TD3. Exercice 1 Un cas particulier du théorème de Cauchy-Lipschitz. f (s,y(s))ds.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TD3. Exercice 1 Un cas particulier du théorème de Cauchy-Lipschitz. f (s,y(s))ds."

Transcription

1 Analyse fonctionnelle A. Leclaire - L. Magnis ENS Cachan M1 Hadamard TD3 Exercice 1 Un cas particulier du théorème de Cauchy-Lipschitz Soient I un intervalle de, E un espace de Banach et f : I E E une application continue. On suppose que pour tout compact K I, il existe k > 0 tel que t K, y,z E, f t,y) f t,z) k y z. 1) On fixe t 0 I et y 0 E. On va montrer l existence globale et l unicité d une solution de l équation différentielle y = f t,y) avec condition initiale yt 0 ) = y 0. 1) Soit K un sous-intervalle compact de I de longueur l, contenant t 0 et k > 0 vérifiant 1). Pour y C K,E), on définit F y) C K,E) par F y) : t y 0 + t t 0 f s,ys))ds. a) Montrer que y est solution sur K si et seulement si F y) = y. b) Montrer que pour p N, l itérée F p est lipschitzienne de rapport kl)p p!. c) En déduire qu il y a existence et unicité de la solution sur K. 2) Montrer que l équation différentielle admet une solution unique définie sur tout l intervalle I. 3) Soient A : I L E) et b : I E continues. Montrer que l équation différentielle y = At)y + bt) avec condition initiale yt 0 ) = y 0 admet une unique solution définie sur I. Exercice 2 Équation intégrale de Volterra Soit K : [a,b] [a,b] et φ : [a,b] continues. Montrer qu il existe une unique fonction continue f : [a,b] telle que t [a,b], f t) = φt) + t a K s,t)f s)ds. Exercice 3 Prolongement des applications uniformément continues Soient E,F deux espaces métriques, D une partie dense de E, et φ : D F. On suppose que F est complet, et que φ est uniformément continue. On va voir que φ admet admet un unique prolongement continu à E et que de plus celui-ci est uniformément continu. 1) Montrer qu un éventuel prolongement continu est nécessairement unique. 2) Montrons maintenant l existence. a) Soit x E. Montrer que si x n ) est une suite d éléments de D qui converge vers x, alors φx n )) converge dans F. Montrer de plus que la limite ne dépend pas de la suite x n ) choisie. On note cette limite ψ x). b) Montrer que ψ : E F est uniformément continue et qu elle prolonge φ. 1/15

2 3) Application à l intégrale des fonctions réglées. Soit G un espace de Banach. On dit que f : [a,b] G est une fonction en escalier s il existe a = a 0 < a 1 <... < a n = b telle que f soit constante sur chaque ]a i,a i+1 [. Une fonction f : [a,b] G est dite réglée si elle est limite uniforme de fonctions en escalier. On note [a,b],g) l ensemble des fonctions réglées muni de la norme uniforme. a) Soit f en escalier sur la subdivision a = a 0 < a 1 <... < a n = b. On note y i la valeur de f sur ]a i 1,a i [. Montrer que le nombre n y i a i a i 1 ) ne dépend pas de la subdivision choisie. On le note I f ) ou b a f. on pourra considérer une subdivision qui soit plus fine que S1 et S2. Indicaton : Étant données deux subdivisions S1 et S2, b) Montrer qu on peut prolonger I en une application linéaire continue I : [a,b],g) G. c) Montrer qu une fonction f C [a,b],g) est réglée et que I f ) f b a). d) Montrer que si f C [a,b],g), alors F : t t a f s)ds est C 1 [a,b],g) de dérivée f. e) Soit f C 1 [a,b],g). Montrer que f b) f a) = b a f s)ds. Exercice 4 Exemples de convolution 1) On considère les fonctions f,д : définies par f x) = e x 1 x 1, дx) = x1 x 1. Montrer que f д est définie partout et la calculer. 2) On considère les fonctions f,д : définies par 1 ) 2 f x) = x, дx) = 1 + x 2. Montrer que f д est définie partout et la calculer. 3) Dans 2, on note A le disque unité et B = [ 1,1]. Calculer 1 A 1 B. Exercice 5 Inégalité de Young Soient p,q [1, ] tels que 1 p + 1 q 1. On introduit r [1, ] tel que 1 1 r = 1 1 p q. Soient f,д : d avec f L p et д L q. On va voir que f д est définie presque partout, et f д L r avec f д r f p д q. 1) Expliquer pourquoi l on peut supposer f 0 et д 0. 2) emarquer que le cas r = et le cas p = 1 ont été traités en cours. Dans la suite on suppose r < et que 1 < p,q < ce qui implique r > p,q,1). 3) Montrer que f x y)дy)dy ) 1 f p x y)д q r y)dy f r p r 1 x y)д r q r 1 y)dy ) 1 1 r. 4) Montrer que f r p r 1 x y)д r q r 1 y)dy ) r p f p p r 1) y)dy ) r q д q qr 1) y). 5) Conclure. 2/15

3 Exercice 6 Partitions lisses de l unité Soit Ω d ouvert, K Ω, et U 1,...,U n des ouverts tels que K n U i = Ω. On va voir qu il existe V ouvert et des fonctions φ 1,...,φ n Cc Ω,[0,1]) tels que K V Ω et Suppφ i ) U i, x V, φ i x) = 1, et x Ω, φ i x) [0,1]. 1) Construire des ouverts V 1,...,V n tels que V i U i, V i compact, et K n V i. 2) Construire des fonctions ψ i C c Ω,[0,1]) telles que Suppψ i ) U i, et ψ i = 1 sur V i. Indication : on pourra utiliser la version lisse du lemme d Urysohn, voir TD2. 3) Pour tout i = 1,...,n, posons φ i = 1 ψ 1 )... 1 ψ i 1 )ψ i. Montrer que φ φ i = 1 1 ψ 1 )... 1 ψ i ). 4) Montrer que les fonctions φ 1,...,φ n satisfont les conditions désirées avec V = n V i. Exercice 7 Mesures définies par dualité Dans cet exercice, les espaces de fonctions considérés seront munis de la norme uniforme. 1) Soit K 2 compact. Pour f C K) que l on prolonge par 0 à 2, on poset f ) = f x,x)dx. a) Montrer que l on définit ainsi une forme linéaire continue sur C K). b) Montrer qu il existe une mesure positive finie µ sur K telle que f C K), T f = f dµ. 2) Soit T une forme linéaire continue sur C c d ). Montrer que T se prolonge de manière unique en une forme linéaire continue sur C 0 d ). 3) Pour f C c 2 ), on pose S f ) = f x,x)dx. a) Est-ce que S est une forme linéaire continue sur C c 2 )? b) Montrer néanmoins qu il existe une mesure positive ν sur 2, finie sur les compacts, telle que pour toute f C c 2 ), S f = f dν. Commenter. Exercice 8 Norme L p et dualité 1) On considère un espace mesuré E, A, µ) avec µ sigma-finie. Soit p [1, ]. Montrer que f L p, f p = sup д L q д q 1 f дdµ. 2) On considère ici un ouvert Ω d muni de la restriction de la mesure de Lebesgue. On suppose aussi p > 1. Soit f L p Ω) telle que φ Cc Ω), f x)φx)dx = 0. Montrer que f = 0 presque partout. Ω 3/15

4 Correction : Exercice 1 Un cas particulier du théorème de Cauchy-Lipschitz 1) a) Si y est solution de l équation différentielle, alors en particulier y est C 1 sur K et, par le théorème fondamental du calcul intégral, yt) yt 0 ) = t t 0 y s)ds = d où F y) = y. éciproquement, si F y) = y, alors pour tout t K, t t yt) = y 0 + f s,ys))ds. t 0 t 0 f s,ys))ds. Prenant t = t 0, on obtient déjà yt 0 ) = y 0. De plus, comme f et y sont continues, s f s,ys)) est aussi continue et donc on obtient que y est C 1 sur K et que pour tout t K, y t) = f t,yt)), ce qui donne que y est solution de l équation différentielle. emarque : Le lecteur attentif aura remarqué qu on a utilisé ici des intégrales de fonctions continues sur un segment de, à valeurs dans un espace de Banach. Pour la construction et les propriétés de ce type d intégrale, voir Exercice 3. 2) Fixons y,z C K,E). Montrons par récurrence que pour tout p N, t K, F p y)t) F p z)t) k t t 0 ) p y z. 1) p! Pour p = 0, c est évident. Supposons que pour un certain p, on ait la proposition 1). Notons Y = F p y) et Z = F p z). Par commodité, supposons t t 0 le cas t t 0 étant similaire). Par définition, F p+1 y)t) F p+1 z)t) = F Y )t) F Z )t) = t t 0 f s,y s)) f s,z s)) ) ds d où, en utilisant l hypothèse sur f, puis l hypothèse de récurrence, F p+1 y)t) F p+1 z)t) k t t 0 t t 0 f s,y s)) f s,z s)) ds k kp p! y z On en déduit que la proposition est vraie au rang p + 1. Y s) Z s) ds t t 0 s t 0 ) p ds = kp+1 t t 0 ) p+1 y z. p + 1)! 4/15

