L Equipe Opérationnelle en Hygiène Hospitalière

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Equipe Opérationnelle en Hygiène Hospitalière"

Transcription

1 Prévention des risques infectieux et sécurité des soins : L ESSENTIEL A ALPHA Santé Guide à l usage des services L objectif de ce guide est de fournir aux équipes les éléments fondamentaux pour la maitrise du risque infectieux. Rappelons que dans chaque service, les correspondants en hygiène en lien avec les responsables de service peuvent vous donner des informations complémentaires. L ensemble des protocoles et fiches techniques sont disponibles dans les classeurs hygiène/clin. Certains documents sont consultables sur intranet via Kaliweb. Sommaire Circuit de l information des Bactéries Multi-Résistantes (BMR) p. 2 Précautions d hygiène selon le type et la localisation des Bactéries Multi-Résistantes p. 3 Fiche de prescription médicale des précautions complémentaires + logo «isolement» p. 4 Prévention de la transmission de pathologies infectieuses contagieuses (sauf BMR) p I-009 Mesures à prendre en cas de diarrhées aigues (Clostridum difficile) p. 7 Traitement des infections à Clostridium difficile p. 8 Recommandations port de gants p. 9 Technique enfilage de gants stériles p. 10 Pose du masque chirurgical et pose du masque FFP2 p I-HAY-009 Bonne utilisation des produits d entretien p I-007 V3 Germes et bionettoyage p. 13 Check-list : pose de voie veineuse périphérique (VVP) p. 14 Check-list : manipulation des lignes, embouts, tubulures et robinets liés aux VVP p. 15 Check-list : pose de l aiguille sur chambre implantable p. 16 Check-list : retrait de l aiguille sur chambre implantable p. 17 Check-list : oxygénothérapie p. 18 Check-list : aérosolthérapie p. 19 Check-list : pose de sonde à demeure p. 20 L Equipe Opérationnelle en Hygiène Hospitalière Karine GUERRE Cadre coordonnateur pôle HQR - poste ( ).7618 (Hayange) - poste ( ).7145 (MSM) Dr Chantal BAUDIN - poste ( ).7362 Auteurs : EOH Pôle HQR Rédaction : Avril 2011 Validation : CLIN Juin 2011 Version du Hayange/ Le Kem Maryse COLSON - poste ( ).7367 (Hayange) - poste ( ).8081 (Le Kem) EHPAD 57 Isabelle AMARD - poste ( ).7403 Mont Saint Martin Dr Laury PHELIX - poste ( ).7283 Francine PORTAILLER - poste ( ).7556 Maryse UNTERSINGER - poste ( ) /20

2 LE PROGRAMME DE MAITRISE DES BMR (Bactéries Multi-Résistantes) Circuit de l Information des Bactéries Multi-Résistantes Prélèvement clinique dans le service Alerte laboratoir toire Identification d une BMR Information service Information EOH FAX - Téléphone - Résultat écrit - «Attention germe multi-résistant nécessitant une mesure d isolement» Réception EOH Mise en place des précautions complémentaires (Contact et/ou Air et/ou Gouttelettes) Fiche prescription médicale des précautions complémentaires (dossier patient) Info EOH : Fax (à la mise en place et à la levée) Transfert Patient 1. Téléphone au service d accueil 2. Logo isolement sur dossier infirmier et fiche de liaison 3. Courrier médical 2/20

3 P.C.C = Précautions Complémentaires Contact P.C.A = Précautions Complémentaires Air P.C.G = Précautions Complémentaires Gouttelettes ettes 3/20

4 PRESCRIPTION MEDICALE DES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES EN COMPLEMENT DES PRECAUTIONS «STANDARD» A faxer à l Equipe Opérationnelle d Hygiène Hospitalière dès la mise en place des mesures 7026 site Mt St Martin ou 7533 site Hayange A conserver dans le dossier du patient Service :... N de chambre :... Date... Chambre individuelle OUI NON Nom du Médecin :... Nom de l IDE en charge de la mise en place : Etiquette patient LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES sont de type : «C» CONTACT BMR, Gastroentérites, VRS, Rotavirus, Clostridium, gale, abcès. «G» GOUTTELETTES Infections respiratoires à BMR, Grippe, Coqueluche, VRS, Infections respiratoires aigues (IRA). «A» AIR Tuberculose, Rougeole, Varicelle, Zona. GERME(S) ISOLES SITE(S) DE L INFECTION : Digestif/Selles Respiratoire Site Opératoire Plaie chronique Urinaire Bactériémie Cathéter Autres, préciser Signature du Prescripteur : Informations des professionnels : Mise en place du pictogramme signalétique Porte de chambre Dossier de soins Planification murale Bon de transport Demande d examen Transmissions dans le service Equipe soignante Equipe de bionettoyage Autres intervenants : Kinés, Radio, Ambulanciers Transmission en cas de transfert ou sortie (courrier médical/fiche de liaison) Autres services ALPHA Santé Autres établissements hospitaliers Médecin traitant par lettre Infirmier(e) libéral(e) si besoin Informations des patients /visiteurs Affiche sur la porte Famille (Tryptique BMR remis) Commentaires : Check list des équipements de protection (EPI) : Gants à UU non stériles Produit Hydro-alcoolique (PHA) Surblouses manches longues Tabliers en plastique Masques chirurgicaux IIR Précautions «G» Masques FFP2 Précautions «A» Linge et déchets : Linge : évacué sous double emballage (sac hydrosoluble sac rouge dédié au linge à risque infectieux) Déchets : évacués sous double emballage (sac jaune DASRI) Cas particulier : Clostridium difficile Lavage simple savon doux + friction hydro-alcoolique avant d entrer dans la chambre et après retrait des gants Bionettoyage détergent neutre + rinçage + eau de Javel (1 litre pour 4 litres d eau froide) Traitement du matériel détergent neutre + rinçage + eau de Javel (1 litre pour 4 litres d eau froide) Pour le site de Mont-Saint-Martin uniquement : Environnement proche du patient (par soignants) avec détergent désinfectant Anioxyspray WS Logos : Dossier, demandes d examen Porte : sens interdit, consultez les infirmières escargot Levée des mesures : Date :./.../. par Dr..Signature du médecin. 4/20

