Fonds d obligations mondiales : choisir entre gestion active et gestion passive

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fonds d obligations mondiales : choisir entre gestion active et gestion passive"

Transcription

1 Fonds d obligations mondiales : choisir entre gestion active et gestion passive Recherche Vanguard Novembre 213 Résumé. Cette étude étend aux fonds d obligations mondiales l évaluation comparative entre la gestion active et la gestion passive. La recherche Vanguard a déjà montré que seule une minorité de fonds d actions américaines, de fonds d actions non américaines et de fonds d obligations américaines gérés de manière active avaient surperformé les indices boursiers courants au cours des dix années se terminant le 31 décembre 212 (Philips, Kinniry et Schlanger, 213). Cependant, les lacunes passées de la gestion active ont été moins apparentes, en moyenne, dans l univers des fonds d obligations mondiales. Certains investisseurs pensent peut-être que les gérants de ces fonds possèdent des compétences supérieures ou que la taille et la diversité de la plus grande classe d actifs au monde donnent aux gérants talentueux davantage d opportunités d investir dans des titres sous-valorisés. Auteurs Christopher B. Philips, CFA Todd Schlanger, CFA Brian R. Wimmer, CFA 1 Le risque peut prendre diverses formes, qu il s agisse du risque de change, du risque de taux d intérêt ou encore du risque de crédit. Toutefois, pour les besoins de cet article, nous mesurerons le risque en termes de volatilité des performances ; par conséquent, le terme de volatilité peut être utilisé de façon interchangeable avec celui de risque. En Suisse, réservé exclusivement aux Investisseurs institutionnels. Document non destiné à la diffusion publique. Le présent document est publié par The Vanguard Group Inc. Il a pour unique objectif de former et d informer. Il ne constitue pas une recommandation ni une sollicitation d achat ou de vente de placements. Il convient de rappeler que le document été rédigé dans le contexte du marché américain et qu il contient des données et des analyses spécifiques aux États-Unis.

2 En fin de compte, notre analyse conclut que pour l essentiel, la surperformance historique des fonds d obligations mondiales gérés de manière active a été le résultat du surcroît de risque 1 pris par les gérants par rapport à l indice de référence. Nous démontrons que, une fois ce surcroît de risque pris en compte, la performance relative des fonds d obligations mondiales est moins favorable. En outre, nous montrons que les fonds indiciels en obligations mondiales - et notamment les fonds indiciels couverts - constituent une alternative séduisante pour obtenir une exposition à cette classe d actifs. L accessibilité et la liquidité du marché obligataire mondial se sont améliorées au cours de la dernière décennie, validant l idée d investir dans des obligations mondiales pour renforcer la diversification d un portefeuille. Dans ce contexte, les fonds d obligations mondiales ont connu un afflux de capitaux considérable. Selon Morningstar, au cours des trois années finissant le 31 décembre 212, les investissements nets dans les fonds d obligations mondiales et les fonds d obligations négociés en bourse ont atteint près de 6 milliards de dollars. Ce montant est à peu près le même que celui enregistré au total par les fonds d obligations municipales et gouvernementales américaines à court et moyen terme et par les ETF obligataires. 2 En outre, sur cette période, les fonds d obligations mondiales gérés de manière active ont à eux seuls représenté plus de 96% de ces quelque 6 milliards de dollars. En revanche, dans la plupart des autres classes d actifs, la préférence des investisseurs est récemment allée vers les fonds indiciels à bas coût. 3 Les fonds d obligations mondiales gérés de manière active présentent une exposition moyenne au risque plus élevée Le Graphique 1 illustre le rapport risque/performance, par rapport à l indice Barclays Global Aggregate Bond non couvert, d un échantillon de 275 fonds d obligations mondiales gérés que nous avons analysés sur la période de dix ans finissant le 31 décembre 212. De la mesure de la performance seule, il ressort que 57% de ces fonds d obligations mondiales (voir le Graphique 1a) ont surperformé l indice au cours de la période considérée. Sur la base de ce chiffre, les fonds d obligations mondiales gérés de manière active peuvent sembler attrayants, sachant que dans la plupart des autres segments obligataires et actions, bien moins de 5% des fonds ont signé une surperformance sur la même période. 4 L expérience et la recherche nous ayant appris qu une surperformance de long terme est rare sur la plupart des marchés, il est important de comprendre comment les fonds d obligations mondiales gérés de manière active ont pu produire des résultats aussi atypiques. Ceci nous conduit naturellement à la question du risque par rapport à l indice de référence. Le surcroît de risque (ou, dans certains cas, le déficit de risque) par rapport à l indice de référence d un fonds résulte de l achat intentionnel, par un gérant actif, d obligations dont l ensemble des caractéristiques diffèrent de celles de l indice. Tous les gérants actifs de fonds obligataires entendent, comme chacun le sait, s appuyer sur leur expertise pour générer des performances supérieures. Un fait moins connu en revanche est que les fonds d obligations mondiales gérés de manière active ont, en moyenne, augmenté le risque de leurs portefeuilles dans le cadre Notes concernant le risque : Tout investissement comporte des risques, y compris la perte éventuelle du capital investi. Les placements en obligations sont exposés au risque de taux d intérêt, au risque de crédit et au risque d inflation. Les investissements en obligations émises par des entreprises non américaines sont exposés à des risques tels que le risque géographique et le risque de change. Ces risques sont particulièrement élevés sur les marchés émergents. La diversification ne garantit pas un profit ni ne protège contre une perte. 2 Selon Morningstar, au cours des trois années finissant le 31 décembre 212, les fonds d obligations mondiales et les ETF obligataires ont attiré 58,3 milliards de dollars de capitaux nets ; sur la même période, les obligations d Etat américaines d échéance courte ont attiré 5,3 milliards de dollars de flux de trésorerie positifs, les obligations d Etat à moyen terme ont été stables, et les obligations municipales ont attiré 54,5 milliards de dollars, pour un total de 59,8 milliards de dollars. 3 Pour de plus amples informations sur la relation entre les coûts et les flux de trésorerie, voir Kinniry, Bennyhoff et Zilbering (213). 4 Par exemple, selon Philips, Kinniry et Schlanger (213), seuls 25% des fonds d obligations d entreprises américaines de catégorie investment grade d échéance intermédiaire ont surperformé leurs indices de référence de style sur l année finissant le 31 décembre 212, et seuls 27% et 26% de ces fonds ont surperformé leurs indices de référence sur les périodes respectives de cinq et dix ans s achevant le 31 décembre

