réalité, mais ce n est pas acceptable. Ne nous parlez pas de GPEC. On ne peut pas avoir un dialogue social constructif puisque la démonstration est faite : on n est pas capable de retirer la charge de travail au GRH alors que l on a démontré plusieurs fois qu elles n en pouvaient plus, qu elles avaient une charge de travail à la limite du supportable. Il faut revoir ses groupes et là, il y a une occasion qui permettrait de réaffecter une partie du travail qui est faite par les GRH. Qu est-ce qu il y a de plus pour un GRH sur l annuaire téléphonique? Rien. C est une fonction en plus parce qu elles gèrent le personnel. La plus value est nulle, au contraire cela augmente la charge de travail. Là, vous aviez une occasion de le faire et une fois de plus, on ne la prend pas parce qu on est dans l optique des effectifs et qu il faut combler les cases vides. Ça, c est un vrai problème. Cela va prendre du temps de former les personnels, peut-être que certains seront contents de prendre le poste de secrétaire, mais pour le poste de mécanicien, vous allez avoir du mal. En même temps, quand des gens postulent dans l entreprise et on leur dit qu ils n ont pas le niveau, qu ils n ont pas la qualification, etc., et d un autre côté on n hésite pas à mettre des gens sur d autres postes dont ils n ont pas la formation parce qu il faut remplir ces postes. Il faut une cohérence dans tout ça, donc vous ne pouvez pas nous présenter un dossier de cette manière. Je trouve que ce n est pas constructif et une fois de plus, pour certains cela ira bien, mais pour d autres il faudra peut-être les récupérer tôt ou tard parce qu ils seront en souffrance au travail. La réalité, derrière, c est le réseau RPS, la pénibilité qui va encore en prendre un coup. Concernant les primes, cela était dit, mais il va falloir faire autrement. D autres mesures ont été entreprises dans le cadre IMON, je pense qu il y en a ras-le-bol des différentiels sur des personnes. D ailleurs, on leur tape des heures en plus. Ils vont se retrouver avec une double pénalité. Je pense que l on pourra revoir cette situation, des mesures ont été faites qui ont très bien marché, on est obligé d appliquer un différentiel systématiquement. M. DUTHILLEUL (CFE/CGC).- Je voudrais reprendre l idée émise par M. NAMIGANDET tout à l heure en disant que l on s interroge quand même sur la disparition de ce groupe de travail. Comme les évolutions technologiques ont amené de nouvelles missions, on peut s interroger sur les missions d interactivité avec Facebook ou Twitter qui sont pilotées par DMC et qui ont été affectées aux spécialistes de l informatique à CDG, qui avaient déjà une charge de travail suffisante. Pourquoi ces missions-là n ont-elles pas été confiées au personnel du standard qui aurait pu monter en compétence et acquérir un savoir-faire supplémentaire? C est la première question que je voudrais vous poser. La deuxième concerne le schéma «Projeter le traitement des appels» qui m inquiète beaucoup plus. Je vais prendre un peu de recul et vous expliquez quelque chose que vous ne savez peutêtre pas. Vous me direz si vous le saviez. Aujourd hui, le est traité en partie par Sitel, mais il est aussi traité en partie par le personnel d Aéroports de Paris et de 21 h à 6 h. Lorsque vous inscrivez que le travail assuré aujourd hui par le standard sera repris en H24 par un plateau

