LA METHODE CREX MEDICAMENT

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA METHODE CREX MEDICAMENT"

Transcription

1 LA METHODE CREX MEDICAMENT Date Service Qualité Sécurité Hygiène LA CREX Analyse des risques appliquée au circuit du médicament Permet : De comprendre les causes de l D identifier des actions correctives réfléchies D améliorer le système dans son ensemble 1

2 LA CREX : déroulement Un ordre du jour systématique, durée 1h15 à 1h30 : Écoute des événements du mois (éventuellement triés par le référent) Choix (collégial) d un événement(recours possible à une analyse de criticité pour étayer le choix) Choix (collégial) du pilote de l analyse de l choisi(partagera la prochaine fois son analyse, ses propositions d actions correctives) Écoute de l analyse ORION de l choisi lors du précédent CREX Choix des actions correctives pour cet événement Suivi des actions correctives pour la totalité des événements. Communication(rédaction et diffusion d un CR dans la semaine) Le CREX est une instance de décision ETAPE 1 : Déclarer INCITATION DE L EQUIPE L A DECLARER POUR FAVORISER LA DECLARATION : Membres de la CREX doivent respecter les règles r de confidentialité 2

3 ETAPE 2 : choix de l incident CHOIX DE L EVENEMENT L DE MANIERE COLLEGIALE SI CAS DIFFICILE A SELECTIONNER FAIRE LE CALCUL DE LA CRITICITE(fréquence*gravit quence*gravité) ETAPE 2 : choix de l incident Criticité = fréquence de survenue*gravité Échelle de fréquence : 1-Exceptionnel 2-Fréquence moyenne 3-Récurrence 4-Probabilité très élevé Échelle de gravité : 1-Mineure 2-Moyenne 3-Elevée 4-Très élevée Exemple de calcul : Oubli d administration de l anticoagulant au cours de la séance de dialyse Fréquence : 2-fréquence moyenne Gravité : 4- très élevée Criticité = 2 multiplié par 4=8 3

4 ETAPE 3 : choix du binôme 1)Collecter les données Rassembler les informations sur l él, son contexte et sa gestion, sur les plans techniques, organisationnels, humains et environnemental Tous les acteurs impliqués s dans l él doivent être écoutés s par le binôme pilote du CREX. Résultats attendus : Appréhender l él à partir de l ensemblel des faits nécessaires n et suffisants dans ce contexte. 4

5 2)Reconstituer la chronologie de l él Objectif : Reconstituer le «film» de l él en ordonnant les données collectées es selon leur apparition dans le temps. Résultats attendus : Obtenir la liste chronologique cohérente de l enchaînement nement des faits comportant, dans la mesure du possible, des références r rences de dates et heures. 2)Reconstituer la chronologie de l él Faire le tri des faits et uniquement des faits Identifier les états, décrivant d la situation La collecte des données va permettre au pilote de l analyse l de déceler d les écarts 5

6 2)Reconstituer la chronologie de l él A la fin de cette étape, il est utile de présenter cette chronologie aux différentes personnes impliquées, de façon à obtenir un consensus validé Validité et cohérence du scénario Cette validation constitue la garantie d une d base solide pour continuer l analysel 3) Facteurs contributifs et influents Objectifs: Expliciter les relations de cause à effet entre les faits. Repérer les facteurs contributifs et influents qui peuvent expliquer : -les états défaillantsd -les actions inappropriées -les écarts attendus Résultats attendus : -La liste de facteurs contributifs par domaine -La liste de facteurs influents qui ont joué un rôler -Les raisons pour lesquelles les lignes de défenses d prévues n ont n pas joué leur rôle 6

7 Facteurs contributifs et facteurs influents Reconstituer les relations de cause à effet entre les faits : identifier les facteurs contributifs Identifier les facteurs influents liés s au contexte Contrôler si les familles de facteurs ont été explorées es : -patient; - management; -matériel; - médicament m et DM associé; - méthode/organisation; m - environnement; - moyens humains 7

8 4)Proposer les actions à mettre en oeuvre Objectifs: Trouver des actions pour éviter le renouvellement des états défaillants, d des actions inappropriées et des écarts aux attendus constatés Proposer des actions pour éliminer les facteurs contributifs profonds et les facteurs influents Résultats attendus : Proposer des actions correctives : -Sa description -Le ou les personnes chargées de sa mise en œuvre -si possible, l estimation l de son gain ou de son coût Faire de propositions d actions d aussi large que possible Pour chaque action, analyser son contexte d application d pour s assurer s qu elle n engendre pas de nouveaux risques. 4)Proposer les actions à mettre en oeuvre 4 critères res caractérisent risent l efficacitl efficacité d une action : -sa faisabilité -son efficacité -son acceptabilité -son efficience(rapport qualité/co /coût) 8

