Contamination des aliments par des moisissures et/ou des mycotoxines : analyse

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contamination des aliments par des moisissures et/ou des mycotoxines : analyse"

Transcription

1 Contamination des aliments par des moisissures et/ou des mycotoxines : analyse 1- Stratégies d échantillonage 2- Conditions de conservation 3- Analyses mycologiques et /ou mycotoxicologiques 4- Analyses biologiques P. Guerre Analyse & Diagnostic 1 Comment évaluer la contamination? Echantillon représentatif: Erreur d échantillonnage Lot/sous lot Echantillon élémentaire/échantillon global Echantillon de laboratoire/prise d essai Méthodes de mesure: Erreur de mesure Méthode Sensibilité (LD, LQ) Spécificité ELISA +/- +/- HPLC UV/Fluo ++(+) ++(+) HPLC SM +++(+)

2 Echantillonage P. Guerre Analyse & Diagnostic 3 Echantillonage 10 kg??? => 1 kg Fonction des objectifs P. Guerre Analyse & Diagnostic 4 2

3 Conservation des prélèvements Mycotoxines, spores résistent à la congélation Problèmes d interprétation des flores Activité hydrique extemporanément??? Echantillothèques des usines de fabrication P. Guerre Analyse & Diagnostic Analyses mycologiques et /ou mycotoxicologiques Analyse Avantages Inconvénients Examen macroscopique microscopique - Identification des genres possible Ergostérol - Toute contamination fongique détectée - Moyennement quantitatif Flore (identification en culture des espèces) - Identification d une flore potentiellement toxinogène Détection ELISA ou - Spécifique & Quantitatif CCM des - Sensibilité suffisante (ppm) mycotoxines - N valeurs, analyse statistique Détection HPLC des - Spécifique & Quantitatif mycotoxines - Très sensible (ppb) - N valeurs, analyse statistique Détection CPG/SM - Spécifique & Quantitatif des mycotoxines - Très sensible (ppt) - Plusieurs analyses groupées - Peu sensible - Pas réalisable sur aliments préparés ou congelés - Peu d information sur la toxicité de l aliment - Difficulté d interprétation - Pas de différentiation d une flore banale d une flore potentiellement toxinogène - Aucune information sur la toxicité de l aliment - Faux positifs avec levures - Faux négatifs assez fréquents (destruction de la moisissure mais pas des mycotoxines pendant la préparation de l aliment) - Difficilement réalisable sur aliments congelés - Aucune information sur la toxicité de l aliment - Moyennement onéreux - Différentes analyses pour chaque mycotoxine - Onéreux - Différentes analyses pour chaque mycotoxine - Très onéreux - Adapté à une recherche ponctuelle tous azimuts, pas à des études P. Guerre Analyse & Diagnostic 6 3

4 Comment évaluer l'exposition? Fréquence * maïs n région x Fréquence * blé n+1 région y Moy: 842 P9: 2726 Pire cas: 800 DON (µg/kg) Moy: 37 P9: 100 Pire cas: 8996 DON (µg/kg) Comment évaluer l'exposition? Matières premières (%) Poulet standard Démarrage Croissance Retrait Maïs Blé T. soja Autres <10 <10 <10 CMV Total Contributeur majeur/contributeur mineur (peu contaminé, peu abondant) Matières Poulet standard premières Démarrage Croissance Retrait Moy P9 Max Moy P9 Max Moy P9 Max Maïs Blé Recommandation 2006/76/CE: céréales et dérivés/maïs: 8000/12000 µg/kg DON aliment volailles 000 µg/kg DON 4

5 Méthodes biologiques Analyse Avantages Inconvénients Tests biologiques non spécifiques - Limité aux trichothécènes dermonécrosants (toxine T2, - Révèle les effets cumulés de plusieurs déoxynivalénol, nivalénol, diacétoxyscirpénol, ) mycotoxines ayant les mêmes mécanismes - Semi-quantitatif et peu sensible (plus adapté à un d action diagnostic de mycotoxicose qu à la détermination d un niveau ) Biochimie classique - Non spécifique (aide au diagnostic) Marqueurs biologiques spécifiques - Spécifique - Moyennement onéreux - Eventuellement prédictif Sérologie protéines - Moyennement spécifique Formule +/- - Approche globale rep. Immune numération - Réfrigération prélèvements Poids carcasses et organes - Non spécifique - Adapté à un diagnostic de mycotoxicose pas à la détermination d un niveau => nécessite de grands nombres - Pour toxines perturbant le métabolisme des sphingolipides (fumonisines et précurseurs, AALtoxines, sphingofungines ) - Fortes variations individuelles chez canard - Nécessite une validation chez la dinde - Peu spécifique - Sensibilité variable (fibrinogène/ig) - Non spécifique - Pas de congélation - Coût variable - Simple - Peu spécifique et peu sensible - Nécessite autopsie P. Guerre Analyse & Diagnostic 9 Conclusions Diagnostic difficile Bien réfléchir aux objectifs Savoir ce que l on cherche Connaître les limites de chaque paramètre P. Guerre Analyse & Diagnostic 10

Les mycotoxines. Jean-Denis Bailly Mycotoxicologie ENVT. Définition? Composé toxique produit par des moisissures. champignons microscopiques

Les mycotoxines. Jean-Denis Bailly Mycotoxicologie ENVT. Définition? Composé toxique produit par des moisissures. champignons microscopiques Les mycotoxines Jean-Denis Bailly Mycotoxicologie ENVT Définition? Composé toxique produit par des moisissures champignons microscopiques 1 Historique Impact des mycotoxines en santé humaine Ergotisme:

Plus en détail

Toutes les méthodes d analyses rapides peuvent être théoriquement appliquées pour la plupart des bactéries pathogènes.