19 téléphonique externe, j en traduis et j en conclus que vous avez pour ambition de retirer cette mission des agents commerciaux d Aéroports de Paris qui l assurent aujourd hui toute la nuit. Outre le fait qu ils vont perdre une mission, je comprends aussi que l on va perdre des postes d agents commerciaux sur ces unités. C est une vraie question. La troisième question concerne le type de poste que vous proposez à ses agents. Je vois qu il y a des postes d agents commerciaux en majorité à Orly Sud et à Orly Ouest, un poste à CDGE, un poste à CDGA. J ai l impression qu il n y a qu un poste de disponible à CDGE et un poste à CDGA. Je vous rappellerai simplement qu il y en a aussi de 10 à CDG1. On a l impression que l on oriente un peu les personnels vers un métier ou vers une plate-forme, c est dommage. Enfin, dernier point, j ai lu dans le projet de formation Aéroports de Paris, qu Aéroports de Paris ambitionne de devenir une entreprise de référence en termes de relation cliente. Aujourd hui, on a choisi Sitel parce que Sitel a, et c est vous qui le dites, de bons résultats qualité. Ma question est simple : est-ce la volonté d Aéroports de Paris d orienter sa politique vers une externalisation de l ensemble des métiers de la relation cliente sous prétexte que les autres sont meilleurs que nous? M. POVEDA (UNSA/SAPAP).- Des choses ont été dites et il y a des choses que je vais rajouter. Je sais que vous n aimez pas que l on traite feuille par feuille, mais quand on voit page une «qu il convient de rappeler que le service du standard téléphonique d entreprise n a pas vocation à renseigner les passagers», je dirais plutôt que vous avez décidé que le standard n est plus là pour renseigner les passagers. À une époque, les passagers téléphonaient au standard pour connaître les horaires. Donc c est vous qui avez décidé que le standard n aurait plus vocation à renseigner les passagers. Au niveau des effectifs, vous nous dites qu il y a huit agents, mais il y en a 10 : on oublie les deux détachements, avec un agent qui est au BLS et un agent qui est au PC plate-forme. Pour l instant ils n ont pas de poste. Je ne reviens pas sur votre analyse des appels, c est votre sauce à vous, c est vous qui décidez, on ne sait pas, on ne peut pas vérifier. Quand vous parlez des évolutions technologiques : c est à cause de cela que l on va être obligé de fermer le standard. Vous oubliez une chose, vous avez enlevé tous les moyens d information, vous avez retiré tout support informatique pour donner des informations aéroportuaires aux sociétés sur le site, des importations des compagnies. Vous leur avez retiré tout cela et aujourd hui vous dites que c est à cause des évolutions technologiques. Non, vous avez enlevé beaucoup de travail à ce personnel. En plus, vous nous dites que «la diminution du nombre d appels s accompagne d un accroissement de l amplitude horaire pendant laquelle l accueil téléphonique est nécessaire». Vous avez fermé le standard la nuit et vous vous plaignez qu il y ait des appels en dehors des heures. Vous avez supprimé tous les supports d information, donc il ne faut pas nous dire que c est à cause de l évolution technologique. Vous dites que «le standard téléphonique existant au sein d Aéroport de Paris n est pas en capacité ni de répondre ni de s adapter à l évolution de l activité au sein de l entreprise» : mais avant il faisait ça, vous leur avez enlevé, il renseignait. Votre objectif est de passer ces appels au 39-50, à la société Sitel. Depuis 2006, votre ambition était de fermer le standard, vous n avez pas eu le courage de le faire avant. Un nouveau cadre est arrivé, qui ne connaît pas l historique et qui s est dit qu il n y avait que 75 appels, que l on allait être obligé de fermer. Il n y a jamais eu une publicité sur le numéro du standard ADP. Vous ne nous faites que de la publicité sur le C était bien votre volonté, donc il faut arrêter de nous dire «que l activité du standard

