1 Pourquoi mettre en place un exercice de crise?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 Pourquoi mettre en place un exercice de crise?"

Transcription

1 1 Pourquoi mettre en place un exercice de crise? 1.1 Pour répondre à une obligation ou incitation réglementaire ou légale Par Alain Chevallier Le lieutenant-colonel Alain Chevallier a servi à la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) pendant vingt-et-un ans, et notamment en tant que chef de la section opération et instruction (SOI) du 2 ème groupement d incendie pendant cinq ans (de 2000 à 2005), groupement qui défend le Val-de-Marne et le Sud-Est parisien. Au cours de ces cinq années, il a eu l occasion à de nombreuses reprises d être commandant des opérations de secours sur des interventions très importantes.

2 Gestion de crise À partir de 2005, il reçoit la mission de préparer les services publics parisiens à l hyperterrorisme. Pour cela, il va réaliser des exercices inopinés de réflexion et de terrain pour permettre aux pompiers, policiers et secouristes d être en mesure d appréhender ce nouveau type de risque. Depuis 2008, il est chargé de mission pour la politique nationale sur les exercices de sécurité civile, à la Direction de la sécurité civile du ministère de l Intérieur, de l Outremer, des Collectivités Territoriales et de l Immigration. Il a mis en place des guides et des formations sur les exercices de crise à destination des états-majors de zone et des préfectures. Il gère un module de gestion de crise, dans une école d ingénieurs, fondé sur l apprentissage par les élèves. Il est également président de l Association pour le management des risques sur les territoires. Depuis la loi de modernisation de la sécurité civile et la directive du Premier ministre/secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) de 2004, l entraînement est devenu une obligation permanente qui s impose à tous, fonctionnaires civils ou militaires, industriels, opérateurs publics ou privés, élus, médias ou simple citoyen. Les extraits du Livre blanc sur la Défense et la Sécurité nationale de 2008 qui sont reproduits dans cette partie renforcent cette idée. Des textes législatifs et réglementaires, des guides existent et traitent des exercices en France. De plus, l enseignement en gestion des risques contribue à favoriser l évaluation, donc l exercice. Pourtant, il existe à ce jour de grandes disparités en termes de crédibilité, de fréquence et de cohérence sur ces exercices. Il faut accentuer par tous les moyens la vulgarisation des exercices pour qu ils deviennent une évidence pour le décideur et son gestionnaire des risques, afin d être prêts le jour où la crise surviendra, car elle viendra! On ne comprendrait pas aujourd hui qu un médicament puisse être mis en vente sur le marché sans une phase rigoureuse de tests préalables. Dans l organisation de la gestion de crises en France, la planification ORSEC, dans ses dispositions générales et spécifiques, mais aussi tous les plans de défense et de sécurité PIRATE, ont été élaborés à partir de mesures de prévention et de protection destinées à diminuer la fréquence et l impact des risques. Les plans de continuité d activité en entreprise doivent répondre au même souci. Ils doivent faire l objet d exercices variés et constants, menés par des personnes formées et rompues à ces pratiques. Grâce à une politique d exercices fiable, des actions concrètes peuvent être jouées et permettre d aller au-delà de la simple réflexion et d idées couchées sur le papier, mais bien de déboucher sur des principes organisationnels compris de tous, et faciles à mettre en œuvre. 2

3 Pourquoi mettre en place un exercice de crise? Un état des lieux Des textes et des guides qui se multiplient En premier lieu, le nouveau Livre blanc sur la Défense et la Sécurité nationale est particulièrement explicite sur les exercices. De nombreux rappels y sont mentionnés. Il existe aussi quelques textes et guides qui doivent être connus du gestionnaire des risques dans le cadre de sa mission. Le Livre blanc sur la Défense et la Sécurité nationale Les extraits suivants du nouveau Livre blanc montrent que les exercices sont au cœur du nouveau dispositif : ** «La France propose que l action de l Union européenne contre le terrorisme soit intensifiée, selon les modalités suivantes : [ ] l organisation d exercices conjoints, entre États frontaliers, faisant intervenir l ensemble de la chaîne de décision, d intervention, de communication» (Page 94.) «Le dispositif de sécurité intérieure et de sécurité civile doit se préparer aux formes d agression ou de crise qui peuvent toucher gravement le territoire national. En conséquence, les moyens civils et les moyens militaires développeront de nouvelles formes de coopération [ ] cette stratégie conduit à la mise en place de procédures connues et appliquées à tous les niveaux, testées par des exercices interministériels.» (Page 129.) «La prévention des crises d origine non intentionnelle repose sur une organisation nationale, sur des politiques européennes et sur le soutien à des exercices internationaux [ ] Elle [la France] financera des programmes d information et de communication auprès des citoyens européens et organisera des exercices entre États membres.» (Page 162.) «L objectif premier étant d éviter le développement pandémique, le premier volet de la stratégie porte sur la connaissance et l anticipation et simultanément sur la prévention. Il comporte [ ] la formation des intervenants et leur entraînement par des exercices» (Page 164.) «Renforcer la protection contre les menaces NRBC [ ] Dans ce domaine encore plus que dans d autres, les entraînements et les exercices communs seront développés afin de mettre en situation sur le terrain, avec le plus grand réalisme possible, toutes les catégories d acteurs de secours, de sécurité et de santé, et de roder les procédures d intervention conjointe.» (Page 179.) 3

