santé et social 86 Allons enfants du numérique!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "santé et social 86 Allons enfants du numérique!"

Transcription

1 86 Allons enfants du numérique!

2 sur parolesdelus.com Regards croisés sur la télémédecine Vers la télémédecine, pour tous, partout. Une solution pour lutter contre les déserts médicaux. Ne peut être la réponse à la fermeture d hôpitaux publics. Jean-Michel Astier, adjoint au maire de Saint-Vincent-de-Salers (15) Dossier santé Interviews et témoignages : service néonatalité de Villefranche-sur-Saône (69). Le rôle des communes est d accompagner les organismes hospitaliers et institutions médicales. Bernard Perrut, maire de Villefranchesur-Saône et président du conseil d administration du centre hospitalier Samu 75 en visioconférence Service de visioconférence mobile. Une solution qui améliore la qualité des informations échangées entre praticiens. Un service pour favoriser la prise de décision collégiale entre le médecin régulateur du Samu et l équipe médicale d intervention. D r Michel Nahon, Samu de Paris (75) Plébiscite. Les élus encouragent le déploiement de la télémédecine, envisagée comme une façon de lutter contre les déserts médicaux, tout en mettant en garde les pouvoirs publics devant la tentation de viser uniquement les économies. Télétransmission. Le système mis en place à Villefranchesur-Saône permet non seulement de veiller à la sécurité de l enfant, mais aussi de maintenir le lien parents-enfants, par le système de transmission d images via Internet. Visio Emergency Carbox. Implantée à l hôpital Necker, cette solution de visioconférence est destinée à faciliter les échanges entre les medecins et le Samu afin d améliorer la qualité du travail des urgentistes et des soins en intervention. parolesdelus.com 87

3 l avis de l expert Professeur Jean Cassagnes, ancien chef du pôle de cardiologie du CHU de Clermont-Ferrand, directeur médical de Cardiauvergne Paroles d élus Quelles étaient vos principales attentes en matière de technologies numériques? En quoi ont-elles été satisfaites? Pr Jean Cassagnes Les professionnels de santé, médecins y compris, attendent essentiellement des outils de partage de l information. Aujourd hui, le constat ancien est clair : chacun travaille dans son coin! Les échanges d information sont rares et le manque de coordination est patent. Évoqué depuis des décennies, le dossier médical partagé (DMP) tarde à voir le jour, malgré certaines avancées et la création de l Agence des systèmes d information partagés de santé (Asip Santé), en charge de la mise en place du DMP au niveau national. Imaginez la sécurité apportée par cet outil pour les patients, épargnés de la répétition inutile d examens. Actuellement, quand un patient est admis dans un service hospitalier, aucun de ses antécédents n est facilement accessible, ses thérapeutiques nous sont souvent inconnues. C est donc l une des priorités absolues. C est d ailleurs pourquoi, au sein de notre groupement de coopération sanitaire, Cardiauvergne, un dossier partagé a été instauré sur cette pathologie gravissime qu est l insuffisance cardiaque. Opérationnel depuis quelques mois, il est très efficace. L interopérabilité entre systèmes informatiques doit être totale : aujourd hui, il existe pour les dossiers médicaux plus d une dizaine de logiciels métier qui ne communiquent pas entre eux! Chez les pharmaciens, fort heureusement, les deux principaux outils sont interopérables. Paroles d élus Quels bénéfices particulièrement marquants retenezvous de cet apport du numérique? Pr Jean Cassagnes Je pense à de nombreuses améliorations des soins, sources de substantielles économies pour les dépenses de santé, devenues très lourdes à assumer pour notre société. Mais ces outils ne remplaceront jamais les professionnels. Le contact humain doit rester prioritaire : la proximité du médecin généraliste et de l infirmière reste incontournable. Se servir des avancées technologiques, oui, mais il n est pas pensable de faire de la bonne médecine uniquement par téléphone. Paroles d élus Quels outils vous ont le plus interpellé? Pr Jean Cassagnes Grâce à la téléexpertise technique bien maîtrisée, il est possible d envoyer des images pour les faire interpréter par des experts, à condition que le débit soit suffisant. Les images d électrocardiogrammes que je reçois sur mon iphone permettent 88 Allons enfants du numérique!

4 Partager l information entre tous les professionnels de santé, en particulier ceux qui sont proches du patient, c est l enjeu essentiel du moment. Il est très attendu par tous. un diagnostic. Cette avancée est utilisée dans les stations alpines, où les pisteurs peuvent télétransmettre au CH de Briançon l électrocardiogramme d un skieur présentant une douleur thoracique. Autre exemple, la radiologie. Il faut des compétences particulières pour commenter une imagerie en coupe (scanner ou IRM). Aux États-Unis, des images recueillies aux quatre coins du pays sont aujourd hui envoyées en Inde et interprétées par des médecins spécialistes. Cependant, travailler en dehors du contexte clinique peut-être source d erreurs. Donc, oui à une certaine centralisation dans le télédiagnostic, mais raisonnablement et sans couper le contact avec le professionnel de proximité. Il en est de même pour la télésurveillance. Prenons l exemple des stimulateurs cardiaques ou des défibrillateurs implantés : les patients sont équipés et télésurveillés. Toutefois, les applications les plus attendues concernent les pathologies chroniques, comme l insuffisance cardiaque, parce qu elles sont graves, fréquentes et coûteuses. Dans le dispositif Cardiauvergne, un seul capteur est confié au patient : une balance avec télétransmetteur (la mesure quotidienne du poids est déjà un indicateur très performant). Demain, les outils mesureront la fréquence cardiaque, la tension artérielle, la saturation du sang en oxygène, l activité physique (podomètre), etc. Cela dit, plutôt que de multiplier les capteurs, mieux vaut un dossier médical bien renseigné par l infirmière qui, comme à Cardiauvergne, peut transmettre la surveillance clinique par smartphone. La surveillance biologique est envoyée par télétransmission depuis le laboratoire aux pharmacies, qui délivrent les médicaments et complètent le dossier. À partir de ces données, un système expert que nous avons développé génère des alarmes. Notre rôle est alors de gérer ces alertes et de coordonner les soins. Paroles d élus Ces technologies sont-elles une bonne réponse, voire la réponse, à la raréfaction médicale? Pr Jean Cassagnes Il est possible de pallier en partie cette raréfaction, sans aucun risque pour les patients. Aussi, comment accepter, par exemple, d attendre six ou huit mois pour une consultation d ophtalmologie? La mise en place d une délégation de surveillance à des orthoptistes serait envisageable : des outils permettraient de réaliser un fond de l œil ou de mesurer la tension intraoculaire, et transmettraient ces données à l ophtalmologiste pour interprétation et validation. Un véritable gain en rapidité d intervention et en économies! > parolesdelus.com 89

5 l interview Pour Frédéric Valletoux, maire de Fontainebleau et président de la Fédération hospitalière de France, l e-santé doit rester un outil au service de la politique de santé, facilitant l atteinte des axes majeurs que sont la qualité et la pertinence des soins, l accessibilité et l efficience, dans un contexte de ressources financières et humaines restreintes. Il rappelle ici, à l attention des lecteurs de Paroles d élus, la multiplicité des termes et leur définition, ainsi que les objectifs qu il est possible de leur assigner. Frédéric Valletoux, maire de Fontainebleau et président de la Fédération hospitalière de France 90 Allons enfants du numérique!!

