31 octobre 2012 RENCONTRE REGIONALE MAIA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "31 octobre 2012 RENCONTRE REGIONALE MAIA"

Transcription

1 31 octobre 2012 RENCONTRE REGIONALE MAIA

2 Sommaire Introduction Déploiement des MAIA en Ile-de-France Présentation du dispositif MAIA Retour d expérience : témoignages de pilotes MAIA Retour sur quelques points essentiels Avancés constatées et conclusion 3

3 1 2 3 Déploiement des MAIA en Ile-de-France Sandrine COURTOIS Référente régionale Alzheimer Responsable du département «Organisation de l offre pour personnes âgées» Mouloud YAHMI Chargé de mission Alzheimer et appels à projets Département «Organisation de l offre pour personnes âgées» 3

4 Le déploiement des MAIA en Ile-de-France La phase d expérimentation: Expérimentations menées entre 2009 et 2011 par l équipe projet nationale MAIA : 17 projets retenus au niveau national, dont 3 en IDF Reconduction à la fin de l expérimentation de 15 MAIA au niveau national dont 2 en Ile-de-France Première vague de généralisation en MAIA en 2011 au niveau national Lancement du 1 er appel à candidatures en février 2011 : autorisation de 3 MAIA en Ile-de-France Deuxième vague de généralisation en MAIA prévues en 2012 au niveau national Lancement du 2 ème appel à candidatures en février 2012 : autorisation de 14 MAIA en Ile-de-France Répartition des 19 MAIA Franciliennes à ce jour : Au moins une MAIA par département Répartition des MAIA d Ile-de-France Dpt Paris Seine-et-Marne Yvelines Essonne Hauts-de-Seine Seine-Saint-Denis Val-de-Marne Val-d'Oise Nombre MAIA Objectif Couverture totale de la région francilienne

5 Le déploiement des MAIA en Ile-de-France Les principales caractéristiques - Les différents types de porteurs des MAIA comparaison IDF avec France Porteurs = Structures uniquement à but non lucratif Données France Equipe projet CNSA AAP 2012

6 Le déploiement des MAIA en Ile-de-France Les principales caractéristiques -Les pilotes MAIA : qui sont-ils? Profil initial du pilote Social (dont psychologue) Administratif 23,5% 47% Médical / paramédical 29% dont 3 infirmiers dont 2 docteurs Précédent employeur Social Administration Médico-social 23,5% 23,5% dont 3 en EHPAD 41% dont 2 en SSIAD dont 2 en CLIC Sanitaire / ambulatoire 12 % Statistiques effectuées sur 17 CV de pilotes

7 Le déploiement des MAIA en Ile-de-France Les principales caractéristiques Les territoires couverts par les MAIA franciliennes - Les personnes âgées de 75 ans et plus par territoire MAIA (entre et PA, moyenne de ) Source : INSEE, recensement de la population Nombre de PA de plus de 75 ans Nombre de MAIA entre et entre et plus de Découpages des zones d intervention des MAIA : quelle articulation des territoires MAIA avec les territoires des autres dispositifs (CLIC, réseaux, autres)? 26% 5 MAIA 16% 3 MAIA 26% 5 MAIA 32% 6 MAIA 1 aire MAIA = 1 aire CLIC 1 aire MAIA = plusieurs aires CLIC 1 aire MAIA = 1 réseau de santé autre

8 Plan national Alzheimer Mesure 4 Les MAIA en Ile-de-France : où en est-on aujourd hui? Zone couverte par une MAIA Document sans valeur juridique 2012 DOSMS-ARS Ile-de-France tous droits réservés

9 Plan national Alzheimer Mesure 4 Paris (75) MAIA Sièges Zones d intervention Document sans valeur juridique 2012 DOSMS-ARS Ile-de-France tous droits réservés

10 Plan national Alzheimer Mesure 4 Seine-et-Marne (77) MAIA Association Abej Abej Coquerel Coquerel MAIA Centre 77 Aide 77 Aide et Soins et Soins à domicile à domicile MAIA RGS77 Document sans valeur juridique 2012 DOSMS-ARS Ile-de-France tous droits réservés

11 Plan national Alzheimer Mesure 4 Yvelines (78) Fédération ALDS ALDS Association Monsieur Vincent Vinc COGITEY Document sans valeur juridique 2012 DOSMS-ARS Ile-de-France tous droits réservés

12 Plan national Alzheimer Mesure 4 Essonne (91) HPGM Association gérontologique de l'essonne de l'essonn Document sans valeur juridique 2012 DOSMS-ARS Ile-de-France tous droits réservés

13 Agekanonix Plan national Alzheimer Mesure 4 Hauts-de-Seine (92) Osmose Document sans valeur juridique 2012 DOSMS-ARS Ile-de-France tous droits réservés

14 Plan national Alzheimer Mesure 4 Seine-Saint-Denis (93) Réseau Equip'Age Document sans valeur juridique 2012 DOSMS-ARS Ile-de-France tous droits réservés

15 Plan national Alzheimer Mesure 4 Val-de-Marne (94) Ages et et vie vie et CLIC et CLIC 7 7 Réseau Santé Géronto-4 Document sans valeur juridique 2012 DOSMS-ARS Ile-de-France tous droits réservés

16 Plan national Alzheimer Mesure 4 Val-d Oise (95) Conseil Général du Val du d'oise Val d'o Association Gérontologique Vallée de Vallée Montmorency de Montmorency Document sans valeur juridique 2012 DOSMS-ARS Ile-de-France tous droits réservés

17 2 3 Présentation du dispositif MAIA Catherine PERISSET Equipe projet nationale MAIA Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie 3

18 Plan National Alzheimer mesure 4 : les MAIA ARS Ile de France 31 octobre 2012 C Perisset, équipe projet nationale 18

19 Pourquoi les MAIA dans le Plan National Alzheimer? «L enjeu est de mettre fin au désarroi des familles qui ne savent à qui s adresser et qui sont perdues dans de nombreux dispositifs mal articulés et cloisonnés.» 19

20 Plan national Alzheimer Parcours personnalisé DIAGNOSTIQUER PRENDRE EN CHARGE A domicile Réhabilitation à domicile Médecin Généraliste Accompagnement et répit Malade Aidant Annonce Accompagnement Médecin Spécialiste Neurologue Consultation Mémoire Centre Jeune MAIA Orienter Simplifier Evaluer Hors domicile : structures adaptées Hôpital Maison de retraite RECHERCHER POUR GUERIR, PRENDRE SOIN ET AMELIORER LA QUALITE DE VIE 20

21 DGS, DGOS, DSS,DGCS, SG, CNSA. CNAM, CNAV, MSA, RSI, ARS, Conseil général, CCAS Médecine de ville Services Aide à domicile Milieux hospitaliers Réseaux CLIC Services des CG CLIC, EMS, MDPH Ressources médicales et paramédicales Pharmacie, SSIAD, HAD, secteur psy, AS Services sociaux CCAS, AS Habitat, tutelles PRESTATAIRES Ambulanciers, prothésistes, services de soins infirmières à domicile (SSIAD), Associations de services à domicile POPULATION 21