5 P.C.C = Précautions Complémentaires Contact P.C.A = Précautions Complémentaires Air P.C.G = Précautions Complémentaires Gouttelettes 5/20

6 P.C.C = Précautions Complémentaires Contact P.C.A = Précautions Complémentaires Air P.C.G = Précautions Complémentaires Gouttelettes 6/20

7 LES GANTS 7/20

8 8/20

9 Les Gants 9/20

10 Les Gants Stériles 10/20

11 11/20

12 12/20

13 Le Bionettoyage Pour une bonne utilisation des produits d entretien I-HAY HAY-009 Les produits d entretien utilisés lors du bionettoyage ont pour objectifs : - d assurer l image de marque des locaux (en utilisant des détergents ou des détergents-désinfectants) tout en respectant les revêtements et le matériel - d assurer la sécurité des patients et résidents (en utilisant des détergentsdésinfectants ou des désinfectants) SA 180 WC 2000 CR 170 ANIOSURF DETERG ANIOS EAU DE JAVEL HYPRONORM Détergent neutre Etape 4 DEGRAISSANT DESINFECTANT PLONGE MANUELLE Équipement Nettoyage Produit Dilution Utilisation SA 180 détartrant faible Sans dilution Sur émail et chromes Rincer à l eau claire Cuvette des toilettes TOSSY WC 2000 Détartrant fort ANIOSURF Détergent-désinfectant Sans dilution 1 dose pour 8 litres d eau froide (bionettoyage standard) pas sur les chromes Uniquement pour la cuvette de toilettes Rincer à l eau claire Ne pas rincer : effet rémanent EAU DE JAVEL 1 litre 1 litre d Eau de Javel dans 4 litres d eau froide A utiliser après le détergent neutre + rinçage en cas de Clostridium difficile 12/20

14 Equipement Produit Dilution Utilisation CR 170 Crème à récurer Sans dilution Secouer le flacon avant utilisation SA 180 détartrant faible Sans dilution Sur émail et chromes Rincer à l eau claire LAVABO EVIER ANIOSURF Détergent-désinfectant 1 dose pour 8 litres d eau froide (bionettoyage standard) Ne pas rincer : effet rémanent EAU DE JAVEL 1 litre 1 litre d Eau de Javel dans 4 litres d eau froide A utiliser après le détergent neutre + rinçage en cas de Clostridium difficile Équipement Produit Dilution Utilisation DETERG ANIOS Détergent neutre 1 dose pour 8 litres d eau froide Rincer à l eau claire ANIOSURF Détergent-désinfectant 1 dose pour 8 litres d eau froide (bionettoyage standard) Ne pas rincer : effet rémanent SOL HYPRONORM Détergent neutre Etape 4 1 dose pour 20 litres d eau froide Autolaveuse EAU DE JAVEL 1 litre 1 litre d Eau de Javel dans 4 litres d eau froide A utiliser après le détergent neutre + rinçage en cas de Clostridium difficile SURFACES EN CONTACT AVEC L ALIMENTATION DEGRAISSANT DESINFECTANT MANUELLE EAU DE JAVEL 1 litre PLONGE 100 ml de produit dans 10 litres d eau tiède 1 litre d Eau de Javel dans 4 litres d eau froide Toujours rincer Toutes surfaces en contact avec l alimentation : adaptetable, pilulier A utiliser après le détergent neutre + rinçage en cas de Clostridium difficile 12/20

15 Germes et bionettoyage I V3 Chambre "standard" Précautions "standard" Chambre "BMR" Mesures particulières Respiratoire Cutanée Digestive Urinaire ERG Mesures complémentaires Chambre tuberculose Mesures complémentaires Chambre Clostridium difficile Mesures complémentaires Grippe A Courant Sortie Courant Sortie Courant Sortie Courant Sortie Courant Sortie Surfaces détergent désinfectant 0,25% détergent désinfectant 0,25% 0,50% Surfa safe Sols Jours pairs : 1 dose de détergent neutre dans 8 litres d'eau froide Jours impairs: Eau froide 1 dose de détergent désinfectant dans 8 litres d'eau froide détergent-désinfectant 0,50% 2 doses dans 8 litres d'eau froide détergent-désinfectant 0,50% 2 doses dans 8 litres d'eau froide détergent-désinfectant 2 doses dans 8 litres d'eau froide détergent neutre 1 dose dans 8 litres d'eau froide + rinçage Aniosurf 1 dose dans 8 litres d'eau froide Nbre de passages mn d'intervalle Environnement proche du patient 1 3 : 2 passages à 20 mn d'intervalle 3 ème passage 2 heures après minimum Pas de détergent-désinfectant 1 Utilisation Eau de Javel NON NON NON NON NON NON NON 1 litre d'eau de Javel dans 4 litres d'eau froide NON Protocole Précautions standard 06/531/I/002 05/531/I/001 06/531/I/010 Rédaction : Mme HEILIG Mme COLSON Mme BAUDIN Approbation : Equipe bionettoyage CEH Validation : CLIN de février /20

16 CHECK-LIST : POSE DE VOIE VEINEUSE PERIPHERIQUE HYGIENE DES MAINS PREPARATION CUTANEE DU SITE D INSERTION INSERTION DU CATHETER TRACABILITE ET SURVEILLANCE (dossier patient) PHA Avant préparation PHA Avant insertion Port masque chirurgical Compresses stériles Détersion : Mode opératoire 3 temps Séchage par tamponnements Port de gants Port de gants stériles Pansement semi-perméable transparent type TEGADERM Date/heure Site Type de cathéter Antisepsie : Antiseptique alcoolique* Même gamme de produit qu à la détersion Séchage spontané Non Collecteur piquant/tranchant/coupant à portée de mains Surveillance quotidienne Pôle HQR Cellule hygiène Novembre 2010 Réf. : Recommandations HAS Novembre 2005 et Avril 2007 * BISEPTINE ou BETADINE alcoolique BISEPTINE/BISEPTINE = gamme chlorhexidine BETADINE scrub/betadine alcoolique = gamme iodée 14/20

