1 Pourquoi mettre en place un exercice de crise?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 Pourquoi mettre en place un exercice de crise?"

Transcription

1 1 Pourquoi mettre en place un exercice de crise? 1.1 Pour répondre à une obligation ou incitation réglementaire ou légale Par Alain Chevallier Le lieutenant-colonel Alain Chevallier a servi à la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) pendant vingt-et-un ans, et notamment en tant que chef de la section opération et instruction (SOI) du 2 ème groupement d incendie pendant cinq ans (de 2000 à 2005), groupement qui défend le Val-de-Marne et le Sud-Est parisien. Au cours de ces cinq années, il a eu l occasion à de nombreuses reprises d être commandant des opérations de secours sur des interventions très importantes.

2 Gestion de crise À partir de 2005, il reçoit la mission de préparer les services publics parisiens à l hyperterrorisme. Pour cela, il va réaliser des exercices inopinés de réflexion et de terrain pour permettre aux pompiers, policiers et secouristes d être en mesure d appréhender ce nouveau type de risque. Depuis 2008, il est chargé de mission pour la politique nationale sur les exercices de sécurité civile, à la Direction de la sécurité civile du ministère de l Intérieur, de l Outremer, des Collectivités Territoriales et de l Immigration. Il a mis en place des guides et des formations sur les exercices de crise à destination des états-majors de zone et des préfectures. Il gère un module de gestion de crise, dans une école d ingénieurs, fondé sur l apprentissage par les élèves. Il est également président de l Association pour le management des risques sur les territoires. Depuis la loi de modernisation de la sécurité civile et la directive du Premier ministre/secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) de 2004, l entraînement est devenu une obligation permanente qui s impose à tous, fonctionnaires civils ou militaires, industriels, opérateurs publics ou privés, élus, médias ou simple citoyen. Les extraits du Livre blanc sur la Défense et la Sécurité nationale de 2008 qui sont reproduits dans cette partie renforcent cette idée. Des textes législatifs et réglementaires, des guides existent et traitent des exercices en France. De plus, l enseignement en gestion des risques contribue à favoriser l évaluation, donc l exercice. Pourtant, il existe à ce jour de grandes disparités en termes de crédibilité, de fréquence et de cohérence sur ces exercices. Il faut accentuer par tous les moyens la vulgarisation des exercices pour qu ils deviennent une évidence pour le décideur et son gestionnaire des risques, afin d être prêts le jour où la crise surviendra, car elle viendra! On ne comprendrait pas aujourd hui qu un médicament puisse être mis en vente sur le marché sans une phase rigoureuse de tests préalables. Dans l organisation de la gestion de crises en France, la planification ORSEC, dans ses dispositions générales et spécifiques, mais aussi tous les plans de défense et de sécurité PIRATE, ont été élaborés à partir de mesures de prévention et de protection destinées à diminuer la fréquence et l impact des risques. Les plans de continuité d activité en entreprise doivent répondre au même souci. Ils doivent faire l objet d exercices variés et constants, menés par des personnes formées et rompues à ces pratiques. Grâce à une politique d exercices fiable, des actions concrètes peuvent être jouées et permettre d aller au-delà de la simple réflexion et d idées couchées sur le papier, mais bien de déboucher sur des principes organisationnels compris de tous, et faciles à mettre en œuvre. 2

3 Pourquoi mettre en place un exercice de crise? Un état des lieux Des textes et des guides qui se multiplient En premier lieu, le nouveau Livre blanc sur la Défense et la Sécurité nationale est particulièrement explicite sur les exercices. De nombreux rappels y sont mentionnés. Il existe aussi quelques textes et guides qui doivent être connus du gestionnaire des risques dans le cadre de sa mission. Le Livre blanc sur la Défense et la Sécurité nationale Les extraits suivants du nouveau Livre blanc montrent que les exercices sont au cœur du nouveau dispositif : ** «La France propose que l action de l Union européenne contre le terrorisme soit intensifiée, selon les modalités suivantes : [ ] l organisation d exercices conjoints, entre États frontaliers, faisant intervenir l ensemble de la chaîne de décision, d intervention, de communication» (Page 94.) «Le dispositif de sécurité intérieure et de sécurité civile doit se préparer aux formes d agression ou de crise qui peuvent toucher gravement le territoire national. En conséquence, les moyens civils et les moyens militaires développeront de nouvelles formes de coopération [ ] cette stratégie conduit à la mise en place de procédures connues et appliquées à tous les niveaux, testées par des exercices interministériels.» (Page 129.) «La prévention des crises d origine non intentionnelle repose sur une organisation nationale, sur des politiques européennes et sur le soutien à des exercices internationaux [ ] Elle [la France] financera des programmes d information et de communication auprès des citoyens européens et organisera des exercices entre États membres.» (Page 162.) «L objectif premier étant d éviter le développement pandémique, le premier volet de la stratégie porte sur la connaissance et l anticipation et simultanément sur la prévention. Il comporte [ ] la formation des intervenants et leur entraînement par des exercices» (Page 164.) «Renforcer la protection contre les menaces NRBC [ ] Dans ce domaine encore plus que dans d autres, les entraînements et les exercices communs seront développés afin de mettre en situation sur le terrain, avec le plus grand réalisme possible, toutes les catégories d acteurs de secours, de sécurité et de santé, et de roder les procédures d intervention conjointe.» (Page 179.) 3