22 La fragmentation des territoires et des schémas met à l épreuve le processus MAIA Territoire de santé communes Territoire de l HAD cantons Territoires des libéraux intercommunalité Territoire des réseaux de santé Territoire des CLIC(s), Territoire des EMS APA, Des services sociaux MAIA département région inter-région nation Les schémas; les planificateurs SROSM, PRS, Filières gériatrique, schémas gérontologique 22

23 : expérimentations Objectif : rendre la généralisation adaptée aux besoins locaux 17 territoires contrastés (puis 15 après novembre 2010) Des A/R continus entre équipe projet nationale (EPN), pilotes des sites et l ensemble de leurs partenaires. Des projets collaboratifs en appui sur l existant Un méthodologie commune Une EPN garante du déploiement d un même processus adapté à chacun des territoires Experts chercheurs : évaluation de la démarche d intégration et des facteurs d influence 23

24 MAIA et perte d autonomie MAIA initiée dans le Plan national Alzheimer en 2009 : une maladie qui touche toutes les dimensions de la «santé» (OMS) où les réponses fragmentées sont sensibles L impact de la maladie comme modèle pour une ambitieuse réorganisation des services Une forte impulsion (plan présidentiel) et EPN (lettre de mission interministérielle) En 2011, généralisation des MAIA, inscription dans la Loi, cahier des charges validé par décret Extension de la population cible : personnes âgées en perte d autonomie 24

25 MAIA : enjeux et objectifs Faciliter l accès aux services d aides et de soins Permettre d avoir une réponse complète quelque soit le lieu où l on s adresse Rendre le système lisible Articuler les ressources du territoire Prendre en compte la fragmentation Organiser la coresponsabilité des acteurs 25

26 Les MAIA Dispositifs d intégration des services de soins et d aides Visent à créer un partenariat co-responsable sur un territoire donné dans une approche populationnelle Contribuent au développement de parcours coordonnés et simplifiés Transforment en profondeur l organisation des ressources du territoire par la mise en en place de mécanismes de régulation de la fragmentation et d outils partagés Un processus qui permet d acquérir le label MAIA (label à postériori) 26

27 Hôpital aigu Ressources Alz Réseaux Bénévoles SSR Inf Libéraux Association malades Med Libéraux Label MAIA Aides à dom Accueil de Jour Services sociaux CLICs Prof de santé libéraux MDPH SSIAD HAD Mairies 27

28 L intégration des services d aides et de soins en France : Un modèle organisationnel national en 6 axes qui prend en compte les diversités locales 3 mécanismes : 1. la concertation: ensemble des décideurs et ensemble des responsables de service pour mise en cohérence des réponses d aides et de soins 2. un guichet intégré : à tout endroit du territoire, la demande de soin et d aide d une personne ou de son aidant est prise en compte dans toutes ses dimensions quelque soit la porte d entrée dans le système d aides et de soins 3. gestionnaires de cas : entièrement dédiés à la coordination pour les personnes dont la complexité de la situation met en jeu la fluidité du parcours 28

29 L intégration des services d aides et de soins en France : Un modèle organisationnel national en 6 axes qui prend en compte les diversités locales 3 Outils : 4. Un outil standardisé tenant compte de la multi dimensionnalité des problématiques d une situation 1. Au niveau du guichet intégré : un formulaire d analyse des situations 2. Les gestionnaires de cas : un outil d évaluation multidimensionnelle standardisé des situations complexes (GEVAA en cours de finalisation) 5. Un plan de services individualisé (PSI), outil de planification des interventions pour les gestionnaires de cas reconnu par l ensemble des acteurs 6. Un système d information partagé par tous les partenaires 29

30 Concertation : au-delà de la coordination la co responsabilité «concertation stratégique» : une politique partagée sur un territoire pertinent Décideurs et financeurs : ARS, CG, caisses de retraite, UDCCAS, URPS, représentants des usagers etc. «concertation tactique» connaissance partagée des besoins et du service rendu Responsables et directeurs des établissements et services sanitaires, sociaux et médico-sociaux, professionnels libéraux niveau de représentation décisionnel un Pilote de projet fait le lien 30

31 Guichet intégré Constats de départ Il existe sur un territoire plusieurs lieux d accueil, d information et d orientation, plusieurs équipes de coordination sur un territoire La fragmentation entraine un défaut de régulation dans l articulation de l offre Pour chaque personne accueillie, l analyse de la situation et l orientation sont impactées par : les modalités d analyse de la situation la connaissance des ressources du territoire 31

32 Dans un guichet intégré Fluidité des parcours : langage commun Concerne l ensemble des services sociaux, médicosociaux et sanitaires participant à l orientation de la population sur le territoire Quels outils partagés l orientation prend en compte l ensemble des ressources du territoire : annuaire partagé les services sont articulés sur le territoire : qui fait quoi? l analyse de la situation est multidimensionnelle : formulaire commun les données sont partagées : identification des besoins non couverts, doublons, ruptures de continuité Chacun des services s inscrit dans un continuum de réponses aux besoins des personnes 32

33 Médecins Professionnels libéraux Plateforme de répit Équipe hospitalière SSIAD Services hospitaliers Services privés Réseau géronto Accueil, information Ex : CLIC..CCAS..MDPH etc Équipe APA Services publics Associations Gestionnaire de cas Expertise/Coordination Service social de coordination Services Sociaux et Médicosociaux MAIA / cahier des charges et guichet intégré 11 33

34 Mise en œuvre du guichet intégré Freins Leviers méconnaissance du champ social, médico-social ou sanitaire. changement de pratiques professionnelles parfois vécue comme une surcharge et une contrainte nécessite d identifier l importance de la fonction d accueil clarification des missions des différentes offres de services meilleure appréhension de l offre et de ses singularités Harmonisation des pratiques (extra et intra) Nécessité de formation: besoin partagé qui induit une dynamique relayée en concertation tactique Cette co-construction constitue un axe fort dans l installation du dispositif intégré. 34

35 Les personnes suivies en gestion de cas Les situations complexes qui mêlent plusieurs problématiques parmi santé, familiale, sociale, économique, environnementale Avec plusieurs professionnels qui interviennent et des interventions à articuler.. ou pas d intervention possible et/ou des ruptures de parcours Il est nécessaire de prendre le temps et du temps Environ 5% de la population 35

36 La gestion de cas La GC s insère dans un dispositif intégré Il ne suffit pas d offrir séquentiellement de bons services pour combler l ensemble des besoins même si ces services pris isolément sont performants La complexité des besoins de ces personnes a pour effet de rendre le travail de chacun des professionnels impliqués interdépendant les uns des autres. Cela exige de développer un dispositif dédié à la coordination de ces interdépendances Chaque professionnel continue son action mais chacun poursuit un objectif plus général partagé et inscrit dans le maintien à domicile Le gestionnaire de cas s assure de la continuité du parcours et identifie les freins : lien avec le Pilote 36

