Adaptation du mode de conduite dans le vignoble nantais

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Adaptation du mode de conduite dans le vignoble nantais"

Transcription

1 Adaptation du mode de conduite dans le vignoble nantais Soucieux de prévoir l adaptation du vignoble à de nouvelles contraintes, les administrateurs du Syndicat de Défense des Appellations d Origine Muscadet (SDAOC) ont souhaité qu une réflexion sur les itinéraires soit entreprise et qu un travail sur le mode de conduite et les écartements entre rangs soit mené. Cette mission a été confiée à Sophie DE BEAUMONT, pilotée par un groupe de travail réunissant techniciens et professionnels du vignoble nantais. Ce document est une synthèse du rapport réalisé par Sophie DE BEAUMONT suite au travail du groupe «système de conduite». Il répond aux questions suivantes : Pourquoi changer de mode de conduite? Comment est-ce possible? Il apporte également des éléments sur les conséquences sur la vigne et le vin, les coûts de production et les impacts environnementaux qu une adaptation des itinéraires et du mode de conduite peut entrainer. 1 Pourquoi envisager un changement du mode de conduite? Un appareil de production vieillissant Au dernier recensement général agricole de 2000, près de la moitié du vignoble nantais se composait de vignes de plus de 30 ans, et seul 3% du vignoble était âgé de moins de 3ans (proportion la plus basse parmi tous les vignobles de Loire). En effet depuis les années 90, le renouvellement du vignoble est très faible et depuis 2003, le taux de renouvellement est passé sous la barre de 0,5%. Par ailleurs, les équipements sont peu renouvelés (le degré de vétusté des équipements est estimé à 70% 1 ). Si l on souhaite maintenir la production, un renouvellement de l appareil de production doit s opérer : atteindre un taux de renouvellement du vignoble de 2,5% minimum et un degré de vétusté de 50% maximum. Avant d effectuer ce renouvellement, il est opportun de réfléchir sur la pertinence des itinéraires et du mode de conduite actuels par rapport au nouveau contexte. Un mode de conduite qui a évolué au cours du temps : de la vigne en foule au mode de conduite actuel Avant le phylloxera, la vigne était plantée en foule à des densités proches de pieds/ha. Au cours du temps, le mode de conduite de la vigne en pays nantais s est peu à peu transformé. Les grandes évolutions, comme la plantation du vignoble en ligne, ont eu lieu avant la création de l AOC Muscadet. A la création de l AOC, peu de règles étaient spécifiées au décret et peu à peu, les usages et pratiques les plus répandus ont été transcrits dans les textes : densité minimale de 6500 pieds/ha, écartement inter-rangs d 1,45 m, palissage sur 1 ou 3 fils. Avec les moyens culturaux que l on possédait à la création des AOC Musdadet en , seules les fortes densités permettaient 1 ROSACE 44; Repère technico-économique en viticulture. Résultats par systèmes en 2006/2007. Chambre d Agriculture Loire Atlantique ; Février 2008

2 l obtention de vins de qualité. Lors de la mécanisation, les exploitations ont supporté des investissements dans des matériels spécifiques et adaptés aux conditions du vignoble. Tant que l environnement et les contraintes restaient identiques, il n y avait pas lieu de modifier le mode de conduite. Des nouvelles contraintes environnementales qui remettent en cause l entretien du sol dans le vignoble Aujourd hui, la société prend de plus en plus en compte l importance du respect de l environnement par les activités humaines. Le Grenelle impose de nouvelles règles environnementales que le vignoble ne peut ignorer, notamment en matière d utilisation de produits phytosanitaires. Un objectif du Grenelle de l environnement, faisant l objet d un consensus, fixe une réduction de 50% de l usage des pesticides d ici dix ans ; un autre concerne l interdiction de matières actives. Pour les traitements des maladies et ravageurs, la recherche et l industrie travaillent sur le sujet pour proposer des solutions alternatives. Par contre, en matière d entretien du sol, des techniques alternatives au désherbage sur toute la surface sont éprouvées. Les molécules disponibles pour le désherbage sont peu à peu interdites : après l interdiction de la Simazine en 2001, du Diuron solo en 2002 et de la Terbuthylazine en 2003 ; le Diuron en association est interdit d utilisation à la fin de l année 2008, parmi les molécules concernées par des interdictions d ici à 2010, se trouvent le Diquat, le Glufosinate (Basta) ou la Flumioxazine (Pledge). Ces interdictions sont indicatrices de la forte remise en cause du désherbage chimique. Le désherbage chimique total pratiqué à 70% dans le vignoble nantais pour l entretien des sols ne pourra pas être poursuivi. Une réflexion pour l adaptation des itinéraires doit être menée tout en prenant en compte les opportunités et contraintes. Un contexte économique fragile Le contexte économique fragile ne permet pas une augmentation des coûts de production du raisin. En effet, depuis plusieurs années, les cours sont inférieurs de 45 à 80 au coût de production (campagnes 2004/2005 à 2006/2007). Si la campagne 2008 a connu une forte remontée des cours, ils sont encore inferieurs aux coûts de production de 21 à 29 sur les mois de mars à mai Ces dernières années, les opérateurs ont dû faire des choix et n ont pu ni renouveler correctement le capital, ni rémunérer décemment la main d œuvre. Ceci ne peut être une solution que de manière transitoire. Même avec la remontée des cours par rapport aux années précédentes, il n y a pas de marge pour une augmentation des coûts de production. Il est important qu un équilibre soit trouvé à un niveau stable et durable. Moyenne Moyenne 2004/2005 à 2006/2007 mars à mai 2008 Coût de production Cours moyen Différence Cours moyen Différence Muscadet AC Muscadet Sèvre et Maine Muscadet Sèvre et Maine sur lie

