Colloque en Région #2 à Lille, 2 et 3/10/2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Colloque en Région #2 à Lille, 2 et 3/10/2014"

Transcription

1 Après le succès de son premier colloque en région à Lyon le 27 mars dernier, l Aspec a réitéré l événement les 2 et 3 octobre 2014 dans la région Nord de la France, à la Faculté de Médecine de Lille. Partagés entre l amphithéâtre et l Atrium où se tenaient les 15 partenaires exposants de l Aspec, près de deux cents participants sont venus faire le point sur la maîtrise de la contamination de l air et des surfaces. La première journée dédiée aux personnels des établissements de santé, a permis d éclairer les participants sur la version 2013 de la NF S Le second jour visait plus spécifiquement les industries de la santé et a permis de faire connaître aux participants les dernières avancées sur la caractérisation de l air et des surfaces. Les intervenants de la matinée nous ont parlés des techniques de mesure et de caractérisation de l air et des surfaces. Christel Routaboul, Professeur de Traitement des matériaux au Lycée Roosevelt de Reims, a rappelé les propriétés physico-chimiques des surfaces. Lorsque ce sujet est abordé, des notions d échelle doivent être précisées : - Echelle millimétrique dite échelle macroscopique : elle s apparente au rendu ou «peau» du produit fini. - Echelle micrométrique : celle-ci permet d appréhender la microgéométrie d une surface. La plupart des matériaux sont issus d un cristal résultant de l arrangement régulier d atomes. A cette échelle, interviennent des paramètres comme l énergie de surface (J/m 2 ) ou encore la tension superficielle (N/m). - Echelle nanométrique : celle-ci vise à étudier l empilement des atomes. Toute surface appartient à l une des trois familles suivantes : - Surface propre issu d un modèle «théorique» étudié sur des monocristaux dans le vide. Cette surface présente un caractère instable en raison des réactions de chimisorption/physisorption avec les éléments du milieu dans lequel se trouve la surface ; - Surface conditionnée (préparée par polissage mécanique, chimique, électrochimique, etc.) ; - Surface industrielle préparée par un procédé et des outils. La caractérisation des surfaces peut porter sur : - des éléments géométriques ; en particulier, l analyse de la rugosité, définie par les normes internationales ISO 4237 et ISO 25178, pour des défauts micrométriques inférieurs à 20 µm), - leur composition chimique (en général, par rayonnement), - des aspects mécaniques : les épaisseurs de dépôt sont quantifiables par des méthodes non destructives (Induction magnétique, Courant de Foucault, Fluorescence X) ou destructives (coupes micrographiques, coulométrie)

2 Les trois échelles précédemment évoquées donnent lieu à la distinction entre des surfaces hydrophiles ou hydrophobes (différence de mouillabilité). François Villeval, R&D biomérieux, a traité de la surface comme support associé au transfert et au dépôt de micro-organismes. En effet, pour ceux-ci l air représente un milieu hostile alors que des conditions plus favorables peuvent être rencontrées sur les surfaces. C est le cas des biofilms, véritables écosystèmes microbiens pour les bactéries. De manière similaire aux filtres à air, les mécanismes physiques impliqués dans le transfert des particules dans l air vers les surfaces sont : - la diffusion (particules fines inférieures à 1 µm) ; - la sédimentation dont la vitesse est régie par la loi de Stockes Cunningham et proportionnelle, à la masse et au carré de la vitesse de la particule ; elle concerne les grosses particules de dimension supérieure à 1 µm ; - l inertie (impaction sur un obstacle). L adhésion d un micro-organisme sur son support est associée à deux types d interactions physico-chimiques : - forces physiques non spécifiques comme les forces électrostatiques et les interactions hydrophobes ; - interactions physico-chimiques spécifiques du micro-organisme. La charge électrique à la surface des micro-organismes étant négative, il est démontré que des biomatériaux chargés positivement favorisent l adhésion qui varie en fonction du potentiel de surface du support. L adhésion des cellules végétatives et des spores augmente avec le caractère hydrophobe du support. Inversement, plus un support est hydrophile, moins les bactéries s y fixent. Lors de l adhésion, se produit généralement une interaction entre des protéines d ancrage (adhésines) présentes à la surface du micro-organisme et une matrice extracellulaire (fibronectrine, collagène, ) externe à la bactérie. Les structures bactériennes type pili ou fimbriae contribuent elles-mêmes à l attachement des bactéries sur un support. Les pili peuvent produire des facteurs d attachement qui favorisent la liaison à une matrice extracellulaire. Les micro-organismes adhérents peuvent se développer et colonisés une surfaces. Les biofilms sont rencontrés à l interface liquide/solide (tuyauteries, par exemple) mais aussi air/solide. La définition proposée pour le biofilm est (Lindsay, 2006): Communauté de bactéries attachées de manière irréversible à un support produisant des substances polymériques extracellulaires et montrant un phénotype altéré comparativement aux cellules planctoniques (transcription génétique et relation les unes aux autres).

3 Etapes de formation d un biofilm Développement des conditions de surface adaptées (film de conditionnement) Humidité Matières organiques, polysaccharides, glycoprotéines ECM Rugosité, hydrophobicité, charges Mécanismes de transport mis en œuvre dans l adhésion Dynamique des fluides eau, air, liquides corporels Sédimentation, impaction Adhésion en 2 temps Adhésion réversible électrostatique, hydrophobe, VdW Adhésion irréversible et permanente par phénomène de liaison Production de polymères extracellulaires par la bactérie (EPS) Attachement irréversible Renforcement de la liaison Protection du biofilm Développement du biofilm et recolonisation Recolonisation Essaimage Nouvelles espèces Laure ALLOUL-MARMOR, qui a succédé au Docteur Fabien SQUINAZI à la présidence de la commission française AFNOR X44B a dressé un panorama des normes existantes et de l état d avancement des projets en cours portant sur la conception, la réalisation et l exploitation des salles propres, des zones propres, et des environnements maîtrisés qui s intéressent désormais aux contaminants particulaires, chimiques (série de normes ISO 14644) et microbiologiques (série de normes ISO 14698). Cf. : Salles propres, dossier SP90, article résumé du Workshop Expertlabs Les tableaux portant sur la propreté particulaire et chimique des surfaces ont déjà été mentionnés à l article référencé, Les avancées en caractérisation chimique des surfaces et des matériaux, L.Debard & S.Vandriessche, revue Salles propres n 90. D un point de vue particulaire de l air, Laure ALLOUL-MARMOR a évoqué l évolution du tableau des classes de propreté ainsi que le nombre d emplacements de prélèvement en fonction de la surface de la pièce en référence à la norme ISO/DIS (2 ème version DIS) actuellement en enquête publique jusqu au 20 octobre 2014 :