Toutes les méthodes d analyses rapides peuvent être théoriquement appliquées pour la plupart des bactéries pathogènes. Ces analyses permettent de vérifier la salubrité et la qualité hygiénique des denrées périssables que l on remet au consommateur. Elles doivent donc être représentatives des produits que l on remet au

Plus en détail

Détection des allergènes dans le vin

Détection des allergènes dans le vin Détection des allergènes dans le vin Trois allergènes Caséine Ovalbumine Lysozyme Deux techniques mises en œuvre ELISA LC-MS/MS ELISA 4 kits commerciaux mis en œuvre Protocole extraction adapté Protocole

Plus en détail

Les Traitements Thermiques Pasteurisation et Stérilisation

Les Traitements Thermiques Pasteurisation et Stérilisation Les Traitements Thermiques Pasteurisation et Stérilisation Ce sont les opérations unitaires les plus répandues en agroalimentaire. Il y a deux objectifs: assure la qualité hygiénique du produit et préserver

Plus en détail

Lieu du prélèvement. Si non satisfaisant ---> Impropre à la consommation Rappel Retrait

Lieu du prélèvement. Si non satisfaisant ---> Impropre à la consommation Rappel Retrait Code Client : Z132 Raphaéle MORIN - LA Paupiette de Veau Four Date de fabrication 19/06/2014 Température à réception ( C) 3.1 Température à cœur ( C) 74.0 D.L.C. 23/06/2014 Paramètres Hygiène des procédés

Plus en détail

La validation de barème des produits appertisés

La validation de barème des produits appertisés La validation de barème des produits appertisés Animée par Fabien AUPY Expert PCAM ( du CTCPA Centre Technique de la Conservation des Produits agricoles) UTICA, le 12 novembre 2013 Programme financé par

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

MYCOTOXINES : changements règlementaires et analytiques

MYCOTOXINES : changements règlementaires et analytiques MYCOTOXINES : changements règlementaires et analytiques E. MARENGUE ( LDA22 ) et S. HULOT ( IDAC ) PLAN 1) La problématique 2) Les évolutions règlementaires 3) L échantillonnage : étape clé 4) Les techniques

Plus en détail

PREPARATION AU GAVAGE ET GAVAGE

PREPARATION AU GAVAGE ET GAVAGE PREPARATION AU GAVAGE ET GAVAGE Principaux facteurs clés de réussite Bazas, le 23 mars 2012 1 LE CONSTAT TRANSITION ELEVAGE GAVAGE Le canard change d environnement L alimentation libre se transforme en

Plus en détail

Enquête mycotoxines : la contamination des blés en France depuis 2010

Enquête mycotoxines : la contamination des blés en France depuis 2010 Enquête mycotoxines : la contamination des blés en France depuis 21 Pour la première fois, NEOVIA publie, en collaboration avec le laboratoire d analyse LABOCEA (ex LDA 22) les résultats de son enquête

Plus en détail

Estimateur et Estimation Prof Franck Bonnetain Unité de méthodologie & de qualité de vie en cancérologie (EA3181) CHRU Besançon

Estimateur et Estimation Prof Franck Bonnetain Unité de méthodologie & de qualité de vie en cancérologie (EA3181) CHRU Besançon PACES - APEMK UE 4 Evaluation des méthodes d analyses appliquées aux sciences de la vie et de la santé Estimateur et Estimation Prof Franck Bonnetain Unité de méthodologie & de qualité de vie en cancérologie

Plus en détail

Qualité de l air intérieur

Qualité de l air intérieur RÉGLEMENTATION Qualité de l air intérieur Plusieursétudes,dontcellesdel ObservatoiredelaQualitédel AirIntérieur, ontmontréquel airquenousrespironspeutêtrecinq à dix fois plus pollué à l intérieur qu à

Plus en détail

Définition. Exploration biologique de l inflammation. Inflammation aigue. Rougeur Douleur Chaleur Oedème. Cathy Trumel

Définition. Exploration biologique de l inflammation. Inflammation aigue. Rougeur Douleur Chaleur Oedème. Cathy Trumel Définition Exploration biologique de l inflammation Cathy Trumel Réaction complexe à une agression : Réponse vasculaire Activation leucocytaire Réactions systémiques Inflammation aigue / chronique Aigue

Plus en détail

Cahier des charges cadre pour la farine de blé tendre destinée à la panification en boulangerie

Cahier des charges cadre pour la farine de blé tendre destinée à la panification en boulangerie Circulaire n 5595 7 juillet 2011 Gestion de l entreprise Fabrication Réglementation hygiénique et sanitaire 7 0 5 Dossier suivi par : Flavie SOUPLY Ligne directe : 01.43.59.45.08 Mail : f.souply@anmf.glaboetie.org

Plus en détail

LES RISQUES LIES AUX MOISISSURES

LES RISQUES LIES AUX MOISISSURES LES RISQUES LIES AUX MOISISSURES 1. GENERALITES 2. DEFINITIONS ET MODES D ACTION DES MYCOTOXINES 3. LES MYCOTOXINES 4. MYCOTOXINES DANS LES ALIMENTS 5. LUTTE CONTRE LES MYCOTOXINES LES RISQUES LIES AUX

Plus en détail

Optimisation de la formulation et du procédé pour atteindre une durée de vie : Bacillus cereus pour un nouveau produit

Optimisation de la formulation et du procédé pour atteindre une durée de vie : Bacillus cereus pour un nouveau produit Optimisation de la formulation et du procédé pour atteindre une durée de vie : Bacillus cereus pour un nouveau produit Catherine DENIS ADRIA Normandie Dominique THUAULT ADRIA Développement Bacillus cereus