3 Graphique 1 La plupart des fonds d obligations mondiales gérés de manière active ont affiché une volatilité supérieure à celle de l indice Barclays Global Aggregate Bond non couvert a. Performance des fonds par rapport à l indice de référence non couvert Performance relative par rapport à l indice de référence non couvert Inférieure Supérieure 15% % des fonds ont enregistré une performance supérieure à celle de l'indice de référence 8% 49% 16% 27% % Inférieure Volatilité relative par rapport à l indice de référence non couvert Supérieure b. Volatilité des fonds par rapport à l indice de référence non couvert Performance relative par rapport à l indice de référence non couvert Inférieure Supérieure 15% % des fonds ont présenté un risque supérieur à celui de l'indice de référence 8% 49% 16% 27% % Inférieure Volatilité relative par rapport à l indice de référence non couvert Supérieure Notes : Performances et volatilités annualisées calculées pour la période de dix ans finissant le 31 décembre 212. Sont inclus les fonds ayant un historique continu d au moins 36 mois à tout moment de la période d'analyse. Les fonds sont comparés à l indice Barclays Global Aggregate Bond non couvert pour toute leur période d existence. Sources : Calculs de Vanguard, sur la base des données de Thomson Reuters Datastream et Morningstar, Inc. 3

4 Graphique 2 Estimation des expositions des fonds d'obligations mondiales gérés de manière active par rapport à l indice Barclays Global Aggregate Bond Surcroît de risque Déficit de risque 15% Exposition relative par rapport à l indice de référence non couvert % 5% 3% 8% 1% 15 Marchés émergents Obligations d'entreprises Obligations titrisées Obligations liées au gouvernement américain Bons du Trésor américain Note : Les expositions relatives ont été estimées en comparant les expositions sectorielles, identifiées au moyen de l'analyse de style basée sur les rendements, avec les expositions sectorielles de l indice Barclays Global Aggregate Bond non couvert, sur la période de dix ans s achevant le 31 décembre 212. Sources : Calculs de Vanguard, sur la base des données de Morningstar, Inc. et de Barclays. de leur quête de performances supérieures. Par exemple, nous avons constaté que 76% des fonds de notre échantillon présentaient un surcroît de risque par rapport à l indice de référence au fil du temps (voir le Graphique 1b, à la page 3). Le risque peut prendre diverses formes, qu il s agisse du risque de change, du risque de taux d intérêt ou encore du risque de crédit. Bien qu il soit difficile de mesurer précisément l impact de chacun de ces risques et leur contribution à la volatilité totale au sein de chaque fonds, nous avons utilisé l analyse de style basée sur les performances 5 pour tenter de mieux comprendre en quoi les expositions des fonds diffèrent de l indice de référence. Le Graphique 2 présente les expositions relatives (sur- ou sous-pondérations) du fonds moyen d obligations mondiales géré de manière active, dans l univers retenu pour notre étude, par rapport à l indice Barclays Global Aggregate Bond non couvert, sur la période de dix ans finissant le 31 décembre 212. Il apparaît notamment que les expositions moyennes des fonds d obligations mondiales gérés de manière active (par rapport à leur indice de référence) privilégient les obligations censées offrir des primes de risque plus importantes. La logique est claire : les investisseurs devant être rémunérés pour le risque accru qu ils supportent, ils exigent un surcroît de rendement - à savoir, la prime de risque. Et les gérants actifs, lorsqu ils doivent relever le défi de la surperformance, tendent à investir dans des titres offrant ces primes de risque (comme le montre le Graphique 2). Par exemple, l exposition aux obligations des marchés émergents (l un des segments les plus performants de l univers obligataire global ces dernières années 6, et historiquement peu représenté dans l indice des obligations mondiales) s avère considérable, tandis que les obligations d entreprises et titrisées sont également surpondérées, mais dans une moindre mesure. Inversement, l exposition des fonds d obligations mondiales gérés de manière active aux obligations d Etat américaines, qu il s agisse de bons du Trésor ou d autres valeurs liées au gouvernement (toutes ayant des primes de risque inférieures à celles des titres plus risqués tels que les obligations émergentes), a été nettement moins élevée que celle de l indice. 7 Si l application de biais stratégiques dans un portefeuille géré activement n est pas mauvaise par nature, les investisseurs devraient se rappeler que les obligations 5 Nous avons utilisé la méthodologie générale élaborée par William F. Sharpe (voir Sharpe, 1992, pour plus de précisions). 6 Nous avons utilisé l indice Barclays EM Hard Currency Aggregate Bond pour représenter les obligations des marchés émergents. Cet indice a surperformé l indice Barclays Global Aggregate Bond de 5,31% au cours des trois années s achevant le 31 décembre Nous reconnaissons que le positionnement sur la duration peut également jouer un rôle dans la performance des portefeuilles de titres à revenu fixe par rapport à un indice de référence ; toutefois, une analyse des durations sous-jacentes des fonds n a pas permis de dégager de tendance claire. 4