6 Paroles d élus Quelles ont été les avancées qui, grâce au numérique, ont permis le développement de la télémédecine en vue de repenser la relation aux malades? Frédéric Valletoux Le terme de télémédecine regroupe un panel d outils très variés : la téléconsultation, la téléexpertise, la surveillance et l assistance médicales, entre autres. Il s agit d une forme de pratique médicale à distance rendue possible par les évolutions des technologies et par un cadre réglementaire récent qui se développe sur l ensemble du territoire. La télémédecine est un levier pour la mise en place de nouvelles organisations pouvant répondre aux défis actuels de notre système de santé, notamment en matière d accessibilité aux soins. Elle répond également à une demande de qualité et de pertinence des soins de la part des citoyens, mais aussi de prise en charge de leur pathologie. La télémédecine permet en effet d améliorer l accessibilité à des soins de qualité pour tous sur l ensemble du territoire ; d optimiser l utilisation du temps de ressources médicales rares (enjeu de la démographie médicale) ; de perfectionner les parcours de soins des patients. Cinq priorités nationales ont ainsi été définies (lire ci-dessous). L e-santé doit rester un outil au service de la politique de santé, facilitant l atteinte des axes majeurs que sont la qualité et la pertinence des soins, l accessibilité et l efficience, dans un contexte de ressources financières et humaines restreintes. Enfin, la télésanté doit être un levier d amélioration dans l information aux patients, avec par exemple la mise en place de portails grand public permettant une information éclairée des usagers. Parole d élus Le numérique est-il, d après vous, la bonne réponse à la désertification médicale? Et comment y associer les collectivités territoriales et les opérateurs? Frédéric Valletoux La télémédecine n est pas LA bonne réponse à la désertification médicale même si, bien sûr, le numérique favorise l accès à des spécialistes à distance et permet d allier qualité et proximité. Toutefois, il faut rappeler que l acte de télémédecine suppose la présence d un professionnel de santé au côté du patient et qu aucun outil technologique ne peut remplacer les soignants. Le numérique permet d accompagner des réorganisations répondant à cet enjeu, comme dans le cadre du déploiement des contrats locaux de santé en lien avec les collectivités territoriales. L engagement des opérateurs, s agissant des professionnels de santé, repose sur le projet des soins et d accompagnement porté pour répondre aux besoins des populations. Il convient par ailleurs que le modèle économique soit viable et pérenne afin de donner aux opérateurs de santé, mais aussi aux industriels, la visibilité nécessaire à un déploiement de grande ampleur. Parole d élus Que peut-on attendre des solutions numériques en matière de dépendance? Frédéric Valletoux S agissant de la dépendance, il est clair que les besoins existent, notamment autour du maintien à domicile, et que des solutions sont proposées. Le développement se heurte toutefois à la solvabilité actuelle du marché en lien avec la question plus générale des modalités de financement de la perte d autonomie. > > repères La télémédecine en cinq priorités nationales : permanence des soins en imagerie, prise en charge des AVC, santé des personnes détenues, prise en charge des maladies chroniques, soins en structures médicosociales et hospitalisation à domicile. Fédération hospitalière de France (FHF) Créée en 1924, la FHF réunit plus de établissements publics de santé (hôpitaux) et autant de structures médicosociales (maisons de retraite et maisons d accueil spécialisées autonomes), soit la quasi-totalité des établissements du secteur public. Cette légitimité et sa dimension nationale font de la FHF un acteur de premier plan du monde de la santé, d autant plus écouté qu il est transpolitique, comme en témoigne la composition de son conseil. État d urgence sur l accès aux crédits bancaires Dans une tribune, publiée par Les Échos du 24 juillet 2012, Frédéric Valletoux s est inquiété des graves difficultés d accès aux liquidités bancaires qui pèsent sur les hôpitaux depuis plusieurs mois. Une situation qui affecte tant la gestion courante des établissements que leur capacité à financier à moyen et long terme leurs investissements ( ). Sous l effet de la crise de la dette, les hôpitaux publics doivent faire face à une nette diminution de leurs disponibilités d emprunt, couplée à une forte augmentation des marges et des taux proposés parolesdelus.com 91

7 Qualité de l air sous surveillance Chambéry (Savoie) Ville de habitants en Rhône-Alpes, préfecture de département et ville centre de Chambéry Métropole, zone urbaine de habitants au cœur des Alpes. Balise Air intérieur Mesure Lors de l ouverture d un espace multiaccueil pour enfants, la Ville a évalué pendant dix mois la qualité de l air intérieur. Nous avons ainsi pu mesurer et traiter les sources de polluants, tout en préservant les performances énergétiques. Henri Dupassieux, adjoint au maire de Chambéry, chargé notamment des bâtiments publics et de la sécurité sanitaire // Une initiative numérique de Chambéry Métropole Environnement. À Chambéry, la nouvelle crèche a été construite dans un bâtiment basse consommation et HQE (haute qualité environnementale). Pour s assurer que les engagements prévus étaient tenus, la Ville a souhaité mesurer la qualité de l air à l intérieur de ce nouvel établissement et la surveiller pendant un an. L évaluation a porté sur le confort et la recherche de polluants, en particulier les COV (composés organiques volatils) et le formaldéhyde, puissant irritant des voies respiratoires. Une initiative bienvenue dans un lieu qui accueille des enfants de 0 à 3 ans! Surveillance. Lancé en novembre 2010, le projet est piloté par le bureau d études Azimut Monitoring, qui développe sa balise environnementale. Le suivi dure dix mois, puis reprend pour une semaine de test, au terme de douze mois, afin de contrôler la qualité de l air intérieur. Le coût mensuel de 150 euros est financé par la Ville, qui investit pour vérifier le respect des critères définis en amont lors de la construction. Parallèlement, le personnel a été formé par un éco-infirmier, notamment sur l utilisation des produits d entretien. > 92 Allons enfants du numérique!

8 L e-santé contre la désertification Agence de développement économique de la Loire-Adel42 (Loire) Communauté d agglomération de Rhône-Alpes comptant six communes et près de habitants, le Grand Roanne est un territoire urbain en reconversion industrielle défense qui bénéficie de la fibre optique, comme tout le département. E-santé Cloud Partage Archives en nuage. Le NumériParc du Grand Roanne abrite la première plateforme d archivage et de partage en cloud de données d imagerie médicale à l échelle d un territoire de santé. En toute sécurité, les établissements de soins et les praticiens peuvent y archiver radios, scanners et IRM, les partager entre professionnels de santé, et demander une interprétation à distance à un radiologue spécialiste. Le dossier des patients et leur historique sont ainsi directement consultables en ligne par les établissements publics, mutualistes et privés. Territorial. En 2009, Grand Roanne Agglomération a missionné l Adel42 pour développer une nouvelle activité dans son centre de données NumériParc. Le système d archivage et d échanges est né d un partenariat entre, notamment, la Mutualité française Loire, le CHU de Saint-Étienne, et Carestream, spécialiste mondial du traitement de données médicales et hébergeur agréé. Opérationnel depuis le 2 avril 2012, ce projet implique un coût de fonctionnement d'un montant de euros. > L enjeu de l e-santé, c est l amélioration des conditions de prise en charge des patients ainsi qu un nouveau modèle économique dans le contexte de la désertification médicale en France. L innovation est en vue, mais l avenir reste à inventer! Georges Ziegler, vice-président du Conseil général de la Loire, président de l Adel42 parolesdelus.com 93

9 Urgence pour sourds et malentendants au 114! Urgence Numéro unique Handicap CHU de Grenoble (Isère) Le CHU de Grenoble est précurseur en matière d accueil et d adaptation du parcours de soins pour les sourds et malentendants. Grâce à notre travail, à la technologie d Orange et à une volonté nationale, nous avons pu ouvrir un service dédié aux appels d urgence des personnes sourdes et malentendantes. Le 114 fonctionne 7 j/7 et 24 h/24 et est accessible par fax et SMS. L objectif, à l horizon 2013, est de mettre en place les dispositifs vidéo, voix et texte en temps réel. Michel Destot, maire de Grenoble, député de l Isère et président de l Association des maires de grandes villes de France (AMGVF) Urgence. Qu elles soient victimes ou témoins d une situation d urgence, les personnes déficientes auditives ont la possibilité d alerter les services de secours en composant un numéro adapté, le 114, par fax ou SMS, pour être secouru au même titre que les personnes valides, sans intervention d une tierce personne et dans une très grande autonomie. Grâce à ce numéro unique et gratuit, leurs demandes sont transférées par le CNR 114, installé au CHU de Grenoble, aux services de secours spécialisés en France : Samu, SDIS, services de police et de gendarmerie. Accessibilité. À la demande du ministère de la Santé, après mise en place d un comité de pilotage en 2010, une offre sur mesure a été présentée par Orange autour de plusieurs rubriques : externalisation par hébergement de la plateforme de gestion des contacts SMS/ fax et de la plateforme d appels, liens opérateurs voix/data, intégration d équipements sur site client, etc. Aujourd hui, tous les appels vers le 114 arrivent à la plateforme installée dans les locaux du CHU de Grenoble. Le 114 ne se substitue pas au 15, au 17 ou au 18. > 94 Allons enfants du numérique!

