Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France"

Transcription

1 Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Colloque Ile-de-France Libérer du foncier : un geste solidaire en faveur du logement au Conseil Régional d Ile-de-France 23 mai 2008 Analyse réalisée par Laurent Escobar directeur associé Adéquation

2 Objectifs et m méthodologies des études du SNAL Deux études nationales du SNAL qui permettent de mesurer la part de l aménagement dans la production de logements et dont on tire de précieuses indications pour l Ile-de-France Le SNAL a lancé en avril 2007 deux études nationales : L une sur la production de foncier en France, réalisée par Guillaume ERNER, Maître de conférences à l'institut d'eudes Politiques de Paris, chercheur associé au centre d'études sociologiques de la Sorbonne : Elle a analysé la relation linéaire entre le nombre de logements produits chaque année et la production foncière en diffus et en secteurs organisés, ZAC ou lotissement. L autre sur l activité de l aménagement en France, confiée à Adéquation, société d études spécialisée dans l observation des marchés immobiliers : L enquête a quantifié l activité des aménageurs privés, en production et en vente, tant en lots aménagés, pour construction de maisons individuelles, qu en droits à construire cédés à promoteurs immobiliers et bailleurs sociaux, pour réalisation de logements groupés. Cette enquête a permis en premier lieu, par rapprochement aux résultats des statistiques Sitadel publiées par le Ministère de l Ecologie, du Développement et de l Aménagement Durables, qui comptabilisent les mises en chantier de logements et détaillent l individuel pur, de quantifier la part du lot aménagé dans cette production. Elle précise également l implication des opérateurs privés dans l aménagement d opérations mixtes, lots aménagés et droits à construire de logements groupés, maisons en bande, maisons de ville, logements intermédiaires urbains, collectifs, en promotion immobilière et en logement social. 2

3 Projet de SDRIF : la priorité affichée de construire durablement logements par an, soit 1,6 fois plus qu en 2007 Analyse des objectifs du projet de SDRIF 15 ans de sous-production, pour arriver à de très bas niveaux depuis 2003 Une priorité affichée au projet de SDRIF de construire durablement logements par an (moyenne ) Un rythme difficile à tenir dans un contexte durable de foncier et de prix élevés. L hypothèse au projet de SDRIF tablait sur près de mises en chantier en 2007 ; moins de ont été réalisées. Prospective : une amorce plus lente que souhaitée jusqu à en 2009, une montée rapide à en 2014 si tous les acteurs et les dispositifs sont d ici là vraiment mobilisés, puis une phase de stabilisation progressive 3

4 Part de marché du lot aménag nagé en 2006 et 2007 Moins de maisons mises en chantier en secteurs organisés, ZAC ou lotissement, en Ile-de-France que sur le reste du territoire Mises en chantier France Métropolitaine : 45,2% en individuel pur, dont 33,3% en lots aménagés Mises en chantier Individuel diffus Lot à bâtir Individuel Pur Collectif et individuel groupé Total logements ordinaires Mises en chantier Ile-de-France : 15,7% en individuel pur, dont 20,8% en lots aménagés Mises en chantier Individuel diffus Lot à bâtir Individuel Pur Collectif et individuel groupé Total logements ordinaires Tendance 2007 : légère hausse du total des mises en chantier, mais moins d individuel pur, où le diffus se maintiendrait au détriment du lot aménagé 55% France - Mises en chantier en % 15% Individuel diffus Lot à bâtir Logements groupés 85% 12% 3% Ile-de-France - Mises en chantier en 2006 Définition : par logement ordinaire, on entend un type d habitation, résidence principale ou secondaire, qui n est ni communautaire (résidence pour étudiants, pour personnes âgées, pour jeunes travailleurs, etc.), ni d hébergement (hôtel, résidence d affaires, résidence de tourisme, etc.). 4

5 Part de marché du lot aménag nagé par d départements L Ile-de-France, une faible part de mises en chantier de logements individuels purs en secteurs organisés par rapport à d autres régions La part de marché de la production organisée dans les mises en chantier de logements individuels purs a été en 2006 de : 42 à 60% dans toute la Bretagne, certains départements des Pays de la Loire (Vendée, Maine-et-Loire, Loire- Atlantique), du Languedoc-Roussillon (Hérault, Gard) et, pour de petits volumes, en Bourgogne (Nièvre, Yonne) et Meurthe-et-Moselle ; Des polarités entre 30 et 39% existent également en Alsace, en Lorraine, pour partie en Rhône- Alpes, en Languedoc-Roussillon, en Aquitaine et au Centre, soit 24 départements au total. Le solde du territoire a enregistré une production plus diffuse : 40 départements entre 20 et 29%, dont l Ile-de-France, 19 à moins de 20%. 40% et plus De 30 à 39% De 20 à 29% Moins de 20% 5

6 Territoires urbains et d développement de lots aménag nagés En 2006, près de 73% des mises en chantier de lots aménagés se sont réalisées autour de grands pôles urbains et de villes moyennes. La part du lot aménagé a varié entre 40% et 50% des mises en chantier d individuel pur dans les secteurs urbains et péri-urbains Aménagé 50% - Diffus 50% Aménagé 26% - Diffus 74% Aménagé 28% - Diffus 72% Aménagé 40% - Diffus 60% Aménagé 45% - Diffus 55% Pôles urbains Communes périurbaines Polarités secondaires Communes rurales polarisées Communes rurales isolées Les mises en chantier en lots aménagés ont été rapprochées des mises en chantier en diffus à l échelle des 5 catégories de territoires urbains définies dans le cadre de l étude. Il en ressort que : Les lots aménagés ont représenté, en 2006, 45% des mises en chantier de logements individuels purs dans les pôles urbains, 40% dans les communes périurbaines et 50% dans les polarités secondaires ; Par contre, la part du lot aménagé est beaucoup plus faible sur les territoires ruraux, qu ils soient isolés (26% des mises en chantier en individuel pur) ou polarisés (28% des mises en chantier) ; 6