20 décline de façon manifestement inéluctable», mais c est de votre faute à vous, ce n est pas la faute de l évolution technologique. Maintenant on va parler des effectifs. Je ne voudrais pas rentrer dans une négociation, ce n est pas le rôle du comité d entreprise. Il y a quand même des questions. Ce personnel est impliqué dans un accord pour le standard, un avenant, avec un horaire de 30 heures payées 35 heures. Aujourd hui, vous leur proposez de travailler plus pour le même salaire, déjà là, il va falloir qu on s explique. Dans cette affaire, vous gagnez 309 heures par an et par salarié. Quand vous nous parlez des 271 et des 203, je ne sais pas comment vous avez trouvé ces chiffres-là. Il faut que l on explique. Par rapport à la prime différentielle, on n est pas d accord, il faut faire plus. Au niveau des agents en mi-temps, il y a un poste mi-temps qui est organique : la personne qui travaille sur ce poste à mi-temps a postulé sur ce poste et les deux autres postes en trois quarts, c est pour convenances personnelles. Je veux savoir si on va laisser ces personnes dans ces conditions-là. Si elles sont venues au standard, c est surtout pour ces raisons. Le poste à mitemps est un poste organique, on sera très attentif à ce que vous allez faire. Par rapport à la prime de mobilité de 4 000, c est plus avantageux de prendre la prime de mobilité qui est marquée dans le PASE que vos C est deux fois l échelon du traitement de base moyen, cela fait du ou plus une augmentation de 5 % par personne à charge, donc il faut reprendre le PASE. Pour finir, je reviendrai encore une fois sur le fait que l on va supprimer 10 postes d exécution. La politique de la direction est ce qu elle est, on le sait depuis des mois, depuis des années, on ne veut plus d exécution à Aéroports de Paris, on veut tout sous-traiter. Encore une fois, qui paye? Ce sont les postes IB, c est-à-dire qu il n y a aucune possibilité pour une personne qui voudrait rentrer dans l entreprise et qui n a pas de diplôme de pouvoir le faire. Je le condamne et je le condamnerai tout le temps. Il faut que vous arrêtiez de supprimer ces postes-là. En plus le est payant, alors que le standard ADP était gratuit. J avais oublié. M. VALLALTA (Spe/CGT).- Pour ma part, j oscille entre «j hallucine» et «c est lamentable», mais vu la gestion de l entreprise en ce moment, je suis plus enclin à dire que c est lamentable. Je rejoins M. BERTONE à 100 % sur ce qu il a dit notamment sur les gestionnaires. Cela fait des années que l on vous parle du travail des gestionnaires et je ne comprends pas que vous ne voyez pas les pistes envisageables et comment vous ne vous engouffrez pas dans ces brèches au lieu de vous engouffrer dans des brèches qui sont déplorables. Là où j hallucine, c est parce qu il y a 15 ans, toutes les sociétés comme nous ont toutes pris des centres d appel. J ai travaillé dans un centre d appel, je connais les conditions de travail : pour la plupart du temps, on est intérimaire, payé au SMIC, mais comme on ne fait pas un plein temps, c est au-dessous. On n a pas la formation adéquate, donc qu on ne me parle pas de qualité de service. En tout cas, toutes ces l entreprises qui ont pris des centres d appel, il y a 15 ou 20 ans, se sont aperçus depuis trois ou quatre ans que les clients disaient que les centres d appel étaient un peu n importe quoi, qu il y avait des problèmes de risques psychosociaux, des problèmes d indications et vu le prix exorbitant de ces plateaux, ces entreprises ont commencé à reconsidérer le plateau téléphonique et à réfléchir pour reprendre cette activité au sein de leur propre entreprise. Pour cela, ils ont commencé à réfléchir pour savoir comment cela pouvait devenir rentable.

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi anapec Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Des compétences pour l emploi des emplois pour les

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR :

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Préambule du rapport n 12 Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Ce rapport vous propose d autoriser la signature d une convention de groupement de commandes entre CHAMBERY METROPOLE et la Ville de CHAMBERY afin

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 20 20 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du././20.. au././20.. Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom et adresse

Plus en détail

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES Obtenez plus en osant demander C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute diffusion, par quelque procédé que ce

Plus en détail

Conseils pour votre recherche d entreprise

Conseils pour votre recherche d entreprise Conseils pour votre recherche d entreprise BPC-ESC Freyming BPC-ESC Metz 2 rue de Savoie 57800 FREYMING-MERLEBACH 03 87 94 54 98 06 19 73 07 63 www.bpc-esc.com contact@bpc-esc.fr Suivez notre page :Bpc-esc

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

libérales ou encore des particuliers. La société dispose ainsi d un portefeuille

libérales ou encore des particuliers. La société dispose ainsi d un portefeuille TEMOIGNAGE Temoignage Thierry Mazellier - APAVE Sudeurope Directeur Finance et Comptabilité Apave Sudeurope améliore la qualité de la gestion de son poste clients avec Igrec Au travers de son partenariat

Plus en détail

Pour une réforme structurelle. de la formation professionnelle

Pour une réforme structurelle. de la formation professionnelle Pour une réforme structurelle de la formation professionnelle L accord du 14 décembre 2013 : ce qu il changera, au quotidien, pour les entreprises, les salariés et les demandeurs d emploi 20 13 POUR L

Plus en détail

Optimisez la gestion des compétences dans votre entreprise

Optimisez la gestion des compétences dans votre entreprise GUIDE PRATIQUE ENTRETIEN PROFESSIONNEL Optimisez la gestion des compétences dans votre entreprise 1 ER RÉSEAU D EXPERTS POUR LA FORMATION ET L EMPLOI ENTRETIEN professionnel L article 1er de l accord national

Plus en détail

Compte rendu de la commission caisse issue de l accord NAO

Compte rendu de la commission caisse issue de l accord NAO Compte rendu de la commission caisse issue de l accord NAO La Direction nous a proposé la charte sur les conditions de travail que vous trouverez ci-joint. En bleu les observations qui ont été faites sur

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL?