4 Gestion de crise «Planifier et professionnaliser la communication de crise [ ] Les exercices nationaux et zonaux de validation des plans associeront l ensemble des acteurs impliqués dans la gestion de crise, y compris les représentants des plus hautes autorités politiques, les médias, les élus locaux et les opérateurs publics et privés.» (Page 189.) «Faire des médias d information un partenaire majeur en cas de crise [ ] Avec l accord des responsables des médias, les professionnels seront en outre associés aux exercices de crise.» (Page 190.) «Les zones de défense et de sécurité assureront en particulier : [ ] l appui aux départements en matière de planification, d exercices et de formation» (Page 193.) «L entraînement des intervenants [ ] La cohérence de la réponse à une crise majeure nécessite que les différents intervenants se soient régulièrement entraînés ensemble, à tous les niveaux. Des progrès importants doivent encore être accomplis, dans ce domaine et dans l analyse des retours d expérience. Une planification interministérielle à long terme des exercices sera mise en place à cette fin» (Page 195.) «Le ministère des affaires étrangères et européennes [ ] assurera le pilotage interministériel de la gestion des crises extérieures, quelle que soit leur nature. Il s appuiera [ ] sur un centre opérationnel de veille et d appui à la gestion des crises extérieures [ ] Il préparera aussi l action des pouvoirs publics, [ ] et par l organisation d exercices ad hoc» (Page 259.) «La formation des élus locaux [ ] Ils doivent donc être mieux associés à la conception des plans locaux de crise et à l ensemble des exercices» (Page 302.) La synthèse des textes régissant les exercices Cette synthèse a été rédigée sur la base de sept documents pivots : ** La loi n de modernisation de la sécurité civile, du 13 août 2004 ; Le décret n portant sur la création du comité interministériel aux crises nucléaires ou radiologiques, du 8 septembre 2003 ; Le décret n relatif au plan Organisation de la Réponse de Sécurité Civile (ORSEC), pris pour l application de la loi de modernisation de la sécurité civile, du 13 septembre 2005 (article 4) ; Le décret n relatif aux PPI, pris pour l application de la loi de modernisation de la sécurité civile, du 13 septembre 2005 (article 11) ; 4

5 Pourquoi mettre en place un exercice de crise? La directive interministérielle relative à la politique nationale d exercices de défense et de sécurité n 1210/SGDN/PSE/PPS du 15 novembre 2004 ; La circulaire NOR INTE/05/00003/C du 5 janvier 2004, décrivant la politique nationale d exercices et sa programmation pour la période ; La circulaire SGDN/DDSC relative à la planification 2005 des exercices de crise relatifs aux INB et aux TMR. Le tableau ci-après résume brièvement les principales références disponibles : Tableau 1.1 Principales références disponibles Nom Textes Périodicité Code de la Défense (articles L et R ). Tous exercices Loi du 13 août 2004 de modernisation de la sécurité civile (Titre 3 de l annexe). Directive interministérielle n 1210/SGDN/ PSE/PPS du 15 novembre 2004, relative à la politique nationale d exercices de défense et de sécurité civile. 1 exercice «en vraie grandeur» par département et par an. Circulaire annuelle relative à la politique nationale d exercices (programmation des exercices). Circulaire diffusée par la DGSCGC au cours du 4 ème trimestre de l année N pour l année N + 1. ORSEC Décret n du 13 septembre 2005, relatif au plan ORSEC (article 4). Calendrier annuel ou pluriannuel arrêté par chaque préfet de département, de zone maritime. POI Décret n du 21 septembre L exploitant doit tester son POI tous les trois ans maximum (souhaitable une fois par an). PPI Décret n du 13 septembre 2005 relatif aux PPI (article 11). 5 ans (règle générale) : les grands barrages ; les ouvrages d infrastructures liées au TMD ; 3 ans pour : installations classées Avec Servitudes (AS) ; Stockages souterrains de gaz naturel, d hydrocarbures liquides, liquéfiés ou gazeux ou de produits chimiques à destination industrielle. 5

6 Gestion de crise Nom Textes Périodicité NUC & RAD Directive interministérielle du 7 avril 2005 sur l action des pouvoirs publics en cas d événement entraînant une situation d urgence radiologique (paragraphe VI-2). Circulaire annuelle relative à la planification des exercices d urgence nucléaire et radiologique. Règle générale : 5 ans (cf. décret relatif aux PPI) fréquence abaissée pour les sites nucléaires complexes ; Exercices locaux organisés par les pouvoirs publics et exploitants ; Exercices proposés aux départements sans PPI (exercices sur TMR ou situations d urgence diffuse). Aérien Consignes permanentes SAR (Search and Rescue Recherche et sauvetage d aéronefs en détresse) de la DGAC (Titre VI). Un exercice international, national ou régional par an et par RCC (Rescue Coordination Center Centre de Coordination de Sauvetage), RSC (Rescue Sub Center Centre Secondaire de Sauvetage) ou PC SAR (Poste de Coordination SAR). Aérodrome Circulaire interministérielle n du 10 novembre 1999 relative au plan de secours aérodrome pour les accidents d aéronefs en zone d aérodrome ou voisine d aérodrome. 2 ans : exercice d application générale. Années intermédiaires : exercices partiels (normes internationales OACI). Ferroviaire (y compris les tunnels) Instruction interministérielle n du 27 mars 2001, PSS pour les accidents ferroviaires (chapitre IV). 1 an : exercices partiels. 5 ans : exercices de portée générale. Tous les ans dans les tunnels binationaux. Tunnels routiers de + de 300 m L article R du code de la voirie routière. 1 exercice annuel. POLMAR Instruction interministérielle du 2 avril par an par façade maritime. 1 tous les trois ans au moins par département. Pandémie grippale Plan gouvernemental du 9 janvier exercice par zone et par an. 1 exercice par département chaque année. Canicule Plan national canicule annuel. Régulièrement à tous les niveaux. Etc Etc. Etc. 6

7 Pourquoi mettre en place un exercice de crise? Les trois grands acteurs nationaux sur les exercices sont : ffle Secrétariat général de la Défense et de la Sécurité nationale (SGDSN) qui fixe la politique d exercice de défense et de sécurité au niveau national et laisse au préfet de zone la définition de la politique régionale. Il coordonne le niveau régional (interdépartemental). ffle ministère de l Intérieur, de l Outre-Mer et des Collectivités Territoriales (MIOMCT) qui définit la politique des exercices de sécurité civile au niveau national et laisse au préfet de département la définition de la politique locale ; ffle CICNR 1 (dont le secrétariat est assuré par le SGDSN) est en charge de veiller à la planification, à la direction des exercices dits d intérêt majeur et de suivre l évaluation des exercices d urgence radiologique (accidentelle ou terroriste). Des guides en ligne Il existe six guides téléchargeables 2 sur le site du ministère de l Intérieur, permettant au plus grand nombre, y compris les entreprises, de les réaliser : ffle guide Mémento en 10 points sur les exercices de sécurité civile ; ffle guide pour l élaboration d exercices PCS pour plans communaux de sauvegarde ; ffle guide méthodologique sur la réalisation des exercices PPI ; ffle guide méthodologique Comment réaliser un exercice cadre ou terrain (paru cet été) ; ffle guide méthodologique sur la réalisation des exercices séismes (en cours de parution) ; ffle guide méthodologique sur les exercices sur le réseau ferré national (en cours de parution) La cartographie des risques et l entraînement des acteurs Tous ces textes, s ils sont indispensables, ne suffisent pas. Il faut que le gestionnaire des risques soit convaincu que les exercices sont une partie importante de son travail. Il doit aussi s en servir pour fédérer tous les acteurs impliqués par une crise de son niveau, lui permettant au final de faire partager cette culture du risque, indispensable pour faire reculer la crise. 1 Comité Interministériel aux Crises Nucléaires ou Radiologiques. 2 7