7 Comment progresser de à log./an entre 2008 et 2012? En s intéressant, au-delà du social, aux gammes de prix du libre. Analyse des objectifs du projet de SDRIF Le marché du libre est divisé en 4 gammes : logement abordable < /m² gamme intermédiaire /m² moyen de gamme /m² haut de gamme > /m² Etat de l offre actuelle de logement neuf : Forte pénurie dans les gammes abordables et intermédiaires, (41% de l offre contre 67% de la demande), Saturation des besoins en moyen et en haut de gamme (59% de l offre contre 33% de la demande), Jusqu en 2002, en-dehors de Paris et de l Ouest Parisien, les prix restaient très accessibles dans la grande majorité de l Ile-de-France. Depuis 2005, ce n est plus le cas, l ensemble de la Petite Couronne, ainsi qu une partie de la Moyenne Couronne, ont été contaminés par des prix trop élevés. Des déséquilibres qui n ont fait que s accentuer entre 2005 et aujourd hui. Ventilation de la demande de logements neufs 22% 28% 45% 72% 18% 15% Social Libre Abordable Intermédiaire Moyen de gamme Haut de gamme Ventilation de l'offre de logements neufs en % 22% 23% 77% 27% 32% Social Libre Abordable Intermédiaire Moyen de gamme Haut de gamme 7

8 Une croissance des mises en chantier de logements qui doit être ciblée et encadrée pour atteindre ses objectifs en quantité et en nature Analyse des objectifs du projet de SDRIF Un marché qui se désorganise et sature très vite dès que les volumes de production augmentent (cf. crise de 1991) Aujourd hui, une grande insuffisance en logement social (8.200 au lieu de ) et en logement abordable < /m² (5.200 au lieu de ) Par rapport à 2005, une progression à prévoir beaucoup plus forte en Moyenne Couronne (65%) et en Grande Couronne (44%), qu à Paris et Petite Couronne (30%) log log log log log log log log log log log log log log. 0 log. Paris & Petite Couronne log. 240 log log log log log Prospective Social Abordable Libre log log log log log log log log log log log log log log. 0 log. Moyenne Couronne log log log log log log Prospective Social Abordable Libre log log log log log log log log log log log log log log. 0 log. Grande Couronne log log log log log log. Grande Couronne Grande Couronne Social Abordable Libre 8

9 En Ile-de-France, le prix moyen d une parcelle en ZAC ou lotissement privé était de pour 741 m² en 2006 Prix des lots aménag nagés s par d départements En moyenne nationale, le prix d une parcelle en ZAC ou lotissement privé était de pour 816 m² en En diffus, la parcelle moyenne était de m² au niveau national. En diffus, la parcelle moyenne était de 890 m² en Ile-de-France, pour un prix de plus de Des programmes comprenant 19 lots aménagés en moyenne, consommant moins de foncier par maison, à un prix unitaire inférieur de 24% à celui du diffus et plus De à De à Moins de

10 Comment progresser de à log./an entre 2008 et 2012? En se déconcentrant plus vers la Moyenne et Grande Couronne Analyse des objectifs du projet de SDRIF Paris et la Petite Couronne ont représenté mises en chantier en 2007, contre en Vu la tension sur les prix et le foncier, il paraît difficile de monter à logements. On devrait enregistrer une forte croissance en Moyenne Couronne, mais les prix sont déjà sous grande pression, et les volumes ont du mal à excéder logements, au lieu des prévus. Des objectifs qui pourraient être accrus en Grande Couronne, en restant concentrés autour des pôles de centralité secondaires, tant que ce marché sera majoritairement positionné en logements abordables. Projet de SDRIF : Dép Ville de Petite Moyenne Grande Paris Couronne Couronne Couronne Total log log log log log log log log log log log log log log log log log. 900 log log log log log log log log log log. 10

11 Relations entre production foncière et de logements Une productivité foncière améliorée entre 2000 et 2006, + 35% de logements pour + 20% de foncier consommé La construction de logements est une fonction linéaire de la production foncière ; malgré l amélioration de la productivité foncière, la limitation de la production foncière constitue le facteur premier contraignant la réponse au besoin supplémentaire de logements. Ainsi, la production foncière a insuffisamment augmenté entre 2000 et 2006 pour permettre une croissance plus significative du volume de logements mis en chantier. En 2006, 65% du foncier pour le logement a été consommé en individuel diffus, 18% en individuel sur lots aménagés, 17% en collectif et individuel groupé. Évolution de la surface de foncier consommée par le logement en ha en France métropolitaine de 2000 à 2006 Source : Sitadel 11

12 Relations entre production foncière et de logements En Ile-de-France, ha de foncier ont été libérés entre 2000 et 2006 pour des opérations de logement Au niveau national, 15% seulement du foncier à destination du logement a été produit dans le cadre d une ZAC ou d un lotissement entre 2000 et En Ile-de-France, la proportion a été plus forte, 26% en moyenne en 7 ans, mais en constante diminution, 20% en 2006, contre 38% en En 2006 en Ile-de-France, 37% du foncier pour le logement a été consommé en individuel diffus, 8% en individuel sur lots aménagés, 45% en collectif et individuel groupé Foncier consommé par type de logement en Ile de France (en ha) individuel individuel groupé collectif 12

13 La «part de marché» de l aménagement et son rôle déterminant pour la relance du logement Analyse des objectifs du projet de SDRIF Définition : on distingue ici l aménagement (production urbaine organisée en ZAC et en lotissement) de la production en diffus Depuis 1999, une chute de l aménagement de 38% à 26% de la production de logements, expliquant pour partie la pénurie actuelle Mixité logement / immobilier à vocation économique : entre 1999 et 2004, la part du logement est tombée de 56% à 34% de la production en secteurs aménagés. Atteindre l objectif de production de logements passe par une remontée de la part de l aménagement au-delà de 35% de la production, en doublant le volume d ici 2012 ( log.) N.B : 35 % = part minimum constatée lors des périodes de forte production, et permettant de répondre aux objectifs de diversité de l offre log log log log log log log log log log log log log log. 0 log. Paris & Petite Couronne log log log log Prospective Aménagé Diffus log log log log log log log log log log log log log log. 0 log. Moyenne Couronne log log log log Prospective Aménagé Diffus log log log log log log log log log log log log log log. 0 log. Grande Couronne log. 486 log log log Prospective Aménagé Diffus 13

14 Des modalités d aménagement variées où la ZAC, dont le rythme de création est très insuffisant, n est plus autant l outil privilégié Analyse des objectifs du projet de SDRIF Après une baisse spectaculaire du rythme de création de ZAC entre 1991 et 1995, le rythme de création était remonté à une quarantaine de ZAC en 1998/2000. Depuis la mise en application des dispositions de la loi SRU, on a constaté un nouveau fléchissement, 16 ZAC créées en 2001, 12 en Depuis 2003, le rythme se situe autour de 30. Ces nouvelles ZAC sont pour l essentiel localisées en Petite Couronne, le solde dans le périmètre des nouvelles OIN et à Marne-la-Vallée. Prospective : doubler le volume de production de logements en secteurs organisés passe également par une baisse de la part relative en ZAC au profit de procédures plus souples, dont le lotissement Nombre de ZAC créées chaque année sur la Région Parisienne source : La Note de l'orf - mars

