- 3 - PEUPLEMENTS. 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "- 3 - PEUPLEMENTS. 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines"

Transcription

1 - 3 - PEUPLEMENTS 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines

2 Variabilité et rôle de la matière organique dissoute de différentes origines comme source nutritionnelle pour les algues mixotrophes, conséquences sur la structuration des communautés phytoplanctoniques Coordination : Christian Béchemin 1. Résumé l'année 2001 a été consacrée à la validation de la stratégie d échantillonnage et à l adaptation des méthodes analytiques. Un ensemble de matériels permettant l extraction des substances organiques dissoutes et leur séparation en différentes fractions de taille a été acquis et installé. Un pilote de préfiltration et un pilote de concentration par ultrafiltarion des substances organiques dissoutes ont été développés au laboratoire et testés sur diverses eaux de la Charente, afin d organiser l aspect logistique concernant l échantillonnage de plusieurs centaines de litres d eau et d optimiser les étapes nécessaires à la concentration. 2. Rappel thématique et hypothèses de travail Le phytoplancton constitue une des principales sources de nourriture des échelons supérieurs de la chaîne alimentaire et notamment des bivalves cultivés dans le Bassin de Marennes- Oléron. Au delà de ce rôle, les phénomènes de prolifération du phytoplancton, dits efflorescences phytoplanctoniques, sont devenus dans certaines cas un problème environnemental et économique préoccupant du fait de leur importance, de l augmentation de leur fréquence, mais aussi en raison de la modification de la structure des communautés phytoplanctoniques favorisant les espèces nuisibles. Non seulement les efflorescences algales sont impliquées dans le phénomène d eutrophisation par le développement d une biomasse importante sous l influence d apports accrus en sels nutritifs, mais certaines de ces proliférations, caractérisées par la prédominance d espèces toxiques, représentent un danger létal pour les cheptels marins et la santé humaine. A l origine de ces événements, les changements survenus dans les rapports de concentration en éléments nutritifs minéraux (azote, phosphore et silicium) sont considérés comme un des facteurs majeurs. Cependant l influence des apports minéraux en nitrate, la stabilisation des apports en phosphate et la réduction des apports en silicate favorisent la prédominance d espèces n'utilisant pas le silicium. Des observations ont montré qu'un grand nombre de ces espèces étaient auxotrophes et/ou mixotrophes, et l hypothèse a été émise d une stimulation de leur développement par les apports en matière organique dissoute terrigène (MOD) déversés par les fleuves dans les eaux côtières. Nous avons donc proposé de (i) déterminer l'importance, la nature et la variabilité de la matière organique dissoute terrigène de différentes sources ; (ii) vérifier si certaines substances organiques dissoutes sont capables de modifier la structure des communautés phytoplanctoniques locales.

3 2.1. Rappel sur la stratégie opérationnelle Pour répondre à ces deux questions, trois approches méthodologiques ont été identifiées : La première consiste à développer un outil analytique permettant le dosage du carbone et de l'azote organiques dissous aux concentrations naturelles pour pouvoir décrire les variations spatio-temporelles globales de la matière organique dissoute d'après ses constituants de base. La deuxième concerne la connaissance structurale des substances organiques dissoutes, et nécessite la mise en œuvre d'une étape d extraction des composés du milieu naturel. Deux catégories de procédures ont été retenues : - l utilisation des résines macroporeuses non ioniques et ioniques, - les techniques membranaires, (ultrafiltration et osmose inverse). La troisième combine des expérimentations utilisant des microalgues isolées et des populations phytoplanctoniques naturelles, cultivées en présence de différents types de matière organique dissoute isolés des eaux de l'estuaire de la Charente et du Bassin de Marennes-Oléron, de la baie de L Aiguillon. 3. Etat des travaux effectués en 2001 Nature et importance de la matière organique dissoute terrigène Dosage du carbone et de l'azote organiques dissous : Afin de répondre aux questions suscitées par ce projet de recherche, il a été procédé par le laboratoire à l achat d un détecteur simultané de carbone et d azote organique dissous par oxydation catalytique à haute température. Ce détecteur a été installé au CREMA le 9 Juin Il fait actuellement, l'objet d une mise au point adaptée à cette thématique. Extraction des substances organiques dissoutes : L étude de la MOD se fait en grande partie à partir de matériel isolé du milieu naturel par des techniques d extraction globales. Certaines de ces techniques permettent d associer à la fois la concentration et le fractionnement de la MOD. C est le cas des résines macroporeuses non ioniques ou des résines échangeuses d ion, et de l ultrafiltration. Ultrafiltration à flux tangentiel : Les techniques membranaires tel que l ultrafiltration, permettent la concentration et le fractionnement de la MOD à partir de grandes quantité d eau sans exposer les substances organiques dissoutes à des agents chimiques. Les molécules dissoutes sont séparées en fonction de leur taille, en faisant passer une solution sous pression à travers la membrane. Les macromolécules dont le poids moléculaire est supérieur à un certain seuil sont retenues tandis que les plus petites y compris les molécules du solvant, passent dans le filtrat. En filtration à flux tangentiel, la solution est pompée à grande vitesse le long des membranes, des séparateurs placés entre les membranes perturbent le flux pour créer une turbulence qui réduit la formation de la couche polarisée. Pour adapter le procédé de concentration à cette étude, un pilote d ultrafiltration a été mis au point au laboratoire. Ce pilote permet le traitement en grands (300 L), moyens (100 L) et petits (5 L) volumes. L origine marine des eaux à traiter a nécessité l utilisation de pompes en titane de puissance suffisante pour lutter contre l effet de la force ionique élevée de l eau de mer. Afin d éviter le colmatage de la membrane par les particules et les microorganismes de l eau de la Charente, un module de préfiltration allant jusqu à 0,2 a été construit. Il met en oeuvre une série de cartouches de filtration en profondeur offrant une grande efficacité pour la rétention des particules et des microorganismes, avec un débit important à de faibles pressions différentielles. Une pompe péristaltique assure une circulation douce du liquide, afin d éviter