Plus en détail

Avantages et inconvénients

Avantages et inconvénients GESTION DU RISQUE M Y C O T O X I N E S Marqueurs biologiques liés aux mycotoxines Avantages et inconvénients Christina Schwab Chef de produit, Gestion du risque mycotoxines 2 Christina Schwab Chef de

Plus en détail

Les conséquences sanitaires de l exposition aux moisissures

Les conséquences sanitaires de l exposition aux moisissures Les conséquences sanitaires de l exposition aux moisissures P. Germaud Les défis bâtiments & santé, 24 mai 2012 Prévention: objectif prioritaire Voies respiratoires particulièrement vulnérables Voies aériennes

Plus en détail

Dosage des résidus de pesticides dans les vins

Dosage des résidus de pesticides dans les vins Dosage des résidus de pesticides dans les vins Molécules dosées, teneurs retrouvées. S. LA GUERCHE Responsable Développement Laboratoire SARCO L activité SARCO Analyses œnologiques Microbiologie Contaminants

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS 2015-2016

CATALOGUE DES FORMATIONS 2015-2016 CATALOGUE DES FORMATIONS 2015-2016 AVIP LE LE CENTRE Créé en 1962, AVIPOLE FORMATION a formé plus de 1500 techniciens et plusieurs milliers d éleveurs et de salariés avicoles. Il contribue ainsi au développement

Plus en détail

ESSAIS COMPARATIFS DE STABILITE DIMENSIONNELLE SUR PARQUET CHENE CONTRECOLLE MASSIF ET MASSIF 3 PLIS

ESSAIS COMPARATIFS DE STABILITE DIMENSIONNELLE SUR PARQUET CHENE CONTRECOLLE MASSIF ET MASSIF 3 PLIS ESSAIS COMPARATIFS DE STABILITE DIMENSIONNELLE SUR PARQUET CHENE CONTRECOLLE MASSIF ET MASSIF 3 PLIS 04/03/2014 Pour le compte de : Oakwood Import ZA La Croix Blanche 46200 Lachapelle-Auzac Contact : PFT

Plus en détail

IMPACT DE LA QUALITE FONGIQUE ET MYCOTOXIQUE DE L ALIMENT SUR LA PRODUCTION DE PINTADES ET DE PALMIPEDES GRAS

IMPACT DE LA QUALITE FONGIQUE ET MYCOTOXIQUE DE L ALIMENT SUR LA PRODUCTION DE PINTADES ET DE PALMIPEDES GRAS IMPACT DE LA QUALITE FONGIQUE ET MYCOTOXIQUE DE L ALIMENT SUR LA PRODUCTION DE PINTADES ET DE PALMIPEDES GRAS Arturo-Schaan Marisela 1, Clement Francis 1, Guerre Philippe 2 1 CCPA, Z.A. Nord-Est du Bois

Plus en détail

PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES

PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES Laboratoire Vétérinaire et Alimentaire Départemental 54 PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES Principe : Démarche de diagnostic différentiel des avortements de bovins selon un protocole commun Meuse - Moselle

Plus en détail

PROTECTION DES GASOIL ET FUELS DES PROLIFÉRATIONS BACTÉRIENNES ET FONGIQUES. Raffinerie Allemande (confidentiel)

PROTECTION DES GASOIL ET FUELS DES PROLIFÉRATIONS BACTÉRIENNES ET FONGIQUES. Raffinerie Allemande (confidentiel) DOSSIER TECHNIQUE SELD 1, Rue Marius Berliet 69720 ST BONNET DE MURE PROTECTION DES GASOIL ET FUELS DES PROLIFÉRATIONS BACTÉRIENNES ET FONGIQUES Compte Rendu de l utilisation de l EXP55 O en Raffinerie

Plus en détail

REGLEMENT INCO PLANNING

REGLEMENT INCO PLANNING REGLEMENT INCO PLANNING Les points clés de l'inco Le règlement n 1169/2011 (aussi appelé INCO) concernant l'information des consommateurs sur les denrées alimentaires, impose l'affichage d'informations

Plus en détail

Intérêts nutritionnels et sanitaires des produits de l agriculture biologique

Intérêts nutritionnels et sanitaires des produits de l agriculture biologique Intérêts nutritionnels et sanitaires des produits de l agriculture biologique Denis Lairon,Directeur de recherche INSERM UMR 1260-INRA / 1025-INSERM Université de la Méditerranée Nutrition humaine Marseille,

Plus en détail

Evolutions du Système de Management de la Qualité dans les Industries de Nutrition Animale. Pascal LE PAIH

Evolutions du Système de Management de la Qualité dans les Industries de Nutrition Animale. Pascal LE PAIH Evolutions du Système de Management de la Qualité dans les Industries de Nutrition Animale Pascal LE PAIH SOMMAIRE MANAGEMENT DE LA QUALITE DANS LES INDUSTRIES DE NUTRITION ANIMALE PLAN DE SURVEILLANCE

Plus en détail

Cours Plans. leur mesure. Cours plan d expérience sur la mesure. Type : L8(7 fact * 2 niv)

Cours Plans. leur mesure. Cours plan d expérience sur la mesure. Type : L8(7 fact * 2 niv) Type : L8(7 fact * 2 niv) Nb essais (NE) : 8 Nb facteurs (NFc) : 7 Nb interactions (Nint) 1 2 3 4 5 6 7 Essai Facteurs contrôlés N A B C D E F G 1 1 1 1 1 1 1 1 2 1 1 1 2 2 2 2 3 1 2 2 1 1 2 2 4 1 2 2

Plus en détail

Goûts moisis terreux (GMT)