15 Mixité entre lots aménag nagés s et logements groupés Les zones mixtes aménagées par les aménageurs privés comptent plus de 56% de logements autorisés en secteur groupé (libre + social) Dans les projets d aménagement mixtes, les lots aménagés représentent moins de 44% du total de logements autorisés ; Le solde est autorisé en logements groupés ; A hauteur de 43% en promotion immobilière ; Et de 13% en locatif social ; Ce qui permet de promouvoir une offre diversifiée, couvrant une large palette des parcours résidentiels et de répondre aux besoins de ménages de toutes catégories ; A terme, ces projets offrent une grande mixité de peuplement, garante de développement durable des territoires. 43% Programmation type des ZAC et lotissements mixtes 13% 44% Lots aménagés Libre groupé Social 15

16 La diversité des formes d habitat développées dans les ZAC et lotissements mixtes aboutit à une intensité urbaine moyenne de 23,5 logements à l hectare Diversité des formes urbaines Les logements collectifs représentent 38% des logements développés au sein des zones d aménagement mixtes, lots aménagés compris ; Soit 68% des droits à construire de logements groupés qui y sont autorisés ; L intermédiaire urbain, regroupant les formes d habitat entre la maison et l appartement (logements superposés, maisons de ville, etc.) compte pour plus de 6% du total, et 11% des seuls logements groupés ; L individuel groupé, principalement des maisons jumelées ou en bande, représente le solde, soit près de 12% du total, et 21% des seuls logements groupés ; Cette diversité des formes d habitat aboutit à une densité relativement importante des opérations d aménagement, économes en consommation foncière, ce qui est également gage de développement durable. 44% Formes urbaines en ZAC et lotissements mixtes Lots aménagés Intermédiaire urbain 38% 12% 6% Individuel groupé Collectif 16

17 Ventilation des ventes et des stocks par surfaces Lots aménagés : des surfaces globalement adaptées à la demande, sauf en parcelles de moins de 600 m², insuffisamment représentées Ventes Année 2006 Stock dispo < 400 m² 3,7% 5,4% 401 à 600 m² 24,3% 21,6% 601 à 800 m² 34,9% 41,6% 801 à 1000 m² 22,3% 19,2% 1001 à 1200 m² 7,9% 7,5% 1201 à 1500 m² 3,5% 2,7% > 1501 m² 3,5% 2,0% Les micro-lots de moins de 400 m², adaptés à l urbanisation dense des couronnes urbaines et des centres bourgs sont une offre rare ; L offre de parcelles de moins de 600 m², limitée à 28% du global, est restée globalement insuffisante en 2006 ; La catégorie la plus représentée, 35% des ventes, est restée la parcelle de 600 à 800 m², mais aussi celle qui a connu les plus forts délais d écoulement à cause de son renchérissement (plus de 41% de l offre disponible) ; Le marché des grandes parcelles, à plus de 800 m², a été plus élastique, représentant en % des ventes, contre 31% de l offre disponible. 22% 19% Ventes 2006 Ventilation par surfaces de parcelles 3% 8% 3% 4% 36% 24% Offre disponible au 31/12/06 < 400 m² 401 à 600 m² 601 à 800 m² 801 à 1000 m² 1001 à 1200 m² 1201 à 1500 m² > 1501 m² Ventilation par surfaces de parcelles 2% 7% 3% 5% 42% 22% < 400 m² 401 à 600 m² 601 à 800 m² 801 à 1000 m² 1001 à 1200 m² 1201 à 1500 m² > 1501 m² 17

18 La diversité des formes d habitat développées dans les ZAC et lotissements mixtes aboutit à une intensité urbaine moyenne de 23,5 logements à l hectare L intensité urbaine, rapport entre le nombre de logements autorisés et la surface des terrains construits, hors parcs et espaces publics, varie selon les formes d habitat : Diversité des formes urbaines De plus de 70 logements/ha pour les collectifs à 32 log./ha pour l individuel groupé, soit une moyenne de près de 55,8 log./ha pour l ensemble des logements groupés ; Les adhérents du SNAL développent par ailleurs les lots aménagés selon des indices d intensité urbaine de l ordre de 13,5 log./ha, déjà relativement élevés, par rapport à l individuel diffus notamment ; Ce qui permet, au global des opérations mixtes, de proposer un indice de 23, 5 log./ha. Moyenne zone mixte Collectif Intermédiaire urbain Intensités urbaines 23,5 log./ha 57,5 log./ha 71,5 log./ha Individuel groupé 32,1 log./ha Lots aménagés 13,5 log./ha Individuel diffus 6,9 log./ha 0,0 log./ha 10,0 log./ha 20,0 log./ha 30,0 log./ha 40,0 log./ha 50,0 log./ha 60,0 log./ha 70,0 log./ha 80,0 log./ha 18

19 Dans un contexte où la production de logements reste insuffisante, et risque de baisser, une augmentation souhaitable de la production en secteurs organisés, tant en lots aménagés qu en logements groupés Au niveau national, la légère hausse des mises en chantier de 2006 à 2007 en année pleine masque une réalité contrastée de l évolution du rythme de construction ; Conclusions et perspectives en effet, en moyenne mobile (variation au mois le mois sur les 12 derniers mois), les mises en chantier sont en diminution depuis avril 2007 ; Le 1 er trimestre 2008 enregistre une baisse de près de 10% par rapport au 1 er trimestre 2007, en totalité sur l individuel pur ; et l infléchissement des autorisations, de près de 15% entre les 1ers trimestres 2008 et 2007, laisse prévoir une accentuation de la baisse, tant en individuel pur qu en logement groupé ; En Ile-de-France, les mises en chantier, dont la proportion en logements groupés est plus forte, n ont pas encore baissé, mais ne progressent plus, se bloquant à logements ; Dans ce contexte, créer les conditions d un accroissement des mises en chantier en lots aménagés est un des moyens à mettre en œuvre pour atteindre un niveau élevé de construction de logements, tout en maîtrisant l étalement urbain ; Et multiplier les expériences d opérations mixtes, associant lots aménagés et logements groupés, est un facteur de développement durable, garant de mixité urbaine et sociale. 19

Etude statistique de la production de maisons individuelles en secteur aménagé et en diffus en France Métropolitaine