4 Gestion de crise «Planifier et professionnaliser la communication de crise [ ] Les exercices nationaux et zonaux de validation des plans associeront l ensemble des acteurs impliqués dans la gestion de crise, y compris les représentants des plus hautes autorités politiques, les médias, les élus locaux et les opérateurs publics et privés.» (Page 189.) «Faire des médias d information un partenaire majeur en cas de crise [ ] Avec l accord des responsables des médias, les professionnels seront en outre associés aux exercices de crise.» (Page 190.) «Les zones de défense et de sécurité assureront en particulier : [ ] l appui aux départements en matière de planification, d exercices et de formation» (Page 193.) «L entraînement des intervenants [ ] La cohérence de la réponse à une crise majeure nécessite que les différents intervenants se soient régulièrement entraînés ensemble, à tous les niveaux. Des progrès importants doivent encore être accomplis, dans ce domaine et dans l analyse des retours d expérience. Une planification interministérielle à long terme des exercices sera mise en place à cette fin» (Page 195.) «Le ministère des affaires étrangères et européennes [ ] assurera le pilotage interministériel de la gestion des crises extérieures, quelle que soit leur nature. Il s appuiera [ ] sur un centre opérationnel de veille et d appui à la gestion des crises extérieures [ ] Il préparera aussi l action des pouvoirs publics, [ ] et par l organisation d exercices ad hoc» (Page 259.) «La formation des élus locaux [ ] Ils doivent donc être mieux associés à la conception des plans locaux de crise et à l ensemble des exercices» (Page 302.) La synthèse des textes régissant les exercices Cette synthèse a été rédigée sur la base de sept documents pivots : ** La loi n de modernisation de la sécurité civile, du 13 août 2004 ; Le décret n portant sur la création du comité interministériel aux crises nucléaires ou radiologiques, du 8 septembre 2003 ; Le décret n relatif au plan Organisation de la Réponse de Sécurité Civile (ORSEC), pris pour l application de la loi de modernisation de la sécurité civile, du 13 septembre 2005 (article 4) ; Le décret n relatif aux PPI, pris pour l application de la loi de modernisation de la sécurité civile, du 13 septembre 2005 (article 11) ; 4

5 Pourquoi mettre en place un exercice de crise? La directive interministérielle relative à la politique nationale d exercices de défense et de sécurité n 1210/SGDN/PSE/PPS du 15 novembre 2004 ; La circulaire NOR INTE/05/00003/C du 5 janvier 2004, décrivant la politique nationale d exercices et sa programmation pour la période ; La circulaire SGDN/DDSC relative à la planification 2005 des exercices de crise relatifs aux INB et aux TMR. Le tableau ci-après résume brièvement les principales références disponibles : Tableau 1.1 Principales références disponibles Nom Textes Périodicité Code de la Défense (articles L et R ). Tous exercices Loi du 13 août 2004 de modernisation de la sécurité civile (Titre 3 de l annexe). Directive interministérielle n 1210/SGDN/ PSE/PPS du 15 novembre 2004, relative à la politique nationale d exercices de défense et de sécurité civile. 1 exercice «en vraie grandeur» par département et par an. Circulaire annuelle relative à la politique nationale d exercices (programmation des exercices). Circulaire diffusée par la DGSCGC au cours du 4 ème trimestre de l année N pour l année N + 1. ORSEC Décret n du 13 septembre 2005, relatif au plan ORSEC (article 4). Calendrier annuel ou pluriannuel arrêté par chaque préfet de département, de zone maritime. POI Décret n du 21 septembre L exploitant doit tester son POI tous les trois ans maximum (souhaitable une fois par an). PPI Décret n du 13 septembre 2005 relatif aux PPI (article 11). 5 ans (règle générale) : les grands barrages ; les ouvrages d infrastructures liées au TMD ; 3 ans pour : installations classées Avec Servitudes (AS) ; Stockages souterrains de gaz naturel, d hydrocarbures liquides, liquéfiés ou gazeux ou de produits chimiques à destination industrielle. 5

6 Gestion de crise Nom Textes Périodicité NUC & RAD Directive interministérielle du 7 avril 2005 sur l action des pouvoirs publics en cas d événement entraînant une situation d urgence radiologique (paragraphe VI-2). Circulaire annuelle relative à la planification des exercices d urgence nucléaire et radiologique. Règle générale : 5 ans (cf. décret relatif aux PPI) fréquence abaissée pour les sites nucléaires complexes ; Exercices locaux organisés par les pouvoirs publics et exploitants ; Exercices proposés aux départements sans PPI (exercices sur TMR ou situations d urgence diffuse). Aérien Consignes permanentes SAR (Search and Rescue Recherche et sauvetage d aéronefs en détresse) de la DGAC (Titre VI). Un exercice international, national ou régional par an et par RCC (Rescue Coordination Center Centre de Coordination de Sauvetage), RSC (Rescue Sub Center Centre Secondaire de Sauvetage) ou PC SAR (Poste de Coordination SAR). Aérodrome Circulaire interministérielle n du 10 novembre 1999 relative au plan de secours aérodrome pour les accidents d aéronefs en zone d aérodrome ou voisine d aérodrome. 2 ans : exercice d application générale. Années intermédiaires : exercices partiels (normes internationales OACI). Ferroviaire (y compris les tunnels) Instruction interministérielle n du 27 mars 2001, PSS pour les accidents ferroviaires (chapitre IV). 1 an : exercices partiels. 5 ans : exercices de portée générale. Tous les ans dans les tunnels binationaux. Tunnels routiers de + de 300 m L article R du code de la voirie routière. 1 exercice annuel. POLMAR Instruction interministérielle du 2 avril par an par façade maritime. 1 tous les trois ans au moins par département. Pandémie grippale Plan gouvernemental du 9 janvier exercice par zone et par an. 1 exercice par département chaque année. Canicule Plan national canicule annuel. Régulièrement à tous les niveaux. Etc Etc. Etc. 6