5 Finalement, on obtient l inégalité 1) pour tout p N. A fortiori, y,z C K,E), F p y) F p z) kl)p p! y z, ce qui prouve que F p est lipschitzienne de rapport kl )p p!. kl )p kl )p 3) Comme p! 0 quand p, on peut choisir p tel que p! < 1. On en déduit que F admet une itérée qui est contractante. Puisque C K,E) est complet, le théorème du point fixe assure que F p admet un point fixe unique que l on notera φ C K,E). On a en fait F p F φ)) = F F p φ)) = F φ) donc F φ) est point fixe de F p, et donc par unicité, il vient F φ) = φ, c est-à-dire que φ est point fixe de F qui est aussi unique car un point fixe de F est point fixe de F p ). Ainsi, on a bien montré l existence et l unicité d une solution sur K à l équation différentielle. 4) On peut introduire une suite K n = [a n,b n ] croissante d intervalles compacts dont la réunion est I. Alors, sur chaque K n on vient de voir que l équation différentielle admettait une unique solution φ n. En particulier, si q > p, la restriction de φ q à K p est égale à φ p. Ainsi, les φ n se prolongent entre elles, et définissent une fonction φ : I E. Si t I, alors nécessairement, il existe n tel que t ]a n,b n [ ; dans ce cas, φ coïncide avec φ n sur ]a n,b n [, donc en particulier est C 1 au voisinage de t et vérifie φ t) = f t,φt)). Maintenant, si t I \ I, c est-à-dire que t est une des deux extrémités de I. Si par exemple, c est l extrémité droite, il existe donc n tel que t = a n. Alors, φ coïncide avec φ n sur [a n,b n ] et en particulier est C 1 à droite en t et vérifie φ t) = f t,φt)). Il en résulte que la solution φ construite par prolongement est bien C 1 sur tout l intervalle I et y vérifie l équation différentielle. Enfin, si ψ est une autre solution sur I, sa restriction K n est solution sur K n, donc coïncide avec φ n sur K n, donc coïncide avec φ sur K n. Par conséquent ψ coïncide avec φ sur I tout entier. 5) Il suffit de considérer l application f t,y) = At)y + bt). Elle est continue par continuité de A et b. De plus, si K I est compact, alors pour tous t K, et y,z E ) f t,y) f t,z) = At)y z) As) y z, où As) est la norme de As) dans L E) subordonnée à. En particulier, f vérifie bien l hypothèse donnée dans l énoncé, et les questions précédentes montrent que l équation différentielle y = At)y + bt) admet une unique solution sur I vérifiant yt 0 ) = y 0. Exercice 2 Équation intégrale de Volterra On utilise la même méthodologie que dans l exercice 1 en se ramenant à un problème de point fixe. Pour f C [a,b]), on définit une fonction Λf : [a,b] en posant Λf t) = φt) + t a sup s K K s,t)f s)ds. Par continuité sous le signe somme, Λf est bien continue sur [a,b], et donc Λf C [a,b]). On remarque que f est solution de l équation proposée si et seulement si Λf = f. On va alors prouver qu une itérée de Λ est contractante. Pour cela, montrons par récurrence que pour tout n N, K t a) ) n 5/15 t [a,b], Λ n f t) Λ n дt) n! f д.

6 Comme Λ 0 f = f, l initialisation est évidente. Maintenant, supposons cette propriété vraie au rang n. Pour tout t [a,b], on a Λ n+1 f t) Λ n+1 дt) t K s,t) Λ n f s) Λ n дs) ) ds Par récurrence, on en déduit que pour tout n N, En particulier, Comme t [a,b], a t K n f д K s a) n ds a n! = K t a)) n+1 f д. n + 1)! Λ n f t) Λ n дt) Λ n f Λ n д lim n K b a) ) n n! K b a) ) n n! K t a) ) n n! = 0, f д. f д. il existe n tel que Λ n soit 1 2-lipschitzienne, et donc contractante. Ainsi, Λ a une itérée contractante, et donc par le même argument que dans l Exercice 1, il vient que Λ a un unique point fixe, ce qui conclut. Exercice 3 Prolongement des applications uniformément continues 1) Soient ψ 1, ψ 2 deux prolongements continus de φ à E. Soit x E. Comme D est dense dans E et comme E est métrique), il existe une suite x n ) d éléments de D qui converge vers x. Comme ψ 1 et ψ 2 coïncident avec φ sur D, on a n N, ψ 1 x n ) = ψ 2 x n ). Mais comme ψ 1 et ψ 2 sont continues en x et que lim x n = x, on obtient en passant à la limite dans cette égalité que ψ 1 x) = ψ 2 x). Ainsi, ψ 1 et ψ 2 coïncident sur tout E. 2) a) Soient x n D qui convergent vers x dans E. On va voir que φx n )) est de Cauchy dans F. Soit ε > 0. Comme φ est uniformément continue sur D, il existe η > 0 tel que x,y D, dx,y) < η = dφx),φy)) < ε. Mais comme x n ) converge dans E, c est une suite de Cauchy, donc il existe N tel que Par suite, p,q N, dx p,x q ) < η. p,q N, dφx p ),φx q )) < ε. Ainsi, φx n )) est bien une suite de Cauchy dans F. Comme F est complet, elle converge. Montrons de plus que la limite ne dépend pas de la suite x n ) choisie. Pour cela, donnonsnous x n D et y n D convergeant vers x dans E. Ce qui précède montre que φx n )) et φy n )) convergent respectivement vers l et l dans F. Mais alors, la suite z n ) définie par z 2n = x n et z 2n+1 = y n, 6/15

7 converge elle aussi vers x, et ce qui précède montre donc que φz n )) converge. Cette suite admettant deux sous-suites convergeant respectivement vers l et l, on en déduit que l = l. b) D abord, il est clair que ψ prolonge φ. En effet, si x D, alors la suite constante x n = x converge vers x, et on a donc ψ x) = lim φx n ) = φx). Maintenant, montrons que ψ est uniformément continue. Pour cela, prenons ε > 0. Comme φ est uniformément continue sur D, il existe η > 0 tel que x,y D, dx,y) < η = dφx),φy)) < ε. Mais alors, si x,y E sont tels que dx,y) < η, il existe deux suites x n ) et y n ) dans D convergeant respectivement vers x et y. Par définition de ψ, on a ψ x) = lim φx n ) et ψ y) = lim φy n ). Par continuité de la distance, on a donc dx n,y n ) dx,y) et en particulier, à partir d un certain rang N, dx n,y n ) < η. Ainsi, n N, dφx n ),φy n )) < ε. En utilisant de nouveau la continuité de la distance, on obtient en faisant n que dψ x),ψ y)) ε. Cela prouve que ψ est uniformément continue sur E. 3) a) Une subdivision a = a 0 < a 1 <... < a n = b est dite adaptée à f si f est constante sur chaque intervalle ]a i 1,a i [. Dans la suite, on adoptera une notation ensembliste S = {a 0,...,a n } pour cette subdivision. Considérons une subdivision S 1 = {a 0,... a n } de [a,b] adaptée à f et notons y i la valeur de f sur ]a i 1,a i [. Une subdivision S 2 plus fine que S 1 est de la forme S 2 = { a j i, 1 i n, 0 j J i }, où pour tout i, { a j i, 0 j J i } est une subdivision de [a i 1,a i ]. Cette subdivision plus fine est encore adaptée à f, et la valeur de la somme de iemann correspondante est donc J i y i a j i aj 1 i ) = j=1 J i y i j=1 a j i aj 1 i ) = y i a i a i 1 ). Ainsi, la valeur de la somme de iemann ne change pas si l on raffine la subdivision. Enfin, si S 1 et S 2 sont deux subdivisions adaptées à f, alors leur réunion S = S 1 S 2 est aussi adaptée à f, et est plus fine que S 1 et S 2. Les sommes de iemann associées à S 1 et S 2 sont donc égales à la somme de iemann associée à S. Finalement, la somme de iemann y i a i a i 1 ) est la même pour n importe quelle subdivision a = a 0 <... < a n = b adaptée à f. b) Notons E[a,b],G) l ensemble des fonctions en escalier sur [a,b]. Montrons que I est uniformément continue sur E[a,b],G). D abord, I est linéaire. En effet, soient f,д E[a,b],G) et α,β. Si S 1 et S 2 sont des subdivisions respectivement adaptées à f et д, alors la subdivision S = S 1 S 2 est adaptée à la fois à f et д. Si l on note a = a 0 < a 1 <... < a n = b cette subdivision S et y i resp. z i ) la valeur de f resp. д) sur ]a i 1,a i [, alors S est adaptée à α f + βд et cette dernière vaut αy i + βz i sur ]a i 1,a i [. Par suite, I α f + βд) = αy i + βz i )a i a i 1 ) = α y i a i a i 1 ) + β z i a i a i 1 ) = αi f ) + βi д). 7/15