4 Classes de propreté particulaire de l air selon ISO/DIS (2 ème version DIS en enquête publique jusqu au 20 octobre 2014) Numéro de classification Concentrations maximales admissibles (particules/m 3 d air) en particules de taille égale ou supérieure à celle donnée ci-dessous ISO (N) 0,1 µm 0,2 µm 0,3 µm 0,5 µm 1 µm 5 µm Classe ISO 1 10 Classe ISO Classe ISO Classe ISO Classe ISO Classe ISO Classe ISO Classe ISO Classe ISO Valeurs qui disparaissent du tableau Nombre d emplacements de prélèvement en fonction de la surface de la pièce (ISO/DIS ème version DIS en enquête publique jusqu au 20 octobre 2014) Surface de la salle (m 2 ) inférieur ou égale à Nb min. de points de prélèvement à réaliser Surface maximale élementaire (m 2 ) Différence de points prélèvement entre le versions 2014 et 1999 >1000 N L = 27 x A / 1000 Pour les particules ultrafines ou nanoparticules (de diamètre inférieur à 100 nm), le projet de norme ISO/DIS propose d étendre les classes de propreté particulaire de l air jusqu'à des tailles allant jusqu à 1 nm.

5 Classes de propreté particulaire de l air à l échelle nanométrique selon le projet de norme ISO/DIS Pour de nombreux domaines d activités (Etablissements de santé, R&D, Production ), le contaminant majeur est le micro-organisme. Les experts travaillant sur les projets de révision des normes ISO réfléchissent à une classification microbiologique de l air et une autre classification microbiologique pour les surfaces. Le micro-organisme se présentant sous la forme d une bactérie, d une algue ou d un champignon microscopique peut être responsable d une infection, d une maladie, d une altération d un produit ou de tout autre effet affectant sa qualité. La démarche vise à définir des niveaux de propreté microbiologique de l air exprimés en termes de classe ACV x N, laquelle représente la concentration maximale admissible de CFU d une espèce microbienne ou d un groupe microbien d intérêt par mètre cube d air. Il en est de même pour définir des Niveaux de propreté microbiologique d une surface, exprimés en termes de classe (SCV x N), laquelle représente la concentration maximale admissible en CFU d une espèce microbienne d intérêt ou d un groupe microbien d intérêt par unité de surface prélevée, chaque valeur limite étant associée à une méthode de prélèvement déterminée (chiffonnette, écouvillon, boite contact, etc.). Toutefois, à l heure actuelle, les experts internationaux ne semblent pas avoir trouvés de consensus sur ces classes et de nombreuses questions sont encore ouvertes à la discussion : Faut-il créer des classes microbiologiques à l image des classes particulaires? Seraient elles plutôt des niveaux à ne pas dépasser lors de la surveillance? Doivent elles être exprimées en UFC ou en unité viable permettant ainsi la caractérisation d espèces spécifiques et l utilisation d autres techniques que les seules méthodes traditionnelles??? Quoiqu il en soit, l introduction de ces nouvelles classes de propreté devrait faire évoluer les définitions de la salle propre et de la zone propre, pour que ces dernières reposent sur le même principe fondateur : la maîtrise et la classification de la concentration des particules dans l air en premier lieu. La définition de l environnement maîtrisé devrait quant à lui caractériser un espace maîtrisé et classé selon des paramètres de propreté autres que celui de la propreté particulaire de l air. Les normes ISO «Salles propres» évoluent et s adaptent pour prendre en compte les différents types de contaminant : particulaire, nanoparticulaire, chimique, microbiologique

6 de l air et des surface ; ceci afin de fournir des réponses plus adaptées aux concepteurs et utilisateurs de salles propres visant à mieux protéger les patients et les produits de ces contaminants. Pascal Kaluzny n a malheureusement pas pu intervenir. Mais pour s excuser, voici le message qu il voulait faire passer : Président de Tera Environnement, il souhaitait rappeler quelques chiffres marquants en lien avec la pollution atmosphérique : selon l OMS, 2,4 millions de décès par an et 19 % des cancers dans le monde attribuables à l environnement ; ainsi que le contexte réglementaire «Air intérieur» détaillant des textes parus récemment : - Décret n du 2 décembre 2011 relatif à la surveillance de la qualité de l'air intérieur dans certains établissements recevant du public (JOCE du 4 décembre) ; - Décret n du 2 décembre 2011 relatif aux valeurs-guides pour l'air intérieur pour le formaldéhyde et le benzène (JOCE du 4 décembre) ; - Décret n relatif à l'évaluation des moyens d'aération et à la mesure des polluants effectués au titre de la surveillance de la qualité de l'air intérieur de certains établissements recevant du public. Ainsi que la série de normes ISO portant sur l air intérieur (dont partie 1 : aspects généraux de la stratégie d échantillonnage). Pour la caractérisation chimique d échantillons, on distingue trois grandes familles de méthodes : - Les mesures en ligne au moyen de capteurs, - Les analyses semi-quantitatives - Après prélèvement, les analyses spécifiques en fonction de composés ; Composés Organiques Volatils (ou COV), Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (ou HAP), Anions, Cations. Quelques méthodes d analyse des surfaces ont été présentées et sont listées dans le tableau ci-dessous : (Pour plus de détails : Quelles techniques analytiques choisir? C.Antoine, CEA et D.Faye, CNES revue Salles propres n 66, janv-fév 2010) Objectif Méthode Points particuliers Mesure de la surface spécifique d un matériau BET (Brunauer, Emmett et Teller) A partir de 1 m 2 /g Taille des pores : 0,4 à 400 nm Morphologie, structure, analyse Microscopie Electronique à Qqs nm aux micromètres chimique (si diffraction Balayage (MEB) d électrons) Microscopie Electronique à Transmission (MET) Structure et caractérisation de Diffraction rayons X surface Caractérisation minéralogique ou structurale des surfaces Analyses qualitatives et semiquantitatives des fragments organiques les plus volatils Nature des fonctions : acide, amine, alcool (analyse qualitative) Spectrométrie de masse des ions secondaires à temps de vol (Tof- SIMS) Pyrolyse/GCMS IRTF De la dizaine à quelques centaines de nanomètres Nature du support : PET, PVC, Mét Technique d identification des liaisons atomiques basée sur l absorption du rayonnement IR des liaisons. Renseignements sur la nature