5 Graphique 3 Une minorité de fonds d obligations mondiales gérés de manière active a produit une meilleure performance par unité de risque que l'indice de référence non couvert 1.5 Performance par unité de risque par rapport à l'indice non couvert ,5 59% des fonds ont généré une performance ajustée du risque inférieure à celle de l indice 41% des fonds ont généré une performance ajustée du risque supérieure à celle de l indice Notes : Le risque et la performance ont été calculés et comparés à ceux de l indice Barclays Global Aggregate Bond non couvert pour tous les fonds ayant un historique continu d'au moins 36 mois sur la période de dix ans finissant le 31 décembre 212. Le ratio performance/risque pour l'indice de référence au cours de cette période s est établi à,98. Sources : Calculs de Vanguard, sur la base des données de Morningstar, Inc. et de Barclays. d Etat de grande qualité ont prouvé leur efficacité en termes de diversification par rapport au marché d actions en période de stress des marchés, par exemple lors de la crise financière mondiale de ou encore lors de la baisse de la note des Etats-Unis en août 211 (Kinniry, Schlanger et Philips, 212). En conséquence, les investisseurs doivent être conscients que la réduction de l exposition aux obligations d Etat au profit d autres titres censés offrir une prime de risque plus élevée pourrait diluer le potentiel de diversification d un portefeuille au cours des futures périodes de turbulences sur les marchés. Intégrer le risque dans l analyse de la performance Pour mesurer correctement la performance, il est important de tenir compte du surcroît de risque lié aux écarts par rapport à l indice de référence. Cela nous permet de déterminer si les surperformances éventuelles sont à mettre au compte de l habileté des gérants, ou résultent simplement d une disposition à accepter un plus grand risque via les expositions au bêta identifiées grâce à l analyse de style. Pour analyser la performance ajustée du risque des fonds d obligations mondiales, nous avons d abord calculé le ratio performance/risque de chaque fonds et de l indice de référence sur la période de dix ans s achevant le 31 décembre 212. Nous avons ensuite comparé les deux pour voir si les fonds ont généré plus ou moins de performance par unité de risque que l indice de référence. Le Graphique 3 illustre les résultats de cette analyse dans un ordre croissant, de la performance relative ajustée du risque la plus basse à la performance relative ajustée du risque la plus élevée. Un nombre négatif signifie que le fonds a produit une performance moindre par unité de risque que l indice de référence, tandis qu un nombre positif signifie que le fonds a généré une meilleure performance par unité de risque que l indice de référence. Les résultats montrent que moins de la moitié (41%) des fonds d obligations mondiales gérés de manière active ont surperformé sur une base ajustée du risque - largement moins que les 57% qui surclassaient leur référence sur la base de la performance seule. 8 8 Nous avons effectué cette analyse sur de nombreuses autres périodes s étalant de un à 15 ans, et elle a produit les mêmes résultats : une fois leurs performances ajustées du risque, les fonds d obligations mondiales étaient moins nombreux à surclasser leur indice de référence. 5

6 Graphique 4 Les fonds d obligations mondiales gérés de manière active sont encore moins nombreux à produire une performance par unité de risque supérieure à celle de l'indice de référence couvert 1.5 Performance par unité de risque par rapport à l'indice non couvert ,5 4% des fonds ont généré une performance ajustée du risque supérieure à celle de l indice 96% des fonds ont généré une performance ajustée du risque inférieure à celle de l indice Notes : Le risque et la performance ont été calculés et comparés à ceux de l indice Barclays Global Aggregate Bond non couvert pour tous les fonds ayant un historique continu d'au moins 36 mois sur la période de dix ans finissant le 31 décembre 212. Le ratio performance/risque pour l'indice de référence au cours de cette période s est établi à,98. Sources : Calculs de Vanguard, sur la base des données de Morningstar, Inc. et de Barclays. L impact des changes A ce stade de notre analyse, l ensemble de nos mesures de performances ont été calculées par rapport à l indice Barclays Global Aggregate Bond non couvert, puisque la plupart des fonds d obligations mondiales gérés de manière active ne couvrent pas entièrement leur exposition aux devises. Toutefois, les devises peuvent représenter une source importante de volatilité pour les fonds d obligations mondiales (Philips et al., 212). Par conséquent, il est utile d analyser également la performance ajustée du risque par rapport à l indice Barclays Global Aggregate Bond couvert. Le Graphique 4 présente la performance par unité de risque produite par les fonds d obligations mondiales gérés de manière active, par rapport à l indice de référence couvert. Pour les investisseurs à long terme dont l objectif est essentiellement de maximiser la performance ajustée du risque, l historique des gérants actifs de fonds d obligations mondiales se révèle décevant (comme le montre le graphique, seuls 4% d entre eux ont généré une performance ajustée du risque plus élevée que celle de la référence). Pour en savoir plus sur les avantages de la couverture de l exposition aux changes, voir Philips et al. (212). Conclusion A première vue, le recours aux stratégies de gestion active dans l univers des obligations mondiales paraît séduisant, puisqu une majorité (57%) des fonds d obligations mondiales gérés de manière active ont surperformé l indice Barclays Global Aggregate Bond non couvert sur la période de 1 ans finissant le 31 décembre 212. Cependant, notre analyse montre que les performances des fonds d obligations mondiales gérés de manière active ont clairement bénéficié d une surexposition au risque. Utiliser les performances ajustées du risque constitue donc une méthode plus pertinente pour évaluer la performance des fonds d obligations mondiales gérés de manière active. Nous réitérons la conclusion de cette analyse : une fois le risque pris en compte, une minorité de fonds surperforment leur indice de référence. La prise en compte du risque réduit la proportion de fonds affichant une surperformance à 41%. Après intégration des variations de change, seuls 4% des fonds signent une surperformance. Par conséquent, si l objectif principal d un investisseur est de maximiser la performance ajustée du risque au sein de la classe des obligations mondiales, un fonds indiciel d obligations mondiales couvert peut constituer la solution la plus efficace. 6