8 Gestion de crise Mieux cerner les risques et savoir identifier les signaux faibles Grâce aux exercices, il est non seulement possible mais essentiel de tester les procédures, les plans mis en place dans le public comme dans le privé. S ils sont réalistes, progressifs, pris en considération par les plus hauts niveaux décisionnels de la structure testée, ils apporteront des éléments indispensables au gestionnaire des risques et, par voie de conséquence, aux décideurs. Par l obligation de participer aux exercices, on obtient des joueurs une véritable prise de conscience des problèmes qui peuvent survenir dans leur activité professionnelle. Ainsi, ils deviennent acteurs de la gestion des risques et capables d analyser les signaux faibles annonciateurs d incidents ou d accidents majeurs. Le Code du travail et les comités d hygiène, sécurité et des conditions du travail, ont par exemple permis de faire évoluer le risque professionnel, mais on ne touche là qu une infime partie des risques. Cependant, il faut reconnaître que cela a permis au sein des plus grandes entreprises de créer les conditions de cette prise de conscience grâce à la mise en place, notamment, des sauveteurs secouristes du travail. Encore trop souvent, ces exercices sont considérés comme une perte de productivité, donc une perte de temps. Pourtant, la pratique régulière d exercices développe le pragmatisme des personnes qui s entraînent. 8 Entraîner tous les acteurs publics et privés Les exercices, de portée départementale au minimum dans le public ou du niveau de l entreprise dans son ensemble dans le privé, obligent tous les acteurs à travailler ensemble. Pour la plupart, certains se connaissent au cours de réunions, mais n ont jamais eu l occasion d être confrontés en commun à un problème d envergure. Pourtant, un exercice permet à chacun de mettre en avant ses propres qualités et de les faire connaître aux autres. Prestataires privés et publics ont tous des connaissances et des méthodes de travail utiles aux autres. Grâce aux exercices et au contact des opérationnels, les décideurs ne peuvent qu acquérir des capacités d anticipation nécessaires en cas de crise. Ils peuvent ainsi développer leurs propres compétences. Cela ne peut se faire qu au prix d exercices réguliers. Toutefois, la peur de l échec porte un grave préjudice à la bonne pratique des exercices.

9 Pourquoi mettre en place un exercice de crise? Faire reculer la crise Patrick Lagadec exprime sans contestation possible l importance des exercices. Comme il l écrit, les «exercices de simulation sont indispensables pour préparer nos dirigeants à savoir appréhender une situation où les repères disparaissent 3». S entraîner a un réel impact sur les acteurs. Les professionnels de l urgence le savent, car c est leur métier. Ils acquièrent ainsi naturellement les automatismes propres à la gestion d une urgence. Vos dirigeants doivent donc s entraîner régulièrement là où d autres, dont c est le métier, ont eux-mêmes mis des années pour obtenir certains automatismes. Grâce à un entraînement régulier, vous êtes en mesure d éloigner la crise, car vous apprenez à garder votre équilibre sur un terrain glissant. L acquisition d actes réflexes obtenus au prix d entraînements répétés aide à prendre du recul et à relativiser la gravité du moment. La crise perd de sa puissance et devient d abord une situation où l urgence prime. Elle n est plus vécue comme un traumatisme. Il est donc possible grâce aux exercices de devenir un cadre capable de réflexes salutaires quand une situation n est plus maîtrisée et qu elle dérive vers une crise Le retour d expérience (REX) Même si les acteurs publics et privés ont saisi toute l importance du retour d expérience, suite à un incident ou à un accident, il reste cependant difficile de les amener à se livrer totalement par peur de la sanction juridique. Le REX sur les exercices ne véhicule pas cette notion de faute si tout le monde a bien compris que c est le seul moment où l erreur est permise! La judiciarisation annihile le REX sur les événements réels Les bases REX existent comme la base ARIA 4 sur les incidents ou les accidents industriels, se développent et font progresser la planification et les modes d organisation. C est très certainement dans le domaine de l hygiène et de la sécurité que les progrès ont été les plus importants. Régis par le Code du travail, les comités d hygiène, de sécurité et des conditions de travail ont beaucoup contribué au REX. Cependant, la judiciarisation de notre société freine cette recherche de compréhension des erreurs commises pour mieux les éviter la fois suivante. Le monde des assurances n est pas exempt de tout reproche dans ce domaine. On voit bien qu il devient indispensable de s entraîner pour éviter tous ces désagréments. Dans le monde d aujourd hui, il faut un responsable, parfois un coupable tout désigné. 3 «Les exercices de simulation, une voie essentielle d apprentissage», La Lettre des Cindyniques, n 34 (2001). 4 aria.developpement-durable.gouv.fr 9