8 Cela prouve que I est linéaire. Prenons alors f E[a,b],G), a = a 0 < a 1 <... < a n une subdivision adaptée à f, et désignons par y i la valeur de f sur ]a i 1,a i [. L inégalité triangulaire donne I f ) y i a i a i 1 f a i a i 1 ) = f b a). On en déduit que I est une application linéaire continue de E[a,b],G) dans G. Par linéarité, I est même uniformément continue sur E[a,b],G). De plus, par définition, E[a,b],G) est dense dans [a,b],g). Enfin, G est complet. En utilisant le théorème de prolongement des applications uniformément continues démontré dans les questions 1 et 2, on en déduit que I se prolonge de manière unique en une application linéaire continue I : [a,b],g) G. De plus, l inégalité précédente se prolonge par continuité et donne f [a,b],g), I f ) f b a). c) Soit f C [a,b]) et soit ε > 0. Par le théorème de Heine, f est uniformément continue sur [a,b], donc il existe n N tel que x,y [a,b], x y < 1 n f x) f y) < ε. Considérons alors la subdivision définie par a i = a + i b a n, 0 i n, et définissons la fonction en escalier д = f a)1 {a } + f a i )1 ]ai 1,a i ]. Alors f д < ε. En effet, si x = a, alors f x) = дx), et si x ]a,b], il existe i {1,...,n} tel que x ]a i 1,a i ], et alors дx) f x) = f a i ) f x) < ε, où l on a utilisé que a i x < a i a i 1 = 1 n. Ainsi, f д ε. Finalement, les fonctions continues sont bien réglées. De plus, l inégalité demandée a déjà été démontrée à la fin de la question précédente. d) Soit f C [a,b],g) et posons F t) = t f s)ds. Montrons que F est dérivable en un a point t [a,b] fixé. Soit ε > 0. Par continuité de f, il existe η > 0 tel que Pour h > 0 tel que t + h [a,b], on a F t + h) F t) h u [a,b], t u < η f t) f u) < ε. f t) = 1 h t+h t f s)ds f t) = 1 h t+h t f s) f t))ds. Par conséquent, en utilisant l inégalité de la question précédente, on obtient que pour h ]0,η[, Cela prouve que 8/15 F t + h) F t) h F t + h) F t) lim h 0 + h f t) ε. = f t).

9 De la même manièire, on montre que la limite en 0 est aussi égale à f t). On en conclut que F est dérivable en t et que F t) = f t). Comme f est continue, il s ensuit que F est de classe C 1. e) Il s agit de montrer que pour tout t [a,b], f t) = f a) + t a f s)ds. Par la question précédente, le membre de droite est une fonction C 1 de dérivée f. Par conséquent, les deux membres sont dérivables et ont même dérivée. Comme ils valent tous les deux f a) en t = a, on en déduit qu ils sont égaux. À noter que le résultat f = 0 f = cste provient d une version générale de l inégalité des accroissements finis ; pour la preuve de ce résultat, on revoie au Chap. 4 du Cours de Mathématiques, Tome 2 Analyse de J. Lelong-Ferrand et J.M. Arnaudiès. Exercice 4 Exemples de convolution Il est clair que les fonctions considérées sont mesurables. 1) Pour x on a f x y) дy) dy = e x y y 1 [1,+ [ x y)1 [ 1,+ [ y)dy = e x y e y 1 ],x 1] y)1 [ 1,+ [ y)dy. Si x 0, cette quantité est nulle, de sorte que f дx) est bien définie et vaut 0. Si x > 0, on a x 1 f x y) дy) dy = e x y e y dy < +. de sorte que f дx) est bien défini. Sa valeur est 1 x 1 f дx) = e x ye y dy 1 = e x [ 1 + y)e y] y=x 1 y= 1 = ex. 2) f et д sont positives, donc pour tout x, f дx) est bien défini éventuellement de valeur infinie). Calculons sa valeur 1 f дx) = x y 1 + y 2 ) 2dy 9/15 = = π 2 π 2 arctan x = 1 2 π 2 [ x x tan t cos 2 tdt changement de variable y = tan t) t + π x cos 2 2 t sin t cos t)dt + ) ] arctan x sin 2t + cos 2 t π 2 2 sin 2 arctan x arctan x sin t cos t x cos 2 t)dt [ cos 2 t x = x arctan x + x + cos 2 arctan x 2 x = x arctan x + x 1 + x x 2 = x arctan x + 1. t + )] π sin 2t 2 2 arctan x

10 3) 1 A et 1 B sont des fonctions positives. Pour x 2, on a 1 A 1 B x) = 1 A x y)1 B y)dy = 1 x A) B y)dy 2 2 où λ désigne la mesure de Lebesgue sur 2. x A étant le disque de centre x et de rayon 1, x A) B est une section de disque, éventuellement vide. λ x A) B) est l aire de cette section, finie. Pour calculer sa valeur, on note x = x 1,x 2 ). Clairement, l aire de la section de disque ne dépend que de x 1 et est paire en x 1. On se contente donc d étudier les x 1 0. On distingue alors trois cas. Cas 1 : x 1 2. Dans ce cas l intersection est vide ou bien réduite au singleton 1,x 2 ) pour x 1 = 2) et 1 A 1 B x) = 0. Cas 2 : 1 < x 1 < 2. La section est délimitée par la droite verticale d abscisse 1, le centre du disque en étant exclu. Le calcul de l aire de la section donne 1 A 1 B x) = arccosx 1 1) x 1 1) 1 x 1 1) 2. Cas 3 : 0 x 1 1. La section est délimitée par la droite verticale d abscisse 1, le centre du disque y étant inclus. Le calcul de l aire de la section donne 1 A 1 B x) = π arccos1 x 1 ) x 1 1) 1 x 1 1) 2 = arccosx 1 1) x 1 1) 1 x 1 1) 2. Finalement, 1 A 1 B x) = 0 si x 1 2 et sinon 1 A 1 B x) = arccos x 1 1) x 1 1) 1 x 1 1) 2. Exercice 5 Inégalité de Young 1) Supposons que le résultat soit vrai si f,д 0. Alors, pour f,д de signe quelconque on a f д r f p д q = f p д q, et en particulier, pour presque tout x, f д x) <, c est-à-dire, f x y) дy) dy < +. Donc f дx) est bien défini et vérifie f дx) f д x), de sorte que f д L r avec f д r f д r f p д q. 2) r = + équivaut au cas où p et q sont conjugués, déjà traité en cours. p = 1 équivaut au cas où r = q, c est-à-dire L 1 L q qui a aussi été traité en cours. 3) On fixe x. L inégalité de Hölder appliquée aux fonctions positives h : y f p r x y)д q r y) k : y f r p r x y)д r q r y) 10/15