7 Pourquoi mettre en place un exercice de crise? Les trois grands acteurs nationaux sur les exercices sont : ffle Secrétariat général de la Défense et de la Sécurité nationale (SGDSN) qui fixe la politique d exercice de défense et de sécurité au niveau national et laisse au préfet de zone la définition de la politique régionale. Il coordonne le niveau régional (interdépartemental). ffle ministère de l Intérieur, de l Outre-Mer et des Collectivités Territoriales (MIOMCT) qui définit la politique des exercices de sécurité civile au niveau national et laisse au préfet de département la définition de la politique locale ; ffle CICNR 1 (dont le secrétariat est assuré par le SGDSN) est en charge de veiller à la planification, à la direction des exercices dits d intérêt majeur et de suivre l évaluation des exercices d urgence radiologique (accidentelle ou terroriste). Des guides en ligne Il existe six guides téléchargeables 2 sur le site du ministère de l Intérieur, permettant au plus grand nombre, y compris les entreprises, de les réaliser : ffle guide Mémento en 10 points sur les exercices de sécurité civile ; ffle guide pour l élaboration d exercices PCS pour plans communaux de sauvegarde ; ffle guide méthodologique sur la réalisation des exercices PPI ; ffle guide méthodologique Comment réaliser un exercice cadre ou terrain (paru cet été) ; ffle guide méthodologique sur la réalisation des exercices séismes (en cours de parution) ; ffle guide méthodologique sur les exercices sur le réseau ferré national (en cours de parution) La cartographie des risques et l entraînement des acteurs Tous ces textes, s ils sont indispensables, ne suffisent pas. Il faut que le gestionnaire des risques soit convaincu que les exercices sont une partie importante de son travail. Il doit aussi s en servir pour fédérer tous les acteurs impliqués par une crise de son niveau, lui permettant au final de faire partager cette culture du risque, indispensable pour faire reculer la crise. 1 Comité Interministériel aux Crises Nucléaires ou Radiologiques. 2 7

8 Gestion de crise Mieux cerner les risques et savoir identifier les signaux faibles Grâce aux exercices, il est non seulement possible mais essentiel de tester les procédures, les plans mis en place dans le public comme dans le privé. S ils sont réalistes, progressifs, pris en considération par les plus hauts niveaux décisionnels de la structure testée, ils apporteront des éléments indispensables au gestionnaire des risques et, par voie de conséquence, aux décideurs. Par l obligation de participer aux exercices, on obtient des joueurs une véritable prise de conscience des problèmes qui peuvent survenir dans leur activité professionnelle. Ainsi, ils deviennent acteurs de la gestion des risques et capables d analyser les signaux faibles annonciateurs d incidents ou d accidents majeurs. Le Code du travail et les comités d hygiène, sécurité et des conditions du travail, ont par exemple permis de faire évoluer le risque professionnel, mais on ne touche là qu une infime partie des risques. Cependant, il faut reconnaître que cela a permis au sein des plus grandes entreprises de créer les conditions de cette prise de conscience grâce à la mise en place, notamment, des sauveteurs secouristes du travail. Encore trop souvent, ces exercices sont considérés comme une perte de productivité, donc une perte de temps. Pourtant, la pratique régulière d exercices développe le pragmatisme des personnes qui s entraînent. 8 Entraîner tous les acteurs publics et privés Les exercices, de portée départementale au minimum dans le public ou du niveau de l entreprise dans son ensemble dans le privé, obligent tous les acteurs à travailler ensemble. Pour la plupart, certains se connaissent au cours de réunions, mais n ont jamais eu l occasion d être confrontés en commun à un problème d envergure. Pourtant, un exercice permet à chacun de mettre en avant ses propres qualités et de les faire connaître aux autres. Prestataires privés et publics ont tous des connaissances et des méthodes de travail utiles aux autres. Grâce aux exercices et au contact des opérationnels, les décideurs ne peuvent qu acquérir des capacités d anticipation nécessaires en cas de crise. Ils peuvent ainsi développer leurs propres compétences. Cela ne peut se faire qu au prix d exercices réguliers. Toutefois, la peur de l échec porte un grave préjudice à la bonne pratique des exercices.