10 Gestion de crise 10 Le REX exercices permet d aller plus loin sans prendre de risque Il y a donc une vraie plus-value dans la réalisation de REX sur des exercices. Une fois les acteurs mis en confiance, ils acceptent de reconnaître leurs erreurs, notamment au cours du REX à chaud. C est aussi à ce moment-là que la mémoire est intacte sur l événement. Ce dernier intervient au moment où tous les intervenants sont très attentifs. La meilleure manière d obtenir des critiques fiables est de demander aux joueurs de dire eux-mêmes comment ils ont ressenti l exercice. Pour éviter le côté «Alcooliques Anonymes», il est important de leur demander les points positifs et les points à améliorer. Ils vont souvent plus loin dans leurs auto-critiques que ce que vous auriez osé leur dire. Quand on gère des exercices, il est très important de connaître toutes les règles essentielles à un bon REX. Le REX exercice est plus précis Le REX à froid se fait avec des évaluateurs qui s intéressent aux objectifs visés, dès la conception de l exercice. Ceci est irréalisable avec un événement réel. Les seuls évaluateurs à votre disposition sur ces événements sont les boîtes noires des avions, les appareils enregistreurs à bord des trains, les disques horodateurs des camions, les témoins éventuels et les images vidéo enregistrées par les caméras de surveillance. L exercice permet donc un REX plus poussé, et surtout de pouvoir le mettre en ligne, et le diffuser puisqu il n y a pas de conséquence juridique. Il faut cependant prendre quelques précautions d usage pour éviter tout ressenti. Les évaluateurs peuvent être très précis dans leurs critiques, il faut alors les nuancer. Vous devez éviter qu une remarque ou une observation soit nominative. Si l erreur relevée est individuelle, il ne faut pas hésiter à la généraliser en relevant que cette erreur d appréciation aurait pu arriver à n importe qui et que l intérêt de l exercice est à la fois d éviter de la commettre et d acquérir des attitudes réflexes grâce au drill. Dans les exercices, le REX est essentiellement une affaire de tact pour amener les gens à accepter leurs erreurs, et surtout à avoir envie de participer à nouveau à des exercices. Une fois ce principe admis par tous, vos REX seront très suivis. Pour cela, il faut aussi qu ils soient accessibles au plus grand nombre, si possible sur un site internet ou intranet. C est là aussi que se dessine l intérêt des exercices inopinés. Si des joueurs potentiels sont informés qu il y a un exercice, mais qu ils ne savent pas quand il aura lieu, ils vont certainement lire le REX de l exercice précédent. Grâce aux REX exercices, les progrès enregistrés et l amélioration de la planification sont indéniables.

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

P.C.S. Plan Communal de Sauvegarde

P.C.S. Plan Communal de Sauvegarde P.C.S Plan Communal de Sauvegarde Plan Communal de Sauvegarde de CHINON Sommaire CHAPITRE 1 INTRODUCTION FI 1 Préambule FI 2 Objet du PCS et cadre réglementaire FI 3 Arrêté municipal de réalisation du

Plus en détail

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières pour le département de entre L'État, représenté par M.., Préfet d., et La Direction

Plus en détail

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)?

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)? Les plans de secours sont organisés et mis en oeuvre par une direction unique, le directeur des opérations de secours (DOS) qui est le préfet du département concerné. Qu est ce que le plan d organisation

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ADMINISTRATION

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ADMINISTRATION ADMINISTRATION ADMINISTRATION GÉNÉRALE MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Secrétariat

Plus en détail

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires FICHE-MESURE Plan pandémie grippale 3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires Validation : 13/10/2011 Ministère-pilote et rédacteur : Ministère chargé de l intérieur Ministères

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES

Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES Dispositions générales ORSEC Dr M.NAHON SAMU75 02/2013 Crises sanitaires, Accidents catastrophiques à effets limités (ACEL), Catastrophes Majeures 2 Crises sanitaires,

Plus en détail

PLAN DE CRISE ECOLE :..

PLAN DE CRISE ECOLE :.. Académie de Corse Direction des services départementaux de l'education nationale de Corse du Sud. PLAN DE CRISE ECOLE :.. Gestion des situations exceptionnelles Ce document doit disposer en annexe de la

Plus en détail

ÉTABLISSEMENTS SEVESO SEUIL HAUT GUIDE TOME S.1.2

ÉTABLISSEMENTS SEVESO SEUIL HAUT GUIDE TOME S.1.2 ORSEC DÉPARTEMENTAL Disposition Spécifique Plan Particulier d Intervention P.P.I. ÉTABLISSEMENTS SEVESO SEUIL HAUT GUIDE TOME S.1.2 Octobre 2010 DIRECTION DE LA SÉCURITÉ CIVILE 1 Remerciements La Direction

Plus en détail

Fiche N 18 Ind. 1 du 21 juin 2013 LA GESTION DE CRISE DANS LE DOMAINE NUCLÉAIRE

Fiche N 18 Ind. 1 du 21 juin 2013 LA GESTION DE CRISE DANS LE DOMAINE NUCLÉAIRE Fiche N 18 Ind. 1 du 21 juin 2013 GASN ASSOCIATION DES RETRAITÉS DU GROUPE CEA GROUPE ARGUMENTAIRE SUR LE NUCLÉAIRE LA GESTION DE CRISE DANS LE DOMAINE NUCLÉAIRE 1. INTRODUCTION La gestion de crise dans

Plus en détail

ACCIDENT NUCLÉAIRE OU RADIOLOGIQUE MAJEUR

ACCIDENT NUCLÉAIRE OU RADIOLOGIQUE MAJEUR Premier ministre PLAN NATIONAL DE RÉPONSE ACCIDENT NUCLÉAIRE OU RADIOLOGIQUE MAJEUR NUMÉRO 200/SGDSN/PSE/PSN - ÉDITION FÉVRIER 2014 2 PRÉFACE L a France a choisi d exploiter les technologies nucléaires

Plus en détail

L ORGANISATION DE LA CONTINUITÉ DES FONCTIONS CLÉ DE LA SOCIÉTÉ

L ORGANISATION DE LA CONTINUITÉ DES FONCTIONS CLÉ DE LA SOCIÉTÉ L ORGANISATION DE LA CONTINUITÉ DES FONCTIONS CLÉ DE LA SOCIÉTÉ SNCF SNCF DOCUMENT CONFIDENTIEL PÔLE DÉFENSE CINETIQUE RAPIDE ACCIDENT INDUSTRIEL, ACCIDENT FERROVIAIRE, ATTENTAT, TEMPÊTE 1 SNCF DOCUMENT

Plus en détail

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule.

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. ANNEXE FICHE 10 : NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. I. MESURES PRISES AU NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE 1.