9 Les conditions de réussite d une analyse Un binôme compétent et objectif La confiance La mise en œuvre de la démarche d dans des délais proches Une démarche d CREX organisée e et acceptée La mise en œuvre et le contrôle de la mise en œuvre des actions par le CREX La communication Conclusion Cette méthode m est un outil d aided intéressant pour l aml amélioration de la sécurité des soins Elle nous met dans l analyse l de notre cœur de métier m : garantir une qualité et une sécurits curité des soins aux patients 9

Analyse systémique ORION

Analyse systémique ORION Analyse systémique ORION v3 Société AFM AFM 42 42 Tous Tous droits droits réservés réservés Qu apporte la méthode ORION? Une méthode intuitive d analyse d un événement qui permet : de comprendre le pourquoi

Plus en détail

Différentes méthodologies d analyse des ESR

Différentes méthodologies d analyse des ESR Différentes méthodologies d analyse des ESR Présentée par Sylvie THELLIER sylvie.thellier@irsn.fr Laurent Zylberman/Graphix-Images/IRSN Généralités La notion d événements 1. Définition Constat d écart(s)

Plus en détail

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Programme de développement professionnel continu Date : juin 2013 Comité de Coordination de l Evaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine

Plus en détail

Comité de Retour d Expérience sur l Erreur Médicamenteuse (CREEM)

Comité de Retour d Expérience sur l Erreur Médicamenteuse (CREEM) Comité de Retour d Expérience sur l Erreur Médicamenteuse (CREEM) CHARTE DE FONCTIONNEMENT OBJET Dans le cadre de sa politique de sécurisation du circuit du médicament, le Centre François Baclesse s engage

Plus en détail

Le Management territorial dans l Union Européenne Par M. Michel QUEVIT, Managing Director de RIDER II

Le Management territorial dans l Union Européenne Par M. Michel QUEVIT, Managing Director de RIDER II Le Management territorial dans l Union Européenne Par M. Michel QUEVIT, Managing Director de RIDER II 1. Les apports méthodologiques de la démarche des Fonds structurels pour la mise en œuvre des politiques

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 08/11/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels I OBJECTIF

Plus en détail

L approche du cadre logique

L approche du cadre logique REPUBLIQUE DE GUINEE UNION EUROPEENNE Réunion d information sur l appel à propositions AUTORENFOR : initiatives concrètes des OSC en matière de gouvernance locale L approche du cadre logique (voir documents

Plus en détail

Les fondamentaux en Santé Sécurité au Travail

Les fondamentaux en Santé Sécurité au Travail santé - sécurité au travail Enseignement agricole Les fondamentaux en Santé Sécurité au Travail Du danger à la prévention des risques professionnels Le secteur agricole est un secteur «à risques». Mais

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE 139 139 DÉFINITIONS 139 Le suivi 140 L évaluation 143

Plus en détail

Risques psychosociaux (RPS)

Risques psychosociaux (RPS) Risques psychosociaux (RPS) Une approche pour la prévention. Des repères pour l action. Contexte actuel de «Montée» des RPS dans : Les évolutions du travail et de son contexte (logiques financières et

Plus en détail

Business Process Analysis (BPA)

Business Process Analysis (BPA) Information engineering since 1989 conception développement intégration optimisation Business Process Analysis (BPA) LIVRE BLANC Introduction à «La Démarche Processus» 1 Pourquoi adopter une démarche processus?

Plus en détail

ERREUR DE DOSE. Cas n 2 Surdosage en chimiothérapie, Franck Debouck. Société AFM 42 Tous droits réservés v5 2010

ERREUR DE DOSE. Cas n 2 Surdosage en chimiothérapie, Franck Debouck. Société AFM 42 Tous droits réservés v5 2010 ERREUR DE DOSE Cas n 2 Surdosage en chimiothérapie, Franck Debouck Société AFM 42 Tous droits réservés v5 2010 Étude de cas : Surdosage en Chimiothérapie Société AFM 42 Tous droits réservés V5 2010 1 Contexte

Plus en détail

La proximité demande de la distance!

La proximité demande de la distance! La proximité demande de la distance! La juste place de l infirmière dans la sécurité du patient. Sophie Leruth Directrice de projets CMSE Nathalie Jacques Coordinatrice qualité CMSE SPF - Symposium sur

Plus en détail

EVALUATION DES RISQUES BIOLOGIQUES PROFESSIONNELS DU TECHNICIEN DE DIALYSE

EVALUATION DES RISQUES BIOLOGIQUES PROFESSIONNELS DU TECHNICIEN DE DIALYSE EVALUATON DES RSQUES BOLOGQUES PROFESSONNELS DU TECHNCEN DE DALYSE Dr O. Pichenot,, Pharmacien Service Hygiène Vigilances Gestion des Risques Centre Hospitalier de Charleville-Mézi zières ntroduction Obligation