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12

Plus en détail

Point 1 : Conditions de déplacement :

Point 1 : Conditions de déplacement : Réunion Délégués du Personnel du 3 octobre 2013 Remarque : Un cahier de réclamations a été déposé : points 1 à 10. Les points 11 à 14 ont été posés en séance. La séance est ouverte à 10h05 sous la Présidence

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

La révision de la CCN 51. en 15 points. Evolution. Adaptation. Masse salariale constante. Marges. Négociations locales

La révision de la CCN 51. en 15 points. Evolution. Adaptation. Masse salariale constante. Marges. Négociations locales La révision de la CCN 51 en 15 points Masse salariale constante Marges Evolution Négociations locales Adaptation Edito Les évolutions importantes des secteurs sanitaire, social et médico-social (adaptation

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales. Parc des Expositions de la Nordev

Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales. Parc des Expositions de la Nordev Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales Parc des Expositions de la Nordev Saint Denis Mercredi 13 novembre 2013 Monsieur le Président

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Réussir son approche commerciale avec un prospect. Direction Marketing Clients Firme

Réussir son approche commerciale avec un prospect. Direction Marketing Clients Firme Réussir son approche commerciale avec un prospect 61 Réussir son approche commerciale avec un prospect Organisation de l atelier Durée Thème Pédagogie 20 Réussir un premier RDV avec un prospect (les 2

Plus en détail

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE 1/5 Marie-Anne Barbat-Layani : «C est le bon moment pour investir, pour aller voir sa banque avec un projet». Retrouvez l interview de Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF, qui était

Plus en détail

La FEHAP solde notre convention collective!

La FEHAP solde notre convention collective! SANTÉ SOCIAL La FEHAP solde notre convention collective! Les négociations portant sur la révision de la convention collective, terminées ce 27 juin dernier, se sont traduites par un an de dialogue de sourds,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR RESTAURANT SCOLAIRE DE CORDON

REGLEMENT INTERIEUR RESTAURANT SCOLAIRE DE CORDON Pour toutes correspondances, Merci de nous contacter par mail cantine.cordon@orange.fr REGLEMENT INTERIEUR RESTAURANT SCOLAIRE DE CORDON Le restaurant scolaire de Cordon n est pas communal. Il est géré

Plus en détail

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès?

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? D un côté, les intéressés n ont pas toujours bonne presse et de l autre, les employeurs peuvent parfois voir d un œil des plus suspicieux

Plus en détail

Guide pratique de l agent évalué

Guide pratique de l agent évalué ENTRETIEN PROFESSIONNEL Guide pratique de l agent évalué CENTRE DE GESTION DU BAS-RHIN Sommaire Pourquoi ce guide? PAGE 3 Les objectifs de l entretien professionnel PAGES 4-5 Les acteurs de l entretien

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Séance construction 04/11/04/Armelle

Séance construction 04/11/04/Armelle Séance construction 04/11/04/Armel consigne 1. P Vous alr jouer avec jeu de construction petit ingénieur mais cette fois-ci on va compliquer un petit peu s choses, Johanna, vous me regardez là, A. on va

Plus en détail

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours 2014 Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours Passation Fév-juillet 2014 Dépouillement Août 2014 Une démarche d amélioration En 2012, la SATE 86 s est engagée dans une démarche qualité

Plus en détail

Transcription podcast Edencast : Gérer un serveur vocal avec l Iphone

Transcription podcast Edencast : Gérer un serveur vocal avec l Iphone Transcription podcast Edencast : Gérer un serveur vocal avec l Iphone (9 août 2013) A écouter sur edencast.fr [Générique musical] Voix féminine : edencast.fr vous présente un nouvel épisode de son podcast.

Plus en détail

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur 3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur L employeur a l obligation d assurer l adaptation des salariés à leur poste de travail. Il doit veiller au maintien de leur capacité

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative

Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Secrétariat général Direction générale des ressources humaines Sous-direction du recrutement CONCOURS INTERNE COMMUN POUR LE

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures Licence Professionnelle d Assurances 2012-2013 EXAMEN MODULE «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013 09h30 11h30 Durée 2 heures (document non autorisé) calculatrice

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG

LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG Le CNG contribue au développement professionnel des praticiens hospitaliers et des directeurs de la Fonction Publique Hospitalière dans un objectif

Plus en détail

Compte-rendu réunion de réseau des référents alternance le 29 juin 2015 à la ML de Mitry Mory

Compte-rendu réunion de réseau des référents alternance le 29 juin 2015 à la ML de Mitry Mory Compte-rendu réunion de réseau des référents alternance le 29 juin 2015 à la ML de Mitry Mory Comme chaque année une réunion de réseau a été organisée entre référents alternance des Missions Locales du

Plus en détail

Comment améliorer la performance de la paie?