10 Enquête-santé en ligne Arras Pays d Artois (Pas-de-Calais) Groupement de 12 intercommunalités, soit 255 communes du Pas-de- Calais représentant habitants, territoire modèle de solidarité et d équilibre spatial : 11 territoires ruraux et une agglomération rassemblés autour d un projet commun de développement. Consultation en ligne Témoignage Expression Appropriation. En lançant en 2010 une enquête-santé en ligne sur son territoire, le conseil de développement Arras Pays d Artois voulait recueillir le vécu (positif et/ou négatif), le ressenti concernant la santé et le bien-être de ses habitants. Le questionnaire, disponible pendant deux mois sur un site Internet, cherchait à percevoir d éventuelles différences entre milieux urbain et rural afin de déceler les attentes et émettre des propositions. Autre objectif : favoriser une appropriation des outils numériques et les utiliser pour élargir la démarche au plus grand nombre. Acteurs impliqués. Deux années ont été nécessaires, de 2008 à 2010, pour passer du projet à la réalisation et trouver le financement ( euros de fonctionnement pour soixante-huit jours d enquête, avec des subventions issues principalement de l Europe (Feder) et de l État, mais aussi de la Région (programme Dream) et du domaine de la santé. La mobilisation des agents des 11 EPCI, à travers un réseau d un millier de contacts, et des acteurs du milieu médical ont aidé à atteindre un niveau de réponse très satisfaisant. Les cybercentres ont aussi tenu leur rôle en soumettant l enquête à leurs visiteurs ; l hôpital d Arras a d ailleurs installé un PC dans son hall. > Notre Communauté de communes a recueilli un maximum de réponses à cette enquête santé du Pays d Artois grâce à notre pratique éprouvée de la concertation : nous travaillons depuis des années sur la numérisation et la mise en réseau du territoire. En outre, le sujet de la santé y est brûlant, du fait de la désertification. Pierre Guillemant, président de la Communauté de communes de l Atrébatie, maire de Magnicourt-en- Comté parolesdelus.com 95

11 Hôpital virtuel Agence régionale de santé (Auvergne) L Agence régionale de santé (ARS) d Auvergne met en œuvre la politique régionale de santé, en coordination avec les partenaires et en tenant compte des spécificités de la région et de ses territoires. Favoriser la prise en charge des pathologies chroniques et en particulier l insuffisance cardiaque, c est améliorer la qualité de vie des malades en diminuant le nombre des hospitalisations. C est aussi renforcer la transversalité entre tous les soignants à l hôpital, en ville et dans les Ehpad. François Dumuis, directeur général de l ARS d Auvergne Dossier médical informatisé Partage de l information Coordination Information partagée. Cardiauvergne assure la veille et la coordination des soins des patients insuffisants cardiaques les plus graves de la région par un partage de l information via un dossier médical informatisé. Comme un hôpital virtuel! Le malade est équipé d une balance et d un télétransmetteur, tandis que les infirmières sont munies d un smartphone pour accéder, comme les laboratoires et les pharmaciens, au dossier du patient. Un système expert développé par la filiale d Orange, Almerys, génère des alarmes ou des alertes suivant le niveau de gravité. Coordination des soins. Cardiauvergne a été élaboré par 32 partenaires et mis en œuvre fin 2011 grâce au financement de l Europe ( euros), de l État ( euros), des quatre Conseils généraux ( euros), de la Région ( euros) et de l ARS ( euros). Une balance couplée à un télétransmetteur est confiée au patient pour transmettre une pesée quotidienne et repérer toute prise de poids. Le dossier médical est renseigné au moyen d un smartphone par l infirmier libéral, mais aussi par les pharmaciens auxquels les médecins peuvent envoyer des modifications de traitement. > 96 Allons enfants du numérique!

12 Secours améliorés par boucle optique SDIS 66 (Pyrénées-Orientales) Peuplé de habitants, le département des Pyrénées-Orientales dispose depuis 1996 d une organisation dédiée à la protection des personnes, des biens et de l environnement contre les accidents, sinistres et catastrophes. Boucle optique VPN Coud computing Fiabilité et sécurité. Toutes les demandes de secours par téléphone, qu elles parviennent au 15, au 18 ou au 112 (Samu ou pompiers), sont sécurisées grâce à la mise en place par Orange d une boucle en fibre optique entre le SDIS 66, le centre hospitalier de Perpignan et le réseau. Le système fiabilise et sécurise le traitement des secours : grâce à un maillage, la disponibilité du service est préservée, la réaction à la demande de secours et la rapidité d intervention sont accélérées. Réseau privé. Grâce à 25 kilomètres de fibre optique, l arrivée des appels de demandes de secours a été sécurisée : ceux-ci sont prioritairement dirigés vers le site principal du SDIS, puis vers le site de repli du centre hospitalier de Perpignan. Après localisation de l appel à l aide de l annuaire inversé, un message d alerte est transmis informatiquement en deux à trois millisecondes, grâce à un VPN (réseau sécurisé privé), à l un des 53 centres d incendie et de secours concernés, où se tiennent prêtes à intervenir des équipes du Samu (budget global estimatif de euros). > Les innovations mises en œuvre l aménagement d une boucle de fibre optique, entre autres nous garantissent de ne pas perdre d appels, d assurer la pérennité en tous temps de l arrivée d appels d urgence, et de jouer la rapidité dans le déclenchement des véhicules et des personnels des centres de secours. De précieuses secondes gagnées pour une efficacité accrue au profit de la population. Marcel Mateu, vice-président du Conseil général des Pyrénées-Orientales parolesdelus.com 97

13 Géolocalisation et dépendance Conseil général (Haute-Savoie) Située au nord des Alpes françaises, la Haute-Savoie voisine avec la Suisse et l Italie. Entre lacs et haute montagne, prairies, vallées, forêts, alpages et collines composent un paysage aux multiples facettes. Expérimentation Gérontechnologie Prise en charge L expérimentation sur les gérontechnologies est la marque de notre volonté d innover en mettant le numérique au service des personnes âgées dépendantes. Christian Monteil, président du Conseil général de Haute-Savoie Protection. Le Conseil général a engagé en 2009 une expérimentation de nouvelles technologies au service de la gérontologie. Trois Ehpad (Établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes) haut-savoyards ont ainsi été équipés de boîtiers RFID, dispositif de courte portée utilisé à l intérieur des bâtiments et en protection de sortie afin que les patients ne soient pas exposés aux dangers (circulation ). Dix patients à domicile ont été, pour leur part, munis de bracelets GPS chargés de donner l alerte et de les localiser s ils sortaient d une zone définie. Compétences multiples. Il s agissait d évaluer le service rendu aux patients et aux collectivités en matière de sécurité et d autonomie pour aboutir à des indicateurs fiables. Cette expérimentation a été mise en place en 2009 et suivie jusqu en juin Elle s est appuyée sur des compétences internes et externes (à travers MIND, intégrateur du projet), en partenariat avec le CHU de Grenoble. Elle a nécessité près de euros HT d équipement, complétés d une évaluation éthique et sanitaire par le CHU de euros. > 98 Allons enfants du numérique!