Plus en détail

N 53 LES FICHES TECHNIQUES. Elaboration et gestion du Compte Qualité. Préambule

N 53 LES FICHES TECHNIQUES. Elaboration et gestion du Compte Qualité. Préambule LES FICHES TECHNIQUES N 53 Elaboration et gestion du Compte Qualité Préambule «Le compte qualité traduit la synthèse des engagements de l établissement concernant son système de management de la qualité

Plus en détail

DéboraNUNGE, Pharmacien. Jeudi 8 octobre 2015

DéboraNUNGE, Pharmacien. Jeudi 8 octobre 2015 DéboraNUNGE, Pharmacien Jeudi 8 octobre 2015 Introduction : Nouveautés de la v2014 Avant la visite Etapes Eléments d Investigation Obligatoires La visite Déroulement Eléments investigués et questions posées

Plus en détail

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE I - OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDÉE

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE I - OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDÉE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 92 11 89 0101 (1) FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE TITRE DE LA QUALIFICATION : Technicien de la qualité I - OBJECTIF

Plus en détail

Certification HAS et Méthode du Patient traceur

Certification HAS et Méthode du Patient traceur Certification HAS et Méthode du Patient traceur Réseau des représentants des usagers de ES et du Conseil de vie sociale des EMS 26 septembre 2015 ARLIN Martinique Certification HAS: les évolutions Exigences

Plus en détail

DSCG. UE5 - Management des SI. La modélisation des processus métiers. Exemple 1

DSCG. UE5 - Management des SI. La modélisation des processus métiers. Exemple 1 DSCG UE5 - Management des SI La modélisation des processus métiers Exemple 1 Principes de modélisation 1) Déterminer la finalité du processus L évènement de début du processus Le résultat final 2) Identifier

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Présentation du cours

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Présentation du cours Séminaires Système D Information Formation Conduite du Changement Présentation du cours Objectifs Il s agit notamment de : Sensibiliser à la conduite du changement Comprendre les problématiques associées

Plus en détail

L IHS, UN RISQUE OU UNE SECURITE POUR L EMPLOYEUR?

L IHS, UN RISQUE OU UNE SECURITE POUR L EMPLOYEUR? 1 FORMATION DES INSPECTEURS HYGIENE SECURITE OCTOBRE 2008 L IHS, UN RISQUE OU UNE SECURITE POUR L EMPLOYEUR? Dominique VACHER 2 Enjeux du domaine Santé Sécurité Social et Environnemental : pas de Développement

Plus en détail

Page de garde - SRa 10/2010 Copyright AD Plus

Page de garde - SRa 10/2010 Copyright AD Plus 1 2 3 Ordre d jour Les surveillances et mesures Rappel des étapes niveau 2 Lancement niveau 3 Les surveillances et mesures Présentation des tableaux de bord par chaque exploitant Reprendre la politique

Plus en détail

LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS

LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS Pr. R. X. PERRIN COTONOU Objectifs d Apprentissage

Plus en détail

Manifestations sportives dans les espaces naturels. Propositions pour une meilleure prise en compte de l environnement

Manifestations sportives dans les espaces naturels. Propositions pour une meilleure prise en compte de l environnement Manifestations sportives dans les espaces naturels Propositions pour une meilleure prise en compte de l environnement La FRAPNA travaille depuis plusieurs années avec les organisateurs de manifestations

Plus en détail

Projet d éducation thérapeutique

Projet d éducation thérapeutique Diplôme de formation continue Education Thérapeutique Projet d éducation thérapeutique La prévention des lésions du pied diabétique Dr Samir AOUICHE Mme Fatma zohra DIAF Service Diabétologie CHU MUSTAPHA.

Plus en détail

Organisation, management des équipes et participation des professionnels CHAPITRE 4

Organisation, management des équipes et participation des professionnels CHAPITRE 4 Organisation, management des équipes et participation des professionnels CHAPITRE 4 L expression et la participation des personnes concernées sont des sujets consensuels, mais leur mise en œuvre effective

Plus en détail

Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès

Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès Référentiel d Activités Industrielles et de compétences de l Ingénieur de l Ecole des Mines d Alès L ingénieur diplômé de l Ecole des Mines d Alès est un généraliste de haut niveau scientifique. Il est

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

2. Les fiches actions une aide à la mise en oeuvre du projet

2. Les fiches actions une aide à la mise en oeuvre du projet 0 4/0 7/20 16 Pag e 1 / 5 GEST ION DES LIT S Partag er les outils et bonnes pratiques de gestion des lits http://gestion-des-lits.anap.fr/publication/1474-gestion-des-lits-vers-une-nouvelleorganisation-tome-2-mise-en-oeuvre-et-

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS. Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1

CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS. Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1 CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1 SOMMAIRE I / Préambule II/ Remarques générales et préalables

Plus en détail

Bâtir son équipe sur le roc!