3 Vers plus de main d œuvre salariée Le manque de main d œuvre est une contrainte pour les opérations au vignoble. Avec des probables cessations d activités, les hectares concernés seront reportés sur les exploitations existantes. La main d œuvre familiale étant sollicitée au maximum, plus de main d œuvre salariée sera nécessaire pour l entretien du vignoble dans les années à venir. Revenir à un labour en plein sur la totalité des surfaces n est pas généralisable à l échelle du vignoble pour des questions de coûts de production et de temps de travail. Une modification permettant d élargir les rangs et rendant possible le passage d un tracteur interligne ainsi que la mise en place de techniques mixtes d entretien du sol apparaît comme une alternative intéressante. Le contexte réglementaire de l AOC encadre la production du Muscadet et ne permet pas un changement des conditions de production sans étude préalable pour garantir un produit de qualité équivalente. Aussi, l itinéraire et le mode de conduite recherchés doivent répondre aux objectifs suivants : conserver un même potentiel qualitatif au vignoble pour garder le même produit être économiquement acceptable optimiser les besoins en main d œuvre minimiser les impacts environnementaux (pollution, paysage viticole etc ) 2 Comment changer de mode de conduite? Selon les experts, le critère Surface Foliaire Exposée (SFE par ha) rapportée à la charge en raisin (exprimée en kg/ha) prime sur les critères de densité de plantation et est plus pertinent du point de vue agronomique. La densité ne peut, à elle seule, caractériser la qualité d un mode de conduite mais elle est la résultante des choix : espacement entre les rangs, surface foliaire et charge en raisins. Sur vignes palissées 3 fils, la SFE est mesurable de façon simplifiée par la Surface Externe du Couvert Végétal (SECV) SECV = [(2 H+e)/E]x en m²/ha H = 0,85 m correspond à la hauteur de rognage r (1,30 m) moins la hauteur sous le feuillage T (0,45 m) e = 0,40 m E = 1,45 m SECV = m²/ha La charge en raisin est exprimée par le Poids de Raisins (PR) en kg/ha. Aussi au rendement de base (65hl) 2 : 8500kg/ha SECV/PR ACbase = 1,7 m²/kg A la charge maximale à la parcelle (88hl): kg/ha SECV/PR ACmax = 1,2 m²/kg Pour permettre de conserver les mêmes potentialités qualitatives au vignoble tout en conservant une homogénéité paysagère, il est possible pour des vignes palissées d augmenter l écartement E 2 Exemple pour l AOC Muscadet 3

4 jusqu à 2 m si la hauteur de feuillage H est augmentée à 1,20 m (ce qui correspond dans le vignoble nantais à une hauteur de rognage r minimale de 1,65m). Avec un écartement de 2 m entre les rangs tout en gardant 1 m entre chaque pied (distance qui permet une bonne répartition de la végétation sur la haie foliaire), la densité minimale à la plantation qui en découle est de 5000 pieds/ha. Ecartement E Hauteur de feuillage H Hauteur de rognage r Densité 1,5 m 0,85 m 1,30 m 6500 pieds/ha 2 m 1,20 m 1,65 m 5000 pieds/ha Pour conserver le même rendement à l hectare, une adaptation de la charge est nécessaire : 16 yeux/cep de moyenne pour la production en Muscadet AC (soit 14 sur la baguette), 14 yeux/cep de moyenne pour les appellations sous-régionales (soit 12 sur la baguette). Proposition de modification du cahier des charges Une modification du cahier des charges pourrait s établir de la sorte : Rapport Feuilles/Fruits minimal de 1,4 m²/kg (SECV/PR min = 1,4 m²/kg) Ecartement inter-rang maximal de 2m (E max = 2 m) Hauteur de feuillage H = 0,6 x E (soit 1,20 m lorsque E = 2m) densité = 5000 pieds/ha charge : 16 yeux/cep de moyenne pour la production en Muscadet AC, 14 yeux/cep de moyenne pour les appellations sous-régionales. Situation actuelle Augmentation de l écartement et de la hauteur de feuillage 3 Quelles conséquences au changement du mode de conduite? Conserver le même produit : Nous avons déterminé que le mode de conduite à 2 m d écartement, une hauteur de palissage 1,65 m et un écartement inter-cep de 1 m permettait de conserver un rapport SECV/PR et un potentiel qualitatif constant. L absence d expérimentation en pays nantais de variation des écartements conjointe à l adaptation de la hauteur de feuillage oblige à étudier les effets de la variation du rapport Feuilles/Fruits dans la bibliographie. Les expérimentations menées sur le rapport Feuilles/Fruits montrent que si le potentiel qualitatif est conservé, c'est-à-dire que la hauteur de feuillage est augmentée en parallèle à l augmentation des écartements : quelques légères différences sur la vigne, le raisin ou le moût peuvent être observées mais les caractéristiques organoleptiques des vins ne s en voient pas affectées. 4