7 Références Bosse, Paul M., Brian R. Wimmer, Christopher B. Philips, et Joanne Yoon, 213. Active Bond Fund Excess Returns: Is It Alpha... or Beta? Valley Forge, Pa.: The Vanguard Group. Kinniry Jr., Francis M., Todd Schlanger, et Christopher B. Philips, 212. Recent Stock Market Volatility: Extraordinary or Ordinary? Valley Forge, Pa.: The Vanguard Group. Kinniry Jr., Francis M., Donald G. Bennyhoff, et Yan Zilbering, 213. Costs Matter: Are Fund Investors Voting With Their Feet? Valley Forge, Pa.: The Vanguard Group. Philips, Christopher B., Joseph Davis, Andrew J. Patterson, et Charles J. Thomas, 212. Global Fixed Income: Considerations for U.S. Investors. Valley Forge, Pa.: The Vanguard Group. Philips, Christopher B., Francis M. Kinniry Jr., and Todd Schlanger, 213. The Case for Index-Fund Investing. Valley Forge, Pa.: The Vanguard Group. Sharpe, William F., Asset Allocation: Management Style and Performance Measurement. Journal of Portfolio Management 18:

8 CFA est une marque commerciale de l Institut CFA 213 The Vanguard Group, Inc. Tous droits réservés. ICRAPDEF 11213

La gestion active ou passive pour les fonds mondiaux d obligations : un pensez-y-bien

La gestion active ou passive pour les fonds mondiaux d obligations : un pensez-y-bien La gestion active ou passive pour les fonds mondiaux d obligations : un pensez-y-bien Recherches de Vanguard Novembre 213 Sommaire. Le présent document permet de comparer la gestion active avec la gestion

Plus en détail

Diversifier les portefeuilles à l aide d obligations américaines et internationales

Diversifier les portefeuilles à l aide d obligations américaines et internationales Diversifier les portefeuilles à l aide d obligations américaines et internationales Le placement dans une vaste gamme de catégories d actif, comme des actions, des obligations et des effets de trésorerie,

Plus en détail

BRYAN GARNIER CREDIT FUND

BRYAN GARNIER CREDIT FUND BRYAN GARNIER CREDIT FUND L'investisseur est invité à consulter la page 6 de ce document, qui contient une définition des facteurs de risque du fonds. L investisseur est également invité à consulter la

Plus en détail

La parité des risques

La parité des risques 24 La parité des risques La pertinence des stratégies de parité des risques Si l on devait résumer la notion de «parité des risques» (ou Risk Parity en anglais) en un seul mot, le terme de «diversification»

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION CLE POUR L INVESTISSEUR

DOCUMENT D INFORMATION CLE POUR L INVESTISSEUR DOCUMENT D INFORMATION CLE POUR L INVESTISSEUR Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

RÉSULTATS DU SONDAGE MERCER

RÉSULTATS DU SONDAGE MERCER ATELIER SUR LES ENJEUX ET DÉFIS DES PLACEMENTS DES FONDATIONS RÉSULTATS DU SONDAGE MERCER 22 janvier 2014 Sébastien Naud, CFA, M.Sc. Conseiller principal MERCER, chef de file mondial La force de notre

Plus en détail

Les coûts et les frais selon Vanguard

Les coûts et les frais selon Vanguard Les coûts et les frais selon Vanguard Nous pensons que vous devez savoir exactement ce que vous payez, raison pour laquelle nous sommes complètement transparents sur les frais que nous facturons. Cela

Plus en détail

FCP Moneta Multi Caps Lettre trimestrielle n 14 : T3 2009

FCP Moneta Multi Caps Lettre trimestrielle n 14 : T3 2009 Moneta Asset Management Société de Gestion de Portefeuille agréée par l AMF n GP 03 010 17, rue de la Paix, 75002 Paris FCP Moneta Multi Caps Lettre trimestrielle n 14 : T3 2009 Points saillants du trimestre

Plus en détail

FICHE. L évaluation d une obligation 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION 2 LES CARACTÉRISTIQUES D UNE OBLIGATION

FICHE. L évaluation d une obligation 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION 2 LES CARACTÉRISTIQUES D UNE OBLIGATION L évaluation d une obligation FICHE 2 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION Une obligation est un titre de créances négociables représentatif d une fraction d un emprunt émis par l État ou par une entreprise.

Plus en détail

Is small beautiful?* Petites capitalisations

Is small beautiful?* Petites capitalisations Petites Is small beautiful?* Six années après l éclatement de la crise financière, et en dépit de perspectives de croissance qui restent au mieux modérées, l économie mondiale semble enfin sortir la tête

Plus en détail

OFI AM PUBLIE UNE ÉTUDE

OFI AM PUBLIE UNE ÉTUDE OFI AM PUBLIE UNE ÉTUDE SUR LA PRISE EN COMPTE DES CRITÈRES ESG DANS LE CAPITAL INVESTISSEMENT Les PME ETI financées par le capital investissement en Europe sont de bons élèves en matière d intégration

Plus en détail

Volatilité 2 Gestion dynamique du risque: Une approche par contrôle de volatilité.