4 l éclatement des microorganismes et d éviter ainsi un enrichissement de la MOD en substances intracellulaires. Le module d ultrafiltration comprend en plus de son système de membranes, une pompe assurant la mise en pression et la «recirculation» du liquide à concentrer, ainsi qu'un ensemble de manomètres pour régler les pressions. Dans un premier temps la mise en œuvre a porté sur l extraction et la concentration des substances organiques macromoléculaires dissoutes de poids moléculaire supérieur à 1000 Dalton. Au cours de cette mise au point, il a fallu tenir compte de contraintes liées à ce travail de recherche. Ainsi une quantité importante de substance devait être récupérée afin de satisfaire les exigences analytiques de la RMN, de la spectrométrie de masse et de la pyrolyse de masse. Prélèvement Filtration < 30 < 25 < Refroidissement Rétentat Membrane 1. Perméat Pompe Pilotes de préfiltration et d ultrafiltration mis au point au laboratoire

5 Extraction sur résines : Pour cette recherche, un ensemble de résines Amberlite XAD-8 et XAD-4 a été acquis afin de procéder au fractionnement de la MOD par couplage de ces deux résines. L utilisation de résines macroporeuses non ioniques est à l origine de la distinction entre substances humiques et non humiques. Elles sont constituées de billes dures et insolubles à base de polymères macroporeux non chargés. Dans un premier temps les techniques d extractions sur résines ont porté sur la fraction hydrophobe de la MOD en utilisant le protocole proposé par Thurman et Malcolm (1981). Par la suite, l utilisation de résines en série a permis d étendre le champ d investigation aux substances appelées acides hydrophiles. La fraction de carbone organique dissous adsorbé sur la résine XAD-8 constitue les substances humiques. Les substances adsorbées sur la résine XAD-4 sont dénommées acides hydrophiles et peuvent représenter de 20 à 30% du carbone organique dissous. Le couplage des deux résines permet un taux de récupération total de 85% de la MOD. Caractérisation chimique de la matière organique dissoute Utilisation de la Résonance Magnétique Nucléaire (RMN) du 13 C : La RMN 13 C permet d obtenir des informations qualitatives sur la distribution structurale du carbone organique. Conduite sur quelques centaines de mg d extrait lyophilisé, elle est non destructrice de la matière organique et assure la mesure directe des atomes de carbone. Elle permet de distinguer nettement les extraits isolés de rivière, du milieu marin, ou du sol. En 2001, une série de mesures encourageantes a été effectuée en collaboration avec l université de La Rochelle sur des extraits de MOD obtenu par ultrafiltration à partir d eaux provenant de l embouchure de la Charente. Cependant une mise au point importante reste à faire notamment au regard du type d appareillage utilisé et du type de molécules ciblé. Pour cette action, une collaboration a été mise en place avec le Laboratoire de Chimie Européen de l Université de Bordeaux doté d un équipement en RMN et d un environnement de chercheurs et techniciens plus adapté à notre thématique. Utilisation de la Pyrolyse couplé à la chromatographie gazeuse et détection de masse : La pyrolyse couplée à la chromatographie gazeuse et à la détection de masse est une méthode qui permet de caractériser une matière organique macromoléculaire après dissociation de celle-ci en molécules plus petites. Elle permet d'obtenir rapidement une signature spécifique à une matière organique donnée, basée sur des résidus de lipides, glucides, protéines et pigments chlorophylliens. Elle sera conduite en collaboration avec le Laboratoire de Synthèse et Réactivité des Substances Naturelles (UMR 6514) de l'université de Poitiers, sur de la MOD concentrée par ultrafiltration puis réduite à l'état solide par lyophilisation.

Bioréacteur à membrane HUBER VRM Ultrafiltration sur membrane rotative

Bioréacteur à membrane HUBER VRM Ultrafiltration sur membrane rotative Bioréacteur à membrane HUBER VRM Ultrafiltration sur membrane rotative VRM Membrane rotative d ultrafiltration Membranes plaques pour le traitement des eaux La solution du futur conçue pour répondre aux

Plus en détail

Expérience # 7 Identification des composés d un mélange

Expérience # 7 Identification des composés d un mélange Expérience # 7 1. But Le but de l expérience consiste à isoler chacun des composés d un mélange par les techniques de purification connues, à prouver la pureté de chacun et à déterminer la nature des composés

Plus en détail

CHAP 11-ACT DOC-Membranes

CHAP 11-ACT DOC-Membranes Thème : Matériaux Domaine : Structure et propriétés CHAP 11-ACT DOC-Membranes 1. MEMBRANES CELLULAIRES ACT DOC BELIN p158 «Les membranes cellulaires sont notamment formées de phospholipides [doc. 5], molécules

Plus en détail

Chloroforme ENVIRONNEMENT INDUSTRIE. Synthèse spécifique au secteur d activité Agroalimentaire

Chloroforme ENVIRONNEMENT INDUSTRIE. Synthèse spécifique au secteur d activité Agroalimentaire ENVIRONNEMENT INDUSTRIE Chloroforme Synthèse spécifique au secteur d activité Agroalimentaire I. Description et Composés II. Origine et Présence dans l environnement III. Secteur d utilisation IV. Valeurs

Plus en détail

LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES

LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES Novembre 2014 Le terme micropolluants désigne des substances, d origine naturelle ou synthétique, susceptibles d avoir une action toxique

Plus en détail

Réduction de la teneur en sucre des moûts

Réduction de la teneur en sucre des moûts Réduction de la teneur en sucre des moûts P Cottereau, D Solanet : ITV France - Domaine de Donadille 30230 Rodilhan philippe.cottereau@itvfrance.com, dominique.solanet@itvfrance.com P Vuchot, E Ferment

Plus en détail

Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines

Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines 1.Isolement des protéines A. Choix d une source de protéines B. Techniques de solubilisation C. Stabilisation des protéines D. Détection des protéines E.