5 Cela permet de supposer que le maintien de ce critère dans le vignoble nantais permettra de conserver le profil produit et ne pas engendrer de changement des caractéristiques organoleptiques du vin. Etre économiquement acceptable : L étude économique a été réalisée en collaboration avec la Chambre d Agriculture de Loire- Atlantique. Les calculs de coûts de production ont été construits avec la méthode du référentiel économique du vigneron sur une exploitation moyenne type et ne reflètent pas la situation comptable d une exploitation particulière. Le mode de conduite actuel avec l itinéraire actuel (I. actuel à 1,4 m) a un coût de production du raisin de 6389 /ha. Lorsqu un itinéraire durable d entretien des sols est mis en place (enherbement naturel maitrisé; destruction de l enherbement par travail du sol en moyenne tous les 5 ans et travail superficiel du sol sur les parcelles où l enherbement est impossible), une augmentation à hauteur de 13% des coûts de production actuels du raisin est observée (I.Durable à 1,4m). Le mode de conduite à 2 m d écartement, quant à lui, permet la mise en place d un itinéraire durable avec une baisse de 6% des coûts de production (I. durable à 2m). Les principaux postes concernés par ces variations sont les postes «Equipement et plantation» et «Main d œuvre». En effet, le coût à la plantation pour le mode de conduite à 2 m est inférieur de 9% à celui à 1,4 m (fonction du nombre de pieds à l hectare et du temps de travail). Les équipements nécessaires à l entretien du vignoble en interligne (tracteur interligne, pulvérisateurs, matériel de travail du sol) sont moins onéreux que les équipements nécessaires à l exploitation du vignoble à 1,40 m. Par ailleurs, une organisation en CUMA est envisagée sur certains matériels. Optimiser les besoins en main d œuvre Les travaux d hiver nécessitent le plus de temps de travail à l hectare. En effet, la taille est une opération qui occupe 122h/ha de temps de travaux d hiver en I. actuel à 1,4 m. Le passage à un itinéraire durable implique une augmentation des temps travaux de 7% qui s applique sur les travaux d hiver comme sur ceux d été (I. durable à 1,4). Le mode de conduite à 2m ne permet pas de réduire significativement les 5

6 besoins en main d œuvre au global sur l année puisque la réduction n est que de 3 %. Cependant il permet de répartir les besoins en main d œuvre durant l année : il réduit le temps de travail nécessaire durant l hiver de 14%, o l opération de taille est fractionnée avec un prétaillage mécanique et il y a moins de ceps à tailler par hectare ; alors qu il augmente le temps de travail durant l été o pour les opérations d entretien du sol (tonte, travail superficiel), et de palissage Minimiser les impacts environnementaux Finalement, le mode de conduite à 2m apparait être un bon compromis au niveau de ses impacts environnementaux. Il permet de répondre aux objectifs fixés par le Grenelle de l environnement en ce qui concerne la diminution d herbicides utilisés (réduction de plus de 70% la quantité de matière active d herbicide utilisée) tout limitant l augmentation des heures de traction et les émissions Carbonne induites à 10% alors qu avec le mode de conduite actuel, elle augmentent de 30%. D après ce travail, le mode de conduit à 2m semble être une alternative intéressante pour le pays nantais. Il permet d évoluer vers des itinéraires plus durables tout en conservant le profil et les caractéristiques organoleptiques du produit, de produire avec des coûts de productions stables, sans augmenter la charge en main d œuvre. Pour compléter cette analyse, deux travaux sont en cours : l analyse économique sur la période de transition d un système à l autre est en cours d étude par la Chambre d Agriculture de Loire- Atlantique et la modélisation des impacts paysagers de la modification d un mode de conduite est également à l étude par l Institut National d Horticulture d Angers. Une présentation finale des travaux aura lieu le 13 novembre 2008 à la salle Sèvre et Maine de Vertou. Par la suite, le SDAOC pourra juger s il est propice pour le vignoble de poursuivre dans cette démarche et de demander la modification du cahier des charges de l appellation. Une telle modification du mode de conduite est une véritable révolution dans les pratiques et dans les mentalités. Aussi c est un changement lourd à opérer qui ne pourra se faire sans véritable prise de conscience des professionnels de la filière et la mobilisation des acteurs pour obtenir la modification du cahier des charges de l appellation. 6

Résultats. Observatoire des exploitations viticoles

Résultats. Observatoire des exploitations viticoles Résultats 2006 Observatoire des exploitations viticoles Réalisation de l étude Cette étude est réalisée par le Conseil national des centres d économie rurale (CNCER) pour le compte de Viniflhor. L observatoire

Plus en détail

Traitements anti-botrytis : impact des pratiques culturales et de la dose appliquée sur l efficacité de la protection

Traitements anti-botrytis : impact des pratiques culturales et de la dose appliquée sur l efficacité de la protection Traitements anti-botrytis : impact des pratiques culturales et de la dose appliquée sur l efficacité de la protection Le coût élevé des produits anti-botrytis, les problèmes de résidus qu ils sont susceptibles

Plus en détail

Contrats Natura 2000

Contrats Natura 2000 Contrats Natura 2000 A. MESURES NON AGRICOLES ET NON FORESTIÈRES B. MESURES AGRO-ENVIRONNEMENTALES (MAE) B.1 MAE territorialisées : liste nationale (PDRH, décembre 2008) Conditions d accès à certaines

Plus en détail

Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG

Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG Septembre 2001 : Un mois avant la mise en place «anticipée» de l ARTT, l administration n a toujours pas consulté le personnel,

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et environnement

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et environnement COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 05/06/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION

PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION Introduction Dans la recherche de développement de l association, la création d une nouvelle section est une des solutions

Plus en détail

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Etude d un cas type ROSACE 1 Travail réalisé par Richard d Humières, élève AgroParisTech, stagiaire au Pôle économie et