Volatilité 2 Gestion dynamique du risque: Une approche par contrôle de volatilité. Volatilité 2 Gestion dynamique du risque: Une approche par contrôle de volatilité. Présentation par Nicolas Papageorgiou, PHD Sommet Avantages et Retraite Mars 2012 L incertitude lié à la volatilité Le

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 JUIN 2010 Comité du programme et budget Quinzième session Genève, 1 er 3 septembre 2010 POLITIQUE EN MATIERE DE PLACEMENTS Document établi par le Secrétariat 1. L article

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

Rapport Portefeuille en bref

Rapport Portefeuille en bref Rapport Portefeuille en bref Ce document explique les différentes sections du rapport Portefeuille en bref. Ce rapport est le plus complet et le plus utile, car il fournit des renseignements sur les avoirs

Plus en détail

Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 )

Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 ) Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 ) Le taux de change donne le prix des monnaies entre elles. Comment se fixe ce prix? Pourquoi peut- il

Plus en détail

Anaxis Bond Opportunity Europe 2018

Anaxis Bond Opportunity Europe 2018 Informations clés pour l investisseur Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous

Plus en détail

Belfius Pension Fund Reporting Mensuel Juin 2015

Belfius Pension Fund Reporting Mensuel Juin 2015 Belfius Pension Fund Reporting Mensuel Juin 2015 130 125 120 115 110 105 95 90 Rendement depuis 31/12/2014 (% changement en EUR) MSCI Europe MSCI EMU MSCI United Kingdom ( ) MSCI World ex-europe ( ) MSCI

Plus en détail

Relative au format des états financiers des organismes d assurance sous référentiel comptable international

Relative au format des états financiers des organismes d assurance sous référentiel comptable international CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION RECOMMANDATION N 2006-R-01 DU 30 JUIN 2006 Modifiant la recommandation 2005-R-01 Relative au format des états financiers des organismes d assurance

Plus en détail

Audit trimestriel de suivi Trimestre terminé le 30 septembre 2014 14 novembre 2014 Rapport n o 6/14

Audit trimestriel de suivi Trimestre terminé le 30 septembre 2014 14 novembre 2014 Rapport n o 6/14 Audit trimestriel de suivi Trimestre terminé le 30 septembre 2014 14 novembre 2014 Rapport n o 6/14 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction

Plus en détail

L énigme des titres à revenu fixe Que faire?

L énigme des titres à revenu fixe Que faire? Que faire? La faiblesse des rendements en revenu étant devenue une réalité dans le marché obligataire depuis un certain temps, de nombreux investisseurs parlent d une «nouvelle norme» qui se révèle à la

Plus en détail

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier L évolution du marché des Fonds à fin Janvier Le marché des fonds de droit français débute cette nouvelle année sur une formidable progression de +4,6% de son niveau d encours, l équivalent de 35,7 milliards

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères RÉSUMÉ DU MODULE 8 La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères Le module 8 porte sur la conversion et la consolidation des états financiers d une filiale résidente d

Plus en détail

L'INVESTISSEUR DE TYPE «ÉQUILIBRÉ»

L'INVESTISSEUR DE TYPE «ÉQUILIBRÉ» Mars 2013 Deux stratégies d'options à privilégier en fonction du profil d'investisseur Les options sont des outils financiers qui peuvent être utilisées à des fins de protection ou pour spéculer sur la

Plus en détail

Avant d investir dans un fonds, vous devriez vérifier si le fonds est compatible avec vos autres placements et votre tolérance au risque.

Avant d investir dans un fonds, vous devriez vérifier si le fonds est compatible avec vos autres placements et votre tolérance au risque. FONDS TACTIQUE D OBLIGATIONS DE QUALITÉ PURPOSE Catégorie A Ce document renferme des renseignements essentiels sur le Fonds tactique d obligations de qualité Purpose (le «fonds»). Vous trouverez plus de

Plus en détail

ALLOCATION D ACTIFS 1

ALLOCATION D ACTIFS 1 ALLOCATION D ACTIFS 1 ALLOCATION STRATEGIQUE ET TACTIQUE Allocation d actifs stratégique Établir les tendances long terme de rendement, volatilité et corrélation des actifs Base de la construction de portefeuille

Plus en détail

RBC Marchés des Capitaux

RBC Marchés des Capitaux Le 8 décembre 205 RBC Marchés des Capitaux TITRES LIÉS À DES TITRES DE PARTICIPATION ET À DES TITRES D EMPRUNT SOLUTIONS DE PLACEMENT GLOBALES RBC ET RECHERCHE RBCMC Titres RBC liés à une répartition stratégique

Plus en détail

PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS L INCIDENCE DES FRAIS

PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS L INCIDENCE DES FRAIS PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS L INCIDENCE DES FRAIS AVERTISSEMENT Dans le présent contexte, le terme conseiller financier est utilisé de façon générale et générique

Plus en détail

Budget fédéral de 2015

Budget fédéral de 2015 Mémoire de l Association canadienne des compagnies d assurances de personnes inc. Budget fédéral de 2015 à l intention du Comité permanent des finances de la Chambre des communes Août 2014 1 RÉSUMÉ L Association

Plus en détail

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

C est facile de commencer

C est facile de commencer Guide du client C est facile de commencer En compagnie de votre conseiller, créez un profil d investisseur basé sur vos discussions et vos réponses au questionnaire de la Série Portefeuilles Sélect. Selon

Plus en détail

Repenser la retraite. Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite?