Comment améliorer la performance de la paie? Comment améliorer la performance de la paie? La performance est aujourd hui un enjeu majeur des cabinets Le 67 e Congrès de l ordre des experts-comptables, qui s est tenu à Paris début octobre, a mis en

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION. La performance achats. Vous & nous pour transformer vos achats

STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION. La performance achats. Vous & nous pour transformer vos achats STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION La performance achats Vous & nous pour transformer vos achats Crop and co Créateur de performance achats Depuis 2004, chez

Plus en détail

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation GRETA M2S Métiers de la Santé et du Social Le salarié et ses droits à la formation Le DIF Droit individuel à la formation ))) Qu est-ce que c est? Le DIF permet au salarié de négocier avec son employeur,

Plus en détail

ce que l UNSA a obtenu

ce que l UNSA a obtenu Agents contractuels de la Fonction publique : ce que l UNSA a obtenu UNSA Fonction publique 21 rue Jules Ferry 93177 BAGNOLET cedex Tél. 01 48 18 88 29 - Fax. 01 48 18 88 95 uff@unsa.org - www.unsa-fp.org

Plus en détail

GUIDE POUR L ENTRETIEN

GUIDE POUR L ENTRETIEN GUIDE POUR L ENTRETIEN PROFESSIONNEL 1 Ce guide s inscrit dans le cadre du décret du 17 septembre 2007 : il vise à faciliter la réalisation de l entretien professionnel, à la fois pour les agents et pour

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE Janvier 2012 Créateur de performance économique 1 Sommaire CONTEXTE page 3 OPPORTUNITES page 4 METHODOLOGIE page 6 COMPETENCES page 7 TEMOIGNAGES page 8 A PROPOS

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

Séance du lundi 16 juin 2008. DELEGATION DE M. Josy REIFFERS

Séance du lundi 16 juin 2008. DELEGATION DE M. Josy REIFFERS Séance du lundi 16 juin 2008 DELEGATION DE M. Josy REIFFERS 305 Séance du lundi 16 juin 2008 D -20080318 Convention de partenariat entre la Ville de Bordeaux et l association Maison de l Emploi de Bordeaux.

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

Thèmes et situations : Agenda et Emploi du temps. Fiche pédagogique

Thèmes et situations : Agenda et Emploi du temps. Fiche pédagogique Ressources pour les enseignants et les formateurs en français des affaires Activité pour la classe : CFP Crédit : Joelle Bonenfant, Jean Lacroix Thèmes et situations : Agenda et Emploi du temps Fiche pédagogique

Plus en détail

régime d assurance collective

régime d assurance collective régime d assurance collective L heure d adhérer Ma ligne de vie Ma ligne de santé Ma ligne de protection de revenu 2 Bonjour, je suis Fiche Adhésion, la toute dernière de la série des fiches. Ma mission

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

Présentation+de+JOB+GE+

Présentation+de+JOB+GE+ SIEGE SOCIAL 37, rue Leclaire 75017 Paris CONTACT P 06 47 93 98 90 contact@fnge.fr Présentation+de+JOB+GE+ A l attention des GE adhérents et non adhérents Administrateurs et personnels de gestion Madame,

Plus en détail

Copropriété. Syndical en. Je veux entrer au Conseil Syndical

Copropriété. Syndical en. Je veux entrer au Conseil Syndical Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions Je veux entrer au Conseil Syndical Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12 82 Fax : 01 40 30 12

Plus en détail

«Utiliser pole-emploi.fr dans sa recherche d emploi» Pas à pas : déposer son CV en ligne

«Utiliser pole-emploi.fr dans sa recherche d emploi» Pas à pas : déposer son CV en ligne «Utiliser pole-emploi.fr dans sa recherche d emploi» Pas à pas : déposer son CV en ligne Sommaire Mon dossier de recherche d emploi Créer mon CV, le mettre en forme et le diffuser Imprimer mon CV, l envoyer,