Goûts moisis terreux (GMT) Institut Français de de la la Vigne et et du du Vin Vin Goûts moisis terreux (GMT) Origines Microbiologiques Laurence GUERIN Fabienne Guyot Béatrice VINCENT Institut Français de la Vigne et du Vin www.itvfrance.com

Plus en détail

L anisométropie. Anisométropie et aniséïconie. L anisométropie. L anisométropie. L anisométropie. L aniséïconie. Alain Péchereau

L anisométropie. Anisométropie et aniséïconie. L anisométropie. L anisométropie. L anisométropie. L aniséïconie. Alain Péchereau nisométropie et aniséïconie lain Péchereau nisométropie Différence de réfraction entre les deux yeux 1 pour l anisométropie sphérique 0,75 pour l anisométropie astigmate et/ou qu il y ait une différence

Plus en détail

Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien

Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien Samuel Caillou Division Climat, Equipements et Performance Energétique CSTC - Mesure des débits 1 Kitchen Toilet

Plus en détail

Evaluation du risque infectieux viral hématogène lié à la non stérilisation entre chaque patient des porte-instruments rotatifs en chirurgie dentaire

Evaluation du risque infectieux viral hématogène lié à la non stérilisation entre chaque patient des porte-instruments rotatifs en chirurgie dentaire Evaluation du risque infectieux viral hématogène lié à la non stérilisation entre chaque patient des porte-instruments rotatifs en chirurgie dentaire J.M. Thiolet, P. Bernillon, F. Lot, F. L Hériteau,

Plus en détail

DESC Allergologie Rhône Alpes Auvergne 11 mai 2012 François Payot LA CONSULTATION D ALLERGOLOGIE PARTICULARITÉS PÉDIATRIQUES

DESC Allergologie Rhône Alpes Auvergne 11 mai 2012 François Payot LA CONSULTATION D ALLERGOLOGIE PARTICULARITÉS PÉDIATRIQUES DESC Allergologie Rhône Alpes Auvergne 11 mai 2012 François Payot LA CONSULTATION D ALLERGOLOGIE PARTICULARITÉS PÉDIATRIQUES La Théorie Les tests d allergie chez l enfant: Pourquoi, Pour qui, Quand, et

Plus en détail

Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive

Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 28 octobre 2012 Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive Les statistiques de la semaine passée devraient avoir levé les derniers

Plus en détail

SYNDICAT NATIONAL DES FABRICANTS DE PRODUITS SURGELES ET CONGELES

SYNDICAT NATIONAL DES FABRICANTS DE PRODUITS SURGELES ET CONGELES SYNDICAT NATIONAL DES FABRICANTS DE PRODUITS SURGELES ET CONGELES RECOMMANDATIONS DE CRITÈRES MICROBIOLOGIQUES DES PRODUITS SURGELÉS ET CONGELÉS I. INTRODUCTION Le Règlement (CE) n 2073/2005 concernant

Plus en détail

Bricolage : Fonctionnement des Poignées (article présenté par "Loops" : stephane.bazin @ orange.fr)

Bricolage : Fonctionnement des Poignées (article présenté par Loops : stephane.bazin @ orange.fr) Extrait de Slot Fanzine #3 - Février 2008 Bricolage : Fonctionnement des Poignées (article présenté par "Loops" : stephane.bazin @ orange.fr) 1 >> La poignée démystifiée

Plus en détail

Professeur Joël LUNARDI

Professeur Joël LUNARDI Biochimie - Biologie moléculaire Chapitre 9 : Applications médicales Professeur Joël LUNARDI MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 9. APPLICATIONS

Plus en détail

Intérêt du dosage des marqueurs immunologiques dans le diagnostic du DT1 et LADA

Intérêt du dosage des marqueurs immunologiques dans le diagnostic du DT1 et LADA Intérêt du dosage des marqueurs immunologiques dans le diagnostic du DT1 et LADA R Raache Service d immunologie, Institut Pasteur d Algérie IPA Faculté des Sciences Biologiques (USTHB) I- Introduction

Plus en détail

Production et législation des levures biologiques différences entre les levures sèches actives biologiques et traditionnelles

Production et législation des levures biologiques différences entre les levures sèches actives biologiques et traditionnelles Production et législation des levures biologiques différences entre les levures sèches actives biologiques et traditionnelles Rudolf Kreuz Journée d information oenologique 16 janvier 2015 Lausanne Procédé

Plus en détail

Association BACLOFÈNE

Association BACLOFÈNE Faire connaître et reconnaître l'efficacité et l'innocuité du Baclofène dans le traitement de la maladie alcoolique Résultats des essais Nalmefène/Placebo Ces résultats sont la traduction en français de

Plus en détail

12/ Infections chez la femme enceinte

12/ Infections chez la femme enceinte SEMESTRE 3 UE 2.5.S3 Processus inflammatoires et infectieux 12/ Infections chez la femme enceinte Mêmes infections que dans population non obstétricale Bactériennes: infections urinaires, syphilis, streptocoque

Plus en détail

Etude bactériologique comparative de viande bovine d Argentine emballée sous vide et de viande Blanc-Bleu Belge

Etude bactériologique comparative de viande bovine d Argentine emballée sous vide et de viande Blanc-Bleu Belge Etude bactériologique comparative de viande bovine d Argentine emballée sous vide et de viande Blanc-Bleu Belge Etude réalisée par le LNR Microbiologie des Denrées alimentaires. Dr. Nadine Botteldoorn,

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS 2014-2015

CATALOGUE DES FORMATIONS 2014-2015 CATALOGUE DES FORMATIONS 2014-2015 AVIP LE LE CENTRE Créé en 1962, AVIPOLE FORMATION a formé plus de 1500 techniciens et plusieurs milliers d éleveurs et de salariés avicoles. Il contribue ainsi au développement

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE MATHÉMATIQUES. Spécialité : BIOTECHNOLOGIES