37 La gestion de cas Des professionnels formés (DIU) de profils variés (AS, ergo, psycho, IDE ) Au service du territoire Partenaires du médecin traitant Professionnels dédiés à la coordination Coordination intensive de longue durée «case load» = 40 dossiers Articulation nécessaire avec les autres professionnels «coordinateurs» Impact dans un système intégré 37

38 Le pilote En France, la complexité du système a nécessité la mise en place d un Pilote Fait le lien avec l ensemble des acteurs du territoire Réalise un diagnostic précis des ressources du territoire Vient en appui à la concertation stratégique Réunit et anime la concertation tactique Impulse les travaux du guichet intégré Anime l activité des gestionnaires de cas Il est légitimé par les acteurs stratégiques et tactiques Il pilote un projet collaboratif de territoire 38

39 Expérimentation MAIA : constats Confirme la très grande diversité dans l offre de service de soins et d aides sur le territoire français Deux points de fragmentation principaux entravent la réponse aux usagers : sanitaire/médico-social ambulatoire /hospitalo-institutionnel De nombreux partenariats ne sont pas systématisés et sont incomplets L incohérence des territorialités est facteur entravant Le parcours des personnes est conditionné par la porte d entrée dans le système 39

40 Les enseignements de l expérimentation Un territoire infra départemental pour répondre à la proximité Importance d un partenariat fort sanitaire et médicosocial Nécessité d un engagement politique et institutionnel A terme, le mode expérimental impacte négativement l engagement des partenaires Le lien étroit entre les structures de coordination existantes renforce légitimité et efficacité de chacune 40

41 Premiers éléments d impact Simplification de parcours Indice de simplification de parcours qui baisse en moyenne de 3,24 à 1,3 Amélioration de l accessibilité des personnes aux services qu elles requièrent Réduction des redondances Dans 13/17 sites, des passerelles sont crées en GC et équipes APA pour éviter les doublons d évaluation Pertinence des prises en charge Des éléments encourageants pour les personnes suivies en gestion de cas sur le taux d hospitalisation sur la baisse du taux de neuroleptiques en particulier pour les personnes Alzheimer. La gestion de cas nouvelle pratique professionnelle identifiée par les personnes suivies en gestion de cas (PRISMA) Amélioration de la dynamique locale (études INPES) 41

42 La généralisation des MAIA Cadre juridique des dispositifs MAIA Cadre légal : article L CASF Réglementaire : Décret n du 29 septembre 2011 approuvant le cahier des charges des MAIA Cahier des charges national publié au BO n 2011/10 du 15 novembre sites en 2012 d autres en 2013 EPN : appui et référence ARS : responsabilité du déploiement 42

43 Parallèlement à la généralisation, les travaux encore en cours Standardisation de l outil GEVA-A Système d information partagé Label MAIA Renforcement du cadre juridique soutenant les échanges d informations 43

44 En conclusion MAIA parties du PNA mais s enclenche un mouvement plus large de réponse à la population âgée La continuité est l affaire de tous : changement structurant du système de santé Comment mettre en place des process, des outils, des pratiques partagés? Rôle essentiel du Pilote : diagnostic, impulsion et mise en lien Rôle majeur de la gouvernance : ARS et concertation stratégique Co-responsabilité tactique EPN en appui et suivi Vision politique cohérente et maintien de l impulsion dans la durée au niveau national 44

45 Merci pour votre attention 45

46 1 4 Retour d expérience : témoignages de pilotes MAIA 6 Claire ASTIER Pilote MAIA Paris Est - 20 ème Bao Hoa DANG Pilote MAIA 93 réseau Equip Age

47 5 Retour sur quelques points essentiels 3

48 La coresponsabilité Le rôle des «décideurs» L ARS Garant du respect du cahier des charges Participation à la légitimité du pilote Soutient le pilote dans la mobilisation des tables Appuie le travail du pilote dans un projet collaboratif y compris au niveau stratégique (ex : construction du guichet intégré) Tient compte du dispositif MAIA : planification schémas du PRS, impact sur l activité des structures sur lesquelles elle exerce sa compétence Les CG et autres décideurs Participation à la table stratégique et aux prises de décision Validation des outils élaborés à la table tactique (annuaire, formulaires ) Contribution au travail collectif, afin que les services sous la responsabilité des différents décideurs travaillent aux articulations des dispositifs et réduisent les ruptures entre services Inscription dans un continuum de prise en charge de la personne en perte d autonomie

49 La relation pilote - porteur Le Porteur Promoteur d un projet collaboratif qui prend en compte l ensemble des partenaires locaux Reçoit les financements Vient en appui au pilote Comme responsable d une structure, il participe à la construction d outils et processus communs qu il diffuse en interne Le Pilote Légitimité conférée par : la connaissance du territoire (diagnostic organisationnel et projet collaboratif) la concertation (définition du périmètre et lettre de mission) Mise en œuvre d un projet de territoire Organisation des groupes de travail et impulsion des travaux du guichet intégré Validation des outils en table de concertation Suivi des décisions Conduite du changement : processus lent, à terme tous les partenaires chargés de l information et de l orientation y participent

50 5 6 Avancés constatées et conclusion 3

51 Les avancées constatées Les indicateurs d impact des MAIA ou de la GC, travail de l EPN avec les expérimentations Indicateurs d impact mobilisé sur Travail sur les parcours Taux de prescription NL Travail sur les hospitalisations Exemple retenu : simplification de parcours des personnes Principe: les personnes "en désarroi" sont souvent obligées d'avoir de nombreux contacts avec le système avant de parvenir à une réponse qui correspond à leur(s) besoin(s). Indice de simplification construit à partir d une enquête transversale en deux temps Période : T1 novembre 2009 (très tôt dans le processus),t2 novembre 2010

52 AVANT LES MAIA SSR Ressources Alzh. Réseaux Bénévoles Association malades 3,24 contacts préalables Services sociaux Hôpital aigu Med Libéraux HAD Aides à dom Prof de santé libéraux Accueil de Jour CLICs SSIAD Mairies MDPH 52

53 Dans une MAIA Hôpital aigu Ressources Alz Réseaux SSR. A. I. A. M 1,3 contacts Bénévoles Association malades Inf Libéraux préalables Med Libéraux Aides à dom Accueil de Jour Gestionnaire de cas Services sociaux Prof de santé libéraux CLICs SSIAD HAD MDPH 53

54 Evolution de l indice de simplification de parcours 4,5 4 3,5-1,94 nb minimum de contact sur les 17 sites nb moyen de contacts préalables nb maximum de contact sur les 17 sites 3 2,5 2 1,5 1 0,