11 donne f x y)дy)dy = = hy)ky)dy ) 1 hy) r r dy ) 1 1 ky) r r r 1 ) 1 f p x y)д q r y)dy f r p r 1 x y)д r q r 1 y) ) 1 1 r. 4) Notons On a P = pr 1) r p > 0, Q = qr 1) r q > 0. 1 P + 1 Q = r p pr 1) + r q qr 1) = r 1 r 1 p 1 r + 1 q 1 ) r = r 1 1 ) = 1, r 1 r de sorte que P,Q 1 sont conjugués. De plus, en notant on a hy) = f r p r 1 x y), ky) = д r q r 1 y), on a par l inégalité de Hölder f r p r q r 1 x y)д r 1 y) h P k Q = = f r p r 1 p ) r p f p p r 1) x y)dy д r q r 1 q. ) r q д q qr 1) y)dy 5) D autre part on a dx f p x y)д q y)dy = f p д q x)dx = f p д q 1 f p 1 д q 1 = f p p д q q. On en déduit r dx f x y)дy)dy) dx dx f p x y)д q y)dy f p x y)д q y)dy f r p p д q r q f p p д q q f r p p д q r q = f r p д r q < +, f r p r 1 x y)д r q r 1 y)dy ) r 1 de sorte que f x y)дy)dy est presque partout fini, et f д ainsi défini est dans L r. Enfin f д r = f дx) r dx) 1 r f p д q. 11/15

12 Exercice 6 Partitions lisses de l unité 1) Pour 1 i n et x i U i, il existe r i > 0, tel que Bx i,r i ) U i. Du recouvrement ouvert on extrait un sous-recouvrement fini K K n x i U i Bx i,r i ), n n i Bxj i,r j i ). j=1 On définit alors, pour tout i, On a K n i V i = Bxj i,r j i ). j=1 n V i, V i compact, V i U i. 2) On applique le lemme d Urysohn version lisse cf. TD2, exercice 6) au compact V i et à l ouvert U i. Il existe donc ψ i C c Ω,[0,1]) à support dans U i telle que ψ i = 1 sur V i. 3) Par récurrence sur i. Pour i = 1, on a φ 1 = ψ 1 = 1 1 ψ 1 ). Supposons le résultat vrai à l indice 1 i n 1. Alors i+1 φ k = k=1 i φ k + φ i+1 k=1 = 1 i i 1 ψ k ) + ψ i+1 1 ψ k ) k=1 = 1 1 ψ i+1 ) k=1 i 1 ψ k ), ce qui achève la récurrence. On en déduit en particulier que k=1 ψ i = 1 n 1 ψ i ) est à valeurs dans [0,1]. 4) Il est clair que φ i Cc à valeurs dans [0,1] et, tout comme ψ i, à support dans U i. En outre, pour x V et i 0 tel que x V i0, on a 1 ψ i0 x) = 0, donc 12/15 ψ i x) = 1 n 1 ψ i x)) = 1.

13 Exercice 7 Mesures définies par dualité 1) Définissons φ : 2 par φx) = x,x). La fonction φ est mesurable car continue). a) Par définition, T f ) = f x,x)1 x,x ) K dx = f φx)1 φ 1 K )x)dx. emarquons que φ 1 K) est un fermé car φ 1 est continue) et est borné car x,x) < M implique x < M 1,1) ). Par suite, φ 1 K) est compact. Par conséquent, l intégrale sur φ 1 K) de la fonction mesurable bornée f φ existe bien. Il en résulte que T f ) est bien défini. De plus, avec l expression précédente, on a immédiatement T f ) λφ 1 K)) f, où λφ 1 K)) est la mesure de Lebesgue du compact φ 1 K). Cela prouve que T est une forme linéaire continue sur C K). b) Considérons la mesure image de λ par l application φ. Par définition, pour tout A B 2 ), ν A) = λφ 1 A)). Notons en particulier que ν K) = λφ 1 K)) < et donc la restriction de ν à K est bien une mesure finie sur K. De plus, pour tout A B 2 ), 1 A dν = 1 φ 1 A)x)dx = 1 A φx))dx = 1 A φ dλ. Par linéarité, on a pour toute fonction étagée positive f f dν = f φ dλ. Comme une fonction mesurable positive est limite croissante de fonctions étagées, par convergence monotone, cette égalité reste vraie pour toute fonction mesurable positive, et donc aussi pour toute f L 1 2 ) par différence de deux fonctions mesurables positives). En particulier, pour toute f C K) que l on prolonge par zéro sur 2 ), f dν = f φx))dx = f x,x)dx = T f ). Finalement, µ = ν K est bien une mesure positive finie sur K telle que f C K), T f ) = f dµ. 2) Par linéarité, une forme linéaire continue est automatiquement uniformément continue. Puisque C c d ) est dense dans C 0 d ) pour la norme uniforme, il suffit d appliquer le théorème de prolongement des applications uniformément continues voir Exercice 3). 3) a) Considérons une fonction bosse β C c d,[0,1]) valant 1 en 0 et telle que Suppβ) B0, 1 2 ). Pour n N, définissons sur 2 la fonction β n par 13/15 β n x,y) = β x k,y k) k=0

14 on ajoute les translatées de la bosse centrées en les k,k) pour k = 0,...,n). Comme les supports des bosses translatées sont disjoints, on a Sβ n ) = β n x,x)dx = n + 1) β x,x)dx et aussi β n = 1. Il ne peut donc exister de M tel que f C c 2 ), Sf ) M f, et par conséquent, S n est pas une forme linéaire continue sur C c 2 ). b) eprenons la mesure positive ν construite dans la question 1 comme mesure image de λ par l application φ. D après ce qu on a vu, f L 1 2 ), f dν = f φ dλ = f x,x)dx, et en particulier, f C c 2 ), f dν = S f ). De plus, ν est finie sur les compacts : si K 2 est compact, alors φ 1 K) aussi voir la solution de la question 1), et ν K) = λφ 1 K)) <. emarque : Vous avez vu en cours que le dual de C 0 2 ) était l ensemble des mesures signées sur 2. En particulier, avec une telle mesure µ, on a µ 2 ), ce qui exclut les mesures positives de masse infinie. Comme vous pouvez le voir dans cet exercice, la mesure de adon ν ne définit pas une forme linéaire continue sur C 0 2 ). De même, la mesure de Lebesgue sur ne définit pas une forme linéaire continue sur C 0 ). Exercice 8 Norme L p et dualité Dans cette correction, on va traiter directement le cas où f est à valeurs complexes, en rajoutant donc des modules dans l égalité à démontrer : f p = sup f дdµ. д L q f On considérera la fonction donc f f = e iargf ) ailleurs. f д q 1, qui, par convention, vaut 0 aux endroits où f s annule, et qui vaut 1) Le résultat est immédiat pour f = 0. On suppose désormais f non nulle. Pour tout д L q de norme д q 1, on a, par l inégalité de Hölder, f дdµ f p д q f p, ce qui montre l inégalité sup д q 1 Pour l inégalité inverse, on distingue deux cas. f дdµ f p < +, au passage). 14/15

15 Cas 1 : p <. Posons alors д = f f p 1. On a f д q dµ = f qp 1) dµ = f p dµ < +, p de sorte que д L q q et д q = f p. De plus д f dµ = f p p q p = f p, д q ce qui achève la démonstration. Notons que dans ce cas, le sup est atteint et que l hypothèse µ σ-finie est superflue. Cas 2 : p =. Pour 0 < α < 1 quelconque, on note Γ α = { f > α f }, de mesure µγ α ) > 0 par définition de f. Comme µ est σ-finie, il existe un ensemble mesurable A Γ α de mesure 0 < µa) < +. Posons alors avec д 1 = µa). On a f д = f f 1 A L 1, д dµ = 1 f dµ α f. д 1 µa) A Ceci achève la démonstration par caractérisation de la borne supérieure. 2) On va montrer que f p est nulle. D après la première question, cas 1, il existe д L q tel que f p = f дdµ. Par densité de C c dans L q, il existe φ C c tel que д φ q 1 2. On a alors f p = f дdµ = f д φ)dµ f p д φ q 1 2 f p. Ainsi, f p = 0 et f est nulle presque partout. 15/15

TD7. ENS Cachan M1 Hadamard 2015-2016. Exercice 1 Sous-espaces fermés de C ([0,1]) formé de fonctions régulières.

TD7. ENS Cachan M1 Hadamard 2015-2016. Exercice 1 Sous-espaces fermés de C ([0,1]) formé de fonctions régulières. Analyse fonctionnelle A. Leclaire ENS Cachan M Hadamard 25-26 TD7 Exercice Sous-espaces fermés de C ([,] formé de fonctions régulières. Soit F un sous-espace vectoriel fermé de C ([,] muni de la convergence

Plus en détail

Construction de la mesure de Lebesgue. 1 Mesure positive engendrée par une mesure extérieure.