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE MATHÉMATIQUES. Spécialité : BIOTECHNOLOGIES BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Session 2015 Jeudi 18 juin 2015 MATHÉMATIQUES Série : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LABORATOIRE Spécialité : BIOTECHNOLOGIES Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 4 Calculatrice

Plus en détail

GROUPE CONSULTATIF TECHNIQUE SUR LES DOCUMENTS DE VOYAGE LISIBLES À LA MACHINE QUINZIÈME RÉUNION. Montréal, 17 21 mai 2004

GROUPE CONSULTATIF TECHNIQUE SUR LES DOCUMENTS DE VOYAGE LISIBLES À LA MACHINE QUINZIÈME RÉUNION. Montréal, 17 21 mai 2004 TAG-MRTD/15-WP/17 27/4/04 GROUPE CONSULTATIF TECHNIQUE SUR LES DOCUMENTS DE VOYAGE LISIBLES À LA MACHINE QUINZIÈME RÉUNION Montréal, 17 21 mai 2004 Point 2 : Rapport du Groupe de travail sur le contenu

Plus en détail

ACCORD CADRE DENREES ISSUES AGRICULTURE BIOLOGIQUE SERVICE RESTAURATION DU GRAND CAHORS

ACCORD CADRE DENREES ISSUES AGRICULTURE BIOLOGIQUE SERVICE RESTAURATION DU GRAND CAHORS ACCORD CADRE DENREES ISSUES AGRICULTURE BIOLOGIQUE SERVICE RESTAURATION DU GRAND CAHORS Le service restauration du grand Cahors 2 cuisines centrales : EHPAD, Scolaire, ALSH 32 écoles, 5 ALSH, 5 EHPAD +

Plus en détail

Notice d emploi Détecteur de fuites PCE-LD 1 pour les systèmes de réfrigération et climatisation

Notice d emploi Détecteur de fuites PCE-LD 1 pour les systèmes de réfrigération et climatisation C/ Mayor, 53 - Bajo 02500 Tobarra Albacete-España Tel. : +34 967 543 548 Fax: +34 967 543 542 info@pce-iberica.es Notice d emploi Détecteur de fuites PCE-LD 1 pour les systèmes de réfrigération et climatisation

Plus en détail

A CONCEPTION DES LOCAUX LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN

A CONCEPTION DES LOCAUX LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN A CONCEPTION DES LOCAUX B ENTRETIEN DES LOCAUX 1. ENTRETIEN DES SOLS ET SURFACES 2. ENTRETIEN DES EQUIPEMENTS

Plus en détail

Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales

Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Service de Virologie, Hôpitaux Universitaires Paris-Sud Faculté

Plus en détail

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire Table des matières Liste des tableaux... XIII I Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire 1 Les glucides... 3 Les différents types de glucides... 3 Classification biochimique (3). Classification

Plus en détail

MAITRE D OUVRAGE. Juillet / Août 2010 - Version 1.0 MAITRE D ŒUVRE

MAITRE D OUVRAGE. Juillet / Août 2010 - Version 1.0 MAITRE D ŒUVRE MAITRE D OUVRAGE Micro-Humus Laboratoire 88 rue St Julien 54000 Nancy ANALYSE BIOLOGIQUE DE POTENTIEL METHANOGENE SPECIFIQUE TEST DE FERMENTATIION Juillet / Août 2010 - Version 1.0 MAITRE D ŒUVRE agrikomp

Plus en détail

Rencontre sur les performances sociales. Spécificités d une IMF du Nord (exemple de l adie)

Rencontre sur les performances sociales. Spécificités d une IMF du Nord (exemple de l adie) Rencontre sur les performances sociales Spécificités d une IMF du Nord (exemple de l adie) Dimension 1 Indicateurs de performance sociale A. Une dimension déjà bien prise en compte (veille mensuelle sur

Plus en détail

ETUDES. Intérêt de la traçabilité en industrie agro-alimentaire. Pascal GARRY

ETUDES. Intérêt de la traçabilité en industrie agro-alimentaire. Pascal GARRY ETUDES Intérêt de la traçabilité en industrie agro-alimentaire Pascal GARRY CTSCCV - 7 avenue du Général de Gaulle - 94704 Maisons-Alfort Cedex «Alimentation sous haute surveillance», «Faut-il avoir peur

Plus en détail

Contrôles bactériologiques des productions pharmaceutiques en milieu hospitalier

Contrôles bactériologiques des productions pharmaceutiques en milieu hospitalier Contrôles bactériologiques des productions pharmaceutiques en milieu hospitalier Dominique Blanc Division autonome de médecine préventive hospitalière Centre Hospitalier Universitaire Vaudois CHUV/DAMPH/Cours/DB/Ctrl_bac_productions_pharm.ppt

Plus en détail

IMPACT DES FUMONISINES SUR LA CROISSANCE ET LE GAVAGE DU CANARD MULARD

IMPACT DES FUMONISINES SUR LA CROISSANCE ET LE GAVAGE DU CANARD MULARD IMPACT DES FUMONISINES SUR LA CROISSANCE ET LE GAVAGE DU CANARD MULARD P. Guerre 1, D.Tardieu 1, JD. Bailly 1, A. Auvergne 2, G. Benard 1, R. Babilé 2 1 ENVT, 23 Chemin des Capelles, 31076 Toulouse, France

Plus en détail

Manuel pratique à l attention des éleveurs

Manuel pratique à l attention des éleveurs Manuel pratique à l attention des éleveurs Infos et contact Allée des artisans 2 5590 ciney Tel : 083 / 23 05 15 - Fax : 083 / 23 05 16 www.arsia.be éditeur responsable : Jean Detiffe, Président de l Arsia