Etude statistique de la production de maisons individuelles en secteur aménagé et en diffus en France Métropolitaine Etude statistique de la production de maisons individuelles en secteur aménagé et en diffus en France Métropolitaine Adequation - Caron Marketing - SNAL / UMF - Novembre 2010 1 Objectifs de l étude et

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 468 Novembre 2013 Commercialisation des logements neufs Résultats au troisième trimestre 2013 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION À la fin

Plus en détail

O b serv atoire d u logem en t d e la M étropole A tlan tiq u e

O b serv atoire d u logem en t d e la M étropole A tlan tiq u e OLOMA O b serv atoire d u logem en t d e la M étropole A tlan tiq u e Activité de la Promotion immobilière et de l individuel aménagé depuis le 1 er janvier 2011 Club immobilier ADDRN Bertrand Mours, président

Plus en détail

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris Charte anti-spéculative Entre la Ville de Paris Et. Préambule Un an après la signature du Pacte Logement pour tous en juin 2014, la Ville de Paris propose à ses partenaires propriétaires fonciers et aux

Plus en détail

Programme Local de. l Habitat 2010-2015. «Note de suivi et d actualisation - 2013» Conférence intercommunale du logement

Programme Local de. l Habitat 2010-2015. «Note de suivi et d actualisation - 2013» Conférence intercommunale du logement Conférence intercommunale du logement 03/02/2015 Rives de l Orne Hémicycle Programme Local de l Habitat 2010-2015 «Note de suivi et d actualisation - 2013» PARTIE I : Bilan annuel des objectif de production

Plus en détail

Commercialisation des logements neufs

Commercialisation des logements neufs COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 730 Février 2016 Commercialisation des logements neufs Résultats au quatrième trimestre 2015 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Au quatrième

Plus en détail

E T L E Q U I L I B R E L A L I B E R T E D E C H O I X D U T E R R I T O I R E

E T L E Q U I L I B R E L A L I B E R T E D E C H O I X D U T E R R I T O I R E C H A P I T R E S E C O N D L A L I B E R T E D E C H O I X D U T E R R I T O I R E E T L E Q U I L I B R E H a b i t a t, s e r v i c e s, é q u i p e m e n t s e t a r c h i t e c t u r e d u t e r r

Plus en détail

3. Morphologie urbaine et consommation d espace

3. Morphologie urbaine et consommation d espace 3. Morphologie urbaine et consommation d espace Historique du développement de la commune La commune de Pouliguen, avec les limites administratives que nous connaissons aujourd hui, est véritablement née

Plus en détail

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS 5 note n 5, septembre 25 L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS AU LUXEMBOURG ENTRE 197 ET 22 I I NTRODUCTION Ce 5ème numéro de la Note de l Observatoire a comme objet l analyse de la production de

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 28 OCTOBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

Bilan trimestriel de la commercialisation des logements neufs

Bilan trimestriel de la commercialisation des logements neufs DREAL Alsace Champagne-Ardenne Lorraine Service connaissance et développement durable Bilan trimestriel de la commercialisation des logements neufs Commercialisation des appartements neufs Résultats au

Plus en détail

2 Scénario 2 : «Les polarités fonctionnelles organisent le territoire»

2 Scénario 2 : «Les polarités fonctionnelles organisent le territoire» 2 Scénario 2 : «Les polarités fonctionnelles organisent le territoire» Le scénario de polarités fonctionnelles demeure inscrit dans une perspective d évolution démographique soumise à l accueil d activités

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Logement neuf au 1 er trimestre 2013 : Un nouveau trimestre de baisse

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Logement neuf au 1 er trimestre 2013 : Un nouveau trimestre de baisse COMMUNIQUÉ DE PRESSE Logement neuf au 1 er trimestre 2013 : Un nouveau trimestre de baisse L Observatoire de la Fédération des promoteurs immobiliers de France (FPI) livre ce jour les derniers chiffres

Plus en détail

Gignac. Z.A.C. La Croix. Dossier de presse - juillet 2014. Contact presse :

Gignac. Z.A.C. La Croix. Dossier de presse - juillet 2014. Contact presse : Z.A.C. La Croix Gignac Dossier de presse - juillet 2014 Contact presse : Nadège CASTANDET - 06 34 12 69 88 / 04 67 57 04 50 nadege.castandet@cc-vallee-herault.fr Marion MOUTET - 04 67 57 04 50 marion.moutet@cc-vallee-herault.fr

Plus en détail

Le marché de. l individuel. Le livre blanc. du foncier. Observatoire de l Habitat de l a-urba. atelier-débat

Le marché de. l individuel. Le livre blanc. du foncier. Observatoire de l Habitat de l a-urba. atelier-débat Le marché de Le livre blanc l individuel du foncier Observatoire de l Habitat de l a-urba atelier-débat 20 février 2013 Syndicat National des Aménageurs Lotisseurs UNE ORGANISATION NATIONALE Le Syndicat

Plus en détail

Charte pour la production de logements sociaux dans les opérations de la promotion privée.

Charte pour la production de logements sociaux dans les opérations de la promotion privée. Charte pour la production de logements sociaux dans les opérations de la promotion privée. Mise en œuvre des secteurs de diversité sociale Inscrits au PLU Entre : La Communauté Urbaine de Bordeaux, représentée

Plus en détail

Note de conjoncture sur le logement dans le département de l'ain / Evolutions et tendances

Note de conjoncture sur le logement dans le département de l'ain / Evolutions et tendances Direction Départementale de l'equipement Ain Service Politique Ville Habitat Mars 2009 Note de conjoncture sur le logement dans le département de l'ain Evolutions et tendances Mars 2009 www.ain.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Consommation d espace en Haute-Loire

Consommation d espace en Haute-Loire Direction Départementale des Territoires (DDT) HAUTE-LOIRE PRÉFET DE LA HAUTE-LOIRE Rapport Juin 2013 Consommation d espace en Haute-Loire Mission connaissance des Territoires INDICATEURS CARTOGRAPHIQUES

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 SYNTHÈSE DES CHIFFRES CLÉS Sources : FNAIM, CGEDD, SOeS, ECLN UN MARCHÉ PEU DYNAMIQUE ÉQUIVALENT À CELUI DE 2013 Quasi-stabilité

Plus en détail

Nafilyan & Partners 9 octobre 2014

Nafilyan & Partners 9 octobre 2014 Nafilyan & Partners 9 octobre 2014 I. Actualité du marché de l immobilier Les chiffres du marché du logement neuf francilien Les lancements commerciaux en Ile-de-France au 1 er semestre 2014 : - 29% par