55 Simplifier les parcours des personnes en situation de perte d autonomie En conclusion de l enquête L indice de simplification de parcours qui mesure le nombre d organismes contactés par la personne ou ses aidants avant d arriver à l un des partenaires MAIA a diminué sensiblement. La création d une MAIA fait baisser le nombre d organismes contactés avant de voir traiter sa demande (en moyenne de 3,24 à 1,3), ce qui témoigne d une amélioration de l accessibilité des personnes aux services qu elles requièrent et donc d une simplification du parcours et des démarches pour les personnes âgées et de leur proche

56 Conclusion Pour conclure : Dynamique territoriale Intégration des acteurs Prend du temps : travail collectif, permet d identifier les freins et les ruptures Permet ensuite de travailler sur la simplification du parcours

MAIA Méthode d action pour l intégration des services d aide et de soins dans le champ de l autonomie

MAIA Méthode d action pour l intégration des services d aide et de soins dans le champ de l autonomie MAIA Méthode d action pour l intégration des services d aide et de soins dans le champ de l autonomie LES CAHIERS PÉDAGOGIQUES DE LA CNSA OCTOBRE 2014 Méthode MAIA : un modèle organisationnel national

Plus en détail

D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015

D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015 D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015 Claire ASTIER Pilote MAIA Paris Est 1 En2009,MAIAinitiéedansle PlannationalAlzheimer:unemaladiequitouche toutes les dimensions de la «santé» (OMS) où les réponses

Plus en détail

Présentation du rapport d étape n 2 Année 2012- MAIA de l est du Loiret. Janvier 2013

Présentation du rapport d étape n 2 Année 2012- MAIA de l est du Loiret. Janvier 2013 Présentation du rapport d étape n 2 Année 2012- MAIA de l est du Loiret Janvier 2013 Présentation générale du document à destination des pilotes MAIA Ce support a été développé pour vous aider dans la

Plus en détail

COMPTE RENDU TABLE DE CONCERTATION STRATEGIQUE 13 novembre 2014

COMPTE RENDU TABLE DE CONCERTATION STRATEGIQUE 13 novembre 2014 Aurélie QUENTRIC Pilote MAIA Nord Est Essonne 01 69 52 44 45 aquentric@cg91.fr Belinda INFRAY Pilote MAIA Centre Est Essonne 01 69 23 20 28 pilote.maia@age91.org DISPOSITIF MAIA Essonne Florence SCHVALLINGER

Plus en détail

Madame Laureen WELSCHBILLIG Chef de projet Système d Information de Santé ARS IDF

Madame Laureen WELSCHBILLIG Chef de projet Système d Information de Santé ARS IDF Madame Laureen WELSCHBILLIG Chef de projet Système d Information de Santé ARS IDF Système d information MAIA et stratégie régionale Journée MAIA Paris 11 mai 2015 Hôtel de Ville de Paris Systèmes d Information

Plus en détail

Le dispositif d intégration MAIA, ses acteurs, ses outils. Aspects éthiques et déontologiques LE DISPOSITIF

Le dispositif d intégration MAIA, ses acteurs, ses outils. Aspects éthiques et déontologiques LE DISPOSITIF Section éthique et déontologie du CNOM Rapporteur : Dr. Bernard LE DOUARIN Juillet 2012 Le dispositif d intégration MAIA, ses acteurs, ses outils. Aspects éthiques et déontologiques LE DISPOSITIF Personnes

Plus en détail

Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012

Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012 Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012 Martine HADDAD Secrétaire Générale FHP Ile-de-France SOMMAIRE -LES ETABLISSEMENTS DE SANTE

Plus en détail

LE POSITIONNEMENT DES TUTELLES À L ÉCHELLE TERRITORIALE : LE CAS DE L EXPÉRIMENTATION PAERPA

LE POSITIONNEMENT DES TUTELLES À L ÉCHELLE TERRITORIALE : LE CAS DE L EXPÉRIMENTATION PAERPA LE POSITIONNEMENT DES TUTELLES À L ÉCHELLE TERRITORIALE : LE CAS DE L EXPÉRIMENTATION PAERPA Colloque Management hospitalier Mercredi 24 juin 2015 E.Duchange, A.Pruvot, P.Pichereau, MD Lussier, Anap Agence

Plus en détail

Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie

Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie Société gérontologique de Normandie Société gérontologique de Normandie 1 Projet Régional de Santé Un ensemble coordonné et structuré

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE DOSSIER DE PRESSE 11 FÉVRIER 2014 Contacts Presse : Burson Marsteller I & E Courriel : tanaquil.papertian@bm.com Tanaquil PAPERTIAN Téléphone : 01

Plus en détail

DEUXIEME RENCONTRE REGIONALE MAIA Compte-rendu de la réunion du 8 janvier 2014 - matin

DEUXIEME RENCONTRE REGIONALE MAIA Compte-rendu de la réunion du 8 janvier 2014 - matin Personnes présentes DEUXIEME RENCONTRE REGIONALE MAIA Compte-rendu de la réunion du 8 janvier 2014 - matin Représentants de l ARS - Siège M. Marc BOURQUIN, Directeur du Pôle Médico-social Mme Sandrine

Plus en détail

Dispositifs d aides aux personnes âgées 10/02/2014

Dispositifs d aides aux personnes âgées 10/02/2014 Dispositifs d aides aux personnes âgées 1 Les acteurs de la gérontologie Où trouver l information sur les aides aux personnes âgées: Les CCAS: Centre Communaux d Action Sociale, outils social des mairies.

Plus en détail

Un de vos proches ou vous-même avez été diagnostiqué malade d Alzheimer, ce guide peut vous aider

Un de vos proches ou vous-même avez été diagnostiqué malade d Alzheimer, ce guide peut vous aider Guide d aide à l orientation des malades et des familles Un de vos proches ou vous-même avez été diagnostiqué malade d Alzheimer, ce guide peut vous aider La maladie d Alzheimer et les maladies apparentées

Plus en détail

Un de vos proches ou vous-même avez été diagnostiqué malade d Alzheimer, ce guide peut vous aider

Un de vos proches ou vous-même avez été diagnostiqué malade d Alzheimer, ce guide peut vous aider Guide d aide à l orientation des malades et des familles Un de vos proches ou vous-même avez été diagnostiqué malade d Alzheimer, ce guide peut vous aider La maladie d Alzheimer et les maladies apparentées

Plus en détail

BBInformations Régionales

BBInformations Régionales N 06 SEPTEMBRE 2015 BBInformations Régionales Lettre Info Action sociale Île-de-France La Cnav en Île-de-France lance des nouveaux appels à projets à l automne 2015! Contribuer à réduire la fracture numérique

Plus en détail

Santé des personnes âgées

Santé des personnes âgées Santé des personnes âgées La population française vieillit et l importance numérique des personnes âgées de plus de 60 ans et de plus de 75 ans progressera dans les années à venir, avec l entrée dans le