7 Nature des fonctions : acide, amine, alcool (analyse qualitative) Spectroscopie de photoélectrons X (XPS) des liaisons chimiques de l échantillon. A partir de la dizaine de µm Il en est de même pour les méthodes d analyse physico-chimique des polluants de l air répertoriés ci-dessous : Famille de méthode d analyse Détecteur/Méthode d analyse Polluant recherché Spectrométrie UV-visible Ozone, H2S MS + plasma inductif Métaux, Alcalins, (ICP-MS) Alcalino-terreux Chromatographie ionique Chromatographie en phase gazeuse Chromatographie liquide haute performance (HPLC) Spectrométrie d émission atomique par plasma à couplage inductif (ICP-OES) Analyse d environ 50 éléments Analyse des acides et des bases dans l air et dans l eau : acides carboxyliques, amines, bases, minéraux Remarques Molécules excitées par ionisation puis séparées selon leur masse Molécules excitées par ionisation puis séparées selon leur masse. La lumière émise par l élément est mesurée puis comparée à l étalon Détection à partir du ppt Molécules séparées en fonction de leur charge Ionisation de flamme COV Du ppb au % Spectromètre de masse COV, Du ppb au % Fluorescence UV HAP (aussi Du ppb au % aldéhydes, cétones) UV-visible Pesticides

8 Jean-Sébastien BONIN, responsable Projets de la société PMT France, a présenté les résultats d essai ayant permis la validation d un système à temps réel pour les micro-organismes selon les pharmacopées américaines USP 1223 & européennes EP Il s agit du BioTrak, compteur optique de particules viable. Cette appareil utilise une propriété naturelle de certains métabolites présents dans les microorganismes : l émission d un rayonnement de fluorescence en réponse à l excitation induite par de la lumière laser. De fait, cet instrument de mesure permet d obtenir 2 informations ; la taille de la particule obtenue en diffraction de la lumière laser (i.e. compteur optique) et au même instant et en fonction de la détection ou non de la fluorescence, s il s agit d une particule inerte ou viable. Un filtre placé en aval du système permet de collecter les particules pour une identification ultérieure éventuelle. L objectif de cette étude a été de démontrer via l utilisation d un banc d essai, que cette méthode alternative est au moins équivalente aux méthodes traditionnelles par prélèvement sur milieu de culture, et qu un biocount est équivalent à un UFC/m3. Pour ce faire, les paramètres suivants ont étudiés : la précision, l exactitude, l efficacité physique, la limite de détection et la limite de quantification, la linéarité, la plage de mesure, la robustesse et la rugosité.

9 L après-midi a été consacré à des retours d expérience issus de différents domaines d activité. Audrey Schultz, Famar, a présenté la technique d écouvillonnage mis en place chez cet industriel pharmaceutique pour des surfaces critiques difficiles d accès, en ZAC ou en isolateur, et pour lesquelles la méthode par gélose de contact n est pas applicable. Un travail d analyse type 5M a été mené sur une présomption de résultat hors spécification (OOS) survenu lors de manipulation au laboratoire. La méthode utilisée montrait des risques lié aux opérations de transfert (classe A vers classe D, classe D vers laboratoire d analyses, ) et aux délais associés. Pour réduire ces étapes à risques, une solution technique innovante a été proposée par Merck-Millipore : l écouvillon «tout en un» radiostérilisé (25 à 35 kgy) dans son emballage final. Cet écouvillon intègre un embout en microfibre de polyester humidifié avec solution de NaCl 0,9%, un tube en plastique transparent et un réservoir contenant le milieu de culture trypticase soja avec son neutralisant (lécithine Tween). Ce dispositif limite les manipulations et les opérations de transfert dans des tubes en verre. Les premiers résultats utilisateurs en ZAC et au laboratoire semblent prometteurs pour ce produit validé pour un emploi en classe A, en complément des géloses de contact. David CHEUNG, Chargé d Opérations chez ENTREGRIS, a proposé une revue des tests effectués dans son entreprise, prestataire pour des activités de nettoyage, de désinfection et de conditionnement de pièces, composants et produits dans les différentes industries. Son retour d expérience a concerné l industrie des Dispositifs Médicaux (DM), et en particulier, les DM implantables qui doivent répondre à la norme française NF S intitulée Implants chirurgicaux Exigences de validation pour le procédé de nettoyage des implants orthopédiques avant conditionnement final, révisée et homologuée en août 2013, après une phase expérimentale. Les tests réalisés sont listés ci-après : Famille de contrôle Contrôle microbiologique de la charge du produit Dosage d endotoxines Analyse granulométrique et gravimétrique Description Phase validation Phase routine Remarque Mesure de la population de micro-organismes viables selon norme ISO Test LAL selon PE 8è éd PE 8 ème édition Norme ISO Recommandation * Validation de la détermination du Bioburden * Test de bactériostasie *Analyse des conditions des milieux de culture Taux de recouvrement, Coefficient de dilution à déterminer Bioburden A effectuer sur les 3 premiers lots de fabrication consécutifs puis à la fréquence souhaitée Récupération de la contamination par extraction, puis filtration sur membrane, Si validation préalable, le résultat correspond à la quantité réelle de micro-organismes présents sur le dispositif. Dans le cas contraire, le résultat ne peut être utilisé que pour suivre le procédé. Si validation préalable, le résultat correspond à la quantité réelle d endotoxines présentes sur le dispositif. Dans le cas contraire, le résultat ne peut être utilisé que pour suivre le procédé. Précision de 0,1 mg