Plus en détail

Construction neuve : 710 logements par an

Construction neuve : 710 logements par an Le point mort de 1999 à 2007 : récapitulatif de l affectation des logements neufs Construction neuve : 710 logements par an Renouvellement 121 logements par an (17% de la construction neuve) Evolution

Plus en détail

1 VOLET HABITAT - LOGEMENT. Synthèse du volet Habitat - logement

1 VOLET HABITAT - LOGEMENT. Synthèse du volet Habitat - logement 1 VOLET HABITAT - LOGEMENT Synthèse du volet Habitat - logement 2 VOLET HABITAT - LOGEMENT I / Contexte général... 3 A. Les caractéristiques du parc de logement en France... 3 B. Les caractéristiques du

Plus en détail

SYNTHESE DES ECHANGES

SYNTHESE DES ECHANGES SYNTHESE DES ECHANGES > Une conférence pour accompagner la révision du Scot Le Syndicat Mixte des Rives du Rhône dispose d un Scot approuvé en 2012 sur un territoire de 80 communes, à cheval sur 5 départements.

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de l inauguration du chantier ilôt Lucien Faure Lundi 16 juin 2014 Bordeaux M. le Président (M. HIERAMENTE, Domofrance) M le Président (M DHORTE) M le

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 15 novembre 2012

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 15 novembre 2012 COMMUNIQUÉ DE PRESSE AU 3EME TRIMESTRE 2012, LE LOGEMENT NEUF ENTRE EN RECESSION Pour le 3 ème trimestre consécutif, les ventes de logements neufs par les promoteurs accusent une forte baisse. L Observatoire

Plus en détail

OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE L HABITAT COLLECTIF

OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE L HABITAT COLLECTIF OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE L HABITAT COLLECTIF LES APPARTEMENTS NEUFS AU 2nd SEMESTRE LES CHIFFRES-CLES EN ILE-DE-FRANCE Mises en vente évo./an* Ventes évo./an* Stock fin pério évo./an* 75 243-61% 361

Plus en détail

Le marché foncier des Côtes d Armor Observatoire des terrains à bâtir en lotissement en 2014

Le marché foncier des Côtes d Armor Observatoire des terrains à bâtir en lotissement en 2014 Le marché foncier des Côtes d Armor Observatoire des terrains à bâtir en lotissement en 2014 OBSERVATOIRE DE L ACCESSION SOCIALE Sommaire La production de lotissements en 2014 p.2 Les lots vendus en 2014

Plus en détail

ATELIER N 3 Production et recyclage foncier

ATELIER N 3 Production et recyclage foncier ATELIER N 3 Production et recyclage foncier SOMMAIRE Des gisements fonciers à mobiliser Le développement d actions réglementaires Le lancement d action foncière Le développement d action de régulation

Plus en détail

RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2015

RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2015 Communiqué de presse Paris, le 8 juillet 2015 RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2015 Nouvelle progression des réservations en valeur : +23,6% au 2015 après +32,1% sur l ensemble de 2014 Confirmation du caractère

Plus en détail

LA CRÉATION DE LOGEMENTS PAR CHANGEMENT DE DESTINATION DE LOCAUX

LA CRÉATION DE LOGEMENTS PAR CHANGEMENT DE DESTINATION DE LOCAUX LA CRÉATION DE LOGEMENTS PAR CHANGEMENT DE DESTINATION DE LOCAUX Au sein de la construction neuve, la création de issus d'un changement de destination de locaux a progressé régulièrement entre 199 et 25

Plus en détail

Quelles tendances pour le marché local de l habitat de Metz Métropole?

Quelles tendances pour le marché local de l habitat de Metz Métropole? Portes ouvertes AGURAM pour ses partenaires techniques 18 février 2014 Quelles tendances pour le marché local de l habitat de Metz Métropole? Marie-Charlotte DEVIN et Emmanuelle BIANCHINI Agence d Urbanisme

Plus en détail

Le logement neuf en 2014 sur l aire urbaine de Rennes

Le logement neuf en 2014 sur l aire urbaine de Rennes HABITAT Le logement neuf en 214 sur l aire urbaine de Rennes N 46 - SEPTEMBRE 215 EN BREF : LES CHIFFRES À RETENIR EN 214 5 63 logements neufs livrés en 214 dans l aire urbaine de Rennes dont 3 674à Rennes

Plus en détail

>>> PARTIE 4 : PÉRIURBANISATION ET CONSOMMATION D ESPACES LA CONSOMMATION D ESPACES POUR L HABITAT

>>> PARTIE 4 : PÉRIURBANISATION ET CONSOMMATION D ESPACES LA CONSOMMATION D ESPACES POUR L HABITAT Les lois du Grenelle de l environnement réaffirment l exigence de lutter contre la régression des surfaces agricoles et naturelles. À cette fin, elles renforcent le rôle des documents d urbanisme, notamment

Plus en détail

De la nécessité de produire du logement locatif social en Haute- Savoie...

De la nécessité de produire du logement locatif social en Haute- Savoie... De la nécessité de produire du logement locatif social en Haute- Savoie... Les pros de l'aménagement "Construction de logements : regards croisés d'acteurs" Mardi 28 avril 2015 SOMMAIRE Constat et enjeux

Plus en détail

Les lycées et lycéens ligériens

Les lycées et lycéens ligériens Près de 143 000 élèves scolarisés à dans les lycées ligériens Les lycées généraux sont de grands établissements qui scolarisent la moitié des élèves ligériens. Les lycées professionnels sont plus petits

Plus en détail

Note d'enjeux sur la consommation d'espace. Commune de Saint-Priest-Bramefant. Mai 2012. Contribution à l'élaboration du Plan Local d'urbanisme 1/16

Note d'enjeux sur la consommation d'espace. Commune de Saint-Priest-Bramefant. Mai 2012. Contribution à l'élaboration du Plan Local d'urbanisme 1/16 Note d'enjeux sur la consommation d'espace Commune de Saint-Priest-Bramefant Contribution à l'élaboration du Plan Local d'urbanisme Mai 2012 1/16 2/16 Table des matières Introduction... 4 1 - Une commune

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 214 Accelerating success. perspectives Entre prudence et opportunisme > Après un premier semestre actif, la demande placée de bureaux a

Plus en détail

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE - DIFFUSION IMMEDIATE Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 Chiffre d affaires 2010 : 540 m - Réduction de l'activité en immobilier d'entreprise Hausse du carnet de