Plus en détail

Approche technicoéconomiques. des pratiques respectueuses. de l environnement

Approche technicoéconomiques. des pratiques respectueuses. de l environnement Station Régionale ITV Midi-Pyrénées Approche technicoéconomiques des pratiques respectueuses de l environnement 40 - Viticulture durable et environnement - Décembre 2007 Station Régionale ITV Midi-Pyrénées

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Administration et sécurité des réseaux de l Université Montpellier 2 Sciences et techniques UM2 Vague E 2015-2019

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

PLAN DIRECTEUR EN RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT DE L INDUSTRIE VITIVINICOLE AU QUÉBEC 2014-2017. Comité vigne et vin du CRAAQ

PLAN DIRECTEUR EN RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT DE L INDUSTRIE VITIVINICOLE AU QUÉBEC 2014-2017. Comité vigne et vin du CRAAQ PLAN DIRECTEUR EN RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT DE L INDUSTRIE VITIVINICOLE AU QUÉBEC 2014-2017 Comité vigne et vin du CRAAQ Mai 2014 TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 3 LES ENJEUX DU SECTEUR... 4 PLAN DIRECTEUR

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

L Association régionale du sport étudiant Laurentides-Lanaudière (ARSELL) a réalisé un sondage concernant la vie sportive dans ses institutions.

L Association régionale du sport étudiant Laurentides-Lanaudière (ARSELL) a réalisé un sondage concernant la vie sportive dans ses institutions. L Association régionale du sport étudiant Laurentides-Lanaudière (ARSELL) a réalisé un sondage concernant la vie sportive dans ses institutions. Ce sondage s est déroulé au mois d octobre 2004 et a été

Plus en détail

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Mai 2007 Fiche entreprise Société Générale Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Présentation de l entreprise - Secteur d activité : Banque-Finance - Statut : Société Anonyme - Effectif

Plus en détail

Alcool et agriculture : Notre proximité au service de la prévention

Alcool et agriculture : Notre proximité au service de la prévention Alcool et agriculture : Notre proximité au service de la prévention Solidarité Paysans Pays de la Loire Finalité : Mobiliser et engager les professionnels du secteur agricole dans la réduction et la prévention

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Voici une situation proposée au cours du mois de novembre à des élèves d un cours préparatoire.

Voici une situation proposée au cours du mois de novembre à des élèves d un cours préparatoire. om Ce fichier D3C, corrigé du fichier D3, présente deux activités autour des apprentissages numériques en Cycle 2, cycle des apprentissages fondamentaux. La première situation problème est une situation

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES SUJET C12

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES SUJET C12 Sujet C12 Page 1 sur 7 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES SUJET C12 Ce document comprend : Pour l examinateur : - une fiche descriptive du sujet page 2/7 - une fiche concernant les logiciels

Plus en détail

La fumure d entretien

La fumure d entretien Septième note inter régionale Rhône Méditerranée fertilisation de la vigne 2008-2009 Cette note a pour destinataires les conseillers viticoles et les vignerons de la région Rhône-Méditerranée. Elle a pour

Plus en détail

Dans la même collection, neuf autres guides méthodologiques sont disponibles auprès des délégations régionales du FAFSEA.

Dans la même collection, neuf autres guides méthodologiques sont disponibles auprès des délégations régionales du FAFSEA. Les quatre étapes de l entretien professionnel Guide méthodologique 4 Quatrième étape : Le suivi du parcours professionnel du salarié A l issue de cet entretien, sur la base des conclusions figurant dans

Plus en détail

Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise

Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise Annexe 4 à la délibération n 3 du 28 juillet 2008 Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise Traditionnellement implantée dans le Vallespir et sur le piémont des Albères, la cerise,

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ANNEXE I a RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES - 7 - LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE. 1. LE MÉTIER Secteur d activités et entreprise. Le BTS Maintenance Industrielle donne accès au métier de technicien

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Automatique et informatique industrielle de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section

Plus en détail

Renouvellement. de la tarification. de l assurance collective

Renouvellement. de la tarification. de l assurance collective Renouvellement de la tarification de l assurance collective au 1 er janvier 2016 2015-12-15 Table des matières Introduction... 2 Établissement de la tarification... 2 Assurance maladie... 3 Hausse de 1,18

Plus en détail

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL SYNTHESE DES DIAGNOSTICS Juillet 2013 La Communauté d Agglomération du Grand Rodez, regroupant 55 932 habitants, est soumise à l obligation nationale (Grenelle 1 et 2) de

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes.

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes. Système Pommes de terre et légumes. Caractéristiques Variantes de ce système : Il existe près de 150 exploitations de moins de 100 ha qui produisent de la pomme de terre, essentiellement pour une vente

Plus en détail

Les jeunes agriculteurs «professionnels» ont reçu un enseignement agricole de bon niveau

Les jeunes agriculteurs «professionnels» ont reçu un enseignement agricole de bon niveau FORMATION Les jeunes agriculteurs «professionnels» ont reçu un enseignement agricole de bon niveau Solange RATTIN SCEES Bureau de l information statistique L enseignement technologique et professionnel

Plus en détail

CHAMBRE SYNDICALE DE LA REPARTITION PHARMACEUTIQUE

CHAMBRE SYNDICALE DE LA REPARTITION PHARMACEUTIQUE CHAMBRE SYNDICALE DE LA REPARTITION PHARMACEUTIQUE ACCORD DE CLASSIFICATIONS Entre les parties : La Chambre Syndicale de la Répartition Pharmaceutique - C.S.R.P., Syndicat professionnel inscrit au Registre