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

du 11 décembre 2014 Feuille de route du ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

du 11 décembre 2014 Feuille de route du ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes du 11 décembre 2014 Feuille de route du ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes À la suite de la Conférence nationale du handicap, le ministère des affaires sociales, de la

Plus en détail

L AGENCE RÉGIONALE DE SANTÉ ÎLE-DE-FRANCE

L AGENCE RÉGIONALE DE SANTÉ ÎLE-DE-FRANCE L AGENCE RÉGIONALE DE SANTÉ ÎLE-DE-FRANCE Hôpital CABINET MÉDICAL H PHARMACIE U R G E N C E S La santé avance en Île-de-France Édito Les Agences régionales de santé ont pour objectif de piloter les politiques

Plus en détail

BBInformations Régionales

BBInformations Régionales N 08 NOVEMBRE 2015 BBInformations Régionales Lettre Info Action sociale Île-de-France Partenariat entre la Cnav en Île-de-France et les centres sociaux La Fédération des centres sociaux et socioculturels

Plus en détail

Améliorer l accessibilité de tous à des soins de qualité sur l ensemble des territoires

Améliorer l accessibilité de tous à des soins de qualité sur l ensemble des territoires Améliorer l accessibilité de tous à des soins de qualité sur l ensemble des territoires Améliorer la coordination entre les professionnels et les structures de soins ambulatoires hospitaliers et médicosociaux

Plus en détail

N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX. as MAIA région mulhousienne

N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX. as MAIA région mulhousienne RE ACCES AUX DROITS N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX 2014 as MAIA région mulhousienne SOMMAIRE ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL Formation Missions ARTICULATION GESTIONNAIRE DE CAS / ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

10 fiches pratiques pour vous aider

10 fiches pratiques pour vous aider La maladie d'alzheimer et les maladies apparentées Guide d'aide à l'orientation des malades et des familles 10 fiches pratiques pour vous aider Comité régional d Alzheimer d Île-de-France CODIF Alzheimer

Plus en détail

Les personnes âgées en Ile de France : évolutions et perspectives de la prise en charge de la dépendance.

Les personnes âgées en Ile de France : évolutions et perspectives de la prise en charge de la dépendance. 1 Les personnes âgées en Ile de France : évolutions et perspectives de la prise en charge de la dépendance. Source : INSEE et Etude de l ORS ( Observatoire régional de santé en Ile-de-France) - janvier

Plus en détail

CIRCULAIRE INTERMINISTERIELLE N DGCS/DGOS/2012/06

CIRCULAIRE INTERMINISTERIELLE N DGCS/DGOS/2012/06 CAISSE NATIONALE DE SOLIDARITE POUR L AUTONOMIE MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA COHESION SOCIALE Caisse nationale de solidarité pour l autonomie Equipe

Plus en détail

CONVENTION. La Retraite pour le Bien Vieillir L offre commune inter-régimes pour la prévention et la préservation de l autonomie

CONVENTION. La Retraite pour le Bien Vieillir L offre commune inter-régimes pour la prévention et la préservation de l autonomie CONVENTION La Retraite pour le Bien Vieillir L offre commune inter-régimes pour la prévention et la préservation de l autonomie La Caisse Nationale d Assurance Vieillesse (CNAV) Et La Caisse Centrale de

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

Atelier de retour d expérience n 7 : Une réponse appropriée à la problématique des parcours de personnes âgées par les réseaux

Atelier de retour d expérience n 7 : Une réponse appropriée à la problématique des parcours de personnes âgées par les réseaux Atelier de retour d expérience n 7 : Une réponse appropriée à la problématique des parcours de personnes âgées par les réseaux De la réflexion lorraine par les réseaux. Parcours et coordination Démarche

Plus en détail

Ministère des Affaires sociales et de la Santé

Ministère des Affaires sociales et de la Santé Ministère des Affaires sociales et de la Santé Equipe projet nationale Personnes chargées du dossier : Catherine PERISSET catherine.perisset@cnsa.fr tél. : 01.53.91.21.62 Sabrina LAHLAL sabrina.lahlal@cnsa.fr

Plus en détail

Présentation des grandes lignes du guide méthodologique de la DGOS sur l évolution des réseaux

Présentation des grandes lignes du guide méthodologique de la DGOS sur l évolution des réseaux Union Nationale des Réseaux de Santé UNR.santé Présentation des grandes lignes du guide méthodologique de la DGOS sur l évolution des réseaux Mars 2012 UNR.santé Principes directeurs du guide Complète

Plus en détail

Faciliter le parcours des personnes âgées en risque de perte d autonomie : les projets PAERPA

Faciliter le parcours des personnes âgées en risque de perte d autonomie : les projets PAERPA Faciliter le parcours des personnes âgées en risque de perte d autonomie : les projets PAERPA Sommaire Enjeux et objectifs Anticiper une réalité démographique et organiser le parcours de santé autour d

Plus en détail

L engagement en pratique des gestionnaires de cas

L engagement en pratique des gestionnaires de cas L engagement en pratique des gestionnaires de cas Cyrille Lesenne Président de l'association Française des Gestionnaires de Cas (AFGC) Samuel Lesplulier Vice Président de l AFGC La gestion des cas La gestion

Plus en détail

Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie

Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie Synthèse des réunions des conférences de territoire (Rouen-Elbeuf : 04 mars 2013, Dieppe : 05 mars 2013, Le Havre : 06 mars 2013, Evreux-Vernon : 08

Plus en détail

Fiche de poste «Directeur de Programme Parcours/Coordination» GCS D-SISIF

Fiche de poste «Directeur de Programme Parcours/Coordination» GCS D-SISIF Fiche de poste «Directeur de Programme Parcours/Coordination» GCS D-SISIF LOCALISATION : Groupement de Coopération Sanitaire pour le Développement des Systèmes d Information en Santé partagés en Ile-de-France

Plus en détail

AGEFIPH : Association de Gestion du Fonds pour l Insertion professionnelle des Personnes Handicapées

AGEFIPH : Association de Gestion du Fonds pour l Insertion professionnelle des Personnes Handicapées A AAH : Allocation Adultes Handicapés ACFP : Allocation Compensatrice pour Frais Professionnels ACTP : Allocation Compensatrice pour Tierce Personne AGEFIPH : Association de Gestion du Fonds pour l Insertion

Plus en détail

Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé?

Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé? Guide méthodologique Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé? Octobre 2012 Direction générale de l offre de soins Sommaire Synthèse... 2 Introduction... 3 Partie

Plus en détail

TELEMEDECINE ET MALADIES CHRONIQUES EN ILE-DE- FRANCE

TELEMEDECINE ET MALADIES CHRONIQUES EN ILE-DE- FRANCE Date limite de dépôt des candidatures : Lundi 1 er septembre à 14 heures APPEL A PROJETS TELEMEDECINE ET MALADIES CHRONIQUES EN ILE-DE- FRANCE Cahier des charges Juin 2014 35, rue de la Gare 75935 Paris

Plus en détail

2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé

2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé Atelier n 11 Monter un parcours de soins sur une approche territoriale ciblée 2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé Françoise ELLIEN,

Plus en détail

Annexe 3 Modèle- type de convention pluriannuelle ARS - porteur du projet pour l installation et le financement d un dispositif MAIA

Annexe 3 Modèle- type de convention pluriannuelle ARS - porteur du projet pour l installation et le financement d un dispositif MAIA Annexe 3 Modèle- type de convention pluriannuelle ARS - porteur du projet pour l installation et le financement d un dispositif MAIA Les structures juridiques porteuses de dispositif MAIA disposant d un

Plus en détail

Cahier des charges Objet :

Cahier des charges Objet : Cahier des charges Objet : Expérimentation de nouveaux modes d organisation des soins destinés à optimiser les parcours de soins des personnes âgées en risque de perte d autonomie en prévenant leur hospitalisation

Plus en détail

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé CONVENTION CADRE ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé ENTRE Le Conseil Général des Vosges, 8 Rue de la Préfecture, 88000 EPINAL,

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

PLATEFORME DE COORDINATION

PLATEFORME DE COORDINATION PLATEFORME DE COORDINATION RESEAU DE SANTE-PLURITHEMATIQUE POUR L ACCOMPAGNEMENT à DOMICILE DE PERSONNES AGEES OU RELEVANT DE SOINS DE SUPPORT ARS 29/09/2011 1 Plan Reflexions pre-projet État des Lieux

Plus en détail

Rapport pour le conseil régional NOVEMBRE 2013

Rapport pour le conseil régional NOVEMBRE 2013 Rapport pour le conseil régional NOVEMBRE 2013 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france PROROGATION DU CONTRAT DE PROJETS ETAT-REGION 2007-2013 ET DES CONTRATS PARTICULIERS

Plus en détail

Expérimentation des nouveaux modes de rémunération (ENMR) Appel à candidatures 2014 Région Ile-de-France

Expérimentation des nouveaux modes de rémunération (ENMR) Appel à candidatures 2014 Région Ile-de-France Expérimentation des nouveaux modes de rémunération (ENMR) Appel à candidatures 2014 Région Ile-de-France Qu est-ce que l ENMR? Ses enjeux et objectifs principaux Le financement du système de soins constitue

Plus en détail

Cahier des Charges de la Formation La chirurgie ambulatoire

Cahier des Charges de la Formation La chirurgie ambulatoire ACTION COLLECTIVE REGIONALE 2015 Cahier des Charges de la Formation La chirurgie ambulatoire Commanditaire UNIFAF est l organisme paritaire agréé de la branche Sanitaire et sociale du secteur privé à but

Plus en détail

SOMMAIRE. L expérimentation MAIA p. 8 Mme Catherine PERISSET - Expert, Equipe projet national MAIA, Paris

SOMMAIRE. L expérimentation MAIA p. 8 Mme Catherine PERISSET - Expert, Equipe projet national MAIA, Paris 0 SOMMAIRE Séance du matin Participants p. 1 Introduction p. 2 M. Jean-Noël GUERINI, Président du Conseil Général 13 Pr. Joël MENARD, Président de la Commission d élaboration du Plan Alzheimer 2008-2012,

Plus en détail

À Paris, l offre pour les personnes âgées dépendantes se développe autour du maintien à domicile

À Paris, l offre pour les personnes âgées dépendantes se développe autour du maintien à domicile À, l offre pour les personnes âgées dépendantes se développe autour du maintien à domicile L offre en hébergements spécialisés pour personnes âgées dépendantes est plus faible à que dans les autres départements

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. 4. Le questionnaire adressé aux EHPAD dans le cadre de la 1 ère phase de l étude

FICHE TECHNIQUE. 4. Le questionnaire adressé aux EHPAD dans le cadre de la 1 ère phase de l étude Ministère du travail, de la solidarité et de la fonction publique Ministère de la santé et des sports DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE Paris, le 28 avril 2010 «nometab»

Plus en détail

L APPEL A CANDIDATURE RELATIF A LA CREATION, A TITRE EXPERIMENTAL, D UN EHPAD HORS LES MURS OU POLE DE SERVICES

L APPEL A CANDIDATURE RELATIF A LA CREATION, A TITRE EXPERIMENTAL, D UN EHPAD HORS LES MURS OU POLE DE SERVICES L APPEL A CANDIDATURE RELATIF A LA CREATION, A TITRE EXPERIMENTAL, D UN EHPAD HORS LES MURS OU POLE DE SERVICES PREAMBULE Les diverses structures de prise en charge des personnes âgées (HAD, SSIAD, SAD,

Plus en détail

Compte rendu de la journée d'information du 5 avril 2013

Compte rendu de la journée d'information du 5 avril 2013 Compte rendu de la journée d'information du 5 avril 2013 Vous vivez à domicile mais vous souhaitez être aidé dans votre quotidien. Bien vivre dans son logement : Le maintien à domicile peut être facilité

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

CONVENTION DE MODERNISATION DES SERVICES D AIDE A DOMICILE EN FAVEUR DES PERSONNES AGEES

CONVENTION DE MODERNISATION DES SERVICES D AIDE A DOMICILE EN FAVEUR DES PERSONNES AGEES CONVENTION DE MODERNISATION DES SERVICES D AIDE A DOMICILE EN FAVEUR DES PERSONNES AGEES PREAMBULE Le Conseil Général des Landes souhaite donner un nouvel élan à la politique en faveur des personnes âgées

Plus en détail

Module 1 Accompagnement d une personne dans les actes de la vie quotidienne ACCUEIL ET HEBERGEMENT DE LA PERSONNE AGEE

Module 1 Accompagnement d une personne dans les actes de la vie quotidienne ACCUEIL ET HEBERGEMENT DE LA PERSONNE AGEE 1 Hospices Civils de Beaune Module 1 Accompagnement d une personne dans les actes de la vie quotidienne Institut de formation d aides-soignants Promotion 2015-2016 Date : 3/9/15 Durée : 1h30 ACCUEIL ET

Plus en détail

Cahier de références

Cahier de références 39, avenue Charles Flahault - BP 4128 34091 Montpellier cedex 5 04 99 23 23 70 gerontoclef@inserm.fr Habilitation Anesm n H-10-581 Organisme de formation n 91 34 07221 34 Cahier de références Janvier 2015

Plus en détail

Améliorer l usage des services d accueil temporaire des personnes âgées en perte d autonomie

Améliorer l usage des services d accueil temporaire des personnes âgées en perte d autonomie Améliorer l usage des services d accueil temporaire des personnes âgées en perte d autonomie Diagnostic de départ Pourquoi les établissements nonspécialisés n investissent-ils pas davantage dans les solutions