17 CHECK-LIST : MANIPULATION LIGNES DES EMBOUTS, TUBULURES et ROBINETS DES VVP MANIPULATION STANDARD MANIPULATION PARTICULIERES Friction au PHA avant manipulation Utilisation de compresses stériles Utilisation d antiseptique alcoolique Port de gants stériles (dérivés sanguins) NA Changement de tubulures après chaque administration de produits sanguins et solutés lipidiques Manipulation à distance du KT Utilisation d un obturateur stérile à chaque manipulation Réf. : recommandations HAS Avril 2007 et novembre /20

18 CHECK-LIST : POSE DE L AIGUILLE SUR CHAMBRE IMPLANTABLE Autoévaluation 13/01/2010 Etiquette patient Immunodépression OUI NON 1 - TENUE Nombre d opérateurs : Date et heure de la pose : Service : 2 - PREPARATION CUTANEE 3 - POSE DE L AIGUILLE 1. a/ Tenue soignant 1 Coiffe 2 Masque 3 Friction PHA 3 Surblouse non stérile (uniquement si patient immunodéprimé ou neutropénique) 4 Gants non stériles NA 1.. b/ Tenue patient 1 Coiffe (uniquement si patient immunodéprimé ou neutropénique) 2 Masque 1.a/ Tenue soignant - Cocher si les éléments de la tenue sont portés dans l ordre cité - 3 surblouse : à cocher uniquement en cas de patient immunodéprimé - 4 gants non stériles : NA en cas d utilisation de pinces 1.b/ Tenue patient - 1 coiffe : à cocher uniquement en cas de patient immunodéprimé Champ opératoire 1 Détersion Nom du produit... 2 Rinçage 3 Séchage 4 Antisepsie Nom du produit... 2/ Préparation cutanée - Détersion : préciser le nom de l antiseptique utilisé Biseptine, Bétadine Scrub, Bétadine dermique, Bétadine alcoolique, savon doux ; Dakin, Hibiscrub, Hibitane champ, Alcool - Antisepsie : préciser le nom de l antiseptique utilisé Biseptine, Bétadine Scrub, Bétadine dermique, Bétadine alcoolique, savon doux ; Dakin, Hibiscrub, Hibitane champ, Alcool En cas d utilisation de Biseptine, cocher pour le 1 er passage «détersion» et cocher pour le 2 ème passage «antisepsie». 1 Retrait des gants non stériles NA 2 Friction PHA 3 Port de gants stériles 4 Nouvelle application d antiseptique Nom du produit... 5 Après la pose, rinçage par au moins 10 ml de sérum physiologique (seringue pré-remplie ou non) 6 Réalisation de 3 poussées successives 3/ Pose de l aiguille - 1 retrait des gants non stériles : cocher NA dans le cas où la préparation cutanée est réalisée sans gants et avec des pinces. - 4 nouvelle application d antiseptique : il s agit d une phase spécifique juste avant la pose de l aiguille, qui complète les deux premiers passages détersion et antisepsie de la préparation cutanée. Préciser le nom de l antiseptique utilisé : Biseptine, Bétadine Scrub, Bétadine dermique, Bétadine alcoolique, savon doux, Dakin, hibiscrub, Hibitane champ, Alcool 16/20

19 CHECK-LIST : RETRAIT DE L AIGUILLE SUR CHAMBRE IMPLANTABLE Autoévaluation Etiquette patient Immunodépression OUI NON Nombre d opérateurs : Date et heure de ponction : Service : 13/01/ a/ Tenue soignant nt 1 - TENUE 1 Coiffe 2 Masque 3 Friction PHA 3 bis Surblouse non stérile (uniquement si patient immunodéprimé ou neutropénique) 4 Gants non stériles NA 1. b/ Tenue patient 1 Coiffe (uniquement si patient immunodéprimé ou neutropénique) 2 Masque 2 RETRAIT DE L AIGUILLE 1 Rinçage de la tubulure après retrait de l aiguille avec au moins 10ml de sérum physiologique 2 Réalisation de 3 poussées successives 3 Retrait en pression positive 3 ANTISEPSIE CUTANEE APRES RETRAIT DE L AIGUILLE 1 Détersion Nom du produit... 2 Rinçage 3 Séchage 4 Antisepsie Nom du produit... 1.a/ Tenue soignant - Cocher si les éléments de la tenue sont portés dans l ordre cité - 3 bis surblouse : à cocher uniquement en cas de patient immunodéprimé - 4 gants non stériles : application des précautions standard 1.b/ Tenue patient - 1 coiffe : cocher uniquement en cas de patient immunodéprimé 2/ Retrait de l aiguille -3 retrait en pression positive : appuyer sur le piston de la seringue tout en retirant l aiguille 1/ Détersion et 4/ Antisepsie - Préciser le nom de l antiseptique utilisé : Biseptine, Bétadine Scrub, Bétadine dermique, Bétadine alcoolique, savon doux, Dakin, Hibiscrub, Hibitane champ, Alcool 17/20

20 CHECK-LIST : OXYGENOTHERAPIE PREPARATION MONTAGE APRES L ADMINISTRATION Vérification de la prescription médicale (identité du patient) PHA Dispositif (lunettes, masque ) conforme à la prescription médicale Pôle HQR Cellule hygiène Février 2011 Montage au lit du malade Désinfection du bouchon du Respiflo avec compresse alcoolisée Réglage du débit bas de la bille indique le débit Inscription du débit sur le Respiflo Inscription de la date de branchement sur le Respiflo Si lunettes : appliquer dans les narines Si masque : recouvre le nez et la bouche Si sonde : - introduction ion au niveau de la narine (longueur l aile du nez et lobe oreille) - fixé à la joue (longueur : écart entre Si trach-vent : au niveau de l orifice de trachéotomie Education du patient Traçabilité dans le dossier du patient Contrôle saturation oxymètre Contrôle du débit Changement de lunettes toutes les 24 heures Changement du Respiflo après 7 jours Vérification du niveau d eau 18/20