10 des particules IEST-STD-1246 E séchage, étuvage et dessiccation, pesée. Le nombre d extractions doit permettre d atteindre un seuil résiduel de contamination 10 % Analyse Microscope élémentaire Electronique à (composition Balayage (MEB) physicochimique) couplé aux rayons X (EDX) Recherche de Chromatographie Recherche d un élément ionique contaminants ionique (CI) spécifiques ICP-MS Recherche d un élément métallique GC-MS Recherche d un contaminant HPLC organique Validation du Norme ISO Résistance mécanique : force scellage d un Norme EN maximale correspondant à la emballage résistance d arrachage ou à la force nécessaire pour commencer à ouvrir l emballage (ex : > 1,5 N / bande de 15 mm) Pelabilité : force moyenne pour continuer à ouvrir l emballage (contrôle visuel d homogénéité) Test d étanchéité : le scellage est exposé, pendant 15 min, à une solution colorée. Aucune pénétration du liquide ne doit être constatée. Contrôles de Salles propres Comptages particulaires de l air, l environnement contrôles de l aérobiocontamination et de la biocontamination des surfaces, température, hygrométrie relative, Station de Résistivité, ph, Comptages traitement et de particulaires, COT, endotoxines, distribution d eau contrôles microbiologiques déminéralisée Vérification de l aptitude du scellage à conserver un état stérile du produit emballé Trois cas de contamination de pièces métalliques et plastiques ont été évoqués : - Contamination d implants orthopédiques par une lessive (Sodium Lauryl Sulfate) : les recherches en chromatographie ionique ont porté sur les ions sodium et sulfate. - Contaminant de vis orthopédiques en inox par de l huile de coupe, lors des opérations d usinage : l analyse en CPG a montré l insuffisance des process aqueux et la performance supérieure des méthodes de dégraissage par CO2 spray plutôt que par solvant traditionnel. - Contamination d implants oculaires en polycarbonate par auréoles blanchâtres : l analyse MEB-EDX a permis d identifier le détergent comme source principale des éléments S, Cl, K et Ca.

11 Enfin, et pour conclure la Journée, le professeur Pascal ODOU et Michèle VASSEUR, Pharmacien responsable du Laboratoire de Biopharmacie, Pharmacie Galénique et Hospitalière de l institut de Pharmacie du CHRU de Lille ont présenté leur retour d expérience sur les difficultés rencontrées lors des phases de conception, de qualification et de mise en service d une unité provisoire de pharmacotechnie : l UCPA (Unité Centralisée des Préparations Aseptiques). Cette unité a été construite afin de permettre la continuité de l activité, avant réhabilitation de l ancienne unité UPCC (Unité de Préparation Centralisée des Cytotoxiques) dans l objectif final de sécuriser et d accompagner l activité croissante des préparations injectables cytotoxiques, Pour ce faire, une analyse a posteriori par «arbre des causes» a été choisie. Elle a distingué 4 sous-ensembles : la centrale de traitement d air, l isotechnie, l enveloppe de la ZAC (Zone à Atmosphère Contrôlée) et équipements hors isotechnie et la sûreté de fonctionnement. Au vu de la quantité d information à traiter, une grille présentée ci-après a été créée permettant le recueil des données du groupe de travail multidisciplinaire et facilitant la restitution des résultats de l analyse : ELEMENTS FONCTIONS MODES DE DEFAILLANCE EFFETS PRODUIT ET UTILISATEURS Quel composant est concerné? Quel est le fonctionnement normal du composant? Quel est le dysfonctionnement? 1/ Que s est-il passé à la découverte du dysfonctionnement? 2/ Que se serait-il passé si le dysfonctionnement n'avait pas été découvert? CAUSES Quelles sont ou pourraient être les causes? GRAVITE, FREQUENCE ET INDICE DE CRITICITE Quelle est la fréquence relative des causes? Quelle est sa gravité? Quelle est sa criticité? ACTIONS CORRECTIVES Quelles sont les mesures curatives et préventives prises? VIGILANCE GESTION PROJET ULTERIEUR 1/ A quelle phase du projet doit-on être vigilant? 2/Quelles sont les actions à entreprendre pendant cette phase pour éviter le dysfonctionnement? 96 incidents ou dysfonctionnements ont été analysés, 14 possédant un indice de criticité élevée, c est-à-dire jugé inacceptable pour la poursuite de l activité dans la ZAC. Pour exemples, trois de ces incidents ont été présentés lors de la conférence : - un à risque de contamination microbiologique : fuite au niveau du caisson de filtration provenant de la gaine de soufflage et/ou du bac à condensat de l humidificateur, - un à risque de contamination particulaire : taux de brassage en ZAC à la limite de la conformité demandée, et - un à risque de contamination chimique : problème d installations des isolateurs avec une cascade de pression non conforme et des ruptures de leurs étanchéités, nécessitant la mise en place d un plan de surveillance renforcé (prélèvement de surface et dosage de 12 molécules). Pour chacun d eux, le risque produit sur la production ou l exploitation a été analysé, les actions correctives mises en place et les points de vigilance pour la nouvelle installation UPCC décelés pour prise en compte, soit en révisant le cahier des charges, soit en indiquant les tests à réaliser lors des étapes de qualification.