Construction de la mesure de Lebesgue. 1 Mesure positive engendrée par une mesure extérieure. Université d Artois Faculté des Sciences Jean Perrin Analyse Fonctionnelle (Licence 3 Mathématiques-Informatique Daniel Li Construction de la mesure de Lebesgue 28 janvier 2008 Dans ce chapitre, nous allons

Plus en détail

1 Topologies, distances, normes

1 Topologies, distances, normes Université Claude Bernard Lyon 1. Licence de mathématiques L3. Topologie Générale 29/1 1 1 Topologies, distances, normes 1.1 Topologie, distances, intérieur et adhérence Exercice 1. Montrer que dans un

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M Topologie 1 Espaces métriques 1.1 Distance Dans toute cette partie E représente un ensemble qui n est pas forcément un espace vectoriel. Définition

Plus en détail

IV. Espaces L p. + tx 1. (1 t)x 0

IV. Espaces L p. + tx 1. (1 t)x 0 cours 13, le lundi 7 mars 2011 IV. spaces L p IV.1. Convexité Quand deux points x 0, x 1 R sont donnés, on peut parcourir le segment [x 0, x 1 ] qui les joint en posant pour tout t [0, 1] x t = (1 t)x

Plus en détail

Intégrale de Lebesgue

Intégrale de Lebesgue Intégrale de Lebesgue ÉCOLE POLYTECHNIQUE Cours 4 : intégrale de Lebesgue Bertrand Rémy 1 / 50 1. Motivations et points de vue ÉCOLE POLYTECHNIQUE Cours 4 : intégrale de Lebesgue Bertrand Rémy 2 / 50 Deux

Plus en détail

Intégration et probabilités ENS Paris, 2013-2014. TD 5 Théorèmes de Fubini, calculs Corrigé

Intégration et probabilités ENS Paris, 2013-2014. TD 5 Théorèmes de Fubini, calculs Corrigé Intégration et probabilités NS Paris, 23-24 TD 5 Théorèmes de Fubini, calculs Corrigé xercices à préparer du TD 4 xercice. (Partiel 27 Soit (,,µ un espace mesuré et f : + une fonction mesurable.. On suppose

Plus en détail

Feuille d exercices n o 1. N(x i ). 4. On rappelle qu un espace normé est séparable s il contient une partie dénombrable dense.

Feuille d exercices n o 1. N(x i ). 4. On rappelle qu un espace normé est séparable s il contient une partie dénombrable dense. 1 Feuille d exercices n o 1 1. Deuxième forme géométrique du théorème de Hahn-Banach Soient A E et B E deux convexes, non vides, disjoints (E est une espace vectoriel normé). On suppose que A est fermé

Plus en détail

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE P. Pansu 16 mai 2005 1 Qu est-ce que la topologie? C est l étude des propriétés des objets qui sont conservées par déformation continue. Belle phrase, mais qui nécessite d

Plus en détail

Espaces vectoriels normés

Espaces vectoriels normés Espaces vectoriels normés Essaidi Ali 19 octobre 2010 K = R ou C. E un K-espace vectoriel. 1 Normes et distances : 1.1 Normes et distances : Définition : On appelle semi-norme sur E toute application N

Plus en détail

Topologie des espaces vectoriels normés

Topologie des espaces vectoriels normés Topologie des espaces vectoriels normés Cédric Milliet Version préliminaire Cours de troisième année de licence Université Galatasaray Année 2011-2012 2 Chapitre 1 R-Espaces vectoriels normés 1.1 Vocabulaire

Plus en détail

Généralités sur les fonctions numériques

Généralités sur les fonctions numériques 7 Généralités sur les fonctions numériques Une fonction numérique est, de manière générale, une fonction d une variable réelle et à valeurs réelles. 7.1 Notions de base sur les fonctions Si I, J sont deux

Plus en détail

Le théorème du point xe. Applications

Le théorème du point xe. Applications 49 Le théorème du point xe. Applications 1 Comme dans le titre de cette leçon, le mot théorème est au singulier, on va s'occuper du théorème du point xe de Picard qui a de nombreuses applications. Le cas

Plus en détail

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi Cours d analyse 1ère année Rhodes Rémi 10 décembre 2008 2 Table des matières 1 Propriétés des nombres réels 5 1.1 Sous-ensembles remarquables de R........................ 5 1.2 Relations d ordre..................................

Plus en détail

et Transversalité par Pierre Vogel

et Transversalité par Pierre Vogel Université Paris 7 Denis Diderot Institut de Mathématiques de Jussieu Géométrie des Variétés et Transversalité par Pierre Vogel Introduction Ce cours est destiné à l étude des variétés différentiables

Plus en détail

CHAPITRE 2 SUITES RÉELLES ET COMPLEXES

CHAPITRE 2 SUITES RÉELLES ET COMPLEXES CHAPITRE SUITES RÉELLES ET COMPLEXES Les suites sont un objet fondamental à la fois en mathématiques et dans l application des mathématiques aux autres sciences. Nous verrons dans ce cours et les travaux

Plus en détail

Préparation à l agrégation Année 2015/2016. Analyse Fonctionnelle. Arthur Leclaire

Préparation à l agrégation Année 2015/2016. Analyse Fonctionnelle. Arthur Leclaire ENS Cachan Mathématiques Préparation à l agrégation Année 2015/2016 Analyse Fonctionnelle Arthur Leclaire Références [B] H. Brézis. Analyse Fonctionnelle. Dunod, 1999. [CLF] A. Chambert-Loir, S. Fermigier,

Plus en détail

Master de Mathématiques M1 Analyse fonctionnelle Examen du 16 juin 2011 1 - durée : 3h

Master de Mathématiques M1 Analyse fonctionnelle Examen du 16 juin 2011 1 - durée : 3h Master de Mathématiques M1 Analyse fonctionnelle Examen du 16 juin 2011 1 - durée : 3h - Le seul document autorisé est un résumé manuscrit du cours de trois pages maximum. - Les téléphones portables et

Plus en détail

Cours d Analyse Réelle 4M003

Cours d Analyse Réelle 4M003 Cours d Analyse Réelle 4M003 Jean SAINT RAYMOND Université Pierre et Marie Curie Avant-propos Ce texte a été rédigé pour servir de support écrit à un cours de Master 1 de l Université Pierre-et-Marie Curie.

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 9 décembre 05 Enoncés Familles sommables Ensemble dénombrable a) Calculer n+ Exercice [ 03897 ] [Correction] Soit f : R R croissante. Montrer que l ensemble des

Plus en détail

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie MEÉF - Mathématiques DS2-5 octobre 25 Analyse - Géométrie Eercice Soit E un K-espace vectoriel (K étant le corps R ou C). Deu normes N et N 2 sur E sont dites équivalentes s il eiste deu constantes réelles

Plus en détail

ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES ORDINAIRES. Semestre d accueil, le 30 mars 2006

ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES ORDINAIRES. Semestre d accueil, le 30 mars 2006 ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES ORDINAIRES. Semestre d accueil, le 30 mars 2006 MODÈLES DE DYNAMIQUE DES POPULATIONS N désigne l effectif d une population isolée. dn(t) dt MODÈLE DE MALTHUS (1766-1834) dn(t)

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. a) x arctan x. a) x x x b) x (ch x) x c) x ln x

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. a) x arctan x. a) x x x b) x (ch x) x c) x ln x [ttp://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 205 Enoncés Dérivation Dérivabilité Eercice [ 0354 ] [Correction] Étudier la dérivabilité des fonctions suivantes : a) 2 3 b) 2 ) arccos 2 ) Eercice 2

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Distributions, analyse de Fourier, EDP Amphi no. 1. Distributions, Fourier, EDP

Distributions, analyse de Fourier, EDP Amphi no. 1. Distributions, Fourier, EDP Distributions, analyse de Fourier, EDP Amphi no. 1 Organisation du cours/ressources Un problème à rendre en petite classe avant les vacances de Noël Contrôle classant le lundi 20 janvier 2014 Documents

Plus en détail

Un peu de topologie. Espaces métriques. Documents disponibles sur www.math.polytechnique.fr/ laszlo. Enseignants :

Un peu de topologie. Espaces métriques. Documents disponibles sur www.math.polytechnique.fr/ laszlo. Enseignants : Documents disponibles sur www.math.polytechnique.fr/ laszlo Un peu de topologie Enseignants : F. Golse (golse@math.polytechnique.fr), Y. Laszlo (laszlo@math.polytechnique.fr), C. Viterbo (viterbo@math.polytechnique.fr)