Plus en détail

I Introduction à l ultrafiltration sur membranes

I Introduction à l ultrafiltration sur membranes I Introduction à l ultrafiltration sur membranes I.1 L Ultrafiltration sur membranes : une révolution pour le traitement de l eau L ultrafiltration a été développée dans les années 70 pour le traitement

Plus en détail

ORFID s.a. Traitement du brouillard d huile dans l air ambiant de l atelier d usinage de pièces métalliques (analyse gravimétrique)

ORFID s.a. Traitement du brouillard d huile dans l air ambiant de l atelier d usinage de pièces métalliques (analyse gravimétrique) ORFID s.a. Traitement du brouillard d huile dans l air ambiant de l atelier d usinage de pièces métalliques (analyse gravimétrique) Préambule. L opération de traitement décrite dans la présente note est

Plus en détail

Dureté de l eau et son traitement

Dureté de l eau et son traitement I - Introduction : Dureté de l eau et son traitement L eau bien que sans danger n est pas chimiquement pure. Après son évaporation, il reste des sels minéraux dont certains rendent l eau dure. Ces sels

Plus en détail

Composition de l oeuf

Composition de l oeuf Utilisation de l ultrafiltration pour la concentration et le dessalement de la phosvitine à partir d un concentré de jaune d oeuf délipidé Par: Bertrand CHAY PAK TING ièmes Journées 22ièmes Journées scientifiques

Plus en détail

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan C - Qualité des sols et de l eau Bilan 1 CAH, Solution du sol et nutrition minérale végétale Le sol est un système complexe formé : D'une fraction solide minérale faite de fragments de roche issus du sous-sol

Plus en détail

ÉLECTROPHORÈSE. , sur un ion avec une charge q dans un champ électrique d intensité, E, est: F électrique. = qe

ÉLECTROPHORÈSE. , sur un ion avec une charge q dans un champ électrique d intensité, E, est: F électrique. = qe ÉLECTROPHORÈSE A. Théorie -l électrophorèse, la migration d un ion dans un champ électrique, est utilisée dans les séparations analytiques des molécules biologiques - selon les lois de l électrostatique,

Plus en détail

116 page 2 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides»

116 page 2 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides» LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES Adoptée : 12 mai 1981 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides» (Méthode du flacon) 1. I N T R O D U C T I O N C o n n a i s s

Plus en détail

(bicarbonates ) et CO 3

(bicarbonates ) et CO 3 2/ Les eaux gazeuses LE SYSTÈME CARBONATE est l'ensemble formé par trois types de composés chimiques, qui sont : - dans l'atmosphère : le gaz carbonique (CO2) ; - dans l'eau : les composés de l'acide carbonique

Plus en détail

Atelier de biochimie : réalisation de modèles moléculaires

Atelier de biochimie : réalisation de modèles moléculaires Atelier de biochimie : réalisation de modèles moléculaires Titre du document Réalisation de modèles moléculaires à partir de kits de construction Matériel Kit de construction de molécules (1 par groupe

Plus en détail

Analyse de qualité de l eau 2012. Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique. 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane

Analyse de qualité de l eau 2012. Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique. 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane Analyse de qualité de l eau 212 Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane Entre août et octobre 212, l OBVNEBSL a procédé a des

Plus en détail

Génie Biologique. Techniques de séparation

Génie Biologique. Techniques de séparation Modélisation Consolider les connaissances des outils mathématiques et informatiques Éléments de cours 370N6BDD - Bases de données (coeff. 1) 370P6NUM - Analyse numérique (coeff. 1) 47h TOUZANI Rachid Techniques

Plus en détail

Application de la technique de spectroscopie de fluorescence à la caractérisation de la matière organique. naturelles

Application de la technique de spectroscopie de fluorescence à la caractérisation de la matière organique. naturelles Application de la technique de spectroscopie de fluorescence à la caractérisation de la matière organique dissoute (MOD) dans les eaux naturelles E. Parlanti (LPTC) des systèmes naturels UMR 5472 CNRS

Plus en détail

Les vitamines. Définition. Classification et fonction

Les vitamines. Définition. Classification et fonction Les vitamines Définition Les vitamines sont des nutriments organiques essentiels qui, contrairement à d autres nutriments (glucides, lipides, protéines), n apportent ni énergie ni éléments de croissance.

Plus en détail

FILTRATION TANGENTIELLE

FILTRATION TANGENTIELLE 1/1 INTRODUCTION A La filtration tangentielle est une technique membranaire. Elle met en œuvre une membrane, considérée comme une barrière sélective, une interface entre un milieu brut et un milieu purifié.

Plus en détail

THEME MODELISATION MATHEMATIQUE

THEME MODELISATION MATHEMATIQUE THEME MODELISATION MATHEMATIQUE Synthèse rédigée par Michel Poulin 1 et Pierre Le Hir 2 1 Centre d'informatique Géologique, Ecole des Mines de Paris 35, Rue Saint Honoré, 77305 Fontainebleau Cedex 2 IFREMER

Plus en détail

Fractionnement du lait Eco-efficacité des opérations membranaires

Fractionnement du lait Eco-efficacité des opérations membranaires Fractionnement du lait Eco-efficacité des opérations membranaires Geneviève Gésan-Guiziou UMR1253 Science et Technologie du Lait et de l œuf INRA Agrocampus Ouest Rennes 1 Académie de l Agriculture, Séance

Plus en détail

Minéralisation assistée par micro-ondes. Joël Poupon

Minéralisation assistée par micro-ondes. Joël Poupon Minéralisation assistée par micro-ondes Joël Poupon CSA, 14 novembre 2006 Importance de la mise en solution dans le processus analytique Doc. Anton Paar Conditions d une bonne minéralisation Pas de contamination

Plus en détail

Les méthodes de séparation basées sur l extraction

Les méthodes de séparation basées sur l extraction Les méthodes de séparation basées sur l extraction L extraction liquide - liquide C est l extraction d un soluté S d un solvant A par un solvant B non miscible au premier. Deux paramètres sont importants

Plus en détail

Chimie. Conductivité. Ammonium :

Chimie. Conductivité. Ammonium : Chimie Conductivité La conductivité de l'eau est l'aptitude d'une solution à permettre le passage du courant électrique. C'est à dire la capacité de l'eau à faire passer un courant électrique d'un point

Plus en détail

Les techniques membranaires : Différences et usages.