Plus en détail

Contexte. Problèmes posés

Contexte. Problèmes posés CONCEPTION ET EVALUATION D UN COURS EN LIGNE DESTINE A AMELIORER LES COMPETENCES DE FUTURS ENSEIGNANTS EN EDUCATION PHYSIQUE A L ANALYSE DE TACHES. DES SAVOIRS TECHNIQUES AUX COMPETENCES PEDAGOGIQUES Catherine

Plus en détail

Chapitre 8. Corrigés

Chapitre 8. Corrigés Chapitre 8 Corrigés 1 Question 1. Indicateurs du BSC et stratégie de domination par les coûts Le BSC doit refléter les intentions stratégiques. Par conséquent, si l entreprise choisit de s orienter plutôt

Plus en détail

Baccalauréat ES Pondichéry 21 avril 2016

Baccalauréat ES Pondichéry 21 avril 2016 Exercice 1 Commun à tous les candidats Baccalauréat ES Pondichéry 21 avril 216 4 points Cet exercice est un QCM (questionnaire à choix multiples). Pour chacune des quatre questions posées, une seule des

Plus en détail

Instruments financiers Couvertures. Chapitre 3865. Instruments financiers (diapo 1)

Instruments financiers Couvertures. Chapitre 3865. Instruments financiers (diapo 1) Instruments financiers Couvertures Chapitre 3865 Instruments financiers (diapo 1) Cette présentation vise à offrir un aperçu du chapitre 3865, «Couvertures», publié par le Conseil des normes comptables

Plus en détail

Cahier des Charges du Plan de Déplacements Inter-Entreprises de Bordeaux-Aéroparc

Cahier des Charges du Plan de Déplacements Inter-Entreprises de Bordeaux-Aéroparc Cahier des Charges du Plan de Déplacements Inter-Entreprises de Bordeaux-Aéroparc 17 Novembre 2014 Contenu I. Contexte... 2 II. Périmètre de l Etude... 3 III. Déroulement de la Mission... 4 IV. Conduite

Plus en détail

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 15 avril 2009 Objet: Projet de loi n 5975 portant création d une Ecole de la 2 e Chance. (3438JJE) Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008)

Plus en détail

E T U D E Octobre 2008 Étude portant sur la mutualisation de la partie terminale des réseaux en fibre optique

E T U D E Octobre 2008 Étude portant sur la mutualisation de la partie terminale des réseaux en fibre optique E T U D E Octobre 2008 Étude portant sur la mutualisation de la partie terminale des réseaux en fibre optique Synthèse Qu@trec/PMP Sommaire I. Introduction... 3 II. Objectifs et méthodologie... 3 A. principes

Plus en détail

Réforme de la PAC : mise en place des paiements directs en 2015 et accès à ces paiements pour les jeunes agriculteurs

Réforme de la PAC : mise en place des paiements directs en 2015 et accès à ces paiements pour les jeunes agriculteurs Réforme de la PAC : mise en place des paiements directs en 2015 et accès à ces paiements pour les jeunes agriculteurs Résumé 2015 est l année d entrée en application de la réforme des aides directes de

Plus en détail

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Sommaire Définition et objectifs de l épreuve.. p1 Compétences à évaluer.. p2 Conception du sujet..

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Contrôle de Gestion I. Le Contrôle de Gestion 1. Définition Le contrôle de gestion est une forme de contrôle organisationnel. C est une forme de contrôle adaptée aux structures d

Plus en détail

Lettre d informations 1 27 avril 2015

Lettre d informations 1 27 avril 2015 Lettre d informations 1 27 avril 2015 Au programme de cette lettre d informations : Point Agrométéo La gelée blanche de début avril Démarrage de la végétation point nutrition Point phytosanitaire Point

Plus en détail

Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques.

Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Notions et contenus : Transferts quantiques d énergie Émission et absorption quantiques.

Plus en détail

Pour une bonne planification agricole

Pour une bonne planification agricole Assurance-production Aperçu du régime Nouveaux semis pour les cultures fourragères Pour une bonne planification agricole Établir un lien entre producteurs et programmes Ce que vous devez savoir au sujet

Plus en détail

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS DÉCEMBRE 2011 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS Le nouveau chapitre SP 3260, Passif au titre des sites contaminés, du Manuel de comptabilité pour le secteur

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Caisse de Pension Avenir de la caisse: Proposition du GT Fin Plan de la présentation Contexte Objectif Processus Démarches réalisées Solutions proposées Conclusion 2 1 Contexte Nouvelles exigences fédérales

Plus en détail

Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine

Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine Campagne 2013 Sommaire I. Présentation de l étude et de ses données 2 II. Rendements globaux 4 1. Rendement AOC et IGP/VDF 4 2. Rendements

Plus en détail

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION Principales constatations de l Enquête 2013 auprès des emprunteurs hypothécaires Lorsqu ils

Plus en détail

Contribution du GMPV-FFB

Contribution du GMPV-FFB Contribution du GMPV-FFB Consultation sur l évolution des mécanismes de soutien aux installations sous obligation d achat Février 2014 GMPV-FFB : Groupement des Métiers du Photovoltaïque de la Fédération

Plus en détail

Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI)

Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) 8 Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) Les EPCI sont des acteurs de proximité des communes de plus en plus présents au quotidien. Leur vocation de mutualisation

Plus en détail

La Photographie Principes G.Loichot

La Photographie Principes G.Loichot La Photographie Principes G.Loichot Introduction La principale chose à laquelle il faut penser en photographie, c est à la lumière. C est elle qui traverse l objectif et qui vient «s écraser» sur le capteur

Plus en détail

SOCIAL QUIZ «MAItrISeZ vous votre protection SOCIALe?»