21 PREPARATION CHECK-LIST : AEROSOLTHERAPIE ADMINISTRATION APRES L ADMINISTRATION Vérification prescription médicale Vérification de la compatibilité Vérification des dates de péremption PHA La préparation a lieu au lit l du patient Pôle HQR Cellule hygiène Février 201 Installation du patient en ½ assis Les voies aériennes sont dégagées Présence du nuage médicamenteux avant la pose du masque Le masque adhère au visage Le patient est informé de la durée du traitement Le réservoir + masque sont systématiquement vidés Le réservoir + masque sont rincés Le réservoir + masque sont rincés à l eau stérile Le réservoir + masque sont séchés avec des compresses Le réservoir + masque sont séchés avec des compresses stériles Le réservoir + masque sont emballés après utilisation Le traitement par aérosol est tracé dans le dossier patient 19/20

22 TENUE OPERATEUR CHECK-LIST : POSE DE SONDE A DEMEURE PREPARATION CUTANEE POSE DE LA SONDE FIXATION TRACABILITE ET SURVEILLANCE (dossier patient) Masque chirurgical IIR Friction PHA Gants non stériles Toilette uro-génitale Si oui, BETADINE scrub Savon doux Rinçage eau stérile Séchage par tamponnement Friction PHA Port de gants stériles Antisepsie : Bétadine dermique Dakin Lubrifiant stérile Ballonnet gonflé Oui Oui Sonde fixée (face interne cuisse) Sac en déclive Sac à distance du sol Date/heure Charrière Type de sonde Aspect et volume v des urines Retrait des gants Système clos pré-connecté Pôle HQR Cellule hygiène Novembre 2010 Réf. : Recommandations HAS Novembre 2005 et Avril /20

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Dr. Nathalie MAUBOURGUET Lundi 24 novembre 2008 Ministère de la Santé, Salle Laroque Séminaire National sur l Organisation de la Prévention des Infections

Plus en détail

PROTOCOLE SONDAGE VESICAL

PROTOCOLE SONDAGE VESICAL DOMAINE : SOINS N version : 1 PROTOCOLE SONDAGE VESICAL Date application : 18/09/2009 8page(s) (R/V) Rédaction / date Validation / date Approbation / date Diffusion / date Actualisation / date A LECOQ/

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

Chapitre IV : Gestion des soins

Chapitre IV : Gestion des soins Chapitre IV : Fiche n IV.1 : Actes infirmiers et de nursing : Soins respiratoires - Aérosolthérapie Injections : IV/IM/SC Soins respiratoires - Oxygénothérapie Hygiène des mains professionnels et résidents

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

Précautions standard d hygiène au cœur de la prévention du risque infectieux

Précautions standard d hygiène au cœur de la prévention du risque infectieux Précautions standard d hygiène au cœur de la prévention du risque infectieux Ivana Novakova, Arlin IDF ivana.novakova@sap.aphp.fr arlin.idf@sap.aphp.fr La vie en EHPAD: modèle de tous les paradoxes et

Plus en détail

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Gestion des épidémies en FAM et MAS 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Rappels En EMS, le risque infectieux est présent, avec cumul des différents aspects de ce risque: Infections communautaires:

Plus en détail

NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION

NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION OBJECTIFS SPECIFIQUES : ENUMERER SANS ERREUR LES ELEMENTS QUI COMPOSENT LE MATERIEL COURANT DE SOINS EXPLIQUER CHACUNE DES TECHNIQUES

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PG SPI SUR 014 v1 2011 1/5 OBJET Conduite à tenir dans le cadre de l'arrivée d'un patient atteint ou suspect de portage de Clostridium

Plus en détail

BIONETTOYAGE EN SOINS DE SUITE 2009

BIONETTOYAGE EN SOINS DE SUITE 2009 PS ENS-ENT 010 V1 BIONETTOYAGE EN SOINS DE SUITE 2009 n page 1/14 OBJET Améliorer la qualité de l'environnement du patient, contribuant ainsi à diminuer le risque d'infection. En cohérence avec le manuel

Plus en détail

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation Réanimation 2002 ; 11 : 250-6 2002 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069302002414/FLA RECOMMANDATIONS Recommandations des experts de la Société de réanimation

Plus en détail

SOINS INFIRMIERS EN HEMODIALYSE

SOINS INFIRMIERS EN HEMODIALYSE SOINS INFIRMIERS EN HEMODIALYSE PLAN I) Rappels d anatomie physiologie II) IRC: Définition Traitement: hémodialyse, dérivation péritonéale, greffe III) Hémodialyse Définition Principes Législation IV)

Plus en détail

Prépration cutanée de l opéré

Prépration cutanée de l opéré Prépration cutanée de l opéré Xème Journée d Hygiène Hospitalière de Bizerte. Bizerte le 3 décembre 2005 Conférence de Consensus de la Société Française d Hygiène Hospitalière 1 Définition: Ensemble de

Plus en détail

Prévention du risque infectieux en EHPAD, MAS, FAM et IME

Prévention du risque infectieux en EHPAD, MAS, FAM et IME Prévention du risque infectieux en EHPAD, MAS, FAM et IME Équipe: Dr Elise Seringe elise.seringe@sap.aphp.fr Ivana Novakova ivana.novakova@sap.aphp.fr 01 40 27 42 53 arlin.idf@sap.aphp.fr C CLINs de FRANCE

Plus en détail

Ablation de sutures. Module soins infirmiers

Ablation de sutures. Module soins infirmiers Ablation de sutures Module soins infirmiers Equipe enseignante de l IFSI du Centre Hospitalier de ROUBAIX Diaporama réalisé par : Stéphane Dubus, Formateur I. Définition Il s agit d ôter les sutures cutanées

Plus en détail

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Prise en charge d un «résident septique» en Etablissements Médico Sociaux PRÉVENTION DES RISQUES INFECTIEUX EN ETABLISSEMENTS MÉDICO SOCIAUX INFECTIONS NOSOCOMIALES ET COMMUNAUTAIRES ASSOCIÉES AUX SOINS

Plus en détail

ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES

ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES 1 ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES A. NETTOYAGE COURANT Il est effectué: en dernier lieu, Idéalement ½ heure minimum après la réfection du lit. en