Les techniques membranaires : Différences et usages. Les techniques membranaires : Différences et usages. Article rédigé par C. Cun (Centre de recherche et de contrôle des eaux de Paris (CRECEP), Paris), relu par H. Soyer (professeur agrégée à l'ens, Paris).

Plus en détail

Une chimie «verte» pour la transition énergétique

Une chimie «verte» pour la transition énergétique Projet : Institut de Chimie Une chimie «verte» pour la transition énergétique L Institut de Chimie du Collège de France est le regroupement de 3 chaires de Professeurs et de 3 laboratoires associés localisés

Plus en détail

Le Poromètre Fluide Fluide : L appareil capable de caractériser les pores des membranes jusqu aux plus petits à 2 nm

Le Poromètre Fluide Fluide : L appareil capable de caractériser les pores des membranes jusqu aux plus petits à 2 nm Le Poromètre Fluide Fluide : L appareil capable de caractériser les pores des membranes jusqu aux plus petits à 2 nm 1- Introduction Marie Andrée SIRVAIN IFTS Institut de la Filtration et des Techniques

Plus en détail

DIRECTIVES GÉNÉRALES CODEX POUR L UTILISATION DES MATIÈRES PROTÉIQUES VÉGÉTALES (MPV) DANS LES ALIMENTS

DIRECTIVES GÉNÉRALES CODEX POUR L UTILISATION DES MATIÈRES PROTÉIQUES VÉGÉTALES (MPV) DANS LES ALIMENTS 1 CAC/GL 4-1989 DIRECTIVES GÉNÉRALES CODEX POUR L UTILISATION DES MATIÈRES PROTÉIQUES VÉGÉTALES (MPV) DANS LES ALIMENTS CAC/GL 4-1989 1. OBJET Fournir des orientations pour une utilisation appropriée et

Plus en détail

AQUA TECHNIQUE Parc de l Ile - 15/27, Rue du Port - 92007 NANTERRE - FRANCE Tél : 01 46 14 71 73 / Fax : 01 46 14 71 69 / Email :

AQUA TECHNIQUE Parc de l Ile - 15/27, Rue du Port - 92007 NANTERRE - FRANCE Tél : 01 46 14 71 73 / Fax : 01 46 14 71 69 / Email : AQUA TECHNIQUE Parc de l Ile - 15/27, Rue du Port - 92007 NANTERRE - FRANCE Tél : 01 46 14 71 73 / Fax : 01 46 14 71 69 / Email : info@aqua-technique.fr http://www.aqua-technique.fr http://www.aquakiosk.com

Plus en détail

Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources.

Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources. Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources. Frédéric LEDOUX a, Dominique COURCOT b, Emile PUSKARIC a, Antoine ABOUKAÏS b, Hélène

Plus en détail

Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4

Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4 Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4 Modules d'enseignements de Chimie M3303 : Techniques Spectroscopiques (Johan Alauzun S3) M4104 : Analyses Électrochimiques (Olivier Fontaine fin S3) et

Plus en détail

CatoCool. Traitement de l eau pour systèmes de refroidissement

CatoCool. Traitement de l eau pour systèmes de refroidissement CatoCool Traitement de l eau pour systèmes de refroidissement Eau de refroidissement Avantages et défauts En plus d être un produit de base facilement disponible, l eau a également la propriété d être

Plus en détail

PERMEABILITE DES POLYMERES

PERMEABILITE DES POLYMERES ANVAR PERMEABILITE DES POLYMERES I. NOTIONS SUR LE TRANSPORT GAZEUX DANS LES POLYMERES Il est généralement admis que les gaz traversent les films polymères denses par un processus de "dissolution-diffusion".

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Electrophorèse.

TD de Biochimie 4 : Electrophorèse. TD de Biochimie 4 : Electrophorèse. Synthèse de l expérience 1 Les questions posées durant l expérience 1 Exposé sur les méthodes de séparation des molécules : Paramètres de séparation Méthodes : l électrophorèse

Plus en détail

Année Internationale de l Eau Douce

Année Internationale de l Eau Douce Démystifier la Qualité de l'eau Démystifier la Qualité de l'eau Jean-François Goulet, d.t.a. Groupe Horticole Ledoux inc. Ste-Hélène de Bagot. (40) 79-2222. 2003 Année Internationale de l Eau Douce Démystifier

Plus en détail

Tiré à part de la rubrique L ENTREPRISE DU MOIS. de la revue L EAU, L INDUSTRIE, LES NUISANCES

Tiré à part de la rubrique L ENTREPRISE DU MOIS. de la revue L EAU, L INDUSTRIE, LES NUISANCES Tiré à part de la rubrique L ENTREPRISE DU MOIS de la revue L EAU, L INDUSTRIE, LES NUISANCES L ENTREPRISE DU MOIS Degrémont Technologies- : Peu d entreprises sont aussi liées au développement d une technologie

Plus en détail

La composition chimique de la matière vivante Chapitre 2 Anatomie

La composition chimique de la matière vivante Chapitre 2 Anatomie La composition chimique de la matière vivante Chapitre 2 Anatomie La matière vivante est constituée d éléments simples appelés atomes qui entrent dans la composition de la substance minérale et organique.