SOCIAL QUIZ «MAItrISeZ vous votre protection SOCIALe?» SOCIAL QUIZ «Maitrisez vous votre protection sociale?» 2 3 APPLICATION TABLETTE À DESTINATION DES EXPERTS-COMPTABLES AG2R LA MONDIALE lance l application Social Quiz pour tablette «Maitrisez-vous votre

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Conseiller «Plan de Professionnalisation Personnalisé» (Conseiller PPP)

Conseiller «Plan de Professionnalisation Personnalisé» (Conseiller PPP) Conseiller «Plan de Professionnalisation Personnalisé» (Conseiller PPP) Appel à candidature Cahier des Charges aquitain 1 / 6 Introduction : Le renouvellement des générations d'agriculteurs, facteur de

Plus en détail

DESS Modélisation et Analyse Statistique de l Information - MASI

DESS Modélisation et Analyse Statistique de l Information - MASI DESS Modélisation et Analyse Statistique de l Information - MASI La population de diplômés de l IUP Modélisation et Analyse Statistique de l Information est de 13 pour l année 2003, moins nombreuse que

Plus en détail

L insertion des diplômés 2005 en licence professionnelle de l UPMC

L insertion des diplômés 2005 en licence professionnelle de l UPMC L insertion des diplômés 2005 en licence professionnelle de l UPMC Note préalable : Ce rapport a été réalisé à partir du questionnaire élaboré par le Ministère de l Education Nationale. 1 1. La population

Plus en détail

L évolution des températures hivernales

L évolution des températures hivernales Thème : Changement climatique et maîtrise de l énergie Orientation : Réduire les émissions de GES et anticiper les effets du changement climatique L évolution des températures hivernales par stations météorologiques

Plus en détail

Charges fertilisantes des effluents d élevage Période transitoire

Charges fertilisantes des effluents d élevage Période transitoire Charges fertilisantes des effluents d élevage Modalités de reconnaissance des valeurs références pour la période transitoire Denis Côté, IRDA Mars 2003 MAPAQ Photos tirées de «Guide des Pratiques de conservation

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi et de la formation professionnelle et du dialogue social

Ministère du travail, de l emploi et de la formation professionnelle et du dialogue social Ministère du travail, de l emploi et de la formation professionnelle et du dialogue social Direction générale du travail Service des relations et des conditions de travail SRCT Sous-direction des conditions

Plus en détail

Sociétés agricoles : entre modernité et tradition

Sociétés agricoles : entre modernité et tradition EXPLOITATIONS AGRICOLES Sociétés agricoles : entre modernité et tradition Denis BARTHÉLEMY Anne-Marie DUSSOL INRA ENESAD - UMR en Économie et Sociologie Rurales Cet article a été réalisé dans le cadre

Plus en détail

Projet Viti-Photovoltaïque au Domaine de Nidolères (Roussillon) Le Domaine de Nidolères

Projet Viti-Photovoltaïque au Domaine de Nidolères (Roussillon) Le Domaine de Nidolères Projet Viti-Photovoltaïque au Domaine de Nidolères (Roussillon) Le Domaine de Nidolères Le domaine de Nidolères : est un domaine familial, de 60 ha d un seul tenant, cultivé en vignes depuis 8 générations,

Plus en détail

L INAPTITUDE MEDICALE EN PRATIQUE

L INAPTITUDE MEDICALE EN PRATIQUE L INAPTITUDE MEDICALE EN PRATIQUE Principe Cadre légal et Aspects jurisprudentiels Docteur Christophe ROSE Février 2005 SOMMAIRE NOTIONS D APTITUDE ET D INAPTITUDE INAPTITUDE TEMPORAIRE A QUELLE OCCASION

Plus en détail

Licence professionnelle Libraire

Licence professionnelle Libraire Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Libraire Université Bordeaux Montaigne Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Appréciation de la qualité de l Etude d Impact. accompagne le Projet de loi de «Nouvelle Organisation du Marché de l Electricité - NOME»

Appréciation de la qualité de l Etude d Impact. accompagne le Projet de loi de «Nouvelle Organisation du Marché de l Electricité - NOME» 1 Institut Européen pour la Gestion Raisonnée de l Environnement (IEGRE) 83 boulevard de Courcelles, 75008 Paris 06 78 05 09 88 garrigues@iegre.net 4 mai 2010 Appréciation de la qualité de l Etude d Impact

Plus en détail

Document téléchargeable sur http://www.quechoisir.org/ PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR

Document téléchargeable sur http://www.quechoisir.org/ PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR Conférence de presse du 27 mai 2008 POUR QUE LES DIAGNOSTICS IMMOBILIERS REMPLISSENT LEUR MISSION, L UFC-QUE CHOISIR PROPOSE ET AGIT Bien que l obligation légale de diagnostic

Plus en détail

AVIS DU SECTEUR AGRICULTURE DE L EFFAT SUR LA REFORME DU SECTEUR VITIVINICOLE DANS L UNION EUROPEENNE 1

AVIS DU SECTEUR AGRICULTURE DE L EFFAT SUR LA REFORME DU SECTEUR VITIVINICOLE DANS L UNION EUROPEENNE 1 AVIS DU SECTEUR AGRICULTURE DE L EFFAT SUR LA REFORME DU SECTEUR VITIVINICOLE DANS L UNION EUROPEENNE 1 Les quelque 1,5 millions d exploitations viticoles et vinicoles de l Union européenne emploient plus