Plus en détail

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012 SEPTEMBRE 2012 PRAIRIES Luzerne : limiter les mauvaises herbes p. 3 Ravageurs : une lutte surtout agronomique p. 6 MAÏS Tasser et protéger le silo pour éviter l'entrée d'air p. 8 Ajuster la ration des

Plus en détail

CQP Conduite de procédé de fabrication en biotechnologies

CQP Conduite de procédé de fabrication en biotechnologies CQP Conduite de procédé de fabrication en biotechnologies Page 1 Référentiel de compétences 2 2 Passerelles avec les autres CQP 6 3 Indications sur le référentiel de formation 7 4 - Mise en relation des

Plus en détail

Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique. Dr C Bradstreet Service de médecine interne SEMINAIRES IRIS

Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique. Dr C Bradstreet Service de médecine interne SEMINAIRES IRIS Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique Dr C Bradstreet Service de médecine interne Séminaire des services d urgence Campus Érasme Définition Pathologie acquise

Plus en détail

Mythes, croyances et réalités

Mythes, croyances et réalités Mythes, croyances et réalités Michel Vignola, agr., M. Sc., Nutreco Canada Agresearch L objectif de l exposé suivant est d introduire la problématique en précisant le vocabulaire de base et en brossant

Plus en détail

NOTE D APPLICATIONS AN141010. Mesure de l épaisseur des parois métalliques épaisses par la méthode des courants de Foucault

NOTE D APPLICATIONS AN141010. Mesure de l épaisseur des parois métalliques épaisses par la méthode des courants de Foucault SCIENSORIA NOTE D APPLICATIONS AN141010 Mesure de l épaisseur des parois métalliques épaisses par la méthode des courants de Foucault 1 Introduction Pour la mesure des épaisseurs métalliques, les méthodes

Plus en détail

ssentials DESIGNED DOG for your www.delimill.ch

ssentials DESIGNED DOG for your www.delimill.ch e ssentials DESIGNED DOG www.delimill.ch for your Le siège social de la société est basé à Luzern en Suisse. Les actionnaires fondateurs de la société ont de nombreuses années d éxpérience dans le domaine

Plus en détail

Atelier Évaluation des risques. Gordon Hayburn Directeur technique, Sécurité agroalimentaire QMI-SAI Global

Atelier Évaluation des risques. Gordon Hayburn Directeur technique, Sécurité agroalimentaire QMI-SAI Global Bienvenue Atelier Évaluation des risques Gordon Hayburn Directeur technique, Sécurité agroalimentaire QMI-SAI Global Analyse du risque Évaluation du risque (quantitative) Quel est le degré de risque? Quels

Plus en détail

«Le devenir des stagiaires FSE» Interprétation des données récoltées par sondage. Christine Hesse Directrice Scientifique Sonecom

«Le devenir des stagiaires FSE» Interprétation des données récoltées par sondage. Christine Hesse Directrice Scientifique Sonecom «Le devenir des stagiaires FSE» Interprétation des données récoltées par sondage Christine Hesse Directrice Scientifique 14 octobre 2015 Comment évaluer des programmes de formation Choix méthodologique

Plus en détail

REFLEXIONS SUR LE PORT DES GANTS EN INDUSTRIE ALIMENTAIRE

REFLEXIONS SUR LE PORT DES GANTS EN INDUSTRIE ALIMENTAIRE REFLEXIONS SUR LE PORT DES GANTS EN INDUSTRIE ALIMENTAIRE Document préparé par Albert AMGAR, asept@asept.asso.fr Ce document fait suite à celui sur l organisation du lavage des mains et disponible au format

Plus en détail

Mise en œuvre du Global Process Control pour la surveillance et le diagnostic de process automobiles

Mise en œuvre du Global Process Control pour la surveillance et le diagnostic de process automobiles En coopération avec Mise en œuvre du Global Process Control pour la surveillance et le diagnostic de process automobiles Standards Certification Education & Training Publishing Conferences & Exhibits D.

Plus en détail

Centre National de Référence de la Syphilis www.cnr-syphilis.fr

Centre National de Référence de la Syphilis www.cnr-syphilis.fr Centre National de Référence de la Syphilis www.cnr-syphilis.fr CNR Syphilis Service de Dermatologie Vénéréologie Hôpital Cochin Pavillon Gustave Roussy, Laboratoire de Dermatologie Etage 4, porte 405-8,

Plus en détail

Vers des essais Inter-Laboratoires en hydrobiologie

Vers des essais Inter-Laboratoires en hydrobiologie Vers des essais Inter-Laboratoires en hydrobiologie Spécificités des méthodes hydrobiologiques, objectifs et faisabilité des EIL Nina Dagens, Christian Chauvin Irstea Centre de Bordeaux Avec la collaboration

Plus en détail

Informations importantes

Informations importantes Informations importantes Dernière semaine de cours (semaine du 12 au 16 décembre) Lundi 12 décembre, cours avec T. Mout en F111 (8h30-10h30: groupe1; 10h30-12h30: groupe 2): séance sur l examen de l an

Plus en détail

Quel équilibre entre protéines animales et végétales pour une alimentation durable?