Plus en détail

La chloration de l eau potable. Solutions alternatives

La chloration de l eau potable. Solutions alternatives La chloration de l eau potable Solutions alternatives Inconvenients de la chloration Goût et odeur Addition d une substance chimique Formation des sous-produits Pas efficace contre les protozoaires Applications

Plus en détail

Détermination du carbone inorganique dissous, du carbone organique dissous et du carbone organique total : méthode par détection infrarouge

Détermination du carbone inorganique dissous, du carbone organique dissous et du carbone organique total : méthode par détection infrarouge Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 300 C 1.0 Détermination du carbone inorganique dissous, du carbone organique dissous et du carbone organique total : méthode par détection infrarouge

Plus en détail

Bilan TP11 : La formation des combustibles fossiles.

Bilan TP11 : La formation des combustibles fossiles. Bilan TP11 : La formation des combustibles fossiles. Atelier 1 : La formation d'un gisement de charbon L'origine biologique du charbon est montrée par la présence de fossiles de végétaux dans les roches

Plus en détail

laborantin laboratoire-école

laborantin laboratoire-école EPFL SB-ISIC laboratoire-école appren tis laborantin laboratoire-école en chimie La formation des apprentis laborantins en chimie à l EPFL SB-ISIC La formation des apprentis laborantins en chimie au sein

Plus en détail

Chapitre C1 : Les eaux de consommation

Chapitre C1 : Les eaux de consommation Chapitre C1 : Les eaux de consommation I) Une eau minérale est-elle de l eau pure? Activité expérimentale : 1- Peser un bécher de 150 ml à l aide de la balance. 2- Introduire 100 ml d eau minérale Hépar

Plus en détail

Les nitrates fiche guide

Les nitrates fiche guide Les nitrates fiche guide Notions abordées Chimie Sciences Mathématiques - Réactions chimiques - Concentration - Filtration - Rôle de l azote - Etude d un écosystème - Proportionnalité Objectifs d apprentissage

Plus en détail

SYSTEME DE FILTRATION D EAU POUR LA MAISON

SYSTEME DE FILTRATION D EAU POUR LA MAISON SYSTEME DE FILTRATION D EAU POUR LA MAISON LA FILTRATION PAR OSMOSE INVERSE La filtration par osmose inverse est généralement considérée comme la plus efficace des systèmes de filtration disponible. A

Plus en détail

SOMMAIRE. Unité1 : Science de l environnement (Ecologie)... 2 Unité2 : La reproduction chez les plantes.. 3

SOMMAIRE. Unité1 : Science de l environnement (Ecologie)... 2 Unité2 : La reproduction chez les plantes.. 3 SOMMAIRE Tronc commun scientifique Unité1 : Science de l environnement (Ecologie)....... 2 Unité2 : La reproduction chez les plantes.. 3 Tronc Commun des Lettres et Sciences humaines Unité1 : L eau : Source

Plus en détail

COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF?

COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? I LA POLLUTION QUE NOUS PRODUISONS ET SON IMPACT SUR LE MILIEU NATUREL Pollution = Introduction d éléments extérieurs non

Plus en détail

insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques

insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques Dominique Robin Ricardo Stouvenel Frédéric Jaquenod Gilles Triscone Martina Zsely-Schaffter Des

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informations de l'unité d'enseignement Implantation Institut Paul Lambin Cursus de Intitulé Bachelier en chimie Chimie analytique 2 et inorganique C2100 Cycle 1 Bloc 2 Quadrimestre 2 Pondération 1 Nombre

Plus en détail

ULTRAFILTRATION TP 3ème Année Chimie CAP, Septembre 2015

ULTRAFILTRATION    TP 3ème Année Chimie CAP, Septembre 2015 ULTRAFILTRATION TP 3 ème Année Chimie CAP, Septembre 2015 1. Introduction générale Suite aux différentes crises énergétiques et économiques, le développement des biotechnologies a pris de l essor. En particulier,

Plus en détail

Analyse des PBDE dans les biotes marins

Analyse des PBDE dans les biotes marins Analyse des PBDE dans les biotes marins Références de la méthode La méthode qui suit est dérivée de la publication suivante Norme française et/ou européenne dont est tirée la méthode Niveau de validation

Plus en détail

C5 Synthè sès èn chimiè organiquè

C5 Synthè sès èn chimiè organiquè Synthè sès èn chimiè organiquè Une synthèse chimique est un enchaînement de réactions chimiques mis en œuvre pour l obtention d un ou plusieurs produits finaux. Ce processus en chimie va permettre de créer

Plus en détail

Microbiologie Biologie des micro-organismes

Microbiologie Biologie des micro-organismes Microbiologie Biologie des micro-organismes 7bactéries procaryotes "avant le noyau" 2 groupes taxonomiques de procaryotes eubactries archobactries 7levures, moisissures, champignons (mycètes) 7algues 7protozoaires

Plus en détail

Usine d ultrafiltration

Usine d ultrafiltration Annemasse - Les Voirons Agglomération Usine d ultrafiltration Les Eaux-Belles Etrembières Edito La production de l eau potable, soumise à des normes de plus en plus contraignantes pour le paramètre turbidité*,

Plus en détail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 25 juillet 2012 AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à «une demande d'autorisation d'essais

Plus en détail

Chapitre 10 Entretien des matériaux

Chapitre 10 Entretien des matériaux Chapitre 10 Entretien des matériaux I. Les tensioactifs I.1. Tension superficielle (rappels) Un liquide, au contraire d un gaz, ne tend pas à occuper tout l espace qui lui est offert : ses molécules sont