14 Circulation des informations Centre hospitalier de Mende (Lozère) Villages authentiques, paysages gorgés de lumière, la Lozère est un département rural, écrin épargné par les grands ensembles et les concentrations industrielles, classé en zone de montagne avec l altitude moyenne habitée la plus haute de France (1000 m). Télémédecine Données médicales Désertification médicale Lutter contre les déserts médicaux. Le pôle d excellence rurale (PER) télémédecine est un projet innovant porté par le Conseil général de la Lozère. Il améliore l accès et la qualité des soins en zone rurale de montagne. Après un réseau de visioconférences dans les établissements de santé en 2007, un système de partage des informations a été installé entre les médecins généralistes urgentistes et le Samu 48 en juillet Équipé d un terminal portable relié à un réseau sécurisé indépendant de la couverture mobile, le médecin transmet en temps réel le diagnostic et les actes pratiqués en intervention. Sécurité et cryptage. Ce PER présente l intérêt de fédérer la médecine libérale et hospitalière, mais aussi les établissements sanitaires de Lozère, publics ou privés. Les échanges sont sécurisés sans perte de données, cryptés et optimisés : en cas de coupure, les messages sont conservés et acheminés lors d une reconnexion automatique. Ce dispositif, qui fonctionne même sans couverture mobile ou interne, équipe 35 médecins lozériens. Son coût s élève à euros, dont 50 % financés par l État, 30 % par le Conseil général de la Lozère, et 20 % autofinancés. > / Le Conseil général de la Lozère investit dans le numérique. Ce pôle d excellence rurale télémédecine est un bel exemple de tous les avantages apportés par le très haut débit. Il abolit les distances, relie les hommes et sauve des vies. Jean-Paul Pourquier, président du Conseil général de Lozère parolesdelus.com 99

15 La Tournée : livraison à domicile Paris et Alud (Paris) Les XIX e et XX e arrondissements de Paris rassemblent dans une zone urbaine à forte densité une part importante de la population totale de la capitale ( habitants) avec des enjeux forts d optimisation de logistique urbaine. Livraison Traçabilité Lien social dans toutes ses La Tournée confirme l attachement des Parisiennes et des Parisiens à leur vie de quartier composantes, et s inscrit ainsi dans une ville humaine et responsable. Pauline Véron, adjointe au maire de Paris, chargée de l économie sociale et solidaire Lyne Cohen-Solal, adjointe au maire de Paris, chargée du commerce, de l artisanat, des professions indépendantes et des métiers d art, conseillère du V e arrondissement Traçabilité bon marché. Ce dispositif de livraison à domicile à bas coût (2 euros par colis) est une initiative durable (livraisons par chariots et à pieds deux fois par jour) et innovante : non seulement La Tournée favorise les achats chez les petits commerçants, mais elle est créatrice d emplois valorisés et renforce le lien social dans les quartiers, notamment pour les personnes isolées ou en situation de handicap. La confiance est établie grâce à un système de traçabilité des colis (marquage en code 2D), scanné par le smartphone des livreurs. Groupement. L expérimentation de La Tournée, menée dans les XIX e et XX e arrondissements, est portée par l Alud (Association pour une logistique urbaine durable). Née de l initiative d un groupe d entrepreneurs issus des secteurs de l innovation technologique et sociale, elle a pour objectif de créer des emplois (quatre salariés, dont deux à temps plein et deux à temps partiel) et du lien social. Outre euros de budget, elle a nécessité le développement d une application informatique mobile par Atos Worldline ainsi que la fourniture de communications et de terminaux mobiles par Orange. > 100 Allons enfants du numérique!

16 E-tablette à l épicerie sociale Paris (Paris) Quartier le plus peuplé et le plus vaste de la plus grande ville de France, le XV e arrondissement de Paris concentre habitants au sud-ouest de la capitale. Épicerie sociale Tablettes numériques Ateliers de cuisine Équilibre alimentaire Ingrédients et recettes. En juin 2012 s ouvrait dans le XV e arrondissement de Paris l épicerie sociale L Étape de la Croix-Rouge, aidée par différents acteurs, dont la mairie d arrondissement, la Ville de Paris et la Fondation Orange. Dans ces murs, des ateliers nutrisanté numériques ont été ouverts afin d accompagner les bénéficiaires dans leur approvisionnement, en leur présentant de multiples possibilités pour accommoder les ingrédients choisis via une tablette tactile montrant des photos et des vidéos pratiques inspirées du livre Cuisinez malin (édité par la mairie de Paris et l association Fasti). Tablettes et vidéos. Trois mois après l ouverture de la première épicerie sociale de la Croix- Rouge dans Paris, en mars 2012, débutaient les ateliers nutrisanté numériques. Dès le début, Orange s est associé à la démarche en la complétant par un support multimédia ludique composé de trois tablettes numériques tactiles mises à disposition sur place (budget : euros HT, incluant les terminaux et une ligne ADSL). Des vidéos ont été tournées dans les ateliers de cuisine organisés par l association Fasti (www.paris.fr). > > proposées sur les L épicerie sociale aide les personnes en difficulté à accéder à une nourriture saine et équilibrée. Les recettes tablettes numériques permettent aux familles de mieux utiliser les produits, de mieux consommer, et leur donnent de délicieuses idées de repas. Olga Trostiansky, adjointe au maire de Paris, en charge de la solidarité Sylvie Ceyrac, adjointe au maire du XV e arrondissement, chargée de la solidarité parolesdelus.com 101

17 retour sur Quatre ans après Conseil général du Cantal Objectifs Installation de tablettes interactives connectées à Internet chez les personnes âgées (en établissement ou à domicile) afin de favoriser leur lien avec leur famille et les échanges entre les professionnels intervenant auprès d elles. Cinq services étaient proposés sur la tablette numérique : > mes photos : partage de photos avec la famille grâce au service Orange Photo ; > mes messages : échange de messages avec ses proches de façon intuitive ; > mon agenda : organisation de sa journée avec l aide de ses aidants familiaux et professionnels ; > mon suivi : indication aux aidants et à la famille sur l évolution de sa situation ; > mon cahier de liaison : suivi à distance de la réalisation des interventions au domicile, pour la famille par exemple. L expérimentation fut positive : les fonctionnalités de messagerie et d album photo, qui favorisent le lien relationnel et la communication entre les membres de la famille, étaient les principaux atouts du dispositif. Le baromètre mon suivi est une fonction intermédiaire prometteuse : consigner son état général et le porter à la consultation de ses proches et des associations de service à domicile représentait un attrait pour les familles mais aussi pour les professionnels. Les raisons du succès > la cible de l expérimentation population âgée, dépendante, peu ou pas technophile existe et a répondu favorablement à la sollicitation ; > un panel de services riche, adapté et novateur améliore la qualité du maintien à domicile ; > un tel outil renforce le lien social entre la personne aidée et ses aidants familiaux, que ce soit dans le cadre du maintien à domicile ou dans les établissements de santé (orientation très attendue en Ehpad, axée sur le volet animation) ; > le dispositif peut faciliter la gestion des prestations de service rendues à la personne dans le cadre du maintien à domicile en contribuant à la coordination des prestations si les utilisateurs se l approprient. Réflexion et évolutions Cette expérimentation de télésanté a ouvert une réflexion au sein du Conseil général du Cantal, et c est tout naturellement qu une étude concernant l e-santé et notamment la télémédecine a été prévue en 2012 par le Département. Certains établissements cantaliens, spécialisés dans les soins pour des patients atteints des maladies d Alzheimer ou de Parkinson, ont lancé un programme de télémédecine. Par ailleurs, de nouveaux établissements verront prochainement le jour, comme un Ehpad numérique, qui devrait être équipé, entre autres, de tablettes numériques de dernière génération. Paru dans le tome 5 de Paroles d élus Chiffres clés 30 testeurs ont participé à l expérimentation sur 12 mois, avec l accord des associations concernées sur le terrain, de l ADMR, de l Ased, des Clic du bassin d Aurillac et du Haut-Cantal. 5 messages (sur 3 jours) d envoi et de réception en moyenne. 3 fois par jour C est le nombre de consultation de la messagerie par les personnes âgées. 102 Allons enfants du numérique!