Plus en détail

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PRÉAMBULE La Préfecture de Police assure dans la capitale, au quotidien, la sécurité des citoyens et la défense des libertés. Afin de doter ses

Plus en détail

Exercices PPI en «vraie grandeur»

Exercices PPI en «vraie grandeur» Forum inter-spppi 19-20 oct. 2005 Forum inter-spppi 19-20 oct. 2005 Exercices PPI en «vraie grandeur» Entre mai 2003 et décembre 2004, trois exercices PPI en Provence-Alpes- Côte d Azur. Objectifs : opérationnel

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. NOR : DEVP1401911J (Texte non paru au Journal officiel)

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. NOR : DEVP1401911J (Texte non paru au Journal officiel) RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Ecologie, du Développement Durable, et de l Energie Direction Générale de la Prévention des Risques Service de la Prévention des Nuisances et de la Qualité de l Environnement

Plus en détail

Le transport de matières dangereuses

Le transport de matières dangereuses 1/5 Définitions > Une matière dangereuse est une substance qui par ses caractéristiques physicochimiques, toxicologiques, ou bien par la nature des réactions qu elle est susceptible de produire, peut présenter

Plus en détail

P.A.R.M. (Permanencier Auxiliaire de Régulation Médicale) Quelle est cette profession de santé Méconnue et non reconnue?

P.A.R.M. (Permanencier Auxiliaire de Régulation Médicale) Quelle est cette profession de santé Méconnue et non reconnue? P.A.R.M. (Permanencier Auxiliaire de Régulation Médicale) Quelle est cette profession de santé Méconnue et non reconnue? Référentiel métier de PARM Vr 4 - Mai 2007 Page 1 sur 9 Ce document a été rédigé

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Animer un débriefing

Animer un débriefing Animer un débriefing Introduction Dans une démarche de retour d expérience, le processus mis en place par l organisation est important. Le débriefing peut être parfois négligé alors qu il est un moment

Plus en détail

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble STRATÉGIE PATRIMONIALE DE MISE EN ACCESSIBILITÉ DES ERP Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble COTITA 30-01-15-1 Contexte La Ville de Grenoble : 300 équipements

Plus en détail

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France Education-Civique Chapitre n. La Défense et l action internationale en France I) La Défense globale du territoire national Problématique : Comment le territoire national et la population sont-ils protégés?

Plus en détail

Dispositif dégradé et réaction initiale

Dispositif dégradé et réaction initiale 3.4 Prise en charge des victimes radiocontaminées Dispositif dégradé et réaction initiale UMH, SMUR Régulation SAMU SAU, UP Les limites du dispositif (circulaire 800) L identification de l attentat n est

Plus en détail

A4 BÂTIMENTS : RECEVOIR TOUS LES PUBLICS

A4 BÂTIMENTS : RECEVOIR TOUS LES PUBLICS A4 BÂTIMENTS : RECEVOIR TOUS LES PUBLICS Organisateur INSET DE MONTPELLIER Animateur Serge MASSIS, Directeur des Études urbaines, Ville de Cannes, AITF (Association des ingénieurs territoriaux de France)

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Élaboration du volet «éolien» du schéma régional du climat, de l air et de l énergie DREAL Nord Pas de Calais Service ECLAT CCTP volet éolien du SRCAE page 1

Plus en détail

Les services de secours face aux phénomènes météorologiques: La gestion des alertes. Luxembourg, le 11 décembre 2012

Les services de secours face aux phénomènes météorologiques: La gestion des alertes. Luxembourg, le 11 décembre 2012 Les services de secours face aux phénomènes météorologiques: La gestion des alertes Luxembourg, le 11 décembre 2012 Trends in global disasters Wild fire 4% Slide 5% Floods 32% World distribution of disasters

Plus en détail

w p LE RISQUE TRANSPORT DE MATIÈRES DANGEREUSES LES RISQUES TECHNOLOGIQUES 1- QU EST-CE QUE LE RISQUE 2- QU EST-CE QU UNE MATIÈRE DANGEREUSE?

w p LE RISQUE TRANSPORT DE MATIÈRES DANGEREUSES LES RISQUES TECHNOLOGIQUES 1- QU EST-CE QUE LE RISQUE 2- QU EST-CE QU UNE MATIÈRE DANGEREUSE? LES RISQUES TECHNOLOGIQUES w p LE RISQUE TRANSPORT DE MATIÈRES DANGEREUSES 1- QU EST-CE QUE LE RISQUE TRANSPORT DE MATIÈRES DANGEREUSES? Le risque de transport de matières dangereuses, ou risque TMD, est

Plus en détail

2 - Quels sont les intérêts des exercices?

2 - Quels sont les intérêts des exercices? FICHE N 29 : LES ENTRAÎNEMENTS - EXERCICES DE SIMULATION 1 - Qu est-ce qu un exercice? Les exercices servent à mettre en œuvre de manière pratique les dispositions prévues dans le PCS en se substituant

Plus en détail

NOUVELLE RÉGLEMENTATION

NOUVELLE RÉGLEMENTATION NOUVELLE RÉGLEMENTATION Les principes fondamentaux des actions gouvernementales pour prévenir les risques liés aux endommagements des canalisations et réseaux sont portés par la loi Grenelle 2. Ces principes

Plus en détail

Organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel

Organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel Organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel 31.01.2015 / V01 1 Bases légales Loi fédérale sur la protection de la population et sur la protection civile (LPPCi) du 4 octobre

Plus en détail

RISQUES MAJEURS. www.vivre-a-niort.com. Notice d information sur la prévention des risques majeurs À NIORT. Toutes les informations sur

RISQUES MAJEURS. www.vivre-a-niort.com. Notice d information sur la prévention des risques majeurs À NIORT. Toutes les informations sur LES RISQUES MAJEURS Notice d information sur la prévention des risques majeurs À NIORT Toutes les informations sur Définition des Risques majeurs Quels risques à Niort? Le territoire de la commune se trouve

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 1 21/01/2013 10:29:57 Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 2 21/01/2013 10:29:57 Planification d urgence La sécurité

Plus en détail

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire.

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire. Chaque famille demandant l inscription de son ou de ses enfants en restauration scolaire s engage à respecter tous les points du présent règlement, notamment les modalités d inscription, de facturation

Plus en détail

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A.