12 Devant la lourdeur et la complexité du travail réalisé pour résoudre la majorité des dysfonctionnements observés, cette présentation a mis en avant la nécessité de rédiger le cahier des charges sur la base d une analyse de risque formalisée au préalable s appuyant sur des outils de gestion de projet et d aide à l exploitation tels que les normes NFS et l annexe H de l ISO L analyse de la sûreté de fonctionnement qui en résulte sera une garantie pour l utilisateur d avoir une salle robuste et fonctionnelle à long terme.

La maîtrise de la contamination qu elle SALLES PROPRES ET MAÎTRISE DE LEUR ENVIRONNEMENT

La maîtrise de la contamination qu elle SALLES PROPRES ET MAÎTRISE DE LEUR ENVIRONNEMENT CVC N 868 MARS/AVRIL 2011 SALLES PROPRES ET MAÎTRISE DE LEUR ENVIRONNEMENT SALLES PROPRES ET MAÎTRISE DE LEUR ENVIRONNEMENT Le concept et la réalisation d installations dans les salles dites propres ou

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique.

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique. 5/ Autres méthodes : 5.1. L énergie lumineuse pulsée : Procédé Pure Bright (brevet) : Environ 20 000 fois plus énergétique que la lumière solaire, la répétition (1 à 10) de flashes pulsés de lumière (450

Plus en détail

Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE

Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE Chimie Industrielle (anciennement : Industries chimiques et pharmaceutiques)

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Environnement du bloc opératoire

Environnement du bloc opératoire La gestion du risque infectieux au bloc opératoire Environnement du bloc opératoire Salles propres et environnements maîtrisés apparentés dans les établissements de santé : une norme. Alain GUEY, Dépt.

Plus en détail

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée.

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Les thérapies ciblées du cancer Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Une thérapie ciblée est un traitement qui agit par un mécanisme spécifique sur des altérations biologiques

Plus en détail

Nos prochaines formations!

Nos prochaines formations! Nos prochaines formations! un Réseau, des Services, une Association Tout au long de l année, les experts de l A3P se mobilisent pour vous proposer plusieurs sessions de formations. Les thèmes choisis,

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

5. Matériaux en contact avec l eau

5. Matériaux en contact avec l eau Monitoring de la qualité Microbiologique de l eau potable dans les réseaux de distributions Intérêt de l utilisation d un kit de mesure rapide de la flore totale UTLISATIONS 1. Surveillance de Réseau mixte

Plus en détail

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX FICHE PRODUIT - Le a été spécialement développé pour la surveillance en continu des polluants organiques dans l air ambiant dans la gamme C4-C12. L instrument se caractérise par son design compact et sa

Plus en détail

de l air pour nos enfants!

de l air pour nos enfants! B u l l e t i n d e l O Q A I n 1 Crèches et lieux d enseignement : de l air pour nos enfants! Le programme de l OQAI «Lieux de vie fréquentés par les enfants» a débuté en 2006. Une première phase de recueil

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007

Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007 Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007 Plan Objectif de la stérilisation Rappel théorique Niveau d Assurance Stérilité Conséquence Destruction des micro-organismes

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

Les méthodes potentiométriques

Les méthodes potentiométriques Le ph-mètre (réf :Skoog, West, Holler, Section 19-A. p 412) Les méthodes potentiométriques 2 e partie Erreur dans la mesure d une tension à l aide d un ph-mètre (ionomètre) Maintenant que nous avons explorés

Plus en détail

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Notice MESURACOLOR Colorimètre à DEL Réf. 22020 Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Indicateur Etalonnage Bouton Marche/Arrêt Indicateur de sélection de la longueur d'onde Indicateur de mode chronomètre

Plus en détail

La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes?

La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes? La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes? Alfa Arzate, ing., Ph.D. Journées Acéricoles Hiver 2010 OBJECTIF DE LA PRÉSENTATION L objectif premier de cette présentation

Plus en détail

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E Solutions pour l analyse de l eau en ligne AnaSense Analyseur en ligne d AGV, des bicarbonates

Plus en détail

L PRESENTATION GENERALE SCPIO

L PRESENTATION GENERALE SCPIO L PRESENTATION GENERALE SCPIO Nom : DEPARTEMENT PLATEFORME TECHNOLOGIQUE Sigle: CEA / DRT / LETI / DPTS SILICUIM Etablissement : CEA Grenoble Adresse : 7 rue des Martyrs Site Web : 804 GRENOBLE Cedex 9

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

HOPITECH Deauville 2010

HOPITECH Deauville 2010 HOPITECH Deauville 2010 Conformité technique d un bloc opératoire La Qualité de l Air Données de base, Maîtrise, Contrôle Patriarche MC+ Conseil, Audit, Formation, Expertise 34 000 Montpellier Une seule

Plus en détail

appliquée aux emballages alimentaires

appliquée aux emballages alimentaires La méthode HACCP La méthode HACCP appliquée aux emballages alimentaires 1- La réglementation des matériaux au contact des aliments Quels contaminants issus des emballages dans les aliments? Des contaminants

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault

Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault Page 1 25 octobre 2012 Journée «Contrôle non destructif et caractérisation de défauts» Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault Henri Walaszek sqr@cetim.fr Tel 0344673324

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Le diagnostic approfondi du groupe santé

Le diagnostic approfondi du groupe santé Le diagnostic approfondi du groupe santé Axe 1 : La pollution de l air - Prélèvements et analyse bactériologique de l air réalisé par S Prim et les élèves de BTS Dans le cadre des travaux pratiques de

Plus en détail

Mesure de la surface spécifique

Mesure de la surface spécifique Mesure de la surface spécifique Introducing the Acorn Area TM Acorn Area est un instrument révolutionnaire conçu pour mesurer la surface spécifique des nanoparticules en suspension dans un liquide. Utilisant

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

Technique de mesure de particules dans la pratique. De la théorie à l application.