9 Pourquoi mettre en place un exercice de crise? Faire reculer la crise Patrick Lagadec exprime sans contestation possible l importance des exercices. Comme il l écrit, les «exercices de simulation sont indispensables pour préparer nos dirigeants à savoir appréhender une situation où les repères disparaissent 3». S entraîner a un réel impact sur les acteurs. Les professionnels de l urgence le savent, car c est leur métier. Ils acquièrent ainsi naturellement les automatismes propres à la gestion d une urgence. Vos dirigeants doivent donc s entraîner régulièrement là où d autres, dont c est le métier, ont eux-mêmes mis des années pour obtenir certains automatismes. Grâce à un entraînement régulier, vous êtes en mesure d éloigner la crise, car vous apprenez à garder votre équilibre sur un terrain glissant. L acquisition d actes réflexes obtenus au prix d entraînements répétés aide à prendre du recul et à relativiser la gravité du moment. La crise perd de sa puissance et devient d abord une situation où l urgence prime. Elle n est plus vécue comme un traumatisme. Il est donc possible grâce aux exercices de devenir un cadre capable de réflexes salutaires quand une situation n est plus maîtrisée et qu elle dérive vers une crise Le retour d expérience (REX) Même si les acteurs publics et privés ont saisi toute l importance du retour d expérience, suite à un incident ou à un accident, il reste cependant difficile de les amener à se livrer totalement par peur de la sanction juridique. Le REX sur les exercices ne véhicule pas cette notion de faute si tout le monde a bien compris que c est le seul moment où l erreur est permise! La judiciarisation annihile le REX sur les événements réels Les bases REX existent comme la base ARIA 4 sur les incidents ou les accidents industriels, se développent et font progresser la planification et les modes d organisation. C est très certainement dans le domaine de l hygiène et de la sécurité que les progrès ont été les plus importants. Régis par le Code du travail, les comités d hygiène, de sécurité et des conditions de travail ont beaucoup contribué au REX. Cependant, la judiciarisation de notre société freine cette recherche de compréhension des erreurs commises pour mieux les éviter la fois suivante. Le monde des assurances n est pas exempt de tout reproche dans ce domaine. On voit bien qu il devient indispensable de s entraîner pour éviter tous ces désagréments. Dans le monde d aujourd hui, il faut un responsable, parfois un coupable tout désigné. 3 «Les exercices de simulation, une voie essentielle d apprentissage», La Lettre des Cindyniques, n 34 (2001). 4 aria.developpement-durable.gouv.fr 9

10 Gestion de crise 10 Le REX exercices permet d aller plus loin sans prendre de risque Il y a donc une vraie plus-value dans la réalisation de REX sur des exercices. Une fois les acteurs mis en confiance, ils acceptent de reconnaître leurs erreurs, notamment au cours du REX à chaud. C est aussi à ce moment-là que la mémoire est intacte sur l événement. Ce dernier intervient au moment où tous les intervenants sont très attentifs. La meilleure manière d obtenir des critiques fiables est de demander aux joueurs de dire eux-mêmes comment ils ont ressenti l exercice. Pour éviter le côté «Alcooliques Anonymes», il est important de leur demander les points positifs et les points à améliorer. Ils vont souvent plus loin dans leurs auto-critiques que ce que vous auriez osé leur dire. Quand on gère des exercices, il est très important de connaître toutes les règles essentielles à un bon REX. Le REX exercice est plus précis Le REX à froid se fait avec des évaluateurs qui s intéressent aux objectifs visés, dès la conception de l exercice. Ceci est irréalisable avec un événement réel. Les seuls évaluateurs à votre disposition sur ces événements sont les boîtes noires des avions, les appareils enregistreurs à bord des trains, les disques horodateurs des camions, les témoins éventuels et les images vidéo enregistrées par les caméras de surveillance. L exercice permet donc un REX plus poussé, et surtout de pouvoir le mettre en ligne, et le diffuser puisqu il n y a pas de conséquence juridique. Il faut cependant prendre quelques précautions d usage pour éviter tout ressenti. Les évaluateurs peuvent être très précis dans leurs critiques, il faut alors les nuancer. Vous devez éviter qu une remarque ou une observation soit nominative. Si l erreur relevée est individuelle, il ne faut pas hésiter à la généraliser en relevant que cette erreur d appréciation aurait pu arriver à n importe qui et que l intérêt de l exercice est à la fois d éviter de la commettre et d acquérir des attitudes réflexes grâce au drill. Dans les exercices, le REX est essentiellement une affaire de tact pour amener les gens à accepter leurs erreurs, et surtout à avoir envie de participer à nouveau à des exercices. Une fois ce principe admis par tous, vos REX seront très suivis. Pour cela, il faut aussi qu ils soient accessibles au plus grand nombre, si possible sur un site internet ou intranet. C est là aussi que se dessine l intérêt des exercices inopinés. Si des joueurs potentiels sont informés qu il y a un exercice, mais qu ils ne savent pas quand il aura lieu, ils vont certainement lire le REX de l exercice précédent. Grâce aux REX exercices, les progrès enregistrés et l amélioration de la planification sont indéniables.

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

PREFECTURE DE LA HAUTE-SAVOIE. Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles

PREFECTURE DE LA HAUTE-SAVOIE. Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles PREFECTURE DE LA HAUTE-SAVOIE Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles 1 Le maire face à la crise Sessions d information décentralisées des élus en Haute-Savoie Septembre / Octobre

Plus en détail

O.R.SE.C. pour la protection générale > des populations. Direction de la Sécurité Civile

O.R.SE.C. pour la protection générale > des populations. Direction de la Sécurité Civile O.R.SE.C. MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES pour la protection générale > des populations Direction de la Sécurité Civile Le risque zéro n existe pas Tempête de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Exercice de sécurité civile SEVESO - APERAM. Jeudi 4 décembre 2014

DOSSIER DE PRESSE. Exercice de sécurité civile SEVESO - APERAM. Jeudi 4 décembre 2014 DOSSIER DE PRESSE Exercice de sécurité civile SEVESO - APERAM Jeudi 4 décembre 2014 Exercice de sécurité civile Jeudi 4 décembre 2014 Un exercice de sécurité civile est prévu le jeudi 4 décembre 2014 sur

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

Outils à disposition des organisations pour gérer les crises routières

Outils à disposition des organisations pour gérer les crises routières Association des Directeurs des Services Techniques Départementaux Outils à disposition des organisations pour gérer les crises routières Frédéric EVESQUE (CETE de Lyon) Jeudi 28 mai 2009 - Centre de Congrès

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification DOSSIER DE PRESSE DES Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion des crises Sous-direction de la planification et de la gestion des crises Contact presse : COMMUNIQUÉ DE PRESSE Les départements