Plus en détail

Notice technique Le collage des vins

Notice technique Le collage des vins Notice technique Le collage des vins 1 POURQUOI COLLER? Le collage est l opération qui consiste à incorporer un adjuvant au vin (ou au moût). Elle permet de : 1.1 AMÉLIORER LA LIMPIDITÉ La limpidité, c

Plus en détail

Indicateurs de Pression : Sédimentaire (Géo)chimique

Indicateurs de Pression : Sédimentaire (Géo)chimique Observatoire de l environnement en Nouvelle-Calédonie Atelier marin - Vers un suivi optimal des lagons et récifs - Indicateurs de Pression : Sédimentaire (Géo)chimique 25 au 29 octobre 2010 26/10/10 FERNANDEZ

Plus en détail

ET-ESU : Qualité physico-chimique des eaux de surface. Cartographie des derniers résultats de mesure de la qualité via la méthode SEQ Eau, en 2005 :

ET-ESU : Qualité physico-chimique des eaux de surface. Cartographie des derniers résultats de mesure de la qualité via la méthode SEQ Eau, en 2005 : ET-ESU : Qualité physico-chimique des eaux de surface Cartographie des derniers résultats de mesure de la qualité via la méthode SEQ Eau, en 2005 : Données d évolution : Analyse : L état qualitatif des

Plus en détail

Analyse de protocoles : activités 1, 2, 3, 4 p485 Chimiosélectivité : activités 1, 2,3 p503

Analyse de protocoles : activités 1, 2, 3, 4 p485 Chimiosélectivité : activités 1, 2,3 p503 Chapitre 16 Synthèses organiques Effectuer une analyse critique de protocoles expérimentaux pour identifier les espèces mises en jeu, leurs quantités et les paramètres expérimentaux. Justifier le choix

Plus en détail

La réaction chimique

La réaction chimique Chapitre Programme 00 11 Exemples d activités Comment décrire le système et son évolution? À l aide d expériences simples à analyser, et sur la base des hypothèses formulées par les élèves, caractérisation

Plus en détail

Quels moyens pour garantir une eau potable de qualité? L ultrafiltration

Quels moyens pour garantir une eau potable de qualité? L ultrafiltration Quels moyens pour garantir une eau potable de qualité? L ultrafiltration Membratec SA - Emmanuel Bonvin AFSR, Yverdon le 21 1 Présentation de la société Société suisse indépendante, fondée en 1997, siège

Plus en détail

FICHE D ÉVALUATION TECHNIQUE DU COMITÉ SUR LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT EN EAU POTABLE. Degrémont NF-Azur. Niveau de développement :

FICHE D ÉVALUATION TECHNIQUE DU COMITÉ SUR LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT EN EAU POTABLE. Degrémont NF-Azur. Niveau de développement : FICHE D ÉVALUATION TECHNIQUE DU COMITÉ SUR LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT EN EAU POTABLE Degrémont NF-Azur Niveau de développement : EN VALIDATION À L ÉCHELLE RÉELLE Janvier 2011 1- DONNÉES GÉNÉRALES Nom

Plus en détail

RESCIF 2011. Franck Lalanne : franck.lalanne@2ie-edu.org

RESCIF 2011. Franck Lalanne : franck.lalanne@2ie-edu.org Franck Lalanne : franck.lalanne@2ie-edu.org Contexte Arsenic (métalloïde) : polluant majeur du sous-sol au Nord Burkina Faso, (Smedley et al., 2007), au Mali (Garcia, 2011) au Ghana (Smedley, 1996; Buamah,

Plus en détail

Analyse des caractéristiques physico-chimiques et phytoplanctoniques des eaux du golfe du Lion durant la campagne LATEX2010. Approche lagrangienne.

Analyse des caractéristiques physico-chimiques et phytoplanctoniques des eaux du golfe du Lion durant la campagne LATEX2010. Approche lagrangienne. Analyse des caractéristiques physico-chimiques et phytoplanctoniques des eaux du golfe du Lion durant la campagne LATEX2010. Approche lagrangienne. Karine BATTISTI Stage volontaire réalisé sous la direction

Plus en détail

SCRIPT: Systèmes de production durables

SCRIPT: Systèmes de production durables SCRIPT: Systèmes de production durables INTRODUCTION (1,5 mn) Myriam CALLIER, Denis Covès et Jean-Paul Blancheton Note: Le grain sur la durabilité devrait être présenté avant ce grain Afin de garantir

Plus en détail

Avant-propos. Sommaire. Les défis. Page 02. L eau et ses constituants. Page 06. La formation de dépôts calcaires. Page 13. Page 15

Avant-propos. Sommaire. Les défis. Page 02. L eau et ses constituants. Page 06. La formation de dépôts calcaires. Page 13. Page 15 Le guide de l eau Avant-propos Sommaire L eau potable est un élément essentiel de votre quotidien et se trouve à la base d une hygiène alimentaire irréprochable. Elle s utilise dans les domaines les plus

Plus en détail

Problèmes calcaires Protégez vos installations avant qu il ne soit trop tard!