Technique de mesure de particules dans la pratique. De la théorie à l application. Technique de mesure de particules dans la pratique. De la théorie à l application. Page 3 Page 3 Page 3 Page 4 Page 4 1 Introduction au comptage optique de particules 1.1 Principes physiques 1.1.1 Occultation

Plus en détail

Parylène C. Parylène D. www.comelec.ch

Parylène C. Parylène D. www.comelec.ch Parylène C Parylène D www.comelec.ch Présentation du parylène, des parylènes. Voie d obtention et conséquences. Principales propriétés Matériel de prédilection pour le médical et la pharmacologie. Exemples

Plus en détail

Partec: l innovation en marche depuis 40 ans Principes des appareils de Cytométrie en Flux. Pascal Brunou, David Bastien Partec France

Partec: l innovation en marche depuis 40 ans Principes des appareils de Cytométrie en Flux. Pascal Brunou, David Bastien Partec France 1968 2008 Partec: l innovation en marche depuis 40 ans Principes des appareils de Cytométrie en Flux Pascal Brunou, David Bastien Partec France en Allemagne et partout dans le Monde Société basée à Münster

Plus en détail

Collège Pablo Picasso Concours C Génial année 2013

Collège Pablo Picasso Concours C Génial année 2013 François Mathieu Victor Théo Antoine Bastien Anthony Maxime Clément Collège Pablo Picasso Concours C Génial année 2013 Intervenant : Mme Lemeur, ingégieur à Air Normand Choisir un sujet On s est réuni

Plus en détail

REVETEMENT DE SOL PVC EXPANSE RELIEF - VER EXTRAIT DE LA DECLARATION ENVIRONNEMENTALE ET SANITAIRE CONFORME A LA NORME NF P 01-010 DU

REVETEMENT DE SOL PVC EXPANSE RELIEF - VER EXTRAIT DE LA DECLARATION ENVIRONNEMENTALE ET SANITAIRE CONFORME A LA NORME NF P 01-010 DU Démarche HQE REVETEMENT DE SOL PVC EXPANSE RELIEF - VER FDES (extrait) Les données suivantes ont été établies sur la base des connaissances rassemblées par les entreprises : Forbo Flooring Systems, Gerflor

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 Professionnels de l alimentation 06.47.75.88.57 HQSA Consulting contact@hqsafrance.fr Numéro de déclaration de prestataire de formation : SIRET SIRET : 804 : 284 284 420

Plus en détail

Simulation en aviation

Simulation en aviation Hôpitaux Universitaires de Genève Intérêt de la simulation en pharmacotechnie Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef JFSPH 23 avril 2015 Etre les premiers pour vous Simulation en aviation 2 1 Simulation en

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Formation. Hygiène et HACCP en restauration

Formation. Hygiène et HACCP en restauration Pascal Lenoble Formation et conseil Page 1 sur 6 34, rue nationale - 37 150 Civray de Touraine 02 47 30 24 92-06 40 39 61 22 pascal@pascal-lenoble.fr Formation Hygiène et HACCP en restauration Définition

Plus en détail

Santé Environnement PRSE Bretagne

Santé Environnement PRSE Bretagne L influence de l environnement sur la santé est bien réelle En Bretagne > 20 % des décès par cancer du poumon attribuables au radon, gaz radioactif d origine naturelle émis par les sous-sols granitiques

Plus en détail

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution :

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution : SP. 3 Concentration molaire exercices Savoir son cours Concentrations : Calculer les concentrations molaires en soluté apporté des solutions désinfectantes suivantes : a) Une solution de 2,0 L contenant

Plus en détail

Tous les produits de la gamme SAF offrent des résistances :

Tous les produits de la gamme SAF offrent des résistances : Fiche Technique Strengths Are Flex La gamme SAF est basée sur une technologie et des polymères méthacrylates brevetés. Ces adhésifs de nouvelle génération permettent d adhérer sur de nombreux supports

Plus en détail

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE Capteur luxmètre à sonde détachable, idéal pour les expériences de polarisation, il permet de quantifier simplement et rapidement les principales sources et phénomènes lumineux.

Plus en détail

Les tests pharmacotechniques occupent une place très importante dans le contrôle de qualité des médicaments, ils assurent avec les tests physique,

Les tests pharmacotechniques occupent une place très importante dans le contrôle de qualité des médicaments, ils assurent avec les tests physique, Lncpp/ cecomed 2010 Les tests pharmacotechniques occupent une place très importante dans le contrôle de qualité des médicaments, ils assurent avec les tests physique, chimiques et biologiques la qualité,

Plus en détail

Membres ASENAS. Galère SA. Benvitec Wallonie SA. Mourik SA. Deepgreen SA. Sanifox SA. Ecoterres SA. SITA Remediation SA. Envisan International SA

Membres ASENAS. Galère SA. Benvitec Wallonie SA. Mourik SA. Deepgreen SA. Sanifox SA. Ecoterres SA. SITA Remediation SA. Envisan International SA Membres ASENAS Benvitec Wallonie SA Galère SA Deepgreen SA Mourik SA Ecoterres SA Sanifox SA Envisan International SA SITA Remediation SA Solaz SA OBJET DE L ASSOCIATION La promotion et la défense des

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail

Traitement de l eau par flux dynamique

Traitement de l eau par flux dynamique GmbH Traitement de l eau par flux dynamique afin de réduire les impuretés microbiologiques afin d empêcher l apparition de nouveaux germes dans les eaux de consommation et de process et Nouveau avec certificat

Plus en détail

Bio nettoyage au bloc opératoire

Bio nettoyage au bloc opératoire Bio nettoyage au bloc opératoire Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie novembre 2012 Le bio nettoyage au bloc L impression omniprésente de travailler dans l urgence