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93

Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93 Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93 Contexte Evolia93, plateforme des services à la personne en Seine-Saint-Denis a pour mission la structuration et la professionnalisation

Plus en détail

LE DI S PO S I TI F DE P ARTE ME NTA L

LE DI S PO S I TI F DE P ARTE ME NTA L LE DI S PO S I TI F O RS E C DE P ARTE ME NTA L Planification des secours et préparation de crise : le Dispositif ORSEC La loi n 2004-811 du 13 août 2004 de modernisation de la sécurité civile définit

Plus en détail

Livret de suivi du candidat(outil B)

Livret de suivi du candidat(outil B) A chaque étape du parcours CQP, son outil : Branche de la Miroiterie, Transformation et Négoce du Verre CQP Animateur d équipe de 1 er niveau Livret de suivi du candidat(outil B) Document à remplir par

Plus en détail

Département de Lot-et-Garonne. Plan Communal de Sauvegarde P.C.S. D.D.T SRS / CSRT

Département de Lot-et-Garonne. Plan Communal de Sauvegarde P.C.S. D.D.T SRS / CSRT Département de Lot-et-Garonne Plan Communal de Sauvegarde P.C.S. D.D.T SRS / CSRT Pôle Sécurité Défense Bernard BRIZARD 2010 7 étapes essentielles pour conduire le projet PCS... Déclinaison étape par étape

Plus en détail

2 - Quels sont les intérêts des exercices?

2 - Quels sont les intérêts des exercices? FICHE N 29 : LES ENTRAÎNEMENTS - EXERCICES DE SIMULATION 1 - Qu est-ce qu un exercice? Les exercices servent à mettre en œuvre de manière pratique les dispositions prévues dans le PCS en se substituant

Plus en détail

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France»

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Plan Séisme Chantier N 1- Action 1.4.2 Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Rapport AFPS Contrat AFPS / MEDD N CV05000137

Plus en détail

Catalogue des Formations 2013

Catalogue des Formations 2013 Catalogue des Formations 2013 LES STAGES 1. Formation initiale (4 modules) A. CCFF/CCPR/RCSC Organisation et Partenaires. B. Connaissance et utilisation des moyens radios. C. Connaissance et utilisation

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires FICHE-MESURE Plan pandémie grippale 3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires Validation : 13/10/2011 Ministère-pilote et rédacteur : Ministère chargé de l intérieur Ministères

Plus en détail

Gestion de crise en milieu hospitalier : Evolution de la réflexion

Gestion de crise en milieu hospitalier : Evolution de la réflexion 54 es Journées d'études et de formation des Ingénieurs Hospitaliers de France TOULOUSE 2014 Gestion de crise en milieu hospitalier : Evolution de la réflexion Mme Frédérique BRAYDA- CASABONNE Bonjour,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Arrêté du 30 septembre 2013 relatif aux formations des sapeurs-pompiers professionnels NOR : INTE1315095A Publics concernés : sapeurs-pompiers

Plus en détail

Catalogue des Formations 2014

Catalogue des Formations 2014 Catalogue des Formations 2014 LES STAGES 1. Formation initiale (4 modules) A. CCFF/CCPR/RCSC Organisation et Partenaires. B. Connaissance et utilisation des moyens radios. C. Connaissance et utilisation

Plus en détail

Risque inondation : De l'information préventive à la gestion de crise

Risque inondation : De l'information préventive à la gestion de crise Forum SMBV Pointe de Caux - Épouville Risque inondation : De l'information préventive à la gestion de crise Préfecture de la Seine-Maritime SIRACED PC - septembre 2011 le SIRACEDPC Service Interministériel

Plus en détail

EXERCICES SÉCURITÉ CIVILE

EXERCICES SÉCURITÉ CIVILE EXERCICES DE SÉCURITÉ CIVILE Comment les préparer? Les réaliser? Les évaluer? MÉMENTO EN 10 POINTS Direction de la Sécurité Civile EXERCICES DE SÉCURITÉ CIVILE Comment les préparer? Les réaliser? Les évaluer?

Plus en détail

Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche

Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche Rappel Le «Prix Recherche» a pour objectif de créer et de diffuser des «supports d application 1» à destination des acteurs de terrain 2 pour que

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS Introduction : Qui parmi vous connaît l existence de ce document unique? Généralement, hormis les chefs

Plus en détail

Les élus-employeurs et la prévention des risques professionnels. Service : Conditions de Travail. Date : 03/12/2015 www.cdg35.fr

Les élus-employeurs et la prévention des risques professionnels. Service : Conditions de Travail. Date : 03/12/2015 www.cdg35.fr Les élus-employeurs et la prévention des risques professionnels Sommaire La prévention : a priori et enjeux Historique de la réglementation L organisation de la prévention en collectivité L accompagnement

Plus en détail

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement 1 Contexte et objectifs

Plus en détail

Plan de Vidéoprotection pour Paris

Plan de Vidéoprotection pour Paris LA PRÉFECTURE DE POLICE la préfecture de police Plan de Vidéoprotection pour Paris Information sur le dispositif RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Égalité Fraternité À quoi sert la vidéoprotection? Les caméras

Plus en détail

CONFERENCE SALON PREVENTICA DES 02 & 03 JUIN 2004

CONFERENCE SALON PREVENTICA DES 02 & 03 JUIN 2004 CONFERENCE SALON PREVENTICA DES 02 & 03 JUIN 2004 ENJEUX DU RISQUE ROUTIER : LES MOYENS POUR Y FAIRE FACE Intervenant : Stéphane DEVELTER Consultant en sécurité routière Faire de la prévention : pourquoi?