Problèmes calcaires Protégez vos installations avant qu il ne soit trop tard! Problèmes calcaires Protégez vos installations avant qu il ne soit trop tard! Le Problème Suivant la position de l'équilibre entre la formation d'acide carbonique (H 2 CO 3 ) et celle de carbonate de calcium

Plus en détail

Stratégies de synthèse organique

Stratégies de synthèse organique Chimie rganique Stratégies de synthèse organique La synthèse organique est une discipline dans laquelle de nombreux paramètres sont à prendre en compte afin d obtenir des produits purs avec de bons rendements,

Plus en détail

Chromatographie liquide haute performance (CHLP)

Chromatographie liquide haute performance (CHLP) Chromatographie liquide haute performance (CHLP) La chromatographie liquide haute performance (CHLP en français, HPLC en anglais) est une technique analytique très générale d emploi. Elle correspond à

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

LA SOLUTION DE MOUILLAGE & L ANTAGONISME EAU/ENCRE

LA SOLUTION DE MOUILLAGE & L ANTAGONISME EAU/ENCRE LA SOLUTION DE MOUILLAGE & L ANTAGONISME EAU/ENCRE Avec les augmentations des cadences de production (jusqu à 15 000 tr/h sur les machines à feuilles et 15 m/s pour les rotatives), le nombre de couleurs

Plus en détail

TEPZZ 89 96 A_T EP 2 893 963 A1 (19) (11) EP 2 893 963 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 15.07.2015 Bulletin 2015/29

TEPZZ 89 96 A_T EP 2 893 963 A1 (19) (11) EP 2 893 963 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 15.07.2015 Bulletin 2015/29 (19) TEPZZ 89 96 A_T (11) EP 2 893 963 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication:.07. Bulletin /29 (21) Numéro de dépôt: 6189.1 (1) Int Cl.: B01D 19/00 (06.01) B01D 63/04 (06.01) C02F

Plus en détail

Le soleil, source d énergie pour la biosphère

Le soleil, source d énergie pour la biosphère 3. ENTREE DE L ENERGIE DANS LE MONDE VIVANT. Le soleil, source d énergie pour la biosphère Activités pratiques Ex.A.O. De la lumière solaire à la matière organique Connaissances La lumière solaire permet,

Plus en détail

OXYDO-REDUCTION. Un oxydant est une espèce capable de fixer des électrons. Un réducteur est une espèce capable de céder des électrons.

OXYDO-REDUCTION. Un oxydant est une espèce capable de fixer des électrons. Un réducteur est une espèce capable de céder des électrons. OXYDO-REDUCTION I) Définitions 1) Oxydant et Réducteur Un oxydant est une espèce capable de fixer des électrons. Un réducteur est une espèce capable de céder des électrons. 2) Couple rédox On parle de

Plus en détail

E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE

E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE 1. Objet La présente méthode de référence spécifie une méthode de détermination de l azote nitreux dans l eau

Plus en détail

Rapport. Sur la campagne d échantillonnage. De l eau des lacs de Saint-Alphonse-Rodriguez. Juillet et août 2005

Rapport. Sur la campagne d échantillonnage. De l eau des lacs de Saint-Alphonse-Rodriguez. Juillet et août 2005 Rapport Sur la campagne d échantillonnage De l eau des lacs de Saint-Alphonse-Rodriguez Juillet et août 2005 On n'hérite pas la terre de ses ancêtres, on l'emprunte à ses enfants Antoine de Saint-Exupery

Plus en détail

Eco-conception de procédés à membranes visant l obtention de protéines à fonction(s) cible(s) ECOPROM www.inra.fr/ecoprom

Eco-conception de procédés à membranes visant l obtention de protéines à fonction(s) cible(s) ECOPROM www.inra.fr/ecoprom Eco-conception de procédés à membranes visant l obtention de protéines à fonction(s) cible(s) ECOPROM www.inra.fr/ecoprom Coordinatrice : Geneviève Gésan-Guiziou UMR 1253 STLO INRA-Agrocampus Ouest, Rennes

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS Décembre 2012 GUIDE A L INTENTION DES AUTORITES COMPETENTES POUR LE CONTROLE DE LA CONFORMITE AVEC LES ACTES LEGISLATIFS DE L UE

Plus en détail

LES ANTITARTRES CHIMIQUES LES ANTITARTRES MAGNÉTIQUES LES ANTITARTRES ÉLECTRONIQUES. Le calcaire aussi appelé tartre, «durcit» l eau et petit

LES ANTITARTRES CHIMIQUES LES ANTITARTRES MAGNÉTIQUES LES ANTITARTRES ÉLECTRONIQUES. Le calcaire aussi appelé tartre, «durcit» l eau et petit L adoucisseur permet, pour l ensemble de votre installation, de modifier une eau «dure» chargée de calcaire en eau «douce», grâce à une résine qui retient les ions de calcium et de magnésium, à l origine

Plus en détail

Séance 7 : Qualité des sols (2) Engrais et produits phytosanitaires

Séance 7 : Qualité des sols (2) Engrais et produits phytosanitaires Première ES Séance 7 : Qualité des sols (2) 1/7 THEME 2 : Nourrir l'humanité Séance 7 : Qualité des sols (2) Engrais et produits phytosanitaires NOTIONS ET CONTENUS Engrais et produits phytosanitaires

Plus en détail

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU INTRODUCTION L'eau est une ressource finie, recyclable et inégalement répartie. Elle est une ressource indispensable aux êtres vivants et aux activités humaines.

Plus en détail

CQP Conduite de procédé de fabrication en biotechnologies

CQP Conduite de procédé de fabrication en biotechnologies CQP Conduite de procédé de fabrication en biotechnologies Page 1 Référentiel de compétences 2 2 Passerelles avec les autres CQP 6 3 Indications sur le référentiel de formation 7 4 - Mise en relation des

Plus en détail

2.7 TENEURS EN NUTRIMENTS ET VALEUR ENERGETIQUE DES DENREES. La teneur en eau est la proportion effective (totale, dosable) d'eau dans la denrée.

2.7 TENEURS EN NUTRIMENTS ET VALEUR ENERGETIQUE DES DENREES. La teneur en eau est la proportion effective (totale, dosable) d'eau dans la denrée. - 2.7/1-2.7 TENEURS EN NUTRIMENTS ET VALEUR ENERGETIQUE DES DENREES 2.7.1 Méthodes d analyse des nutriments 2.7.1.1 Détermination de la teneur en eau La teneur en eau est la proportion effective (totale,

Plus en détail

Pour observer, identifier ou comparer des protéines, plusieurs étapes sont requises :

Pour observer, identifier ou comparer des protéines, plusieurs étapes sont requises : Techniques de séparation, identification et caractérisation des protéines enzymatiques Pour observer, identifier ou comparer des protéines, plusieurs étapes sont requises : l Obtention de l'extrait brut

Plus en détail

Recherche et valorisation d'éléments actifs issus des micro-algues pour l'utilisation en cosmétique en nutraceutique et d autres applications.