Bâtir son équipe sur le roc! La performance de l entreprise repose sur les hommes et les femmes qui la composent. Bâtir son équipe sur le roc! Proposition d intervention pour le diagnostic et la relance des équipes Management & Progression

Plus en détail

Management Certification des Établissements de santé

Management Certification des Établissements de santé Management Certification des Établissements de santé FORMER GESTION DES RISQUES ACCOMPAGNER Qualité et sécurité de la prise en charge du patient AUDITER ÉVALUATION Patient traceur Certification V2014 Pilotage

Plus en détail

Réduction des émissions de gaz à effet de serre: quels instruments économiques? pour quelles partitions? Françoise Thais

Réduction des émissions de gaz à effet de serre: quels instruments économiques? pour quelles partitions? Françoise Thais Réduction des émissions de gaz à effet de serre: quels instruments économiques? pour quelles partitions? Françoise Thais francoise.thais@cea.fr 1 Un prix du carbone à sa juste mesure Fournir un signal-prix

Plus en détail

CYCLE DE FORMATION DES LEADERS DES COMMUNAUTES ET ACTEURS ASSOCIATIFS

CYCLE DE FORMATION DES LEADERS DES COMMUNAUTES ET ACTEURS ASSOCIATIFS CYCLE DE FORMATION DES LEADERS DES COMMUNAUTES ET ACTEURS ASSOCIATIFS Termes de références pour le recrutement des consultants formateurs Ce cycle de formation s inscrit dans le cadre du développement

Plus en détail

BTS ASSISTANT DE GESTION EPREUVE U62 : PROJET DE DEVELOPPEMENT DE LA PME Dossier de Méthodologie 1 ER PARTIE ( 5 pages maximum )

BTS ASSISTANT DE GESTION EPREUVE U62 : PROJET DE DEVELOPPEMENT DE LA PME Dossier de Méthodologie 1 ER PARTIE ( 5 pages maximum ) BTS ASSISTANT DE GESTION EPREUVE U62 : PROJET DE DEVELOPPEMENT DE LA PME Dossier de Méthodologie 1 ER PARTIE ( 5 pages maximum ) 1: l ANALYSE ORGANISATIONNELLE : A/Présentation de l entreprise à travers

Plus en détail

L Approche CPA 3 - Évaluation de la situation

L Approche CPA 3 - Évaluation de la situation L Approche CPA 3 - Évaluation de la situation La présente fiche d information porte sur l évaluation de la situation, qui, comme le montre le diagramme ci-dessous, constitue le deuxième volet de l Approche

Plus en détail

La démarche globale d évaluation des risques professionnels

La démarche globale d évaluation des risques professionnels La démarche globale d évaluation des risques professionnels Journées Nationales de Prévention 2014 La démarche d évaluation des risques professionnels Méthodologie : 5 étapes 1 Définir les unités de travail

Plus en détail

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.)

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) Introduction L aboutissement à un usage rationnel des médicaments est le résultat d un programme exécuté par une chaîne

Plus en détail

Présentation Six Sigma

Présentation Six Sigma Université Hassan II Aïn Chock Faculté des Sciences Juridiques Economiques et Sociales Casablanca Présentation Six Sigma Travail présenté Travail présenté par: par: TAYEB TAYEB Wifak Wifak HARBAL HARBAL

Plus en détail

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001,

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, BC 05.03.02 Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, Spécialité(s) : Toutes concernées Disciplines concernées : Toutes spécialités Titre : Guide de lecture de la norme NF

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S, E (Qualité, Sécurité, Environnement)

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S, E (Qualité, Sécurité, Environnement) COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 09/01/2007 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S,

Plus en détail

Utilisation de la méthode ALARM dans le cadre de la survenue d épidémie

Utilisation de la méthode ALARM dans le cadre de la survenue d épidémie Utilisation de la méthode ALARM dans le cadre de la survenue d épidémie Dr Karine BLANCKAERT Médecin Coordonateur Antenne Régionale Nord-Pas de Calais de lutte contre les Infections Nosocomiales CHRU de

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et environnement

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et environnement COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 05/06/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et

Plus en détail

IDENTIFICATION DES PRELEVEMENTS SANGUINS ANALYSE D INCIDENT ET AUDIT DES PRATIQUES

IDENTIFICATION DES PRELEVEMENTS SANGUINS ANALYSE D INCIDENT ET AUDIT DES PRATIQUES IDENTIFICATION DES PRELEVEMENTS SANGUINS ANALYSE D INCIDENT ET AUDIT DES PRATIQUES Dr Isabelle SALIMBENI Biologiste Dr Françoise CARMAGNOL Biologiste Dominique TONELLOT Cadre du Pôle Parents-Femme-Enfant

Plus en détail

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005 du 07 mai 2002

Plus en détail

FICHE DE BONNE PRATIQUE

FICHE DE BONNE PRATIQUE FICHE DE BONNE PRATIQUE Programme d actions pour améliorer la prévention des violences faites aux femmes, des violences intrafamiliales, et l aide aux victimes POINT D ACCÈS AU DROIT EN ÉTABLISSEMENT PÉNITENTIAIRE