Plus en détail

D I C R I M. Les principales conséquences d un accident lors du transport de matières dangereuses peuvent être :

D I C R I M. Les principales conséquences d un accident lors du transport de matières dangereuses peuvent être : LE RISQUE TMD (Transport de matières dangereuses) Une marchandise dangereuse est une matière ou un objet qui, par ses caractéristiques physicochimiques (toxicité, réactivité ) peut présenter des risques

Plus en détail

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

Formation continue pour l année 2006 des formateurs aux premiers secours en équipe

Formation continue pour l année 2006 des formateurs aux premiers secours en équipe Paris, le 10 février 2006 DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES SOUS-DIRECTION DES SAPEURS-POMPIERS ET DES ACTEURS DU SECOURS BUREAU DU VOLONTARIAT, DES ASSOCIATIONS ET DES RESERVES COMMUNALES

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Arrêté du 12 mai 2014 relatif au livret d apprentissage des catégories A1, A2 et A du permis de conduire NOR : INTS1409938A Publics

Plus en détail

Ce document est destiné à suivre le parcours de formation d un candidat au CQP «Conduite de ligne de conditionnement», en intégrant :

Ce document est destiné à suivre le parcours de formation d un candidat au CQP «Conduite de ligne de conditionnement», en intégrant : Commission Paritaire Nationale de l Emploi des Industries de Santé CQP «Conduite de ligne de conditionnement» Livret de suivi de la formation en contrat de professionnalisation Nom et prénom du candidat

Plus en détail

FICHE METIER Responsable de service

FICHE METIER Responsable de service DOCUMENT DE TRAVAIL FICHE METIER Responsable de service METIER RESPONSABLE DE SERVICE Date de création/modification Janvier 2011 Définition du métier En relation et en cohérence avec les objectifs de la

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Synergie Qualité. Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG :

Synergie Qualité. Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG : Synergie Qualité Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG :. L éthique humanitaire. La gouvernance associative. La gestion des ressources humaines. Le cycle de

Plus en détail

LA CERTIFICATION PROFESSIONNELLE DU METIER DE SAUVETEUR EN MONTAGNE CISA IKAR 2006 KRANJKA GORA

LA CERTIFICATION PROFESSIONNELLE DU METIER DE SAUVETEUR EN MONTAGNE CISA IKAR 2006 KRANJKA GORA LA CERTIFICATION PROFESSIONNELLE DU METIER DE SAUVETEUR EN MONTAGNE CISA IKAR 2006 KRANJKA GORA INTRODUCTION CETTE DEMARCHE DE CERTIFICATION PROFESSIONNELLE A EU POUR BUT LA RECONNAISSANCE PAR L ETAT DE

Plus en détail

Développement des sites internet publics

Développement des sites internet publics Premier ministre Ministère de la fonction publique et de la réforme de l Etat 22 décembre 2000 Note n 008748 Développement des sites internet publics dossier suivi par Annie Henrion Tél. 01.42.75.80.79

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE (DU) DU SPECTACLE VIVANT

DOCUMENT UNIQUE (DU) DU SPECTACLE VIVANT DOCUMENT UNIQUE (DU) DU SPECTACLE VIVANT RÉGLEMENTATION ET MODE D EMPLOI Syndicat National des Producteurs, Diffuseurs et Salles de Spectacles Enregistré sous le n 17947 23, boulevard des Capucines - 75002

Plus en détail

Objet : Politique micro-informatique des préfectures et sous-préfectures. Application ERP V1.03 en réseaux.

Objet : Politique micro-informatique des préfectures et sous-préfectures. Application ERP V1.03 en réseaux. CIRCULAIRE n NOR/INT/E/99/00089/C Paris, le 14 avril 1999 Le Ministre de l Intérieur à Mesdames et Messieurs les préfets de métropole et d Outre-Mer - Cabinet - Objet : Politique micro-informatique des

Plus en détail

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Bertrice LOULIERE, coordonnateur OMEDIT ARS Aquitaine Journée Qualité et Sécurité des Soins dans les établissements de santé 30 septembre 2011

Plus en détail

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre 5-7 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE 94160 SAINT MANDE Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre - Actions individuelles : diagnostic RH et accompagnement des

Plus en détail

Valoriser son parcours professionnel

Valoriser son parcours professionnel Module - 1 Valoriser son parcours professionnel Vous devez vous préparez à intégrer le marché du travail. Pour cela, vous allez devoir apprendre à parler de vos études en termes professionnels et non disciplinaires.

Plus en détail

Formations à la "Gestion civilo-militaire des crises extérieures" 1 er semestre 2014

Formations à la Gestion civilo-militaire des crises extérieures 1 er semestre 2014 I N S T I T U T D E S H A U T E S É T U D E S D E D É F E N S E N A T I O N A L E Formations à la "Gestion civilo-militaire des crises extérieures" 1 er semestre 2014 Sensibilisation au concept de "Gestion

Plus en détail

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST)

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Document élaboré par la Commission Enseignement Supérieur du CNESST. Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Ce référentiel rassemble des compétences de base en santé et

Plus en détail

1 - Identification des contraintes régissant l alerte

1 - Identification des contraintes régissant l alerte FICHE N 13 : ÉLABORER UNE CARTOGRAPHIE DE L ALERTE Si le document final du PCS ne contient que le règlement d emploi des moyens d alerte en fonction des cas envisagés (cf. fiche suivante), l obtention

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 1997 03 42 69 0156 Catégorie : C* Dernière modification : 10/09/2009 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Chargé (e) de travaux

Plus en détail

RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE

RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DE FORMATION RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Le présent référentiel est un référentiel interministériel