Plus en détail

SOUTIEN et MAINTIEN à DOMICILE AM DUROCHER

SOUTIEN et MAINTIEN à DOMICILE AM DUROCHER SOUTIEN et MAINTIEN à DOMICILE AM DUROCHER DEFINITION Démarche dynamique permettant à la personne âgée de continuer à mener la vie qu elle souhaite grâce à des aides. Le soutien à domicile l analyse de

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

Région Centre SI PAERPA. Rencontre inter-régionale Asip Santé 10 avril 2014

Région Centre SI PAERPA. Rencontre inter-régionale Asip Santé 10 avril 2014 Région Centre SI PAERPA Rencontre inter-régionale Asip Santé 10 avril 2014 10/04/2014 2 Expérimentation centrée sur le Lochois composée de 8 cantons (97 communes) Population totale: 103 741 hbts Population

Plus en détail

RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC SANTÉ DANS LE CADRE D UN CONTRAT LOCAL DE SANTÉ SUR LA VILLE DE BRIANCON

RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC SANTÉ DANS LE CADRE D UN CONTRAT LOCAL DE SANTÉ SUR LA VILLE DE BRIANCON RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC SANTÉ DANS LE CADRE D UN CONTRAT LOCAL DE SANTÉ SUR LA VILLE DE BRIANCON Etape E : recueil du positionnement des partenaires institutionnels Vincent BAUDOT Septembre 2014 Société

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

SCHÉMA RÉGIONAL D ORGANISATION MEDICO- SOCIALE

SCHÉMA RÉGIONAL D ORGANISATION MEDICO- SOCIALE Projet régional de santé d Alsace 2012-2016 SCHÉMA RÉGIONAL D ORGANISATION MEDICO- SOCIALE et PROGRAMME INTERDEPARTEMENTAL D ACCOMPAGNEMENT DES HANDICAPS ET DE LA PERTE D AUTONOMIE Sommaire OBJET DU SCHEMA

Plus en détail

L ORGANISATION DU SYSTEME DE SANTE EN FRANCE

L ORGANISATION DU SYSTEME DE SANTE EN FRANCE L ORGANISATION DU SYSTEME DE SANTE EN FRANCE Dr AELBRECHT Février 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION ET DEFINITIONS LA DEMANDE DE SOINS L OFFRE DE SOINS LE FINANCEMENT LE PILOTAGE LES GRANDS ENJEUX 2 INTRODUCTION

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

Dispositifs de soins et d'aide mobilisables auprès s d'un malade âgé

Dispositifs de soins et d'aide mobilisables auprès s d'un malade âgé Dispositifs de soins et d'aide mobilisables auprès s d'un malade âgé D Somme HEGP www.hegp-geriatrie.fr geriatrie.fr Objectifs pédagogiquesp Lister les acteurs du champ du maintien à domicile des personnes

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2013

Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2013 Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2013 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france LA POLITIQUE REGIONALE POUR LES PERSONNES EN SITUION

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 «2012: État des lieux et perspectives de la coordination par

Plus en détail

CONSTRUIRE DES DYNAMIQUES TERRITORIALES FAVORABLES A LA SANTE Quels acteurs? Quelles actions? Quelles articulations? Quelles évaluations?

CONSTRUIRE DES DYNAMIQUES TERRITORIALES FAVORABLES A LA SANTE Quels acteurs? Quelles actions? Quelles articulations? Quelles évaluations? APPEL A COMMUNICATIONS 7 ème édition Rencontres territoriales de la santé publique CONSTRUIRE DES DYNAMIQUES TERRITORIALES FAVORABLES A LA SANTE Quels acteurs? Quelles actions? Quelles articulations? Quelles

Plus en détail

Système d Information des réseaux de santé Eléments de compréhension. Auteur : Isabelle LE ROUX Bruno XOUAL Laureen WELSCHBILLIG

Système d Information des réseaux de santé Eléments de compréhension. Auteur : Isabelle LE ROUX Bruno XOUAL Laureen WELSCHBILLIG Système d Information des réseaux de santé Eléments de compréhension Auteur : Isabelle LE ROUX Bruno XOUAL Laureen WELSCHBILLIG Positionnement des acteurs ARS pilotage stratégique Stratégie de santé régionale

Plus en détail

OBSERVATOIRE IMMOBILIER

OBSERVATOIRE IMMOBILIER GROUPE DE RECHERCHE SUR L ECONOMIE DE LA CONSTRUCTION ET DE L AMENAGEMENT OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE L HABITAT COLLECTIF 12, RUE HAMELIN 75116 PARIS - TEL 01.47.55.99.00 FAX 01.47.55.65.09 www.grecam.com

Plus en détail

Contexte institutionnel

Contexte institutionnel 1 Formation en protection de l autonomie des personnes âgées pour les aides à domicile Approche écologique Lucette Barthélémy Chargée d expertise en promotion de la santé Contexte institutionnel 2 L Institut

Plus en détail

ASSOCIATION DE SERVICES D AIDE A DOMICILE. Tél : 05.56.01.91.91 Fax : 05.57.87.59.08 Mail : accueil@asad-bordeaux.fr.

ASSOCIATION DE SERVICES D AIDE A DOMICILE. Tél : 05.56.01.91.91 Fax : 05.57.87.59.08 Mail : accueil@asad-bordeaux.fr. ASSOCIATION DE SERVICES D AIDE A DOMICILE ASAD de BORDEAUX 74 Cours Saint-Louis BP 60053 33028 Bordeaux Cedex Horaires d ouverture Du Lundi au Vendredi de 8h30 à 18h Site internet : www.asad-bordeaux.fr

Plus en détail

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier DGOS/PF3/CdC MSP PF3 R2 DSS RB 21 07 10 Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier L article L. 6323-3 du code de la santé publique prévoit

Plus en détail

démographie des masseurs-kinésithérapeutes

démographie des masseurs-kinésithérapeutes démographie des masseurs-kinésithérapeutes Île de France - Réunion 95 78 974 93 92 75 94 91 77 75 77 78 91 92 - Paris Seine-et-Marne Yvelines Essonne Hauts-de-Seine conseil national de l ordre des masseurs-kinésithérapeutes

Plus en détail

Territoires, compétences et gouvernance

Territoires, compétences et gouvernance Territoires, compétences et gouvernance État des connaissances sur la remise et les taxis Le 4 avril 2012 Agnès Parnaix Tél. : 01 77 49 76 94 agnes.parnaix@iau-idf.fr 1 Sommaire SDCI et périmètres intercommunaux

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

Schéma départemental en faveur des personnes âgées 2006-2011

Schéma départemental en faveur des personnes âgées 2006-2011 Schéma départemental en faveur des personnes âgées 2006-2011 Pour une Seine-et-Marne solidaire 3 Nous vivons plus longtemps grâce aux progrès de la médecine et à l amélioration des conditions de vie. A