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DU TRAVAIL ET DE LA SOLIDARITÉ Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Sous-direction des formations en alternance et de l insertion des jeunes

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

LA PRÉFECTURE DE POLICE À LA FOIRE DE PARIS 30 AVRIL AU 12 MAI DE 10H À 19H LE 10 MAI JUSQU À 23H

LA PRÉFECTURE DE POLICE À LA FOIRE DE PARIS 30 AVRIL AU 12 MAI DE 10H À 19H LE 10 MAI JUSQU À 23H LA PRÉFECTURE DE POLICE Compétente sur Paris et les trois départements de la petite couronne, la préfecture de Police doit prévenir et agir contre une multiplicité de risques : délinquance, troubles à

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER Administration générale MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, EN CHARGE DES TECHNOLOGIES VERTES ET DES NÉGOCIATIONS SUR LE CLIMAT Secrétariat général Service des politiques et

Plus en détail

Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement. www.developpement-durable.gouv.fr

Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement. www.developpement-durable.gouv.fr L information des acquéreurs et des Locataires sur Les risques naturels et technologiques majeurs Renseignements utiles à l état des risques et à la déclaration de sinistre Ministère de l'écologie, du

Plus en détail

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 16 I. COMPÉTENCES C1. PROSPECTER C11. Élaborer un projet de prospection C12. Organiser une opération de prospection C13. Réaliser une opération de prospection C14. Analyser

Plus en détail

Radioscopie de la gestion des risques au sein du secteur public local. Mai 2007

Radioscopie de la gestion des risques au sein du secteur public local. Mai 2007 Mai 2007 Radioscopie de la gestion des risques au sein du secteur public local Suite à l étude menée en 2005 sur les attentes en matière de gestion des risques des collectivités locales dans l Union Européenne,

Plus en détail

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux obligation depuis le 1 er juillet 2012 Un nouveau téléservice pour construire sans détruire www.reseaux-et-canalisations.gouv.fr

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT entre la PRÉFECTURE DES ALPES-MARITIMES et la CAISSE REGIONALE d'assurance MALADIE du SUD- EST

CONVENTION DE PARTENARIAT entre la PRÉFECTURE DES ALPES-MARITIMES et la CAISSE REGIONALE d'assurance MALADIE du SUD- EST CONVENTION DE PARTENARIAT entre la PRÉFECTURE DES ALPES-MARITIMES et la CAISSE REGIONALE d'assurance MALADIE du SUD- EST en vue de prévenir le risque routier encouru par les salariés Entre la Préfecture

Plus en détail

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C.

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C. EPS ET SOCLE COMMUN Les activités athlétiques à l'école primaire CONNAISSANCES 2 Piliers Tout élève devra connaître courir Sauter Lancer Un vocabulaire juste et précis pour désigner des objets réels, des

Plus en détail

Cartes stratégiques de bruit Résumé non technique

Cartes stratégiques de bruit Résumé non technique Cartes stratégiques de bruit Résumé non technique CA. Les Lacs de l'essonne - CSB - Résumé non technique 03 11 2014-1/19 Sommaire I. Contexte réglementaire autour de l élaboration des cartes de bruit stratégiques...3

Plus en détail

> livre blanc. Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger?

> livre blanc. Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger? > livre blanc Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger? QU EST-CE QUE CELA SIGNIFIE? VOTRE ENTREPRISE N EST PAS TROP GRANDE NI TROP PETITE POUR ÊTRE PIRATÉE Revenons dix ans en arrière,

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence La sécurité s'exprime par plusieurs aspects : maintien de la tranquillité et de l'ordre public, sauvegarde de la sécurité

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

Stratégie nationale en matière de cyber sécurité

Stratégie nationale en matière de cyber sécurité Stratégie nationale en matière de cyber sécurité 1 INTRODUCTION Le fonctionnement de notre société est aujourd hui étroitement lié aux infrastructures et systèmes de communication et de traitement de l

Plus en détail

Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile

Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile - 1 - Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile L Assemblée nationale et le Sénat ont délibéré et adopté Le Président

Plus en détail

Le point de vue des sapeurs-pompiers sur les. systèmes de lutte contre. l incendie par brouillards d eau

Le point de vue des sapeurs-pompiers sur les. systèmes de lutte contre. l incendie par brouillards d eau Le point de vue des sapeurs-pompiers sur les systèmes de lutte contre l incendie par brouillards d eau Lieutenant-colonel Ronan POILVERD Chef du bureau prévention PLAN La culture du risque française: un

Plus en détail

SPECIFIQUES ORSEC «RESEAUX FERROVIAIRES» CARTOGRAPHIE

SPECIFIQUES ORSEC «RESEAUX FERROVIAIRES» CARTOGRAPHIE PRÉFET DES BOUCHES-DU-RHÔNE Service Interministériel Régional des Affaires Civiles et Économiques de Défense et de la Protection Civile DISPOSITIONS SPECIFIQUES «RESEAUX FERROVIAIRES» CARTOGRAPHIE LE RESEAU

Plus en détail

ADMISSION DIRECTE AU NIVEAU MASTER HEC, ESCP SAINT CYR

ADMISSION DIRECTE AU NIVEAU MASTER HEC, ESCP SAINT CYR ADMISSION DIRECTE AU NIVEAU MASTER HEC, ESCP SAINT CYR 1 SOMMAIRE 2 PREPARER HEC / L ESCP EUROPE A L ELEAD 3 -L EPREUVE DE DOSSIER 4 - L EPREUVE DE LANGUE 5 -L EPREUVE D OPTION 6 - LES EPREUVES ORALES

Plus en détail

de défense Rapport d activité 2008

de défense Rapport d activité 2008 Service du haut fonctionnaire de défense et de sécurité Rapport d activité 2008 La sécurité de la Cité tient moins à la solidité de ses fortifications qu à la fermeté d esprit de ses habitants. Thucydide

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE Direction générale de l action sociale SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX Circulaire DGAS

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage

Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage «La façon de nous voyons les choses est la source de la façon dont nous pensons et de la façon dont nous agissons Jamais nous

Plus en détail

Sur la gestion de la crise en temps réel : Résumé des interventions lors de la table ronde :

Sur la gestion de la crise en temps réel : Résumé des interventions lors de la table ronde : Journée COTITA gestion des crises routières 28 mai 2009 page 1/5 Résumé des interventions lors de la table ronde : Sur la gestion de la crise en temps réel : Question posée au CRICR RA/A : «Face à certains