Plus en détail

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON JOURNEE DU «RESEAU MATER» Jeudi 18 novembre 2010 C. Brunet M.P. Veuillet Sage-femme cadre I.D.E. hygiéniste PRESENTATION DU SERVICE MATERNITE CH MACON niveau 2B PERSONNELS

Plus en détail

La réglementation quelques incontournables

La réglementation quelques incontournables Unité d Hygiène et d Épidémiologie 2012 La réglementation quelques incontournables Code du Travail - Article L 231-2 du titre 3 Hygiène, sécurité et conditions de travail Paragraphe 2 : «Les établissements

Plus en détail

La gestion des excreta en région Nord-Pas de Calais

La gestion des excreta en région Nord-Pas de Calais 14 besoins fondamentaux selon Virginia Henderson La gestion des excreta en région Nord-Pas de Calais Journée EHPAD Ile de France 03 avril 2014 Nouara Baghdadi pour le groupe de travail Nord Pas de Calais

Plus en détail

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 1 SOINS DE BOUCHE ENTRETIEN DES PROTHESES DENTAIRES L état bucco-dentaire est souvent préoccupant

Plus en détail

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD 1, MAS 2 et FAM 3. Référentiels des pratiques

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD 1, MAS 2 et FAM 3. Référentiels des pratiques GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD 1, MAS 2 et FAM 3 Référentiels des pratiques Juillet 2009 EHPAD 1 = Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes MAS 2 = Maison d accueil spécialisé

Plus en détail

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité Référence : PT/HYG/003-C Page :Page 1 sur 15 Objet : - Permettre de dispenser des soins de qualité dans un environnement maîtrisé (garantie de propreté visuelle et bactériologique). - Eviter la propagation

Plus en détail

SOINS DE PRATIQUE COURANTE. Prélèvement aseptique cutané ou de sécrétions muqueuses, prélèvement de selles

SOINS DE PRATIQUE COURANTE. Prélèvement aseptique cutané ou de sécrétions muqueuses, prélèvement de selles NOMENCLATURE GENERALE DES ACTES PROFESSIONNELS INFIRMIERS (Arrêté du 25 mars 1993) (Arrêté du 21 avril 1994) (Arrêté du 1er mars 1999) (Arrêté du 8 Décembre 1999) (Arrêté du 12 Octobre 2000) (Arrêté du

Plus en détail

Hygiène des véhicules de transport sanitaire

Hygiène des véhicules de transport sanitaire 2 0 0 4 Hygiène des véhicules 2 0 0 4 de transport sanitaire Sommaire Les fiches d enregistrement sont insérées dans le rabat en 3 ème de couverture. Préambule... 3 Étude préliminaire, objectifs... 3 Recommandations

Plus en détail

Les Mesures Additionnelles aux Précautions Standard

Les Mesures Additionnelles aux Précautions Standard Les Mesures Additionnelles aux Précautions Standard Guide Romand pour la prévention des infections liées aux soins 1 Préambule Ce document est destiné à tous les professionnels travaillant dans les structures

Plus en détail

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel?

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel? L entretien en radiologie conventionnelle Il existe plusieurs sortes d entretiens à l hôpital Selon le service, le risque infectieux, la zone à entretenir et les actes effectués, l entretien sera différent.

Plus en détail

JORF n 0060 du 12 mars 2009. Texte n 18

JORF n 0060 du 12 mars 2009. Texte n 18 Le 16 mars 2009 JORF n 0060 du 12 mars 2009 Texte n 18 ARRETE Arrêté du 10 février 2009 fixant les conditions exigées pour les véhicules et les installations matérielles affectés aux transports sanitaires

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

EBOLA - épidémie 2014 - Transport en ambulance d'un cas suspect

EBOLA - épidémie 2014 - Transport en ambulance d'un cas suspect Virus Ebola Transmission : de personne à personne lors de contact avec liquides biologiques du malade (sang, excréments, vomissures, urine, salive, sperme). Incubation : de quatre à dix jours, au max 21

Plus en détail

Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées en réanimation en France?

Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées en réanimation en France? 53 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s de réanimation 2011 Sfar. Tous droits réservés. Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

PREPARATION DU PATIENT POUR UNE CHIRURGIE. Marcelle Haddad

PREPARATION DU PATIENT POUR UNE CHIRURGIE. Marcelle Haddad PREPARATION DU PATIENT POUR UNE CHIRURGIE Marcelle Haddad PLUSIEURS CATEGORIES DE CHIRURGIE 1-Perte d un d organe ou d une fonction Ex: cholecystectomie,appenticectomie 2-Ablation d une tumeur,, d un d

Plus en détail

La version électronique fait foi

La version électronique fait foi Page 1/6 Localisation : Classeur VERT Disponible sur Intranet A revoir : 10/2015 Objet : La présente procédure a pour objet de décrire les responsabilités et les principes pour la réalisation des prélèvements.

Plus en détail

24/01/ 2014 EQUIPE «REFERENTE» POUR L UTILISATION DES CATHETERS VEINEUX PERIPHERIQUES ET CENTRAUX : QUELLE PLACE POUR L INFIRMIERE?

24/01/ 2014 EQUIPE «REFERENTE» POUR L UTILISATION DES CATHETERS VEINEUX PERIPHERIQUES ET CENTRAUX : QUELLE PLACE POUR L INFIRMIERE? 24/01/ 2014 EQUIPE «REFERENTE» POUR L UTILISATION DES CATHETERS VEINEUX PERIPHERIQUES ET CENTRAUX : QUELLE PLACE POUR L INFIRMIERE? I. Kriegel, C. Thinlot, M. Arsicault, A. Mauduit, M. Varenne, A.-B. Knoche,

Plus en détail

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES PROTOCOLE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES TRANSPORTS SANITAIRES ET DE LEURS MATERIELS Selon les protocoles du CLIN, du SMUR 54 et du Groupe Synapse (69) Pour assurer une efficacité optimale du nettoyage

Plus en détail

De ces considérations résulte l importance de la gestion du risque infectieux dans les EHPAD du fait de la grande fragilité des résidents.