Repenser la retraite. Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite? Repenser la retraite Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite? Numéro 4, avril 2012 Une décennie de taux d intérêt en décroissance, plusieurs marchés

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX *

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * Département analyse et prévision de l OFCE Cette étude évalue l impact à différents horizons temporels d une hausse des taux (courts et longs) sur le passif des agents

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Programme des droits de cession immobilière

Programme des droits de cession immobilière Chapitre 4 Section 4.06 Ministère des Finances Programme des droits de cession immobilière Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.06 du Rapport annuel 2004 Contexte En vertu

Plus en détail

DES PERFORMANCES DE VELOURS ET MOINS DE PERTE EN ACTIONS

DES PERFORMANCES DE VELOURS ET MOINS DE PERTE EN ACTIONS 1 DES PERFORMANCES DE VELOURS ET MOINS DE PERTE EN ACTIONS AVEC UN INDICE AUX JOYEUX HASARDS : QBX (PREMIER DE TROIS ARTICLES) JANVIER 2012 QBX un thermomètre de risque appliqué ici aux actions américaines

Plus en détail

Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes?

Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes? JAMIE GOLOMBEK Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes? Jamie Golombek, CPA, CA, CFP, CLU, TEP Directeur gestionnaire,

Plus en détail

Décision fixant le taux de rémunération du capital employé pour les obligations comptables et l encadrement tarifaire des prestations régulées de TDF

Décision fixant le taux de rémunération du capital employé pour les obligations comptables et l encadrement tarifaire des prestations régulées de TDF Août 2012 Décision fixant le taux de rémunération du capital employé pour les obligations comptables et l encadrement tarifaire des prestations régulées de TDF Synthèse de la consultation publique menée

Plus en détail

Analyse FFOM de Cymbria

Analyse FFOM de Cymbria Analyse FFOM de Cymbria Le principe de base d une analyse FFPM consiste à mieux comprendre si une entreprise réussira ou échouera, en s appuyant sur les forces internes et externes qui pourraient avoir

Plus en détail

Patrimoine des ménages en 2013 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné une nouvelle et nette progression du patrimoine

Patrimoine des ménages en 2013 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné une nouvelle et nette progression du patrimoine Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 20 novembre 2014 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné

Plus en détail

Norme ISA 710, Informations comparatives Chiffres correspondants et états financiers comparatifs

Norme ISA 710, Informations comparatives Chiffres correspondants et états financiers comparatifs IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 710, Informations comparatives Chiffres correspondants et états financiers comparatifs Le présent document a été

Plus en détail

Fiche de performance relative aux retombées pour le Canada 2013

Fiche de performance relative aux retombées pour le Canada 2013 Document de recherche, CRD Fiche de performance relative aux retombées pour le Canada 2013 d EDC Services économiques d'edc Résumé : La Politique sur les retombées pour le Canada d'edc établit les critères

Plus en détail

Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à

Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Le 30 octobre 2009 Consultation sur le projet

Plus en détail

Règles de constitution de l Indice Morningstar de dividendes Américains Cible 50

Règles de constitution de l Indice Morningstar de dividendes Américains Cible 50 Règles de constitution de l Indice Morningstar de dividendes Américains Cible 50 Document de méthodologie de Morningstar Janvier, 2012 Table des matières Caractéristiques de l indice Aperçu Date de création

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE

COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE Virginie TERRAZA Associate professor, CREA Université du Luxembourg Ces dernières années, les établissements bancaires européens ont eu massivement

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Moneta Multi Caps Codes ISIN parts C : FR0010298596 / parts D : FR0011495951

Moneta Multi Caps Codes ISIN parts C : FR0010298596 / parts D : FR0011495951 Moneta Multi Caps Codes ISIN parts C : FR0010298596 / parts D : FR0011495951 Lettre trimestrielle n 37 : T2 2015 Points saillants : Baisse de 2,1% de la part C sur le trimestre à 220,77. Encours de 2 274

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

Pour diffusion immédiate

Pour diffusion immédiate Pour diffusion immédiate Communiqué de presse - Kaufman & Broad met en place le refinancement de sa dette senior - Eléments de performance financière et opérationnelle du 1 er trimestre 2014, estimés Paris,

Plus en détail

Problématiques autour des obligations d Etats européennes (étude à partir de l indice Barcap Euro Aggregate) 28/12/2011

Problématiques autour des obligations d Etats européennes (étude à partir de l indice Barcap Euro Aggregate) 28/12/2011 Problématiques autour des obligations d Etats européennes (étude à partir de l indice Barcap Euro Aggregate) 28/12/2011 31, rue des Poissonniers - 92200 Neuilly-sur-Seine tel.: 01 55 62 19 80 - fax : 01

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

Fonds d actions canadiennes Lysander-18 Asset Management

Fonds d actions canadiennes Lysander-18 Asset Management Fonds d actions canadiennes Lysander-18 Asset Management 30 juin 2015 Cette page est intentionnellement laissée en blanc. Rapport de la direction sur le rendement du Fonds Au 30 juin 2015 AVERTISSEMENT

Plus en détail

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant demandé la validation de leur sous Solvabilité II. Cet article décrit comment les assureurs peuvent en même temps satisfaire aux exigences

Plus en détail

Les retraites des fonctionnaires à l étranger. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les retraites des fonctionnaires à l étranger. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

HSBC ETFs PLC PROSPECTUS SIMPLIFIÉ 29 avril 2011

HSBC ETFs PLC PROSPECTUS SIMPLIFIÉ 29 avril 2011 HSBC ETFs PLC PROSPECTUS SIMPLIFIÉ 29 avril 2011 Le présent Prospectus Simplifié contient des informations essentielles sur HSBC EURO STOXX 50 ETF (le «Compartiment»), un compartiment de HSBC ETFs PLC

Plus en détail

«AMÉLIORER LA PRÉSERVATION DU CAPITAL ET LA CROISSANCE, SANS COUVERTURE!»