Plus en détail

Évaluation, données quantitatives et systèmes d'information

Évaluation, données quantitatives et systèmes d'information Évaluation, données quantitatives et systèmes d'information Principes généraux de la démarche d'évaluation De la mesure au jugement : considérations épistémologiques Les outils de l'évaluation Évaluation

Plus en détail

Perspectives complémentaires de trois niveaux d analyse (25 points)

Perspectives complémentaires de trois niveaux d analyse (25 points) Problématiques particulières en santé mental et travail Perspectives complémentaires de trois niveaux d analyse (25 points) Les types de problématiques en santé mentale au travail sont nombreux (harcèlement

Plus en détail

PRATIQUE ET CONDUITE DE REUNIONS

PRATIQUE ET CONDUITE DE REUNIONS PRATIQUE ET CONDUITE DE REUNIONS Fabrice ROSINA 01 46 09 13 02 06 73 38 95 67 f.rosina@lautrescene.fr CPPM MARSEILLE Le programme de formation les présentations à quoi servent les réunions? Les techniques

Plus en détail

L unité U5 est validée par le contrôle de l acquisition des compétences relevant des fonctions suivantes issues du référentiel de certification :

L unité U5 est validée par le contrôle de l acquisition des compétences relevant des fonctions suivantes issues du référentiel de certification : CAHIER DES CHARGES POUR LES AUTEURS DE SUJET EPREUVE E5 BTS TECHNICO-COMMERCIAL 1. RAPPEL DE LA DEFINITION DE L'EPREUVE E5 - MANAGEMENT ET GESTION D ACTIVITÉS TECHNICO-COMMERCIALES (COEF. 4) U5 1. Finalités

Plus en détail

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 LES OUTILS POUR AIDER A LA REDACTION ET L EVALUATION DES PROGRAMMES Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 Il est recommandé de se limiter au nombre de pages indiqué, et de présenter

Plus en détail

Etude pour la mise en place de démarches environnementales dans la conception et la gestion de zones d activité

Etude pour la mise en place de démarches environnementales dans la conception et la gestion de zones d activité Etude pour la mise en place de démarches environnementales dans la conception et la gestion de zones d activité COMMUNAUTE URBAINE DE CHERBOURG Groupe de travail n 1 «Gouvernance de la qualité environnementale

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL A LA SANTE CELLULE DE REFORME DU SECTEUR

MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL A LA SANTE CELLULE DE REFORME DU SECTEUR MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL A LA SANTE CELLULE DE REFORME DU SECTEUR TERMES DE REFERENCE POUR LA RATIONALISATION DES STRUCTURES DU MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE Introduction Origines

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

Animation de la vie sociale

Animation de la vie sociale Animation de la vie sociale Pour un projet social répondant aux critères d agrément Document à l usage des gestionnaires des structures Département des Interventions Sociales Document réalisé par les Pôles

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat CQP Inter-branches Technicien de la Qualité Préparation de l évaluation des compétences par le candidat Vous souhaitez obtenir le Certificat de Qualification Professionnelle Inter-branches (CQPI) «Technicien

Plus en détail

Caroline QUINTIN. URC Paris Nord - Formation DU 1

Caroline QUINTIN. URC Paris Nord - Formation DU 1 Caroline QUINTIN URC Paris Nord - Formation DU 1 INTRODUCTION Les documents et données relatifs à la recherche constituent les documents essentiels qui composent le dossier permanent de la recherche. Ces

Plus en détail

Document de réflexion sur «QU EST-CE QUE LA SOCIÉTÉ CIVILE, AUJOURD HUI, DANS LES

Document de réflexion sur «QU EST-CE QUE LA SOCIÉTÉ CIVILE, AUJOURD HUI, DANS LES Document de réflexion sur «QU EST-CE QUE LA SOCIÉTÉ CIVILE, AUJOURD HUI, DANS LES PAYS MEMBRES DE LA FRANCOPHONIE?» Proposition du Secrétariat international des infirmières et infirmiers francophones (SIDIIEF)

Plus en détail

CAS PRATIQUES : TRANSFUSION INUTILE

CAS PRATIQUES : TRANSFUSION INUTILE CAS PRATIQUES : TRANSFUSION INUTILE Présenté par le Dr. Silvana LEO-KODELI V ème journée de transfusion pratique - Institut Montsouris - 06 octobre 2011 1 Identification de l évènement transfusion inutile

Plus en détail

REFERENTIEL INTERMINISTERIEL

REFERENTIEL INTERMINISTERIEL REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DE L INSPECTEUR SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Le présent référentiel interministériel s inscrit dans le contexte juridique en vigueur, qui prévoit

Plus en détail

«Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire»

«Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire» «Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire» Lyon ICAR 2009 Dr Patrick Georges Yavordios Association ARRES ASSPRO Accredit Clinique Convert 62 avenue de Jasseron 01000 Bourg en Bresse patrick.georges.yavordios@wanadoo.fr

Plus en détail

Qu est-ce que MiFID? Objectifs?