18 Quatre ans après Martigues (Bouches-du-Rhône) Objectifs En 2000, le Guide d informations et d orientation à l usage des professionnels de l accueil social visait en priorité l amélioration de l accueil dans les services publics et les associations de Martigues. Les objectifs ont dans un premier temps été atteints puisqu une connaissance exhaustive des acteurs sociaux du territoire a pu être établie. Ce travail a été ensuite mis en ligne sur un site Internet, à disposition de l ensemble des partenaires via un code d accès personnel. Dans le même temps, une lettre hebdomadaire de l actualité sociale, conçue comme un véritable lien avec le contenu des thématiques du guide social, était envoyée à 350 partenaires (institutionnels et associatifs). L actualisation d un tel guide a cependant rapidement généré d importantes contraintes. En effet, les structures et leur organisation se modifient régulièrement. Par conséquent, les informations contenues dans le guide sont vite devenues obsolètes. Un nouvel outil Depuis, un nouveau support a été adapté pour répondre à une restructuration interne des services de la Direction des Affaires sociales (DAS) en pôle accueil social : le Guide du primo-accueil et de l accompagnement social. Il prend la forme d un recueil des démarches administratives, juridiques et sociales pouvant être traitées par la DAS dans son champ de compétences. Il est à la disposition de la trentaine d agents administratifs d accueil et des travailleurs sociaux en situation d accueil ou d accompagnement de publics en demande sociale. L interface web est gérée par la Ville, avec un référent qui dispose d un soutien technique auprès du chef de projet développement multimédia du service Communication chargé des outils web de la Ville. L intégralité de la gestion des contenus est assurée par la DAS. Paru dans le tome 5 de Paroles d élus > Retrouvez plus de détails sur le guide social de Martigues et ses évolutions sur parolesdelus.com Chiffres clés 70 % d équivalent temps plein d un poste de coordination consacré à la méthodologie générale et à l animation d un réseau pour la coconstruction des contenus ont été nécessaires à la construction initiale de l outil. 30 % d équivalent temps plein ont été indispensables à la gestion et à l administration de l outil. Jusqu en 2009 le site Internet du guide social a fonctionné dans sa version initiale. 350 partenaires institutionnels et associatifs prioritairement issus du territoire de Martigues, Port-de-Bouc, Saint-Mitre-les- Remparts et au-delà, ont été associés à cette initiative euros C est le coût de la version numérique hors fonctionnalités supplémentaires. L outil initial est en suspens, car la DAS a recentré l usage du numérique sur son organisation interne et à destination de son personnel social pour répondre aux sollicitations des usagers en demande. parolesdelus.com 103

Maisons Régionales de la Santé CADRE D INTERVENTION

Maisons Régionales de la Santé CADRE D INTERVENTION Maisons Régionales de la Santé CADRE D INTERVENTION 1 LES MAISONS REGIONALES DE LA SANTE MRS (programme 2) Enjeux et objectifs Le dispositif des «Maisons Régionales de la Santé» voté en 2010 incarne de

Plus en détail

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE?

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Séminaire Aristote 12 juin 2013 QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Jean-Pierre Blanchère Coordinateur Département «e-santé et domotique» Pôle TES Justifications de la télémédecine

Plus en détail

L essentiel Parcours de personnes âgées :

L essentiel Parcours de personnes âgées : ANTICIPER ET COMPRENDRE L essentiel Parcours de personnes âgées : l animation territoriale MARS 2013 Une réflexion sur l animation territoriale de l offre Les enjeux liés à la démographie et au vieillissement

Plus en détail

La e-santé pour communiquer

La e-santé pour communiquer GCS e-santé BRETAGNE Professionnels de la santé, du médico-social, en structure ou en libéral... La e-santé pour communiquer Présentation des services e-santé en Bretagne BIPS², réseau très haut débit

Plus en détail

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie»

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» DOSSIER PAERPA «Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» 1 _ SOMMAIRE Quelques données chiffrées 3 Les initiatives déjà engagées pour améliorer les parcours de

Plus en détail

Dynamiser les filières d excellence et d avenir

Dynamiser les filières d excellence et d avenir La Lorraine dispose d atouts dans ce domaine grâce à des compétences académiques pointues tant en termes de recherche biologique et médicale que d application en informatique, traitement de données ou

Plus en détail

Introduction. pour ANTICIPER > Développement d un logiciel de gestion des actions de prévention pour les professionnels préventionnistes.

Introduction. pour ANTICIPER > Développement d un logiciel de gestion des actions de prévention pour les professionnels préventionnistes. Pour un meilleur accompagnement de votre parcours à domicile Introduction Mutualité Française Puy-de-Dôme a développé un nouveau système d information santé favorisant la coordination des acteurs de santé

Plus en détail

Séminaire URPS Poitou-Charentes Samedi 8 décembre

Séminaire URPS Poitou-Charentes Samedi 8 décembre Séminaire URPS Poitou-Charentes Samedi 8 décembre Du partage de l information aux outils de médecine à distance : quelles pratiques recouvre le terme d e santé? Synthèse de l intervention de l ASIP Santé

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dossier Médical Personnel (DMP)

DOSSIER DE PRESSE. Dossier Médical Personnel (DMP) DOSSIER DE PRESSE Dossier Médical Personnel (DMP) 2 Sommaire Le Dossier Médical Personnel en Auvergne..5 Le DMP au service de la coordination des soins.6 Le DMP socle de la continuité des soins 7 Le DMP

Plus en détail

Lancement de Sterenn, solution de télémédecine de la région Bretagne

Lancement de Sterenn, solution de télémédecine de la région Bretagne Dossier de presse Saint-Brieuc, le 21 juillet 2014 Lancement de Sterenn, solution de télémédecine de la région Bretagne La communauté de santé de Bretagne se mobilise pour la télémédecine, au service des

Plus en détail

édito «La e-santé désigne l ensemble des aspects numériques touchant, de près ou de loin, au domaine de la santé.»

édito «La e-santé désigne l ensemble des aspects numériques touchant, de près ou de loin, au domaine de la santé.» édito «La e-santé désigne l ensemble des aspects numériques touchant, de près ou de loin, au domaine de la santé.» à l ère d une société de plus en plus numérisée, ces quelques mots portent à eux seuls

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois La télémédecine au service des soins de 1 er recours et de l aménagement du territoire dominique.depinoy@acsantis.com Pourquoi

Plus en détail

La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique

La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique + La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique 15 ème Conférence des Fédérations Hospitalières des Antilles et de la Guyane Y. MARIE-SAINTE Directeur 28/04/2011 V1.0 + #

Plus en détail

www.laroutedesterritoires.fr Outils numériques d échanges entre professionnels de santé

www.laroutedesterritoires.fr Outils numériques d échanges entre professionnels de santé www.laroutedesterritoires.fr Outils numériques d échanges entre professionnels de santé Des outils d échanges entre PS o Objectifs: o Permettre des échanges sécurisés entre les professionnels de santé

Plus en détail

TÉLÉMÉDECINE: UN PROJET MÉDICAL DE TERRITOIRE. Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux

TÉLÉMÉDECINE: UN PROJET MÉDICAL DE TERRITOIRE. Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux TÉLÉMÉDECINE: UN PROJET MÉDICAL DE TERRITOIRE Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux Télémédecine Contexte: National: loi, décret (définition de 5 actes,

Plus en détail

Séminaire d orientation stratégique de l URPS médecins libéraux de Poitou-Charentes 8 décembre 2012

Séminaire d orientation stratégique de l URPS médecins libéraux de Poitou-Charentes 8 décembre 2012 Séminaire d orientation stratégique de l URPS médecins libéraux de Poitou-Charentes 8 décembre 2012 I. Enjeux de la E-santé II. Bilan 2008-2012 de la E-santé et des SIS en Poitou-Charentes III. Perspectives

Plus en détail

TELEMEDINOV. la Télémédecine Interopérable Nord Ouest Vendée. Décloisonnement Hôpital-ville-médico-social Projet de santé et modèle économique

TELEMEDINOV. la Télémédecine Interopérable Nord Ouest Vendée. Décloisonnement Hôpital-ville-médico-social Projet de santé et modèle économique TELEMEDINOV la Télémédecine Interopérable Nord Ouest Vendée Décloisonnement Hôpital-ville-médico-social Projet de santé et modèle économique Présentation Michel RIOLI directeur du projet LA REGLEMENTATION

Plus en détail

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Dossier de presse AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Contact presse Lauranne Cournault 03 80 41 99 94 lauranne.cournault@ars.sante.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE La télémédecine au service

Plus en détail

E-santé : les principaux services

E-santé : les principaux services E-santé : les principaux services SOMMAIRE La e-santé, un secteur d avenir... p 5 Le GCS SIMPA, acteur clé de la e-santé en Auvergne... p 7 Les projets régionaux... p 9 Dossier Médical Personnel (DMP)...