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Annie PAPON Cadre responsable 1 AFGSU Niveau 1 page 4 AFGSU Niveau 2 page 5 AFGSU face aux risques NRBC page 6 Recyclage AFGSU Niveau

Plus en détail

Guide de préparation aux situations d urgence

Guide de préparation aux situations d urgence Guide de préparation aux situations d urgence Soyez Prêts! disponible sur le portail interministériel de prévention des risques majeurs http://www.risques.gouv.fr Faire face en attendant les équipes de

Plus en détail

Continuité. Management de la. d activité. Assurer la pérennité de l, entreprise : planification, choix techniques et mise en œuvre 2 e édition

Continuité. Management de la. d activité. Assurer la pérennité de l, entreprise : planification, choix techniques et mise en œuvre 2 e édition E M M A N U E L Préface de Dominique Guinet B E S L U A U Management de la Continuité d activité Assurer la pérennité de l, entreprise : planification, choix techniques et mise en œuvre 2 e édition Groupe

Plus en détail

Plan Communal de Sauvegarde P.C.S. S entraîner pour être prêt LES EXERCICES. Octobre 2008. Direction de la Sécurité Civile

Plan Communal de Sauvegarde P.C.S. S entraîner pour être prêt LES EXERCICES. Octobre 2008. Direction de la Sécurité Civile Plan Communal de Sauvegarde P.C.S. S entraîner pour être prêt LES EXERCICES Octobre 2008 Direction de la Sécurité Civile Plan Communal de Sauvegarde P.C.S. S entraîner pour être prêt LES EXERCICES Octobre

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE LA SÉCURITÉ INTÉRIEURE ET DES LIBERTÉS LOCALES Arrêté du 16 août 2004 relatif aux formations des médecins, pharmaciens et infirmiers

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

Vidéo Protection La R82

Vidéo Protection La R82 Vidéo Protection La R82 Nos métiers R 81 R 82 i7/f7 Nos clients 50%. de nos clients sont des «risques lourds»! Nos certifications La Déclaration de Conformité: Un engagement de résultat sur nos installations

Plus en détail

Excellence. Technicité. Sagesse

Excellence. Technicité. Sagesse 2014 Excellence Technicité Sagesse Audit Conseil ATHENA est un cabinet de services créé en 2007 et spécialisé dans les domaines de la sécurité informatique et la gouvernance. De part son expertise, ATHENA

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 Préambule La Commune de Linxe, organise un service de restauration pour son groupe scolaire. Ce service est ouvert à tous

Plus en détail

Fiches micro-informatique SECURITE LOGIQUE LOGIxx

Fiches micro-informatique SECURITE LOGIQUE LOGIxx Objectif Fiches micro-informatique SECURITE LOGIQUE LOGIxx Présenter des préconisations pour sécuriser le poste de travail informatique et son environnement sous forme de fiches pratiques. Public concerné

Plus en détail

curité publique pour les établissements recevant du public

curité publique pour les établissements recevant du public Les études de sûrets reté et de sécurits curité publique pour les établissements recevant du public 1 De quelle sûreté parle t on? Le terme «sûreté» concerne ici la prévention des actes de malveillance

Plus en détail

Je soussigné(e) Mme, Mlle, M.., reconnaît avoir pris connaissance du règlement ci-dessus et en accepte les conditions. Fait le..

Je soussigné(e) Mme, Mlle, M.., reconnaît avoir pris connaissance du règlement ci-dessus et en accepte les conditions. Fait le.. Fiche d inscription Prévention et Secours Civiques de Niveau 1 (PSC1) DELEGATION LOCALE DE SURESNES Madame Mademoiselle Monsieur NOM d usage : NOM de naissance : Prénom : Date de naissance : Lieu de naissance

Plus en détail

HosmaT - ciculaire DHOS/O1 n 2005-256

HosmaT - ciculaire DHOS/O1 n 2005-256 Circulaire DHOS/E 4 n 2005-256 du 30 mai 2005 relative aux conditions techniques d alimentation électrique des établissements de santé publics et privés NOR : SANH0530245C Date d application : immédiate.

Plus en détail

n w Document d information communal sur les risques majeurs

n w Document d information communal sur les risques majeurs D I C R I M b n w c i Document d information communal sur les risques majeurs ÉDITO Madame, Monsieur, Notre Ville peut être, un jour, concernée par un risque majeur comme un phénomène météorologique, un

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.1/2010/5 Distr. générale 12 janvier 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Groupe de

Plus en détail

politique de la France en matière de cybersécurité

politique de la France en matière de cybersécurité dossier de presse politique de la France en matière de cybersécurité 20 février 2014 Contact presse +33 (0)1 71 75 84 04 communication@ssi.gouv.fr www.ssi.gouv.fr Sommaire L ANSSI L ANSSI en chiffres Le

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions Dispositif de professionnalisation des acteurs de l accueil, l information, l orientation, l emploi, la formation professionnelle initiale (par la voie de l apprentissage) et la formation

Plus en détail

15 séminaires De management et de droit aérien 74 journées / 444 heures

15 séminaires De management et de droit aérien 74 journées / 444 heures INSTITUT DE FORMATION UNIVERSITAIRE ET DE RECHERCHE DU TRANSPORT AÉRIEN POUR ÊTRE COMPÉTITIF, PERFORMANT ET INNOVANT DANS LE TRANSPORT AÉRIEN AUJOURD HUI ET DEMAIN 15 séminaires De management et de droit

Plus en détail

7. ECONOMIE 7.3. COMMERCE GESTIONNAIRE DE TRES PETITES ENTREPRISES

7. ECONOMIE 7.3. COMMERCE GESTIONNAIRE DE TRES PETITES ENTREPRISES CCPQ Rue A. Lavallée, 1 1080 Bruxelles Tél. : 02/690.85.28 Fax : 02/690.85.78 Email : ccpq@profor.be www.enseignement.be 7. ECONOMIE 7.3. COMMERCE GESTIONNAIRE DE TRES PETITES ENTREPRISES PROFIL DE FORMATION

Plus en détail

Guide pratique pour la mobilisation interdépartementale et interrégionale des ressources «métiers» de l administration territoriale de l Etat