Qu est-ce que MiFID? Objectifs? 2 Oeuvrer à une meilleure protection des clients Qu est-ce que MiFID? Objectifs? L Agenda de Lisbonne, élaboré par la Commission européenne en 2000, s est fixé pour ambitieux objectif de faire de l Union

Plus en détail

PROCEDURE DO DE GESTION DE PROJET ESPACE

PROCEDURE DO DE GESTION DE PROJET ESPACE Page 1 sur 9 PROCEDURE DE GESTION DE PROJET Page 1 sur 9 Page 2 sur 9 GESTION DU CUMENT Approbation du document Type Fonction Nom et signature Date Rédacteur Adj -2 C. Miquel Vérificateur RSMI N. Chrupek-

Plus en détail

Le DOCTORAT en tant que «PROJET» de la vie professionnelle

Le DOCTORAT en tant que «PROJET» de la vie professionnelle Le DOCTORAT en tant que «PROJET» de la vie professionnelle (Développer ses compétences professionnelles) Le doctorat est la première phase de votre vie professionnelle Emploi «Le doctorat est une formation

Plus en détail

Groupe TVA inc. Renouvellement du régime d assurance collective au 1 er octobre 2013. 12 septembre 2013

Groupe TVA inc. Renouvellement du régime d assurance collective au 1 er octobre 2013. 12 septembre 2013 Groupe TVA inc. Renouvellement du régime d assurance collective au 1 er octobre 2013 12 septembre 2013 Ordre du jour Contexte du renouvellement Caractéristiques du groupe d employé Arrangements financiers

Plus en détail

ACQUERIR LES BASES DU MANAGEMENT

ACQUERIR LES BASES DU MANAGEMENT ACQUERIR LES BASES DU MANAGEMENT Clarifier les différents aspects de la fonction d encadrement Diagnostiquer son propre style de management Acquérir les savoirs facilitant la prise de fonction de manager

Plus en détail

LA GESTION DES STUPEFIANTS PAR LES IADE AU BLOC OPERATOIRE. Caroline LEFF 04/12/2015

LA GESTION DES STUPEFIANTS PAR LES IADE AU BLOC OPERATOIRE. Caroline LEFF 04/12/2015 LA GESTION DES STUPEFIANTS PAR LES IADE AU BLOC OPERATOIRE Caroline LEFF 04/12/2015 Sommaire Choix du sujet Problématique de départ Méthodologie de l enquête Résultats et analyse de l enquête Axes d amélioration

Plus en détail

recommandations de Gestion des ProdUits de santé soumis À La chaîne du Froid entre +2 c et +8 c À L officine

recommandations de Gestion des ProdUits de santé soumis À La chaîne du Froid entre +2 c et +8 c À L officine RECOMMANDATIONS recommandations de GESTION DES PRODUITS DE SANTÉ SOUMIS À LA CHAÎNE DU FROID ENTRE +2 C ET +8 C À L OFFICINE édition de décembre 2009 SOMMAIRE 1 Introduction 3 2 Respect des engagements

Plus en détail

Le Pilotage de l EPLE. Animateurs : Maryse DEMAR, Arlette JOS, Danièle LOUISE ALEXANDRINE, Alain ARNAULD, Joseph Alain RAPHAEL

Le Pilotage de l EPLE. Animateurs : Maryse DEMAR, Arlette JOS, Danièle LOUISE ALEXANDRINE, Alain ARNAULD, Joseph Alain RAPHAEL Le Pilotage de l EPLE Animateurs : Maryse DEMAR, Arlette JOS, Danièle LOUISE ALEXANDRINE, Alain ARNAULD, Joseph Alain RAPHAEL 2) Travail en groupes (8 maximum) : 1h30 Désigner un rapporteur chargé de synthétiser

Plus en détail

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management?

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management? de management? Voici quatre situations professionnelles : à chaque fois vous avez le choix entre quatre types de comportements. Cochez la case qui, selon vous, correspond le plus au comportement que vous

Plus en détail

Échanges de pratiques Lycée

Échanges de pratiques Lycée Échanges de pratiques Lycée Évreux Lycée Aristide Briand 26 novembre et 24 janvier Claire Foulquié et Olivier Ono Dit Biot 2013 2014 Le Havre Lycée Porte Océane 12 décembre et 31 janvier Nathalie Bontempelli

Plus en détail

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance Modifiée : Page 1 de 8 Préambule En vertu de la Loi sur l éducation, le conseil scolaire, dont ses membres ont été dûment élus, est tenu de promouvoir le rendement des élèves et leur bien-être, de veiller

Plus en détail

Plan d urgence Août 2015

Plan d urgence Août 2015 Plan d urgence Août 2015 Ministère de l Économie SOMMAIRE 1. CONTEXTE ET OBJECTIF DU DOCUMENT... 4 2. CADRE LEGISLATIF LUXEMBOURGEOIS... 5 2.1. Cadre défini par la loi pour les entreprises de gaz naturel...