Plus en détail

Capteurs pour la santé et l autonomie. Nouvelles approches technologiques. pour le suivi sur les lieux de vie

Capteurs pour la santé et l autonomie. Nouvelles approches technologiques. pour le suivi sur les lieux de vie Capteurs pour la santé et l autonomie Nouvelles approches technologiques pour le suivi sur les lieux de vie Santé : nécessité de nouvelles approches Le nouveau contexte créé par les technologies de l information

Plus en détail

FIR. Fonds d Intervention Régional. Le FIR, agir ensemble pour les priorités de santé en Auvergne

FIR. Fonds d Intervention Régional. Le FIR, agir ensemble pour les priorités de santé en Auvergne FIR Fonds d Intervention Régional Le FIR, agir ensemble pour les priorités de santé en Auvergne SOMMAIRE 1 2 3 4 5 6 Les dépenses engagées par thématique L accès aux soins La modernisation, la performance

Plus en détail

La Télémédecine, un défi sociétal et économique

La Télémédecine, un défi sociétal et économique La Télémédecine, un défi sociétal et économique La télémédecine est un défi. Un défi face aux coûts croissants des consultations médicales, à la problématique des déserts médicaux, à la nécessité enfin

Plus en détail

Orange Healthcare vers un système de santé connecté

Orange Healthcare vers un système de santé connecté Orange Healthcare vers un système de santé connecté Orange est conscient que les grands établissements de santé doivent évoluer pour améliorer la prise en charge des patients, coordonner l ensemble des

Plus en détail

NOUVELLES TECHNOLOGIES AU SERVICE DE L INFIRMIER ISOLE

NOUVELLES TECHNOLOGIES AU SERVICE DE L INFIRMIER ISOLE NOUVELLES TECHNOLOGIES AU SERVICE DE L INFIRMIER ISOLE Professeur M. RAUCOULES-AIME PU-PH, Chef de Pole Anesthésie et Réanimations CHU de NICE Médecin Hors Classe V. ALAUX-DHENIN Médecin de Groupement,

Plus en détail

Appel à projets 2015 relatif aux maisons et pôles de santé

Appel à projets 2015 relatif aux maisons et pôles de santé PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Appel à projets 2015 relatif aux maisons et pôles de santé Le présent document précise les modalités de réponse à l appel à projets 2015 sur les maisons et pôles de

Plus en détail

PAERPA PARIS. Congrès SSR Ajaccio 17 juin 2014 XX/XX/XX

PAERPA PARIS. Congrès SSR Ajaccio 17 juin 2014 XX/XX/XX PAERPA PARIS Congrès SSR Ajaccio 17 juin 2014 XX/XX/XX Sommaire Le territoire PAERPA: quelques éléments Le parcours et les partenaires Présentation des actions PAERPA PARIS 2 Le territoire PAERPA PARIS:

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles

Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles Département Système d Information en Santé et Télémédecine Direction de l Efficience de l Offre 5 mai 2015 1 les enjeux régionaux Enjeux régionaux

Plus en détail

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services.

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services. 7 points pour garantir un bel avenir de la e-santé en France... by Morgan - Dimanche, janvier 30, 2011 http://www.jaibobola.fr/2011/01/avenir-de-la-e-sante-en-france.html La Recherche et le développement

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

Dossier de presse. Développement de la télémédecine

Dossier de presse. Développement de la télémédecine Dossier de presse Développement de la télémédecine Signature officielle de la convention de partenariat entre le Centre Hospitalier de Béziers et le Pays Haut Languedoc et Vignobles Sommaire Sommaire...

Plus en détail

Journées de formation DMP

Journées de formation DMP Journées de formation DMP Le DMP dans l écosystème Chantal Coru, Bureau Etudes, ASIP Santé Mardi 26 juin 2012 Processus de coordination au centre des prises en charge Quelques exemples Maisons de santé

Plus en détail

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Le Comité National de pilotage des parcours de santé des Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie a été installé en avril 2013 et les projets

Plus en détail

1 ère Phase : Diagnostic territorial de santé

1 ère Phase : Diagnostic territorial de santé Rappel : contexte et objectif Mobilisation des élus de la ville du Creusot face au risque de désertification médicale Volonté d élaborer un projet de santé global, mobilisateur, à l échelle du bassin de

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

«Pacte territoire-santé» : 12 engagements pour un meilleur accès de tous les francs-comtois à des soins de qualité

«Pacte territoire-santé» : 12 engagements pour un meilleur accès de tous les francs-comtois à des soins de qualité «Pacte territoire-santé» : 12 engagements pour un meilleur accès de tous les francs-comtois à des soins de qualité Sommaire Des débats organisés avec les Conseils généraux Quelles suites à ces débats?

Plus en détail

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale :

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Projet de santé Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Adresse du siège social : Téléphone : Mail : Version : Etablie en date

Plus en détail

Espace Numérique Régional de Santé. Son contenu & ses enjeux

Espace Numérique Régional de Santé. Son contenu & ses enjeux Espace Numérique Régional de Santé Son contenu & ses enjeux Eléments de contexte Institut Paoli Calmettes - 10 Juin 2010 Présentation de Jean-Yves Robin, directeur général de l'asip Santé du 19/01/2010

Plus en détail

Mise en place d une commission régionale du vieillissement

Mise en place d une commission régionale du vieillissement Le sociographe, 9, 2002 / 91 Pierre Chabas, Françoise Vidal-Borrossi Mise en place d une commission régionale du vieillissement L exemple du Languedoc-Roussillon A l initiative du Directeur régional des

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays Module 2 : Services à la population 2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays réservée : 400 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Développer les solidarités locales et l'accessibilité de tous aux services (Axe

Plus en détail

Démarche TIC & Santé «Innovation pour l autonomie» Présentation des lauréats de l appel à projets 2010

Démarche TIC & Santé «Innovation pour l autonomie» Présentation des lauréats de l appel à projets 2010 Démarche TIC & Santé «Innovation pour l autonomie» Présentation des lauréats de l appel à projets 2010 Démarche TIC & Santé, l innovation pour l autonomie Le contexte global de la démarche TIC & Santé

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

Améliorer l accessibilité de tous à des soins de qualité sur l ensemble des territoires

Améliorer l accessibilité de tous à des soins de qualité sur l ensemble des territoires Améliorer l accessibilité de tous à des soins de qualité sur l ensemble des territoires Améliorer la coordination entre les professionnels et les structures de soins ambulatoires hospitaliers et médicosociaux

Plus en détail

PROJET DE TÉLÉMEDECINE

PROJET DE TÉLÉMEDECINE PROJET DE TÉLÉMEDECINE ISIFC 2 ème année Année universitaire 2011-2012 LA TÉLÉSURVEILLANCE Louis ACHA Rafaël MINACORI ISIFC Génie biomédical 23,rue Alain SAVARY 25000 Besançon Cedex Tél : 03 81 66 66 90

Plus en détail

TIC, Ethique et protection des données médicales

TIC, Ethique et protection des données médicales TIC, Ethique et protection des données médicales P. Biron Oncologue T. Durand Directeur de l Information Hospitalière Centre Léon Bérard 16 JUIN 2014 Le partage de l information La prise en charge est