Plus en détail

Calcul intégral et probabilités. Université de La Rochelle

Calcul intégral et probabilités. Université de La Rochelle Calcul intégral et probabilités Frédéric Testard Université de La ochelle Agrégation externe - Calcul intégral et probabilité On donne ci-dessous le planning de la partie de l enseignement de calcul intégral

Plus en détail

TOPOLOGIE. une partie X d'un métrique est dite bornée ssi il existe une boule contenant X ; définition : diamètre : diam(x)=min{ r R

TOPOLOGIE. une partie X d'un métrique est dite bornée ssi il existe une boule contenant X ; définition : diamètre : diam(x)=min{ r R TOPOLOGIE 1) DISTANCE, ESPACES MÉTRIQUES a : distances : d'après le cours de M. Nicolas Tosel professeur en MP* au Lycée du Parc, Lyon Année 2004 2005 une distance est une application d de E dans R + telle

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES PURES

LICENCE DE MATHÉMATIQUES PURES LICENCE DE MATHÉMATIQUES PURES Topologie Générale Philippe Charpentier Université Bordeaux I Année universitaire 2000-01 PHILIPPE CHARPENTIER UNIVERSITÉ BORDEAUX I LABORATOIRE DE MATHÉMATIQUES PURES 351,

Plus en détail

Intégration de polynômes Points de Gauss

Intégration de polynômes Points de Gauss Intégration de polynômes Points de Gauss Commençons par un exercice classique de premier cycle. Problème 1 Trouver trois réels α, β et γ tels que, pour tout polynôme P de degré au plus 2, on ait : ( )

Plus en détail

Baccalauréat Série S Métropole, juin 2014

Baccalauréat Série S Métropole, juin 2014 Baccalauréat Série S Métropole, juin 4 Sujet et Corrigé Stéphane PASQUET Disponible sur http://www.mathweb.fr juin 4 Exercice (5 points) - Commun à tous les candidats Partie A Dans le plan muni d un repère

Plus en détail

Espaces métriques complets. Espaces de Banach

Espaces métriques complets. Espaces de Banach Chapitre 5 Espaces métriques complets. Espaces de Banach La droite réelle est complète, car toute suite numérique de Cauchy converge. Cette propriété n est plus vraie pour le corps des nombres rationneles,

Plus en détail

1.1.1 Cas le plus général d espace topologique

1.1.1 Cas le plus général d espace topologique Chapitre 1 Topologie 1.1 Espaces topologiques 1.1.1 Cas le plus général d espace topologique Définition 1 (Topologie) Une topologie T sur l ensemble X est une partie T P (X) vérifiant : L ensemble vide

Plus en détail

Définition d une norme

Définition d une norme Définition d une norme Définition E est un K-ev. L application N : E R + est une norme sur E ssi 1. x E, N(x) = 0 x = 0. 2. k K, x E, N(k.x) = k N(x). 3. x, y E, N(x + y) N(x) + N(y) Notation N,. Propriété

Plus en détail

Exercice 3.1.1 Si f est une fonction continue sur [0, 1], montrer que l équation différentielle

Exercice 3.1.1 Si f est une fonction continue sur [0, 1], montrer que l équation différentielle Chapitre 3 FORMULATION VARIATIONNELLE DES PROBLÈMES ELLIPTIQUES Exercice 3.. Si f est une fonction continue sur [, ], montrer que l équation différentielle { d 2 u = f pour < x < dx 2 (3.) u() = u() =.

Plus en détail

Les espaces L p. Chapitre 6. 6.1 Définitions et premières propriétés. 6.1.1 Les espaces L p, avec 1 p < +

Les espaces L p. Chapitre 6. 6.1 Définitions et premières propriétés. 6.1.1 Les espaces L p, avec 1 p < + Chapitre 6 Les espaces L p 6.1 Définitions et premières propriétés 6.1.1 Les espaces L p, avec 1 p < + Soient (E, T,m) un espace mesuré, 1 p < + et f M = M(E, T) (c est-à-dire f : E R, mesurable). On remarque

Plus en détail

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique Analyse et Géométrie Différentielle Première Année I NOMBRES REELS ET COMPLEXES, SUITES ET FONCTIONS 1 Nombres réels et complexes 2 Suites de nombres

Plus en détail

Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications

Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications 0 Théorème de Rolle et égalité des accroissements finis. Applications 0. Le théorème de Rolle sur un espace vectoriel normé Pour ce paragraphe, on se donne un espace vectoriel normé (E, ). Le théorème

Plus en détail

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales Recueil d annales en Mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire Frédéric Demoulin Dernière révision : 3 juin 2 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 2. frederic.demoulin

Plus en détail

Exo7. Développements limités. 1 Calculs. 2 Applications. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Développements limités. 1 Calculs. 2 Applications. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Développements ités Corrections d Arnaud Bodin. Calculs Exercice Donner le développement ité en 0 des fonctions :. cosx expx à l ordre 2. ln + x)) 2 à l ordre 4 shx x. x à l ordre 6 4. exp sinx) )

Plus en détail

Probabilités et Statistiques. Raphaël KRIKORIAN Université Paris 6

Probabilités et Statistiques. Raphaël KRIKORIAN Université Paris 6 Probabilités et Statistiques Raphaël KRIKORIAN Université Paris 6 Année 2005-2006 2 Table des matières 1 Rappels de théorie des ensembles 5 1.1 Opérations sur les ensembles................... 5 1.2 Applications

Plus en détail

Seconde Partie. Cours de Mathématiques. Semestre

Seconde Partie. Cours de Mathématiques. Semestre Année 2009-2010 ntégration et Probabilités Seconde Partie Cours de Mathématiques Takéo Takahashi Première Année FICM Semestre Table des matières 5 Indépendance et Convolution 3 5.1 Indépendance..............................................

Plus en détail

Avertissement! Dans tout ce chapître, C désigne une partie convexe de IR n, et f une fonction. 9.1 Fonctions affines, convexes, strictement convexes

Avertissement! Dans tout ce chapître, C désigne une partie convexe de IR n, et f une fonction. 9.1 Fonctions affines, convexes, strictement convexes Chp. 9. Convexité Avertissement! Dans tout ce chapître, C désigne une partie convexe de IR n, et f une fonction numérique partout définie sur C. 9.1 Fonctions affines, convexes, strictement convexes Définition

Plus en détail

L2 2011/2012 USTV. Analyse. numérique M43. Recueil d exercices corrigés et aide-mémoire G. FACCANONI. Dernière mise-à-jour

L2 2011/2012 USTV. Analyse. numérique M43. Recueil d exercices corrigés et aide-mémoire G. FACCANONI. Dernière mise-à-jour L / Recueil d exercices corrigés et aide-mémoire USTV M Analyse numérique G FACCANONI Dernière mise-à-jour Jeudi mai Avertissement : ces notes sont régulièrement mises à jour et corrigées, ne vous étonnez

Plus en détail

Espaces de Sobolev. Résumé du cours de MEDP Maîtrise de mathématiques 2001 2002. medp-sobolev.tex (2001nov24)

Espaces de Sobolev. Résumé du cours de MEDP Maîtrise de mathématiques 2001 2002. medp-sobolev.tex (2001nov24) Espaces de Sobolev Résumé du cours de MEDP Maîtrise de mathématiques 2001 2002 medp-sobolevtex (2001nov24) Sauf mention explicite du contraire, toutes les fonctions considérées seront à valeurs réelles

Plus en détail

1 Espaces vectoriels normés

1 Espaces vectoriels normés Université Paris 7 Denis Diderot Année 2005/2006 Licence 2 MIAS MI4 1 Espaces vectoriels normés 1.1 Définitions Soit E un espace vectoriel sur R. Topologie des espaces vectoriels de dimension finie Définition

Plus en détail

Série n 5 : Optimisation non linéaire

Série n 5 : Optimisation non linéaire Université Claude Bernard, Lyon I Licence Sciences & Technologies 43, boulevard 11 novembre 1918 Spécialité Mathématiques 69622 Villeurbanne cedex, France Option: M2AO 2007-2008 Série n 5 : Optimisation

Plus en détail

ET - FONCTIONS D ONDE DANS LES ETATS LIES D UN PUITS DE POTENTIEL

ET - FONCTIONS D ONDE DANS LES ETATS LIES D UN PUITS DE POTENTIEL ET - FONCTIONS D ONDE DANS LES ETATS LIES D UN PUITS DE POTENTIEL Dans ce qui suit on adopte les notations suivantes : désigne une constante universelle h = π = 6,60 34 Joules par seconde est la constante