Plus en détail

ETUDE PROSPECTIVE DU PAYS DE CHATEAUBRIIANT FONCIER ET CONSTRUCTION

ETUDE PROSPECTIVE DU PAYS DE CHATEAUBRIIANT FONCIER ET CONSTRUCTION ETUDE PROSPECTIVE DU PAYS DE CHATEAUBRIIANT FONCIER ET CONSTRUCTION Construction neuve consommation d espace Analyse sur la période 1996 2003 Situation du Pays de Châteaubriant par rapport au département

Plus en détail

Programme Local de l Habitat 2015-2020. Une politique ambitieuse dans un contexte difficile

Programme Local de l Habitat 2015-2020. Une politique ambitieuse dans un contexte difficile Programme Local de l Habitat 2015-2020 Une politique ambitieuse dans un contexte difficile 1 Qu est ce qu un P.L.H.? Le Programme Local de l Habitat (P.L.H.) est un document d orientation et de planification

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 599 Janvier 5 Conjoncture de l immobilier Résultats au troisième trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière

Plus en détail

Y a-t-il une bulle immobilière en France?

Y a-t-il une bulle immobilière en France? Y a-t-il une bulle immobilière en France? Croissance urbaine et prix fonciers Florence Goffette-Nagot Chargée de recherche CNRS Dicton des agents immobiliers aux Etats-Unis : There are three things that

Plus en détail

Session extraordinaire logement : 26 juin 2012

Session extraordinaire logement : 26 juin 2012 Session extraordinaire logement : 26 juin 2012 1 Les Côtes d Armor : un territoire attractif Avec plus de 587 000 habitants en 2009 soit +45 000 habitants depuis 1999. Une croissance démographique de +0,8%

Plus en détail

PLU Grenelle : Fiches pratiques. 1. Modération de la consommation d espace et lutte contre l étalement urbain

PLU Grenelle : Fiches pratiques. 1. Modération de la consommation d espace et lutte contre l étalement urbain PLU Grenelle : Fiches pratiques 1. Modération de la consommation d espace et lutte contre l étalement urbain Novembre 2014 1 Modération de la consommation d espace et lutte contre l étalement urbain Modération

Plus en détail

Conférence Annuelle de l Habitat Crise, bulle ou nouveau cycle immobilier, évolutions du marché immobilier et tendances prévisibles

Conférence Annuelle de l Habitat Crise, bulle ou nouveau cycle immobilier, évolutions du marché immobilier et tendances prévisibles Conférence Annuelle de l Habitat Crise, bulle ou nouveau cycle immobilier, évolutions du marché immobilier et tendances prévisibles Intervention de Laurent Escobar, directeur associé Lille Métropole -

Plus en détail

Édito. Michel Le MAOULT. Vice-Président en charge de la politique de l Habitat

Édito. Michel Le MAOULT. Vice-Président en charge de la politique de l Habitat Édito Pour «réussir» la ville, il faut construire et rénover pour répondre aux besoins de la population dont les revenus sont différents. C est l ambition affichée de ce Programme Local de l Habitat, que

Plus en détail

LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS

LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS LOGEMENT LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS Le «pouvoir d achat immobilier» des ménages est un concept important pour l analyse des marchés du logement. Dans cet article, Ingrid

Plus en détail

LA CONSTRUCTION EN ILE-DE-FRANCE ET DANS TROIS REGIONS DE PROVINCE

LA CONSTRUCTION EN ILE-DE-FRANCE ET DANS TROIS REGIONS DE PROVINCE LA CONSTRUCTION EN ILEDEFRANCE ET DANS TROIS REGIONS DE PROVINCE Institut d Aménagement et d Urbanisme de la Région d ÎledeFrance 15, rue Falguière 7574 PARIS CEDEX 15 Tél. : 1 77 49 77 49 Télécopie :

Plus en détail

Inauguration de la résidence Villa Romaine ZAC Niel à Toulouse

Inauguration de la résidence Villa Romaine ZAC Niel à Toulouse nauguration de la résidence Villa Romaine ZAC Niel à Toulouse Une opération au service de la mise en œuvre des politiques locales de l habitat Toulouse, le 21 février 2013 nauguration de la résidence Villa

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 576 Novembre 2014 Le prix à bâtir OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 2013, plus de neuf ménages sur dix ayant reçu l autorisation de

Plus en détail

Délibération au Conseil Municipal du lundi 21 mars 2011

Délibération au Conseil Municipal du lundi 21 mars 2011 7 Délibération au Conseil Municipal du lundi 21 mars 2011 PRU Neuhof : consultation de promoteurs - vente d'un terrain rue des Linottes. Le projet de rénovation urbaine prévoit une action globale sur l

Plus en détail

SCIC Habitat Rhône-Alpes Un acteur de l habitat attentif aux besoins des collectivités

SCIC Habitat Rhône-Alpes Un acteur de l habitat attentif aux besoins des collectivités SCIC Habitat Rhône-Alpes Un acteur de l habitat attentif aux besoins des collectivités septembre 2015 Un bailleur à l écoute de ses clients SCIC Habitat Rhône-Alpes a été créé en 1960 sous le nom «Sauvegarde

Plus en détail

Une excellente année pour l immobilier et le crédit?

Une excellente année pour l immobilier et le crédit? 2016 Une excellente année pour l immobilier et le crédit? Le marché de l immobilier est reparti! Oui! Le nombre de transactions atteint en 2015 - en hausse de 17% par rapport à 2014 selon les prévisions

Plus en détail

Royaume du Maroc Ministère de l Habitat de l Urbanisme Et de la Politique de la Ville AGENCE URBAINE DE MARRAKECH

Royaume du Maroc Ministère de l Habitat de l Urbanisme Et de la Politique de la Ville AGENCE URBAINE DE MARRAKECH Royaume du Maroc Ministère de l Habitat de l Urbanisme Et de la Politique de la Ville AGENCE URBAINE DE MARRAKECH Appel d Offres Ouvert n 17/2012 Du 19/12/2012 à 9h30mn Etude Foncière relative à l aire

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 467 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2015-2016 Enregistré à la Présidence du Sénat le 14 mars 2016 PROPOSITION DE LOI visant à garantir la mixité sociale aux abords des gares du Grand Paris Express, PRÉSENTÉE

Plus en détail

"Bilan 2010 et perspectives" La Semader se donne les moyens de poursuivre son plan de réhabilitation