Plus en détail

10. Instruments optiques et Microscopes Photomètre/Cuve

10. Instruments optiques et Microscopes Photomètre/Cuve 0. Instruments s et Microscopes GENERAL CATALOGUE 00/ Cuve à usage unique pour spectrophotomètre Cuve jetable, moulée en et en pour UV. Avec parois traitées Kartell ment pour une transparence optimale

Plus en détail

Méthodes de laboratoire Évaluation de structures mycologiques par examen microscopique

Méthodes de laboratoire Évaluation de structures mycologiques par examen microscopique Méthodes de laboratoire Évaluation de structures mycologiques par examen microscopique MÉTHODE ANALYTIQUE 360 Applicabilité Cette méthode est utilisée pour l évaluation semi-quantitative des structures

Plus en détail

Un système unique et sécurisé de stockage en azote liquide

Un système unique et sécurisé de stockage en azote liquide Un système unique et sécurisé de stockage en azote liquide Pour une cryopréservation des échantillons biologiques de la plus haute qualité www.cryobiosystem.com Une meilleure qualité, flexibilité, efficacité

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE 1. Domaine d application Cette méthode concerne la mesure du ph dans des solutions aqueuses : - non salines (conductivité

Plus en détail

Voir dans le nanomonde

Voir dans le nanomonde Voir dans le nanomonde Spectroscopie La lumière visible permettra-t-elle de «voir» les atomes? Fréquence micro onde Infrarouge Visible et UV Rayon X réaction des molécules rotation vibration des liaisons

Plus en détail

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES L ASSEMBLEE GENERALE, sur proposition de la Commission III «Economie», à partir des travaux

Plus en détail

Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD. Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage. Jeudi 28 mai 2009

Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD. Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage. Jeudi 28 mai 2009 Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage Jeudi 28 mai 2009 Alain LEFEBVRE - Cadre supérieur de santé Hygiéniste 1 Le bio nettoyage

Plus en détail

Laboratoire Eau de Paris. Analyses et Recherche

Laboratoire Eau de Paris. Analyses et Recherche Laboratoire Eau de Paris Analyses et Recherche L eau, un aliment sous contrôle public Pour Eau de Paris, approvisionner la capitale en eau, c est garantir à ses 3 millions d usagers une ressource de qualité,

Plus en détail

Assurance de qualité dans l officine

Assurance de qualité dans l officine Assurance de qualité dans l officine Nous aborderons ici les points essentiels de l assurance de la qualité qui concernent la fabrication d une préparation magistrale depuis la réception des matières premières

Plus en détail

1.1.1. Unité fonctionnelle de référence, à laquelle sont rapportés les impacts environnementaux du Chapitre 2

1.1.1. Unité fonctionnelle de référence, à laquelle sont rapportés les impacts environnementaux du Chapitre 2 EXTRAIT DE LA DECLARATION ENVIRONNEMENTALE et SANITAIRE CONFORME A LA NORME NF P 01-010 PROFILES PVC DE DECORATION ET D AMENAGEMENT INTERIEURS ET EXTERIEURS Edition DECEMBRE 2005 SNEP - Profilés PVC de

Plus en détail

TS 32 Stockage de données sur un CD

TS 32 Stockage de données sur un CD FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 32 Stockage de données sur un CD Type d'activité Activité documentaire Tâche complexe Notions et contenus Stockage optique Écriture et lecture des données

Plus en détail

arium advance EDI Désionisation électrochimique parfaitement fiable Avantages Description Applications ijust

arium advance EDI Désionisation électrochimique parfaitement fiable Avantages Description Applications ijust arium advance EDI Désionisation électrochimique parfaitement fiable Avantages Eau de type 2 de qualité constamment élevée grâce à la technologie EDI moderne Consommation d eau optimisée auto matique ment

Plus en détail

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements 7 juin 2012 Francis Peters Bien qu il n y ait pas de nano particules dans les usines qui produisent les mélanges

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

Milieu, matières, matériels, méthodes : audits menés en industrie

Milieu, matières, matériels, méthodes : audits menés en industrie 38 dossier Retours d expérience Milieu, matières, matériels, méthodes : audits menés en industrie Par Sylvie Vandriessche, Aspec Les différents «M» du diagramme d Ishikawa correspondent à des domaines

Plus en détail

Clean air solutions. Industrie agroalimentaire

Clean air solutions. Industrie agroalimentaire Clean air solutions Industrie agroalimentaire Industrie Agroalimentaire sécurité sanitaire des aliments Des causes microscopiques... L air extérieur véhicule de 200 à 1 500 bactéries au m 3. Une centrale

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

PREPARATION (NETTOYAGE, DESINFECTION ET STERILISATION) D AIGUILLES MEDICALES, DE RACCORDS, DE ROBINETS ET D AIGUILLES CHIRURGICALES A SUTURE UNIMED

PREPARATION (NETTOYAGE, DESINFECTION ET STERILISATION) D AIGUILLES MEDICALES, DE RACCORDS, DE ROBINETS ET D AIGUILLES CHIRURGICALES A SUTURE UNIMED U N I M E D S.A. CM/07.12.04 NETSTERIL.SPN Approuvé par/le: Claude Borgeaud / 08.10.13 PREPARATION (NETTOYAGE, DESINFECTION ET STERILISATION) D AIGUILLES MEDICALES, DE RACCORDS, DE ROBINETS ET D AIGUILLES

Plus en détail

Hepatex CR. Le panneau à flux laminaire de référence

Hepatex CR. Le panneau à flux laminaire de référence Hepatex CR Le panneau à flux laminaire de référence Hepatex CR Le panneau à flux laminaire de référence APPLICATIONS Conditionnement de l'air Energie Salle Propre Industriel Données clés u Efficacité de

Plus en détail

Surveillance de production Système de surveillance de production (FMS)