Plus en détail

Cours d Analyse Semestre 1. Stéphane Attal

Cours d Analyse Semestre 1. Stéphane Attal Cours d Analyse Semestre 1 Stéphane Attal 2 Contents 1 Les nombres réels 5 1.1 Les ensembles usuels de nombres................ 5 1.2 Ensembles ordonnés........................ 6 1.3 Le corps des nombres

Plus en détail

Techniques fondamentales de calcul

Techniques fondamentales de calcul Chapitre Techniques fondamentales de calcul. Inégalités dans R On rappelle que (R, +,, ) est un corps totalement ordonné, d où : x, y R, x y ou y x, x, y, z R, x y = x + z y + z, x, y R, x 0ety 0 = xy

Plus en détail

Introduction aux processus de diffusion Pierre Priouret. Mode d emploi

Introduction aux processus de diffusion Pierre Priouret. Mode d emploi Université Pierre et Marie Curie Master de sciences et technologies Mathématiques et applications. Deuxième année Spécialité Probabilités et applications. Filière Probabilités et Finances Année 24/25 1

Plus en détail

Fonction réciproque d une fonction strictement monotone sur un intervalle de Y. Etude de la continuité, de la dérivabilité. Exemples.

Fonction réciproque d une fonction strictement monotone sur un intervalle de Y. Etude de la continuité, de la dérivabilité. Exemples. Fonction réciproque d une fonction strictement monotone sur un intervalle de Y. Etude de la continuité, de la dérivabilité. Exemples. Introduction : On suppose connues les notions d injectivité, surjectivité,

Plus en détail

Plan du cours. Espaces métriques. Espaces vectoriels normés

Plan du cours. Espaces métriques. Espaces vectoriels normés L3 Maths, 1 er semestre 20112012 Espaces métriques Plan du cours On suppose connues les propriétés élémentaires des nombres réels et des espaces vectoriels et, uniquement pour les exemples, quelques propriétés

Plus en détail

Unicité et minimalité des solutions d une équation de Ginzburg-Landau.

Unicité et minimalité des solutions d une équation de Ginzburg-Landau. Unicité et minimalité des solutions d une équation de Ginzburg-Landau. Gilles arbou.m.l.a Ecole Normale Supérieure de achan 61, avenue du Président Wilson 9435 achan edex Résumé. - On étudie les solutions

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Devoir commun de Mathématiques 18 janvier 2014. Problème 1

Devoir commun de Mathématiques 18 janvier 2014. Problème 1 Lycée Jean Bart MPSI & PCSI Année 213-214 Devoir commun de Mathématiques 18 janvier 214 La clarté des raisonnements, la précision de la rédaction et la présentation entreront pour une part non négligeable

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d) (a, b) (c, d) = (ac bd, ad + bc) (a, 0) (b, 0) = (ab, 0)

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d) (a, b) (c, d) = (ac bd, ad + bc) (a, 0) (b, 0) = (ab, 0) NOMBRES COMPLEXES 1 Corps C des nombres complexes 1.1 Construction de C Construction de C On munit R de deux lois internes + et de la manière suivante. Pour (a, b, c, d) R 4, on pose (a, b) + (c, d) =

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, texte d exercice diffusé en 2012 Épreuve de modélisation, option informatique

Agrégation externe de mathématiques, texte d exercice diffusé en 2012 Épreuve de modélisation, option informatique Agrégation externe de mathématiques, texte d exercice diffusé en 2012 Épreuve de modélisation, option informatique Résumé : A partir du problème de la représentation des droites sur un écran d ordinateur,

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

Exercices de Khôlles de Mathématiques, premier trimestre

Exercices de Khôlles de Mathématiques, premier trimestre Exercices de Khôlles de Mathématiques, premier trimestre Lycée Louis le Grand, Paris, France Igor Kortchemski MP*2-2006/2007 Table des matières 1 Semaine 1 - Équivalents, développements asymptotiques,

Plus en détail

Espaces vectoriels normés MP

Espaces vectoriels normés MP Espaces vectoriels normés MP 27 décembre 2012 Faites des dessins Table des matières 1 Espaces vectoriels normés 3 1.1 Normes, espaces normés................................. 3 1.2 Normes dans les espaces

Plus en détail

AMPHI 2 : INTEGRATION. Chapitre 3. Documents disponibles sur http ://www.math.polytechnique.fr/ golse

AMPHI 2 : INTEGRATION. Chapitre 3. Documents disponibles sur http ://www.math.polytechnique.fr/ golse AMPHI 2 : INTEGRATION Chapitre 3 Documents disponibles sur http ://www.math.polytechnique.fr/ golse L intégrale de Lebesgue (1902) A la base de l analyse fonctionnelle, socle mathématique de la mécanique

Plus en détail

Equations différentielles

Equations différentielles Equations différentielles Mathématiques Martine Arrrou-Vignod FORMAV 2009 I Equations différentielles linéaires à coefficients constants du premier ordre 3 I.1 Vocabulaire Définitions......................

Plus en détail

Analyse Fonctionnelle. Vincent GUEDJ

Analyse Fonctionnelle. Vincent GUEDJ Analyse Fonctionnelle Vincent GUEDJ Résumé Ce texte rassemble des notes de cours et des exercices portant sur la première moitié du module Analyse fonctionnelle qui intervient au premier semestre du Master

Plus en détail

Suites numériques. Sommaire :

Suites numériques. Sommaire : Suites numériques I Activité n o 2 page 295 Sommaire : II Généralités sur les suites numériques III Variations et bornes IV Suites arithmétiques V Suites géométriques VI Suites convergentes VII Représentation

Plus en détail

1 Définition, existence, unicité.

1 Définition, existence, unicité. Université Denis Diderot Paris 7 Espérance conditionnelle Ces rappels et compléments de cours sont inspirés de [1], [2], [3]. Il va de soi que pour une bonne connaissance des notions qui suivent, il est

Plus en détail

Les Mathématiques pour l Agrégation. C. Antonini J.-F. Quint P. Borgnat J. Bérard E. Lebeau E. Souche A. Chateau O. Teytaud

Les Mathématiques pour l Agrégation. C. Antonini J.-F. Quint P. Borgnat J. Bérard E. Lebeau E. Souche A. Chateau O. Teytaud Les Mathématiques pour l Agrégation C. Antonini J.-F. Quint P. Borgnat J. Bérard E. Lebeau E. Souche A. Chateau O. Teytaud 14 février 2002 Table des matières 1 Fonctions holomorphes 2 1.1 Cadre..................................

Plus en détail

Classes Caratéristiques.

Classes Caratéristiques. Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

ÉTUDE MATHÉMATIQUE DES PROBLÈMES ELLIPTIQUES

ÉTUDE MATHÉMATIQUE DES PROBLÈMES ELLIPTIQUES Chapitre 5 ÉTUDE MATHÉMATIQUE DES PROBLÈMES ELLIPTIQUES Exercice 5.2.1 A l aide de l approche variationnelle démontrer l existence et l unicité de la solution de { u + u = f dans (5.1) u = 0 sur où est

Plus en détail

Exo7. Espaces vectoriels. 1 Définition, sous-espaces. Fiche amendée par David Chataur et Arnaud Bodin.

Exo7. Espaces vectoriels. 1 Définition, sous-espaces. Fiche amendée par David Chataur et Arnaud Bodin. Exo7 Espaces vectoriels Fiche amendée par David Chataur et Arnaud Bodin. Définition, sous-espaces Exercice Montrer que les ensembles ci-dessous sont des espaces vectoriels (sur R) : E = { f : [,] R } :

Plus en détail

Suites et Convergence

Suites et Convergence Suites et Convergence Une suite c est se donner une valeur (sans ambigüité) pour chaque N sauf peutêtre les premiers n. Donc une suite est une fonction : I R où I = N: = N. Notation : On note ( ) I R pour

Plus en détail

L2 ÉCONOMIE & GESTION 2010-11 COURS DE MÉTHODES MATHÉMATIQUES 3. Alexandre VIDAL

L2 ÉCONOMIE & GESTION 2010-11 COURS DE MÉTHODES MATHÉMATIQUES 3. Alexandre VIDAL L2 ÉCONOMIE & GESTION 2010-11 COURS DE MÉTHODES MATHÉMATIQUES 3 Alexandre VIDAL Dernière modification : 11 janvier 2011 Table des matières I Généralités et rappels sur les fonctions 1 I.1 Définition....................................