De ces considérations résulte l importance de la gestion du risque infectieux dans les EHPAD du fait de la grande fragilité des résidents. INTRODUCTION Il y aurait en France environ 650 000 résidents hébergés, répartis dans une dizaine de milliers d EHPAD. Environ 40% des résidents ont au moins 85 ans avec une majorité de femmes (70%) [résultats

Plus en détail

Hygiène et prévention du risque infectieux en cabinet médical ou paramédical

Hygiène et prévention du risque infectieux en cabinet médical ou paramédical RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Hygiène et prévention du risque infectieux en cabinet médical ou paramédical Recommandations Juin 2007 Avec le partenariat méthodologique et le concours financier de la

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

La formation dans tous ses états. Programme et méthode de formation continue sur la

La formation dans tous ses états. Programme et méthode de formation continue sur la La formation dans tous ses états Programme et méthode de formation continue sur la «Préparation des médicaments anticancéreux» Répond à (Art R 950-4 al 1 du Code du Travail) Par qui, Comment et Pourquoi.

Plus en détail

L ENTRETIEN DES LOCAUX ET DES EQUIPEMENTS AU BLOC OPERATOIRE

L ENTRETIEN DES LOCAUX ET DES EQUIPEMENTS AU BLOC OPERATOIRE LUTTE CONTRE L INFECTION EN PERIODE PERI-OPERATOIRE mars 2010 L ENTRETIEN DES LOCAUX ET DES EQUIPEMENTS AU BLOC OPERATOIRE F. DUBOURDIEU Unité d Hygiène Hospitalière Hôpitaux Civils de Colmar Sommaire

Plus en détail

Entretien des DM Entretien des locaux Gestion du linge Gestion des déchets Gestion de la qualité de l eau EN EHPAD. MISSIONS de l ARLIN Bretagne

Entretien des DM Entretien des locaux Gestion du linge Gestion des déchets Gestion de la qualité de l eau EN EHPAD. MISSIONS de l ARLIN Bretagne Entretien des DM Entretien des locaux Gestion du linge Gestion des déchets Gestion de la qualité de l eau EN EHPAD MISSIONS de l ARLIN Bretagne Conseils et assistance aux ES et aux EHPAD FAM MAS Animation

Plus en détail

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY Gestion d une épidémie de Klebsiella pneumoniae (Kpn) productrice de carbapénèmase OXA 48 dans un service de Maladies nfectieuses et Tropicales francilien. C. BLLON, C. BURNAT, S.DELLON C. FORTAT, M. PALOMNO

Plus en détail

STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE

STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE FACULTÉ DE MÉDECINE FACULTÉ DE CHIRURGIE DENTAIRE Université de Strasbourg STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE JUILLET ou AOUT ou SEPTEMBRE 2012

Plus en détail

Soins d'hygiène corporelle de l'adulte : Aide à la toilette partielle au lavabo et au lit du visage et des mains

Soins d'hygiène corporelle de l'adulte : Aide à la toilette partielle au lavabo et au lit du visage et des mains Soins Soins d'hygiène corporelle de l'adulte : Aide à la toilette partielle au lavabo et au lit du visage et des mains LP Louis Blériot 2 BAC Pro ASSP Situation professionnelle Situation n 6 Fonction Compétence

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives Référence : PT/RES/006-B Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques, biologiques, chimiques et physiques lors des opérations d épluchage, lavage et désinfection des légumes terreux,

Plus en détail

«Actualités et aspects pratiques de l antisepsie»

«Actualités et aspects pratiques de l antisepsie» Symposium Pharma «Actualités et aspects pratiques de l antisepsie» Modérateur : Joseph Hajjar Quelle antisepsie pour quel acte? Dr Olivia KEITA-PERSE Centre Hospitalier Princesse Grace Monaco Antisepsie

Plus en détail

A LIRE IMPERATIVEMENT AVANT TOUTE UTILISATION A REMETTRE A L UTILISATEUR ET A CONSERVER

A LIRE IMPERATIVEMENT AVANT TOUTE UTILISATION A REMETTRE A L UTILISATEUR ET A CONSERVER 4 Le Pas du Château 85670 SAINT PAUL MONT PENIT TEL : 02-51-98-55-64 FAX : 02-51-98-59-07 EMAIL : info@medicatlantic.fr Site Internet : http//: www.winncare.fr MANUEL D UTILISATION Des Systèmes d Aide

Plus en détail

DE QUALITE GESTION DES RISQUES DEVELOPPEMENT DURABLE

DE QUALITE GESTION DES RISQUES DEVELOPPEMENT DURABLE PROJET DE QUALITE / GESTION DES RISQUES / DEVELOPPEMENT DURABLE

Plus en détail

Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires. Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu

Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires. Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu Introduction Réorganisation profonde nécessaire de l offre de soins Organisation hospitalière

Plus en détail

Bio nettoyage au bloc opératoire

Bio nettoyage au bloc opératoire Bio nettoyage au bloc opératoire Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie novembre 2012 Le bio nettoyage au bloc L impression omniprésente de travailler dans l urgence

Plus en détail

DÉRIVATION VENTRICULAIRE EXTERNE (DVE)

DÉRIVATION VENTRICULAIRE EXTERNE (DVE) Hôpital de Bicêtre Département d Anesthésie-Réanimation Service de Neurochirurgie DÉRIVATION VENTRICULAIRE EXTERNE (DVE) Mise à jour 2008 1 SOMMAIRE Points essentiels...3 Définitions et généralités...4

Plus en détail

Présentation générale du Programme

Présentation générale du Programme Contexte Le Propias fait suite à Plan stratégique national 2009-2013 de prévention des infections associées aux soins Programme national de prévention des infections nosocomiales 2009-2013 (Propin) Programme

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

LA DÉMARCHE GLOBALE DE PRÉVENTION

LA DÉMARCHE GLOBALE DE PRÉVENTION LA DÉMARCHE GLOBALE DE PRÉVENTION La méthode HACCP olet 3 : Ressource documentaire 1 Exemples de protocoles (A1 à A5) 2 Exemples de fiches de contrôle (B1 à B4) Année : 2005-2006 A - 1 PROTOCOLE DE FABRICATION