Plus en détail

CONFERENCE ALZHEIMER VENDREDI 24 OCTOBRE 2008

CONFERENCE ALZHEIMER VENDREDI 24 OCTOBRE 2008 CONFERENCE ALZHEIMER VENDREDI 24 OCTOBRE 2008 DONNEES DEPARTEMENT DES HAUTS-DE-SEINE Echantillon de 1 145 personnes entre le 1 er janvier et le 30 avril 2007 sur le département des Hauts-de- Seine Profil

Plus en détail

LES PHARMACIENS PANORAMA AU 1ER JANVIER 2015

LES PHARMACIENS PANORAMA AU 1ER JANVIER 2015 PANORAMA RÉGION ÎLE-DE-FRANCE ÉLÉMENTS DÉMOGRAPHIQUES LES PANORAMA AU 1ER JANVIER 2015 SECTION A SECTION B SECTION C SECTION D SECTION E SECTION G SECTION H DONNÉES GÉNÉRALES CHIFFRES CLÉS Nombre d inscrits

Plus en détail

La Mutualité en chiffres Édition 2011

La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 6 Sommaire Message du directeur général de la Mutualité Française

Plus en détail

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie»

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» DOSSIER PAERPA «Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» 1 _ SOMMAIRE Quelques données chiffrées 3 Les initiatives déjà engagées pour améliorer les parcours de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le 31 octobre 2014

DOSSIER DE PRESSE Le 31 octobre 2014 DOSSIER DE PRESSE Le 31 octobre 2014 La Bourgogne, territoire de soins numérique La Bourgogne fait partie des 5 régions lauréates de Territoire de Soins Numérique (TSN). La région va recevoir un soutien

Plus en détail

Présentation de. l Equipe Spécialisée Alzheimer SMD LYON

Présentation de. l Equipe Spécialisée Alzheimer SMD LYON Présentation de l Equipe Spécialisée Alzheimer SMD LYON Soins d accompagnement et de réhabilitation auprès de personnes atteintes de la maladie d Alzheimer Marie PONCET-JEANNE, Psychologue / Coordinatrice

Plus en détail

II. LES AXES DE TRAVAIL COMPLÉMENTAIRES PROPRES AU TERRITOIRE DE SANTÉ N 8

II. LES AXES DE TRAVAIL COMPLÉMENTAIRES PROPRES AU TERRITOIRE DE SANTÉ N 8 II. LES AXES DE TRAVAIL COMPLÉMENTAIRES PROPRES AU TERRITOIRE DE SANTÉ N 8 THÉMATIQUE N 8. L AMÉLIORATION DE L ACCOMPAGNEMENT DU HANDICAP, DE LA PERTE D AUTONOMIE, DES DÉPENDANCES ET DU VIEILLISSEMENT

Plus en détail

Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT

Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT Bilan national de l enquête d activité 2012 Les plateformes d accompagnement et de répit Bilan national de l enquête d activité 2012 I 2 I DGCS

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

Concertation sur le projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Concertation sur le projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement pour l adaptation de la société au vieillissement L e s 8 4 p r o p o s i t i o n s 108-110 rue Saint-Maur - 75011 PARIS - Tél. : 01.49.23.82.52 - accueil@una.fr - www.una.fr Les 84 propositions regroupées

Plus en détail

Café réseaux mardi 15 avril 2008. Maintien à domicile, services à la personne et réseaux de santé

Café réseaux mardi 15 avril 2008. Maintien à domicile, services à la personne et réseaux de santé Café réseaux mardi 15 avril 2008 Maintien à domicile, services à la personne et réseaux de santé Maintien à domicile et SAP 1 maintien à domicile Le contexte Les enjeux L organisation 2 services à la personne

Plus en détail

Assemblée Générale FRANCE ALZHEIMER HERAULT 13 Mai 2013 RAPPORT D ACTIVITE ORGANISATION, FONCTIONNEMENT :

Assemblée Générale FRANCE ALZHEIMER HERAULT 13 Mai 2013 RAPPORT D ACTIVITE ORGANISATION, FONCTIONNEMENT : RAPPORT D ACTIVITE ORGANISATION, FONCTIONNEMENT : L année 2012 a été intense en activités. Au niveau de nos instances, les réunions de bureau et du Conseil d Administration ont permis de faire évoluer

Plus en détail

RAPPORT DE SYNTHESE DES TRAVAUX

RAPPORT DE SYNTHESE DES TRAVAUX ATELIER DE VALIDATION DU PROJET DE PLAN D ACTIONS POUR LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DE BASE A ACCES UNIVERSEL AU CAMEROUN YAOUNDE, HOTEL MONT FEBE 05-06 FEVRIER 2015 Yaoundé, Cameroun, 04-06

Plus en détail

Intérêts de l outil PAACO

Intérêts de l outil PAACO 12 février 2014 Colloque TIC Santé Intérêts de l outil PAACO Association «Gaves et Bidouze» - Plateforme de coordination CLIC, Réseau Gérontologique, MAIA L outil PAACO Objectifs : pourquoi cet outil dans

Plus en détail

PAERPA 9-10-19. Atelier 5 «SI, coordination et amélioration des conditions de travail des professionnels» mardi 29 avril 2014

PAERPA 9-10-19. Atelier 5 «SI, coordination et amélioration des conditions de travail des professionnels» mardi 29 avril 2014 PAERPA 9-10-19 Atelier 5 «SI, coordination et amélioration des conditions de travail des professionnels» mardi 29 avril 2014 1 Sommaire Présentation PAERPA Site projet PAERPA Besoins SI qui ont émergé

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional <%moiscx%>

Rapport pour la commission permanente du conseil régional <%moiscx%> Rapport pour la commission permanente du conseil régional Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france LA POLITIQUE REGIONALE POUR LES PERSONNES EN SITUION DE

Plus en détail

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS DIRECTION REGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS DIRECTION REGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS DIRECTION REGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI N Spécial 18 novembre 2013 1 PREFECTURE DES HAUTS-DE-SEINE RECUEIL

Plus en détail

+ 34,7 % 1. Le budget. L Budget exécuté 2006 à 2009 de la CNSA et budget prévisionnel 2010. entre 2006 et 2009.

+ 34,7 % 1. Le budget. L Budget exécuté 2006 à 2009 de la CNSA et budget prévisionnel 2010. entre 2006 et 2009. Chiffres clés 21 Créée en 24, la CNSA contribue au financement des politiques d aide à l autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées. Elle consacre en particulier une grande part de son

Plus en détail

LES AIDES A DOMICILE. Novembre 2009

LES AIDES A DOMICILE. Novembre 2009 LES AIDES A DOMICILE. Novembre 2009 Les Soins à Domicile = Qui Fait Quoi? Le Médecin Traitant Le pivot du maintien au domicile. Rôle de Coordination. L Infirmier Rôles = Suivi quotidien (médicaments, pansements,

Plus en détail