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 La sécurité ferroviaire demande de réinterroger périodiquement

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Liste des activités visées par le diplôme, le titre ou le certificat

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Liste des activités visées par le diplôme, le titre ou le certificat RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) MASTER Spécialité MANAGEMENT DU SPORT Autorité responsable de la certification (cadre 2) Qualité du(es) signataire(s) de la certification

Plus en détail

La gestion des crises de sécurité civile

La gestion des crises de sécurité civile PRÉFET DE ZONE DE DÉFENSE ET DE SÉCURITE ANTILLES La gestion des crises de sécurité civile 34 ème Rencontre Nationales du GP Sup UAG 12-13 novembre 2012 ETAT MAJOR INTERMINISTERIEL DE ZONE ANTILLES Qu

Plus en détail

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE ANNEXE A MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE MISE À JOUR EN AOÛT 2015 MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE 1. Les outils

Plus en détail

Cycle Management de Projet

Cycle Management de Projet Cycle Management de Projet Tunis 2013 Résultats attendus de la formation Les entreprises pour devenir plus performantes et faire face à la concurrence doivent intégrer la gestion par projets en transversal.

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Profil d enseignement

Profil d enseignement Profil d enseignement Catégorie économique Bachelier Assistant de direction Secteur Sciences humaines et sociales Domaine 9 : Sciences économiques et de gestion Niveau CFC Bachelier professionnalisant,

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

Plan national de réponse à un accident nucléaire ou radiologique majeur

Plan national de réponse à un accident nucléaire ou radiologique majeur PREMIER MINISTRE Plan national de réponse à un accident nucléaire ou radiologique majeur ERIC GOSSET, YOHANN DERRIEN, LAURENT DUCAMIN SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DE LA DÉFENSE ET DE LA SÉCURITÉ NATIONALE DIRECTION

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

Formation des membres du CHSCT

Formation des membres du CHSCT CONSEIL D ADMINISTRATION DU 22 JANVIER 2013 Formation des membres du CHSCT Organisme formateur : IRA Bastia Durée formation : 6 jours Date proposée : 1 er session : 28, 29 et 30 janvier 2 ème session :

Plus en détail

FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS

FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS Durée : Participants : Public : Pré-requis : 5 jours (effectif > 300 pers) 4 à 9 personnes Membres du CHSCT Délégués du personnel investis des

Plus en détail

Compétences à la carte, en fonction de l activité et de l organisation de l entreprise :

Compétences à la carte, en fonction de l activité et de l organisation de l entreprise : FICHE MÉTIER CHEF D ENTERPRISE Il définit et pilote l activité de l entreprise sur le plan technique, économique, commercial et financier. Il manage le personnel de l entreprise. En fonction de la taille

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION RESSOURCES HUMAINES

CONSEIL INGENIERIE FORMATION RESSOURCES HUMAINES RESSOURCES HUMAINES Optimiser sa communication et ses relations de travail Communiquer face à des situations difficiles Développer et optimiser les capacités de sa mémoire Gérer son temps Gérer et anticiper

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

guide d auto-évaluation

guide d auto-évaluation guide d auto-évaluation PROMOUVOIR LE RÔLE DES CHSCT dans les établissements est une priorité du plan régional santé au travail (PRST) de Midi- Pyrénées. Dans ce cadre, un groupe de travail pluridisciplinaire

Plus en détail

Cascade. Logiciel d aide à la gestion de crises. Préparation aux crises Exercices et formations Gestion de crise en temps réel Retour d expérience

Cascade. Logiciel d aide à la gestion de crises. Préparation aux crises Exercices et formations Gestion de crise en temps réel Retour d expérience Cascade Logiciel d aide à la gestion de crises Préparation aux crises Exercices et formations Gestion de crise en temps réel Retour d expérience http://www.overmind-dynamic.com Qu est-ce que Cascade? Cascade

Plus en détail

CARGILL. CARGILL Port de commerce 29200 BREST

CARGILL. CARGILL Port de commerce 29200 BREST MAITRISE DES RISQUES ETABLISSEMENT CARGILL Plaquette d information «Les citoyens ont un droit à l information sur les risques majeurs auxquels ils sont soumis dans certaines zones du territoire et sur

Plus en détail

Conseil et formation

Conseil et formation Conseil et formation Pour répondre efficacement aux sollicitations de nos clients, nous avons bâti une relation «cousue-main» avec une équipe de consultants expérimentés indépendants dont la richesse se

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

Guide individuel Jury CQP Responsable de magasin en BVP

Guide individuel Jury CQP Responsable de magasin en BVP Date de l évaluation Nom et fonction du membre du jury Nom et prénom du candidat Entreprise du candidat Activités Industrielles de Boulangerie Ce guide est destiné à chaque membre du jury Guide individuel

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT entre la PRÉFECTURE DES ALPES-MARITIMES et la CAISSE REGIONALE d'assurance MALADIE du SUD- EST

CONVENTION DE PARTENARIAT entre la PRÉFECTURE DES ALPES-MARITIMES et la CAISSE REGIONALE d'assurance MALADIE du SUD- EST CONVENTION DE PARTENARIAT entre la PRÉFECTURE DES ALPES-MARITIMES et la CAISSE REGIONALE d'assurance MALADIE du SUD- EST en vue de prévenir le risque routier encouru par les salariés Entre la Préfecture

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

Axe 1. Adapter et valoriser son offre auprès des clientèles dans une logique de territoire.