Plus en détail

2. HYGIENE ET PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX

2. HYGIENE ET PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX Hygiène des soins infirmiers en ambulatoire - C.CLIN-Ouest 2002 2. HYGIENE ET PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX LES PRECAUTIONS STANDARD Objectif : Protéger systématiquement tous les patients et tous les

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

Réseau AES Sud Est Lyon Hôtel Dieu 5/12/2006

Réseau AES Sud Est Lyon Hôtel Dieu 5/12/2006 Réseau AES Sud Est Lyon Hôtel Dieu 5/12/2006 La prévention des AES au Centre Hospitalier Lyon Sud HCL, au travers de 2 expériences de terrain réalisées en 2005 1 Origine de la démarche : Prévention des

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

Semaine Sécurité des patients

Semaine Sécurité des patients Bienvenue dans le «mystère de la chambre des erreurs»! Découvrez le tableau de synthèse des réponses du matériel nécessaire à la mise en place de la chambre des erreurs ainsi que les réponses attendues

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

Les précautions «standard» sont décrites dans la circulaire

Les précautions «standard» sont décrites dans la circulaire PRÉVENIR Précautions standard Les précautions «standard» sont décrites dans la circulaire DGS/DH - n 98/249 du 20 avril 1998 relative à la prévention de la transmission d agents infectieux véhiculés par

Plus en détail

Tableau de correspondance

Tableau de correspondance TYPES ET CATEGORIES DE VEHICULES types de transport : - aide médicale urgente - sur prescription médicale ("non urgente") 3 catégories de véhicules A Ambulance de secours et de soins d urgence (ASSU) C

Plus en détail

SUTURE D EPISIOTOMIE ET PRISE EN CHARGE DE LA CICATRICE; RECOMMANDATIONS AUX PATIENTES

SUTURE D EPISIOTOMIE ET PRISE EN CHARGE DE LA CICATRICE; RECOMMANDATIONS AUX PATIENTES SUTURE D EPISIOTOMIE ET PRISE EN CHARGE DE LA CICATRICE; RECOMMANDATIONS AUX PATIENTES M. BERLAND Université Claude Bernard Lyon 1 Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud Charles Mérieux 1 METHODES

Plus en détail

Hygiène et transport sanitaire

Hygiène et transport sanitaire MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE MINISTERE DIRECTION REGIONALE DE BIZERTE SERVICE REGIONAL D HYGIENE DU MILIEU Série des manuels d hygiène hospitalière SAMU Manuel 5 Hygiène et transport sanitaire Année

Plus en détail

Marquage laser des métaux

Marquage laser des métaux 62 Colorer Marquage laser des métaux TherMark Produit à base aqueuse pour un nettoyage rapide. Appliquer une fine couche de produit sur le métal, laisser sécher moins de 2 minutes et graver au laser. L

Plus en détail

MODE OPERATOIRE NORMALISE : Date d application :

MODE OPERATOIRE NORMALISE : Date d application : 1 / 14 Prénom / Nom Date, signature Rédacteur : Tony Jamault Vérificateur : Anthony Loussouarn Approbation : Isabelle Calard Table des matières 1 OBJECTIF DU MODE OPERATOIRE ET DOMAINE D APPLICATION...

Plus en détail

Semaine Sécurité des patients «Le mystère de la chambre des erreurs!»

Semaine Sécurité des patients «Le mystère de la chambre des erreurs!» Semaine Sécurité des patients «Le mystère de la chambre des erreurs!» Vous avez été X à prendre le risque d entrer dans notre chambre des erreurs, à présent découvrez les erreurs ou risques potentiels

Plus en détail

TP 3 diffusion à travers une membrane

TP 3 diffusion à travers une membrane TP 3 diffusion à travers une membrane CONSIGNES DE SÉCURITÉ Ce TP nécessite la manipulation de liquides pouvant tacher les vêtements. Le port de la blouse est fortement conseillé. Les essuie tout en papier

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX D ORIGINE ALIMENTAIRE DANS LES UNITES DE SOINS

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX D ORIGINE ALIMENTAIRE DANS LES UNITES DE SOINS GESTION DU RISQUE INFECTIEUX D ORIGINE ALIMENTAIRE DANS LES UNITES DE SOINS C. DECADE -Dr L. MARTY -D. DEMONTROND Dr C.MANUEL - Dr R.CABRIT - Dr G.MANN Centre Médical de Forcilles 77150 FEROLLES-ATTILLY

Plus en détail

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Dr Stéphanie ROCHON EDOUARD, Praticien

Plus en détail

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31 Code : PR-DSI-000-31 PROCÉDURE Instance responsable : Direction des soins infirmiers Approuvée par : Diane Benoit Présentée et adoptée au comité de direction le : 16 janvier 2013 Entrée en vigueur le :

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPEES

MINISTERE DE LA SANTE, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPEES MINISTERE DE LA SANTE, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPEES Conduite à tenir pour la prise en charge des personnes présentant un syndrome ou une suspicion de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS)

Plus en détail

SADIR assistance, Prestataire de Santé à Domicile (PSAD)

SADIR assistance, Prestataire de Santé à Domicile (PSAD) SADIR assistance, Prestataire de Santé à Domicile (PSAD) 1 PSAD: qui sommes nous - 1 200 000 patients toutes prestations confondues, pris en charge tous les jours à domicile en : oxygénothérapie ventilation

Plus en détail

ATTENTES DE L ÉQUIPE & MFP

ATTENTES DE L ÉQUIPE & MFP B R O C H U R E 2 0 1 2 US52 HÉMATOLOGIE À L ATTENTION DES ÉTUDIANT(E)S EN SOINS INFIRMIERS z Bienvenue à l US52 z Le 52,qu est-ce que c est? L unité 52 est un service d hospitalisation d hématologie adulte.