Plus en détail

Ma M na n ge g ment n de d s s vul u né n ra r bi b lités Concepts et REX

Ma M na n ge g ment n de d s s vul u né n ra r bi b lités Concepts et REX Concepts et REX Contexte Cyrille Barthelemy (cby@intrinsec.com) Pôle sécurité d Intrinsec Référent sécurité pour les activités d infogérance Analyse des vulnérabilités, double usage : En tant que service

Plus en détail

L évaluation des politiques et des actions en santé publique

L évaluation des politiques et des actions en santé publique L évaluation des politiques et des actions en santé publique IFSI - Sciences humaines sociales et droit UE 1.2.S3 Santé publique et économie de la santé Dr Nicolas Cocagne et Dr Christophe Segouin Service

Plus en détail

THÈME. Méthodologie. 1 Les conditions de l épreuve. 2 L étude d une situation pratique. A En quoi consiste l étude de cas?

THÈME. Méthodologie. 1 Les conditions de l épreuve. 2 L étude d une situation pratique. A En quoi consiste l étude de cas? Méthodologie THÈME 1 1 Les conditions de l épreuve Les conditions d examen : «épreuve écrite portant sur l étude d une ou de plusieurs situations pratiques et/ou le commentaire d un ou plusieurs documents

Plus en détail

La formation des membres du CHSCT

La formation des membres du CHSCT La formation des membres du CHSCT FORMATION INITIALE Objectif pédagogique Prévenir et anticiper les accidents du travail et l apparition des maladies professionnelles. Permettre aux membres du CHSCT de

Plus en détail

NORD-OUEST Agence Nord-Pas de Calais. Dispositif régional de prévention à la précarité énergétique: test de mise en œuvre territoriale

NORD-OUEST Agence Nord-Pas de Calais. Dispositif régional de prévention à la précarité énergétique: test de mise en œuvre territoriale Dispositif régional de prévention à la précarité énergétique: test de mise en œuvre territoriale Historique NORD-OUEST Etude sur les fonds d impayés énergie du Nord et du Pas de Calais réalisée en 2003-2004

Plus en détail

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015 ENTRETIEN PRENATAL Du dépistage à l accompagnement Colloque violences faites aux femmes Toulouse, 22 janvier 2015 F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme 1) La grossesse, un moment clé 2) L entretien précoce 3)

Plus en détail

DESCRIPTION D EMPLOI Infirmier(e) en service de santé au travail Management ou Animation

DESCRIPTION D EMPLOI Infirmier(e) en service de santé au travail Management ou Animation DESCRIPTION D EMPLOI Infirmier(e) en service de santé au travail Management ou Animation 1 INTITULE Unité : EDF SA ERDF Sous-unité d affectation : Famille professionnelle : Médico-social Métier : Infirmier

Plus en détail

Dans notre cadre, le référentiel d activités devra fournir une description de s activités du poste à partir de la situation observée.

Dans notre cadre, le référentiel d activités devra fournir une description de s activités du poste à partir de la situation observée. Fiche pratique N 3 «Analyse des activités d un poste de travail et référentiel d activités» De quoi s agit-il? 1 Il s agit de recueillir des données relatives au poste de travail qui devront être fidèles

Plus en détail

Comment mettre à profit les méthodes modernes de gestion pour dynamiser l activité de votre cabinet? Sage Experts-Comptables.

Comment mettre à profit les méthodes modernes de gestion pour dynamiser l activité de votre cabinet? Sage Experts-Comptables. gestion pour dynamiser l activité de votre cabinet? Sage Experts-Comptables animé par Rachel Beck Directeur Agence Centre Est Sage Experts-Comptables Sylvain Lherm Diplômé d Expertise Comptable Consultant

Plus en détail

Évaluation du dispositif d annonce Les pistes d amélioration

Évaluation du dispositif d annonce Les pistes d amélioration Évaluation du dispositif d annonce Les pistes d amélioration La boîte à outils «Dispositif 23 septembre 2014 ONCOPL Coralie MICHEL 1 La Boîte à outils «dispositif Ordre du jour de la séance Rappels sur

Plus en détail

Intérêts et limites de la sûreté de fonctionnement Pierre LAVÉDRINE Ingénieur ENSMA - ENSAé Airbus Toulouse

Intérêts et limites de la sûreté de fonctionnement Pierre LAVÉDRINE Ingénieur ENSMA - ENSAé Airbus Toulouse Intérêts et limites de la sûreté de fonctionnement Pierre LAVÉDRINE Ingénieur ENSMA - ENSAé Airbus Toulouse TOULOUSE 15-16 Juin 2009 Qu est-ce que la sûreté de fonctionnement? Une PERFORMANCE d un système?