Guide pratique pour la mobilisation interdépartementale et interrégionale des ressources «métiers» de l administration territoriale de l Etat Guide pratique pour la mobilisation interdépartementale et interrégionale des ressources «métiers» de l administration territoriale de l Etat Dans certains domaines de politiques publiques, qui exigent

Plus en détail

BE-ALERT Pilote: tester pour améliorer. Guide d utilisation pour une alerte et information optimale

BE-ALERT Pilote: tester pour améliorer. Guide d utilisation pour une alerte et information optimale BE-ALERT Pilote: tester pour améliorer Guide d utilisation pour une alerte et information optimale Table des matières BE-ALERT Pilote: tester pour améliorer 1 1 PREAMBULE 3 2 Un cadre d utilisation précis

Plus en détail

Circulaire du 22 avril 2014 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1404604C

Circulaire du 22 avril 2014 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1404604C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation, de la réforme de l État et de la fonction publique Circulaire du 22 avril 2014 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR :

Plus en détail

L implication des collectivités territoriales dans la gestion de crise : problématique et exemple de RETAP RESEAUX

L implication des collectivités territoriales dans la gestion de crise : problématique et exemple de RETAP RESEAUX L implication des collectivités territoriales dans la gestion de crise : problématique et exemple de RETAP RESEAUX Continuité d activité : quel partenariat pour l Etat, les collectivités et les entreprises?

Plus en détail

Passer le relais au sein de son association. Création- Fonctionnement STRUCTURER

Passer le relais au sein de son association. Création- Fonctionnement STRUCTURER Création- Fonctionnement Passer le relais au sein de son association Une association est une organisation. Et comme toute organisation humaine, elle est soumise au cours de son existence à des changements

Plus en détail

Le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales

Le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES SOUS DIRECTION DE LA DEFENSE CIVILE Paris, le 23 avril 2003 ET DE LA PREVENTION DES RISQUES Bureau de la Réglementation Incendie et des Risques pour le

Plus en détail

Guide d aide à l organisation de l offre de soins en situations sanitaires exceptionnelles

Guide d aide à l organisation de l offre de soins en situations sanitaires exceptionnelles Guide d aide à l organisation de l offre de soins en situations sanitaires exceptionnelles 2014 Page 1 sur 47 Page 2 sur 47 SOMMAIRE I. Présentation du Guide... 5 II. Principes de l organisation de l offre

Plus en détail

Chapitre 1 : Risque majeur et information préventive

Chapitre 1 : Risque majeur et information préventive Chapitre 1 : Risque majeur et information préventive I - QU EST-CE QU UN RISQUE MAJEUR? Le risque majeur est la possibilité d'un événement d'origine naturelle dont les effets peuvent mettre en jeu un grand

Plus en détail

GUIDE INTERMINISTERIEL SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION ET APPLICATIONS SENSIBLES

GUIDE INTERMINISTERIEL SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION ET APPLICATIONS SENSIBLES REPUBLIQUE FRANÇAISE PREMIER MINISTRE Secrétariat Général de la Défense Nationale N 730/ SCSSI Issy-les-Moulineaux, le 13 janvier 1997 GUIDE INTERMINISTERIEL SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION ET APPLICATIONS

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Contacts presse

DOSSIER DE PRESSE Contacts presse DOSSIER DE PRESSE Contacts presse : Bureau de la communication interministérielle - 02.48.67.34.36 pref-communication@cher.gouv.fr Préfecture du Cher - Place Marcel Plaisant CS 60022-18020 BOURGES Cedex

Plus en détail

CITÉ DU RISQUE SAINT-QUENTIN

CITÉ DU RISQUE SAINT-QUENTIN CITÉ DU RISQUE SAINT-QUENTIN Centre européen de sensibilisation et d éducation aux risques Le contexte français Toujours trop de victimes Chaque année en France, 11 millions d accidents de la vie courante

Plus en détail

L information des acquéreurs et des locataires sur les risques naturels et technologiques majeurs

L information des acquéreurs et des locataires sur les risques naturels et technologiques majeurs DIRECTION GÉNÉRALE DE LA PRÉVENTION DES RISQUES L information des acquéreurs et des locataires sur les risques naturels et technologiques majeurs Renseignements utiles à l état des risques et à la déclaration

Plus en détail

REGLEMENT DES ETUDES

REGLEMENT DES ETUDES P a g e 1 REGLEMENT DES ETUDES INSTITUT DON BOSCO HUY Enseignement ordinaire de plein exercice rue des Cotillages 2-4500 HUY - Tél.: 085/27.07.50 - Fax: 085/23.55.29 E-Mail: direction@donboscohuy.be Site

Plus en détail

LES FEUX D HABITATION À PARIS

LES FEUX D HABITATION À PARIS BRIGADE DE SAPEURS-POMPIERS DE PARIS LES FEUX D HABITATION À PARIS I GÉNÉRALITÉS En France, les feux tuent environ 800 personnes chaque année, soit 1 décédé pour 77 500 habitants. Sur le secteur de la

Plus en détail

dossier départemental les risques majeurs du calvados

dossier départemental les risques majeurs du calvados dossier départemental les risques majeurs du calvados Éditorial introduction La loi de modernisation de la sécurité civile de 2004 a posé un principe fondamental fort : placer le citoyen au cœur des prescriptions

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

de Paris La Brigade de Sapeurs-Pompiers Depuis toujours, Ses missions :

de Paris La Brigade de Sapeurs-Pompiers Depuis toujours, Ses missions : REportage La Brigade de Sapeurs-Pompiers Depuis toujours, Au Vieux Campeur collabore avec les acteurs français du secourisme et du sauvetage : Gendarmerie Nationale, Sécurité Civile, CRS de montagne, Sapeurs-pompiers

Plus en détail

Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1427527C

Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1427527C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Ministère des finances et des comptes publics Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25.

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. V2 La société VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE (VPNN) est autorisée

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

De l HACCP à l ISO 22000

De l HACCP à l ISO 22000 Préface La vulgarisation scientifique est une tâche noble et difficile qui nécessite une parfaite connaissance du sujet et des qualités pédagogiques indéniables. Olivier Boutou possède les deux et l exercice

Plus en détail