Plus en détail

e-santé à la recherche de modèle économiques viables

e-santé à la recherche de modèle économiques viables e-santé à la recherche de modèle économiques viables La technologie ouvre de nouvelles perspectives séduisantes pour les soins de santé. Toutefois, malgré l arrivée de nombreux nouveaux produits de santé

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

L INNOVATION ESANTÉ SERVICE DE LA PERSONNE

L INNOVATION ESANTÉ SERVICE DE LA PERSONNE L INNOVATION ESANTÉ AU SERVICE DE LA PERSONNE La e-santé, une solution pour préparer l avenir Le Centre e-santé, le partenaire de vos projets e-santé LES GRANDS DÉFIS DU SYSTÈME DE SANTÉ Le secteur de

Plus en détail

Note créée le 19/03/2014

Note créée le 19/03/2014 Note créée le 19/03/2014 La télémédecine : présentation générale et expérimentations 2014 Note d information réalisée par pôle santé et soins Auteure : Fanny Gaspard, Conseillère technique aide et soins

Plus en détail

Les Systèmes d informations de santé

Les Systèmes d informations de santé Les Systèmes d informations de santé Programme ETAT DES LIEUX EVOLUTION ET CONTEXTE 1 Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées FOCUS SUR LES SYSTEMES D INFORMATION DE SANTE MESTARI Nordine RSI ONCOMIP DESC

Plus en détail

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Référentiel des activités professionnelles Dans le cadre de l exercice et de la promotion des droits des publics, le titulaire

Plus en détail

Plan Local de Santé Publique

Plan Local de Santé Publique Plan Local de Santé Publique Martigues/Port-de-Bouc n 2 2010-2013 Axes et Objectifs prioritaires Atelier Santé Ville Martigues/Port-de-Bouc PLSP2 - Juin 2010 Axes prioritaires (Sont mentionnés en vert

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre départementale FHF. «La santé bucco-dentaire de la personne âgée en institution : un nouveau défi à relever»

Compte rendu de la rencontre départementale FHF. «La santé bucco-dentaire de la personne âgée en institution : un nouveau défi à relever» ~ 1 ~ Compte rendu de la rencontre départementale FHF «La santé bucco-dentaire de la personne âgée en institution : un nouveau défi à relever» 5 juin 2015 Janzé Allocutions officielles Hubert PARIS, Maire

Plus en détail

Région Centre SI PAERPA. Rencontre inter-régionale Asip Santé 10 avril 2014

Région Centre SI PAERPA. Rencontre inter-régionale Asip Santé 10 avril 2014 Région Centre SI PAERPA Rencontre inter-régionale Asip Santé 10 avril 2014 10/04/2014 2 Expérimentation centrée sur le Lochois composée de 8 cantons (97 communes) Population totale: 103 741 hbts Population

Plus en détail

La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe. Un éclairage pour un déploiement national

La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe. Un éclairage pour un déploiement national La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe Un éclairage pour un déploiement national Journée Télémédecine ASIP Santé 3 mai 2012 Pascale MARTIN - ANAP Agence Nationale d Appui à la Performance

Plus en détail

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ 19 OCTOBRE 2010 Beatrice Falise Mirat Beatrice.falise-mirat@anap.fr Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux Agence

Plus en détail

Étude de cas. RETI-Ouest : Télétransmission d images médicales en Région Pays de la Loire

Étude de cas. RETI-Ouest : Télétransmission d images médicales en Région Pays de la Loire Étude de cas RETI-Ouest : Télétransmission d images médicales en Région Pays de la Loire Septembre 2012 e-santé en Région Pays de la Loire : exemple du réseau RETI-Ouest Dans le cadre de l appel à projet

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

DOSSIER Santé normandie

DOSSIER Santé normandie DOSSIER DE PRESSE Groupement de coopération sanitaire Télésanté Basse-Normandie FICHE 1 La télésanté, un dispositif d avenir La télésanté ou «santé à distance» consiste à utiliser les technologies de

Plus en détail

GIP Massif central 26 juillet 2010. Cahier des charges. Télémédecine et télésanté : pour une stratégie d action interrégionale Massif central

GIP Massif central 26 juillet 2010. Cahier des charges. Télémédecine et télésanté : pour une stratégie d action interrégionale Massif central Cahier des charges Télémédecine et télésanté : pour une stratégie d action interrégionale Massif central Contexte général de la demande Le GIP Massif central est le regroupement des 6 Régions du Massif

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX ZAC Paul-Badré 100, rue de France 97430 Le Tampon Juin 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4 Code direction : DSQP Pôle émetteur : Appui à la Performance et Gestion du Risque Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire

Plus en détail

PLACE DE LA TÉLÉMÉDECINE DANS

PLACE DE LA TÉLÉMÉDECINE DANS Ateliers de prospective PLACE DE LA TÉLÉMÉDECINE DANS L ORGANISATION DES SOINS : LA TÉLÉMÉDECINE PERMET-ELLE DES ORGANISATIONS DE SOINS PLUS PERFORMANTES? Dr Pierre SIMON Président de l'association nationale

Plus en détail

MM Joseph DENIAUD et Jean François LEMOINE

MM Joseph DENIAUD et Jean François LEMOINE Conférence du 21 Novembre 2011 SANTE ET PROJET DE TERRITOIRE Quelle Place pour le Tiers Secteur Intervention de MM Joseph DENIAUD et Jean François LEMOINE 1 Evolution du Paysage de Santé dans le Territoire

Plus en détail

Soutien aux projets de Télémédecine et de Télésanté

Soutien aux projets de Télémédecine et de Télésanté Pôle Culture, Sport, Santé, Associations - Secteur Santé Soutien aux projets de Télémédecine et de Télésanté Réseaux de santé Groupements de Coopération Sanitaire Etablissements publics de santé Etablissements

Plus en détail

GCS esante LR Projets Urgence/ROR COLLEGE REGIONAL DES URGENTISTES 19 mars 2015. www.esante-lr.fr

GCS esante LR Projets Urgence/ROR COLLEGE REGIONAL DES URGENTISTES 19 mars 2015. www.esante-lr.fr GCS esante LR Projets Urgence/ROR COLLEGE REGIONAL DES URGENTISTES 19 mars 2015 www.esante-lr.fr 1 Pourquoi un GCS? Missions générales : Réponse technique aux adhérents du GCS e-santé Apporte sa compétence

Plus en détail

Ville d Albertville C C A S. Centre communal d action sociale Services aux personnes âgées et aux personnes handicapées. www.albertville.

Ville d Albertville C C A S. Centre communal d action sociale Services aux personnes âgées et aux personnes handicapées. www.albertville. Ville d Albertville Centre communal d action sociale Services aux personnes âgées et aux personnes handicapées www.albertville.fr Sommaire Logement-foyer : la résidence des 4 Vallées p. 4 Service maintien

Plus en détail

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 A l initiative des professionnels de terrain, la FHF a constitué en janvier 2014 une commission imagerie. Composée de médecins et de

Plus en détail

Cahier des charges Objet :

Cahier des charges Objet : Cahier des charges Objet : Expérimentation de nouveaux modes d organisation des soins destinés à optimiser les parcours de soins des personnes âgées en risque de perte d autonomie en prévenant leur hospitalisation

Plus en détail

Modes de financt MSP PF3 R2 DSS RB 21 07 10 ANNEXE I LES MODES DE FINANCEMENT DES MAISONS DE SANTE PLURI-PROFESSIONNELLES (MSP) Sous réserve de répondre, a minima, aux critères définis au II 2 du cahier

Plus en détail

Sommaire. Les ateliers. Plan de la visite du circuit Patient p 4 & 5 Présentation du circuit Patient p 6 à 11

Sommaire. Les ateliers. Plan de la visite du circuit Patient p 4 & 5 Présentation du circuit Patient p 6 à 11 Sommaire Le circuit Patient Plan de la visite du circuit Patient p 4 & 5 Présentation du circuit Patient p 6 à 11 Le circuit Logistique Plan de la visite du circuit Logistique p 12 & 13 Présentation du

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Un cadre juridique nouveau (HPST).