«AMÉLIORER LA PRÉSERVATION DU CAPITAL ET LA CROISSANCE, SANS COUVERTURE!» QBX BULLETIN www.qbxindex.com T3 2012 3 «AMÉLIORER LA PRÉSERVATION DU CAPITAL ET LA CROISSANCE, SANS COUVERTURE!» L INDICE QBX EN ACTIONS AMÉRICAINES, UNE STRATÉGIE DISCIPLINÉE D ALLOCATION PRUDENTE ET

Plus en détail

Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes *

Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes * Norme comptable internationale 29 Information financière dans les économies hyperinflationnistes * Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers individuels, y compris

Plus en détail

La BNS abolit le cours plancher

La BNS abolit le cours plancher La BNS abolit le cours plancher Base de discussion pour les investisseurs institutionnels PPCmetrics SA Dr. Alfred Bühler, associé Pascal Frei, CFA, associé Nyon, le 16 janvier 2015 Situation Changement

Plus en détail

FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE?

FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE? FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES MARCHÉS AUX ÉTATS-UNIS, FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE? PATRICK ARTUS* Les entreprises aux États-Unis sont

Plus en détail

L évolution du marché des fonds à fin décembre

L évolution du marché des fonds à fin décembre L évolution du marché des fonds à fin décembre Le marché de la gestion collective plie de -4,5% en décembre, l équivalent de 38,9 milliards d euros de moins par rapport à fin novembre. L encours total

Plus en détail

Les Actifs du Patrimoine Grands Prix de l Innovation, de la Distribution et de la Performance de L Agefi Actifs. - 11 e édition -

Les Actifs du Patrimoine Grands Prix de l Innovation, de la Distribution et de la Performance de L Agefi Actifs. - 11 e édition - Les Actifs du Patrimoine Grands Prix de l Innovation, de la Distribution et de la Performance de L Agefi Actifs - 11 e édition - Règlement I - LES ACTIFS DE L INNOVATION Ces prix récompensent les produits

Plus en détail

Risques de contagion en provenance des marchés émergents

Risques de contagion en provenance des marchés émergents DIRECTION ECONOMIC DES RESEARCH ETUDES DEPARTMENT ECONOMIQUES Risques de contagion en provenance des marchés émergents Comme le souligne le FMI, dans la dernière édition du Rapport sur la stabilité financière

Plus en détail

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Une étude menée par Vanguard 2012 Sommaire. Au cours d une étude précédente examinant diverses catégories

Plus en détail

Toujours à vos côtés. Objectif d'investissement. Le Gestionnaire du fonds sous-jacent. Atouts de BI Carmignac Patrimoine A EUR acc

Toujours à vos côtés. Objectif d'investissement. Le Gestionnaire du fonds sous-jacent. Atouts de BI Carmignac Patrimoine A EUR acc BI Carmignac Patrimoine A EUR acc Objectif d'investissement Le fonds de placement interne investit dans Carmignac Patrimoine A EUR acc (ISIN: FR0010135103). Le fonds est un fonds «diversifié» dont les

Plus en détail

Ne pas copier ou reproduire sans permission.

Ne pas copier ou reproduire sans permission. APERÇU DU MARCHÉ QUÉBÉCOIS DU CAPITAL DE RISQUE AU DEUXIÈME TRIMESTRE 2008 L activité du marché du capital de risque (C-R) a baissé au Québec au deuxième trimestre de 2008. La somme totale de 68 millions

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 1er trimestre 2015

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 1er trimestre 2015 Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 1er trimestre 2015 2015 (à ce jour): 1,51% 1er trimestre 2015: 1,51% Début d année réjouissant malgré une performance négative en janvier Le taux de

Plus en détail

COMPRENDRE LES RISQUES

COMPRENDRE LES RISQUES LA NATURE DU RISQUE COMPRENDRE LES RISQUES LA MESURE DU RISQUE LA GESTION DU RISQUE «Risque, nom masculin (du latin populaire rescum, ce qui coupe) - possibilité, probabilité d un fait, d un évènement

Plus en détail

Le stress : Comment le gérer étape par étape

Le stress : Comment le gérer étape par étape Le stress : Comment le gérer étape par étape Résultats d apprentissage du programme Santé et préparation pour la vie, Alberta Education Les élèves vont : R 8.3 évaluer la relation qui existe entre la gestion

Plus en détail

Étude de cas. Le cas de Robert et Élizabeth, titulaires d un compte enregistré À L USAGE EXCLUSIF DES CONSEILLERS

Étude de cas. Le cas de Robert et Élizabeth, titulaires d un compte enregistré À L USAGE EXCLUSIF DES CONSEILLERS Étude de cas Le cas de Robert et Élizabeth, titulaires d un compte enregistré À L USAGE EXCLUSIF DES CONSEILLERS Robert et Élizabeth : mise en contexte Robert et Élizabeth, un couple marié, tous deux âgés

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012 Perspectives et stratégie de placement 2012 Premier trimestre 2012 Macro-économie générale & marchés obligataires Les perspectives économiques mondiales se sont significativement détériorées depuis cet

Plus en détail

Résultats semestriels 2015

Résultats semestriels 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 30 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Résilience du chiffre d affaires et du patrimoine sous gestion Progression de 4,2% de l ANR EPRA (1) Amélioration du ratio Loan

Plus en détail

N o 13. Août 2004. Gestion des placements

N o 13. Août 2004. Gestion des placements N o 13 Résumé des travaux de la 52 e session du Comité mixte de la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies (CCPPNU) (Montréal, 13-23 juillet 2004) Août 2004 La délégation de l OIT à

Plus en détail

Projet sur les compétences institutionnelles de l OCRCVM

Projet sur les compétences institutionnelles de l OCRCVM Avis administratif Généralités Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Détail Formation Haute direction Inscription Institutions Opérations Pupitre de négociation Personne-ressource