Plus en détail

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 janvier 2011-9 h 30 «Prolongation d'activité, liberté de choix et neutralité actuarielle : décote, surcote et cumul emploi retraite» Document N

Plus en détail

Cours Décisions et Critères multiples. Série 2. -Critères de décision-

Cours Décisions et Critères multiples. Série 2. -Critères de décision- Série 2 -Critères de décision- Exercice 1(un investissement bien raisonné) Un particulier se voit proposer deux placements a 1 et a 2. Les rendements de chacun de ces deux placements dépendent d une décision

Plus en détail

AUTO-DIAGNOSTIC DU MANAGER D après P. Hersey et K.Blanchard

AUTO-DIAGNOSTIC DU MANAGER D après P. Hersey et K.Blanchard AUTO-DIAGNOSTIC DU MANAGER D après P. Hersey et K.Blanchard Ce test vous permet d identifier : votre style dominant. votre souplesse d adaptation à chaque situation. Il comporte 12 situations de la vie

Plus en détail

PHYTO_09 Diversité de la succession culturale en cultures spécialisées

PHYTO_09 Diversité de la succession culturale en cultures spécialisées PHYTO_09 Diversité de la succession culturale en cultures spécialisées Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementaux et climatiques Version du 3 février 2015 1. Description du

Plus en détail

INDICATIONS DE CORRECTION

INDICATIONS DE CORRECTION INDICATIONS DE CORRECTION Technicien principal de 2 ème classe Spécialité Ingénierie, Informatique et Systèmes d information Epreuve d étude de cas (interne et troisième voie) ANALYSE DES DOCUMENTS Document

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 18 OCTOBRE 2007 DELIBERATION N CR-07/15.207 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Lutte contre le changement climatique : vers un Plan Climat Languedoc- Roussillon LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

COMPTE RENDU ÉCRIT DU DOSSIER SUR L AGRICULTURE URBAINE

COMPTE RENDU ÉCRIT DU DOSSIER SUR L AGRICULTURE URBAINE RIHET Natacha LE GUENNAN Eugénie COMPTE RENDU ÉCRIT DU DOSSIER SUR L AGRICULTURE URBAINE SUJET : L AGRICULTURE URBAINE ET LES POLLUTIONS Site visité : Les murs à pêches de Montreuil I- Méthodes de travail

Plus en détail

L ÉVALUATION DES ACTIONS

L ÉVALUATION DES ACTIONS L ÉVALUATION DES ACTIONS PLAN A. Le modèle général du dividende actualisé ; B. Le modèle du dividende actualisé à croissance unique; C. Le modèle du dividende actualisé à croissance multiple ; D. La valeur

Plus en détail

ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS

ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Session 2008 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA GESTION ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 4 Le sujet comporte 5 pages numérotées

Plus en détail

Plateforme sur les friches industrielles en Suisse www.friches.ch

Plateforme sur les friches industrielles en Suisse www.friches.ch Plateforme sur les friches industrielles en Suisse www.friches.ch L adresse Internet pour la reconversion des friches industrielles en Suisse www.friches.ch Valoriser les friches industrielles Une idée

Plus en détail

ANNEXE I. RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997)

ANNEXE I. RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997) ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997) L hôtellerie-restauration, au sens large du terme, regroupe l ensemble des activités qui répondent aux besoins de la clientèle

Plus en détail

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 2. METHODOLOGIE DE LA REVISION 2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 1. Introduction 1.1.L objectif essentiel de la révision des comptes annuels est d assurer le lecteur du fait que ce document

Plus en détail

Information relative à la rémunération des dirigeants mandataires sociaux En application du code AFEP/MEDEF

Information relative à la rémunération des dirigeants mandataires sociaux En application du code AFEP/MEDEF Information relative à la rémunération des dirigeants mandataires sociaux En application du code AFEP/MEDEF Sur le rapport du Comité de gouvernance et des rémunérations, le conseil d administration du

Plus en détail

La régulation, une priorité pour le secteur vitivinicole. Rencontres de Droit Rural SAF-AFDR Paris Jeudi 21 novembre 2013

La régulation, une priorité pour le secteur vitivinicole. Rencontres de Droit Rural SAF-AFDR Paris Jeudi 21 novembre 2013 La régulation, une priorité pour le secteur vitivinicole Rencontres de Droit Rural SAF-AFDR Paris Jeudi 21 novembre 2013 1 La régulation qualitative est importante mais n est pas suffisante La régulation

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

FICHE ACTION n 27. Soregor. ACTION GLOBALE Sensibilisation et communication du Bilan Carbone lors des réunions Ambition 2010

FICHE ACTION n 27. Soregor. ACTION GLOBALE Sensibilisation et communication du Bilan Carbone lors des réunions Ambition 2010 FICHE ACTION n 27 Soregor ACTION GLOBALE Sensibilisation et communication du Bilan Carbone lors des réunions Ambition 2010 ACTION SOCIALE ET SOCIETALE Mise en place du groupe de réflexion RSE ACTION ENVIRONNEMENTALE

Plus en détail

Mise en œuvre d un Plan de Formation-Action

Mise en œuvre d un Plan de Formation-Action CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre d un Plan de Formation-Action Pour l appropriation et la déclinaison du positionnement touristique du Pays du Bugey par ses acteurs touristiques Maître d ouvrage : Syndicat