Bilan 2010 et perspectives La Semader se donne les moyens de poursuivre son plan de réhabilitation "Bilan 2010 et perspectives" La Semader se donne les moyens de poursuivre La Semader se donne les moyens de poursuivre JOËL PERSONNÉ, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE LA SEMADER. «Je ne nie pas le passé. Si la SEMADER

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

Observatoire du logement de la Métropole Atlantique. Activité en promotion immobilière sur la CARENE au 1 er octobre 2014

Observatoire du logement de la Métropole Atlantique. Activité en promotion immobilière sur la CARENE au 1 er octobre 2014 Vendredi 21 novembre 2014 Observatoire du logement de la Métropole Atlantique Club Immobilier - Activité de la promotion immobilière Territoires de la CARENE et de Cap Atlantique (44) Bertrand Mours, Président

Plus en détail

Marché de l amélioration de l habitat

Marché de l amélioration de l habitat Marché de l amélioration de l habitat DONNÉES CHIFFRÉES Juin 2008 CE DOCUMENT PRÉSENTE LES PRINCIPALES DONNÉES DÉCRIVANT LE MARCHÉ DE L AMÉLIORATION DE L HABITAT. IL EST RÉGULIÈREMENT ACTUALISÉ. 1. L amélioration

Plus en détail

Schéma de Développement Commercial - aire urbaine de Toulouse

Schéma de Développement Commercial - aire urbaine de Toulouse Observatoire Départemental de l'équipement Commercial de la Haute-Garonne Schéma de Développement Commercial aire urbaine de Toulouse Pour un commerce durable dans la Ville Un document de référence pour

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Avril 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA

1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA 4 points à retenir 1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA 2 Réduction du risque de rupture systémique 3 La zone Euro sera en croissance lente, la France aussi. Peu de tensions

Plus en détail

Le Plan de mobilité durable de la MRC de Roussillon

Le Plan de mobilité durable de la MRC de Roussillon Le Plan de mobilité durable de la de Roussillon Présenté par : Pierre Largy, directeur général Lyne Dansereau, directrice, Service de l aménagement du territoire Dans le cadre des Mercredis de l AMT 18

Plus en détail

«Préfiguration d un SCOT rural : accompagnement du Pays Midi-Quercy vers l élaboration d un Schéma de Cohérence Territoriale»

«Préfiguration d un SCOT rural : accompagnement du Pays Midi-Quercy vers l élaboration d un Schéma de Cohérence Territoriale» SYNDICAT MIXTE DU PAYS MIDI-QUERCY «Préfiguration d un SCOT rural : accompagnement du Pays Midi-Quercy vers l élaboration d un Schéma de Cohérence Territoriale» VISITES SUR SITE ET ECHANGES AUTOUR DU PROJET

Plus en détail

Le Financement du Logement

Le Financement du Logement Le Financement du Logement Séminaire du Réseau Habitat et Francophonie Panorama sur les systèmes de financement de l habitat social Josie McVitty 26 November 2015 1 Le contexte Quelques observations sur

Plus en détail

Convention de partenariat entre Nantes Métropole et les maitres d ouvrage sociaux membres de l Union Sociale pour l Habitat des Pays-de-la-Loire

Convention de partenariat entre Nantes Métropole et les maitres d ouvrage sociaux membres de l Union Sociale pour l Habitat des Pays-de-la-Loire Convention de partenariat entre Nantes Métropole et les maitres d ouvrage sociaux membres de l Union Sociale pour l Habitat des Pays-de-la-Loire Entre : Nantes Métropole Communauté urbaine, représentée

Plus en détail

Résultats non audités et non arrêtés par le Conseil d'administration

Résultats non audités et non arrêtés par le Conseil d'administration 14/12/2006 Kaufman & Broad : Résultats annuels 2006 Résultats non audités et non arrêtés par le Conseil d'administration Résultats 2006 supérieurs aux prévisions o Chiffre d affaires : +22% o Marge brute

Plus en détail

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 15 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Les aides au logement des ménages modestes» Mercredi 15 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Plus en détail

Onzième rencontre des Jeudis des Villes ADUrables Comment programmer l habitat autrement, les leviers d action?

Onzième rencontre des Jeudis des Villes ADUrables Comment programmer l habitat autrement, les leviers d action? Onzième rencontre des Jeudis des Villes ADUrables Comment programmer l habitat autrement, les leviers d action? Intervention de Laurent Escobar, directeur associé, Adequation siège : Espace Eiffel 18/20,

Plus en détail

110 initiatives pour la métropole

110 initiatives pour la métropole 110 initiatives pour la métropole Nom de l initiative : Donner à voir la métropole aux citoyens : une maquette partagée Collectivité membre présentant l initiative : Le Kremlin-Bicêtre Maîtrise d ouvrage

Plus en détail

IMMOBILIER À MONTRÉAL

IMMOBILIER À MONTRÉAL IMMOBILIER À MONTRÉAL PERSPECTIVES ET TENDANCES DU MARCHÉ DE L IMMOBILIER Automne Une publication de Montréal en statistiques Direction de l urbanisme Service de la mise en valeur du territoire FAITS SAILLANTS

Plus en détail

Les contreparties. Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local.

Les contreparties. Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local. Avril 2005 Les contreparties Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local. L implication du 1% Logement dans le renouvellement urbain ne se limite pas au

Plus en détail

Agence Départementale d'information sur le Logement Information Logement une question d'adresse N 21- Novembre 2010 Agréée par le ministère du logement. A.D.I.L. DU VAR Conventionnée par le Notre Mission

Plus en détail

Observatoire foncier sur l aire urbaine

Observatoire foncier sur l aire urbaine Observatoire foncier sur l aire urbaine Analyser les marchés : - flux des mutations - prix 214-8-EXT-74 Janvier 215 L aire urbaine de Rennes en 21 2 L observation foncière Les marchés fonciers Mais aussi

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

1 Densité humaine. Enjeux du développement territorial OBSERVATOIRE DU TERRITOIRE FICHE THÉMATIQUE

1 Densité humaine. Enjeux du développement territorial OBSERVATOIRE DU TERRITOIRE FICHE THÉMATIQUE OBSERVATOIRE DU TERRITOIRE FICHE THÉMATIQUE 1 Densité humaine La présente fiche thématique montre comment la population et les emplois sont répartis à l intérieur du canton, notamment dans les différents

Plus en détail

AMENAGEMENT DU QUARTIER DU CHAMP DE MONSIEUR

AMENAGEMENT DU QUARTIER DU CHAMP DE MONSIEUR AMENAGEMENT DU QUARTIER DU CHAMP DE MONSIEUR 2 Contexte Compte tenu : o De la superficie de la réserve foncière communale à laquelle se rajoutent des zones à urbaniser à plus ou moins long terme inscrites