Plus en détail

Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des

Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des logements. Par exemple, les prix des habitations ont fléchi d

Plus en détail

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 36 Isabelle GIRARD-LE GALLO ÉVOLUTION DES DÉPENSES DE SOINS DE VILLE ENTRE 1999 ET 2001 DES PREMIERS BÉNÉFICIAIRES Entre 1999 et

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET

Plus en détail

La différence entre risque et volatilité : intérêt et limites du CAPM

La différence entre risque et volatilité : intérêt et limites du CAPM La différence entre risque et volatilité : intérêt et limites du CAPM Le CAPM (Capital Asset Pricing Model) établit la relation clef qui doit unir sur un marché efficient la prime de risque des différents

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC Brochure destinée aux investisseurs particuliers p. 2 Index 1. Options call et put 3 2. Acheteur et vendeur 4 3. Standardisation 5 Valeur sous-jacente 5 Prix d exercice 5 Échéance 5 4. Possibilités pour

Plus en détail

Résultats détaillés des écoles

Résultats détaillés des écoles Résultats détaillés des écoles Comment interpréter les tableaux Les tableaux fournissent beaucoup de renseignements et chacun d eux est digne d attention. En général, nous recommandons au lecteur de prendre

Plus en détail

2 Au-delà de cette dimension interne, l orientation de la gestion vers les résultats vise à mieux éclairer les décisions de politiques publiques en fournissant des informations pertinentes sur les coûts

Plus en détail

LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils

LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils ENQUÊTE 2014 LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils ENQUÊTE VOIES D ACCÈS 2014 1 LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES Une enquête toujours plus représentative

Plus en détail

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre L évolution du marché des OPCVM à fin novembre Après avoir enregistré une belle progression en octobre, le marché des fonds de droit français voit son encours se replier de -0,2%, l équivalent de 1,6 milliard

Plus en détail

Corrélations dynamiques : Les implications pour la construction de portefeuille

Corrélations dynamiques : Les implications pour la construction de portefeuille Corrélations dynamiques : Les implications pour la construction de portefeuille Conseils et recherche sur les placements Vanguard Sommaire. Il est fréquent d entendre parler de l importance de la diversification

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Instruments financiers Couvertures. Chapitre 3865. Instruments financiers (diapo 1)

Instruments financiers Couvertures. Chapitre 3865. Instruments financiers (diapo 1) Instruments financiers Couvertures Chapitre 3865 Instruments financiers (diapo 1) Cette présentation vise à offrir un aperçu du chapitre 3865, «Couvertures», publié par le Conseil des normes comptables

Plus en détail

Voici comment le premier semestre s est déroulé et comment nous voyons les développements sur les six prochains mois.

Voici comment le premier semestre s est déroulé et comment nous voyons les développements sur les six prochains mois. Voici comment le premier semestre s est déroulé et comment nous voyons les développements sur les six prochains mois. En juillet 2005 Chères Clientes, chers Clients, Mesdames et Messieurs, Chers Amis,

Plus en détail

Informations clés pour l'investisseur

Informations clés pour l'investisseur Informations clés pour l'investisseur Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous

Plus en détail

1. Le quatrième paragraphe de la page couverture du prospectus est supprimé et remplacé par le paragraphe suivant :

1. Le quatrième paragraphe de la page couverture du prospectus est supprimé et remplacé par le paragraphe suivant : Aucune autorité en valeurs mobilières ne s est prononcée sur la qualité de ces titres et toute personne qui donne à entendre le contraire commet une infraction. Les titres décrits dans le présent prospectus

Plus en détail

SONDAGE DE CBC/RADIO-CANADA AUPRÈS DES PARTIES INTÉRESSÉES 2013 FAITS SAILLANTS DE LA RECHERCHE

SONDAGE DE CBC/RADIO-CANADA AUPRÈS DES PARTIES INTÉRESSÉES 2013 FAITS SAILLANTS DE LA RECHERCHE SONDAGE DE CBC/RADIO-CANADA AUPRÈS DES PARTIES INTÉRESSÉES 2013 FAITS SAILLANTS DE LA RECHERCHE Ce rapport sommaire présente quelques-uns des résultats du sondage en ligne mené par Phoenix SPI auprès des

Plus en détail

Quels sont les risques sous-jacents liés au trading sur indice boursier?

Quels sont les risques sous-jacents liés au trading sur indice boursier? Indices boursiers Factsheet Introduction Trading sur indice boursier Les indices boursiers proposés sur les plateformes eforex de Swissquote sont des contrats sur dérivés de gré à gré (OTC) dont le sous-jacent

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques pour la rédaction des documents commerciaux

Guide de bonnes pratiques pour la rédaction des documents commerciaux Paris, le 23 mai 2008 Guide de bonnes pratiques pour la rédaction des documents commerciaux L AMF a initié au cours de l année 2008 un chantier portant sur l identification des pratiques en matière de

Plus en détail

Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise

Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise La comptabilité dite générale ou privée est une technique quantitative conventionnelle de traitement de l information à caractère monétaire prenant

Plus en détail

L accès à l emploi des jeunes diplômés français. Avril 2016

L accès à l emploi des jeunes diplômés français. Avril 2016 L accès à l emploi des jeunes diplômés français Avril 2016 Table des matières 1 Contexte 2 Écart de point de vue entre les recruteurs et les jeunes diplômés français 3 Analyse : Les jeunes diplômés français

Plus en détail

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation La Banque mondiale a entrepris de revoir ses politiques de passation des marchés et des contrats dans le cadre de ses

Plus en détail

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu Les valeurs à dividende et comment les choisir Qu est-ce qu un dividende et comment une entreprise le verse-t-elle? Le dividende

Plus en détail