Quel équilibre entre protéines animales et végétales pour une alimentation durable? Quel équilibre entre protéines animales et végétales pour une alimentation durable? Didier RÉMOND, Unité de Nutrition Humaine, Clermont-Fd SIA 2015 26/03/2015.01 Gaz à effet de serre H2O Biodiversité Alloca)on

Plus en détail

Guide de l utilisateur. Global Analyser EXCESS RETURN. Investments tools make all difference

Guide de l utilisateur. Global Analyser EXCESS RETURN. Investments tools make all difference Guide de l utilisateur Global Analyser EXCESS RETURN Investments tools make all difference Global Analyser Guide de l utilisateur 1. Le sommaire 3 2. Les différentes sections 4 La section valorisation

Plus en détail

Intérêt de l ATP-métrie pour la validation et l optimisation du nettoyage-désinfection dans le secteur abattage-découpe

Intérêt de l ATP-métrie pour la validation et l optimisation du nettoyage-désinfection dans le secteur abattage-découpe Intérêt de l ATP-métrie pour la validation et l optimisation du nettoyage-désinfection dans le secteur abattage-découpe Brice MINVIELLE Yannick RUGRAFF L e problème des opérations de nettoyage et de désinfection

Plus en détail

Science et technique. Qualité, DLC et challenges tests. Viande hachée artisanale

Science et technique. Qualité, DLC et challenges tests. Viande hachée artisanale CHRISTIEANS.qxd 15/11/2005 10:44 Page 163 Qualité, DLC et challenges tests Durant les trois dernières décennies, l industrie de la viande fraîche a beaucoup changé ainsi que le comportement des consommateurs.

Plus en détail

La qualité du diagnostic des bactériémies

La qualité du diagnostic des bactériémies La qualité du diagnostic des bactériémies Aout 2014 Rappels préalables Le sang est un milieu normalement stérile Un état bactériémique se caractérise par le passage répété de micro organismes dans le sang

Plus en détail

Guide d alimentation de la dinde reproductrice médium et lourde

Guide d alimentation de la dinde reproductrice médium et lourde NU Version Aviagen Turkeys Limited Chowley Five, Chowley Oak Business Park, Tattenhall, Cheshire CH 9GA Tel: + ()89 77 Fax: + ()89 779 Email: turkeysltd@aviagen.com Guide d alimentation de la dinde reproductrice

Plus en détail

Terrains de grands jeux en gazon synthétique & Terrains de grands jeux stabilisés mécaniquement RAPPORT D ESSAIS LABORATOIRE N R141584-A1

Terrains de grands jeux en gazon synthétique & Terrains de grands jeux stabilisés mécaniquement RAPPORT D ESSAIS LABORATOIRE N R141584-A1 RAPPORT D ESSAIS Normes NF P90112 (2008) & XP P90111 (1998) Terrains de grands jeux en gazon synthétique & Terrains de grands jeux stabilisés mécaniquement GRAVE DRAINANTE 0/20 MM JOHANN DÜRO GMBH & CO

Plus en détail

Problématique vue par un médecin

Problématique vue par un médecin Séminaire Bâtiment & Santé Problématique vue par un médecin RISQUES SANITAIRES LIÉS AUX MOISISSURES DOMESTIQUES Anne TOTET Professeur des universités praticien hospitalier Chef de service de Parasitologie

Plus en détail

Principes d évaluation du risque chimique en sécurité alimentaire

Principes d évaluation du risque chimique en sécurité alimentaire Principes d évaluation du risque chimique en sécurité alimentaire Pr D Parent-Massin Laboratoire de Toxicologie Alimentaire et Cellulaire EA 3880 Université de Bretagne Occidentale RISQUE Le risque est

Plus en détail

Gramitherm Panneaux d isolation en herbe

Gramitherm Panneaux d isolation en herbe Gramitherm Panneaux d isolation en herbe Documentation technique Été 2009 Informations générales sur la matière première et le procédé Informations générales sur le produit Homologation technique européenne

Plus en détail

AIH - Aspergilloses. L'Aspergillose

AIH - Aspergilloses. L'Aspergillose 20/04/2015 MASSA Jacques François L2 CR : BRASSIER Julia. Digestif Professeur Ranque 6 pages AIH - Aspergilloses Plan A. Introduction B. Pathogénicité C. Mise en évidence de l'aspergillose D. Les différentes

Plus en détail

Hépatites virales. Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques. Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba

Hépatites virales. Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques. Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba Hépatites virales Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba Journées de Biologie Clinique Necker Institut Pasteur 2010 Mercredi 20 janvier 20 Difficultés

Plus en détail

La formation des IDE de réanimation. Dr Alain LEPAPE Soins critiques (Réa chirurgicale + Réa Médicale + USC) CHU Lyon Sud

La formation des IDE de réanimation. Dr Alain LEPAPE Soins critiques (Réa chirurgicale + Réa Médicale + USC) CHU Lyon Sud La formation des IDE de réanimation Dr Alain LEPAPE Soins critiques (Réa chirurgicale + Réa Médicale + USC) CHU Lyon Sud Pas de conflit d intérêt pour cette présentation Pourquoi une formation spécifique?

Plus en détail

«Prélèvements microbiologiques des endoscopes» Michèle AGGOUNE Marcelle MOUNIER Christian BOUSTIERE

«Prélèvements microbiologiques des endoscopes» Michèle AGGOUNE Marcelle MOUNIER Christian BOUSTIERE «Prélèvements microbiologiques des endoscopes» Michèle AGGOUNE Marcelle MOUNIER Christian BOUSTIERE Paris, 6 Juin 2008 «Les contrôles microbiologiques sont destinés à identifier un risque potentiel de

Plus en détail

SPÉCIFICATIONS DE PRODUIT

SPÉCIFICATIONS DE PRODUIT INT 102 Informations sur le produit Poids unité de vente Conditions de stockage Conservation Apparence Saveur Odeur Texture Teinte SPÉCIFICATIONS DE PRODUIT INTERFROST MOUSSE AU CHOCOLAT BLANC INFORMATIONS

Plus en détail

Evaluation qualitative et quantitative des moisissures présentes dans l atmosphère de quelques habitations en Nouvelle-Calédonie