Plus en détail

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS AUX ANTENNES DE FRANCE TELEVISIONS Le Conseil supérieur de l audiovisuel a adopté le 4 janvier 2011 le rapport au Premier ministre élaboré par une commission de réflexion,

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chef de chantier de l Université de Valenciennes et du Hainaut- Cambrésis - UVHC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation

Plus en détail

Mission GPSO Juin 2009. Desserte de l agglomération de Mont-de-Marsan Synthèse. Desserte de l'agglomération de Mont-de-Marsan 1/9

Mission GPSO Juin 2009. Desserte de l agglomération de Mont-de-Marsan Synthèse. Desserte de l'agglomération de Mont-de-Marsan 1/9 Desserte de l agglomération de Mont-de-Marsan Synthèse Desserte de l'agglomération de Mont-de-Marsan 1/9 SOMMAIRE 1. OBJECTIF ET METHODE DES ETUDES... 3 1.1 LE CONTEXTE... 3 1.2 LES OBJECTIFS DE L ETUDE

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 150 DU

Plus en détail

ALERTE JURIDIQUE N 34 DU 17 juin 2014

ALERTE JURIDIQUE N 34 DU 17 juin 2014 ALERTE JURIDIQUE N 34 DU 17 juin 2014 Objet : travail à temps partiel dans la branche du sport Les partenaires sociaux de la branche du sport se sont mis d accord sur un aménagement conventionnel du droit

Plus en détail

TITRE : Le sol : un patrimoine durable?

TITRE : Le sol : un patrimoine durable? 1 Préparer une «Situation complexe disciplinaire», situation d apprentissage et/ou d évaluation TITRE : Le sol : un patrimoine durable? classe : 2 nde durée : 60 minutes Capacités Connaissances Attitudes

Plus en détail

CASDAR Développement et transfert en Agriculture

CASDAR Développement et transfert en Agriculture Titre : Mise en place et structuration d une filière de produits agricoles de proximité pour la restauration hors domicile. GAL : Pays du Mans Région : Pays de Loire Priorité ciblée : Prise en compte des

Plus en détail

Aglia Quai aux vivres BP 20285 17312 Rochefort Cedex Code du registre de transparence : 252761514474-54

Aglia Quai aux vivres BP 20285 17312 Rochefort Cedex Code du registre de transparence : 252761514474-54 Réponse de l AGLIA à la Consultation de la Commission Européenne concernant l élaboration de plans pluriannuels de gestion pour les pêcheries démersales dans les eaux occidentales de l Union européenne

Plus en détail

Deuxième partie : Les appels à proposition

Deuxième partie : Les appels à proposition Deuxième partie : Les appels à proposition L objectif de l appel à proposition est de maîtriser et coordonner au mieux la gestion du budget d aide public au développement alloué aux ONGD tout en contribuant

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Chargé (e) d intégration de la Productique Industrielle

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Chargé (e) d intégration de la Productique Industrielle COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 05/11/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Chargé (e) d intégration de la Productique

Plus en détail

Viticulture/OEnologie

Viticulture/OEnologie Date : 30 novembre Lieu : Crouzilles PRÉVENTION DES MALADIES DU BOIS GRÂCE À LA TAILLE (ancienne initiation à la taille Guyot Poussard) Améliorer la taille sur votre exploitation pour respecter les flux

Plus en détail

Bilan d activités de septembre 2007 à décembre 2008 du Numéro unique France Alzheimer

Bilan d activités de septembre 2007 à décembre 2008 du Numéro unique France Alzheimer Bilan d activités de septembre 20 à décembre 20 du Numéro unique France Alzheimer Association France Alzheimer 1 A. Présentation En 2005, la Direction Générale de la Santé a demandé à France Alzheimer

Plus en détail

Ou t i l s d a n a l y s e d e l e v o l u t io n d e s

Ou t i l s d a n a l y s e d e l e v o l u t io n d e s Ou t i l s d a n a l y s e d e l e v o l u t io n d e s c h a r g e s d e p e r s o n n e l Jacques GROLIER Directeur du Master d Économie et de Gestion des Établissements Sanitaires et Sociaux Université

Plus en détail

PRÉFET DE LA RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR

PRÉFET DE LA RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR PRÉFET DE LA RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR DIRECTION RÉGIONALE DE L'ALIMENTATION DE L AGRICULTURE ET DE LA FORÊT DE PROVENCE- ALPES - CÔTE D AZUR SERVICE RÉGIONAL DE L ALIMENTATION Marseille, le 20

Plus en détail

ANNEXE 2012-CA570-03.04-R6094 PLAN DE REDRESSEMENT FINANCIER DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES. Adopté le 27 août 2012.

ANNEXE 2012-CA570-03.04-R6094 PLAN DE REDRESSEMENT FINANCIER DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES. Adopté le 27 août 2012. ANNEXE 2012-CA570-03.04-R6094 PLAN DE REDRESSEMENT FINANCIER DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES Adopté le 27 août 2012. PLAN DE REDRESSEMENT UQTR L UQTR présente un Plan de redressement qui permettre

Plus en détail

Énoncé conjoint des avantages obtenus lorsque des écoles étrangères affiliées offrent le programme d études du Manitoba

Énoncé conjoint des avantages obtenus lorsque des écoles étrangères affiliées offrent le programme d études du Manitoba Enseignement postsecondaire et Alphabétisation Éducation Entreprenariat, Formation professionnelle et Commerce Énoncé conjoint des avantages obtenus lorsque des écoles étrangères affiliées offrent le programme

Plus en détail