Plus en détail

ORPI. septembre 2012

ORPI. septembre 2012 ORPI Conférence de presse de rentrée 18 septembre 2012 Bilan et faits marquants du premier semestre 2012 National La France : un marché au point mort Aucune chute brutale des prix à espérer De fortes tensions

Plus en détail

La promotion immobilière privée

La promotion immobilière privée La promotion immobilière privée La promotion immobilière privée en Bretagne Romantique est peu active, comme dans l ensemble des territoires périurbains. Les promoteurs restent prudents à lancer de nouveaux

Plus en détail

Signature des conventions de délégation des aides à la pierre

Signature des conventions de délégation des aides à la pierre Barberaz Barby Bassens Challes-les-Eaux Chambéry Cognin Curienne Jacob-Bellecombette La Motte-Servolex La Ravoire La Thuile Les Déserts Montagnole Puygros Saint-Alban-Leysse Saint-Baldoph Saint-Cassin

Plus en détail

de l habitat l observatoire La consommation foncière et l artificialisation des sols La lettre de de Maine-et-Loire Octobre 2010 - n 4

de l habitat l observatoire La consommation foncière et l artificialisation des sols La lettre de de Maine-et-Loire Octobre 2010 - n 4 La lettre de l observatoire de l habitat de Maine-et-Loire Octobre 21 - n 4 La consommation foncière et l artificialisation des sols Dans le Plan Départemental de l Habitat approuvé par l État et le Conseil

Plus en détail

PROMOTEUR IMMOBILIER 2010

PROMOTEUR IMMOBILIER 2010 PROMOTEUR IMMOBILIER 2010 03 Qu est-ce Qu un promoteur ImmoBILIer? Le métier de promoteur immobilier consiste à prendre l initiative de réalisations immobilières. Il choisit, dirige et coordonne l ensemble

Plus en détail

Le parc, la demande, les attributions de logements locatifs sociaux dans le grand Sud

Le parc, la demande, les attributions de logements locatifs sociaux dans le grand Sud Le parc, la demande, les attributions de logements locatifs sociaux dans le grand Sud Les Avirons, Étang Salé, Saint Louis, Cilaos, Entre Deux, Le Tampon, Saint Pierre, Petite Île, Saint Joseph, Saint

Plus en détail

Le grenelle de l environnement. Présentation et conséquences

Le grenelle de l environnement. Présentation et conséquences Le grenelle de l environnement Présentation et conséquences Introduction - Le Grenelle de l Environnement regroupe des mesures précises et des dispositions générales qui doivent entrainer sur le court

Plus en détail

Évaluation de l impact économique des résidences secondaires et analyse de leur mise en marché

Évaluation de l impact économique des résidences secondaires et analyse de leur mise en marché Nombre de résidences secondaires par commune en 2006 5 000 à 30 241 (73) 1 000 à 5 000 (325) 100 à 1 000 (3588) 30 à 0à 100 (9811) 30 (22816) Évaluation de l impact économique des résidences secondaires

Plus en détail

LES PRIX IMMOBILIERS

LES PRIX IMMOBILIERS LES PRIX IMMOBILIERS Bilan de l année 2014 Janvier 2015 Cimm Immobilier - Crédit Foncier - Crédit Logement - Crédit Mutuel - Gécina - SeLoger.com - SNPI - Sogeprom 1 LE NOMBRE DE RÉFÉRENCES TRAITÉES PAR

Plus en détail

Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016

Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016 Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016 Historique Le prêt à taux zéro renforcé, PTZ+, était entré en vigueur le 1 er janvier 2011. Il visait à favoriser l accession à la propriété. Réservé aux primo-accédants,

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

2. Vers une meilleure maîtrise de l espace rural

2. Vers une meilleure maîtrise de l espace rural 2. Vers une meilleure maîtrise de l espace rural f Petits collectifs à Francheville cellaire minimal de 500 m² et une hauteur maximale de 12 m. La commune veut également concentrer le développement dans

Plus en détail

L Essentiel. La consommation d espaces agricoles, naturels et forestiers en baisse constante ces 20 dernières années en Seine-et-Marne.

L Essentiel. La consommation d espaces agricoles, naturels et forestiers en baisse constante ces 20 dernières années en Seine-et-Marne. L Essentiel territoires Décembre 2014 La consommation d espaces agricoles, naturels et forestiers en baisse constante ces 20 dernières années en Seine-et-Marne Grâce au millésime 2012 du Mode d Occupation

Plus en détail

LA LOCALISATION DE LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS ENTRE 2005 ET 2007

LA LOCALISATION DE LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS ENTRE 2005 ET 2007 LA LOCALISATION DE LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS ENTRE 2005 ET 2007 En 2007, 431 000 logements neufs ont été mis en chantier. Depuis 2004, on observe une forte accélération de la construction neuve.

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social LOGEMENT SOCIAL - Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : aucun - Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 2 Offices publics de l Habitat (Département de Loire-Atlantique et

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT Général au développement durable n 58 Juillet Conjoncture de l immobilier Résultats au premier trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière au premier

Plus en détail

Tableau de bord interrégional de la construction

Tableau de bord interrégional de la construction Tableau de bord interrégional de la construction Cette étude a été réalisée pour le bureau de l'analyse des secteurs professionnels du MEEDDM par le réseau des Cellules Economiques Régionales de la Construction.

Plus en détail

Communauté d'agglomération de Reims

Communauté d'agglomération de Reims Communauté d'agglomération de Reims Une déprise démographique LA DÉMOGRAPHIE Population Population Population Population variation variation variation en 1982 en 1990 en 1999 en 2007 1982/1990 1990/1999

Plus en détail

Zones de développement à commercialiser

Zones de développement à commercialiser Zones de développement à commercialiser Secteur 1 : une nouvelle dynamique en entrée de Ville. Les Quartiers Est de la Ville de Montauban connaissent depuis 2004 une réelle transformation aboutissant à

Plus en détail

4. Justification du choix de la ZACC

4. Justification du choix de la ZACC 4. 4. JUSTIFICATION DU CHOIX DE LA ZACC... 95 4.1. ANALYSE DES ZONES A AMENAGEMENT COMMUNAL CONCERTE (ZACC)... 95 4.1.1. Les ZACC sur l ensemble de l entité de Namur... 95 4.1.2. Les ZACC reprises en zones

Plus en détail