Evaluation qualitative et quantitative des moisissures présentes dans l atmosphère de quelques habitations en Nouvelle-Calédonie Evaluation qualitative et quantitative des moisissures présentes dans l atmosphère de quelques habitations en Nouvelle-Calédonie Fouquet C.*, Pineau R.**, Amir A.**, Amir H.** * Association d Immuno-Allergologie

Plus en détail

Dossier de validation : Analyse des photo-initiateurs dans le liquide de contact ayant été mis en contact avec des emballages multicouches

Dossier de validation : Analyse des photo-initiateurs dans le liquide de contact ayant été mis en contact avec des emballages multicouches P. : 1/7 Table des matières 1 Introduction...2 2 Processus de la validation...2 3 Plan de la validation...3 4 Résultats de la validation...3 4.1 Spécificité...3 4.1.1 Critère d acceptation...3 4.1.2 Résultats...4

Plus en détail

DISPONIBILITE EN PROTEINES DANS DIFFERENTS PAYS D EUROPE

DISPONIBILITE EN PROTEINES DANS DIFFERENTS PAYS D EUROPE DISPONIBILITE EN PROTEINES DANS DIFFERENTS PAYS D EUROPE Roinsard Antoine 1, Barbara Früh 2, Bernhard Schlatter 2 1 Institut Technique de l Agriculture Biologique, 9 rue André Brouard, 49105, Angers Cedex

Plus en détail

Prévention de la mort subite du nourrisson

Prévention de la mort subite du nourrisson Prévention de la mort subite du nourrisson Sommaire Introduction... 3 Tabagisme pendant la grossesse... 4 Tabagisme après la naissance de l enfant... 6 Position de couchage... 8 Température de la chambre

Plus en détail

Conflits d intérêt. Intérêts financiers : néant. Liens durables ou permanents : néant. Interventions ponctuelles : néant. Intérêts indirects : néant

Conflits d intérêt. Intérêts financiers : néant. Liens durables ou permanents : néant. Interventions ponctuelles : néant. Intérêts indirects : néant Conflits d intérêt Intérêts financiers : néant Liens durables ou permanents : néant Interventions ponctuelles : néant Intérêts indirects : néant Gabriel REBOUX le 20.04.2015 L ACARIEN TRANSPORTEUR D ALLERGÈNES

Plus en détail

Sommaire. Préface... Avant-propos... Le mot des auteurs... Peut-on imaginer un monde sans champignon?... Les cahiers de la biodiversité...

Sommaire. Préface... Avant-propos... Le mot des auteurs... Peut-on imaginer un monde sans champignon?... Les cahiers de la biodiversité... Sommaire Préface.............................................................. Avant-propos....................................................... Le mot des auteurs...............................................

Plus en détail

RÉSUMÉ MOTS-CLÉS mycotoxine «mycos» «toxicum» mycotoxicoses.

RÉSUMÉ MOTS-CLÉS mycotoxine «mycos» «toxicum» mycotoxicoses. RÉSUMÉ MOTS-CLÉS : cochettes, mycotoxines pures, zéaralénone, l'ochratoxine, la contamination naturelle, tuf zéolithique, méthodes d analyse, des changements cliniques, morphologiques, histologiques et

Plus en détail

L approche qualité et les essais sur les bitumes au ministère des transports du

L approche qualité et les essais sur les bitumes au ministère des transports du Transp orts Québec Direction du Laboratoire des chaussées Bitume Québec 15 novembre 2005 L approche qualité et les essais sur les bitumes au ministère des transports du Québec DLC Guy Tourangeau, ing.

Plus en détail

AFFICHEUR DIGITAL ELECTROLUMINESCENT POUR SIGNAL 0-20mA / 4-20mA EXCITATION SIGNAL 24Vcc 2 SORTIES RELAIS ALARMES

AFFICHEUR DIGITAL ELECTROLUMINESCENT POUR SIGNAL 0-20mA / 4-20mA EXCITATION SIGNAL 24Vcc 2 SORTIES RELAIS ALARMES N de série : Réglage affichage à 4mA: Réglage affichage à 20mA: Réglage alarme 1: Réglage alarme 2: AFFICHEUR DIGITAL ELECTROLUMINESCENT POUR SIGNAL 0-20mA / 4-20mA EXCITATION SIGNAL 24Vcc 2 SORTIES RELAIS

Plus en détail

Eléments de stratégie d échantillonnage à l adresse des diagnostiqueurs amiante.

Eléments de stratégie d échantillonnage à l adresse des diagnostiqueurs amiante. Eléments de stratégie d échantillonnage à l adresse des diagnostiqueurs amiante. Essai de détermination du nombre de prélèvements à effectuer lors d un diagnostic amiante afin d assurer une représentativité

Plus en détail

Microbiologie 2 CAP APR MME LAGRANGE PLP DU BUGEY - BELLEY janvier 2012. les toxi-infection alimentaires collectives

Microbiologie 2 CAP APR MME LAGRANGE PLP DU BUGEY - BELLEY janvier 2012. les toxi-infection alimentaires collectives les toxi-infection alimentaires collectives Objectif : Etre capable de caractériser les TIAC afin d être un acteur efficace de leur prévention 1. Analyse d une situation : Drame à Avignon L affaire a commencé

Plus en détail

PROGRAMME DE BIOTECHNOLOGIES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE BIOTECHNOLOGIES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE BIOTECHNOLOGIES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule Les évolutions des biotechnologies dans les domaines de l environnement, de la santé, de

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Ioannis Parissis UFR IMA Laboratoire LIG. Test logiciel

Ioannis Parissis UFR IMA Laboratoire LIG. Test logiciel Test logiciel Objectif et plan du du cours Présenter les concepts de base sur le test logiciel Introduire des techniques simples pour construire des tests A partir de la spécification informelle du programme

Plus en détail