Plus en détail

Formulaire de maths - Analyse dans R n

Formulaire de maths - Analyse dans R n Formulaire de maths - Analyse dans R n Nom Théorème ou formule Espaces vectoriels normés Norme sur E Application qui vérifie les propriétés de : séparation : homogénéité : inégalité triangulaire : Normes

Plus en détail

3 Equations de Laplace et de Poisson

3 Equations de Laplace et de Poisson 3 Equations de Laplace et de Poisson 3. Formule d intégration par parties Soit un domaine borné à bord régulier de classe C. On note ν = ν(x) le vecteur normal extérieur au point x. Pour toutes fonctions

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES FONDAMENTALES. D. Azé

LICENCE DE MATHÉMATIQUES FONDAMENTALES. D. Azé LICENCE DE MATHÉMATIQUES FONDAMENTALES Calcul Différentiel et Équations Différentielles D. Azé Université Paul Sabatier Toulouse 2008 Table des matières 1 Généralités sur les espaces normés 3 1.1 Espaces

Plus en détail

Quelques éléments d algèbre pour l analyse de

Quelques éléments d algèbre pour l analyse de Fiche TD avec le logiciel : tdr80 Quelques éléments d algèbre pour l analyse de données A.B. Dufour, D. Chessel et M. Royer L algèbre matricielle est fondamentale dans la compréhension de la théorie liée

Plus en détail

2010/2011. Espaces vectoriels

2010/2011. Espaces vectoriels Université Paris-Est Marne-la-Vallée 010/011 M1 enseignement CD/Préparation au CAPES Espaces vectoriels Dans toute la suite on considèrera des espaces vectoriels sur un corps commutatif K de caractéristique

Plus en détail

Bissectrices. Daniel Perrin

Bissectrices. Daniel Perrin Bissectrices Daniel Perrin Introduction Le but de ce texte est d essayer de donner une référence fiable sur la question des bissectrices, pour traiter notamment l exposé de CAPES intitulé Droites remarquables

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Espaces affines. 2 Applications affines 7. 2.2 Projections et symétries affines ; affinités... 8 2.3 Alignement et parallélisme...

Espaces affines. 2 Applications affines 7. 2.2 Projections et symétries affines ; affinités... 8 2.3 Alignement et parallélisme... Maths PCSI Cours Espaces affines Table des matières 1 Espaces et sous-espaces affines 2 1.1 Espaces affines et translations.................................... 2 1.2 Exemples d espaces affines......................................

Plus en détail

Fonctions à deux variables

Fonctions à deux variables Fonctions à deux variables ECE Lcée Carnot 5 janvier Aspect graphique Définition. Une fonction à deux variables est une application f : D R, où D est une sous-ensemble du plan R appelé domaine de définition

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire

Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire P. HUBERT La plupart des exercices ci-dessous se trouvent dans les livres suivants : - E. Leichtnam, X. Schaeur, Exercices corrigés de mathématiques

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Maximisation de la fonction d utilité exponentielleprix d indifférence dans un modèle avec défauts

Maximisation de la fonction d utilité exponentielleprix d indifférence dans un modèle avec défauts Maximisation de la fonction d utilité exponentielleprix d indifférence dans un modèle avec défauts Thomas Lim Université Paris 7-LPMA Travail en collaboration avec Marie-Claire Quenez Séminaire des jeunes

Plus en détail

TD Dérivation n 2 : étude des variations de fonctions

TD Dérivation n 2 : étude des variations de fonctions 1) f (x) = 7x+3 TD Dérivation n : étude des variations de fonctions Étude de variations f est une fonction affine, de coefficient directeur négatif, on sait donc qu elle est décroissante surê. Le calcul

Plus en détail

Cours de Mathématiques 2

Cours de Mathématiques 2 Cours de Mathématiques 2 première partie : Analyse 2 DEUG MIAS 1 e année, 2 e semestre. Maximilian F. Hasler Département Scientifique Interfacultaire B.P. 7209 F 97275 SCHOELCHER CEDEX Fax : 0596 72 73

Plus en détail

Une axiomatisation du plan euclidien

Une axiomatisation du plan euclidien Nicole opp Strasbourg, avril 2007 Une axiomatisation du plan euclidien Le but de ce texte est de montrer comment on peut axiomatiser le plan euclidien d une manière qui se rapproche, autant que faire se

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

Mathématique - Cours

Mathématique - Cours Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge Le programme se compose ainsi : partie seconde partie 1/3 partie 2/3 partie 3/3 Sommaire 1 Ensemble

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE l UE MNBif. Informatique 3A MÉTHODES NUMÉRIQUES DE BASE. 2015-2016, Automne. N. Débit & J. Bastien

TRAVAUX DIRIGÉS DE l UE MNBif. Informatique 3A MÉTHODES NUMÉRIQUES DE BASE. 2015-2016, Automne. N. Débit & J. Bastien TRAVAUX DIRIGÉS DE l UE MNBif Informatique 3A MÉTHODES NUMÉRIQUES DE BASE 2015-2016, Automne N. Débit & J. Bastien Document compilé le 13 novembre 2015 Liste des Travaux Dirigés Avant-propos iii Travaux

Plus en détail

Autour de a n ± b n. DOMAINE : Arithmétique. NIVEAU : Avancé STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices

Autour de a n ± b n. DOMAINE : Arithmétique. NIVEAU : Avancé STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices DOMAINE : Arithmétique AUTEUR : Igor KORTCHEMSKI NIVEAU : Avancé STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices Autour de a n ± b n Ce cours présente des résultats concernant l étude des facteurs

Plus en détail

Fonctions circulaires et applications réciproques

Fonctions circulaires et applications réciproques Chapitre II Fonctions circulaires et applications réciproques A Fonctions circulaires A Rappels de trigonométrie Radians et cercle trigonométrique Le radian est une unité de mesure d angle (orienté) définie

Plus en détail

Analyse II. Cours de deuxième année. donné à l Ecole normale supérieure de Lyon. année universitaire 2003-2004

Analyse II. Cours de deuxième année. donné à l Ecole normale supérieure de Lyon. année universitaire 2003-2004 Analyse II Cours de deuxième année donné à l Ecole normale supérieure de Lyon année universitaire 2003-2004 Cédric Villani Unité de Mathématiques Pures et Appliquées Ecole normale supérieure de Lyon 46

Plus en détail

Indication Prendre une combinaison linéaire nulle et l évaluer par ϕ n 1.

Indication Prendre une combinaison linéaire nulle et l évaluer par ϕ n 1. 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R 2 (2x + y, x y) R 2, f 2 : (x, y, z) R 3 (xy, x, y) R 3 f 3 : (x, y, z) R 3 (2x +

Plus en détail

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle Chapitre 1 La mesure de Lebesgue sur la droite réelle 1.1 Ensemble mesurable au sens de Lebesgue 1.1.1 Mesure extérieure Définition 1.1.1. Un intervalle est une partie convexe de R. L ensemble vide et

Plus en détail

Chapitre 01 : Intégrales généralisées. Objectifs : En première année, on a étudié l intégrale d une fonction définie et continue sur un intervalle

Chapitre 01 : Intégrales généralisées. Objectifs : En première année, on a étudié l intégrale d une fonction définie et continue sur un intervalle Chapitre 01 : Intégrales généralisées Objectifs : En première année, on a étudié l intégrale d une fonction définie et continue sur un intervalle fermé borné de Dans ce chapitre, on va étudier le cas d

Plus en détail

Distributions et applications. S 1925

Distributions et applications. S 1925 Distributions et applications. S 1925 Olivier Lafitte 12 1 Université de Paris XIII, Institut Galilée, 93 43 Villetaneuse Cedex 2 DM2S, Commissariat à l Energie Atomique, Centre d études de Saclay, 91

Plus en détail

Le théorème du sandwich au jambon

Le théorème du sandwich au jambon Le théorème du sandwich au jambon Florian Bouguet & Paul Schneider Ecole Normale Supérieure de Cachan - Antenne de Bretagne Travaux encadrés par Antoine Chambert-Loir Université de Rennes 1 1 2 Table des

Plus en détail

concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP)

concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP) SESSION DE 2005 concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP) section : mathématiques deuxième composition de mathématiques (épreuve de remplacement)

Plus en détail