Axe 1. Adapter et valoriser son offre auprès des clientèles dans une logique de territoire. CAHIER DES CHARGES - ANNEE 2011 PROGRAMME LOCAL DE FORMATION Territoire concerné : Grand Villeneuvois Fumélois Lémance Axe 1. Adapter et valoriser son offre auprès des clientèles dans une logique de territoire.

Plus en détail

Fiche Hygiène et Sécurité. Assistant de prévention / Conseiller de prévention

Fiche Hygiène et Sécurité. Assistant de prévention / Conseiller de prévention Stop Info! Assistant de prévention / Conseiller de prévention L assistant de prévention et le cas échéant, le conseiller de prévention, précédemment dénommés ACMO (Agent Chargé de la Mise en Œuvre des

Plus en détail

Charte de déontologie. Janvier 2004

Charte de déontologie. Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 1 Indépendance de jugement < Compétence < Adaptation des moyens Transparence < Qualité scientifique et technique < Devoir d information

Plus en détail

Face aux risques technologiques Soyez acteur de votre sécurité

Face aux risques technologiques Soyez acteur de votre sécurité O.R.SE.C. - P.P.I. MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Face aux risques technologiques Soyez acteur de votre sécurité P.P.I. > Plan Particulier d Intervention Direction

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

- Référentiel de formation CHSCT -

- Référentiel de formation CHSCT - - Référentiel de formation CHSCT - On peut distinguer quatre grands types de fonctions assurées par les membres des CHSCT : 1) Implication dans la démarche globale de prévention des risques : a) Comprendre

Plus en détail

Catalogue Formations. Sûreté Protection des Personnes Protection des Biens Risques Plans de Continuité d Activité PPMS, PPE, POI...

Catalogue Formations. Sûreté Protection des Personnes Protection des Biens Risques Plans de Continuité d Activité PPMS, PPE, POI... Crédits photos Fotolia Catalogue Formations L-EBORE SAS 25 rue du Val 78126 AULNAY SUR MAULDRE Téléphone : +33 (0)9 81 23 74 02 Messagerie : contact@l-ebore.fr www.l-ebore.fr Sûreté Protection des Personnes

Plus en détail

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Annexe L Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Date de la version la plus récente : octobre 2006 Sommaire des changements d importance : Reflète la création du nouveau ministère de

Plus en détail

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 Conseil en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 www.adessa-software.com Avant-Propos De part sa nature complexe et évolutive, le bloc opératoire est

Plus en détail

Les partenaires sont les autorités locales et régionales qui s engagent à mettre en oeuvre des activités dans le cadre de la SEDL.

Les partenaires sont les autorités locales et régionales qui s engagent à mettre en oeuvre des activités dans le cadre de la SEDL. Quel statut choisir? es partenaires sont les autorités locales et régionales qui s engagent à mettre en oeuvre des activités dans le cadre de la SED. es associations des pouvoirs locaux et régionaux, ainsi

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE LA SÉCURITÉ INTÉRIEURE ET DES LIBERTÉS LOCALES Arrêté du 16 août 2004 relatif aux formations des médecins, pharmaciens et infirmiers

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

DEFINITION DE POSTE MISSIONS DU SERVICE

DEFINITION DE POSTE MISSIONS DU SERVICE DEFINITION DE POSTE DIRECTION : Direction des Ressources et des Relations Humaines MISSIONS DU SERVICE Mise en oeuvre de la politique de gestion des Ressources Humaines auprès du Conseil Général de la

Plus en détail

Management - Ressources humaines Exemples de formations

Management - Ressources humaines Exemples de formations Management - Ressources humaines Exemples de formations Management - Ressources humaines - Animation d'équipes - Les entretiens professionnels d'évaluation - L'intégration de nouveaux salariés - Anticiper

Plus en détail

CIRCULAIRE N 3050 DU 05/03/2010

CIRCULAIRE N 3050 DU 05/03/2010 CIRCULAIRE N 3050 DU 05/03/2010 Objet : Recrutement d un chargé de mission chargé de la formation interne au sein de l Administration générale des Personnels de l Enseignement Réseaux : tous réseaux Niveaux

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. NOR : DEVP1401911J (Texte non paru au Journal officiel)

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. NOR : DEVP1401911J (Texte non paru au Journal officiel) RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Ecologie, du Développement Durable, et de l Energie Direction Générale de la Prévention des Risques Service de la Prévention des Nuisances et de la Qualité de l Environnement

Plus en détail

Destinataires : Sociétés réglementées et autres parties intéressées

Destinataires : Sociétés réglementées et autres parties intéressées Dossier OF-EP-Gen-NSD-RSRF 0101 Le 6 octobre 2014 Destinataires : Sociétés réglementées et autres parties intéressées Exigences de dépôt relatives aux forages extracôtiers dans l Arctique canadien de l

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France Education-Civique Chapitre n. La Défense et l action internationale en France I) La Défense globale du territoire national Problématique : Comment le territoire national et la population sont-ils protégés?

Plus en détail

Réduire les risques en santé

Réduire les risques en santé Réduire les risques en santé «Mieux vaut penser le changement que changer le pansement» Marie-Françoise Dumay, Garménick Leblanc, Marc Moulaire, Gilbert Mounier 1 Définition du risque «Possibilité de dommage»

Plus en détail

Définir l observa0onl

Définir l observa0onl Définir l observa0onl Observer est une démarche active. C est l action de voir, de considérer avec attention, de noter des comportements afin de mieux connaître et comprendre. C est un ensemble de techniques

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale Cette fiche est consacrée au «Document Unique». Le Document Unique d évaluation des risques professionnels est : le premier outil de gestion des

Plus en détail