Un cadre juridique nouveau (HPST). Télémédecine Journée régionale des systèmes d information de santé 12 janvier 2012 Dominique PIERRE, chargé de mission SI et référent Télémédecine ARS du Centre 12 Janvier 2012 2 Un cadre juridique nouveau

Plus en détail

L ASSOCIATION MEDeTIC

L ASSOCIATION MEDeTIC L ASSOCIATION MEDeTIC MEDECINE ET DEVELOPPEMENT DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION L Association MEDeTIC établit des pratiques de soins et des programmes de santé destinés à la population

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

BILAN projet DIABSAT 2010-2011. Diabétologie par Satellite

BILAN projet DIABSAT 2010-2011. Diabétologie par Satellite BILAN projet DIABSAT 2010-2011 Diabétologie par Satellite 1 OBJECTIFS Développer et évaluer 3 services de télémédecine assistés par satellite Volet 1 : Education à la nutrition et promotion de l activité

Plus en détail

Conseil général de la Haute-Vienne

Conseil général de la Haute-Vienne Conseil général de la Haute-Vienne PRESTATION D ASSISTANCE METHODOLOGIQUE POUR L ELABORATION DU SCHEMA DEPARTEMENTAL DE L AUTONOMIE 2014-2018 Réunion de présentation du schéma 17 septembre 2014 Cekoïa

Plus en détail

Le numérique : une opportunité pour dépasser durablement les clivages zones denses/zones non denses. et pour ouvrir le champ à toutes les initiatives!

Le numérique : une opportunité pour dépasser durablement les clivages zones denses/zones non denses. et pour ouvrir le champ à toutes les initiatives! Le numérique : une opportunité pour dépasser durablement les clivages zones denses/zones non denses et pour ouvrir le champ à toutes les initiatives! Conseil régional d'auvergne / Mission Développement

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

Télémédecine et Soins primaires: quelques repères en 5 étapes. Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL)

Télémédecine et Soins primaires: quelques repères en 5 étapes. Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) Télémédecine et Soins primaires: quelques repères en 5 étapes Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) 1 ère étape : Identifier un besoin d améliorer la continuité des

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES

DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE & L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES VENDREDI 14 JUIN 2013 A 15 heures Salle de visioconférence Centre

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le 31 octobre 2014

DOSSIER DE PRESSE Le 31 octobre 2014 DOSSIER DE PRESSE Le 31 octobre 2014 La Bourgogne, territoire de soins numérique La Bourgogne fait partie des 5 régions lauréates de Territoire de Soins Numérique (TSN). La région va recevoir un soutien

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

GCSTélésantéLorraine. La Télémédecine et la Télésanté en Lorraine

GCSTélésantéLorraine. La Télémédecine et la Télésanté en Lorraine GCSTélésantéLorraine La Télémédecine et la Télésanté en Lorraine Quels actes de télémédecine Décret du 19 octobre 2010 Quelques définitions La téléconsultation : un médecin donne une consultation àdistance

Plus en détail

Saint-Pierre et Miquelon, un morceau de France. Saint-Pierre et Miquelon, un territoire isolé au sein d un environnement canadien

Saint-Pierre et Miquelon, un morceau de France. Saint-Pierre et Miquelon, un territoire isolé au sein d un environnement canadien A la faveur du déploiement de la télémédecine sur l archipel de Saint-Pierre et Miquelon, le Centre Hospitalier François Dunan (CHFD), garant de la mise en œuvre des soins spécialisés, ouvre de nouvelles

Plus en détail

A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE

A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE Organisateur SIDS ALPES-MARITIMES Coordinateur Frédéric TOURNAY, responsable du pôle de compétences sapeurs-pompiers et risques majeurs, CNFPT Animateur

Plus en détail

Système d Information des réseaux de santé Eléments de compréhension. Auteur : Isabelle LE ROUX Bruno XOUAL Laureen WELSCHBILLIG

Système d Information des réseaux de santé Eléments de compréhension. Auteur : Isabelle LE ROUX Bruno XOUAL Laureen WELSCHBILLIG Système d Information des réseaux de santé Eléments de compréhension Auteur : Isabelle LE ROUX Bruno XOUAL Laureen WELSCHBILLIG Positionnement des acteurs ARS pilotage stratégique Stratégie de santé régionale

Plus en détail

Basse - Normandie. Hypothèses, Indicateurs et Démarche d évaluation médico économique

Basse - Normandie. Hypothèses, Indicateurs et Démarche d évaluation médico économique Basse - Normandie Hypothèses, Indicateurs et Démarche d évaluation médico économique Projets CICAT & TELAP «Suivi des plaies» Présentation réalisée par Dr JP Blanchère ARS de Basse Normandie Directeur

Plus en détail

Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs. [ pour un tourisme innovant et durable ]

Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs. [ pour un tourisme innovant et durable ] Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs [ pour un tourisme innovant et durable ] Sommaire Un véritable enjeu Construire un tourisme innovant et durable Engager une démarche participative

Plus en détail

2012 Rapport d activité 1

2012 Rapport d activité 1 2012 Rapport d activité 1 SOMMAIRE RAPPORT D ACTIVITES 2012 1. Le mot de l administrateur du GCS e-santé Bourgogne 3 2. Le GCS e-santé Bourgogne 4 3. Le point sur les projets du GCS en 2012 5 a. Le Dossier

Plus en détail

L UGAP LANCE DES SOLUTIONS DE TRACABILITE CODE-BARRES ET DE MOBILITE POUR LE MONDE DE LA SANTE

L UGAP LANCE DES SOLUTIONS DE TRACABILITE CODE-BARRES ET DE MOBILITE POUR LE MONDE DE LA SANTE L UGAP LANCE DES SOLUTIONS DE TRACABILITE CODE-BARRES ET DE MOBILITE POUR LE MONDE DE LA SANTE L'augmentation de la demande de sécurisation des clients du secteur médical conduit l UGAP, la centrale d

Plus en détail

Point d actualité DMP et Messageries Sécurisées de Santé

Point d actualité DMP et Messageries Sécurisées de Santé Point d actualité DMP et Messageries Sécurisées de Santé Assemblée Générale GCS Télésanté Basse Normandie 26 mars 2014 Anne Bertaud Pole Territoire Dossier Médical Personnel 2 DMP : quelques chiffres (février

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

Pour tout complément d informations sur le GCS Esanté : www.esante-poitou-charentes.fr

Pour tout complément d informations sur le GCS Esanté : www.esante-poitou-charentes.fr FICHE DE POSTE Administrateur ROR Le GCS Esanté Poitou-Charentes Le GCS Esanté Poitou-Charentes rassemble les établissements publics et privés de santé, ainsi que la plupart des professionnels de santé

Plus en détail

e Réseau Qualité-Risques Picardie entre dans sa phase opérationnelle.

e Réseau Qualité-Risques Picardie entre dans sa phase opérationnelle. R é s e a u S A N T E Q U A L I T E R I S Q U E S P i c a r d i e e Réseau Qualité-Risques Picardie entre dans sa phase opérationnelle. Après avoir rencontré la quasi-totalité des établissements adhérents

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

L Assistance Publique Hôpitaux de Marseille signe son «contrat performance» avec l ARS Paca et l ANAP

L Assistance Publique Hôpitaux de Marseille signe son «contrat performance» avec l ARS Paca et l ANAP L Assistance Publique Hôpitaux de Marseille signe son «contrat performance» avec l ARS Paca et l ANAP Jeudi 31 mars 2011 Dossier de presse Contacts Presse : - AP-HM : Perrine Seghier Tél : 04 91 38 20

Plus en détail

PAACO La Plateforme Aquitaine d Aide à la COmmunication en santé

PAACO La Plateforme Aquitaine d Aide à la COmmunication en santé PAACO La Plateforme Aquitaine d Aide à la COmmunication en santé GCS TSA - ENRS Aquitaine Journée E-santé - 27 septembre 2013 SOMMAIRE C est quoi? Le projet L outil Les usages Ses atouts PAACO Plateforme

Plus en détail