Plus en détail

Après la RPN du 18 octobre

Après la RPN du 18 octobre Spécial Classification n 2 Le 20 octobre 2013 Après la RPN du 18 octobre PROPOSITIONS DE L EMPLOYEUR POSITION DU SNPDOSS CFECGC LA CLASSIFICATION Six niveaux pour quatre fonctions Les quatre fonctions

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

Introduction. La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail. La chaire Management et Santé au Travail

Introduction. La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail. La chaire Management et Santé au Travail La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail Emmanuel Abord de Chatillon Institut d Administration des Entreprises de Grenoble abord@iae-grenoble.fr 1 La chaire Management

Plus en détail

Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique. Mesdames, Messieurs,

Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique. Mesdames, Messieurs, Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique Mesdames, Messieurs, J ai tout d abord une bonne nouvelle à vous avancer, une bonne nouvelle pour la Fonction publique, c est l adoption par l

Plus en détail

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc.

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 11 mars 2005 Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 2004) Introduction Tous les produits de construction

Plus en détail

Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014

Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014 Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014 À l aube de ce printemps tellement attendu, les indicateurs économiques surveillés par Workopolis semblent pointer vers une hausse graduelle de l emploi

Plus en détail

V QUESTIONS SOCIALES

V QUESTIONS SOCIALES V QUESTIONS SOCIALES Information sur les règlements d établissements spécifiques aux nouveaux centres médicaux, dentaires, optiques et audioprothèses (M2SR) Olivier POUYAUD, représentant de l ASS/MUTUELLE

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google?

Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google? Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google? Préparé par l équipe ALM A l attention de la communauté ALM Novembre 2010 Introduction Comme vous le savez

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION. Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D)

ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION. Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D) ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D) Durée de l entretien : 14mn C : Alors, est-ce que tu peux d abord te présenter et dire en quoi

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés 1 Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés La réforme de la formation professionnelle a été publiée au Journal officiel mars 2014. Nous vous proposons de découvrir

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique»

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» CLÔTURE DES TRAVAUX PAR MADAME CYNTHIA LIGEARD PRESIDENTE DU GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-CALEDONIE 6 novembre 2014 1 Mesdames, Messieurs les

Plus en détail

Journée Entretiens Express Employeurs avec les entreprises partenaires. du Centre de réadaptation de Mulhouse

Journée Entretiens Express Employeurs avec les entreprises partenaires. du Centre de réadaptation de Mulhouse Journée Entretiens Express Employeurs avec les entreprises partenaires du Centre de réadaptation de Mulhouse Historique: Issu du milieu industriel, j ai entrepris une reconversion professionnelle en 1998

Plus en détail

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l opposé vers celle, coulissante, de la penderie, dans

Plus en détail

Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation

Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation Anne Kolasinski Coach de Vie certifiée Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation Prendre vos fonctions Atteindre vos objectifs Améliorer vos performances Renforcer

Plus en détail

Ressources humaines Epreuves

Ressources humaines Epreuves Examen modulaire SVF-ASFC Edition Printemps 2009 Ressources humaines Epreuves Durée de l examen: 60 minutes Moyens auxiliaires autorisés: aucun Collez ici votre timbre d identification SVP! Points: Note:

Plus en détail

La qualité dans les organismes de formation

La qualité dans les organismes de formation Conception Henri HELL 12/2011 Présentation ISO 29990 Conception Henri HELL 30/11/2011 La qualité dans les organismes de formation Henri HELL Ingénieur d Action Régionale Auditeur QSE et automobile Délégation

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES

CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES ANNEXE PROJET ENTRE : Le Département des Deux-Sèvres, représenté par M. Eric GAUTIER, Président

Plus en détail

La réforme de la formation professionnelle pour les élus d entreprise. Les salariés au cœur de leur parcours de formation

La réforme de la formation professionnelle pour les élus d entreprise. Les salariés au cœur de leur parcours de formation La réforme de la formation professionnelle pour les élus d entreprise Les salariés au cœur de leur parcours de formation Loi du 5 mars 2014 27 mars 2015 L esprit de la réforme : une obligation de former

Plus en détail

Actualiser, développer et valoriser les compétences des seniors

Actualiser, développer et valoriser les compétences des seniors Actualiser, développer et valoriser les compétences des seniors Fiche 6 Enjeux Face aux changements importants que connaissent les entreprises : évolution du contenu des métiers, des technologies et des