Surveillance de production Système de surveillance de production (FMS) Surveillance de production Système de surveillance de production (FMS) Surveillance des particules pour une fabrication pharmaceutique conforme à la norme ISO 21501 Et maintenant... A partir de maintenant

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

Défauts dan les sachets souples état date stérilisables en autoclave nouveau 31/05/2002 Caractérisation et classification

Défauts dan les sachets souples état date stérilisables en autoclave nouveau 31/05/2002 Caractérisation et classification 4 1 CHAPITRE 4 MÉTHODES D EXAMEN ET D ÉVALUATION Il existe un certain nombre d essais d intégrité du contenant qui peuvent être effectués sur les sachets stérilisables en autoclave. Il convient de demander

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage Un dosage (ou titrage) a pour but de déterminer la concentration molaire d une espèce (molécule ou ion) en solution (généralement aqueuse). Un réactif de concentration

Plus en détail

STÉRILISATION. Réduction des populations. nonus 1

STÉRILISATION. Réduction des populations. nonus 1 Réduction des populations nonus 1 nonus 2 Taux de survie N/No Taux de mortalité No-N /No No : nombre initial de cellules vivantes N : nombre de cellules vivantes après le cycle de stérilisation nonus 3

Plus en détail

La technologie effi cace pour la purifi cation de l eau : le PolyAluminium Chloride (PAC)

La technologie effi cace pour la purifi cation de l eau : le PolyAluminium Chloride (PAC) La technologie effi cace pour la purifi cation de l eau : le PolyAluminium Chloride (PAC) Installations pour la production de coagulant (AI n CI 3n-m )X Les coagulants pour la purification de l eau Les

Plus en détail

L Eau Pure, une Énergie Nouvelle Pour l Entreprise.

L Eau Pure, une Énergie Nouvelle Pour l Entreprise. L Eau Pure, une Énergie Nouvelle Pour l Entreprise. Waterlogic, aux Sources de l Excellence Waterlogic, numéro un mondial de la fabrication et de la commercialisation de fontaines à eau branchées sur le

Plus en détail

LE CETIME votre partenaire pour le progrès et l innovation:

LE CETIME votre partenaire pour le progrès et l innovation: 1 www.cetime.ind.tn LE CETIME votre partenaire pour le progrès et l innovation: met à votre disposition des compétences et des moyens techniques pour vous assister dans vos démarches d innovation et d

Plus en détail

Capteur optique à dioxygène

Capteur optique à dioxygène Capteur optique à dioxygène Référence PS- 2196 Connectique de la sonde mini DIN Tête de la sonde Embout de protection et stockage Port mini DIN du capteur Eléments inclus 1. Capteur à dioxygène optique

Plus en détail

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2 EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A 1. Figure 2 D On observe sur l'écran un étalement du faisceau laser, perpendiculaire à la direction du fil, constitué d'une tache centrale

Plus en détail

La microscopie à force atomique (AFM)

La microscopie à force atomique (AFM) NANOFONC 5 mars 2010 Nantes La microscopie à force atomique (AFM) http://www.univ-lemans.fr/~bardeau/labolpec/surfpropspec/indexsurface.html N. DELORME (MC), J.F. BARDEAU (CR) Laboratoire de Physique de

Plus en détail

Détection de fuite hélium Aspect Mesure

Détection de fuite hélium Aspect Mesure Détection de fuite hélium Aspect Mesure Préparé par : F.Rouveyre Date : 24 Octobre 2012 La détection de fuite La détection de fuite par spectrométrie de masse à gaz traceur a plus de 50 ans. Même si cette

Plus en détail

Grâce aux étiquettes RFID Inotec et à solution UBI Cloud Track&Trace, SITA peut tracer à chaque instant les déchets à risque COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Grâce aux étiquettes RFID Inotec et à solution UBI Cloud Track&Trace, SITA peut tracer à chaque instant les déchets à risque COMMUNIQUÉ DE PRESSE la Grâce aux étiquettes RFID Inotec et à solution UBI Cloud Track&Trace, SITA peut tracer à chaque instant les déchets à risque COMMUNIQUÉ DE PRESSE Filiale du Groupe Suez Environnement et Leader en France,

Plus en détail

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX Conformément à la législation, les dispositifs médicaux ne peuvent être mis en service ou utilisés s ils présentent des défauts pouvant mettre en danger les patients, les soignants ou des tiers. Concernant

Plus en détail

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent 1L : Physique et chimie dans la cuisine Chapitre.3 : Chimie et lavage I. Les savons et les détergents synthétiques 1. Propriétés détergentes des savons Le savon est un détergent naturel, les détergents

Plus en détail

Nous vous présentons la technologie du traitement de surfaces du 21 ème siècle

Nous vous présentons la technologie du traitement de surfaces du 21 ème siècle Nous vous présentons la technologie du traitement de surfaces du 21 ème siècle 2009 NADICO Ltd. Germany www.nadico.de Le revêtement Titan Effect TE1022 améliorer la rentabilité des installations solaires

Plus en détail

LAboRAToiRE expertises Chimiques & physico- Chimiques Le Laboratoire Expertises Chimiques & Physicochimiques (LECP) caractérise les matériaux, principalement inorganiques, afin de déterminer leur composition

Plus en détail

EPFL SB-ISIC. laborantin en chimie. laboratoire-école appren tis

EPFL SB-ISIC. laborantin en chimie. laboratoire-école appren tis EPFL SB-ISIC laborantin en chimie laboratoire-école appren tis info Description de la profession La chimie est une science très ancienne qui fait partie intégrante de notre vie quotidienne. Les secteurs

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) > NOTE D APPLICATION N 2

C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) > NOTE D APPLICATION N 2 C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) - JANVIER 2008 INTRODUCTION La fabrication de semi-conducteurs nécessite un environnement de production extrêmement stable en température et hygrométrie.

Plus en détail

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NFPOSTES DE SECURITE MICROBIOLOGIQUE PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION SOMMAIRE 4.1. Processus de surveillance des produits

Plus en détail