Plus en détail

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES

CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES Compétence du socle : Compétence 6 : Les compétences sociales et civiques. Contribution attendue : Utiliser un produit chimique

Plus en détail

Agent d entretien des locaux

Agent d entretien des locaux Agent d entretien des locaux L entretien des locaux (bureaux, écoles, salles polyvalentes, structures sanitaires, gymnases ) nécessite l emploi de techniques, de produits et de matériels spécifiques qui

Plus en détail

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques SIP Août 2010 Route : 354 Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques Août 2010 1 Table des matières 1. Présentation du service p 3 2. Pathologies les plus courantes aux SIP. P 5 3. Objectifs de stage p

Plus en détail

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme Coordination de la Gestion des risques Bilan - Programme La démarche Mise en place en 2007 Regroupe l ensemble des Vigilances Sanitaire. Associe le programme CLIN Associe les risques liés aux vigilances

Plus en détail

IBCP- Service Culture Cell- Règlement Intérieur des laboratoires de culture cellulaire

IBCP- Service Culture Cell- Règlement Intérieur des laboratoires de culture cellulaire IBCP- Service Culture Cell- Règlement Intérieur des laboratoires de culture cellulaire Table des matières I -Liste des laboratoires de culture cellulaire de l IBCP :... 2 II -Conditions requises pour l

Plus en détail

Les Produits Hydro-Alcooliques et les professionnels de santé : faisons le point sur les risques!

Les Produits Hydro-Alcooliques et les professionnels de santé : faisons le point sur les risques! Réseau des Hygiénistes du Centre Journée Régionale de Formation Mardi 14 octobre 2014 Les Produits Hydro-Alcooliques et les professionnels de santé : faisons le point sur les risques! Dr C. Lazor-Blanchet

Plus en détail

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique.

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique. Diplôme d Etat d infirmier Référentiel d activités Annexe I Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Procédures Utilisation des laboratoires L2

Procédures Utilisation des laboratoires L2 N PROCEDURES Personnes page concernées I PROCEDURES D UTILISATION I-1 Entrée/sortie du personnel Utilisateurs 2 I-2 Utilisation d un PSM de type II Utilisateurs 3 I-3 Elimination des déchets solides Biologiques

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES. Transports sanitaires

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES. Transports sanitaires Marché de service CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES Transports sanitaires - Etablissement contractant : CENTRE HOSPITALIER 858 rue des Drs. Devillers 02120 GUISE 03.23.51.55.55 03.23.51.55.35 Procédure

Plus en détail

RÈGLES D'HYGIÈNE EN CUISINE

RÈGLES D'HYGIÈNE EN CUISINE RÈGLES D'HYGIÈNE EN CUISINE Directives pour: Economes Cuistots Personnel auxiliaire cuisine Personnel auxiliaire d'entretien par Luk Wullaert Federaal Agentschap voor de Veiligheid van de Voedselketen

Plus en détail

Gamme CLINOX 3A LAVE-BASSINS

Gamme CLINOX 3A LAVE-BASSINS Gamme CLINOX 3A LAVE-BASSINS ARCANIA est la marque dédiée à la santé de la société SOFINOR, entreprise familiale créée en 1959, spécialiste de la fabrication d équipements INOX. Intégrant systématiquement

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

Développez vos compétences et votre savoir-faire avec les Formations Continues du CFPP Programme 2015 2016

Développez vos compétences et votre savoir-faire avec les Formations Continues du CFPP Programme 2015 2016 avec les Formations Continues du CFPP Programme 20 2016 CQP Dermo-Cosmétique Pharmaceutique CQP Vente conseil de produits cosmétiques & d hygiène en officine (ouvert aux salariés non diplômés) La Phytothérapie

Plus en détail

Cahier des bonnes pratiques pour un nettoyage écologique des locaux du Conseil Général de la Gironde

Cahier des bonnes pratiques pour un nettoyage écologique des locaux du Conseil Général de la Gironde Le Conseil Général ménage votre santé! Cahier des bonnes pratiques pour un nettoyage écologique des locaux du Conseil Général de la Gironde Sommaire 1. Pourquoi créer ce cahier pratique du nettoyage écologique?

Plus en détail

Référent et management

Référent et management Référent et management Manager pour une efficacité de prévention Rôle, mission du référent et relais avec l encadrement Comment fédérer tous les acteurs de soins Référent et management Manager pour une

Plus en détail

Tout sur les nouvelles cotations des perfusions

Tout sur les nouvelles cotations des perfusions Tout sur les nouvelles cotations des perfusions L arrêté de modification du livre III de la liste des actes et prestations relatif aux perfusions est paru au Journal officiel du 30 septembre 2014. Dans

Plus en détail

VILLE D ASNIERES SUR SEINE PLAN DE CONTINUITE DE L ACTIVITE DES SERVICES MUNICIPAUX - PANDEMIE GRIPPALE

VILLE D ASNIERES SUR SEINE PLAN DE CONTINUITE DE L ACTIVITE DES SERVICES MUNICIPAUX - PANDEMIE GRIPPALE VILLE D ASNIERES SUR SEINE PLAN DE CONTINUITE DE L ACTIVITE DES SERVICES MUNICIPAUX - PANDEMIE GRIPPALE A. EQUIPE PANDEMIE... 1 B. ORGANIGRAMME DEGRADE... 2 C. GESTION DES SERVICES DELEGUES... 4 D. FORMATION

Plus en détail

Les risques professionnels en EHPAD Carsat-am, juin 2013

Les risques professionnels en EHPAD Carsat-am, juin 2013 Les risques professionnels en EHPAD Carsat-am, juin 2013 Principaux risques professionnels Risques liés aux manutentions /mobilisation de personnes, lombalgie, TMS Déplacements, mobilisation de personnes

Plus en détail

Que savoir sur la chirurgie de LA HERNIE DE LA LIGNE BLANCHE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE en hospitalisation AMBULATOIRE?

Que savoir sur la chirurgie de LA HERNIE DE LA LIGNE BLANCHE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE en hospitalisation AMBULATOIRE? Que savoir sur la chirurgie de LA HERNIE DE LA LIGNE BLANCHE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE en hospitalisation AMBULATOIRE? VOUS ALLEZ ETRE OPERE(E) A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE D UNE CURE DE HERNIE DE LA LIGNE

Plus en détail