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU 23 JANVIER 2015

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU 23 JANVIER 2015 COMITE D ENTREPRISE ENFANCE ET FAMILLE 3, Rue de l Ancien Hôpital 44600 SAINT-NAZAIRE Tél : 02 40 22 99 33 PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU 23 JANVIER 2015 Etaient présents : Mr O. MIRA Directeur Général

Plus en détail

Actualité sociale - Juin/ juillet 2015 - Les activités sociales et culturelles et le contrôle URSSAF-

Actualité sociale - Juin/ juillet 2015 - Les activités sociales et culturelles et le contrôle URSSAF- Actualité sociale - Juin/ juillet 2015 - Les activités sociales et culturelles et le contrôle URSSAF- 1- Les principales règles URSSAF en matière d activités sociales et culturelles Il est difficile d

Plus en détail

Colloque du mardi 30 septembre 2014

Colloque du mardi 30 septembre 2014 Colloque du mardi 30 septembre 2014 Accueil par Mme LE PIOUFF. Présentation des intervenants : - Mme TRIBBIA, chargée de mission à l ARACT Lorraine - Mme LAVOIVRE, psychologue du travail au CDG 54 - Mme

Plus en détail

FICHE PRATIQUE L entretien professionnel intégré dans le code du travail

FICHE PRATIQUE L entretien professionnel intégré dans le code du travail FICHE PRATIQUE L entretien professionnel intégré dans le code du travail Créé par l ANI du 05 décembre 2003, l entretien professionnel est intégré en 2014, pour la première fois, dans le Code du travail.

Plus en détail

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Pourquoi évaluer? L évaluation constitue la dernière étape du service d ingénierie que le conseiller de l AGEFOS PME Bretagne peut apporter à l

Plus en détail

Indications pédagogiques E2 / 42

Indications pédagogiques E2 / 42 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques E2 / 42 E : APPRECIER UN MESSAGE Degré de difficulté 2 Objectif intermédiaire 4 : PORTER UN JUGEMENT SUR UN MESSAGE SIMPLE Objectif opérationnel

Plus en détail

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL LES OBLIGATIONS VIS-À-VIS DU CE OU DES DP LES S SUR LES ORIENTATIONS Pour les délégués du personnel Toutes les ETT ayant atteint un effectif d au moins 11 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non,

Plus en détail

Saisie d OD. 1 Qu est-ce qu un OD de régularisation? 2 Lecture d un dossier. a) Par numéro de facture

Saisie d OD. 1 Qu est-ce qu un OD de régularisation? 2 Lecture d un dossier. a) Par numéro de facture Saisie d OD ADAGIO 1 Qu est-ce qu un OD de régularisation? Une OD («Opération Diverse» en comptabilité) est un lot d écritures comptables. Le terme «régularisation» indique que l OD est destinée à corriger

Plus en détail

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations»

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Point d étape de la négociation PPCR 10 Mars 2015 Discours d ouverture de Marylise LEBRANCHU Mesdames et Messieurs, Nous

Plus en détail

Qu entend-on par leadership?

Qu entend-on par leadership? Qu entend-on par leadership? Position d un leader Capacité à diriger L action de diriger Le leadership est une capacité reconnue à un membre d un groupe par les autres membres du groupe de pouvoir influencer

Plus en détail

L importance du volet comptable de la loi organique

L importance du volet comptable de la loi organique Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire Journée d études des trésoriers-payeurs-généraux, relative à la nouvelle fonction comptable - 3 octobre 2003 - Mesdames et

Plus en détail

Pouvons-nous citer votre nom et celui de votre entreprise sur le site ou désirez-vous rester anonyme?

Pouvons-nous citer votre nom et celui de votre entreprise sur le site ou désirez-vous rester anonyme? Pouvons-nous citer votre nom et celui de votre entreprise sur le site ou désirez-vous rester anonyme? Je m appelle Julie Remfort et je travaille au Ministère des Finances à Paris. Quel métier faites-vous

Plus en détail

ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN

ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN Damien et Justine, étudiants en Master IIA (promotion 2011) nous livrent ci-dessous leurs points de vue respectifs sur la formation et plus particulièrement sur le TP-Projet,

Plus en détail

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm. Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.com Accord national du 13 novembre 2014 relatif à la formation

Plus en détail

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR Utilisation du logigramme d activité dans un projet informatique WWW.ANACT.FR OUTILS DE SIMULATION : Logigramme d activité Utilisation du logigramme d activité dans

Plus en détail