Plus en détail

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions énergie Kezako che cosa è? C est quoi donc? Qué es? Was ist das??? Hablas ENERGIE? Do you speak ENERGIE?? Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions ? Management de l énergie L ISO 50001? SOMMAIRE

Plus en détail

L Accueil de loisirs sans hébergement L association Familles Rurales

L Accueil de loisirs sans hébergement L association Familles Rurales L Accueil de loisirs sans hébergement L association Familles Rurales Fédération FAMILLES RURALES de Charente-Maritime 21 rue des vendanges 17 100 Saintes Tél : 05 46 93 46 83 Fax : 05 46 74 00 59 Qu est

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-17

Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-17 Paris, le 25 février 2013 Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-17 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Générer de la Satisfaction. Management de la qualité par les processus

Générer de la Satisfaction. Management de la qualité par les processus Générer de la Satisfaction Management de la qualité par les processus Hervé DOURY 21 Novembre 2014 - Plan Définition, vocabulaire et intérêts du concept Système de Management de la Qualité ISO 9000:2005

Plus en détail

LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES. L impact de la loi BORLOO sur l instauration de la GPEC au sein des entreprises.

LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES. L impact de la loi BORLOO sur l instauration de la GPEC au sein des entreprises. L impact de la loi BORLOO sur l instauration de la GPEC au sein des entreprises. Depuis janvier 2008, les entreprises de plus de 300 salariés sont obligées de négocier la mise en place d un dispositif

Plus en détail

projet de recherche intervention régional r sur l absentl

projet de recherche intervention régional r sur l absentl PHARES: les résultats r d un d projet de recherche intervention régional r portant sur l absentl absentéisme des soignants Nom de l intervenant : Sébastien Damart Date : 23/05/12 1 La problématique de

Plus en détail

Solution Purkinje pour le financement à l activité

Solution Purkinje pour le financement à l activité Solution Purkinje pour le financement à l activité À propos de notre Solution Solution éprouvée La solution Purkinje de financement à l activité est bilingue et en opération dans plusieurs centaines de

Plus en détail

Quelles sont les données d entrée de la revue de direction QSE?

Quelles sont les données d entrée de la revue de direction QSE? Quelles sont les données d entrée de la revue de direction QSE? Les normes ISO 9001 : 2015, ISO 45001/DIS et ISO 14001 : 2015 sont parfaitement alignées au niveau des 10 chapitres. Les exigences de revue

Plus en détail

Ateliers de lecture. Pourquoi? Ils nous aideront à...

Ateliers de lecture. Pourquoi? Ils nous aideront à... Ateliers de lecture Pourquoi? «Les ateliers de lecture sont prévus dans les programmes du cycle 3 pour, précisément renforcer la reconnaissance des mots et le repérage des structures syntaxiques des énoncés.

Plus en détail

Sécurité des organisations de soins

Sécurité des organisations de soins Sécurité des organisations de soins Didier TABUR Alençon, le 15 septembre 2014 Société AFM AFM 42 42 Tous Tous droits droits réservés réservés Qui sommes-nous? AFM42 Société privée issue du groupe Air

Plus en détail

Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis»

Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis» Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation La Maison d enfants Clair Logis, établissement à caractère social, est

Plus en détail

Synthèse. Audit du programme «Cash for Repair and Reconstruction» (CfRR) au Sri Lanka. Etat au 31 janvier 2008

Synthèse. Audit du programme «Cash for Repair and Reconstruction» (CfRR) au Sri Lanka. Etat au 31 janvier 2008 KPMG SA Advisory Services SR Chemin De-Normandie 14 Téléphone +41 22 704 17 54 CH-1211 Genève 12 Internet www.kpmg.ch Synthèse Audit du programme «Cash for Repair and Reconstruction» (CfRR) au Sri Lanka

Plus en détail

Totems (5ème HarmoS) :

Totems (5ème HarmoS) : Totems (5ème HarmoS) : Une activité mathématique pour apprendre à développer des stratégies de recherche Lucie Passaplan Etudiante à l Université de Genève Introduction La résolution de problèmes au sens

Plus en détail

Validité 2015-2016 CATALOGUE DES PROGRAMMES. Audit-conseil et formation. Que contient ce catalogue? Expertise Qualité Temps Coût

Validité 2015-2016 CATALOGUE DES PROGRAMMES. Audit-conseil et formation. Que contient ce catalogue? Expertise Qualité Temps Coût CATALOGUE DES PROGRAMMES Validité 2015-2016 Audit-conseil et formation Anys100t : Audit-conseil-formation Validité du programme années 2015-2016 Vos garanties Expertise Qualité Temps Coût Que contient

Plus en détail

Gestion des risques Vigilances sanitaires

Gestion des risques Vigilances sanitaires Gestion des risques Vigilances sanitaires Dr François L Hériteau Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales Paris-Nord Le risque Un DANGER, plus ou moins prévisible Ne pas confondre:

Plus en détail