Recherche et valorisation d'éléments actifs issus des micro-algues pour l'utilisation en cosmétique en nutraceutique et d autres applications. ALGOBIOTECH SAS au capital de 22 000 Mars 2014 RCS 800 670 291 Evry 5 Rue Henri Auguste Desbruères 91030 EVRY Tél. +33 (0) 1 60 91 78 86 www.algobiotech.com Recherche et valorisation d'éléments actifs

Plus en détail

I. Protocole d une synthèse

I. Protocole d une synthèse Chap. C4 Stratégie de la synthèse organique I. Protocole d une synthèse 1- Espèces chimiques mises en jeu Un protocole décrit les espèces chimiques (réactifs, solvant et catalyseur) à introduire et leurs

Plus en détail

TRAITEMENT DES LIXIVIATS PAR UN COUPLAGE DE PROCEDES

TRAITEMENT DES LIXIVIATS PAR UN COUPLAGE DE PROCEDES TRAITEMENT DES LIXIVIATS PAR UN COUPLAGE DE PROCEDES 1. Contexte de l étude + Objectifs 2. Caractérisation des lixiviats 3. Performances du couplage de procédés 4. Conclusion générale Étude menée au STRI/LHC

Plus en détail

Bioréacteur à membrane

Bioréacteur à membrane Bioréacteur à membrane Une qualité exceptionnelle de rejet L effluent produit par Ecoprocess TM MBR satisfait les exigences de qualité les plus strictes en matière de rejet, incluant la désinfection, la

Plus en détail

10 Cycles frigorifiques

10 Cycles frigorifiques 14 mars 2003 Introduction 277 10 10.1 Introduction Dans la section 9.1, on a considéré des machines thermiques constituées de quatre processus distincts, mettant en œuvre soit des dispositifs à circulation

Plus en détail

Concepts de génie alimentaire

Concepts de génie alimentaire Concepts de génie alimentaire Procédés associés et applications à la conservation des aliments Laurent Bazinet François Castaigne 11 rue Lavoisier 75008 Paris Table des matières Introduction...1 Première

Plus en détail

ANALYSE DE LIPIDES. Assistants: T. Hannich S. Epstein I. Riezman

ANALYSE DE LIPIDES. Assistants: T. Hannich S. Epstein I. Riezman ANALYSE DE LIPIDES Assistants: T. Hannich S. Epstein I. Riezman - 1 - 1. Introduction Dans cette expérience, nous allons nous intéresser aux lipides et plus principalement à leurs voies de synthèse dans

Plus en détail

Galan Briceño Juana, Bonvin Grégoire, 14.11.2005 Origa Magali, Osini Stéphanie

Galan Briceño Juana, Bonvin Grégoire, 14.11.2005 Origa Magali, Osini Stéphanie ANALYSE DE PROTEINES DANS LA LEVURE. I. But : Le but de ce TP est l analyse quantitative d une protéine de levure, l hexokinase, qui joue un rôle essentiel dans le mécanisme de la glycolyse. Nous utiliserons

Plus en détail

6. AUTRES TYPES DE CHROMATOGRAPHIE

6. AUTRES TYPES DE CHROMATOGRAPHIE 6. AUTRES TYPES DE CHROMATOGRAPHIE OBJECTIFS Connaître les particularités de la chromatographie en fluide supercritique et des chromatographies sur couche mince ou sur papier Comprendre les avantages et

Plus en détail

9 CHIMIE DE L ACIDE CARBONIQUE DANS L EAU

9 CHIMIE DE L ACIDE CARBONIQUE DANS L EAU 9 CHIMIE DE L ACIDE CARBONIQUE DANS L EAU 9. INTRODUCTION Dans l étude de la composition isotopique du carbone de l eau, que cela concerne les eaux douces ou salées, une complication intervient de par

Plus en détail

DIPLÔME UNIVERSITAIRE DE GENIE GENETIQUE. Le Diplôme Universitaire de Génie Génétique est obtenu par la validation de 3 modules parmi 4 proposés :

DIPLÔME UNIVERSITAIRE DE GENIE GENETIQUE. Le Diplôme Universitaire de Génie Génétique est obtenu par la validation de 3 modules parmi 4 proposés : DIPLÔME UNIVERSITAIRE DE GENIE GENETIQUE Le Diplôme Universitaire de Génie Génétique est obtenu par la validation de 3 modules parmi 4 proposés : Outre l assiduité, l évaluation individuelle est réalisée

Plus en détail

Introduction. I. Les besoins alimentaires de la plante. II. Les besoins minéraux de la plante. Définition des termes utilisés

Introduction. I. Les besoins alimentaires de la plante. II. Les besoins minéraux de la plante. Définition des termes utilisés Introduction I. Les besoins alimentaires de la plante Pour se nourrir les plantes supérieures ont, comme tout être vivant, besoin d'énergie et de matières. La plante supérieure a la propriété fondamentale

Plus en détail

V- Purification des Protéines

V- Purification des Protéines V- Purification des Protéines = séparation des autres constituants de la cellule Protéine assez enrichie pour que tout contaminant puisse être tenu comme valeur négligeable : «raisonnement pure» Plusieurs

Plus en détail

Thème incertitude de mesure

Thème incertitude de mesure Thème incertitude de mesure Etude d'une démarche de métrologie en BTSA première année Production Aquacole (Dany Vert, LEGTA D'AHUN) Objectifs du référentiel et prérequis : Objectifs Objectif 4.2 : Réaliser

Plus en détail